<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00813
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 31, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00813

Full Text


t AjoW* 830


Pdrt--il-Prrnl* Fla"tti


Vendredi, 31 D6oembre 1909.


AUOUUEUENTS


Pot au-Prince


Uw Mos.. 2.00
Taois Mois... 1 5 00
UN Mois .,. G. 2.20
Taois Mois. 6.00 '
rois Mos 8.00


C2


~al~met-Eagoiro
DINWCTKUR-FoNDATzuR


OUOTIDIEN


* *m


LENUM9RO 15 CENTIMES

Lee manumerit-; insArt- on n >n n )nron
Ajj i-nifIns
REDACTION-ADMINISTRATION
45, rE ROUIl, 45.


Arthur Isidore


ADMINISTR ATEU


1" JAN VIER 1910


b6rale Constitution de I's;:, qu'il d
vait contribuer & laborer, et ii app
lait la Constituante uro assemble '9
fa*tianv an'il Ae ronnosit d

--W. UA .- U 11 N LflLL .i g oo
dre." Ce qu"il lit d'ailleurs.

C'eat a la sympathie et aux encoura- pris et burind dans lear language ma- Certains mandataires de la nati<
gements de nos bienveillants lectears, jestueux de concision. En elioet, uvo qui s'dtaient signals par une oppose
- au d6vonement et a la competence loi est toujours ou le plus souvent, un tion systin itiqae violent centre B(
do nos collaborateurs,-- notre endu- ensemble de prdceptes imposant des yer donnerent le triste tableau de cha
rance dans la lutte quo nous devons obligations. Oavrez on code, feuilletez gements ecapurants : eux qui ,lisaie
do pouvoir, an seuil de cette ann6e un recueil de lois, la majoure parties ,avoir en lharreur les epaulettes, s'e
nouvelle, lancer a tons le loyal salut se compose de contraintes mutuelles : allublorent avec parade.
da Matin affirmant sa vitality puissan- restrictions pour -l'autoritd executive, Los finances que Boyer avait laiss6e
te, A A'omb:e da beau programme de restrictions A la libre pratique d6sor- dans un 6tat sa:isfai. a;nt firent vite d
liberty pour tons proclamd par S. Ez. donn6e de Ia liberty des ciloyens, labr6es.
le President de Ia R6publique. restrictions sans lesquelles le libre jeu Enlin, au lieu de mari,,r de l'avan
II noas est agrdable de souhaiter des do la liberty collective n'aurait pas comme on 1'.tvait promise, le pays retire
jours hoereux & tous ceux qui nosne ont d'harmonie et donnerait lieu a des grada A tous les points .le vue: mora
soutenus aux heures difficiles que nous choes continues. Exemples : les lois matAriel et -ial...
avons pa tr.v.r.er courageusement ; 6lectorales, lea lois commercials, les 0 lhb:rtl que de crimes on comm
A tous lei amis at a tous lee inconnus lois sanitaires. en ton nom !...
qui so sont mis de notre c6td, nous MIme an point de vue inlividuel, Done, les revolutionnaires de Pras
apportant le tAmoignage r6confortant ces veritds persistent. Dans le language lin out fait moatre (d'Iie in apacitl .t
de lear estims et protestant centre les usuel, lorsque nous voulons caractdri- ministrative notoire, tangible, mniiUl-
fantaisies do nos adversaires d'alors. ser un home de bien, un home de te, et se sont montres intdrieurs, pi6
Cotte dpoque parait aujourd'hoi fort principles, nous I'appelons home du trement infbrieurs a lloyer. La cho.-
lointaine, le temps ayant rain certai- devoir. est ddjL prouv6e, mathematiquemenl
nfs esp6rances tandis qu'il r6tablissait Au point de vue sociologique, un on pourrait dire. Le pasteur mission
i'dqalthbre entire des forces assagies people, un jeune people surtout doit nasre M. B. l ird, qui avait connu 1
d'un c6td et difinltivement orientees plut6t s'appliquer Aremplir, a ex6cu'er temps de Bayer et don't 1 honorabilitb
de l'autre sans s'stre cependant en- sea devoirs qu'A ruclamer violemmentia ce point do vue, no pout 6le sutpe\
teadues, a la grand joie des observa- et partois sans raison,ses droits pr6ten- tMe, a fiit cei rtlexions : a 11 eut dt
teaurs conscienta qai redontent les a!- dus l6ss. heureux pour Haiti si ks naux qui
Itances suslectes. Mais I'apaisement Et c'est pour avoir voulu, ti tout ibout Boyer craignait cussent 6t6 evitts pa
eat venn et c'est co que chacun sem- de champ, rdclamer intempestivement seos successeurs, et s'ils avaient fait 1e
blait ddsirer. leurs droits soi-disant inviolables., im- bien qu'ils accusaient Hliytr d'avoi
A S. E. eto Prdsideat Simon don't le prescriptib'es, tout en re s'astreignant manqud do faire Ceux qui avaien
lib6ralisme s'aflirme chaque jour, nous pas, au pr6alable, A exicuter leurs de- pr6pard ce movement n' talent pas
sonhaitons la meme clairvoyance et la voirs les plus 616mentaires, les plus sa- suflisamment avanc6s eux-mrmes pour
meme connaissance des chtoses hai- crds, leurs obligations les plus simples, voir quo I s moyens par lesquel.s il,;se
tiennes qui, en lui donnant lea moyens les plus rudimentaires, que les petites proposaient de reformer les abas itaien,
do maintenir la pail dans Ie pays,lui rApubliques, taut anciennes que moder- dans la nature des choses destindes d le'
permettront do travailler a I'w1uvre dif- nei on contemporaines,ont fait faillite, augmenter plutut qu,', les ditruire. 101
ficile de notra re:.vement. la faillite la plus exdcrable qu'un ob- que ce grand telort national, fait au
A n fide abonn, a joi d srvateur puisse constater, la faillite nom du patuotisme et ,le la refor me.
iA nos fidfers abonn la joie d'exis- fraudaleuse social, co elective, c'est-A- unissait Fa plus gran le portion de I'in-
enrs efforts dan o uri et e our e dire leur ablication force come peu- telligence de la rtpullique, to recour
tence, amener pe sourir et Is bonheur autonomes. aux armes etait une erirur foadaimei
dans leurs foyers. L'histoiro d'Haiti est remplie de faits tale et d6montrait qu'ne grande intel
A nos agents, la r6alisation de leurs qui proavent notre argumentation.Par- ligence pent exis'er sans use vraie coo-
ddairs qui rendra leurs villes prospe- mi toun ces documents nous choisi- naissance des vrais principle de la veri-
res, par la reunion do toutes les acti- rons principalement la fameuse lev6e table liberty. Le meme nombre d'(om-
vites mises en exploitation, de boucliers de 1843. La principal mes intelligants, qui eat recourse aux
A nos confreres de la press, de forts cause invoqude par les r6volutiennaires arms dans cette revolution, declarant
tirages, du succe,. beaucoup d'abonn6s de Praslin, c'etait la 16sion des droits publiquement leurs opinions et leurs
et de clients. sacrds du people, et l'arm6e populaire, d6sars d'une mani6ri raisonnable,ta:nt
SA tos no ar, te tc. en entrant a Port-au-Prince,venait'rdta- eox-m6mes ddsarm6s n'auraient jimuais
A ton nos ami, lectrs,tc.blir le drits des citoyens. A bien 6td6 branlds par aucun gouvernement.
BONNE ANNIs, BONNE ANN 8 I... examiner les chose do pros, on se laiti n'est pourtant pas la seule na-
read compete quo lea rdvolulionnaires tion qui a besom d'apprendre cette le-
avalent manqud aun devoir tout-d-fait on. 11 vaut mieux laisser mourir les
rT Adl6mentaGre ; c'est gae des homess rrears d'un gouverniement maddr6,
do principle ne doveont rdclamer le quoe d'essayer introduire la reform
D U Aprogrbs qu'avoc lea principle et qu'on par des moyens faux et pernicieux
Ds neo dolt pas enwanglanter sa Patrie sous (L'indpendance haitienne. tirdee do no-
Al prdtexte fallacieux douteux pour tes historiques, 48 70, p. 81-2-3.)
ARE VEN DICAT IO NS l'avenir-qu'on veuille lui ouvrir de 11 y a encore plus. I.es homes de
nouvelles bres. Le prog es no s'implan- 'l3 ont agitA la question de I'lastruc-
V IOLENTES to pas a coups de balonnetter; et ce tion publique pour presenter liver au
neat pas en les massacrant qu'on pout peupFe come un obscurantiste. JamAs
civiliser sea freres. Aussi quel a et6 le accusation n'a te plunk mclihnta, plus
A 'auteur de I'EFFOT. r6aultat do cette folole 6quipde ? Le malsaine, plus imm6ritde.
Tout t6e a sea lois : 'bomme a Prdsident Boyer, ea home sage, s'est Haiti, venant de sortir des langes
4onc ses lois, c'est-A-dire sea rapports eflace de la sc6ne politique et a jlais emmaillot6a d'un esclavage bat bare,
Micessaires avec les autresa tros quai l terrain libre A ses d6tracteurs, afin lee premiers soins d'un administrateur
Featourent et qui ddrivent de sa triple qaecoax-ci passnt prouver ce don't intelligent et do bonne foi de raient
Bature, mat6rielle. morale et social. as talent capable, "so soamettant tout naturallement so tourer vers la
La lowest un concept corrdlatif don P sinsi & un exilvolontaire pour dd- rdalisatioa des r6formes matdrie'les
dr it, male surtout du devoir. L'origi- traire tout prtexte d'aune gaerre civil urgeates indispeniab'eo A la coasolida-
no m6me du mot snos ena it p4aetrer caui par son moyen... tion do faisceau national. Le s besoios
la comaprohension : &eZ, loi, obligation. Qa't-il done arriv ?l... intellectuals viendraient strement
Autrefoe s le mot l i sig ifiat oaM jus. Fiasco complot ?? apr6s. C'eit poorquoi Bayer ldieta de
gee. Le chef dee reveadicatears, Rivibre site, on 1826, le fameux Code Rural
Noo ueetres m6 I'avalusat eom. lih-mame, lmit de estraves a cotte li- qui a servi do th6me A taut de critiques


