<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00861
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 28, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00861

Full Text

Trolsibme Ann6e, NM 879


Port-au-Prince, Haifti


Lundi, 28 F6vrier 1910


ABONNEMENTS
UN Mos G. 2.00
Port-au-Prince
TROis Mois... 5 00
pa et UN Mois ., G. 2.20
Tatos Mois 6.00

Etranger .RoI Mos 8.00


C16me nt-Mag] olre
DIRICTEUR-FONDATEUR


j


OUOTIDIEN


LENUMENRO 15 CENTIMES

L-,@ manuscrits insdr's ou non ne seron
pas rendus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


Arthur Isidore
ADMINISTRATEUR


Essai sur Th,


I,


Le Ministre-Rds
(10 Novembre 1862 -


I Thomas Madiou sajourna A Pari-s,
avec sa famille, du 3 Janvier au 2-2 F-
vrier 1863, non pour son p'aisir, mais
en raison de graves circonitances-in-
d6pendantes de sa volontd. Ea dip o-
matie haiieane, cos K graves circo!:s-
tance D> c-i sont l-s idemanitds et ;es
frais A toucher. Sous Geffrard, li l ga-
tion haitienne do Paris etait un peu
une ageace d3 rdpartition sur laqu ale
on tirait de Port-au-Prince seloa qu'il
y avait A solder d-s modistes, des cou-
furiereq on des diplomnates ( voir dans
le Civilisateur, ler Soot. 1870, Pilcz. d
I'appui du Rapport Geffrard). Saas
doute, la cus.-e avait bezoin d'etro ali-
mentde au moment da l'acrivde dM -
diou A Paris, puisqu'on le fit attendrt
un mois et vingt-et-un jours. II profits
da ces vacanc-s forces pour alier A
Cambrai visiter Monseigneur Rdguier,
Archev4lue de ce:te ville et srn ancient
proviseur au college royal d'Angars.
Comma tous lAs hommes da cmear at
d'imiginition, Midiou avait la religion
noa seulemnut du pass de son p-ys,
mais encore de son propre pass ltm.
II gofitait uae motion aussi vive que
noble en se retrouvant avec des 6tr's
qui pendant un temps avalent vdcu de
la m6me vie que lui.
Mgr R6gnier la revit avec bonheur
ainst qua !e vie ire-g6ndral, M. i'abb6
Val6 qui se trouvait 6tre un ancien mai-
tre d'Wtude de Madion au college d'Au-
gers. Et comma Madiou 6tait un cta-
sear exquis et ui homme d'uane du-
cation parfaite, !e prdlat le garda deux
jours avec lui A l'Archevkchd. On devi-
le combien cos braves gens ont dt se
sentir A l'aise A table ou tout en vi-
dant des coupes de vieux bourgogne,
ils devisaieut do Bossuet et par d6-
ductioo du P. Lacordaire r6cemrnent
d6cidd et que venait de remplacer A
l'Acactdmie fraegaise, M. le due de
Broglie...
Thomas Ma liou partit de Paria, avec
sa remme et seos enfants, le 22 F6vrier
1863 pour Madrid, of il arriva cinq
Jnurs apres. le 27. 1 logea d'abord A
I'H6tel de France Call, del Carmen. II
alia ensuite derdeurer Calle del Arco
de Santa Maria, No 4.
Ce ne fat quake le 28 Mars qua la
R ine d'Ep~gae le regut en quality
de Ministre Rdsident d'H.iti. La rh-
ception fut des plus cordiales. Madiou
appe'a dans son discours quae c'tait
,a Second fois qu'il 'd6posait aux pieds
de ba Majest6 I'hommage de soa res-
peci; et Ia Rjine,de son c6t1,en parlant
des boas rapports qui devaient exister
entire Haiti et I'Espagae, lesquels sont
si nacessaire3 entire pays limitrophes,
ajoutait que les talents qui ,distin-
gouaent Madiou et qui en une Antre
circonstance avaient attire sa bienveil-
lance et l'estime g6n6rale, ne pouvaient
que resserrar davantage les relations
qui e1istaient entire les deux pays.
Madion avait so vraiment gagner les
sympathies da monde politique et. du,


d o 1Iremp'i une mission A Port-au-Prince, p-'issances do l'Enrope, n'aboutirent
om as M adiou sans grand succe da restie. N4anrnoins pourtant pas : les Etats-Unis refusirent
le souvenir do son sbjour en Haiti fut de participer d un trailed de garantie. Et
come un lien infrangible qui 1'atta- I'E'rope na crut pas co'nvoir so passer
X chait A Madiou. de leur concours.s ( Haiti, soa histoire,
Notre ministre-rdsident sut agir sur etc. p. 204. )
dent ^L Madrid leagouvernement par la gso it6 dans
I'accomplissernent de sa 9hche. Et le Le President Geirard fat tre* satis-
- 30 Septembre 1865) succ6 couronna ses eflo'ts. a Ma mis- fait des services de son Ministre-Rdsi-
e sion derit Madiou, eut les r6sultats dant A Madrid et your le recompenser

