<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00865
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 4, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00865

Full Text

aAnn"6. N 883


Port-au-Prince, Haiti


Vendredi, 4 Mars 1910


A3S EUETS
Us Mo:... G. 2.00

UN Mo'. .,. G. 2.20
Tuotm Mols .*0C
3u1...Iolijloi5. 8.00



pmUwrxuR-FOiIATZUR


I


4


J


LE NUSIP.Ro CENTIMES

w :i mu- it aimr.'-a oti non lie sron
0, enlus
RELJ.\Jl1AS DMINISTRATION4
4-),1 4.RLX 5.


Arthur Isidore
ADMINISTRATEUR


OUOTIDIEN


los sources istorie

Le livre d


J'espre quae, dans mon article pred-'
eddeat, j'ai bion persuadA le lec'eur dua
but de ce travail qui est, non pas de
presenter deo rdfutations personnelle i
dos Souvenirs hitoriques d'Elmond
B>nnet, mais de mettre an regard de
curtains faits rapport6a dans le livre,
lee affirmations contraires apporties
mar Saladin Lamour. Do tells sorts que
la critique impartial puisse, A l'avenir,
ea convaincre que le livre on question,
A c6td do bon nombre de renseigne-
ments seriauz, continent des faits con-
trouvds doit il serait peu loyal do fair
sage, aussi longtemps qae des d6nA-
rtionsaatorisdes ne seront pas venues
olur tour contredire les rdfutations
do Saladin Lamour.
On sait toutes les malhoureases cir-
constances qui accompagnarent la r.l-
pression de l'insurrection Magloire-
Ambroise. Ardouin les resume comme
suit :
a Des citoyens inoffensife, des corn-
mergcnts paisibles. forent accuses d'e-
tre les complices de Magloire, de lui
avoir fourni de l'argent pour parvenir
Sses fins ; et, peut-4tre sans preuves
sucanes. dix-sept d'entre eux furent
arrAtds, lids ensemble, livrds a un dO-
tachement do troupes command par
Laverdore, pour 'tre conduits, disait-
on, an Poit-an-Prince oi ils seraient
a Lus fonds qu'ils avaient dana leurs
msgasins de commerce, leurs mar-
chandises, lears effets mobiliers, parent
saisie come devant Atre confisqu6s au
profit de l'Etat; une parties de cet ar-
gent fat donn6 aux troupes, I'autre pas-
a aux mains on ne sait de qui; les
marchandises et eff)ts farent #gile-
ent partag6s de la m6me maniAre Ce
t an pillage organis*,& limitation b'a-
ablue da pillage dAsordonn quoe les
soldats et les campagnards avaient fait
d4s chevaux ot autree choases accessi-
Ubs leaor aviditd, appartenant A Ma-
gloire Ambroiso...
a On eoanoit encore ceso mavaises
acions doe a part do la soldatesque et
4a gnpu du people, incapab!es de
oeupredre, dans tout pays, le res-
Sd I & la propri6t maoe de la part
r a!toritts, des chefs don't ploaiouars
nat ematours, idgislateurs da pays,
is u"r on mame saqaestrer les pro-
I 4d hommes qu'on accuse, sons
_ rd des lols, d'ane constitution
m, qud aratimsaioet les
kts do toast, do elos actes doivent
NSs, 8la rdprobation advAre de 'his-
a Et nmores, il n'y avait quo cola a
ia k Ila po II Mals amo mal-
t0oiads farent iabaum ine-
M t masmldsa par le dtacshoment
Sl ensadulPait, IoerqI'l arriverent
._ s r pled des moata-
S reatwee de la praise deo L6o-
Qldo et rde arbltrer,
-*a-a, ~ ie- feamer* e-ca*


