<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00857
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 23, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00857

Full Text



Trolsiame Ann6e, NO 875


Port-au-Prince, Haiti


Meroredi, 23 Fdvrier 1910


ABONNEMENTS
"' UN Mo s. G. 2.00
Port-au-Prince
portauPrince TaoIs Moas... 5 00
rteents UN Mos ., G. 2.20
Dparteents TaoIs MoIs. 6.00

Etranger.. BOis Mois. 8.00


I


j


ClDirGTIUt-RagFoDro


OUOTIDIEN


LE-NUMERO 15 CENTIMES

Ln manuscrits inser.s ou non ne seron
pas rendus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


Arthur Isidore
AD MINISTER .TEUR


a d 9 *H a -ti enemble A la civilisation, au progress
Le Tarf douanie l H It de la soci&t6 et mis face a face avec
celui si amb;gdi, renlu si raboteux par
Devant la Consommation et la Production Nationales les surtaxes additionnelles, oa se de-
Deva made encore si nous sommes devenus,
1823-1838. apras soixante dix annies,, moins ci-
viliass ou plus sauvages. Nous en re-
parlerons un pen plus tard.
Par suite des denr6es d'exportation Le genie du pouvoir se fit manifes- Jusqu'en '1835:il n'eut pas da retouche
qui avaient atteint des prix excessive- tement remarquer dans Boyer qui put assznotable au rgim pour 6tresigna-
ment r6mun6rateurs sur les march6s se tirer d'embarras A catte 6poque si 16e.-- M ntionnons la loi du 15 juillet
dtrangers,le commerce national se d'- difficile ouI l'autonomie d'un pays, A 1828 qui venait retire le privilIge ac-
veloppa avec une telle force que bon oeine nd, dtait fortement menace cord6 aux navires h itiens charge's de
nombre de fratuais vinrent s'y dtablir, Toutes les circonstances d6favorables narchandises 6trangeres : celles-ci pa-
encourages aussi par les relations de s'dtaient donn6 rendez-vous, pourrait- yaientpar cette loi ls m mes droits que
bone amiti6 qui venaient d'etre rigu- on dire, pour retire A la jeune petite cellesarrivdesa bordd'autres navires de
lie ement noudes entire la France et Nation les b6ndfices d'une indepen- touted nationites; qi !oi du 8 ep'em-
Haiti dance. bre, meme anne, qui r#gl6mentait A
A cette 6poque, la situation dcoqo- Les intrigues exotiques dtaient bien nouveau les droits de onsranigatio-
mique du gouvernement haitien ne fat accueillies des diffdrentes factions poli- chise dei mat6riaux de constructions
pas trop brillante. Ndanmoins, 1'argent tiques pour liver assault nau gouverne- imports danse le ports d'AquinC iyos,
national et les billet de caisse gar- ment. Aussi, lore de l'incident Bnj- Ause-d'Hlainault, d-i J6rmie jus. '- '
daient une equivalence par un change min Fruneau, jeune francais n6, A lIle 31 d6dembre 1832 ; enfinJ louv3rture
au pair avec les monnaies 4trangeces de France, rofesseur de mathdmati- ind finiment prolotiige de ports ou-
dont la plus courante 6tait le doublon ques au Lye e national de Port-au-Prin- verts aux navres stranger de, tos qou-e
espagnol accept en parity do 16 dol- ce avec le fils d'Inginac.- un duel oir t'Ause-d H vinault, Aqitni, Mirago^. 1e,
lars contre 16 gourdes. le premier fut tu6 et le dernier grave- Saint-Mare et Port- e-Paix. 0 7
Alors, on vit renaitre dans les eaux ment atteint sur la grande question Le tableau No 1 du tarif do 28 mai fat
de l'ile l'ancienne navigation frangaise conomique relative aux avantages A lgbrement repris en 1832 sur certaines
parmi laquelle quelques armatears con- accorder au commerce haltien sur le taxes,dansune proportiontoujours avan-
naissaient ddej les ports de I'ancienne commerce dtrangar et sa coincidence tageuse anu pays, pro'geant les matia-s
colonies. Dea lors, une concurrence avec la d6sapprobation de Saint-Macary dtablis ontre l importations d'artic-s
s'dtablit entire les comm ants et le danssa mission en France, le tact du similaire rangers. le rmp ortatns dotor
navires angtai',et la clientele francaise grand haitien se montra dans toute sa fut qu la loi du 14 jaille't 1835 orti
exigea une reduction a un demi-droit measure pour rester maltre de la situa- leu droits d'imaportatious sJuleme1nt eor
sar les importations natales. La r6duc- tion et garantir l'intgritd du territoire monniies d'ragportatios se leit`ereut
tion fat accord6e A l'issu3 d'une pre- autant que la s6curit6 int6rieure d dlnnais q i raliaient metro e ditreveau
mikre entente sur la grosse question pays dans une paix qui allait cesser tarif en vigueur sur les cargiouas
de la reconnaissance de la dette de matheureusement avec lui. igueur sur les carsU oast
l'ind6pendance et elle s'appliquat sur venues des Ils ou des Etats-Unis it
le tarif du 20 avril 1825 qui noe comrn- des Etats d Europe. Son article 3 fi-
porte pas une assez grande difference xat la piastre forte d'Epagne cotam me
