<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00810
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 28, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00810

Full Text




TroiSl6mo Ann6e, No 827


Port-au-Prince, flHai


Mardi, 28 D6oembre 1909.


ASONNEMENTS

port-au-prince 'UN Mols
Tutois Mols... m I


Ihipt Ztiien U N MIf t0.1.2G
TRoIs Mois (.(Ieo

Etraiiger B iois Mois 8.0(1A)


C16moent-Maigloir,
DIRECTEUR-FONDATEUR


LE NUMJ8R( 15 CENTIMES

LmS imafluqcrit.; in 4011 i i. n Ji : r.-.n

REDACTIO-N--.D.\IINIY'I'RA'F1UON



Arthur Isidore


J


ADMINISTR &TEU1H


OUOTIDIEN


Histoire d'Haiti

A L'USAGE DES ADULTS
LIVRE IV
Le Pacte Fondamental

XVI


quilles monarques qui regnent daus
ces humble's foyers, n'a-t-il d'autre sou-
ci que de les garder de tout pdril. II
n'a pas d'autre horizon que les mars
de la maisowL o'i, auprbts de sa femine
et de ses enfants, il goilte le lionhour.
LIe sentiment le la famille pdoetre tous
las 6v6nements de la vie do ces bons
Suisses ; il entire pour une grosse p t
dans la direction ,'e totes lears allai-


