<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00824
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 14, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00824

Full Text

Trolsi6MO Aaun&e. NX684t


VoudredI, 14 Janvier 1910


ABONNEMENT8
UN Mols .. 0. .00
Port-au-Prince
Tnois Mois... 5 00
Ddpartomaebt Un Moss ., G. 1.20
Taros Mos C 6.00
Etranger.... ams Mon 8.00


C16ment-Magloire
DIUkmauT -FoxnDATm


6


J


1OTIDI

OUOTIDIEN


LE -NUMdftO 15 CENTIMES

LA* maflurctitsit n-..rj-; otnon nie ver.vn
p'as ronottv
REDACTION-ADM1I4lSTRATTON
4 5, RUE ROUX~, IS


Aarthur Isidore
ADMINISTB &TEUA


Histoire

A L'USAGE D
LIVR
Le Pacte I
X1

Lorsque les promoters de l'indhpen-
(lance hai'.inne, acculds pir lea cir-
constain'es, eurent pens6 a licencier
les ateliers pour armor leas b as des
esclave4, its so direct sans doute que
k1 seil mot de liberty' aurait pour eflet
magique d'dle.triser I is vo'ont6s et de
les soulever centre les oppresseurs
blancs.
LI geste h6roi ue de 1806 nou a, *n
ellet, jusqu'ici paru come le corollai-
re natural des sentiments d'inodpea-
dance et de libart6 et il eat bien peu
d'tlaitiens qui no soient coav.iicus
que nos pares so leverent au son'fle ex-
clusif et pur do la liberty.
II faut aujurd'hui en rabattre ot,
mettant de cot6 touts phras6ologie et
tou'e declamation inutiles, nous alloni,
en suivant l'ordre des id6es groupies
autour de I'616ment paresse quo nous
examinons come 6tant i'un et le pre-
mier lde nos vices o-iginels, essayer
d'envisg ir sous leur jour v6ritab'e les
mobil is qui anim6rent nos pAres durant
les gu ires de l'inddpendance.
Et d'aboid, d ivons-nous nous deman-
dtle, quels furtnt nos pares? Uue
b.n ie li,6trog6ne compose d'eseclaves
et d'afTranchls entire lesquals, avant
I iadipmndance, u'existait aucun lien
i, solliaritt -ociale, sinon qu'une par-
tie de ces aff.anchis poss6dait, elle
aussi, des e'c'aves.
En quel seas furent ils nos re'es ?
- Dans le soni le plus vague do mot,
car, nous l'avons dbjh d6montr6, cos
hommes so pro.-cupaieat trbs pea do
se crer ds families rOgalikres ; or,
sans families, ou sont les pires et ou
sont les eafants ?
Et sans une doecenlance r6gulibre,
quo devient Is sonci -ie la post6rit6 ?
S'il et vrai que l'homme no brave
souvent 1'effort avec resignation quo
dans la pensee respectable doe lguer i
ses enfant,, A sa post6rit6 Ie fruit do
cet tlloit, comment concevoir vrai-
ment l'effurt supreme de 1801 falt par
des hommes sans famil'e et encore
plus sani foyer?
11 nest pas t m6raira' de dire, dans
de teller conditions, que les guerres
de l'snd6peadnce furont, en principo,
des revendications persoanelles entre-
prises imaultan6ment par lea aflranchis
et lea enclaves.
On a site fait de dire qu'ils out 6td,
leo uns et lea autros, mis par Ie senti-
ment do liberty ; mais eat-ce vraiment
quo les homes, a quelque condition
qu'ils appartiennent, ont une notion
uniform do I llibertd ?
Et d'abord, la liberty alle-mAme eat-
elle une simple notion qui s'acquiert
on est-elle plut6t, come touted chose
humaine, Io resultat d'autres chose ?
II y aurait lies do r6pdter ici tout co
quo nou savonas p ro6d ment dit du
patriotism natural at dd patriotism*
artificial. 11 y e, tout assei bion, an
sentiment satarel de ia Ribera qai ne


