<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00821
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 11, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00821

Full Text


froBlslome AnnI e No 83R


Podou1t~ace, Haiti


Mardi, it Janvior 1910,


- -I .- II -. .


LUINEMENTS

Port-au-Prince U4MI .20
Tn~ois 3lois...* 5 00
DdprimstsUN MOIS .G. 2.20
Titots Mois 6.00

Etrmngsr.... 3015 Mois a8.00


C1~met-Eagloire
DMERCTKUR-FoIIDATEUR


47


).


OUOTIDIBN


LE NUM8RO jpr CENTIMES

Lme m.numci it- iti~r.Y n'i non ne .terns





Arthur Isidorom
ADMINISTILATKUR


M. Windsor Terlonge a 6dit6 sou,
co titre uone plaquette d'une trentaine
do pages, IT'iaprimarie de l'Abeil ',
an frontispice de laquelle it a fait
me'tre on vedette : c Procs de la Co i-
solidwuion afin de laisser eaten ir
quo la valour de cette brochure it 4,,-
cumentaire et qu'elle est uone sort I d
pi6ce annexe du fameux et r tenti"-
sant proc6a par lequel nous fermairn-3
no ra premier siocle d'indpeandAn :e.
Le proabs do la Consoliiatian resie
et restera dans les anniles haitien ot
an edvnement extaordianir3 pour lea
raisons suivantes :
En principle, il fat on mouvament 1-i
r6action centre les abui alministratifs
et financiers qui constituent la trnia
ordinaire de notre vie national et qu',
lors des operations do consolidatioA,
s'affirmareat advantage au point quo
lei tripotages do bons consolidds ddpas-
s6-ent eoint6redt et oen prboccuputi.'t-i
I'op6ration flinncinre elle-meme qui
6tMt on cause ;
Ii fat one occasion de pdndtrer ldan i
la vie priv6e de ceux qui 6taient en
cause et ainsi il eat a soulever toutes,
sorts do culeres, car, po.itiq ce mi e
A part, il n'y a personnel qui s i
dJdide A se laisser froidement traiter
de volour ;
E-ofn, il fat on fait normal 1iAti an,
car il nest pas d'usage que I'Etat hai-
tion s, fasse retdre compete.
Oa connalt routes 13s phases du
proc6i, combien il rencontra d'obst--
cles et comment il en triomphi, com-
meat un certain nomb:e de proven s
parent saisis par la main de la justice
e: comment un certain nombre d au-
tres so d6robkreat, comment et A
quell dose lea uns et les autras parent
frappde.
M. Windsor Teiloige fat du nombra
de ceux qui fureat jugEs et frappbs par
coatumace. Le g66nril N.rd Alexis
dtant tomb6, le contumax a) mit aux
ordres do la jIstice, assignant ainsi un
caractA e politiq is anx poursaites in-
tent6es contre lui. 11 fat rejag6, et le
96 mars do l'anne dernibre, le verdict
d'un noveau jary l'acqaitta.
M. Ter'onge explique dans sa bro-
chure pourqnoi it ne se laissa pai j i-
ger lors du procAs :
aLors do ce procks, dit-il, je m) suis
laiss6 juger par contumace ; ce nest
point comma 1'a injustemen prdten-
du un Commissaire du government,
paroe que ma culpability etait evidem-
to,-du rebate, is jugement du -26 M trs
de cette ann6e est venu lui en donner
le plus foimel dementi, ...c'dtait uni-
quement, it part les con-iddra!iois
exposes plushaut, pour avoir le temps
de rechercher los pieces etablis ant ma
defense, lequelles je n'aurais point
trouv6 lors de ce procis, et quo j'ai
eaeo plus tarJ, grae A I'incessante ac-
tivitd de mon fils. ( Page 3) 9
Cola -donne oun idea de l' tat des af-
faires administrative du pays. M. W.
Terlonge eat porter d'ua contre-bon,


etc'e.t A ce titreqa'il so troaivaavoirdes
dim6lds av3c la jus'ice. Le contre-bon,
etait une pi4:e impwrtante re)r6sen-
tant an eliment do la dette publique,
rien, sembl -t il, no devait '.re plus
facile que di reconnaitre son 6tat.civil.
Point du tout, pnislIe le porteur vient
lui-mt.na n)as dire qj'il dut ss d ro-
b 4r a action de la justice, n'etant paFs
it'f do trouvar, lors du pro:e-4, lei
pic ea aff6rentes A co contre-b3a.
A cause doac de l'insuffisance des
i :ei juitilicatives et do la disiarition
u pr6venA, la justice frappa M. Ter-
longe avec d'autant moias d'h6sitatioo
q ie 1s contre-boia en question I li ap-
par!enait an compete A demi avec Mes-
sieurs E. Tadzin et Killick, et que ses
deux associts so trouvaiont, I'un, en
faite couams lai, et I'aunre mort.
Voici comment cetto creance sur
I'E at ful crd63 au profit de cos trois
asso:i4s ; M. Terlotge nois l'apprind
A la pag1 8 do sa plaquette :
a E- 1896, sle gndral M)mpoint jeu-
ne, alors secc6taire d'Etat de la guerre
et de la marine, ... fit appeler le vice-
amiral Killick et lai confia una impor-
taste commando n I i priant d'inotres-
ser s:s deux chefs de division s MM
E Ta^zia et WV. Terlonge.
Miii il paroat quo, outre I'infufiiidn
ce d is pi;ee a, les interass6s eux-me-
mes, par une srie de malecDhmeas,
armb6rnt la j istice do sound cins. M
Terlonge, A cause pr6cisdmont de la
raret6 des pi-es. readit lui-mrne le
cas embar assan'. It 6erit :
,A la fia de 1'anride 1903, en d4-
combre, sur one citation da jugs Poz-
jol, je compares A la Chimbre d'ins.
fraction pour fournir des roeaeigne-
mrnts dans I'iffdre da Dock de B zo-
toa. Tant d'6v6nem'nts s'6taient suc-
c6d depuis quo naus avions livrO
not:e command e : m i r6voation com
me chef di division A la marine, mon
election aa Sdaat, le depart do g6n4-
ral Sim, I avwnement d gndadral Nord,
quoe je du fair do grands efforts
pour classer avec precision les rensei-
gaements A donner A la justice...
II me fat tr6s pdnible do me rap-
paler la date exacts da I'arriv6e doe la
onmmande on JHalti.Aprbs halt ann6oes,
a'6tais-je excusable I...
a Dis le mois di fdvrier 1901, lei ci-
tations pleuvalent droes chess mol. J'd-
tals appd16 matotenaut poar dionir
commuaica'ion de Ia l&ttra do ministry
doe la marine aotorieat la comman-
d -... Li juge Po ajol voyait on mo uan
coopable...
Je li esuggeral alors do fire de-
mader aa m iastre le r gistre-copie do
lottres... Com)Ie de malhears. le reais-
tra demand avait dispara. ( Page 6 )*
De son cOtW, Mr. Taozao, ptr deaux
propositions coatradictoires, viat eag-
aenter le trouble dus l'esrit de6 ja-
g s. Cos't M. Tarloage q di no as lap-
preod encore :
a Mes aai Thfa ... as fat inter-
reg6 per lae lrers feis qelse 48