moade diplomatique de Madrid. II les ps avantwgeux pour mon pays: i commenga par lui expddier un bre-
tarda pas en avoir des preuvs tou- l'abandon d, la Dominicanie par vet de colonel.
chases da-2.M una circonsance doulou- e esoagno's sanu que nous avons Maiaui qui no nlaisante jamais rap-
res. L 7 Mai i perdsa fil rr!i da PEspagne m6me una ecla- porte ainsi la cho-e :
rie-E, onore Athlialie: A pine Ag6e do beussure pedita luttcontre
sept ans. A part qu'il fat assit6 de tous assure pendant s a lte centre Le ier Octobra863 j'avais AtA nom-
,e m as. abrts da corp.f a it d n. les Dominicains. N tre sacces aurait m colonel par 1 Pr.idnnt d'Haiti. 1I
4f a m olus 1 I -1 --'-'--,, -- .. 1,r;
mais encore une bonne parties de la e ols coplt s ous i avos ieva ce grade I'avais aA ar
socitd nadrilne lai marqua une rdalle ft a gue'r.', en nus unisant aux assimilation depui" 189 lorsquii l'EA -
estime. abitmls de l Est, par au trait4, car pereir S-ulouq'ie ra'avait cr46 baron
La petite more fat enterr6a au cime- nous autions 6prouv6 dos "er'tes door- d I'Empire. J'ai ionjours trouvA fort
La dte m ePet e Toer o cimer- m-s ienl-tnt la luo'o tiri d-3 la Tuerta de Toledo, galeri-3 .i 4 qo ic rn. lIhbaadon Ds
rincipa'e N 26, en face A droic. LerI raidt 6t que Il mdimalq : abandon. Des m'exp4dier ci brev3t de colonel.,)
9rinilpa' uNj 26, ea face o droiui. L gociation! diplonaiqu .' offici-'uses ai
phra acheta pour elle une tombe entie- cia do mnagr i'orgueil epanoli le Pi n nit as ar-
re et A pecrptuitd. talent a mmill ere voi. g suiv e ; aet rtp-r lI le "19 j illat 1865 ii fit nom-
Sc'est cell qui j'ai suivie. Aussi, dan I mer Maiion S4nater do ia Rpubliique
Le but principal de la mission de les circles politiq :e. en Fspagno, me iar a Cham.brp dos repr6sentant. Le
Madioa en Epagne dtait d'abord de consid6rait-ou cornmn avant d6fendu et' nnuveau snnateur Atait encore A Ma-
parvenir a un trait de d6limitation les i;,trd's d'H 'i et ceux de la D,- ]rid quand la nonvelle lui narvynt. Ce
entire la government espagnol et tIHa- minicanie. no fat quo le 30 4ontAmbre de la rnme
ti apres avoir oblenu do l'Espagne Maiiou fut jig4 un si litbile diplo- aio6e, qua sa mission 4tant -aiune-
qu'elle renongat pleinement et entier-- mate par se, col!6,ue dn crps dipil- nant terminSe, aTlV Thonma Madion
meat A ses prdtpntions snr les territoi- mati Iue qne fous indiiatinemenet mui rit conn? d 'a-R i:n4a S-n lldefonso.
res de La4cahobas, Hinche, St-Michel rds-nftr'-nt s gr)nd ( onno- Mrni Madiou 'accomoagnait.
et St-Riphal1 que nous occupona. meantt les flii-atiin" sinr les rd ul- Aor4- l'aidiAnco dAe oong, la Reine
L9 diplomite haitin veaait a paine tat( ,le sa mi.ion ( qai da planter quelques jalons en ce sanri difi,iis !ui out-ils dde; rH. I'nn de; ;alon4 dn Palais ou ils dimeu-
quand survint la prise d'arma.s d,,s D ,- I' vit sAn d:re q (e ,a! le faith de rrepnt tnus qnitrP ol u uno domi-heure.
minicains centre les Espagnols ei anLit i'. b n to i de la Do.ininic i l, la ques La BHzinp et ie 1oi exprim;roPnt une
18o3. Thomas Madion comprit qa'il ti, i d -icaireat s'e a it trouvne rgidei- darnibri foi, a Mr at Marame Madiou
davait s'ab-ten r d3 faire toutesi coma- av.c l'Esp3gn, .'eutend. lenr vmnathie et leur e.timo- et lenrx
munications officielles au gouvern--, Et en avril 1865, 1-s (Co-tes espagools rpgrept d0 I;, voir partir. Et le Roi
meat es gaol sur cetto q :estioI du'. voter rt i'abandou do Sa o- Domingo. parln A Madion di son Histoire d'Hlaiti
limits. &Pendint tout le temaps que do-
ra la lutte entire les Dominicains e Is r Pei4ant la lutte ertre I'Espagne i'il avit lue. Qnelle douceur
Espagaols, 6crit notre diplonte, j et l-3 Daminicai;s, dit Ma-lioau, le g6- Madiou no pouvvit oas quitter I'Es-
'e i da- ir: Baz 6 iUt A M~duid ouf il avait nagne sous une millaure imoregsiou.
ment da Sa Majestd Catholique d- la -i ih6r A l'annexior. L. Reine l'avait Rien qu'au moment de son dApart Ma-
sinedrit6 de la neutralit6 d'Hai -; mis- nommS Mar -ha! d. camp; .1 touchait did fNit decimre nar le cholera, et las
sion delicate et difficile surtout lor,- rdg iiremeat ia tr0i emnar de ce gra- oirnetihree en'ombrds de eadavres,
qu'ou savAit, en Espagne, que nor d et il 6tait A la di-poition deo 'Es- Thomas Madina ne put s'emnacher d'al-
nlWia vif dir Atait da vnirl rls iavnio.i Pg ie contre les Daminicins ses fre- ler rendre visit A sa petite Athalie....