Ie- outrees et de pamphlets insens.4,mais
I)e- qui, dans son esprit de patriotism pro-
de tique, n'avait d'autre but que d'incul-
ju- quer, d'une fatcon solid, 'amour fer-
vent, sincere du travail agricole chiz le
on paysan hiitien. Boyer ne voulait pas,
si- come sea d6tracteurs l'ont fait apris
o- lui, mettre la chirrue avant lea liufs.
in- Et, en eflet, il est maintenant ,lAmontr6
nt que l'Instruction sans L'Eluctioa est
en un leurie et est appeld plutt- : faussei
1'esprit des jeunes gens en leur suvgg-
es rant des thdoiies _ociales subversives
d- do toute bonne society. Le pasteur HI rd,
S qui 6tait aussi un philosophy remar-
It, quablo,- aprCs de lot:ues annes v6-
o- cues en Haiti, s'est reudu complt,- .t
il, cotte profonde v6rit6 : a Quoi'ji'on pos-
tel la connaissance genL6ralt, qu'on
it s.iclhe manier la plume, ,t qu', in-os 'o '
03 principle dii lana',o, avoc lien
s- d'autres choses bonnes et utile., tout
d- est paralyse.s Nous savonr jque bion
s- Il'autres nations ,,,nt danas ue position
6- seiblab!e. Co!iim'et r6soulre ce pi,,-
". b '-me? comment expliquer lo nau1l'tFe
t, complete de nations qui iposawdaient la
connaissance neces.ired :ette ques-
e tion quoique gra idc et t!'cltant los
i, neilllurs int6rits lc 1 lhumanitb, est
pourtant tr6s simple. .Ia solution est,
6 que -lds 4tre3 Ituai;ins ne ipenveint vi-
e vre ensemble en paix sans culture mo-
a rale. II est univerit-lloment :t i f qlue,
e dans un sens national, cette culture a
r 6te neglig-e en Haiti. La culture
t morlal est le soul esp,,r it I I'lihonme ;
s c'est loac le seul esoutr d llaiti. Que
r nouw le voulions, 1) 1 ijueI nous no It
e voulions pas, nous soiine, lorc6s d'ar-
t rivet la conclusion t4i l, 'initellie~,r
s luelulue d6veloppde, lo-1,lque cultiv6e
qu'elle soit, n'a jmnais sufiti, .v ii, t uf-
it ra jamais, pour le gou ,eriement efli-
c, ice et just d'Rtres hu1r.iinQ. (L'Indt-
pendance Hlaitienne, p. "-7-8 )
Comme l'a fort bien dit le distingu6
SDirecteur dlu Collyje .Louverture :
L'enfant qui a m,'-me fait tles etudes
completes, a tris suuvent la tte pleine
tle conaaissances multiples, le ciur
Seit vide.... Dbs qu'il entire sur la s( .fie
,*t la vie, sa premi- 'e pr.,t)cupAtion
co isisle a demanler a pre *Ire sa ..part.
11 n'en saurait 6tre <1 11 iramment :
chlez lui, il entend constauimmint son
che-r papa dire quo voler l'Etat. c'est
prandro sa pirt. Quand la France
saura lire, disatt Victo Hugo, n-i lais-
sez pas sans direction ette intellig*n-
ce que vous aurez developpde ; 1'igno-
rance vaut mieux que la mauvaise
science.*
Oui, oui I ignorance: vaut mieux que
la mauvaiss science !...
C'est justement ce qu'avait compris
le Pcdsident tyer ,uit, pourtant s'est
occupy do l'lustruction publique, com-
me le t6moignent lea acte4 officials do
son gouvernemint. La jlue4ion est
done jugde : I'ac.usanon d'obscuran-
tiame port6e centre Boyer est un trait
de d6loyautd de la part de ses detrac-
tours et adversaires.
D'alleurs n'est-ce pas un socialists,
Ie c6l6bre Proadhon quai disait : Au
lieu de pourchlu-ser le Pravoir ap-
prenez au people a fair lui mtme,
sans Ie secours da pouvoir, de la ri-
chaese et de l'oadre.- Ce qui revient A
dire qee l'action des reformeos social
doit plat6t6tr dirig4een baS,c est-&-dire
dans lee coaches sociales format lee