LES LIVES


L'Affaire du Dock de Bizoton


fvrir par le doyenaDyer. To at eni dd- Pro^s da ge-ro eit c&,lu; o Iit con.o-
clarant qu'une commanin I ii avaiit t6o llAit)n piise y y')ir' itCe 6tratior.
elrectivemiitaccordeea K.lli.'k etam)i, 'i )us ceux qui on' ea A se plaindro
que I'Amnral s'en 6tait exclusive at id ce procs invo ju'3,t la politique et
occupy et quil ignorait la so-u ion qui dui cO6d mmem I s ar -nt.a uverne-
y avait dt6 donn'e j isqu'au moi, 9ut me it du g6n6ral Nord, oit a aussi ten-
to la 1 cure do Ripport do la Comn- d inee A itvojlier c3 prockN come la
iussion d'Eiqajte.- il sou'iat, la lia raison dlterminnte ,lo, levt doe bou-
de sa d6po-iton,n'avoir jimiso eue sa c hers fi. minist.s. ( F. M:reolin, Li g -
possession ni contre-bn ni consolid a nWrl Nord A exist. )
tucan litra. Sea eanemuis prirent pre-- (ip n'est pas Ia mon opii ; on0 e1
t-te do ctt- d6pr I position r pe insela Ie la dv,),.l ,-. r. oute-
lans 'espritdu trl,-ilent NoAd, c:.r i fois, Ia verit6 .ro. A i )nai r,~ le
'vdit comia't mn3t oubli qui'6tani en tant d'abu- 0o ai' -n.i 1,, It tminis-
exil, il avait au'oriA ma fm nM (:1tr-titation dou g- rNr.l N r ie( l'o-a a Is
mailie Tit zan, n4e N> a, A oporer le droit dtie s'tonnr qu a t.1 pro,'+5, st
iransf.rt A M. George W. I'i ters, d'un I tge de v a~s, ai pu s -. uilie, avec
contre-ban an N. 1817, datd lI 17 No c s abus. (C.la enco ra,_- c. r :- la
venbreA 1899. p riAcutio.n et il e-t cnIonable que
ebbre 1890ls i ties client plus fort que tout Is
II me semb'e que routes ,-as circos- monde
lance, jointes au d6faut de prdsoita- M. \. ,,, pmonde.li,. tin desa
tion des pr'vnue, mettaient Ie. j ijes p. quget:, ,i.~,El-'s p,'u I L iministra-
dlns i'obligttion de coadamrner, ce tivas reCueillos. 1 I .* 1 i 1 -corn-
qu'ils ountd'aillours fAit avc aun r6ser- mandes q ils ,ut t ,nt | ,da1.
ye que j suiq dionn6 do voir blAnm r o
ve qie je sun ettonab de voir etai~r S cela pouvait s.i'ir I *e. )fs aux
par M. TerloDvg, qui 6cit A ce sajet. Amateurs de co ut u,-I i.1- I on s au
a L'unique con ilerant par lequtIl on des souliran:'-s di1 M. I r'ui~.,e par la
nous condamna en b!o, vaut tout un citation suiva ita :
pobtne : Considdrant, dit le jigi- I C"tte co ,am..atio 1, i, ,ii p.>ar ce
meant, qu'iI result des deux ordmnnan- qai n)us coc-'rne le sdqajatre (*e
eps de ranvoi do premier jaillet qae ...u mes li-ns, tnono oi .era ntt de ma fa-
XXX soot accus63 des faits ci de3us m..Ile e .rent poar cll t ~! i ter I plus
relates qai nous paraissest constanats. g,and d~sarroi diii niue id-. Si l'on
( P.,ge 12.) "' ajoute A touted ce.s consi Ira!u'i ts a so-
Jusqn'ici je n'ai ri*n dit (Ide la cr/.ao- ltud i force daus Isil :t* lo i va~ is, il
ce elle-mime. L-i plaquette di M Tir- eat ai de comapireniil"' t *' i ea coup
long en pirle en doux pas-ag s dis- de missue tie m'a pA- cnmil 'temeut
tincts comme suit : aI-anti, c'e-t l iet, j e doi av.ir probt-
Le cottre bon dhnoinuS crdance b'emetut, oe forte iaat chfvill6e au
KiL ck treboan -- 'doronga crsevantce corps. Jo v ,cis d',1ne v:e tiste et mn-
A P. 7963 01 major de P. 119.69 de- dos.to (as) c s:nt )"ts: M.
vrait 6toe, come celui porlant le NJ St wart 'a.sssta pus au ps3 Oci ; Mr.
1818 consolido eo fon Is 5 oo ro- I.rard it ,y n'y surva p at pa.Mr.
ses... Or s'd a dt6cnslili AC oll, a Qi e le| io nIeW de, qui la fate ? ( Page 8)." tent pa4 pouvoir resik er A la flMtris-
Jo no rechercherai pas A qui la fau'e, sure publilue ref astit done d6sormais
mais ce passage indique que Ie contre- d'assisier eai 4aot que ce soit A la per-
boo avait bin6ficiA d'une fraud i. p6tration des trip~ragei linincimrs; e'est
Par alleurs, M. Tdrlonge dit do mon- I, A moe sens, Ia i )u qii so d6gage
tant do la comnmanie : do pro-es de IA con--,il tiotn.
"M. Marias me disait qu'il avait r orn- Je aouh iite ,que M. W\V. i'>rlvng s'en
m6 c tte ctinmisAion dani le but d'ob- persuade, et iie le jug- rint d'acquit-
tenir one diminution d prix. Le comp- temnntqui vient di'ell cer F's mauvais
to de P. 39,000 lai pirais ait trb 6 e- jpurs lui fasse rappele son admirable
v6 ea 6gard a u programmne econo)mi- ternmpramAnt A 1 tritvii lIir et comnbien
quo do cbiaet Firmia. Qjaad il a fallaI lui t les sien, ou.t toujours colnu des
ordonnancer, Ise chilice a 6td r6luit A jours plui cAlmnis Ie luttei et de labeurs
30.000 dollar,." on dddaiguantles fiveurs publiqes aon
Cottle double consideration appeltit lendemain fA;cheax,pour I'elfort sain et
davantage attention des ages sur la viviliant Li travail personnel et f6coa-
crdance e', poor mi rdp6ter, je frove dant. Lux.
aini dans la brochure m3mi qie j'aaa- -_x.
lyie des donafes sulfisantes poor as- -.
seoir an jagement pir cntomace.
Mais M. Tonlonge croyait avoir des
raisons de prondr. pear : 'e voisinige Encore articl
de son associ6 M. Toazin l'tiquittait. II --
racoate quoe M. Tadz an, etant ministry -
do I'Intdriear et ayant refas4 do solli- On so rappellA encore I'intressante
citer do president lagrA-e d'ua dies amis controversy publide darns ce journal,
de la Commission d'Enquate lorn des am sujet de l'aticle2:i di la Constita-
finUledes dojanvior 1901, sprbs I'affdl- tion de 1889 Deux f >i le tribunal cor-
re Mad Momplahitr. avait sinii ncouru rectionnel ordinaire s'diait ddclard in.
Is resentiment des commissahie, qA'il competent, sous pr6texte quo l'on doe-
appelle "certalna muoeurs doe la pol- vait s'adrsser au jury et d-ux fois Ie
tai-e..' (P-. 4.) 11 ejoute : "J8 **n- Tribunal de cassation a dit le control.
tas bie qa II so tramait qnelque com- re en cassant ces jugements. La ques-
plot four aire diiparaltre Thszm de la son eat revenue sur le tapis et le fri.
s6 .e politique,o- ot je srais pris ** banal correctionnol de Port-au Prince
era"pe. (Page 6)." I a, dans on jugement bien motive et
La politiqae aborbe trap lee pr6oz- ,docamentd don't nous publions plus
-c. WAIo e 4.rit rhbaltles poor qe'aa bas un extract, proclam6 sa comp4-







