<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00835
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 27, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00835

Full Text


Troisi6m@ Ann6e, NM 852


Port-au-Prince, fIlati


Jeudi, 27 Janvier 1910


ABONNEMENTS
UN Moss .. G. 2.00
.. port-aso-Prince
TROit Moss... a 5 00

DIpartements UN Mots ., G. 2.20
TaRos Mos 6.00

Etranger .... 0ols Mos 8.00


C16ment-Magloire
DUUCTSUR-FONDATRUR


- .


00


OUOTIDIEN


LE NUNMJkRO 15 CENTIMES

Ums nanu~critt ii n-n ne e*ro n
I i i ,.n Ii
REi)ACTION-AL)MINIS FIZATI'IN



Arthur Isidore
ADMINISTBRATKUK


CONTEST DU JElDI



JASON 4 C'


Comme on venait de raconter l'his-
toire connue d'un ancien s6uateur qui.
il y a quelqae vingt ass, voulant offrir
a sa fills une pairs de bottines fran-
caises sans ddboursor, avait pris A I'e-
sai, le pied droit chez H6rard Roy ot
le pied gauche chez P6tion Roy, tons
deux grand d6bitants de la marque
Hattat, A l'dpoque et Ie coup fait
notre senateur 6toit parti sans jaiais
donner de ses nouvelles, Morange in-
terrompit Ie narrateur en disant quo
c'6tait 1k de la bass coquinerie.
-Permettez, so rdcria Joinean qui
tenait A son avecdote, permettez .. le
plus dr6le. ajouta-t-il, ce fut l a Ite
des deax Roy... Ces messieurs s'6tou-
a~raet loogtemps, chacun de son c6td,
do i'acte de ce maniaque qui a'6tait
approprid one bottine don't il n'avait
pas I'autre spied.* quand an jour ean-
sant ensemble, Hdrard fit part A Pdtion
d seas r6flexions a ce sujet.
Ce n'6tait pas un maniaque, rdpil-
qua tlegmaliquement P6tion Roy qui
avait comprise tout de suite la situa-
tion, ce n'dtait pas un maniaque, c'6-
tait bien on volour.. it avait pris l'aw-
tre pied chez moi.
Morange d6ciddment ne troavait
point 'bhistoire do son gout ot inter-
rompant do nouveau Joineau qui noet -
risaait t as d'admiratiou pour i'ing6-
niositd do son sdnateur, il r6p4ta :
C'est IA de la basso coquinerie. It
faut. continue Morange, qu un hoeume
sit no beso'n maladif do s'avilir pour
qu'il so laisse aller A commettre an vol
aussi plat. Poor ma part, je n'acoorde
mon estime qu'aux fripons on sx
sc61trats qul ont de I'envorgure. Comn-
me disait 1e grand Hugo :
Dans un filet on voit le fits moins qu lea
Je nouinme seulement les most( r ) ;-
(quables.)
Et aprts use pause plein de pro- a
eosses, Morange laissa tomber do sea
16vres cotte interrogation : 0
Avez-vous connu Jason ?... Valcin 6
Jason? I
Ouit..Non...Si.. Si...attendes done. a
ItI niamporte I fit Morange. D'ail- t
leurs personnel n's jamals au o jaste o
qui it 6tait ni d'oi il venait. Long- d
temps on crat qu'il 6tait do Jdr6mie, I
mats lee jrdamleas out affrn6 q'il 1
tailt doe ame-Marie, lees oen do a- E
me-Marie soutonaient qa il 6tait de c
Pestel et ceax do Pesiel juraient leurs d
Frands dieuz quo Valcia Jaso avait vo
m Jour daas une petite villa doe 'Arti- s
besite. s
.Toujours eat-il quo ce diable d'hom- r
e, fleet, chafouin, roas, dtait un des
smerveilleuxZ eiImoaSm ala du1rgio
16os AIla me ase fo lquo Ie mlie co
halMs ait Wpodaits I n4
4 IM deva.t avoir treate-cia ae lor-
a' wn Ratd U tombs dane Aaduilly, q
Mqult de p~eMnmer. La ville loi fr
SteIt U pt i la viUe qui m asquait bi
type ed oe 0 re. Ia s'y 7 tablit, ma
ammere ave s PeOtOas-Pranee em p
Uimtteteso e ave les Gs em ta- q


fia; it faisait mdme an pen d'exporta-
tion-q ueques sacs doe caf une dou-
saine de peaux de ch6vres, de la cire,
doux ou trois 6eailles do caret, et cela,
annu-llment. C. n'dtalt guire. Sentant
quo pour preondre pled A Andouilly. on
bon marriage avec une enradclee de I'en-
droit dtait neeossaire, il s'exdcuta sans
fair la grimace eta son ddvolu sur
AmasiA Bout. damLniella tarrihil anu