1' fermissoment do l'6difice dlev do bien vous av z fait donner des secours an
U Ot Qpublic, neo li donna one si grande bless4 ou'on avait cra mort an Caba-
u l6tendue d pouvoir, que parce qu'il ret Carde.
6tait fermement pernua4d quo le chef a C'est avec horreur que j'al appri la
da government n'en abuserait pas, mort de toun ceux qui ont pdri dana
et qu'il no aerait port acaune atteinte cot endroit. Ce n'eqt pas qa'ils n'6taient
e0 Bonnet a la Ubertd ni an boaheaur da pe ple. couvables, je l'ignore, main c'6tait & la
a Cette persuasion sa'et troavde fon- loi de prononcer. L'humanit6 ordonne
DEDI* A JEAN Lz FuLRETELR. dde. Lo Pt6sident d3 la R4publique n'a que vous fassiez donner tons lea soias
pas d6menti l'opinion du Sbnat & son possibles au mallieuraux don't it s'agit,
regard. L, liberty et le bonheur du et en 'mon particulier, je vous on false
teur commandant da ditachement ? people so sont consolid6s par les me- la recommendation.
C'est un mystere qui est res46 dans les uares qu'il a employees pour y parve- 4 J, yvous pr6vions que presque tout
tenebres... nir., le public sail que vous avez reca chez
sLa conspiration du G. Magloire Am- Dans ses Remontrances da 28 jail- vous le citoye, Michel. DWjd on m'a
broise, ainsi terminde, o'caiionna la let 1808, lA Senat parole encore comma fait divers rapports a cet 4gard, et je
plus p)ignante douleur A PAtio- : ... it suit doe affaira M 'gloira-Ambroise : pr6vois que cela peat vois fair le plus
out A g6mir de l'assassinat commis sur c Dins le mois de ddcembre dernier, grand tort dans I'ouinion publique.
le4 citoyens accuses come ses com- le general Magloire, aprbs Yayou, cons- Pour pr:wvnir toute e.p ce d'dv6nement
places. Aussi,aucun actepublic ne part pira a son tour centre la RIpublique. coatraire :i l'ordre, je vous conseille, et
alors,dmand de son autorit6, no" plui Cs fastieux, malgrd sa caducit6, m.di- pour vo.re int4r,' et pour satisfaire an
qu'aprs la mort du g4n6ral Y &you, tait on secret I'assassinat des deux plus vawa du goovernem3at, d'euvoyer ici ce
comme ii est d'usage danstoui l s go,,- rermes appais de la R4publique qui n'a jeans home a .A maison d arrt. -
vernements : il lui eat dtd p6nible de exist, pendant an moment, que dans J'ai 1'honneur de vous saluer. Pd-
justifier ce qui avait lieu dans ces cir- deux individus, B)n-iet et Davi -Troy. tion P
c nstances... Dans cette derni6re conjuration, nous
a C'6tait deji une affligeante situation le disosis regre*, un autre membre Marion dit encore dans le mone dcrit
pour son gouvernement, que de so da Sinat, Magloire, y fat impliqu6, et qie je vie-is do cater : N eit-il pas
trouver dans la n6cessit6 de soutffrir l S6nat rests dans la plus prolonde e:6 au moins imnorudent de rechercher
des faits rdprbhensibles de la part d~s ignorance sur cette affaire. A poursuivre dos hornmes don't la pin-
hommes haut places dans l'Etat ; juQ- ( Inform6 qu'un des artisans de la part dtaieut des stnateurs et des g6n6-
tifier ces faits par un acts public eilt conspiration do Magloire avait trouvd raux, exercant danws 'armAe come
6td un tort de la sienne : il crut devoir asile dans le district de L6ogane, sous dans le conseil dti li, t'ion uno gran-
les laisser an contr6le de l'opinioni pu- les auspices de I'adjudant-geonral Ma- de influence, et dout le concourse dana
blique. rion, le Senat voui adressa un mes- la guerra qui se faisit avec le Nord,
a On dira, peut-6tre, qu'il 6tait ins sage tendant A avoir des reaseigne- fat si utile et si ,fticice ? Ls Pr6si-
I'obligatio- de s'enqu6rir des causes ments sur la conuite de cet olticter dent dut done so border A t 1trir de son
de l'assassinat coimis au C baret- supdrieur : it n'eut pour foute r6pon- unlignation perounnellh cette infamante
Carde. po-ir savir contre sos v6ritables so do president d'Halti, qu'un silence action et ; en g6mir douloureuse-
auteurs... Uoe enqu6te a I'6gard da cetfacheux. ment. D
fait et de la saisie des propri6tds de ces a Aujourd'hui, le Sinat ne peot plus Ua troisiem'n tdrnoignige contempo-
victimes n'eAl pu justifier d'abord lea donter que Machel a trouv6 asile chez rain est celdi de Silalin Lamour ;
g6ndral Bonnet qui, en sa quality do le gdndral Mirion ; it y est choy6, il mais come nous allons l- rencontrer
commandant d'arrondissement, avait eat do notori6t6 pub'ique que ce com- tout-A i'heure rdfata-it E Imond Bonnet,
i'autorit6 supdrioure a Jacmel ; el e eft police de Magloire march A front d6- do nons d'abord la version de colui-ci.
pent-64re compromise dgalement les co- covert dans lea rues de Ldogane... a
lonels David-Troy et Geddon... Si, dans ces pie es, le language da a- L'ordre etait retabli a Jacmel ; sle
a II n'y a pas an seal gouvernement S6aat cherche & disculper Bonnet et calm r6gnait en cette ville Alors
qui ne soit expos & sombler approuver David-Troy en no parlant meme pas des quo le danger dtait passed, P4tion qui
aes faits de cette nature, de la part do ascaes do pillage et d'assassinat, il res- n'avait pas voulo prAvenir fe mal on
ses agents, alors m6me qu'il en est to tout de m6me conform a I'asser- faisint arreter Magloire, qui a'avait
m6content : pour apprdcier sa condui- tion d'Ardonin en ce qui concern la meme pas fait saivre immddiatement co
te, il faut se reporter aux circonstances non-responsabilit6 d4 P61ion, puisque gAndral alia de pry'er secours aux an-
da. temps ou iis so passaient, et nous bion loin do l'accuser dd coe atroces torit6s de lacme', Phtion d6pbcha con*
disons que les circonstances 6taient riguoeur, le S&nat va juasqu' so plain- tre cotte ville Gddoan, A la t6te da 3a
tells, quo P6tion dut les soutlrir et so dre do le voir couvrir Michel, an des rAgimnnt et d'an d6tachement d'artille-
taire A ce sojet-a complices de Magloire. Tandia qu'Ar- rie.
En noun r6fdrant, ainsi quo nous I dodin plaint on f6licito PAtion de trop a TrToi jours apre3 le a dvuements,
invite trsa sensdment Ardouin, aux do complaisance, lo Snat I'en blame. GddAon arrivait, prc'dd doe propose a.i-
circonstances da temps et en nous liant Et it esat b de remarqer quoe lea nitres, qui so rdpandaient de proche
aux t4moignages contemporains, nou Ress nm en blimant Pliop do sa en procha. Averti do sos dispositions,
pouvons pean press fixer le sentiment complaisace eevers loe complices do le gAn6ral ( Bonnet) se ports au-doe
de I'dpoque. Mao noe sofflent pas mot de I'as- vant do lai ; :1 le tronva a l'entrde do
Notons toujours que, d'apr6s la ver- saslnuat ds Cabe'r Carde ni da pilla- la ville, formed ea colonoe d'attaque,
sion d'Ardonin, une onquAte eilt cow- ge do Jaemel, fails, A a'en pas donter, grenadiers oea tte, tambours au centre,
promise Bonnet, GAddon et David-Troy; pins reprehosibles qu'an trait do la gd- pr6t A s'6laocer sur Jacmel come mr
mais nallement Prtion. mnrosit6 on do la faiblesse prediden- une place prise d'assaut.
Au premier rang des tAmoignage. e-st fon. as con trait,s Bonnet devait naurellement peaw
contemporains, nous citerons d'abard Botod Das doBnot edas Davlr-toy, que ce colonel venait so mettre A a
le Sdnat. Bonnet et David-Trtoy tant prsents, disposition do commandant doe 'arroa-
Dans son adresse au people du 7 bW' o *ntdu. dissement ; ii no'en tait lieu ; G6d4o8
janvier 1808, publide sons la signature Us second tamoignage contemporain etait porter d'ordres peroannels, qua
de Bonet president, it dit de Magloire Oes U 00apporto par le meme Maw on lai-donnaient carte blanche, aves -
qu'il a suacWd a Yayou a dans la prati. do0 11 d"it question 11t ei f com- voir de pilfer et de saccagerw j .w u
quoe de Iart du crime*st qu'il a subi l ms mdaft LA 16poqae. Ipublia, rest sourd A toutes les observations du
msme sort que lei. QuZani A la p3rson.- S m_ l.- UIPhes En.. o, his* ; gEnU .
no do Pdtion li-6memo, void, dans ls=S JW dameS os qel a Vainement celai-ci lai reprdeeta
mime adresso, Is language da Grand Sday ad P psise O eU" nto que ces ordres avaient sans edou te d
Corpe : Part I Prae, l 3 ddeambre 1807, donnDs pour le cas o le gAndral Bon-
a LA S4oat, en invetissant le Poun- s IV de f.I.pedoas. net eurat 6&t6 tou et Jacmel ea r#volte...
voir ez6omtif de tons les pouvoirs n. edk. ali ,. M it Haltlm, radja- G6ddeos etendait executer /le order
oessaires poor PeI6cation des lois, esas i dau Sl Morie". qu'il aevt refas On dot n4gocier lag.o
as lai foaralmsaat, par son sjourne.J ola w weapiu 9r, par vo olettroe s mpest II se consentit A lee modier
meat, toes I myeae propres A rat. d'tw,, dtr- ys at o de1aMl, qe qa' a tcoihoIs qs'oa lai accorderlai


