<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00853
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 18, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00853

Full Text

'rzo'sim Annl6e NM 871


Port-au-Prince, HaTti


Vendredi, 18 F6vrier 1910


AOINEMENTS
Uw Mols.. G. 2.00
Teons MoMs... 5 00
UN Mois ., G. 2.20
Taoms Moss 6.00

,rmsr. soas Moi. 8.00


gewrsunt-Magloiro
DnamCTUR-FONDATEUR


0


4


J


LEINUNIltu 15 CENTIM KS

L-6 I ir ~t- r ,s u non fle
i ron hins
REDA&ITk )N-ADMNINISTRAT ION



Arthur PIle -)---
ADMINis-rRITEUR


OUOTIDIEN


Histoire d'Haiti
A L'atUSAGE DES ADULTES


1843, Boyer n'eut pour s'appuyer ni laI Si bien qu'il est dovena en Haiti do
sympathies ni mmm, l'indiffTrence do la v6ritd populairm quo lea gouvernemelnt
soci6t6 de son temis : celle-ci se leva no tombent qie lorqae la conspiration
et accueillit les r6volationnaires. onu lindifflrence des eoprits est dove-
nnA rAnAdraleA r nrmrottrea ,i.e le pro-


&- & -'---w&- a ........ -Sans doute, il ne plaira pas a iaau-
LIVRE IV coup d'entendre dire que le pays ne se
fatigue de Boyer qu'apr*; viugt-cin'l
ans, one ldgende voulant quand in,'-ne
Le Pacte Fondamental que le pays fUt fatigau de lai d- son
XXIV avdnement et ne dCot le sub'r que gra'e
a un asservissement syst6matique-Mais
nous croyons que la 16gende eat le con-
Depuis l'insurrection do 1806 qui so rendent dans Ie Sud. Potion a la sa- traire de lar6alit6 et qu'il n'est paA pos-
ahattit I'empire do Dessalines, le peu- gesse et la prudence do ne pas essayer sible d'ecrire l'histoire avec des lgen-
plehaitien en a fait pas mal d'autres ; de contraindre par les armes le senti- des et des sys',me.
elle toot toutes calqu6es sur ce pre- meant du Sud, si universellement mani- On sait quo, de 1lS3 jusqu'd l'lec-
mier module, par l'excellente raison fest. II1 bat I'outrage et se content de tiou d1 S>ulouque, la sociMt6 hitieiitere,
qse ces movements do notre soci6t6, gouvArner ce qui restait du territoire travailleo par dei tildorie; politiques
si provoqu6s qu'ils puissent 6tre par- de l'Ouest. que nous examinerons en leur temps,
'flo par des personnalit6s ayant do oin, de ,eux ans aprAs, l gaui resta a peu prAs accessible touts n1-
noflenceo sur 1I fouls, sont potn d I 1 tentatives insurrectsoanelles. 11 sulti-
t d'ordro impulsif. Cheque moci~ta a I mo-irait de dugout et lea populations tentatives insurrectio,ineIl.w iI sutti-
at d'ordre impulsif. Chaque socidtd a mo sou ire t seonta onA at qu'un lieutennt hardlyv qu'l-
m fagonsaproprem do e manifester. du Sad se souniront spontan~mnnt AI-ait qu'un liutet intn hard L-' ,to1l
Pdtion: l'insurrection do cologne! Pierre 'u" part I'6tendard .1, la irvolte pouI
Coux quoi ont cr66 chez nous la Ion- Henry A JUrdmie d6fit la scission aussi 1obliger, soit Riv:;.-- a pmbarq uer
ius s6rio des insurrections, don't nous vite qu'elle avait dtd faite. O1 aurait s us prendre congo, solt 1.errot a ha-
aeons fait ailluears 'historique, ont tort d'attribner ce rasultat A la prise biter son palaissans mrme un aie-ie-
constamment exploit cot instinct so- d'armes de Pierre Henry. camp pour fair ses commissions.
cial qui noua pousse pdriodiquement Qu d tentative no fret pa fai- Sos Souloque, les premiers trou-
Aex changements par voie de rdolu- tos pour renverser Ption I Yayou, Ma- b'es insurrecticnnels du N)rd, pusi
o iolen. loire-Ambroise, Goman, Dlva. Eles cejx du Sui, puis I,-s menses conspi-
Arsqu'ils n'ont pas vu juste et quo choubreat toutes centre l'indiffrence ratrices do Port au-Prince, non-seule-
Ios moment choisit pour leour aventureu.I- on l'antipathie de la socid6 haitienne, ment reslIrent sans ellet. mais etwore
s eatreprise ne o'est pas trouv6 coin- et P6tion, syant sla chance do no pas consolidbrent son gouvernement erllin-
cider avoc l'instant precis ou la socist6 avoir vu cette socidt6 o lever centre troluisant dan4 nos Pouvoirs publics
haltienn dprouve son besoin ou sa ma- li,r usorti tdu pouvoir que pour en- d stabilit6qui leur inanqualt depuis
Dis do changment, le insurg6as ont trer dans la mort. le depart do Boyer.
tonjours pitoutemet dchoud. Et cells Lorque I'Elnpire de Sjulouque ne
do oee insurrections qui ont 6t ac- Le gouvernement do Boyer resista, sentit pls devoir s'apuyer sur le seu-
compagndes de triompbe, sont pr6ci- durant vingt-cinq ans, au choc d'une timnt public. Getirard le jeta a b
dment cellos qui, come on dit, su- demi-douzaine e conspirations mili- s grand effort : i a suffi pour celd
rt venir a leor hours, c'est-a-dire tires. Des esprits, qui no peuvent'sans grand efort: il a sui plor cuue
juste l'instant cu le malaise social, s'expliquer ce fait unique et inot dans dormait encore lor que la revolution
falfQ6 de n'tre pas supprimd par un los anoales haitiennes, le mettent sur tait maitresse de la capital. A qui le
goevernoment doot note formation le compete de son despotisme asser- mrite do tout cela ? aux talents de
Ues dispose a attendre tout, s'est tron- vssant. La thete r6seant6e et la su- G, ffrard ou A l'acquiescement de toute
v6 ea mesaure de so retourner centre vante : la socidtd tait tellement abru- la socie6td
Ihe Pouvoirs publics pour ho former tie et maintenue dane les t6nibbres qa I
Sle m r par do nouveau prd e n'utr plea condde asez fran- Et Geffrard lui-mrne, qae d'insur-
Idt eeslleura. p. chess uour fair uno revolution qui reactions n'eut-il pas A rprinmer le-
-ai: ...__ .. ,__ ,ita no ala n l n a tables d Port-anu-