doeux fiancal.tles rates o'avalent pi
abattue-au contraire I
Avec one telle femme les amb
tions de Jason ddcupl6rent. Son pis
primordial 6tait d'ardver A la d6pot)
tion, mais sa femme i'on dissuada.Ell
r6vait mieax poor ,li-pour eux !
D Amasis avalt, dans son enfanci
fait avec feu son p6re, an voyage A I
Guadeloupe et ii luI on 6talt rest u
4blouissement et son unique sujot d
conversation. Si la Guadeloupe 6ta
ainai, quo devait 6tre Paris ? Son ddsi
secret diait de fair n'importe com
ment fortune et d'aller vivre dans 1
Reine dee Capitales. La premiere foi
qu'ello en pariah A son marl, celui-c
bondit, tellement il trouvait l'ides ex
cessivo. Pois petit A petit il s'y fit.
a Pourquoi past ? avait-hl fin par s
dire.
En a flet, pourquoi pas ?
L'existence do coo deuxz tries ayan
ddsormais un but prdcis, violemmen
ddsir6, prit an caractbre d'unitd qu
lui doneait one force rdelle- car autou
d eax chacnn vivait au gr6 da temps
Jason falasit tout, s'oecepait do tout
se milait A tout. ItI tait en correspon.
dance suivie aves dee personnel de
Port-au-Prince qui avaient al'oreil!e di
chef ; et tout pmsoaeao e d'importan-
ce qui passait a Aodonilly d6jeduait,
diesit oa coachalt ehe Jason quai tail
I'hoame charge do renseegner qua do
droit our lea conspiratioOn qui so tra-
maient A Andouilly. C'est-A-dire qu'il
d6nortit outes s semaines les deux
)u toias individual de Is localitd qui
talent sans places et so ddmenaient
pour tre casis. Ces malheureux 6taient
sxpddids, a pied, sons escorted, de
emps on temps A Port-au-Prince, ou
on lee fourrait en prison, ils y passaient
les mois dans les pires sooffrances,
0uis on lea renvoyait A Andouilly on
our dis int do no plus recommencer.
Kux, bien que no comprenant rien &
es recommendations, s'empressaient
.I filer au plus vite, execrant tout le
nonde, mais bdeissant le nom de Ja-
on qui tait la seaulmortel qui les avait
ecourus ea argent t eon nature, do-
ant Icur detention. II y aura toujours
es dopes en ce mode.
Jason ne tarda pas A recevoir la ri-
ompease de asa services s. II fut
ommd tr6sorier A Andouilly.
Ti6s hardi, et aves ce seas pratique
ui Ie caract6rise, Jamon das l'abord
appa an grand coup: U tranasfra le
area do la trdsorerie dans son petit
again don't Ui habitat Ie hast-et fit
yer A l'Etat an loys' mosuael do
atree-vtet gmue.;


as

i-
tD
a-
le
0.
la
n
Ie
it
ir
a-
a


a Andouilly fit la mine main Ja-
son envoya en cadeaa une caisse dei
vine fins A chicune des quatra on cinq
principals famills de Ia villa et don-
na un bil ond I champagne coala A
flot. Et Andouilly so rassdrina..
a Ce vin don't Jason dtait si prodiguat,
n'6tait pas A lui c'6tait un via qu'-
une maison de Bordeaux lui avait en-
voyd en consignation. II Ile d6bia, le
but pendant un an et le fit boire A tout
le monde particulieroment a des
personages officials pendant one tour-
nde prdsidentialle. Et ces derniers on
avaient gardd le meilleur souvenir -
sans computer quo leaur estime pour JA-
son, on avait augment.
a Mais comme les lendemains aont
indvitables. !a mason Coquillon,de Bor-
deaux. adressait maintenant lettre sur
lettre A notre come 'an'-trdsorier pour
le rOglement de la consignation des
vains, et Jason cherchait dans s9 t16 e
inventive an moyen de r6gler sans ex-
p6dier ni caf6s ni trAite;. II le trouva.
Alors il so iojeta sur as plume et ecri-
vit la lettre dbouriffanto don't voici la
teneur :
Andouilly, le 10 Septembre 187.. .
a A MM. J. Coquillon & Fils
Bordeaux.
a Messieurs.


messieurs, nous
biens d6vou6s.


nous souscrivons voa


p.pon. V. JASON & G'
Jh. Ao;UTl.
Valcin Jason api'4s avoir r6dig6 ce
chef-d'oauvre. Ie rAlut an sooriant -
car ce grand hommte e riait jamais -
pois il appeli na femme. Aroa-ie ac-
courut et prit connaissance du epo"leta
par dessusa I'Apule dA son miri. Tout
d'un coup elle 4-clata d' nII fran-, delat de
rlre. Ce qai I'am 'RLit ainsi, 'itait le
nom d'Agooti plcA4 au ba; da la lettra-
- Ag-)uti! exclamait-elle, Agouli! *
Et elle se tordait en dAvisageaut le pau-
vre commit A moitib hlebtA qii so
nommait rdellemant To olwh Agiuti.
a Valcin Jason each ta la lettre, mit
I'adresse et la confia A Agouti qui alia
la d6poser A la poste.
*
a J'ignore. ijouta Morange, si MM.
Coquillon & Fils rcpondirant jamris A
cette lettre. M is ce qua* je *ai. et que
tout Ie monde sait A Ando-ilv., c'est
qu'une nuit, la mvison de Valcin Ja-
son qni Mait en mAme temps la trso-
rerie, brli cornme une bote de paille
et quoe c'est miraeule',sement que le
maui et la femme pirviurent a qe sau-
ver. Le couple Ja-on avait perdu tout
Ce an'il nnp044ait et I'Eta' haitien une