tence et couronn4 la thbse soutenue
par Me-Constantin Benoit, avocat.

AU NOM DE LA RLPUBLIQUE

Le Tribunal civil de Port-au-P.ince,
eompetemment rdEni au Pal is de Justice,
a rendu, en audience publique, et en ses
attributions correciionnel!es, le jugement
suivant :
Vu i o I'arrkt du tribunal de Cassation
de la Republique, en date do 3 f6vriet
1909, saisissant la jurisdiction de Port-au'
Prince de l'action Fcadante entire Thiaid
David e! Excellent Neptune sur la citation
direcie du 15 Juillet 19-7 ;
2 la dite carat'on donnce A Excellent
Neptune poor comparai re devant le tribu-
nal correctionnel, afin de s'entcndre jager
sous la prevention d'outrge, de diffama-
tion, etc, etc;
3 0 La smmation de Mars 1909, faite
-.. requite de Theard David A Excellent
Neptune, en consequence de l'ari,. su:.-
visE ;
4 Les conclusions des parties et d'au-
tres pieces.
Sur l'incomreience du tribunal correc-
tionr.cl, tire de l'anricle 25 de la Coasti'u
lion :
Attcnut q c dans le systeace actrelle-
mcnt en viguear de notre Ygirslation la dif-
famation cAt n cnlit de dioit commua
don't la repression n'est point exclusivee de
la competence du tribunal cor:ec ionnel
sans assistance de juwy ;
Que la publicity de l'imiru'ation qui
rentre come element cssenaiel d.ns la
formastioa de ce delit et don't le; manifesta-
tions peuvent c re didtrentes et diverse,
nest point attributive d'une juridiction
auntr que cclle de cc tribunal ;
Qie acur la demonstration de cette ith-
!t i1 sLtlic d'une investigation, par regres-
,ion d ns le vas'e chimp de no!,e droil
publ ;, pour consia'er que la diffamation,
comme deli,, y est prdexistante, sinon A la
conception du delit de press, mais cer-
tainement A l'expiecsion positive et legale
d une tel'e infr-ction et de l'otginisme pro-
pre A sa repression ;
Qa il n'est pis A dire que cet:e demons-
tration ne resul'e pas de ceci : tandis queI
dans !e code penal de 1826 figure deja A
l'article 322 la ditlan action, c'est en vain
qu'on chercherait dns la lgislatio- de
l'epo.ue la trace d'vne drcg.t on A la loi
common e, en cc qui concern le jugem ent
des prevenus de ce delit ;
Attend qte cetic aerni e observation
peur se r'p.:er en cc qui a trait A la 16 -
gislation pcnale. de 1835. ; qu'el'e est de
nature A convaincre q, e la diffamation (st
un de it de droit commun don't la repre -
sion conduit le d6lir quant devant la j,.ti-
dictioi ordmn ire des tribunaux correctior.-
re's, s.,vf~i, f)rml-lement, le Igislateu'
en a autrement decied ;
At'endu que I unique dE.ogation i cette
iegle a cu lieu en 1843 ( article o Ju.
decret du 20 Mai. )
Mais attend que cette parties do decret
a etE abrogee d'abord en 1846 ( consti u-
ticn article 27 ) ensui e en 1849 ( cons-
ituti3n, article 36 ) et en 1883 ( c3nsti-
lion, article 31 ) ;
Qu'elle n'a jamais 6d depuis remise cn vi-
gee'ar puisqu!,ce qre dans la suite ncuw; vc-
yons soumis au jugementdu juryce soot les
" delits de press et non tous les "de-
lits commis par la voice de la press c-
tamnment la d Tffamrnation, comme cela est
formel'ement et directement ind que A
I'Arlicle 19 du decret pricit6
Que c'est A ce tournant de notre l/gis
nation, soas le regime du dici:. de 1843
qu'on pourrait, sans profeFser une erreur
juridique, rEpeter ave: 'es docteurs fran-
,is, particuli6rement Garraud, que a les
delits de press ne soot pas des offenses d'un
genre particulier, des infractions suis ge-
ners ditffrant des autres par lear nature on-
trinqacc ; ce sont dce delits ordinaires et
leur carac-e'e distinctif reside uniquement
dant leur mode d'execurion. ,
Qa'il imported de rappeler ici que Gar-
rand et d'autres, en France, n'ont parle ain-
s" que depuss la loi du 17 Mai I819 qui a
range la diffamation dans le cadre des de-
lits de press ;
Mais que sous le regime do code penal
de 181o, alors qu. la daffamatioa etait en
droit franais la calomnie, ure tell faUon
de dire serait tout simplement one erreur,
parcel qu'A cette epoque, en France, corn-


