<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00863
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 2, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00863

Full Text

Trosipsmo Annd6, 1N 881


P ort-au-Prince, Haiti


Meroredi, 2 Mars 1910


ABONNEMENTS
UN MoIs G. 2.00
Port-au-Prince
Tnois Mois... a 5 00
UN Mois ., G. 2.20
DOpartements Taois MoIs .. 6.00

Etranger. .. ois Mois 8.00

G16nment-Magloire
DMIiCTUUR-FONDATEUR


0


Ii


J


LENUMlRO 5 CENTIMES

L-s manuscrits ins4ris ou non ne seron
pas rendus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.

Arthur Isidoro
ADMINISTER ATEUR


OUOTIDIEN


Le Tarif douanier d'Haiti

Devant la Consommation et la Production Nationales
1838-1845.

C0 que le president Boyer disait au La situation manvaise de l'Agcicultu-
peuple haitien, il l'avait lui-m&me dd- re, compliqade par la crise extdrieure,
j& realis6, I'dconomie.Qand tole Comit avait plut6t pouss6 los gouvernants de
de la Caambre fat saisi de la situa- c i temps A laborer un tarif douanier
tiort g6n6rate des finances, malgrd un en proportion de la faiblesse producti-
ddficit sur l'annde de P. 561.005.39 ve, qui pourrait bien s'accentuer et em-
gourdes, il rest, le comit6, stupdfait pirer le mal. Oa pensa plus de raison
d'vant une 6conomie de P. 453.574.82 A l'dconomie, cello qui ne m6nage ja-
aidle seulement de P. 223.000 gourdei mais ses bienfaits A ceux qui viennent
de billets de caisse. La noble pauvre- A elle dans lears moments de d4tresse.
td da Secr6taire-g4ndral Jean-Chrisos- L'6conomie rdpondit an Pr6sident Bo-
t6aie Imbert etait 1'enseigne da la pro- yer don't elle tait dj i une amie fid6-
bit6 de ce temps et parlait bien haut le et remplagi l'imo6t douanier plut6t
en favour des vrais motifs de ce ddfi- diminuu qu'augment6.
cit des recottes. Les nouveaux droits an No 1 parent
Dire quo do telles patriotiques dispo- fixes ; certaines marchandises b6n6fi-
sitions restaient indiff6rentes aux trop ci6rent de la franchise et d'autres con-
fortes passions politiques du moment: nurent li sagasse d'une taxe sur va-
lettres anonymes d'un S6nateur expul- leur arretde A 12 olo. Le bcoaf sald ac-
sd da S6nat pour se faire auteur corn- quittait un droit de une gourde le ba-
plice d'un attentat rAte. assassinate sur ril ; et la bombasine de soie, 3 gds. 20
la personnel da general Inginac,la pira- la pieae, le billard en bois d'acajou
terie poussee A l'extreme audace, 'a r6pondait A une taxes de P. 50 ; et la
prochaine arrive des commissaires caisse de 100 livres do beurre, A cello
Strangers, crise financibre delaissant de P. 1.50 ; une armoire en bois re-
les produits du sol, l'acte insurrection- cherchde pliait sous P. 36 de droit et
net d'Isidore Gabriel; effals de gestes un apparel distilatoire pour la fabrice-
ddclamatoires des Repr6sentants du tion de l'alcool A un droit jusqu'A
people pouss6s par H6rard Dumesle et P. 1.50 ; le casimir laine subissait un
le d6bordement de la fausse-monnaie, pr616vement de 32 centimesl'aune, une
etc, etc. chemise A femme, de batiste brodde
Cependant, administration ne fat P. 12 ; tandis quae 100 livres de more
p.a arrtdee dans la preoccupation da acquittaient I'imp6t insignificant de 36
bien A continue ; le pouvoir put rd- centimes.
ponde & totes ces 6ventualit6s et dis- Quant aux droits d'exportation, ils
cater correctement les reclamations de revinrent sous des taxes r6duites :
la France en signant definitivement la le cafA payait A la sortie 10 gourdes
ratification du trait d'amitie avec I'an- pour 100 livres, le camp6che, gaiac, et
cien maitre et la reconnaissance de la bois jaune, 3 gourdes, le cacao 6 gdas
dette fixee A soixante millions de les 1000 livres et la cire jaune 20 gdes
francs sans ebranler la s6aurit6 natio- les 1000 livres. Pour ce dernier proluit,
nale. Imbue des engagements pris on fit part du rendement remunera-
d'une part et de la situation lamenta- tear du miel qui avait d6ja I'avantage
ble faite aux producteurs, d'autre part, d'une franchise A la sortie pour no pas
alle mit an nouveau tarif douanier qua la manager.
Boyer-allait presenter devant les con- Par centre le tabac, le sucre brut, le
tribuables par la loi du 21 Juillet 1838 tafia etaient classes d'apr6s le tarif
promalgude le 23. pour 6tre le dernier No 2 A d-s droits do sortie excessive-
qu'un rgnae de 25 ann6es devait d6fini- ment faibles : le sucre A 2 gourdes les
tivement fixer en des clauses bien d4- 1000 livres, le tafia a 1.50 les 60 gal-
termindes sur les operations douani6- lons et le tabac A une goarde.
res, en vue do faciliter le commerce et Le rEsultat d'une tell reduction sur
adoucir sensiblemont les droits d'impor- les droits amena de bons effects :
nation une annee apr6s, lea coffres.du tr6sor
En examinant le tarif No 1 d'impor- eurent des reserves assez imporlantes
station du 21 Juillet 1838 dans ses de- pour rdpondre A la deuxibme annuity
tails intdressant les industries nationa- de la dette frangaise s'dlevant A 1.600.
les, 1'hygi6ne mis, en garde centre les 000 francs. Quand Boyer laissa le pou-
liqueurs fortes, l'existence matdrielle voir les rdvolutionnaires all6rent joner
dans ses premieres n6cessitds et la vie avec neuf cent mille dollars, apres que
mondaine des consommateurs portes les d6tenteurs de billets aimaient pla-
au luxe at A la fantaisie,nous nous sen- t6t garder les billets de 10 gourdes qua
tons pris d'une agr6able surprise en le gouvernement ddchu voulait rentrer
face do l'esprit du 16gislateur de l'6po- A la parit6 de 40 gourdes pour 20 dol-
qae qui no s'6tait pas d6parti des in- lars d'Espagne, afin de contr61er d'une
tentions de I home qui so faisait tou- fagon plus efficace lear falsification.
ours fort da donner & la Societ6 hal- Cependant, chaque annee le ddparte-
tienne ue rdpartitioa just et equita- ment d'Etat procedait an bralement des
bhi de l'imp6t. Nous noas attendions A billets emis ; en 1838/1839 le tresor
use asslette do droits d'import et d'ex- public comptait plus de 600.000 dol-
port absolument surcharge pour trou- lars de rEserve et pourrait retraiter 0oa-
ter des moyens dans cette branch ad- tes leas missions s'il no craigoait pas
ainiustrative an vue de repondre aux d'imposer les produits du sol en espi.
prochaines obligations qu'apportait la ces Etrangeres. II y out de la timidity
dette national vis-4-vis de la France. str ce point, une timidity trAs excusa-
La combinaison on a Et6 autrement. ble chez un people jeaune qui no pon-


