<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00848
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 12, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00848

Full Text

vviaosib Ann6e, NH 866


Port-au-Prince, Haiti


Samedi, 12 F6vrier 1910


AONNEMENTS
Us Mois.. G. 2.00
.s.''fl'e TROIS MoIs... 5 00
UN. Mos ., G. 2.20
m T uo Taos Mois 6.00

a r ...R. "OIS MOS. a8.00


-(moent-Magloire
DUI3CTUR-FONDATEUR


J


OUOTIDIEN


* "


LE NU.NI1RO 1 5 CENTIMES

Lm' fli.finuwv! (m .non ne *eron

REDAiI > -I'S'ATO
4K. 0 L :~kW 45.


Arthur Isidore


ADMINISTRATEUR


LA SEMAINIE QUI FINIT


PROPOSE DE PRtTOIlRE.


au milieu


do nombreuses lAches


sang.
Nous avons oublid de causer las so- a MiWgrd la double atteinte qae ce
Maine paee do incident Mnos- faith portrait au respect dO au tribunal
Oreste ql fiat n moment apprdbef- et A uU offizier ministdriel daos I exer-
der par beaucoup d'amis quo quelque cice de ses fonctions, doyen, jugs ont
eite fachease en rIealtAt. froidem'izt assisted au denouenmnt i -
La question 6tant haureussment v.- ce massacre, sans faire la p'us kegC ,-
d6e, ce serait du rdchaufli qae d'en r6quisi i)n centre le ou lea ddlinrquants
arler aojojrd'hoi. Toutefois, ce genre qui outrageaient, d'une faNon s; scan-
dincident'judictaira a eu des prded- daleuse, la salle des audiences di tri-
dents daos lea annales de la plaidoirie banal civil du Port-au-Prince.
haitienne. J'en mets un sons les yeux 4 Li C unmmissaire du gouvornement
do lecteur, bien plus caractdrisi qau ordonna A un militaire, le soul ,qui se
I'affaire de I'antre jour. 11 s'est pass trouvait ,lo-s prdseat, d'arroter sur le
In 18Wl sowu Boyer et j'en emprante chimp li citoyen Mallery. Po.ir ou
le rcit a an journal deo'epoue, at it non, i no e le (it point. Li co-nrnis-
poor roster dans la note du temps que saire du goivernemernt se born i cette
pour ne pas paraltre exag6rer moi- measure et 9'en excuse par V'absence
atme si j on faisais le r6cit, car i'inci- d'une force arm6e alors d-i ponible.
dent soe pass d'une facon vraiment in-
croyable.Jugez-en : Grand Diet faudra-t-il donl: ton-
-jours la pointe dun) baionnette ou le
.eneint dui tribun.....civil d cranchant d'un sabra pour exdcu'er les
. ...it trb ci.. ...d.un ordres de l'autorite ? Le commissaire
Port-au-Prince a 4t6 sle theAtre d'une ...do 'ato ?L missi
e alrous et dgo. u gouvernement n'avait-il pas sous
Alae afea'e e, ....iotais ,"l ." Imains leA buisliers du tribunal alors
A la suite daune plaidoite, un pen vi- r6sents ? N'avai'-il pas dlvant lui
rlente 1 fa. t Ie croir, de Me Belu tous les citoyeUs inhignds de cct ac ,e
Richest, idfensear public, centre le ci- o -s c io i s t
toyen Mullery plaidant sa propre cau- et due .. 'autorit Iorqu'il s'agr de
so, celui-ci, au moment ou le tribunal da li .. d, ai
... reprime," i mal Et r doyen 1 uaitre
venait de quitter le biege et de so reti -de a police d- tribunal, ui n'a as
rer dans Is chambre des d6liberations ..ou i eu i l ,, .. ya
qui attient A la salle d'audience, sortit oind'ex"us tout el."
bane qu'il occupait, pass A las cour- & L -toe c... a o tosla..
Sour le asutres letnsens, aborda, on istruit centre l- i -" Ric'et est.
ave l insulte et la provocation a a ..aon
bouche, Me Richet qui ne stint pas ani it.,
i et rlposta_ dur....Vous voycz si c'6tait grave I Aj our-
-S l 1- .. --


Le citoyen Muitery, se croyani en
hoire, quand bien certainement il 6tait
ideas 1'enceinte du palais de justice,
OSa avoir 6gard au respect qu'on doit
ce local st a un officer ministdriel
ra 1'exercice do mm fonctionm, p6n6-
I dans le banc m6me do son adver-
carlant par one pousade M* St-
Aend qul se btouvait sur son passage,
t juque soas le nez de 1'officier mi-
osariel, Iui cracha a la face le
r o +O2ltAM nni Ini valint nnt +nnn

i









I


d'hui nous somnmas plus polieds : M"
Oreste ni Me M6nos no sont au lit, pas
plus qu'en prison. *
Ne remirquez-vous pas encore autre
chose dans ce rdoit ? Que dite-.-ous
de catte apostrophe centre le corn nis-
saire du gouvernement et centre 13 do-
yen, auxquels il eat reprochd par le
jouraal do n'avoir requis ni la force ar-

m6e ni mamae tous lea citoyens indi-
gnds qui composaiat I'assistaace ?


