<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00834
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 26, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00834

Full Text


rmroubmo Ann6e, No 851


Port-au-Prince, Haiti


Mercredi, 26 Janvier 1910


AUONNEMENTS
Ux Mos .. G. 2.00
Port-an-Prince
TaOis Mois... 5 00
Dortmnts Um Mois ., G. 2.20
IT Taos MoIs 6.c00

Etranger ... rose MoS 8.00
-mmm

Cjeaont-Magloire
DUICTUR-FONDATSUR


1


LE NUMI1RO 15 CENTIMES

Lee manuscrit' inmr,'s on non ne sront

REDACTION-ADMINISTRATION
45, KUE Roux, 45.


Arthur Isidore
ADMINISTRATEUR


j


OUOTIDIEN


Histoire d'Ha ti

A L'USAGE DES ADULTS
LIVRE IV


Le Pacte


Nous b'avons vu, le fait de I'inddpen-
dance consommd en lui-wnmee, les
premieres discordes qai s'61ev6rent n-
tre les Haitiens vinrent des difficult6s
crddes par Ie partage des biens des An-
ciens colons. Nous avons montrd com-
ment'tous s'acheminaient sur ces dt-
poailles opimes at comment, a un mo-
ment donned, Dessalines, aprbs avoir
d'ailleurs donnd lui-m6me, par son
ropre spectacle ot par celui do seos
favoris et des principaux personnages
de son dtat-major, 1'exemple do catte
appropriation, so croyait Ie mattre d'in-
troduire, A sa favon, do 1'ordre dans an
si eftlrn6 pillage .
Dans l'entourage de Dessaliiaes,Men-
tor avait hasard6 son opinion sur la
faVon do mettle on exploitation les
bans des ancions colons. 11 dtait d'o-
pinion, dit Madiou, a qu'on annulda
lea contracts passes par les blanco en
favour des indig6nes, mais il avait con-
soeiII6 Dassalines de p.rtager les
bloens domaniaux entire les soldats et
Ies laboureurs, au lieu de les livror en
oi assance aux principaux ofti :lers,ses
avoris. Lorsqu'un people, paosaitil, a
oonquis par les armeo, sur sea oppres-
sears, sa liberty et son indpeondance,
leo propri6t6s des anciens dominateurs
doivent 6tre partagdes entire focus los
barriers an lieu d'apportenir exclusi-
voment au goevemement fond6 par le
Soavel ordro do choses: tel 6tait Ie rai-
soonement de Mentor.*
Et Madion ajoat*, poor sa part : aLa
opinions do Mentor sur li propri6t6,
qGa Dessalines n'accusillait pas, 6taeont
justes et raisonnables : la masse doe la
nation out da, dAt lors, Atre propri6-
taire, comma lleo Ie devint en 1811
soes le president P6 ion. car il y avait
ea la possession do l'Etat asses do
term pour satisfaire chaque gaerrier,
sns fowler aax pieds les droits des an-
ol*ns propri6taires noirs et jauaes.D
Verreur de Mentor, ot aussi cello do
Madlou qui approve soe ideWa, vient
do e a'ils somblent m6con~ Itre que
Ie droft do propri6td, pour s'exereoer
1ke. fruit, suppose chez 'aindividu des
aptitude specials. L'observation dd-
MOotre, on eofet, que ce droit, ainsi
Oortainea autres qualitds emin ntes
tele que la pr6voyance et leas talents
aduministrateur, s'acquiert par une
fo1matton sp6cialo de t'individu dans
10 p.a.ti' pgradiaellos do travail.
A rloq-. eourop6onno do moyen-
Str4at Jaqplleo eost accomplie
pwmu peque total do la propriWe
Mllan'estpasdonn a I'hietorien dscons-
ts' r, eolas pour lea chose haltien-
m, a trIamfeation sabite et rdvo-
r*a re do reslave ea propridtaire:
*m tm!nm, swms mantra b'histoi-
pr lta dlpe iltoe da progrbs
ol en dehon do touted explosi n
Sr -rp l *'6ileOva do
Sd rW d e deof,' dn srvagp
tM o mano-e libre, ot eoAn do
A e MAI rdet ompleo de pro-


Fundamental


xx


17Stns doute, no s avons tous fait nos
ntudes historiques sans quo lea choses
nous aient apparel do cette fagcn ; on
fait d'histoire, on noes apprend on
clause co qu'un 6crivain deo a science
social appelle avoc raison I'histoire-
batailleo tel point quae dos bisto-
riens, pourtant c6lbbres,ne voyant dans
la contextura da moyon-Age aucuoe do
ces grades violence qui caract6risent
gdneralemeot les 6poques historiques,
oat ddnommd cette 6poque asi fructuea-
se eo 6volutions sociales heurouses,
" nuit du moyen-Age, a on encore
* chaos de la fdodalite. >
SII n'y a ici doe nit ot de chaos,
6crit A ce sujet avoc grand* raison M.
do Tourville, jue dans l'osprit de ceux
qui, ignorant I organisation social, ne
voient plus rien ot brouillent tout IA
ou il no so passe luas de dramas histo-
riques A grand oflet.p
Or, si de nos jours encore, nous ren-
controns des esprits pourtant cultivds
qui professent qae toutoe 'oeavre de I'd-
volation social et individaelle est le
fait dees pouvoirs publics et qui consi-
der nt quo Ie people haltion ne penout
trouver son salt que dans I'effort des
pliticiens, on pardonnera cortes A
entor d'avoir cru, et A Madiou d'avoir
partag6 cette opinion, quake la masse
do Ia nation. a les soldats et lea la-
bouronrs n, pouvaient devonir habiles
A pose6der ot A administer lours bionp,
rien que par l'offet de caprice gouver-
nemental.
Noas vorrons plus tard comment P6-
Uon donna dans la memo erreur par
ses distributions do torre faites aux
classes infdrieures, an contraire de
Dessalines qui avantagesit do prdfd-
rence sea favors et lea grands d j our,
ot il noas fandra arriver jusqu'A Bon-
net pour trouver, la proemire fois dans
'histoireo d'Halti, n esprit assez clair-
voyant pour proposer doe fair colnci-
der avec lee favors do 1'Etat 1'oeavre
du d6veloppoment individual par les
habitudes do travail et de ragalarit6.
N'anticij ona pas.
En attendant, Dessalineos, pour fairs
bndaficier lee ans, faisait d6pouiller
les au'res. II avait envoy6 loginac
dans le Sad pour cela. Pour exdcu-
ter les ordonnances doe 'Empeoreur, dit
Madiou, it fallait 1seor les iant6rts de
presque tousles citoyens propri6taires.a
Dessatines Ie savait et so prdoarait A
sdvir et a r6primer. Satisfait d'Inginac,
nous apprond le m6me histories, it
a lai annonga qa'il Ie nommait grand
officer de son empire ot contr6leour
g6n6ral de toutes les operations admi-
nistratives. II lit recom..,ndaa d'agir
sanes crainte, et lai profit do Ie son-
tenir pas seas balonnottes ot ses bouches
A fou. 11 lai dit de se consoler d'6tre
hal ot exderd, car lui, b'Empersur,
il I'tatt ausi ; do n'avoir aucune in -
qa6tude, qu'il avalt domewd ordreo
Wagaac, lorsea'll aurait termind se8
operations de vrlcatios, de o'accom-
pegner aves mn seedrea, jaqun'aV poat


