<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00840
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 2, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00840

Full Text


Troisib* Ann6o, NM 857


Port-au-Prince, Harti


Mercredi, 2 F6vrier 1910


ABONUEVENT8


port-au-Prince

D~partements

Etranger.


LE NUMNBRO 15


UN MOS. .. G. 2.00
TROIS Mols... 5 00
UN MoIs ., G. 2.20
STROIS Mos 6.00
TrIos Mois. u 8.00


C16ment-Eagloire
DUWCTRUR-FoNDATKUR


I


J


I a


CENTIMES


Iae mnui-i i~'t n ,.-i mnon ne ser'on
ll.t, rendu-.
REDACTIION-ADM.\INISTRATIO-NI
45, RUE ROUX, 45.


Arthur Isidore
ADMINISTR &TEUR


OUOTIDIEN


Revenons au Caf6 et eoxaminons com-
ment notre principal deor6e a marche6
da cotd de sa production. Mettons-le
en paral'!le avec la production de la
canine don't le sucre turbine ou la rmi-
lasse no sont plus exports d6ji it y a
belle lurette.
Depais la colonies ces deux pro-
daits oat pu souls resister A no're
turbulence et A notre incurie ; les au-
tres plantations comma cellos de l''n-
digo, le cacao en parties et le coton no
raprisentent que des insignifiances et
r'indigo lui-mAme eat ignore chez I'hai-
tion. Qaeolques habitations dans l'intd-
rineaur u pays laissent entrevoir quel-
traces d'indigoteriee ; les plus connues
soot cells qui ont 6t6 l'objet d'un bon
sommeil berceur, le r6veor Etendu -ur
le dos sons l'ombre d'an de nos grands
arbres, dans l'illasion d'uan songe an
course duquel l'ancien colon qu'il n'a
pas cornu, don't la riches. li a dtd si
soaventes fois cont6e, est venu lui rd-
v6ler l'entassoment d'un tas de lingots
d'or au fond du puit de l'indigoterie do
I'ancianne cas'. Fosilles vaines, mau-
usis rcvo$s.
Qaant au cacao, nous en produisonv
a pen prei une insigniflance et depuis
quelqtes ann6es sou exportation n'ac-
cuse aucune augmentation de quanti-
t6. L'aanee 1909 a dtE tie* mauvaine
poPrce produit alimentaire, car de 118
&5 francs m6me, qu'il a et6 cot6 et
r6alise, il reculait soui I'inl ience d'un
approvisiounement et d'une panique
de Banquo A Hambourg et a New-York.
Ce dernier march qui conduit tous lea
antres du monde pour la consomma-
tion locale du cacao, sons l'influence
done raret6 d'argent placed mdme d
10 olo par jour dans la panique, prts
sur dchdanssc de 24 houres, Ie produit a
6td d lais.s t Ie prix a chutA de 23
dollars Ai 7.53 et arn6t6 A 9 50. Ac-
tuollement, it eat mal place au HAvre
avec an course diffictle de 53 A 61' frs.
ouivant quality, contrae 'ann6e 1907 A
paroille date au course do 95 a 115 frs.
Done Particle eat d6preci6. Vraiment
n.ous n'avons pas d'avenir avec nos pro-
ss d'exportation I
Le coton est par contre la march an-
dise haut en prix actuellement, trbi
POUtenu malgru an stock formidable
de 4.206.000 ballees dans le monde ; le
eoars en eat varied suivant les sorts et
leors soin s; jusq'A la fia do 4909 le
coton dHalti 6tait plac6 de 80 a 90 frs.
MaiS faulrait-Ul dans eI bien m6me du
Pror&s agricole anpnoncer qu'une rd-
*Ote plantation de cotoa lance sur
Ua tree bon pled et intelliemment
ervOlldse a product nse quality si bells
O tI' article a ea appreciation l1ev6e
-125 franc, on pate au coton dur
u Perou,e plas beau coten du model
Malgre l'ecoaragement des hats
put, Sn plantatioon ont 6t6 ralenties
*it da le arbres m6mes soit dans
I8s gosee. Da cOt6 de son exportation
u ea o .e 44erelsseace marquee,


toojours cette persistence constatatioa
sur le r6sultat agricole national.
De 11 250 bailes do cotton & 400 lives
en 1907, la quantity en 1908 a 6t4 ra-
menee dans une grsdation descendants
A 8.400 Balles I n'en sera pas ainsi
pour 1909 1910, si coax qul entendent
les bonnes at encourageantes paroles
lancEes on favour da notre Agriculture
si m6prideo, si d6croissante, soe lis-
saient aller vers cette prospdritd assa-
r6e qui ne trouble ni l'esprit ni l'Ame.
Avoc le cafd on n'on eat pas plus
prosper. La production a baised dans
des proportions si alarmantes qua le
danger en eat grand, sinon pour le pr6-
sent economique mais poor l'avenir
dans le cam que le Pays n'irait pas de
suite a d'autres plantations don't le
rapport on prix sera plans considerable.
Fandra-t-il nous r4p4ter pour fair
comprendre le c6td irralsonnd, illogi-
quo do tout economiste qui conseille-
rait nos cultivateurs de pousser plus
intensivement Ia plantation du cafe
en face du BrAsil qui pr6che la parole
do destruction, memo par le fee, d'une
cortaine quantity du product ?
Nous avons pour devoir d'indiquer
l'autre route plus pratique, cell qui
nousamoera easr un march proximi-
t6 do notre lie, avec un product alimen-
taire dout l'ecoulement eat assure, et
des prodaits poass6s intensivement par
onue organisation agricole rationnelle,
non comma cell sat rudimentaire que
nous avons laissEe A des mains intna-
biles, et sur laquelle l'Etat ne cease de
fair fonds.
Autre part, il faut constater I'Etat pi-
teux do la canne & sacre don't les
plantations out souffart dans certaines
regions du Pays. A la Plaine da Cul-
de-Sac, de fortes inondations ont eu
liea. Lee sinistrds ont mang6, so
sont vtus ouer la caisse organisee par
des seuscripteurs ; I'actlon on eat g6-
nareuse, c'est tout.
Mais, II a quasi les champs out dis-
paru sone sa folie d'un torrent d'eau ;
et la folle momentan6ment assagle
pent avoir d'autrm aoeAs c nvalsifs
plus faribonds I La culture do la can-
as diminuoe tonnamment dans touted
lee regions du Pays; les planters de
Port-au-Prince s'en Inquitent tant
qu'ils n'osent pas trop en parlor. Dans
le nord. a I'exception encore de Ia
plain da Cap, et dans le Nord-Otest
et I'Artibonite, it y en a qua pour al-
ler au moulin C'est lamentable Oc-
capons-nons en serieusement. Le an-
cre ddcroit paralllement avec le cafe
pour marcher c6te A c6te dans les
prix avec le in de Bordeaux ; dans
csrtaines villas le tafia a eu on
course de 4 gourdes 53 le gallon I'annde
passed, tandis qu'un gallon du Mont-
ferrand on da Bas M6doc las meme
epoque cod ait au dEtail as change de
500 o.o, 3 gourdes ou 3 gourdes 50.
A ton jamals'conna an tel record
dans le vocable des Sports agricoles ?


