<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00811
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 29, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00811

Full Text



Troisi6m nAnn6e, NO 828


Port-au-Prince, Haiti


Mercredi, 29 D6cembre 1909.


ABONNEMENTS
UN MomI G. 2.00
Port-au-Prince
Taois Mols... 5 00
Dtpartements UN Mois .,. G. 2.20
TaRos Mois 6.(00
Etranger. ... noss Mois. 8.00


1l6ment-Maglolre
DIRNCTRUR-FONDATEUR


LE NUMERO 15 CENTIMES

L 1 ranus< itP ii ll-It' ln nl I ," ,'ri int
> I t en Ii
REDACTION ADMINISTRATION



Arthur Isidore
ADMINISTIRATFUH


)


OUOTIDIEN


lea fora capturer confornimonAt A la loi.
I.P. rII V i saTr e ra trro r nLe Gdndral Joannis, ayaut o036 prot[-
BJ OU PUUU1bu llllUy l sl ~rer deo parole mena;antos, dl'apr6s co
qui m'a 4td rapportd,contre le i capteurs
h- d la commune qa arr6teraient sea
On prdtead qua les "oies blanches' soa. d'un guet-apeas. OC a beau penser pores, j crois devoir vous pr6venir que
smt extr6moment rares a notre dpo- que l[affaire s'arrange on douceur au ma un malheur arrivait de ce ch3f, j*
quo. E est-on bien sfir? Certes, nous moment vaula. Oai, saas doute, son- me verrais oblig d'en laisser toute la
vjyons autour do nous beaucoup de vent. Si le jauae dpoux a quelque no- restoonsabilit6 A qui de droit.
jean? C6mincipde flirteises a outran- b'esse d'Atne, quolque d61icatesse, si le J espr ouavec votra prdcieax c(n-
e*, qui prenoent des airs sournois3- respect n'et pia mort en lai, c3li va "ours, les g nArauxJoannis et (Carlus
raeat ranseign6e quand lleos eoten- tout soul. M is il n'en est pis toujoura avec qui, d'aillears, j'entretiens de
(teat use iacoavennce... Eit-on bien ainsi. OhI' non. pas toujoars II nefaut bons rapports personnels,c, omoreniront
str qu'elles solent aussi savantes qa- pa oublier qa'il y a, de par le monde, nioux la n4cesit6 d'aider I'Almaiiistra-
ells .le paraissent? Comblen de ctOs quelques hommei que laur education tion communa'e dais son a'uvre de
6mancipations affich6es m asquent ui 3 amoureuse, I'espritde league avilissante propret6 et da salubritd pubique.
rJelle innocence, quani elles n[3 soot qu'll est de mode d'aftich3r sur la ma-1 enilit agrder, *non char tiend-!
ias lesigne d'une ddpravation pr4coce! tire o t mal pr4pards A l'attentirisse- ral, nms salutations etnpress6es.
Et voila jastment ce qu'il faut bien ment.autraub'e charmantet contagieux Signs : STtNio VINCENT.
c )mreadre. N3s enfants, A qui nou i qai doit fire la legoi chaste, A la divo-
uouse lff)ro s ds cachi r les v6ritds es- tion feriante q (i doit clever I'd rn d'un .*
sm ti lles, de deux choses l'une : ou )mme au-dessua d'elle-meme, dans le
b:en ils garden A ce sujet I'imprdci- moment glorieux oi cet homme est PorL-au-Piiace, le :28 Mai 1908S.
s:o a la plus vagus, 64aivalant A la to-1 'incoascient servitear des destinies M
t do ignorance; on bien ils les out ap- d'one race. La Magistrat Communal
prises,chuchotees vicieusemendt A 13urad S3ngez aux impatient, songz aux de cette ville
orelile3, de tell fiy)n qa'ils peuvent imbeciles, so-gez auv brutes Au Giadral ARBAN NAU,
4 3venir iniptes a la comprehension en Comnbien de mariagis ne se seraieat Soas-Inipecteur di la Police Aidmi-
banatd de cs qu'il y a de plus b3au pas faits e: cornbim de dramas aaraient niitrative.
d nmi 1 monde, et qie le sanftuaire le 6t6 6vitd6 si la jeune fille avait sa! Comrn-I
p as sacr6 de lear conscience pent en bi3n d'uni)ns airaiant pu 4tre heure.- M.n clher Arlbin,
writer d6finitivement sali. s6s, qui furent lameitables, si I here Oa mi'a fait rapport ce matin, ueo
Janais, vous en'eadez,jamais ne s'ef- trouble du d6but ne pesait qur elles vo at ra cor t na et q
f ee dans one Ams la souillure d'une MI conviction, quae e voudrais r6pan- 1IA voas avz pris tde viae for e une
i uiation perverse. C est plI( teiace, dro dansa l public, est que nous avons v1, qiayth a turd anm
p'as inU14db e quo la tacha d i sang le devoir imp6rieux d'eviter A nos lilies, va.he qui a dt6 capture (omme ani-
,_r la main de laly Macb ith. our le mormat le plus moavant de ml 6pave. i m
Ne croyez-vous pas qu'il est urgent, lear existence, le moment oft leaur sen- Prmettez-moi do m'6tonner, moo
q t'i eit indispensable de prhvenir nos sibilit6 sera surexcitde A l'extr1m', ot chtereSous-Iaiopecte, i, p mce, pare
t les contre ce danger de c3ntam na- tous les .Juaes espoirs s'exaltfront votre situation, pour la niot d
ti.m morale, e lear donnant saine- dan3 uae attente anxise, d l3ur vi- ore t our aisurer Is a spect des
man', avec prudence, des indications ter, dis-je, le terrible choc d'une vio- services piblics, vous a)ez ,loin6 un
sur les secrets de la vie, dani un b3l Imce morAle, l'6preave d'une d6tresse tel example. direct eu c t 'aieot pas
esprit do ferveur et d'admiration ? hlumili6e qui leur laissecait dans l'adm<, re xqutoaIsdirecteurmet car aitc les
L, monde des fleirs, des insecte, jugqa'a liur dernior jour, un mauvais 6ord:es forms qu' a romts arde moiv, i
de autres animaux fo irnira les 6tapei goat persistent. ords formsit b que 'incident prit do i, i
.1 ce voyage merveilleux au pays des O ii,il faut 3lur dire tout, si vo is you- 0s oourrAit a quort inrit
mystbres esseitiels. L'imp3rtant est lez qa'e!las aiment I'amour, qu'elles ps graves roportiols.f
q ieca voyage soit lent, sage, mSth)di- puissent plus tard s' abindonner sans Jop6re bian qae il faith ne so re-
q ai et sirtou! commeac6 do trf6 bon- rIserva,-si vous voulez q les sources nouvellra pasa t quo vous voudz-
ue hears, taos atteadre l'aga des c- des joiei les plus pures et leos plus no- bien voa s p6ntror 4e. but Is ec d4a-
rislitds inquidantes. bleas no soient pis pour elles A j imais me,d'orss et d Eji ma responsasilit pour
Mais dans I hypothie meme ou I'en- tries, o0 tout au mons empoisonae<. e s maohr rs quae 6O ra occasio pouer
fiat ne risquirait aucuns corruption, 11 faut leur tout dire, car l'ignranoe ile retour d'ua incident de cette nature.
i n'en est pas mcins nScessaire de d n'est pas la c3nlitionde leur inno:ence,1 Vueillez agraer, Mon cher A-banui
t uire l'ignorance dans laqiel )oit etjaimais 13 savoir sai n'a terni la pi- Vus i m-illeures salutations,
Sdintenoes trop de jumnes lilies, par ret6 d'un coear. !
tr-,p di mb.'es timoreds, pin6trdes de ... ST.mo .VINCENT.
I .usoig temeat de l'Eglise, aux youx "
d* qua la chair est de toate perdition : lnnuim ntn *un
CAr cOtte ignorance est toujours un is
m itl t sfvent an grave danger. UblU lP UU ort-an-Pince, le 22 S2p'.embr -19S.
En premier lieu, elle a pour eflet t
neot s.ulemeot d'emptchi3r, dans u a Le Magistrat Communal
cprtaine measure, en m6me temps qu13 Void l.s pikes qu. accompagnent le de cette ville
I veil do l'iustinct d'amour, le pro- Ripport public dans le No de lundi. Au Grndral Paul Cameau, t
ges des facults intellectuelle; mais Port-a-Prince 16 c b:e 107. ptearn Ch f d Police A-
eacori elle menot ob;tAicle d'une fa ) Por-a-Pric D6cobe 307. miitative de la C.apitale.
tre a natte & l'dvolution physio'ogique. d
Les m6decias vous diront que les Le Magistrat Comm.inal Gnadral,
jeianftlles Alevies daas des milieux de cette ville Jesaison possession de vitre Ittre a
tr j renferm6s do province soot plus Au G5niral JULES COICOU ea date de do jar, au No 028, par la- I
ta 'dives, an point de vue de leur d4- I quelle vous portez A ma connaissance t
v'oepement organique, qu > d'autres Commandant de l'Arroadissement que, d'ordre do Son Etcellence to Prd- I
1A :hedDans la v:e et qii peavent voir, de Port-au-Prince. i lont d'Halti, il est farmellement de- a
en'eadre1 t lire b aucoap di choses. I fenda sex captours de la commune de d
Etee retard physique et mental n's! G6ndral, capturor I t bates darant la nait con- g
*eo.orl qule o moodr inc )nv6aient do trairemen', dites voas, aux rdqlefment'
I'exceasives l I aitd. Je viens vos prior de porter vos ad- coundomaux. Vous ajout z q 'i no I
ComUeat ed-il possibi d'adettrle joiats,lea g66raux Joaoi ot Charldus, doivnt eommrnsro leut capture qu f rl
que Ie j~t njeuno fi I qui o sa ait gardor dass coot do los mat2os ix hts- a&m-e La vet a
el br d'ns mari ? 11 ya a le s pores qi eotmt das Jecros dvor s faire rem. arqs mr. I
koqm. Gasa p d I.oq d'uae at -2 les m, Is,'Adm2uasa osmuaalo simploment quo jpigore, lsqu'iks, u