rt, Sc llteal aa si i iWen Vu iI i tl ne
Nous avons montrd, par I'exem'p,' 1i4as fail,( do troiver on Haiti qu'en pAs til de ses personIages lout I
,!'an -rand people, Ie people augl .Ii N. r% ,o -.ls goi uapei au com rman- rp6tuel souci ne soit do fair re
coin 'nt le veritable patriotism, c.,. el'ne t.-t qui y pr-totlilent. monteraux a//'ectionde lafanillel'IIt
que ,ous avons appeal le patrioti-',e In troisi,' no example le pltit ppu- .ear du moindre de ses actes. El tou
,'itu rel, ne prand naissaine et ne ,- pie, gran1 [, ir le patriotisre, et qui, te la force des Suisses viewt de hi '"
d6veloppa, que dans les milieux oil '- pir 7a seule t' 'M do sa constitution
glie la d.tabilitd ties families et des t ftunilial-, iAdrnirblemrnut service en ) i Cbhaqie mason, entourd tie que
vers. t aips par Guiila'ime Tell, a su, de fa- que piies ,10 prices o-es 1
Pour appuyer cet exemule et :: at : n plus d!ur:bt,' que nouse secouer o qules piees epe rriell, orose d
qae cette observation est (l3 virit6 co'l- joug cxti.ir, la domination autri- petite privncipaut autonomyl fo gou
tante, inous pouvons. tout au-si bi ii. chiete.. un troisit-nme temple, di. ei'ne orcuJimple et sans suz-rain
citer des examples de pe'its pauples sons-nou~,r6sid tdanS le couple suiss-. ve.rne onde fami .ie et disag s uz.va
onlrtant le m6me spectacle, qtu lo p-u- Veit-on, en deix mots, I'his'oI, p en l en defr lle. aux, 1 d agles tr.ivatr
pie angleis. de cette solid .onstitu,! .Ie- SNi;sfs '? crit M. Proper P.ieut la petitel I ontine droup maux, et mn.str
de la vie priv6e. .lean I,. Mll'ert l'a rsumde dans u Uf -,tl uitl[ux, 'omme utn home qui
C'estd'tabord le people deg P ays-ia obs.rvAt: i jiu-i:ieu et e et profoi nde qi do-e., Ia poids des rsIonsalhit, Il
cette lollande,m6re-patrie des robiu t.s o me 1to sret de li force sculaire ie a p s sponsaitre, l
commutiaut6s boe rs, mattresses aujo .',- de cC petit pefle : "Lei S.isQos oa-nt sral det sone re te ps y' I st matrepr sb
d'hui A moitid de i'Afrique austral et jamais su sacritifr A la patrie et A Ia & oisins Ptni vive ut c-pa.z e dns treprie s
SV toistris Itii vivtit ch-z eux dans la sd-
qni appreanent, ei outre, A fortifier re'igicn un lroit piiv(, ti autre chose Cuit1 ot il ,it chez ui, sans ser.
lears qualtWs natives par laconqu-,e qu, la vie sur les champs de hataill-" r i rus Asa porte."l Itypren
de nouveilx attributes le foe pui-q L'aut qte nous ve ns de citr a resr port. 11 e
dans le volsinage des families angtl- faith une anialvse magi-trale du dramea goat et I'intrst que I'on prednt au
saxoanes avac lesquelles elles 0ot I.- ,' e S:hi lr, (Guillaume Tell en faisant, cl tonmp:e A ceux qte I'on amedon
gu6re mesurJ la force de lears armo. ,l'une f;:',,-t vraiment ,,eareuse, u i es'-il prt A tou, fl-ce A onri
IC'est o ee petit paul. quoe i)orrn" apj, icitiin i I'oci, rtvation socialedans au `.4 ptqadr Lid pendau'e de son uyi
dit Petit people, grande native It- domain( de la critique litteraire et P liacurt ,l'ux ne r ed siu e deon sioer
en nous suggArant de 'Fimiter, tot ,t, I',t. N, ,Amp-untons \ ce travail da tlacunsm eux ne layer e reu i a on
come M. George. Sylvaii niius ex- ,luel lu-s rqatiotns qui mettront bien r un lsmettrese ode r linbre ou ire at e
horte A l'tmi'ation anglais*, sans saisir et re!i-f, anix voux (di lecteur, c.m- tracuA un hli d dressede onDe heure ai
Ia cause prdcisi et r6elle de cette ment le petit people suizse constitue tout et pu ie de v ir tomber aux
grandeur de destinde comnimune au peu- sa vie prine et comment cette co isti- mains d'un am itieu urite omaidou,
pli anglais et au people hollanl,tis. tuition social a su I'aider A s~icouer la prix tat de pines consacre par
C'est encore cette petite torce I- lia tlominaticn du seigneur autriclhiea. ta t d'aimab'en souv(nirs.ie Chefs( i
Norvege, an people duquel Fl. x Mi- famille, ils d6sairent toui un fi s ver.
gloire appliquait derni6rem.>t ici m L'uni, et entente sont compl e3 tueux qui vdn6re lours cheveux lane,