N'est-ce pas hooatux et dfconcertant
qu'un produit de oaxe sore do son pays
stranger distant do 4t60 liuews mari-
nes da march d'ecoulement, surchar-
g6 d'un fret de 20 jours de mir at sup-
portant roulis et tanagae st les incom-
modit6s des cales pomr venir tenir un
match avec un produit national et bat-
tre encore ce dernier avec g ibslle ? ?
Voudrait-on ouvrir lea yeux et lire
attentivmenot les diffirents prix do ta-
fia A Port-au-Prince, lieu de production
approvisionn6 par L6ogane et la Plaine
da Cul do Sac et voir combien nous
avoos compromise I'avenir dans la d6-
croissance de l'Agricnlturo'?
TAFIA

Janvier Juiilet Dec.


1900
1901
1902
1903
1904
1905
1906
1907
1908
1909


0.30
0.35
0 60
0.45
0.65
1.00
130
85
2-
2.50


2.50
80
80
o.
90
90
9-.
70
2.60
160


SucRit


Jan.


1900
1901
1902
1903
190
1905
1906
1907
1908
1909


20 cts
14
16
13
20
38
45
25
40
45


Joil.
12 cts.
18
14
14
32
40
40
40
50
45


40
45
7O)
1.10
1.20
0O
12. 60
1 80


Dic.
14 4
It;
13
'20
42
42
30
45
60
45


Pour finir, nous soumettoas plus
bus one court statistique sur le mon-
vement de I'exportation du cafe d'Haiti
A l'etranger, et lea chiffree sent assez
ddifiants pour nous convaincre de la
faiblease do la production national.
Celle-ci a baiss6 dans une tell grada-
tion que, malgre la reduction do I'int6-
rEt des tires consolid6s de notre dette
flottante don't les bleus et lee rooes out
et6 abaisses jusqu'i 2 112 olo l'an et
garantis par one parties des droits pr6-
feovds ur le cafe, le service des inter6ts
em pite d'ann6e en annee sur an re-
tard susceptible d'6tro arlrragd.
Nous eroyons uti'e do garantir I'au-
thenticit6 de nos chiffres qui oset tirds
dee documents strangers sortis des syn-
dicats don't I'anciennetd et la rdputa-
tion parent poor eux ; coi dit, I1 no
saurait y avoir encore aucan soaupon
mar la vhracit6 de notre .tatistiaue


L'Avelr du Gafi el d'filll

La Valorisation; --- Agriculture


exemp'e de toute supercherie qai pour Leo chemin est le travail, I'agricultu-
rait venir d'une autre source. re! Les appeler do toutes nos forces,
tous ensemble, pas oun no doit s'y dEro-
Exportation cafd comme suit : bar ; sortir et aslier an dehors les cher-
Ev 1887. export 759.000 S ic cher,.lee y amener, les encourager par
1890-91 45 .000 toas lee moyens et prendre au nor
1900-01 340.000 de la Nation, pour le Iravail et pour
190" 350,0000 ragricaulture, des engagements, lea souls
1907 348 000 qu soient soensd et approavds.
1908 317 000 C'est le travail dirig6 activement vers
I'agriculture qui sera le seal et le vrai
Smoyen de nous relevea do nos rain,*".
qui nous sortira de notre etat social
Apr6s avoir onto ire notre etude do communautaire ; c'est par lui qua none
quoeques commentaires au for et A me- rdessciterons pour vivre use vie non-
sure qu nous sauivioas le ofe6 d'Haitilvelle, d6gag6* de totes anciennes ha-