*WH a *i vrai, ce sentiment dans une soci6td C'est donc:une erreurcapitalede croire
- d1 H azti sans fAmi le. et presque sans l'instinct -et cette opinion est g6n6rale en Haiti
familial lai-mnidii ; nous allous voir ce -,lque c'et la France qui, la premiere
isQ ADULTES que fut la liberty pour nos pares. apprit au monde e't6neb-6 le, bieofait
MS aADU11 tlt, .i la libert6. L'civre de la R6volutiol
.L IV Considdrois d'abord le. allranchis, tran;aise consiste A avoir 6mia ds3 dog
sans avoir a taire I ,ur l istoire. meseldes ddclamationags ice a'xq'els Is
rondarmontal Tous las intOriens sont d'accur:l France, apr6s st' re elle-mame gris6e
poar dire coumlien la c'asie des attran- par impuissance, .l4 toutes lea violin
ixI chis, intermediaire entire celle des ces revolutionnaies possibles, s'es3
blanc.3 et celle ,1js osclaves, fut, sous mise, par prostly-ikae, A pronenei
piut exister que dans l'individa qui le rtgim colonial, surtout A son dd- 1'incendi d ins le mni de,- N Ipoltono
sent Is besAizi l'tre libre, non-seale- clin, constaminant hamilhe dani son sa tAte... t iel contrast 1 Napol6on qil
ment pour lui, mais aussi et surtout orgueil et ses pretentions. Placee, Iar voulat r6tablir 1'e.iclavage dans Saint-
pour la farille qai est sienne et Ie sa co.ilitien mdntwn, au-dessus da la Domirgue !
over q ii est sien. cliAse servile, el'e etait exclue miles po- II a fallut vraiment It70 pour arrteor
Dj mAnim que. assez souvent, on se si ioas de la clas e blanche avec la- un elan si imp6tuteax et si dang4reti
r6signerait A l'inaction at A I'isolement quell elle pr ten lAit 'rj assimilde. pour les nationalit.s vishinfs, et C'e*0
si Ie stimulant des re~ponsabilit6s ne Les )gmnes de la 14ivolutio-i fran- pourquoi, en If iti, on s'atrista taut de
venait sans ceise fairs apparaitre de- ;aise vinrent bieit..' lear fair appA- la victoire allemande i part injuste
vant soi li necessitd du travail, de m6- rii:re ces hunuiliatioas plus insuppor- de voir humilide la grande Nation. la
me Ie spectacle de certain-s mis6res tables en dch~utllnt lear cerveau .Ia la nation g6ndreuse, don't le.s lgmes nous
personnelles, n6es de I'asservissement, thdorie do i'egalit6 entire tous les lio:n- valurent I'inddpendance.
paratt supportable toat le temps que, me,, et d6s lors, ,e tte liberti-notion
faisant corps avec aoi, an certain nomn- dout nous parlioas tout--Vl'neure lui R6sunions ce coup d''il.
bre d'6tres qui Yous sont chers me pd- apparut. Comme le patriotisue, le sentiment
tissent pas en mlme temps de ces mi.- Gomme uno grande pamtie de celte de libart6 no leaurit que dans los so-
sires et do cette servitude. clause, favoris~e par la fortune, voys- cidt6s fortement organis6es ; dans ac
Nous croyons quo nous nous faisons geait assez souvent en France, elle ea so i6t^s, on n'a besoni d'apprendrs la
assez coampiendre: le Irai sentiment de protitait poir aller applaultir les dii- libert6 aucune cole, on nalt libre,
Ilbeit6, conm3 Ie vrai patiiotisme, dd. coars sur la libert6 d.nt I'ancien r6gi- on Ie sent at touted tentative do domi-
coale de la solidarity social. Or, com.. me.politique fian;ais faisait lea fraia et nation eat impossible.
me it n'y a pas do soci6t6 sans famille, cola tlattait les il ne peut pas y avoir do solidarit6 so- cain, aux itves cosmopolites, ds voir niers temps do la co'onm.ation, af-
ciale si cella-ci no peat, avant tout, des geas vt nus de loin tentre les bras fran his et enclaves n'ayant pas cot-
sabriter derriere Ie rampart des liens vers le- doctrines couvelles qui pro- te forte constitution dont I'organisaition
sup6rieurs et primordiaux do la fa- metlaient d/ rendre tous les bommes familiale est la base, fat impuissantoe
mille. heureux et qui annl)L;Aient leur vertu trouver en elle-meme lIs ressortas sfti-
11 n'y a pas une notion abilraite de par cette formula de g6n6iositd uni- saints pour secouer la domination et
la liberty ; ce qu'il y a. o'est un tat verselle : a Pnrisset les colonies plu- mdiiter sa liberty.
de 1'individu tel quo le besoin ou le t6t qu'un pfincip. surtout le pri .- En lieu et place de cos resorts na-
sentiment de la liberty en d6coule. cip, deolibeit6. turelsreprdsint6s parune solid con-
Pour bien comprendre, oa pout rap- D pais lors, tous les ressentiments titution des families, lee dognes et los
procher de ce sentiment d'autres sen- qui bouillaient en I'atlrancli trouv6rent id6es de la Rdvolution fraocaise farent
timents humans, toel, par exemple, un tremplin dans I s formulas sonores imporUls dans Saint-Domingue et c'est
qua l'amour paternal on l'amour ma venues d'ou!re-mer. Et touted cette clas- A eux que le pays doit cette infl.mma-
ternel, se, ignorante des veritablea conditions tion des eprnts don't I'issue fat I'ind6-
De quelque sensibility do sentiment qui crkent 1'dgalit6 entre les homes, pendance.
ue l'oo soit dou6 et quelque culture se mit a subir le prestige d'uo term Leo affranchis de Saint-Domingae fa-
d l1'esprit que l'on ait, pout-on vra.- q ii, jusqu'a nos jours, a la vertu de rent lea propagateurs de ces idasee rd-
meat 6erouver ce sentiment de la me- tromper et de pousser aux pires actes. volutionnaires, dtant mieux plac6s per
me f;-Von qu'un p6re on qu'une mere ? Pour en avoir une idle, reprdsentons- leur condition, la culture relative do
et n'est-il pas vrai do dire quo si, par nous l'ellet tncore actual que produi- leur esprit, la faciiit6 plus grand pour
une vue de 1'esprit, on peat bien ap- sent cow sortes de formulas sur los eux des voyages oen France, pour pron-
pr6cier ce sentiment, on ne pourra ja- flaitiens du Jo)e siicle, aprAs pourtant dre contact avec ces iddes at lea exalter
miUs le sentir, Ie vivre qu'en se met- que tout le 19a a 4t6 pour eux si rich* davantage.
tant dans 1 etat de l'individa qui posse- autant en deceptions qu'ea exaltation! BeavaisLesinass
de un infant ? Qu'est-ce, au demeurant, quo la race toieauvaia Lespinasse dai Don ingu-
C- la eat si vral qn'il n'y a pas de haitienne de no i jours I sinon une imr- lire des Affranchis de Sain.Domingue,
comparison possible centre le sacrifice mense classes d'altran lis, Uinddpen- A donc, e premier, raison de consid6-
et le d6voaemant don't oet capable,en fa- dance ayant eu pour resultat de rappro- rer les affranchis omm tant le pro-
veur d'an infant quelcoque,an 6.re hu- cher dans une condition commune les moteurs en iti do lide de libertd.
main, i parfait quaon Ie suppose, et le deux classes indigeaes do temps de la Et le Dr Ldon Audsin, de nos lours, a
sacrifice et Ie d6voaement don't est ca- colonies, affranchl et eOc'aves. Or, raison d'adopter catte conclusion. Elile
pable la m6re on Ie pare veritable de pour bien apprdcior l'efficacit6 des dog- eat conforme eAat mrche des id6s
cot enfant. umes rdvolutionnairas de 89 gui attis- eat A l'entraiaement natuiel des 6v6no-
Cela 6tant, il fast admettre quake le rent lea gueirea de l'incd6pendance,nous ments qui engendreient l'Ind6pendance.
sentiment de liberty, comms colias do n'avoas qj'a nous demander si, en fait, Voyons maintonant on deux mots
patriotism, so mosure A la solidity nouts aommes davenus libres. I e den mots
du lion qui unit I'homme au pays,c'est- La ditf6rence quo nous veanons do for- quel fat I rapport de la classes enclave.
A-dire do lien familial. muler entire la isbe :4 dtat et la libertd- Maintenue durant deux sibcles et plus
Noun avons d6jA ddmontrd quel dtat notion apiarait clairement si, a cot6 du dans I'esclavage, eOll ouvit I'oroille
deplorable caractdrisait au moment do fAit doe 1i0, nous envisag=ons lea vi- aux dogmes qua vinrent de France la
l'ioddpendance, la oct4t6 haltionne au goureu es nations, grande et petites,- persuader quo sea travaux forcds al-
poiut de vue de Ia constitution des Aug'eterre, Hollande, N)rv6ge, Suisse, ient coeaer par le faiF de I'expulsion
families. Asslsi bien, 11 nosn a etd fa- quo nous avons ddjA passes en is- des mai res blancs. Ells exults lorsque,
cile de coastator combioe pos le pa- vue et qui eurent A accmplir leur af- comms d6monstrationu mat6rielle decet-
trio'iame y existait at a quell point,par franchissement b en avant lea dogmes te proposition, else me vit r--connaltre
example, B 5srand-Toaerre, qui nU s ardents d-I la R6volution franc tise. Cos Ie droit de brdlor lea ateliers, do rasar
a ldga6 tant do formalos d exaltation nations, don't la principle carat.risti- lee usines et de fair siena les biena
patriotique places dams la bouche de quo eat d dire constitudes en families for- des maltres.
Dessaliaes, pratiqealt pour sa part Ie tement organisies, n'earent, dans lours Qae l'on no chereh' pas aillaurs Ia
sentiment patriatgeu. difl6rentes phases historic aues, qu'A so, cause de alliance momentan'e qui unit
Noa alloos voir on es qua ooncerne replier sur elles-m6mes pour apprendre les doux clauses iuf6rieures do Saint-
le seauaeot de 5lbee, 6* 90 fat, asa vaincre la domination des mattree. Domingo ; que l'on cease surtout de