- rC I


--- --- -- _~ --~ ;-c--- -----L ---C


I


-







masses inculto. II faut tout d'ahord
,ddaquer le people, Ie travailler, le la-
bourcr en tous seas par de saines
Wides ; I'dducation de l'Etat ne doit
6're teot6e qu'apr6s cette ble d'assainissement moral populaire.
II devient alors plus facile A la minori-
td dirigeante 6clair6e formant I'Etat, de
a'adapter aux besoins, alors reels, do
la masse. D'ailleurs n'est-il pas absurde
de supposed qu'aucun people, quelijue
ignorant qa'il soit, n'e3t pas pr6par6
pour tout ce qui eat honndte, car ce
sentiment eat appr6ci6 mtim3 che' les
pouplades primitives.
Alors, avant de r6clamer, au son
d'une trompette par trop sonoue, lea
droits quo nous croyons nous apparte-
nir, il faut, au prdalable, remplh- ec-
vers nous-mAmes tout d'abord, envers
lea autres ensuite, nos petits devoirs.
Alors. mais alors seulement, inous au-
rons le droit d'Atre excuses d'avoir rd-
clam6 nos droits.
D" FRAN:oIs DALENCOI R.



La Banque el l lal


Le Contre-Projet ldu Ministre des Fi-
lnatces, oe rponse aux propositions
que la Bar.que a dernierement faites
au Gtouvernement, a 6td hier longue.
ment discut6 par Ise Conseil qut I'a
votW.
Nous 'lonnerons au public, en temps
voulu, coanaissance de ce document
W'un tras haut int6r,'-r, qui doit solu-
tionner, avec la baDne volont6 de la
Baniiue, le problem de notre avenir
dconomique et financier.
'uissent le Gouvernement et cot Eta-
blissement on arriver A une entente
ui soit profitable aux vrais inftrdis du
ys.


o --


RUNSIIGMNMIMTS
M' TOR]OLoGIQUszX
O]bsevatoixe
DU
SI1MIAIR COLLEGE St-MARTIAL
JEUDI 29 DicP.MBRE 1909


Baroamtr iA midi
Temp6raturoaminimum
maximum


763 U/05
19,5
29,0


Moy nne diurne de la temperature 22,9
Cie nuageox pendant.la journte, sauf
vers midi. Mer houleuse depuis 3 h. du
I'apras-midi. B rise de mer assey fraiche.
Petite pluie 5 h. 45 marquant au pluvio-
metre i,o millimetre.- Batometre forte-
ment en hausse.
J. SCIIHRER
*D636s
Mardi 28 du courant est mort, A Jac-
mel, dans sa 58e nnee, HARRIS CAJOU,
Commissaire do Gouvernement. Les fun.-
railles ont eu lieu le lendemain. Les edi-
fices publics avaient mis leur pavilion en
berne et le canon de deoil se faisait tnten-
dre de quart d'heare en quart d'heure.
Soci6t6 Biblique
Nous remercions cette vaillan'e society
qui pursuit depuis de longues ann&es son
ceuvre d'6vangelisation, de 1'envoi gracieux
qu'elle a bien voulu nous faire de ses in-
t&ressants almanachs pour 1910. Ce sont
de petites brochures Elegantes orndes de
dessins varies et composes d'historiettes
choisies- instructives, et des tableaux
evoquant certain episodes chrEtiens.
FianQailles
Nous avons requ la carte de finanailles
de Mile LEonie Lacoste avec Mr Manne-
vilic Richiez.
Sincere compliments aux fiancees.
Arpenteurs-G6om6tres
Les membres de la Corporation soot
convoquis le veodredi 31 du courant i 5
heures de I'apres-midi.
Le SCeeitaire, L, Oss.u, .


