<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00820
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 10, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00820

Full Text


Trolai6me Ann6e, No 837 Port-au-Prince, Hatti Lundt, 10 Janvier 1910.



AMONUEMENNT8 LE NUMERO 15 CENTIMES
Uo Mole... G. 2.00
Port-au-Prince .00
Tnois Mois... 5 00 Le m iH ion ti, ,
DWpartements UN Mois .,. G. 2.20 I< nfl"s
Taois Mots .. 6.00 REDACTIO"[N-.ADMINISTRATIO.N
Etranger. mois Mots 8.00 4 IRU HRtX, 1j.


G16mont-Magloire Arthur Isidore
DIRmTrUR-FONDATIUR ADMINISTRATEU
OUOTIDIEN


S* unionn s'embarquait sur le navire fran.- treat les envieux, ce" complIent ad-
E"ai sur Thomas Madou gals a Le Nouvel Eugne Mio or Poru- Cossaire do tout sue 's ".
an-Piince o6 il art iva le "i Juillet sui- Ea 18S3, en plein proviso're, toit on
vant. Dix jours apr6s, I'heure. x jeoune conUervant sa charge da co'aire, it est
L'Homm ett l'ruvre homme avait trouv6 un emplji.e nomed profeiseur d'histoire et de gdo-
Saom e e 1 t vDre Du 15 Juillet 1835 A la fin de 181, graphie au Lycee nalioual d, Port-au-
dcrit-il, j'ai trav.ill6 assez regulir.'- Prince alors dirigd p r Eug.ae S^guy
m nt dans Its bureaux do g6ndral In- Villevaleix, Lncien 61ve deo 'Eole Nor-
ginac, tecr6taire-gdndral. Je fis mtcme mala sup6tieure de Fiance.
des tourn6ts avec Ii dins 1'Arrondis. Thomas Madioj etait A peine rom-
Nout avons va prbcddemment que la Rennet. Immi iatement aprs, Mon- segment do LAogane. Madame Inginac, m6 professeur qu'il fat charge d'tine
m6re de Taoonas Maliou, se osentant sieur Joseph Baillergeau, don't it a de I'Ar(ibonite, dtait une demoiselle mission iolitique :"Au milieu dad 18&I,
mourir et connaissaut la turbulence de rl4 ave: reconnaissance I'envoya Morisseau. J Lfi ais surtout la corres- dit il, je fus envoyS aux C yes on qua-
son fils, avait exig6 da son m:r q i P.ri. C'tait, dit-il, un home pondance 6trang6re do -'iral Ing[- lit6 doe secr6taiie ii general Solages,
exp6diat Ie petit on Franci, tant elie .'une hiute respectability, (.ji m'a nac." ck de 1'expddition tiiigoe coutre les
red.utait pour celui-ci leos mauva;s proligu6 toutes leas attentions dun Ctte occupation n'emplissant p- Piquets oa evoltIs de larrondi sement
traitements d'une belle-me e. 0i siit ptre et don't je garde eI meailur sou- son activity, i employ ses lot its de des Cayes. Je suis revnu au I'or'-u-
qie M. Midiou p6re danaa pleiie sa- v, nir." I noas apprend, en oetre ce-1833 A 18.39 anude tu it so m1i-, A Priuce ap t) le t Cucrdat fait (tre le
tisfation A sa femme et que celle ci ci : Moo pre envoyait chaque annie composer la plus grande pirtie di son de r l-
mourut pea de jours aprts le depart A mon correspondent une quantity de H Histoire d'Haiti .. Pond*int cette p6- ts, MM S lomoa..
do Thomas MAdio1, qui enfint, no fut nriode, il habitat sous le toit p*ternel Pendant trois ans, il ~, al pliqua
paMs se'enoenta brigand u mais ntait card qui p yait largement ma pension sans qu'il edt K jamais A so plaindre exercer les d-.voirs de s c-sh uc ,u s con-
particulibrement d'ane extair3 mse..i- et mes autres ddpenses." C'6tait le Lon serieusement de st ball -mare. sarant le temps qu'il tv.ait d., tibra A
bilit6d. e L'ann'e 18 9 eat d'une graude impo:- sea trvaux lust r.iues. 1) s enlatts lui
A la mort de moa june fire, A Paris, Thimas MAdiou demeura tance dans la vie de Thomas Madiou. Mtai nt nes: Charits, le 26; dctuiitbre
6crit-il, j avais huit ans. Ma dole j' d'abord rue de I Ecole de MAdecine, 11 avdit vir g:-cinq anp, la Iartie e seL- 18W0; Clahe, 1iI ti idvri r 181t ;Louce,
ttit te'le pae je me prtcipitai dins iuts place de lOddon a lH6tel Cor- tielle de son Histoire 6tait ecrite et i I 2 avril 18i5 ; A touette, le7 octobre
la fosse, m 6tend.s aur so i cercueil et neille, il y mena pendant dix-huit rnois, venait d'd:re commissionn4 no'aire par 8't77-. Peu do t( i ts ap s ia naaIsaIce
denardii avec instant. s qi'on tl'en- ( d'Octobre 1833 A Avril 1833 ) li vie le Prdsidjnt Boyer caprbs a oir 6t6 exa- de oa til e Claire, at jojil hui Mmne Tt'a-
sevelit avec lui." intellctuelle exqui e de l'6tudiint la- mine par une commiz-sion do notbires cy ILboul, 1'to01 .s M lllou eut IA dou-
Ce trait esat retenir et explique la bnrieux q'ii n'ayant pas a se prdoccu- que pr6s dait Mr Mesmin Vi'levaleix, iut da voir mouticr son alu6, tCharles,
faculty maitresse du future historie'i, per d'examrns a subir, pout s- livrer a' alord notaire do gouvern in int et ,e- le ) mars 1 8'i.
laquelle sera one grande puissance ,I 3 on gr6 aux lectures les plus diverse cr6t ire rartliul-er du President d llii- Eu Juin, 1 17, it fat nuirm6 direc-
sentir ; g,'Ae A ce don q.e complete- et *le plus nourrissantes solon qu'il ti a Enfin use mission q.A'il remp'it A tear du LyAde ntio at en remplace-
ri I'art de la conposi'ion, it saura fire eOt poussd par sa curiosity sans cease J rmie an quilitd de seci6taire d.astna- meant dE'gg6ne S g ,y Vilkvlleix qai
revivre dansdeorayo-.aenents d'dcliirs vdwill e sous l'actioa des co irs publics, tear Carles 1 zelais lors di la na s- avait 6tA appJl a a iatrge de seerA'-
tout un pass pique. des m-aste, des th e'res, des prome sance de I'opposition en cette vll* 1, tane de la Lgation d'll it P ris.
nades. lai valut d'etre tout A f.it dans ls L'aina6e i8, 1i7 sIn tiaqe one date
VoilA Thomas Madio, l'Age de d x Si studieux que soit un j-uitn l i- bunes graces de ctl .i-;i. E le N lumiLeus dalns noire vie unationale.C'est
ano, on France! A pr. no jour d'en tien, il est do- momnats, A Pai i4, c. vembre 1839, it pousa maleanoiselle l'anue de la prdEidence ( claite ,le lti-
viro-i un mois A Pari, so.a correfpon- it 6prouve le besoin de voir des corn- Stella B zelais, I' int e des ,oi fill.t ch6 et cs'et c ll ou (fi publi l) omenae
dant et parent J.seph B.illergeau iiche patriot-s. II stmb'e qu'il y ait IA une qi'eut 1 ,enaateur Chl res 1i z liis de pie'nir dd I'llist ire d'lLaiti de Th>-
banquier de Nintes, avec qui it avoit loi. Thomas MaliOl, commit tout a-- son premier mariage, en 1818, ; vec n as Madiou. Dl s hounic politiques