de MiragoAne, afin qu'il pat sortir,
sans danger, do d6partement de Su i ;
et qu'A son arrive dans I'Oaest, Ie g6-
ndral Yayou eaverrait, doe 1ogane, an-
doevant do lui, un escadron sous los
ordres du chef d'eicadron Bande.*
a Ce qu'iI y avait de p6nible dans sa
tI:he, dit encore Madion d'Inginac,
c'dtait de v6rifier les tires quae 'Em-
pereur avait ddjA ratili6s, mais solvent
sans on mar examen. Tons ceux qui
dtaient d6poss6dds so r6pandaient en
invectives centre lai, se plaignaient de
ce qua'il fat seaul juge dans une aflaire de
cette importance, et travaillaient active-
ment A la ruine d'un government qui
les ddpouillait ainsi.v
Certain 6crivains haitiens ont ten-
dance, saivant en cela des devanciers
pen soucioax de la v ces operations de vdrificatioa ordonn6es
par Dessalines comma inspires par la
preoccupation de ddpo miller les gran Is
officers as b Sn#ice do la masse na-
tionale, et cela pour fair apparaltre
ce Chef de I'Etat come inspir6 par des
pens6es ddmocratiques. Poortant, il
est bien vrai quoe I'cevre de d6posses-
sion don't fat charge Inginac dans le
Sad, s'exergs indiffdromment centre
lea propridtaires de totes conditions ;
Madioa on t6moigne formellement :
* Beaucoup de campagnards proprii-
tairep, dit-il, avaient 6t6 ddpossed6s ;
ceux qui noe 1'taient pas s'attendaient d
I dtre.v
Au surplus, nous venons de voir que
Dessalines avait ropouss6 1'idde de Men-
tor de faire uan distribution de terres
entire a lea soldats et les laboureurs.*
An milieu de cette latte ontre gon-
vernants et gouvernds pour I'appropria-
tion des bien vacants,- latte, ne l'ou-
blions pas, qoe nous examinons ici
comma tant lone des form s do vol ou
si i'on aims mioux, comme ane mani-
festation do la preoccupation de no pas
travailler, lea habitations, naguare
prosp6res, tombaieot on raines, mal-
gr6 les efforts de Dessalines pour en-
courag-r Ie roelvement de l'agriculture
et doe industriese chez coax qui avaient
b6adficid de co habitations. Dissali-
nes tenait presqu'en disgra -e tons coax
des fonctionnaires qai no a'etliaraient
pas do reliever quelques habitadons, on
pla nt learn fonds dans des exploita-
tions agricoles. 11 leour disait qu'sa lieu
d'employer dans le pays l'argent qu'il
rn"niealent, par las bindficas do Laurs
charges, iUs se proposaient de Fewnoyer
4d rrangTr, pourw s'y redre suite. eon
1805!!1 ).I so meontrait d plus on puis
satisfait d'logine et de Lhrioson, dl-
rectears des domaines de l'Oaest et do
Sad, qui remplissaient s6viremeat leos
devoirs de leurs charges, et donnaient
des points rdels aux propritAds qu'ils
avaieat afferm6es. ( Madion )&
Voici une lettre de Geffrard, dat6e do
5 aolt 1804, sur laquelle nons appe-
Ions attention du lecteur :


blir ses batteries ; j'ai donc jugd4 pro-
po doe laisser achsver cette lorteresos,
At j'ai fait construire d'autres r6servei
dane los mornets.
a Ea mortant de IA, j'ai parcouar les
habitations, et je les ai trouvdes aban-
donnies : tows le eafds sent obsolument
sous les lines. Celui de l'annde oase4e
qui so trove en magasie est dispose
par tout un chacun.
a L'insubordination eat a ion comr
ble, mon chbr gonvernear ; lss measures
de rigueur sont cells qui convielnent
dans ce moment-ci ; tons les chefs mi-
litaires nMgligent leura corps, laissont
les soldats libres de leurs volontds,
pour so livrer ent:6rezoent an commer-
ca. Tout cela produit le plus mauvais
effort ; il est temps d'y rem4dier.
( Je vais faire en sorts d'etre aux Ca-
yes Ie plus t6t quo je pourrai pour
preparer votre arrive, ot avoir 1' on-
neur d'aller an-devant de vous.
a En attendant ce plaisir, je vonus d-
sire la sant6 la plus parfaite.
a J'ai I'honneur de vons saluer avoc
respect.- N. Geffrard.v
En r6sum6. la sociAtA haitienne de
1'6poque. poct6e a indolence et an vol,
laissait d1, toutesDarts p6riclitor Is pays.
Dessalines n'avait rien dit d'extoaordi-
nairs, lorsqu'il avait dit : a P.ume: la
Fouls 2, ce quo, avec lai, toot le monde
faisait consciencieuseneaet.E l'on no se
figurait pas que c'dtait voler, on no so
le figure gubre davantage jusqu'a ano
jours ; l'instinct est dans le sang:
i Dins l'ancien regime, dit Madiou .
I'esclavag) le plug d4vou6 ne so faisait
pas scrupule de voler un objet quael-
conque A son mattre, aaquel il donnait
gratuitement ses sueurs."
Nous venons de voir GtffcarJ sollici-
ter loa riguners gouvernamontales on
raison do la prssse quia svissait dans
l'Etat naissant. Et, en efTft, pu aspres
I'ind6peniance, les verges etieos btons
reprenaient lear empire, et cett so-
cidtd, neo maladeet no se doutant pas
qu ce soont ses propres vices qui
I'affligeaient ot la readaient malbeuroame,
n'a pas tardd A so retourner coatre lo.
nouveaux oppressors at & lea abattro.
AUGUSTrs MAGLOIRE.