vait trop s'appuyer sar des pays extd- ?rent pas d'y rdpondre ; n6anmoins, il
rieurs aussi bien b)uleversds dans leur n'attendit pas les bordereaux pour com-
dconomie. biner les d6penses et ordonnait de, sor-
Nonobstant cette dernikre consid6ra- ties de fonds autorisant le 16 fdvrier la
tion, les contribuables haitiens de 1842 reparation du Palais national, le il
A 1843 ne pouvaient s'en prendre au rd- mars 1844 l'acquisition d'un terrain
gime da tarif pour lui faire payer la Miragoane qui allait doter la petite vil-
faute d'un rdtrait manqud et si la piti- le d'une place d'arm-s. Par ci par ia
tion des commergants de Port-au-Prin- do vagues d6pdches relativAs a la per-
ce adress6e au Conseil des finances en ception des impots locatifs remplis-
date da 26 septembre 1842 n'eut pas saient la bssogne minist6rielle, ou das
ea une interpretation si dquivoque, commentaires sur l'intgrpr6tation du
les billets de 10 gourdes seratent ren- tarif, comme cell du 15 mars expli-
tr6s par les foods du trdsor public de quant comment la douane devait apopi-
I'dpoqua. Les P. 2 A 300 miles en cir- quer les droits sur le genitvre don't les
culation 'dtaient la part des falsifica- potiches et les flacons pr6sentiient un
teurs qui pourraient se trouver sans conflict devant la perception ; eolin,
miracle parmi les p6titionnaires eux mille autres dispositions qui ne peu-
memes et quo la vindicto publique hai- vent nous intdresser dans cette 6tude.
tienne, toujours mitheureusement trop Puis Gu"errier succ6da au grani po-
h6sitante, ddsignait sourdement. pulaire II6rard. Le tarif douanuer na-
tional n'edt pas non plus de notables
Sretouches avac D6tr6, le ministry des
;* finances du President qui se heurta A
Le government du mar 1818 ft un gran vide laiss6 dans les tiroirs dm
Le gouvernemeat du 30 mars 1818 fit trdsor public. On allait le remplir,mal-
place aux gniaraux et soliats de far- grd toutes les recriminations repro-
mee poputaire don't administration 'ch6es a I'assignat, avec une mission
n'eut pas assez de consistance, m6me de billets de caissa don't les futures si-
dans ls decisions touchant 1 impt,en d'avnc dsigs dans
pour occuper quelques minutes notre gnatairs du5 mars 85. da Un moigs uste
etude ur le tarif. Les dcrat des 1apr6s cette date, lo 15 avril 1845, la
aolt 1843abolisE ant d'une part les droits i premier magistrate de la Rpubhqae
d'exportation sur les proiuits du sol t, mourut A Saint-Marc, sa ville de r6si-
d'autre part, portant l'imposition terri-Idence prdsidentiolle.
toriale sar le campdche a deux gourdes
le miller pesant, ne furant pas de Ion- CHARLES VORBE.
gue durde. ... ---- 'wn-swW
La volont6 du people souverain pre- CHOSES HAITIENNES
nait des arret&s suivant la faim de
l'herre et lorsque les d6clamateurs du --
Sad se sentaient pris d'une certain
aphonie qui descendait jusqu'au fond 11 ti ni
de lears ventures, arrives a Aquin, iis (( 1l16
ouvrirent ce port et ceux de l'Anme-
d'Hainault et de Miragoane que le ty-
ran Boyer, disait l'arrr7 6 du 5 mars
1843, aait erm4s ar L'arriv6e aux affairs de l'ancien d6put6
18a3, avait fermn s. Et plus loin, arri- ui eu t ana eu c'
v6s au Port-au-Prince passablement af- Louis douard Pouget a donn lieu- c's-
fams, ils eurent recourse au d6cret du tait Ar prevoir -e A des conmentaires aussi
24 avril de la meme annoe pour facili- int6resssants que divers. On dispute lorigi-
ter l'importation des comestibles tels nalirt de ses mots, on analyse la credit
queo riz, farine, pore, more, marqune- de son temperament, et s'il s'6tait trouvl
reaux, harengs, mantogue, beurre et chez nous quelque Docteur Toulouse, nul
bceuf sal qui reduisit leursdroits d im- doute qu'il n'eut demand au jeune minis-
portation A moiti do leurs anciennes tre, A 1'dgal du savant franqais pour Zola,
taxation s. de lui permettre une 6tude sur la confor-
taxations pa oganisains mit de son crAne. L'ancien d6put6 A la
r sotcupa do hoses insirganisations militai chambre de 195-908 ne peut empcher
tretemps et de choses insigfiantes. Maiso cela, quelle que soit sa modestie, cest la
parent supprim6s et la nation vdcut sur rangn de la notori6td qu'il paye ; les es-
a re serve dms et00.000 dollars l aisssprits sup&rienrs passent souvent par IA.
a rnse rve des 900.000 dollars laissn6s Lorsqa'un personage banal est appel6
dans le trdsor apt6os vingt cinq annies a Pomuvoir, on se diM implement : Quea
d'administration active et conome, et va-t-il faire ?et itny a quelquefois que
sur lesquels on pouvait voter des allo- lea-onil faire -d e it ny a quequefoirs qua
cations de toutes sortesa t dcrter lele i scrutent se demandant avec int6drt :
21 ao t u ane rente viag6t & la veuve quels tours nouveau nous apporte-t-il dans
de J. J. Dassaines et le septembre son sac 9. Ce nest pas la m6me chose
une pension A la Veove Dorvillier. quand il s'agit de quelqu'ua qui a un
Mais peu de mois aprl6, le pouvoir nom social, d'un Monsieur ayant un pass
s'apergut du vide laissd dans la caise,, imposant et qai a affirm des principes
revint sur ces decisions, et r6tablit les dont it peu ne point vouloir se d6partir.
droits sur l'exportation d'apres le tarif Chacun se redress alors pour reprendre
No 2 da 21 jaillet 1838. Qiand le g 6-ses vieux habits de curiosity er s'entourer
n6ral Imbert qu'un d6cret du 7 janvier d'une prdtendue clairvoyance. Chaque atti-
1844 avait appel6 A la tate du d6parte- itude, cheque acre du nouveau dirigeant
ment des finances s'en alia le or f& sont autant de sujets susceptibles d'ali-
vrier de la mmne annie poor fire Pla mentcer abondammenta verve loque des
ce am colonel Andr6 Landua, celui-ci uns ou la fantaisiste appreciation es autres
vouIat conoaltre l'6tat rdel des finances or, une r6vdlation aussi imprbvue que sue-
de la Rdpblique avant de prendre an- ge6ive a produite ic,-meme au Aatrn
cune measure administrative. et A part la sensation de plaisir qu elle a
Co grand fonctionnaira dcrivit des procure a ceux qui en manquaient, eile a
circulaires aux administrators et aux command dans les milieux plus 6levds,
directeurs des douanos qui ne s'empres- Iune certain attention ec retenu, jusqu'i