voyag4 do Poit-au-Prince au HAvie, 're, dot y pas-er. II s'sc'ou'u'na A vi- Marie-Louise 11.11 surnonmde Ci.Cs, t muniq Iables comma Jain Piul, A.-xis
t'emmena A Anger. oi it fut plac6 dins sier on ami de soi lhre, M. Pierre el.e-men tfille d'un officer at glais D .py, Larotlte', C4lig..y e: iHsaubruan
an pensionnat dirigi par no M. Le- Faubert. O. it se tiouaa qua M. P e-'re nommd II 11 qui i'eut de C)nsta. ce Ardoui:a ; !,:s ,i6kCoc a.s etrargers
sourd,puits au college r.yal come in Faubert 6tait le cor.e pondiot do trois Grtfind,eume GUtAheino'. lorn de la po comn.e S.w It, II -arn-,-,'Iv ed y s1.no-
terna. Le college royal d'Angers avaitl demoiselles aussi gracieuses qua j li-s session anglaise qui -se erziiaa en 17',8. ,;ent i lant large ilt a 1impres-
alors pour proviaur M. I'abbd R6- qui recevaient une education s ign6e Les doux autres tiles du slin teur ion de I'ouvr. g-.
gier qui fut plas tard archsviqua de chez lee dam )s Capleare, rue M,-.tai- Biz lai4, Ltnassa et A lid,, npon f. (Ce lpr mier volume, torn.irenant dix-
Eumbrai. Comme lenfant couiait sur ig *, No 7 : c'dlait mesdemoieles 'rent dans la suite, Latassa, Mr. 'tton sept livi e, p. rut vers la ftiu d, 147 a
ses onzes an, on so prDoccpa d'abarJ Stella, Lanassa et Ad Ada B z -lais, El.e et Aditla, M Daguesseau Le.pi- I imptinerie de Jh. (hurtois. L's deux
d, lui fair fire sa premiere commu- fi l-s de premier lit de M. la Swateur nasae. La deini-re est la m e notam- tremiers livrts son ui ape, ';ia vold'oi-
nion. Mais une dilticult6 surgit. Avail- Charles Baze'ais lui m me fils d g'- ment de M.L. E g6tne et Edmond Le.s- seau sur li .Ur o ite qi va di la d.lcou-
it 6t6 b ,ptisd? OAi, rdpondit le ndrbl Liurant B z I tis, on des fonda- p n sse ou de Lei ioass deot ii e el ie & 17. !9 )et les q i ze autres lives
jeune Thomas. O est ton acte de I teurs d, In 6pendance d'llai i. fn mule. embrassent les at n .- tle lute pour la
bapn ? -- Je no I'ai pas ave: moi Le jeine tuliant fit la connaiisislnc3 Six ans ap ~ la mort de sa premiere iteut6 de b9 A 17'.l ei oqte de la
Tl'6--Btien.-" Et on la bap'isa de i> )u- de cos demoise lies, il leur pat ut aima- femme, ea 18J1, le s6na'eur Chliales buer a du S.,A.
veau, le pr6tre, -nrivit-ii plus tAud, ble, lles lui parurent charmantes B- z hIs epousa m demosdl!e Azima Eu 1818, furent pub ib d4 e.x nou-
suppo ant dans son ignorance reliti- one surto it : S ells. II ter,ble qa'i' Boyer, tille du Pr6sideut Boyer. veaux it aIres dont1 Is truiiineo
v -n mt A Haiti, que les haitieons, p-r i'aimt tout de suite et qu'elle ne lui (s;"(t do cetlte union que nIqnit, .e s'.,re'e A 1808 --- Bien que 'ou'vrage
suite des disastres qui nous avai nt On voulIt pas. 24 mai 1833, Jean-heire Boyer B el i aI'it jusqu'en 18-7. L9 Ie ne o'e San-
sadpards de la France, pouvateat ne pas Lea demoiselles B,zolAis rentr6,ent- iui par son savor, ses taleuOt, son ljuque, le oi'ejojt uDar Ma liuu dans la
avoir de pretre Ja fus bapti6 a Sxit- elles m Port-o-au.Pince avant lui ? C'est inellugence, aes i lusoos, a or, s o le- upolitiq- e oat Gr ;uarld, et- de it ila
Maurice, CathAdrale d'Angers dont probable, car nolitre travaillenr fut pris molare ne de gloirh s lea plus puIeI plaihcatiou i-, la suit, de I distriie
l'EA oue etait alors Monseigueur Cli ir- soudin d'uoe vive aversa:ou pour P.,is do la natonalit hai inne. d Haiti, eti", io inc adde qui detroinit
les Mareau qui m'a admninistrh la con- at en m6me tenps d'une envie dmm'- Thomas Madiou ,t-it done Ion :le p r ses manuscn its, pj 're.a j tqu'a ms mort
li motion. J'eos pour par ain & Ang res, sure de revoir sa fam 1' 'et sa p tried alliance de B1 er B zsla O vyrr. ctte publica'i, n, b.en ,\ i\et\ eu icou-
Alexandre B3i I rgeau.mou cousin gir- Ea avril 1835, il se ren lit & Bo-deaux danas la suite, c. mn- n' I'oncle qui rage de rccrire toute la p rtie tdisa us
main et mon compatriot actualltment et se disposa A partir pour II i i sanl aptes ea crise de pto,;reasi- n, 6~ it de- dana les 11 mmeoe.
& Miragjaie et pour mura 11 M a- I'autorisatioa de son pere qui ter ait a veon an opporouniste r6eig ,d e le ne- i is tell qi'etile et a'ec s s tro's
demoiselle Addle Biill rg ian, s -ar de le laisier enc re deox ans A Paris. yes qui demeara toute sa vie un iAvolu- voltumes, I'.w vre fore un toutt da s
M Joseph Baillergeau 1, binquier... Le "A Bordeaux, dt Thomas Madiou, je tioanaire et un id6o'oae, s'ttendi-e t sa pleniuitle. Elli el. I r ct vivintect
Ucnd baptdnse a did le meilleur aliensn, fia la connaissance de M. Isaac LoJ- pu sur lea moyeas de faver la pauv e colored de notre eatr .- m trial, sir la
tant mieuc 1), car le P}re Gispard je.ture, files de Toassaint-Louvertur,, Haiti. sc6ne d*j monle et doimeure un monu-
ns'avait pas it ordonsd; cependanten et de ,a dime Made moiselle Chancy Mais pour le moment nou ac m ces m ntunique Il ealI parties lorieu e
1814, il detail le curd de Port-au-Prince. ni :e d, Tousra'nt Louvestur., faaile en 1839. Le jeane notaire est mari,, de not e p .-s6. E de puit ?oittite ant,
Thomas Madiou lit seas 6tudes au col- respectable et respert6e, qui me fit le h-ureus, il goe sa vie, oefute m.,in e d' uot'es w ,vres son.t- ,emnts asur6-
l1ge toyal d'Asgers jusqu'en rh6tori- mullear accueil. usane place dans le cabinet parlicultrde ncejt i'.c .ie, et l.a o-onplit memu*,
que; ap-e quoi son corre-pondant Pen plant lea quelquee jo ra que je B.yfr, et comme, t A poblier dana de ar e'empl, I'lItrcd acti.," aux E'tudl a
l'appela & Nantes dou il t'envoya A restal A B irdeaux, je lea vi asa*z fo-i- periodiqaus que q aes pages in6dites de sue ,'Hiieoire d Ile li toe I at-briu Ar-
Rennes fire sa ihilosophie. Le 29 O" vent; ilt avaient une pmsion di gou- ton Ilastobe, entr'asutres 1'liloud de la doouin, le chpite.- 0 igy nes hi.to *1* ,*
tobre 1833, le jeune home fuat F ei verseomen' frarlia." GC 6t-A Pl rrot. Le public ui lit oat de Pra.e, "" Ere r revoi'tiouna.ae 1t
bachelier 6 leottres par la Facol.4 de Enfia, le 4 mat 1835, Thomas Ma- coaqie. Avec la recommue, so moc- Bote 4tat sccial" de M.Aug.Magoire,-







