<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00845
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 9, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00845

Full Text

groisi@ Ann6@, No 863


Port-au-Prince, HaTti


Mercredi, 9 F6vrier 1910


AMINEWNTS
Us Moss. G. 2.00
or- rice Tos Moss... 5 00
Uw Moss ., G. 2.20
Taoas Moss 6.00

Btfl.... oss Mos 8.00


GIAment-MagloirO


0


'7


J


DmuCTwm-FoiDATURT
OUOTIDIEN


LEb NUMIllU) 15


cENTIME.*


IA~p i nr~~ I t l r*- r. oi non ne se..ronf

RED\C~)N\DMINISTRATION
43,iULR, 45.


Arthur Isidore


ADMINISTR&TEUR


LES L.


Le Ga' NOR
PAN
FRI'DERIC I
II


Apr6s son pr6ambule et avant d'en-
trer dans le vif de son sujet, c'eat-A-
dire dans 1'histoire de son administra-
tion financiAro et dd la situation politi-
que do pays durant les anndes 1905-
1908, M. Marcelin, procddant avec or-
dre et mdthode, noas fait en deux mots
1'expos6 de l'6tat financier du pays au
moment do l'arriv6e au pouvoir du
gindral Nord et an moment oU celai-ci
ponsa A lui offrir le ministbre des fi-
aances.
On doit se rappeler que c est sous
Is ministAre des finances de M. H6-
gard Roy quo commencArent les pour-
letrs qui devaient amener les op6ra-
n doe la consolidation.
A ce moment-l, cotte allaire s'an-
amospit come one bonne affaire pour
Is pays: peos'z done: obtenir d3s
crdanciers de l'E'at qu'ils renoncent A
testes lei affdctatious particalibres qui
lear avaient 6t6 donn6es, A droite et &
ache, dans des moments atroces de
o*s*poir financier ; substituer A ces
affectations une asflecta'ion unique qui
devait avoir pour effet de reculer sensi-
baement l'dpoque des AchEances.
Bicn quo cos concessions duasent
atre pay6es de l'avantage r6ciproque
d'une majoration ear le chiffre des
ereances, il est hors do doate que, en
pliacipe at mendoe bien, cotte grande
operation no fat destinde A aoportar
uWe notable amelioration dans 1t'tat fi-
mancier do pays sartout dans le servi-
ed da budget.
,Mais les circonstances on ddci Jrent
ialheareasement autrement. Ce n'egt
pas le moment de revenir sur ces cho-
se. Mais, st r on vent so fairs one jus-
to id6e de I'dtat do g6ne qui caractd-
riasit over cette 4poque, 1899-1900, les
fiances haltiennes, on peat lire avec
ftait et avec intdr6t la lettre reproduite
a"la page 54 de son livre par M. Mar-
celin, et qui constitute l'an doe plus ad-
riux documents ayant dman6 de la
Banque Natiouale d'Haiti a l'adresse
4d gouvernement hattien.
C.ttA lettre oat de M. de la Myre et
fat raise an president Sam par M.
Stphdn Lifontant, lors ministry des
aa2"eC. Lo President dtait A ce mo-
"nOt-la (mars 1899) on tourn6e dana
I* Sad. Noas y lions :
Je voos suis pas & pas dana votre
toWeAe, Pr6aident, et jo fais des voBUX
Dor qae cos intdressantes populations
u Sad comprennent les g andes nd-
si-tds du moment: Pail, Union,Tra-
vail, Honnett6..
c Je e deoste pai quW ls bonds coao-
q o vow leour donneres no soieut
mis e0 pratique.
*e H4as I nus eon avons bies be-
s**.r ""nous ommes aur le point de
aDepaui votre depart, Pe6sident, je
U es do re~8chfr aur lee rem6des A
t" la 1 aituS ao tres critique du
S I, d quaquos e6td q4o je me