me en ce moment ici, la regle est : les
tribunaux civils connaltront sous le titre
de tribuaaux correctionnels, de tou e de-
lits don't la connaissance n'est pas attri-
bue ux tibanaux de simple police, et
qui re seraient pas de nature A eutrainer
une peine iff.ic ive cu infamante. ( Ins-
tauz:ion crimintlle, article 15.)
At-endu que cette regle encore vraie en
France, lorsque la diffamition s'attaque a
des faits de la vie privie, 1'est d'une fa-
;on abso'ue, en ce milieu, ou le lgisla-
ttur de 1843 n'a point faith ecole, puosque
!e legs de sa conception d- delit de press
n'a pas e recu'illi purement et simple-
meat;
Qu'il n'est pas possible, en effect, de
donner la sm me signifi:ation aux express
sons delits commit par la voe 'e la
press employees eni 843. qu'a c'.le
de delit de la press de I article 2a de la
Ccnsritution actuelle ;
' Qae ce'te formule de I'artic'e 2. qui ou-
vre 1'entendenrent i la notion d'ane ma-
tiWe propre de la press ne I'a pas cepen-
dant disignee et c'est vainement qa'oo y
vouirait f ire rentrer la diffamation et
d'.-u'res delits ordinaires, il n'est vrai
qu'cn mat'e e criminelle if n'est pis per-
mis d'eterdr6 pir induction les attribu'io-is
de competence qui diroge an droit com-
mun ;
Attend que depuis 1842 aucune loi
n'a soustrait la difftmitiou a inugement
des tribunaux correctionnels simples;
Qie s'll est Etabli qu'A di,'erses epoques
le tribunal correctionnel avec assistance
de ju-v a en A se proioucer sur de; fairs
de d ftfmation, il convient d'en trouver
I'explicat:oi d~n; la doctrine qui. nee A la
fveour des distinctions etabl-es par !e; lois
f-arqaises de 1819, rermise en vigueur, en
1871. x88r, etc, avait entrpin&, la formi-
,ion d'uie ju isnrud:nce coatradi:to*re de
notre droit rub!ic a-ec laau'ile ricem
mnnt le tribiual Je Cissatimn. pour de
tout -urei motifs que ceux alligubs ici,
a rouaru par on arr&t date do 19 Mars
'9 9
Attendu, an surplus, que la jarid'c'ion
don't Excellent Ne>'ute a excipe la cGO-
peience est inexistante ; qu'il fiut bien
reconnai:re au* la loi organiqne de 1870,
rendue conformeirent A l'article 30 de
Ia Constitu-ion de t867 n'a pas survecu
A i'Amendeme-t du 28 Joillet 188I. por-
te A l'article 3t de la Consti u ion de
1879 ;
Que dans ces circonstances, pour 6tre
dans la vErite juridique. it est necesiire
de dire que la "' procedure decree 'e et
les lois en vigueur don't earle l'arti-
cle 17 de la loi su- la pesse de x885, ne
s'entendent qre de cells con'e-ues dans
le code d'instruc'ion criminelle :
Par ces mo ifs, le tribunal, aprts en
avoir de'ib6r6, rejete exceptionn d'incom-
p6tence sou'evie par Excellent Neptn-
ne ;- renvoie les parties A proceder en
conformity de la loi, e: reserve les d6.
pens.
Donn6 de Nous. L6en Nau, Doyen, V.
Valme. joge, et H. B&nhomme, opple-
snt de jg', en audience pnblique du 25
Octobre 190o9.
II est ordonn6, etc.
Ed foi ee quoi, etc.
Pour extrail conforme:
C. BENOIT avocat.






M M*TZOROLOGIQW UI


SEImNAIRE COLLGK St-MARTIAL


LUNDI 1O JANVIER 1910
Sarometre A midi


764 /1*5


Te p6ratro(minimum x8,6
maximum 30,3
Moyenne diurne de la temperature 23,5
Ciel clair jusqn'A 5 h. de i'apres-midi,
tris nuageux depuis. Forte brise de mer.
Rosee le martin. Birom6tre constant.
J. SCHERBR


Hotel-Bellevue
A la fete de dimanche, certain points du
programme ont Eti saluEs par des salves
d'applaiidissementsenthousiastes et prolon-
gIs. On n'est j inis 1-s de voir se deron-
ler les scenes wagnifiques de ,ous genres
que la compagnie Boyer-Guiol, des Etats-
Un's offie A chaque representation.
Monde fou. suncce Eclatant.
Stance jeudi. Oa commencera exac'e-
ment a 7 heu-es 3o.
Elections communalas
L'ouverture des travux .' ca lien hier
sous la preiidence des membres de la com-
mision communale. MI. le Dr Dacheine
Amb;oise, A'phde A'phonse et Aug. A *
Heraux. MalgrE de vives protestations de
que'ques Electeurs qui soatienneut que la
composition do bureau est illegale, deux
de sei membres etant can lidars, on passe
au vote pour la formation do bureau defi
nitif.
Le candidate de la pve;se, Mr Horace
Do-ce A'eranJre se rallir i M.. Astrel Lt-
forest.qui se trou ent en lutte avec M Ci-
c&ron D ssables, appuny par le group Du-
cheine Ambroise.
D'un autre c6te, le g oupe de la press
et M E'g. Paul se sont confindus.
Les Electoais continent.
Tribunaux de Paix
SECTION SU'D
Diguerpissement.
Une dame qui rhpond au dcu nom de
Adeiina Biyicou est c3ndamane 9 payer A
Mme J eph B.zi'e la sormme de 30 gour-
des, montant de deux mois de loyers. Elie
esten ouw e condamnEe A diguerpir dans un
dElai de 15 jours.