Ir


- -- .. _=- --- ~-- ------- --


Fort-Ru-Prince, I litin~





voir cette cause dans (,Lbs.A i'l .1 -L
inneats de liwr~.'d. 11'y a pas d'ifirilc',
de seins iunde do liber tO ; nojis I'aVO' 8
11] pr)! I Ir i H -ijtqiIi lucnit obi -
A6S ('aIltl' puisOLr FCeI u -esiOdes 80
Trallce. LOCIo"3 mojuq Cet insjUtintVOL'

M~at lvoix dit de s~s eselav s : co,
lies j'~urs exposs stt-Ie riuo A un Fo'jil
qui 'Ievr.iait, cLe semLi -, leur IF he I'oui'-
lir LA otivelie, ilstsnse ej. aigiieut ja-
mais (iJO du froidJ, ile oito u'jils jouli-;
sent du 1p1 uS pric iux do tous I s bit ns
et paraissent insensiblea d la perte des
aulres.p
a Les horn men, dit Maliou, doot Fe..
prit tlet 1. ur n't tit point AtW co ltivt's,
Iorsqu'Ils e lsordirent jas matirie'Ie-
monet, no songent punatI sorlir do:e,r
Ctat do d~grada ion..p
Q ielquep-uns i'tuent d in -)1. miarro-
nage des Sign -19 prtecirseurs do la Iiblr-
116; Ce flezt 1A pourtant q'a'une forme
du v. g~bordt-ge ; do ro i j( ure, le marry
r() inage existed encore, soul d'autres
loom s.
A t -.'d du t~moignag-i de (hitailevoix
et de Madiou, citons c-'hui t i IDr Jan-
vie"' qul ec it :aLa Liberld poliiique
Ost UI b'en itifdrieur A l'ir (16p(nlane*
natiotiale. Les peul I -s sacr lion, facile-
ment la premn<% e A la e owiie. 16~
prelte-Ent avt.ec rai'-on ut~c dietature nha

te, A une dornii aion tOtrargt%.e. ato1E
II'bUC4L3 ci1 e- i ~Er i i A pus libdralc,
ia PILM doiCO Idu rroa+4-...,
Ce! to Iz'o o ition, v. ai j pour la p'U:-
ple h~iiicv, cvi tit fiu-se d6.4 qe II1
Dri J.,ii'd r '.cut la gdndraliser tt 1'e-
tendre .1tI'atitres peuples ; e~e est dt-
mentie par I'liis~o~ie.
ElY e'ablit tout. ft, re qui lo is
suffilt Iour le tin me~it, que Ii I e de li-
bert' tie fut i ;is I -,fait (ties honmies tie
nos pr( tit erm te~mps. I' Dr Jantvier voi'
UneII i.Js ju-'e :uianiwu iA nous [V F
pour I'iti-i.per ncIeit, rcui a-,oiis ou-
jours diddivisds (I, q te Uhis qu'it b'e~t
i&! do 1 I btA :Ce(1st10 j 1 rs li lea
a e do, afrarchjs incarn~e dans It giulI
Coi ut o la r6 i-'a CkT I i Lk e es- iv

atl I ri I, p' u_.,t: rd, ea re I'ttion et Chris-
tophe.
h~t d1 no.-. j )urs (it -ore,( t tout N-
long t t, wit j ttii 'e-t ce pls I

tiers ~~i~ Iv, SS;Y~1iW VJji Cn-11

clavq, i's'~.'i A.tI i 16e (1,3 l1b i16,
wraij 1.9IlUilt dj Iel e a I'in(tI~pet tdatice
11itio tCll quI ij gal'at1i- (onf~e to rr-
tout, dt-. I, tvauxfo~rC ee i t (' c,.I V!
at qui Iui a~su'e i ,('o*t de i e pai-
tiaJv~i~i Ii. ou C-i qt i! I 'v1O tI i ii t'me,
de travaj~ler le moins ossible et A sa
fan taisi e.

AUMUT~I(J5AgAGLOIIAE.






X2T3R0ROLO0QIQVU9"
C3PUe31rTa"ttC3013e
D9
SINIEAIII COLLIGI 5%-NAITIA1
JEL'DI 13 JANVIER 1910


3aromatre i Midi


764 s/"3


Temptrattureminima ra9g
maximum 30 2
Moyenne diurne de la temperature 23,9
Citc nuagexaz usqu'A r h. con crt de
3 1'. A 5 h. assez clair depuis 7 h. Cou-
ronne solaire- Barome .e en baisse.
J. SCH.RER
Elections Communales
Nods l'avions pr6vu. Le Con'ell Com-
munal a ei6 complement former hier par
l'elc ion de M. Auguste Archer, Hermann
Hltiaux. Rphael Elie, Hec or D.sgraves,
Jas:in Bariu, Dr Be'fond, Edouard Depes-
tre.
Aujourd'hui seiont nommEs les e'ectears
d'arrondissement foimant le col!'ge edecto-
ral qui doit designer les candidates au Shnat
pour I'arrondisscment de Port-an Prince.