I


id a la .gre.I l T W Nous sommes ainsi faits. Oa repro- Jo n'ai pas l'iatentioa de le3 discuter
11 t the A l'autorit6 do n'avoir employ ni avec lui,mais je troave q'il serait amu-
t slors quelqe chosedo ala pointe d'aune balonnette a ni a 1E sant,une fois en paesant,de critfqaer an
L,*_ .tranchant d'an sabre i pour porter le critique et it n me cote tien do coar-
I cltoy7s Mallei y saisit son ad- citoyens indignds A r6primer ce dc3or- mencer par M, Antolue : Ia Sahe n'est
Iraire a collet, I'attira A lui, et fai- dre, et on ne so demand m6me pas pas facile, car 11 me paralt tr6. in-
at OsgP des arm- de tigr e t autreo pourquoi ces citoyens indignds n'in- g6nu ; il taut toujoM nosameuocer par
Irmivor., Is happa avidement au ni- tervinrent pas dirpctement et d'eux- lea cummenfants.
Se Je' IStna aIs remmrque, dans m6mes pour arracher la victim des Alexandre P6:Ion, par exaplo, n'est
ibts dotese positiqa, tout autour dents du cannibal as tr6s aim6 de Me Astolas: ,quo ou-
M biaa UO afurlaement bon, et no Comment I plusieurs autres d6fen- Fez vous, il n'y a pw doe lif oi Mp'ete;
a 9"9 qLuad ld chair on- sour soot IA, le cifoyen Mullery est le fondateur de la R4p bas sera obli-
~, a me doets asO ar opposalt obliged do passer sur oax pour arriver g6 de so passer do eolle 11 est bon
1 Ik mnoindre rdsistacce. jusqu'A son adversaire, bientot ma vic- de no'er qu'il se defend quoe ca sait
* A voir, d'un c6t6, MW Richet b.,- time, il reverse presque Me St-Amand pour question de couleour, sans maeI
W oIalade, baign6 de sang, syant un a passage ; ceol fait, il mange la jouoe que personnel no lui en ait fait le rep-re
*mAQ1 do chair de la larger d'une doe M Ricbet jusqu'a I'arracher, toat le che. En tout cas, libre de ses synpa-
*,, pantelante sur sa joue; et *l9 monde rest coi, pregnant par consd- this, le critique Antoin3 outrepasse
,* e citoyen Mullery, la boache quent plaisir A cette lutte fdroce; et cependant ion droit lorsqu'il n9 dit
roto de bare et doe sang, 1'on y vous veone apr6s incriminer 1'autoritd pas la v6ritd. Et pourquoi m-ntir f
'ils faisaient 1'effet, 1'un, do n'avoir pas fait appel A toot le Car examine avec moi et voas varres
6bfo e chappd A la fureur de monde I que lachose ne mdrite pas d'autre nea.
WObte fdroce; I'autre, d'un can- Ccci, voyrz-voea, eat la miniature M. Augobst Mag'oire dcrit ceci de
f4un anthropophage, d'un chien dece qui so pasue oe grani dans P.tion : a Le couveau chef do e'I tat
.,' qJ'ena ce moment, I'on voit, note pays. O'reprch, as convere- 'nest pas ssolament I'waustire r/puW-
Mer Is banc otu tait M* Ri- meat do noe as fair tileo chose,alors coain a qae I'cn sait; ses sentime
"* Moro6e de chair humaine q la so a ele, oladl roate A tout, -!. politiques sont rehausss par de pr6-.


cept6A a a criliqu3, reste les bras croi
s6s, n'ayint garde de fire sa besogn
elle-mdme.
Deaceadez au foul d,s choi e, e
vous trouvertz 1A,-lei petites choa3
pouvant 6:re comnp'iare aux gran 3s, -
uourquoi on reversal B)yer.
lleureusernat que nous s-mmes et
progrts ; 1'exp6rioade noes a un p't
instrui'j, non< n'avons pas attend'
h1.er que M' M loujii o' la3 doyan Nad
eut requis qooi q'r ce 5sit pour (em
p6-her M"e M6nos t M (l) ate dt s8
rencontrer au tribunal. Des amis, con-
fr "es et soliiaires, sont intervenni
d'c ux-mtmes et ont drvitd l'ru d'6trv
.riv4 1',ne j ue et A l'autre d'tre dd.
"o'6. Et sanq y avoir sftrement penas6
ils ont ainsi read la ti:he facile A
I'autori'd et out sauvd le gouvernemen
le ces reproches d'ioaction qui le mi-
nent sourdement en soulevant la colb6r
centre eux.
E le Pcdsident, e-i relour, a en rai
son d'interc I Ir auprbs des adversaires
:,our que caelL 'arretlt IA.


JE VOT S 'lRt:ia :NTE UN CRITIQUE.
Vous intdre-saz-voas aux discussions
Iaistoriques '| 1i so dounent cours dan'
les j )urnauK Moi 6normemint parce
'4ut, tut 4i'bord, certaines d'entrA
eiies mn'.imu-~et, et tout partial sie
ment clle< i1t M* Antoine Michel.
Sou- prd6exte de f dre de 1'histoire
sa specialit6 au point de traitor d'au
tris t d'iocr mp6tents,fl nous ea conte
de belles. Voici son plan ; il eat si
simple qu'il n est pa* A deviser.
Le -2" volume d'Histoire d Hati d'Au-
gus'e M g oiye lai paralasant trop soc
pour s'6tre content d'6numbrer nos
insurrection, avrc le plus do details
possible e: d'vi tirer quaelqu-s concl i-
siorks gdanrales our notre 6tat social ,
Me Antoin-3 opine qu'il y avait lieu de
dire quelles farent, parmi ce insurreo
tions, cells qui 6taient justifi6es et
celles qui ne l'6taient pas.
Et alors, pour combler lui-mmeo cet
te lacune,- car c'est un jeuaoe ph6be
t i6 obligeant, il exerce dans ce sons
son impartial.ta et il dit alors ses sym-
pathies.