dane ses dvolutions productive et de-
vant Ia consomrua*ion 6trang;re qui en
fait Ie couors-diffefrence capital entire la
merchandise qui fait elle-mdme le sieon
- nous n'aurons pas A faire attendre
la conclusion qui sera encore un appel
au travail, A 1'dgriculture quo nous pa-
raissons avoir condamnue sans l'avoir
entendue.
Done, elle a plaid coupable pour
6chapper a d'autres sacril.l-es don't elol
nous connait encore capable et, iudi-
gnae, elle pleure disespdrde sur la na-
tion en ruine.
Cependant, son ddsespoir est le nD'"-
tre encore plus grand puisque notre es-
poir eat en ella, en sa source vive et
d6salt6rante, qui fortified une nation et
n'y aide A oeuoblir un people. Aucui
cheminconduit, aucune voie, aucun ai-
guillaga n'y ain ae : I'Agriculture eat la
port qui ouvre toutes les autros. Rien
sans elle : pas d'argent,pas d'economite,
pas d'administration sans elle ; pa doie
people, pas de drapeau et pas de Na-
tion sans elle !
Pas d'administration et pas Id'Ocono-
mie sans i'agriculture, avons nous dit.
L'dtat d6croissant do nos resources
n'est qu'une consequence dtie la d6cois-
sance ptoluctive nationals et cette gra-
dation descendants est la seule s octm-
per notre temps pour I'arrter, car on
crie de partout cette decroissance quand
tout I'atelier a faim, que personnel de la
ferme n'a encore mang6. Ce nest pas
seulement le cafr, le cotton et le cacao,
c'est la canned ; on dit encore plus loin
qu'on manque de bananas, de patates ;
les terres alimentaires du Pays dispais-
sent. Et apres ?
Apres, c'est la nation qui so plaint
do sa mitere, qui avoue ses besoins
st qui est charge d'obligatioos lourdes
de 30 millions de dollars C'est pour
ells que nous empruntons et pour elle
que nous 6conomisons !
Ne devons-nous pas penser au re-
maniement possible de nos d6penses et
savoir les distribuer au lieu de les sons-
traire : les diminuer devant leur insuf-
fisance et les engagemqnts pris la baa;
ne devons-nous pas encore souscrire do
nouvelles obligations. cette fois poor 1e
travail, pour agriculture, des engage-
ments pour produire au b6n6ice doe la
Nation et non au rotre?
Car en some, dans notre 6tat do
ddlabrement qu'avons-nous a adminis-
trer et quoe ecoeillons-nous d'une ad-
ministration pauvre dens on Eat pan-
vre dent tous les habitants sont nua,
fatigues, ddmoraliseds ? No voyons-nous
pas notre pauvretd no nous sentons pas
anciens dans uae vaste n6cropole ? ad-
ministrerons-nous sur les masures et
passerions-nous notre vie dans les msu-
ol6ees ?


III


I


_ ~ ~__







bitudes qu'avait nourries le monsonge
et tolorees la veulerie.
IA Pays est grand; la curiosity md
me no nous I'a pan faith connaltre Ou-
Vws ses portes grades, largess et mon-
trons-nous dispos6s au travail agricole;
noa bras hont so ies, sealement en-
gourdia apros tant d'oisivet6 et lea capi-
taux 0ous viendront. Its sont IA-bas
inactifs,6touffant dans les cerveaux trop
remplis ; ls ont besion de a'61ancer, ils
dernandent one activity vraie,mat6rielle
*t initerTroO.pue.
Pasta o prevea ions b6tes et iojusti-
fides., plus de cette pear d'enfant I Cent
dix ana sont souad., on vietist et joi-
qu'ici rie. encore I Qael retard, granl
Dieu I
Courons I1'Agricallure pour tre hea-
reazx et la Patrine promp6re.
CHARL&S VORBE.
FIN.






MATROAOLOGIQU 38


SNUIIAIRE COLLEGE St-MARTIAL
MARDI rer FVRIaR o 10


Baromitre A midi

Tompratur. minimum
maximum


763 m m'o
z8.6
2L 8


Moycnne diurne de la temperature 27,2
Ciel nuigeux la journee, clair de 8 h.
A midi. Forte rosee.- Le barometre
remnonte.- Halo lunaire. La nouvelle co-
m~ee est ir observable.
J. SCHIERER.
Tribunal Civil
lAudience civil du iee Fevrier 190o.
P'risidence : H. Mondestin
Ministire Public : I. Rosemocd
Jagements prononcs :
-- Celui qui condamne M. Stephen
Lafontant A payer au sieur Auguste Ms-
loire pour appointments dus I 0 426
dollars 12 ceutimes,2a iSo dollars 1 0
4so dollars formant easemb'e Mille vingt
six dollarsdouze cen-imes, -condamae Au-
guste Magloire A payer a Lafontant Ia
some de P. 2 518 gourdes 39 centimes
avec les intirets de droil, dit que pour se
liberer entire elles les parties s'are eront
2u taox en cars A partir de I'assignation
etc, etc.
Celui qui declare que les commat-
dements signifies aus dame* Ida Gnatalle,
spouse L. C Lh6risson ec Marie Gostalle,
Spouse Abel Thiard sont sans objet, les
annule que les dites dames syant renoocd A
la succession, elles ne setoat pas herititre*,
dit que leurs coms n'suraient pis d6 fi-
guser en cette quality dans les actes de
Lyon Hall et Co, ni sur les placards et
journaux encore moins en quality de dobi-
trices pares et simple,declare que le quart
d'apres l'ob!igation des propri.e:s sus-de-
signaesa 0 e seu ement cog-gE, il ne peut
tre procedd qu'A la vente de ce qu rt ;
en ce qui concern la dame Lherision la
fente est prdmaturde; condamne C. Lyon
Hall et Co, aux dipens : rejette les dom-
mages intirets demands centre ces der-
niers.
Affaire en:endue :
-Ferdinand FEdd centre Mme Veuve
Chiry Gaerrier.
AfKaires entasmes.
-Joseph Claude centre Corndlie Smith.
Mme Veuve John Price centre Dec-
teur Wesner Menos. V IPheure avancde
le tribunal a renvoyr le ddveloppemeat de
ses deux sffaires A premire audience du
mardi.
Tribunal de Cassation
.Audienea du Mardi ier Fdvrier 1910o.
Pesidence do juge Bonhomme.
A dix heures et demie, le tribunal prend
siege et prononce les arrtts suivants :
Celoi par lequel le tribunal se declare
incompetent pour connaltre de la deman-
de dedessaisisssement du sienr Albert Ger-
main centre le tribunal de Paix des Go-
naives.
LM affairs suivantes sot appeldes : ,