Le Roi


don Cianmas


2 JANVIER 1910
Qu'on n'oublie pas que dimanche pro
chain sera representee A I'Hotel-Bellevue l
grande Passion du Christ, en 39 vues ani-
mies.
Administration Postale
UNE MEASURE ARBITRAIRE
On se plaint A just raison de la measure
prise par le service postal de former ses
bureau depuis aujourd'hui 3x Decembre
jusqu'au lundi 3 Janvier prochain. Dans
aucon pays, cela ne s'est va et cette dEci-
sion jecte le plus grand d6sarroi dans les
affaires.
Comment pent on avoir le temps d'ex-
pidier sa correspondence pour l'intirieur
quand les courriers n'entrent qu'aojour-
gui, quand nous sommes absorbs d-jI par
les multiples occupations de fin d'annee.
Notez que le courier pour 1'Etranger doit
Wzre d6pos6 egalement A la pose dans le
mrne d6lai.
Pour les gens qui travaillent, qui sont
en relations d'affaires avec de nombieux
clients et qui entretienneut par consequent
une correspondence active dans un pays ou
ddji les moyens de communication sont
si lens et si difficiles, cette mesu'e est one
v&ritab'e calamity.
II faut vraiment qu il y ait eu desraisons
b:en puissantes ptur qu: I'actif et intelli-
gent directeur des poses ait accept de
conwrarier ainsi la correspondence des con-
tribuables.
Courses du: ler Janvier
La journey sportive du ter Janvier pro-
met d &tre tout particuli&rement interes-
sante, et le public de la Capitale ne man-
quera pas de venir en fouled assister aux
derniers courses de la saison.
Le programme qui comporte les memes
courCes qu [la jourue de Ncel sera renda
encore plus alldchant par divers match pri-
vis qu'on noui announce pour ce jour.
II y au-a entire autre un match ties mou-
vant entire Discorde. le coursier'de Char-
les G.. jens et la :Fo'ie, A Ch. Co'ec,
tous deux fivoris du public port-au-prin-
cien et tous deax bien en forme. Les pa-
ris, nous dat-on, marchent grand train et
la lutte promet d'attirer les amateurs les
plusindiff6rents.
Ir dustrie Nationale
Le public se rijouira d'apprendre que l'6-
tablissement du liquoriste distinguE Bias
Vieras retera ouvert pendant toute la nuit
du 31 Dkcembre au ier Janvier. On y
trouvera des liqueurs et des bonbons pcur
tous les gouits.
Vol important
Du Tiligraphe
Le vol commis aux Cayes au prejudice
du Senatcur Paulin est plus important que
nons le pensions. Une malle remplie d ar-
geni et bien fermde a i'& ouverre au moyen
d'une fiusse clef par deux garcons A son
service depuis tant6t douze ans qui lui
out enlevd one some considerable don't
des millers en gourdes et en or amEricain,
Les ;otoritis de la ville ont fait le neces-
saire dans la circonstance. En voili des
etrences que ces serviteurs d'un fi's de
I'Etat ont ctu se payer par anticipation!!!

TourIee -Prsidenlielle


Dans le Nord
x NOVEMBRE 1909.
X[I
Le Samedi, des six heares du martin, Son
Excellence se remet en sells. C'est avec le
coeur chargE de regrets que le President
p'end la route des Gonaives et non pas
celle de la Petite-Riviere de l'Artibonite.
Car ces bons Artibonitiens lui out deji ele-
vy des arcs-de-triomphe ; out m6me tou
an bce'af, peut-6tre le plus beau de leur
paturage.Et malgre tour, nous ne pouvons
les visi er !..,C'est qoe,pensez done I nous
sommes diablement en retard : le premier
anniversaire du President doit se f6ter le


17 Decembre et anjourd'hui uous sommes
an ooze I Grande sera done la deception
de ces braves gens et immense, notre cha-
grin.