SE S Nationals d'Halti, meroredi deraier,leas
I WV E S porters do bonds d s emprants en or.
poor lea entretenir da project qu'a le
MW-- Gouvernement do consolider la dette
dite des emprants locaux.
WD ALEXIS ,... Cost co moment qae le Dieec-
tear de la Banque a era .devoir fair
R quelques observations ar.r Ia n6cessitd
MAIRCErLIN- de sonfier Ie contr'.e mixte des doua-
nes de la Rdpablique a la Banque et
I our I'atilit6 de cette measure. Le Se-
crdtaire d'Etat des finances a imm6dia-
tourne, je vois imminent i'eruoadre- toment fait observer qa'il n'~tait pas
ment complete d'Haiti, si nous no nous dans la pens6e du Gouvernement de
arr6tons pas our la mauvaise pente ou transiger sur citte question et que pour
nous sommes engag6s., aa part A lai, Monsieur IiSrard ioy, il
a Le moment est critique et il ny a dta t si opposed A cette tutelle financiv-
pas un instant a perdre pour 6viter unw re qu'il ne tran\mattrait pas les retle-
catastrophe. Je vous supplies, mon cher Xtons do Directeur de la Banque an
President, pour vous, pour le pays, de Gouvernement. D
prater toute Votre attention au project L'614msnt stranger qui, nous le sen-
financier que j'ai remis au ministry tons tons, est Is maitre vir; 'l de ce
dos finances... pays, no so conoen'a pas di cstte s.u-
a Nous avons tons leo yeux 1i6ds sur le prdtontion. Bat'u sur ce terrain, il
vous, et vous supplions de sauver votre voulat an moins garder sa position ha-
Patrie. bituelle d 4tre au-!essus des lois hai-
c Nous vous offrons lee moyens,Pr6- tisnnes.
sident, protitez-en. Les Chambres vont M. Marcelin nous (lit. en etTet, coln-
so r6anir et elles peuvent travailler meont, en d6cembre 1903, Ie proct..
sur notre projet... do la Consolidation se dessinant a rn r-
a Je suis convaincu, Prdsi.ieat, qu'en veille et ceax qui convoitaient nos
lisant attentivement le project que nous domanes n'6tant parvenu* a n'avoir quo
soamettons an government, vous vou% nos prisons,- la baite I tnque essay,
rendrez compete des advantages immen- dane one entievue avoc M. MWrcelin,
see qui en d6coulent, et que, soucieux pr6liminaira doe a nomination comme
comme vous l'4tes de voir ce pauvre ministry des finances, de poser sur lui
pays so reliever et marcher dans la pourobtenir que le pioM6s en course
vote du progr6s, vous n'h6siterez pay n'edt pas lieu.
A l'adopter, A le fair adopter par le ( QuanJdonc lesHlaitiens so ddcideront-
gouvernement tout enter, et & le prd- Its A voir quo c'eat toujours & la faveur
sen'er aux Chambres dbs leur ouver- da notre gene financiere que i'6tran-
ture, car le temps press et il faut ger 416v, co;itre nous ses batteries ?-
prendre toutes sea measures pour pou- En 1899, il propose de lui dooner nos
voir 1'appliquer d6s ie ler octobre pro- donanes en garantie afia do nous rortir
chain, et fair renaltre, en attendant,la de ala mauvaise pente a oft nus nous
confiance disparue. trouvions. Qaatre anndes apire, voici
Cette lettre, on le sent, met le plus cO qui s pase et ce qui so dit, A en
grand soin A dviter de trop appuyer croire M. Maraelin ( pages 50-51 ) :
our le fameux project financier don't a J'exposai I'objet de la rdanion. Je
*ole entretient le Pr6sident et que le die qoe lo chef de I'Etat m'ayant off'-rt
directeur de la Banque dit avo r re mis l portefenille des fin ivcei, j'avais po-
au ministry des finances, M. Stdphen ps comma condition qu'il n'y anrait
Lafontant. pas d'mission de papier-monnaie.
Pour fair connaissance avec ce pro- Mals quo, comme I'Etat avait de pres-
jet, it faut concentrer son attention siats beoins d'argent, comme le gd-
snr one petite phrase intercal6e dans ndral Nord avait promise solenaellemeat
le texts do la lettre comme one pensee de feter I'indpeondance national aux
ordinaire et comma si de rien n'6tait. Gonaives, jo comptais our eax pour
La voici, cette petite phrase : raider .. .
c A plasieurs reprises, je vous ai a M. Van Wjick, director de ia Ban-
entratenu do project qai va vous 6tre aqu Nationals d'H i i, intervint alors.
soumis et vous sembliez redouter le 11 ddclara quake tout le mal venait do
m6contentement g6ndral quo sou'Ave- proc6j do la Consolidation ... Si done
rait la remise des douanes d des diran- l goavernement voulait preodie I'en-
gers. ggemouet formal, public, de se d6sis-
Le livre de M. Marcelin a des avan- ter do co procbs, on mettrait des fonds
tages inapercus : dana l'occurrence, il A sa disposition. Mais autrement c'6tait
noes Axe avoc precision our le moment impo aile.,
et sur lea personnages auxquels le pays It M. Marcalin pr6sente cette ten-
doit, pour la premiere fois peut-6tre, dame esytdmatiqaoe l'oposition, do
de voir la remise de soe donanes cons- la part d la haute Banque, come la
tituor no project financier digne d'6tro raison pour lIqaelle,dds d4cembra 19))3,
m6dit6 et discutd. it no fat pas uomm6 ministre des ti-
ll aura fall, pour effacer cotte man- nances.
vaio* impression & la charge do pays, Ls rumeur publique de ce temps-!A
quo Ie succeeseaur do M. Lafontant re- avaitapport6 1'6cho d'une antre version.
pouesAt cattgoriqaement do tells prd- C'est B jou, on W'en soivient, qui
tensions, ainsi qa'ea t6moigne a nos tenait A co moment-lA le portefeuille
yeux la note saivante que nous d6ta- des finances. Or, des luttes perpbtuelles
chone do Moedesur da 27 d6cembre pour arriver a satisfaire lea d6penses
899 : pub!iques et les favors des favors,
a Lo cecr6taire d'Etat des fiBas es avaient vite us6 ce ministry qui, on sa
St do commreem r6shiait lIa Baaque quality d'homme nouf, avait fait augu-


rer doe on administration lea plus
grande esD4rances.
On a pr6tendu, A I'6poqio, que M.
M rcelin, no so soucinut pis d'ontrer
dans un cabinet replatr., aurait, sug-
gestionn6 en cela par quelques amia,
mis, come condition a son accepta-
tion, que le g6neral Nord dut reformer
complAtemeat le cabinet minist6riel.
Le President s'y -erait refuse, d'a-
bord pirce qte lea Chafs d'Etat ailment
g4n6raleme3nt, str ce point, an fair A
leur tole ; ensuite Parce que le g6n6ral
Nord, tout particualiiremeait, a tonjours
Mt6 hostile A une r6forme complete du
cabinet. 11 pensait. )eut -tre avec quel-
que raison, qn'il fallait toujours garder
dans ~l conseil du gouvernement deux
on trois ministres antions pour 6vitel
d'introduire dan, le% allaires publiques
quwIlqu. solution de continuitY.
Naturellem.-nt. leo iutrigues des in-
ter sqds, ce q to M. Marcelin appella lea
a clabaideries P, Pe Boat misuse de
la parties vonr emp4cher que, d6s co
monmntf-l, M Bijou fut remplac6.
D'ailleurs. Ie memo cas s'est pr6sen-
td pour M.Edmond Hkraux et M.Emile
Deslandes. Appel-i par le pr6aident
pour I'assistpr en quality de ministres,
ils maoifes'*rent, come M. Marcelim,
lear repugnance de prendre rang t c<,t6
de colleagues u9sa, et. ilts ne frent
pas nommds. Cepandant, M. Deslan-
des change. parait-il, d'opinion, car
pea apr~s it fat le col'ague de ces me-
mes ministres et on garde encore leson-
venir des haut-le-coeur qu'inspira sans
cease au brilliant avocat devenu ministry
de l'int6rieur le spectacle des tripota-
gas d'argint don't est coutumier ce d6-
partement minis'driel, au point que,
peu apres, il dut r~signer ses fonc-
tions.
Au surplus, quelques pages plus loin
( pages 0.; et suivantes ), M. Marcelin
parole lui-mAme de ragon & justifier cet-
to ver,-icn II raconta. en effect, com-
ment, en avril 1905, &tant appel6 do
nouveau par le g(dAral Nord,il n'hdsita
pas cette fciq A abandonner son id6e do
fire parties d'un cabinet neaf et homo-
g6ne.
c A cette dpoque, dit-il, it y avait Un
troupe de citoyens uquael je me plais
rendre an 6clatant hommage pour am
lumieres et son patriotism : il aspirat
au ministAre. Un plan de gouvorne-
ment avait 6td dlab'r6. Oa 'avait m6-
me, je croie, soumis au g 4dral Nord,
lequel, avec sa malice habitselle, n'a-
vait dit ni oui ni non. Certoe, il l'avait,
m'avait-on assmur, approuvd avoc 6eer-
gie. Cependant it n'avait pas dit quand
il le mettrait & execution.
a Or, tout atait IA. Dans ce plan do
gouvrnemont. on m'avalt r6servA lI
portefeuille dei travaux publics,.. Tou-
tefois je voyain bien que tout cola n'd-
tait quo chimrre.. Alors a quoi boa
a'y attarder ? La climere oui, ea art,
est crdatrice, eat, en politique, I'im-
puissance mems. Cependant, accepted
le oortefeuille des finances pouvait pa-
ral're,- bien que je n'avais pris aucun
oengag(ement, me contontant de quel-
ques vagues sign-s de tAte quan eIs
r6dacteur en chef du plan me Ie ddve-
loppait,- une trahi'on...v
Bref, nous pouvons d6gager do tout
cela que, crmp'aot sor I'arrivde an mi-
nistere do )'oc 6clairb et patriots au-
quel M. Maroelin f.it allusion, il h6si-
ta a accepted sle portefenille lors do la