Cercle Bellevue
Au p-ogramme ddjl si fo rni et si va-
rid de la repiscert,t.o Cinetnatograghi-
S-e quc le Co-niti du Cercle o ganisc
ee -ain soir pour les Membres et le Pu-
blic habi:uc' d Ccrcle. il faut ajouter le
drame cmpoignant L'Epuisette qui
obtint un si vif succcs d'6motion a la
premn6 e soiree.


Voici le programme complete de
reprEsentation extraordinaire :
Premiere Partie


cette


i* Tours de gains (Comique), 2
L'eau de long'viti (fler'e). 3* Chanson-
ieite illustr&e (Boyer), 4* Circuit ic Diep-
pe (sctualiti)
Deuxilme Tartie
5" Vues espagnolks sur carter postales
paysages), 6 Une revanche de race (dra-
ne) 70 Danse serpentine (Mile Syvia),
I.Les bandits de la Calabre (drama.)
Troisdime Partie
9 Le secret d une mere (drame) too
Jn epateur refii (cornique), ito L'epuisette
drame ), 12* La courses de 10o) kilos
comique).
Oa trouve-a des Cartes ai prix unique
le 2 gourdes, au Cercle Be',levue et chez
e Secretaire-Tresorier do Cercle : Mr
?.ul Goarlas.
Service de san'6
Les doc eurs Milete pare, Elmond Syl-
*iin, Elouard Blanchard et Paul Salomzn
viennent d *ere commissionn6s par Son
Exce lence le Presilent d'laiti Membres
Ju Conseil de santm et de surveillance des
lH6pi -a'ax militaires de la Rcpublique.
1is ont 6 6 installs ce martin, A ro heu-
re;, a I H6?ital militai e de Port-au-Prince,
par Mr. A. Bessard, chef de division au
D,3partemeat de la Guerre, d6!lgud par son
Ministry
Le Conseil de sanid e de surveillance A
pour attribatiou de s'occuper de routes les
questions intiressant I'et:t sanitaire de l'Ar-
mnoc, de suiveiller e- d- conatr~er l'Adm*-
nistration de; 116pitaux militaires. It est
6tab'i par la loi di 5 octob e 188o.
Nous f1,icitons le general Antoine Simon
d'avoir oig anisE ce Coaseil appel6 A donner
use ro..veile impulsion au service des H6-
pitaux.
Le Roi des Cin6mas
Magnifique Repr6sentation hier soir A
i'H6:el-Bellevue.
Succcs eclatant, vues magnifiques.
D6part
Hier est pirti le e Qtebec s avec les
passagers suivan's poor :
Cap-Haitie-s.-Monseigneur Pichon, Al-
phonse Pouget, Pascal Caiducci, Pasteur
Holder. DeputE St-Julien Sanoo, S Piapl-
Ion, Ab aham A~chkar, gEndril D. Mom-
point, Thracius Mompoint, O.to Schutt,
Mile Marcel Dtenoncourt. Mme Victor
Boyer, Gerson Desrosiers, Emile Saintvil,
Noemie Joseph, Mme Octave Durand et
enfant.Carmalie Toussaint,Alexandre Deai-
be, Olivina Jei6mn, Auguste Marcajou, H.
Wools, Mme Jabaur Calice. Antoine La-
tortue, Adhemar Auguste, Olivina S:-Au-
de, Euphrosia Baron, Mile Alide Jean-lac-
ques, Elias Il.a.na, Catherine Dips, Kalel
Pitar, e" sa femme, Mile Pradia Armine,
Arthur Sola.
St-Thomas.- Philampre Lucas, general
Durmailais.
Pemit-Godv.- Ed. Fanfan, N. Fabien.
PoinU-.-Pitre.- Lubin Tirolien.
Sibiria "
Est arrive ave; les passagers suivants ve.
nant de :
New-Yoik.-Wale, J. Simon.
Cin6ma-Ro 2sseau
N,.us rappelons que c'est ap: s-demaic
dimanche 16 janvier coarant qu'anra lieu
A I'H6 el Morch la superb representation
de gala offer:e par l'impressaric A'bert
Rousseau.
Toutes les dispositions sont prises poui
assurer aux assistants de bones places oii,
a l'aise, its poWrront, quelque soit leui
nombre, jouir du ravis;ant spectacle.
Nous publierons demain le programme
de cette soirhe merveilleuse.
Fermeture de la malle
Les depeches pour Kingston, New-York,
et i'Europe ( via Kiogs:on) par le steamer
a S biri a scront fermees ce soir A 5 hen-
res precises.
PIrt-au-Prince le 14 Janvier spro


Elections communales
A JACIEL
I e; d actions co'ninuiales oVe cu lieu
A Jacmel dans l'orlrc le plus pt fair. Voici
les normsdc ceux qi nt etd 'us : B. Brit-
fault, I-. Voyard, A. Charmant, J. Nico-
las' A. Vyles, S Paul, P. Lauture,
B. Craft, K. Ihs'ien, Muzac fils.
Au temple Baptiste
Hier soir, M Nosirchl Lhdrisson,pasicur
et instituteur AJ;cmncl, a fait une confud-
rence au termp'e Biptste. II a parl6 de son
oeuvre dans I'arroadtssement dc JaCmel.
P, ur lui, malgr l'detat lamentable des cons-
ciences en Haiti, no-re pay, pent &tre siu-
v4 par la puissance de l'Evangile ; c'es
pourquoi le pasteur reclame iccole et le
temple partout dans le pays, mais d'abord
A la champagne. car le piysan est le pour-
voyeur de la Republiqce.
II a parld de son 6tat. II n'a ni pro'ec-
tion, ni route, ni cole, etc.
M. ie pasteur Picot, de I Eg'i-e Wes'e-
yenne, present & '!a conference, demand
la paro'e pcur remercier le asteur Lhe-
rtsson de tout le bien qu'il f it dans s2 re-
gion Lui aussi, il cro:t que le pay; p. u
e:re sauv6.
Boine et edifiin:e soirbe. M. le pasteur
Lhirisson part ce soir pcur la Jamaique.
It va assisver A ine rewiio des pasteu-s
Baptistes. II profi era de cette occasion pour
le; inti-esser A son te ivre. I lui fau" dei
fonds pcu: la reouve-ture des &coles tur'-
lei ferrrwes ce; temps derniers, faute de
secours.
A vendre.
Unae mison ei mur, b'e, si uce, t,&;
corfirtable. 2 i ) i ds de f di, 40 ie pro-
forde'. P,;u- rcnse'g7e ne its, s'ad-e;ser
au bureau du journal.
Jrerri. le 12 ji vi-r 1910.
Le Reseveur Communal
DE PORT-AU-PRINCE
Porte a la conn-i;sance des contiibua-
b!es ct du rtublic en getr ,al, qu'il reprend
A partir de ce j,'ur s-n service qui avai
dtc provisoiremen: confi. perdint sa ma
lad'e a Mr Isnady Durerville, comptab',
A la commune.
Port-u lPrince, !e 12 invier 1919
LYi DUVIGNEAU'D.
Excellent Moteur
Ua excellent m neur A I'eta de nruf c,
A vendre. Typ- module Nie', ftrce 6 clih:
vaux-vapear.
Occasion ecce'len:e. S'adres.sr au bureau
da journal.
A z os Agents
Nous ptions- nos ageot; de b'ei vouloi
retou'-er A I'admini.tra'i ,n les N' inver.-
dos ju qu'au 31 Drcemb e 19 9.