Lee examples foiasonnent dans notre
hitoire.
La Rdpub'ique de 1807 fit inutile-
moat, durant treize anndes, la guerre
Gontre l government do Christophe
dain le Nord. Neaf expeditions restr-
rat mane r6sultat et une phalange de
braves, dd arquant, sons le ordres de
Lamarre, au canur mime du royaume
eaoemi, tUnrent inutilement pied du-
teat trois ans. Lee forces rdpublicaines
a1uat Mauai, sans r6sultat, la chance
d'ccaper Gonailves; elles no parent y
rtrw que le temps d'une victoire pas-
11 a suff, en 1820, d'un coup d'arme
th6 A Saint-Marc le ler octobre pour
aoIsatir, on Dne somaine, la royaunt
Inidable qui ddfia si loagtemps I'en-
M .l Lea qaelquoe officers de la 8e,
e-ate as de cotte insurrection, fu-
retrie doec pla avisa. et plus dignes
sk vi.teire qua toes leI g6naraux rd-
l qul maieart en vain o6eay6
aUC coatre Christophe ? Non,
et quo la lssimtade social 6tait onfin
NO et qaad elsa arrive, elle no
nu mala da sorvitears.
t 810, le Sad eat on eaervescence
*1 l moan do Rigpad. Visgt-quatre
*-tal amleM t pour so constituer
* la dMpd.at. Lea geaeraux len
&Aih Ptioa ls'abeamdaem t at


renversat Boyer plus tot, at u est aluisi *5UL Ao .. -y p-
que colui-ci put rester si longtemps A Puince conspirbrent inutilement centre
la tote du pays. lui. Le Cap lui tint tWte cinq rmois,
Pour que cette thaej put triompher sans que la R6publique prdta' aux in-
contre la vdritd, il faudrait, au priala- surges le moindre coup d'6paule.
ble, que I'on nous d6montrat an peu-. Dux ans aprbs, une poignae d'insur-
ple haitien ayant compl6toment change gds ayant ddbarqud aux Gonaives, Gef-
de 1818 A 1843 par rapport A ce qu'il frard tourna le dos sans meme esiayor
6tait auparavant, et qui alors, A partir de la resistance : it avait senti que c'd.
de la revolution de Praslin, fut rede- tait inutile.
venue ce qu'il dtait avant Boyer. On peanut aler comme cela jisqu'A
Car, s'il faut bien admettre que tons nos jours. Qai ne se rappelle la longrue
nos gouvernements dtant plus ou insurrection de Miragcine B3yer 11a-
moins despotes, ont port par ce des- zalais no so laissa t-il pas persuader
potisme meme le people A secouer son que, aussi'6t qu'iI aurait touch terre,
joug et & changer de mattress tous les tout le pays se seratt 'ev6 pour I'accla-
deux, trois, six ans, au maximum dou- mor? Or, le pays ne so leva que pour
ze ans (Soulouque), il rest A expli- acclamer Salomon et, A partir de cette
quer comment, une fois en passant, il acclamation, ce fat un triomph- aussi
a pu accepter qu'un despotoe leet asser- g6ndral que persistant...
vi pendant vingt-cinq ans, la dur6e .
d'ane gendration. E soilt 1888, le pr4sidtnt Silomon,
u nrion, r pA i malgr6 la disparitioa de sea adversaires
NouA croyons t tro plus prbe de la le plus puissanta, e t trouvh diffilile-
vdrit6 en 6toodant an government dmeet cent hommes pour le soutenir au
Bo or ce que nons disons de tous ceux pouoir. Oa sait com-nent it partit.
quIle pr6c6d4rent et de ceux qui 'ont ou
uaivi: i asavoir quo les quelques cons- Jusque hier encore, le mdme specta-
pirations mllitaires qui clatbrent soas cle nous a dt6 oftert dans le gouverne-
ce government dchou6rent parce qu'- ment do g6naral Nord qui, le lende-
ellei n'earent pas la b)noe fortune d'- main d'un triomphe ou it eut raison de
later just an moment oI la socidtd I'Arlibonite, cherchia ans succei un
haltienne avait assez du government gd6nral qui vouldt s'opposer A ce que
de Boyer, et qao coeU do Pralin eut arm6e da Sad so dirig-att trop vite aur
raison de ce Pouvoir pare quo, on Port-sa-Prince.


mier sabre tir6 du fourreau soit sala6
de la sympathie populaire.
Et on pent dire qu'il n'y a pas une
seale de nos revolutions triomphIntes
qui l'ait 6t6 l'eoncontre du sentiment
public. C'st pourquoi, dans I'bistori-
quo de nos insurrections, nous avons
prdse.b6 los changrments r6volution-
naires comme Ie rdsultat d'une mnau-
vaise formation social et la manifesta-
tion d'un malaise social .rerst-lant,
contrairement A la conception de oeux
qui, versant:dans l'id6ologie, I i'tngent
on incriminent lts r6volutionnaire. ou
les governments, solon leurs id6es
politiques personnelles.
Sous le bAdnfice de cet ex;o-.-. nous
allons voir vour 1806 fr.: mpha do Dessalines, pourquoi
elle ne rest pas A I'6tat de -imple ten-
tative avort6e, et si notre premier Em-
pire a di sa chite, comme q jilque-
uns le prdtendent, 4 an group', d.k fac-
tieux camps au Pont-Houge, plutot
qu'au sentiment de touted la society ,ol
cette 6poque.
AUGUSTE MAGLOIRE.