LES LJVRES


LE G'1 NORD ALEXIS
PAR
Fr6d6ric Marcelin
II
Dans le pr6ambale de son tome pre-
mier, M. Marcelin rapport un mot r6-
cent de M. Pichon. ministry deo safal-
res dtrang6res do France, a notre sujet.
T1 IA Pa nnsap- n oum Minkw aria *t


iia autas cg nuage aswg mmu,,,a..
a Citoyen gonvernear, ddnomm6, par les unp, a pdril ext6-
Par ma pr6cdednte, je vous man- riear et par d'autres, plus explicite-
dai que j'allais partir pour visitor les mont, expansion anglo-saxonie danr-
fortiications do ct arrondissement IJ6- le Nouveau-Monde a; pensot qui so .a-
r6mie). Me voild do retour, ie m'em- m6ae A cor. quoe EI nationilitA haltier-
presse de vous fair mon r6cit. L forts no est menace E aors M. Marcelin.
quo le g4ndral Fdrou fait diever damas sachant quell barometre just. consti-
ce moment-ci soot A quatre lines do la tWent, oour cos sorts d'indicatioes. I,^
ville ; londroit, quoiqa'il pisseo tre !chanoelteries, n exprimait A Mr Pi-
domino par los gros alibras, eat tr6s choa toute. se, craintes ; et Ie per-
bien situS6 et avoc pea do forces on sonnage francais lai r6pondit etetel -
peat empishor renemomi de veoni t lement:s


II~ II ------------ -






Ir1


X... ( ici le nom d'une tr6s grandest rieure,, rend dans ses dcrits justice A
personnalitd arn6ricaine ) est veau me la vt'rit6. C'est pourquoi, en d6pit des
demander quell strait no re attitude -ent''iien's que i'on peat avoir A 1'-
au cas d'une mainmise I. s Etats-linis rard de I'homnmi- poli'i iue, I'Ocrivain,
mar notre pays. Je lui ai dil que la Fran- depuis qua so:,t passed. lea temps rdvo-
ce se ddsintdr'es.ait abhol.ument d'I'-iti. lutionnairei qui ameru'rent la ruine du
( Pae 21 ).' partili ral,-S.g r6v&ke do plaa pius
Pour donner plus de poids A cette oa lut diga d'attirer et d retenir lVat-
ddoJaration, et p ique, selon la pen- tunU". '
ode heoureaso d Fernand Hibbert, la Lux.
critique dolt 6tre un complement de
I'oeavre, je commettrai Ici one india-
ordtion qui confirmed la declaration con- fIl II I iUlDT
sign6e par M. Marcelin : cauant de ce I IIUTS ii llL
passage du livre avec un persoonage .
stranger, arnAricain d. nationalist. don't R ,'GTx--,i ....
inn* m^n a_ rvA -^it g4 ir La


u LU pirm:ua i Ii a I m tour Ue t re
Som, ce petsorng3p me dumanda :
"- Savez-vous quelle iodividnalitN
M. Marceliu entend d4signir par X. ..,
"itr6 grandepersonnalie am siiasae 7'"
"- Ma fop, non, lui rdpondie-jo ;
le savez-vous ?
-P.-tfai'emoat, c'est M. Girdon-
Beonnett
M. Marcelin pourra, an raste, confir-
mor on rec'ifier.
Mais que les t. mps ont chang" el que
ls dvduement.q not mich6 t SO rAp-
olle-t-on, en 1891, for- d, la fampnese
terpellation d-e M. Laar A la Chambre
des ddputes frar gaiie, interpellatiors
qu'on avait d'ai 'lurs dite provoqate
par des petsonnaiits hlaitieones, se
rap91*liet--on ]a f. nwuse ddclaratioa do
M. Ilbot, tendaut a dire que la France.
Si ole a abliqud touted pr6terntion d-
eOUveraineto sur flti, 6tait c-pendant
jaloue, de mainterir la Leutralit6 a'llai
tL Ot que la Fiance, rdsignde a n'dtre
plus notre maitres'e, etendait au
momis que notre nal ionlitd6 ft au mcmem
titre respected par les autres nations f
D'ailleurs, nous avons noua-mLmra
longtemps exploit' la convoitise rdci-
proque des grande i nations. C'est ain i
que, lors do c -te interpella*ion, ovou,
naous trouvions y ,v,)ir i at4r;: a cause
des difficnl- alois actuelles de I'affai-
re daI Ml :S'+;int-Ni o'a; : c'etit usa
,onpel fait a 1 Europe co.tra lea Etats-
Ual. <
.'est erco e sin i que, II is tard,
lora de l'bllai-e l.ie ler, nou1 appe!ames
do li bratahlt aliematnde au cabinet 't
Washington : c'Otait Lu cortraire, une
deman,,e d'intervpntion adres e aux
Etats-Unis centre 1 Eu ope.
Aajouid'hui, il demoure A p u pts
certain que l'Europe, dl'un coqwtEmu ac
corJ, bit ep rif tait- deva,,t las pydlen-
tionts ambiricain's en co qui cencpne
les allaires du Nouveai-Monde. C'est
blen ce sentim nt ique M. Pacht-n, r -
pre6sentant de Ii Franc our' le terrain
de la olitique exteri ure, a euttinie
exptinier & M. Marceiin.
J'invite les ferven*'s hliiriens de I'Al-
liance frangaise A medattr BUT cott.
abrtgatit n et sur les motifs a&iieux
qai la justifient.
Ls prkambale da livre finit par qut-I-
ques considdrationm sur I* que-tin-a du
prijug6 de cou'enr qu, M.Marc 'ii di-
fend le i~anial Nordt d'asoir e i, -- t
o* cela il a grandecnent raison, en d0-
pit d'une bcole haiticnie pout laiquel'e
cette question est toute 1a rolitiquo tt
qui accse volontiers le prtjug6 enters
les muJatreo tous les chefs d Et-t qui
n'admettent point que, A l'6gal do Sou-
louque et de Salomon, cottA hid .ae
question serve, sous lear administra-
tion, d'arinmAnt aoao eon favaur des
prAtentio'; pol tiir c's.
Et c'est un signed hi ureux de
temps de voir au;joirl hui M FrE'di:i
Marcelin, ap- r.voir, il y a de cela
un quart do .icle, Ifendu ac: yvirn -
lence le president Salomon d'avoir li
prdjug6 de rcolaur ( voir la collection
du journal L'.Eil).apport,-r aujourd hui
la d(claia'in stuivante, a la page 29
do tome premier de son livre :
a Je sais qie Salomon s'en servit.
Mais lui, il 6tait un homme tie sup6-
ieur. II en ua., et fort habildment, sur
1 is masses. D a IA a reputation et I'es-
p'"-e de fascination qu'il continue A
exercer.*
I'ailleur., il faut le dire, ce n'est
,a; la premiere fois que M. Marcelin,
.an ,tsque de revenir sur des affirma-
tions ot m6me des sympathies antd.