On se rappelle l'histo're du p oprie:aire
qui s'tait c u malin. pozr se debarrasstr
Sone locataire iisolvab'e d'en'ever one
parties do toit de la mzison. Meis il est as-
sig ie par la debitrice qui s'appe'le Euphi-
mie Pierre et qui reclame 140 dollars de
dommiges-interets ;
Donaaien B3ssou se perd dans des epli-
cations et le tribunal impatient, o.danne
le dEp6t des prices.

Le j g! fait une cote mil taille dans
cet-e atfaire de revolver qu: nous avois
dernirement relatEe. Voici : Arthor Cler-
mont remettra 'e revolver i son propril-
taire con:r.e le paiement des cinquinte gur-
des qu'dl avait prete.s.
Cin6ma-parlant
Apres domain, jeudi 13 janvier conrant
aura lieu A l'H6:el Morch une reprEsenta-
tion de ga'a off ~rte par I impressarno A'bert
Rousseau qui pread pro:hainemenat corge
de ses aimables amis de la Capitale.
II y aura in vu:s synchroaisees, an licu
de d-.ux oflortes ordinairement, par repre-
sentation. Le magnfi4qu. apparel pe.fec-
tionne qui ne donne pas de scentillement
et qui eit deji connu du pub'ic fera valoir
la beau 6 des films les plus sensatioane's
et les plus vaties.
N6cro'ogie
EMILE GABRIM.
La Colonie Frargtise a perdu,la nult der-
niere, l'ua de ses membres les pas an-
ciens etIt s p'u; estimes, Monsieur Emile
Gabriel, beau- pre de noire sympathique
Ministre des Finances, Mr Candelon Ri-
ga ud.
Mr Emile Gabriel, qui avait fait d'Hai-
ti, qu'il aimait beaucoup, sa patrie d'adop-
tion, exerq pendant long eaps, le com-
merce Port-an-Piince ofu sa coodaite
toute de droiture et de correction lui con-
cilia de slides sympathies.
It etait de l'celoe des Hyppolite Clavier,
des Leys, qi fasionnait avec else des P6-
tion Roy dont le Pays gardera le souvenir
imel isable.
rles fn auilles aront lieau la Cathe-
drale, cette apris-midi, a nfhes. precises.
I e convoi nanrtira du Poste Marchand
(propriese de Mr Candelon Rigaud).
-A Mr et Mine Candeloa Rigaud et A
toes les autres membres de la famille, le
MCatsi envoie l'expression de ses sinccres
coadol&ances.
A Vendre
SUn b':ggy tout neuf.
I Pour lea conditions a'adreser a
Samuel M'Felend, rue Am6ricalne.


Tribune du a Matin *
Port-a'-Pince, le 1 Janvier 19o10.
Mr D. F. BERNARD
En Ville.
Monsieur,
Vous devez remarquer par mon mipri
que je fHis peu cas des insanis6s que vous
pub'iez dans les iournaux de la capital 1
propose d'uoe affaire de nulle importance.
El!es ne sauraient en tout cas me porter
att(in:e. Ce qu'il y a de bien clair c'ex
que vous nous avez vendu des carac 6res
uses que nous vous demandons A comply.
ter defuis trois imcis.- La reote consen-
,.ie pour P. 200.00. il voas a 6-6 vers las
some de P. i6o o (appert reus). Il
vcui a t6 6galem-nt dit mille et ure fois
et meme au bo-esa de police en presence
da Gal St-Lot que la balance de 40 -
6rait absolument A vos ordres et aujou-.
d'hai m6me, A la condition de roas rc-
mettre tota'ement ce que ncua avons ache.
t6 de vous et ju;qa'ici vous n'av z ps
exicute vos engagements. Les carac ei
qui manquent aiez-vous annonc6 il y a
quelque; semaines 6taient A J6rdmie et que
vous les aurez fait parve-ir par le biteau
" Sirene ". -Vous ne nous les avi point
remis ju:qu'A pr6 eat et c'est pourquoi la
balance de P. 40o.oo00 ne vous a. point 6 t
comptee.
Voill Mr ce qae vcus avez A publ.er et
non des insani 6; qui ne p vent nolle*
meit nous atteindre en:ore une foi; ; ear
ncus avons la pr4 eation d*avoir install
use imprimerie et fondd on Journal dins
des conditions abs lament ho wates et nul
ne peut le cinteste-. Pour ce qui est de
vos casiers videos; qu vous avez volontai-
rement I i s#s Illuprire i- e- ui c',chd
(p''sque chez vcu; e-c ve no is av.ns des
objets en dip6 ) its ne nous font gu6e
beicio, ccci vous a Eie eg.le-nent dit Vous
avez vou'u toat simple neat vois payer
one importance A nos d&pens, mals 'etm-
me qu. l'on te rechlm- pis le moontot
d'tffes venJlu sans en fire la livraison.
N)us tenons A renseig ier a-jourd'hsi lts
nomb:.cuz amis qui s'in'eressent A no.re'
installation.
Encore one fois ap;ottzz-aou; Mr les
caractres qui nous manq ient contre vot-e
balance de P 4.oo00 poor vi er des consa
quences qui scrout ben f.;heases.-Nous
n avons du reste p'u; rien A vou; dire.
ARTHUR BONNEFIL.