mais no I'ont pas dclipse. Ce n'est pas,
je p. i-e, ia miserable politique de
DOS cihlfs militaires--- politique don't Id
plus clair r6sultat est la corruption des
m(snrs c' la l's )rganisa'ion des insti-
tutions, (I i s, rdit c:.pabli de nout faire
oublier c* que nous l %vos au premier
de nos grandls ti ivainss
I. y a des chl)scs qu'il faat dire et
apils les avoir dites, les r6p6ter : I His-
toire d'Haiti de I homas Madiou est sans
contest, le fait le plus consiilr:,ble
des atnales haitiennes dapuis ISO'k
FERNAND HIBBERT.
Errata. Lire A la '3c colonne de
la premiere page du present article : Tho-
mas MAdiou etait done le beau-frkre de Bo-
yer Bazelais etc., et plus loin, au lieu de
comment I once, lire comment le premier ;
et le nevu, lire le second.


a MMM8IM-M--MT8-


MUM SKIGNXMUN TS
M*TOROLOGIQ1E9S
Observaftoire
DU
SKUI1AIRE COLLEGE St-MARTIAL
DicHiF. 9 JAN.vIFR 1910


Baromiare a midi


764 /'8


Tenor6raturelminimum 19,8'
maximum 30,5
Moyenne diurne de la temperature 23,4
Cii un p(u nuageux depuis h. du
soir.L e baroinm re baisse.
I.- dameire de la Comete par:.i avoir
ai-.:mnnte depuis le 3. Voici sa position
.air-edi A 8 h. du soir.
Asension droi e i h. 53 m. Declinai-
;.u:, botiale IUO 24'. j. SrT RR

Bolte aux Lettres
tPort-au-Parce, le 10to Janvier 190o9-.
Au D.recteur du journal le MATIN.
E. V.
Mon cher cot frare,
1'ji I avec beaucoup d'int&it votre
a sr.F M AIL-i UINIT a de Samedi et j'en ftis
morn comp iment A Jean le Foret urr
Mus vtui Lz de ma puat, renscignei
exactement votre collabor.teur :
L impri'nerie de a Impartial inaugurie
sou; le vocable de a Saint-Jacques n'est
pas sons le patronage de Jacques itr,
ien que mon admiration pour le fondat, ur
de i Inddpendance soit assez grande pour
justifier ui pareil choix de m pait. Ces
meme pC Ut tre ce qui a intuit Jean ec
erreur.
L'imprimerie est sous le patronage de
Sain.t-Jacques le a/jeur... et pour c;u e.
Veuilitz je vous plie, le fair savoir i
Jean et 3 vos lec cu's; demandcz a vott
inotressant chroniqueur de re plus prdju-
ger de mes intentions ou de mes motifs e
recevez mes salutations confraternell.s.
P. FRIDIERIQUE.
av.
-le ne suis pas difficile rpor les rectifi
cations ; ce sont les nccessi-6s de metier e
j'y conforme volhntiers mon temperament
Le vocable Saint-Jacques n'est done pa
d'ordie patriotique come je le rensais
mail d'ordre religieux, mon excellent con
frere P F. Frederiqu. ayant des motif
suffisants pour se mettre szus fe patronage
de Saint-Jaques le Majeur, le celeb e fifl
de ZEbedee.
Qui sait ? il y a peut acre A fuveter IA-
dessous. le vais me p'ongir dans les hihro
glyphes de l'h sto re sacrie pour ddme'e
ce point, et si mon 6tudition me sert, j'e
casserai un petit bout samedi au lectrur in
rigu6..
je flaire de la chuir fralche.
aJ. L. F.
4 k
Port-au-Pince, le g janvier 1910
Mr le Dirtect ur,
Je lis dans votre intercssant journal unt
letire de Mie XXX, A propos du a Brace
let. a Je treuve que les Villiers pour cir
geInilles, lekgantes avec tomtes les autre
qualities rdunies, ne sont pes le scules
les posseder Beaucoup de mes pareilles et