I'existeone des r6glements communaux
auxquelnl vou s faites allimion, et qua is
loi du 19 Sptomhre, 1870 qui rZgle Ie
service communal des animaux 6paves
no continent aucune disposition fixant
l'heure des captures.
Recevez, G6n6ral,I l'asurance de ma
parfaite consideration.
Sigad : S. VINCENT.



Tonrinee Presidenlicll
Dans le Nord
NOVI. MBRE 1909.
x
:Le corLzte se dirig: vers I'Enlisc oC. les
clochei chantent leu- hymne dc. grand
jours. LI, le cure souhait- la bienvenue A
Son Excellence et le T'e Dlncm u com-
mence. En v6rite c'est au fond du ccOtUr
qu',le va, cctte c&rdmonic religieuse. Car,
l'on se souvient que l'on cst dans la cite
des Gonaives, bcrceau de I'Iaddpendance,
de la Libcrt6. Et I'on demand au Sci-
gneu:, Dieu dei armies, que le program-
me a Libertd et Justice devicane d= plus
en plus eflcctif.
Aptes le a Te-Deum v, le Pisid.nt se
rend aux arcs-d ;-triomrphe qu il n'a pas en-
core vus. Sur tou, le parcours du cortg'c,
ce sont des pancartes portant :
Vive Antoine Simon :
Chicmia de fer '
Oi encore, une multitude de gjm'ns,
de misereux qui sollc,;ent s'us notre ney
des rectang es de planchci avec ce mnots :
i Antoine Simon, nous von ons chemin
de fer ...(i, vous le comprenez c'est de
I'amricanisme tout pur, de l'amnricanisme
qui fa tfliche de tout bois. qui chique jour
invented un moyven de r6clame nouveau.
Mais, c'est qu'il vous faturait voir cetie
centaine de gosses en ch1:mises et pieds
nus, crasseux, poussiereux. courait, sn tnt
et criant, lears rectangles de bois en mains,
pour vous fire une idie.... Tenez I Vos.
allez tout de suite comprendre ; vous voui
souvenez de la cavalerie a pied de ce tmenps
derniers'?...Eh bien vous y dtes.
Parmi tou; les arcs-de-uriornphe quc nous
visions, je cite particulirement ctlui de
syriens. II est artistement ddcori. Ua sy-
rien du nom d'Anloine d6bi e ua discours
bien applauti....M is, c'est tout comrme
Po:t-au-Prince. Mon D.eu que de pous
stire cr vouz en:re dans la go:-ge, ;
voos bonche les marines, vou. ea avtz la
t6te couerne e,, dans ce cortge, lesI vw e-
ment souill6s. Seigneur, ayez pitid de noun!
II est 5 heures environ. Le Pr6sident en-
tre enii A l'H6.el de la delegation devenu
Palais Natioaal. E: comme on fait mine
de former les pones an people qui rous
sit : Laissez monter toot le monde scom-
mande le Gn4nral Antoine Simon. L'u-
aiqus escalier de la maison est alors enva-
hi A I'tage supbrieur, on ns ps.u booper,
tant les Gonaivieas soot nombreas. Sin
Ercelleace lear tend A tons sla main, le
unsapras les an res. Ce quai me fast cr.in-
dre un moment que mal n'arrive ad poi-
soet do Prdsident.
Le soir, les, coo dii'le; parcou eat
es riess ;Ie sn des tam!bours populaires
redouble de force et les tiadingoes a
ont rage.
LA leodemlua, 8 Decembrs, le Gdemral
Asolmo Simon amise oleamellemem a laI
me-e dise *a rboaneur de 'lam-c de