chassis de la Dominicanie. Eufia j'eus res Sa presence A Madrid m'a souvent
le bonheur d'dpargaer A mon pays une confrarid danq ma missio- ; u'aimnnt
guerre avec t'Epagne, qui, chaq 1e Pa Hai'i, il 6tait de ceux qui soute-
jour, menaeait d'6clater et de co trri- naient qua nous fomentions la r6volte
buer gcandem-nt A l'abandon da l. Do, drmninicaine. Lorsa'il adhUra a I'an-
rmiaicanie ; c'est ce que constate ma nexion, !e cabinet espagano, sous le mi-
correspoadance officietle avec mon gou- nis'6re Mtrafl)rb, lai tI computer une
vernem.nt ainsi quo les lettres confi- somm-3 as. z corsilArable, cette cir-
dentieliea que je jui ai adress6es A cet coastance demeura secr6ee.-
6gard... J'ai eu sur la terrain diploma- Et meme temps qua Thomas Madiou
tique, des moments tr6s difficiles, tr6s lu'tait poir empacher 1i gaerre d'dcla-
panibles, surtout dans le fort de la ter entire I'Espagnu et HaPi, il tenta la
lutte dominicaine lorsqu'on dtait, en neutra'isati)n do I'i'e ( Sans une faute
Espagne, sous le minister Mon-Pache- grave commnise i Loidres ptr l'un de
co particulibrement, sur le point de nos agents diplomatiques, j'adllais ob-
ddclarer la guerre d Haiti. MAs so- tenir de l'E'pagae, otficiellement, qa'-
cia'em.nt je n'ai eu qu'A me louer eila pri" conjointement avec wnousl'ini-
saes cesse des personnages avec les-,tiative de fire des d-mar'ches aupres
qu41s j, me suis trouv4 en rapport. v di la France, de l'Arg e'erre et des
En effect, ea dehors de la cour et du Etats-Uais pour pryenuir a It neutrali-
corp, diplomatique, Madion a eu d'ex- station de i'ile entire d'Hiiti.-
cellents rapports avec M. Rivero, an-1 N us ignaron quelle faute commit -A
cien directeur de la Discussion et I'un Londres un do no' agen's diplomati-
des plus grands avocats de l'Espagae, pques, mais ce qui p rait certain, e'est
et avec M. Corradi, senateur. que cette faute fat pour pea de chose
A l'ambassade de France, il fit la'dans I'6chee de Midioa. La vdrit6 est
coanaissance de la comtesse do Monti- qj.e la neutralisation n'a pas eu lieu
jo, mera dti l'Imp6ratrice des fraonais parce quo les Etats-Unis n'ont pas vou-
qui le prit en haute estime et lui ou- lu. M. LUger a fix ce point d'histoire. r
vrit ainsi(lr M na Madiou, ses sa- Le Gouvernemert!'Ie Getfrard, 6crit- t
Ions. jil, entreprit de faire neutraliser 1'lla
L'ambassadeur de France 6tait M. d'Haiti. Ses d6marches, accueillies
Adolphe Barrot qui en 1843-44 avait j aveo bienveillance par les principles


PAndant leq trois an- que dura la
mission de Madinu an Epagne, il fut
aid4 dans le travail de la ligation par son
filq L'onca le Secrdtaire de la 16ga-
tion, FAnplon Faubert, trouvant touted
portes de oretextos pour retourner
Pari. apr6q chaque apparition qu'il
faisait A Madrid.
Ce fut le 10oocobre 1865 quae Thomas
Madion partit d- Madrid Avec sa famil-
la. II arriva A Parija a 13 octobre et y
sAjourna jusqu'au 9 dAr ,mbre. date de
son d4 art pour la HAvre d'ou il ga-
gna l'Angleterre. Le 49 dAcermbre il
s'embarqua A Livernool pour Haiti et
arriva A Port-au-Prince le t6 janvier
1866, ques, dit Madion, et nous tre arrAt6s
quelques moments dans la port oA l
pilot nous a appris que Gpffrard so
maintenait toujours bien au pouvoir.s
H61aq it se maintenait vraiment,
mais mal, ia la ite d- la victoire mor-
telle qu'il vanait de ramporter sur Salna-
vA, en profitant de l'intervention 6traD-
gAre. Le pay- no voulait plus de Gef-
ffrard, c'Atait Saln2ve qu'il lui fallait.
Le cardinal de Retz disait des GA-
nois a Its ne pyuv-int souffrir de mat-
tra ni s'en passer.-
Il n'y a pas qua les G&nois I
FERNAND HIBBERT.


,Jr ~ 31~C b~- --~- a~-Cc- II I I ---~I I, 1 'e =-~


i







Bolte aux Lettres Cours de Bourse
Or Amdricain comptant (*) 428 olo
-Nickel escompe oo010
Port-au-Prince, le 26 f6vrier r910. Billets'de cinq gourdes I 010
Le General H. Monplaisir Traites 90 ours de vue sur
Aide-de-Camrp Honoraire de Son Excellence Paris direct, 2 o0o
e President d'Haiti Trirtes sur France documen-
Pr fet de Police du D6partement de l'Ouest. taires I olo
Commandant provisoire de l'Arrondissement Cheques sur Paris, prime 2 0lo0
e Port-au-Prince Transferts par CAb e sI Paris 3 112 o010
A Monsieur C:dmeat Magloire, Cheques sur N Y, escompte I 010
Directeur-fonda'eur du MATIN Consolid6s 6 olo 47 o010
En Ville. Consolid6s 3 oio 24 010
Cher Monsieur, Empruits io Janvier 6 olo 46 o1o
Dans le M,,i d'hier vous avez 01- Emprunts dits Provisoire 6 010o 45 r12 o10
bli. sous ce titre a cXffaire Lafontant-'Ber- E'npunt 20 Aoi t 80 01
'ouet s. un compete xecdu ou, dans un des Ttrts A p2rtir du er Juillet 22 Olo
course, Me Pierre Hadicourt, avocat, m'at- Ttres roSes 2 112 o0o 20 112 o0
nTibue des paroles que je n'ai jamais6crite;, ( t)r e fi Ma1rs 428 olo
que je n ai j mais pronounces.
En rdponse au passage mentionnd, veuil- Mi Carkme
!ez pubtler dans fe plus prochain numdro Le Bd d'Enfants orginis6 par le conseil
de vorre journal, la lettre ci-jointe. d'administration de l'Asile Franqais, sera
Ag- .z, cher Monsieur, 1'expression de un veritable succ&s ; les coutur'tres sont
-ma consideration distingue.3 sur les dents, pour arriver sins retard A
.H. MONPLAISIR. fournir A l'heure, les chirmants traves-is
elles commands,
Plor'-au-Prince, le 1G f6vrier 1910. A.issi j udi A 3 heures, cette vaste sille,
SGeneral H. Monplaisic la plus spacieuse d- Port-.u-Prince, sera-
Genra-elH. Monplaleprised'assat par no gentils beb6s
Aide de famnp Ilonoraire de Son Excellence enant s'amuser gadnent en apportant leur
le President d'llaiti, Iob>le A ce e oeuvre si utile.
Pr6let de Police du DIpartemnent de I'Ouest, e e st E
Commandant provisoire de l'Arrondiasement Le Prix d'E arre est DUNE GOURDE par
de Port-au-Prince. rer'oane. Qu'on se le di e.
A STa ssac
M" PIERRE HUDICOURT Maidame Antonio Brutus, nee Labossie e
En Ville. est hcureu.ement accouch6e hier d un gar-
Monsieur l'Avo:at, con qui a ri ,Ile p:.nom de Enest.
Le journal K Le Motin* d'hier faisant La mere et l'enfant se portent bien.
la relation de l'affaire Berrouet qui s'est Chambre de commerce
plaidie en Casisation, a rapt oatd que frana se
. s,. avit'/ idit aun Uio rs ,{de votre rlai- \T ... ..... .. !, I& e-;,--til de f vrier