sont IA, et d'ailleurs on change absoloment,
la question Le Bacel e a exis i et exists ;
et nous savoas que I'aiane desVilliers. en
accordailles avec ce jeune franoais si char-
mant, ..v:'u elle-meme ne 'avoir pas porter
comme sa cade te.
VoilA tou'e la v.i.e. Et ne trouvez vous
pis que ce soil un tantinet ridicule de croi-
re qu, c'est too e une affAire de savoir
s'en ;ervir ?...
Nou. nous trouvons bien sans bra-
ce'et et nous n'en sommes pas moins ex-
quises.
Je compete. Mr le Directeur, sur votre
tolerance et la larger d'esprit qr.e vous
avez so montrer en tant de circonstances
ricentes, poor donner publicity A" cette pe-
tite l-ttre A propose de "' bagatelle ", et je
vous prie de croire que je stis et demeare
une de vos admiratrices caches.
RAYMONDS.
Cercle Bellevue
C'est un fait maintenant reconn : le
succes ne se lasse pas d'entourer too es les
fetes donnec dans les salons de l'origlnal
Cercle Be leva!, festivals qui y attarent
tou' ce qce Port-au-Prince compete de d s-
tinction et d'elegance.
La representation de samedi a fait valoir
une nouvelle fois I'excellence des procedes
d'organisation du Cerc'e; une affluence oh
se remarquaient les invites habituels de nos
reunions mondamies a admire les superbes
vues offertes par la Compagnie Boyer
Guiol, des Etats-Unis.
La fte prit fi a vers i heures et demie,
liissant I'excellente impression de ces soi-
r&; de plaisirs delicats oh l'on se croit
trWs lo!n, dans que'que ville de lute et de
civilisation paifaite.
Fun6railles
Samedi ont ru lieu les funrailles du
regreite EMILE MALVAL, on des homes
les p'us mcdtstes et des plus saimables de
no're generation. Profeseuar A l'Ecole de
D oit, il fit valoir ses qualities rdelles en
des c( u-s bien prdparas o6 l'on voysit la
marqce d'une Etude consciencieuse et ap-
profondie der tex:es.
An cimetiere, M: Rod. Barr.u retreca
ci terms exacts la course vie do defunt.
A sa j aue veuve et aut autres membres
de la f.mille nous presentons nos smncares
et sympa'hiques condoleances.
Arrivees et D6parts
Le Pi ins Maurits est entree hier martin
avcc les passagers suivants venant de :
NLW-YORK.- Chos Vindson, Alexan-
dre Handsion.
ST-MARc.- Mile Ho ia enfants et ser-
vante, Yvonne Martelly, Leon Devot,
r Lona Destirobles, Hetbert St F!eur, Clo-
vis P e-re, Ang6le Germain, AndrE Da -
bourg. Frarc Barthol.
PerTT G-A\Es.-- Mmie J. L Dapoux. Mr
et Mane Mirg o-, Mme Hippoli-e Gui!-
beau,Ml e For.une Guilbeau, Mr Allgroni,
I Jer6ae, A. Kistan et enfant. Regina
WVenhwarth, L D.:lbe u, F. Bomb ce,
e SamuA: Pierre, Jules Aziet, A. M.rielly.
I. Bigord, Mme Mtthiea, R. Pere Lebel-
lais, Mile Lumdna, Sceur Malie St Vicent.
II est reparti dins la soird avec les pas-
sagers suivant pcur :
Jacmel : Fred E ie.
" Cayes: MI'e Marie Bjion, Mrs J. ler-
Sger, R R. Ewald, J. Ewald, V, Riuzier,
B Da bouse, Scrur Mar'e, Em. Benott,
s Prce Bellec, Pkre S berie, Iphran, P. Gill-
' les, Scear Staniselas, Mr M Samuel Mae
- Vve Smith.
S iJdrlmie r Mrs Elouard Gily, P. Foucan,
e B ice Titus.
Le steamer a Allhghany a est part sa-
- medi avec les pasagers snui'aits pour :
S Miragoane : Mr T. Goupo.
, Petit-Gewve : M- D. Bombace, F. Ch6-
n riez, Mr et Mae A. Benoit,. A. !Tfontant.
R st entrd aussi le Qudbec venant de :
BoBIW AU:.- Mr DesirE, Marie J. R.
Talamas, Issa Allfe. Kalmeck, Salet, Mile
Mir'c, Azize Gedella, Azaf, Marion, La-
arJe Adrien, Frre Asinois, Gi bert,
ierre Augu;tin, Mr iet Mmine De Floris el
2 til'es.
B BAs.E-TERRE.- Ml!e Pazzi Appolini.
- ST-JEAN.- Ed. Lutz, Louis Muhey.
e PORTo-PLATA Vicin e Mai, Maria Sal-
s le et 2 enfants, Artus Rodriguez, Rosa
I Cruz, A. Hanging, A. Ricting, Andre.
n Herrera, Eulogis Fernandez.