NKUINAINK COLLSG S ItKAUTEAL'
MAUDI 2S JhXna 1910
Sarnte toa Mida762.m -


I


tournd de nous ses regards Tpour que les
proph6tes de malheur pridisent pour le
mois de Mai le retour du beau -emps.
C- A. C.
Cinrdna-parlant
La de icne repri ateaioa donnde bier
soir aus temple Wesleyen par 'mpri
Rousseau a fait admirer moe nouv ue
la perfection de son apparmel.
M. Roneau part incessammeaft pour
les Gonsives ou ii conatiera A recuelir
de nouvesax succ6s.
Bureau des Arch'vo .
P.r commission de S. E. le Prtsident
d- la Rcpub'ique, Mr Cicdron Dessable,
a dtk nommd Direcreur do Burna des Ar-
chives, en remplacemect de Mr Charles
de Delva.
Pour paralttre prochalfn*ent
REaiERCHEM SUR LES CAOm MKATU.L
DE NOTRE MALAISE soaCAL,par Fetram Am -


broise.


r.emaprast eminimm 8,8
?maximin 27,7
Moyease dines. de la tam2piratre 22,4
Ciel un pra outgeux tnwoe la iurnde
et convert vers lei 9 h. Gouttes de plaie
k lz h et pluie fite A 7 h. 30o p. ru.
Arc-ea-:iil Horiz m luin man tres-siiib'e.
P.uie A I'cu:st da< 1 ap.6s-m:di. Le BL-
ranmere a moat6 tr*i pea.

A l'a6.el-Bsele viea
Nous pub ions ci- les-ous le progrcamnme
de Ia soirde ciremitrg aphique orglmis6e
jour jeodt prochain a I Hf6re Bellevue, par
'impre;satia Gomez si bien coonu doil
du Fubic pera-su-princien. aide de l'ins-
tallation dlec rique d'Auguste Magloire ant
effects si irs et si me:veilleux.
0 I ltemarqutrt qne la colIec ian des
vaes nourelles de M. Goi as comporte
p ui-ears vwes syschroatises ; le gramoph -
ie qui se fera extend e e-t d'une puissam-
ce prol'gica e c p!us fart seize lois qu;
tousceux conra; jusqu'sci.
D.ans le but de procurer aux families la
plus grande s6curit possible, nous rappe-
tons que d'ezcelen'es dispositions soot
asdnagdes dans It cour inatrieure de '116
to'.
Le prix des car es qu' o peat trover A
l'H6-el-B:llevue est de dean goardes pour
grandes persounes et gourde pour en-
ftas.

1 0 Symphonie : Pt a e et P.yan ; a0
Les cloche; de Cornoeiole, ( vu- synchio-
aisde en codcur ); oLeas armares mystd-
rieu es, (vue en c'u'enr ); 4Vag .boa-"
dage dans le Far-West ( E ats-Unis,; $
Chiens rebelled ; 6 0 M dedmoielle Japo-
naiCe ; 7 Effe s d massage ; 8 o Lei clo-
ches du so.r ( vau en coua'er syachtoati-
s&e);
INTraMto DEuxitfM PARTIn
So0 Symphoni; -(Raymond ) a La aor-
:iere 3; 3 L Forgeroi; ; OHistoi e irIsa-
dais; 5$ Sole mio; 6 0Fuerie en couleur.
Ddc6 .
Les fund.ailles de Philomnae Camille
Pedro. stecidee hier aurout lieu cot apres-
amidi. MA s-n mortutire, jo Roe des C6-
sars. L'office funebre sera cd!dbrd A la
Cath6draler
De la part ne Mr e. Mine Lavalliere Ca-
det. d Mr ct Mae Constant Cider, de
M les So.icia Ducalia et Manue!la Cadet,
ses entants.
Lei amis soot prids de consider le pre-
sen: avis come tenant li.u de fAire part.
Mauvais temps
Le Cl Ne
Un temps effroyable sc.it depuis qiel-
ques jours ici. Avec une persistence inou e,
la p'u e oe cesse de toinber, et un vent
imp6tueux souffle nt du Nord-Ouest indi-
qu- que le temps nest pas pret A s'apaiser.
LI r gion est particulierement dprouvie,
la plain est inondee et les chemins d6fon-
c6s ne permettent pa i nos malheureux
camoagnards d'aller s'approvisionner.
Une atmosphere lourde de tuistesse en-
veloppe notre cite d sole. Partout des
gens en deui!, partout des maladies o'ca-
sionnies par nee humidi d excessive. Par-
tout l'angoisse envahissant les coeurs en
face d on lendemain bien sombre.
J Le Dion de miskricorde s-t-il doac dd-