RENSEIGNNSMENTS
MJ rEIOROLOGIQUES
O bsev- atoi re


SItMINAIRE COLLEGE S:
JEUDI 17 FEVRIER 19
Baromktre A midi
TemrPTrature m inim n n


-MARTIAL

765 "'"'o
21,4


S. maximum 32,6
Moyenne diurne de la temperature 25,2
Ciel sans nuage. Horizon embrumd.
Beaucoup de poussiwre Vent d Est tou-
jours ddsagr6able- Barometre A peu pres
constant.
J. SCHtRER.
Tribunal do Commerce
DR PORT-AU-PRINCE
Audiencedu 17 fvrier 110o
Le Tribunal sons la prisidcnce du age
Henri Baisson, assist de ses colleagues Dos-
sous et Roy. a pris siege A S heures do
soir et a entendu les affaires sumvntes :
Justin Thomas centre Z6ila Chariot,
(dfanut) Ndla Liroche centre Emilias Clau-
de ( d6faut ) ; Martin Brothers centre A.
Bien-Aim6 (defaut). L'affaire B:rtrand Cas-
s.gpol et la P. C. S. a 6tr fixic A jeudi pro-
chain.
Changement de composition
Pr6sidence du joge St-Leger Perrier.
Celai qui reject c exception du sieur
Eugene Poulle et le condamne i r6pondre
anu fond et sux d dpens.
Les jogements suivants ont 6td pronon-

Celui qui recoit Mme Rosanna lean-
Philippe, opposante au jagement de d6faut
read contre lle, et la co"nd4ne a payer


I


1 III1111I ~.






la somme rdclamde par des tern:e; menscels 8. E. le PrEsident Simon
deS gourdes. Hier le Prsaident Simon, accompaog
La composition a fait placu celle. d. des ministresJrdmis et Claude, du corm-
doyea Bastion yant poor assesseurs Em. mandant de P'arrondisemeot a fait use vi-
Mouse et A Roy et les jagc mets ci-desaous se au Bassin gdnral. Son Excellence eat
oat tdd rendus : passee parPetio vi'lc et estreverue par Sois-
Celoi qui condamne Mme Vve Francois sons.
St-ak A payer A Madame Vve Louis Eugene L'entreten des routes de Ia com-
Lafontsnt la valeur due par des terms, mane de Petionville. entreprs avec bone
mensuels de 30 gourdes. vclon e dances 1emps deroters par le sym-
Celui (par defau ) qui condmine les h- path qae Gal Eliacio, commandant de la
ri'iers de fr u Richard Al'en : Mme Martin commune a dt6 remarqude. La route de
Ddvot et S ephen A len A payer a W. Hep- PeiNonville b Furcy par example est des
pie & Co la valour due ; merle:res, ainsi que celie A Mariamau.
Celui (par dtfaut) qoi condamne la Vve D6068
E'tin F.orent A payer a Mr Rofane Lof i E.t more cette nuit, Mme Vve Fals ai-
la valeur reclame. Ime EJ uard, Dne Ernestine Labissitte.
Aflaires fises : llcrm'nn contre Kouri; Ses ftrnrailles auront lice. aujourd hai,
Lyon fl<1. & Co contre Kouti; Julei Scha- A ? heu es de relev6e; on00 se rendra i
ina con're les epoux Frtddrique ; Lyon I'lgisec Ca h6drale. Maison moriutire,
Hall & Co. conte Mme Baptiste Gaston cit Ru du mag sin de I Etat, en tace de Ia
B. Jean-I1 eph Talamas contre Hina e, Glac:N&e.
Brahirm llasbourn, ( celle-ci A quirzaine) ---
Aftaires enteades E ienne filk contre 1" T.


M'ne Alexandre Dlefav ; (dUfaut).
-Scie i pnetalc M:rcintile contre D'-
tr(f Von 11 ydebrand L'avocat de ia mandetcse a demandL a ce qu le ddt:r-
deur soit condAmne A signitier ses dlf:-nses
et aux diepens du renvoi.Celui-ct a souteuna
le ontraire. Le tribunal a ordonnE le dE-
r,' des p eces pour tendre le j: ement sur
incident a une .- re audience, et vu l'heu-
avance, a level le s;:ge.
Tribunal de Cassation
S1 I Iio CIvil E
AudJi nc Ju frui 17 levtier 1909
1-c. ttiunal prend tiige A dix 1i ures et
Jemie du rmatin sous la presidecce de Mr
le vice p .-ident 1.. Boahomme et en'end
les atialres suivantes :
Celle JI lPetit Iomme I: isee Po'i-
,.ien B-nolr. ayant pnrr avocat Me Cons-
tantiin Inci, contre () ius Jn-Rodr'guc,
dit Blanc ;
[.e jiuge Viard. lit son rapport. le minis-
tcre conclut a 1a d6cheance et A la cassattion
du it gencmetr t ur le d tieti&re moyen.
Celle des consoris Larrieux, deman--
deurs par Me I M B-ddv ct Aug A. He-
Vaux con'ie le sieur 1I) iombace,dtfendear
par Me %Iouctrd Rimpei Le J, ge D;nis.
f i' son rapport; le minis u-e public, Luc
Domin;aoe, conc'i au riec dI pourvei ;
Celle de Maria Ri--b', defend r: se
par Mes Sta:o ei S -iRmy, contre Vo gt,
defender par Me M chei O cite. Ic uite
Denis lit son rapport,le minist&ie dem le rejet do pin ',oi. Le siege est lev6.
Candidates au S6nat
Le college electoral de Jacmel a Eiu can-
didats an Senat : MM. Charmant, Michel
Oresie, Lt v-te Latonrtue.
II y a lutie pour les deux autres mem-
bre- A eire entire MM. Morel et Clodomir
Surin.
Une bonne nouvelle
Les tonctionnaires publics et les ache-
t(urs de feuilles apprendront avec bonheor
que le pavement des appointments du me is
de fevrier se fera incessamment et que le
mois de Mars sera payE vCrs ec 2j Mars.
Enite Its mois de fevrier e: mars le M -
niit-e a pri la decision de payer Dicem-
bre ou Janmier : Q.u'on n'ait aucune in-
quietude, car Mr Pouget ne vtu. pas en-
tendre parler d'arri&r6 et tout son souci
ect de payer rigulierement les :e vitturs de
I Etat.
UN IONCTIONNAIRE PUBLIC.
Erratum
Nous avons Ecrit hier que S. E. le Pie
sident de la Rdpublique venaiit de comblei
la vacance minis'eielle. On a imprim li
vacance prisidmentiele, ce qui est une absur
dit& que le lecteur a dEdA certainement dfi
re!ever.
Navire de Guorre
Ce martin est entrE le a Nord Alexis ,
venant du Cap avec le Ministre de l
Guerre et de la Marine.
Altal
PORT-nD-PAIs.- C. A'eloder, M. Gau
tier et 2 enfants, J. Lilavols, A. Rioes A.
Laforest. R Gautier. Mma Ed. Blocoert.
CAp.-HArrsm.-Auguste Macajox, Adel
Geilette, Dsvis Domses.