is a Notre sieur chef 6tant en ce mo- ass forte valour que e trdsorier ava
i ment trbs o:cup6 A inspection doe ses n caiase et don't on no uetrouv
- nombroeues plantations, ano peout per- aucune trace dane les ruines, oe lend
sonellement r6pondre A votre honorde main.
e da 3 A'ut dernier. tPendant queltaues jours il fut ques
a La r6colte promet d ''re si partica- tion d'une enqudce, mais Jason avai
librement belle cette anune. quil est des smis en haut lieu, les choses train
it possible que notre sieur chf voyage en n6rent en longueur jusqau' la chute d
t France su pribtemps prochain. gouvernement. Ce failors qne tout 1
i a En attendant, no s vous envoyons monde comprit Ie coup de I'incendii
r ci-inclus Is compete de notre m uton car Jason ne tards pan A partir pour
. relatif aux vins que vous coas aviez France avec sa chlre moiti6.
, expddip, on consignatioun I'aoea der- Le couple babite aujourd'lhui u
- alere. Vous y ver:. z que loin que ce joli petit pavillon a Pamsy que la plu
a soit nous qui vous devoas 4 000 francs, part des haltiens qui voyagent & Parl
u (quatre mille ) c'est au contraire votre connaissent bien. Pour ma part, j'ai dt
- honorable maison qui rest notre de- nad la avec ombre do compatriots O
bitrice. je n'oublierai jamais le ton de Mine Ja
t c Eu effect, pour placer en lieu s.r son, none disant A table :
I c'est-A-dire dans one halle A I'dpreuve a Voy z-vouq, j ne puts vivre qa'
du fou, ce qui eat tr6s important dans ici... Haiti est an pays d ventualds,
on pays comme Ii[iti qui malgr6 sea I'existence y est trop tourment6e...
notables progress dans la voie de la ci- FERNAND IIIBBERT.
vilisation, no seat pas encore rdsolu-
ment organism centre l'incenilie,co tl a ---au--- -
destructeur pour placer done en lieu VEJRS
sir lea 25 caisses do vine fins (Bourgo- .
goe et Champagne) et les six barriques |f IIU fin
de Bordeaux ordinaire que vous nous
avez consign6s, force nous fut de louer U
one hAlle an prix modique do quarante .
dollars, or amdricain (amsrican gold ). L e di PAris.
Et qoioze mois de loyers A quarante Le Matn de Pris.
dollars par mois donnent dfjA un chlif- Rica o'dgaic la stuoofaction qu'6prou-
fre d6passant 3.000 francs; en outre, vent nos jurds lorsqu p6nutrant dans Ia
il nous a fallu prendre un commis chambre oi its ddlberent, ils vn:ent "af-
sp6cial pour la surveillance et la vente fich A egros carract&res dns le lieu le plus
de ces vins, soit : vingt dollars par apparms t'insruction suivante: ** Les ju-
mois, c'est-A-dire 1.500 francs et plus rds... masquent A leur premier devoir lors-
pour 15 mois, sans computer les autres que peasant aux dicoositions des lois pdaa-
frais doot vous trouverez l'6tat d6taillI la, ils cosiderent les suies que poorra
daus le compts ci-joint, y compnri le avoir, par rapport A 1'eccos6, la d6claiautieo
calcul de la difl6ronce de change en fa- qu'ils oat & fair. Lear mission n'a pas
veur do dollar am6ricain centre le franc. pour objet Ia punition des d'.i.s ; ils me
Si bien que votre maison rest nouns s moot appeals qoe pour d6cider si I'accusd
devoir la some de 622 francs 87 cen- est on noo coupable do crime qu'oo lai
times quo noui vout, prions do nousn impute. "
fair parvenir par tole plus prochain Qei trope-s-on ? s'crie ce pea*
coorrerv we ljust. Eh quoI a dsas ce liou-c toet
Eu attendant vos bonnes nouvells, le ma pde pease A ta paoise t tout le a@n.e


it
va
I-
i-
it
i-
a
e
0.
r


I-
n
-


*


___ I __


f)







de e parole I Et moi, moi seal qui suis'
Is mntre de la peine, puisqu'il dEpend de
moi de Is rendre possible, j. "' manque A
aOm premier devoir si je ne reste pas
devsnt lle aveugle, sourd et come idiot!
Cet article 342, source de quiproqnos
funestes, a son origin, on le sait, dans
la fmeuse distinction entire le fait et le droit
qu'on a voulu etablir en France en mime
temps qu'on y introduisait le jugement
des crimes par le jury. C'est one distinc-
tion chimdrique, ein Phantom, dissent les
Allemands. Je ne decrirai pas son origin
historique et ses mesaventures. Seulement
il faut bien comprendre que cette distinc-
tion v'est trouvee officiellement abolie le
jour o& le iegislateur, fiisant une veritable
revolution dans les lois penales, a done I
aux juries le droit de decvarer dans chaque
affaire s'dl existe en faveur de l'accus6 des
circonstances attenuantes.
Cette revolution date de 1832 e sa por-
tie est facile A saisir. Si le jury admet des
circonstances attnuantes, la court est for-
cee d'abaisser d'un degree la peine pronon-
cie par la loi, et elle peut, si elle le juge
convenable, abaisser de deux degres cette
peine. Si donc la peine est la mort et que
Ic jury declare qu il y a des circonstan-
ces attEnuantes, la cour dtvra appl:quer la
peine des travaux forces A perp6tu tE et
pourra si cela lui plait, app'iquer la peine
des travaux forces a temps Faisons jouer
ce macanisme. L'article 342 du code dit
aux juries : Ne pensez pas A la peine '
Mais les articles suivants lui disent : "Sur-
tout pensez A la peine, et si la peine pro-
noncEe par la loi vous semb'e trop forte
accordez des circonstances attinutntes. "
Si le lecteur a bien voulu suivie ces en-
nuyeu es precisions il a maintenant la cltf
des malentendus et dts imbroglios qua
faussent si souvent la jurisdiction de la court
d'assise;. Pour le maintien apparent de
prescriptions chimeriques, on met les juries
et les magistrates dans I'impossibi'ite d'ac-
complir d'accorl et en connaissancede cause
une oeuvre just et raiionnable. Les juges
populaires et les juges de professio se
cherchent A sitons, se heurtent'ou s'ac-
cordent dans l'obscurite.
Voila le faith. Auicurd'hui la plupart des I
magistrates et des criminalistes, les jur6s,
les membres du barreaucondamnent ce re-
gime de malentendu lEgil el chronique ;
sis appellent on regime nouveau d'cntenme
rationnelle, de sage et f6conde collabora-
tion entire le Inge t le jure.
Cette aspiration est presque unanimnr,
mais on difrtre grandement sur les movers,
de la rhaliser.



