<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00854
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 19, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00854

Full Text


Troisi me Annie, No 872


Port-au-Prince, Harti


Samedi, 19 F6vrier 1910


ABONNEMENTS
UN Mois G. 2.00
Port-au-Prince
STiois Mois... e 5 00
UN Mois G. 2.20
Departements Tois Mois 6.00

Etranger. ROis Mois 8.00

C16ment-Magloire
DIRICTEUR,-FONDATEUR


j


2'


OUOTIDIEN


LEiNUMNIRO 15 CENTIMES

L-e manuscrits insdr0s ou non ne seron
pas rendus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


Arthur Isidore
ADMINISTRATEUR


SA SA I E r UI Iqui finira par faire partir ses bretelles'l'activit6 de 'esprit human, pour res-
LA SiE M A IN E UI F IN TW s'il continue A s- hausser avec de tels tar moisir dans les dangereuses vieil-
efforts pour se mettre a la hauteur de series des temps passes.
,, questions peu faites pour lui. Ce qu'il Quc voulez.vous *: On fait ce pu'on peut.
est essouffft, le pauvre amateur d'd- *
DES AiEUX CONTEMPORAINS. La phrase du Docteur Janvier que cole .
stsans penser A porter prjuiceJ'ai cite est celle-ci : ( Quand Petson S'indignant de quelques appr"cia- CE N'EST QU'UNE PARALIPSE.
C'est sans penser ta porte re juice mourut, noirs et mulAtres s'unient tions favorab'es d'AugustA MA.gloire 6aL
n cautritique, en prsentant urs, 'autre jour pour l'embaumer de leurs larmes.vRien t'6gard de P6tio., Me Mi-hel s'ecrie Je ne me rapcelle pas le nom de ce
pon critique a mes lecteurs, roai cru ne parait plus clair que cette pense dan. l'Impartial du 29 jauvier : personnage do G kCrne- Dancourt qui,
poAnvoir e dMsigner par soo prenom e mais pour MMichel, il y a lieu de 1'ex'- M. Magloird auraic pu trouver d'au- causaut ave un n if don't it se payait
Me Antoine. Mais come ljeue avo- pliquer, tout comme si c'6tait du green tres noms a rappelkr aux b,.ns souve- la tate, lui di;ait en plein visage
cat qui porte ce nom de famille, ea ot du latin, mais plus commodement, nirs de 'a gdabratio i actualte qui, nous chr c'est come ce-
donta e pee a 6ta mon excellent ami, par example, qu'il ne l'eit fait si c'd- le constatoos avec regret, n'a pas tiop a. Tenez, en ca moment-msme ouf je
tie A viteard tout(Voie confuMasion rgrtta-d tait du gree ou du latin. Et vous allez le cul'e des al-:ux. parle.j'ai dev'- t fnoi un imbdcde,
ble d cet egard(oirle Matin d mar voir son explication. Parmi cejx qui ont doand de re!le je le lui di, ilt n ine comrprend pas.*
et de mercreds), je d6s erai mn cr-de II dit que le Docteur Janvier a 6crit t-reuve da d6vouemni t i'inatjr0r ghu6- Et ensemble h. riaitnr so tordre.
Me Michel, a moins que quelque r cola tout comme on poarra 1'dcrire de- rdl, nous n'hdsitons pas A citer Bonnet Le plus drli-m, 'es, q,, ,dns l mono-
lrej- main du gdndral Nord, qui pourtant a qai...efc ; Inginac,...qui pass < pr6a de logue, c'est 'i nmbecile, lui-me qui
ton ignored da la m ore, col6bre par son d le plus cruel do tous nos chefs vingt-cinq ans a latter co i0re les pri- raconte cetti avniltur come une
chat, qellorte ce nour, ne vienne d'Etat si la g6ndral Nord revient mou- cipes rbtrogrades da gouvarnemcnt de prouesse ; i edtalit ses sucIs, solon
ommterpe quoi i n' y aet ps beauterop rir dans le pay?. VoilA, Docteur Jan- Boyer ; D ib)is qui...etc; Edrmoni lui.
qiommdraient aqu oir ign a prose aucos- vier, comment vous 6tes complii par Paul qui, malgr6 sa grande faute de le noe ais pao rourouoi cc trait me
torique da Me M ihel ; note critique ceux pour qui vo,'s derivz s'Otre a-teld au char d'un hommr qui revient l'esprit e li-au t un entrefilet
pot dermir tranquille, sos lauriers Mais, cher Me Michel, on o'a besoin n'avait pas son mnarite, au point da vue de l'IFnpartial aniss leqel le journal
nent pdasair tdr uiorterlenvse. Ji ne d'etre ni P6tion ni le g6ndral N ,rd pour politique, ne rested p s mois une de raconte son i.dirnatio, d'avoir renu,
n'ont pas l'air de porter envie. Je nu oe noirs et mulAtres vous embaumnent nos plu,3 belles figure ; D.cind Jean- concernant M. S'--Remy, one lettre ano-
crois pas que c'est la jalouse des anu- de leurs larmes. Vous n'avez done ja- Louis qui...etc ; Guillaume Manigat, nyme don't il d/c'are nc devoir pas fai-
tres qi 'embtera, pas lus qu'il n'est mais td A l'enterremrnt a Port-au- Pl4sance, Massiilon Coicou, don't la re cas.
destine A mourir dne maldoque.-. Pour Prince ? Ne vous arrive-t-il p-,.s fr6-& oble exi-t-ace, eic...-- <- Si vous et-andez infliger un dd-
Avantd'examinr toto novell pro- quemment de voir le d6funt pleurd an- I est biea entnda qu3 ls princ menti a M. S-Rmy, dit notre con-
position do Me Michel, it faut qule j tant par des noirs quo par des mula ps d(i Boyer soat r6trogrades, c'ast f.e au letu, ,nonyrtn, 6crivez-le,
ous dise comment il a ripondut,-ear tres, par tous caux qui avaient quel- devens un dogme, et quand des esprits e .... signed s'il vons plit.
it a r6pondu,toupteux,-aux que'-que raison d regretted cette vie dispa come Mc Michel i'atficrm, men, Ea attendant. ouar que les lecteurs
ques citations que j'avais faites de Ma- rue ? aprBs avoir va l' ceavre les succea ne p:rd.nt rien i'incident, le confrere
diou, de Bonnet, d'Ardouin, de St-Rd- C'est l une binalit6 quo nous cons- sours do B yer, c'est ind[.cutabe. rcmnte aimabl-mei t ce don't il est
my, do Dorsaievil, de B nlegarde et tatons tous les jours at s'il vous sem. Mais qae date,-vous d- c-tte combi- question. i n'Wy a d'aillurs pas de quoi
Lhrisson, de Firmin et u Dr Janvier, ble que le Docteur Janvier a dcrit poar naison gdoial) de co0soa Boyer en foeaottr un chat, vos alez voir :
afin do fire constater accord unanime dire uniquement cola, vous lui faites rdsentant comma module Inginac qui j U lecteur auonyme nous a 6crit
des contemporains et do Ia postdrit6 A dire une b6tise et une stupidity, vou, li, vingt-cinf ans corp- avec lui au p,)ur p'ote.'er co e e qu'il appelle
?l'dard deo PLtion. le prenez pour vous-m6me. Nor, le D' point de i'avoir accompagad en exi ? lIa pr6rend.e probie dla novel inspec-