doiijo t t tf:i-ant alluklwon a unOe couspi- du bu le:ia de cene utile institution. Ce
ration qui s'ourdissait a Jacmel : Inumrno content d'intiressantes mati&es
N:Des groups so formarent tt la cam- que nous recommandons A nos lecteurs.
pagne tut ouverte pour le renverse- Contrats am6ricains
ment du gouvernement du GAndral
Nord. C'est to G6nSral Horelle Monplai- Le Dr R.Bobonous a envoy un imprimi
sir, le Commandant de l'Arrond.scement intiiul6 4 A propos de projeis de contracts
de Port-au Prince, cha-gg de maintenir ambricains C'est un extrair, announce
Sordre et la securitde dast la ville, qui t-il, de sa brochure son presse au titre de
nous apprend dans ur, placard, que l#s 5Croquii pcur I'h s oire socio-politique
:iilet devaent ,quitt-r St-Thomas, que d Hanii.
la ville de .Jacinel dtat designde come N Lu; remercions 1'auieur de son gra-
po'rnt de ralliement, et devait servir de ci.ux envoi.
oase d operation. Nomination
Pour avoir r nqud unn telle assertion, Nus enragistrons :vec plaisir la nomi-
il fUut qre vowis ytz la preuve vi- nation de Mr Joseph Vivens, A la douane
danle ; or, comme je ai aai i an ,Act it de S -Maic, en qufliii de pesear.
aucuro placard dI us ce sene, je vous M- Vivens a 'o *g emps travaill i la ma-
demande formellement de me dird a nufac uWe de rTbics de Diquini 06 il tenait
quellai source vous avw z puis6 vos reu- la c mprabili,; ; plus tard il fut chef d ate-
seigiemeits. lier.- Excellent choix qu'a fLit le gcuvei-
Jo vous salue, Moasieur l'avo:at, avec ntment.
une parfaite consi6ration,.
uH. MONPLAISIR. Droits app ox matfs sur caf6
H. MONPLAISIR. .


RENSEIGNEKMENTS
MErEOROLOGIQUES
Ob sexrvatoiire
DU
S1-MINAIRE COLLIGE St-MARTIAL
DIMANCHE 27 FAVRIER 19Io
Baromrtre a midi 764 m mS


Minimum
Temp&rature


20,0


maximum 32,9
Moyenne diurne de la temperature 25,1
Ciel trts clair toutc la journey. Brise
de mer depuis 4 h. Temperature ,levde.-
Barometre constant.
Com6'e La compete nouvelle don't
nous avwns donni la position ici le 27
Janvier dernier porte le nom de Warssell
Junes, i9o a, et a t6 vue la premiere
foisle 16 Janvier dans I'Etat Libre d'O-
range et le Z7 Janvier a Johannesburg
(Transvaal.) Par suite d'une erreur til-
phonique on l'avait d6signoe pendant
quelque temps sous le nomr de Drake
Comet pour Great Comet. Cette
compete a 6t6 remarquable par son eclat et
sa march rapide et a pu etre observe
partout A l'ceil nn jusq'l la fin de Jan-
vier.
J. SCHIRER.


Le Secretaire dE ,at des finances vient
de supprimer les dix pour cent que l'ex-
portateur 6tait tenu de laisser en dkj6-,
pour girantir les droi s de doutne. apris
avoir calculk sur la base de 200 livres par
sac de caf6.
D )renavant le dep6t approximattf sera
fait sans la majoration,ce qui represent, six
dollars; les doi s du fisc sont suffisamment
garan'ir et cette mesuie emptche qu'une
trop forte some en or soil immobilisie
d ns la caisse publique.



TouMre Presidenltelle

J6r6mie, 27 f6vrier A 10 heures ma-
tin Son Excellence le Pr6sident
d'Haiti iouit toujours d'une parfaite
sante. Le magnifique banquet donn6
en son honneur a eu lieu hier soir
avoc un entier succes.Deux repr6sen-
tations cindmatographiques,offertes &
cette occasion, out rehauss6 le carac-
thre grandiose de la belle f6te, orga-
nisee par le commerce. Vues splen-
dides salutes d'applaudissements
nourris. A l'issue de la parade d'au-
jourd'hui, le Chef de I'Etat s'est ren-
du dans une des' .tions rurales de
la commune de JorI Ie ; et les cam-
pagnards, en une foule compacte,soni
accourus pour lui souhaiter la bien-
venue.Il ny pasera qu'une demi-jour