une pa U lIUf C

Ce que plusieurs fgnorent

Un jLur le general Jules Coicou, cjm-
mandant de l'arrondissement de Poru-iu-
Prince, descendait A son bureau par le
Champ-d -M'rs- Arrive au port il ren-
contra X, son parent du c6 paternel.
Tonton, lui dit-il, vous savez qce
si j'occupe a,.iourd'hui un rang dins la so-
citle c'est grAce a mon oncle maternel,
tea Aurilien Jeanty Eh bien si actuel-
rnent il et: it vivant et qu'il fit imp'ique
dans une conspiration centre le gouverne-
ment, je vous jure que je mettrais de c6
t, route consideration de famille pour
n c:ivisager que mon devoir de soldat en
proc6dart A son arrestation.- Aussi con-
scille- parents mains yo rester tranquiles. "
Nous ne savons pas si citte commission
fi6" ezecutde, mais sarement Massillon ne
I'igaorait pas avant de mourir
Pcu de ours avant le tragique 6vdnement
du i Mars 1908 le p-uvre Massillon et
ses amis :e d6menaient activement pour
assurer le succ&i du coup qu'ils allaient
,en'c. Ne gardant aucune discretion sur
les mnoyeos don't i' disposaient, ils par-
latent beaucoup, beaucoup trop. Us di-
saient a qui vou'ait le, entendie : "' Naus
sommes pie s. Nous allons flair avec te
cyniqne vieillard!"'
Par eu, on savait quun syrie-', P.ace
Vallicre, baillait les foads pour isa rvo'u-
ionn, que chez lui itaic soigneu-ement
garden on dip6; d'armes et de munitions,
O)a savait egalement qo'un ancien minis-
tr- de la police, des officers de la garde
du Palais, des chefs de corps et des com-
mandants militaires avaient accept d'Tre
do mouvement.- Et quand un soir 20
jeunes gens avaient pa g goer la color du
Palais s us I accoutrement des giboziens
plusieurs connaissaient le nom de ce
partisan-- rEfug;d dans une lVg tion
rtrangere qui avait fourni les fonds pour
acheter kipis et tuniques militaires.- On
s'atLendai done a des evinements.- Aus-
si, quand au main du Is Mars, la ville
se trouva en face de la lugubre rdalitd,
I'on Etait contSi, mais nu element sur-
pras -Cj r on savait deji, par de nomn-
breux pidc6denis, surtout le plus recent,
I'execution A St Marc, des rifugids poli-
Stiqncs du consulats amiricaia- de quoi
erait capable le gEneral No d victorieux.
Nous avons dit que le pauvre Massillon
n'ignorait pas I'entretien do general Jules
Coicou avec son parent.- A la veriit si
" X ne rapporte pas A ses couins 1'entre-
r ve qu'it avaist cue avec le g&n-ral Jules
a Coicou. re manqui-t-il pas nmanmoins
de la confier A un allied de la fimille qii,
I par son Age, son rang, sa probit et 'i1
troite intimitd qui le liait an pa3te, Etait
p as q e be ucoup en measure de ramener
Massil on A la conception de 'sablme dans
, lequel il allait se jeter tate bxissee- Cet
a ami lui fit voir comment one prise d'ar-
mes A Port-au-Prince etait peu susceptible
de triompher. II lui esposa qu'il y avalt
trop d'autoritds i attaquer, trop de poses
* eonlever et qu'il tait A ce moment im-
possible de soudoyer les autorit6s militai-
res.- A ces mots, le pauvre Massillon
I oit et rapondit :
I Rie craiodre do c td.


Vons vous trompez, moo cher Mas-
Soion.N'ay.z ancune confi-nc en votM
cousil.
-Pea imported, ripliqua le poete, nous
agirons sans lai : Tout le pays est avec
noas.
Erreaur I Errenr I
Quand il y a mile i3sciits c'e;t & pei-
ne si I'on peut computer sr o10 an mo-
menat de l'sction. Soogez d'ailleurs que
vous 6tes pere de famitle, que vous avez
charge d'Aume et que vous ne dtvez Pas
exposer votre vie t our plaire i Dn hom-
me qai se d6wmoe actuelement poor sao-
ver la s'enne. Et puis, pensez au crime
qa il vous f udra comm-t*re pour con-
sommer vo re euve Ne serai,- I pas
hooncux d'aliener vote passe, votre con-
science-. vote Ane pour le triomphe d'un
vii ambiuieux ?
Soycz trarqu le termina Ms i yon,
ce n'est pas un crime d'abattre ua iyran.
C'est on devoir.
M is, ce temperament genereux, qui
voulait d6 ourner 'e rr'e'e de son entie-
prise prillcuse continue :
Voyons un rej ce que c'e.t qu- c: Mon-
sieur Firmin pourqui voui voual/ zveu-
glkment exposer vo're vie et sou l er vote
pa's d'un crime encore inconnu chez
ncu; Vo's vous raore'ez comment cet
home voulut en 1888 fire e!ire Flor-
vil aux Gonaives pir une A'semb 6e cons
tituante comrpos^e de la moiti6 plus un des
membres Olus. San plan ayan* 6t6 dejoul,
par la capture de Hiyrian Repub'ic
qui augmenta le parti de Lgiti-ne de trois
cinstituants, Mr Firmin protest coitre
l'election de LUgitime avec cette inajori S
accidentel'e de la m itib plu ui au mo-
ment ou il f is3it nommer Forvil Presi-
dent d'uai gonvernement provisobe par
des comi:6; forms a cette fin, et cela
avec tant d'empressement qu''il n'eut pas
le temps de taire repr6&eater to-i les ar-
rondissements important du Nord er de
I'Artibaniie. Et des le triomphe de It R1
evolution Antenor Firmin qui couvait
dUjt le project d'esca'ader le pouvoir su-
pr-nme qu'il coivoitait depois lors, ne man-
qua pas d'eriger en communes diverspoints
du Nord et de l'Artibonite.
Plus tard devenu ministre, il prouva en
1890 leinaanque d'homog6aoi qui ezistait
dans le cabinet en mettant malicieusement
A la charge de son collgue, Mr Saint-
Mar'in Dcpuy 1'emploi de lempruint
d'ua million qui venait d'6tre onitg4 en-
tre les Rcvolutionnaires du Nord selon
importance de chacun. Je passe ontre sur
son passage aux Relations Exterieures of6
ii n'y a a signaler que le chantage da bluff
de I animal Grhaldi et celui qui provo-
qu t de la part di gouvernement dowini-
caia le desaveu de Mr Chdry Conc, con-
sul. a Port-au-Prince. Je passe gilement
outre sur les billets de 5 gourdes de L6-
gitime, accepts plus tard avec int&kers
pour 4 dollars o', le riglement de cr-
tains bons don't le reg-ett6 Almicar Allen
avait dimontri le c6:e onireux dins l'Tm-
partial.
Et j'arrive accuser Mr Frmii d'avoir
gaspill.deux des plus fac u uses annaes que
nous ayons enes depuis 30 an%. Personne
n' gnore que la r&colte de r888,89 n'ayant
pa e.re livrte par le fait de I'Atat tivolu-
tionnaire du Pays, le budget 1889190 trcu-
va une double livraison. La recolte de cift
de 1891 donnant egalement un rendement
supirieur, le prix de cette five se mainte-
nant au dessus de zoo francs, I'ooverture
de nouvelles maisons de commerce, le
doublement du stock des marchandises
importies furent les facteurs qui firent ,le-
ver les recct es do pays a des plus values
considdrables. Quel bien le Pays a-t-il tired
de ctc excdlent de recettes extraordinaire?
L'antendant Firmin ne manifest uucan
esprit d'economie et crca des charges inu-
tiles, en dotant le Pays d'un budget dou-
ble de celui de derni6res annees de Salo-
mon. E" lorsqae surgirent deviant lui les
difficulties prdpardest par son incomp6ten-
ce et sa mauvaise foi, it s'effaci en laissant
one situation financiere des plus emburras-
sees et cetie tendance de plus en p'u; mar-
quee A goofler outre measure le budget des
depenses du Pays aa grand prejudice des
vrais industries qu'on charge de nonveaux
imp6 s on d'emissions de monnaies de
mauvais aloi.
Lorsque plus tard il revint au ministare
sousSam,il ne se signals paraucune measure
importaute si ce n'est l'mission des bonds
de trdeor dout I'idds appaneanait A MN-