CAP-HAITIEN.- Mr et Mme L. Hyson,
Celitit Hyson Mr et Mme J- Martinez et
enfnt, Mine Chry Tessier, P. Girdiner,
Olivina St-Aude, Estrade, Mile Carmelie
Toussaint, Mr Montasse Colas, S. Papil
Ion, Oato Schutt, Mile Migiy, John Lurs-
chu, C. Beliard, Soear Jeanne, Joseph Le-
roy, Louise Lantine, E'e3nor Salnave,
Mine Vve Altieri et enfant. Leo de Cata-
log e, Alphonse Pouget, Mme Ed. Etien-
ne, Telimaque Amici, Alexandre Berna-
din, Abraham, Askar, Bernadini Vasquez,
Hipolit Vasquez, Pascal Carduci, Pierre
Arth magene, Adhimar Agaste, Man-
rase, Mdvazir, Leacot Elie, Deputd St Ju-
lien Sanoa.
Elteoions communales
C'est aujourd'hui que commencent les
elections.
Voici les noms des ji citoyens qui as-
pi:eat A etre con:ei'lers co--nIaeuz:
Jh. Eugene Paul, Nodmana St Rome,
Dr St Leger Perrier, Claudiut Gamthier.
Charles Millery, Plaisimon Pierre-Pierre,
H>raiij Volcy, Eunane Roy, Theaga e
Bri"son, Thomas Pnce, Archibald Lo-
chard, Annalysse Molihre. Henry Am-
blard, Joseph Verrollot. Dr Gas on Da-
lencoar, Cadestin Robert, Etienne Ma
thon. D D. Des'ouches, Charles Ger-
main, L- u-o-e Nau, Florian Alfred, Cons-
tantin Vieux, Fraevois Jn-Charles, C-i-
nat Fouchard, W. J. Vital, B&nito Sy:-
vain, Antoine Laforest, Nevers Constant,
J. Duclervil, Charles Bouch:reau. V.uge-
las Pierre-Noel, Charles A'phWe Alphonse,
Louis Ethiart, Octavius Myail, Argaste
D. Archer, Hermann Heresux, Hector
Desgraves, Justin Barrau, Dr Belfond,
Dr Dachene Ambroise, Abel Daumec.
Amilcar Duval, Th. Dossoos. Fernand
Rivi6re, Ballegarde Fourre.u, Emmanuel
Domirgue, S mon Vikux, Alc'dama Du-
roseau, Ldon Mathon, Josui Blain.
4 disirent dtre Magistrat Communil :
Jh Eugene Paul, Charles Germain, Dr
D. Ambroise, Alphde A'phonse.
Triblune du a Ma'in a
Pt SSON D'AVRIL
Samedi, ap-i la publication de ma der-
niere lettre, j'ai ecrit A Arthur B3ncefil :
Monsi.ur,
Nc us devons irrevocab!ement vider notre
diff6rend au Pont-Rooge domain martin au
lever du soleil. J'aurai le temps d 6tre sur
le terrain o6 je vous attendrai avec l cars-
bine au roint.
Votre adroit serviteur,
D. F. BERNARD.


C'est Ia no'e comique, ct, anuss, ho-.
tease pour nousau regard dWe strangerr
tor ours p at A nous accabler de sarcasmes
immiridEs
Ou la note devient moins gale poor ces
gardes-nationaux improvis6s, c'est quand,
ayant maoque A oue de ces fastidicuses re-
vues,ils sont poorchassis, apprdhendds au
corps, depos6s en prison, d'o" ils ne pour-
ront sortir qu'aprfs avoir pay uone amende
de cinq goorder,pluscinquante centimes au
g. 6ier.
C'est ainsi que cela se pratique A Jacmel,
d'apes lei informations certames qua nous
sont transmises.
II y a IA une illigalite flagrant, u11
abus criant. Nul ne peut frapper quelqu'un
d'amende, si cette amende n'est pas Eta-
b'ie par la loi. Autrement on se rend cou-
pable du ctime de concoss:on.
Eh bien, dans 1'es 6ce, comme on di-
rait au Palais, il n'y a pas autre chose.
La Iloi do 15 Septembre 1870 sur la
Iarde national prevoyait en son article 9
es amendes centre les citoyens aptes au
service de la garde national qui ne se
presenteraient pas aux revues mensuelles ;
mais ure loi du 13 Sep'embre 19o6, est
venue abolir ces amendes, pour ne laisser
subsis'er que la peine de 1'emprisonne-
ment contre cen qui au-ont manqu ai une
ou deux revues ; et, cho.e A noter, 'an
des considdrants de la loi de I 0o6 dit que
l'abolidion de ces amendes est prononc6e
dans le but de prot/ger les cultia'eaurs
coutre les exactions don't il etaient victi-
mes de cc ch.f. ( V.ir Annuaire de E. M;-
thon,-- 1909. )
VoilA qui est clair Pourqioi doac A
Jacmel a-t-on rdtabli les amendes contre
les g ,rde-natiooaux de inquants, an mepris
de la loi du 13 Feptembre 19o6.
Nous esperons que Mr !e Ministre de
I'Iit&rieur intimera A se. subordonnes l'or-
dre de respecter ccet e loi, faite surtout
prur proteger le malheureux cultivateur.
E ce sera justice I...
ROD. ALEXANDRE,
Fiar Qailles
Nou; avons recu le faire-part des fian-
q*ille; de Mile LAURE BARTIIE, fille du
sympathique b n uier Achille Birthe avec
M.ERnST LEMER de la mtison Keitel & Cie.

Ch ngement d'adresse
Dr Lissade
127. RU DU CENTREi, 127.