L'auttur. bien conno dEjA et appiecid do
uablic 'eittd par de nonbresue poElds v-
blide dans Haiti Politique et LUtisel-
re sous le p;eudooyme de Feix de
Saint Laureat, se nsontre aujouod hu; south
un autre jour.
Son oivrage plein d'ape',as too" A f it
nooveaut sur le ,ujet qu'il traise, sea potf
sinsi dire le vade maecwa de tons ceunt quo
preoccepe I'dat de potre pays.
Poor I'avoir an prix d'uA gourde. on
doit sou crire A l'avance las Phreacie
D. Series. II so vendra ultriestemeast A
P.x. SO.
Les Electons
La La n'ere
Auc CAYgs.- Les Elec iois communalei
oit eu lieu 'e soJanvier Vo'ci les oms
d1 cexu qui ont passed come conseilles :
Rodolphe Deanery, C'odoeir Darbouoe
et Docteur Ledan. Oat te nommn s Mlee-
teurs pour le prochain college d ec oral :
le d'e;gai M gnan; le commandant de
l'arrondissement,le gindral Larrieut p' e ;
le commandani de la lace, le ge6nral
U. Simon ; le d6ldgud des finances, Chs
Dennery ; l'admnisirateur des finances,
D. Jean, le directeur de la docane. Mar-
rin Calixte ; les con'r6leurs de la douane.
Egene Rayn-ud et Fernand Larrieut ; le
chef de batreu de la douane Paul Policard;
le pescur A la douane, E. Alphonse. le
sub titur du commissaire du gm vernement
R. Beaufils, I'anc;en sdnateur de la Rdpu-
blique, M. H. Dennery, frere do de'eg ad
def imauesu
A ;TORBECK O t tid lu; poor com-
pldter ie -consent communal : Saint-Sau-
veur Miyse, et Casseus Dominiqun ; poor
faire parties du prochain college electoral :
R. Chalvird, J. Benoir, J. D. Augu tin,
Redon Richard, Cassion.
A PORT-SALUT.-Oat passe come 6dec-
teurs : Jh. V. Delrme, C. Viand, H Des-
rouilleres, Sully Deny et L-vasseur Dar-
boose.
A SAINT-JEAN DU Sun Les Elec;enrs
P. Gilles, S. Loubemu. D. Henri, N Nel-
son, A'exandre Gachette. DAns cette non-
velse common e c est monsiear Sev'gnd
Loubeau qui a &td blu ddputd.
Corps dip'omatiqua
a la Havane
C est notre ministry A Cuba M. Ante-
nor F-irmin, qui e;t actuel!eaceat le doyen
du Corps diplomattque. II eut en cette
quality A presenter au President Gomez le
ier janvier lessouhaits de tons le reprisen-
tants A la Havane.Une gravu-e nous reprd-
sente les dip!omates en grande tenue apr6s
la reception officielle.
Convocation
Les Memb.es d-i Thd.tre Massillon Coi-
cou soont invites au grand complete A l'en-
terrement de leur regretti confrere Emma-
nuel Paul, decede hier soir.
Le convoi laissera la maison mortuaire,
sise rae du People ( extremity Nord ) cot
apres-midi, A 3 heures pour se rendre a
1'Eglise Cathddrale.
Le secrftaire,
GEORGES LAROCHE.
Maison A vendre
Construction r6cente.- Appartements
confortables.-A Bolosse.
Poor la conditions, s'adrmesr as Mate.


Tribunal de Cassation
Audience civil du 2; fjanvier 1910o.
Prisidence de E. Bonhomme
Le tribunal pread siege A io 112 hbe-;
et prononce les arreks suivants :
So0 Ce ui qui rejetle come mal feao'
'e poorvoi da aear Michel Velhe
lordoonarce de refdrd do a3
19o7 do trbunal civil de Por -am-
ra ain entire lai ec Mr A. Goiyot.
2 o Ce'ui qui rejette le pourvoi
Banque Nationale d Haiti centre on
mat do utibunal civil de Port-am-
en data-do 13 Mars go8 contradi
meat rcodu entire e'le et 1 E-at.
3 o Celui q i declare irrecevab'e le
vot de la Conouare de PoTt-au-Prince
tre la sentence arbitrale readue le a
tobre centre el'e et en fiveor de la
Archibald Lilavo.s.
Sent appelies lea affaires saivant s :.
4 0 Celle de Ney Doris, demandeur
Mes C. Bouchereau et L-stsge .coota
sicar Augu te Couba, ddlendeur par
Arrault jeane c joge rappor'eur, JanuviW
Mtois.'re Pub'ic Loc Dominique. )
So0 Celle de Et eane M ahoo.toitur
amimers Gamtierd.a nder par Me
Dden coate let sku's P. Herrma u
Co, difeadturs pr M es hm et Ito

.(Jage r*pportefr : V.i d, MinistersM
b'*c Loc Djmielque ) .
Le siege est l w-1
Tribunaux de Paix '
SacrTIO-NonD
Balaocd Cadet a qui m rdclame le l..
meat d'an boa firame que: a sign use
&dd contre faite par u cStcroc et qu'il qlpe
re lexzise ice de ct efet I preseansei
tribunal s* variable sianware qui d'
eon effet, de las to prdie- oe par le c
cer. *
Le judge cerendant oradone i
lgemr an a prdseace. Ii s'eaecute et
tron signatures compardes 'oot eatre
sacaun ressembasoce. La denut grand d4h
hut as tribunal. CCdet oeamp fuiat per
clearer qus la prem' e saitames x 6'td
ier faite, mait d apr s me so o-isa io,"
un sieur Duprate..
Le tribunal ordone Is compautio
dit Duprate.
M ne Fortuad Libi 6re,. A'eis Neint
quolqees mnrei ddbiu's moat coda -_
A payer leu's det es a-vc dAs facalits d
trg'eaeat raisonoebse. ,
Tribunal Civil
Audieicw civ!l doa Mardi 2a jna vr s Itjl
PAideces : H Moadesia
Minisitre Pubkli: J. Ro emood
i o Rlvil Nam ca guadausu LM
booam (Wdfauit) )
2 0 B. Faust coae J.S-.Fort Colia