me, le mot le D:orme. N)us !i'ajon- ontre cs gf-ias a fortunes dive.ses. qu, ili pieusement sur lcurs veux el
terous rien a ce que nous avons Ie'IA Mais les i .ls roombraux et les plus qui gard- eI foy:r.s
dit de cc people, dans les chapitres dI' torts suirt les paysans installs dans qu e I o
notre ouvrago L'Erreur rivolutionnar, W!,-ar o (-quivaleot du home anglais), < Comme lea montages nourrssent
et notre dat social, daas leiquls nati homm.s libres habitant sur leur pro.- e me pantc
Vtsource coulent sonstsaoterlropre jaa
avons montr6 la source norvdgieine tr. bien. Leur maison et leo g,'ar sg sources coulent sans sinter
aux origines mrne le cette fote rn-, qui l'acconmpngnent, leurs pAtur.e.ge, I .,mIn I,' nuag*smr.ilet la veeata
.,rruivent It mme direction, ainsi les
fran;iis3normandealaqlielle notre pay eItirs troueaux do v.ches et de chle- svent I l retn si
lui-mn6mea do, dans les temps 61oigus, vaux sour A e ix ; its peuvent l. pto- atea m ir tran ettent
cette colonisation prospere qui,en uitme ver a.s.i bien quake le prince d 1'eion- changenient de pere ea fis..
temps tQu'elle d6veloppait d'une fa, ,ii pirn pouve oei possessioni" (1) t()
6tonuaneo le sol doe St-Domingue, tor- ne s'toinne plus de l'assurar.,- et doe Its preparent de buntne hear, et I1-1
mait A son imitation des families d'elt- I,t cintiin e lI s cei l ommes et de I'ur, leur main I'harimer gu'ils s sont choi-i,
to dans la classes esclave elle-m 2"3 : fojce, quand on les voit si solide;; ,,it aux travaux qu' id dvra accomplir, d
c'est le prcdait d3 cette formation qae enracinJs sur le sil, ne vivant q, t du Iamour da ch!z.soi, et ils le dressent A
reprdseate le grandToassaint-Louvertu- proluit dt leura troupeaux, dins la cer- e )npter qie sur son initiative.
re,et aussi, mais d'aprbs un module titude (d trouver toujours sur la mon- Din s c- soin da foyer et catt3 61u-
plus petit, Henri Christophi. C)' tagne accessible A eux seul,assez d'hor- catioa: des eatints, leh pire- sont puis-
qualit6s, propres an people de Norv6ge, be poir rourri ltours bytes. Quelle sta- sz,iornent aidds par les feu nes. MNna-
eont issues, comme pour le peap'e atn- iilte El qaell, inddpendance ,:-es, po,-se, .mAca-, ce; farnmei de
rlais et le people hollindais, de Ia sou- Qaoi d''&onoaat que pour g'rler t,ay-a -ns sontI A li It uteur liei icl -, les
le constitution d(1 la vie prnve, c'est-1i- cAtte v]ie li reii -e un people so soil- ,.us roles at M 1-4 plt tenlr,-s K''es
dire de li famille et du foyer. l'-ve I Chacunr sait le prix du libre h6- sort tr'-i entend'ios dans lea aflaires
Nous pouvons ajoater, A titre parti- ritage qu'il tient de ses p.res, et ii pub'iques..
culier poue le people norv6gien, que veut demeurer sur ce bien qui s est
cette forte constitution dae I vie pri- transmis intact de g 4aration en gjn.ra- 4 Ces emotions si naives et si profon-
vde absorb a tel point lei pr6occupi- tion jusqu'a lui., sur "ce sol paternel, de<,- dit M. Pcosper P.ieur de la pra-
tions nitionates qae, tout derniere- sir cette motte de terrA qua lui ap- miere son(e liu troibiamae acte dii dr a-
met, la Norv6ga .'est trouv6e tri e.n- parlieat ainsi par des sieOes de pos- me dle Shiller,- tires de la vie dto fa-
arrass6e ourtrouver ds son propre Fesion mile la plus simple, sint i'expreisioa
sein das gens guffiaM ment aptes pour d 'une sociAtd or le foyer est le bien
their place doee pouvoirspublic. Sur chacun de ces domaines ainsi le plus wantJ et le centre de tows lea atta
En divorgant nagu6re d'av3c I Saed,', constitu6s, comma une fleur sir un chements *
Sell a dA fire *apl Aan prince 6tran- tor.ain approprid,s'6panooit une famille i C'est cette expression remarque-t-ii,
ger, Haakon. d. nationalit6 danoioe, ind1pendante .. Aussi chican des tran- a qai donni un apect asi parlicalier aus
poor la lepi *)ter, law- touts ia di- I. Les passages marqu6s par des striiaues .Veuxpupl. du Nrd, H dis,
nit4 vor, mprrs de goOlverne- int-e .urs so-t emprunt6s au drmaw @ w inauovrlen.a, NO,-vtiai et tent dant-
- Ticdesgaro t. "-II t d -ler. tres, d sets 'es sjuent an 161ie