II


*- cieuseq olualit6&i pe".screlles :Ia bonti
Le de soil p~:.&.L~enest U10
'Wi' b it quj l owt r-cmwi.avee ff1
t 11 1,iRIZII6 F.flm i11ja1bt3, le ju tigamet di
s con'em ru)i>iIIs et calui dt3 la pos-
- tdrit6 .
T 'P. 1 ;1b' ,! (1:lzrt' in P.aPalII'~
U 4I 'lir 0, tt3:I. R S,'l *' I. R)t,1i11tionq4 Coll
- Ile.; taie:.t S-,i cant anE
a '1 d:~n e '~ji.~~l~srtitifiide
'LPv~au CVt I* Ai" :( i a )i per.
s pdtoellm do Pdtion.*
*MO Anitoine con'pste comme ~suit
a ",lmerveill 1)1@e ~ruiitinti do M. NMagloi-
'' : mai.1, daor!. nn ti ilw,1"s iauiwtres,
l'histoire vrai'nw.t imoatrtialBrno pewil
pas raiifiemr ee- ap, ellatiotis coflsa-
t cr~'e it !Ia r~c'ir -,'4e Petior wi jq 2!3k
-par une dco' ht-toa-ique en ti i'.6
0('. j,%elix vo'r (i! i -l c pt' e-,' id
v~A'ztl. J'nuv- e Matt1,uii et j0Ii.i. PageZ
170 : aD .saI 'nes n'gtiorait p~o;les
sentimaflis dftiwocr ti flue ii16ie Khoa V9
page '250): aLi vie p1 -ine de sirnlilcitd
(mje menait PI~tion, son horreur du
fiis'e et rl's plnmpt's c~r~mor~iouAs,
avajent fait nai~re cpttecontianCA kin
Dasqa1in %, qui voy.,it hei au!rE,- izen6-
I,11n11(16mfoInther IAi- p1 i zatide -~tentdi-
t'ona;page '292 ( GCinmA il ( l)-ssa-
Ii vies )no (lou~t-it pa,4 41 Vil W1eiibiofl
fot besoin "I"';~o`-i coul w--aiti!:i que
A'. so -01 il1it'l-1 WIIurlei t 'ulesetI
vcuple, ii l'! C EIlbl -pINSq 41 ja nayis do
't.e; atteultionl4, et c pint a 1appi)1r en
public le Papa aue boni r#eur.*
Jouvre IBrinn I 9t ji1,) i ,peg" l162
a R5) i.-)fldtait d1:inlE, gi-atide siimplcit6,
s'nti faste, sans o ten-atioti. Ac,--sible
A ',out 'e man !-, il v~vat I'6-al lu der-
U e- soldat. 1)oux et f~ible, soa lbuna-
P im'dbien comaeu, so 1 d6%intdrei-iemeat
I o i*sd A l.xr~nSoa tn~pvis 'do la
fortune, qui 13 portait A n'avoir rinoen
pro.,'r,?, tOlio'A ci jv-rtms priv~'e-s 1ui
tormajent le fond de son caractwre.
etc. v
Je m'ab.itians d*' citer Ardouin et
St-Rdncky dorit on' connait l'admt ratio a
poi.r P~tion, et v~fi A peu ptr**4 poar
les contomporains, tels qme Dess~sinom
at Bonnet. Pamms ~aA la postkrit&
Histoira d'liaiti do Darsainvil, page
37 : a11 ( Ntion ) avait dot6 le pays
d'iostitutions propres diassurer son d6-
veloppemeot mitd~iel, iatollectuel ot
moral, 9iitea succassours 6taient capa-
bles do Is gouvorner avec sagesse et
prdvoyance.a
Manuel d'Histoire d'lI4iti do j3ajg-.
garb eot Lbhrlesion, page 86 : a(Jamnais
chef dWE at no f at p liz univorsollememt
regciattd a c~jz m do a& bont6 qui out
rested proverbiale.9
M. Firtain. dans M. Rosavclt e! la R1-
publique .d"Haiti, l'appollo, page 30t; :
a Daauz pbilloiophe prdsidemtiol.at pa-
ge 308: aliomme do bios.0
M Louis Io'eoh-an~visr dit dans lea
CeiswUeuions dHaWi,page 152 : eQ 4and
Pt1ionm muietDoirs et mrn rt s s'an-
moci~rent poor lemubamaraw(t *learn
laramn:s 9;a;t02dans son ilumbe adresse
isax die turs do PQV-au-Prince p true
art W.07,il dit. pag s 6: *4UGait Vouh,
Pairt-no-Prarnclent, c'Sot von. qui avez
foed6 In lipablique avrec AIAxitndre
P46UOS ; C 9 Gt 10008 Jpr oD obN ent, qal
&VUao1isolidd li36'peaommec' national


I







Qu'y a-t-il done d*dfousaut doe a part'
d'Augusto Magloire d'avoir asignal6 1'u-
nanimit6 do cet accord & la gloire do
Petion, et comment d6finir cotte s eco-
I* historique a quo Me Antoine aper-
coit dans on cerveau et qui rAunirait
dans des pansdes communes Madiou,
Ardouan, St-Rdmy, Bonnet, Dorsain-
vil, Boll lerd at Lih6rieson, Firmin ot
Dr Louis Joseph Janvif r ?
Et poisque M* Antoine 616ve our ce
point uone contestation si absolua, cest
donc qu'il ignorait quo tous ces 6cri-
vams avaient pmrl6 atioi
Maiii ceci n'est quo l. troquet, la
charge est derri;.re, car ii y a eucore
de Dina fort que ceia, yous varrez.
t! Vous pouvez toutefois jnror par ce
faible aper(q iA ,uael point M* Antoine
est v compbrent *' en histoire et comn-
Iten il so frompe 'lil croit quo, your
t.tre 5crivain, il suffit do so dire : VoilA
une plume, servons-nous-en." It arrive
souvent que c'est une plume d'oie et
qu'elle n'est pas taill6e.
JFAN I.E FURETRUR.





MXeNSWIGMNXMNTS
MNT3OROLOG1QWZU
OYberuratole.
DU
'E INAINR COLLEGE St-NARTIAL
VENDREDI II FAVRIER 1o10
Sarom6tre A midi 764 mn mo

Temp6ratur "minimum" 19,6
musifmum 32.4
Moyenne diurne de la temperature 25,0
Cie& asset / clair depa s 9 h. du matn.
Vent d'Est sec et chaud.
Bhaucoup de poussi're- Btron rere cons-
lust.
J. SCHI RER.
Revue du Marcht
Dans notre Revue de samedi d&rnier,
nous signalions un petit arrest dans les af-
faires. A l'ouvertute, lundi nous avons en-
registrr une hausse qui nous a ramen6 an
taLx de 450 oio, baissant hier a 448 o0o,
taux d'ouverture ce martin.
Le taux de 4;0 olo est plu 6t nominal,
car, A cause des fites on n'a pas faith beau-
coup d'atfAires.
Les traites sur France son! toujours de-
mandtes A i 112 olo
Les chqt cs sur P.ris A 2 112-3 o10
pour les peties val urs.
Les cheques sur N w-Yo:k soot inde-
mandis, le course rcste nominal A 1l2 o1b-
3(4 o 0 escompte.
N -s denrles se maintiennent toujours
dans les taut sigaa'es dans nos dernic.es
R.vues.
Tribunal Civil
..AuJienlc M.eile du jeudi to10 furier 1910ro.
Prisidence A. Poujol
Pas de Ministi e Pubic, le siege a dti
lev6.
Audictce i.'ile extraordinaire diu Vendre-
di i I ftrier.
Presidence D. Maienan
Mini Jugemen s pronoocds :
Celui qui homologue la d6libdration du
conseil de famille des miners Placide,
Victor et Amelie Martineau.
Celui qui condamoe Georges Lacombe
a etablir A ses frais les canaux ou surabon-
dances des habitations Noailles, Petite Ma-
ne et Saint Prive, simon ces travarx so-
roet execu es par Ie siear J. Eugmee Ma-
zimilten aux frais do sieur Georges La-
combe, Ie condimne r cinquamte gourds
de doa ges, puis & ane atreiae d'une
gourde par chique tor do retard et le coa-
damne en oetre aug ddpens.
Afaires enteadues.
Martin Ancion contre la P. C, S.
Par commission de son Excellence Mon-
sieur Lab un Cuvarilly a dt commission.
commis-grefier ao trib.aal civil de ce res-
sort sur la rEqaisition du Ministre Pa-
blic Ie nouveau commisionme a pIret le
IPui Ie siege eC hTir.