S- Celle de Pierre et P6tion Faubert,
demandeurs par Mes Vo'cy et So'on Me-
nos, contre M.dame Lorina Pinchino, de-
fedeere se par Mes Buassan cc C. Benoit.
( Joge rapporteur Dau roid, Minis'ere Pu-
b'ic D.mlnique.
Tribunaux de Paix
SECTION SUD
Arthur Bonnefil. directeur du a T61I-
graphe 9, reclame de Dominique Bernard
le complement des caracrieres typographi
ques vendus par celni-ci et des domnmages-
int6rets pour le prejudice causE par le re-
tard.
Le tribunal done difau: centre le ddfen-
dear qui n'a pas compare.
Le tribunal accord .n delai de a5 jours
a Joseph Dina poor payer su Docteur L.on
Audain la some de quara3ue dollars, pour
soins fournis A sa femme.
*
Diffgrentes affairs de deguerpissement
sont entendues ; le tribunal accord des dE-
lais aux locataires ricalcitran s ou malbea-
reux et fAit des cotes mal taillees.
Tribunal de Commerce
.Audience spiciale du ier Fierier 1910
Le Tribunal sous la presidency du d.-
yen R Bastien, assisted des juges Th. Dos-
sous et Alix Roy a pgis siege A 5 heures
lu soir et a pio-ionce lei jug:ments suit-
vants :
- Celui sur opposition qui coidamne
Mme Vve Fernand E ic A payer A la vec-
ve Anacreon Oclandeau, la some de 337
gourdes 5o par des terms mensuels de
30 gourdes.
Celui par difAut qui condamne Luc
Brouard i payer A A- Ricco la some de
313 gourdes 6o centimes,
Celui par defaut qui condimne D -
ploma Desir a payer A Desy r Delandes la
some de 235 gourdes au pioILip11et 50
gourdes de dommages-intieies :
Celoi qui condamne Paul Pasquet A
payer A Pascaline PRscal la some de 405
gourdes,montant du ban et cell de 81
gourdes,honoraires de Pavccat poursuivant
ce, dtaprfs condition convene dans le dit
bon ;
Celai par d.fast qui condamne MIs-
sillon Bien Aime A payer A Robert Th6-
baud la some de 215 gourdes;
-Ce'ui par dE6fju qat coindmna Lamer-
cie Lamo.he,dite dame Julien &Bulin A pe-
yer A Henri Brisson la some de x67 gour-
des 87 centimes.
Et la continuation de 1'arffire des Daca-
rett a eu lien. Lei avo-ats des parties ont
developpE lears moyncs et conclusions.
Le tribunal a ordonne le dep6t des pieces
pour en dhliborer et le siege a ett levc A
8 heures.
Cin6ma Gomez
Six vnes synchronisdes parmi lesquelles
rAfricsine change par un tenor i alien de
la dernire reno'. onde ; quatorze vuesaoi-
mes don't dix abso!umzent inedites et nou-
velles et enfin exhibition de Francesca
di Rimini on Les Frdres rivaux, drame
passion"nt non encore offe.t an public ;
-tels soot les clous de la representation
de cc soir, i I'H6 el-Bellevue.
Nous engageons le public A profi er de
cette derniere occasion, l'impresario G .).
mez devant partir Four J6r6mie.
Affaire o0reste-M6nos
Notre information d'hier ancongint
q'uo proces verbal de non lieu avait Ete
dressed, est inexacte.
Les timoins des dt ux adversaires se sont
rEnnis chez l'un d'eux, Me Grandjean
Guillaume, rue Lamarre. La conference a
dur6 trois quarts d'beure. MM. Guillaume
et GEdEon oat soatenu que la quality
d'offense appartient a Me Oreste qui a lan-
ce la Icttre-cartel. Telle n'est pas l'opinion
de MM. Ganthier et Emile Elie qui pro-
duisent *ne demand reconventionnelle,
reclamant pour Me Mdnos la me me qua-
lite d offense, attend dissent is, que la
provocation est pattie de Me Oreste ; ils
en appellent au tEmoignage de ceux qui as-
sistaient A l'audience. On se separa sans
avoir pu s'entendre.
A la second reunion qui cut lieu A zx
heures les temoins de Me Menos propose-
rent la formation d'un jury d'honneur qui
se prononcerait sur la qualitE d'oflense et
tranchera la question. An cas ou elle se-
rait accordde A Me Minos, celui-ci laisse-


rait le choix des armes A son adversaire.
Les t6moios de Me O este refustrent cette
slrent cette proposition, jugeant sai ile 'e
jury d'honneur et se renfermant dans cete
opinion uae leur client eta't l'offensd
poisque cest lei qui avait demand. repa-
ration par les armes.
On ne put pas s'entendre et ua proc6s-
verbal fut dressed en consequence. L'affaire
n'est done pas encore reg'ee ; espErons qu'
on arrive cependant A s'entendre afin d'i-
viter des chocs sanglants et toujours rc-
grettab!es.
Botes aux Lettres
Mon cher conf re,
Je vous price de mettre Ie public en gar-
de centre on escroc qui n'h6site pas, an
moyen de faux, A abuser des amis don't il
ignore pas les relations avec Le Bon Sens.
C'e t ainsi oe le Depute S.-Aude et le
Snateaur St- Rmy furent mystifies par le
faussaire qai leur a pris de I'argent.
La Police avisee recherche l'individu.
En attendant qu'on mette la main sur ce
chevalier d'industrie, nous prions nos
abonnes de ne rien payer qu' pr6sentaton
de requ a imprime dbiment rev(tu de la
signature de note directeur.
B en i vous,
CAUMILLE N. NUMA.

Hotel Morch
Jeudi 3Fuvrier 1910.
A 8 heures prdcises du Soir.
GRANDE SI:ANCE CiNkMATOGRAI'HIQUZ
pAR
La Cie. BUYER GUIOL dea Etats-Unis.
Entree G6ndrale : G. 2.
Enfants ant dessousde 12ans G. 1.
PROGRAMME
i L'amtteur policies (comique )
20 L'enfant prodigue (sceae moraliste en
sept tableaux.) Le fils reclame sa part do
patrimoine. 2. Le depart et I'adies A ses
parents. 3 Le gaspillage de sa fortune, 4
Raint il ae lui rest plus d amis. 3. La
vision de sa prospuriti perdue. 6. Le rd-
tour an foyer paternel. 7. Feaes eti rjou s-
sances.
3* Chansonnettes illustries, par Mr Bo-
yer.
40 Le mystdrieux bulet (comique d un
noaveau genre. )
5* Les aven ures d'un rooleau de Lino-
leum (ongue scone comique,-grand sac-

