<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00858
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 24, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00858

Full Text



Troisieme Annde, Na 876


P ort-au-Prince, Han'i


Jeudi, 24 F6vrier 1910


ABONNEMENTS
UN MoIs G. 2.00
po- ncTaois Mois... 5 00

UN Mols ., G. 2.20
Dpartements Taois MoIs 6.00

Etranger. ROsMois 8.00


GC16ment-Magloire
DIRECTEUR-FONDATEUR


c


j


LEiNUM8IRO 15 CENTIMES

Lu manuscrits inseris ou non ne seron
pas rendus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


Arthur Isidore
ADMINISTRATEUR


OUOTIDIEN


CONTEST DU JEUDI


L'Eve Eternelle


( Une petite maison A Lalue. Le plus
complct ddsordre s'6tale 'partout dans les
pieces ; les rideaux sont effiloch6s, les
meubles incr istes de poussiere. II saute aux
yea% que c'est la un intbrieur o manque-
le soin intelligent d'une femme prdparbe A
rendre la vie suoportable A un maria. -
Dans une 'chambre de l'6tage supbrieur,
cric M. HECTOR GRAVAIS (38 ans). C'est
una membre de la magistrature assise.- Sa
femme. JE&NNE (32 ans) entire A tout mo-
ment dans la chimbre pour ea res3ortir
aussit c-elle l'empeche de travailler visi-
blement. Une derni&re fois, elle reste)

JEANNE. Ta as fini de r6diger ton
jugement ?
HMCTOR.- Presque.
JEANNE -C'est stupid de travailler
comme l1 pour rien. Tu aurais dfi
fair comma Honore Cervilus-lJcher
tout cola pour une brillante situation.
HECTOR. Ja ne demanderais pas
mieux, mai- je no puts pas me traInti'
aux pieds da tout le monde pour arra.
char une nortination, ainsi que l'a fait
Cervilus.
JEANNE. ... ( Long soupir ).
HECTOR. En attendant, il faut que
je fasse la besogne pour laquelle je suis
pay4
JEANNE. Pay6 ... pay6 ... Avec ~a
qu'on te paie ?
HECTOR. II est vrai que c'est dar,
m is en se donnant un pen de mal...
JEANNE. Et puis. te, appointe-
ments, quelle derision I Un domesti-
que d- maison bourgeoise, A l'dtranger,
est payd le double de ce quo tu gp-
gaes -Nn si tu savais t'y prendre,
it y a longtemps que tu aurais quite
c- tribunal.
HECTOR. Je to rt6j-te que c'est I1
m-n plus cher ddsir. M1ais cela ne dd-
pand pas de moi.
JEANNE. Comme tu to trompes !
Ceola depend parfaitement de toi.
HECTJR. Comment ?
JEANNE. Ta n'as qu'A employer 1,l
moyen qui a si bien'rdussi dtHonord
Cervilus ; rampe.
HECTOR, avec reproche. Oh Jean-
ne, c'est toi qui me donnes un si indi-
gne conseil !
JEANNK, rdne. -Mais oui. Consid6re
cola comme aun sacrifice en faveur du
bien-r6ra de ta famille. Paisqu'il faut
flatter les entours et le rest pour ar-
river, flatte-les. Et puis surtout ne les
lache *pas d'un cran, sois toujours
dans leurs jambes, jusqu'au jour ofi
embetes de toi, ils to donneront ce
que tu voudras. It n'y a pas d'autre
moyen d'arriver, tu le sais bien.
HECTOR, navrd. Alors, ma pauvre
infant, je n'arriverai jamais.
JEANNE. Les autres agissent bien
ainsi !
HECTOR. Qaelques autreft, tu veux
dire. Sois done just.
JEANNE. Beaucoup d'autres I Et ce
sont ceux-l quAi sont intelligent. (Elle
pleure ) Si tu aimais ta femme et tes
enfants, il est certain que tu n'aurais
pas h6sit6 A commettre quelques peti-


HECTOR.- Tu sais bien que ce n'est
point A1 ma f?(on do comprenlre la
vie... J'estime les jouissances du ctour
sup6rieures A celles do la fortune.
JEANNE. Justement. Puisqne tu as
d6jA les jouissances du cceur, ( Elle se
cambre ), et tu les auras longtemps en-
core. Regarded ma taille, mon cou round