I~LIIIIIIIIII~IIIIII I I II





* q









Conception. Apras la messs. Son Excel-
lence recoit tons ceux qui desirent la visi-
ter. Pendant ce temps, nous autres, nous
sommes un pent partout. Tant6t je suis an
cimeti&re et je remarque qu'il ne vaut pas
celai do Cap-Haitien ;tan6t je suis sar la
vaste dtendue des salines de I'Ouest, sour-
ce de la richesse d'un nombre respecta-
ble de Gonaiviens ; puis, en ville. Ah I ba-
tie, comme ele lle est, elle explique bien
des choses, cette cite des Gonaives, tant il
est vrai que les choses de la nature influent
sur les humans De meme qu'A Fort-Li-
berte, au Cap, A Por.-dc-Paiz, au Mole S -
Nicolas, j'ai fortement senti icftlaence do
lieu, de meme j'observe qu'aux G-naives
cette mrnme influence a faqonne et f goane
encore les homes. Ausst. je comprends
maintlcant pouquoi "les Artibotitiens, A
certaines epoques, ont f it ceci, ont rens6
de tell f qon et ron pas de tell autre.
Ap~is l'audience du P6esident, vers les 4
heures du soir, sur I'autel de la Patrie,
nous allows nous preparer pour le bal qui
doit avoir lieu, vers les 8 hearts, chez les
Riboul. Nous nous y rendons ensuite. avec
I espoir de nous amuaer commc ncus ve-
nons de le fire au Cap et A Port-de-Paix...
DjAi on est peut re au dixicme round l
quand le Yeate de la famille presidentielle
qut s- trouvait A Pltt an-Prince, nous ar-
rive. Celai ret un peu d'entrain parmi
nc':s. Tout heL-etx de nous trouver main-
tenant c- pays de connaissance, nous ii-
chons de f ic oublier A ces demoiell's
l'encrvante ,ournee que le c Vertic:es a
vic-t de leur irnposer.
11 e p ; de uc L. heu c du martin quand
ncus laiss,,as la maison dcs Riboul oi les
Con.'",, is continent de danser. C'est
q p, cpct:c. done nou; avons bcirota .
prT-cint, d'un bon somwc. Nous crions de
tvr qi ,t la tin nous finitions pir iomnbec.
Cir, comptcz avec moi, s'll vous plait, ce
q. ,, lia i : 13 ours d3ns le Nord et 4
dawi, ', Nord-Ouest A .inbccher i... E:
puls. nott/. ique demain nous devons 6tre
sitr 1i id, i u p'us tard, A 7 heures du mx-
tin li cormpignie Kilrod Nttional met un
tri',i A non:e disposition. Et rotcz encore
qt.: ces messicnis ont la courtoisie d'invi-
'" ',1n Elxceilerce A une esl'ec de pique-
niqu,. 1lerdroit appclN Mipcu, si.r les
rives de la riviere L.quinte. Cc n'est pas
!oin. tus sa.vez C'est tout pr&;, Li', A
d, \ pas, en moins d'i,:w dcmi hcure dc
chLInin de fer. E. no'cz toujours que Son
c.-,':erce promet de ne pas fair ddfaut.
i) : < hLure di martin done A 6 herres
#et dernie. toute la compignie ronfle com-
me des basses. Aussi des le petit jour, tout
Ic mode est dtbonut. frais, dispos 3 l'idde
surtout d'allcr s'6tirer un peu A Laquin'e;
et puts, ma tf i, cnchan 6, de se payer une
petite tote champntre, d'autant plus qu'a-
vc. le chemin de fer cellk-ci p:eAd un ca-
rac-re tout A fait high-life.
.ntrc ; heures et demise et huit heures,
no,,s sommes toas en wagon, moins Son
Excellence et Mile Cele.'ina, b'en enten
du. Car le President prdfere son cheval et
Mademoiselle n'aime pas abandonncr son
peit, mrrre une minute. L'escoric presi-
dentielle part un quart d'hcure avant nous.
Pourtant nrus la rencontrerons< et serons
A Marou longtemps avant son apparition.
Des I'arrivee du Pr6sident, ces messieurs
du Railroad ncus font servir force peti es
choses succulents et force' verres de bid-
re, de Kola, etc. Tout le monde est con-
tent ; on est satisfait. Aussi I'on regagne
les wagons-cars, le visage joyeux et l air en
fite. Et je ne sais pas si c'est la bieie du
Railroad qui mon e au cerveau de cesjeu-
nes gens. Mais les oiseaux de cette paisi-
ble contrde doivent se demander quelle est
cette troupe si tapageuse qui passe. Car
nos eclats de rire percent a le plafond
des cars.
Nous arrivons en ville, i midi sonnant.
Luc DORSINVILLE.

