<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00812
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 30, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00812

Full Text



TroSir~me


6e, M' 829


*Port-au-Priace, Hawti


Jeudi, 30 D6oembre 1909.


Port-bap


tpratngets


ANMNEENTS
I UN Mo ... G. 2.00
rin...e
Taois Moas... 500


UN Mois .,. G. 2.20
Tnoim Mois 6.00
TRaoIs Mois 8.00o


met-Eagolro
DIRNCT3UR- FolDATKUR


J


OUOTIDIEN


LE NUMIkRO 15 CENTIMES

Lim anufcrits ins.ri.s on non ne .eron t
pas rendus
REDACTION-ADMINISTR AT ION
45, RUE ROUX, 4S.


Arthur Isidore
ADMINISTRATOR


.. A table, je fus plac6 entire un
vieille parents riche de notre amphi
tryonne et une jeane dame 61egante a
jolie qui, A toutes les chooses atmable
que je m'effortai de loi dire, rdpondai
invariablement a Vi...vi a... Qjant a I
vieille parent, a l'instar de ce person
nage de je no sais plus quell piAce pa
risienne, elle ne comprenait exacte
meat ni ce qu'on lui disait, ni ce qu'
elle disasit lle-m6me. Toutefois, A cha
que plat qie passaient les garcons, ell
se penchant Jde mon cO'd et demandai
avec angoisse si ce n'6tait pas du ho
mard. Ha, moment, il lui fut present
un i6Oi artistement d6coup6 en minced
lameS, elle tendit son index vanr l'ob
jet:
Cd homa f fit-elles.
Non, Madame, c4 vian ie.
Ah! bon.
Et oile s'en se;vit coplasement. Li
m&me intorrogUatie revesait chaqut
dix minutes. Test A la fin, oll cut uni
nouvelle inquidtude. Et me d6signanl
ua compotier :
Cd iambi ? fit-elle.
Non, Midime, ci confituras.
Ah I boon...
C'etait d6ea*prrant. Et si j me ra-
tournaism droite, je tombais sur "Vi ..
Vi ". Qaelle situation pour un honnets
home 1I Houreumament que j'avais on
faes de moi de gestilles madames, qui
sous les regards binaveillants de leurs
maris,charmaient par des exceatricites
juteoses. lee convives en d6tresse.
Darant la plus grande parties du di-
ner, d'aillours, il ne fut question que de
malficoes. de diablerie at d'anthropo-
phagle, sinsi qu'il eat de mode depuis
quelque temps. Au desert, ce merveil-
leox causeur qui e cLomme Edouard
Morango prit Ia p role :
"-Vous surez beau dire, mes amis,
il y a dee chooses bien singulibres on
ce pay4... DAns ma jeunesse, vivait A
Audouilly...
-- Ah voill Andocilly, Bravo, Mo-
emp I a'tcria toste la tib'e.
Morange. ap,6 s'etre incline, dit gra-
Vament :
P.rnaettez-moi, mesdames et mes-
sleors do vous romercier pour Iinte6
t qu veou poctoz a ma lrle natale.
Vous savez bien, mon cher, ripoti-
dit qaelqu'un, quo tous ici, nous
aderons Andouidly.
Merci pour elle. Jo vous d slis
donc, continue Moraoge, que dans ma
Iemsesse, vivait & Andoaflly on homme
connu poor sa droiture et sou int ili-
gpae. C6tait an speculateur on den.
No. U s'appe'ait N( Ison Duvipol, tait
orf et pire de deux joueane fies aima-
ble ot pas plus aides que pereonne.
'Nel.ao Devigpol logeait rue Travers
4aoe puo Mw vilaine b&tiese on bois
p0aturldr-de vrt,connui A Andouil-
Ssoon la 44aomination de : Maison
Vart. Elto ressmblait a une bottom rec-
toI re I It toeubelt aun more qu -
- y r Coa usoe bosse a,


e' son dos. Cette maison avait one r6pu-
-., station detestable, et bien que son pro-
At pridtaire ne la louat qu'A un prix d6-
is risoire, jamais personnel no put I'habi-
it ter. On la disait hantda. Ce ne pouvait
a 6tre que des racontars. S'il y a oun fait
k- inadmissible, c'est qu'un Wtre human
i- qui a cease de vivre et don't la forms
- pdrissable a et6 andan-eadans la terre,
p- issue reapparaitre sons cette ancienne
- otme Evidemment,toute personnel ner-
e vfa est capable, dans un moment
t diemaltation, de voir un mort, mais
- c'est notre imagination qui voit cela
6 Cest une image que nous percevons.
s Raisonnant, sans doute, de la morte, M.
- Davignol no so lit pas scrupule do louer
cette maison continuellement ferm6e
et d'ot la nuit Fe faisaient entendre
parfois d'etranges bruits.
II y avait une semaineo, que M.
Duvignol habitat cette maison, qu'ua
a soir, ayant entendu un ddplacomeut de
e meuble dans sa chambre, il sme rveilla
e en sursaut, et vit devant so2 lit, un
t home qui reasemblait au commnjn