-C -- ------ I II- I I I---~a~-. I r Ill~a --r I


_ I- r I-I e~ 3p~-r I-1 CI I `I --








present encore, l'opinion publique par la
nature delicate de ses 616ments.
Vous avez lu la correspondence sugges-
tive qui a exist entire M. Marcelin alors
ministre des finances et Mr Louis Edouard
Pouget,d6put6 A la m6nme poque, A propos
du refuse de celui-ci d accepter, du payeur
de la chambre. une valour qui lai 6tait at-
tibu6e, en dehors de ses indemnitds ac-
taelles comme membre de la commission
du budget. Non seulement le d6pv'6 refu--
sait la some, mais encore i &ctivain aa
ministre une lettre dans laque!!e 'ou en
portant le fait sa connaissance, it le priair
K de vouloir bien rdchmer et enctisser
pour comple de lEtat la sus-di'e vwleur. #
Trois jours apres, le secretaire d'E at r6-
pondait au d6pu'6 : J'ignore to:alernent
le fai don't vons m'en:re enez vet concluait
usi "' s'il vous a 6.6 fait un ve sement
quelconque dans des conditions qui 6chap-
pent A ma compttence, vous n'avez qu'A
lire 12b -atir directement au Tresor Public
Ce versemment on cette valeur A vos ordres.
Tichons d'6tab;ir, A notre tour. les faits
dans 'one leur nudit et-r voyons A Acarier.
;mparrialement le p-tit voile qui en re-
:o'' re s divers creAs pour essayer d'en ii-
jer itnr conclusion couforme au sens d.s
choues d- roon pays Deux points sont
nettement dtablis dans cette correspon-
i]:-rnc et quij ont acquis :i nos yeux la for-
ne d'Jne 'vidrnce ; c'est que I 0 en de-
"i-or de leur traiternent constitutionel, ac-
tut-Iletnent i -gle- en gourdes au taux de
200 o0o, (.s nienbrcs du Parlement re-
.:oivent cert .inries valetrs insctites probable-
cI,'- it un BugAet special, parce qu'elles
ne ligurent point dans lautre,- le budget
.:dmiz,sis adti ; et 2 le ministry des lFi-
nI2mces, qui cependanu, auto:ise cer'e de
-p'ns(:, puisqi il la paye est sens6 l'ignorer
ou ruieurx 1 s conditions qui en ourent
cc,,e sortie de fonds clappent A sa com-
pitence. ".
Ct jetu de crche-cache, qui 6videm-nent
nous cache quelque chose, trouve si fi
n.,le dans le mot de Mr Marcelin qui n'est
jamais A court- disant A Mr Pouget :
" Pour I'hisioire vous avez touch comme
les autres" et, catait precis6ment pour se
convir centre I'histoire que le Deput6 du
Cip avait pend, tres adroitement ftre in-
,ervenir le ministre par cetre correspon-
dance( S:ripta manen, don'tt le MATrN "
a su :e fai'e l'echo. Cela resort d'autarnt
pius quc T.Ls Chambres Ldgis!a'ives "
oar F_ Marcliin aftirment que durant son
passage au M-nis',re, I'anrteur n'a jamais
rencontre un Ddpuid je dis un seul
qui se soit jamais adressd A lui pour faire
rcntrer ces valeurs A la caisse publique. "
Le D6pute Pouget, qui connaissait bien
les cuvres de M' Marcelin car il est bon
de lire les 6crits-it de ses adversaires dven-
tuels-- avait done tenu A reliever ce pas-
sage et son gese tres lou-:b!e a dt6 fort ap-
precic par la P.tese pour Ima part je le
rouIve noble.
Mais dans I'occurence, A qai le ge7-e
a-i- l profit ? en d'autres terms, est-ce
Jue la valeur repouss6e du pied p ir
Mr Pouget est renurde A la place que le
D6put6 a entendu lui assigner et 1 Etat a-
i-il eu A recouvrer matbrel!ement la soin-
me un moment 6garde ?
Car j'enrends ce ie opinion, non ex.m-
pre de logique ; que le but que s'est pro-
pos, I'honorable Ddput6 serait devi6 et
son effect manqud si la caisse pub!ique res'
tait, elle aussi, ferm e au retour de la som-
me prodigue, comme la correspondence
close,sans les suites profitable A 1 intdrst
t5dndral- car tout s'est arr.t6, dans cet
change de lettre: A ce point un que que
" Pcur l'histoire le D6putd Pouget n'a
pas louch6 s;s mque la nation ait eu la
satisfaction de savoir que ce desinteresse-
ment a et6 favorable A la communautd.
C'est ici que noustombons en pleam dans
des considerations haitiennes speciales qui
nemanquent ni de force nid'actualisme.Quee
de fois n'observons-nous pas des hommues
corrects, capable, etprobes, desireux d'ap-
pliquer en principle, leurs vertus au servi-
ce de la Chore Publique, hisiter, rdfle-
chir et quelquefois resister meme A l'am-
biance, puts prf&rer finale ment agir cornm-
me tout le Ironde que de voir leur hon-
netet6, leur correction ne rien rapporter au
Pays, mais uniquement A des gens qui
n'ont qu'un merite, celui d'empocher scru-
puleusement ce que d'autres refusent. Cer-
tes, cette theorie constitue,uoe Jangereuse
pratque lorsqu'elle se trouve applique
dani les milieux ou 1'on a pour devoir