Ehbin, il a rdpon-lu n me dcla- Janvier n'a pas voulu dire qu'il y avait I remp"issait aupr de Byer ql- teur don't ii crq'u am'r-ment le pas-
ranElit ue j'ai grand tort dn me compren- des noirs et des mulAtres a i'enterre- q i ch);e commn es fonct ois rduris sage come cai ier au bureau de la
dre dan s moa dcole,-je ne savais pas ment de POtion, mais qu ce president ct th f de cabinet kt de ministry, et recette.,
que avaisouvcort ene coe savlo ots fut unanimement regrett6 par tons les cela d:-rant unsquart de siet>le at voilA Vous vvez que ce nest pas bien gra-
que j'avais ouvert une deole : A votre qu'on vient dire aujourd'hut qu'l passe ve.
service! Me Michel,- qua j'avais done Haitiens sans distinction de coulaur. qu'on vient dire aujourd'hu. qu'i pass ye.
tort de comprcndre duns mon cole Mon Dieu s'i faut expliquer des ces vingt-cinq ars A letter centre B13- Et notre conf.:,ro llaglle, avec rai-
Dorsainvi, Docteur Janvier et Firmn. choses si simples aux maitres, A quoi iyer Q i'on ouvre les yeux sur les pra- son ,d'ailleurs, le procedd common suit :
It me laisse Bellegarde et Lh6risson' sont exposes les 616ves tiques contemporaines et qu'on dis- si ,, Si ce lctur .:,t couvincu de la
c'est bien quelque cho:e, jo les accep- Avec 9a, que Mo Michel so geaa p3u. vraiment il est possible de letter vingt- malhonuntete da M. S unt-Rrny, qu'il
to avec reco issance care sas Tout e mereprohnt d lu ravir cinq jours ou vingt-cinq semaines avec to d6nonce carr6ment et qu'it sigue sa
mieux quo Me Michel la valour de ce Firmin, Dornainvil et Dr Janvier, ne n chf d'Etat, m supposant protetation, n i no put pas esp-
qu'it me laisse j ne suis pas pour- voilA-t-il pas qu'il hapoe au collet, moMns despote, moins sanguinare, rer archer sa main et de se server de
ceau et j'appr6cie bien la perle. non-seulement Edmond Paul, mais ea- rmoins r6trograde,plus clair6 et mo ns vous comme un instrument incons-
Vous allez voir d'ailleurs comment il core Pldsance,-ea leur reprochant tou dilapidaieur que Boyer. Or, Inginac a cient, pour calomnior..
traite ceux qu'il garde et vous verrez tefois, avec un sourire posthume, d'etre Michel le duant ving-i qta ns, t M C'est paralipse, je crois, le nom do
du m6me coup comment Bellegarde et entrds dans ua mauvais char ? i l I laisse san4 taue !... cztte figure de pensee a par laquelle on
Lhdrisson l'ont dchapp6 belle, en sor- Mais, adorable ami, Firmin a roul Qaa dites-vous encore de la sensibi- annonce qu'on no dira pas ce qua l'on
taut do ses mains. aussi dans ce carrosse avant d'avoir lit de Me Michel pour Edmond Paul, dit en effect *
II declare que Firmin, en appelant bati son carrosse & lui. Avant d'avoir au point de deplorer,- sans doute avec Et bien, lI oud un grincheux voudrait
Potion a doux philorophe prdsidentiel, 6crit w M. Roosevelt et la Rdpublique des larmes intdrieures A readre ja'oax voir do la malice, je ne vois qu'une fl-
et g home de bien ,, a dcrit g corm- d'Haiti dans quelle ( deole 6tait- le crocodile, qa'il se soit 6gare dans gure de haute grammaire : ce nest
me gA. Ayez done des amis pour qu'ils it, dans la v6tre ou dans la mienne ? le chir liberal ? Pour s'dviter pareil qa'ane paralipse.
vous d6fendent ainsi! A c6ot de quelques phrases de lui qui reproche, on doit d6sormais, avant de ,
Quant A Dorsainvil, il cite tell autre font actuellement votre bonheur, que choisir son candidate, passer chez Me ACTA ET EBA
phrase de lui qui ne serait autre chose d'autres phrases je pourrais vous met- Michel.
qu'une contradiction an passage quo tre sons le nez et qui nous feraient Quae dites-vous enfin de ce tour de M. Pouget, qui vient d'etre nomrm6
jai cited, opposant ainsi Dorsainvil A 6ternuer d'importance force de proposer comm3 mo idle, dans mioistre des finances,est favorablement
borsainvil; on n'est jamais trahi que Pauvre naif, puisque, pour passer une critique qui vise le temps de Pc- accueilli par l'opinion. Oa espere de lui
par les siens. Maia qu'est-ce cela prou- ainsi d'une < 6cole P a une autre, il suf- tion, Diicin Jean-Louis, Guillauma l'ordre administra'if et de Ia rdgala-
Verait ? tout au plus que Dorsainvil fit do soutenir le pont de son pantalon, Manigat, PlAsance, Massillon Coicou, rit6 dans les servi-es du budget. Ce
Ost un dcleclique et que, en matiere do sauter par-deSsus la rampe et de sous pr6texte que la'gdndration actuelle q n suppose quo toat le monde est dis-
d'ecole, il n'est Das plus a Me Michel dire en minaudant et en rassemb'ant a n'a pas trop le culte des aieux ) pos6 a l'aider, car le chef de I'Etat luni-
qu'a moi. Alors?... les talons : ( Me voila, je suis mainte- Pendant qu'il y 6tait, ja no sais pas mI me ne pout qa'ea etre pour ses frais
Au surplus, dans l'Impartial mome, nant avec vous ),- puisque c'est ainsi, pourquoi Me 'ichal n'a pas mis son do bonne intention si le milieu admi-
M. H. Ruiz a defendu Dorsainvil de dites-vous done bien, cher june arri- nom apr3 celai de Mi ssil'oa Co.con ; ristratif no vent te seconder,
cette contradiction, en apprenant A Me vd, que toute cette question d'6cole qge car vraiment nal plus que lai n'e3t di- Vous avez dd lire dans la Matin
Michel qu'il y a une difrence entire vous voulez raviver, est de la pano- gae de figure dais la, galerie c des l'ddifiante corraspondance ch-ngee8en-
Sinstitutioin et constitution, ) et mime et que pour continue a s'y plaire ayeux v, pares qu'il est strange de cons- tre M. Pouget, alors d6putd et M. Mar-
qu'il a tort de croire ces deux terms il faut -tre paillasse .. No soyez pas tater avec quel s6rieux de momie ce celin, ministry des fiotances, A propose
synonymes. paillasse. june home, si plein d'avenir en tant des calipsos ddcerods hdbituellement
CMas c'est ce pauvre Docteur Janvier Mais je ne voudrais pas finir sans qu'Haitien do son pays et de son temps, au Corps Ldgislatif.
quil rend ridicule, faites-vous en une vous servir du neuf dans l'oeuvre de d6daigne tous les points de vue nou- L'exemple da M. Pouget est tr6s rare
146.* haute critique entreprise par Me Michel veaux ouverts depuis un, demi-siecle a dans nos annales ; nous sommes dans