avec le precedent pour arrter nos ob- base mon6?aira comparativement aux
servatioe s sur sa confection. La promulgation de la loi da 28 Mai autres monnaies.d'argent et d'or doni
Dansa tons lesr cas, i n sera pas su- 1827 mit en vigueur les tarifs Nos 1, 2, los taux 6taiant arr6tes sur un tableau
pertia de renvoyer tons ceux qui peu- 3, 4, 5 et 6 qui rdpandaient au mou- dder6t6 a cette fin.
vent s'intdresser a li question que nous vement 6volulif des relations commer- L'assiette de l'Imn6" no s'en ress:-ntit
traitons ici L un temps plus reculd de ciales avec l'dtranger. Le No 1 ddsi- pas d6favorablement en raison de la
notre histoire afin d'apprdcier & leur gnait les objets soumis aux droits valour do la gourde national qui diait
just valear les dispositions du Pe- d'importation sous deux categories, au pair avee la pi&ee de 5 francs, une
dent Boyer sur I'abolition des avanta- I une aux prix d'estimation, l'autre au parity presqu'assur6e par 1'iofl aence du
ges tarifaires accords aux marchan- droit fixe ; cette derni6re touche toutes d6crat qui venait d'emapehar 1'exporta-
dises d'importation 6trang6re. Sur ce marchandises de luxe, de fan'aisie, de tion des pies do monnaaes 6trarge-es
chef it faut signaler A l'attention publi- confections possibles dins le pays et et I'argent national.
que la seance de la Chambre du 10 tons articles de fortes pieces, ttls que Par centre, le situation g6udrali du
Juin 1828 et la circulaire du 27 D6- billards, robes faites de tulle ou de pays semblait perdre do sa sp!endeur
coembre 1830, cette derni6re d'une for- 0soe, sellers, lits d'acajou, habits, vins, et baissait sensiblement malgrA toute
metd qui fait honneur A la puissance manteaux. l'attention et toute l'honnatet6 apportge
gouvernementale de l'ancien Pr6sident Le No 2 comportait les prodaits du aux affaires publiques. L'agriculture
a propose de la cessation de cette rd- sol qui seront frappds d'un droit terri- d6croissait considdrablement et la gra-
duction du demi-droit don't dtait soula- trial seulement, leo droits d'expor- datioa deAcendante des produits d'ex-
gde l'importation des articles fraunais. station ayant dtd supprim6s aves la portation fut si mirquanta qu'ellh au-
SJ'ai proclam6, disait Jean-Pierre loi da 23 fdvrier 1827, confirmed par nula le movement de certain ports,
Boyer, et constamment fait valoir le la pr6sente en son article 19. Puis,les particulierament ceux d'Aquin, de l'An-
principe inviolab.e qui ne permet pas tariffs No 3 a 6 qui concernent les droits se-d'Hainault, do MiragoAoa, de Saint-
d'admettre qn'un people vraiment in- de wharfage, de pesage, fritis des bu- Marc et de Port-Ae-Paix qui furent f'r-
ddpendant paisse8 tre astreint, centre reaux A payer A l'exportation et les me. sur la dema'nde du Prdsi ent Boyer
ses intdrdts, A reconnaltre A perp6tuitd droits de fontaine. lui-mfme.dans son message du 17 sep-
des privileges exclusifa au profit du Au course da notra 6tude, en parcou- tembre 1836 A la Chambre des Repr6-
commerce d'une puissance 6trangere. rant l6g6rement nos diff6reats regimes sentants, afin d'arriver aux 6coromries
Sur ce point, continue l'6minent hom- tarifaires, nous avons 6td arre!6 par le pour prdvenir la crise dans une c r-
ne d Etat, it est entendu qua, A moins mode de perception 6tabli avec le tarif taine measure.
de stipulations ultdrieures, riciproque- No 1, du 28 mai 1827, et htablissant une En effel, le caf, accusait. nPu de
Iment avantageunes, le commerce de subite comparison entire les autres qui temps aprbs,unefaiblesse d, 10 689.037
routes les nations sera place ici, apr6s ont eu & r6gir lei consommateurs et les livres sur la recolte do 1835, le tabac
la8ande 1830, sur le pied d'ane parfaite producteurs nationaux, nous nous som- de 863.890 livres et les orang~~, qu'on
Ogalie. mesdema s ai le mode n'eut pas mieux exp)rtatt a cette dpoque, 290 barils,
Nas. verrons plus tard comment le r6pondu adtuellement A nos besoins en malgrd I'active surveillance faite sur les
ouvernement s'y prit pour sauvegar- chargeant assurdment les taxes en vue c6'es contra la piraterie sur mer. Les
lor les intdrets nationaux dans la pro- de faire l'unification du tarif et obtenir voiliers strangers savaient allsr dans
section qu'il allait accorder aux indus- la parity da la monnaie national. Ce les an e_, ea plein jour. enlever des
trielI et aux producteurs on jetant do- tarif, par les diff6rentes impositions ap- cargaisons de bois d'acajou, et les bois
Wiit le commerce un nouveau regime pliqae6s sur l'industrie, la morality de teinture avaientpas mal baiss4 dans
tM ire. publique, l'hygiene, rdpond dans son l'exportation : lea campdches,br6sillets,