tes bassesses de rien du tout afin de et plein, mes yeux Qui croirait que
leur procure du bien-dtre. 'e suis mere de trois enfints? Et je
HECTOR, piteux. D'abord, ga n'est t'assure quinz3 ans de fdicid6 en plus
ps facile de fair ce que tu dis. It de ce que tu as dejA eu Sans comp-
faut un temperament special. .1- t'a -- ter que tu as pour amis le- hommines
sure que j'c-d(-ire sincAremant coux-l iles plus dis'inguds du pays. Done pour
qui rdussissent dans l'industrie de lI les jouissances du ccear, tu ea a plus
flatterie. L'adulation MIis c'ast le qu'il no te faut. Li moment est venu
genre de courage qui me semble au- pour toi d'abo-der leA jouis-sances de la
desgus de tous le4 autres I fortune qui ne sont nuilement A de"ai-
JEANNE, boudant.-Le plus clair, c'cst gner.
que nous passerons toute notre exis- HE .TOR, pe4Sif.-Ta m tuieras, Jean-
tenpe- dans le gene, les privations. ne, tu ma tueras Voiial tout.
HECTOR. Ea verit6, Jeanne, tu me JEANNE. Allons done Ou pa'p
fais de la peine... Moi qui pensais n'a- mouri crasse.
voir jamais rien n6glig6 pour te pro-u- HEGTOR Jeanne Je?.nne !...
rer le necessaire, voili que tu me re- II
proches d'etre un marl insouciant.
JEANNE. Je ne te reproche pas ( Un mois apres.--Au Palais. Li fou-
cola. Mais enfin, reconnais au moins le des redingotes noires ddfilent devant le
que tu ne to remues pas Comment vieux Prdsident, A qui ceux qui voient
Jamais tu n'as eu une favor dps mi- pour lui, comment chacun. Et cependant
nistres Jamais une furniture Ja3 c'est A qui lui sourira des yeux et de la
crois que tu ne sais m me pas corn- bouche. Aux discours eDflammbs qu'on iui
mont st faite une ordonnanw'. r"a'p.dresse pour le feliciter d'avoir A lui tout
parole scui tire le pays de l'ablme et ramend
HECTOR, modestement. -Oh j'in r6- 1 honnCtetd dAns le; services publics, le
dige. vieillard r6pond qu il maintiendra la paix,
JEANNE. Jo ne parole pas des lien- cette paix qu'il a jur6 de maimtenir .
nes qti sont insipides j'enteads lfs Tou, d'un coup, une voix mAle s'61i:ve,
bones ordoanances qu'on vouis pain c'est celle d'Hector Gravais :
avowc da bon argent, c'es'-A di:e dei
dollars. N'est-il pas honteux aeie de a Pr-sident, c'est la Providence qui
tous les 6res intelligent Hailiens vous a envoy pour sauver notre ma-
comme etrangers-qui se taileent cha- lheureux pays qui, grace A votre haute
que aune une rmiche dans le Badget, conception du gouvernement, entire
1oi seu1, n'as jamais rien eu. desormais (dans lA voie du progress et
HECTOR. To to trompes, en t'ima- de la civilisation. Vous 6tes le nauton-
gioant quo chacun a des droits snr nier sagace qui tient la barre au mi-
le B,,dget. N'y ont de droils q.e les lieu de ia tempkte d4chaliae, et e~m-
maitres -- c'est-a-dire trois ou qualre p~che le vaisseau de l'Etat d'aller se bri-
individus tout au plus. Aux autres, a ser centre les r6cifs que des enfants
ceux et a cells qui sont toujours apres ddnaturds dresseut comme autint
les malt res et apres les pauvres minis- d'obstacles sur Votre route, afin d'em-
tres, on jette un petit toss de rien du lcher notre radieuse Rdpublique d'al-
tout. Je tai expliqu6 ces points mainte ler de 1'avant. Mais ces mauvais cilo-
et mainte fois d6jA. yens aveuglds par l'ambi ion du pou-
voir,ne savent pas une chose : c'est que
JEANNE. -Efin, fais.toi nommer d- la Providence veille Us no savent pas
putO. Que si Votre mansudtude est infinie,
HECTOR. Je me suis faitproposer, Votre volont6 est indomptable... (Cela
mais on a r6pondu que je ne convenais dure une here. Le rude bonhomme dcou-
pas A la function. a Cet home nous te cette miserable phrasdologie, avec le
donnera du tracas >, a-t-on dit, contentement bdnin d'un petit enfant d
JEANNE, edline. --- Mon Hector aim6, qui l'on mettrait du sure dans la bou-
tu sais si je suis fibre de toi, si je t'ai- che. L'entourage est satisfait. On entend
mt Eh bien, il faut suivre mes con- des murmures d'od saillissent : c Gra-
seils...ta dignitd...mais qu'est-ce done vais a parld d'or D.- a C'est un ami du
que la dignit 7?... L'opinion des au- gouvernement t C'est un patrio
tres Et quels autres ? Des gens que te a.... )


tu m6prisf's Et puts quand tu man-
querais de dignity, qu'est-ce qui t'em-
p6cherait de crier sur les toits que to
en as pour dix N'est-ce pas ainsi qu'-
agissent les coquins a qui tout le monde
serre la main ? L'avenir est A celui qui
aura le plus de culot, mon chdri. Et
puis, dcoute ... je te prdviens que je
dois un peu partout ... il me faut do
l'argent. (Elle l'embrasse). Sans comp-
ter, tV'6sor, que je tiens A aller dans
quelques bals cette fin d'ann6e. En
conscience, puis-je vivre comme une
enterr6e TAche done de to fair don-
ner quelque chose... L'argent vois-tu,
il n'y a que ga.


III


Deux semaines plus tard.- Le comptoir
de BELLERMANN au Bord-de-mer.- Le ban-
quier est assis gravement devant une large
table et a l'air d'dcrire. Ea rdalit6, il dessine
a la plume des croquis d'ani rrux. Entre
HECTOR GRAVAIS.
BELLERMANN.- Ah I c'est vous .
boDjour. Vons venez pour cette ordon-
nance de deux mille dollars.
HECTOR.- Oui la prenez-vous,
ddciddment ?
BELLERMANN A 50 o/o, comme je
vous I'ai d6ja dit, oui.


TIEC'TOR. Maig cette ordonflance
sera Day&O dans4t un moi,; je rap charge
do ]a toucher pour vous. Je vous la
vc'n'b raoiris qu-- je no voliq ellk d,,man
do l'avanee av-c vin tpourfpntage en
votrA favour. 11 yne pulis is ttendre.
D'ailleurg. il n'y a quo munile dollars
Pour1 moi IA-dessus, I'autra millO est
pour un tiers.
BELIXRMANN, sourian!. Et mnlmeM
pour deux ircmui -.-je zPi4 nm-
merit ecea ce pratiq-ie. (Reprc24cZ?1lS(i
sdrleux ) Je coflseos Svoug :ivalcer
toute hlav1etur av'ic iunl6r~ildo donii
ponr econt. le rnois -- A oon-iticfl Jue
volig fasscilz ausqqi qahue chosO pour
moi
XNN v ~xn' tA ie-

IDffittz dA rmonper 1"',dIOal safk
factionje 5uj'q j3V~ ? -1!1,e agable.
HECTOR, d?~oiif Uen".- 's
cerai de concilir iqviu (tondvoit avac ma
reconnaiss5qnee.
BELLERMApNNT,.- horn......'es41.t
deq Phrases, rela.
HECTOR, la L'oix t&einfe.-- Ehibion .
Je Prornets de vous donner toute satia-

LELTERMANN. vo tfr 'fl'? l'' rdn )i jC!CCedit
quo?t!ques ,noft.(Z d101petit on~erose,
Vefu de birine sao:z vp.se, eg!cs as~i!.,
ePz rp un coftre-for.t el!)fn, I)LL r 0a'1 .- C:est
bhen vous roeviz pai';Pr A ;a c~iiss-
( I IE-CTOR sr *pr6~e te d":'aa le -'ritk
hor7n-m rose,-, sign, c. wlw e t sort. It
pre'fld u iUnsc, ofait (N) n'luir,, chez
Llerrnoqene G?'a.-f'Vj nd. oinwp14 ntille dol-
lars d celai-ei. puis ~re~ztre. cfkee7 lt;...
HECTORI. p~ile. didfait., r,.',rtta0 nt
petit sac 'dor d cl fe-taync. _- Tiens, ea.-
tu content ?
JEAN-NE.d4'irant. --)utailte, papa
Ala beZl' 'agenW Gadc ga noa!... ( Etic
,parne, parne, parne. et finalernient con-
clut: ) Dis done, I-Ictor. ii faudra de-
mandqr la commrando de pipier pour
lo Moniiteur, c'e-t tr~is gras. Au besoin,
ta 6criras une lbrochure dans laquelle
tu r6p~teras avec ddtaiI cq quo tu as
dill en gros dans ton recent discours...
HECTORt, afJfile dans Une dodine. -
Ecoute, Jeanne, je to le dis, tu me tue-
ras*:
FE-RNA-ND IIIB3IERTr.