des mortels.
N'appelez pas au secouri, dit
l'homme doucement, je ne suis pas un
volear. Je viens vous demander si vous
voulez etre riche.
Mais oui... mais oui, bafouilla
Duvignol rassur. par l'allure tranquille
de son interlocuteur. Que faut-il fair
pour cela ?
Me sacrifier un poulet cl1que an-
n6e.
C'est dit.
Alors I'homme indiqua A Duvignol
l'endroit precis of il trouverait on tr6-
mor. 4
C'est sous I'escliier de la mason,
dit-il, un pen au milieu, fouillez six
pieds...
Le sendemain Duvignol fo'jilla et
trouva une jaire dani laquelie il retire
des bijoux, des doublons et des lin-
oets d'or. II1 s'empressa de vendre un t
ingota l'unique orfevre d'Andouilly I
et commencait mcme & changer ses
doublons quani I'homme mystdrieux
revint uns nuit et se plaignit de ce quae
Davignol tardait trop a executor le r
pact qa'il avait accept.
ltaisj'ai fait cuire un poulet A '
votre intention le jour m6me de la
fonille et je 'ai d6pos* de mes mains
sous I'e'calier dans a u plat on porce-
lains. Je no sois pas un ingrat. d
L'homme ricana ot s'ecria smbre-
meat :
Vows nariez done as comprise
quo poeL aw venut dire onfan.t.
-Psee dotout, fit Davigot. SY vou
croyes qaoe sus home A accomplir
de pimrillee pratiquei, voas voos trom-
pez.
--- Ah I c'est comme c, rdpliqua le t
nocturne visiteur, eh bien, ci bon !
Et il a'en alia on bougonnant des me- P
naces.
( Deux jours aprbs, I'aie6e des filles
do Davignol mourut subitement et le r(
lendemaFn ce tat le tour de la cadette. d
Affold, le malbeoreux p6rc court ch z o
violiard experiment& de s amis vi


CONTEST DU JEUDI


LA MASON VEMRTE


, terlouteur me d6passa vertigineaue-
ment. Et quand je voulus tirer, je ne le
t vis plus.
--- 11 avait disparu !
S-- Non. 11 s'6tait etfai par la pice
de derriere. Jo me prhcipitai a sa pour-
suite, mais je fus arrdtf pr63 du per-
ron au bout de la glerie par ma euisi-
nitre.
Antiope, m'6criai-je, quel chemin
a-t-il pris ?
--- Qui ?
L'bomme qui vient de sortir d'ici.
Jo n'ai vu personnel.
Vous n'avez pas va unse eip.'e ,tie
g6n6ral sortir par tette porte et gagner
la court pui sans doute le morne.
Non, m'chi
Haum lis-je, en fixant Antiope.
Elle d6tourna l:i tte. Je compris alors
combien j'ktais expose. Le soir mmto
je d6mdnageai chez on cousin qui ha-
bitait sur la Place du marcli4. Peu de
ternmp aprbs, je faR arr6tA comment cons-
pirateur et exptdid & Port-au-Prince.
Et la mason verte, dPmanda quel-
qu'un, qu'est-elle devenue ?
BiAlde en 1883. Et chose curieuse,
on n'a pa Prelt:'i sur le terrain. II y a
anjourd'hui des palmiste?, des coco-
tiers, des manguierA, des ronces et des
pines inais pas de mason. Et 'estet
tout. Libre A vous de voir du myst6-
rieux dans tout cela.
C'est que... fit le petit Castrol.
Mais Morange s'etait lev6 et avait ga-
gn6 la terrasse oi tout an tirant des
boulTbes de son havane, il contemplait
lee chastes etoiles, pendant que d ans
'a salle A manger, one discussion trbs
chaude continuait sor Davignol, les eo-
prits:et la Maison Verte.
FERNANiD IIIBERT.




Tournee Presidenlielle


A qua il raconta as tragique venture,
et celui-ci lai donna le conmeil de jeter
A la mer le tresor funeste, Duvigaol fil
come on lai avait dit, quitta le jour
mmem la maison verte et devint fou dana
la suite.
Je n'ai pas besoin de oous dire, pour.
suivit Morange si on parlait de cotte
histoire dans Andouilly. Pour ma part,
je no crus pas une minute qu'il y eult
rien de surnaturel dans tout cela Du-
vignol, selon moi, avait oeu allaire lbel
et bien A un home en chair et en os,
et non A un revenant,et la maison verte
n'etait probablement qu'un repair de
soversUtieux qui no subsislait que par
l'eflroi qu'en eprouvaient la population
st lea autorites. Fort de cette opinion,
je lonai la baraque, bien decided a tirer
au claircette affaire. Penlant trois mois
je no rema'quai rien d'anormal.
a Or, un soir, come je lisais dans
ma salle A manger une etude tri-s in-
tdressante sur Ph6r6cyde de Syros, le
plus ancien prosateur grec, qui n'a lais-
s6 en tout que huit lfgne of il est
question de voile sur lequel les savanfs
so disputent depuis des temps imme-
moriaux avec Une ardeur pleine de
sue,-- comme je lisais cette Etude, pj
sentis soudain un souffle glacd passer
dans la piece. Je me levai et allai fer-
mer la fbnotre donnant a I'est, puis je
regagnai ma place. J'avais A peine re-
commence ma lecture que le mtme
souffle glace envahit de nouveau la pib-
ce, et des pas lourd- se lirant entendlie
derriere moi du c;td de I'escalier. Je
frissonnai...
-- Oh assez 1 Morange, s'kcria Mme
Ancelin les yeux hagards, asszI Vous
voulez docn nous fare mourir de peur
cette nuit.
Les autres dames qui entouraient la
la table s'effrayerent #galement. Alors
leurs maris las inviterent A passer am
salon. Mais, la cariosite fat plus forte
quo la peor, elles refusbrent de quitter
la table. Ec biontut tont le monde fut
d'accord pour quo Morange continurat
son recit.
a --- Je vous laiske A penser. reprit
Morange imperturbablement, jd vous
laisse penser quell minute je vocus
quand dans cette maison liabit6e par
moi seul avec une cuisini6re et oun pe-
tit garcoo,j'entendis quolqu'an qui sem-
last etre u.e masse do fer marcher
lerriAre moi. mais j'attenda i deputy trop
ongtemps catte hoeure, je me levai et
me retournai. Jo via un homme de
grande taille, v6tu en general de divi-
ion, qui me regardait d'un air son-
eaur. Jo le considerai de mon cO'd avec
e plus grand sang-froid. Le premier, I
I parla.
--- 11 faut quitter cotte mason, dit-il, i
I'une voix cavernous. I
-- Pourquoi? .
Parce qu'elle m'appar.ieot et que
e l'habite.
---Qui 6'e-vous done 0
Cola ne vous regarded pis.
Ea bien, je ne l quaitterai pis.
Si vous prdf6rez mo air, c'est au- v
re abose.
--- Jo no la quitterai et je ce mourrai
as, espcjt do sale houngan lile vous
tes c
Et en parlant dela sorte.je saiss mon d
revolver qui se troivait dans le tiroir d
e la table pres de laquelle je lisals i
so minute auparavant; et quelq ue p
if que fat mon geste, men etaange n-


Nord
NOVEMBRE 1909.