I I I






preal6re consultation de ddeembre'
103; ma i quoe, pla tard, on face deo
bsitations do g6ndral Nord A accepter
d'appliquer tout do suite a Ie plano
de goversaoment qui lDi avait 64 Iou- N
asi, il comprit quo l'Are n'avait pas e
more sound doe s'id6al politiq e hon-
6te qui remontait a Edmond Paul t ot
flait par accepter tout soul.
Lux.



RanI CIlmnmrcla l d
M LA C
Matson Haag FrAres
DU HAVIRE
L 8 ijanvier 90o.
( Suit, ,t Fi ) s

Cobon.- Les marches sp6culatifs ont
attaint. encore en 1909, les prix de fr.
0oo. D.-puis, nous avoas eu des marches
trees irrgauliers et eafin uon debandade for- L
midab'e qoi a coOd 'I existence commer-
ciale A deux des plus forts speculateurs
americaios. La position de 'ariicle semble
maintenant assainie, mais nous sommes I
aussi de fr. to meilleur march qu'il y a
quinze jours. Du rested, voici nos prix :
"Janvier fr. 87 4718, Mars fr. 88, Mai fr.
87 718, Juillct fr. 87 314, Septembre fr.
$SS 314.
614e produit de Haiti vaut fr. 9 en dis-
ponible et A livrer, il a valo ju.qu' fr. 93
acaos. -L'article est faib'e,malgrl'in-
tkrLt qu eacitent encore 'es lots de quality
soivie. Les arnivages, d'environ 6. ooo sacs
en cacaos ginfralement peu int6 essants,
font peur aux scheteurs. On peu.. valuer
les vrenes A 2 3co sacs pour la &riiode
sous revue et I on enregistre de x francs
de baisse environ. Les cacaos apportis par
le Niedetwald sont de mauvaise
iqalit. syant souffert de pluies, et I'on
hollicite i present sans succts fr. 62 pour
aes k.ap, aiors qu ii y a quelque temps on
a pu veodre les lots ci apiP; :
H B (extra choix), 6oo sacs, de tr. 54 A
56, les demniers lots A fr. 55 ; Plantaiioc
trandoit. 330 sacs en dibarquement, A fr
s :; Usire Mrtial ( B B G W ), 5oo
sacs A livrer, A fr. 54 5o ; Plantation del
Sol. 75 sacs en dibarquerren*, a fr-59 5o;
HAlPIA HIE ( Simmonds), 6oo s:cs envi-
ron A livrer, de fr. 54 A 6o ; A S et Rei
ne. 20oo sacs en debarquement, A fr. i-1.
Cuirs. Tendance ferme.- Importa-
tations : pi6 Haiti secs et saiis sees, 40
Pors-de PaiX secs et sales 'ecs, 43 PoJrt-au-
Prince secs.
Debouches : 598 Haiti sces et sales secs
A fr. 97.50. 21 Por.-au Prince sees A f'.
96.269 Jerimie secs de fr, io8 a r to.
Stock : 3r6 Haiti secs et sales secs, 40
Port-de-Paix sees et sales s-cs, 40 Part-au-
Prince sec-.
Camopfohe.- Inchange. Marche cal-
me.
Aiel.- Ferme. Fr. 55160.
Cire.- Fr Y68.
Graine 'de coton.- Fr. :6117.

L'Admlnistration du MATIN in-
forme ses abonn6s qu'ils no doivent
rien payer, abonnement ou autres,
quo oontre requs imnprim6s et por-
tant le timbre da Journal.
L'Admlaaltrtear,- Arthur ISIDORE






MZTUOROLo0iQUU ;


IMRAIBI gOtLLtE St-NARTIAL
MARDI 8 FivRIuR 11 0
Laremiue a midi 765 m ml

Teamp6tanru 1inmaUm 20,7
fmaimuma 30o,8
Moysase diamre de la temperature 24,9
Cat trs nuageux. Halo solaire. La tem-
perature jouret cuit relativement elerde.
Barometre ldgtrement en baisse.
J. SCHI2RER.