RENSEIGNUMENTS
MP =EoROLO0GIQUES

DU
SL2MNAIRE COULIGE S*-MARTIIAL


MARDI 22 FEVRIER I910
Barometre A midi
o


764 m "3


Teznp6rature minimum 20,5
maximum 32,5
Moyenne diurne de la temperature 25,1
Ciel assez clair, sauf un peu nuageux
vers r h. Vent d Est assez fort persis-
tant jusqu'a 7 h du soir. Brise de mer
pendant une heure. Baromntre A peu
pros constant.
J. SCHJIRER.


I I ~- ~P-- C-pD II. ~--PCI IP I -C I I I









Tribunal Civil
,Audience civil du Mercredi 23 Fivrier
1910
Prlsidence : P. Jh. Dupont Day
Ministere Public : A. Thibault
Jugements prononces
Celui qui annule l'acte d'appel du 20
Mai 1909 donn6 A la requete de Ldonce
Thimagene contre la dame Ismdla Louina,
centre un jugement rendu par le tr-banal
de iPix de I'Arcahaie le 4 mai 1909 et
condamne Leonce Thimagene aux d6pens.
Celui qui admet la deminde en divorce
de la dame Rosita Jean-Louis.
Ce:ui qui admet la demand en divorce
de la dame Nesidt Massena Sinon.
Ce ai qui admet la demand en divorce
du sieur Jean Philippe Luc Appo'on.
Affairs entendues
Divorce des 4poux Joseph Augustin
Borzi.
Divo ce du s'eur A'hanase Laforest
centre :on spouse la dime Clara Laforest.
Estella Belotte centre Po'ynise Cdrisier.
Duverne Sinon centre Emmanuel Coli-
moa ( ccntinuition renvoyee A huitaine )
Audience correctainnelle du Me credit 23 fe-
v-ier 1910o.
Presidence : A. Champagne
Ministere Public : Lys Latortue
Jagements prononeds
Celui qui condimne Madame Veuve Mau-
rice 'ame; & deposer une caution de 15
goordes avar.t de plaider le fond du proces
pendant entire el'e e; 'e sie;ur Ti-bulle es-
ruisseau.
Ceiui qui d3:lare que le delit de d6non-
ciartion calomnieuse reprochA au sieur Fer-
dinand FMd6 par les sieurs Mucius Molire,
Bernadin 8lernadnt'e et Aimn Toussainr,
n'existe pas en l'espece, en consequence
renvoie Ferdinand Fedd des liens de la
prevention.
Coniinutiocn de l'aff ie de Tibulle
Desruisseau centre Mme Joseph Polynice.
Apres la ddposi-ion du timoin Paulaus
Paul Antoine, vu I'heure avaacde le tribu-
nal a re"-oyA la continuation de cette af-
faire A huitaine.
Aff-i e Lafontant-Berrouet


L'abondance des
renvoyer A demain,
d- I'audience d'hier
tion.


mat C es nous oblige A
note compte-rendu
au tribunal de Cassa-


.,Tribunaux de Paix
T"'AIma Gousse croyait avolr le droit d'a
, r arbitraire-ent conire sa loctaire, Mme
Leonce B ssere qui lu, devait une valenr
de Cent cinquinie gcu'des, montant de
plosieurs terimes L'irascible propri6taire
prit les eflets meubles, et:, de la debi-
trice ect le jesa sur la vo e publique.
Mme Bi.-s;re reclame A son tour 150
dollars de dom n-ge; int6tr-s.
*
Strvitude.
Le Gal J. S. Fort Colin ne veut pis que
la propri&6 de son voisin a Duvivier, soit
arrosde. Mercius G6lin protest A bon droit,
invoquani t -xtes sur textes. Et le tribunal
f-isant dr(i A ses rdclama'ions condamne
par defaut, i'%ncien "commandant d'arron-
dissement.
*
Bonrc recompense est promise a celui
qum rapportera un poulain. .
Mais en attendant Leandre Denis assi-
gne le maqu'-groi a qui il I'avait confiU
Et Briceus D'guerre est condamn6.

Leonce Thibault-nomm6 juge-supplean'
U-st instalP a ses nouvelles fonctions.
Bureau du port
Par decision de S. Ex. le Pr6sident de
la R6 ublique, le Gal. Eug.ne Ferdinand
a repris ses functions au bureau du port.
Un regiment des chasseurs de la Garde a
6t6 attach A la su veillance de la donane.
Nouveau derai e ement
Quand nnus seront A r.coo, nous fe-
rons une croix.
Ce martin, le premier car a ddrailld de-
vant le Sdminaire, occupant la voie et em-
pehant par consequent le second voyage,
le olus important de la journde.
Toutes les voitures ount dO alors retour-
ner au champ de mars et recommencer le
trajet, par la Rue des Casernes. Tout
cela a pris du temps. Les plus pratiques,
ceux que'leurs besognes.rdclament en ville
ount pref&r6 faire la route A pied.