I -


1111 1 II





deex hous* do p~lag. A sqa granid ro
cBs woo ,due I egisumik; nob A
p.0sr-ildudd.r rem wBe*pllage A den
*n trois malsoina....
It LAs bOMMON a6lds seSOWprdvOG
lion Wavoir foment la rilvolte forest
dons I&assouse sp~idg A *POnt-an-P. LOCO,
sous I'socorto du dltacheament d'artil-
laruem quit fawasit partie do is colonnal do
GiiF~on. Au Cabaret-Cadre, cos malhee-
IrooK prisonniers ferent cruelleinent as-
Usmsinds.. a0
On vost dijaIla contradiction avrc
toat ce qui piocu~le of clommnent, poor
discuI1 er tzon ptete, E-1mond lBitiaot
hh1jejile P3,4 amotile lout cola 1.0 in ,
comnp~vIle G4Ed~onautorn-d par Potion.

K ownw;ruainten in t, pour linir.
S-sialn atnour ; if comrue,sce par
cflhllirmer comino hait les assertions don
Mardion :
-g -lMArion -%'ttait said en rm triage,
l01lP'.'r.1. 4 #I) t 4I-a', e&6rae-m-ni-ot dusti
bpivit, 'Ila Witt (]a citi1y a n ilhel, se
cr'~haiis' dii geln~ial MI gloire et Pon
COjltifl-re fl iaet.4. ; -son heat l p~roa te
Is ia eitii q jUtj vou-tit tip tout. et luiia..
SaW4 (ilhitim, (l'v) 16 tU10'A1S cirt.oiis-
go 41 et -ivzi iC09" f~aneu's ooup'iaa
141S m~;~u ,Jiad jiji d(14 tout, it a po
S* e .1 ii r (.,t'urnse itra faith dansasa bro-
chure, v
11 (.aLL insi, pour on conp~e:
41 li.-i's le teilp4. (et penilArt tq se Ni-
cli'-1, .tn-i~ii t iudm (hi p nral Maizion,
Etaa c~el~e a ttCe lem-uter 11 1.('- gie
~'bUm luetli:.,A Falb i da4ra af s ro le
S,",at aiit.eqtsa n njemag a ava 1-1bident
Pt6tioiu, Ilrt-4at irijoinctborl d*, rhuinter
A vee gvtnti a Ileliviver Michoo A la poli-
ce, tiour ejul'dfilat .outrsuiv-i comir e
CI~uaJI~ii geta g.ur..l Mi' 9(11. P~t~ii
a fit I. :C.'Ile o~ t ijeI ,a u 0"A' al
Alai I'll, I irevi anit a'I i vrer atla Pcil c-
coti t u1411pO. S'l 1aOwlt(i11z lul o e
onm iuii en avail fsit le rapport ( nous
4 VC 11-.1 e cjraduit cetto lettre plijs
haw) t) r~-, P-41- aL1149leire confiol n-
tiell e t., it' e -.Aarnin A cclteaffi'ior
p6iAirI. ml Vil L~~aci ire pacnir N- \
iut'a-al Ii mmetI. i 0o (I--I arnat~v ox-
p& I Iu r. tire, pouir Ce ou:sti aaae ax
p0125 suites t(A aux coitd'. mnnat icn. qui
a'"j a~(I'-rVA IL-a Vt, a c a
brave homn mo ji. souq I'a u;iai s!ra -
tion du 1ii-lsidoaitt Boyer, c#tait 1pirvenu
aux (onctions de 6wi~eur (1-3 a ltlspu-
blje*,v- V i Ai;t 1-ir:*of1! y a t!u 4Jj I
trop de sang tleie iandu t our re po5
voir tepatidre eticate Ct!Li do MichoL.,
S, hI' iita Lc iino u'-., alors q u'ai 1 0ait s6
vni:te or sousI toipi"e Ile Suojz.a
truts e Hit r- S-i nt -'-n' Ill ru-cil
I'inc iden.ict. -Ita t AMi, hlt, 1k t~oii sauvc#
aou'e ila vit a'i11 )riteo-cloart, ar.*joit~t A
Fer0t a?-nijL r detMisgioire Ainb uise-
a I n .;oir, umme hoxne viejile femmie
Be I 1.1it-iia au goiuverutementd, sofait
awnu'iecer, ettt-mahmfse uve aulifnec-
put tivuhi~rer.. Pailvo-.i Ia loi accom' I-A:
a (;e rm'ast pas zau Prijdor ftdil Iaiui,
lati I'it-elle., q as-P4is-a aidres-P. c'eit .4
mrv'cn acien ma i Pr~sidt-rit, It rac-WP-
i~sit eatt ab#ebA c z ruoi depazis bier
Foi'- J',ev' suib foit ewbarass~de : qua dois-
ls fairse?
a In avfz-voux parI A Ad'autcts per-
manoes. lui r6pondit Potion ?
If -J-. m'en Be rais bit n grdd!I Isn'ai
t'onvd quo voos A qui jfen ponvais fai-
re [a confidence.
-a- Eli big.I rtipliqula Is Pu~uldont,
teast z ce fait sous Ioe plus grand aewret.