boij jaune rnar-Taipntt une dderois
sanc, de G 525 835 lives et 1'acajou
458.371 pieds.
CGtte critiqu, position coincidait avec
la forte cris. financiace en Europe et
aux Etat-Ulnis qt inwaiiktait davan-
tag- l'hommrne 'E'at hivien. Par une
Droclanmation an dati di 20 jnillat 1837,
Ie Prdside.it Boyr en fit part A la na-
tion ; la lfeau-ir .in Mrat sine.Ar;, don-
nant la note just- pour appelar au tra-
vail lei loveon- & ,i n ragar let cal-
tivateurs pt',.s ar'ALnimi nt a la terre.
Livrez-vo-s don Ii-At la voix da PrA-
sident avec a'da.r. a I'exoloitation de
vos terre-; n;. .a.2ail,. oas soulemeat
nour le pr*Si ., tc'availiez aussi pour
l'avenir. P.'ofi' z salons favorabmes
pour former de- r rves dAstiAes
subvenir aux li.soins des andes st6-
riles ?
C1IARlLES VORBE.


Le Haitiens

Au Guat6mala
(SU-I'i I N)

Au Direc eur dau iurnd le L" M'atfi
Port-au-Prince Haiti
Mon cher Dirccteur,
La Comp7gnie f-,inco-belge voit en mon
ami Dorsinvi!e et moi non pas de sim-
ples haitiens, mais d'honnetes et d'&ner-
,giques Trvaillsu's quji !ui donnent entierc
satisfaction. -- Lcu's Dorsinville, ayant
donn6 si admission A l Sni6ua A la suite
d'une afftire priv-. qu'il a .ue avec Mr
A Pfiader, a 6td rout de suite appold par
Mr Ie Directeur En',-ie Vogt, come
chef du poste i'rport clon. "
Depuis ,) mois que je suis A la Noria, ja-
mnais La companies n'~ eu aucun reproche A
me faire sur aucun point.- Girant du
"nagasin qui s'y rowve, du ro Avril au 3 1
D13cembre, j'ai eu un b.n16fick de 23 mil-
le gourdes, quand Ie bilan de I'annie der-
ni;re accuse un deficit de 40 mille gour.
des. C'est u e g!oire pour moi t mRon
jeune employS, Ptul L'tporte, venu ici
comme simple travailleur a. raison de 96
gourdes par mnois, mais que i'ai pris avec
moi sur la recon-nandation de mo'a cher
cousin le Dr D. Destouchis. Aujourd'hui
il gagne ses deux cents gou-des par mois
et mange A ma table que la compagnie me
paye deux ceit cinrquante gourdes men-
suellement. P,'ochirnemeat a part mon
poste de grant du magasin, jo serai cais-
sier comptab'e et chef des travaax de
" La Noria: Voila comment je suis us
horn ne qui est bon A surveiller do pris,
chers ennemis inco mnus de mon pays. Voa
tre venin n'a product qu'un r6sultat qvi
me fait honneur. C'est A moi de dire A,
mon pays d'ouvrir les yeux sur un cer-
tain importateur et exportateur quia, possi-
dant A un si hau-. dgr6 l'art de fire de
la contrebinde des rubans et des den'elles
dans des barriqu-s de vin, est ariiv6 aua
jourd'hui dans i',space de quIlques an-
noes, a L. t&te d'une briilante situation
commercial. Co nme je comrn?te fire u
petit voyage la fin de ce:'e ann,,e pour
mon mariag', je ne manquerai pas de
liquider le petit ccomne avec celui-li.
Lorsqu'o.a a la langae longue et qu'elle
continent du venina,i est tres difficile de fer-
mer la bouche. Le voyage a itc tres agri-


I -- -. --C .. I II 1 .. -- -II I 'C I LLL --- ~ .~--~ I


I -- I ~-'I -- -=~- I IC I -~I -- sl I ~ -- --, --~. ~II I -- L -






I


alle Mr 1'expert contrebandier ; et du suc-
ces, j'en ai, car en l'espace de 9 mois, j'ai
pu apprendre une longue nouvelle, avoir
de tris bonnes relations,- collaborateur
du premier journal do Centro America,
I'esprit plus ouvert aux chases de la vii,
23 mille gourdes de bendfices avec ma Feu-
le personnel comme su vwillance et de bones
nations faites k mes frircs inconscients.
Avant de vous presser la main, mon
cher Direc-eur, je me permits de donner
un conseil A mes fri es d'Haiti.-- C'est A
la suite de ce que j'ai moralement souffert
d'une f can indirec c, pir le hontcux r6-
tulrat de l'importaion haitienne, que je
me hasirde de dire ce qui suit.
Vous q-i av< zdescapitiuxen main pour fi-
re-de lapoitiiique,ecoutez les p.6cieux et p:-
'ernrl; conseiis de ce vaillant soldat du Sud
viei li dans les champs. Soycz agricultu-s
Employ 7z de prdf&rence' cet argent et vo-
tre dnerg-e dans la creation de bones in-
dustries, travaillez cette terre combien vi-
gdtale qui est une richesse pkr elle-meme.
Aidez mes frcres contemporains a s 'oi-
gner du fonctionnarisme.qui. sugg&re anx
jeunr-s premiers la peur de la responsabi-
lit6, de l'etfort ; la peur de vivre en un
mot cet'e phtis e morale qui montre au jeu-
ne he mme Its avant ges acce te carrie e ex
clisiv. qui n'engag- p ssa resvonsabilit/ e ne
reclaie aucune depense ditffort et d'ener-
g e ; iv-- comblen modeste qui inspira
]-dis aux G.,ncourit cete 4pigrainme: '"La
F-ance est un pays ou l'oi plante des
Forctiior-aires et ohi l'on rdcolte des im-
p6 s. N\'oas pouvos bien dire aussi
que :
H[aii faith seiner partout des fonetion-
naires
Pour .r-colter toujours des revolution-
naires....
Car le foncionnarisme laisse toajours
dans notre sein, cet:e Tnergie la-eite don't
nol-v nature ticlame la depense pour en
laie d'autreC rdcoliei.- L'arbre qui res'e
toujours chargL de ft'uis les faith sOcher un
:jOir pour en produire d'autres A la saison
nouvelle.
Approfondissz / et mditez lorgtemps sur
ces p.-rolts profondes de i'Ex. President
des E'ats-Unis Mr Th. Roosevelt, adres-
sdes au people ambric-in dejA si vigou-eux
poor ecouer sa volonti :
Dans corte vie, nous n'arrivons 1 rien
Lie par 1 Effort... Un Etat sain ne pent
exister que si les homes et 'es femmes
qui le c >mposent menent u-e vie nette,
vigourenae, saine, si I, s enfants sont ele-
v6~. de "el'c fagon, qu'ils s'eflorcen', non
p.s i d'u 't ls diiic .iets, mais de les sur-
monet e non p-s de ch.:rcher L'aise, mais
*Ie savor- comniiatri arr cher le triomphe
i la p-inee et :u risque L'homme doit
<;tre i oy ux de fire cruvre d'homme; d o-
ser et d'aventurer et de travailler : d-e e
gardcr et de harder ceux qui dependent de
lui.La f-mme dcit &ire la nimnaggre,la corn
pagne du fondateur du foyer, la mere sa-
ge tt satos pt ur d enfants sains et nom-
breux. Daudet, dans un de ses livres puis-
sants et miilancoliques, parole de la peur
de la minaernit6, la terreur qui han'e la
jeurie podise du temps prdsenr. Q'uand
de tels mois peuvent .tre viridiquem ent
6crits sur une nation, ce:te nation i st pour-
rie )usqu'au ccour du cceir. Quand les
honammcs craignent le travail on craigret-i
la guerre just-, quand les femme- craig
goent la m."erni-e, ils trembl nt sur le
bord de la damnation ; et il serait bien
qu'ils s'evanouis.ent de la su face de la
terre, oiu ils sont de juves objets de mr-
pris pour tous les hommes et 'ou-es les
femmes qui eux-m6mes sont forts et brs-
yes et d Ame haute. Si le Pr6sident
R-oseve't a jug6 bon de parler ainsi au
peup'e Atudricain qui a le culte de la
torce subordonnde aux principles austeres
de la discipline et de l'ordoanance, de
quelle crce'le application, ces paroles ne
sont-elles pas pour notre jeune Hait qui
a l'ir d'un beau fruit chaude. "
Une grande confiance days la bontm de
la vie, p( ur les biens que l'on pent en ti-
rer par une energie bien disciplivr6e at de
1i noblesse de caraciatre ; la foi en Dieu, et
en l'avenir, faire le plus de bien possible,
l'acceptation des responsabilites, la cons-
Science l1ghe et pure, tel est mon postnla-
tumrn dans cette vie si fertile rn mea-
so ges, en hypocrisie et en ingraitudes'
Croyez-moi toujours, mon cher Direc-
teur, votre devon,
Mr Stiou .