Vers les dix heures du martin, le GeCnral vapeur qul jadis parcouraient le coeN
Antoine Simon arrive de nouveau azx Go- d'eau.
naives. Pendant que les canons de I'H6el C'est ainsi que tout passe dans ce bea
* de la Delegation tonenot, le Ptrsident fait pays. Rien ne vi, rien ne demeare. Oa
i le tour de la ville, suii d'une foule de dirait qu'en mourant I'Empereur, au Pont-
- gens do people. R ouge, nous ait mandit ; que la mame
Debout sur le balcon de Ia mason, Son balle, qai lui a donud la mort, ait traver-
Excellence passe la revue des troupes. Le s le coeaIr de la Repub'.ique. Ah I si vous
difi'E commence aux accords harmonieux voulez voir que rien ne dure sur cette
des e Vautours a execute par la Musique terre qui semble paauront offrir toutes les
du Palais. Chaque fois qu'un officer passe, f1licitEs, il fautdavoir voyage A travers nos
il observe le salat disciplinaire et continue dEpartements. Lei villes ,s'en vont, les
sa route. II y en a qui sent baaux a voir, hommes eux-mtmes s'en vout : C'est un
dans ce geste et qui vous foot soupirer de pays en rurne. Aussi ce sera la plus gran-
ne pouvoir plus etre soldats. Enfin, le der- de gloire de Son Excellence, le President
nier des.tirailleurs passE, Son Excellence Simon, s'll arrive au term de son man-
se retire du balcon. Mais, comme les gens dat, A rcmettre un peu de joie dans le
do people qui l'ont suivie ne bougent pis ccear si attristi de la nation. Par exem-
de la rue, en face do Palais, E le ordonne pie, le M61e Saint-Nicolas pour ne ci-
de lear distribuerde I'argent. ter anx Pou roirs que ce-te ville je vou-
C'est vraiment amu-aat ce partage Le drais le voir si b:au, si flo:issant, si pros-
distributeur grope IA le people et loai. il se pcre !
place ici. C'eit entendo, n'est-ce pas ? cha- La Grande Saline aussi a 'air pu-;re I...
que individual qui aura requ sa part devra Cela se comprend. Le bourg. ou plut6t
passer d-vant deux on trois espaies de ser- le village p:ut tenir, tou- come le M6-
re-fies et meitre ensuite les pieds an con, le et wLme, mieux que le M6'e dans le
afin de ditaler an plus vite. Mais, vous creux de ma main. C'est sur uie langue
pensez biea qu! le bon people n'est pas de terre qu'il est bA i. A peine deux coats
si sot qu on le croit...Uae fois la moanaie feu entretenus par one *population on ue
rescue, it fait rEellement mine de s'en a'ler. marins-peche rs ou de peti's bourgeois iu-
Les serre-files penseat, en voilA un de dustriels. Cependant tout ce monde a use
moins. Pourtant, c'est un leurre. ArrivE ua profession commune, c'est cell d'exploi-
peu plus loin, mon bonhomme exEcute an ter le; marais-;alants des environs. Ce qui
demi-tcur et, vif comme ua lapin. le voi- me porte I supposed bien des bas de lare
A de nouveau dans la masse, pret A ten- caches sons le lii, vu l'h'bitule genkriqte
dre la main. Et cela recommence indefini- de tous les ptcheurs, de tons les boar-
meat, au g-and dEsespoir du distribu- geois-paysans de thEsacrissr m6me en se
teur. privan" du cjnfo:table.
L'on est reveno de Dessalinei, pou;siE- Luc DORSINVILLE.
reur, fatigu! et pourtant le soir l'oa fait ___
honneur a I'invitation du Cercle du Com- -. m
merce. Un grand bal s'ydonre et du-e HOTEL MORCH
tou:e la nuit. Li reception est des plus sa- __
tisfaisantes et nous nous amusons bien.
Le lendemain Dimanche est an grand L'ORCHESTRE TURNIER
jour pour nons. Car c'es nn pas de plus JOULRA
que noui allons fire vers Port-au-Prince, D.MNANCHIE 2 JANVIER 1910 DL A 5 1/2 H
1 objet de nos voeux. Au moment de nous DE I.'APRi.S MID[
embarquer, A six heures du martin, nous ap- Entrde g6ndrale 1. Gourdo
prenons que nous ne filerons pas directe- Eafants 5o Centires.
ment pour Saint-Marc ; que Son Excellence Enfants : 50 Centimes.
passera quliques momen s A la Grande-Sa- VOITrURIS, contenan" 4 personnel
line. C-la ncvs rEjouit on pen, va que la FROIS GOURDES.
plopart d'entre nous ne conniissent pas le
leave Artibonite. Conso.nma ions de ler cho'x: T"c,Cho-


Aussi c'est tout houreux que vers les
une here de l'apits-midi, nous foulons le
sol de la Grande Saline.- A la h! e, la
population avait Elev uan arc-de-triomphe.
Son Excellence y est reque avec un elan
de ccear vraiment beau. Car il est fait de
reconnaissance, de joie et d'enthousiasme :
les habitants de 1'eadroit veulent bien se
rappeler que depais Nisage Saget pateil
honneur ne leur a pas encpre EtE faith. Lear
contentement se diverse sur nous aussi.
Partout oi~ nous nous aretoas, nous som-
mes les bienvenus. Ce qui oblige San Ex-
cel'.ence prolonger sa visit. Au lieu de
repartir, deux heures aprNs, nous ne re-
prenons la mer qu A 6 heures du soir.


colt, Sorbets, cr6me A la glice, Bmnbons,
Smdw ,ches, etc, etc.

Nous re.evons de Jacmel l'article sui-
vjnt :


Un spectacle


On semble s'dtonner- A Jacmel du
moins qu'il se trouve encore des
gens assez audacieux pour fair de M6-
risier Jeannis un demi dieu. Nous oe
voyons pas trop en auoi ce faith, si on-