t6tel Bellevue-
Le mieux situd, l plus con-


Il m'a repondu : C'est tris bien, de bon- fortable.- Champ-de-Mars.-
ne heu'e. Cu sine renommde.- Vue Bur la mer.
En effet, dUs cinq heures do mating, -
j'Etais dejA sur lei lieax ou je l'ai meme
trop attend et, quand ie mn: voyais 11 co 1 mIl
me un suspect braconnier surprise par le ill l
jour, j'ai da prendre conge de cet endroit
c1lebre sans avoir m6me ape-'ia 1'omb:re
d'Arthur Bonnefil. L'Annexe arrivera aujourd'hui A mi.
It I'a echappe belle le lAcbe. di ou demaii martin. II part ra ce
Je m'en appelle au temoignage des sieurs sor0 on remain soir. La visit de l'es-
Casilme Daguis, Francois Carri et Heurte- cale de Jr4a6nie sera fixde A l'a iv" e
Ion Arnoux qui m'ont vu au Pont-Rouge di paquebot.
et m'ont parlE ; je m'en appelle aussi t Port-au-Prince, le 10 janvier 1910.
Mr G.orges Trabaul chez qui j'avais laisse L'Agent, E. ROBELIN.
mes armes en retournant.
Je suis MARTEL, poldmiste qui a dijt i
b'is6 bien des ttes et qui accepted, d'avance
tous les duels tant par a p'ume qu'aua q lu lI U(1 i) U 1 Gl111
Reming'on et meme A l'arme blanche. 26e RE PARTITION
D. F. BERNARD. Emprunts du Gouvernement ,l'Haiti
Objet pardu 6 o/o et 3 o/o
It a e6t perdu samedi soir, A la sortie de Conform6ment aux instructions du
t11 representation du Cercle-BeI'evue, un Secretaire d'Efat des Finances et do
porte-feuille en euir de Russie, rougettre Cmrnmerce,la Banque Nationale d Hai-
marque F. N. Unerecompense est promise ti a I'honneur d'informer les intres-
A la personnel qui la rapportera au Bureau s6s qu'ils peuvent, A partir de ce jour,
du journal. se presenter A ses guichets pour tou-
Un abus cher une vingt-sixi6me r6partition
( 20me ) sur lea emprunts suivants :
Jacmel, le 4 janvier 1910ro. Emprunt du Gouvernemert d Haiti
Depuis li tentative de reorganisa:ion de 1 ;o/o :
la Garde national, on a A Jacm-el comme Intdrts du ler Aofdt au 30 Septem-
un rudiment de cette miice, composee bre 1909. lo/o.
jusqu'ici de nos braves cultivateurs et des Emprunt du Gouvernement d'Haii
journaliers du bord-de-mer. 3 0/O :
Le zer Dimanche du rmis, on les voit Intdr6ts du ler Aodt au 30 Septem-
dEambuler par nos lues, sans ordre, sans bre 1909.- 12 040.
discipline, tell une cohu; ne rapFelant I Contre recu et sur presentation des
rien de militaire.-On dirait un troupeau ons.
de moutons I i D^.. .. n0._ ,-,__ ,A,.


*MEIIu W3 c, i JUUVeImma~.


-rli


-----I- '~






Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ

JAIME TESTAIR
Le cbapelier remarquable, avan
ta:usement connu,fait savoir au pu-
blc an general et & sa nombreuse
ileanthle qu'il vient do transf6rer sa
FABRIQUK DE CHlAPF/UX
(L'ANCIXNN MASON DU LOUVRE )
D LA PLAC Girn"RARD A LA
GRAND'RUE OU RIPUBLICAINE
No 149. In face de la Poste
Le novel 4tablissement est on-
vert sous Ie nom de la flour do
1'Am6rique
II promet soin et promptitude
comme toujours.

Av's important
En vertu de l'avis public dans les
journaux *,Le Matin*, Lq Nouvellis-
to a et Ie a Tt1lgraphe v relalif aux
reserves faites par ies quatre enfants
l6gitimes de Mine Vve Acoune, en
attendant Ie r6glement de la sncces-
sion de la Vve Dastin St-Louis, nrus
d6clarot.s d'ores et dtji que toutes
vents, versements et actes quelcon-
ques que les notaires pourraient pas-
ser au profit d'une tiarce partie, seront
nuls de plein droit. D3 plus les qua-
tre enfant3 d6clarent n'av ir point re-
cu les objets qui talentt so s scelles
ici, consistent en linga. argent, titres,
bijoux etc. Pour ce dernier cas sieles
agiront come la loi loi l'exige dans
'occurence.
Porf-au-Prince, 3 Janvir 1910.
ARTHUR BONNEFIL

PANAMAS!
Pour Hommes et pour Dames, chez
Melle. L6onide Solages, 22 Rue des
Fronts-Forts.


MAISON DR CONFIANCE
.148 GRAND'RUE
Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR st bien connu de aIs
R6publique, avise sea nombreux CLI-
TS qu'il vient de recevoir par lea
deri Steamers une Varl6t6 d'dtof-
f*t do : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote. Drap vert et bleu d'une
rdelle sup6riorit6.
COUPE IMODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDITY !
L'6tablissement se recommande aux
clients les plus ddlicats qui appr6-
cleot chaque jour davantage le mINI
'de son travail.
d Demand z chez Jo eph Sxin -C oud le
Resaorateur de la San 6 et des Cartes pos-
tales Il!ustr6es.


J. V. LEBLANC
188, GRAND RUE
Confection et reparation
SELLES of HARNAIS en toas genres


Les Cigares


3du
Centenaire


Se fument un peu partout dans la
R,6publique.
On Irs peut acheter :
PORT-AU-1'RINCE, 25 Rue des
Mirac'e%, 51 R e Roux.
A JACMEL,- Chez Hugo Jensen.
AUX CAYES.- Chez P. N. Neptone.
AUX GONAIVES,- Chez Montas.
A L'ANSE-b'lHAINAULT,- Chez Ar-
thur Drouin, Piard Youance.
DAME MARIE,- Chrz Vve Harmoni
Dtibre, Fernand(z et ailleura.
AUX BARADIRES, -- Chez C!odo-
mire ) f nin


ON AC H T CaEetie ,r AU LAP HAITIEN, --Chez Olivina
T et miae St-Aude.
Potion-Ville, usine cafe6ire. PETIT-GOAVE, Mr Robert War-
CIRE & MIEL ming'or.
& Port-au-Prince, 40, rue F6rou. GRAND-GOAVE, Mine N6oc!6s
S-- Billevue.
Avis PORT-DE-PAIX,- Marialle Auguste.
A SAINT-MARC . .
LA COMMISSION D'ORGANISATION D A JIRfE, D ns tons es coin de
LA PARTICIPATION DE LA RKPUBLIQUI A J RE WIE, Dins toun lee coins do
D'HAITI & 'ExposilnoN INTERNATIONA- a Ville.
LE DE BRUXELEIS La Fabriq-ie serait heureaue d'avoir
Ih vite les personnel, voulant fire fi. des agents dans lea localitds ou elle n'est
gurer leurs oeuvres, leurs travaux ou pas ertore repr4sentre.
feurs products A cette Etposition, A Toate recommendation avec s6rieuse
exp6dier au local de la Chambre de et bonne refrennce sra appr6cide.
Commerce de Port-au-Plince, rue des EUGENE PRIN,
Fronts Forts N 0 5, dans Ic courant Directeur.
du mois de janvier prochain, les ar-
ticles d6j& pr6pards aflo de prendre ..d. .pn
part & I'Exposition locale qui aura
lieu A Port-au-Prince vers le ler Fde-
vrier 1910, avant I'exp&dition a Bru- ~ AI. t
zelles. m


Tibbre Z6phirin Bell
Fabricant de chaussures
Rue Tiremasse, facade Nord de
la Place de la Croix-des-Bossales
SPICIALITI:
PANTOUFLES MULEP