INTERMEDE
i1 La Vengeance doune Egyptieone.
20 Un flegmatique gentilhomme.
30 L'idole d'uoe matinee ( quelqu'un
qui ne pent so defaire de ses admiratraces
et qui A la fin passe do comiqu2 an sub i-
me.)
40D Danse de papillon, par Madame Syl-
via.
So Le vieux Loup de mer, en sept ta
bleaux. i. La loi du matelot. 2. Un corn-
plot pour la destruction do phare. 3. Les
donaniers A lear second s. 4. Au phare. .
La rdussite du complot. 6. Cc pu'il ad.
vient d'un saire c6ct. 7. La fin do vieux
loup de mer.
INTERIM DE
Qui est maitre chez soi ? Longue
scene comique se deroulant dans deux me-
nages i la fois.
La Dessalinienne
AVIS TRIS IMPORTANT
La Direction faith savoir reopectuoeu-
sement au public que pour mettre un
frein A labus et aux ddsordres qui so
produisent A la vente des billets, au-
cman aren't ne sera recu A l'entr6e
mais bien dans l'intlrieur ao fur et A
measure do placement des spectateurs
qui sont pris en outre do conserve
sogneuse menlt lers coupons afin
deprpermentre e contr61e pendant la

repr4Uentation et a Ia sortie.


Le sIs Prina Willem IV, tenant
de New-York et de St-Marc est allen
du ici probablement samedi et partira
dimanche apres-midim poor le port
do Sod, Curacao et I'Europe p
Port-au-Prince, Is 30 Janviopr 1910
AUG. AHREDhyr, Aner 1910.


Uf cas de dillanina

TRIBUNAL CIVIL
Audience correctionnellh
Du 25 Oclobre 1909
Extrait des minutes
greffe du Tribunal ciyt 6
Port-au-Prince.
AU NOM DE LA REPUBLIQM,,

Le Tribunal civil dePart-aun-Princ
p6temment rduni an palais de j
rendu, en audience p oblique en Sm
bations correctonneiles, ie jogema3
vant :
Vu 1 0 Une 1 ttre signee Laroche
res, publiee dans le journal Leo
liste a n0 3141, Edition do douze
mil neuf cent neof sons Ia rabrique a
Mr B. D. C. du Matin let.re disM
Po:t-ao-Prince le neuf fevrier, am
cent aeuf et adresse aso Direc eur
*6 Nouvelliste '.
2 0 original d'uae sommation ea do
du dix sept fevrier mil neof ceut oef,
quete des si-urs Lna s Eheart. Artheia
dore, Archibald Blanc et FrdddEic
exploit de Louis Clitandre Pougnon,
sier, sig .fi4 ux si ars Georgei et
Laroche ;
3 0 L'original d'un exploit en r-
sau p:kccdear, reque e des freres Lr
do minis cre d: DEsir Alexandre,
aux sieurs Louis E'heart et consore & b
date du vingt du meme mois de rler
4 0 La grosse d un arret du Ti-
de cassation de la Republique rendu I* 4
neuf mai de cet e annoe.
05 D.ux listes contenant lei now
pompiers qui composeat deux caMfd
d'administradion su:cessifs de la
gnie des pompiers lib es de la capitals
premier prEsidE par le commandant
MondEsir et le second par le commal
actel! Louis EthEart.
6 0 Un article signo B. D. C. pet
dans le n 559 du journal e Le MatJ
Edition du huit fevrier mil neuf cent
article inti-uld Un peu d'indulge.ce,
vous p~ait a ;
7 0 Un article signed auwsi B. D. C.
I'auteur explique qui ces trols lettns M
ses initialed et qu el'es significant
dotte D.Chancy, publhe dans le a M4a6t
do treize fevrier meme ann6e, na $a
8 0 Lei conclusions respectives deos i
ties et d'autres pieces.
Ouit l'audience du cinq juillet decmin
ou I'affaire a EtdE voquee, Me
Benoit, avocat des plaigaants Louis
et consotis,sur la lecture de ses conclaim
n r conques en ces terms :
II plaira au tribunal.
Attend que dans le journal c L NW
vellis e a du douz.e fvrier, mil neafa0
n.uf, au n 3141, part an article lsu
Laroche fie es, lequel article, ou_ pleiI
de ses parties est diflamatoire poor les 4
cluants en ce qu'il porte gratu iteit6m
mdchamment une g-ave aiteinte A I'It
near et a la consideration des cond-f
non seulement en leurs qualitEs de
mandant et de conseillers de Ia
mais encore et surtout ca lears qe
d hommes privEs. 6
Attendu que dans l'acte e date di
fEvrier mil neuf cent neof,exploit do I
sier Dhsir Alexandre, les sieurs G
Edgard Laroche, pour se disculper et 00
yer d'attenuer leur faute, ont declast a0
conc'uants maintenir leur article daMns 5
sa forme et teneur ; s'en prendre A ei3r
ministration en tant qu'adminis.2
sans fare de personnalitE et sans citeI
nom; enfin exercer an droit de critdS9
ce qut concern le project prEesaw
Chambres LEgislatives haitiennes.
Attend qas le sieur Louis Ethdu '
le commandant actuel delay ComjWq
Pompiers libres ; q-e les siears ArthDW
dore, Archibald Blanc et Frederic I
out appartena A I'admainistration tus U
cedente et apartiennent A Is prdsenfU
me conseillers ;
Attend que la Compagnie des P
libres n'est pas one administration da
sens que lot attribuent les adveruisH-
comme son nom I'indique, nne M
,socisiaon d'ordre priv- rendast