La Commission


De repartition des fonds
Secours aux Sinistres des
et 10 Juillet 1908.


de
0,6


Devant fire le 31 de ce mois, son rap-
port au Secrdtaire d'Etat de l'Interieur, in-
vite les porteurs de bulletins en retard i se
presenter au local de la Chambre des de-
putIs les 27, 28 et 29 de ce amois pour
recevoir le montant de la 2e repartition.
Ce 27 Dicembre. 19o9.
L.e Prdsident de la Commission,
D. CHANCY,


UMNSMIGNUMXRNTS
MSTSOIR016GIQVJBS
C:1buew3rV UAtoWe
99
SEIMIAIUE COLLIGR It-EAIRTIAL
MARDI 28 Ditcumuaux,@


Saromatre A Midi
Tomp~ratureintiniImum


763 0I/4
18,6


-faximam 3oo
Moyenne diurne de la temperature 24,1
Ciel presque clair jusqu'a 5 h. du soir,
e: covert depuis 6 h. Rose. Brouillard
sec sur les hautears.- Baromt:re presque
constant.
J. SCHI R'RR
Contes du Jeudi
Le Matin public demain.
LA MN1soN VERTE
de notre eminebt collaborateur Fernand
Ilibbert, qui a bien voulu c'6turer l'annbe
pir une de se; productions remarquab'es
,it se retrouveit les mame; brillan'e; qua-
litis qui consacrent son talent in:ontesta-
ble.
Cinr6natographe nouveau
Ce soir, A l'Hotel-lM-llevue la soct&6
nouvellement arrivee offre sa tremi&re re-
prdsentation qui sera son premier triom-
phe.Le cinema de la compagnie americaine
aura bent Lune vogue extraorditraire, A
ciuie dc la variety de ses voes d'actualite,
p-noramiques. spor'ives, historiques. cc-
riqi.es, A trrn,formatio"s diverse du plus
surprcnant effet. L'appareil electriqoe d'Au-
s',ste Mag'oire assarera la rdussite de la

Voici 'e programme


Vec; illhstrees 1-lande et Angleterre ;
Le chien c- 'c- mer;te. : L'epuisette ( dra-
me ) ; La mnlire ( f'erie ) ; Chansonnette
illustree.-- S'rmon de femmes par Fabrice
Lemon
Entr'acte 15 minutes
Singulier rt*v ( feri.e ) ; Danse papil-
lonne ; Je p'curs la mort de Ch'oe ( comi-
qu_ ) ; Danse serpentine.
Entr'acte 15 minutes
Cortec d'auwomobile ou le grand circuit
de Dicope.
Les bille's sort en vente A l'Hotel Bel-
levue, aux bure.iux du MCatin et A la Phar-
macie Centrale.
Cartes rouges ( grandes personnel 2,
jaunes ( enfants I.
B b'iographie
Mr Edmond Laforest vient de fair edi-
ter chcz G-orges Barral un volume de vers
intitulh a Mddaillons-sonnets D qui a requ
le meilleur accueil. L'onvrage a paru dans
la Collection des podtes Franclis a l'Etran-
ger, ceuvre dirigbe par M. Barral ; c'est le
quinz .me volume piru depuis lafondation
de cette g6ndreuse entreprise.
a Les Sonnets-MWdaillons a sont desti-
nes A glorifier le dix-neuvimrne siacle en la
pers)nne de; p!us grands esprits cui, dans
I'espace de ces cent annees ont dans tons
lei domaines de l'activite, il'ustr6 l'huma-
nite.- Dix neuf nations, rEparties parmi
les races blanche, jauie et noire, sont re-
presentecs dans ce Louvre poeiique. La
France y tient avec vingt-neuf medaillons
sur quatre vingt-sept une place prdpond6-
rante. a
Ces lignes sont extraites d'one etude
de Mr Arthur Baland parue dans le e Flo-
ri'ege artistique et litteraire. >
Industrie Nationale
Le public se rdjouira d'apprendre que l'd-
tablissement du liquoriste distingue Bias
Vieras restera ouvert pendant toute la noit
du 31 D6cembre au ier Janvier. On y
trouvera des liqueurs et des bonbons pour
tous les gouts.
Cartes postales illustr6es
La plus iolie collection de Cartes pos-
tales illustrEes poor veaux de banne annie
se trouve
A I'ANG3 GARmDIE
98, Rue di Rdservoir.


'La nique A la dousne
am ricaine
C'est, on le salt, le ler novembre der-
nier qu'entrait en vigueur le nouveau tarif
donanier americain, qui comporte une dIl
ovation de droits assez considerable pour
plusieurs products frangais, notamment
poor les vins.
Les divers courriers qui sont arrives la
semaine passee de New-York signalent
plusieurs incidents fort curieux et amu-
sants saoquels a done lieu 'entrde en vi-
gueur do nouveau tarif.
C'est ainsi que pendant le mois d'ocoo-
bre -le dernier mois oa les proluits fran-
;ais entraient avec tarif de faveut-une v&-
ritable avalanche de vins et de commesti-
bles franceis "est venue s'abattre sur la
dovane de New-York. D'un rapport offi-
ciel de cette donane, il rdsulthe que do ier
an 3 1 octabre, il serait entree A New-York
an nombre supdrieur de bouteilles de
champagne et de bouteilles de bordeaux
i celui qui dtait entr6 pendant les neuf
premiers mois de l'anne.
Mils le coup de gr&ce fut donn6 le di-
manche 31 octobre. Sur les d6marches
instanres de notre ambassadeur A Washing-
ton, M Jusserand. les au-orites sanitaires.
douanieres et maritimes de New-Yoik
auaient consent A travailler exceptionnel-
lement et A inspector tous les navires qui,
arrivant d'Europe, apportaient des mar-
chandisf s franzaises.
Or justerrent, ce jour-lI, trois steamers,
le "St-Paul', le "Baltic" et "la-Touraine",
frarchirent la passe de Sandy-Hook. Tous
trois 6taient chargEs A en 6clater de ton-
neaux de vin ct de bou-eilles de champa-
gne. A lui scul, le ''Saint-Paul" portrait
480 paniers de champagne, 662 caisses de
vins et liqueurs. 6$5 caisses de cognac et
rvts de 2.0oo0 autres caisses de divers vins.
Quint A "la-Touraine", elle ne portait
pas moins de 13 ooo tonnes de champa-
gne.
Le voyage de "la-Touraine", qui appar-
iieat la Compagnie transatlantique, fat
partic ul;rement epiqu s.
Si la-Touraine itait arrive apras le
dimanche 31 octobre, minuit, les 13.000
tonnes 6taient passibles des nouveaux
droits, ce qui constituait an benefice de
750,00a0 francs (5so,oo0 dollars) pour le
Tritor des Etats-Unis. On pense si les ni-
gociants qui attendaient A New-York la
merchandise annocc6e etaient dans leurs
petits souliers On peut dire que pendant
a nuit du samedi au dimanche ils ne dor-
mirent pas. Le capitaine Mourand, qui
command "la-Touraine". accomplit d'ail-
leurs no tour de force pour arriver A temps:
malere le brouillard qai dans les parages
de Terre-Neuve etart terrible, malgre la
tempcte qni l'assaillit sur les c6tes amEri-
caines, il tit foice de vapeur et arriva A
temps, dans la soiree de dimiuche, pour
ponvoir debarquer ses 13.000 tonnes. S'il
ecait arrive seulement trois heures plans
tard, le Tresor americain gagnait pr6s d'an
million 1
On raconte que les negociants en vias
de New-Yoik fu-ent tellement joyeux
qu'elle acclambrent le capitaine de "' la-
Touraine" come jamais capitaine de
transansatlantique ne fut acclam6. Ce qui
est encore mieux, ils lui offrirent un di-
ner au champagne ainsi qu'aux officers de
l'equipage. Ceux-ci l'avaient bien mdrite.
Arpenteurs-G6om6tres
Les membres de la Corporation sont
convoques le veodredi 3 1 du courant A 5
heures de I'apres-midi.
Le Secrvtairae, L. OSMEU..