Pour les inond6s do Francoe
La Societd fraeciise de Secours Mtuels
et de Biaetissace, pour grosif Ie product
d Bal d'E afants du 6 fevrier dernier,a on-
ver deputs Ia semaine der iUre une sous-
cfiptiongdisrale au profit des inoodds de
France. Ele compete beanconp sur les senti-
ments qui unssent les deux pays pour la
couvilt.
Les versements seront recas i la Banque
National d'Haiti, et chez M. F. Cheriez,
president de la SociE6t, 8o, rme Courbe.
A l'H6tel-Bellevae
Nous publions ci-dessous I'all6chant pro-
gramme de la seance cinematographique
e domain soar, A l'H6 c'-Bellevue.
Comme on Ie terra, la plus grande par-
tie des tableaux et inedite, la Comapagoie
Boyer-Gdiol tenant A gratifier le public,
avant son depart, des vues nouvelles quai
completent son stock si riche.
A demain done, quelques hen e; agrEa-
bles A passer.
i.- L'amitie d'un Indien ou les Cow-
boys des Etats-Unis, Drame ea 7 tableaux
comprenant : ro Le dialogue ; 20 Le icer
de naissance de la rtine des Cowboys,
3* Attendant Ia Reine, 4" Une course,
5o L'arbitre de la Riaoe, 60 L'indien aux
aguets, 7 Le duel et le triomphe.
2.- Chansonnette americaine il uttrec
par M. Boyer.
3.- Un crime dans les montagnes.
4 La poursaite d'un voleur.
Interm/de.- i)Yuxiate Partie
S.- La romance d'un actear.- Sc6ne
touchante en to tab'eaux comprenant
t* L'eogagement, 2o Uce mauvaise mere,
3* Le prix du dUshonneur, 4o L'engage-
ment defait, 5 Trompe, 60 Au caft con-
cert, 70 Uae rencontre cruelle, 80 Men-
diant son pain, 9 A l'H6pital, la Lettre,
xo0 Le supreme pardon.
6 Tour de gamins ( comique )
7.- Danse par Madame Sylvia
8. L'eau de longovi4t ( grande feerie
en couleurs tiree de Faust )
Intermide.-T'roisime 'Partie
9.- Les costumes de l'ho.nme rouge
( scene )
1o.-Rival automobiliste ( comique )
i Un heritage embarrassant(comique).
Marriage
Jeudi Ai heures de l'aprel-miii a e6t si-
gn! le contract de marriage de Mr. O;car
Racser avec Melle Marie Antoine te Car-
milie Charles Louis. Temoins da mariE : -
MM. Ducasse Pierre-Louis et Philippe Gui-
teau; de la marine : MM. Joachim Jn-Bap-
tiste et Jules Vilmenay.
Champ de courses
Par suite d'une co'lision survenue dans
la Manche entire an navi e anglais et le
Meckenienbou'g, ce drno'er a 6tE fortement
endommage. I1 etait attend ici aujourd'hoi
et apportatt lei dernieres livraisons de ma-
tiri:l de la tribune actuellement en voie
de montage..
II ne sera ici que le 6 mars prochaia.
La Cathldrale
Le Meckenlenhourg apportait egalement
lea vitraux et les cloches de notre nouvelle
Cathedrale. La construction march lente-
ment, i cause des travaux dedicats auxquels
on a mis la main depuis environ deux
mois.
o3)n espre livrer la Cathedrale comp'e:e
ment achevec au commencement de l'an-
nte 1910.



La F! duI nde

C'est pour le 18 Mai. A moina
que oe ne soit pour une autre
fois ot

Tontes les fois qu'une compete parattr
I'horiuon- & l'horizon eat uoe faona de
porler, car il s'agit d'un horizon on pea
oointain, qaelques ceataines de millions de
kilomutres- qoand done une comEte ap-
paralt auo fond de l'espace, il semble que
son approche mette en ebullition les cer-
velles ; en general, on annonce la fin du
monde par choc entre la terre et I'astre er.
L'amrrivde de Is come de Halley qui,


dans son cycle de soixante-qninze ans,
s'approche en ce moment de note globe
avec one vitesse vertiginease, 'a pas
manque de produire son effet ; certains
astronomers aursient calcule que, le 18 mai
prochain, la compete de Halley passers de-
want le soleil et que sa queue, longue de
trente millions de kilom6tres, se projette-
n vers la terre, qui s'en trouvera com-
pletement enveloppee ; d'oij phenomEnes
chimiques, combinaison de l hydrogene de
la queie avec l'oxygene de I'air terrestre,
saturation de notre atmosphere par le cy-
anogene mEteorique ; et finalement des-
truction de tout e&re vivant, animaux et
veg taux, sur la surface du globe.
Bienheoreux encore si la boule sublu-,
naire ne prend pas feu brusquement coan-
me un bloc d'amadou.
J'ai eti voir A ce propos quelques astro-
nomes connus, et je dois A la viritE de
dire qu'ils soont plut6t sceptiqies sur les
dangers du cataclysme.
Je me suis rendu, tout d'abnrd. corn me
de Iuste, I'Observatoire de Pajris, ou j0
me suis adress6 a M. Leveau, le doyea
des =stronomes de France, et spicialement
charge de calcu!er les positions des astre :
Je viens, monsienr, lui-dis-je, vous
demander des nouvell:s de la fin du mon-
de...
La tin du monde l?
Ou, l parait qu'elle est tixbe au 18
mai, A cause de la compete.
Ah bon, eh bien, revenez-me voir
le 19 m2i, e je vous dirai ce qu'l1 en
est.
Et M. Leveau rit de bon coeur.
Vous pouvez toujours. insistai-je,
me dire si no is courons quelque danger
afina que chucun puisse prendre ses precan-
tions et fair, au moins, son testament !
II faudrait savoir d'abord ce que
c'est qu une comnte. Oc, personnel n en
sait rnen. Est-ce un corps so'ide, liquid
on gizeux. Impossible d etre fixed. Chacun
done son hypothc&e; laquelle est modi-
file le jour d'aptes.
Quant A la queue de la come:e, on en
sait un peu plus long sur elle On sait
qu'elle est composee d elements d'une tE-
nuit6 extreme, A ce point que l'on peut
examiner des 6toiles au travers et que
son interposition ne gene meme pas l'exa-
men spectrosdopique.
C'est pourquo l'on a appelA la qu.ue
d'une compete "t un rien visible. "
Bon, mais si la terre passait A tra-
veCs ce rien visible et qu il contiit cc-
pendant des elements tosiques.
Eh biea cela ferait I'effet d'un
boolet de canon traversant le panache de
fumee d'une locomotive. On n'airait le
temps de s'apercevoir de rien, ni d '.re
incommode par quoi que ce soit.
Et si la compete ele-meme heurtait
la terre ?
'-Ici cous entrons dans e domaine de
l'hypoth6se et je n'aime point me hasar-
der sur cc dowmaice IA Pourtant, je vais
vout rtpondre pour vcu; etre agrEable;
mais ne prenez pas ce que je vais vous di-
re poar de l'argeat comptant.
Donc, si une comrte rencontrerait la
terre, de dtu cho e 1 une :I cu la come e
serait is ide et el'e se disso,'drait probab'e-
mcnt dans l'espace ; ou elle serait solide
et alo-s la terre prcjetterain uie partic et
garderait le rest.
Quel choc Ce coup-lI cc serait la
fin do mode pour de bon !
Dam cela modifierait quelque pen'
nos conditions d'ezistence ; mais, je vous
le tepkte, nous tablons sur de vEritables
hypotheses et des hyFotheses absolument
invraisemblables.
Revenons, si vous voulez bien, i la
comete de Halley. Oui ou non, sa queue
va-t-elle nous "* balayer le 18 mai pro-
chain ?
-- Comment le savoir ? Vers ceate date
la comnte passera devant le soleil ; mais
passera-t-elle au-desas ou an-dessous eto so-
ra saqueuel En gneral,elle la projetteo I'in-
verse du soleil ; mais cette position nest
pea toujounrs perpndiculaire & i'astre; d'au-
te parr, elle mallonge, se raccorcit se
remreit, s'enfle sans qn'on sache pou'quoi;
de plus, la course de la compete peat etre
dErange par I'inflaence de planets voisi-
nes.
Enfin, i'espace eat si grand : au contact
quelconque part impossible.
It fahut auntm se rappeler que la compete
de Halley, et beaucoup d'aures encore,
I oat evolul dams le systeme solaire depts