_


sieur Nitrcie qui pretend que Mir Fit
I'avait troave dans un memoir adre. ,
President Hyppolite. Le Grand pip
pourrait ,sans done se pr6valoir e4
plan d'&conomie present an geo&ral Sarm
mais ce a'etait pas son oeuvre personnel
et ouis de quelle pietre faeon il P'exutcoa.
Quioze jours apies qu'il cut renvove'y~
employs sarnameraires du minuist re, i
reoat d'autres, rerortant ainsi les dpe
an mwme nivean ou il les avait ttouves-.
L'iocapacrit politique et administrative
Monsieur Firmin est done manifest. 1 'II
en a pas one mcil'eure preuve e la
causes qui avaient determine la memoa.
b'e journEe do 4 join 1897.
'oyons le mantenaant Ministre P',rs
laurtle de parser de lui A cette cp.,a.
vous avez ets s3o secretaite. 'l eis
i ose dire que son passage i Paris u p.
atte sig-zale que par les taits ^ P
rie manifestation frawo haitient a rPo
d'un banquet combine dans un I er.
cantile pir an stranger et par em. :
Firmin pour fai-e do bruit auwotr -e son
nom et une inte.wiew ou Mr Fir ,.
d s au ears de la Constitution .
niterrrcg sur interpretation de lanidgs
93 de cette cons'itu ion preteadit que hl
general Sam. selon le decret du 31 nt
1894 devait rester ai pauvoir jusqa'asu 1
nai r903.- C'etrit one indelicatesse,cw
M- Firmn., alors fonc iounaire de goev .1
nement aurait pa refuser de repondis i
I'interwewx%, mais il lui fallait faire pae.
de de son grand savoir en droit costits.
ionne'. 'E quand i: fut bien arr6td q1
le g4ndr1l Sim dt resigoer ses poavoia,
M Firmin n'exploita t-il pis la mort -de
sa fille pour abindoaner son poste, retauu
en H-iti et fire des fanErailles de ceas
enfant uie plate-forme ? Que pger
d'un home qui sacrifice de; affections do
famil'e A l'ambition du Pouvoir ? Je vow
fais g A:- des 6 nemenos de 1902 st i
19o8 car je vous ,ai dit assez pour q
vous reconnaissiez la cuaid' t et l'amI
tion de ce candilat obvin6.
Pensez y. Misi lou. Vous vou etxpM.'
A de; dArgers certain pour un homn-
qui n'en vaut pas la peine et auqucl 'wI
:e assu ement de beaucoup p'us se *
rieur.- Je ne veur pas e re poor vouas'
prophet e de malheur. Mais, croyez-uiA:.
votre entreprise est f3lle et tEmeraire.--
Renarez en vous-ma-ve. Pensez A votre hoa
nru,. A vos reipjnsabi i 6s. Riservez vOu0
hdroisme pour une meilleure cause...
A ces mo's, le polte, hochant la tit,
excla,-, "-Pourtant, il faut abitm b
tyran .
Avec la disposition de son esprit, iti dl
vait bobatir A la fin tragique doot a
fremit encore. ,Trop penetr6 du projt
qui le preoccupait. subjaugu par I'**
cendie que la m6chante lettre de umw
situr Frmia venait d'allumer en lu;, teo-
ble par an patriotism don't 1'exaltatihl
no reconnaissait pas de limites, auCMu
raison ce pouvait le faire flechir. II sa
riait a la pensee de la mort qu'il press*
tait. II fallait marcher, marcher quand a2*
me dans la voice que le poete se reptd.W
tait si be le, si m&itioire donnant accasi
la gloire et Ai immortalitye. It conceWa
b:en pitfois la temerte de I'ceuvre, Bb
ouvrier de I'ideal, quelque pOrilleuse qu'
fit 1'entreprise, son coear I'y portait, -
bhroiques sediments lui interdisaicot i
recal. It avait la le livre de Junius -(I&
heureusement poor lui Mr Firmin le '
vait ) et il s'etait inspire de cette ffsl
te maxime portee en t6:e de i'ou
'Brutus ftait-il 'un Idche assassin ?
un crime d*vnfoncer un poigNard dam r
cirur d'un tyran.
Avec le came et la serenite J ul apotte,
il a march au trepas. fort de ce:e torci
ue donne la conviction et peu proccUp6
e son lendemain, si de son gese sb'lin
devait so- ir la Redemption de a pime
qu'il aianit. Le pauvre I II t savait Pis
qu'il servait I'ambition et l goiirne
que I'homme poor qlui il allait sacnifie
n'etait point digne d'an asusi beau rIs"
vement I Mais hdlas 1 il devait ea etre -
talement toue. Le candidate haieux et jalos
qui aspirait et qua aspire touiOaTs
- a tegaer slr sa patrie minuttlee, dc'
poate claird- comee on le surnoa1tse/
et par conasquent p'as dasogereus, de"r
supprimer tootes I- intelligences touts
homes de ceur suscepdbtes de le coanta
rier de dhmiuner Ia royauti absolute qO'i
comptait exercer sos e people si cruel,,
meat eploit. PAUl.