_II- I L I -----~ I I I Ir


-








un pays o t I'on eit plus fort en bou-
chte qu'aute .hoae, et j'en connais qui
so permettent A l'beure actuelle de
crier centre le gaspillage dei dE niers
publics et de donner d s conseils au
nouveau mnnistre des finance*, qui out
nag6 dans le temps dans ces calipsos
que le deputy Pouget, lui, a eu le cou-
rage de repousser du pied.
C'est la vieille et constant opposi-
tion entire les Verb a et le ,Acta
M. Pouget, esp6rons-le, sans faire
a'tentiori aux parleurs, qui, ass'z soqi-
vint, ne parent que pour ,16tourner
I'aftention de leurs actes, saura passer
aux affaires en fai'ant surnag-r au mi-
lieu dC-t notre personnel administration'
corrompu sa r6putalion person e 1l
u'liuommuie I bien Fluctuat nee mergitur
I I a d'ailleurs iclam6 le droit o'e r
* roplrujr t (dans son d ([art< mrnut i
h 4 I',;idl-ut lui a promise de ooutenio

JEAN LE FuJRETEUR



NECROLOGIE

V\' IX DE JACMEL

Hornmrngs S. M. Pier. e

Seaiqui Monplaisic Pierre est mort I
(C'est la poignaute nouvelle qu
nous apportait inardi soir, 8 fevriei
(courant:, un l61lgramme funibredt,
Port-au-Prince.
Nous, ses amis de Jaemel, n us Fa
luoos son depart avec de profonds re-
grets et une douleur sincere ; car it
nous avait 6t6 donn6 d'apprecidr si
nature superieure, sa haute valeui
morale ; d'aimer I home qui po--
sedait tant de qualiLts solides et pr6
C:enses, tout en 6tant modest, toun
.jn luyant 1'6clat,le faste et la r6clame
Nous melons avec une ultime satis
f..ction notre faible voix au concert
de louanges dlev6 sur sa tombe A pei
ne ferm6e. C'est,en effet, avec un ac-
cor(l touchant, un ensemble edifianu
qn-, devant son ceroueil, amis at ad-
versaires O'hier ont proclam6 le me-
rite, la grandeur, la noblesse d'Arne.
ia loyaut6 rare du regrett6 citoyen,
ido citoyen modieque fut S6n6que
Monplaisir Pierre.
Qu a' nous soit permis de lui aplli-
qu-,r ici cette b.'lie strophe de Pom-
minvra(, le poete aim6 de Jacmel,donl
!a in6mnoire est imp6rissable, et de
iui crier avec le barde :
SHepose sans records dans la paix de la
1 tombe,
) 0 toi, qui n'as connu que le bien ici-bas I
( Le mnerite apparait lorsque l'homnme suc-
I combe
Lorsque, sur son cercueil, la terre roule et
1 tombe ;
a Car, mnalgri les honneurs, les success des
I combats
S1lihommie n'cst vraiment grand qu'au delA
I'du tr6pas v