des millions d'anndes ; s'd avaitl d
oroduire on caticlysme, il se sernat
prodmit depuls longlemps.
En resume, vous n' tes pas iaqui,
je puis me remettre de mes angoines ?.
Absolument. Tenez e ce amoet
je prepare les Ephemerides de la ar&*
d'une petite compete qui vient nous viite
tons les sept ans. Je commencerai la p%.
blication de mes calculs en mai pour k
terminer en septembre.
Si j'etais inq iet, je ne me donneon
pas tant de mal, croyez-le bien, et je la.
serai Ia mes calculus pour passer en
mes derniers jours...
Teoez, monsieur, me dit encore en a
reconduisant M Leveau toujours soarian.
je vais voos donner no bon conseil : d.
tes qu'il n'y aura rien et vons serez sr
de n'etr epas d6menti.
En effect, s'il n y a rien, tout le moad
reconnattra que vous aviez bien prtdit
si c'est la tia du monde, personae De sn
IA pour vous reprocher de vous ktre trompt.
Voila, dis-je, une conclusion ma:h&
matique et digne d'an home plack
qui. dans le commerce serein des astres,
atteint le summum de l'esprit philosop,:.
que....
En quittant M. Leveau je rencontr
dans les couloirs de l'Observatoirte .
Cha'elu. le distingu6 astronome as.sts=
de M. B gourdan ; M. Chatela venai,
terminer un course. Je l'aborde :
Et la fin du monde. monsieur -
Eile vieat, elle vient ; clle arriv- z.
me alec uei vitesse de 3 jo,0oo kil.ob-
tires A l'heure.
Alors c'est toujours pour le i t.
Nous saurooscela en tevrier proczs::,
date i laquelle la compete de I ialley :r.
ra etre examinEe d'assez pros pour ic l-.
nazire si elle est animde de boos ca a
mauvais sentrments ..
Ponrl'instant, elle affecte les dine'
sions d'une 6o:le de dixi6me grasn.'
et ne I eut tre apercu2 qu'A 1'aide ce p~
sants instruments. Elle n'a pas eacort u
queue..
Ca lui pousse donc ?
-Peut-8tre certain astronomer affitm:.
que le; queues poussent atI comCS
quand el es se rapptochent du soleil a: :*
paraissent quand elles s'en 6loigneat. Do
toni les cas on ne lii en volt point r:2
moment.
Enfinle mcnde savant es:-il ioq eK
Pas le moins du monde.

La Libre I'arol.



Tribune du" Matin"

MA


Prmeiiere ac PPliflsM

( SUIT ET FIN )
Comme touCei vos autre< accusuno
celle qae vous m'adressez d'avoir s oaC
faith des manif-!ces et - ne tient pas debout. Je vous mets eC
au difi de la vrouver de qelque
qoe ce soit. Prodaisez done ces t i lW
aux, mais contr61es et signs de
d'un contr6leur et de l'administrateut
finances de lo'poque,.-conditions $10
quelles ma responsabilitd ne peacttr"
gage .-
Accuse faussement, calomniCuse mc
un emplo y s-mus mes ordres, je s j
A Port-au Prince. L'affaire fut r -gl&P,
PrEsident Nord Alexis lui-mmne, A
concours er en presence de Messi.urS
Marcelin, alors SecrEtaire d'Etat de ,
ces et du commerce et David -l
chef de Division alors au Departeo.,
commerce. Et A cette Epoque. '
1906,-Messieurs Marcelin et ChI'2Y
talent nettement hostiles. J'auris .,d"J
revoque si Mr O'connell Deanis,: q
denonciateur, appuye de ses colleg'Ia
menool Bellande et Robert IaUtate,
produit des preaves centre moi. AS
traire, je fus maintenu A ma chatrp
recteur de la Donane, et ce sootm I
yes qui furent revoqnus. 'invoq* ,
moignage de Messsieaors Marcelia t
Icy. encore vivants heureuseant O j
SMtintenant attends, avec amE






....." ."soa!e. que Mr I*I. uclaist
,e e uai su uno"-" a iCe do l ll and
iArel en ,' l esCit UO aftiste er2
-t onos h on el de I diff .matio3
e.- pr w .E: o* *Lie s Prin- Frederick Hendrik U
cc a so I Nouvelliste" venant des Ports duSad sera iciprr-
1D an'B o ... at M Paul Emile Jas- bab ement samedi apr.s-midi et p rtl-
4 jniner courage trait envem6. II ra dimanehe dans la journ6e pour
foe. oillpars le T m cuperai NwYoik.
i a .eqeMe. a oe Mr e P l E Port-au-Prince, le 10 Fvrier1910.
p de u rapond s ais qne q'i 6tant AUG. AHRENDTS, Aens.
"ta, q r-uesBrom'ue ,-a-p----
aemsDeNubiCo 8 sigKPneru
utear du factnmtequtn .I e-C par lu.