Ven les 5 heures du soir, accompagod
de tout son monde,les gros bonnets come
les ptits, le Gal Antoine Simon se rend
au Palais de 1 Indipendance construit en
1903, par le Gouvernement de Nord-Alexis.
Nous voili easuite de nouveau A la de-
meure presidentielle. Car nous n'oub'ions
pas que ce soir, il y a bal, au Club Go-
naivien, en i'honneur de Son Excelle ice.
Poartant des dix heures nous abandonne-
rons la partic. Nos membres sont foii bu;
et nos jambes bien faibles. Et en ou re le
President doit etre demain i Marchand ou
Dessalines.
Le lendemain, en effet, dos six heores du
main, le General Antoine Simon e.t ea
oute. Mile Cdlestina est aussi en selle,
roes le peasez bien. Fame use chevauzh.e
Ie cette chevauchbe des Gonaives A Dcs-
alines.
La route est loogue, longue vous de-
oouager. Et pui ce:te maudite poussiere
le I'A ibonite qui voos etouffe !...qu ad
Joac, Se-goeur I arrivera -t-on ?... E&,ri,
remn I o heures, Son Excellence sacr
red Marchadw....
Ne voo S oannez pas que je dise qo:


Dans le


I_ r


- -- -- ---










Son Excellenace surprend Marchand. En ef-
fet, la surprise est complete : je ne peux
paS vous dire comment cela s'est fait ; le
D6lgud avait omis d'avertir le comman-
dant de I'Arrondissement de Dessalines.
Aussi, au premier moment, celui-ci ne sait
que fair, ou donner la tate. II est forneux,
il peste et il a raisoa. Mais, come il dit
si bien, uon soldat n'est jamais pris sans
vert. a En on clin d'ceil, le G6neral se
met en frais, sou'cve la population qui
vient se presser sur les pas de Son Excel-
lence, et reqoit son chef, A satisfaction.
Le President passe toute la joarne et
la nuit du Vendredi au Samedi dars ce pe-
tit trou de Dessalines. Je crains bien de
vous fire la description de la ville chdrie
de I'Empereur Jacques. Car it se pourrai.
tries bien qoe les Dessaliiens soient aussi
ombrageox que mes boas amis les m6liens
Cependant qu'il me soit permis de deman-
der oiu est le Palais de I'Empereur ? Qu'en
avez-vous fait, commandants de la place ou
commandants de l'arrondissement ?,.. He-
las Vous ne pouvez-pas ripondre, puis-
qoe les morailles de vos maisons vcus ac-
cusent. Ah I qae c'est triste c'est ainsi
que le Palais de Sans-Souci du roi Chris-
tophe s'en va, brique par brique. Dans
quelques anndes, il n'en restera pas pierre
,ur pierre. Et pourtant, ie ne sache pas
que, come le Temple de J&rusalem. Jesus
Christ I'ait maudit. Mais, en Haiti, it y a
quelqu'un de bien plus puissant que le
Christ, c'est le commandant de place.
Luc DORSINVILLE.





REXSIGN3MNNTS
SMZTXOHROLOGIQUVN3
Obsearvatoleo

SEI INAIRE COLLESK St-NARTIAL
MERCREDI 28 DLCEMBRE 1909


Saroamtre A midi
Tomp6raturMe.inimum
(maximen


763 /*"I
18,9
30,5


Moyenne diurne de la temperature 23,1
Ciel un peu nuageux touted la journee.
Horizon fortement *embrumE. lIosee. Ba-
rometre ientement en~baisse, avec augmen-
tation de temperature le jour.
J. SCHE.RER
Fermeture de la malle
Les depeches pour Saint-Marc,New -York
etl 'Europe par le sis Hollandais a Prins
der Nederlanden a seront fermies Vendredi
31 Decembre courant A o heures du soir.
*
*
Celles pour Kingston, Colon, Ntw-York
et I'Europe, via Kingston. par le steamer
a Sarnia a seront fermies Vendredi 3 x De-
cembre coutant A 3 heures pr6cises de l'a-
pies-midi.
Port-au-Prince, le 3o Decembre 1909.
Elections 1910
'Nous avons refu le plaard su'vant :
ELECTEURS DE PORT-AU -PRINCE
Voulez vous que les int&rets de la com-
mune soient convenablement adminis rEs ?
Designez aux prochaines Elections come
consellers les citoyens don't les noms sui-
vent :
Joseph Eug. Paul, Abel Daumec, Amil-
car Duval, Th. Dossous, Fernand Riviere,
Dr Gaston Dalencour, Bellegarde Fourreau
Emmanuel Domingue, Claudius Ganthier.
Joseph Verrolot, Simon Vieux, Alcidama
Duroseau, Josue Blain, W. J. Vital, LUon
Mathon.
Mort do M. Laffan
Le mois dernier, Mr William Laffan,
le proprietaite bien connu do Sun, est mort
dans sa maison de campagne, A Lawren-
ce ( Long-Island ), des suites d'une opera-
tion de l'appendicite.
M. Laffan Etait un des hommes les plui
connus des Etats-Uuis, oi il s'etait acclis
une grande reputation, tant comme publi-
ciste, proprietaire du 'ew- York Sun et
fondateur de la grande agence de novel
les qui porte son nom, que comme criti
M d'an IU a dedst plosleurs ouvrr s sou