'de surveiller et de recolter poor I'Etat les
intdakts du fisc.Mais il serait ,inequitable
de la condamner souverainement;de ne pas
Jui attribuer des c'rconstances attdnuantes
" lorsqu elle 6volue par example sur le
champ Legislatif.- Ceux qui se c laissent
faire ne veulent pas que leur refus soit
uniquemeut noble, mais encore qu'il
puisse presenter qu'un int&rt autre que
celai d'etre purement pla onique. D'aacuns
constatant que la valeur n'est (point ren rde
daas les poches de M. Panget aoautent :
voilA tou ;,cependant que l'Hospice Sr
Vincent de Paul, ou se sitcifient tant de
d6vouenents aurait 6t6 heireux de ree--
vo c t e obo'e qui souligerait reellement
des souff aces.
Vo IA certes des con r verses plei-' :s
d'attrait et ce ne sont pourtant pas les
derni&rs.-Pour ma part, i'ai voula me
livrer A une petite fouille ingenieuse, j'ai
voulu reliever, depais le Ministie Mirce-
lin, avant son ouvrage des a Chamb-e; 16-
gis atives v quelques noms de pariemen-
taire'; Songez dooc, personnel avant 'e
Dcpat6 du Cap, < n'a eu A refuser fe;
gratifications D et je n'igaorais point qie
be recoup degrandsnoms politiques actuels,
betucoup de reputations avaieat eu A pas-
ser par les chamb-e;.
Je vous avoae .tte tombb sur p'.usieurs
d'entre nos hoenmes qui sont rests di-
gnes de la confiince pub'ique et qnie 'o-
piaion Icontinue toujours A classer pirmi
nos espoirs brillants.- Or si Mr Mircelin
dit vrai, c'est done que ces a hommes de
bien en ne refusant pas ces valeurs out
obdi -ux considerations exposes plans
hant of a Ad autres qu'ils n'ont point tenu
A rdv6ler, bis6es peut etre sur les trzd'-
tions ec les costumes dc|jt anciennes-- A
motis- ce qui est plus probable-qu'on
n'eai offre qu A quelques uns seulement,
et plus brouuilons-pour essayer de les ga-
gner A la cause. Qa'est ce qu on risque
en some, une mauvaise lettre e- encore
c'est rate affirme le Ministre M rcelin.
Quai qu'il en soi',notre opinion est que
le moment est venu pour nous puisque
li' question a r6v6 u une forme si d6licite
d'enerrer magnifiquement cette D6esse --
Je dis magn fiquement, pircequ'il nous en
cofitera que'que chose.- Naus pouvons
d'autant plus le Hfire que cette D.esse nous
est venue de l'Etranger par note mau-
vaise manie d'imiter surtout le mal.-
Calypso, ea efitt, est Grecqie. puisqne
dit 1-histoire eile ctait reine d'Ogygi-.-
Renvoyoas la aux caleniei grecques quels
que soient les oleu-s-renverssns les r6 e;
des illustres U ys-es LUgislatifs-Le nou-
veau Ministre des Finances n'a point d'ef-
forts fire pour c.ll, it n'a qu'A girder
le moropole exclu if de son geste en
n'accordant a ses anciens col'egues aucu-
nes gratifications qui puissent leur offrir
l'occasion tentante d'inciter sa suggestive
6pi'-e. -fe connais mes f/-res, its seraient
capables de renonveler- par esprit d'imita-
tion, le ges e du D~pnte du Cap en 1907,
anx d6pens du Ministre des Finances de
1910.
Seulement une obligation s'impose. Faut-
il 6galement que le Ministre des Finances
souscrive carr6ment A la lettre constitu-
tionnelle, en payan, d'une m&me mon-
na'e Pr6sident d'Hairi, MmnstTre, S~na-
teurs er Deput6d du Peup:e. tel que c'est
prdvu. Pour reformer 6nergiquem'en: et
travail'er, sa-w peur et sars reproch', A
un oigi-ne dcficii if d'ordre financier et de
r6gularitd administrative, ei refusant,
tres justement d ailleurs de payer des
valeurs illegales ou suspects, il n'y a
qu'un moyea : c'e;t de respecter formelle-
ment, sans ambages la volontd des lois et
de la constitution. Qui sait si dans l'es-
prit official, les gratifications et autres
.accordbes A nos chers Idgislateurs, ne cons-
tituent point une sorte de compensation
come qui dirait des frais ministbriels.
Le mtcux est done d'agir franchement
d'apr s notre Charte.
Je soumers ce point de vue A l'appr-.
ciation officielle et publique. II n'y a point
degrand bien sans une c-rtaine peine.
HAITIEN

Le sis e Prins Frederik Hendrik .
venant de New-York et de Saint-Marc
sera ici dimanche 6 Mars et partira
le meme jour pour les ports du Sud
Curacao et l'Europe.
Port-au-Prince, le ler Mars 1910.
AUG. AHRENDTS, Agent.