A ce moment la mer est devenue man- turel et si simple de nos jours, pr6te
vaise, Ics vagues se prEcipitent avec une 1 '6tonnement. Car, si l'on considure
force incroyable centre la dune; les ca- que, partout, il faut que I'homme do
nots de la Libeirt sont ballots par les lots, vertu soit offert en holocauste aWu
embarquent de l'eau A chaque instant et fourberies des habiles, on compredra
sont menacEs d'etre jetEs i la c6:e. Dien I par quelle fatalit6 un Colbert =40o&*
comment ferons noas pour arriver jusqu'an nu voit Fouquet adul6, idolATr, po*
navire ?... Depuis uan quart d'heure nous th6os6; on trouvera aussi natarel
sommes sur la plage et personnel n'ose se qu'un Francesco Ferrer tombs victim
jeter dans une des embarcations. Cepea- de la superstition ; que, reniant *Sfit
dant les matelots se dicident A uie ma- les principles de la bonne soci6t6. d*
noeuvre Energique. Tandis que l'un deux homes, ou plu'6t des individs--
essaie de maitenir le cannot, I'autre char- viennent broiler l'encens A la m61aere
ge un homme sur son dos etrva le dEposer d'un M6risier Jeannis...
as fond de l'embarcation. Matheur A vous Pour moi, c'est le contraire qul, Uts
ea cette minute si vos pieds ne :sont pas jour devra nous 4tonner. Mais viendra-
marins I Vous [tournoierez sur vou; me- t il jamais, ce jour ?...
me et vous to:nberez.- Cette manoeuvre Ainsi, ils ont voulu, les mdrisdrist
a un pein succds. En n clin d'ceil, tout jeter un d6fi a la population indign6*,
le monde se irouve sur le pout de '. L oubliant, trop t6t peut.-tre le triste
Liberty et pens: maintenant A Saint- passed qui pse encore sur la memoir0
M arc. de celui qui fut Merisier, ils ont cru
Le fleuve. Artibonite, tel qu- je viens devoir pretexter de I'exhumation des
de le voir, nest pas plus large que la restes de ce hros pour .soufflnter la
Grand'Rue de Port-an-Prince. M tis, il est society .. En cela, ils peuvent avoir
d'une incroyrble profondear. Tout-A- fait raison. Et, je m'empresse d'avouer aue,
pses de la berge, je vois de grosses barges s'il nous revient, d nous, de glori O,
pontes qui n ont pas Fair do tout gn6a- de venerer la m6moire des victimOP
Et puis, I, sou mes yeas, voici la car- de quatre-vingt-trois, tant A Jacmrl
case de lancienne Victorine ", puissant qu'A MiragoAae, is ne vois pas poor-
remopueur ea fer, de dix metres de long quoi,eux aussi, n auraient pas le d1ro0t
au moms, qui savait reamoater le fleuve A le devoir m6mo do b6atifler, doe cso
a recherche do bois de campeche. Jo vois niser celui sur qui reposaieOnt e'A
ausi les rests d'satres goMes chsloupes A plus nobles esp6rances..


Ion






Dcnc, le 20 D6cembre, sous un so-]
leil.'adieux, un brilliant convoi ( trente D. Romulus
personnel environ ) -accompagnait, 8, Gravr, 8
pr6c6d6s du clerg6, les d6pouilles mor- S8, Grand'rse, 38
tell de I'immortel M6risier. Sirops supdrieurs, et de trbs bon-
Vraiment, nous nous attendions & nes liqueurs,qui no le cedent en rien
one manifestation digne tout au moins aux produits exotiques. Remontons-
d'un Pitt, on d'un Bonaparte, voir me- onaspar dubon rhum lAccourons tons
me d un... Hugo, car, it fat un grand en foule chez 'honnate et conscien-
capitaine et, aussi, le chef du parti in- CIoux.
tellectuel... p Lafond... Mais l'on fut D. Romulus, Grand'rue, halle N0
bient6t surprise de constater Ie contrai- 38, non loin de la gare du Nord.
re;ce que voyant, quelqu'un s'empres- Distillateur-liquoriste, Industriel, qui
sa de nous informer que, grdce d un a obtenu une Mddaille d'argent & i'Ex-
reste depudeur, les manifestants ne se position universelle de Saint Louis
sentant pas le courage d'affronter la (Etats-Unis d'Am6rique) en 1904, et
public, prefdrvrent se transporter en une autre A l'exposition de Jameston,
dehors de li ville ., c'est encore quel en 1907,
que chose.! Gette desertion, nean- '-T-- ---T--- ----
moins, provoqua un manque de con- RESTAURANT STOSEPH
course, a ce point qu'on dut contraindre
tr6is ou quatre agents de la Police ad- JOSEPH DESRIVIt RE
ministrative de se charger de I'auguste A l'occasion des f6tes de fin d'an-
bi eut aussiaccroch6e .une pique, service special, menus varies,
(arms favorite du d6funt... une cou-
ronne pofrtant,esurdune orifammne cou-I Toute la nuit du 31 D6cembre au ler
lours nationates, I inscription suivante:.auvier, GROS BOUILLON A LA CR *0o,
* A M6risier Jeannis,pp'ears et regre 's Cosommationsadiverses.__
de ses amis do Port-au Prince. C'est
beau car, comment voudrait-on qu'un
bomme de la trempe de Mdrisier n'oet I V LEBLA Cw
pas des amis a Port au Prince ? II en 188, GRAND RUE j
out, et de ti s dignes...
Remarqua, A part les parents on Confection et reparation
allies, MM. F. Ruiz, R. Mathias, A V. E
Michel, Village Hilaire, et trois autres. SELLES et HARNAIS en tons genres
Y 6taient aussi: A. Carries et Sey-
mour Lh6risson. Ceux-zi eurent a ren- AI -P1 Caf6, cire
dre un dernier hommage aux rests deo O A H l I 1 et miel, AL
Fancier. serviteur du Barron Carriib, Pktion-Ville, usine caf6iire.
A issue de la ce6rmonie, le cort- CIRE & MIEL
ge reprit la route du Portail de la Gos- A Port-au-Prince, 40, rue F6rou.
seline, pois de 1a, se rendit & Lafond oil *
le rest de lajourn6e se passa en bar- MAISON DE CONFIANCE
baco..!!! Sic transit... 148 GRAND'RUE
148 GRAND'RUE
Au hdrcs de 68 et de 83, a celui qui,
an moins d'une here, faucha quatre- Mrr Joseph St.-Cloud,
vingt-seize tetes,- a celui qui tons les LE TAILLEUR si bien connu de la
cinq ans, terrorisait la ville, en menanombrux CLI
cant de liver aux flammes, au pilla, ENTS qu'il vient de recevoir par les
an viol, nos maisons, noe femmes et derniers Steamers une Varl6t6 d'4tof-
nosfliles..., a celai qui, hier encore, ferndeo: Diagonale, Casimir, Alpaga
soulevait les piquets de Lafond et de Cheviote, Drap vert et bleu d'une
Lavanneau, nous .disons : Soyez A erelle supvriorito.
jamais maudit COUPE MODERNE !
Jacmel, 20 D6cembr "1909. LPROMPTITUDE I SOLIDITY I
G. RI L'dtablissement se recouimande aux
clients les plus ddlicats qui appr6.
client chaque jour davantage le FINI
deoson travail.
L'USINE A GLACE c'i"s'
Demandez chez Joseph Sain--Cloud le
DE PORT-AU-PRINCE Restaurateur de la Sant6 et des Canes pos-
tales Illustr6es.