st
3-
l-
1-

l-
e
e
I-
I,
e
e

e





I

9
r



r
I
1


lie tous lea jours at tln -, los dvdialnen~it5
niat ionau x....
a [dl Pst, planss sos grauds traiits, ce
peu pIes Suisie qui vit simple, contenlt
el. fler du prodtiit do ses tnojt~gDes.
,/ ui /oiuit des ioiex de soni Io!/eri- 11deste,
de son m~pris do toute ;tml~ition, de, sa
b berte IhoiL)4le et r'ep.'zu),-ieu qe du droit
d'Lutrui. Sans pri'toritioii aux grail-
Ieurti le la rich 'ede la1)uI..5.IUce
ot .!u savoir, ii egd'i,] rtssei ver Lbidi-
ji,'Psdawe ticdeson (loifaji oet le prot~gteF
coi~tre toutelo tiomli lop w ti angtlrej
a ('esl Itii, et loutt loll, qui .a se
Arv-:- -er c' 'ntre 1'Ality~cith. ru arit elle
s'avisEra de p4.Itler1,iA main Sur It--; fr.an-
Ch~ses Io3 Suil.ses.*
[in (erniei' trait io10 as 1wo[tr,'11"'JIt*
seuitimenat relil..oux ix Vtit *.'mll t'dr@ A
ceux L) la farniit. pourrt. t i' l
v.&ntage ces houuurn'.1 lowi I y.-'
cette praliquo rw*igieu- I) I

S exerce, eaeor'e dai Olndo 1.-i Ha lihe.
La religuou, X.I~rte ar 3 msta
A toui les trava;!x ,,oiiime A tou!.A,4 ll.*
all ties de ces ru(#tj hO-nm4*;... (2est I@
trait at:eitfi .1-4 la roljjorl iCh z
les Saiiaiw oler dornesti'1tu 01 ed
le premier haw~i ii ii., le jpc~l' de
fEsmi~le en es eI*pi i. o~rd rbilre ~ irmt~f,
at Is plus usuol 'loct uw.. 11jtr Idd1-
metne A la prihrta witi -t4 oir, it bd-
nit les repas, roscite i'Atrg6hiu4 eo fiis-
Lruit Fei eoafants dans 1e-i rai I eit t-idu
dogmue et dans la pratique dies comiaf1.uU-
ie nient s.
"Cette :ictiora du p.'- -a de lirnille rod-
pdteuie cha~itefloyt a ,, iire(Ia n'a,4 u t. le
Iepl a fdi&t A a ieigioti... 1 ie-6
inter au (lernier (1a3h i nation. p'~1
ne no se soustratt pa'4piu4 A I ;L~iuuuiI
livirie, qia'& latitorit.' pa~ttocuel!'.-1 -I
m~m. "N~ull.- j~irt, la fui chiret~leln
a'Iost deveniie pin- poptalaire ot Ktw 's
plus dtroiteunent iincori7J&. )(,Ia nation;
mile no s'teit nulle part pius i deyatilidt-,
au sentiment patriot 1(1 le.
Nous ne'voulicis pas abuser de Ia pa-
beiteuscdu It cleur ,m is i-5 ,i s croyons
que noire dkrnonstrdhoyi onest cornplt~te,
Asavoir :qIie chet-/toa--; ce-4peuples
que nous avons pao~s ort i-u*vue, ['iii-
.eiisitd dui p itrioti-rne Cex~ph 411 e l
furte concqtitultiortii(16 leuts farnillie, a
le.lours foyers ; at que leur natiorialitd
se t,'ouve solid at compact, uvnifle-
tniet A cause ds cetle organisation, do
la vie privde, favoris6e par cette p~rA-
cieugo circonitance, -- qui a iiqj
aux Hailtians de 1801,- qae cdl t, vie
Privde d~ait dl~j.i fortem~in~t constitud.,
,hi 7 eux avant la conqati c de Ieoir in-
Lt"113I'iatrci politique.
Compar~z, si vous le pouvez, au p-jut
le vue do Ii famille et (Ni foyer, l'r.tait
social des Saxwimlldes Hollaodailitouides
-; usses, A colui des bandes d'aitraoc.'ii
it d'escdaves qui nous conquiront I In-
idpen.iarce
Au;I5T.:MAGLOIIIE.


Librairie du Matins
Nou; adressons la d. uxii ne parties de
l'Histoire d'Haiti, d'Auguste Mag'oire,.
tou; ceux qui ont ache A le p emnir vo-
Inume eti tous nos amis et lectears. L'ou-
vrsie e;t en vente au prix de trois gou'de;.
Pitre Dnos aimable; cli-en s qui nWar-
cepteraient pas ce volume de bica voe-
loit le reto'uner A notre librairic.