LiOgne Alias

Lq vapeur a Sibiria ayant quitt6
New Yo' k samedi 8 courant directse-
ment pour no're port est attend ici
vendredi 14 courant, il partira proba-
blement dans la soir6e pour Kingston,
Colon, Port-Limon & New-York, pre-
nant la mall fre6t et passages.

*

La mall pour l'Etranger ( viA Kiog-
ton ) par le vapeur S biria, former A
la post vendredi 14 courant i 5
heures pr6cises de i'aprbs-midi.
Port-au-Prince, 11 Jaavier 1910.
F. HERRMANN & C'
T.TI-..._. __I



Ligne HIollaudaise

Le sis Prins VWille tn I, venant del
ports du Sud eat attend ici diman-
che 16 courant et partira le m6me jour
pour Saint-Marc et New-York.
Port-au-Prince, le 19 Janvier 1910.
AUG. AHRENDTS, Agent.


H6tel Bellevue--
Le mieux sitau, le plus coa*
fortable.- Champ-d-Mar.-
Cauisine reaomme.- Vue Sar la mr,


----- ----~ --1







Er Robert R. Ewald
DKNTIST- A.MRtICAIN
Dipl6mo du '* philadelphia Dental Colli-ge
and Gawetson's II6pital of Oral Surge-
ry." Meilhrc diil4ui6 du Phila-
(delphia School of Anatomy "
Appel6 aux C ye-, announce a saj
nombreuse elien Ela et au public
qu'il sera de re'our dans un mois.
Port-au-Prince le 10 Janvier 19'0

Change ment d'adresse
Dr Lissade
127, RUE DU CENTRE), 1i27.


PANAMASI
Pour Hlommes et pour Dames, chez
Melle. 1,6ouide Solages, 22 Rue dev
Fronts-Forts.

J: V. LEBLANC
188, GRAND RUE
Confection et reparation
S :.LLES et IIARN %IS en to is genres

Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ

JAIME TESTAR
Le chapelier remarquable, avan-
tageusement connu,fait savoir au pu-
blic en general et A sa nombreuse
cli ntble qu'il vient de trausfdier sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'AnCIRNNg MASON DU LOUVRE )
DE LA PLACE GEFPRARD A LA
GRAND'RUE OU RPIPUBLICAINE
No 49. En face de la Poste
Le unouvel 6tablissement est .,u-
vert sons le nom de la fleur de
l'Am6rique
II promet soin et promptitude
comme toujours.
ONN ~ CaE ire
ON ACHEet miel, A
PNtion-Ville, usine caf6iire.
CIRE & MIEL
A Port-au-P rince, 40, rue F6rou.


Avis
LA COMMISSION D'ORtANISATION Dig
LA PARTICIPATION I).: LA REPUBLIQLI
D'FIAITI a I'EXPosITION INTERNATIONA-
LE DE BRUXELEES
I vite les personnel, voulant fire Ii-
garer leurs oeuvres, leurs travaux ou
lIurs products A cette Exposition, a
e zpdier au local de la Chambre de
Commerce de Pjrt-au-Plcince, rue des
Fronts Forts N 5, dans le courant
du mois de janvier prochain, les ar-
ticles dejA prdpards afin de prendre
part A I Exposition locale qui aura
ieu A Port-au-Prince vers le ler FF&
vrier 1910, avant I'exp6dition A Bru-
xelles.
M' Jh. M. Duplessy
Photograph
Avise ses nombreux clients qu'il
n'est & lour disposition quo de 9 hrs.
& midi, de 2 A 5 heures,- except les
apres-midi des dimanches et des
jours fdriAs.


D. Romulus
38, Grand'rue, 38
Sirops supdrieurs, et de trvs bon-
nes I queurs,qtii no le ctdent en rien
anx produiti exotiques Remontons-
n'us par du bon rhum IAccourons tous
on foule chez l'honnete et conscien-
cieux.
D. Romulus, Grand'rue, halle N
38, non loin de la gare du Nord.
Distillateur-liquoriste, Industriel, qui
a obtenu une M6daille d'argent & i'Ex-
position universelle de Saint Louis
(Etats-Unis d'Am6rique) en 1904, et
une autre & l'exposition de Jameston,
n 1907,


lAISON DE CONFIANCE
'148 GRAND'RUE
Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu de la
Rtpnbliqua. advise sos nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par les
derniers Steameis une Varndt6 da'tof-
f.s de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote. Drap vert et bleu d'une
rdelle superiorit6.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDITY !
L'ttab'issement se recommando aux
clients les plus d6licats qui appr6-
cient chaque jour davantage le FINI
de son travail.
Demnand-z chez Jo-eph Siin'-C'oud le
Restaurateur de la Santi et des Cartes pos-
tales Il'u-rees.


Les Cigare


s du
Centenaire


Se fument un peu partout dans la
RWpublique.
On ks pent acheter :
PORT-AU-PRINCE, 25 Rue des
Miracles, 51 Rue Roux.
A JACMEL, Chez Hugo Jensen.
AUX CAYES.--Chbz P. N. Neptone.
AUX GONAIVES.- Chez Montas.
A L'ANSE-.n'IAINAULT, Chez Ar-
thur Drouin, Piard Youance.
DAME MARIE,- Chrz Vve Harmoni
Bri6re, Fernandez et ailleurs.
AUX BARADi:RES, -- Chcz Clodo-
mir D ouin.
" AU CAP-IIAITIEN, --- Clz 0 ivina
St-Aude.
PETIT-GOAVE, Mr Robert \War-
mington.
GRAND-GOAVE, Mime ,doc'6s
B1llevue.
PORT-DE-PAIX,- Marjille Auguste.
A SAINT-MARC . .
A Ji"RIMIIE, Dans tous les coins de
la Ville.
La Fabrique serait heureuhe d'avoir
les agents dane leaslocalit6s o elle n'est
pas encore reprdsentde.
Toute recommendation avec s6rieuse
et bonne rEf6rence sera appr6ci6e.
EUGENE PRIN,
Directeur.
_t .. ,a


Cie Gale Transatlantique
L'Annexe arrivera aujourd'hui a mi.
di on demai a martin. It part ra ce
soir ou domain soir. La visit de i'es-
cale de Jdrdmie sera fix6e A l'arriveo
du paquebot.
Port-au-Prince, le 10 janvier 1910.
L'Agent, E. ROBELIN.