Bal de la Mi-Car6me
L'idWe d'un bal blanc sugg4te par plu-
sieurs fimilles a dtd biea go6tde dans le
public,et nombre de personnel mnd6cises sur
le choix d'un costume. se soot rallies A
cette uniformity pour leurs enfants.
Aussi cette innocence distraction promet
de l'attrait non seulement aux enfants qui
iront prendre leurs bits dans cette magni-
fique s11le de l'Asile, mais meme aux pa--
rents qai les verront s'amuser avec entrain
sans comp:er le plaisir qa'tils auront d'une
ren lion que les scucis de l'existence con-
trarient le plus souvent.
Rendez-vou; donc gen&al, A 3 hueres
de i'.p --midi duu rubic choisi qui assiite
!oujours aux f6 es de l'Asi!e franqais.
Cartes postales
0 trouvera de jolies c rates rostales ar-
.tistiqu!s ( srjets amourettes, bonne fa e.
ttc ; chez Me Fernand Jutes, 155 rue R6-
pub!icaiae, mnison App. CGppolin.
Boi e aux lettres
Port-au-Prince le 22 Fevrier 19o0
Au directear du MATIN
Mon ch:r directeur,
C'est vraimnent d6sastreux de voir les
men6es des apaches et des voleurs dans
ro-re capital. Le a bord de mer. le
dep6 reel de to-ite la vie hiitienne.da sim-
ple particulier comme du commeritnt,
du pauvre coinre du riche, est livr6, trop
souvent A la rapine de certain bons a rien,
piresseux et ;mbiieux
Dins !a ruit de dirnanche A land nom-
bre de ea-aives d'effcrc ion ont ere fttes
et rotamment on a r6ossi A s-ustraire
dans le m gasin Eleline e- Borbes use
some en esr ces assez considerable ( 7
rue des Fronts-Forts ).
;Il serait'" bon, cher dieecteur, que vous
donniez pub 6r-ion a la prbente afin que
le service de police iedouble de vigilance
e n-us ass'i-e a tou; li s~carit6, puisq ae
nous tous contribuons A soi entret'en.
It y va non seulemeat de notre bien-6:re
mais ausi de no:re vie ; le vo!eur est
touirurs assassin.
Recevwz, cher Di-ec:eur, nos sinc&res
sa!uta ions.
CONTRIBUABLES



NOS.ROUTES
P6tion-VJlle 21 f6vrier 1910

Monsieur le Directeur,
J'ai la ave uno r6el plaisir, dans vo-
tre N = d vendredi, que son Excel-
lence le President, allant visitor les
travaux du Bassin Gn6eral, eut A re-
mnarq ,er. en passant par Potion Ville,
les louables efforts que tait le com-
mandant de catte commune pour lh
refection et I'entretien des routes de
sa circonscrip ion. Ayant du prendre,
ce mois-ci, deux semaines de vacan-
ces dans cette delicieuse station,pour
essaver de rktablir ma pauvre sante,
mes longues flAneries de convalescent
et de citadin, avide de grand air, de
verdure et de tiLde solei me firent
grimper A la plupart des hameaux qui
encerclent le bourg de la Coupe.
C est aiasi que j, pus noter le sou-
ci qui tient le general Eliacin de pro-
fiter de la saison seche pour mettre
la plupart des grandes routes de son
commandement en dtat de resister &
1'action des pluies d6vastatrices du
prochain 6.
Pertonnellement, j'ai rencontr6, en
cinq oi six fois, le General, A pied
ro A cheval, conduisant des corvdes,
indiquant Its saign6es a faire dans le
roc ou dirigeant son 6quipe d'ou-
vriers dans la facon de remblayer un
chemin creux.
C'est ainsi que se trouve parfaite-
ment prati.able aujourd hui la route
de Marlique a Mariamant.
A coups de mins, A coup de pic-
quoi.-, la route de Dupont, depuis A
ofu elle commence, derriere l'hotel de
Huneck, a 6t6 aplanie ; les falaises
qui la bordent ont 4t6 partout entou-
roes de pieux formant garde-fou. On
m'a appris que,depuis le mois de iuil-
let de l'an dernier, le prolongement
de la route de Frbres, an cwur du