L'institution du jury venait A peine d -.
ire admise en Allemagne, en 1848, lorsque
le pfincipe de i'echevinage y fat introduit
dnas li legislation de divers Etats. L'idde
venait de France, de la loi de 1791, qui
composait le tribunal c3rrectionnet avec uo
juge de paix et deux assesseurs. Cette idee,
bient6t abandonnie dans notre pays, p'us
tard reprise et ca vain defcndue au Conseil
d'Etat par des memb-es Eminents d cette
assemblee, un instant envisagec par Napo-
hIon, tient sujourd hui une pace impor-
tante dans les insti unions de I'emrire alle-
mand : on y voit un juge unique, entoarE
d'echevins, statuer sur les penits dlits.
Qu'est-ce done que l'kchevtmnge ? C'est
une organisation de justice ou les juries et
juges, les m gistrats de profession et les ju-
ges populaires,au lieu de singer et de sta-
tuer saparement,les uns sur le fdit, les gu-
tres sur le droit, se rnunissent en un seol
col ege : ils dE'iberent et dicident en com-
mun. C'est Ia cooperation effec ive et la
fusion des deux magistratures. Ce regime
du moins au point de vue correctionnel,
tant d'avantages qu'il se d6veloppe dansa 1
monde, as clue quelqu'un a pu dire, no:
sans exagetraton : Le jury en est au de
clin et l'chevinage A l'aurorc. a
Faut-il introduce ce systme dans nowr
jaridiction crimanelle, et dans quell me

On pent concevoir use cot d'assisee oa
les doas jures et les trols magistrats d4
carrier satueralient ensemble sur la culpa
bilitE et sar la pelse, soms un regime d
complete cooperation. Mais on craint qu
dans cate fusion, les jurEs, qeoiqae plu
nombreas, puaissent perdre letur idpe
dance. On tsant a reserver a ja~ry meu
I'rentire et libre ddcislom sa la culpabilt
Or il y a priseidaeant m sute injso


moins absolu et plus prudent. C'est celail
que prEconisent diverse propositions de I
loi, anciennes oa r6centes ainsa que le pro-
jet de loi du gouvernement depose en 19o8
et suMvi d'un rapport favorable de M.Raoul
Pere,.
DAns cc syst6me, les jurds statuent seals
sur la culpabalite. E suite, si I'accus6 est
d6clard coupable, la cour et le jury se rdu-
nissent pour delibrer sur u application de
la peine.
Tel est le principle auquel la commission
s'est moratrec favorable et don't elle va
maintenant dtudier les applications. Les
objections, on le devine, sont nombrenues.
L'une des plus graves est celle ci :
Si la question de culpability est seule re-
servee au jury, n'es'-il point logique d'at-
tribuer par voie de consequence aux juges
et aux jurbs, assembles dans one delibera-
tion commune tout ce qui concern la
peine, c'est-A-dire aussi la qu-stion des cir-
constances attenuantes ?
Mais cette idde, qui semble an premier
abord rationuelle, souleve une opposition
tres vive, car beaucoup d'espti s re peu-
vent admettre que sou. auzun p-6texte le
jury so t depouille de soa pouvoir actuel
en maindre de circonstacces ati6nuantes.
Je m'arr te, ne voulant pas ici penetrer
dans la discussion : j'ai simplernent voulu
poser devant le pub ic un prob mrne on peu
technique sans doute, m is qui mirite I'at-
tention de chicun, car toat ce q-ii touche
A la justice penale int6 esse an p'us haut
degrd la libe t0 et la s6curiU6 des citoyens.
II ftut d6molir les cloisons e.anches, on
soi-disant 'e'les, qui existent entre le jury
et la cour, et couclure avec les homnmes
les plus modErEs, tels que Georges Picol
et Henri Joly, que la meilleure justice sor-
tira d'une collaboration plus intime et
plus sincere entire le juge et le jur6.
JEAN CRUPPI




RWMSRTQWGMEMTS
MATIEOROLOGIQUIS
-Olr-vatolyr
DU
SzmiMla RW COLLEGE t.-WARTIAL
MERCRNDI 26 JANVIER 1910
atameitre A tMAdi 763 'n6
t Temp6ratureiminimum I6,8
tmaximaum 27,6
Moyenne diurne de la temperature 21,2
Ciel clair toute la ;curne. Rosie. Brise
de mer fr:.iche. B .romn.re e i hausse ;
e tempErature basse.
Nouvelle corn6te La nouvelle
compete, visible i 1'cil nu depuis une di-
zaine de jours a augrnente r. p deament d 6-
clat. La pu-et6 du ciel apres le coucher do
soleil a permis de la vo.r dans son entier
jusqu'au coucher de son noyan vers 7 h.
da soir. La queu-. fine et elancee dins sa
premiere moi ie se-nble !e dedoub'er et
l'une des d-u< queues se recourbe en for-
me d'arc. L'cenadue est p'us d- 10o de-
gres.- Cere compete ne doi pas 6 re con-
fondue avec la come:e de Halley. aperque
ici le 2 Janvier et encore invisib'e A I'ceil
nu. J SCHMRER.
A 1'H6tSl Bellevue
La tate de ce soir promec le p'us gaand
"succcs, A en juger par les caries places, la
beauty de vues synchronisees e: aatres qai
enrichissent le programme, I'ezcelleace des
" dispositions prises et enfin l'app:t des fa-
mille; qoi se prEp rent A ceiquelques heu-
, res de divertissements, a laportee de tons
a grand et pe its.
La f6 e d'hier .
1 aIHotOl Morcb
O i gnale seance artistique offereic pat
e Mr Alfred Morch A un public chaisi qui oc
- cupsit l'espace amenage pour la circons-
uance en face du peristyle du bel H6tel.
| Bien applaudies fes vues cinematogra-
e phiques de Boyer Guiol qu'animait la in.l
- miere Electrique de l'h6tel Morch. On a
e egalement tenu comptse aux consciencieus
ec artistes des efforts qu'ils oat faits dam
as l'e4ecution des mnorceau de chants diffi
i- ciles et d1licats.
il hommme tone agrEable soirde oa 1 oc
. as a bonae compaine des heurs
-- Wn