Le


Vient d'arriver


G"' NORD ALEXIS


1 OQ
TOMEI: III
PAR
FBOaRIC MARCELIN

En vente aux bureau du Matin
PRIx : 3 GOURDS.



La Grand Fauncheiuse


Ell- fLuzhe sans trive ni merci, frappant
de sa faux empoisonnr e vicillards ou en-
fants, homes ou f(mme riche ou p.:u-
vres Ellc eit pattout A la fois, accom-
plissant son truvre fundbre, pdnitrant dans
,'humble chaumiere comme dans le palais
le plus somptueux. E-le s'appelle la3 tu-
berculose a et tue actuellement des mil-
liers de personnel par an...
La cause es5cn'ielle de la tubereulose est
un microbe infiniment petit appel a bi-
cille de Koch a da nom du savant qui
'la vo et cultivi le premier. Ce bicille est
remarquoble par sa resistance extraordinaire
A tous les agents physiques. It ne craint
ni la cha!eur, ni le froid, ni l'humiditr, an
Ia s6cherese ; ddpos6 dans ua endroit obs-
cur, il conserve longcemps ss virulence.


I I I L-L -- I --- ___ __ ~_ __ ~ -- -


Sins doute I'h&redi 6 peut joier tn r6k
et crier u ie predaspo-simion 6vid-:ite dan
I dc!osion de la :ub-rculose Mtii t:c'euc
etiolcgique est ca reality relative, n plus
rare qu'on ne serait tenti de 'e c'ire. II
fiut inti liment moins accuser oan: iedi:d
v.gae et db'tative que le bacil'c 1;. -mrna
qui, s'il n'es' p s inocu 6 directcin, nt delI
A l'enftn:, r'cat plui sou tent aic tid-e ct
dernier par les modes de cont ; i li.b.-
tuels : lei v( t s digestives et les oc s res.
piratoires.
La contam ila ion par les vci eti-
vyes et b::ucoip plus frequent e .,:' on o
le pmt-e ElIe peut s'cff cluer p sorp-
lion de lit de v c' e tuberculcen c I par
1'intioduc:ion involon ai e dans la', bouche
d'aliments o'Jilles piar des bacil'cs. P
example, i'e-ifint qui J( ue au s ible dam
u- square ou ui jard ia ;ub!;c :,,ivre s
pe-i ea rri is de pcu.ss e imp- ,ke
souillute; tab rcu'eu'es, porte s Jdigtsi
sa bi uche, et ab o-be ainsi, av c -,n voi-i
ter, des bjciclts D_ rn- ne l'ont : !ait
negl gemme it son c,6'u-ur, qu'il pread
*dans I'atecie", vo's rer av c tou es le, pooo
s 6 es anibintes ; son pain, s,"t:v n-n rew-
verse A t-tre, et n;. i e ingEita re: t.er.
de poussie e b-cillferes. Les b'.anLisseus
aussi prernent fedqu:mment lIur repF
dins 'a p:ze o j se faith le triag. d.: liop
sa!e ; acurs ali nents repo eat a n11 ne sur
les tab es rpossaireuses, sur les L tiso
sur les sacs de line contamint le corpt
de mitier est d'ailleuws reconrat: ,rnm
itant plus souvest ateint que d ai.:res pal
la tubercu'ose.
LIa cortami action par les voics '. piratoi
re; est facile i co.p end e. L,, p: i sique
projette dans l'a:mosphcre, A ch, ;- ?quioe
de toux, des particules de saliv unenag
des b.cilles qui sont ensuite tr ), rates et
re enus p.-r les terntres, les ii .a.i t la
tapis.


Le professeur Landonzy a rap, t l'ob
sc i, i bic \T':i Jd'une f l Ic l rtiC
insi: L .. d Jins les M ellcu'ci c,)i Litions d
s .. 6 1i I c, poux eta it jeut!.s, saiB,
fu ,V, a:IS aucune tare, tt eurcnt wrois Ce-
fa ". us dans d'excelen:es can-dttion.
1' .. 'C, tiois, nourtis cCpendant uniqlB
mci t au s ii par It mni e, mn oaLirent
m6ningitc iub.rcultu e. 11 y avait doa4
u i fyc-r tubtrci( ux ignored Apres bill
des icChechs on finit par d'couv ir qm
la ncf( nice sche qui gardait 'ci biAI
b-en que d'apparence saiue, dtait toussee
depuis v.r.g ans. La nou-ricc fit lotiFi
et I'apparttement fu: diiunfect6 ; lc boonm.
e, la sante repaiurent aussi'6: dans la Isn
son; trois autres enfants naquirent qui,n
jourd'hun, touchent A I'ado'dscence.
Le professecr Pinard denor,;it A rk
cad6mie de mEdecine one maison oe '
a trente ans, une fami'le m-utut de
tuberculose : le pere, la me&e et les q
tre enfants. Depuis ceite eoqu- quailS
millies ont occupy cette mason et ch*
de ces families perdit an ou plusieualS
ses membres de tuberculose... Une ds
quietme famille indemne de touted tae
berculeu;e, viat ensuite habiter cet ci
meable deux enfmts de ce menage se
rurent de meningite taberculcuse.
L-s e :emplei de ce genre abondent I
Pour empecher lea tobercu'eaZx d
pandre leur maladie, il faudrait les
naltre de banne huer afia d'earAyst
plus i6t les ravages qu'ils peuvent