Falre-part fun6bre
Maiame Vve Sineque Momptalstr Pier-
re ; Monsieur Roc Pierre ; Mons'eur et
Madame Julien Dussek et lears enfants ;
Monsieur et Midame Momplaisir Fiquicre
et I urs enfants ; Monsieur et Madame
Fleury Fdquiere et lurs enfants Mon-
sieur Fqui&re Fils et ses enfants ; Mada-
me Vve Mucivs M. Pierre et ses enfants
Madame Vve Charles Momplaisir Pierre
aie Ga eau ; Madame Vve Fran;ois Gnul-
baud et ses enfants ; Mme Vve Mtaimien
et ses enfants ; Madame Vve Obrillant
Tity ; Madame Ve OWas Calixte ; Ma-
lame Vve Gorneil renel ; Madame Vve
Ch avnnes Gatetu et ses enfans ;. Mada-
me Vve Eugene Malbranche ; Monsieur et
Madam: Lamarine Maib anche ; Mr e
Mme Georges Sylvain et leurs infants ;
Monsieur Th. Hyacin h- ; Mme VveJ. B.
De:enoncourt et se- enfauts ; Mesdemoi-
selles Idylfe et Sy:via France ; M.dame
Venve D.sduaes ; Monsieur et Midame
MAubert Tasvy : Monsieur et Madame R
Labissiere ; les families TicauJ, Dujour.
Lh&risson, Antoine Desduies, William
LUon' Julien B-nol Joseph B:nois et GA
tean et ,ois les autres parent's.
Oat ia do ilear de vous fi:e pnrt de la
perse cruelle qu'ils viencent d'*prouver en
La personnel de
LoUti FRANCIS SENIt A'P M MPLAI IR PIERRE
leur epoux, fere. f,-re, onci-, betu-f,' e
et cousin, decede hier main A ooze hen-
res dans sa soixant e-huitiiee annie, mu'
ni des sacremenws de I'Eglise ;
Et vous prient d'assister .u xervrce, nres-
se, et enterrement qui auront lies demain
judi o10 du courant A cep: h-ures do ma-
tin.
Le c nvoi pArtira de la mairon do S6
nateur .'tnateu Julien Dasstk, iue du
Centre N* 158, pour se rendre l'E-
g'ise M6tropo!itain:.
Fo t-au Prince, le 9 Fivrier 19to.
Mort de M. Ren6 We ll
No-as lisoos dans le ,Petit Parisiens du 7
lanv er dernier 1'entrefi'e" suivant paiu sous
le titre g cad'vre identified :
*On dicouvrait ricemment dans une ca-
bane, sur la pen'e du Djebel Bouk-rnine,
A Hammamlif, pies de Tunis, le cadavre
d'un Franqais, qui tout d'abo:d ne put atre
identified.
-* Le lendemnain on apprenait qu'un cour-
tier de commerce. re-irisentant A Marteille
I% mason Markh & Ce. de Paris. M. Rea6
Weill, avait disperuA Tunis. On a reconno
qu- le cadavre e J lmmnamlif 6tait celui
de M RenE Weill a.
M iWeill laisse en Haiti de nombreux
amis qui app'endront avec reg-et cette tris-
te nouvelle.
Arrive
Ce matin eat entri le steamer a Abd-
EI-Kader P vec les passagers suivants ve-
mant de :
Fort-de France. Brule.
Bas.e-Terre.- Augustin M9ey.
S:o-Duomingo Stenon R-vsle R-y,Mr
et Mane Ignacio Gonziles, Eirique, Louis
Charles.
Cayes.- Mae Vve Villarson, Z 1ie Ze-
phyr, Mme Phamphile et cnfant, Emama-
na -1 Moise, Mme D Gui!hou et enfant,
Samuel, Mr et Mme Lelva Henry, Marie
B6ad'dit. Agina Sancha, Mme Mo i s La-
gros e, Finuldor Sicard, Mae Vve Dumas,
Daniel Grivu.
Je'-mie- Arthur Caladon, Ed. Leb6gue,
Vve H. Butirre, Luccra Picard, G. Antoine,
A. Gluck, Mme L. Bontempz et enfant,
Ed. Tardica, Boacy, Alphonsine Mayar,
W. Bosch. Stella Bartrano, Mae Laraque,
Mr Occeded.

Les fundrailles de Mne EDoUARD LaYS,
ne Mme ROSE ALICE RIMPEI.. ddcedde hiei
apres-midi,auront lieu aujourd'hui A 3 hen
re* de l'apres-midi, en I'Eglise Cathddrale
Maison mortsaaire, 43 Angle des Rue
de la Revolution et des Casernes.
A la Douane
Mr Leopold St Remy, ancient caissier a:
Bureau de la Recette, a etE nommd Ins
pecteur A la douane.
A ce nouveau post de confiance anque
vient de I'appeler le President Simon, M;
St Remy saurm fire valoir les excellent
qualities qui le distinguent i mu si hamt de
grP.