_ -- --------__~, ~_.~ ______










TournilOe PrisidenlieUe
Dans le Nord
NoVE.MBRE 1909.
Ix
C'est chez le commandant de l'Arrondis-
sement, le general Domervy, que des-
cend Ie Prdsident. II se centuple, ce ge-
neral, lui et sa famille, pour nous recevoir.
Ausst nous n'avons que des felicitations A
lui adresser. Je n'oublierai pas, non plus,
le chef des movements du port, Larrieux.
II est d'une activity ircroyable, celai-li,
et d'une courtoisie sans pae lie. Les m6-
liens, de mem,. je ne les oublie pas.
Nous passons tou e la journey et one
parties de la nuit dans la ville. Somme toute
nous ne perdons pas notre temps. Car, aprts
I'andience du President sur I'autel de la
patrie, nous allons danser cliz les epoux
Tollus Roche. Vers minuit, 1'on nous an-
nonce que t La Libert v qui &tait retour-
noe A Port-dc-Paix ramener l'dveque Ker-
suzan, se retrouve dans la rade. Son Ex-
celleoce nous faith de suite embarquer. Et
vers les deux heures du martin, nous di-
sons adieu au Mule S: Nicolas.


Lt- Mardi, D6cembrc, il est huit heu-
du matn. Nou.s venons de eter l'ancre
Jans la rade dJes Gonaives. ITnmddiatemenr,
Sdecer d A tc-re. Ouf le respire : je
revois enfin des rues, d- v6ritables rues et
-s mason I ties dans le style port au-
pr:ocicn, Dc toutes les villes que nous ve-
ronsde visiter, c'est lci Gonaivcs seule
qui resemble lec plans A la Capitale,- et aux
ayes, soutiennent les Cayens.
La pop .laton des Gonaives est ddji d6-
bout etc en fc L'airi recentit do son des
tambours des multiples danses deemartini-
queer de ,congo-du bon peup'e.La Com-
pagnie a Railrod National P qui depuis un
an rLc tou..tionnait plus, fait chautfer une
locomotive suiie des ses wigons.Des ori-
flammes pendent A toutes les maitons ;
neuf arcs-de-:rioniphe !c dressent vers le
ciel. A tous ces apprets, on sent que la ci-
td est prop( re et rich. Comme So"- Ex-
cellence ne sera A terre qu'A trois heures
Ue I'apres-mid;, je ne me fais pas faute de
courir par ci et par li, en attendant. En
uejIqut-s tour's de pieds, me voici done A
la savane Poudriere ou une colonne com-
memorative est elevie aux hbros de 1804,
ensuite A l'l-glise qui sent la vieillesse,puis
dans tout le bord-de-mer.
Celui ci est mouvemnent6, chaud, .i quel-
que chose pres coinme ce'ui de Port-au-
Prince. Ce qui 1'cloigne de plus en plus
do bord de mer du Cap-Haitien qui, en plei-
ne semaine et surtout en pleine recol'e
resemble A un tornbeau. Aux Gonaives,
au moins dce mon d6barquement, je vois
un courtier marron. Au Cap, j'ai passe d'x
)ours et ie n'en ai pas remarqui ni recon-
nu un A son air fureteur,c gueteur P com-
me on dirait IA-bas.
Enfin, il est trois heui-...Les canons des
navires tonnent. Immidia'ement ceux de
la terre leur repondent. C'est Son Excel-
lence qui est anx Gonaives.
La poignce du sabre sur la hanche doite
le general Prodent, D ligu6 Extrrordinai-
re du gouveruerment dans l'Artibonite, on-
vie la march d'un pas solennel. Atr.v6 A
hauteur de la fouled des Gonaiviens amas-
sec a 1'cxtremit6 superieure du wharf, il
brandit son armed, comme pour un corn-
mandement un jour de parade, et le peu-
ple de erier : Vive Antoine Simon !... Ce
nom vole alors de bouche en bouche, sort
de toumes les poitrines. Le President s'avan-
ce. Lui, lentement, souleve de moment en
moment son haut de forme et sale. Le
canon noss fend les oreilles, les tromp-t-
'es, les tambours nous martellent la t&te.
Et pourtant, eatendez-vous ?... la voix du
people Etouffe cell du bronze....
Luc DORSINVILLE-

La Commission


De repartition des fonds
Secours aux Sinistr6s des
et 10 Juillet 1908.


de
5, 6


Devant faire le 3 x de ce mois, son rap-
port an Secrdtaire d'Etat de l'Intdrieur, in-
vie les porteurs de bulletins en retard A s e
presenter as local de is Chambre des dd*


potds les 27, 28 et
rccevoir le montant
Cc


29 de ce aois poor
de la 2e r6partition.
27 Ddcembre, 1o09.