I Par centre, la lumniere du so'eil, quand d%
le frape dirc!e vrent, le fait p 6r en caQg
ques minu e Tranwport6 par le tuberc
Ceux qu. l. ..n. ; pAItLut ou ili passe, il
aussi bien dans les bouiq ues que danshl
bureaux de post, d.ns leV theatres q
dans les g;lises. II pullule dans ces voite
res pLb'iques ov les maladies respirent It
metr.c air qic c:s b-en portants, daris c
w\gr ns de chemins de fer o6 l'on s'enaI.
se, dins ce fiacre i 'on s'installe sans&d
tiarce queltueis minutes ap 6s qu'un phi.
siiqu I a re npli de sa toux et de son escc*.
tora: con.a:amin6 pour tr:e atieint, et la risis anc
I s .', ,ismn -urdas-. le plus iauventki
i inircfo ce agressi.c du contage.M is, coa*
.ve -t i- b c, observerled c'c'rBirthii nul
!I Lt c*' i I de rcei amais taiblir ct de nt
ps ( i u1 j ur unc b:rche par on se gli.
r.ra l'', -ib'c i';in';m i *.
*





Certes ii convient de respecter routes lesl MAISON DE CONFIANCE
libertis, midsceendant p's ccl:e qui con- 1 ILANDI IUlUE
siste a infecter les :u'rs.
Empecher le ubc-c,'eux de ruire en lu,' .'i. IO. ll If 10lll.
ind.quant mt u icusn; eur ous Its moy-n5 *
su c'p ib'e de Lii 'cr ir sr.i le but A LE TAILLEUR si bien connu de la
atteindce. C est l'du atitn anti b!,: ,u!h-'ee, Republique, advise ses norabreux CLI-
qu'il fiudr, i. i pand e patnut ; d.ns 16 LNTS qu'il vient de recevoir par les
cole au rdgimtn din; la utm 1 c li se- dernieis Steamers une Var d tl o'tof-
rait infiaime,)t uti!e qu \1s pcpulatto; s f-,s de : Diagon,:tI, 'asimir, Alpaga,
fosseat avr ries et i,iui;,i sur ce ch.i- Cheviote. Drap vert et bleu d'une
pitre d'u ie inp-ir :ace o: ale si consi- rdelle suporioritd.
dlrab'e. COUPE t' ODERNE I
Et la faux Je li gan-_ t uJheuse strait PROMPrlTUDIC I SOLIDITE
alors raminssic par des m.'.ic:s d: bras vi- r I SLIDI
goureux c" san; qu la namnte-aient gie- L'dtablissement se recommande aux
ment pour fauhecr es g:rbes d'or dc nos clients les plus d6licats qui apprd-
champ; rigdrc 6s 1.... client chaque jour davantage le FINI
D rUR X. de son travail.
DDenardtz chez Jo-eph S.in-C'oud le
Restaurateur de la SanAd et des Cartes pos-
A tpntia n It! tales Il!ustrdes.


Viennent d'arrivai


Chaises Americaines
vieux chlne.
HENRY STARK & Co.
No. 60, Rue du Magasin de I'E at.

H6tel Bellevue-
Le mieux situ6, le plus con-
fortable.- Champ-de--Mars.-
Caisine renomm6e. Vue sur ia mer.
donowle -- - -


M Serre

Aux Armes de Paris
Couverts et timbales pour ecoliers.
M ustiquaires.
Liquidation de boas en plumes.


Ligne iEo~ia ise
Le sis Prins Wil!en IV vcnant des
ports du Sul est attenidu ici diman-
che 16 courant et partira le mnme jour
pour SAint-Marc et New-Yoik.
Port-au-Prince, le 19 Janvier 1910.
AUG. AHRENDTS, Agent.

Dr Robert R. Ewald
DENTIST AM iICAIN
Dipl6me du '* philadelphia Dental Collgec
and Gawelson's Hdpital of Oral Surge-
ry." Membrc dipli6m6 du Phila-
delphia School of Anatomy "
Appeld aux Ciyer, announce a sa
nombreuse clientele et au public
qu'il sera de relour dans un mois.
Port-au-Prince le 10 Janvier 1910.
Changenent d'adresse
D" Lissade
127, RUE DU CENTRE, 127.

PANAMAS!
Pour Hommes et pour Dames, chez
Mello. Ionide Salages, 22 Rue des
Fronts-Forts.


Chapellerio
ACCOUREZ CHEZ

JAIME TESTAR
Le chapelier remarquable, avan-
tageusemeut connu,fait savoir au pu-
blhi en general et A sa nombrense
cUientble qu'il vient do transf6rer sa
FABRIQUI DE CHAPEAUX
(L'ANxcImNx MJoSON DU LOUVRs )
I DX LA PLAcs GW WRARD A LA
GRkND'RUE OU REPUBLICAN
No 149. En face do la Posts
* Le uouvel 6tablissement est on-
vert soUs le nom de la flour de
1'Am6riqu .
II promaet soin st promptitude
eomma toejours.


J. V. LEBLANC
188, GRAND R 1UE
Confection t reparation
SELLES et HIIARN IS en tous genres

Avis
LA COMMIsSISON D O(it;sNISATION DE
LA PARTIrIw.ATION IW: LA lEPUBll.IQUE
D'IHATI & l'EXPOSI lON INTERNATIONA-
LE DE 1I1U1 XELLES
I vite ILS perso(nnes, voulant fair Ii-
gurer lo r"4 te'lvrf-, leli', travaux ou
leurs proluirs a celto ex position, ai
expdier anI local do la Chlambre de
Coinmerce d, Prl't a'a Puince, rue des
Fronts Fozits No .', dans lo courant
du mois de janvier plochain, les ar-
ticles dtjdA prdtaarY.- ali.i do prendre
)art A 1 Exposi;ion locale qui aura
ieu A Port-au-Prine vrs le ter F6-
vrior 1910, avant 1'expt li'.ion & Bru-
xelles.

Mr Jh. M. Duplessy
Photog raphe
Avise sos noinbio x cliouns qu'il
n'est A leur di position q.i d3 9 his.
A midi, de 2 A 5 heiues, except.6 les
aprns-midi des dimnanches et des
jours fdrids.