Sne.- Au palais, il reoit consid6ra- 'repondirent A ces riclamations que l'r&
blement do visiteurs, empressds de nement s'dtait accompli dans les linith
lui exprimer leur d6votment et leur de leur juridiction fluviale ; que, par con.
fid61lit6. Joie manifesto de son Excel- sdquent, le connaissement et la sentence
lence d'avoir visit la ville de Ji6d- revenaient de drotl, suivant les tertnes de
mie, ofi elle compete d'innombrables la constitution, aux tribunaux fiddrauxd.
amis. la Rdpublique. Ceux-ci condamnareat of.
fectivement l'individu en question, u.
que leur sanction fit suivie d'aucune autre
PETITE QUESTIO reclamation diplomatique. II est vident
DE que les pouvoirs jouissent d'une juridic.
r T i r tion fluviale qui s'6tend dans le rayonnt.
t if ment de trois lieues marines. Cette raisuo
m6me suffirait pour qu'on p4dt refuse -
Su tisraction aux demands du consul btlge.
outre que le cas s'itait donn i. bord d un
Le cas de la barquLe norvd- -navire marchand ; or les vaisseaux di
gienne "' Mandalay guerre sont les seuls auxquels ait 61d re
___ conn ai le privilege de l'extraterritorialitden
SUITE vertu d'une fiction dedroit qui fait consider
ces vaisseiuxcomme une extension du terry.
Cette attribution de souverainet6 don- toiue doot ils portent le pavil'oa et qui
ne i la jurisdiction de l'Etat sur le terri- donne un caract6re d'extraterritorialiti an-
toire duquel le crime a eti commis, est logue aux habitations particulikres des mi.
absolument conforme aux principles g9n6 nistres diplomatiques. Pour quo le droit
raux du Droit des Gens moderne et d'ac- pit &.re accords A la B!lgique de juger le
cord avec different prec&dents. Surtcut d6linquant, il aurait tallu qu'il existit,
quand la Justice h2itienne est munie d une entire son gouvernement et celui des Ests.
r6quisition express ictite du capitaine r- Unis, un trai-6 on une convention prdala.
clamant le secours et l'intervention de ble, supulant et riglant les cas pirliculiers
l-uto-iti judiciaire locale. Su tout qund d'extraditions pour crimes commis I berd
il ne s'agit pas, en l'espice, de la diecipi- de nivires marchands, ou bien que t
ne intrrieure du bate2u, pu:sqe touoe la meurtre et 66 commit an deli de tro;s
que-elle a eu lieu A terre. Mals :girait- lieues mar times, c'est-i-dire an dehors de
il meme d un cas de discipline interiure la juridiction des tribunaux de l'Union.
du navire, que la Juridiction hirtiennc Tclie est, A ce su;et, la doctrine de lain.
scrait ici competence, parce que, danis ce risprudence internaronale. ( Principes
cas special, on fait une exception auton- g6nraux du Droit Iaternational public,
sant la Justice locale A intervenor, quind tome Ier,Introduction p. XL )
son intervention et son secours ont it6 for- D'aprs Blunschli, les navires qui pi.
mellement t les ons qu'o ntrent dans les eux d'un tat trager,
Dorc, dee outes les fa ons qu'on envi- lettent I'ancre dans un port stranger, re-
sage,la question, la juridic ion haitienne montent un fleuve, une riviere, etc., sont
est comp6tente pour connaitre du cas. soumis la souverainet6 de 1'tat trrnger
Je crois que c'est la decision A lhquzl'e tant q'ils resent sur le -e territoirC mart-
s'est ralli avec raison notre D1partement time de ce dernier.- Les navires &ran-
des aftaires &rangfres, qui dans ce cas, gzis, come les voyageurs strangers, nr
s est montr correct, peuvent pas se soustraire A la souveraine:4
Du res'e c'est la seule solunon dont est de l'6tat ou ils se trouvent.
possible la question en litige, attendu que Cette souveraine'i se fait sentir aussi
surtout en plus de tou es les raisons b.s es bien sur la mer dependent du territoire,
snr les principles fondamentaux du Daoit que sur la terre ferme ; i n'existe aacun
International la Justice haitienne n'e.t mo:if d';ccorder des immanitds aix navires
monte sur le navire od le cri-ne 'est strangers. c L'6tat stranger exerce done h1
perpitre qu'avec une autorisation express poice sur tous les navires mouiil6s dans
du capitaice qui ne voulait se rend-e i le port, et ses tribunaux sont compitents
son bord qu'autant que les autorit6s u- pour connaitre des procus civil, commit
diciaires s'y trouveraieut en m6me temps aussi des dWlits ou contraventions des ma-
pour arr. er le meurtrier. telots 6tiar-g rs, lorsque le navire se trou-
Mais, supposons, par example que le ca- ve dans es eaux qui dependent du trtri-
pitaine du biteau n'et ps demand lin- toire. ( Droit internal ional cod fi 319)
ervention des auto it6s judiciaires : dins Ce prIncpegndr.,l re subit d'exception,
ce cas encore, la Ju tice locale pourail, nousdi BliPtschili quesi le droitiaterns-
devrait m&me se saisir de la que-i.)n, tioaal 'exige cu si l'6tat dans lequel les
l'instruie et la juger, paisqu'il ne s' gfs- na e sdounent aatorise., cest--dire
sait pas ici de la discipline intenieure da *ire; s1ou net la.orise., c'est-i-dire
assa car s ide la discip ll donnant occasion quand it y a des stipulations spiciales
vaisseau, car la querelle dorant occasion dans des conventions particulibres.
au meurLre avait enu lieu depuis la veille La des convudence eons iclaine, s
i tarr, come nous l'avons deji dit S-u- fit axcesption a rge gnexic&alee : s l
lemert, dans ee dernier cas, les autorites ftribunaux dci Mlaiq e, dig alve, se dI
locales auraient A se fire accorupagaer du clarent incompxieaqs pour conna G re d'a
consul comp6ten:;- ce qui n'itait pas nT- clarent o t s pour connared
cessaire dans 1'espece Maudalay, piisque crime commis dans un port mexicain par
cessaire dans l'esphce Maudalay, puisque un stranger sur un autre rranger A bord
l'intervention judiciaire avait 6td express6- d'un nawre &ranger, si a t ranqi llit du
ment demand. dun navre 6tranger, si la tranqu
Ces prnpes fondae sont port n'a pas td trouble et si le dblinquant
Ces principles fondamentaux sent g6nd- et offense6 font tous deax parties de l' dqui-
ralement app'iqubs par les puissances ma- page.
ritimes du monde. e. Ainsi jugh le 15 mars 1876 par la
Dans son Droit des Gins moderne de premiere chambre de la Cour supreme de
Z'Europt don't la premiere edition date de jus ice du Mexique, dans l'enquete rels-
1819, Kliiber nous dit que dans ce:- tive A I homicide commis le 3 Octobre
taines circonstances, les lois peuvent 1876 sur la personnel du matelot Auguste
meme 6tendre leur domaine au delA da Durand par Eugene Antoni, capitaine da
pays pour lequel elles sont donndes, A batiment franqais "I'Andmone" mouillb A
moins que les lois contraires ou proh b- l'llede Carmen, jurisdiction do Campeche;
tives d'un au:re Etat ne s'y opposent -stu- la Cour a ordonn6 la mise en hbert6 des
element dans les vaisseaux de guerre se trou- personnnes qui avaient 6tr arr6tdes. Elle I
vant dans des parages ou ports strangers, fond6 sa Ricision sur ce qn'il n'tait as
oL ils conservent, d'apr.s on usage gend- 6tabli que le ddlit en question eft trob 16
ralement regu, la juridiction sur lear 6qui- la tranq ulli- i des habitants du port del'i-
page. Aucune exception relative A la dis- le de Carmen, ni que les marims et 1e
cipline interieure des biteaux marchands. autres personaes qut se trouvaient A board
"Ea x886-nous dit M. D Armstrong- du bitimeat frangr s eussent demand pro-
le navire beige Noo dland, qui stationnait tec ion aax autorites mexicaines ni forai
dans le port de New-Jersey ( Etat de New- uae accusa ion d homicide, mais qo'ils
York ). a 6t6 le share dune rixe armee avaientsia plement port A terrelecadavrede
centre deux margins de la meme nationality, Durand afin de rendre compete a l'atorit
dans laquelle un des adversaires avait tron- qu'il n'existait point de trair s entire la Rt-
v6 la mort. Les antorits locales intervin- publique Mexicaine et la France ; qu'Cs
rent et le malfaiteur fut mrs en prison. consequence le cas present devait tre rrgt
En vain le consul de Belgique protesta. se par le droit de rciprocit6 ; qu'Antons
fondant sur ce que le crime av t6 comrn- come Durand talent de nationalist fra*
mis A board d'un navarr belge, ot pr&ten- gisc et que le batiment i'Anfmonf '
dant que l'accus devait, vu ce cas, 6tre etait covert par le pavilion franoas ; qua
g selion Its lois et par les tribunaux de la victim n'6tait pas uane personnel Dirs*
- aIBgique. Ls autorit6s de New-York gire i l'6quipage. D'oo il rsaltsit qa'