Le President on auto omhtlU '
Hier vers 4heures de I'apres-midi S. E
le President Simon a fait one promenade
en ville dans l'au'o de M. E. W. Pollard.
Malhcureusement one panne est arrive A
la machine, press du marehE de la Place
Valliece. L'absence do chauffeur Harry Bu-
fard a empechE de remettre le moteur en
movement.
Le Gnderal Simon, le plus implement
du monde, a requis un simple fiacre et a
regagno je Palais de la Pr6Esdenee.
Mr Arthur Bonnefil
Notre estimable confrere Arthur Bonnefi!
est revenue hier de sa tournee dans I'Arti-
boaite. Nous avons etE heureux de le re-
voir, en parfaite sinte,
Maison vendre
Construction recente.- Appartements
confortables.-A Bolosse.
Pour les conditions, s'adresser au Matin.
Vol
Cette nuit des voleurs sont entrEs ch' z
Kawas f-eres, A leur maison privEe (Bois-
Chines ) et ont depouille les serviteurs,
don't Flexion ec Missillon Beauliere, qui
en donnent avis i la Police pour ce que
de dro:t.
Lea inondations en France
Les inondations ont pEnEtrE dans les
carrieres de platre de Leroy, pros de Fon-
tainebleau, dEtruisant lei maisons et ense-
velissant p'.usieurs personnel. O.a a rEussi
A sortir cinq cadavres et o10 grievement
blesses. Les caves du minister des affai-
res Etrangeres ont tde inonudes. Par suite
des pluies di'uviennes, plusieurs maisons
ont etE abandonnEes.
La Seine grossit toajours. Les dEgats
sont tous les jours p'us grands et des mil-
liers de personnel sont obligees d'aban-
doaner leur travail. Les eaux out mine
une co'line i Chateau Landon qui s'affaissa
enterrant quatre maikons et ensevelissant
cinq personnel. La Seine en dEbordant a
inondE tous lesquartiers de Paris et il a
EtE necessaire de recourir an service des
embarcations come moyen de communi-
cation. Ce fleuve est rempli de debris de
routes sortes ; on a djai retirE vingt cada-
vres.
Tribunal Civil
Audience civil duMerredi 26 janvier 910o.
PrEsidence P. Jh Dupont Day
Jugements rendus :
Ce'.u qui admet la demand en di-
vo-ce du s:ear Verthot Dossous et renvoic
les Epcux devant I'officier de I E-at civil de
cette ville sectionnord pour prononcer le
divorce.
Ce'ui qui rejette les fins et conclu-
sions du sieur Victor Coles- dEclare que
Mirc Beauboeuf eit pro rittaire d'un im-
meub e sis en cette viiIe Rues St HonorE
et Revo u ion, condamne Victor Coles aux
dEpens.
Les ordonnances suivantes out etc ren-
does :
Celle qui renvoie les Epoux St Elme
VEriti A i'audience publique du seize fevnrer
prochain.
Celle qai renvoie les Epoux Jean Phi-
lippe Luc Apollon a 1 audience publique
du seize fevrier prochain.
-Celle qui renvoie les epoux Jean Bien-
atim Eloyrin Eloy,dit Blanc Eoutrd A l'au-
dience publique du seize fevrier prochain.
-Celle qui renvoie les epoux Montre-
ville Beliotte i l'aadience publique du 16
fdvrier prochain.
Celle qui homologae la delibdration
du conseil de famille da miner 6manci-
pEe Jules CarrE.
Celle qui homo'ogue la delibEration
do consei' de famille des miners Philippe,
Georges, Pierre, Paul, Lucin, Madeleine ei
Denise Lafontant.
Affaire entendae par la composition du
juge Doyen L. St Just Nicolas.
-Divorce des epoux Oormainville Es-
tinville.
AudiUnce correcionnelk du smercredi
26 Jamviur to.0.
S Presidence A. Champagne
S Minister Public Lys Latortuec
s Jugement prononce
-Celai qui ccndamne Gefrard Carre 1
dug monis d'emprisonnement et i cent
Sgourdes de dommages.intdrets, ce pour
si avoir frappE A la tte Monsieur Ptere Ja-
BaptlMe..


Affaire entends .
B. Bernadotte et consorts centre Fer.
dinand Fed6.
Le tribunal apr6s avoir entendu le pf-
vena Ferdinand F6dR en ses moyens de
defense, ainsi qie Mes Leger et Viard en
leursconclusions ecrites.ainsi que le Minis-
wtre public qui a concln a la condamna-
tion du prevent, a ordonnu le dip6t des
pi&fes et le jugement sera rendu A une
aitte audience.
Nominations
Par commissions de Son Excellence le
President de la Republique Mr. Valdrius
Dooyon est nomme Directeur de la donane
de Port-au-Prince en replacement de M.
Osmin Cham appeld A diriger le sectta-
riat du Conseil des Sectrtaires d Etat.
M. 0. Cham replace M. Marcelin Joce-
lin nomm6 chef du cabinet prdsidentiel.
Bal travesti au Gerole
Une agr6ab'e noovel!e circle dans le
monde des invites du bal de samedi qu'of-
fre le Grand Cercle : c'est, paralt-il, I'or-
chestre Turnier qui a dtd choisi par le
Comiti d'organisation. Le succes des grands
jours est doac compl6tement assure.