D. Romulus
38, Graid'ru, :,"s'
Sirops sup6riiurs, et do trs bon-
nes I q ieurs,q'ii n- le c;'IlPnt en rien
aux pro ltiiti ex') iq'i,i- l(o nl)i tons-
nouspir dubon rhauin IAourons tous
en foule chez I honnete et conscien-
cieux.
D. Romulus, Grand'rue, hall N 0
38, non loin de la gtre du Nord.
Distillateur-liquoriso Induiistriel, qui
a oblenu une MAdaillo ,i'argent A i'Ex-
position universelle de S int Louis
(Etats-Unis d Amnrique) en 1904, et
one autre l1'exposition do Jameston,
en 1907,


Ligne Alias


Le vapeur a Sibiria v partira ce soir
A 8 heures pour Kingston, 'Colon,
Port-Limon & New-York, pregnant la
malle fret, et passagers.
La malie pour 1'ltranger ( viA King-
ton ) ferinera A la poste ce soir A:i (
heures pr6cises.
Port-au-Prince, 1'S Janvier 1910.
F. HERRMANN & C*
Agents.

ON AC I EaTE c, ire
0 N IC 1 III 1 E Cet rmiel, A
P6tion-Ville, usine caf6i6re.
CIRE & MIEL
A Port-au-Prince, 40, rue Fdrou.


Sacs videsl..


DE E


Sacs videsl..


Entrep6t G6n6ral des Grandes fabriques
CALCUTTA (IND) DUNKEIIQIJU (F"AiNCE) ET IH)ND) (ANGLwrKRRB)
SACS spdciaux pour Cafes trids


Caf6s


ordinaires


Cacaos
Les Types Courants constammentt en Stock par balles de 400 sacs,
Depuis 18 centimes or jusqu'a 28 centimes or
Pour gr ndeurs r<'gilh(res G5txl l) centime trees et 70x110 centimbtrUS.
Poids de I ;1: livres jusqu%'d :i lives.
Sacs sur modules et sur types des acheteoirs.
Prix A forfait pour livi.iisons ensu;t 'e, lIis Ir.t ) t do ddbarqaement
et si on le desire, D)roits pays.

50.000 Sacs de I'Inde

Viennent d'arriver par Balles d- 300 Sacs.
Prix exceptionnellem ant r vantageux
S padres er A Jules Laville
AGENT 'ET DIL'POSITAIRE l IKNIRAL,
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT.




ChezHeimnani n CO sI iglon
108, 1 Ut I, 'I:v I. (. 1. I. 1 ) \.\ l' 1:l I\; M II'; \< '|.|SI
Vous y fronverez d11 on lollliiiiu Siup irieur
D->uaL VX ilX. I31i.n1F <&. FRtoxicge
A des prix exceptionni-llement avantageux

PH0TOGR PHIE

S. IPerpijiiaIid &( C"
16-?, GI.\ANI'RUE, A IPOMMlI[l'l: DE LA I'liA\ l M.\I ;1LI (:ENI'ItALE
POliT -.\U I' IN ., IIAiI'l.

PORTI\ITS 111N 'l',lS ;1NIiIS';
Photol raphie directed, genre Visite


Ric.les C ear tes, gexa '( i3m.pC-crial
Poses autis'iques. I meilleurs prix que partout all-
leurs
Sp6c'ali6( de repro li,-lio, i et d'agrahndisso: lit; i do portraits au bro-
inure, crayon, p ist'l, en coulours n iiturelles, Ivi tns enca lrds ou sans cadres
A la porite de touts les bourses,
Buste, trois-quarts, grander naturelle
PiHOTOGc AI'rilK St:It i')l I.\lN I. rotl I', 11 )IS, IEKTAL'A etc.
CART.ES Pt)- AL S I.- II.U I'S ll .S. I)E ~ iN I'iToi| th I') TRAIT
'V7isiter rx-xotxe t- loni d'expcosi t ioa.,


lei prx-i=


Pharniacie W.


Place


Buch


de la Paix


metaux d'aprbs ;a
et veritable KOla


detail


Propritaire: W. Buoh
Pharmacten dipl6mz allemand
D6p6t de Kola-Champagne :
JAux Gonaives : Madame P. Laraque
a Saint-Maro: Madame E. Martelly
a P*tit-oAve : HermanoReimbold & Co


Execution prompt et soignee des ordonnances.
Analyses scienutiflques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autres
m6thode am6ricalne ( fire essay ).
Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops
Champagne A P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en4


_ i---;-.----d--r~-~---P_ .--=--------- _-~~ --I~~ I _I I


II-


JC ) XX U 3nC t 4- X-r






AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du


TARIF


Tabacs Scaferlati


LEVANT SPtRImUR (dit tabac d'Egypte) la Botte de
50 grammes
LVANt oRDINAIm paper violet lisod, le paquet
do 50 aammuesC
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes


CAPORAL SUPRInEUR paper
50 grammes


blea le paquet de


CAPoRAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRK paper pAte brans le paquet
de 40 grammes
TABAC A PRIUSR, Virginie haut gout, paper jau-
ne, le paquet do 100 grammes


POUDRE sUPERIMURn, paper blend le
100 grammes


paquet de


POUDRI ORDIMAIRE, paper brun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MAcIRn roles Menus filds le paquet de
100 grammes


G6n6ral, -


GOURDES


1.25

0.90
0.70

0.70

0.75

0.60

1.50

1.50

1.20

1.50


Janvier


1910.