Bolte aux Lettres


Le General H. Monplaisir
Pr6fet de Police du D6partement de 1'Ouest.
Commandant provisoire de l'Arrondissement
de Port-au-Prince
4 Au
Drecteur du journal Le c Matin
Monsieur le Directeur,
Je s -is ob ig6 de r6tablir la v6rit6 au
sujet do ma lettre insure dans le tinu A ladresse do Me Pierre Hudi-
court. Cette lettre destinee seulement
A Mtre nublide ne devait p:as tr-A rermise
A Me Hadicourt. Etant sol1at, j'ai 'oalu,
avaut de la liver A la pubicitO, la
,fomraillItqu-r a mon ch f immadlat, le
Secretair, d'Etat d lat Guerre. C'est
done oubliant rmes instrnetion-i qa'iin
de me. secr6taires l'a exp6ii4e A M*
Hadicourt qui est vanu, le coame jour,
m'en remettr- la repouae. Ja n'ai pas
maniu6 de lui f.ire observer que cette
iettre no lui 6tait oas desiVade, que c'6-
'ait par une mnprise qu'ell3 se tronvait
en sa .po-s~'sion, et j l'ai rid de b:en
voulic me la rern-tiLr, ce qu'il a itat.
Or d6s l'init&int qu'il ra 'I 'avait remise
il 6tiit cens6 noe F'voi' j'mas reg a.
J'ai rlev6 daos ma I-ttre un fait Ab-
solument faux, ,-n ce qui mn concern,
avauc6 p-rr i'tvocat da gdncral B -rrouet
qui auratt d6clare quxi j'dvais (lIt d us
,an placard qu'uno conspiratio I 'our-
disait A Jacmel.
N'dyartt jarnirt4i cri, ti aucanI pl acrd
dA Is cy seau, j'li derMc'anda N1 [I idi-
court do me aire a qialle source it
avait ouis6 IA preuve dt -on a-sertion.
Ii a de'ciare I'avoir ouis6e lda;s une let-
tre officiPlle da guPr rd Nord A'-xis
adress6e dauns t temps ax g6n6ral B-ar-
rouet.
Que dans l'iat6'rt de sz prlitiqua le
gfifdral Nord A'exis se fiat cru autoric4
a s'ari ter A un. ace ausi odieux, ceia
se cong)t sans- pein-, m-i. je rn'exuli-
que diticil-mrn!t qu'e Me Hudicoart,
dans l'inthr6- de son client se soit sr-
vi d'un moyen qui porter atteinte A mon
bonneu, et A ma d'gait6.
Dire que j'ai d(qaoLuci, dani un pla-
card, une con portion a Jiamel, alors
que ja subit-a I 1'exil, c'est m t'faire
joner un role in iigne de mon caraclece.
J'ai (onc tenu, comrme me la commas-
de men hooniur. A d6truire la w-au-
vaii e impression qu'anetelie imput:ation
ponrait liaiser danns le pablic..
Veuilltz ag.'eer, Moosieur le Diree-
tonr. I expression de mes meilleurd sen-
timents.
H. MONPLXISIR.

II of



RENSEIGN .MESENTS
ME rEo ROLOGIQUES
Ob ser-v-at Coire


SEMINAIRE COLLEGE S:-MARTIAL
MARDI ler MARS 1910
Biromktre A midi .,, m ir


Temperature minimum


18,9


maximum 34,2
Moyenne diurne de la temperature 25,4
Ciel clair jusqu'a 5 h. du soir et cou-
vert depuis. Brise de mer 3 h. Grain de
pluie A 6 h. 45 m. du soir marquant 2,7
millim6tres.- Barom6tre presqu rfixe.
Venus visible pendant la journee, en
avant du soleil. J ipi er actuudlement vi-
sible depuis 9 h. du soir pendant tou'e la
nuit.
La commte de Halley devient tres diffi-
cile A observer file se couche vers 9 h.
du soir et disparalt des 7 h. et demie dins
les brumes de I'horizon Elle n'est done
visible avec de fortes jumelles qu'entre
7h. et 7 h. et demie du soir dans la
constellation des Poissons et dans la di-
rection du phare de Bizoton. II n'y a pas
lieu de s'dtonner qu'elle n'ait pas encore
6td plus accessible A notre ceil ; car par
suie de la combinaison des movements
de la com6Ee et de la terre. nous nous
sommes dloignds d'elle depuis le commen-
cement de Janvier, oi la distance n'6tait
.que de 214 millions de kilometres alors