Tournee Presid tiielleC'
D6p6ches reques

JkREiMIE, 5 houres soir, 22 Mvrier
1910 Son Excellence le Prdsident
d'Haiti est arrive ici ce soir.Une fou-
le immense et avide de joie l'atten-
dait sur le quii. Impossible de d6crire
la reception don't le Premier Magis-
trat de la R4publique a te lJ'objet
dans notre bonne ville. Ce fat un
tiomphe inooi. Dix arcs de triomphe
soot dresses pour attester I honmma-
ge et le d6vouement de la population
au Vnder6 Chef de l'Etat.Le Pr6sident
d'lljiti du quai & l'Eglise, est recu
par des discours d'un ent' ousiasme
indescriptible Les 616ves des 6col-s
chantent la D-ssalinienne sur tout le
parcours du Chef de 1 E at. II e-;t spt
lieures du soir. Force est au President
de gagner le Palais. Les autre; arcs
de triomphe qui rivalisent de beauty
seront visits demaia par le Chef de
I'Etat.
*
JitRPMIE, 22 Ldvrier 1910 5 heures
l2.-Le President Antoine Simon est
dans nos murs. La r6cep ion qui lui
a tte faite est digne di L-bArateur de
la Patrie. Da wharf A la Cath6.lrale, ce
sont des ma'iffestation' et des ova
tions enthousiastes et imposantes Te-
Deum magnifique. Bneddiction du
Saint Sacrement. La foul comoacte
ast en delire. Ii faith nuit. Son Exce,-
lence le Presiient d'Haiti ,st oblige
de se rendre au Palais. Ce n'est que
demain qu'il pourra visiter plusiours
arcs-do triomphe qu'il n'a pas eu le
temps de voir. Le President est rayon-
nant do sant6.


S--__=- .,.. _-'


RENSEIGNEMENTS
MEIrEOROLOGIQUES
OI)G lI3r-vaXtoire
DU
SI2MINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


MARDI 22 FAVRIER 1910
Barometre a midi

Temperature minimum


764 m m
20 8


maximum 33 5
Moyenne diurne de la temperature 25,9
C.el nu geux le jour et couvert la nuit.
B-ise de mer vers 3 h. p. Plu e inapprecia-
ble vers to h. p. m. Agitation sismique
vers 6 h. a. m.
Barom.:re constant.
J. SCHIRER.
Snrveillance du Palais
Penlant 1'absence du Pe.sident dd la
R6publique. la survei lance du Palais Na-
tional est confide A ure commission com-
posse des G-ndraux MWnblas e: Mentor,
et d: MM. ie sdnateur Paulin et Camille
Moli&re.
Nouveaux timbres
Le 'Bfi Sens announce que les nouve.ux
timbres post a l'6frigie du Prdsident Si-
mon reqas, il y a que'ques jours seront
mis incessamen. en circulation.
Assemble 61ectorale
On nous Ierit de Jacmel :
En conformity des articles 27 de la loi
dlectorale et 164 de la constitution, les
ilecteurs de l'arrondissement de Jacmel se
sont rdunis le quinze fmvrier courant en
assemble lectorale pour 4lire les quatre
candidates au S6nat.
Le bureau de l'assemblie a 6td compo-
se come suit : Alcius Charmant, prdsi-
dent; Justin Lauture, Miurice Lafontant,
scruta'ears ; Francis Ruiz tet Ernest Vo-
yard, secr&taires.
Les candidates 61us sont les citoyens i 0
Alcius Charmant; 2 0 Michel Oreste 3 0
Lefevre Latontant ; et 4 Emmanuel Mo-
rel.
Les elections ont eu lieu dans le came
le plus parfait, un seal fait mdrite d etre
not0, c'est le discours prononce par le Ig-