gaf 1 q4aro uA 'dard
on 60400WdeA i e Ono@ ..AmbI l

8618~41u% Lenear q41-i. ml..: smms on-
t. qu3dam.d "t. ousat qao. waSd
Choiseg Iausi grave., 14 tdmi 00
Cimciaw doit 6re ciro...pW i= a
rin n dre &aI.la 'g~r#e. 60M d-ispeam..
qui isoui1l4 -@an: is.Mel 61 low enyirosi:
a C-tux qui avaloien #&&aiusi aseaq-i-
0469 dtaioot don cosfeirgan-s..quit Te-
nmien& d6 sre pillo. a t C-.q ouimo n-avait
so poor but quo d'eszp6cbo~r les rd Ih.
110alsons ulia.rieorra do 4. lur pa~t, ton-
dant A oblemir leuuti fortunes pillies
( P..ge 21 ).- Q sA49t isus. n~goci'.nrM a-
uftqds A JdcameI, boo I H. rom us Po
'1itatehegemws t do bonon'CAfd.4 ,i'dpo-
4'a1"a'a'ent par q ci jus ont' 6 6 piilldtu,
aLcOUX q u i W- out Ni't anriA -or et assa-
*siner au Cabaret-Quatre. Jo laisse le
hou toie A d'autres dertwains pies ha-
b 1624 4spe Doi, A sWen occoper I
Q) sant A moi, p.ou d'i.utidwit aprbs Cat%
,* urnaldwJe me re nfils ; J ]CM0s, at I&
j ,apptls dd genie t 61 resp-ctablia *1
tra~i tensa6.,des cIirtoq-tances sun les-
qu-9l1es pa corsvenaacce je me tai,%*
quoi quo 'ora v~uil e jetrtr do Iow h
so1r la cowiluite d~u jP ideit PN ion qsai
416-testait les *tat guinaires ; qui Do 89
so ci ait nuilememat da I& i i hegaqp, quli
"().Al dt plu'Ctt (jil, en preuaii. de per-
'Soune, et quzi, t a uu mt, n'ovait pas
b'%oin ed-,lIi fortune de tces mallietreux
(ig 3 1 'S)9
En r6,4umO, E Imo d Bonnet, par see
aIffirmationia sur les Nfits qui oureot
lieu loirs (4dik acorispifatiou Aagloiro-
Ambo~eheuitea les !6noignaga tant
'Ifficivld quo Privds do cette 6poaue. It
It it r-to le sentiment da gdradral B nast
lai-mdnie qui 6rant prd6.ident do S.~at
eni I.SO$,-ioin di penicr queoIe auc~nes
,It Jacmel eustaent ee piocnddil6eoan-
tre Is pi 6zi I mct et G6 fdan, aitwi quo
le pr~teud son tWe, fdlici-a Pdion do
?- couaduitevet lui LdMciigoaa 1es8actions
4e gi;ties du Sdnat a a corn do la
pat id rocofunais-ank'e.0
11 est certain qu'E Irnond Bonnet s'ext
plus 1'ru~occut 6 de seirvir la pidt6 fihuiosl
"ue 14 Veu:11. Le scrupulo peat re
I, anoi able ; m i it i faint qie I& posf6-
rod~ le -.achi-, pour o'Etre pan t~ooIe,
ainsi q iuia ~ttnadance so desf'ine, do
rare ..ia maqavais usage des souvenirs


/4 'toriv/l eS.


AUGUSTE MAGLOIRE.


UM POETE

Ces messieurs s'entretenaieat A ba.ons
romps sur le recueil de Mr hi. Latorest,
initul6 : a Sjnnets-Medai Ions do igamee
sic:le. s
-Chique fois qu'al n'est diank de goot-
ter une tranche et belle oeuvre de podsic
d un de res co upatriotes, j'iorouve, je ne
suIs vo:-rquai, ui sentiment inadfinissable
d., mnlancolie. Je s'is peai&ri de la pens-
b.(- for une qu'elie ne micquera point de
tr.verser. C'est que chez nous, ii fint bien
en convenir, la po6sie nest point en hon-
ntur. Non saulement on ne soe donne pas
la peine de I y comprendre, mais en v6uitd
on la deoigre II serait piquant de voir uan
pen q&oi cela tient.
Cela 2ient A ce que la podsie daunt Ie
faith de nations fo:t arridrdes, nous rdpu.
goons A la cultiver. En effet...
11 me semb!e toot d'abord qu'y a le
prdeuge, Ie prejug6 qui selo.a Ieprssion
I de Voltaire, e un grand uemmer. Vos
avex en second lieu Prpict trts pM"niclier
suns leqaeI le birde se prdsate presque
tonjours A nous. Et il faut vomer quo ce
aspect. en et t, nest point des plus lbh-
renu. Quand c n'et p.- qwesq- puva
jene bourne de plus de ptfw inm qas
de f. rce qui tramcae a Mm, 'et mIt q
ment quelque vim rndotewr qai, m ango
d'acec existence dcolosle eta, ImeCO-
roit rie de plus recomi qua do
ire treoetir seO Ame. Et pred- mmm,perMA
que le utal eroeiM qui la s -bell, 'd-
met qae des sos rauqaes, comempo-
nim s'ahuradmemt. Dm ann oct qi,
come la n6t., crcehew a iaquls ide
son aul ewt -t vin lo-ose s I a
aw e mlpubm .,I


I jai, et que is pin soevent lt em a -
I plaemtddpoerv de talent et qe' i
i magae, pace qk'3l accomde ..a m-..
one couple de rimes, descend d'Apolmk
ona personae. En resume, nao nos e. me
mes habituss a le regarder coumme ne
m valep graine, one esp.ce de froloo deo-
nomiqoe ss cell vous agree miles.
Vo0s ezxgdrez. mon ami.
La pipart do nos fasersn noun as-
soament A Ia &logue de leurs combiai-
sons ridicules. Aussi, lorsque noas ren-
con rons de loin en lo;n quelqu: vigoa-
reuz et rare artiste, devons-nous l'apprd-
cier et I'applaudir come it convent.
Voas n'etes pas sans savor out 'e b uit
qai s'es, f.it ces temps dernifts autour do
nom de M Edmcnd Lafortst. Eh b en 1
noen ressentez-voas pas comme aon vif
plaisir ?
Depuis tart6 q zi ze ans. It signature de
Mr Laforeit esi sans conteste I'ane de celles
qu'on prise le plus et qui sonst come de
just tr6s haut c6t&s dans no re liitrature.
Apr6s avoir donnd c!~ pc6mei mel ncoli-
qaes que les lectr6s n'ont paint oublies et
qui ru eat tant d'hcho dans lears cocars.
le p- e nous rdservait one surprise : ces
sonness-medaillons qui v'ennent de par. I -
tre et qui obtienannt deji un ptu partoot
le plu; notoire succe.. Caractiriser splen-
didement les prncipaus g6nies qui lias-
trerent le siecle dernier, on pluto fixer
avec one precision d'eaa forte les traits
sp6:iaux qui 'ec sigialent A It grati u le
universelle 6tait certainement one entre-
prise original et tEt6araire i liqueleita2ient
indispeasables les qualities les plus grandes.
Voila cc qu'a voulu et rnalis c le poc*e.
Quoi qu'il en venille dire, la force de I's-
gile et couple ouvri:r a dt6 suffi;ante et
harmonseuse A l'accouplissement d'une b.-
sogne aossi ardae.
Poor se fire one idWe de la difficulty
d'une pareille enureprise, il ftut i.re soi-
meme queque peu artiste. A ce propos,
je me plais A rappeler an avei' de St Btu-
ve qui m'a toajours profondomeat touch.
I nputssant A egaler 1'essor de ses rivaux,
les Limarwtiae, les Hugo, les Masset, Ste-
Beuve don't a lei yeux aigas, filtres sous
de minces paupieres, etaient si prompts A
saisir le defeat de toute coirasse, disait i
la fin d'une 6dude sur Alfred de V.goy,
qu'il faut qu'elle so decide enfin de compete
A I'admiration, si la critiq je veut tout com-
p-eodre comme c'est IA d'ailteurs son of-
fice et sa grandeur. A 1'exemple du ci6-
bre critique, I'admiration no me fera point
deftut. Je sollicitais tout a I'heure votre
attention sur l'td6e g&6nrale qui sou ient
le rccueil du pcece. St purer I in irne e-
le communiquer peat tre une difi iStion
de la poesie come elle est certaioement
celle de o'enseignement, Mr Liforest doit
seo flat er, de nous avoir f it respirer le
plus delicat patfam.
Mr Laforest est une nature particulikre-
ment ondoyante,diverse et riche. A.n effect,
il est si insaisissab'e A uue prise directed
qu'il faudrait renoncer A I':didier si cease
etude n'mtait un plaisir. C'est le propre des
organizations d'elec ion d'Echapper A I'in-
vestigation par leur infinie souplesse. N&-
anmotns, en le regardant d un pea p-cE,
il est possible de ddcouvrir chez Lafo-
rest uon maniure d'epicarien. Oh I je o'i-
rore as I'idec dfavorab'e qui s'attache
bituetllement A ce term et je vous price
de ne le point prendre en mauvaise part.
Eh I'epicurtisme, A la v6rit6, nest point
ce quo le vulgaire pense. Etre Epicurien en
cetM equivout itre curieux et A jonir
congl ment des choses pour les bien en-
tendre.
Cers ainsi que ia volupti de I'artiste
ne sera dtrag&re aucune manifestation de
sensibihtd i elle veat acqudrir une pleine
idd de aoi. Ea na mat Iaptitude A is'im.
prsia or comme one plaque photogra-
piqus des mille apparenoces qua sOs la
vie e pe-ttre aoe conodutio d'-clai
cimea t d pofod mysthe lui aons
enalape. Male je crams que cela ne vOnt