Eamauntel Bairdes cmtme A
siege ens lea
Avis m4dioale
Nous avons I honeaur d'ioformer le
blic qr.e, a partir do zer Fdvrier p
nous ouvrons sur cette place, re
no 102, une assistance m~dico-clhiruri*
cale.
L Etab:issement, confortablement instal-
1e et poss.dant un outillage moderce at
comole,s'o:cupapra de mJlecine et de chi-'
rurgie en gnadral et d'une faion spiciale:
de maladi-s des femames, des enfants, di
voies respiratoires, do caear, de l'appari
digestif, de la peau.
Un service pirticulier poor les aflectio--
des voices ginito-urinaires assu'era auz at"
lades un traitement prompt et sOr.
L'Etablissement sera poorvu dgalmemt
d'un service de chirirgie dentaire et d'l*
iectro'hrapie raisoonde.
En cas de ndcessit6, poor leur traitei-1
ou operation, des chambres seront mins
la disposition des maladn, de la Capttale i
des autres villes de la R4publique.
Consultations et operations gratoitai
poor leas indigents.
Port-aso-Prince, le a$ janvier 191o.
Dr AwouAL,Dr Boucunmwu, Drg


PANAMASI!
Pour Homms et pour Damas,
Melle. Lonide Solai g RMUo
Froats-Forts.








3lotI Morch
IC se cli 26 Janxvier 191.0
~, Seumcstr& prdcasadh boic
Ora2mzxcd C raixerwt

,ipatSENTATION
CIN1CMATOGRAPHIQUE
L Arilisl'


Maae Guiol
Sylvia
'Mo~iurBoyer
morch


Sopraoo
Ballet ine
Tenor
Bmso


0sINCHETREB TuaNIna( 20 eZdtIcUtns)
oj11~1ato~graphe Vaudeville
Piano Mr Geo. B-rno
flirectefif 6 A. M~rch


PRIX DES PLACES
.-rviesi A G. -. H6 e iuqu'A Is
-erlle du Coocert
NW.r6SrvjeS 2. -- Su Entrie -ChimP
de Mirs t Avenue Grrgoi-e.
Cares de famille. ( personnel) $ gnu-des
A H6te et chez M )msieur Charles Perval
ei f ce la poste.
Un train partira dn Chomp d Mars A r i
bheres faisant le circuit Nord de la ville.
Prix 20 centimes.


Cin6ma-Vaudevil e

Jeudi soi- 27 Janvier 1910
A L'HOTEL MORCII


Granie S6anoe Cin,6m itogral hique
populaire.
ChangeMont coM; IAt"'a prngrarnme
avar. ptoj-Ction tiur Graud Ecran.
Ch: ises r~srvles G 2
KiitrL'e g.ndrale 0I.
lDirectour Mr A Monciir.


L- Bor-au de location
eer rAsfrv'e4 aera ftirm6
raprb--midi.


pnnr lea pia-
a 0 heures de


HO6tel Bellevue-
Le mieux situ6, le plus con-
fortable.- Champ-do-Mars.-
Caisine ra.ommA. Vno tor la mer.

Avis
LA COMMISSIOn D'ORGANISATION Di
LA PARTICIPATION DE LA RIPUBLIQUE
D'HAiTI A l'ExposnmoN INTMRNATIONA-
LE Di BRUXBLE8S
La Commission charge de recher-
cher les produits et d'en faire l'exp6-
dition A Bruxelles, avise le public que
le haut du local oft se trouve la
Chambre de Commerce de Port-au-
Prince est afTect6 & recevoir en ddp6t
les products destines A l'Expo ition.
Avant 1'expedition des pr.duits, ils
Aeront prdilablemert exposes en cette
Institution, a une epoque qui s9ra ul-
tdrieurement fixue. En consequence,
lear r6cep'ion commencera d6s lundi
prochain.
La Commission se tiendra A la dispo-
sition du public au dit local, sis rue
des Fronts-Forts No. 5, le matin de
9hrs. A midi, et le soir de 2 A 5 hrs.
tons lea jours, les dimanches et jours
fri6s excepts.
Les articles A exposer devront 6tre
livr6s au d6p6t au plus tard, le 2o f6-
Trier 1910.
Port-au-Prince, 17 Novembre 1909
Br Robert R. Ewald
DiNTursT-AMIRICAIN
Dipl6m6 du -* philadelphia Dental Coll&ge
aad Gawetson's H6pital of Oral Surge-
ry." Membra diploma du Phila-
delpha School of Anatomy "
Appel6 aux Cayew, announce a sa
ombreuse clieatble et au public
qa'll sera de retour dans un mois.
Port-au-Prince le 10 JUnvier 1910
A louer
Mason spacious et bien a6r6e
MeW d6pendaneo confortables.
IRe Rigaud ( Bolt-Verna ).


SAISON DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE

I -- Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu de la
Le peur o Sarnia ayant quitt6 RApublique, avise sea nombreux CLI-
Nrw-York samedi 22 courant direc- k.NT qu'il vient de recevoir par tes
tement poor notre port est attend derniers Steamers une Var.8t6 d'dtof-
id vendredi 28 courant il partira pro- fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
bablement dans I aprs-midi pour Cheviote,. Drap vert et bleu d'uue
Kingston, Colon, Port-Limon et New- r6elle sup6riorit6.
York pregnant la mall fret et passa- COUPE YODERNE I
ges. PROMPTITUDI) 1 SOLIDITY 1
La malle poor l'Etranger( viA Kings- L'6tablissement se recommande aux
too ) fermera A la posted vendredi 28 clients les plus ddlicats qui appr6
courant d 5 heuru du soir. client chaque jour davantage le FINI
V-.... 25 J- K r.9 ^.^ sa40n de son travail.


ort-aul l-rincelJ, = janv"erIC vi.
F. HERRMANN & C-
Agents.