I --II --~ -LI ~lrre LYI e~e ga~LIIII113="""Numb" I~






[ ,roaa pasn en presence d'une des'
cStlsetS i dspras le code pnal
in e conform mnt u roit de
locit--, peuvent donner competence i
rotcit6 Peven
uridiction mexicaine. ( Clvo, 462 )
ju Di FA cois DALENCOUR.
La fin i df main

jr Robert R. Ewald
DENTISTE-AMERICAIN
Dipl5l du '* hiladelphia Dental College
and GaWetsOIIS HH6ital of Oral Surge-
rv." MirSbre dipl=m6 du 11 Phila-
-deiphia School of Anatomy
Annonce A a nombreuse clientele
6t au public qu'il sera de retour
port-au-Prince et que son cabinet
era ouvert le 13 Mars.
7 Rue Am6ricaine.
Port-au-Prince le 24 F6vrier 1910.

American Bar
&
Ice-Cream Parlor
lace Geffrard A c6t6
de la Pharmacie W. BUCH.
Arrive par SIS ALTAI
EVANSVILLE STERLING
la bi&re favorite de Port-au-Prince
ladouzaine 112 bouteilles G. 7
le baril de 10 dz. 112 bout. or P. 12
WATEnRMiAN'S Fountain Pens
superbe collection de or P. 2.50
A or P. 5.
'Clip-Cap pour les plumes G. 40
FRED. W. KATSCH.

On trouvera
de meilleurs Cirages pour tous son-
liers A la manufacture de chaussures
G. CORDASCO.


Ligne Hollandaise

Le vapeur K Desterro ,a ete affret
par la Compagnie pour remplacer le
sis Prins Willem II et partira de
New-York la 11 mars prochain pour
les ports d'Haiti II apportera seule-
ment du frot de New-York ; sans en
prendre pour l'6tranger.
Port an Prince 1 24 F&vrier 1910
AUG. AHRENDTS, Agent.

L'USINE A GLACE
DE
Port-acu.-Irrina.ce
Pr6vient tant ses anciens four-
nisseurs de Bois de chauffage, que
les fournisseurs qui voudraient
entrer en relations d'affaires avec
elle, que n'6tant plus li6e par au-
cun Contrat, elle reprend ses
achats de Bois, come par le
pass.
Port-au-Prince, 11 F6vrier 1910.
Gudrison de M. Fourcant
atteint de TUBERCULOSE PULMONAIR]E
par le traitement a base d'Elixir Dupeyroux
rHenri FOURCAUT, mecanicien, que reprb-sente
hP.>ologra\.u re i-.,)nt re, e(-,t ne a (:ievre .ee. ii s-h .
0" l'ibitt S, r'ue
s'' Carnot. au
Grand Montrouge
W' (Seiie. Ii vint a ma
ictU>l)re (kioS el pre-
.'csntaimt des Ihsions
t' ",rc t h- uilres du
,8,. L '. cupont l, quart su-
pe'rieur des deux
H."l ~ po iti Olis. II etait
manilade dc)>u is 4 ais,
S"g .'"' tomssait, crachait,
avait vomni du sang1
let considerablement
A -maigri. II manquait
e ins., ii r tit de vives donleurs dans Ie dos
a tiase d'EL '" l*p que sem.aines de traitemnent
A"i e ,i du m1. ue smars 3qo9 il cait compIftement
blables n cdans le but d'etre utile a ses sem-
i)octeur I)UPEYROIIX,
P.S m'. 5, square de Messine, Paris
'"raje de e?"t??P,"uxest a base de creosote
de ..1e lod'e, tanin el lycerophosphate de
Chiax. II aglt emi provoquant [a formation danti-
d'Elixir lDm-,rl'1SCs dians IC seruin sanguin. Le(flacon
tement de _l >eyroux entoure de la methode du trai-
tpeyroux e. t tuberculose employee par le docteur Da-
Aerox ente vente chez Me Cih. Ewald, phBu-
Iaci rlit & Port-.au-Pwnsc,


de Tabacs


S T. L.