les beaux-arts, I'architecture et la cdrami-
que. M. Laffin etait ne en Irlande, en jan-
vier 1848.
Courses au Champ-de-Mars
Oa parle dans le monde des sportsmen
d'un match sensationnel qui mettra en lut-
te a Vertige v, le beau favo.i de Henri
Roux avec un coursier incounu J Port-sa-
Prince, e: qui est one nouvelle acquisition
de Charles Coles.
Les paris se seraient eleves jusqu'ici A
Cinq mille gourdes
Nous attendons d'autres details.
Biiangailles
Nons enregistrons avec plaisir les fian-
qi les de Mile Mayotte Robion avec Mr
Mau'ice Chdriez, fits du sympathique com-
merqtnts Fl1ix Chirie z, president de la So-
ciete de Bienfaisance franchise.
Sinceres complimennts aux jeu:es et
charmants fiancds.
Arpenteurs- Gom6tres
Les membres de la Corporation sont
convoques le veodredi 3 1 du courant
heures de 1'aprbs-midi.
Le Secr/taire, L. OSSELIN.
Cartes postales illustr6es
La plus jolie collection de Cartes pos-
tale; illustrees pour voeux de bonne annie
se trouve
A I'ANGE GARDEN
98, Rue do Reservoir.
Industrie Nationale ii
Le public se rdjou'ra d'apprendre que 1'e-
tablissement du liquoriste distingue Bias
Vieras restera ouvert pendant toute la nuit
du 3 D&cembre au zer Janvier. On y
trouvera des liqueurs et des bonbons pour
tous les gouts.
Conseils d'un m6decin
A propos du corset
La toilette des femmes a pour fin su-
preme l'attrait do sexe et ne se soacie pas
de la commodity ", a dit Jules Lemalire.
Qa'importe, en effer, Ai la femme son bien-
6 desire ; souffrir et compromettre sa samnt
n'est rien ; il faut a plaire u, beaucoup et
longtemps. C'est IA l'instinct, la nature do
sexe charmant : plus encore... c'est sa vo-
loat6.
Mais combiea de femmes soont assez bien
faites pour pouvoir se passer de l'aide do
corset,qui doit corriger leurs imperfections
en comprimant les exces et en sopplEant
aux manqu's ? Auss comprend-on que
que malgrE le supplice que le corset leur
icflige, et !es maladies qu'il engendre, les
femmes n'aient, depuis Hippocrate m6me,
jamais pu I'abandonner, en dEpit des con-
s ils des |hygiEnistes et de leurs prescrip-
tions. Ne pouvant le fair supprimer, le
mddecin doit s'effarcer de diminuer ses
dangers.
It y a done danger a porter un corset ?
me direz-vcus. Oui madame, an manvais
corset qui vous serre ineonsidErEment est
dangereux. Et vous le sivez tries bien. tout
en ne volant pas en convenir ; car, le
soir venue, vous Eprouvez certainement un
exquis soulagement a secouer le joug de
cet audacieux tyran qui vous serre de trop
pr&s I
Cestes, sous Louis XV, vos aieules
etaicnt p'us gnees qce vous ne l'etes ; les
Svapeurs ) don't elle s jouaient peut-etre
un pen trop, Etaient certainement dues en
grande parne au carcan qu exigeait la mo-
e d'alors. Car, madame, bon nombre de
vos indispositions, voire meme de vos
maladies, vous les devez a votre coquette-
rie. Mais, comment vous les reprocher ?
N'est-ce pas pour nous plaire que vous les
.ubissez ?
t~---
La constriction exagEr6e dn corset peut,
en s'exercant sur la foie, la rate on les
reins, en provoquer l'abaissement. It n'y a
cependant pas lieu d'exag6rcr outre measure
Sle r6!e nefaste du corset A ce point de rue.
Pour ce qui est da rein mobile, par esem-
pie, don't la cause a ete attribade pendant
longtemps a (son action, il convient de ne
Spas trop l'incriminer. En effet, les medde-
Sins aui ont pu observer A ce suiet les


* temmes arabes, qui ne portent pas de cor-
t set, se sont rendus compete que la frequen-
- ce du rein mobile etait chez elles A pen
- pr-s dans la amme proportion quake ez
r, Ie EBuropdeaaes sones.


Sur I'estomac et l'intestin. le corset trop
serrd peut avoir l'iofluence la plus mauvai-
se, qui se traduit par des troub'es digestifs
accentuds. Ceux-ci A leur tour se rdpercu-
tent sur la peau du visage, et s'y rdvlent
par des roageurs, des boutons, de Lacnde,
de 1'eczema, de la couperose, etc. Songez,
madame la purete de votre teint a bien
aussi son importance !
D'une manimre gindrale, on peut dire
qae si le corset cause de graves d6sordres,
c est moins lui qui est le coiipable, que
voas-meme, madame, qui tenez trop a lui !
Puisque vous voulez nous siduire et que
nous voulons votre bien, nous vous enga-
geons A renoncer an corset a cambrd v.
Vous n'en voulez pas d'ailleurs, car il fait
une taille a en siblier 3 qui n'est pas mo-
derne. Enveloppant le thorax et I'abdomen,
son maximum de pression s'exerce A la
taille : il comprise la poitrine A sa base,
repousse le ventre de haut en bas, et pro-
duit ainsi de graves desordres : aussi le
jugement porter centre lui doit-il tre sans
appel.
Le corset dit c droit a qui est de mode
aujourd'hui constitute, certes un progres ;
il serre moins la taille, digage en parties 1?
base du thorax, mais il a le defaut de com-
comprimer beaucoup trop l'abdomen, et
de l',craser au lieu de le remonter.
Le vrai corset hygi6nique est le corset
a abdominal P qui, pregnant son point d'ap-
pui sur le rebord resistant du bissin, sup-
prime la constriction de la taille, laisse
touted leur liberty aux c6tes. et sontient
de bis en haut les organes abdominaux au
lien de les comprimer. Parfait, me direz-
vous, mais . il ne soutient pas les
seins I Qu'importe, madame le 4 sou-
tien-gorge independant est bien pdff6-
rable, et c'est lA certainement le meineur
moyen de porter aide et protection A ces
" coquins de pendards ", comme les appe-
lait Voltaire.
Doc:eur X.