Cigarettes


GOURDES


NIAs le paquot de 20
do le paquet de 10
CHassWuR le paquet de 20
HoNOROISeS en levant sup6rieur Le Rndon do
20 cigarettes
do on caporal sup rieur paper rose, le
paquet deo 20
do en Maryland le paquet do 20
do en caporal ordinaire paper blou le
Bondon do 20
ELEGANTE en Levant ordinaire le Bondon do 20
do en caporal sup6rieur paper rose, le


Bondon de 20
do on Maryland paper jaune le
de 20
do eon caporal ordinaire paper
Bondon de 20


Bon4on
blou Is


FaNQAISZs on caporal sup6riour paper rose le
paquet de o0
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do on caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
RoULPa8s en Maryland et caporal sup6rieur le
portefeuilles de 20
do en caporal doux la botte do 10
do en caporal ordinaire le portefouille
de 20
do la bottle de 10


i.20
0.60
0.90
1.20
0.85
0.85
0.A5
0.05
0.70
0.700
0.60
0.60
0.60
0.45
075
0.40
0.60
0.90


J. LAVILLE.


Webly C. Pressoir

RUE RIPUBLICAINE


Sp6cialit6
Ier choix


des articles


de sellerie de


pour civil et mtlitaire

VIENNE T D'ARRIVER :
CHABRAQusS mitliaires ler choix.
41 de luxe feutre et drap.
PORTE~-MANTRAUX en drap pour officers
militaires.
Grand S o-k de sellers et de fournitures
de sellerie.
BRIDRS. EPxRONS des meilleares fa-
brique d'Europe.
HARNAIS, CUIR. VERNI pour buss, etc.
CEINTURKS pour Dames et Fillettes.
CHABRAQUZ feutre et drap de luxe pour
gentilshommes, dernibre cr6aton.


American Bar


ICB-CREAM PA RLOR
PLACE GEFFRARD A c6td do la PHARMACIE W. BUCH
jjanldWiohs & 30 ots. touat la jouro6o, servis immdtiatement.
CrameA la GlaceO partir de 3 heures aprbs midi.
816re &la pression et bouteilles bien frapp6es
A vendre A I'American Bar:
MACHINES A ECRIRE Oliver Standard visible or P- 75, ddj& vend
2 douz. en huit mois.
U. S. ARMY KHAKY, Ingersoll montres on botte pour bureau on table
de nuit, boutons pour chemises et manches, faucols, G. 10, la douz.,
bretelles ( President suspenders ) G. 5. la paire, padjamas, Colgate's
shaving stick, note-books. Waterman's plumes A r6seavoire, collection su-
perbe do or P. 2 50 A or P. 8. Crayons & reservoir, dernibre nouveaut6
G. 5. -.- Encre sp6ciale pour ces plumes et crayons. Cigares et cigarettes.
Vin de Moselle, par verre : G. o,5o.


M" C. L. Verret
Tailleur-Marohan&
Donne avis a sa bloaveillaute cUe.-
tale que aa malson No.7, Rae Traver-
sibre et toajouro bim poure d'ne
varl6td d'toffee de Inhasoe non-
veaut6 parlsione.
QUALrrT SupBmmnu. Coupn sicuam
TRavan, soIOMs. Exicrmno raiioa-.
Prbm fr. iVwni R I
PrI Ir rhiseIN I

Voulez-vous, tre mieux chauss ?...
II eat trbs rare do trouver dans une
m6me confection I'El6gance It la so-
lidit6
MM. VITIELLO tr6ro,
les sp6cialistes en chaussures pour
hommes, former franeaises et ameri
caines, ont I'honneur d'annoncer &
leur nombreuse clientele qu'ils vien-
nent de recevoir de nouvelles former
* Du Dernier Cri Parisien du v4-
ritable Modern Style.
Les Chaussures sont reconnues in-
comparables par la Commodit6 de
leurs formes et par leur Solidit6 joint
a un travail entibrement flil.
La Maison possede en d6p6t des
matariaux do premier choix prove-
nant des meilleures fabriquoea des
Etats-Unis et de France.
Ohevreau Iverni, Extra-Qualitd,
1{ meilleure marque.
Peau Jauner de touts nuances,
veritable Cuir de Russio.
La Quality des fourntures emplo-
y6es dans lea soaliers ot lea soios
apport6s dans la confection nous per-
mettent do les garantir come les
plus solids et lea plus durables.
Stock do Cha~sures lnes pour la
vente eon gross et detail.
Assortiment complete de cirags ett
lacets de toutes nuances.
Prix fixe mais mode6r.
Adreie : VITIELLO fr
145, Grand'Rue, oe ea do la Poset


Ie mnugcz plus de
S'l n'estfaitaveo la "Pillsbur y

La meilleure marine du mo*a
Celle qui donne le meilleur pek
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus l6ger.
Pour toun reosig r o, enu t *'**

Ernest Castera
repr6s=taut do la PIuLL vr's WAsM
SaX FLoam Mn.. Co MnmMxroUo



NESTOR FELIU
Excellent taillear avantageausemag
OODnn do touted la Rdpablique viest
do rouvrir son atelier Rue F6rou
( Rue de Mirslek ) N* 61,
Sa nombreuse clieontl1e trouvera
somme toujours touted satisfaction
Mr les travaux qui lui seront con-

LA


Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse c'ienl6le qu'el-
I* vient de recevoir. par dernier ba-
teu, une forte quantity de maichan.
dishes et de fournitures de toute fral-
cheur et de toute beauty, imported
do France, d'Allemagne et des Etats.
Uris.
Le public 61egant, curieux de t
bWn chausser, y trouvera les peaUl
les plus solids et aux nuances le
plus varies les formes les plus bellei
at los plus approprides.
On n'a qu'a venir chez G.B I ILTOIA
pour Atre assure d'Atre chauss6 sui-
vant les meilleures lois du confort et
de la mode. S pcialitds pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, former, fournitures
at mate6riaux divers pour cordonne-
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix les plus moderss, A
LA CORDONNERIn NOUVKLLH
143,GRAND'RUE 143,


A Lt'LEGANCE
QORDONNERIE.

41, Rue des Fronts-Forts.
CEAussuMNa nM DOt68T,POUR LA vmrTS
Promptitude et soin aux eommas-
des taut iid qu'en province.
Chaussures do Dame form* et tra-
vail toujouar tout so qu'ill y a de pla
nouveaux.
Formes am6ricaine et francai seo p
Messieurs ; 616gantes ot commode.
Pour lee eahats 1i plun I'aise.
Travail solide eZ6out eaY
des pesux do premnalre-marque.
Asaranee de grand rabals.
PAtes, Olrages et LAquides

Franelsco DESUSE
rabrioant do ohaussuur
La Manutacture a tjoorss on d6P
M grand pewari veto a
Coe et on deail, de ohauesare a
toae troo pour
om s, Fnmmm, w1~Alws
Lo commands dog eomamrqast
de rintltdear pourrout fte *" eut
Ins ne eomalse & po ptrb.
W8. Rue du Frso.rVos, o8 i
P,,e-b-O.A,,,M iumm) )


- ,


X..&P.A&-Gf 03Mt&]P6ial p