LiUp6 Nlollandisc


Le as sa Prins Willem IIll venant
de I'Europe et des ports du Sud est
attend ici djmancihe 30 courant et
partira le m6me jour pour Saint-
Marc et New-York.
Port-au-Prince, le 25 Janvier 1910.
AUG. AHRENDTS, Agent

ON ACIICaTE ,ire
ON AC l I et miel, a
P6tion-Ville. usine cafeiere.
CIRE& MIEL


A Port-au-Prince, 40,


Ur Jh. M.


rue F6rou.


Duplessy


Photograph
Avise ses nombreux clients qu'il
n'est A leur disposition que de 9 hrs.
A midi, da 2 A 5 heures, except les
aprbs-midi des dimanches et des
jours fdrdis.


Demandrz chez
Restaurateur de la
tales Illustries.


Jo-eph Sain'-C'oud le
Sa-.te et des Cartes pos-


Avis important
P. C. S.
La Direction des Chemins de For d.-
la Plaine du Cul-d&-Sac avise les Pou -
teurs de Cmrtes de libre ci-culatioL
sur ses dilldrentes lignes que touted :
les car es de libre actuellement en,
course ne seront valables que jusqu'atu
31 Janvier inclusivement, une non
velle distribution devant 'tre fai'e d;-'
le ler Fviwier p ochain.
En conSdqu-encO, elle pirie les poI
tours de ces carts de bien vou!oi;
se presenter en ses bureaux. ; a
Champ de Mars., pattir do i2 de ocr
mois, pour etllectuer I'6, hI nge d.
celles qu its detiennent.
LA DIRECTION.
cover_,-__
Mme Serre

Aux Armes de Paris

Couverts et timibalez pour eeclieirs.
Mnustiquaires.
Liquidation de boas en plumes.


CETTE DAME
fut radicalement gu6rle do
Phtisle Pulmonaire


--PAR---

L'EMULSION SCOTT
II y a quatre ans et demi ma femme
fut atteinte d'anemio et une operation
(d'ppendicite simposa; mais A partir (te
ce moment son Mtat de sante empira
jusqu'A ce qu'au mois d'avril dernicr une
Bronchite tuberculeuse se developpa.
Elleen devint tellemenl faible et abattuu
qu'elle ne pouvait faire un pas sans se
sentir fable et courbatur6e.
Tous les moyens de la science sem-
blaient tre epuises quand., grcea ODitu.
je fis la connaissance du docteur Risso
Patr6n, medecin distitique (de cette vifle,
qui lui prescrivit I'EULSiON SCOTT.
C'est A cet aliment merveilleux quo m1
femme dut la iju.rison d'un cas de 1ii,-
monie que tout le mord'i croyait e'tro
sans espoir, et aujour(idnui elle a com-
pletement recupere ses forces at jouit
d'une sant6 parfaite."- JOSI WALKER,
ofticier de I'Arnime du Salut, La Plata,
Rep. Argentine.


fabrique
tille est

N F. Q t
N.,w York


AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des T;tal cs

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du TARIF


Tabacs Scaferlati


LEVANTr SUPiRIUR (dit tabac d'Egypte) la Bolte de
50 grammes
LaVArT ORDINAIRM paper violet liss6, le paquet
de 50 grammes
MARTLAm paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPsRINUR papior bloe le paquot do
50 rammed
CAPORAL DOUX paper vort le paquet do 50 gram-
mes
,CAPORAL ODINAIRK paper pAte brune sle paquet
do 40 grammes
TANAC A rsRa, Virginie haut gott, paper jan-
no, le paquet do 100 grammes
POwDW SmPwummRs paper bleu 'le paquet do
100 grammee
PouDam oanmmamu,ipapier brun, le paquet de 100

TASAC A uA roles Meaan fles le paquat do
100 g8mmo
x


G6ndral, -


GOURDES


1.25

0.90
0.70

0.70

0.75

0.60

1.50

1.50

1.90

1.50


Janvier


1910.


Cigaette


NINAS le paquet de 20
do lo paquet deo 10
CHASSEUR & paquet de
HONGROISES eO levant


20
sup6rieur


GOURDES


Le Dondou do


20 cigarettes
do en caporal supdrieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland le paquet de 20
do on caporal ordinaire paper b'eu le
Bondon deo 20
ELaANT-A en Levant ordinaire le Bondon de 20
do on caporal supdrieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jauno le Bondon
doe 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FRsuaMsms eon caporal suporieur papier rose le
paquet de o0
do en Maryland paper jaune le Bondon
do on caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
RouLtam on Maryland et caporal supdrieur lo
portefeouilles de 20
do en caporal doux la boltte d o 10
do on c al ordinaire le portefeuille

do la botte do 10


1.20
0.60
0.90
1.20
085
0.85
0.65
0.05
0.70
0.70
0.60
0.60

0.00
0.45
0 75
0.40
0.60
0.3U


Ave !a marque dbf
ci-contre la joute
authentique.
SCOTT & BOUW
Oroguibtes,


L.'.get mp 6oiial, JL, LAVIL.I.


- I I


I


Cigarettes







A la Metropole

MAISON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT.
Viennent d'arriver A des prix defiant toute concurrence :
Fromages Pate Grasse de Munster h P. 2 la liv.


Ddlicieux Biscuits fins sucrds A P.
a Biscuits tins non sucres Ai P.
Figues, Prunes a P.
Fruits cristallis6s ai
et en boil
Beurre de Table extra, ferblanc de 1 et
Vins fins de Liqueur et de Dessert
Vins de Table blanc et rouge
Champagne Vve Devaux Epernay


1 112 ia livre
1 et 1.25 la livre
1.25 la livre
R. 2.50 la livre
te de I Gourde
5 livres


Pharmacie W


Place


Execution prompts et soignee des ordonnances.
Analyses scieutifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autres
m6thode amdricaine ( fire essay ).