EN VENTE


Le Scaferlati


Special


tres appr6ciq des fumeurs
50 cts. le paquet


Dep6t PLACE GEFFRARD

Madame F. Loniewski
Nde Aubry
110 RUE DU RESERVOIR
ANCIENNE MAISON DU Dr AUBRY
A l'honneur d'informer sa clientele
qu'elle mettra en vente A des prix tres
r6duits du lundi 28 F6vrier au samedi
5 Mars seulement les articles sui-
vants :
Chapeaux. Rubans.-Fleurs.-Cor-
sagps.-Formes. Pailles, etc.
Profitez de l'occasion.

CHANGEMENT D'ADRESSE

Monsieur App. Cipolin
Porte a la connaissance de ses nom-
breux clients quo sa maison sise rue
r6publicaine No 155 sera transf6ree A
partir du ler Avril au No 82 de la
meme rue, en face ae la oulange-
rie du progr's, A c6t6 de la mason
Webly Pressoir.
Ils trouveront comme par le pass
les excellent vins rouge et blanc de
la maison Boub6e freres de Bordeaux.
Oporto, Malaga, Muscat, Vermouth,
Cognac et Champagne do la m6me
maison.-Liqueurs assorties et Sirops,
Conserves, Beurre de table d'Italie
quality extra par boite d'ane livre et
demie livre.-Provisions ambricaines.
Huile d'Olive et Vinaigre.

On demand
A acheter un petit coffre-fort. S'a-
dresser aux bureaux du Matin.


Manufacture


I :) IF


Fond6e en 1899
21, Rue F6rou, 21.


Ginger Kola
Kola-Champagne
Soda-Water
Siphons
Sirops
Liqueurs
Bitter


Pharmacie W


Place


. Buch


de la Paix


Execution prompt et soignde des ordonnances.
Analyses scientifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autres
methode .,mb"ric-aie ( fire essay ?.


Fabrication d'Eaux


m6taux d'aprbs la


gazeuses, sirops et veritable Kola


Champagne a P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en detail


Propri6taire : V.


Buch


Pharmacien dipl6m6 allemand
D6p6t de Kola-Champagne :
A.ux Gonaives : Madame P. Laraque
a Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-GoAve : Hermann Reimbold & Co


AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du TARIF


Tabacs Scaferlati


LEVANT SUPERIEUR (dit tabac d'Egypte) la Boite de
50 grammes
LEVANT ORDINAIRB paper violet liss4, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIEUR paper bleu le paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRE paper pate brune *le paquet
de 40 grammes


TABAC A PRISER, Virginie haut goAt,
ne, le paquet de 100 grammes
POUDRE SUPERIEURE, paper bleu -le
100 grammes


paper jau-

paquet de


POUDRE ORDINAIRE, paper brun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MACHER roles Menus files le paquet de
100 grammes


G$n9ral, -


GOURDES


1.25

0.90
0.75

0.70

0.70

0.60

1.50

1.50

1.20

1.50


Favrier


1910.


Cigarettes


GOURDES


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CHASSEUR le paquet de 20
HONGROISES en levant superieur Le Bondon de
20 cigarettes
do en caporal supdrieur paper rose, le
paquet de 20
do Utn Maryland le paquet de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20


ELE(


GANTES en Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal sup6rieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20


do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FRANQAISES en caporal sup6rieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ROULfES en Maryland et caporal superieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux la botte de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la botte de 10


1.20
0.60
0.90
1.20
0,85
0.85
0.75
0.75
0.70
0.70
0.60
0.60
0.60
0.45
0.75
0.40
0.60
0.30


L.&Y'.PA.ge~rt pecial,eJLVL


Entreprise


D'EAUX GAZEUSES


t~ L~ll~i~plClb I


.I J. AVILI.E.,








Maison F. Brunes
195, .GBAND'RUE.
Dirigde par
L. Hodelin
Ancien muembr- .-. la soci6th philantropi-
qu' des mattres tailleurs de Paris-
Vient de recevoir un grand choix
T6tofles diagonale, casimir, alpaca,
cheviot.o, cheviote pour deuil, etc.
Recommande particulitrement A sa
clientele une belle collection de cou-
pes de casimir, de gilets de fantaisie
at de piqu6 de toute beauty.
SPPCIALITAI 'DE COSTUMES DE NOCES.
-Coupes Frangaise, Anglaise et Am&
rieaine de la derniere perfection La
ni;iison confectionne aussi d<(s Cos-
r(IMES MILITAIRES, IIABITS B- ODES',
DOLMAN, TUNIQUES,HABITS CARES, e:C.
etc, de tous grades.