Ithler pemrtre dpassoaeir pCc vageafnies 11
d '.ai qu s ccache derriere -,Em r' e.
so pour me dcopea ,n t a smpa als-IlA L
_t sans force. ndant un instant sur Le paquebot a Montr6al i partira di-
lu delarr Sai te que Mr Pant Emile manche 13 a 2 henres praises du soir
ste applique eques iacmienspa pour Port-de-Paix,Cap-Haitien Puerto-
si lesquels it me ciasse sans doate --et cc Plata et scales.
e ra que pour fire remarqfuer que la ra- Por'-au-Prince le 10 f6vrier1910
de Mrisilristes vient de ce qu'ils pea- L'AGENT
'atq e si B:rroet n'Svaait pat ataiE. ROBELIN
ar champion, Mhrisier Jeannis, les ve- OBLIN
entts de Novembre sx98 easseat p -P- u
retire nn aotre course ; que poeutn e re,
lea dieu,-prOparko mom me p uotasn, qua i so- EIN
Wrt &is au futtouil p; msidentie,- poor 6velop reconstitu6s,mi
lear permestre d'assoavr ilu's vengeance en U ,S-olir p. r i.
,o,,nelles, poior ,cur d.ttu.aer places I PILULES ORIENTALES
tot ne, honnturs et dignitCs, etc.. ; que seiii prorutt qi, asuw re I ,a
S u mns par rirtuption oudaine de sas n .tree. lasant I aa"
risi dan I'arne, les cares eussent itFoeco oa -. .. c-,o, 1-11 a'.., e s.
broaillh s, i i uerre c aivile se f6t prolon- A Port-au-Prince.: ptarma. e AlePrrI.
g6, amenanr d aoiment a leur profit,-
qu slt ie hasard itant un st grand s -
uTojours en ertase devant leur dien.- paeinedei T itdeCIILOSBiPUlI O rll
i ri6pateat avec compunction, Deus, Ecce par le ti'a iteet l.ei" dEa.rir iDupeyrouo-
Dma IoIs r6epardent des palfums avec des .,.,-, .,q..e iA, nt. eo
bpietes, et its n'acceptent personneaus Pon- i( -U':,inpas-g-
voir,-quand itl ne s'insurgent pas,--- que i-, a *.-.. c ite


Doci c'est, centre oi, come an mot e
d'ordre donqu et biea ob6i. C'est on as- Iee. ,-,-i .... ..,,.t -.
sat bi conduit. C'est toute la mcute, 1t 1 # ,,...t.i E base.'
cu aate, e re, et rge qui done avec un d I ....en roit
asmmble admirable, avec un entrain so- ',,,.a. t ,-,,prait In
mp be, croyant se pr6cipiter enfin i an co- doll r, e. ,e,u"ld i;-, ,I,-,.tti.; *t r
-k 10-o g emps tvic... q a c trat ,emInt a" us.... pt I"c- ....t, re..hmo trat
tetment, .a I, ,--']ELIXIR DUPFYROUX. .illcore
Mtis ttaqaq de tods c6"6s. le ferai front L*' Ua alt d.. t% mr .SNE A G.... LA C,:" itnet 1o,.
grir a C tr ta itlli eiti i, ;;" le |ttait implel emri-i t gUe'ie
e lutes parts. Je ferai feu d tountes m es et I, t'r ..- ininhr s.,n I...D.. I;iK I h),, tre
matileau (s iinatartleet rE aN(.4Parts
hwteies, et qu'on ne cro'e pas quo'elles c y Pb ei- a tpse anc ,iPn farur
soient moins puissanti s q ae cellei des as- .s. -- I'E irs nire our e..t a I... de cr.e,sote
S-vrae de Ieltred. sodr. tlmirrni eIt glverne-na h l;phate de
selats S l contre cus,- c'est ce quai ciaii. wg t en pr,', at, ,t I ,.;iu dati
Saii Je rsisterai t lcout e tous. Je t.,,e a lusli am, ,aco
p e rsisteri A tout et tous d'Elixcr l)ulw routz.eltoure de la metnode dtu traits-
onm iaWbraolable, parce que j'ai en moi : m-, la:. e ^,... ,-,
S peyr deu lit.ventsdcdPeP lNcII"iCh.esald.Pphah.
sae gawde force fate d une conscience ir- mnaci Albert u-,& for-au Pr.nce.
Wlpiozhable, d'une convic ion profonde de
mo- droit et de mon ardent amour do Biex
It d Vrai. or or'iD
Ce que dissimulent en attaques person- L U INa A ut GLAC
eiles et ces argraments ad homisem, ces
violence de langsge et ces outrances de De
ctaires,c'est,-- que le lecteur impartial le 3EP o ert-an.tmx-P rince.
urmsoe, ( et en distant lec'ear impartisl
i'd h7sitd que'que peu a employer ce vo-, Pravient tant ses anciens four-
cble don't on a fait on si strange abas, nisseurs de Bois de chauffage, que
emiheurs les Philistins notamment) --c'et le fournisseurs qu voudraient
da-ie, le desir de me fire expier, daue-no 8r0 n nquiolaai
it i on le pet le d acril enter en relations d'affaires avec
k oi-disat crime de lee-maaest qu j ai elle, que n'6tant plus lies par au-
' I audace de commettre en refusant, con- .cun Contrat, elle reprend ses
eiremeat i bien d'antres, de bruler sur achats de Bois, comrnme par le
%Mel de Dagon, le Dieu des Philistins, an ass&
iem adu terun aromate frelati, en pro- Port-au-Prince, 11 F6vrier 1910.
- uos que s eal il peat saver Haiti.... rt-au-Prmce, l_ Fevrer t~l0.
je m'atrtte pour auniourd'hui. Dsor- Dr -d
m, attendrai, pour padre, que Mr le F a Sola
'Duc ait paisd ses attaques, ait terming le Ms Sola
riquisitoire qu'il dresse centre moi, avec
8a acharmemeat remarquable Je n'aarai MGiO vOllilen Culbeisn
plus qa'i soofder sur le fragile ichaffauda-
Re poor qu'il s'ecrotle, v ei un chateau de Se charge de toutes aortes de tra- -
canes,- on comme jidis le temple de Da- vaux concernant sa profession.
{_, I'idole des Philistins sons I'effort de Sp6cialit6 dans les reparations de :
S-mon, mais sans m'ensevelir sous ses rui-
eycomme il advint A l'Hercule irrad'ite. LAma.ICs
Ca sera alors ma deuxieme.er peu,-6tre ma MAcama a vapeur et A gas
detaire aux Philistins du XXe siecle. MOUUHxS a caf6 et a canne.
J tl, ie aa ;an;er .o, Garantle et prompUtude.
Iscmel, le 22 janvier 190, oInformee-vea 80, rae Bonne foa 80.
RooO.ma ALEXANDRE,( dit pttit mdh ).