R6publtque DomininoainO
Le 29 septembre so19 le Prsient RA-
ano CAcaau a public an dreSt reliant Ia
concession de teres publiques. 'apr~s
les terms de ce dcret. I'iodivido ou la
socidte qui desire obtenir la peromissio de
cultiser des terres publiques de I'Etat dolt
en faire la demande sous pli cachet auso D
partement de i'Agriculture et de I nduns-
trie, distant que la terre est inoccupie,
mentioonant le hombre d'hectares voulu,
indiquant la province, la commune et la
section oh el e se trove et ses liAiAes. II
fiut aussi specifier I'objet auquel e'lc doit
seivir, de mame qte la nationalist& do de-
mandeur, qai doit se conformer A soaues
lea stipulations de Ia la loi du 5 juin i9o0.
Si le Dipartement de l'Agriculthue et de
I'Industrie faith drois A la demand, l'inte-
resse devra fourir one caution. forukalit*
non requ se poor les citoyens du pays qui
d6sirent des 6tendues de 'erre infirieures A
So hectares.
Un incident diplomatique A
Washington
S:lon les dhpaches de New-Yoik, un in-
c'den: di lomitiquw fAcheuz ce strait pro
duic entire les E'as-UJais et : E pagne.
On ignore gdneraletent que I Espagne
n'est Teprcieatie A Washing:on que par un
micistie, bien qu: le goovernemeat ambri-
cain ait i plusieurs reprises exprim6 le de-
sir de voir ce 'e lgition transformee en
ambass:de.
Or depuis I'avenement an pouvoir re M.
Taf(, divers chingements ont eti apportds
au protocol.
Autrefois, ambissadeu s et ministres pli-
nipo eatiaires itaient rtqus ensemble, A
chQaue grande occasion, par le president
des E als-Unis. Mintenantn,il n'en est point
de m6me ; Its ministres representant les
nations e rargeres A Washington ne pen-
vent pas e re r:eos avec les ambassadeurs.
P,.ur ne point s'tre conform au nou-
veau r/g ement protocolaiTe don't peot-
&tre il n'avait pas connaissance-le ma-quis
de Villalobar, ministry d'Eipagne dans Ia
capital des Eats-Unis, qui s'etait m a
aux rargs des ambassadturs lors de la re-
ception doa er janvier A Washirgton, fat
price de se reciier.
M6content de ce qu'il considdrAit coru-
me un manque d'egards poor la nation
qu'il reprEsente, le marquis de Villalobar
se serait plaint vivement A Midrid.
A la suite de ceite plainte de son repre-
sentant, le gouvernement espagnol au-ait
decidEe de le rappeler et de lai er pendant
quelque temps la ligEtiond'Espigne i Was-
hington sans titaulaire, en guise de protes-
tation.
Cet incident, dit-on en AmErique, est
d'ausant plus rregettab'e que deputy le trai-
tE de Paris qui mit fla A la guerre hispa-
no-americaine, le government des Etati-
Unis a fait tout son possible pour regiag er
l'amitie de l'Esp.gae.
Bonne R6compe:se
Sera accordee A celui qui fera parvenir
aux bu-eaux du XKatin on troassean de
clefs perdu vendredi dernier.
Maison A vendre
On offre i des conditions raisonnables
one excellence maison, de co. .traction
r¢e situa i Bolosse, reanissant tones
les commoditEs et toutes les qualitis d'hy
giene : Jardins, arbres fruitiers, cloture et
ma;oonnerie, ecuries, remise, dEpendancei
modern style, jeux de tuyaox, etc.
S'adresser au MATIN.
Fermeture de la malle
Les diptches pour Jyrimie. Santiago di
Cuba, Cayes, Jacmel, Sto Domiugo-New
p York et I'Europe ( via de Sgo de Cubr
par le s/s a Abd-EI-Kader a seront fermbe
Inercredi 9 du couroat i m di prkcis.
Port-au-Prince Ie 7 fevrier 1910o.
r Dcolarations
. Je soussignae, declare A la commission
Spoor la repartition des fonds saox sinistre
s et au commerce, avoir perda mon bnlletii
au N o 29 dans le chemin de for, venas
de la Croix-des-Bouquets.
Portn-au-Prince, 7 fevrier 1910,
o Mme SiMouN Doaisaiswr.
*
Je, soudsigo, declare avoir perdu mo
1 bulletin de secours des sstis des 5 et
r juailet I9o8, ponant le No 2301 Ie
s declare nuot, duplicaa dv No3 m-0; e- d

BascUON MaNMiwA


Tribune du Matina"


EN PASSANT

Couar'e r6piqtae A
Mr Myrial aMic.
Tou'e une meate, farieuse et m c
s'est ddchainae centre moi ;- pirc
j'ai eu le malheur de dfeadie le g t
rouet, de prdeenter fen le gal Merisier ji.
nis saus sa vraie physionomie ; parcequ a
combats l'oeavre nafaste de repnrt-..
inaugurie en cette ville par Mr Cha--
parce que j'ai eu !'audace inooie de s
pas me prosterner en presence de caot
Dieu devant qui cette cohae est en per4.
tuelle adoration ...
Oai, c'e.t use levIe ea masce coma
mci, un dichalnement d'invectives, c's
*ai foll general qui, heureusemeat, aI It
trouble point, ne im'efraye aullemt...
Ohe,quel f natismeI
Donc, apres Mr Charman dasna l'Akk.
le. s aprei Mr le Daucder Philistine da
I Impartial, apr6s Paul Emile Jasmin dm
le oPwe'listc. caet maintenant le "at r
Myriel Michel qui, toujours dan is Noi
vwlliste mate la charge centre moi, aec
uae Egale furea...
A propos des derittrei elections i Ja.
me', Mr My'iel Michel, enchEissant a
co:-e, s'i I se peat, !u' la noae laudative e
Mr Paul Emile Jasmin, entonne nn yia.
table dithyrambe ei l'honneur de a
nouveau protecteur, Mr Charmant. C'O
son droit et je n'y trouverais pas I redin,
s'il ne s'eltit avisd de we charger A fosi,
lui aussi. Tu quoque, fili pourrais-jei
crier, en parodiant le cri tragique de C-
sar.... ah I les thorifEraires stpendisi, 4
quoi re sont-ils pas capable ?...
Eh bien, sur cc Elections que Mt My
riel M chel consid 6- avec le prisme de w
jeans ambuions, subitement eveillt,--
de ces ambitions at .les siennes quoa a
les de celui quai li est maintenant p~h
cher que son veritable pire, dost k eas
est ?ourtant si digge de commiusratio,-
sur ces famenses elections, dis-je, et soh
popularity prEteadae immense de Mr Cho
mant, j'ai dEjk ecrit I'exac.e vEritd damn
precedent article. Je no reviendrai pas 0
ce saoet que je considered come epuia.
Je pr6 enterat cependant comme prmW
que la liberty, la lib.-rtd lectorale uso
tout,- nous est revenue, le fait quo k
commissaire de la Police commumai
Mr Dulmdry Vincent, a et6 revoqu Ipub
Commission Communale, ( compose &
Mrs P. Briffau t, E Voyard et P. J. Ni0.
las pour avoir eu 'audace de voter pm
Mr Ernest Bellande come premier m-
sciller communal.
11 me suafira ensui e de conasator q*
Mr Myr el Michel, arpenears public, i
laissant si bouisole, son gagne-pain. Vect
tater de la po i ique, se constitue I'sdmi-
rateur enthousiaste et pent tre inttiret
d'un home don't le comp:e est faith, q
ne se maintient i ot que par des coup,
d'audace et des exp6dlents le pls souvs t
hon'eux- ce qui nae peat gure dxer.-
et se rhvc'e sons an aspect pen io tu
qu'ilcroit charmint. Mais ct son droit,
ai-je dit, etie me borne i pdrea w
2 de son a:titade.
De mrame, je cons'a erai encore q'
mel- qui a ttd longtemps la patri .s
crurs vaillants, des Ames nobles die a
rtcteres ElevEs,- il existed depais pea
e troupe de gens famdliques qui .
- leurs plumes quo dis-je I lours siU
res,-( car i's re savent pas dcaie, 1
s o'ont jamais rien Ecrit, ils ne peuve" t
signer,-n vdritables inconscients,les d1'
brations qu'on lear presents ) contr e
promnesse de place on une pronea ,r
cuniaire,- ou an service d'argeat. I
s que 'es gens de cette troupe i-i
n ayant la mmoire pea fiddle, ne .ro
Srien de plus beau que de vilipendd 1
t bienfaiteurs d'hier p ur ne loser q3 'a
du jour, ou mieux ceux qui font .W
ment miroiter A lenrs yeuz ckarmr&6 1 P
ddcevantes perspectives, n'est-ce F o
ceux-lA sonr dignes de mnepris ?....***.
n Cependant nous avons A Jacmel e-
6 pinicre d'crivains facitieax. Quo di
e lens insou ponnds se rd vlnat w
. ment auso public Ebahi I J'entrevois.l .
bonne ville une an et
moisson de gloire lndrais.... J 'i