Le President de la Commission,
D. CHANcy,

Le Roi
des Cin6mas


Spectacle


Merveilleux


La Compagnie Boyer Guiol,des Etats-
Utis vient d'arriver avec dos films
Palh6t et amdricains abiolument nou-
veanx. Elle offrira st premiere repr6-
sentation domain soir, A 1'li6tel Belle-
vue.
Les vues qui seront ofTertes n'ont
jamais 6t6 pr~sent6es au public port-
au-princien. Ce sont des f6eries en
couleuts, des pieces de theatre, et tres
longues et d'une vari6t6 infinie.
A remain les details.





RXMNBIQNI MUMNT5
MUTROOROLOGIQUAS
CObervatoire
DU
SKMINAIRK COLLEGE St-MARTIAL
LUNDr 27 DkCEMBRE I909


larom6tre A midi
T'emp6rature(minimum
Maximum


763 =/-6
18,b
28,2


Moyenne diurne de la temperature 23,0
Ciel un peu nuageux vers le lever et
le coucher du soleil. assez clair pour le
reste de la j-u-n e, Hilo solaire faible i
8 h. Rose. Biromktre constant.- Ban-
des polaires partant du Sul.
J. SCHIRER
Cinmna-Path6
Pour donner toute satisfaction au pu-
b'.ic qui m'est si fiddle, nous dit I'aimable
impressanio Albert Rouseau, j'offre aux
enfants, pour la fate des Smints Innocents,
toujours dans la grande cour de Mr Aug.
(Gabriel et au prix special d une gourde pour
enfants ou grandes personnel, une repre-
sentation special. "
En effet, le programme que noes avons
sous les yeux comporte des parties du plus
gran2 iimrt&t qui charmeront une nou-
velle fois le public amateur de saines dis-
trac ions et toujours heureux d'applaudir
le succo; des appareils perfect ienn6s.
A ce soir docne rendez-vous g6ndral A
cece representation sensationnelle.
On proc6dera au tirage d une tombola
d enfants ; il y aura 20 lots gagnants con-
sistant en jouets ar-is'iques.
Chant patriotique
Nous avons requ uce pikce de ve.s due
au talent de M. J. B. Desir, avocat.
C'est tin chant patio ique, sur lair de
la Mar:ei'laism, intituld la '* Cr6te A Per-
rot iet dddie A I'armde haitienne.
Nous remercions 1'auteur de son gra-
cieux envoi.
Administration Postale
L'Administr. tion Gdndrale des Postes an-
nonce au public, en general, et au com-
merce, en particulier, qu'i l'occasion de la
fete de 1lIndipendance Nationaleles cour-
riers pour l'in'erieur de la Repub'ique et la
malle pour I'Etranger seront exp6dids vMn-
DREDI, 31 DECEMBRE COURANT A TO HEURES
PRaCISES DU SOIR.
Port-an-Prince, 27 Ddcembre 1907.
F6te litt6raire
Dimanche, 2 Janvier 1910, A 3 heures et
demie de l'apres-midi aura lieu dans leas sa-
Ions de l'Asile francais, la reprdseotatide
d'une Fderie ehn vers de Mr Edmond Lafo.
rest.
Ce sera un veritable dvenement littraire
oO de vrals connaisseurs et des artistes dis-
tingu6s invites en petit nombre, admireroat
.ne nouvelle fois, la beantd de vers du dd-,
licat pote jdrdmaise.