Et la raison, ajouterons-nous, c'est
que l'on ne redoute plus une ombre
qu'on ne considered plus comme ge-
nante pour les terrestres ambitions.
D'autres, plus autorisds que nous,
retraceront la belle carribre de S6nO-
que Pierre, ofi brillent les plus suBli-
mes vertus de I'homme et du cito-
yen,--diront quelle fat sa vie, qui pent
etre offerte en example A nos hom-
mes politiques et aux candidates de
domain.
Dans sa vie publique, comme dans
sa vie privee, Seneque Pierre fat un
homme remarquable et tout & faith au
dessus du commun par ses rares qua-
litts. Fits d'un haros,- du General
Pierre Monplaisir Pierre, le sauveur
des Cayes en 1868, qui fat ancien
S6nateur, ancien Ministre,ancien can-
didat, lui aussi, A la Pr6sidence,-qui
n'a pu y 4tre 41u que par un coup
d'6tat, re't4 celbre dans nos annales,
de la force brutale et inconsciente,-
( et il est A noter ici que le fils eut le
mrme sort que le pbre ),- du grand
Monplaisir Pierre don't un brilliant ora-
teur haitien, le Dr Nemours Auguste,
disait, ( dans son 41oge fan6bre deo


l'illustre Edmond Paul ), que d'tait
l'dme la plus loyal, la plus desintrres-
sde et la plus noble, S6nbque Monplai-
sir Pierre fat Ie fiddle h6ritier, Ie fier
continuateur des vertus paternelles.
Sdnateur, Ministre, candidate A la
Pr4sidence,& son tour. il est rest tou-
jours et dans toutes les situations, si
hautes qu'elles fussent, I'homme de
bien, le patriots intkgre auquel tons
rendent hommage A cette here, sans
qu'une note discordante so fasse en-
tendre dans ce concert unanime d'4
loges et de regrets sinceres.Et si nous
ne voulons pas dire qu'il tut a le plus
home de bien de son temps P, nous
constatons n6anmoins avec p'aisir
4ue nul ne pourra lui d6nier cette
r6elle quality d home de bien dans
un Pays oh le nom est si common et
la chose si rare.
Au sommet du Pouvoir,-s'il yavait
etd port par le seal moyen qu'il vou-
fait admettre : Ie lib'e vote de l'as-
sernbl6e national don't la grande ma-
jorit6 lui 6tait acquise,- il edtt 4tA,-
ce qu'il a 4t6 toute sa vie,-un hon-
notoe home, clairvoyant et anim6 des
meilleures intentions, ayant le sens
exact do nos besoins, un amant du
program, un homme de bonne foi. un
moddr6, un liberal, un patriote avise,
ferme quoique modest, et accessible
aux conseils, sans so targaer d au-
cun savoir transcendent, d'aucune
science universelle, d aucune pr4pa-
ration incomparable.
Dain sa sagesse inaccessible au
profane vulgaire,ne l'a-t-on pas vu don-
oer sans cesse. et en 1902 plus parti-
culibrement, pendant la champagne
prdsidentielle, le plus bel example
d'abnegation qu'homme politique ait
jamais offert, en faisant ced r d 'a
vmodestie l'ec'at ambineux des grandeurs
hu naines, I inlirt particulier d 1 amour
du bi'n pub ic "I
L'historien de domain, d6gag6 de
nos passions ambiantes, de nos pre-
ventions actuelles, enregistrera avec
consolation,- an milieu du r4cit la-
mentable de nos fautes et de nos tur-
pitudes qui font le m'lheur de la Pa-
trie, sa droiture inpeccable, son res-
pect de la constitution, son amour de
la 16gdit6, sa probity politique, son
ddsintdressement patriotique,-surtout
i cette poque oft pour escamoter le
Pouvoir, escalader le Fauteuil qui
donne le vertigo a tant de gens, it n a-
vait qu'A tenter un coup de force,ten-
tation A laquelle tant d'autres eussint
succombe, tant sa r6alisation 6tait fa-
cile dans la situation exceptionnelle-
ment forte et prdponddrante of se
trouvait avantageusement place S6n0-
qu, Monplaisir Pierre.
Mais c'6tait un home d'un autre
age Cet home, en plein XXe se6-
cle, montrait A ses concitoyens 6ton-
nds, le ddsiontressement d'un Cincin-
natus, l'aus'6ri 4 d'un Caton. Oui, ses
principles dtaient tiop aus'eres,- son
honn6tet6 et son ddsintdressement
trop antiques.
Nous d6dplorons sa perte et-pour les
siens e your le Pays, don't il dtait un
des meilleurs fils
Paix A sa belle Ame 1
Nous prions Sa famille d'agrder l'ex-
pression 4mue de nos sinceres re-
gre's, I'hommage de notre admira-
tion pour le grand citoyen que nous
pleurons avec elle et nos respectuen-
ses condo-eances, en notre nom et au
nom des amis de Jacmel.
Jacmel, sle 16 fvrier 1910.
RODOLPHE ALEXANDRE.


BOITEAUX LETTRES

Port-ac-Puince, 18 Fevrier go1910.
Au Directtur do Journal le c MATIN
Monsieur le Directeur,
J'ai 6prouv6 hier, une grande indigna-
tion, en parconant les colonnes de votre
intz6ressant journal. Aussi, point n'est bo-
soin de vous dire, combien serai-je content
de vous voir publier dans le plus prochain
num6ro du Martin la petite note ex-
plicative saivante : Monsieur C. Dautant


m'a attrib-iu. en effet, devant Son Etc. le
President de la R6pub'ique, et, en prd
sence d'un public nomb eux, la paternity
des lettres anonymes qu'on aurait dcrites
centre sa conduite sans contest rdprkhen-
sible et condamnab'e. Chercher A me justi-
fier quant A present n'est point du tout le
but que je vwux atteindre.
Je ne le ferai que lorsque Mr Dautant au-
ra ripondu : la question suivante : Chef
de service, quells sont les preuves que
rous avez pu recuei lir et qai d6terminent
de la f qon la plus 6viden'e ma culpability ?
Citerez vous le nom de I honorable et
s&rieux pdre de famille qu'est Mr Albert
N-ff ?
Ei ddfiai ive. Mr le D.r c eur, les motifs
pour lesquels Monsieur Dautant ne veut
pas me voir ont 6 6 hier d6duits 2u Minis-
6 e des finances.
Agriez, Monsieur le Directeur, mes
meilleures salutations.
CLEMENT AVIN,
Postulant en Droit.