que maintenant nous sommes i 282 ail.
lions de kilom6tres. La distance la pius
grande sera atteinte le 6 Mars, 283 a1.
lions. Son dclat a pourtant augment ,
peu, parceque se rapprochant du soleil, so,
activity a gagn.,, et par suite sa lumizo,
sit6. I n'a pas d'autre comkte visible e
ce moment.Les nuages blanchitre que l'on
voit dans. le ciel, sont des nebulets,
come par example celle d'Orion.
J. SCHtRER,
Tribunal de Cassation
Audience du mardi zer Mars 19to.
Le tribunal prend siege A 10 heures et
demie sons la presidence du juge E. Bon.
homme et prononce les arrets suivants:
Celui qui declare nul l'exploit desi.
unification des moyens des hdritiers B,
Larrieux, en date du 8 Sep'embre 190%
dit en consequence qu'ils sont ddchusde
leir pourvoi centre le jugement du tribu.
nal civil de Port-au-Prince en date du n
Novembre 1908, rendu contradictoirement
entire eux et le sieur B. Bomblice.
Celui qui rejette le pourvoi du sieur
Etienne Mathon centre le jugerment du tri-
bunal civil de Port au-Prince en date du
9 inia 1909, rendu entire lui etles sieurs
F. Hermann et Co,
Affire entendue
Celle de la dame Maria Riob6 con,
tre le sieur Carl IVoigt. Le juge L. De.
nis a lu soa rapport et le ministry public
c)nclut au rejet du poarvoi.
Nouvelle composition
L'arrat suivant est rendu.
Celle qui declare IJs consorts Codio
Ziphyr d6chus de leur pourvoi centre le
jugeme it du tribunal civil de; Cayes ea
date du 22 Avril 1909, rendu contradic-
toirem-ent entire eux et le sieur Elisma
Cheristal.
t Tribunal Civil
,Audie; ce civil du Mard& i Mars i910.
Pisidence A. St-Rome
Ministare Publi: : J. Rosemond
Jugement rendu :
Celui qui homologue la deliberation
du conseil de fimille des mineurs Man.
rice Octave et Lumarque Rameau.
Aflaire eniendue :
-Lyncd Denis centre Henri Jones (Di-
f.iut )
-Chdry Coupeau et Deveze Lesperan-
ce centre Gffrcard Carri6.
Composition du jour
Prdsidence H. Mondestin
Minisr6-e Public : J. Rosemond
Aftaire reproduire :
-Mrne Veuve John Price centre Doc-
teu, Wesner M nos.
Va I'heure avancde le tribunal a renvc-
y6 le ddveloppement de Me B. Camille i
Mardi prochain.
Une initiative haureuse
No:s apprenons que le syndicate des che-
mins de fer du Nord-Ouest se propose
d'ouvrir au mois de Mai prochain une in-
teressante exposition agricole de divers
products du ddpartemeut.
Ce;te exposition aura lieu d Port-de-
Paix, :u local do Cercle et deji plusieurs
propri&raires ruraux ont adhere A cette ex"
cellente ini:iuive. It s'agit de rdunir tout
simp'ement des specimens de ,ous les pro-
duits du ddpartement poavant amnenr
une exploitation s6rieuse et fire valoirles
richesses situdes dans le pircours du fut~t
chemia du fer don't I'u'ilit6 s'impose.
Nouvells Commission
On announce la creation d'une nouvell'
Commission charge de verifier an Bureau
de la recette et de la d6pense, les opera-
tions de l'emprunt de 2.500.000 gourdes,
Elle est compose de MM. Dacas Pierre'
Louis, Charles Birdinal et Mucius Lslan-
ne,--tous les trois membres de la CoIm
mission chargee de verifier les lives ae
la Banque national depuis sa foundation.
11 n'est pas inutile de rappeler que la Bi'
que jusqu'aujourd'hui n'a Ias voulu st
mettre A la disposition du Gouvernesen
dans le sens indiq .a6 par celui-ci.
D6c6s
Hier apres-midi oat en lien les fa
railles de Lamarrre Bouchet, deced6
la veille.
Affaire F. B. C6sar contre
Nord Alexis et consort
L'affaire 6voqube A l'audieuce de ceij
a 6t6 renvoybe a mercredi prochami,
la demand do Substicut Ele Crie'l,


l -






0 n


Claemi de fer du Nord-Ouest
Toutes les commutes du dupanement
seron t prochainement invitees a se fa re
representer a une grande reunion plmnibre
oit setoat discuss tes int6r6ts do chemrn
de fer project. La souscription des action-
naires sera ouverte au paubic des le lende-
main de cette conference.
Des questions agricoles et de voles de
conmnuaCations seront traitees par plu-
Le Martin suit attentivement les oin-
dres faits et gestes du syadicit afira d',re A
memede renseigner exactement ses lecteurs
sur la march d'une entreprise que nous
voulons voir aboutir.
Cath6drale
Les travaux ont cess6, faute de mate-
riaux ; les chantiers sont ferm6s. D'uan au-
tre c6.6,on n'ajoute pas beaucoup de cr6an-
cc la nouveile de l'accident arrive, pr-
tend-on, au navire qui apportait les c'o -
ches et vitraux.
Les 3oo.ooo dollars accords pour la
construction ont t6 intbgralement touches
aussi qu'une bonne partie des 98.000 or,
votes pour les embellissements.Bien qu'on
air suspend les travaux, on touche r6gu-
liUrement, an far et a measure, le solde de
cette derni&re valeur.
It arrivera probablement que nous ne de
vrons rien aux entrepreneurs qui nous lais-
seront une Ca h6drate inachev6e.
Dernier jour
Domain, c'est demain legraud Bal d'Ea-
fanits, travesti A I Asile Franqais.
Pour la modique some d'une gourde
par personnel petits et grands enfants-
pourront s'6iourdir et s'arruser en gente
compagnie.
L'organisation qai preside toujours ;ux
ftes de cet utile diablissenment, ne laissera
cette fois non p.us rien a ddsirer
Buvenes tenues de main de mnaire par la
genulle h6tesse de 1H6 el de France et
musique endiablee d'Asiude.
Scene regrettable


Dr Robert R. Ewald
DENTISTE-AM ARI CAIN
Dipl6m6 du '* philadelphia Dental Coll6ge
and Gawetson's H6pital of Oral Surge-
ry." Membre dipl6m6 du Phila-
delphia School of Anatomy "
Annonce A ta nombreuse clientele
et au public qu'il sera de retour
a Port-au-Prince et que son cabinet
sera ouvert le 13 Mars.
7 Rue Amnricaine.
Port-au-Prince le 24 Fdvrier 1910.

VIENT DE PARAITRE
I'Annuaire
DE
LIgislation Haitienne
Contenant les DECRETS, Lois, ARRE-
TES, CONTRATS de 1'ann6e 1909.
En vente A DEUX GOURDES au Cabi-
net de Me Etienne Mathon, avocat, 87,
RuA du Centre,
On y trouvera aussi au m6me prix
loes livraisons de 1904, 1905 1906, 1907,
1908. 9

Cotte-Plage-Cercle
Messieurs les membres du Cer-
cle sont avises qu'ils sont convo-
qu6s en Assemblee Generale le
dimanche 6 Mars courant a 4 hrs.
de l'apres-midi, dans le local du
Cercle, a Cotte.
Ordre du Jour
0lo Papport du Tresorier
20 Rapport du Pr6sident
3o Penouvellement du Bureau
4o Divers.
*- A- A A A tlC i