Avis medical

Nous avons I'honneur d'informer le pi-
blic que, A partir du ter Fhvrier prochain,
nous ouvrons ;u- ce:te place, rue Fdrou,
no 102, uae assistance m6dico-ch rurgi-
cale.
L'E ab issernent, c nfortablement iastal-
li et prossedant ui oatillige moderce et
comp'et, s'oczupera de mideciue et de chi-
rurgie en general et d'une facon special :
de maladies des femmei, des enfants, des
voies respiratoires, du cceur, de I'appareil
digestif. de la pe-u.
Un serni;e paritualier poarle; affec:ions
des voies genito-urinaires assurera aux ma-
lades ua traitement promp et sur.
L'Etablissement sera pourvu egalement
d'un sTevice de chirurgie dentaire et d'6-
lectroth4rapie raisonn&e.
Ea cas de necessity, pour leur taaitement
ou operation, des chambres seront mises A
la disposition des malades de la Capitale et
des autres villes de la R6publique.
Consultations et operations gratuites
pour les indigents.
Port-aa-Prince, le 25 janvier ii0o.
Dr ANNousL., Dr BJUCHEREAU, Dr AUG.
L ECHAUD.


Cin6ma-Vaudeville

Jeudi soir 27 Janvier 1910
A L'HOTEL MORCH
Grande Sdance Cin6matographiqae
populaire.
Changement complst do programme
avec projection sur Grand Ecran.
Chaises riservies G. 2.
A l'H6tel et chez Monsieur Charles Perval
an face la post.
Entree g6ndrale 1.
Enfanta 0.50
Directeur Mr A. MORCH

Le Bureau de location ponr lea pla*
ce r6servies sera ferm6 A 6 heures do
l'aprbr-midi.





La Direction des Chemins de For do
la Plaine du Cul-de-Sac avise le Por-
teaours de Cartes de libre circulation
sur ses difI6rentes lignos qeuo toaut
les cartels de libre actuellement *
coare no seront valables que jusqu'M
31 Janvier inclusivoment, une o
- voelle distribution devant 6tre fate d
le lor F6vrier prochain.
En consequence, elle price leOs p0
tours de ces carter de blen voauW
so presenter on ss bureauxi,
SChamp de Mars. a partir do 5 de O
mois, pour eflectuer l'dchange -
osllen qu'ils detiennent.
LA DIRECTION

















i


M" Serre
ux Armes de Paris
averts et timbales pour Acoliers.
squidatiosde boas en plumes.

rbtel Bellevue-


Leo mieux situ6, le plus con-
fortablo.- Champ-de-Mars.--
oie rommm6e.,- Vue sur la mer.


Dr Robert R. Ewald
DENTISTE-AM.RICAIN
)ipjlume du '* philadelphia Dental College
and Gawetson's liopital of Oral Surge-
rv." Membre diplnm6 du 1Phila-
delphia School of Anatomy
Appel6 aux Caves, announce a sa
mbreuse clientele et au public
I'il sera de retour dans un mois.
Port-au-Prince le 10 Janvier 1910.


Ligne Atlas

Le vapeur Sarnia ayant quitter
New-York samedi 22 courant direc-
tement pour notre port est attend
ici vendredi 28 courant il partira pro-
bablement dans I'aprbs-midi pour
Kingston, Colon, Port-Limon et New-
York pregnant la malle fret et passa-
gers.
La malle pour l'Etranger( viA Kings-
ton ) fermera A la poste vendredi 28
courant d 5 heures du soir.
Port-au-Prince, 25 Janvier 1910.
F. HERRMANN & C
Agents.


Lige ilo adai

Le sis a Prins W\illem I[1 v venant
de I'Europe et des ports du Sud est
attend ici dimanche 30 courant et
partira le mcme jour pour Saint-
Marc et New-York.
Port-au-Prince, le 2.' Janvier 1910.
AUG. AHRENDTS, Agent.

ON ACII TE Ca,cire
et mielA
P6tion-Ville, usine cafei6re.
CIRE & MIEL


Avis
COMMISSION D'ORGANISATION DR
PARTICIPATION DE.LA RAPUBLIQUE
n & I'EXPOSITION INTERNATIONA-
LE DEBRUXILEI8S
SComnmission charge de recher-
r les products et d'en taire l'expd-
on & Bruxelles, avise le public que
haut du local of se trouve la
ambre de Commerce de Port-au-
ace est affect & recevoir en depot
products destines a I'Expo ition.
vant l'expedition des pr.duits, its
ont prdalableme t exposes en cette
titution, a une 6poque qui sera ul-
ieurement fix6e. En consequence,
r r6cep ion commencera des lundi
hain.
Commission se tiendra A la dispo-
on du public au dit local, sis rue
Fronts-Forts No. 5, le matin de
rs. a midi, et le soir de 2 A 5 hrs.
s les jours, les dimanches et jours
i6s except6s.
Les articles A exposer devront Otre
r6s aaudp6 u plus tard, le 2o f-
ier 1910.
Port-au-Prince, 17 Novembre 1909.


Mr Jh. M. Duplessy
Photograph
Avise ses nombreux clients qu'il
nest A leur disposition que de 9hrs.
& midi, de 2 & 5 heures, except lea
apres-midi des dimanches et des
jours fries.


Ferrari Cernicchiaro &C0

Horlogerie, Bijouterie, Joaillerie
168, GRAND RUE, 168
Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dernier steamer francais sont ariives des articles de touted beauty
pour tons les g,-ots et pour touted les bourses : BIJOUX. SAUTOIRS. BA-
OURS. BOUC:LKS D'ORII.LE.. CIIAINES POUR MONTRES. etc.
ALLIANCES SUR COMMAND
INSTALLATION MODERNE.
REPARATION de glaces qui sont remises absolument ;: tiult ; ain,-i quo
des tableaux artistiques.
Achat de vieil or et vieil ardent


La maison garantit lea inarchandises qu'elle livre ain i 1'lU" le
ARTICLES DE LUXE pour les principaux dv6rements do
daine.