~lk-----l~~ IL~LQIIP~-C -----Cr- C. -~lb I-~U---- a I


bourg, depuis la place da -marchd jus- 'Le Commissahie du Gouvernement e
qu'au portail de St-Pierrc, a ete tr~a- duisit avec beaucoup de tact en la cir
vaillde de la m6me facon.Aujourd hui, tance, et ne se mit a la disposition!
les gros cabrouets A boeufs y circu- pitaine que lorsqu'il cut regn de fli
lent, les voitures y passent et il me une requisition express crite de hliu
semble meme que ce chemin est pr6- ter le concours de la Justice. Ce qi
fdr6 A tous autres tant par les pistons faith avec touted la cldritd possible e(
que par les cavaliers ou les vehicles plus grand respect.
De la place du march a hbglise, la Le meurtrier fat d6pos6 en prison t
Rue Gr goire ;puis, traversant la Pla- la levee du corps de la victime ordonA
ce. la Route de la Tote de l'Ean ont De l'interrogatoire auquel j'ai ai~
616 6galement cass6es a 1 aide de mas- comme m6decin expert- il risuhle qg
ses et de picquois, d6barass6es des les deux matelots en question avaiecar
pierres quiiy fdisaiot saillies, mettant Itant a terre, uae petite querelle, i
au supplice les piedsdes promeneurs sui e de laquelle le frangais eut les
Au commencement do ce mois, 1 pochds. Rentres tous les deux i
jour de la f6te patronal) de Fessard dans la soiree, its pas,&rent la nuit i
j'61ais encore A Pd ion-Ville. Au soir la plus grande tranquillity, ; mais le lea;
tombiant je m'en allais par la Place. demain, de grand main, jour de i'.;
Jo vis une cavalcade nombreuse Pt cident- le f-anqiis ,e prdsenta au suk
anim6e d6valer par la route de la Te- ct lui demands, en lui montrant sesyeul
te 1'Eau qui conduit A Fessard. Arri- rochds, s'il reconnaissait ce qu'il lui avitI
ves sur la ap zrade P, les gBis pe'erins fait.... Sur une rdponse, parait-il, non a.
firent h ilte et des endirmnt au caf6 de tiif isante, le franc s plorgea an couti.
NfMm Thinagene poar nreower l'diap/* d h6 liier dans l'hypocondre droit du g.'
Des propo. qu'kchangeait la bande jo- dois, qui ne tarda pas A mou'ir. J'ai
yeuse,ce qui frappait surtout, c'dtait la pliqne dans mon rapport la cause decet
persistence et l'unanimitd aveclaquel- more rapide.
te on louait I'excellent tat du ch'e La justice ay nt fait unc instruments.
min comparA au chemin de chevr, tion pr6 iminaire ?ur la demand express
qu'd'ait. paraL-il, autrefois, la mem'l, du capitaine, it s'?gissait de dUermtine
route. Un de mes armis qui a f.it par- d'une fayqn precise et exicte, la juridic-
tie d'~n groupe d'eccursionutst.. a tion sous Irquel'e doit et'e placid e mur-
Furcy fn'a dit qu il en est de mme trier.
de la roate de mornes qui y me ,e.- Le cas. bien qu. simple en apparenae,
Dans le b',rg mmem de Pttion-Ville, demandait une iuie approfondie, si 7T
le ge4nral Eliacin a fait enco-e onvrir que loit d'abord il y eut des divergences
ia Rne Clervaux, derriere chez Ale- d'opin'ons et que l'on se senit em.
xandre i'lavois et, le long de la mai- barrassd de part et d'autre.
son de Ke'ler, une autrei ue don't j'i- En effort, tou e e;p&ce diplomatique con-
goore le nom. La pente si raide de la tient plusieurs d sainctions oa exceptions
11'e H6becca qui rompait les reins passib!es de solutions plus ou moinsdif-
auxattelages a 6t0 parfaitementaplanie l(rentes.
Quand, dim inches dernier, un de mes Dins I'e;p0ce Mandalay, ii s'agis-
bons amis de la haut, me fi le plaisir sait d'un navire norv g en mouilliIdauns,
de me presenter iu General, je no port h i.ien. :
manquai pas do lui fair des f6licita- Si, u coutrai-e. le breiu s'6tait.ro'uvi
tioos pour le soin qu'il apporte A 1'en- en pleine mer, itl n'y aurait pas de discus.
tr,-ti n de ses routes. II me r6pondit sion possible et c'est un tribunal nor b
tout simp ement < Ah vous savez, gien qui auv-ait I en co-inaire.
je trouve qui c'est un des devoirs de Mais, d ns un port haitien, l'esp e se
ma charge le plus sat.sfaisant A rem- compliqu it de questions accesoires. Le
plir qua de donner, au moins, des ports font partie du se:ritoire d'ane so
routes au paysan. Et comme je lui td- tion et to.; ceux qui s'y trouvent doivewt
moignai mon plaisir de lui savoir obdir a, x-.lois de police et de s'-etl4e
cette pensee, il me remercia et me la juridiction de cette nation : l'Eat
dit. < Un do mes chefs me rdp6tait stranger, nous dit Calvo, exerce la police
solvent : tant vaut I'homme tant vaut su- tous les navires mouillds dans leport,
son administration. Je veox, Mon- ec e; tribunaux sont compdtects poUr
sieur,donnerde ma facon d'administrer conn. i.re des proc; civils, ainsi qug dts
la meilieure idde possible de moi dWlits dei matelo.s 6Lrangers, lorsqAe les
Eti bien. je vous dirai, Mr le Direc- navires se trouvent dans les eaux dhpen-
teur, que j3 fas frapp4 do voir chez dantes de son teri-oire. ( t. I. pa-
un commandant militaire haitien,tant graghe 451)
d'activit6, melee A tant de bonhomie, Une exception est faite pour les naviesm
tant d'6nergie a bier faire et A faire de guerre, qui, faisant parie de lafot-
ce qu'il faut joint A tant de simpli- ce publique et pou -ant etre regards coa-
cit6 dans sa maniere d'envisager ce me representant en quelque sorte I'Et
qu'il fait. doit ils por ent le pavitlon, jonissentdt
C est oirquoi j'ai voulu complete privl1ge d'exterri-orialit6. "
en cette letter deja louigue, la note II n en est pas de meme pour les tavi-
que vous avez mise dans votre jour- res marchands.
nal. Les navires de commerce, nousdit
Veuillez fair de ces renseignement encore Calvo, ne peuvent gaure 6tre con,
l'usage qui convient et recevoir l'as- siddrds que come l'habitation mobile-de
surance de mes sentiments trbs dis- socibtds particulibrei ; its sont soumiss al
tinguds. lois de la nation a laqnelle ils appartienent
A. BONNAY. et qui leur acco de sa protection ; mais
ni leur capitaine, ni leurs officers, mal-
PETITE QUESTION gr lI'autorit6 disciplinaire que la lot ac-
corde sur ieurs subordonnds, ne sont, i
DE proprement parler, des agents investis du
ne parties de la puissance publique, oft
p'as forte raison ne repr6senteat-ils pa,!
gouvernement ou le pays don't ile ddpCn
dent. (t. I, paragraphe 430.)
Le cas de la barque norvd- En r gle gendrale, A moins de stip"*
gienne Mandalay lations contraires, exceptionnellemeot Can
-- sacrdes dans les traits, cette exception_
Le 24 janvier 1910to, de grand mating, A acquise aux batiments de guerre ne s'
bord de la barque norvegienne 5'Canda- plique jamais aux navires de commer" '
lay, et lieu un accident des plus regret- quai en effect, reprbsentent simplemen.t
tables. II s'agissait d'un meutre commis propridt6 privde, des intdrats partdI if
a ce bord. par un matelot sur un actre et iouent un r61e eseeniellement pacitq
matelot du meme equipage. Le meur- les personnel qai'sont A board Ine
trier 6tait de nationality frangaise, li vic- vent done se sousraire la juridictiofi.d
time de nationality suddoise pays oa il se trouvent.
Je fus req is en la circonstance par le De m&ime le navire marchand oaU.
Jvge d'Instruction, et j'eus a adresser un dans un port stranger ne jouit pas do pf
rapport ddcaill6 sui le cas au point de vae vilege d'asile assure aui batiments.ide'.
m^dico-16gal. marine militaire, en dehors, bien sten
Des le martin meme, le capitaine do na- des exceptions stipuldes conveltiontc'.
vire dtait descend a terre pour reclamer ment.
le contours des hommes de police afi'x de C'est ainsi que la Cour de CassSdon
mettre le meurtrier en dtat d'arrestation. France a jug6 en x859, dans le c1 s$rtS
*