Nous attirons l'attention des au orites r orL-aU-i-'rnce, ier Mars I'iu.
sur ia conduiie de certain de leurs subor- LE COMITE.
donnas qui se laissent aller parfois A des
aces violets, capab'es de provoquer le Fernand Loniewski
pires ddsagrdments.
Dimanche matin, Mme Jules Lavil'e et PROPRI1TAIRE- VITICULTEUR
sa fille,revenant de la gcand messe, descen- Grands vinsdes C6tes duBh6ne
daient en voi ure, la R-e Roux lorsqu en garantis naturels
ficede l'Imp-imerie Verrollot, cinq ,hom- Vins en caisse.-Vins de dessert.-
mes don't deux portaient l'habit militaire Champagnes. Liqueurs. Kola. -
se je rent A la t e du cheval, I'emprchant Huile d'olive garantie pure.-.Conser-
d'avancer. II parait qu its proc6daient ainsi yes alimentaires. Moutardes de Di-
A l'arrestation du cocher. Tis bien, mas jon. Bonbons. Parfumerie.
peut-6tre devaient-ils mettre un pen plus jon. onons. -Parfuerie.
de tormes dans 1 execution de cet ordre. GROS & DETAILS
O3 nous affi-me que leur attitude fut 93 rue du Quai
des pluib:utales et que c'esf g,.ce au con- &
course de que ques habitants du quarter et 43 rue des Fronts-Forts
despassants que ces damespurent abandon---.,..
ner la voiture et dchapper ainsi A la furie 1910 CABINET
desassaillants. La bonne et g6ndreuse Mine
L-gajannis se montra admirable, en une d'Electroth6rapie
intervention ddvouee et hardie.
II serait necessaire d'ouvrir une enqr te 128, RUE DU CENTRE
pour trouver les aureurs de cette scene regret- PORT-AU-PRINCE.
table et empczher, par une punition sev6re, Traitement moderne, avantageux A
le retour de faits analogues. Selon les ren- tous les points de vue et epargne aux
seignements qui nous sont parvenus, l'un malades les dangers et les suites fA-
des assailants appartient au 2e bataillon ac- cheuses des Op6rations chirurgicales
tuellement de service ru bureau du Port. ddlabrantes le plus souvent inutiles
Nous ajoutons que M. Ju!es Lavitle qui dans la plupart des cas de
vit chez nous depuis env.ron 30 ans est Maladies do la femme (gynecologie)
un des amis de notre pays et a droit A Maladies des Yenx
'ou e la protection de l'autori 6. Maladies des voies g6nito-Urinaires
-* ......... ,-- .... Maladies chroniques, gendrales ou
Le moment est solennel No TA.- Pour la Gyndcologie, traite-
L'entr6e Port-au-Prince du ment 6 DOMICILE au gr6 des malades.
k'ola double extra sup6rieur, du Docteur C. GAVEAU
West-India A rated water Fasto- MDECIN, CHIRURGIEN et ACCOUCHTEUR
fWest-India Aerated Water m udipl6m6 de l'Universitd de Harvard.
frey de Kingston, Jamaique, m8me CONSULTATIONS
prix que le kola ordinaire. de 7 A 10 heures du matin et
Yaille Yaille Yaille I de 2 A 4 heures de l'apr6s-midi.
U in de kola sans pareil est GRATUITES: les Lundis de 2 a 4 hres.
aUSin e kola svans eP est de l'apr4s-midi.
aussi vendre.I Hors de cos heures de Cabinet, le
S'adresser: 134 Rue du R6ser- Docteur Gaveeu visit la clientele en
Voir, 134. ville et faith les consultations A doni-
cile.


On demand a acheter
Lieber Standard Telegraphic Code ( Texte Anglais ).
S'adresser au MATIN.


ROYAL Kola Champagne
Cette ddliciease boisson, don't l3s qualitds toniques et fortifiantes, la sa-
veur exquise, la m36'.leiax agcable otit contribu6 A former l'incomparable
rafraichissement des climjits tropicaax, m6rite bien son titre a ROYAL s.


Agence G6n6rale


et D6p6t :


AU MAGASIN DE LA METROPOLE

MAISON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT-AU-PRINCE.
Vous le trouverez ,en outre chez :


Andre Faubert
Pharmacie Alex. Roberts
Madame E. Dreyfus
a l'Epicerie H. Corvington


rue Roux a l'Epicerie Nerette Grand'rue (en face
do la station central des pompiers.)
do a I'Epicerie C.Lundi rue des fronts-forts
rue Ferou au Magasin E. Dreyfus do


EN PROVINCE


F. Chdriez


Petit-Goave.
Mine G6rard Bartels


J. R. Montasse
Jerdmie.


Gonaives


S. Perpignand & C

163, GRAND'RUE, A PROXiMITE DE LA PHARMACIE CENTRAL
PORT-AU-PRINCE, HAITI.

PORTRAITS EN TOUS GENRES
Photographie directed, genre Visite
RFic ies CarLtesQ, g-e-r.-e ixX]p -ria0l
Poses artis'iques, a meilleurs prix que partout ail-
leurs
Specialit6' de reproductions et d'agrandissements de portraits an Dro-
mure, crayon, pastel, en couleurs naturelles, livr6s encadrJ s ou sans cadres
A la port6e de toutes les bourses,
Buste, trois-quarts, grandeur naturelle
PHOTOGRAPIHIE SUR PORCELAINE, ETOFFE, BOIS, METAUX, etc.
CARTES POSTALES ILLUSTREES DE SON PROPRE PORTRAIT
Visited nxotre salon d'exposition,


.Denmarxi der les


pr'ix,


Laboratoire Sejourne
PREPARATION DE TOUTES AMPOULES MtID1CAMENTEUSES STIRI-
LIStES ET INJECTABLES.
Ampoules d'Eau de m6r Isotoniques selon Quinton.
L'eau de mer que nous employons a 6t6 soigneusement capt6e au large
au delA de l'le de la GonAve. Nous faisons remarquer au Corps medical
l'observation judicieuse que fonw' les laboratoires strangers :
a L'Eau de mer injectable doit dtre de fabrication recente pour avoir toutes sea pro-
pri6t6s thdrapeutiques. De nombreuses attestations nous permettent de certifier que
nos products ont donn6 tons les rdsultats esp6rds. .


Specialit6: Serum nevrosth6nique.
Ce S6rum r6gularise les changes nutritifs, il a 6t0 employee
cbs dans la neurasth6nie, la tuberculose, etc.


avec suc.