Le Roi
des Cin6mas

Nous avions bien prdvu qua la
fite d'hier soir serait un veritable
triomphe. Le public nombreux qui
se pressait A lI'Htel Ballevue* a et6
tenu sous le charm pendant tout le
temps qu'a dur6 la representation.
C'est le premier appareil d'un aussi
puissant perfectionnement qui ait fait
admirer A la Capitale des vues d'un
effet remarquable, varies et de lon-
gue durde.
Le catalogue des films a 6te mis
sous nos yeux et il y a de grande
surprises pour les amateurs. Diman-
che soir sera repr6sent6e ;
La Passion do Jes s-ChO-ist
Cette magaifique et merveilleuse re-
production du drame touchant de la
vie de Notre 'Seigneur, montre Je-
sus et ses disciples, Pilate, le roi Hd-
rode et tous les anciens personnages,
t6moins, ainsi quo 500 soldats remains
et civils; elle d6montre la vie de no-
tre Sauveur depuis sa naissance jus-
qu'A son ascension.Cest une reproduc-
tion de la derniere representation de ;
Ober Amercau de Bavi6re
Tout le monde, jeunes et vieux ne
devraient pos manquer d'assister a
cette soiree qui sera un souvenir 6ter-
nel de la vie reelle et des aouflran.
oes que notre Sauveur a endurees.
Cette passion comprend 4000 pieds
de films.
Nous ajouterons au Programme :
Le Rouleau de Linoleum (comique)
Le Buffet mysterieux (comique)
Danse de Serpentine, exEcutes par
Madame Sieva avec effet de lumibre
imitant la danse de Loe Fuller.
Leos dispositions de l'H6tel ont per-
mis aux artistes d'organiser une es-
troade th6atrale qui permet aux spec-
tateurs d'admirer lea dernieres mer-
veilles cin6matographiques.


PANAMAS I
Pour Hommes *t pour Dames,
Melle. L6onide Solages, 22 Re.
SFroats-Fortl.


ches
4d"


HOTEL MORCH

L'ORCHESTRE TURNER
JOUUEA


D.MANCHE 2 JANVIMR 1910 DE 4 A 5 i/a-?
DE L'APRiS MIDI
Entr6e g6n6rale 1. Gourdes
Enfants : 50o Centimes.
VOITURES, conteSant 4 personues
TRois GOUaDES.
Consommations de zer choix: Th6,Cho.
colat, Sorbets, cr6me ila glace, Bonbons
Sandwiches, etc, etc.

VENTE
PAR CONVENTION SPECIAL
ET
Au dessous de la mrise 6 prix
En vertu io d'une obligation hypoth6-
caire souscrite en faveur de monsieur Li-
on D6jean par acte an rap port de Me As-
trel Laforest et son colleague, notaire en
cette ville le neuf f6vrier mil neuf cent
neuf, enregistre ; 2 o d'un commande-
ment fait i Monsieur Emmanuel DEces-
sart le vingt sept septembre dernier et
demeurb intructueux ; 3 o d'nn jagement
rendu par le Tribunal civil de Port-au-
Prince en date du vingt decembre count
enregistr6 autotisant la vente au demoss
de la mise A prix de la propric6t ci-apres
designie.
II sera proc6d Ile vendredi trente et un
decembre mil neuf cent neuf A dix heures
du martin en l'etude et par le minister
de Me Astrel Laforest A la vente au des-
sous de la mise A prix d'une propri6t1
fonds et batisses sise en cette ville de l'au-
tre c6o: du Portail St Joseph, aujourd'hbui
avenue Dessalines, de la contenance de
vingt six pieds deux pouces sur la dite
avenue, de trente quatre pieds sur la fa-
qade opposee sur une protondeur de qua-
tre cent neaf pieds an c6td sud et qaatre
cent treize pieds au c6t6 nord borne au
nord savoir par:Mm"* Hildevert Benott, au
sad par Madame Veuve Georges Cscdis,
et Antoine Benoit, i l'Est par I'Avenue
Dessalines : et A l'Ouest par la Saline
tell d'ailleurs que la propriet6 se pour-
suit, &tend et comporte avec appartenances
et dependances sans aucune exception ni
reserve.
La vente aura lieu'au dessous de la mi-
se A prix fizde dans fe cahier des charges
a deux mille six cent quatre vinit huit
gourdes ou're les charges de l'enchT&r...
A la requete de Monsieur Lion Dljean
avocat propriitaire," demeurant et domici-
li6 A Port-au-Prince, ayant pour avocats
consti:u&, Mes Franqois Moise et LIonce
Viard, contre Monsieur Emmanuel D6ces-
sart propriktaire demeurant et domsicilik
6galemenr A Pcrt-au-Prince,
Pour plus amples renseignements s'adres-
ser i Mes Leonce Viard et Francois Moise,
avocats poursuivants on A M! Astrel LA-
forest, notaire d6positaite do cahier des
charges.
Port-au-Prince le 28 D6cembre 190o9.
(Signd) FRANsOI MoISE, at.
L ONCE VIARD, V.
L. T I I S voulel-vous bien
LECTEUR S,fumerAllAs- A la
Rue des Miracles ou F6rou Nos 259 t 110,
et Rue Roux ou Bonne-Foi. No 51ivousitrou-
verez les- CIARUS DU CWTEWAJRX do PArS do





Le vapeur ( Sarnia ayant qultt6
New-York sanwmedi 95 couranS, dirCto
meant pour notre port est atends icb
vendredi 3i D4ecembre, il partira proba-
blement dans I'aprbs-midi, >our
Kingston, Colon, Port-Uimon t Nw-
Yor6, pregnant la mall fret et pMS-
gers.

La mall pour l'Etranger(vIiA M
ton ) former a a poaste v ol
corwaus a& 4 hurs. de lapre-tidI.
Port-au-Prince, 8 Ddoembre i0.
F. HBRRMAN C'
I A9WA.