--I Vcrain, eon elut, come voa .
usal continued. .
Dc re, dams e choix atme uk
per leotte deo sau jet.je coummt hr d.
sease de cotte volmp 4. e en ysamt d
trer deas la fam lia.d d csrads bo-m
mpeear ls cim ri bitd dam leer
ai- -Ms fidA u s em isI


skerMm k~~s as

eMAe G In e u
a leterrger remes d'Ames a
sddacinm iadmoige claes
fac.td pder.mIg.. damal, .
Owssal-le So elo avamnr
parent plu 6: *a crtldq qu'eaa
c'es -Adirn qu'i1 eAS point do
les orewurs d quil lPosites acaoig
ceonce qu'il a de Soi. Ma is s
de ccla vraimeat. Los obescles qua
avait a urmowter pour meoer iA
seOtative d~eaiet mel iples CTe't id
sion de souliger Isn qalit6s pea ,
net qui le diiingest. Toot d'
ne peat ce s*picher d'admirer vw e
*isance toco ."in rablo it mania le
ven qui li obhs dolerveat f:
pine, de*ient preqae la chose onv I
volait Veraice Le pote a e ,
geoce si complete do rythue quoe s
se vous berce, vou eochante vow --
des perspectives infiales. C'est, le I l
stul, en reality, qui renal le vTeo i
Puisqu. la podsie a poor obligutioa d
mer le sens ce l'once, c'est I'oreI3
demment qao doit. eager en dernier
Avez-vous temarqud d'autre pan r H
lent mosicien qu- cache Mr LafornJ
sonnets qa'il a consacr6s dans sona
A des covpo-i ears illus res sonsjgt .
tif, A cec egard et de p'as ravissants. T
est leur juitesse qaoe l'camen le pls c.
grin n'y saralit trouver rien A redime..i
pendant 'a suretd est de rigueur ams
poe e d uoe va'eur si indi!catab'e: I'
ne point trop aimer par example, dp
sonnet sur Vigny, cette companiam
l'hutre, le mollusque evedllant oM
meant one idWe inf6 icure. L'6tra-5--
vers suivant m'a egalement frapp :
Fixa le crepe vain dou meant imnple
M is les chcanes i vrai dire,sonati
raites Etles n'entacheront point I'e
6legante et fine d'Edmond Laforest doi
poete que la pliame philosophique ds
Elzer Vilai-e a si b en ddfini et iq
serais tent d'appliq'uer ce vers tan i
et doux :
.onte 1'essor est par, la terrepi
MAURICE BRUN
rnh fskab mAL ff wa M T"M1LV"


lFaIlIF s ID


ITS
IIQV


RENSEIGN MEN4

C:ba3oezvaeto:


SfIMINAIRE COLLEGE S:-MARTIMAL
JEUDI 3 MARS 1910
Barom6tre A midi 7 s2*
Temp6ratur.eminimum 190
maximum ji
Moyenne diurne de Ia tempErastue 23&-
Ciel clvir jaqu'a midi et nupgea ",
suite- B ise de mer depuis a 9.
son un peu esmbstum. Goattes de
apss 9 h. Brometre en baisse.
J. Snta
Tibanal de Comrnwerce .
Aus'fec do 3 Mars i9o.
Le Tribunal sem la p-dsidence de
yen Bastian, a pris stge *A b eu sd
a reu is prestation de semeat do
Albsn Basilln. n ratmplceamstm
-g6. Mentor nminn- e
rdEwed le afIaS sd do M Ma Nths
pimae. H Fdlanet, MiM sec,
La aibiars sivastes oidd fais wA
dieamce wcol : Talm Ca
Him lhmb Hw asHb a Artma
coastem E Peel.


Makiloil pqw M & im I
A... e-,r-SS.- -bow


Iy.