ACCOUREZ

ChezHerrmann Corvingiton
108, RUE FEROU,. CI-DEVANT RUE DES MIRACLES
Vd t1o vefrekWXll'7 rA RruBin Rhiunm quurA rAuiir


R_ __ ... __ .. IJU.i 7 I1., K I J U.,ta. u...i 'Jza .u.za .aau I
6tel Bellevue--- On demand
Le mieux situ6, le plus con- xx VBlanxc <&S Riouge
fortable.- Champ-do-Mars.- A acheter un petit coffre-fort. S'a-
(Cisitae reSomm6e.- Vae g r Ia mer. dresser aux bureaux du Matin. A des prix exceptionnellement avantageux


_ ------ I ~ I IIIIC -- 'I








AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du


TARIF


Cigarettes


Gdneral, -


GOURDES


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CHASSEUR le paquet de 20
HONGROISES en levant sup6rieur Le Bondon de
20 cigarettes
do en caporal superieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland le paquet de 20
do en daporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
E.I.GANTES en Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal superieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaunne le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FtrAN(Al:.e Oil (,.ipora! supetrieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondou
do 20
do en caporal ordinaire papier bleu le
Bondon de 20
Rotju,:as en Maryland et caporal sup~rieur le
portefeuillc do 20
do en capoval doux la boite do 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la botte de 10


1.20
0.60
0.90
1 20
0.85
0.85
0 75
0.75
0.70
0.70
0.60
0.60
0.60
0.45
0.75
0.40
0.60
0.301


Mars 1910.


Tabacs Scaferlati


GOURDES


LEVANT SUPPhRIBUR (dit tabac d'Egypte) la Botte de
50 grammes
LEVANT ORDINAIRE paper violet liss6, le paquet
do 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes


CAPORAL SUPERIEUR paper bleu
50 grammes


le paquet de


CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRE paper pAte brune le paquet
du 40 grammes


TABAC A PRISER, Virginie haut goAt,
ne, le paquet de 100 grammes


paper jau-


POUDRE SUPERIEURE, paper bleu le paquet de
100 grammes
POUDRE ORDINAIRE, paper brun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MACHER roles Menus files le paquet de


100 grammes


L.A'I.AtG-er special,


1.25

0.90
0.75

0.70

0.70

0.60

1.50

1.50

1.20

1.50


J. LAVIL.LE.


c NAC TARD DUPUY Maison 6tablie depui 1795,
IJ7ll- AC tf l Ali RDdans le ChAteau de Cognac
J _-1 AL- oii est n6 le Roi Francois 1cr.

Pour tous renseignements et commands
S'ADRESSER A: Andr6 FAUBERT

agent g6n6ral pour la R6publique.d'Haiti
~ -&m v~x~~ -


A F F l EU:T 1i0TWSiET


HOTEL

RESTAURANT COSMOPOLITAN N

J6r6mie

Chambres A coucher spacieuses. Bonne table A prix moddrd.
Salle de concert.'- Tennis. Jeux divers.

DIRECTEUR : ALAIN LARAQUE.

Se habla Espagnol. English Spoken.


Manufacture


de Tabacs S. T. L.
EN VENTE
Le Scaferlati Sp6cial
tr6s appr6ci6 des fumeurs
50 cts. le paquet
D6p6t PLACE GEFFRARD

On trouvera
de meilleurs Cirages pour tous sou-
liers A la manufacture de chaussures
G. CORDASCO. *


LA
Cordonnerie


Nouvelle


-I- I --I I-- I s __ I -- ~41


911 C I Ir =-- -__L I I e~ II I --~ ---- I ~ I I ~ I


C. B. PETO1A
GRAND'RUE 143.;
Avise sa nombreuse clientele qu',j
le vient de recevoir. par dernieri.
teau, une forte quantity de marchan
dishes et de fournitures de toute fri
cheur et de toute beauty, imports
de France, d'Allemagne et des Etats4
Unis.
Le public 616gant, curieux do si
bien chausser, y trouvera les peau
les plus solides et aux nuances le,
plus varies les forms les plus belles
et les plus approprides.
- On n'a qu'a venir chez G.B. PMTOA
pour Atre assure d'etre chauss6 sui.
vant les meilleures lois du confort et
de la mode. Sp6cialit6s pour dames,
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fournitures
et mat6riaux divers pour cordonne.
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix les plus moddrds, A
LA CORDONNERIR NOUYELLI
143,GRAND'RUE 143,


A L'tLEGANCE
QORDONNERIE.


42, Rue des Fronts-Forts.
CRAU2SURRS KM DkP6T,POURt LA Vfi?
Promptitude et soin aux eommai.
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame forms @t tU.
vail toujours tout es qu'il y a de plu
Rouveaux.
Forms. am6ricaine et franchise pou
Messieurs ; 616gantes et commodes,
Poar les infants Is pluuA l'aise.
Travail solid ex~outU a w
&o peaux do promzit6romarqu
Assurans do grand rabais.
PAtea. Ciraces et l ilaudes

Francisco DESUSE

Fabricant do chaussuras
La Manufacture a toujours ea sdip
un grand stock, pour la ventO sI
gros et en detail, do chaussures a
tons genres pour
HoMxMs, Fxxm s, ExTPATs
Los commandos des commercial
de l'int6rieur pourront Wtre "9x16Cutil
dans une semaine a pen pr6s.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PonW-AU-PUrWG f WAtUX )

M' C. L. Verret
Tailleur-Marohand
Donne avis a sa bienveillante cli*e
tale que sa mason No.7, Rue Traver-
sibre est toujours bien pourvue d'0a4
vari6t6 d'6toffes do la haute s .O
veaut6 parisionne.
QuALrrt SUrPnamnR. Coups ZLiGA
TRAVAJL sos1W *. ExActrnoN PA o
Pris tils rMdusis I


NESTOR FELIM
L'excellent tailleur avantagousem
connu de toute la R6publique vi
do rouvrir son atelier Rue FQrI.
( Ras das Miracles ) No 61.
Sa nombrease clientele troeaf
comme toujouru toute satififtiP
pour le travaux qau lui sront *o0'



On demand
Deux tonneaux, de la capacity d4
200 & 300 gallons.
S'adresser au Matin.