Buch


mdtaux d'aprbs'a


Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops et veritable Kola
Champagne A P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en detail


Propridtaire : W


Buch


Pharmacien dipl6m6 allemsan-'
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives: Madame P. Laraque
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-Goave : HormannReimbold & Co


Pour tous renseionements et commander


S'adresser


FAUBERT,


38, RUE ROUX PORT-AU-PRINCE.
AGENT GItNEIRAL P'3UR I.A RIPUBILIQUn


8 Ar


OD Succks


Topique D. SERIES
Pou les Chevaux
Gudrison rapid de Boiteries, des
Places anciennss, I8carts, Foulures,
Entorses, Fluxions depoitrine,ctc,etc.
Pansement facile, rapid et d'un effect
certain. Repousse du poil assure.
DEIPOT: Pharmacie Moderne
Rue Roux, No 108 et Rue du Peouple,
N* 124.
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


NESTOR FELIU
L excellent tailleur avantageusemenl
connu de touts la R6publique vient
de rouvrir son atelier Rue Fdrou,
( Ru des Miracles ) No 61,
Sa nombreuse clientele trouvera
comma toujours touts satisfaction
pour les travaux qui lui seront COn-


A L LI GACE
QORDONNERIE.
3M. SIE=3PM
42, Rue des Fronts-Forts.
CaAU2SSUBs IN DkP6T,POUR LA VTRTr
Promptitude at soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
Chaussures do Dame forms* t tra-
vail toujours tout ae qu'il y a de plus
nonveaux.
Forms am6ricaine et franuaise pour
Messieurs ; 616gantes et commodes
Pour lea infants le plush f'aise.
Travail solide ex6out6 aveo
des peaux 4o proeit6rimarqu*.
Assurance de grand rabalt.
PAte. Cirae uat Li
Chapellerie
ACCOUREZ CHEZZ
JAIME TESTAR
Le cbapelier remarquable, avan-
tageusement connu,fait savoir an pu-
blic on g6ndral et a sa nombrease
clientele qu'il vient de transf6ror sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANCIaNN MASON DU LOUVRE )
I DE La PLAcn GFRARo A LA
GRAND'RUE OU REPUBLICAINE
No 149. En face de la Posta
Le :aouvel 4tablissement eat on-
vert sons le nom de la flour de
l'Am6rique
II promet soin et promptitude
comme toujours.

J. V. LEBLANC
188, GRAND-RUE
Confection et reparation
SELLES et HARNAIS en tons genre


NOUVEAU TRAITEMENT NOUVEAU TRAITEMENT
AFFECTIONS O" "NA
de GORGE CONSTIPATION
du LARYNXx -| doo eS Engorgemen*.

BRONCHES *1 o ** do 2N** e ddveg ;
RONCOOES Br oMaladies du ?011
Capsules Bronohite40fectioh
do rv T .-w erviksm A r i am _Paluda,.m_ L, iA,.... -..


IM C. L. Verret
Tailleur-Marohand
Done avisa sa benvoeillante o@if
tie quo Ms mason No.7, Rue Traves.
*si4l et toujours bisa pourvue d'
vari6t6 d'6toffes de la haute '*
veaut pari*onse.


SwiarMiAn. COuPE s*L*Oeu
soiax*. E~dcUtmon ipiowm&a


PriM iris rddiU I

D. Romulus
38, Grand'rue, 38
Sirops sup6rieurs, et de tr6s boa.
nes liqueurs,qui ne Is cedent en ries
aux produiti exotiques. Remontons.
onus par du bon rhum IAccourons tona
on fouled chez l'honn6te et conscies-
cieux.
D. Romulus, Grand'rue, halle NO
38, non loin de la gare du Nord.
Distillateur-liquoriste, Industriel, qi
a obtenu une M6daille d'argent & W'Es.
position universelle de Saint Loosk
(Etats-Unis d'Amdrique) en 1904, a
une autre I 'exposition de Jamesto.,
on 1907,
LA


Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'l.
Ise vient de recovoir. par dernierbl-
teas, une forts quantity de marcbaa
discs et de fournitures de touts frd.
cheur et de touted beauty, importip
de France, d'Allemagne et des Etats.
Unis.
Le public 616gant, curieux do a
bien chausser, y trouvera les peau
lea plus solides et aux nuances Ia
plus varies les former les plus bellI
et los plus approprides.
On n'a qu'a venir chez G.B P ITOIA
pour 6tre assure d'etre chauss6 smi-
vant les meilleures lois du confort at
de la mode. Specialitis pour dams.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, forms, fournitarm
et mat6riaux divers pour cordonse
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, al
prix les plus moddrds, &
LA CORDONNERIE NOUVELLS
143,GRAND'RUE 143,

Maison F. Brones
195, .GRAND'RUE.
Dirig6e par
L. Hodelin
Ancien membre de la sociute Iphilantropi-
que des maitres tailleurs de Paris"
Vient de recevoir un grand chot0
d'6toffes diagonal, casimir, alpaWca
cheviots, cheviots pour deuil, O
Recommande particulicrement & 1
clientele une belle collection do cOW
pea de casimir, de gilets de fantaidi
et de piqud de toote beauty.
SPICIALUTr 'DR COSTUMES DI NOCI
-Coupes Frarcaise. Anglaise et As
ricaine de la derniire perfection. I
mason confectionne aussi des C"
TUNM MILITAIR a, HABITS BDaoJ
DOLMAN, TUNIQUBS,HABITS CARRi M
etc, doe tou grade.

Francisco oDESUS



S ea I, de ehaul i
Eouma, Fmme, DWrAMWs
eLa Mmtermte roa tou wore o


dams e smaIae A PMe] pre.
U, am dee rmste-erao,
eav-as-vawt f u am)


Champagne Vve Devaux Epernay


L ae mx-eilleLr- &


de la Paix


A Andre


-br


r


~tRi


]prr-Lxmc rdcl-ixit