ndral S, Paul, l'un des dkcteurs, au mo-
ment de la constitution du bureau de l'as-
semblde.
Messieurs, dit-il A la faveur de nos
dissensions, on nous a iloigons des grands
conscritsde la Nition ; la voix de Jacmei
ne co mpte presque plus, elle ne peat me-
me p us se faire entendre; en un mot Jac-
mel n'est plus qu'un facteur netgligeable.
Notre inconstance A soutenir ceux d 'en-
tre nous qui peuvent le mieux nous re
prdsenter at now d6fendre, et 1'esprit de
ddsunion qui nous mine, nous ont con
duits A ce r6sultat navrant que pas un des
ooze sieges einatoriaux du D6partement
de l'ouest n'est occnpA pir nn ca"didat de
I'arrondissement de J cmel. Cependanr,
messieu-s, I arrondissmrnent de Jacmel est
le plus 6tendu de la Repab'ique, l'un des
plus grands par sa population, et, comnre
les statistiques le prouvent, l'un des p'us
important au point de vue commercial et
agricole.
It f-ut done A nos int6ye s qui vont tou-
jours croissants, gRice au travail de nos
populations si labrineuses, des ddfensenrs
qualifies.
It me semble que no re arrondissement
qui n'y est pas reprdsent6 depuis no nb'e
d'anndes, pent 16gi imement desi er q,"e
les trois sieges de senateurs qui vont re
vacants au Tencuvellement b ennil de crtte
anrbe, soient attributs des canlidats dd-
sign6s par notre assemble.
J'esp&re qne nons saurons m-ie" que
nous sommes en tous, point's dines de
cette attention ; et pcu, cela Cli1 os ccin-i-
me cndida's -u S6nat des c'toyens don't
1'age, les services andrrieurs, le devoue-
ment a la chose publique les impisent en
que!que sorte au vote de la chambre des
Reprdsentants.
J'exprime donecle voea que dans l'esprit
de Justice qui la catac',rise, la chambre
des communes attribue ux candidates 6lus
de l'arrondissement de Jacmel les trois sid-
ges de sena'eurs par le department de
l'ouesr, doit la vacance sera declare au
mois de mai prochain.
t Si vous partagez ce vceu que me dic e
le sentiment der grands int&dr s d,- no're
arrondissement, je vous demand de d:c-
der, nressieurs qu'il soit annexed au procss-
verbal de constitution de ceite assemb 6e,
et de mon rer par vos votes que nos coe-.rs
vib'ent A l'unisson.,
Ce voeu a 6th adopt a. l'unan;iiii. Les
votes ont rdpondu a l'aueinte d! Ii po-
pu'ation, et on ne doit pas s'en tonner
quand on sit que le college 6'ec'oral 6tit
compose des Messieurs Enmmanuel Volel,
avccit, anc en magistrat ; _mmanuel Mo-
rel, avocit, ancien d6put6 du peup'e, J
P. Clodomir Sa in, aucien inge us tribu-
nal civil de 1-cmel, avocat, A D Chancy,
ancien directeur de la douane, ancien dd-
puti du people ; L. A. Brun, ancien di-
recteur du Lyc6e, ancien migistrat, direc-
tear du journal a L'Abillem ; Jus'in Lou-
ture, ancien administrateur des finance ;
Lefivre Lafonrant, ancient administrattur
des finances ; Thiers Lapierre et Carmd-
lien Louis, Joges au tribunal civil ; Birni-
ve Craft, ancien dbpnu6 da people ; le
general Char'ei D L-taperre, ancien comn-
mandant de la place ; Le g6nbral D. S:-
Pul, ancien ddputL du people ; Ernest
Bellande, ndgociant ; L. Ruiz notaire ;
Fougy, ancien mpgistrat ; Enest Voyard,
aucien contr6 cucr la douane, consei'ler
communal ; Le g6ndral Eugene Dubois,
ancien magistral communal, l'une des
grandes notabilitds de la commune ; Vol-
ny Claude, magistrate communal ; Dupuy
Sanon, commercint, ancien fonctionnaire;
etc. etc. etc.
Ce college on peat le dire rdunissait
une veritable dlite.
Honneur soit A lui.
UN LICTkUR ASSIDU DU 4t MATIN
Cartes postales
On trouvera de jolies cares rostales ar-
tistiques ( sojets amourettes, bonne fe'e,
etc ; chez Mr Fernand Judes, 15 rue Rd-
publicaine, mison App. C opolin.
Tribunal Civil
.Audience civil du Lundi 21 Flvrier 1910
Prbsidence L. Nau
Minis 6re Public : J. Rosemond
Vu I'absence non motive du Juge Mon-
destin et la maladie du Juge Nicolas,le tri-
bunal n'a pas pris siege.


Faire pArt fun6bre
De la part des families Laroche, l
et Ardouin. vous ates pride d'assister.I
fonbrailles de Madame PHOCION Lt r
nee Cecile BLANFORT, ddcddde hiert4
de l'apres-midi. Les fundrailles 4au
lieu cet apr6s-midi, A 3 heures ea ln i,
Cath4drale. Maison mortuaire -,
No 66.
L-s amis soat pri6s de considered
pr6sente comme une invitation.


Mr & Mme Alcius Lubin out eu ladov
klur de nerdre ce matin A 8 heures leurfj
SYLVI) F1g. de 21 ans.
L'office nebre sur- lieu cet aprs taidil
3 heares A I'Eglise S-e-Anne.
Nos condoldances aux families Lubina
Jeanty
Tribunal de Cassation
Audience civil du lundi 2 I'dv. 1910
Le Tribunal prend siege a to 12 hre,
sojs la presidence du Jage E. Bonhomme'
et en'ead les affaires snivantes :
C lie de l'Etat, demandeur coant
S 6rh n Archer, d6fendeur par Me. Hudi.
court ; I'afftire est renvoyee.
2 Celle de D6riviere Pierre et conson ,
demandeurs par Mrs. Acidon Franooistt
V.i emb un, con-re les consorts Jean Elot,
deftndeurs par Mes Francis et Adhfmu
Aug iste. Le Juge D. Viard a 6td entend
dans son rapport, le Minis;ere PublicEa.
ge e Di)carrel conclut A !a cassation d:
jugcem n: t aqu6.
3 Celie des hiritiers Colio Zdphit,
demandeu:s, par Mes D r igue et CamillI
St Remy, coatre le sieur Elusma Chi4te
tal, d6fendeur, par Mes. E-rest Douyo
et Constantin Benoi; Le Jage Laraque
dtd entenda en la lec ure de son rapport,
Me Coistanin p.u- le; defendeurs etIt
Minist&re Public Eug. Ddcatrel condcl
d'aboid A l'admnission d'une fia de no.
recevoir, teadant a la decheance, et an
fod, A li cessation du jugement attaqud
Simple ac dent
Hier en voulant piendre le car quilti
en'marche, A !a Grand'rue, Me LegerCia.
vin a fait uue chu e qui aurait pu avOt
les plus gaves consequences. Hearease'
ment qu'll ne se releva pas tout de suite,
car sia e se secait heurtee infailliblemeill
an marchepied.
Ne Cuvin a avou6 son impiudeacea
ddclarant qr-e la P.C S. ne pourrait yaoil
'ucune response. b lae.
Vol importaDt
Chcz Mr Edmond Edeline, commer&ut
' A It rue des F oats forts, sont entsiS
nuit derniere d audacieux voleurs qui o0a
eulev6 de fortes sommcs d'argent.
La police recherche activement les 1 "
teurs de ce hardi coup de main.
Boite aux Lettres
22 fevrier 1910o
Mr CLEMENT MAGLOIRE
Directeur du < Matin 1
Mon cher Cldment,
J'ai lu dans le Matin de luI di dernier Ih
lettre de Jean le Fareteur. Daas monflp
losopboir de Turge u-Sous-Bois, selo0
1'expression de mon magnifique ami le
comate des lies, j'ai vainement attend,
visit au'il m'avait annonc6e. Constaotn
Mayard et Felix Magloire, mes frdria.
video h er avec. moi une coupe de ch6t
page en son honnear.
le serais vraimeat d6sol6 de It O0
abandonner la r6daction du Matin. Jekg.
te an tel plaisir A lire ( sas semilnile
que j'dprouverais un reel chagrin d"eno
privd. J'aime tant son sons large etCOB
prdhensif des choses haitiennesl,...
Voulez-vous stre assez bon mnon too
Clement, pour lui dire que j'atttnds.
ours sa visite et lui bien comprendre qu e jne saUis pa
qiable que I'on me fait paraitre noir.
A veans bien cordialement
THOS. A. VILMENAY
Bulletin religieux
Nous avons reca le fascicule de f.
de cette importance publication catholj
qui content comme toajours do ptdI
articles et documents religicux.