Ainericati


ICE-CREAM


rdip.i action
Ila vie mon-


Bar


PARLOR


PLACE GEFFRARD :i ctt6 lte la PHIARMACll. \\. P1 (11
Sandwichs a :)o cts. toute la journee, servi-, inn'Ai.dltoeent
Cr6me la Glace A paitir de 3 ~heure- .i mnli.
Bibre Ala pression et bouteilles bien frapp6es
Avendre a I'american Bar :
MACHINES A ECRIRE Oliver Standard visible or I' 75. dt'ja vendi
2 douz. en huit mois.
U. S. ARMY KHAKY, Ingersoll montres en boitoe ''in hi, tma onu table
do nuit, boutons pour chemises et inches, faucolk, (;. lo. lIt dou.,
bretelles ( President suspenders ) ;. :,. -- la paire, I:tdl.iin -. Colgate',
shaving stick, note-books, Waterman's plumes r.spavme e. o)llec-tion -u
perbe de or P. 2 50 & or P. 8. Crayons :i r&sitvm~odL, dorit'nre iiouveaunt
G. 5. Encre sapciale pour ces plumes et crayons. c(i, ,e4 ot cigarette .


Vin de


Moselle, par


verre :


G. o,5o.


h



m


A louer
aison spacieuse et bien adrde
c d6pendances confoi tables.
Rue Iigaud ( Bois-Verna).

management d'adresse
Dr Lissade
127, RUE DU CENTRE, 127.

s Cigares du


Centenaire
So fament un peu partout dans la
R6publique.
On les pent acheter :
PORT-AU-PRINCE, 25 Rue des
iracles, 51 Rue Roux.
A JACMEL,- Chez Hugo Jensen.
AUX CAYES.- Chez P. N. Neptnne.
AUX GONAIVES,- Chez Montas.
A L'ANSE.D'HAINAULT,- Chez Ar-
ar Drouin, Piard Youance. *
DAME-MARIE.- Chez Vve Harmoni
ire, Fernandez et ailleurs.
AUX BARADMIRES, Chez Clodo-
r Droniu.
AU CAP-HAITIEN, -- Chez Olivina
Aade.
PETIT-GOAVE, Mr Robert War-
GURND-GOAVE, Mme N6oc 6a
PORT-DE-PAIX,- Marielle Auguste.
A S4INT-MARC .
A J~RMIE, Dans touns lo coins de
La Fabrique serait heareuwe d'avoir
m ageMt dans les localit6s oi elle nest
Store reprie.ntwe.
2Otes recommendations avec s6rieuse
bMaNe rdfirence sera appr6ci6e.
EUGNE PRIN,


AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du


Tabacs Scaferlati


LEVANT SUPIRIiUR (dit tabac d'Egypte) la Bolto de
50 grammes
LEVANT ORDINAIRK paper violet liss6, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIKUR paper bleu le paqust de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vort le paquot do 50 gram-
mes
,CAPORAL ODINAIRE paper pate bruno lo paquet
de 40 grammes
TABAC A PRISER, Virginie haut gout, paper jau-
no, le paquet do 100 grammes
POUDRI SUPERIRURE, paper bleu le paquot do
100 grammes
POUDIa ODDIXAIRE, paperr bran, le paquat do 100
grammes
TABAc A MACERR roles Menus filds le paquot do
100 grammes
x


G6neral, -


GOURDES


1.25

0.90
0.70

0.70

0.75

0.60

1.50

1.50

1.20

1.50


Janvier


1910.


Cigarettes


GOURD-i;


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CHASSEUR le paquet de 20
HONGROISES en levant supbrieur Le Bondon do
20 cigarettes
do en caporal supbrieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland le paquet de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ELEGANTES on Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal supbrieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FRANQAISES en caporal sup6rieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
RouLts eon Maryland et caporal supdrieur le
portefeuilles de 20
do en caporal doux la bolte de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la botte de 10


J. LAVILLE.


TARIF


1.20
0.60
0.90
1.20
0.85
0.85
0.65
0.05
0.70
0.70
0.60
0.60
0.00
0.45
0.75
0.40
0.60
0.30


I I I -


r--


A Port-au-Prince, 40,


re
I


1




(


rue F6rou.


"lP-AfrAQrOt t 03ed--'Ol


t


t







NOUVEAU TRAITEMENT
AFFECTIONS
o ia GORGE
d- LARY NX


"&" Lk.6


Toux
Bronohitos


AS Laryngites, Angines
E Emphys6me, Asthmo
S'S- *Phtisie pulmonaire.
" .-iOLE D'EMPLOI de 2 8 u capsuks par jour.
V0 Pm. rMeRIAL., 3, 9 Boul' ansgmau, Ps ARMs


8 ANS DE SuccAs 'I


Topique D. SERIES
Pou les Chevaux
Gudrison rapide de Boiteries, des
Plaies anciennss, lEcarts, Foulures.
Entorses, Fluxions de poitrine, ctc, etc.
Pansernent facile, rapid et d'un effect
certain. Repousse du poil assure.
DEPOT : Phazmacie Moderne
Rue Roux, No 108 et Rue du Peuple,
No 124.
PORT- AU-PNCE ( HAiTI )


NESTOR FELIU
Excellent taillenr avantageusemenl
conau do toute la P..publique viont
do rouvrir son atelier Rue Ftrou,
( Rue des Miraeles ) NO 61,
Sa nombrense clieoutle trouvera
comme toujours toute satisfacties
pour los travaux qui lul serort con-
flds.

SA L'ElIGANCE
COORDOI NElRIE.