L'USINE A GLACE
DE PORT ACU-PRINCE
A l'honneur de pr6venir ses clients
lU'o 'r-.casion des fetes, son debit
gera w ..6 leos 5 et 2(; du courant et
0j 1 et S janvier prochain A Une heu-
r et demie de l'apres-midi.

Avis
LA COMMIssION D'ORGANISATION Dig
LA PARTICIPATION DE LA RiAPUBLIQUE
D'HAITI & I'ExPOSITION INTURNATIONA-
LE Di BRUXULERS
levite les personnel, voulant faire ti-
rrer leurs oeuvres, leurs travaux ou
rs products a cette Exposition, A
zpddier au local de la Chambre de
Commerce de Port-au-Prince, rue des
Fronts-Forts NO 5, dans le courant
du mois de janvier prochain, les ar-
ticles dejA -prdpares afin de prendre
Start I'rExposition locale qui aura
ieu & Port-au-Prince vers le ler Fd-
vrier 1910, avant 1'expddition a Bru-
xelles.
Port-au-Prince, le 24 D6cembre 1909.

Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ

JAIME TESTAR
Le cbapelier remarquable, avan
tageusement connu,fait savoir au pu-
blic en g6n6ral et a sa nombreuse
elientble qu'iI vient de transf6rer sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANCIaMNs MAIsoN DU LOUVRE )
DR LA PLACE GEFFRARD A LA
GRAND'RUE OU RfPUBLICAINE
No f 49. En face d4 la Poste
Le nouvel 4tablissement est ou-
vert sous le nom de la flour de
1'Am6rique
II promet soin et promptitude
comme toujours.
L'Administration du MATIN in-
forme ses abonn6s qu'ils no doivent
rien payer, abonnement ou autres,
que oontre reQus imprim6s et por-
tant le timore du journal.
L'Administrateur,-- Arthur ISIDORE

Avis Important

Le soussign6 repr6sentaot de la fa-
mille Acoune Jeune de St-Marc. par-
tant son spouse et ses st, irs l1gitimet;
Vve J. C. DAvid, Dine Marc Saget et
Maria Acoune, declare que nul ne
doit s'initier dans ce qui regarded les
affaires de Mine Vve Destin St-Louis,
d6c6d6e il y a huit jours,en attendant
que sa succession soit r6gl6e. Ceux
qui se croiront autorisss A agir dif-
f6remmnent en seront seuls dupes des
consequences
Port-au-Prince, 27TH BONNEFII909,
Port-au-Prince, 27 Decembre 1909


LigneHollaidaist

Lo steamer PRINS DER NEDERLAN-
DEN venant des ports du Sud sera ici
vendredi soir ou samedi matin et par-
tira dimanche matin A neuf heures
pour St-Marc et New-York.
Port-au-Prince, le 29 D6eembre 1909.
AUG. AHRENDTS, Agent.


Hiisloire dHaiii
DOAPRtS UN PLAN NOUVEAU BAS*t sUR
L'OBSEAVATION DES FAITS
( 1804-1909 )
PARt AUGUSTE MAGLOIRE
Dk-UjLA.IME PARTIES
eBMLnagjuXrectioxa.M
TOME PREMIER
PRIX: 3 GOURDES,


D. Romulus
38, Grand'rup, 38
Sirops supdrieurs, et de tres bon-
nes l'queurs,qui ne le c6dent en rien
aux product, exotiques. Remontons-
nous par dubon rhum lAccourons tous
en foule chez l'honn6te et conscien-
cieux.
D. Romulus, Grand'rue, hallA N 0
38, non loin de la gare du Nord.
Distillateur-liquoriste, Industriel, qui
a obtenu une Mddaille d'argent A i'Ex-
position universelle de Saint Louis
(Etats-Unis d'Amdrique) en 1904, et
une autre A l'exposition de Jameston,
en 1907,

-RESTAURANT ST-JOSEPH
JOSEPH DESRIVItRE
A l'occasion des f6tes de fin d'an-
nbe, service special, menus varies,
table d'h6te.
Toute la nuit du 31 D4cembre au ler
Janvier, GROS BOUILLON A LA CRtOLE,
consommations diverse.

J. LELAINC
188, GRAND RUE |
Confection et reparation
SELLES et HARNAIS en tous genres

ON ACt CTE ,re
ON N II et miel, a
Pktion-Ville, usine cafLiire.
CIRE & MIEL


A Port-au-P rince,


40, rue F6rou.


MASON DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu de la
Rdpublique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par les
derniers Steamers une Vari6td d'dtof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote. Drap vert et bleu d'une
r6elle suporioritd.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE 1 SOLIDITY !
L'dtablissement se recommande aux
clients les plus ddlicats qui appr6-
cient chaque jour davantage le FINI
de son travail.
Demandez chez Joseph Sain--Cloud le
Restaurateur de la Sante et des Cartes po;-
tales Illustries.


Gu/rsarn de 31- me ri
Ittelitte de TUDERCULOSE PULEONAIRE
par le Ir,,i~ee~n'pt i base dE"Uxir LDupeyrou~x
%I-' Ge...t t- ;iteG' rnI N. (; -tori-ttte Lou .4, qiac
repr~eitv koph.0,.grdvtar#- ci-cmtitre esatirec a Vitry.
IParie.41--atr-1. A Is
l -I AIt 1'4 DU, 2 tji d I a14.V4
I i lla iIr pPi4 4 )ii 141
ich*.t l t ii~t iertl
1 1ir: trti
I 4i rCf I j % I.4e
4. ~ e. aVMIIde~raipf
&htii. 1.4 ai t d il. IIC
Sgee de chleiager de
Iteige. lleie pate seeI ereswtl Ire a se" rer sitilt clifalt
ftee de ti-rot, aais .ncalicre mais ~cEI4 mei1..Maigre cps
maullaills ~C, aeciti toiS. ete- ,Ila.,in.e I u x iajidemenet,
griice au tr.aiitnt-jurtt a befse diELIKJH DUPEYROUX
W llehesuivil avec j4re\,rlt&..a fisllide jui iat Iu
(i~ueraat etait coinpjleteaa'i t c itt elr. File 111'.1 per-
mmis de publier *oil cas data. iv btat d't-tre utitile A m"s
rncmblabies. IDocitcur I)IIEYHOUX,
r), square de Memisine. Paris.
P.-S. -- L'Eliixr Dunpeyroux eist A base de creooite
vraie de bihre, lode, tainiti et gh-ci-ropliasphale de
chaux. 11 agit Can provoqualitl a Iorauataon dWash-
toxines tuberculeust-. dairnalAcst-ruipan .ligucaa. Le tiacon
d'Elixir Dupeyroux, *ntoua-c de iasanethode di.htrot-
tement de J& tuberculose emphiytb par Ae douctrur [Pu.
peytouix,*at en vente ckiez Jo meCht. Ewald, pjbw-