RENSEIGNEMENTS
MEI'EOROLOGIQUES
1Ob ser-vatolire
DU
SEMINAIRE COLLEGE S:-MARTIAL
VENDREDI 18 FRVRIER 1910
Baromitre i midi 764 m m9


Temperature minimum


18,7


maximum 32,0
Moyenne diurne de la temperature 25,r
Ciel un peu nuageux depuis midi.
Vent d'Est moins forte. B ise de mer de-
pais 4 h. Rose. Poussi&re
Le Baromatre reste le rr eme.
J. SCHERER.
Revue du March6
La vacance minist&rielle dtant combile,la
prime pour l'or amdricain a biiss6 de quel-
ques points ; ce qui it'dique que le com-
merce approve le choix fuit par son Ex-
cellence le Pr6sident de la Rdpubliqne.
Du reste, le nouveau ministry a dit des
chooses excellentes -u Palais A la seance de
son insallatioa et qut ont produit le meil-
lear effe-.
De 440 olo noas sommes descendus
en c16 we h ec A 428 0lo taux d'ouvertu-
re ce martin.
II n'y a pas eu beaucoup d'affaires en
traites cette semaine, le course reste nomi-
nal A 114 010o.
Les cheques sur Paris ont 6td vendus A
3 112 010o.
Les chequ-s sur New Yo k A 112 opo es-
compte et au pair suivant valeur et signa-
ture.
Port-au-Prince, 19 F6vrier 1910.
CouT s de Bourse
Or Americain comp'ant (*) 428 oio
Nickel escompe oo010
Billets de cinq gcu:des 112 0lo0
Traites 90o jours de vue sur
Paris direct, I 114 o010
Traites sur France documen-
taires 2 112 o010
Cheques cur Paris, prime 2 olo
Transferts par CAb'e sl Paris I 314, 2 o010
Cheques snr N Y, escompte 112. 314 o010
Consolidds 6 olo 45 A 47 112 o010
Consolidds 3 0lO 22 oo
Emprunts 10 Janvier 6 olo 45 ooP
Emprunts dits Provisoire 6 olo 45 1o0
Titres bleus 2 112 olo avec intd-
r&ts A partir du zer Juillet 22 010
Titres roses 2 112 o0o1 21 112 o10
(*) 15 et fin Mars 428 o010
Haiti politique et litt6raire
Cette intdressante Revue parait aujour-
d hui avec le sommaire suivant :
Fiches : Edouard Pougrt, Antoine L-fo-
rest ; APropos des Finances Haitieanes,
Dr F. Dalenconr ; Pobsie : D. Valmore,
Mindlick, Nansen. Edmond -Latorest ;
Clair de Lune, Damocles Vieux ; A 1 Ins-
piration, Thimothee Paret ; Mon Vase,
Is. Vieux; Sonnets-Mddaillons de M. Ed-
moud Laforest, Maurice du Bos; L'ln-
fluence Fran aise aux Antilles, Jean Her-
tbette ; Conf6rence de l'Alliance Frangai-


se, Aa fil de I'H.ure, Laforest Noire;
De l'Education, LUgtime ; La Lintratuit
Monosyllabique, Extrait ; 1909, Annhi
Grise, T. C. Bruaus; Petitee Notes, A. L
Tribunaux de Paix
SECTION NORD
Audie-ce du vendredi x8 fivrier 1910
DMbiteurs de mauvaise foi.
Le nibanal done d6faut centre Tallies
Roux, qui est assign pir Russo, en paie.
ment de P. 25 et_2 dollars, pour Ue
montre et des bijoux achetds.
*
Encore I'db&niste Auguste Mirville !
Le tribunal lui accord un ddlai de deal
mois pour remettre les 3 pieces de rutu.
b'es, ou les 6o gourdes A Catherine Albert.
E-nilie Laurent r6elame de D. Cass6us
la valeur de 90o grurdes que celle-cs lui
avait pritle, pour un delai de x5 jours. 11
s'ensuit que depuis plus d'ure annie,le d.
diteur reste insolvable.Le tribunal a done
d. f ut centre lui, qui n'a pas compare et
maintient la saisie-arret qui a 6t6 pra-
tiqude sur ses "ppointements au bureau de
la recAt e.

Ie tribu al accord ua delai de 4 mois
A Serfillia C-ispin, pour laisser la mai.
son deJ&6me Pienre.

M dame P.ul-Emile Jourrel, apres avoir
augment les loyers de sa maison, de 15
25, G dernande le d6gaerpissement imm&-
dirt d'E ie C2juste.
Le tribunal r je te l[ .gm nation es
loydr-. et a acco'd6 un d6lai de 2 mois
au d fendeur.

Le tribunal donne ddfaut contre Idor-
mia Milord, et main ient la saisie-anwt
aci a -A p-sle sur Fe; appciatements pit
Bruno B any en pAiement d'nn dolmann,
qu'il lni a vendu et confectiornk depuis
p'us d ua an.


Digu,-.rpistements
Le tribunal antru
lkre A G. Heurtelci
signature de I'huissic


I!
ile la citation de Pal-
i, pour ddfxut de lh


Tugement rendi.
Le tridunal a rendu aujourd'hua, son
j'gement par lequel il a d6bou4 Arthur
Patry de Fes dernandes de paiements d'ho-
noraires et de dommages-iatrrats, centre
Antoine Benolt, ddfend&.ur par Me Em-
manuel Cauvin. Artl.ur Patry est done
condamn6 aux frais ct ddpens.
Prins Willem II
Pamaribo
On est smns nouvelles de Prins Wil-
lem II parti d'Amsterdam le 21 Janvier
et qui aurait du arriver ici le 7 Fvrtier.-
II est pass en vue d Ocessant le 23; I
cette date tout dtait bien A board.
Altai
Ce steamer a laiss6 hier avec les pass-
gers suivants
ST MARC. L. Pinard. Mile C Pinard
et servant, Sylvain, E Pierre Paul. V. Guil-
laume, Rev R Bastaire, Rev. Richard.
GONAIVES.- E Abraham, V. Phareaot,
C6te de la Bourse
La Chambre de Commerce de Port-a*
Prince a supprimd depuis le ier fivriet
courant la publication de la cote officilll
ui paraissait tons les matins et rendiit
e grands services an public par la nature
des renmeignements qu'elle fournissait.
Pour remplacer cette publication le
SCatin donnera chaque jour un course ad
bourse d6taill et le plus complete possi
ble. Noslecteurs noas sauront gr6 desi .
forts que nous faisons pour leur 6tre an-
les.