_ L







tet dans n but hunatniaire des ser-
aos families Ct i la socitie ;
At e que les concluants necitrepren-
t pastcette action en leurs qualit~s de
romandant et de conseil'ers;ml s en lent
Sn0aom jarceque, sons pritezte de 'e4
aqoer eno c rs tires officials, les adver-
res n'ont pas moins pnr' use grave a -
inte i leur di gni, lear honneur et leiar
siderationl de cioyens, leur a surtout
usE ua prijadice moral consid&rab'e
Attendu que la doctrine et la lurispru-
ace enseignent qu'on n'a pws besnin de
ter de norm pour que la diffamation ffiste
produise effect ; illoz dans son code
sal anot, di t&ce propoa.
a II est constant q'ae la diffomantion est
boutie s'appliquer i une personnel d6-er-
inke, per cela seul qu'elle a 6" disign~e
ais 1 im iputaio on l"allga2tion de m i-
iEre A la f ire clairement connaitre, quoi
uelle n'ait pas etd nomem&e ; er plus loin
aug en ce seas par la cour de Paris. le dix
euf at oil haoit cent qusratpe et un qu'
dt il peout .re poursuivi cornme df-
tre bien Juelr personaue diffinshe
y sa goe psdsige e par son nom. si eile
indiqude de mansere 6 ce qu.ucon
te reasonable ne soit possible. 9
a D'ailleaursajotel'aatear, les juges out
c* sujet un pou oir souverai d'apprn-
Atesdu qu* d'aprcs les tableaux de la
oagaie,lHsieur Louis E hb'rt eit com-.
andant,les sieors Athur Isidore, Archi-
Blanc et Frederic M=vs en out 6L' et
t encore les conseillets ; qa. le pub ic
la socidti les connaiss ent en ce te qua'i e
t q'il faudrait tre frappd de cic t6 abso-
pour ne pas les reconnaitre dars I 'c-it
Umatoire.
Atteoda qu'l la riguear 1'oo pourrait
asser condamataion ans adversaires si leur
u ique portaii sr l'ap-itude oa les ca-
pciths des conclanis; m4is quind il s'a-
tI de ration d haile, de mis, d'otdon-
kace prdtendue do docteur a payer, da
Ijob i rdalser dans 1'ex&cu ion du proj t
ste anu Chimbres permettnt d ache-
chevaux.boggy et villas. c'est ddpasser
limits de la critique permise anu cito-
s, c'eit accuser de vol. de piculat. d im-
aliti ; c'est insulter gratui:emcnt, c'et
a U mot diffamer.
Attend que les adverstires, oat occi-
ation de props delib-re, par leur artic'e,
le torts nonbreux. coisid6rables aux
ooclaants. torts riparables ano terms d:s
articles 116j et z 69 do code civil.
Par ces causes et motif, condamner les
ears Georgei et Elgard Laroche oatre la
ine A rdquirir pat le minister pub ic et
app iquer par le Tribunal A piyer aux
Ecsants, trois mille gourdes de dom-
ages-interets ; ordouner A leanr frais lin-
o dad jagemeuat iwnervenir dans deux
Iwnaux de la Capitale et enfin aux de-
iMs idistraire as profit dou soass g sous
formationn legal. Cest justice ( sign )
C. Beoit, avocat.
( suiv e )


Avis

LA COMMISSION D'ORGANISATION D19
LA PARTICIPATION DuE.LA REPUBLIQUa
D'HAITI & l'EXPOSITION INTERNATIONA-
LE Dz BRUXELESS

La Commission charge de recher-
Oher le products et d'en fire 'exp6-
iltion & Bruxelles, avise le public que
I haut du local oft so trouve la
Chambre de Commerce de Port-au-
Prince est affect & recevoir en dep6t
m products destin6s & l'Expo ition.
Avant 'expedition des products, ils
rOnt pr6alablement exposes en cette
station, i fne 6poque qui sera ul-
rleurement fixze. En consequence,
eor reception commencera d6s lundi
prochain.
La Commission so tiendra A la dispo-
ition du public au dit local, sis rue
b Fronts-Forts No. 5, le matin do
bra. A midi, et le soir do 2 & 5 hrs.
"s le jours, lea dimanches et jours
kos exceptse.
Los articles j exposer devront 6tre
"I au d4p6t au plus tard, le 2o f6-
S17 oebre 1910
l04-G&lriae, 17 Novembre 1900.


Voulez-vous 6tre mieux chaus6 ?... I
II est tr6s rare de trouver dans une
m6me confection I'El6gance elt la so-
liditd
MM. VITIELLO fr6res,
les sp6cialistes en chaussures pour
homes, formes frangaises et am6ri-
caines, ont I'honneur d'annoncer A
lear nombreuse clientele qu'ils vien-
nent de recevoir de nouvelles formes
* Du Dernier Cri Parision a, du v6-
ritable Modern Style.
Les Chaussures sont reconnues in- i
comparable par la Commodit6 de
leurs forms et par leur Solidit6 joint
& un travail entibrement fini.
La Maison poss6de en d6p6t des
matdriaux de premier choix prove-
nant des meillures fabriques des
Etats-Unis et de France.
Ohevreau verni, Extra-Qualit6,
el meilleure marque.
Peau jeaune do toutes nuances,
veritable Cuir de Russie.
La QialitO des fournitures emplo-
yees dans les soldiers et les soins
apport&s dans la confection nous per-
mettent de les garantir comme les
plus solides ot les plus durables.
Stock de Chaussures fines pour la
vente en gros et detail.
A-sortiment comp'et de cirages et
lacets de toutes nuances.
Pcix fixe mais moddrd.
Adresse VITIELLO fr6res
145, Grand'Rue, face en de la Posts
-I-
me Serre


Aux Armes de Paris
Couverts et timbales pour 6coliers.
M"ustiquaires.
Liquidation de boas en plumes.


1910


CABINET


d'Electrothlirapie
128, RUE DU CENTRE
PORT-AU-PRINCZ.
Traitement mo erne, avantageux A
tous I s points de vue et 4pargne aux
malades les dangers et lei suites fA-
chooses des Operations chirurgicales
d6labrantes le p'us ,rovent inutiles
dans la plupart des cas de
Maladies de la femme (gyndcologie)
Mala4ies des Yeux
Maladies des voies gdnito-Urinaires
Maladies chroniques, g6nerales ou
locales.
NOTA.- Pour la Gynecologie, traite-
ment A DOMICILE au grg des malades.
Docteur C. GAVEAU
MEDKCIN, CHIIRURGIEN et AccoucilEUR
dip!6rn4 de l'Universiti de Harvard.
CONSULTATIONS


de 7 A 10 heures du matin et
de 2 A 4 heures de l'apr6s-midi.
GRATUITES : les Lundis de 2 a 4 hres.
de l'aprbs-midi.
Hors de ces heures de Cabinet, le
Docteur Gavoeu visit la clientele en
ville et fait les consultations a domi-
cile.