D. Romulus
88, Grand'ruw, 38
Sirops supdrieurs, et de tres bon-
nes liqueurs,q,'i no le ctdent en rien
aux produiti exotiq-aes Rrnmontons-
nous par du bon rhum !Accourons tous
en fouled chez l'honn6te et conscien-,
cieux.
D. Romulus, Grand'rue, hallA N 0
38, non loin de la gare du Nord.I
Distillateur-liquoriste. Industriel, qui
a obtenu une M6daille d'argent A i'Ex-
oasition universelle de S'int Louis
(Etats-Unis d'Am6rique) en 1904, et
boe autre A l'exposition de Jameston,
pa 1907,


ROYAL Kola Champagne
Cette ddlicieise boiss3n, do,)t les qualitea toniques!et fortiflantes, la sa-
vour ex uites, le m)ie li x ag-dable oit coitribue A former i'incomparable
rafratchissem mt dji c!im its tropicaix, m4rite bieni sao titre a ROYAL a.
Agdnce G6n6rale et D6p6t:
AU MAGASIN DE LA MfiTROPOLE -


MASON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT


Vous le trotava~eZ sn oiatre chez:


Andr6 Faubert
Pharmacie Alex. Roberts
Madame E. DreyftIs
A I'Epicerie fI. Coivington


PORT-AU-PRINCE.


rue Roux A lE.picerie Nreotte G-and rue (en face
(do la station con'tale des pompiers.)
do A I Epicerio tC.Lundi rue des fronts-forts
rue Ferou au Magasin E. Dreyfus do


EN PROVINCE


F. Ch6riez
Mme G4rard


Petit-Goave.
Bartels Jrdmie.


J. R. Montasse


Gonaives


Laboratoire Sejourne


PREPARATION DE TOUTES AMPOULES Mi.DICAMENTEUSES
LIS9IES ET INJECTABLES.


STER I-


AmpOUles d'Eau de m6r Isotoniques solon Quinton.
L'eau de mer que nous employous a kt6 soigneusement captee au large.
an del doe l'lle de la GonAve. Nous faisons remarquer au Corps medical
l'observation judicieuse que font les laboratoires strangers :
a L'Eau de mer injectable doit Wtre de fabrication ricente pour avoir toutes ses pro-
pri6t6d thdrapeutiques. De nornbreuses attestations nous permettent de certifier que
mno prodnits ont donn6 tous les r6sultats esp irds. *
Sp6cialit : Serum nevrosth6nique:
Ce Sdrum regularise lea 6changu.s nutritifs, il a 6t employ avec suc-
bos dans la neurasth6nia, la tuberculose, etc.
Pour les emplovys SURTOUT de la P. C S. travaillant sur la ligne de Bi-
zoton- L6ogane.


N'ACHE TEZ PAS
Sans visiter

Lea dernii niferes rov utirue par MliMson

A l'Ange Gardion
9:, F-UE DT" RESERVOIR 98.
-* ^ f


A



A

N

G




L-a Maison ne venri que des arti, Ics de premiere qua-
litd et A des prix mod6r ts.
Pn y trouve -a: Ch ip .tux garnis po)r dames et
Wlilettes ; tpo'es ; For1 s .1-.in l I 't s ; (G iuts ; Fleurs;
Itb inb ; A-n iz) ie ; F'ani d- iPara lia ; I'in noi de coq ;
DI)e tells et t; iipare- ; I,'o le i 3 ; I s et (:htus.sttes ;
Souliers d 'tf nt. ; tss is po ir rob !s Arin:ae ; S irge
couleur ; TaTfftas ; Tilf Saln3 ; Stiiu Libe.rty ; Grenadi-
ne do aoie, etc.
Articles pour cadeaux: itronz,; Veil-
leus3s ; Pendulettes ; Albm-in pojr carts po ta es, etc.


Bel assortment de
JOUETS


Parfumnrie


mine ; C tcheinire ; S ditindo Cliiac ;e GcUULOi os nor-
tuvares.


G



A
R

D

I

E

N


A de MATTEIS & C"O

32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Mason Fondee en 1888
Bijouterie. Argenterie. Pa.fuamerie. Aitiles de luxe I our salon,
msalle manger, chambres. etc.-Miroirs et tab'.-ux ar i.,'iqua-s. S,rviettts
pour avocats. hommes d'aff tires, ministrms. Itb.lots 41eg.ints, delica!s et
rare. Articl-s de Bure;a. etc
Achat do vilI or. argent, diamant, Acaillo.
R6parations de Bijouterie. Les articles vendus ou riaat&ts or.t gtrai-
tis pour one p6riode d6termin6e.
MASON DE HAUTE CONFIANCE et de remier ordre.


_ I ___ ____ ___ __


`--- ------ -- ----- --~~. _r;.--- .. -. -s


I








AGENCE SPECIAL


de la Regie Franiaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du TARIF G6n6ral, -


Tabacs Scaferlati


GOURDES


Janvier


1910.


Cigarettes


GOURDES


Re mangez pills e painl
8'il n'estfaitaveo la "Pillsbury'I
Best."
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus l6ger.
Pour tous renseignements x'a.
dresser A :
Ernest Castera


rEVANT ZnifIKiUR (dit tabac d'Egypte) la Ioite de
'0 'rammes
L'VANT ORDINAIRE paper violet liss6, le paquet
do 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPonAi. SUPERIELR paper bleu le paquet de
50 grammes
CAImA,. ~oux paper vort le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL. ODINAInE paper pate brune le paquet
do 4.0 grammes


TABAC A P'.ISER, Virginie haut goCit,
ne, lo paquet de 100 grammes
POUDIE SU'PEIITEURE, paper bleu le
100 grammes


paper jan-

paquet de


POUDRE ORDIuAIRE, -papier brun, le paquet de 100
grammes


TAlAC MAIIE in roles Menus files
100 grammes


le paquet de


1.25

0.90
0.70

070

0.75

0.60

1.50

1.50

1.20

1.50


NINAS le paquet de 20
do Ie paquet de 10
CHASSEUR le paquet de 20
HONGROISES en levant superieur Le Bondon de
20 cigarettes
do en caporal supdrieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland le paquet de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ELEGANTES en Levant ordinaire le Bondon de 20


do en caporal supdrieur paper
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le
de 20
do en caporal ordinaire paper
Bondon de 20


rose, le
Bondon
bleu le


FiANCAISES en caporal superieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
RoULItBS en Maryland et caporal supdrieur le
por.efeuilles de 20
do en caporal doux la botte de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la botte de 10