6 bidnabi! des dicux, Ia ot-
Dose no$ foiliculiftlfs iclosent, sous le
doficdlitare d'un chir'Uaft enchanieur,
...eades chazSPigIOU0s v'n'neuI qui pou
am~ pr .me nujitd'orage...
&CatceS ur 501 qu'ilS essayCeit leurs
les follictilai es i court de cope.
Jewis pour Icurs deb-les ma-ns une vivan-
38 Cibie. jC commece A crroire q -e je DC
yaw plus pouvoir rip udre aux claneuts
dc 1006 [a troupe coassaqte... Le iuoyen,
dasilleu s, de le faite ?.- 11 me faudrait
Moir go phriodique Itmot; CeI'ne su i-;pis
gse acssSCz rizhe, me uc pouch celA, qua~.-
48ace diseat mcs ditrac cuts.
ILep' sage sera donc de 'm~priser rous
as el~aquets, tous ces aboycurs,- la fou.
Ig des pe its roque s qui 1ippent en raon

tafmL ma3Az.UMDRz ( dit pdj!us. mle).
agmel, If 24 ijAflief I-)I j


HOTEL BELLEVUE
Jeumdi 1OFiritr proch si
A 7 beares et demie du dir.


bANDS lPsPRlk*TATlON Cin
BRLAPHIQUS DONNkE


kMATO-


PAR 4
IsCie. BOYER GUIOL de* E a's-Uois.
Awist6 de la sympathique et gran-
d dandease Madame Sylvia. dans
asM repertoire nquveau.
PR-CIAMME DE LA S31RaE :


Avis


1910


CABINET


d'Electroth6rapie
128, RUE DU CENTRE
PORT-AU-PRINC.
Traitement mo'erne, avantageux A
tous I s points de vueet 6pargoe aux
malades les dangers et les suites ft-
cheoses d,-s Opdrations chirurgicales
d6labrantes le p us to2vent iuutiles
dans la plupart des cas de
Maladies do la femme (gynecologic)
Malalies des Yeux
Maladies des voies gdnito-Usinaires
Maladies chroniques, g6n6rales ou
locales.
NOTA Pour la Gyn4cologie, traite-
ment A DOMICILE ani grd des maladies.
Docteur C. GAVEAU


MAIDCIN, ClIRLUaGIEN et ACCOUCHEUR
dipl6mn de l'Universit6 de Harvard.
CONSULTATIONS
de 7 A 10 heures du matin et
do 2 A 4 heures doe 'aprbs midi.


GnA-UITES


: lea Lundis de 2 A 4 hres.
de I'apr6s-m di.


Horq de ces heures de Cabinet, le
Docteur Gaveeu visit la client61e en
ville et fAit lea consultations A do.ui-
cile.

r[r Robert R. Ewald


*e La Rival, on le vceu de Miles StO.-' .-.#W.
dih, (grand scene tragique dan I oaet DENTISTE-AMaRICAIN
de Elas-Unis, comp coant les six tab eAu- Dipln56 du '- philadelphia Dental College.
ivants : i Iiscilla prdfrre John Alder ; and GaweLson's 16pital of Oral Surge-
muot sur 1le pied dme guerre 30 Le ry. 'Membre dipl6m6 du Phila-
Sb quOdt tn le pied de gs0 e rre ; 3 Le delphia School of Anatomy "
Smbbut duo poritain o4 Mies ctp urE par A
ks Peaux-Rouges 0 John Alden va lui Appel6 aux Caye-, announce a sa
lePer nRcousge; 6" ohn fiantillesde John. nombreuse clientele et an public
2 Chunsonnet e l'usire p Ir M" -Boyr qu'il sera de retour dana un mois.
omagfent de piano ) Port-au-Prince le 10 Janvier 1910.
) Le S-ece .d'ane M&re.
&** I estimestale oCu l'o0 voit r a
-m. e,. rdduite par ia suvred, ne sa- LA CoMMIssioN DORGANISATION DB
di qv fire, qu tad enfio sur son che- LA PARTICIPATION DE LA RAPUBLIQUE
Iia viea i passer un gentilhoome qu D'HAITI a I'ExPOsmoN INTERNATIONA-
pu la suite devena ison maria ignore leLE DR BRUXELEKS
Uscr', de ua fcmme (Grand sccas) cLa Commnnission charge de recher-
4u U ipattur refait. (Long se com- cher los prodnits et d'en fair l'expl-
qc. edition i Bruxelles, avise le public que
INTERMWDE sle haut du local ou so trove la
Desxitm: panie : Chambre de Commerce de Port-au-
Uce Ereu.r de just ce.Granddrame n Prince est affect A recevoir en ddp6t
Ue Erren de pass Cherbourg. (Frane) leos products destines & I'Expo ition.
kmen pan six Cherbourg France ) s Avant i'exp6dition des prodaits, ils
six e : L dou e; seront prdalablemert expos6s an cette
po ie ; 4vHeagle m3an, rriveau institution, a une 6poque quai sera ul-
19 police; 40 Henri le mara, arrive sa t6rieurement flx6e. En consequence,
W rendez-vous ; so Le Tribanal marl- leur reception commencera d6s lundi
ti, terrible accusation condamnd a prochain.
MaW ; 6dLmeslra da u masd. b t La Commission se tiendra A Ia dispo-
. .dame Sstylvia, dans md es(al- ion du public an dit local, sis rue
IL) ame efie merveit cux de luzmibei dee Fronts-Forts No. 5, le martin do
SL C des b.eurs (comique.) hrs. A midi, et le soir de 2 A 5 hrs.
1NTERMEDE tous les jours, les dimanches et jours
Tioisitme panie : f6rids except6s.
Vt Les deux poulets (comique) Les articles A exposer devront 6tre
2o La fik do rocker naoir ((ferie effects livrds an d6p6l an plus tard, le 2o fe-
Imijlle.) vTrier 1910.
o30 Use servante q a do toupet (comi- | Port-au-Prince, 17 Novembre 1909.