Tribune du' Matin"
Les Elections de 1910 A Jaomel



Lda Camfpagne ElIecor e

Le 10 Janvier prochain les electeurs de
l'Assemblie primaire seront appel6s A de-
signer par leurs votes denu membres du
Conseil Communal de Jacmel, en rem-


placement du Magistrat, elu en Janvier
dernier, et d'un conseiller d6missionnaires;
pisles douze citoyeas qui. an titre d'6-
eC S d'arrondiasement, devront repre -
mater Is commauu de Jacsel t l'AsMia.


bhie lectorale do 25 f6vrier 19xo,..- .-
quelle aura I dlire,- ( je ne dis m-
met) les quatre Candidats au Sa nt par
1'arroadissemeat de Jacmel.
La lutte, pour etre pacfique, sera, dit.
on, assez chaude. En effect, lea Candidam
sont nombreux, tant come iwteumrs fia.
rondissement que come ca'didasts lI
charge de Sdzateurs. Quels seront no$ fa.
tars P&res conscrits ? Ce seras la Chag-
bre des deputds de dire le dernier mot en
Avril, on Mai de l'annde prochanme. Quoi
qu'il en soit, nous mettonaa d'ores et dEji
le"vceu que les nouveau Sensteurs de la
shrie de 1910 soient tous des citoyens d'une
rnelle competence, d'une inflexible ptobi-
ad, d'un patriotism ardent autant qu 6clai-
rE. .
La champagne 61ectorale A Jacmel s'est
nettement dessinee depuis les premiers
jours de ce mois. Une adresse aox 61ec-
teurs a e6t lance par nn pseudo-comite
Electoral, et un meeting, A la mode amin-
caine, est annoncee.
Des individus, sans doute mal intention.
nds, en voyant les militaires s'inscrire en
masse de m6me que la Garde national,
on difait reformee pour la circonstance,
( parcequ'un essai de sa reorganisation
coincide avec la periode 6lectorale) en
voyant les allures extravagantes et les airs
d'importance, d'un grotesque charmant,
que rrend certain personnage qui se tar-
gue d'&re le seul ami do Gouvernement
et des autorites A Jacmel,-- desquelles au-
torit6s on se dit le conseiller et qu'on pre-
tend diriger A sa guise,- personnage don't
l'influence factice n est faite que d audace
outree et de r6clames habiles pour couvrit
le naufrage ce sa popularity tomb6e,- des
individus, dis-je, mal intentionnes ou pla-
t6t sceptiques et pessimistes, croient qoe
les prochaines elections auront au motas
un caracttre localement officiel....
Aussi bien, pourquoi 1'encombrant per-
sonnage plus haut vise ne se gene-t-il pas
pour diie urbi et orbi qu'il est suir de tri-
ompher aux prochaines Elections, parce
qu'il a I'appui des autori'es ?...
Pour notre part, nous n'en croyons rico.
Du rest, ne sommes-nous pas au beau
temps de triomphe de la Justice et de la
Liberty, de la liberte qui comprend tou-
tes esles lierls; -- la liberty electoralepar con-
sequent, un des plus important ? Et ne
1'a-ton pas rappelE dans I'adresse aux Elec-
teurs de ,la Commune de Jacmel, qui a
patu ces jours derniers ? Done avec le ou
les auteurs de cette adresse noas acceptons
come un faith acq'-iis que la hib:rte lec-
torale nous est revenue, et nous en re-
mecions vivement, en ddmocrate since,
S. E. le President Antoine Simon, quids'e-
vertue A rester un chef d'Etat liberal : ce
sera son plus beau titre de gloire.
Mats, A Jacmel, voudrait on,- faussint
la pol'tique liberale du Gouvernement,-
jouir tout seal de cette liberty electorale
A l'exclusion des autres ? Quelle serait
cette faqon de r6clamer la labenrt pour soi
en la dEnont aux autres ?... Comment
qualifier ce procede de clamer qn'on prnd
en main la direction des elections ?... Croi-
on vraiment que nous soyons dEjl suba-
ternisds, come on en caresse 1'espoir,...
que nous ayons abdique nos droits ?....
Oserait-on exploiter cette liberty comme
un monopole ? Non, ce serait insense, et
je crots que nut n'y pense ; je crois snr-
tout que l'autorite n'a jamais eu tn seal
instant I'anti-patriotique idee d'inflencfr
le; votes du 10so Janvier prochain, d'ozer-
cer aucune pression avonde ou occult, s51
les electears primaires, sons prsetext de
les diriget, de lea conduire A l'nrne, en
guidant leur inexperience.
Non, qu'on ne s'avise pas de chois.t
pour le Peple II sait trop bloe choisir,
quand il s'agit pour lui de counter sla gar-
de et le contr6le de sea interts At des man-
dataires competents et honaottes I...
Mandataires competent et honntes I
Peut-on ranger dans cetu, catdgorie Grm
tains personages qui sollicatens les sat.
frages du people, en battant la gross caisM,
en sonnant do clairon, en promettfat
months et merveilles, et qui, pnlus it.spro
mettent, plus lent progrzamme et brilln