Ligne iollandaise

Le sis *Prins Willem III, vevant t
New-York et de St Marc est attends
ici dimanche 20 courant et ptr
dans la soir6e pour les Ports du Sad,[
Curagao, et l'Europe-
Port-au-Prince,- le 15 F6vrier t1910
AUG. AHRENDTS, Age9t0


~II -L I L I II I I --I r IL I- ~I






so-
VENTE
par Convention sp5ciale
avelta o d'une ob'iga'ion hypo-
ave"ta sea rapport de Me Chry-
SRosemond alors notaie A Port-
rine .eo date 20 Ja n 1927, etj 2
rinc Cent rendu par le tribunal civil
On j-ge"prince en date do vingt-cioq
Por b e nil re f cent e, i sera pro-
od6 le. ,,i .qoe 'on comptera vingt
d %fresier mil neuf cent dix A trois
u es de j' pij-m di en 1 tude et Ipar
ninis there de Me Christian Fourne-,
-taite Pran- a-Prirce, A la ven:. au
us ont e dernier encherisseur d une
uoprdt sise en cetre ville Rue d'Enne-
oci devant Rue Courte, connue sous le
de' Dprk; de la contenance de cin-
antoe cq pieds de f qde sur soixante-
ix-huit pieds de profoideur ; avec totes
as construction g60 alernent qe 'con
uer qui s'y uouvent, borne, savor : u
Ord par Bijounette Bijcu, .u Sud par
i Rre d.Ennery, ci-devant Rue Cou te,
l'E;t par 1- Rue de de la Rdvo'u ion et
,I'Oest par le resie de la propr 6 6 .
'elie d'ailleurs que cette propriktse pcur-
nit, comporte et s'6tend sans aucune ex-
entiol ni pi.erve.
La vente aura lieu Far la mise & prix de
Suf cent trente neuf gourdes soixante
tentimes outre les charges de l'enchere P.
S39.6req-Ite de la darre Amice Scar'etr,
kou ur "e et pioariitaire de meubn'es, de-
;me.irant i Port- u-Prince et domic lide A
iKingston ( Jamaique ) ayant pour avoca's
;Ma E-nile Deslandes et,,Emm. R mpy u
cabinet desquels A Port-su Prince, nelL t
election de domicile contre le s e r Lou s
Jan Bijcu Docteu- ea midecine, propri-
tple, demt c:ant et domic i6 A P.tit GoA-
ve. ,
Poor plus amrli:s reaseigneetrel s s-
dresser & Me Christian Fournier ro-
taiTe, dipositaire, du cahier des changes,
ou aux avcctts poursuivant.
EMM RAMPY. av.

H 6tel Bellevue-
Le mieux situd, le plus con
fortable.- Champ-de-Mars.-
Cuisine reaomm4e.- Vue sur la mar.

Fausto Sola


Mgcanicien


Cubain


Se charge de touted sortes de tra-
vaux concernant sa profession.
Sp4cialitd dans les reparations de :
ALAMBICS


MACHINE A vapeur et A gaz
MOULINS a cafe et A canne.
Garantie et promptitude.
Informez-vous 80, rue Bonne foi


LECTEUR Soulez-vous bien
LECTE RS, IfumerlI Allez A la
Rue des Miracles ou Fdrou, Nos 25 et 110,
et Rue Roux ou Bonne-Foi, No 51,vous trou-
verez les CIGARES DU CENTENAIRE de Prin de
J6remie.

NULLITE EN MARRIAGE

La Cour Sapr6me de Kingston, Ja-
maique, sur ma demand, a pronon-
c6 en son audience du 18 janvier
1910 la nallitO de mon marriage avec
EUGENIE CHIo pour cause d'erreur
dans la personnel.
Le public en est dfiment avis6.
Dr FRANCIS



SSEINS
d6velopp6s, reconstituds,
embellis, raffermis
en deux mois par les
PILULES ORIENTALES
Sewlprodult qui assure & la
femme ulne i)ottrine parfaile,
sans nuire a la saintiO.
^& l PS Flacon avec in truc',os S Paris : W35.
J. RATIE, h", 5, p ass.Verc:au, Ptr's.
A Port-au-Prince: armacia AlbertinL.

MASON DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE


Ir Joseph


St.-Cloud,


LE TAILLEUR si bien connu de la
Republique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recovoir par }es
dernirs Steamers une VariWtA d'dtof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote. Drap vert et bleu d'une
r6elle sup6riorit6.
COUPE MODERNE !
PROMPTITUDE I SOLIDITE !
L'6tablissement se recommande aux
clients les plus delicats qui appr6-
cient chaque jour davantage le FINI
de son travail.
Demandez chez Joseph Sain -Cloud le
Restaurateur de la Sa'.t6 et des Cartes pos-
Itaes Illustrdes.

T ;i A 41n.