A la Me tropole

NAISON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT.
Viennent d'arriver & des prix dtflant toute concurrence:
Fromages PAte Grasse de Munster a jP. 2 la lv.


Ddlicieur Biscuis fins sucres & P. I 112 la livre
Biscuits tins non suer&s A IP. 1 et 1.5 la livre
Figues, Piunes a P. 1.2 la livre
Fruits cristallises i, P. 2.50 la liv
et en hoite de I Gourde
Bearre de Table extra, ferblanc de 1 et 5 lives
Vins fins de Liqueur et de Dessert
Vins de Table blanc et rouge
Champagne Vve Devaux Elpernay
Champagne Vve Devaux Epernay


re


L.ee mxeilletii- et


Entreprise

D'EAUX GAZEUSES

Fond6e en 1899


Ginger


21, Rue Ferou, 21.
Kola
-Kola-Champagne
Soda-Water
Siphons
Sirops
Liqueurs
Bitter


Vins de


Propri6taire


Mr Fernanl Il*oiewski


A I'avar.tage de
qui soot en vente
Sylvain ).


ProIprie~lail'e-vi ti toiidIteur
fajie COfiliii i p'al hldic Io-. p-rix I ses 1II'rents produils
:1 soa d~p~t sitiid aurNo13folhi i.tic-re de; Fronts-Forts (Halle


A I'honneur de pr6venir ses clients
qu'a l'occasion des f6tes, son d6bit
sera ferm6 les 25 et 26 du courant et
les I et 9 janvier prochain. k Une hou-
re et donms de l'aprbs-midi.

Avis Important

Le soussign6 repr6sentant de la fa.
mille Acoune Jeune de St-Marc, par-
tant son spouse et ses s"wars 16gitimes
Vve J. C. DAvid, Dine Marc Saget et
Maria Acoune, declare que nul no
doit s'initier dans ce qui regarded lea
affaires deo Mmne Vve Destin St-Louis,
ddc6d6e it y a huit jours,en attendant
quo sa succession soit rdglee. Ceux
uti se croiront autoris6s A agir dif-
f6remment en seront seuls dupes des
consequences.
ARTHUR BONNEFIL,
Port-au-Prince, 27 D6cembre 1909


LigneHollauadase
' Le steamer PRINS DER NEDI.LkLAN-
IEN venant des ports du Sud sera ici
vceldredi soir ou samedi matin et par.
ttra ditminchi3 inatir A neut heures
pour St-Marc et New-York.
Ipo-t.au-Prince, le 29 DAcembre tKw.
AUG. AHRENDTS, Agent.


LiOng Alias

Le vapeur Sarnia ayant quitt6
New-York samedi 25 courant, directe-
mnmt pour notre port est attend ici
veedredi 31 Docembre, il partira proba-
blement a dans I'apr!s midi, pour
Kingston, Colon, Port-Limon et New-
Yor6, pregnant la malle fret et passa-
gers.
L- malle pour l'Ewanger(via Kings.
tou ) fermera A la post vmdredi .S
coursWt 4 heures de l'apres-midi.
Port-au-Prince, 28 D6cembre 1909.
F. HERRMANN & Ce
Agent.
.. l
PANAMAS I
Pour Hommes et pour Dames, chez
Melle. Lonide Solages, 22 Rue des
Front-Forts.

T%6re Z6phirin Bell
Pabarctnt d ohaussures
Ru. Thwimasse, facade Nord de
la Placed la Croix-de-Bossalo.

PANTOVFLZS MXWL S
I. V.I3Z V01R


VIN ROUG ai 3 et 4 gourdes le gallon.
VIN BLANC d 4 et 5 gourdes le gallon.
VINS ROUGES en caisse d(le 12 boutt-illes A 2< ot -2.7 ourles 1a caisse.
VINS BLANCS en caisse de 12 bouteillos d 27, lt :11 .u.iitles la caisse.
Muscats, Malaga, Madcre, Clairette. VTrmoiiulii, I: '.iyls, I'icardan, Quinquin
en fats de 16 et 32 litres, par gallon et cii boutedle, cachetdes ai dos prit tr6
moddr6s.
VINS DE CHAMPAGNE renommd; :
I Rweror. Mercier, Bautet & Cis, ete, :i Fl, rtir le I'. '.00 la bouteille juso
qu'i P. IO.00.
Pour la vents en gro de toutes les marchl3n lis3s c:-ldesus il est faith des
prix specitux.
--


Pharmacie W


Place


Buch


de la Paix


Execution prompt et soigu6e des ordonnances.
Analyses scienutifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autres
a6thode am6ricaine ( fire essay ).
Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops
Champagne & P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en
Propridtaire : W Buclh


m6taux l; ia
et v6ritable K01a

d6tail


Pharmacien dipl6me allemand
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives: MaJi:nme P. Laraque
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
& Petit-GoAve : HermanoReimbold & C*


_ ____~ __~ ~


3ro&dLxxit.,








AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti
Extrait du TARIF G6n6ral, D6cambre 1909.