g~P r~-~ e I lr ~ r~r -~s~-- -- --~-----r ~-e III .. s ~Z







Simple billet MAISON DE CONFIANCE
A 148 GRAND'RUE

M 2 aeh -- o M'1r Joseph St.-Cloud,
MonslKu LE TAILLEUR si bien connu de la
Cen'est pas sans "tonnement que j'ai lu Rdpublique, avise ses nombreux CLI-
dars les coloones da iA Mum n d ce jour ENTS qu'il vient de recevoir par les
votre lettre A Mou-sieur Clement Magloire derniers Steamers une Vari6t6 d'6tof-
Ea efftt, tous ceux qui ont lu mon article fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
gPage d'Histoire,, publ 6 dans le M'-- Cheviote. Drap vert et bleu d'une
tia du r8 count a out di remarquer aveC r6elle supdriorit6.
e"e dcatese ai parC de MassillOUPE MODERNE
Co o_. Je devils cet homm 'ge Ia mCE
oidcou.- .e de.t i'avais admire les ta- PROWiPTITUD.; SOLIDITE
lents littra'res.- Nut n'a &6 pus p6ni- L'4tablissement se recommande aux
tr, que moi des malheurs qui ont frapps clients les plus d6licats qui appr6-
ha famille Coicou. Mais puisque vous, son cient chaque jour davantage le FINI
ffre, vous croyez bon de protester centre de son travail.
l'.tat d.Ame atttdibu A 0:ssillon jeve ous Demandez chez Joseph Sain'-Cloud le
prierai de me dire A quoi allatt servir 1a
aisse de m tios que le p.ze avait Restanrateur de la S-,te et des Cartes pos-
chercher chez Jules Coicou ? Assurement, I us
c'dait pour s'en servir avec les amis.-.
Et alors dans l cas oi le sort des armes ii
lui eut vorale et qu'il se fCit trou L USIX
vA face A face avcc le g n6ral NO:d -a c
trahi et vaincu aurait-il donn. des acco- DE
lades fraterrelles au vieil!lrd ? on bien lui
aurait-il laiss6 porter le coup de grace par l=c1Ol-t-aLUIa.Iria.ce
ses partisans en dWlire d'al!dgresse afin que
I'ancien professeur de philosophie au Ly-h IPrevient tant ses anciens four-
cee national n'encourfut ps le reprcche nisseurs de Bois de chauffage, que
inflig6 pir Cesar A Bru us : a Tu quoque, les fournisseurs qui voudraient
fSi non, que Monsieur E. Coico me entrer en relations d'affaires avec
dUie alo.s le mobi'e qui avait poussA son elle, que n' tant plus lie par au-
ma hiureux fir'e A delaissec le3 Muses CUn Contitrat, elle reprend ses
pour les armes conspiratrices. achats de Bois, comme par le
Recevez, cher Monsieur, imes salutavions passe.
distingue es. '-D --, -. 1 i ", A j A -


P'AUL.
Port-au-Piince, le 22 fevrier 1910o,

"Lliia ai9


r ort-au-Prince, 11 F6vrle r 1910.


yuoAlis
'*<


S -- Le vapeur Sarnia avant quitt6
A rotre reg et. rno-s sommes tou- Ne\\--York samedi 19 courant, directe-
jours sans nouvelles da steamer *Pins' ment pour notre port lest attend ici
Willen II Par consAique t il n'v.aura vendredi 25 courant,il partira proba-
pas d'occasion pour Ni.w-Yo.k dimcan- blempnt dans la soiree poor Kings-
che. ton, Colon, Port Limon et New-York
Port-au-Prince, le 23 FCvrier 1910. pregnant la malle, front et passagers
AUG AHRENDTS, Agent. *
La malle pour l'Etranger(via Kings-
ton) fermora A la poste vendredi 25
On demanle a louer- courant, d 5 heires precises du soir.
Une bonr.e maisoq situ&p dan, les Port-au-Prince 22 f6vrier 1910.
parages des Rues Gsirs, Grand'Rue, F. IIERRMANN & Co, Agents.


Casern's et Champ de Mars.
S'adresser aux bureaux du journal.
c


a Jacmel


Sur la carr6 du March6 Bel-Air, la
grande maison A trois stages ; la clien-
t6ede de 'ancienne Phaimacie Nationale
qni es-t aussi A vendre.
Pour Ips condition", s'adresser A Ma-
dame Vve Auguite Giordany, A St-Cyr.
Jacmel, 22 Fdvrier 1910.

Fernand Loniewski
PROPRIETAIRE VITICULTEUR
Grands vinsdes C6tes duBh6ne
garantis naturels
Vins en caisse.-Vins de dpssert.-
Champagnes. Liqueurs. Kola. -
Huile d'olive garantie pure.-,Conser-
ves alimentaires. Moutardes de Di-
jon.- Bonbons. Parfume, ie.
GROS & DETAILS
93 rue du Quai
&
43 rue des Fronts-Forts

Manufacture
de Tabacs S. T. L.


EN VRNTE
Le Scaferlati Special
trfs appr6ci6 des fumeurs
50 cts. le paquet
D6p6t PLACE GEFFRARD.


H 6t.el ",.... !ev .e---
'.Le mi-ux situ6, le plus con-
fortabil.- Champ-de-Mars.-
Cui, ino rrommnn-e.-- Vnu sur la ma'.