1910


CABINET
d'Electrolthraoie


128, RUE DU CENTRE
PORT-AU-PRINCE
Traitement moierne, avantageux A
tous I.s points de vue et 6pargne aux
malades les dangers et !ea suites fA-
cbeuses des Op6rations chirurgicales
delabrantes le p'us souvent inutiles
dans la plupart des cas de
Maladies de la femme (gynecologie)
Mala 1ies des Yeux
Maladies des voies g6nito U:inaires
Maladies chroniques, g6ndrales ou
.locales.
NOTA.- Pour la Gynecologie, traite-
meent A DOMICILE au gr6 des malades.
Docteur C. GA.VEA.U
MEDECIN, CHIRURGIEN et ACCOUCHEUR
dip!6mol de I'Urtnversirt de Harvaid.
CONSULTATIONS
de 7 A 10 heures du matin et
da 2 A 4 heures do l'apres-midi.
GRA.UITES : les Lundis de 2 A 4 hres.
de I'apres-midi.
Hors de ces heures de Cabinet, le
Docteur Gaveeu visit la clientele en
ville et fiit les consultations & domi-
cile.
--M
Fernand Loniewski
PROPRItTAIRE VITICULTEUR
Grands vinsdes C6tes duBh6ne
garantis naturels
Vins en caisse -Vins de da sert.--
Champagnes. Liqueurs. Kola. -
Hluile d'olive garantia oure.- Conser-
ves alimentaires. Moutardes de Di-
jon. Bonbons. Parfunae ie.
GROS & DITAILS
93 rue du Qnai
&
43 rue des Fronts-Forts

On demand
Deux tonneaux, de la capacitA de
200 A 300 gallons.
S'adresser au Matin.


CETTE DAME
fut radicalement gu6rie de
Phtisie Pulmonaire


PAR .

L'EMULSION SGOTT
"II y a quatre ans et demi ma femme
fut atteinte d'an6mie et une operation
d'appendicite s'imposa; mais A partir de
ce moment son etat de sante empira
jusqu'a ce qu'au mois d'avril dernier une
Bronchite tuberculeuse se d6veloppa.
Elle en devint tellement faible et abattue
qu'elle ne pouvait faire un pas sans so
sentir faible et courbaturee.
"Tous les moyens de la science sem-
blaient 6tre 6puis6s quand, grice a Dieu,
je fis la connaissance du docteur Risso
Patr6n, m6decin distingu6 de cette ville,
qui lui prescrivit I'fMULSION SCOTT.
C'est A cet aliment merveilleux que ma
femme dut la gu6rison d'un cas de pul-
monie que tout le monde croyait e-tre
sans espoir, et aujourd'hui elle a com-
pletement r6cup6re ses forces et jouit
d'une sante parfaite."-JOSE WALKER,
officer de I'Armbe du Salut, La Plata,
Rep. Argentine.


Avoc 'a marque de fabrique
ci-contre la boutoille est
authentique.
SCOTT & BOWNE,
Droguistes, New York
French a. 6.


2 -
'9:


~\\( K
-~


LIahiC _llA1S ROYAL Kola Champagne
La malle pour "'Etranger (vi Cette d61licieise boisson, dorit les qaalitds toniques et fortifiantes, la sa-
remepar le peur s -veur exquise, le ineileix agc6able oat coatriba6 A former P'incomparabla
gismund fermera a la post sa- rafraichissement das clients tropicaax, m6rite bien son titre < ROYAL *.
medi 19 courant a 6 hres. du soir.
Port-au-Prince, 17 Fevrier 1910. Agency Gbnbrale et Dbpot:
F. HERRMANN & Co, AU MAGASIN DE LA METROPOLE


80.


Agents


MASON JULES LIVILLE


PHOTOGRAPHER


S. Perpignand & C
163, GRAND'RUE, A PROXIMITY DE LA PHARMACIE CENTRAL
PORT-AU-PRINCE, HAITI.

PORTRAITS EN TOUS GENRES

Photographie directed, genre Visite


Poses artis-iques. a meilleurs prix que p
leurs
Sp6cialit6 de reproductions et d'agrandissernqnts de po
mare, crayon, pistol, en coulears naturelles, livr6d enacadrs
1, la port6e do toutes les bourses,
Buste, trois-quarts, grandeur na
PHOTOGRAPHIC SUR PORCELAINE, ErOFFE. BOIS, MET
CARTES POSTALES ILLUSTRREES DE SON PROPRE
Asittex nxotre Isalon d'eCxp
d- am c der


artout ail-


93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Vous le trouvarez :en outre chez:


PORT-AU-PRINCE.


Andrd Faubert rue Roux A l'Epicerie Ndrette Grand'rue (en face
Pharmacie Alex. Roberts do la station central des pompiers.)
Madame E Dreyfas do I l'Epicerie C.Lundi rue des fronts-forts
A l'Epicerie H. Corvington rue Fdrou au Magasin E. Dreyfus do

EN PROVINCE


F. Ch6riez


Petit-GoAve. J. R. Montasse
Mme Gdrard Bartels J6rdmie.


Gonaives


LUSINE A GLACE CHAPELLERIE
PAILLE DE PORTO-RICO
_DE ACCOUREZ CHEZ
Port-au-Prixnce Feliberto Gonzales


)rtraits au oro- Previent tant ses anciens four-
s ou sans cadres nisseurs de Bois de chauffage, que
les fournisseurs qui voudraient JOS E L
turelle 'entrer en relations d'affaires avec FABRIQI
AUX, etc. elle, que n'6tant plus liee par au-
PORTRAIT cun Contrat, elle reprend ses PLA
osition, achats de Bois, comme par le SALON DE
passe. Pour tous
les prix,' Port-au-Prince, 11 F6vrier 1910. les bourses.


SAN MIS LAN
UE DE CHAPEAUX
LCE GEFFRARD
COIFFURE DU LOUVRE
les gofits et pour toutes


I Ir III, I __ I C- -I I I I' r~-


- ~ II~L-L I I e im 9-M -W"I


Ptiol ckea


Cartes, genre imperial


>
f








Ferrari Cernicchiaro&Co

Horloge ie, Bijouterie, Joaillerie
1(68, GRAND RUE, 168
Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dernier steamer francais sont arrives des articles de toute beauMt
pour ()U'4 les g.,0ts et pour touted les bourses : BJOUX. SAUTOIRS. BA-
CIJES 13OU:LES ) OREII.LES. CHIArNES POUR MONTRES. etc.
ALLIANCES SUR COMMAND
INSTALLATION MODERNE
RITPARAITION de glaces qui sont remixes absolument A neuf ; ainmi que
des tableaux artistiques.