et charge, n'ont rien de plus A coeor quo
d'exploiter ce boo pcuple,qul peoite 5st5
en vain depuis plus d'un sale d'ora0gw
independance...
Dans I'adress auzn lecteuss de is CO-
meane de Jaael, adram IL
llyi Mm dtoc M 1 mm bmM~










jeor fait un appel d'autant plus btiyant et le regretted Justin Lhdrisson, d'inoubliable
,haleureux qu il sagit de chapter leur con- mdmoire, appelait, avec un rdalisme frap-
figace... piart, la question palate....
Mais quels titres ce candidate ou ces can- Nous attendons avec confiance le scrutiny
didAts apporten -ils aux suffrages do peup e do ro Janvier 1910. Nous avons f. i dans
qu-ils sollicitent ?... Ea vain ainoquera- la sagesseet le discernement de la majoreti
ton, avec one inconc-'vable audace, Ie des dec eurs primaires de la commune de
noms des plus illustres fits de la citd, qui, Jacmuel ; et, avec nous, ils diront A ces can-
tons s'ils vivaient, vous riprouveraient, didats dupassi tinebreux,A la carriereusee :
auraient en abomination votre ceivre man- Arri6re Assez de chantage Plus de Bluff!
vaise, oeuvre de division et de haine, de Nous ne voulons plus de vous, nous
passions et de reprdspilles,- inspire par ne vous connaissons plus !
a rage sectaire et 'impatience de; ouis- IOD. ALEXANDRE
sances malsaines,.... en vain se mettra-
t-on sons les auspices de ces morts illus- Jacmel, le 21 DWcembre 1909.
tires, le Peuple, qua ne ~ceat plai se lais-
ser tromper, vons r6pondra que ce ne sont
ps It des titres ni one recommendation va- DJ. Romulus
able. II faudrait que vos actes et vos pa-
rnles ftssent concordants ; que fouillant 88, Grand'rue, 3
dins vatre passe, on y dicouvrit A votre
a:tif des faits, signes non 6quivoques de Sirops supdrieurs, et do tres bon-
votre disintiressem:ent, de vo're patrio- nes I qieurs,q'ii no le cldent en rien
time, de votre amour de ce Peuple, que aux produit- exotiques. Remontons-
v3us ne savez caresser et choyer, flitter nous par dubon rihum !Accourons tous
et dorloter que quand vous avez besoin de en foule chez l'honn~te et conscien-
s-s votes pour vous porter soit A la muni- cieux.
cipalits, soit au Sna' !t.... en un mot, D. Romulus, Grand'rue, hall NO
pour voas faire une situation do:~e i ses 38, non loin de la gare du Nord.
d vens, A son dt&rimeat... Distillateur-liquoristi. Industrial, qui
Et, en remontant le course du temps, a obtenu un M6daille d'argent A i'Ex-
qae trouve-t-on dans vos treute annees de position univprselle de Saint Louis
vie politique, qui n'a dt& qu'une trame (Etats-Unis d'Am6rique) en 1904, et
d'agitationsst&nlts ou de speculations ha- one autre A 'exposition de Jameston,
sardeuIes,- toutes choses don't le Pcup'e en 1907,
a 6t6 seal i pAtir ?... En y regardant bien -
or n'y distingue, cormme fait dominant RESII TR\NT ST-IOSEPII
qji attire l'attention /iqu'u control lameux,
o:idreux au possible, qui ne nous a donna JOSEPH DESRIVIEKIE
Aicune lumidre,- qui est rest come un ,
poids mort. alourdissant notre paivre bud- A l occ.-sion deq fttes de fin d'an-
get d'une dette de 300.000 do',Lrs, sans nb, service a jtcial, menus varies,
retultat pratique et utile ni pour Jactacl table d'he.-
ni pour le Pays, qui n'ont pas b-adici6, oute la nuit tiu .31 l)Demnbre an ler
mrme poor une vaine renommbe, de cette Janvier, (~Ghis O OUILI'N A LA CIEOLE,
uwne ...du prords!.." 3ooo.00o dollars que consommations diverse.
ls malheureux producteurs (de Caco) )au- '" -
ront A suer, A payer, pendant lo ans, I15 C J ( I? I
ans, 20 ans, rcir tre que sais-je ? C'est U .J Y.3 L L B IA E
lt 'c plus clair bienfait que vous avez fait 188, GRAND) RI
an Peop'e, aux 6 cc-euis... 11 faut esp6-
rer qu'ils ne l'oubl eront Ipas aux prcch.i- ConfectiOn et reparation
nes elections. I SELLES t IXNI, en to genres
Non, les electeurs de Jacrel repudient SELLES e l e ois genres
les cabotins politiques, Its politicians ex--- ..
ploiteurs du malheureux people. taillable et 1 A ciro
corve b'e i erci, les mystificatc urs, les /ON1 E t a| j
sp&culaieurs qui foit non sclaemnent dc la P tioN-ill,, ite ( ti'.
polit:'ue alim,'ntaire, ( c'est trop peu pour
a LT.s appetits pautagrub i ue'), mais qu'on (:IRE & MILL
mL passe I expression, dc la politique somtp- A Port-au-Prince, -i), rue Fterou.
tuaire... .__ _
lis n ( ubliront pas, le Pcuple et 'es lec- Ai
ttus de jacmel, que du farrejx Contrat, MAISON DE CONFIANCE
que je viens de rappe'er, un siul a eu A 148 GRAND'RUE
bcneficier,- I h ureux concess:o inaire qui
ei a retire pres de 4o.ooo dollars, en le o I i. i i
cedant A des strangers, et ils ne vote- JOSepfl .l.-O1l(1,
ront plus pour vout, pour vous remettre A LE TAILLEURI si bien connu de la
ti )t, pour voui redonner une situation R4publique, avise ses nombreux CLI-
szindaleuse, parce que brillante et immo- ENTS qu'il vient de recevoir par les
rile; pour que demain vous allirz de nou- derniers Steamers une. Vari6t6 d'dtof-
ve iu, avec 40.000 dollars dans les poches, fAs de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
-sue,'r do people qui devrait vous ,tre sa- (Cheviote. Drap vert et bleu d'une
cre, rouler carrosse sur les b-ulevardsde r6elle supdriorite.
Piris, de la grande Babylone qui voui attire COUPE MODERNV !
Surnout p r sa corruption et vcus iep.i-
t e dans ses lupanars, tel un minotaure PROMPrI'TUI) StLIDITi
insatiable, de la chair libidiceniie de ses L'dtablissement se recommande aux
moderres Phryn6s. ajou ant ainsi le clients les plus d6licats qui appr6-
comble de l'immoralit a la copidit6 la plus client chaque jour davantage le FINI
inextinguible... de son travail.
Peur l'honnear de 6lecteurs de la Corn- Demnandez chez Joseph Sain-C'oud le
mane de Jacmel. nous croyons qu'lls vous, Restaurateur de la Sant et des Cartes pos-
signiitieront par leu-s voc:es, qu'ils ne vous tales Illustrdes.
connaissent plus, qu'ils vous ont rejet6, .. ..
reni6,- qu'ils ne veu'ent plus de votre au- ta
dacieuse et inhumaine exploitation, de vos
d.prddations, don't ils n'ont pas fini de
paver les desastreuses consequences....
Les 61ecteurs jamdhliens voteront de prd- -
frence pour des homes nouveaux. don't Le vapeur e Sarnia ayant quitt6
le passe est sans tache, don't les mains sont New-York samedi 95 courant, direc'e-
iamacu'Ees. don't la competence est reelle, ment pour notre port est attend ici
donut le patriotisme ardent s'est affirms par vendredi 81 D/cembre, il partira proba-
leur ddsintdre segment A l'antique qui ne blement dans I api s midi, pour
*r a pas perms, A eux, de ddpouller le Kingston, Colon, Port- Limon et New-
piuple, de s'engraiser de son suc pooarYor6, pregnant la malle fret et passa- I
ller ensuite jouir a Pris des mervei!ies de gers.