Ona dans le port do Havr-3, A bord d'un
navire need aomdrican.
S-e qui s'y co"it jeta le trouble
e lrie qm a p laion de la ville. 1bl
.ond de cr navire donna la mort un -
deses cnatlots et en blessa gr:4-ement un Le steamer KScotia n venant de
de Lesma uip2es des autres navires A Kingston, sera ici vendredi 25 cou-
iatnre dans le por monu6 ent use irrita- rant A midi.
tion exrme, alant appliquer sans dlai It repartira probablement samedi
loi da lyach au coupable; mais l'aueur pour Petit-Goave, Miragoae. Jd6rnie,
1 lov i y t ause soustraie an danger St-Marc, Gonaives, Port-de Paix. Cap
du crie oyait menace, et se eit vo- Haen, Puer o Plata, Sanchez, Sama-
1dot irement entire les mains des autori- na, San-Juan de Porto-Rico, St-The-
itfireanqtse 1et fat traduit pour meutre maq, le Havre et Hamburg.
devaot les assises de la S:ine-Infdrieure. Port au Prince le 24 f6vrier 1910.
Son avocat pr ewsa une exception d in- .
compotence, quidat &re ditirde i la Cour Ll a
de cessation. Le procuvur g&66ral. M. Du-
combattit l'exception et soutint 6ner-
Suement le droit de la juridiction territo- l
le ainsi que le ptincipe quae les navires de --
commerce ne penvent pr tendre aux gm- Le vapeur 4 Desterro a Wt6 affr4t6
o immuni s que les ravires de guerre. par la Compqgnie pour remrnplacer le
L'artt qui intervint confirm ces concluh-ss Pris Willem II et partira de
si'ns, enq ui temps que celles de la New-York le 11 mars prochain pour
ioar imriale de Rouen, qui, dans 1ri- les ports d'Haiti. II apportera seule-
gine, avait reconnu la p'eive et entire ment du trt de New-York; sans en
coup'eace des tribunaux franris, et le pr ndre pour l'dtranger.
coupable fut finalement condamn6 A un Port a Prince le 24Fdvrier 1910
just chatiment par la cour d'assises de la AUG. AHRENDTS. Agent.
Seine-Infdrieure. --------
Cet ar: 6 6tai: bas6 sur l'argumentation
suivante :
a Les bitim nts de commerce, entrant 'Ct SINE A G LA lE
dans le port d'une nation autre que celle
i laquelle ils appartienneat, ne pourraient DE
Wtre sans danger pour le bon ordre et pour ] 0 .t -. r
la digaitt do gouvernement, soustraits &
la juridiction territorial toutes les fois
que l'iontdrt de l'Erat don't ce port fit .Prvient tant ses anciens four-
partie se trove engage. nisseurs de Bois de chauffage, que
< Ton- E-at est intressi a la repression les fournisseurs qui voudraient
des crimes et des dWlits qui peavent etre entrer en relations d'affaires avec
commis dans les potts de son territoire, elle, que n'6tant plus like par au-
non seulement pir des homes de l'6qui- Ull Contrat, elle reprend ses
page d'uarbA imint de commerce ranger cun ontrat, elle reprend SeS
envers des homes ne faisant pas partie achats de Bois, come par le
de cet equipage, mais memne par des homes passe.
de I'quipage entire eux, soit lorsque le fait Port-au-Prince, 11 Fpvrier 90.
a o t nature ,mnrnrnoettre la tran nilit ort-au-Prince, 11 F6vrier 1910.


du port, soit lorsque l'intervention de
l'autorith locale est r6clamee, soit lorsque
le fait constitute un crime de droit com-
man que sa gravity ne permit A aucune"
nation de laisser impuni, sans porter at-
teiane I ses droits de souaverainet6 juri
dictionnelle et territorial, parce que le cri-
me est par lui-meme la violation la plus
fligrante des lois que chaque nation est
charge de fire respecter dans toes les
partie- de son tertitoire.
a Ua souverain stranger n'a aucun intd-
rti revendiquer qu'il soit fait exception
iA applicationn de ces principles en fiveur
de bitiments de commerce, a moins de
traits spechiux intervenus entire Etats et
dans les limites de ces traites...
SD&s lors, i l'exception de ce qui con-
cerne la dis cipline et I'administration in-
t&rieure du bord, dans lesqaelles l'auto-
riti locale ne saurait s'ing6rer et pour les-
qaelles it y a lieu de respecter les droits
r&ciproques concddes par un usage gdnes
ral entire les diverse nations, les batiment-
de commerce resent soumis A la jnridic-
tion territoriale.v ( Calvo. 460 ).
Ici dins le cas de Mandalay, les tribu-
naux haiiens sont aptes A juger le meur-
trier et aucuce exception d'incomp6tence
ne peut etre soulevde.
Dr FRANcOIS DALENCOUR
h suivre


Tiortiee Presideilieille
JfKEkE, ;24 f4vrier 1910 A 9 heures'
martin. Le President Antoine Simon
eat en parfaite sant6. II a passe, ce
matin, la petite parade de jeudi Nom-
4 reuse reunion des troupes. Son Ex-
ejlence recoit incessamment de con-
I'd4rables visiteur4 qui s'estiment
heureux de revoir leur ancien com-
mandant de place, d'arrondissement,
leur sympathy lue d6lgu6 du Sud de.
Venue le chef v6n6r6 de la Nation hai-
tielne. La population est toujours en
liesse, f6tant la presence du Pr6si-
dent Simon parmi elle. Le navire de
guerre a Centenaire a, venu en mis-
sion de Port-au -Prince, est entree dans
notre rade mardi soir. Tout se passe
danrs lordre le plus:parfait.


1910 CABINET
d'Electroth6rapie
'128, RUE DU CENTRE
PORT-AU-PRINCK.
Traitement molerne, avantageux A
tous les points de vue et 6pargne aux
malades les dangers et les suites fA-
cheuses des Opdrations chirurgicales
d6labrantes le p'us souvent iuutiles
dans la plupart des cas de
Maladies de la femme (gyndcologie)
Maladies des Yeux
Maladies des voies genito-Udinaires
Maladies chroniques, g6n6rales ou
locales.
NOTA.- Pour la Gynecologie, traite-
ment a DOMICILE au gr6 des malades.
Docteur C. GAVEAU
MIkDECIN, CHIRURGIEN et ACCOUCHEUR
dipl6m6 de l'Universit6 de Harvard.
CONSULTATIONS
de 7 a 10 heures du matin et
de 2 A 4 heures de l'apr6s-midi.
GRATUITES : les Lundis de 2 A 4 hres.
de l'aprbs-midi.
Hors de ces heures de Cabinet, le
Docteur Gaveeu visit la clientele en
ville et fait les consultations A do.mi-
eile.
"InTT O T I r fl P iL TL 1" A r'ml-rkrn i-


On demand a louer
Uae-bonne maison situAp dane les
parages des Rues CAsars, Grand'R'ie,
Caserncs et Champ de Mars.
S'adresser aux bureaux du journal.
-- -


A vendre


a Jacmel


Sur 1l carr,6 du Marchk. Be:-Air, la
grande maison A troiq' tPagos ; la cliin-
6le de C'ancienne Phaminacie Nationale
qui est aussi A vendro.
Pour les condition-, s'adresser A Ma-
dame Vve Anguste Giordany, A St-Cyr.
Jacmel, 22 F6vrier 1910.