Tib~re ZUphirin Bell
Fabricant do chaussures
Rue Tiremasse, facade Nord do
ia Place de I& Croix-des-Bossalos.
sptcIAuri.
PANTOUFLE3S MULES
VIEEZ VOIR


A la Metropole


MAISON JULES LAVILLE
93, RUE I DU MAGASIN DE L'ETAT.
Viennent d'arriver A des prix detlant toute concurrence:
Fromages Pate Grasse de Munster 'a P. 2 la liv.


D4licieux Biscuits tins suecras
Biscuits lins non sucres
Figues, Prunes


a P. 1 112
A P. 1 et
A P. 1.25


la livre
1.25 la livre
la livre


Fruits cristallis6s a P. 2.50 la livre
et en boite de I Gourde
Beurre de Table extra, ferblanc de 1 et 5 livres
Vins fins de Liqueur et de Dessert
Vins de Table blanc et rouge
Champagne Vve Devaux Epernay
Champagne Vve Devaux Epernay
Le mneilleur a' prix rcdiuait.
X~ae-

Entreprise

D'EAUX GAZEUSES


Fond6e en 1899
21, Rue F6rou, 21.
Ginger Kola
Kola-Champagne
Soda-Water
Siphons
Sirops
Liqueurs
Bitter
Vin- de Propritar e
Vins de Propri6tair e


Mr


Fernaiid Loniewski


Proprietaire-viticulteur
A l'avar.tage de fire cory itre au public les prix le s~o~ .lillreents pro'tuits
vi soot en vente A son ,161pt situd au No 'f3 de la rue de Fr.onts-Forts (llall(
ylvain ).
VIN ROUGE A 3 et 4 gourdes le t1allon.
VIN BLANC a 4 et 5 gour'les le gallon.
VINS ROUGES en caisse dte 12 bouteilles A 20 et 2. gouArdes la (.Aisse.
VINS BLANCS en caisse de '12 bouteilles a 25 et :30 g,'irdes la caisse.
Muscats, Malaga, Madere, Clairette, Vcrmouthl, 3Haiyuls, lic.trdarn, Quatiquit
en fats de 16 et 3"2 litres, par gallon et en bouteillus cacheties a das prix tit
moddr6s.
VINS DE CHAMIPAINE renommd4 :
Roeder*r, Mercier, Bumet & (Ci-, etc, 5 partir de P. i.00i la bouteille jus.
qu'a P. 16 00.
Pour la vents en gro; de touts les marchan lisis ci-dessus it eat fait des
prix p46ciaux.
o ----


Pharmacie W


Place


Buch


de la Paix


Execution prompted et soign6e des ordonnances.
Analyses scientiflques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autres
a6thode amdricaine ( fire essay 1.
Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops
Champagne & P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en
Propritaire : W. Buch


intaux d'aprbs4a
atvtritable Kolai


detail


Pharmacien dipl6m6 allemand
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux- Gonaives : Madame P. Laraque
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-GoAve : HermaanReimbold & C*








AGENCY SPECIAL


de la Regie FranCaise des Tabacs

Pour la R6publique d'HaiUt
Extrait du TARIF G6n6ral, D6omnbre 1909.


Tabacs Scaferlati


GOl


LEVANT suPRiuuaR (dit tabac d'Egypte) la Botte de
50 grammes
LzVANT ORDINAIRR paper violet liss6, Ie paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes


CAPORAL SUPERInUR paper bleu
50 grammes


le paquet de


CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRE paper pAte brune le paquet
de 40 grammes
TABAC A PRISER, Virginie haut godt, paper jau-
ne, le paquet de 100 grammes


POUDRR SUPERIEURE, paper bleu le
100 grammes


paquet de


POUDRE ORDINAIRE, paper brun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MACHIR roles Menus files le paquet de
100 grammes


1.25

0.90
0.70

070

0.75

0.60

1.50

1.50

1.20

1.50


Cigarettes


GOURDES


NINAS 1e paquet deo 20
do Ie paquet de 10
CHassaUR le paqnet de 20
Honrnoisms enlevant supdrieur Le Bondon de
20 cigarettes
do on caporal asu prieur paper rose, Ie
paquet de 20
do en Maryland le paquet de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ELEGAoNTS en Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal sup6rieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FRANVAISES en caporal superieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland papier jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ROUL9S en Maryland et caporal supdrieur le
portefeuilles de 20
do en caporal doux la bolted de 10
do en caporal ordinaire le portefenille
de 20
do la botte de 10