L 5 r-


IIIR1


U






6 come DMdlia Phi-
-se, lHrmama Cor-
co-e Bli. Aeges-
umgioCipolia centre M tie
s d Me C. S. Remy 1'af-
Lopold coO re Midarme Veu-
a e fitite A ta'idience pro-
f a fit place A celle do
asai Basmon, Roy et Dos-
j pSats oat 6tC sendus :
g a quicoad.mae M. A. Bien-
A payr I Martin Bro:hers la am-
d 998 dollars o;
Ca oi conds.ne Eaullie Clau-
Spy A Nls Lajoche .a some de
p des 2.
a entendues
Deslandes centre D&icis Leon.
-Les 4pous Henri Frddtique coantre
S5chsma oppositionon)
O i u e mslcv6 a 7 heares.
Nouvelle Cath6drale
s Nas sommes heureax d'avoir p', g Ace
ame entrefilet de mercredi dernoer,avoir
iaqun renseigements certain que nous
E "A l'i iqui6tude de nos lecteurs.
L'histoire du Mecklimburg est absolu-
Jao Traic. D s documents su h-ntiques
Ssooat 6:6 communiques qui prouvent
qu ce vapeur a do retourner A Hambaug,
s ite du one collision. II devait laisser
avrs lIe 13 Janviet et n'a pU partir en
iadli que le 31. Une depkcbe de M.Aug.
2I-ke, agent de la Hamburg American Lt-
U, adressee A M. Perraud, 18 Rue de la
Vatid, Bruzelles, announce le fait.
Le Mkckkmbuqg sera ici dinmanche, com-
Ua oa le verra dans nos avis. It apporte
In carrelages, cloches, vitraix, grisai'le et
bheroge de Ia Cathidrale. Les travaux re
WaM saspendau que pour quelques jours et
Mtms tepris des I'arrive de ces pieces im-
VaM.tes Its pourront ere achev6s dans le
b*s de Novemb e
M. Paul Perr. ud est attend ce mois-ci ;
il ara probablement a Port-iu-Prince le
so, d'apris uoe de ses dernieres lettres. II
de ra tons tes autres renseigneme2 s nE-
umaires, avec la b3nue grice qu'oo lai
loMit.
B ulletin Off iciel
Nous avons retn l tascicole do 'Bulletin
Oc des mois d'Otobre, Novembre et
Daiemble avec le sommaire suivant RE-
uisition du Commissaire do gonverne-
meet -en Cassation touchant 'affaire de
Ledes Pinchino centre Thiers Alphonse ;
Ari6t do tribunal de Csssation du 15 Dd-
W1e8re 1939; Arrtr rec ificasif do 22 De-
Rmbre de la mamee annae ; Aret du ri-
Whasi de Cassation en date da 17 Novem-
ha 190o8; Jugement do tribunal civil de
Pnt-ao-Prince do 7 janvier 1908; Arret
h tribunal de Cassation du 2) janvier
1910 ; Jugenmnt do tribunal civil de Port.-
SPrince do 16 Dicembre 1907 ; Arret
Wa tribunal de Cassation do 3x janvier
I91o; Jugement do tribunal civil do 5
aoftmbte 1907 ; Ane do tribunal de
0hsation y relatif; Jugenient. do tribunal
Ml de Dcembre 19o7 ; Notes concer-
e isu nge'ens et ar e s ( affaire de 'E at
Mtue la Banqce ); Rapport de Me Bona-
yi propose de la li do 1o soft 19o0
O les Syriens ; A proros de 'article 8o
is ma cede; A props do DIcret de
I. Cement provisoire de 1843, Louis
L'Alleghany

w-Ycmg: James AUtier, J. Havan,
S eader, d Lmoone, Ander-
ar, : A Moevalzir, Clara DN-
U.)a PFrgolI. Amry. A Ab'
Al_4 Niglem EBru D houz,
DuM, J. Mm. Cavil,
A nLi Ms Ba s e Abrahanm,
BA bu Pm Auie Go-
SHum, J M C-Umvm, lou.-


:S: & D~adr, Dr


Roy,


am 4 0S tRW4


rigait d'ailleurs avec beaucoup d'intelli-
gene et d'activied.
Nous apprenons que le diparteme.t des
Travaux publics a dcrit A la Comnragnie
peaur la rappeJer i l'observance de cate
clause du contract.
L'administratour g6n6ral des
Pos es c-nsign6 aa Bureau
da L ort
Ce ma in, Mr Drossaint Li avois a eiE
gitde pendant quelques instants sous la
consig, e an Bu eju au Port apt6 I'arrivie
de eI'Alleghany ..
Le MATIN donnera demain des rensei-
goements sur cet incident qii a tc4 di-
versement comment.
Soci6.e Franqaise de Secours
Mutuels et de Bienfaisance
Ea ver u du ite piragraphe de I'article
63 des S atuts. let Membres honoraires et
actifC d- la Soc 6t s-nt priis de se reonir
I I'Asile Frachtis, diminch- prochain, 6
Mars, A 1o heures precises du martin ;
pour entendre la lecture du rapport annual
du PiEsident et du Tiesorier.
Le rapport sera tenau la disposition des
in'fre.sss A l'Asile Francqis et chrz le Pre-
sident jusqu'?u dimanche 13 Mars, jour
fix6 par le mnme article des Statuts, pour
la discussion du dit rapport et les elec-
tions d'un president, d'nn vice-president'
et de quatre conseallers sortants.
Port au-Prince, le 3 Mars 1910o.


Le President,
F. CHARIEZ.


P C. S.a


Les commissaires du Gouvernement pros
la Compagnic des chemins de fer de la
P. C. S. vie inent de faire an important
rapport au gouvernement sur la march
des divers services de 1'exploitation qui se
tronvent, disent-ils, dans un desarrot
complex N ~s en extrayons les passages
suivants :
II faut vn ing6nieur haitien
Depuis que la Compagaie,sur notre in-
sistance et apr6s qu'elle eui resist tant qu'elle
le pat, s'eit enfin decidee i se donner un
ingenieur charge! de la direction effective
de son exploitation et malgr6 les reserves
que nous avons expiimdes an sujet de la
quality d'6traoger de cet iDginieur, alors
que d'apres le cahier des charges de la con-
cession, il aurait du a re de la nationalitE
haiiieune, nous sommes obliges de con-
venir qu'un notable effort a e6t faith et se
poursuit pour reparer le mal qui est resal-
t6 de i'abandon ou des services de 1'exploi-
tation pendant une annEe entire et es-
sayer de remettre en Etat, an moins, les
voices urbaines des tramways. "
Les travaux
No.re opinion est que m6me cette re-
mise en etat de; voie; se faith dans des
conditions techniques defectueuses et s'dx-
ecute, en pratique, de fa;on inaccepta-
b!e.
Les rails


It a ete dEmontr6 en pratique, ce qui
en principle dait dE(A proclame, que les
rails de 35 livres le yard employed poor les
votes aubatnes des tramways Etaient trop
faibles pour supporter le traffic avoc les lo-
comotives de 25 aonnes du service de la
Plaine et de la 1 gne de 'Carrefour. Ces
rails, partout of carculent ces machines
ont e6 brisds et se sont affaisEs l'lme do
rail etant usee complement. Ot lea repa-
rations taites Pont etE avec lea minmes
rails.de 35 livres... "
Ballastage
I se fait contrairement saux rgles de
ran avec 'des roches de grosseurs extraor-
diuaires; aucan passage A niveau n'est con-
vemablament 6tabli.
La vote
Depmis plus d'un mois, sla Compgnie
a d6chsauw la vois de la rue Fdron,... cs
chantier eat enco damas le s da, em-
pchat tot crcualatiou des voatures.
Le ballast employs dams la Graad'rwe,
'as transfam e, m plaiseun endroits, en
an v6ditable lit de o
A, Mirchb Valliere, la vote a oeeni
=n m omMeam0 d i da lves moes
A --mAl e. dee dA bAdwen. Teo


'cirulaion en cet endroit, come devant
Is Pone, etc. est impossible Les passages
a niveau out 6t d dfaits..
Mat6rjiel
L'6tat du materiel cs* an dell de tou-
to descrip ion... "
L'c exploitation
*Le service de Carref ur. ma g le cha -
gement d horaie, n'a gere doan Ie. I--
sultass altendus.
En Plaine le chem n de for :end <'e
moins en moins de services A cause de 1'ir-
rdgularitE des trains, do mauvais etat et
des d6fectuositds du materiel A passagers,
.dijA signals,- et en general du peu d'in-
ter6t que prend la compgiie au trafi dc
marchandises. v
Les coramissaires fi'isstnt lear rippo-
en signalant le danger d'une tell situation.