Banqu e Nallonale d laili
26e REiPARTITION


Emprunts du Gouvernement d Haiti
6 o/o et 3 0o/o
Conform6ment aux instructions du
Secr4taire d E'at des Finances et du
Commerce,la Banque Nationale d Hai-
ti a l'honneur d'informer les int6res-
s5s qu'ils peuvent, a partir de ce jour,
se presenter A ses guichets pour tou-
cher une vingt-sixibme repartition
( 26me ) sur leos emprunts suivants :
Emprunt du Gouvernement d'Haiti
6 o/o :
Int4r6ts du ler Aoft au 30 Septem-
bre 1909. lo/o.
Emprunt du Gouvernement d'Haii
830/0: *
Int6r6ta du ler Aout au 30 Septem-
bre 1909.- 112 O01.
Contre regu et sur presentation des
Bona.
Port an Prince, 7 Janvier 1909.
A ventre
Ua buggy Frelch on ban 6tat.
S'adresser derribre S6minaire No 15.


Sacs videsl..


Sacs vides!..


Entrep6t G6n6ral des Grandes fabriques
DE CALCUTTA INDEX ) DUNKERQUEt (FnNCF.) mr DUNDEE (ANCGLWTrIRIg)


SACS


sp6oiaux


pour


Cafes tri6s
Cafds ord-irairos


Cacaos
Les Types C.urants constamme.1t en Stock par balls de 400 sacS,


DepuSs 18 centimes or jusqui'a


28 centimes or


Pour grandeur r6guli6res s5xllO centim6tres et 70I110 centimtree.
Poids do I 3j 4 livres jusqu'A: 3 lives.
Sacs sur modbles et sur types des acheteurs.
Prix a forfait pour livralsons mousuelles francs p-?rt de i4barquemeat
et ai on le desire, Droits pays.


50.000 Sacs de I'Inde

Viennent d'arriver par Balles de 300 Sacs.
Prix exceptionnellement avantageux
S'adresser Jules Laville
AGENT ET DPIPOSITAIRE GIfNI~RAI.
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT.


Pour tons renseignements et commandes
S'adreser A Andr6 FAUBERT,
38, RUE ROUX PORT-AU-PRINLE.
AGENT t.I IR. .I' P3UR LA RIPUBLIQyUB
I- -l


Vins de


Pi opridtaire


Mr Fernand Loniewski
Propri6taire-viticulteur
A I'avautage de f.aire conn-itre au public les prix 1d- ses d'ff4rents prodalts
qui soont en vente A son d6p6t situ6 au No 43 de la rue des Fronts-Forts (Halle
Sylvain ).
VIM ROUGO A 3 et 4 gourdes Ie gallon.
VIM BLANC A 4 el 5 gourdes le gallon.
VNs ROUGOs en caisse de 12 bouteilles A 20 et 25 gourdes la caisse.
VINS BLANsc on caisse de 12.,bouteilles A 25 et 30 gourdes la caisse.
Muscats, Malaga, Madbre, Clairette, Vermouth, Baiyuls, Picardan, Qainquin
en fdts do 16 et 32 litres, par gdilloa et en bouteilles cichet6es Ai die prix trW
moddr6s.
VINS DR CHAMPAGNE renomm6s :
Rwler r. Mercier, Bmtt & Ci-, etc, A partir de P. 4.00 la bouteitle jelI
qu'& P. 16.00.
Poor la vented en gross de toutes les marchanlises ci-lsseus il est fait des
prix sp6ciax.


Look out!!
Si vons d6sirez poss6der s6rieusement la Langue Anglaise. c'est-A-dire, Ia
LANOUs nitlLLMEINT MONDIALa et qui s'adapte merveilleusement aux affairs
COMManCIALs Ote INDUSnTRILLBS,


Adresez-vous au Professeur
BARNET


STINES


qui, en 6 mois, vous mettra UP TO DATC, on vous permettra de bien vens
p n6trer des profondes arcanes de cette Lingue Anglai;e. qui dans tons
lea Paya, constitute la CLEF du succas et de totes les facilities sociales.
Prix mod6rds. On traitor do gre a gre.
8'adreser au No 171, GRAND'RUS, tout prbs de la maison Keitel.


Or mm___ __


-- ---








AGENCE SPECIAL


de la Regie FranCaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti
Extrait du TARIF G6n6ral, Janvier 1910.


Tabacs Scaferlati


LEVANT SUPfRrIUR (dit tabac d'Egypte) la Botte de
50 grammes
LavANT ORDINAIRn paper violet lissa, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN papier janne le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIBUR paper bleu le paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRK paper pate brune le paquet
de 40 grammes
TABAC A PRISeR, Virginie haut goit, paper jau-
ne, le paquet de 100 grammes
POUDRE SUPERIEURE, paper bleu le paquet de
100 grammes
POUDRE ORDINAIRE, paper brun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MAcHUR roles Menus fil6s le paquet de
100 grammes


GOURDES


1.25

0.90
0.70

0.70

0.75

0.60

1.50

1.50

1.20

1.50


Cigarettes


GOU RDLCS


NImAS Is paquet do 20
do Ise paquet do 10
CHuassma le paquet de 20
HOmoRnoIsm en levant supdrieur Le Bondon do
20 cigarettes
do on caporal supdrieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland le paquet de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ELEGANTzS en Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal superieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Rondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FAANQAISas on caporal suparieur paper rose le
o npaquet de 20
do en Maryland papier jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
RouL3so en Maryland et caporal supdrieur le
portefeuilles de 20
do en caporal doux la bottle do 10
do on caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la bolte do 10