Tabacs Scaferlati


LEVANT SUPikRIBUR (dit tabac d'Egypte) la Bolte de
50 grammes
LIVANT ORDINAIRI paper violet lissd, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes


CAPORAL SUPERIEUR paper
50 grammes


bleu le paquet de


CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINATIR paper pA*e brune le paquet
de 40 grammes
TABAC A PII SER, Virginie haut goutt, paper jau-
ne, le paquet do 100 grammes
POUiInE n I'EIULURE, paper bleu le paquet de
100 grarmnes
POVIKRE <,O)1NAIRE, paper brun, le paquet de 100
graraines
TADA(: A MACHERI roles Menus files le paquet de
1(00 grammes


GOURDES


1.25

0.90
0.70

0.70

0.75

0.60

1.50

1.50

1.'20

1.50


Cigarettes


GOURDS


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CHASSEUR le paquet de 20
HoNGRoisSa en levant supdrieur Le Bondoa do
20 cigarettes
do en caporal supdrieur papier rose, le
paquet de 20
do en Maryland le paquet de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ELEGANTES en Levant ordinaire le Bondon do 20
do en caporal superieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FRANCAISES en caporal supdrieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de t20
do en caporal ordinaire paper blend le
Bondon de 20 *
RouLIEss en Maryland et caporal supdrieur le
portefeuilles de 20
do en caporal doux la botte do 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la boite de 10


special,


BIBLI OT111i01I') MODERN:
I, IU !)U ) FO I T-PEI ,
A. L. HORELLE
Abony ement (. 2. Caution G. 3 1/2
A lartir dt1 D1cembre, le service
d'olle ties nouveaut6s parues A Paris
commencera.
A tout abonnw renouvolant son abon-
nement,et A tout nouvel abonnd. il ser'
donnd pour le mois de D6cembre, ;-
titre de prime, un lot de cartes posta-
les de la valour marchande d'une gour-
des.
Ce qui en rdalitd laissera l'abonne-
ment A Une gourde.


8 ANS


DE SUCCO.S


Topique D. SERIES
Pou les Chevaux
Gubri3on rapide de Boiteries, des
Plaies anciennss, Icarts, Foulures,
Entorses. Fluxions de poitrine, ctc, etc.
Pansement facile, rapide et d'un effet
certain. Repousse du poil assure.
DEPOT: Pharmacie Moderne
Rue Roux, No 108 et Rue du Peuple,
N 124.


COGNAC OTARD-DUPU!


Pour tous renseignements et

S'ADRESSER A :


Commandos


i.-
0.60

1.90
0.85
0.85
0.05
0.70
0.70
0.00
0.60
0.60
0.00
0.45
0.75
0.40
0.60
0.30


J. LAVILLE.


C. L. Verret
Tailleur-Marohandl
Donne avis & sa bienveillant olies-
tWle que sa maison No.7, Rue Traver-
sibre est toujours bion pourvue d'une
vari6t6 d'6toffee de a haute non-
Teaut6 pariisime.
QuALrrl SuwPaxusau. CouPs *ALeMTn
TRAVAIL sOIOZlt. EXACUnTIow orOMPT-
Prix ir rlstes I

6tel Bellevue-
Le misux aitu6, le plus com-
fortable.- Champ-do-Mars.-
Cuisine reoommde.- Vae sur la mer.
I ii I- --I-.--.I In
kT Maison 6tablie depuis 1795,
dans ls Chateen de Cognac
otts oat n6 le Roi FrsanoT ljr.


Andr6 FAUBERT


agent g6n6ral pour la R6publique d'Hati.


lmangezpius de pin!
'l '..estfaitave la "Pillsbury's

La meilleure farine da monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 16ger.
Pour tous renseignements s'a.
dronesser A :
Ernest Castera
repr6aentant de la PILLSBURy'8 WASK.
BUAx FLOUR Mi.8 Co MiMXNAPOUL



NESTOR FELIl
L excellent tailleaur avantageusem
connu de touts la Rdpublique viet
de rouvrir son atelier Rue F6rou.
( Ru des Mirelda ) No 61,
Sa nombreuse clientele trouvera
comme tonjours touted satisfaction
our les travaux qui lal seront ooa*
es.
LAJ


Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el-
le vient de recevoir. par dernier ba-
teau, une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures de toute frat-
cheur et de toute beauty, import6es
de France, d'Allemagne et des Etats-
Unis.
Le public 6l1gant, curieux de as
bien chausser, y trouvera les peaux
les plus solides et aux nuances lee
plus varies les former les plus belles
et les plus appropri6es.
On n'a qu'a venir chez G.B. PtTOIA
pour 6tre assure d'etre chauss6 sui-
vant les meilleures lois du confort et
de la mode. Sp4cialitys pour dames.
Grand Stok de chausstireft; *
Peaux, cirages, former, fournitures
et matdriaux divers pour cordonno-
rie. On trouvera tout ce qu'll faut, aux
prix les plus modr6ds, &
LA CORDONNZRIK NOUVELLS
143,GRAND'RUE 143,


A LItLGANCE
QORDONNERIE.

42. Rue des Fronts-Fortsu.
CeAUsSUaRS N DftArT,pOUR LA VhT3M
Promptfdted t sol am- commam-
deo taat li qu'ea provide.
Chaussures de Dame former t tra*
vail toujours tout eo qu'll y a do plus
ouTveaux.
Former am6ricaise et frana*e pyW
Messieurs ; 61dgantesa t en-amoes.
Pour less eats sle pluai rate.
Travail solid exout6 aves
doe pmux doe pr=i'Ar amawrq'u
Asraee de rand rabels.
PAtes. Oases et Liuasdea


Francisco


DESUSE


Fabrioant de chaussures
La Manufacture a toujours en d6p6
un grand stock, pour la vents s
gros at on detail, do chaussures So
toui jeeres pour
0oMMSs, FaKMMI, ENxAxrs
Les commander des commeroants
de l'int6rieur pourrout Itre eoxdcut6es
dans une semaine peau prbs.
23, Rae des Fronts-Forts, 23
roaU--a-rMCX ( AAm )


__ __