NULLITE EN MARRIAGE
La Cour Supreme de Kingston, Ja-
maique, sur ma demand, a pronon-
c6 en son audience du 18 janvier
1910. la nallit6 de mon marriage avec
EUGtNIE GHI pour cause d'erreur
dans la personnel.
Le public en est dtfment avis6.
Dr FRANCIS

American Bar
&


Ice-Cream Parlor
Place Geffrard A c6td
de la Pharmacie W. BUCH.
Arrive par SIS ALTAI
EVANSVILLE STERLING
la b &re favsoie de Port-au-Prince
la douzaine 112 bouteilles G. 7
le baril dt10 dz. 112 bout. or P. 12


WATERMAN S Fountain Pens
superbe collection de or P. 2.50
A or P. 5.
Clip-Cap pour les plumes G. 40
FRED. W. KATSCH.


Sacs vides!..


Sacs videsl..


Entrepbt G6n6ral des Grandes fabriques
DE CALCUTTA (INDE) DUNKERQUET (FIU.NC) ET ID)UNDEE (ANGLETERRE)
SACS sp6ciaux pour Caf6s tries
Gafls ordinaires
Cacaos
Les Types Courants constamment en. Stock par balles de 400 sacs,
Depuis 22 centimes or josqu'A 26 centimes or
Pour grandeurs regulieres 65x110 centim6tres et 70x110 centimetres.
Poids de 1 3[4 livres jusqu'd 3 lives.
Sacs sur modules et sur types des acheteurs.
Prix A forfait pour livraisons me:-sue!es francs p-:r de d6barquement
et si on le desire, Droits pays.

50.000 Sacs de i'Inde

Viennent d'arriver par Bales de 300 Sacs.
Pris exceptioninel-le-i-,nt avantageux
S'ad.resser & Jles Laville
AGENT ET DE POSIT AIRE GE NI'RAL
93, RUT? DU MAGASIN DEE .L'TTAT.


,,

*4*
S102 UE R-, R-Eue r. .N- .- -K.CLES.
AVIS
Le public est i form que 'Etab iss-,ent : est onvort tous Ies jours de
8 heures du m itin 5 0 b 6 ures di' suwe: et Vj 'on ,v Li,,ivera an des medecins
A n'importe qu lie heure dr; la joui, 'e.
Ayant rega uue important cornma uide n -o -" e n : c-nale de 1'Institut
Pasteur, les M6decins de l'Assistaic s'~ 'ip ,i do : vek-ir les families
qu'ils se tiendront A leau dispose i:j i.s sam.n..is de 3 ;, 5 heures, p. m.
pour vaccination et revaccination.
Dans la classes n6cessiteuse. on -it -'ad.-'--r )noir les accouchements
diffici'es aux rnm 'ecins de i',tablissrment qtii int .: vn ont immddiatement
etid titre purement human aire.
Les femmes enceintes nicis' i ?' il:' ;: ]' '0 M DES EXTRIM1ITfS
( ENFLURE ), MAUX Di T I-'!, DOUL i'> Es'-ti CA TrOnML.S VISUELS, ETC, ETC,
recevront de 'etabli-,seii,-t. les c W-, ui s soiu- appiopries pour
6viter des complications ties graves, ,noe piles u vent.
A part les consultations nr.jer ..- ., i *i-.- .co'.o ie ( maladies
des femmes ) se fait tes mu diseL iu .., ). '. h 'K s ." mtdi.


ACCOUmEZ

Chez4Herrmani orvngton
108, RUE FEROL, Cl-DEVVANT RUE DES MIRACLES
Vous y trouverez du Bon Thium Sup6rieur
3D VL 'Xir -rnL. a c 2 SouLge
A des prix exceptionnii 1lcment avantageux



Laboratoire Sejourne
PR1tPARATION DE TOUTES AMPOULES MIDICAMENTEUSES STERI.
LISI'ES ET INJECTABLES.
Am.poules d'Eau de m&r Isotoniqaes selon Quinton.
L'eau de mer que nous employons a t6W soigneuseoment captde au large,
au delA de l'Ile de la GonAve. Nous faisons remarquer au Corps medical
l'observation judicieuse que font les laboratories strangers :
c L'Eau de mer injectable doit 6tre de fabrication r6cente pour avoir totes ses pro-
pri6t6s thdrapeutiques. De nombreuses attestations nous permettent de certifier quo
nos products ont donn6 tous les r6sultats esp6r6s.
Sp6oialit6 : Serum nevrosth6nique,
Ce Serum r6gularise les changes nutritifs, il a 4t6 employ avec sBC-
cbs dans la neurasthdnie, la tuberculose, etc.


Imp. C. MAGLOIRE

Travaux tyDographiques
en tous genres.


A vendre


------' --~1.. I I --aaul ill ------ ..-'CII- ---I ~e I ~


,c~i?4,








Maison F. Brunes
195, ,GBAND'RUE.
Dirig6e par
L. Hodelin
Ancien membre de la socit& philantropi-
que des maitres tailleurs de Paris-
Vierit de recevoir un grand choix
d'to'ffes diagonale, casimir, alpaca,
cheviote, cheviole pour denil, etc.
Recommande particulierement A sa
iienutile une belle collection de cou-
pes de casimir, do gilets de fantaisie
et de pique de toote beauty.
SPPCIALIT ',DE COSTUMES DE NOCES.
-Coupes Franc.aise. Anglaise et Amd-
ri:aine de la derni!re perfection La
njaison jconfectionie aussi des Cos-
TUMES ?,MILITAIRES, HABITS BRODiE,
DOLMAN, TUNIQUES,HABITS CAR) ES, e'C.
elc, de ious grades.