g~a Wr, abonneonent ou autrea, no w Sgs *^ r 8
gXatf l mprim6, et por- Dr IBU ade
---l=mh *r,- Artt&UT IS E 37, ROB oU C rmtRa, 197. .-


ROYAL Kola Champagne
Cette ddlicieuse boiss3n, do-it les qualitei toni (u3ias '3t fortitiantes, la sa-
eour exqaise, le malletax agceibte ort coatrib 0 A frne-r incomparable
rafratlcbasem3nt dis clim it- tropicuitx, m6rite bitn son titre a ROYAL ,.
Agence G6n6rale et D6p6t:
AU MAGASIN DE LA MfITROPOLE

MASON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT AU-PRINC.le e
Voua le trouvarez .en outre chez :


Andr6 Faubert
Pharmacia Alex. Roberts
Madame E. Dreyfas
Sl'Epicerie H. Corvington


rue I1)ux a I'lpicerie Ndrette Grand'rue (en face
dlo la station central des pompiers.)
do 'Epicerie C.Lundi rue des fronts forts
rue Fdrotu au Magasin E. Drevfus do


EN PROVINCE


F. Ch6riez


Petit-GoAve.
Mms Gdrard Bartels


J. I. Montasse
J6r6mie.


Gonaives


A de MATTEIS & Cie

32, RUE DU MAGASIN DI)E L'TAT

Maison Fondee en 1888
Bijouterie. Argenterie. Paifumerie. Atitcle.- de luxe pour salou,
salle A manger, chambres, etc.-Miroirs et tabi.-aix ai issue~ -- Strviettes
pour avocats, homes d'affaires, ministres. l;ibliots lt',anats, d61icats et
rares. Articles de Bureau, etc.
Achat de viel or. argent, dianmant, Acaille.
Reparations de Bijouterie. Les aitticles vends- ou 0, (.wt6s sont garan-
tis pour one pdriode determine.
MAISON DE HAUTE CONFIANC1: et de lieiten-r ordre.


PHOTOGR APHIE

S. Perpijiiaiid & C"
163, GRAND'RUE, A PROXIMITY DI: LA Il'IARMA.:I I CIKNT .FRL
I1U1T-AU-PI'INC.', HAITI.
PORTRAITS EN TUIlS (GINR-S
Photographie directed, genre Visite
FE iclhes Cartes, genre imperial


Poses artistiques. rmeilleurs


prix que partout ail-


leurs
Sp6ctalit6 da reproJIctio0s et d'agran lisset.n:n de portraits au oro-
mure, crayon, pistel, en couieurs n ttutrlles, livtis eucadr6s ou sans cadres
& la portde de touts les bourses,
Buste, trois-quarts, grandeur naturelle
PHOTOGRAPHIC SUR 1'ORCKL.AINE, Krol i i. l)OIS, 1METAUX, etC.
CARTES POSTALE.S ILLUSTitlES D)E SON IPROPR, PORTRAIT
'V'Asi*er nox- tre laEIlon l d'excposition,


D3em an- der


Pharmacie W.
Place de la Paix
-cntion prompt et soignde des ordonnances.

* Analyses sientifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autres
m6thode am6ricaine ( fire essay 1.
Fabrication d'Eaux gazeuses, stirops


les prim.


Buch


metaux d'aprs la

et v6ritable Kola


Champagne & P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en d6tall
Propritaire: W. Buoh
Pharmaocin dipl6m6 alUemand
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux..Gonalvem: Madame P. Laraque
& Saint-Maro: Madame E. Martelly
A Ptit-GoAve : HermaunReimbold & C.


- -- I II I


-








AGENCE SPECIAL


de la Regie FranCaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du TARIF


Tabacs Scaferlati


LEVANT SUP1fRIEUR (dit tabac d'Egypte) la Bolte de
50 grammes
LEVANT ORDINAIRE paper violet lissd, Ise paquet
de 50 grammes
MARYI.AN paper jaune le paquet 40 grammes


CAPORAL SUPERIKUR paper bleu
50 grammes


le paquet de


CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRK paper pate brune le paquet
de 40 grammes
TABAC A PRISER, Virginie haut goat, paper jan-
ne, le paquet de 100 grammes
POUDRI SUPERIEURE, paper bleu ie paquet de
100 grammes
POUDRB ORDINAIREI,papier brun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MACHER roles Menus fils le paquet de
100 grammes


G6n6ral, -


GOURDES


1.25

0.90
0.70

0.70

0.75

0.60

1.50

1.50


F6vrier


1910.


Cigarettes


GOURDES


M' C. L. Verreo
Talleour-Marohand
Donne avis a sa bienvoeillant
thle quo sa mason No.7, Rue Trt2
ibre eat toujours bien pourvue gi
varlit6 d'toffes do la hI aut
voaut6 parisionno.
gQUALfl Sur iUearu. CouPs
TRAVAIL sOIONe. ExiCUTIOM o Po
Prx Irisa rddais I
LA


Cordonnerie


NIxAS le paquet de 20
do Ie paquet de 10
CH&ASEUR le paquet de
HoNGROIszs en levant


ELEGY


20
supdrieur Le Bondon de


20 cigarettes
do en caporal supdrieur paper rose, Ie
paquet de 20
do en Maryiand le paquet de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
BANTKS en Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal supdrieur paper rose, le
Boudon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal orJinaire paper bleu le
Bondon de 20


FAANQAISES en ctporal sup6rieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20


Rou


1.20

1.50


do en capoial ordinaire paper bleu Ie
Bondon de 20
JLtas en Maryland et caporal supArieur le
poitefeuille de 20
do en caporal doux la botte de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la botte de 10