r -


fego


Tribune du Matin "'.,*** dwevmtqal raosemb i. face
Tr i'bone du J.a.. y,- M6 ovv 1.. A& .*
Daset ainmi dams e m ode oao It..

A "DEFENSE -"- -- :
.00 L* t ra raest, dit-ou, seas 11 tUt ead
4i0eet dera 're srte l
'le *aux Ph slis'ins Lavert rst -dm, U .e;
[ L ar t onel homemria a m616-
( SUITE ET IN ) | rot. ir
Ne .oy.-vo, pis qu'on se moque de o a Horae" e m lht-il ws asu
ie Ny.a.ou n content de me comp,- d de ,o, emg ?. _attre 14wr.
peue ttur-a" ce qun eqt betucoup d'hon- ,rcalm@ ? Depeas. cel- a pas chrn-
pet Socras, -et de prendre alors I a est pas notf reHaiti coompue qa
por ipord Mo6t. ex6cr( dA isto. hiue loeadrait fire exceptio.vt lhoaatte horn-
eo grd le i6 enc6 e Polnarque, pae mpr a'O p amais poaur -
es me comarezS e. Pomaqu Cm, S- ps (ii commae &k Athewms, come
IV ,BuC i-ePolmarque, Sa- comm& Pis A ne.
d honneur I Sue. D c train, je vois que A a, o e a Paris, comm arose
Gre .on ense, avec tcui ses hiros,tous q 4a" on Oe ote oigam ne s e re a
Grece scan--e, sh e.y Aanssera ou A use mort -goomieas, ont
sage;, tou ses sophintes,h !y la fudllade soammaire au cola d'une iue.)-
u me dtivr que des horeu ade l qo le dmoignage d'an conscience irr6.
eQuimedlivrera des .recs etmas prochab'e et la Msafifction du devoir ac-
ltrce d'Agamemnon qtli n fnit jamais compli.
E c Dc,- la charge ~ alisant pour soi son dtal, -le jstum
E ,', no. Mr D e,-s a har t nacem p opositi vi un do po e. il con-
)us ttes co-tre moI yvs templeratn a ruine mcme d2a monde sans
r---- e.t.W as4-mes a'mouvr. Que peuvent PIors lii fair les
.m'' -.ti do mprobits lade- clamears de la meute qui abole et des noc-
dee emonstrats e a _tumes qui hulalent, a!ors sp6me que ces
k. tastes oiseaua de nuisot de la famille
'o effect, tous ceuz qul. de tout te sp, des ds?...l
tath. 'jt ndi domes et pill I s"amalse
at. tours oJacmel, le 3 fvrier ,9 to,
gtn&ale et de I'estime pubique RoDOLPHE ALEXANDRE.
Ah! 1'estime publlqpe, lUe est versle -
SBlie suit le succ6s et quitt les vaincu. s.
De & $out venos den t aphorismes ga- n
att cyniques : Plwer la poule sass
th pju e r e your I Eta st iusas wler. ---
i-0 indique que le milheu social haitnen Le aIs Prinn Willam III venant de
pat paM idea ique a tons les aatres mi- New York et de S- Marc est attend
r,aa. oiujtmaiscoes aphprismes n'ot t ici dimanche 20 courant et ptrtira le
- -que la loi morale,- come la m6me jour pour les Ports du Sad,
qua subit le phenomkne de la rd- CuraQao, et I'Europe-
en traversant des mititea dift- Port-au-Prince, le 15 F6vrier 1910.
-6p-oave ci passant dans notre mi- AUG. AHRENDTS, Agent.
,-one dEviation analogue, une difor- A.. UG.AH. Ae,.......
n semblable, dont I home avise de-
fair e so profit. Et de h i, on0 na ja- L ECT E U R S,fa.erl AUez A Ia
S vn rerb6cater. conspuer, humioher Rue des Miracles ou F6rou. Nos 25 et 110,
notre donx Pays que les hoanntes et Rue Roux ou Bonne-Poi, No 51,vous trou-
. Chez noas,- quit eit tiste de le res le8 CIGAass DU CalTnAlZ doe Pria do
1e1 la probit6 est use moonsic qui n's J6r6me.
cors ; et un home pour ire la cible -
s les malvei ances. pour tre NULLITE EN MARIAGE
m de routes Ies haumilsaions. a 'sa be-
6lpour son malheuret ce'u de st ft- i Cor Suprme d Kingston, Ja-
d eire e re escla maique, sur ma demand, 'a pronon-
i pandd loi du devoir, sc6 en son audience du 18 janvier
|i si s'esp iqentm les perecations aux-, 1910. la nullit6 de mon marriage avec
ie suts en btte,. ce ddbardement EUGok;lI GHIo pour cause d'erreur
veillance sous lequel on voudrait dans la peraonne.
areir, s ataqces fariboodes qui Le public en eat dument avis6.
ahereasemeat par I'eacs mIme Dr FRANCIS
las violence qai volbet touts les
f a-Od oit...
... .. ..... "-r-r t el Bl:E l e a e ---


CABINET


d'Elecroth6raple
128, RUE DU CENTRE
PORT-AU-PIumaC
Traitement moderne, avantageux A
tons 1-s points do vue at 6pargne aux
malades les dangers et les suites ft-
cboeses dos Opdrations cbirurgicales
d6labrantes Ie p'uas oavent inutiles
dana la phipart des cas de
Maladies de la fomme (gynicologie)
Mala le dee Yeuzox
Maladies des voles g6nito- U: inaires
Maladies chroniques, g6n6rales on
locales.
NOTA.- Pour la Gynecologie, traite-
ment A DOMICILS au gr6 des malades.
Docteur 0. GA.VEAU
MIDECIN, CHIRURGINI et ACCOUCHEUR
dipl6mu de l'Universirk de Harvard.
CONSULTATIONS
do 7 a 10 heures do matin et
do 2 A 4 heures do I'apr6s-midi.
GRA-urIs : les Landis de 2 A 4 hres.
do I'apr6s-midi.
Hors de ces heures de Cabinet, le
Doctear Gavewa visit la clientele en
ville et faith los consultations & doai-
cile.