DERNIERE HERE
La Variole
A SANTO-D ,MIN(G
On annionce de la llavano, p>w
I''pid~mic ie la Vari ,Il s,'vil da i-
ha IRepubli(qie dominiicaiinc.

Madame F. Loniewski
N6e Aubry
110 RUE DU RESERVOIR
ANCIENNE MASON i)U D' AuIIRV
A I'honneur d informer sa clientele
qu'elle mettra en vente A des prix ttb-
rdduits du lundi 28 l"vrier au same l
5 Mars seulement les articles sum-
vants :
Chapeaux. Rubans. Four-. ( or-
sages.-Formes. Pailles, etc.
Profitez de I'occasion.

On demand
A acheter un petit cotffe-fort. S a-
dresser aux bureaux du Matin.


Au N)


LigneAflias

Le' vapetir Allegliany of partira
ee siri SOl'.;Iiiip pour Saint-M~arc,
G-mitivsitid .Ile retour diinail-
cite 4; cuaraant, ptthr 1.artir daits la
st-irtee pIotI tir ti-( itbvis, NMilaroigi-


lprenant laLi ti.:lie, rI'k~ t cip1ssainlrs.

La -a rt h I u rr'ti'a.ager ( vi,%

I telli Fic.iCI, Io'" fibincat.1la Ipostee
saukt'i coratit0r.ue
I'u~ au IW ,. M'k Nix 1910.








Pe~tit-(*k)AN-k, I t i OIIIJ1 ho 6 COI.1
r an t e~t, 1,,, A ..:It't3 pouir
l'Europe.


I. t- -i


.,' 'i1 Mrs 1910.


.)~?Ix. .i jtpactt de



Bue -2.) ct 110.
ut Bu~t ktt.. \ .N. 1 trou -
\eai I..:. ., P~..*.~\kit I- c 1rin tic


106


Rue du Magasin de I'Ftat


L-s marchandises fran' ises suivan'-s nouve 1 it i, :
Bas. Chaussettes. V stoa-. (,;.tA-. (;- ( L ..,i -. It4gate.,
Noeads). Chemises. Faux colq b:., ic-o f- :: ; -G ti ,-i 11 Anelle. -
Plastron. Buas. Mitaines. G ni i're!-. ;h iq) aux .1 -an-3art. -
Capotes. Charlottes. Capelines. (..:- qa V. tV l- t : "harpes.-
Ceoitures pour femmes. Fil co'on p~rl5. I-,l ;i-;1 u. Fil ptiir. La-
cats. Peignes. Corsets. Ilubans liib3riv. P'jC:ut erie. Appareils do
Photog aphie. Sillieres. Verres. Cra'le p.;ur !.i-. glacer I'eau.-Sar-
vices & liqueur. Plateaux mdtal. Su'rTer.s. .'.:-' ,t!s lluiliers -
Chandeliers. Carafes. Compotit rF. Service c tifce. Bmntons.-- For-
moirs jape. Balayeuses. Soutacbhs. Frang s no.re.. Erolfds pour
hommes et pour femmes.-Bazin. C)ls guipures.-Cols pIises couleur pour
femmes.


ROYAL Kola Champagne

Cette ddliciease boisson, doat les qaalit6s toi: ;i.s .' f)rtitiantes, la sa-
your exquise, le modtleax agr4able out coatribut A ftortwncr I'incomuarable
rafralchissementdei limits tropica-it, m6rite bicnr son titre a ROYAL a.


Agence G6n6rale


AU MAGASIN


et D6p6t :


DE LA MITROPOLE


MAISON JULES LAVILLE
98, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT-AU-PRINUC.
Vous le trouverez 'en outre chez:
Andre Fambert rue RJux & i'Epicerie Ndr--tt, Grand'rue (en face
Pharmacie Alex. Roberts do la station cen!iale des pompiers.)
Madame E. Dreyfas do A I'Epicerie C.Liandi rue des fronts-forts
M rEpeiore H. Corvington rue Fdrou au Magasin E. Dreyfus do
EN PROVINCE


F. Cb&dem


ftdifl-oAve. J. R. Montasse
Mme OdrardBartela idr~mio.


Gonalves


__ I


I ---,I --
















Tabaca Scaferlati


AGENCE SPECIAL


de la Regie Franaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Baiti


Extrait du


Cigarettes


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CfiH;wSUR le paquet de 20
JfONr.cRoRs eu levant supdrieur Lue london de
20 cigarettes
do en caporal supdriour paper rose, le
paquel de '20
do en Maryland le paquet de 20
do en caporal ordiuaire papior bloeu le
Bondou de 20
EI.TGANTrs eon Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal superieur paper rose, le
Houdon de 20
do en Maryland paper jauue le Bondon
(de 2o0
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
Fu*AN<;AIs.s en caporal sup6rieur papier rose le
paquet de 20
do en Mar viand paper jaune le Bondon
de 20
do en c-.tAioial ordiuaire papiur bleu le
Itndon de 20
Roui.r.ts on Maiylhnd Lt caporal sup6rieur le
portefeuill., de 20
do en capoial doux la botte do 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la boltste de 10


GOURDES


1.20
0.60
0.90
1 20
0.85
0.85
075
0.75
0.70
0.70
0.60
0.60
0.60
0.45
0.75
0.40


ICE-CREAN


PARLOR


I'PLA(C iEFFARID A c~t 4 de Ia ilVRIMACIE W. BUCHI


Sandwichs


A 30 ets. touted Ia jourpxde, servis irnrnddialement.