..&'Y.AGfet special,


A LtLIGANCE
QORDONNERIE.
3M 9BRMP
42, Rue des Fronts-Forts.
CAussuasR K9M D2P6T,IOU LA W rrT
Promptitude st soia aux command.
des tan ict qu'ea prov.nca.
Chaussures do Danme form. el tra-
vail toniours tout ce qu il y a do plus
nounvaux.
Former amAricainao t francaise pour
Messiours ; Aissaot>s et commodes.
Pour les *nfauta !e plus l'aise.
Travail solid exoOut6 avoo
des peaux de premi6remarque
Assurance do trand rabaies.
PAtes, Cirages t -A lqu:e


Avis

LA CoMNMISSiON D'ORGANISATION DR
LA PARTICIPATION DU LA RIgPUBLIQUn
D'HAITI A I'EXPosrITON INTERNATIONA-
LB DR BRUXBLERS
La Commission charge de recher-
cher les products et d'en faire i'exp6-
dition A Bruxelles. avise le public quo
Ie haut du local ou so trouve la
Chambre de Commerce de Port-au-
Prince est affectA A recevoir en d6p6t
lea products destines A l'Expo ition.
Avant l'expodition des produits, il
aeront pr6alablemert exposes on cette
institution, a une 6poque qui sera ul-
t6rieurement fixz6e. En cous6quenco,
lour r6oaption comnutoncera dee lundi
prochain.
La Commission se tiendra & la dispo-
sition du public an dit local, sis rue
des Fronts-Forts No. 5, Ise martin de
9 hra. A midi, et le soir de 2 A 5 hrs.
tous lea jours, leos dimanches et jours
fdri6s except6s.
Leos articles A exposer dovront ore
Uvrs au d6p61t au plus tard, le s2o f-
Trier 1910.
Port*a-Prince, 17 Novembre 1909.


1.20
0.60
0.90
120
0.85
0.85
075
0.75
0.70
0.70
060
0.60
0.60
0.45
075
0.40
0.60
0.30


J. LAVILTIE.


LA MwAZSONp


NICOLAS CORD ASCO

157, rue Republicaine, 157.
A su conqudrir en peu de temps la premiere place tant a Port-au-Prince que
dans la Province.
Le veritable succes don't elle jouit est di au choix incomparable de ses mo-
deles sur former frangaises et aminricaines d'urie 61gance irr6prochable et
r4pondant A tous les caprices du bo" gout.
Tous ses modules existant en magasin en to'ites pointure3 et largsurs lui
permettent de chausser tous les piels, mrme les plus difficiles; et la modi-
citA de ses prix est accessible A toutes les bourses.
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas A se chausser dans les maga-
sin seront satisfaites dans les 24 heures par un article fait sur measures.
N.B.- La maison peut chausser; sans prendre des measures, les persomes qui
ne peuvent s'y rendre.
II suffit de lui envoyer one chaussure allant bien' ou sinon lui signaler les
defauts.
Les chaussures n'allant pas bien seront remplac6es par d'autres, rectifi6es
d'aprbs les observations fournies.
La faculty du retour est permise dans les 2' heures aprbs la livraison. Si
les chaussures ont 4td port6es ou ne sont pas A l'dtat complete de neof elles
seront rigoareusement refuses.
La maison d6fie touted concurrence, et envoie franco en pro-
vinse.
AVIS.- La maison a nouvellement recu un assortment incomparable do
peau: veau verni, vAche vernie, vAche noire, veau satind, kangaroo, chevreaux
glac6s noire, jaunes, champagnes, rouges, etc,etc.
Vento en groan et en details
Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutos sortes de tournitureo
pour cordonnerie A des prix excessivement r6duits.
Ceo prix exceptionnels no sont obtenus que parce que la mason no fait
plus ea affairee quo directement avec les fabriques de poaua ot do fourni-
taros, dese tats-Unis teles: quoa tirants, ceillets, lacota, olos, 6lastiques, fil
pour machines et pour cordonoiers.


, Imp. C. MAG

Travaux tynogr

S en tous genres.


iLOIRE

'aphiques


Nouvell


I II C-l


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'-.
le vient de recevoir. par dernier .
teau, one forte quantity de march.
dishes et de fournitures do toute fra
cheur et de toute beauty, imported
de France, d'Allemagne et des Etati.
Unis.
Le public el6gant, curieux den
bien chausser, y trouvera lee peau
les plus solides et aux nuances Is
plus varies les formes les plus bells
et les plus appropriaes.
On n'a qu t veuir chez G.B. PKTOIA
pour tire as! ur6 d'6tre chauss6 su-.
vant les meilleures lois du comfort d
de la mode. Specialists pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fournitura
et matdriaux divers pour cordoned.
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, au
prix les plus mod6rds, a
IA CORDONNERIl NOUVzLLg
143,GRAND'RUE 143,

Maison F. Brunes
195, ,GRAND'RUE.
Dirigde par
L. Hodelin
Ancicn memic )re de la soci&t6 philanitropi-
que des iaitrcs taillcurs de IParis"
Vient de rf=cevoir un grand choid
d'6toffes dijgonale, casimir, alpaca,
cheviote, cheviote pour deuil, etc.
Recommand particuliorement A M
clientile u-e befle collection de co01-
pes de casimir, de gilets de fantasy
et de piqu6 de toute beauty.
SPtCIALITI DE COSTUMES DR NOCE
-Coupes Francaise. Anglaise et Anm
ricaine de la derniire perfection LI
mason confectionne aussi des COS-
TUMES MILITAIRES, HABITS BRODWS,
DOLMAN, TUNIQUES,HABITS CARRiS, 6'C,
etc, de lous grades.

Francisco DESUSE
Fabricant do ohaussurfs

La Manufacture a toujours *as ip*
an grand stock, pour la vets
gros et on detail, do chaussures
tons gearea pour
dOMMas, FMxxzs, E rFAMS
Los commander des commercial
do l'int6reour pourront 6tre 'e4cat
dans ane semaine A peu prA.
23, Rue dos Froats-Forts, 23
PORI-AU-URames f AM )


NESTOR FELII
L'excellent tailleur avant aseuS
connu do toute la Rpabliquo
de rouvrir son atelier Rue Fir^t
( Ru de Miracls ) NO 61, _
Sa nombreuse clientbl troWil
comme toujours touted stisfeWw
Dour lea travaux quai lai irorM W

Mr Jh. M. DuplessY
Photograph
Aviso ses nombreox clientsI U
nest & leur disposition qua do 91
A midi, de 2 Ik 5 heaures, e@Zep60
aprbs-midi des dimenche *t *a
ours fdri6e.