La Compagnie recommande au bienvei'-
lant public cette grande representation qui
sers d'un genre plus qu'intdressant par le
Grand Drame : '* Une Erreur de justice "
ane r6alitd sensatloonelle de la vie.


CHAPELLERIE
PAILLE DE PORTO-RICO
'ACCOURltZ CHiZ


Feliberto Gonzales


JOSE SAN MILLAN
FAD|IQUE DI CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
SALON K COIPTURE DU LOUVRE
Fuar togs ten goats et pour toutes
s bofrss.


MASON DE CONFIANCE
'148 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu de la
R1publique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par les
derniers Steamers une Varidt6 d'6tof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote, Drap vert et bleu d'une
rdelle supdrioritd.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE' I SOLIDITe 1!
L'dtablissement so recommande aux
clients les plus d6licats qui appr6-
cient chaque jour davantage le FINI,
de son travail.
Demandez chez Joseph Sain:-Cloud le
Restaurateur de la Sant.t et des Cartes pos-
tales Illastr6e.


Voulez-vous 6tre mieux chauss6 ?...
II est tr6s rare do trouver dans une
mAme confection I'El6gance et la so-
lidit6
MM. VITIELLO fr6res,
les sp6cialistes en chaussures pour
homes, formnes frangaises et am6ri
caines, ont I'honneur d'annoncer A
leur nombreuse clientele qu'ils vien-
nent de recevoir de nouvelles formnes
c Du Dernier Cri Parisien a, du ve-
ritable Modern S yle.
Les Chaussures sont reconnues in-
comparables par la Commodit6 de
leurs formes et par leur Solidit6 joint
i un travail entibrement fini.
La Maison possede en d6p6t des
matdriaux de premier choix prove-
nant des mreilleures fabriques des
Etats-Unis et de France.
Ohevreau verni, Extra-Qualitd,
e[ meilleure marque.
Peau jeaune de toutes nuances,
veritable Cuir de Russie.
La Quality des fournitures emplo-
ydes dans les souliers et les soins
apport6s dans la confection nous per-
mettent de les garantir comme les
plus solides et les plus durables.
Stock de Chaussures fines pour la
vente en gros et detail.
Assortment complete de cirages et
lacets de toutes nuances.
Prix fixe mais modAr6.
Adresse : VITIELLO fr6res
145, Grand'Rue, face en de la Poste

Changement d'adresse
Dr Lissade
127, RUE DU CENTRE, 127.

Manufacture

de Tabacs S. T. L.


Le


EN VENTE
Scaferlati Sp6cial


tr;'s appr6cie des fumeurs
50 cts. le paquet
D6p6t PLACE GEFFRARD.


PHttlqv pemdamt plus d'un ie


C0t home fut sauv6 par

L'MULSION SCOTT
..i

"II y avait plus d'un an que
jfavais perdu la sante; je ne pou-
vais plus digercr lea aliments, la
nourriture me r6pugnait, je dor-
mais mal, le moindre effor-t me
fatiguait, mon poids diminuait
d'une faqon alarmante et I'e tat de
ma sante en gEneral donnait lieu
aux apprehensions les plus sE-
rieuses.
Vous jugerez quel fut mon d6-
sespoir quand deux medecins dis-
tinguds me declarnrent atteint dc
Phtisie pulmonaire.
"Ce fut alors que ledocteur Carlos
Fuertes Picalua, un des savants
qui par leur savoir profortd font
I'honneur ct la gloire de la I'acultd
de Medecine de Colombia, ap.es
un examen soigneux. me fit : rendre
I EMULSION 0SCOTT, ct six dou-
zaines dc bouteilles de ce remi:de
merveillcux orit suffi pour-
me guerir comp:t:tement." A?'


MAXIMO NUREZ
Plato, Colombia.


SCOTT & BOWNE. Oroguast.., km. 1erI~


SCOTT & BOW E.A


ROYAL Kola Chamnpagane

Cette d6licieise boisson, doat les quality ltoa.iques t ftitiliautes, la'sa-
veur exquise, le m)alleix agr6able oat coatribad6 foram ~r incomparablea
rafratchissament dji climits tropicaax, mdrite bien son titre a IOYAL s.


Agence G6n6rale


et D6p6t :


AU MAGASIN DE LA Mi-TROPOLE


MAISON JULES LAVILLE


98, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Vous le troavaeez en outre ohez :


Andr6 Faubert
Pharmacie Alex. Roberts
Muodme E. Dreyfas
St1'Epicerie H. Corvington


PORT-AU-PRINCE.


rue Roux A l'Epicerie N6rette Grand'rue (en face
dc la station central des pompiers.)
do & 'Epicerie C.Lundi rue des fronts-forts
rue F6rou I an Magasin E. Dreyfus do


EN PROVINCE


F. b6riez


Petitorave.
Mm e Uzrd Bartels


J. R. Montasse
J6r6mie.


Gonaives


HOTEL


ESTAURANT


POLITAIN


J6r6mie
Chambree & cochebr spaeioses. Bonne table & prix moddr6.
Salle d oocoft. Teonts. leou divers.
DIRECrEu : ALAIN LARAQUE.
So habi EFp@n0ol. Engliah Spoken.