Fernand Loniewski
PROPRIMTAIR. VITICULTEUR
Grands vinsdes '6tesduBh6ne
garantis naturels
Vins en caisse -Vins de daqssert.-
Champagnes. Liqueurs. Kola. -
Haile d'olive garantiA Dure.- Conser-
ves alimentaires. Moutardes de Di-
jon.- Bonbons. P'arfume ie.
GROS & DETAILS
93 rue du Quai
&
43 rue dis Fronts-Forts

On demand
Daux tonneaux, de la capacity de
200 300 gallons.
S'adresser au Matin.


--~ -- -


ROYAL Kola Champagne
Cette ddlicie'ise boisson, doont les q ilitd6 ton' iols f, 3itidiante, la sa-
veur exquise, e l mnle tx agr6able olit cootribi4 A tfoiun- !'."orp;tabie
rafralchissemn3t dai limits tropical, m6rite bieii son tit'j IOYAI *,


Agence G6n6rale


et D~p~t:


Uy a Goonc Gouzca- OgoresAbblies avec
pMIgno Patti-peia.Il y a caux A qui tout
apnus10,e d'auura A qui tout antreu.
waot Volk, out AE qulquc hois eom-
sout pm. roskja 1m8 u Ot. n
lean torapar Ip lsemrvg c
Ssrawat. us6smot homoedsglouifds,

AhsWqUo oa ricbse*at tout : san ea.
saVoir, on;i P~ss~


LA mieou sitrd, le plus cos-
fortable.- Champ-do-Mare.-
Cisiae reaomm6e.- Vue sur la mr.

Fausto Sola
M6ontoten Cubatn
So charge do toutes sorts do tra-
Wvxv an a smt a mFrafession-


98, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT


PORT-AU-PRINCE.


Vous il tronvarez ;en outre chez:


Andr6 Faubert
Pharmacia Alex. Roberts
Madame E Dreyfas
A& IB'rn Im H Crvinatnn


rue Roux A 'Epicerie N4rette Grand'rue (en face
do la station central des pompiers.)
do A M'Epicerie C.Lundi rue des fronts forts
rue Fdrou an Maaasin E. Dreyfus do


______t I We I WM.wsmuW- am U a lpaw g %"A --in--- ------------I-
-a Nrt -i v.eur, la dignit6. le sang. SpeciAlt dans ls reparations de: --
ert aime des grands, il est churi des belles. ALAUMl EN PROVINCE
La adu'es out mieux aimed souffrir les MACaIR a vapear et a ga P. ChariN Pett-Goave. J. R. Montasse Gonalves
s delay pauvret6 pour rester digae; et MouLais & cafa et ocanae. Mme G4rard Bartels J6rdme.
t intac elear prob.ie.Cen'est nien,non GrantlMe at promptitUde.
fins* is n'ont pas d'argeat. Its ont donc __________m__
tmEa dats : is so t calomni6s, ba- Infore-vo@ 80, roe .owse fo m80.
Os, avaisvol cmm d'aures.je'iL'E A GLACE Laboratore Seourne
.do m&.e qu'enz, honork,glorifid, pro-' I EErJtoi~re k'.'
id bhonne e, lev6 )uqu'aux nues. e'I
,aue pAs bta ai ourd hut calomain b t- DR PREPARATION DE TOUTES AMPOULES MiDICAMENTEUSES STERI-
00 vitipend, abaiss jusqu'aux nfersl... Poxt-ea-nee USEES ET INJECTABLES.
kI ta"dis que je serais d'un c6t en .Al lzlpO! S d'da& de nm6r Isotoniques selon Quinton.
o x ddng-ementsde quelqacs en- Pr6vient tant ses anciens four ,.a do me o noun employons a 6t4 soigneusement capt6e au large,
S er 'es famEes de ltenceas qui n issours do Bois de chauffage, que au deo do'Ie la GonAve. Nous falsons remarquer au Corps medical
I ao mon ncz, -i cause des jam. les fourniseurs qui voudraient robedrvatlon judiciease que font leas laboratories rangers :
Si je possedetais, too ea la foule, entrer en relations d'affaires avec e L d .. i to dift are do fabrieoe r6cente pouravoir tout s se prf
gUm"t prowest el, le front dans la eloe, quo n'Atant plus li6e par au- ... t -j"- m dI--D" motwJ gi SgoSa pormetteot de c-erti --o
X, f des adcaeus dm e u d oe or c Contrat, .lFo reprend ... or avr.h6T quo.
senot lq en par, out das ie or-ChMts de DBis conmeU par le S1t1: r nevrost..rst[.e.
1" hate nus aque partout asllemon m-. bO_ es dbanges tritlifa, i a 6te employ avec sac.
|d d e Souveain incontesmd. Orissa_ N NW-. S i .. s t- -oee t
1**^^ eft le~~~~~~. Soasa. =_.mat. ... Potttfa- 6ieFvn tgt0 dea- ......i.l..at^ C~OM


La belle demol-1le

SARA SILVA











Aitrefois falble eta6nmlque

Aujourd'hui

robust et belle-
Est la fille du trisoricr municipal de
Bage (Rio Grande do Sul) oi die est bien
connuc pour sa bcauti ct sa vigueur. i
Personne ne croirait, a la voir, qu'autre-
fois clle f t faib!- cIt a!adivc ; ct pour-\
tant, itant ietinc fille, ellc sc.'tHrait
terriblement d'ianmic ct de ra,.: .ine.
Apres avoir cssayi dci'irnFmbr c-.s re-
midcs san- o :..:: r un i- .. .ration
quclconque on lti tdona, .r ordon-
nance d'un midc:in, I'E lL LSION
SCOTT ct ci. :. c vint
forte, robt-:'2 t, l Cc 'n": nc sc
produit t..;or:: n ,n on d.)." ctt
emulsion -.Ilit.T'- aux '-*:.a t. r t:h'ts-
qucs ct ancmique-.
Ex:gcz toujours ccit
marque de f-i ,i.:uc sins
laquci!e aucun: bouteille t
d'Emrnulsion n'cst bornne ni ,
authentique.
SCOTT & BOWNE. OrooUgistes,. New York
Frenh .