L.d'AA~.ger.t Special,


NICOLAS CORDASCO

157, rue R6publicaine, 157.
A su conquarir en peu de temps la premiere place tant A Port-au-Prince quo
dans la Province.
Le veritable succes don't elle jouit est dA au choix incomparable de ses mo-
deles sur former francaises et amdricaines d'une 616gance irr6prochable et
rdpondant A tous les caprices du bon goit.
Tous ses modsles existent en magasin en toutes pointures et largsurs lui
permettent de chausser tous les pieds, mrme les plus difficiles; et la modi-
cite de ses prix est accessible A toutes les bourses.
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas A se chausser dans le maga-
sin seront satisfaites dans les 21 heures par un article fait sur measures.
N.B.- La maison peut chausser; sans prendre des measures, les personnel qu
ne peutvent s'y rendre.
II suffit de lui envoyer une chaussure allant bien' ou sinon lui signaler les
d6fauts.
Les chaussures n'allant pas bien seront remplacdes par d'autres, rectifides
d'aprbs les observations fournies.
La faculty du retour est permise dans les 21 heures aprbs la livraison. Si
les chaussures out 6t6 port6es ou ne sont pas A l'dtat complete do neuf elles
seront rigoureusement refuses.
La maison defie toute concurrence, et envoise franco en pro-
vince.
AVIS.- La maison a nouvellement recu un assortment incomparable de
peau: veau verni, vAche vernie, vAche noire, veau satind, kangaroo, chevreaux
glacds noirs, jaunes, champagnes, rouges, etc,etc.
Vente en gros et en details
Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sortes de tournitures
pour cordonnerie A des prix excessivement r6duits.
Ces prix exceptionnels ne sont obtenus quo parce que la maison ne fait
plus ses affairs que directement avec les fabriques de peaux et de fourni-
tures, des Etats-Unis telles: que tirants, ceillets, lacets, clous, dlastiques, fil
pour machines et pour cordouniers.


Mme Philippe Kieffer & C0

Maison fond6e depuis 1895
4, RUE DES CISARS.
Seuls repr6sentants de la marque Ha~n BuIJOU FILS ET ARNAUD,
de Bordeaux.
Vins sup6rieurs garantis
ENGROS & DtETAIL.


1.20
0.60
0.90
1.20
0.85
0.85
0.65
0.05
0.70
0.70
000
0.60
0.00
0.60
0.45
075
0.40
0.60
0.30


J. LAVILLE.


Voulez-vous Wtre mieux chauss6 ?...
II est tris rare de trouver dans une
mdime confection I'El6gance et la so-
liditd
MM. VITIELLO fr6res,
les sp6cialistes en chaussures pour
hommes, formes frangaises et amdri-
caines, ont l'honneur d'annoncer A
leur nombreuse clientele qu'ils vien-
nent de recevoir de nouvelles formes
Du Dernier Cri Parisien du ve-
ritable Modern Style.
Les Chaussures sont reconnues in-
comparables par la Commoditd de
leurs former et par leur Soliditd joint
A un travail entibrement fini.
La Maison possede en d6p6t des
mat6riaux de premier choix prove-
nant des meilleures fabriques des
Etats-Unis et de France.
Ohevreau verni, Extra-Qualitd,
la meilleure marque.
Peau jeaune de toutes nuances,
veritable Cuir de Russie.
La Quality des fournitures emplo-
ydes dans les souliers et les sons
apportds dans la confection nous per-
mettent de les garantir comme les
plus solides et les plus durables.
Stock de Chaussures fines pour la
vents en gros et detail.
Assortiment complete de cirages et
lacets de toutes nuances.
Prix fixe mais mod6rd.
Adresse : VITIELLO fr6res
145, Grand'Rue, en face de la Poste

BIBLIOTHEQUE MODERNE
4, RUE DU FORT-PER,
A. L. HORELLE
Aboniiement G. 2. Caution G. 3 1/2
A partir de Ddcembre, le service
d'offre des nouveaut6s parnes A Paris
commencera.
A tout abonn6 renouvelant son abon-
nement,et a tout novel abonnd, il sera
donud pour le mois de Docembre, A
titre de prime, un lot de cartes posta-
les de la valour marchande d'une gour-
des.
Ce qui en rdalitd laissera l'abonne-.
,meat A Une gourde. .


I
I
1


I manlgzI piS oC llp
3'11 n'eatfaitavec la "Pillsbury,&
Best."
La meilleure farine du mood
Cello qui donne le meilleur pal
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus l6ger.
Pour tousrenseignements a'a
dresser A :
Ernest Castera
repr6sentant do la PiLLusBuyy'5 WAs.
zUMn FLOUR MILu Co MIsKAo u
DILS


NESTOR FELIU
L excellent tailleur avantageusemenj
connu de toote la R6publique vient
de rouvrir son atelier Rue Fdrou,
( Rue des Miracles ) No 61.
Sa nombreuse clientele trouvera
come toujours touted satisfaction
pour le travaux qui lui seront con.

LA
LA


Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA


GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el-
le vient de recevoir, par dernier ba-
teau, une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures de toute fral-
cheur et de touted beauty, import6es
de France, d'Allemagne et des Etats-
Unis.
Le public l66gant, curieux de se
bien chausser, y trouvera les peaux
lea plus solides et aux nuances lea
plus varies les former les plus belles
et lea plus approprides.
On n'a qu'a venir cbez G.B. PITOIA
pour 6tre assure d'etre chauss6 sui-
vant les meilleures lois du confort et
de la mode. Sp6cialit6s pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fournitures
et mat6riaux divers pour cordonne-
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix les plus mod6r6s, A
LA CORDONNERIE NOUVELLK
143,GR AND'RUE1 43,


A LtLGAiNCE
QORDONNERIE.


42, Rue des Fronts-Forts.
CHAusSURSU MN DiP6T,POUR LA VEKMT
Promptitude et soin aux commas-
des taut ici qu'en province.
Chaussurea do Dame forms *t tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
souveaux.
Former amdricaine st franchise pour
Messieurs ; 61Igantes at commodes.
Pour ls eonfants Is plus i'aisoe.
Travail solid exocute aveo
des peaux do promi6remarque.
Assuranse do grand rabais.
Pates. Cirages at Liquttes

Francisco DESUSE

Fabricant do ohaussures

La Manufacture a toujours en ddpO
ua grand stock, pour la ventse eon
gros et on detail, de chaussures 03
tons peares pour
MoMmas. Famus. KWANIs
Los commandos des commeorants
de l'int6riour pourtOMt 6tre 'ex6cnut6
dan anuse romaine A pen pros.
R, Rue des Fronts-Forts, 33
PoMa--ra-n a ( Asm )


yk


-1