CHAPELLERIE
PAILLE DE PORTO-RIlCO
ACCOUREZ C'E ,f
Feliberto Gonzales
ET

.iOSE SAN MNILLAN
F BRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
SALO)N 1i.: CoIFF UII: IU LouvaR
PoullI toAs les I o t:s t pouii0 to0'( S




co flu dt t--te ]a vbT'n'
de rouvrr sono -.:-;i) K y Ftoi,
ber a b -use .ert1-l tr1nvei e
pour ,s ;-s a ..i i ui serront co-




f '' ^ i ,-'fl[ .' 1 1 Zi ,. ;. -



FAc8COUrE. C2nPCUX
Le u hno ; n quab.-t, av n
verta sos-- lnomai .voir an our d-










Sei charge d toute sortes de trus-
cviax concernant sa profession.
SpAcialitd dans les reparations de
ALAMBICS
MAC INEc vapeur et A gaz
MOULINS I A efifet 6 canine.
Garantie et promptitude.
Informez-vous 80, rue Bonne foi 80


M" C. L. Verret
Tailleur-Marohand
Done avisc sa bienve illante lien-
tWie quo sa maison No:7, Rue Traver-
Siiro est toujours bien pourvue d'une
variux6 d'6toffncernant s da haute nossion.-
vSpciaut dparisi lnne.
AQi TL* SUPuRpZWZ.PZALAM-a eUIo i
T .AVAIL LI eUTItOMUTX-




Prix iris ri4 I


Mr Jh. M. Duplessy
Photograph
Avise ses nombreux clients qu'il
n'est a leur disposition que de 9 hrs.
A midi, de 2 A 5 heures, except les
aprbs-midi des dimanches et des
jours feri('s.


Yot awacture AL toujours an d~po
QRFstock, -Pour la vents on
grQFs et rondr~taili, -dchaussures an
tous genres pour

:.~ r vpoyirr*:zmt Atra "cict~ot
~ ~Z~sI!k JQ'41Upr4s.
22'.3, TRuedo%5 Fran I-For~s, 23







42, Rluc des Fronts-F~orts.
CIRAUSIUAS R D*P6T,POUJR LA WUNTR
Prom~ptitude at soin aux commnan-

V~ii toi~ut tou.t& namqx-. i Y a pilus
Formas sirc~ain a t fr-angise pour
?our Ing Oulaints )",)Pluish l'aisa.

Assuraw~ca do grza~d rakbais.


LA
Cordonn erie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qii'e'-
le vient de recevoir, par dernier ba-
teau, une forte quantity de ma'cban-
dises et de fournitures de toute frai
cheur et de toute beauty, impoerIs
de France, d'Allemagne et des Lrais-
Unis.
Le public 616gant, curieut de se
bien chausser, y trouvera le- ;ptaux
les plus solides et aax nuaaces ies
plus varies les forms les plus belies
at les plus appropri6es.
On n'a qu'A veuir chez G.B. PPTOIA
pour ktre assure d'etre chauss4 sui-
vant les meilleures lois du confort et
de la mode. Sp6cialit6s pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fournitures
et mat6riaux divers pour cordonne-
iie. On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix les plus mod6res, I
LA, CORDONNERIR NOUVELLI
143,GRAND'RUE 143,


--~-7 1 ~--- -Y


Agence G6n6rale


et D6p6t:


AU MAGASIN DE LA MItTROPOLE

MASON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT


PORT-AU-pIU14


Vous le trouverez 'en outre chez:


Andr6 Fanb"rt
Pharmacies A'eI. Roberts
Madame E. Dreyfus
a l'Epicerie H. Corviugton


rue Roux A l'Epicerie Ndrette Grand'rue (enfa
do la station central des pompiers.)
do A I'Epicerie C.Lundi rue des fronts.forh
rue Fdrou au Magasia E. Dreyfus do


EN PROVINCE


F. Ch6riez


Petit-Goverd a


J. R. Montasse
Jdr mie.


Gonaivhs


A CCOUREZ

Chez lerrma 1ni Corvington

108, RUE FEIIOU, CI DEVANT RUE DES MIRACLES

Vous y frouverez du Bon Rhum Sup6rieur

3ci Vin 3lan.c & NoC-uo


a des prix exceptionnllement


avantageux


H07 EL

ESSTABRANT COSMOPOLITAN
J.eremi
Chambres A c ucher spaci.s,'s. -- Bonne table A prix moddr6.
Salle de concert. Tennis. .Jeux divers.
DIECTEuaR : ALAIN LARAQUE.
Sc babla Espagciol. English Spoken.



A de MATTERS & Cie

32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Maison Fondee on 1888
Bijouterie. Argenterie. Parfumerie. Articles de luxe pour salon,
salle A manger, chambres, etc.-Miroirs ot tableaux artistiques. Serviette
pour avocats, honames d'affaires, ministres. Bibelots 6legants, dl1icats t
rares. Articles de Bureau. etc
Achat de viel or, argent, diamant, ecaiUle.
Reparations de Bijouterie. Les articles vendus ou. rvpards sontgarau"
tis pour unD DOriode d~terminDe.
MAISON DE HAUTE CONFIANCE et de Premier ordre.


NOUVEAU TRAETElMEIT .


CONSTIPATION 1
et de ses
Consequences Engorgements
duTube digestif;
par I'emplol Maladies diP Foie
OS 1. a (Congestions. Ctrrhoscs,
Infections biltaires,
Paludisme, Fievre jaune);
S_ Constipation de la Grossesse;
le meilleur proven tif deI'APP..NDICITE.
MODE D'EMPLOI :
EtLIIR. Une cullierde b cafa dan3 un peu d'eau. nu
commencement du repas du soir
PILULBS.- Do i it 3 avant le repas du soir, on en se couchant.
P"ttPPV TERnRIAL, 39. BoUlP Hanasmann. PARTS


--Z






~ Lar rohchit'O

..~ .~ Phtisie puw.'.uairs-
TL C flC D'EPLCI de 2 a 8 capsul SapFar lout
't -i- Rme4t., 39, Bouid Haussmaflf, PARMS


_ __ I IP I I C1 ---~ rC -- ql L i-~


ROYAL Kola Champagnu

Cette dl6icieuse boisson, don't les q,,alit6s toniques et fortifiantes, ia1
veur exquise,. le nt' ile x agc6tble o it co itribu6 former l'incoma,
rafraichissarn nt d-, dim its tropicaau, m6rite bien son titre ROYpAaL


~~-u~--ssa~-~-a.~ I sr~aar -- 31~IC~ LIL~IIC- I ~IC I e r3