SEASON DB CONFIANCE
148 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu de la
Ropublique, avise sea nombreux CLI-
tNTS qu'il vient de recevoir par )es
derniers Steamers une Var t6 d'6tof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote. Drap vert et bleu d'une
rdelle supnriorit6.
COUPE MODERNE !
PROMPTITUDK I SOLIDITY I
L'6tablissement so recommande aux
clients les plus ddlicats qui appr6-
cient chaque jour davantage le FINI
de son travail.
Demandez chez Joreph Sain -C'oud le
Restaurateur de la Sa-rt ct des Cartes pos-
tales Illustrdes.

O6tel Bellevue-
Le miezx situd, le plus coa-.
fortable.- Champ-de-Mars.-
Caisine renomm6e.- Voe sur la mar.

Avis important
P. C. S.
La Direction des Chemins de Fer de
la Plaine du Cul-de-Sac avise les Pot-
teurs de Cartes de libre circulation
sur ses diflfrentes lignes que touted
les cares de libre actuellement en
course ne seront valables que jusqu'au
31 Janvier inclusivement, unP non-
velle distribution devant 6tre faite d-s
le ler Fevrier prochain.
Eo consequence, elle prie les por-
tours de ces cartes de bien vouloir
se presenter en ses bureaux. au
Champ de Mars, A partir di 2.5 de ce
mois. pour (,tl ctuer I',t change de
cells qu'ils detiennent.
LA DIRECTION.

Changement d'adresse
Dr Lissade
127, RUE DU CENTRE, 127.


Ptslique pendant plus d'un a


Cot home fut sauv6 par

L' MULSION SCOTT

*II y avait plus d'un an que
j'avais perdu la sante; je ne pou-
vais plus dig6rer lea aliments, la
nourriture me r6pugnait, je dor-
mais mal, le moindre effort me
fatiguait, mon poids diminuait
d'une fagon alarmante et 1'etat de
ma sante en general donnait lieu
aux apprehensions les plus se-
rieuses.
"Vous jugerez quel fut mon dd-
sespoir quand deux medecins dis-
tingues me d6clar:rent atteint de
Phtisie pulmonaire.
"Ce fut alors que le docte ar Carlos
Fuertes Picalua, un des savants
qui par leur savoir profand font
1'honneur et la gloire de la Facultd
de Medecine de Colombia, apres
un examen soigneux, me fit prendre
I'IkMULSION SCOTT, et i.ix dou-
zaines de bouteilles de ce retCmid
merveilleux ont suffi pour
me guerir completement.'" W


MAXIMO NUREZ
Plato, Colombia.


;sM-11 -2 %Q S
Cott& U.AMIL


ROYAL Kola Champagne

Cette ddlicieise boisson, dont les qualitd;s toni.ue-, fortitiutnto-s. L.t',a-
veur exquise, le inoe'lex age'able out coatribuo4 A forwm-ir li'iornmarabl)
rafraichissemnut des clim its tropicaax, m6rite bien son titroe l) AI., *.


Agence


G6n6rale


AU MAGASIN DE LA MI-TROPOLE

MAISON JULES LAVILLE


93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Vous le trouverez en outre ohez :


Andr6 Faubert
Pharmacie Alex. Roberts
Madame E. Dreyfuas
A l'Epicerie H. Corvington


PORT-AU-PRINCE


rue:Roux a l'Epicerie N6rette Grand'rue (en face
do la station central des pompiers.)
do A I'Epicerie C.Lundi rue des fronts-forts
rue Fdrou au Magasin E. Dreyfus do


EN PROVINCE


F. Ch6riez


Petlt-'Go9vo.
Mm. Gdrard


Bartels


J. R. Montasse
J6remie.


Gonaives


NOUVEA U TRAITERMENT
DEs
AFFECTIONS
dm la GORGE


Rt.
~CpstuI es
2 de


RYNX

tsN


roux
,r-onchites


E I V:::UT A 0, Astlime
puirnonaire.
~L I L'k naIFLL I or'n u.3jerour.
~ TrMRIACL, 39, Bota.' flaussniasm, PARIS.J


SCOTT A SOWNI.. mteg.Ifts. Ua" fNot
French as2


et D6p6t :


_ r I I 1 11111


- I


UV 1k4 t -. I- -. .W'








AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du


Tabacs Scaftrlati


LF\ ANT SUI'PI.;BIUR (dit tabac d Egypte) la Hoite de
:"0 'rammes
I.EVANT ORDINAIRE paper violet lissd, le paquet
do 50 grammes
MARYI.AN paper jauno le paquot 40 grammes
(;Al'POAr. SUPERIEUR paper bleu le paquet de
50 V arnmes
(APr.ath. DOUrX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAI'PRAL ODINAIRE paper pate brune le paquet
do 40 grammes
TARAC A P'ISER, Virginie haut gott, paper jau-
ne, le paquet de 100 grammes
POu'nnE. vpEmi.xILURE, paper bleu le paquet de
100 grammes
Po UDRE oRDINAIRE, ',apier brun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MACHIER roles Menus filds le paquet de
100 grammes


Gdn6ral, -


GOURI)ES!I


1.25

0.90;
0.70'

0.70

0.757

0.600



1 50
i rno


Fdvrier


1910.