42, Fcc des Fronts-Forts.
CaAUS3UP.MS M APf6T:POUX LA VXMT
Prompt:'tde et soin aux sommana-
dos ta i 1ci qu en province.
Cbaussures d o Dame forms ot tra-
vailtouiours tout ce qu'l y a do plus
mouvea'x.
Forme. amfrica.ne et franraise pour
Messioni ; 616ieates at commodes.
Pour les onfants Ie plus& laise.
Travail solid extect6 aveo
des peauxx do proeamire uarque.
Assurasas do grand rab.ts.
PAtes. C -rags at "l-u __

Chapellerie
ACCOUREZ CHEZZ

JAIME TESTAR
Le chapelier remarquable, avan-
tagousemeut conna,fait savoir au pu-
blic en gn Aral et a sa nombreuse
llenthle qu'il vient do transf6rer sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANCIRNNE MAISON DU LOUVRE )
(DE LA PLACE GEFPRARD A LA
GRAND'RUE OU REPUBLICAN
No 149. In faces de la Poste
Le :iouvel 4tablissement est ou-
veit sous le nora doe la flour do
l'Am6rique
II promet soin et promptitude
come toujours.

J. V. LEBLANC
188, GRAND-RUE
Confection et reparation
SELLES et HARNAIS on tons genres


A de MATThEIS & Cie
32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Maison Fond6e en 1888
Bijouterie. Argenterie. Parfumerie. Articles de luxe pour salon,
salle A manger, chambres, etc.-Miroirs et tablaaux artistiques. Serviettes
pour avocats. hormmes d'affaires, ministres. Bibelots 61 giants, delicats et
rares. Articles de Bureau. etc
Achat do viel or. argent, diamant, 6caille.
Reparations de Bijouterie. Los articles vendus ou r6pards sont garan-
Iis pour une pdriode d6termin6e.
MAISON DE HAUTE CONFIANCE et de premier ordre.

ACCOUREZ


Herrmann Corvington
108, RUE FEROU, CI DEVANT RUE DES MIRACLES
us y trouverez du Bon Rhum Sup6rieur


31:3uLx %7jLZ. X160MC dJk FCOXXg
AL des prix excelitibflfl*llmeft avantageux


Sacs videsl..


Sacs vides!..


Entrep6t Gdn6ral des Grandes fabriques
DE CALCUTTA ( INDn) DUNKERQUE (FatNcz) ar DUNDEE (AxmLarTam)
SACS sp6ciaux pour Caf&s trlds
Cafes ordinaires
Cacaos
Les Types Courants constamment en Stock par balls de 400 sacs,
Depuis 18 centimes or jusqu a 28 centimes or
Pour grandeurs r6gulibres 65x110 centim6tres et 70x110 centimbtres.
Poids de 1 314 livres jusqu'A 3 lives.
Sacs sur modules et sur types des acheteurs.
Prix A forfait pour livraisons meusuelles francs port de d6barquement
et si on le desire, Droits pays.

50.000 Sacs de I'Inde


Viennei


it d'arriver par Balles de 3(
Pri exoZeptiono- lloment avantageux


)O Sacs.


S'adreser Jules Laville
AGENT ET DfPOSITAIRE GFN]RAL
98, IRU DU MAGASIN DE L'ETAT.


L


D. Romulus 1
38, Gretrue, 38
Sirops supdrieurs, et de trts
ne liqueours,qul noe le cdent eI
aux prodoith exotiques. Remou
nnus par du bon rhum IAccourom
en fOule chez Ihonn6te et coi
cioux.
D. Romulus, Grand'rue, hi
38, non loin de la gare dui
Distillateur-liqnoriste. Industrial,
a obtenu une Mddaille d'argent.&
position universelle de Saint
(Etats-Unis d'Amerique) en I
une autre A l'exposition de J
on 190L7,
3LA g^


Cordonnerie


Nouve


C. B. PETOI
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele
Is vient de recevoir. par derni
teau, une forte quantity de min

dishes et de fouruitures de touted
cheur et de toute beauty, pim
de France, d Allemagne et des
Unis.
Le public 614gant, curieux
'bien chausser, y trouvei a lee
lea plus solides et aux nuan
plus varies les formes les plus
et les plus appropri6es.
On n'a qu'a venir chez G.B.
pour 6tre assurE d'6tre cbau
vaut les meilleui',s ois du co
de la mode. Sp6cialir s pour
Grand Stok de 'chaussures;
Peaux, cirages, forms. fou
et mat6riaux divers Iour co
rio. On trouvera tout ce qu'il f
prix les plus moderns, A
LA CORDONNERIK NOUVLUA
143,GRAND'RUE 143,

Maison F. Brun
195, ,GRAND'RUE.
Dirig6e par
L. Hodehin
Ancien membre de la S I~ phi
que des mnaitres tailleruse Paris,
Vient de recevoir uo grand
d'6toffes diagonals, casimir,
cheviots. eheviote pour doe
Recommande particulibreom"
clientble une belle collection
pes de casimir, do giless do
et de piqu6 de tonte beauty.
SPiCIALITE I) COSTUMtS DIl
-Coupes Francaise. Anglaiseltl
ricaine de la derniere peifectioB.
maison confectionne aussi des
TUMNS MILITAIRES, IIABITS B
DOLMAN, TUNIQUE-,HABITS CARB"*
etc, de tous grades.

Francisco DESU
Fabrioant do ohaualS
La Mauutactu -a a tounoursa
urn grand stock, pour aIs
gros et on ddtan, de chau
toaus pears pour
Momxus, FamMx. Eys
Los commovdes de coa r
do l'int6riour pourront tre
daes uno snmaine A pea pr&ta.
23, Rue des Froats-Forto,
rwoa-a-ruamu ( RWA


Chez
.....


Voi


M' C. L. Ver
Tailleur-Marohand
Donne avisa sa bienveillanto el
t4le quo sa maison No:7, Rue Trfi
sibre est toujours bien pourvue t
vari6t6 d'6toffes de la haut ag
voaut6 parisionne.
OAL* SwzumnsR CouPA
TRAAL orew*. Exkcuynon
. Pri trai ratm I
1


I


'' '~~---- -`r`-- --- c I


M mftmftm&,iJmk *
--w