II I


-Ai


MNw York







AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du


TARIF


Tabacs Scaferlati


G6n6ral, -


GOURDES


F6vrier 1910.


Cigarettes


GOURDES


M C. L. Verret
Ta1U&eur-MaroharL&
Doane avis A ma bionvoillants 11m
til, quo sma maimon No:?7, Rue Tray.,.
sibre sat toujours bias pour-wasIrl
varlit6 d'ltofeos do 6Ia, haute as.
voaut paallemas.
QuLrr* Suw~mum. Coups
TRATM oimgh. Ezicuno ON IR
Prim iis ,dmifsI

LA


LEVANT SUPt.RInUR (dit tabac d'Egypte) la Bolte de
50 grammes
LoVANT ORDINAIRE paper violet liss%, le paquet
de 50 grammes
MARYI.AN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIRUR paper bleu le paquet do
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRE paper pAte brune le paquet
de 40 grammes
TARAC A PRISER, Virginie haut gout, paper jau-
ne, le paquet de 10 grammes


POUDRr SUPERIIEURE, paper bleu
100 grammes


1.25

0.90
0.70

0 70

0.75

0.60,


le paquet de


POITDRE ORDINAIRE,-papier brun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MACHER roles Menus fil6s le paquet de
100 grammes


1.50

1.20

1.50


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CHASSEUR le paquet de 20
HONGROISES en levant supdrieur Le Bondon de
20 cigarettes
do en caporal supdrieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland le paquet do 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ELEGANTEs en Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal superieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FANQAlSKS en caporal supdrieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ROULtas en Maryland et caporal supdrieur le
portefeuille de 20
do en capoial doux la botte de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la botte de 10


special,


A LIELEGANCE
OORDONNERIE.

42. Roa des Fronts-Forcms
CRAUSXIUmS U9 Dt*VtT,POT3M LA EwTI
Promptitude et se'u aux command
does taut ici qu'eu province.
Chausaure doe Dame form* et tra-
vail tonjours tout ee qu'il y a de Flusr
nouveaux.
Forms xmAricaine et francaise pour
Messieura ; 6e16gautes et commodes
Pour les eofants le plus l'aise.
ri avail solid ex6out* aveo
des peaux do proem remarque


1.20
0.60
0.90
1.20
0.85
0.85
075
0.75
0.70
0.70
060
0.60
0.60
0.45
075
0.40
0.60
0.30


J. LAVILLE.


Laboratoire Sejourne


PREPARATION DE TOUTES AMP
LISEES ET IN.


au


'OULES MiD1CAMENTEUSES STERI.
JECTABLES.


Ampoules d'Eau de m6r Isotoniques selon Quinton.
I.'eau de mer que nous employons a Wte soigneusement captde au large,
i delay de l'lle de la GonAve. Nous faisons remarquer au Corps medical
)b-servation judicieuse que font les laboratoires strangers :


a L'Eau de mer injectable doit (tre de fabrication r6cente pour avoir toutes sA pro-
priet6s thdrapentiques. De nombreuses attestations nous permettent de certifler que
nos products ont dorn6 tous les rdsultats esp6r6s.

Specialit6: Serum nevrosth6nique.
Ce S6rum r6gularise les changes nutritifs, il a 6td employed avec sauc
cbs dans la neurasthAnie, la tuberculose, etc.


COGNAC OTARD-DUPUY


Pour tous renseignements et
8'ADRESSER A :


Mason dtablie depuis 1795,
dans le ChAteau de Cognac
oCi est nd le Roi Francois er.


Cornrnandes
Andr6 FAUBERT


agent g6n6ral pour la R6publique d'Haiti.


Cordonnerie


NouveYU.


I


--


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'l.
le vient de recevoir, par dernierbl.
teau, une forte quantity de marchan.
dishes et de fournitures de toute frat
cheur et de toute t beauty, imported
de France, d'Allemagne et des Eta.
Unis.
Le public etdgant, curieux do a
bien chausser, y trouvera les penal
les plus solides et aux nuances li
plus varies les formes les plus bell
et les plus appropri6es.
On n'a qu'a venir cbhez G.B PETOUA
pour 6tre assured d'6tre chaus&d si.
vant les meilleures lois du confort 0t
de la mode. Spdcialitds pour dame.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, forms, fourniturm
et matdriaux divers pour cordon.
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, 1u
prix les plus moddrds, A
LA CORDONNKRIE NouvgLL.
143,GRAND'RUE 143,

Maison F. Brunes
195, GRBAND'RUE
Dirig6e par
L. Hodelin
A.ncicn membre d(e la socirtt philantro.
que des maitres taillcurs de I' ris
Vient de recevoir un grand cho
d'4totfes diagonal, casimir, alpaca,
chevio'e, cheviote pour deuil, *.
Recommande particulilrement 1
clientele une belle collection de c0o
pes de casimir, de gilets de fantaiii
et de piqud de toute beauty.
SPtCIALITi DE COSTUMIA Di NOCL
-Coupes Francaise. Anglaise et AMu
ricaine de la dernire perfection. IA
maison confectionne aussi des Co
TUNES MILITAIRES, HABITS BRODl,
DOLMAN, TUNIQUES,HABITS CARR98lC,
etc, de tous grades.

Francisco DESUSI
Fabrioant de ohaussur

La Manufacture a toujours as d40
au grand stock, pour la veat *
groa at an detail, do ehausUIar*
tons gares pour
Houes, FxrMU, EKwAW ..
Les commander des eommnnerM
do l'i.t6riour pourront itre 'Iexi6
dane o Nemaie a peou pri.
28, Ra des Fronts-Forts, 5
PORe-AV-Puwa f sAw )


NESTOR FELI
L excellent tailledr avantageu
counu de touted la Rdpublique
de rouvrir son atelier Rae
( Ru4 de Miracles ) No 61,
Sa nombrouse clientele
come tonjours touto e*M
pour lea travaux qui lul erot C

r Jh. M. Duplessl
Photographs
Avise ses nombreoux clients
nest A leur disposition que o6
& midi, de 2 It 5 hear, e
aprbs-midi des dimanche s
jours fdride.