XL.A'm..Got msp6cial,


LA. MIAICSO Nj


NICOLAS CORDASCO

157, rue R6publicaine, 157.
A su conqudrir en peu de temps la prem.bre place tant A Port-au-Prince que
dans la Province.
Le veritable success don't elle jouit est do au choix incomparable de ses mo-
dbles sur formes francaises et am6tric-ines d'une 61gance irr6prochable et
r6pondant A tous les caprices du bon goit.
Tous ses modules existent en magasin en to'ites pointures et largsurs lui
permettent de chausser tous les pieds, meme les plus difficiles; et la modi-
cite de ses prix est accessible A toutes les b6urses.
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas A se chausser dans le maga-
sin seront satisfaites dans les 24 heures par un article faith sur measures.
N B.- La maison peut chausser; sans prendre des measures, les personnel qui
Sne peuvent s'y rendre.
Il suffit de lui envoyer une chaussure allant bien' ou sinon lui signaler les
d6fauts.
Les chaussures n'allant pas bien seront remplac6es par d'autres, rectifi6es
d'aprbs les observations fournies. .
La faculty du retour est permise dans les 24 heures apres la livraison. Si
les chaussures ont 6td port6es on ne sont pas a l'6tat complete do neuf elles
seront rigoureusement refuses.
La mason d6fie touted concurrence, et envote franco eon pro-
vince.
AVIS.- La maison a nouvellement recu un assortment incomparable do
peau: veau verni, vache vernie, viche noire, veau satind, kangaroo, chevreaux
glac6s noirs, jaunes, champagnes, rouges, etc,etc.
Vente en gros et en details
Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sortes de tournitures
pour cordonnerie A des prix excessivement r6duits.
Ces prix exceptionnels ne soont obtenus que parce que la mason no fait
plus ses affaires qua directemJrt avec les fabriques de peaux et de fourni-
tores, des Etats-Unis tells: que tirants, ceillets, lacets, clous, 6laatiques, fil
pour machines at pour cordonniers.


1.20
0.00
0.90
1.90
085
0.85
0.65
0.05
0.70
0.70
000
0.00
0.00
0.45
075
0.40


J. LAVILLE.


M' C. L. Verret
Tailleur-Marohand
Donne avis & sa bienveillante clients
tWle que sa mason No'7, Rue Traver-
sibre est toujours bien pourvue d'une
vari6t6 d'6toffes de la haute sou-
veaut6 parisionae.
QuALrrt Supwatnmu. Cou esi uLim
TRAVAIL soioex. EKAcuToi Pmouim .
Prix irs rddeus I


Voulez-vous Wtre mieux chausa6 ...
II est trbs rare de trouver dans une
meme confection I'El6gance et la so-
lidit6
MM. VITIELLO fr6res,
les sp6cialistes en chaussures pour
hommes, formes franchises et am6ri
caines, ont I'honneur d'annoncer &
leur nombreuse clientele qu'ils vien-
nent de recevoir de nouvelles former
o Du Dernier Cri Parisiena du v6-
ritable Modern Style.
Les Chaussures soot reconnues in-
comparables par la Commoditd de
leurs formes et par leur Solidit6 joint
& un travail entierement flni.
La Maison possade en ddp6t des
mat6riaux de premier choix prove-
nant des meilleures fabriques des
Etats-Unis et de France.
Ohevreau (verni, Extra-Qualitd,
el meilleure marque.
Peau jeaune de toutes nuances,
veritable Cuir de Russie.
La Quality des fournitures emplo-
ydes dans les souliers et lea soins
apport6s dans Ia confection nous per-
mettent de les garantir come les
plus solides et les plus durables.
Stock de Chaussures fines pour la
vented en gros et detail.
Assortment complete de cirages et
lacets de toutes nuances.
Prix fixe mais mod6rd.
Adresse : VITIELLO fr6r
145, Grand'Rue, faoe ea doe la Poe


le iangez plus de pain!
8'll n'estfaitavec la "Pilllbury's
Best."
La meillieure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus l ger.
Pour tous renseignements m'a.
drfser A:
Ernest Castera
repr6snQtant de la PILLSBURYT' WAso.
BURN FLOUR MILS Go MiUM"PwoU8
BILl


NESTOR FELIU
L excellent tailleur avantageosemem1
connu de touted la R6publique vineat
de rouvuir son atelier Rue FProu,
( Rue des Miracles ) No 61,
Sa nombreuse clientele trouven
comma toujours touts satisfaction
our lea travaux qui lui serovt coa.

LA


Cordonnerie
0


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa noinbreuse c'ientele qu'ei.
le vient de recevoir. par dernierba.
teau, une forte quantity de maichan.
dises et de fournitures de touted fral*
cheur et de toute beauty, impordes
de France, d Al'.lmagne et des Etats.
Unis.
Le public 616gant, curieux do M
bien chausser, y trouvera les pea=
les plus solides et aux nuances 1e
plus varies les forms les plus bell
et los plus approprides.
On n'a qu'A venir chez G.B I I-TOIA
pour 6tre assure d'etre chauss saui-
vant les meilleures lois du confort a
do la mode. Sp6cialit&s pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fournitore
et mat4riaux divers pour cordons&
rie. On trouvei a tout ce qu'il faut, asu
prix les plus moderns, A
LA CORDONNERIR NOUVELLE
143,GRAND'RUE 143,


A L'tLEGANCE
QORDONNERIE.
ME. S E3BX=X
41, Rue des Fronts-Forts.
CBAUB8URNB SN D&POT,IOUU LXA "VI
Promptitude et soin aux commhl-
des tant ici qu'en province.
Chaussures do Dame form* et trU
vail toujours tout ces u'il y a do pIl
nouveaux.
Formes amdricaino et francalse pl
Messieurs ; 616gante et commode
Pour lem enfanta le plusA False.
Travail solid ex6out6 avl
den peaux do preii6re xnarq2
Assuranee de grand rabuis.
PAteo, Cirages et Liqu4de


Francisco DESUSE
Pabrloant de chaussures
La Manufacture a touJours so dd
ua grand stock pour la vents 4
gro t et n d6taff, de chaussures
tons genres pour
Hous Fammu EmirAs
LAs cornm-A^e des commeor
de l'int6riour pourront Wtre "ez
dana Une somaine pen prbs.
3., Rue doe Fronts-Forts, 23
roaR-AOg-PInCs ( saS )


GOU AOrEABL.M -- CONSEZJRVATION PAZVlARATZ
TOUX RHUMES, BRONCHITES, ENROUEMENTS
INFLUENZA, AFFECTIONS DES POUMONS
Rue R6publlcalne. n* 121. PORT-AU-PRINCE. H '4ITI. ET L.r4 PHOVINC(s.


I ~ i