Achat de vieil or et vieil argent
I.a i aison g rantit les marchanlises qu'elle livre ainsi que les reparations.
ARTICLES DE LUXE pour les principaux dvenements de It vie mon
paine.


_~,~ ~ ~ ~---~ 1 -~31 r


Pour tous renseignements et commander


S'adresser a Andr5


FAUBERT,


38, RUE ROUX PORT-AU-PRINCE.
AGENT GENERA'- POUR LA REIPUBLIQUE


Pharmacie W


Place


Buch


de la Paix


American


Bar


Exdcu'ion prompt' et soignde des ordonnances.
Analyses sci tifiques et techniques.
Analvsws d; mininerais d'or, argent, cuivre at autres
m6thodeo am6ricaine ( fire essay ).


Fabrication fd'Eaux


ICE- GRE ALM


PARLOR


mi~taux d'aprbs 'a


gazeuses, sirops et vdritable_Kola


Champagne a P. 6 la douzaine.

Droguerie en gros et en detail


Propridtaire: T.


Buch


Pharmacien dipl6md allemand
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives : Madame P. Laraque
a Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Ptit-Goave : HermuanReimbold & Co

ESTOB FELLIU -
I'excellent tailleur avantageusemeni
counu de touted la R6pubiiqua vient
de rouvrlr son atelir Rue F< ron,
Ub tou ap" Mlarc'f ) NO 61.
Sa nombreuse clientele tr.u',o d l
come toujours toute satisfy ctolu
our lea travaux qui lui seront cow- d


M C. L. Verrel s
Tailleur-Marchand
Done avis & sa biejnveillauto clien- Ciga
tWle que sa maisom No:7, Rue Traver-
siPre est toujours bies poureuer d'une
vari6te d'6toffes de la haute uou- NINAS le paquet de 20
vea t6 parisienne. do le paquet de 10
QUALITi SUP*7Y1TU-. COUP ]LiGAXTR CIUASSFUR le paquet de
TvAVAIL SCIGNA. ExACUTIONM PROMTN- HtONGROISES2en levant
20 cigarette
Pr*ae % rvddM paquet de
Francisco DESUSE do en Marylan
do en caporal
Bondon d
Fabricant de ohanusures ELEGANTES en Levant (
do en caporal
La Mauutacture a toulours n d6p0 Bondon
us grad stock, pour la venate o do en Maryland
gras et en detail, do chaussures on de 20
taus genres pour do en caporal
Htobt~Ns, FoMMas, EPAs F A Bondon
- Los commander des commergants FaANQAISES en caporal
de rint6rieur pourront Wtre 'excutdot paquetl
cans une semaine & peu pr&s. dode 20n Marylan
23., Rue des Fronts-Forts, 23 do en caporal
*om r-& w NA M 1 wyw ) Bondo


Changement d'adresse

Dr Lissade


RoULtES en Maryland
portefeui
do on caporal
do en caporal
de 20
do- la botte


PLACE GEFFRARD a c(t6 de ia PIIARMACIE W. BUCH
Sandwich 30 cts. toute la journde, servis imm6diatement.
Cr mene a la Glace A partir de 3 heures aprs -midi.
B%.re Ala pression et boateilles bien frapp6e
Avendre a l'american Bar:
MACHINES A ECRIRE Oliver Standard visible or P- 75, dj&a vendi
2 douz. en huit mois
U. S. ARMY KIJAKY, Ingersol moutres en boite pour bureau ou tabl
de nuit, boutons pour chemise.- et m-uiches, faucols, G. 10, la douz.
bretelles ( President suspenders ) G 5. la paire, padjamas, Colgate's
shaving stick, note-books, Waterman's plumes A rdseavoire, collection so-
perbe de or P. 2 50 & or P. 8. -- Crayons & reservoir, derniere nouvead
G. 5. Encre sp6ciale pour ces plumes et crayons. Cigirei et cigarette.


Vin de


G. o,5o.


AGENCE SPECIAL


Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Hllaiti


strait du


TARIF


arettes


e 20
supdrieur Le Bondon de
es
su8prieur paper rose, le
e20
d le paquet de 20
ordinaire paper bleu le
ie 20
)rdinaire le Bondon de 20
sup6rieur paper rose, le
de 20
d paper jaune le Bondon
ordinaire paper bleu le
le 20
I sup-riour paper rose le
de 20
d paper jaune le Bondon
ordinaire paper bleu le
n de 20
et caporal supdrieur le
lie de 20
doux la botte de 10
ordinaire le portefenille
de 10


G~n.O-ral, -


)URDES

1.20
0.60
0.90
1.20
0.85
0.85
0.75
0.75
0.70
0.70
0.60
0.60
0.60
0.45
0.75
0.40
0.60
0.30


F~vrier


1910.


Tabacs Scaferlati


GOURDES


LEVANT SUPERIEUR (dit tabac d Egypte) la Boite de
50 grammes l.
LEVANT ORDINAIRE paper violet lisse, le paquet
de 50 grammes ,
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes O07/
CAPORAL SUPERIEUR paper bleu le paquet de
50 grammes 0.O
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes 0.O
CAPORAL ODINAIRK paper pate brune 'le paquet
de 40 grammes 0.
W'ABAC A PRISER, Virginie haut gouit, paper jan-
: ne, le paquet de 100 grammes
POUDRE SUPERIEURE, paper bleu -le paquet de
100 grammes .
POUDRE ORDINAIRE, paper brun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MACHER roles Menus fil6s le paquet de
100 grammes


L..'A..genXt special
427,RuEuu CNTR, 42. J LAVLLE


Moselle, par verre :


E PRETYL DETRY


--


GO


127, RUE DU CENTRE, 127.


J, 1LAVILL~Eo