1.20'
0.00
0.90
1.20
085
0.85
0.65
0.05
0.70
0.70
0.60
0.60
0.60
0.45
075
0.40
0.60
0.30


J. LAVILLE .


NICOLAS CORDASCO

157, rue Republicaine, 157.
A su conqu6rir en peu de temps la premiere place taut A Port-au-Prince que
dans la Province.
SI.c veritable succ;!s don't elle jouit est dC au choix incomparable de ses mo-
deles sur formes francaises et ainmricaines d'une 616gance irrdprochable et
r6pondant A tous les caprices du bon goat.
Tous ses modules existant en magasin en to'ltes pointure3 et largsurs lui
permettent de chausser tous les pieds, rnrme les plus difficiles; etla modi-
cite de ses prix est accessible A toutes .les bourses.
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas a so chausser dans le maga-
sin seront satisfaites dans les 2'i heures par un article fait sur measures.
N B.-- La maison peut chausser; sans prendre des measures, les personnel qui
ne peutvent s'y rendre.
II suffit do lui envoyer une chaussure allant bien' on sinon lui signaler les
d6fauts.
Les chaussures n'allant pas bien seront remplac6es par d'autres, rectifies
d'aprbs les observations fournies.
La faculty du retour est permise dana les 24 henres aprbs la livraison. Si
les chaussures ont 6td port6es ou ne sont pas l'6tat complete de neuf elles
seront rigoureusement refuses.
La maison d6fle toute concurrence, et envoie franco en pro-
vince.
AVIS.- La maison a nouvellement recu un assortment incomparable do
peau: veau verni, vAche vernie,vAche noire, veau satin, kangaroo, chevreaux
glaces noirs, jaunes, champagnes, rouges, etc,etc.


Vente


en gros et


en details


Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sortes de tournitures
pour cordonnerie A des prix excessivement rdduits.
Ces prix exceptionnels no sont obtenus que parce que la maison ne fait
plus ses aftaires que directement avec les fabriques de peaux et de fourni-
tures, des Etata-Unis telles: que tirants, ceillets, lacets, clous, 6lastiques, fll
pour machines et pour cordonniers.


M' C. L. Verret
Tailleur-Marohand
Donne avis & sa bienveillante clien-
tWle quo sa maison No:7, Rue Traver-
siTre eat toujours bien pourvue d'une
vari6t6 d'6toffes de Fa haute nou-
veaut6 parisionse.
QuALUTr SuPAm anMS. Coupsn Lie&wrs
TRAVAIL sOlNeI. EXICUTIOx PLOMPTE-
Pris irs rduits I


Voulez-vous etre mieux chauss ?...
II est tres rare de trouver dans une
mtme confection l'Elegance et la so-
liditd
MM. VITIELLO fr6res,
les spdcialistes en chaussures pour
liommes, formes fran;aises et amdri
caines, ont I'honneur d'annoncer &
leur nombreuse clientele qu'ils vien-
nent de recevoir de nouvelles formes
* Du Dernier Cri Parisien ., du vd-
ritable Modern Style.
Les Chaussures soont reconnues in-
comparables par la Commoditd de
leurs formes et par leur Solidit6 joint
& un travail entierement fini.
La Maison poss6de en ddp6t des
materiaux de premier choix prove-
nant des meilleures fabriques des
Etats-Unis et de France.
Ohevreau [verni, Extra-Qualitd,
el meilleure marque.
Peau jeaune de toutes nuances,
veritable Cuir de Russie.
La Quality des fournitures emplo-
yees dans les souliers et les soins
apportds dans la confection nous per-
mettent de les garantir come les
plus solides et les plus durables.
Stock de Chaussures fines pour la
vente en gros et detail.
Assortiment complete do cirages et
lacets de toutes nuances.
Prix fixe mais modern.
Adresse : VITIELLO fr6res
.145, Grand'Rue, face on do la Poste


reprdsentant de la
BURM FLOUR MILt
DI Ls


PILLSDUiIY'k WAI.
Co MIdimpiAPOw


m


NESTOR FELIU
L excellent tailleur avantageusemea|
connu de touted la Rdpublique viet
de rouvrir son atelier Rue Fdrou,
( Rue des Miracls ) No 61,
Sa nombrouse clientele trouver
come toujours touts satisfaction
Sour lea travaux qui lui sercet coin
*,.


LA


Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOI
(GRAND'RUE 143.


Avise sa nor:Abreuse c'ient .-t qu'el-
le vient de recevoir, par deiriierba.
teau, une forte quantity de n. ichaa-
dises et de fournitures de tou.te fra(l
cheur et de toute beauty, imprort6d
de France, d'Allomagne et d..- Etats,
Unis.
Le public el6gant, curieu< do
bien chausser, y trouveta t- pea
les plus solides et aux nuances I*
plus varies les forces les plus bells
et les plus appropriMes.
On n'a qu'a venir chez G.B \ ITOU
pour etre assure d'Mtie chaus 6 sui
vant les meilleures lois du comfort 0
de la mode. Spdcialites pour dame
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fouiitarAt
et matdriaux divers pour coOloona
rie. On trouvera tout ce qu'il fut, ai
prix les plus moddrds, A
LA CORDONNKRIE NOUVE; L
143,GRAND'RUE 143,


A L'tLIGANCE
QORDONNERIE.

42, Rue des Fronts-Forts.
CRAUssuRBS 3M D*P6T,POUR LA 7TI
Promptitude at soin aux c.rjm M
des taut ici qu'en province.
Chaussures do Dame fcrms at
vail toujours tout es qu'll y a @e plI
nouveaux.
Former am6ricaine et franualse PO
Messieurs ; 616gants eot coinmod
Pour les infants Is plus& 1'also.
Travail solide execute a
des peaux de proemi6re mara
Assuranse do grand rabais.
PAtes, lCrages et Liqu d&-


Francisco DESUSE

Fabrioant de ohaussvreS

La Manufacture a toujours a d4I
an grand stock pour la vesta
ffosB t on detail, do chaussurv
toaus genres pour
EoMMs. FauMzx, EirAwTs j
Los commands des commerce
de l'int6rieur pourront 6tre '"ex4c
dans une somaine a peu prBs.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
P*ORT-AW-PMC ( aIwn )


- -. ~- ---- --~-- ~-


__


!


1L'~geMt speeiap