Q OR DON N U RI E.
3M m3 M~3
42, Raei des Fronts-Forts.
(CwAUSSYRuS UKD*P6-TPUR LA WPMTZr
Promptitudce et z5012 aux commam-
also tant ici qu'eu provirnca.
(Chausaurem do Dame o kp'-me St tra-
,ral tauj ours tout co quTSL y a 4ao piux
Former am~ricailne at framqaizse poi-.r
Pour lea enfants loulz" I'aivv.
Travail aolid8 amcutd
dos peaux dos preml.hre marqu*t
Aeuuramaem do gravid raknim.





couLIu df toutl a !a Mpubliiqtu? vi~emt
dt rouvi-ir sca ,Izii~r Rt..oFe-roo,
INC iip~x Miracle, 6~ t1.
Sa aombreusa clieut~fl.-tr. uve-
comrnim tou~oursi tw.!I~e ts~to
Pour lea traysaux qu.i ui t-rcmt cop-


ACCOUREZ CI EZ

JAIME TESTAR
Lt cihapeiier remarquable, avan-
tagnseroent ,counu,fait savoir au pu-
blji, 6. T nral et A sa nombreuse
elich ,1,' qu'i! vient do traotkfrpr sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANCIENNI MASON DU LOUVRE )
ID1 L.A PLACi GEPPFRARD A LA
GRNR)'RUE OU REPUBLICAINE
Vo 149. En face de la Posih
Le novel tablissement est ou-
vert sous le nom de la fleur ase
1'Am6rique
II'promet soin et promptitude
comme toujours.



Baniqie Nalilnale laili

28e R6partitionsur Emprunts
Gouvernexment d'Haiti, 6 et
3 OO.
Conform6ment aux instructions du
Secretaire d Etat des Finances, la Ban-
que Nationale d'Haiti a l'honneur
d'info mer les int6ressds qu'ils peu-
vent, A partir de ce jour, se presenter
A ses guichets pour toucher une 28e
Rfspartition :
Sur Emprunt du Gouvernement d'Hai-
ti 6 ol1, intbrets du ler D6cembre
1909 au 31 Janvier 1910: lo/o.
Sur emprunts du Gouvernement d,Hai-
ti 3 ol, interet du ler Ddcembre
1906 au 31 Janvier 1910 : 112 olo.
Contre recu et sur presentation des
Pons.
Port-au-Prince 10 F6vrier 1910


CHAPELLERIE
PAILLE DE PORTO-RICO
AcCOUREz C-IFZ
Feliberto Gonzales
ET

JOSE SAN MII LAN
F. BRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
SALON DE COIFFURE DU LOUVRE
Pour tous les goCts et pour toutes
les bourses.

Fausto Sola


M canicien


Cubain


Se charge de toutes sortes do tra-
vaux concernant sa profession.
Sp6cialitd dans les reparations de :
ALAMBICS
MACHINE A vapeur et A gaz
MOULINS a caf6 et A canne.
Garantie et promptitude.
Informez-vo'.s 80, rue Bonne foi 80


Francisco DESUSER

Fabrloaut do ohauxsures

La Maoulacture a toujours man d#pO
an grau'd stock, -poor I& vents as
grus ast on detail, -its chaussures sip
loas geares pour
iUommvu, Fzmvycs. EWWrA3~x
*5 c"mmanda doSes cormmsrcafts
r~e I'Irnt~nipur pourrout Atrs ~I'sidutdo
4 &tuns usemmaiae i pen prbs.
23, Ras dos Fronts-Forts, 23
r-OX1-AU-PuJ3ICu (w*AM


Mr C. L. Verrel
Tail"'e-%Pr- Marchanld
Donne avis A sa bienveillante defna'
zl'ile que sa maison No:7, Rue Trav,-r-
8;14re est tou'hours bion nnarvua 'un
'ariA d'6offes do la haute nou-

Qt, ALIT# SrUPA~uRIIV C OUJPX *.LGAIMTI
TKtA*xL ,(IGqN*. EXECUTION ?)90MPTIF'


- -~-- L-


AGENCY SPEC1ALE


de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Blaiti


Extrait du


Cigarettes


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
'CHASSEUR le paquet die 20
I HONGBOISES en levant superieur


TARIF


Gen*nral, -


GOURDES


Le Bondon de


20 cigarettes
do en caporal superieur paper rose, le
paquet de 20
do en Marylan d te paquet de 20
do en c.TpIral ordinaire papier b!eu le
Bondon de 20
EI.EGANTES en L.evant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal sunprieur papiec rose, le
Boudon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de -0J
do en i-aporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
F,'ANtAISES en caporal so perieur papi,5r rose le
paquet de '20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
1.oULr.ES en Maryland et caporal supfrieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux la bolte de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la bolte de 10


4.20
0.60
0.90
1 20
0.85
0.85
0 75
0.75
0.70
0.70
060
0.60
0.60
0.45
0 75
0.40
0.60
0.301


Fdvrier


1910.


Tabacs Scaferlati


GOURDE)


LEVANT SUPIRIEUR (dittabac d'Egypte) la Botte de
50 grammes t1
LEVANT ORDINAIRK paper violet liss6, le paquet
de 50 grammes 0.9


MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIEUR paper bleu le paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRE paper pate brune le paquet
de 40 grammes
TABAC A PRISER, Virginie haut goftt, paper jau-
ne, le paquet de 100 grammes
POUDRR SUPERIEURE, paper bleu le paquet de
100 grammes


0.7~

0.70

0.70

0.60

1.50


1.


POUDRE ORDINAIRE, paper brun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MACHER roles Menus fil6s le paquet de


100 grammes


L'.A~.gemt special, J. LAVILTFL.


NOUVEAU TRRAITEMENT
AFFECTIONS
clde laGORGE

et des


SCa5sules Bro


Toul.
Anchtoo


Eznphys~me, Ailt'
Phtisie pulolar
O, DE D'EMPLO!. de 2.a 8 capsuhltspar jog
PH-. TERRIAL, '39, Bould Haussiain.f3~


LA.
Cordonnerie Nouve


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise-sa nombreuse clientele
le vient de recevoir, par dernier
teau, une forte quantity de maiS
dishes et de fournitures de tout t
cheur et de toute beauty, im'M o
de France, d'Allemagne et des
Unis. m
Le public 616gant, curieux d~
bien chausser, y trouvera les
les plus slides et aux nuances
plus vari s les formes les plus blj
et les plus approprides.
On n'a qu'A venir chez G.B. PITOUg
pour Atre assured d'6tre chaussd ~.
vant les meilleures lois du confort ~
de la mode. Sp6cialitds pour datmae
Grand Stok de chaussures *
P aux, cirages, formes, fournitai
et matdriaux divers pour cordonal
rie. On trouvera tout ce qu'il faut,al
prix les plus moderds, A
LA CORDONNERIK NouvBa
143, GRAND'RUE 143,


I


1


.