la civilisation, et y mener une vie de Na-. .
hb, mais d'un Nabab sensuel et immoral, La malle pour I'Eiranger(viA Kings
f ne d'autres. l'ont fit en 1897-98, ton ) fermera A la poste vendredi 31
Pdis qme les psuvres electeurs, les men- cowrant & 4 heures de I'aprks-midi.
its s'hier, suaquels on prodiguait taut Port-au-Prince. 28 D6cembre 1909.
eas, qmluiant dans la noim nmise, F. HERRMANN & C.
pleateMs uhe pM P d todre s Agal*.


A la Metropole


MASON JULES LAVILLE
0!3, RUE DU MAGASIN DE L'ITAT.
Viennent d'arriver a des prix d~tiant toute conicurrete :
Fromages Ptte Grasse de Munster ta P. 2 la liv.
D61icieux Biscuits. lines suerrs A !P. 1 l12 la livre
o Biscuits lins n0on sucri.s at I. 1 ie 1.27. lai hvre
Figues, l','unes A 1. 1.27)I l; vit
Fruits crislallises A P. 2.50 la livre
et en boite de I Gourde
Beurre de Table extra, fecrb'ane de I et 5. liv e-;
Vins linls di; I.ji, eu 't d1 I Dt1sert
Vins de l'Table blanc et ouge
Champagne Vve l)evanx lpernay

Cliamipalinew Vve Devanix Epernay


j) '11X7


rx-,'(t x i t.


LIIT CONDENSE NESTLE FRAi S
SIla li imaCiteie Sjolirnl.


Oce"-si101


L('I~wI Ie)


Pour(S j0o11S SCIIIIkleliiii

Ch~A pATk'I ~lme ~I 'ii


IA
toui


LE PURGETYL DETRY
/ Lnxatfif- Dgpuratif A '/ iu1r.ux
S t k '-t IA '1 ,
6, Ruit l .A' I t 1 > ,
0t. m A'-"
S,,, Constipation.
d nonsti nation


Pour tous reascijiements ct Comm tl; ties


S'adreser a Andrc


FAUBERT,


1-, -iII I" II \L IN 1 1.
A'V SSXItI LI: -I1!:1)'1111


Sp6cialit6
1"er choix


des articles


de sellerie de


pour civil et mn~litaire
VIENNENT D'ARRIVER3


F'jnr~sMANI E %U,\ en d i ap pour ofli jers
Gracid S o 'k de sello... et de fourniftures
B1RIDES. -IAEOrSd neilleures (iA-
I IAINA!S. 0'111 Vr~i~i poir hIms-, etc.
(:mvIrrt 'szw js p r Di) ras-,; mt l'letteu.
CHABRAQUE loutre et drap tie luxe pour
gentilshommesu, derni~arecrdaton.


_ _~


wm m m f --- .- -- -. -


__ .


X--& -- rx C-i I I C-- vt x- A.










AGENCE SPECIAL


de la Regie Fran aise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti


TARIF


Extrait du


Tabacs Scaferlati


LEVANT SUPERIBUR (dit tabac d'Egypte) la Botte de
50 grammes
LKVANT ORDINAIRM paper violet lissd, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPZRIEUR paper bleu le paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRE paper pite brune le paquet
de 40 grammes
TABAC A PISER, Virginie haut gouit, paper jau-


ne, le paquet de 100 grammes
POuL'DRE SUPERIEURE, paper bleu
100 grammes
POUDRE ORDINAIRE, -papier brun, le
gr' mes
TAAC: A MACHKR roles Menus tilds
100 grammes


le paquet de

paquet de 100

le paquet de


G6n6ral, -


GOURDES


1.25

0.90
0.70

070

0.75

0.60

1.50

1.50


D6cermhre 1909.


Cigarettes


GOURDES


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CH&SSEUR le paquet de 20
tHONGROISES en levant superieur Le Bondon de
20 cigarettes
do en caporal superieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland le paquet de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20