AU MAGASIN DE LA MITROPOLE

MAISON JULES LAVILLE


- -- r. r I ~ -






Ferrari Cernicchiaro &C
Horlogerie, Bijouterie, Joaillerie
468, GRAND RUE, 168
Ancienne Maison D. Ferrari
Parr Ie dernier steamer francais sont arrives des articles ae toote beout6
puur luim les godtt et pour touted les bourses : BIJOU. SAUTOimS. BA-
1c7rS BOUCLLS I) ()RRII.L-.. -- ClIAINES POUR MONTARS. etC.
ALLIANCES SUR COMMAND
INSTALLATION MODERNE
REPARATION de glac:es qui sont remixes absolument A neuf; ainai qua
des tableaux artiktiques.
Achat de vicil or et vieil argent
L:a maison garantit les marchan 'ises qu'elle livre ainsi que les reparations.
ARTICLS I. DEi' LUXE pour les principaux ivtnements de It vie mon
paine.


Pharmacie W.


Place


Buch


de la Paix


Ex:cu:ion prompts et soign6e des ordonnances.
Analyses scientifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, ruivre et autres
m6thode arnAricaine ( fire essay ').


Fabrication d'Eaux


m6taux d'apris ;a


gazeuses, sirops et vYritable Kola


Champagne a P. 6 la douzaine.


Droguerie en gros
Propri6taire: W.


et


en detail


Buch


Pharmacien dipl6m6 allemand
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives : Madame P. Laraqua
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-GoAve : HermannReimbold & Co


Pour tous renseignements et commander
S'adresser & Andr FAUBERT,
38, RUE ROUX PORT-AU-PRINCE.
AGENT GtNPI4RA'. POUR LA RtPUBLIQUB
.. . .. .


American


Bar


&
ICE-CREAM PARLOR
PLACE GEFFRARD A c6t6 de la PHARMACIE W. BUCH a
SandwichS & 30 cts. toute la journey, serves imm6diatement.
Cr6me A la Glace A partir de 3 heares aprbs-midi.
B' re Ala pression et bouteilles bien frapp6w
Avendre h l'american Bar:
MACHINES A ECRIRE Oliver Standard visible or P- 75, d6ji vl
2 douz. en huit mois.
U S. ARMY KHAKY, Ingersoll montres en bolted pour bureau ou ta*e
de nuit, boutons pour chemises et manchem. faucols, G. 10, la dos.,
bretelles (President huspendera ) G. 5, la paired, padjamas. Colgao
shaving stick, note-books, Waterman's plumes A r6aeavoire, collections
perbe de or P. 2 50 & or P. 8. Crayons a reservoir, dernibre nouov"
G. 5. Encre speciale pour ces plumes at crayons. Cigares et cigarofl


Entreprise

D'EAUX GAZEUSES

Fond6e en 1899
21, Rue F6rou, 21.
Ginger Kola
Kola-Champagne
Soda-Water
Siphons
Sirops
Liqueurs
Bitter

ACCOUREZ

ChezHerrmann Corving ton
108, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES


Vous y lrouverez
X:30 -Lx %ri I


du Bon Rhum Sup6rieur
Blazrc x<. Rougxae


A des prix ex*eptionnilelm1nt avantage=u

HOT EL


RESTAURANT CO


POLITAIN


J6r6mie
Chambres a coucher spacieuses. Bonne table A prix moddrd.
Salle do concert. Tennis. Joux divers.
DiR cr u : ALAIN LARAQUE.
So habla Epegnol. English Spokme.


Vin de


MoseUe, par verre : G. o,5o.


A de MATTEIS & C'e
32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Maison Fond6e en 1888
Bijouterie. Argenterie. Pai famerie. Articles de laxe poor UK
salle A manger, chambres, etc.-Miroirs et tableaux artistiques. ServMis
pour avocats, homes d'affaires, ministres. Bibelots 6lgan ts, d61ilc
rares. Articles de Bureau, etc
Achat de viol or. argent, diamant, 6caille.
Reparations de Bijouterie. Lee articles vendus ou rdpar6s soot fS
Us pour une p6riode d6termin6e.
MAISON DE HAUTE CONFIANCE et de Premier ordre.


Assistance imedico clirurgical
102, RUE FPROU, CI-DEVANT DES MIRACLES.
AVIS
Le public est inform quoe 'Etab'issement eat ouvert tons 10 jO
8 heures da martin A 6 shares da soir et qa'on y trouvara no des mWM
A importede qu lie hours de la journ6s. .,
Ayant renu one important commopdo de lympho vaccinale doe 1'.
Pasteur, lea M6doecins e I'Assistance s'empreseent de prdvenir la
qu'ils se tiendront a lear disposition les samedis do 3 A 5 heuroS, .T
pour vaccination et revaccination._ j
Dans la clause n6cessiteuse. on peat s'adroeser pour lea oS
difficiles aux m6decins doe '6tablissement qui interviendront imaM--i
et:& titre purement human aire. .r
Los femme enceinteso nosesaiteoes sooifrant d'anOtms ni
( ENFLURE ), MAUE D TITE, DeUMLURS DUB8TOMAC TSOOUAB VTSM3
recevroot de I'6tablieoment lea Corns oils ties sa lt soia ppiroprl
dviter des compliatioms tr6m rave, mortllesI lo plus _eoeat. .M
A part les consultations Moiesrmw, iso service do yOadcologie (
des o mmes) so fait le lundiset jodio, do 9 h ere -l mldl.


Imp. C. MAGLOI
Travaws tymographipg
en tow genwe


I -- --- r ~ --1