Cigarettes


GOURDES


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CHASSEUR le paquet de 20
HIONGROISES en levant supdrieur Le Bondon do
20 cigarettes
do en caporal supdrieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland le paquet de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ELEGANTES en Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporil supdrieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de o20


Rou
1.'20


dio en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
N'CAISES en caporal superieur paper rose le
paquet de 20
do en Mari vyland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
LEfES en Maryland et caporal sup6rieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux la botte de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la boite de 10


1.20
0.60
0.90
1.20
0.85
0.85
075
0.75
0.70
0.70
060
0.60
0.60
0.45
0.75
0.40
0.60
0.130


J. LAVILLKE.


A LtLGAINCE
QORDONNERIE.


42, Rue d>s Fronts-Forts.
CHAUs~UK.as 9 N DaP6T,POUR LA VrTr
PorrmptitudJe t moin aux ectnman-
des taut ici qu u province.
Chauwsure die Dame forms *t tra-
vai! tcniours tout ce qu'il y a do plus
Formse aramricaine et francaise pour Gier K
Meiseaurs ; 414gantes *t commodes. 3i
Pour les enfanta I pluoA i'aiae.
Travail solid ox6out* avec
des peaur do premi6ramarque.
Assurasse de grand rabals.
AVdt Cirsaes at ALqutiLes


NESTOR FELIPI
Lt ~colleut tail lour avantageuseuien;
cuuuu de touted la Roublique vient
de rouvrir son atelier Rue F6rou,
( Rua des Mirackles ) NO4 61,
Sa nombrouse clientele trouvera Ner
comm e toujours touted satisfaction e 1I
our leos travaux qui lui seront con-


&Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ

JAIME TESTAR
Le chapelier remarquable, avan-
tageusement connu,fait savoir an pu-
blic en g6n6ral et t sa nombreuse
elientble qu'il vient de transf6ror sa
FABRIQUI DB CHAPEAUX
(L'ACIBmNNM MASON DU LOUVRE )
I DR LA PLA.cu GZFR&RiD A ,LA
GRAND'RUE OU REPUBLICAINE
No 149. En face de la Pas
Le nouvel 6tablissement sat ou-
vert sons nom de la flour de
1'Amnrique
It prompt soin et promptitude
comme toujours.


Entreprise


D'EAUX GAZEUSES


Fondle en 1899
21, Rue FProu, 21.
ola
Kola-Champagne
Soda-Water
Siphons
Sirops
Liqueurs
Bitter


ariCerniicchiaro&Co


rlogeI ie,


Bijouterie, Joaillerle


168, GRAND'RUE, 168
Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dernier steamer francais sont arrives des articles de toute beauty
pour toux les goits et pour touted les bourses : BIJOUX. SAUTOIRS. BA-
GUES. BOUCLES D'ORuILLUS. CTIAINS POUR MONTrMZ. etc.
ALLIANCES SUR COMMANDER
INSTALLATION MODERNE
REPARATION de glaces qui sont remises absolument A neuf; ainsi quo
des tableaux artistiques.
Achat de vieil or et vieil argent
La maison garantit lea marcbandises qu'elle livre ainas que les reparations.
ARTICLES DE LUXE pour les principaux dv6nements do la vie mon
paine.


M" C. L. Verret
Tallleur-Marohand
Donne avis & *a bienveillante clis,
tile quo sa maison No:7, Rue Trvea
sires o*t toujoura bien pourvue d'i
varidt6 d'6toffes do la hate as&.
veauta parisionno.
QuAL.n SUPs UKVRs. Coup. kA
TRAvAiL OsONie. EXA IUTIox paok0
Pri fris rUsdis I

D. Romulus
38, Grand'rue, 38
Sirops sup6rieurs, et de tr6s boa-
nes liqueurs,qui ne le c6dent en riet
aux produits exotiques. Remontoa.
nous par du bon rhum lAccourons toe
en foule chez I'honnete et conscift.
cieux.
D. Romulus, Grand'rue, halle No
38, non loin de la gare du Nord.
Distillateur-liquoriste, Industriel, qui
a obtenu une Mddaille ('argent 4 I'Ei.
position universelle de Saiat Looui
(Etats-Unis d'Amdrique) en 1904, t
une autre A I'exposition de Jamestoi,
en 1907,


LA
Cordonnerie


Nouvell


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse c'ientele qu'&.
le vient de recevoir. par dernierbi.
teau, une forte quantity de march.
dishes et de four ittres de toute fral
cheur et de toute beauty, importid
de France, d'Allemagne et des Etati.
Unis.
Le public el6gant, curieux don
bien chausser, y trouvera les peam
lea plus solides et aux nuances Ili
plus varies les formes les plus bellsi
ot les plus approprides.
On n'a qu'A venir chez G B. PtTOU
pour etre Assurd d'etre chaussd su
vant les meilleurls lois du confort It
de la mode. Specialitys pour damis
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, furniture
et matdriaux divers pour cordon*
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, aU
prix les plus moddrds, A
LA CORDONNERIE NoUVaLLs
143,GRAND'RUE 143,

Maison F. Brunes
195, ,GRAND'RUE.
Dirig6e par
L. Hodelin
Ancien membre de la society philantro-"
qu. des maitres tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choit
d'6toffes diagonal, casimir, alpa&
cheviote, cheviote pour deuil, *M.
Recommande particulibrement 1A
clientele une belle collection de co&
pes de casimir, de gilets de fantaiW
et de pique de touted beauty.
SPIPCIAL1Tt DE COSTUMbS Di 10a
-Coupes Francaise. Anglaise et
ricaine de la derniere perfection .f
maison confectionne aussi des CAP
TUMES MILITAIRES, HABITS BROAj0
DOLMAN, TUNIQUES,HABITS CARtRb1i
etc, de tous grades.

Francisco DESUSS
Fabrloant d. olhauMssUr
La Maautacture a toujours on
an grand stock pour la vIT*
gros at on dtaiff, do chaussutm
tons 1eares pour
oMuna, FMMUs. EIANOS
Los commandos do coin
do ri'lutdreur puurroat etr
dana uao semaine a peu pr6c.
23. Rau dos Frosta-Forts, U
oaRWV-saumen f (AIW )


TARIF


--


--- ---- --


0


3L'~c~c~c~t sp~cial~


iiFLA