Creme A la Glace partir de 3 heures apres midi.
B'6re Mla pression et bouteilles bien frapp6es

Avendre a Il'american Bar:

MACHINES A EttlItE Oliver Standard visible or P- 75, ddjA vendu
2 douz. en huit mois.
U. S. ARMY KIIAKY, Ingerso'l montres en bolte pour bureau on table
de nuit, bottons pour chemises et nianches, faucols, G. 10, la douz.,
bretelles ( Presidlent suspenders ) G. 5 la paire, padjamas. Colgate's
shaving stick. noto-books. Waterman's plumes a rAseavoire, collection su-
perbe de or P. 2 50 A or P. 8. -- Crayons A reservoir, dernibre nouveautd
G. 5. Encre sp6ciale pour ces plumes et crayons. Cigare4 et cigarettes.


Vin de


Moselle, par verre :


G. o,5o.


Assistance imedico-clmiruOicale

102, RUE FfiROU, CI-DEVANT DES MIRACLES.
AVIS
Le public est inform.i qu I'Etablissement eat ouvert tons lea jours de
8 heures du martin A 6 hours du soir et qu'on y tronvera an des m6decins
A& importede qu:lle here de la journ6e.
Ayant reeu une important commando de lymphe vaccinale doe 'Institat
Pasteur, lea M6decins de I'Assistance s'emprssent de pr6veoir lea families
qa'ils so tiendront A leur disposition les samedis do 3 A 5 heares, p. m.
pour vaccination et revaccination.
Dana la classes n6cessiteuse. on peat s'adresser poor lea accouchements
difficiles aux m6decins de l'6tablissement qui interviendront imcaddlatement
ot & titre purement humanitaire.
Lea femmes enceintes n6cessiteases souffrant d'ODtMB DS UITR2tMlrrtS
( EWLURE ), MAUI DR T&TE, DOULIURS D' STOMAC TROUBLEB VUOLaS, Trc, rC.
recevront do I'tablissement lee Cons oils tiles et lee sofas appropriel poor
viter dee complications tr6s ves, mortelles le plau. sevoent.
A part les consultations j6ral.s, le service do qmoologoie ( d ladies
ds. tmmes ) so fait lee luon set jodle, de 9 bears midi. I


GOURDES


LEVANTr SUPiRIBUR (dit tabac d'Egypte) la Bolte de
50 grammes
LvAN'T ORDINAIRE paper violet lissd, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes


CAPORAL SUPZRMIUR
50 grammes


paper bleu le paquet de


CAPORAL DOUX paper vert sle paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRE paper pate brune le paquet
de 40 grammes
TABAC A PRISaR, Virginie haut gout, paper jau-
ne, le paquet de 100 grammes


POUDRE SUPERIEURI, paper bleu le
100 grammes


paquet de


POUDRA ORDINAIRe, paper brun, le paquet de 100
grammes


0.60 TABAC A xAcaHR roles Menus files le paquet de
0.301 100 grammes


1.25

0.90
0.75

070

0.70

0.60

1.50

1.50

1.20

1.50


J. LAVILLE.


Manufacture
de Tabacs S. T. L.


EN VENTE
Le Scaferlati S


naedial


--~ --
tres appr6cie des fumeurs
50 cts. le paquet
D6p6t PLACE GEFFRARD
MAISON DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE
Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu de la
Republique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par les
derniers Steamers une VarttS6 d',tof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote, Drap vert et bleu d'une
r6elle sup4riorit6.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDITE I
L'6tablissement se recommande aux
clients lea plus d6licats qui apprd-
cient chaque jour davantage le PINx
de son travail.
Demandez chpz Joseph Saint-Cloud le
Restaaumteur de la Saite et des Canes pos-
Ina" llimtrdes.
VIENT DE PARAITRE
I'Annuaire
DE
Legislation Raitienne
Cootenaut les DACRETS. Lois. AKat-
T5s, CoWTRaTs de l'aonn 1900.
.n vented A Dzux GOURDES an Cabi-.
net d* Me Etionne Mathon, avocat, 87,
Raue du Centre,
On y trouvera aunms n amme prix
les lvraisons do 1904, 1905 1906, 1907
1908.,

On trouvera
do meillea Cirages pour toas o"a-
liers a manuature doe ohe usar
G. CORDASCO.


CHANGEMENT D'ADRA
Monsieur App .
Porte A la connaissance de s i
breux clients quo ta mai$o 0_
r6publicaine No 155 sera
partir du ler Avril au No 82
m6me rue, en face de la boI
rimF du progrbs, & c6t6 de ha -
Webly ressoir.
Ils trouveront come par l*
les excellent vins rouge et
la maison Boubde frbres de B
Oporto, Malaga, Muscat, Vm
Cognac et Champagne de la
maison.-Liqueurs assorties at .
Conserves, Beurre de table A
quality extra par botte d'une Ifl
demie livre.-Provisions amriftr
- fluile d Oive et Vinaigre.


CHAPELLERI
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUR3Z CHIZ


Feliberto


Gonzaleg


JOSE SAN MILLAN
FsBRIQUE DE CHAPEAU
PLACE GEFFRARD
SALON DE COIFFURE n) LovuuT
Pour tous les gotts et pourtofn
les bou roses.

C iapellerie
ACCOUREZ GHEZ

JIME TESTAR
Le chbapelier remarquable, avo
tageusemwent conna,fait savoir as.lu
blic en general et A sa no nir
rlientboe qu'il vient de transmtW
FAB,3.QUE DE CHAPEAUX "
(L'ANCIF-Nu MASON DU LOUYUM)
' (DX LA PLACe GEvPRARD A IA
GRAND'RUE OU REPUBLICAN
No 149. En face de la Poh
Le nouvel ltablissement t a 4
Tert sons sle nom de la fleour4b
L'Am nrique
II prornmt soin et promptii
SI'|-, toujours.


V.- a n rl _


DESUSIC


Fabrloaot do ohaussuri
La Maimmiacturg a tourl 55rs
arn grand stock,-- pour la WV~
gres at oe ~d~taill, do ebvusSf
tonsm gvar;zpour
BoxvX6ia, FzxAIsKKAZS
Las co~rnbiunnde. deComrMvO
do l'lut6riour pourront Atre *0608
damsUn. rs matasi A poenpris.
23, Rue 4d FFronts-Fo rts,U



Mrl'C. L. Verrd
Taillur-Marchand
Donne avis A'sa blrnvoillantO
tl quo ea matem Do:7%, Rue
sirre Ost touJour. bis pouf
varidtAd d6togogsdo la has"
vsaautdparlslenne.
QUAzfnt SuvtmuWarn. COupE
ra.'v.u. o Aeft Icu III



NESTOB.- F
OOnnu do touft.1& R6pimbhI
do ronyrir sm.atofler Rue
(R"edw MEddwdmSt N.
COMMnO toldqrs tLou
Ion tMTRam ala11


TARIF G6ndral, Mars 1910.


American Bar

&


I I


- __ --


X- mpft6.Ueet3t M]P60alv,