ELE(


I'RlA


Rou


1.50


GANTES en Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal sup6rieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondou
de o20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
NCAISES en caporal supdrieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
L.K:S en Maryland et caporal superieur le
portefeuilles de 20
do en caporal doux la botte de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la bolte de 10


special,


NICOLAS CORDASCO

157, rue Republicaine, 157.
A su conqudrir en peu de temps la premiere place taut A Port-au-Prince que
dans la Province.
SLe veritable succes don't elle jouit est du au choix incomparable de ses mo-
deles sur fo-mes francaises et ambricaines d'une 616gance irr6prochable et
r6pondant A tous les caprices du bon goit.
Tous ses modbles existant en magasin en to'utes pointure3 et largsurs lui
permettent de chausser tous les pieds, mrme les plus difficiles; et la modi-
cite de ses prix est accessible A toutes les bourses.
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas A se chausser dans le maga-
sin seront satisfaites dans les 24, heures par un article fait sur measures.
N.B.- La maison peut chausser; sans prendre des measures, les personnel qu
ne peuvent s'y rendre.
11 suffit de lui envoyer une chaussure allant bien' ou sinon lui signaler les
d6fauts.
Les chaussures n'allant pas bien seront remplacdes par d'autres, rectifies
d'aprbs les observations fournies.
La faculty du retour est permise dans les 214 heures apres la livraison. Si
les chaussures ont t6 port6es ou ne sont pas A l'6tat complete de neuf elles
seront rigoureusement refuses.
La maison d6fie toute concurrence, et envoie franco en pro-
vince.
AVIS.- La maison a nouvellement recu un assortment incomparable do
peau: veau verni, vAche vernie, vAche noire, veau satind, kangaroo, chevreaux
glac6s noirs, jaunes, champagnes, rouges, etc,etc.
Vente en gros et en details
Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sorts de tournitures
pour cordonnerie A des prix excessivement r4duits.
Ces prix exceptionnels no sont obtenus que parce que la maison ne fait
plus sees affaires que directement avec les fabriques de peaux et de fourni-
tures, des Etatas-Unis tells: que tirants, ceillets, lacets, clous, 6lastiques, fil
pour machines et pour cordonniers.


Mme Philippe Kieffer & C0

Maison fond6e depuis 1895


4, RUE DES CfSARS.
Souls repr6eentants do la marque Hmmi Buou ILS ET
de Bordeaux.
Vins sup6rieurs garantis
ENGROS & DETAIM.,


ARNAUD,


1.20
0.60
0.90
1.20
0.85
0.85
0.65
0.05
0.70
0.70
060
0.60
0.60
0.45
0.75
0.40
0.60
0.30


J. LAVILLE.


Voulez-vous etre mieux chauss6 ?...
II est tres rare de trouver dans une
meime confection l'EITgance et la so-
lidit6
MM. VITIELLO fr6res,
les sptcialistes en chaussures pour
hommes, former frangaises et amdri-
caines, ont I 'honneur d'annoncer A
leur nombreuse clientele qu'ils vien-
nent de recevoir de nouvelles formes
a Du Dernier Cri Parisien a, du ve-
ritable Modern Style.
Les Chaussures sont reconnues in-
comparables par la Commodit6 de
leurs forces et par leur Solidit6 joint
A un travail entibrement fini.
La Maison possede en d6p6t des
matdriaux de premier choix prove-
nant des meilleures fabriques des
Etats-Unis et de France.
Ohevreau verni, Extra-Qualitd,
la meilleure marque.
Peau jeaune de toutes nuances,
veritable Cuir de Russie.
La Quality des fournitures emplo-
yees dans les souliers et lee soins
apportds dans la confection nous per-
mettent de les garantir comme les
plus solides et les plus durables.
Stock de Chaussures fines pour la
vente en gros et detail.
Assortiment comp'et de cirages et
lacets de toutes nuances.
Prix fixe mais mod6r4.
Adresse : VITIELLO rfr6res
145, Grand'Rue, en face do la Poste

BIBLIOTHEQUE MODERNE
4, RUE DU FORT-PER,
A. L. HORELLE
Abonrement G. 2. Caution G. 3 1/2
A partir do Ddcembre, le service
d'offre des nonveaut6s paruses Paris
commencera.
A tout abonn6 renouvelant son abon-
nement,et A tout nouvol abonaa, il sera
donn6 pour Ie mois do Deasmbre, A
titre doe prime, un lot do carte posta-
lee doe la valour marchande dmi gour.
des.
Ce qui on reait6 laieasra I'aonae-
,meat A (7W gousrde.


lie oge pins deipj
S'11 n'esatfaitaveo la "'Pillabury
""'"" ---
La meilleure farine du monde
Celle qui done Ile eilleur pab
Qui product Ie plus de pain
Le pain le plus blanco
Le pain le plus 16ger.
Pour tous rnassiganments e.
dreus8r As
Ernest Caatera
repr6entant do la P.LLuSRy''s WaM.
nuf FLUn m Gnx Co Mmnwapou



NESTOR FEL1U
L excellent tailleur avantageuna8a
connu de touted la RpUablique vimt
do rouvrir son atelier Rue FMrou,
( Rue des Miracle ) No 61,
Sa nombreuse clientele trouvera
comme toujours touts satisfaction
our leI travaux qui luai eront co .

LA


Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.


Avise sa nombreuse clientele qu'el-
le vient de recevoir. par dernier bap
teau, une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures do toute frl-
cheur et de toute beauty, import6a
de France, d'Allemagne et des Etats.
Unis.
Le public e61gant, curieux de so
bien chausser, y trouvera les peaux
les plus solides et aux nuances le
plus varies les forces les plus belles
et les plus appropri6es.
On n'a qu'a venir chez G.B. PtITOIA
pour 6tre assure d'etre chauss6 sui-
vant les meilleures lois du confort et
de la mode. Specialitds pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, forces, fournitures
et matdriaux divers pour cordonne-
rie. On trouvera tout ce'qu'il faut, amt
prix les plus moddr6s, A
LA CORDONNERIK NOUVELLZ
143,GRAND'RUE 143,


A L'LLIANCE
CORDONNERIE.

42. Rue des Fronts-Forts.
ftAaUuS URMRKDkI'OT,?ouR A UTAM
Promptitude et soin aux comman-
dos. tatid qWonprovince.
Chaussures.do DamesfrmeowOt Wa
Tail tonjours tout qu'il y a do P1W
Formes aM6riclo lsot Vanoal85POW
Messieurs ; ilign9&uto ocowfli3OdS
Pour Iou eakants I leu is& 'aS.
T=raval aolie Ouzoutwa v"
huuu"ar do ispud rabai.
]*tUo,, airagsa" "l~quit4S

Francisco DESUSI

Frabricaut do obawuri51
La Manufacture a toulours an63 4'
arn grand stock -pour la, eTORS 4
%roe of o3 ditalf, do chaussufse so
tons pearesapour
H omusi. Fuvuas, ENFAJET
Los commandos.des onmerfOt
ds l'intrlsur pourroat On 06'@il"~
tarns nineusmalaso&Tea prbs.
280 agedes ronts-remFE,
1 4Uin(hAM )


X-.A'.AA.ojerx