Ft rnand Loniewski
PROPRIETAIRE VrnIcLTEUR
Grands vinsdes C6t9sdu Bh6ne
garantis naturels
Vins en caisse.-Vins de dessert.-
Champagnes. Liqueurs. Kola. -
Huile d'olive garantie uure.- Conser-
ves alimentaires. Moutardes de Di-
jon. Bonbons. Parfume ie.
GROS & DETAILS
93 rue du Quai
&
43 rue des Fronts-Forts

Manufacture
A Fw C r .. Yd.


Le


ae Tlaaes .. T. L.
EN VJENTE
Scaferlati Special
tres appreci' des fumetrs I
50 cts. le paquet
DepOt PLACE GEFFRARD.


On trouvera
de meilleurs Cirages pour tous sou-
liers A la manufacture de chaussure;4
G. CORDASCO.


La belle demoiselle

SARA SILVA


Autrefois faible ef anemlque

Aujourd'hui

robust et belle
Est la fille du trisorier municipal de
Bagi (Rio Grande do Sul) o e lle est bien
connue pour sa beauty et sa vigueur.
Personne ne croirait, 'a la voir, qu'autre-
fois cile fat faiblz ct maladive ; et pour-
tant, tant june fille, elle souffrait
tcrriblement d'an.-.mic et de rachitisme.
Apres avoir essaVy d'innornLrables re-
mrndcs sans en cbtenir one amelioration
quelconqute on lui donna, sur I'ordon-
nance d'tn m,'d cin, PEMULSION
SCOCI'T et Cn pccu d tempi, clle devint
forte, robustc et belle. Ce pliinomene se
product touticurs quand on donne cette
emtlsion salutaire aux enfatits rachiti-
qieCs et ancdmiqucs.


Exigez touiours cette
marque de fabrique sans
laquelle aucune bouteille
d'Emulsion n'est bonne ni
authentique.


SCOTT & BOWNE, Droguistes,


New York


Freuch s. :3.


HOTEL

BRESTAURANT COSMOPOLIT AIM
J6reomie
Chambres A coucher spacieuses. -',Bonne table a prix moddr6.
Salle de concert. Tennis. Jeux divers.
DIRECTEUB : ALAIN LARAQUE.
Se habla Espagnol. English Spoken.


Sacs vides!..


Sacs vides!..


Entrepot G6n6ral des Grandes fabriques
DE CALCUTTA INDEX ) DUNKERQUE (FRANCE) ET DUNDEE (ANGLETERRE
SACS sp6ciaux pour Caf6s tri6s
CaRfs ordinaires
0-cm %-be


CHANUEMENT IDADRESSE Lacao5
Les Types Courants constamment an Stock par balles de 400 sacs,
Monsieur App. Cipolin Depuis 22 centimes or jusqu'a 26 centimes or


' Porte la connaissance de ses nom-
breux clients que sa maison sise rue
r6publicaine No 155 sera transferee A
partir du ler Avril au NO 82 de la
m6me rue, en face de la boulange-
rie du progres, A c6t6 de la maison
Webly Pressoir.
Ils trouveront comme par le passe
les excellent vins iouge et blanc de
la maison Boubee frbres de Bordeaux.
Oporto, Malaga, Muscat, Vermouth,
Cognac et Champagne de la m6me
maison.-Liqueurs assorties et Sirops,
Conserves, Beurre de table d'Italie
quality extra par botte d'une livre et
demie livre.--Provisions amdricaines.
Huile d'Olive et Vinaigre.


Pour grandeurs rdgulibres 65x110 centimntres et 70x110 centim6tres.
Poids de 1 3[4 livres jusqu'd 3 livres.
Sacs sur modules et sur types des acheteurs.
Prix A forfait pour livraisons meusuelles francs part de d6barquement
et si on le desire, Droits pays.

50.000 Sacs de I'Inde

Viennent d'arriver par Balles de 300 Sacs.
Prix exceptionnellement avantageux
S'adresser a Jules Laville
AGENT ET DkPOSITAIRE GEINtRAL
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT.


c II _r I r _1 I l~eL~- ~CI -1 I~-~Sa~C l~c~3~--p. IEl lg -~7~911C* lelC II I


4








Maison F. Brunes
195, GBAND'RUE.
Dirig6e par
L. Hodelin
Ancien membre de la soci6t6 philantropi-
que des maltres tailleurs de Paris,
Vient de recevoir un grand choix
d'ktoffes diagonale, casimir, alpaca,
cheviot.e, cheviote pour deuil, etc.
Recommande particulibrement a sa
cheethle une belle collection de cou-
pes de casimir, de gilets de fantaisie
et de piqu6 de toute beauty.
SPPCIALITA 'DE COSTUMES DB NOCES.
-Coupes Francaise. Anglaise et Amd-
ricaino de la derniere perfection. La
maison confectionne aussi des Cos-
TUMES MILITAIRES, HABITS BRODES,
DOLMAN, TUNIQUES,HABITS CARRIES, etc,
etc, de tous grades.


A L' LEGANCE
QORDONNERIE.
B. 8 SFE
42, Rue des Fronts-Forts.
CGAUSBUURNS AM DP6T,rOUIR LA E VIXT
Promptitude et soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame former et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a do plus
ROuvTGux.
Former amkricaine at francaise pour
Messieurs ; 616gantes at commodes
Pour le enlfants le plusi I'aise.
Travail solid ext#ut6 avoo
des peaux do premiire;marque
Assarance do grand rabais.
PAtes, Cirages at dIlquidea


CHAPELLERIE
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHiZ


Feliberto


Gonzales


ET

JOSE SAN MlB LAN
FPBRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
SALON DE COIFFURE DU LOUVRE
Pour tous les gotfts et pour toutes
les bourses.

Fausto Sola


r-4-- 1- -


Se charge de touted sorts de tra-
vaux concernant sa protessicn.


Franceisco DESUSE

Fabricanit do oh~aussur@S

La Maua'acture a toulourse am 4fC
can graco4 stock, pour la Tonto as
arcs iot via d6tail, do chaussures on
toms, gerew.pour
homim~s, a Fmum. EptiAJIT
Lms cvrommadEes desM rormmercats
~elli ~r.Pur Pvtlrraint tre *,i~c~tde#
Jams ume siemaine A puou prbu.
I0,, Rue des Fronts-Forts, 23
,ov-OX-U-V]KJXCu ( RAMV



Traielle-r- Marohand
Donne avis i sa bienvaillanite clien.
W~e quo sa mais-on No:7. Rue Trav,-r-


Spdcialitd dans les r~parations de :si~ro efst ;owlou-4.b N" n Porrvn1E 'un
ALA-qBICS d'&.offes de Ia haute nou-
MACHINE A vapeur' et A gaz jarien.
MOULINS A caf6 et A canne. Q;A S-.iJP*RllTu. CouPR *LiQAZITB
Garantie et promptitude. ~~vkfl 5CIGt.E~hCU;T10X ?UOMPTJW
Informez-voas 80, rue Po.ine fol1 80 iri I


de la Regie Francaise des

Pour la Republique d' iaiti


Extrait du


TARIF


Gsnrral, -


F~vrier


I-------- I --- C II I ~0_ -3~-L C~T- 1-- L II L L I


Tabacs


1910.


SI TOI 61 FHLI ICiga
L excellent tailleur avantageusemeni,
connu de toute la R6publique vient
de rouvrxr son ateiier Rue Ferou, ININAS le paquet de 20
( Rue des Miracles ) No 61. do le paquet de 10
Sa nombreuse clientblI trcuvera CHASSEUR le paquet di
eomme toujours toute satisfaction HONGROISES en levant
pour lea travaux qui lui seront con- 20 cigarette
4s* do en caporal
paquet de
do en Marylan,
Chapellerie do en cuporal


ACCOUREZ CHIEZ

JAIME TESTAR
Le chapelier remarquable, avan-
tageusemrent connu,fait savoir au pu-
blic aIu gn6ral et A sa nombreuse
eli-inteo qu'il vient de transf6rer sa
FAEBRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANCIENN~ MASON DU LOUVRE )
S DE LA PLACE GEFFRARD A LA
GRAND'RUE OU R]tPUBLICAINE
No 149. En faca de la Poste
Le nouvel ktablissement est ou-
vert sous le nom de la fleur de
l'Am6rique
11'promet soin et promptitude
comme toujours.



Baiqe SNatloal d'3llaili

28e R6partitionsur Emprunts
Gouvernetnent d'Haiti, 6 et
3 OlO.
Conformnment aux instructions du
Secretaire d Etat des Finances, la Ban-
que Nationale d'Haiti a l'honneur
'informer les int6ressds qu'ils peu-
vent, A partir de ce jour, se presenter
A ses guichets pour toucher une 28e
Repartition :
Sur Empvunt du Gouvernement d'Hai-
ti 6 o. intbrets du ler D6cembre
1909 au 31 Janvier 1910 : to/.
Sur emprunts du Gouvernement d,Hai-
t 3 o\, intfrct du ler D6cembre
1906 au 31 Janvier 1910 : 42 olo.
Contre requ et sur presentation des
Pons.
Port-au-Prince 10 Fdvrier 1910 1


Bondon d


Lrettes


e 20
sup'rieeur


GOURDES


Lo Bondon de


es
supecriour paper rose, le
e 20
d ie paquet de 20
ordinjirte papir bleu le
[e 20


ELEGANTES en Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal sup~rieur papier rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de j0
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FifAN(.AISES en caporal sup&rieuor paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ROULUBS en Maryland et caporal sup6rieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux la boite de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la botte de 10


1.20
0.60
0.90
1 20
0 85
0.85
0 75
0.75
0.70
0.70
0 60
0.60
0.60
0.45
0 75
0.40


Tabacs Scaferlati


GOURDES


LEVANT SUPERIEUR (,dit tabac d'Egypte) la Boite de
50 grammes
LKVANT ORDINAIRE paper violet lissd, le paquet
de 50 grammes
NIARYLAN papiur jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIEUR paper bleu le paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRE paper pate brune le paquet
de 40 grammes
TABAC A PRISER, Virginie haut gouit, paper jau-
ne, le paquet de 100 grammes
POUDRE SUPERIEURE, paper bleu le paquet de
100 grammes
POUDRB ORDINAIRE, paper brun, le paquet de 100
grammes


0.60 TABAC A MACHER roles Menus files le paquet de
0.30 100 grammes


-ip'..sgerxt special


, J. LAVILLTE.


NOUVEAU TRAITEMIENT NOUVEAU TRAITE MENT
SDE.A l AFFECTIONS

CONSTIPATION de laGORGE
etde ses I LARYNXV
d t..4FI 19An


et des
EPAPR.ft N CH


Tourt
Bronchits#*
Laryngites,iAflbgi.i
Ernphysdme, Ast~llw
Phtisie piilmonsirs..
1 2OLE D PLOI. de 2 A 8 capsui~s per JU


AGENCY SPECWALE


ILA
Cordonnerie Nouvw


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qvo,
le vient de recevoir, par dernieril
teau, une forte quantity de marcej.
dishes et de fournitures de tomtet
cheur et de toute beauty, impo
de France, d'Allemagne et des Et
Unis.
Le public 616gant, curieux d8
bien chausser, y trouvera les pn
les plus solides et aux nuances 2
plus varies les formes les plus bolls
et les plus approprides.
On n'a qu'a venir chez G.B. PiT0)A
pour 6tre assure d'6tre chaussd i.
vant les meilleures lois du confortet
de la mode. Sp6cialites pour dames
Grand Stok de chaussures ;
P(aux, cirages, formes, fournitoal
et mat6riaux divers pour cordoned
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, au
prix les plus moderds, A
LA CORDONNERIE NOUViLLI
143,GRAND'RUE 143,


U A;


I