L6gation de Prance
M. Pierre Carteron qui repredenta pen-
dant pr6s de deux ans la Rdpublique (ran-
faise en Haiti, a dte nomd aux mames
fonctions d'Envoyd Extraordinaire & Mi-
nistre pl&nipotentiaire, au Venezuela. Son
successeur est Mr Maurouard, ancien tri-
sorier-gdndral d'Angoul6me, qui serm ici in-
cessamment.
On ne pent oublier la belle conduite de
M. Pierre Carteron au moment de l'embar-
quement de l'ex-prdsident Nord Alexis. II
expos bravement sa poitrine pour protz-
ger I'ancien Chef d'Etat que menacaient les
colres de la populace.
Nous gardens le meilleur souvenir du
sfjour en Haiti de excellent diplomat.
Nomination
M. Adam Michel a etE commissionnd
commis-greffier au Tribunal de Cassation
en replacement de Me J. B. Hucicourt,
membre de notre redaction, attache an
service d'informations judiciaires.
Pendant les six anndes qu'll a rempli les
modestes factions d'employd a notre Tri-
banal supreme, M. Hudicourt s'etait fait
estimer et appr6cier par sa correction, son
sentiment profound du devoir et son carac-


t&e blevd. Avocats, juges, huissiers, tous
crux que leurs occupations professionnel-
les conduisent au tribunal de Cassation
sont d'accord pour louer sa conduite vrai-
ment remarquable.
Mr Adam Michel est egalement doua
d'excellentes qualit6s qui font b en augurer
de son passage au Tribunal de Cassation.
Dec6s
Les fundrailles de Mme Evelina Lemaire,
d&cede hier A 5 heures du soir au ont ltu
cet apirs-midi. Le convoi partir? de la
mason morwuaire, rue des Miracles, No.
65 pour se rendre A l'Eglise M6tropoli-
taine.
Nos condoliances aux epoux Metellus
Benoit, fille et gendre de la regrettie de-
funte.
Devant la Justice
Mr Poucely Faine, ancien secr6taire d E-
tat des Finacces et du Commerce, condam-
ne par contumace en d6cembre 1904 A la
suite du process de la Consolidation s'est
consti u6 prisonnier.
M. Faine, avant que le jugement rendu
par le tribunal civil de Port-au-Prince, ait
acquis 1'autoritd de la chose jugbe, s'est
mis aux ordres de la justice. 11 se prisen-
tera aux prochaines assises.
Cartes postales illustr6es
La plus jolie collection de Cartes pos-
tale; illustries pour vce-x de b3nne annde
se trouve
A I'ANGE GARDEN
98, Rue Au Reservoir.
Arpenteurs G6om6tres
Les membres de la Corporation sont
convoques le vendredi 31 du courant A 5
heures de I'apr s-midi.
Le Secritaire, L. OSSELIN.
Erratum
POUR LA 2e PARTIES DE L'HISTOIRE D'HAITI
A la page 417, in fine, de la 2e parties
de l,Histoire d'Haiti d'Auguste Magloire,
tome premier,- au lieun du membre de
phrase suivant :
Ce fut 14 anndes d'un etat de guerre
qui, tout au plus se changes en une esplce
de paix armie i partir de 1812,- annde
dans le conrs de laquelle ces-erent simul-
tandment les scissions du Nord-Ouest et
du Sud; "
le lecteur est pride de lire :
Ce fut 14 anndes d'an etat de guerre
qui, tout au plus se changes en une es-
p&ce de paix armAe a partir de 1812,- an-
nee dans le course de laquelle cesdrent la
scission du Sud et ls kholit armies de la
scission du Nord-Oast. "
N6crologie
Jeudidernier ont eu lieu au milieu d'un
grand concourse d'amis, les fundrailles de
Madame Emmanuel Barthold, node Marie-
Louise Castel.
Au cimetibe Mr Kellermann Grdgoire,
comptable an B areas central de la Dopense
et de i. Rscen ., a prononc sufr la tombe
de Is ddfame, le disconrs suivants :
M**d*-s,


Mi OU k ,


d'ae,


Ifoule anssi compact et en presence de
intelligence d'lite qi etoureatcm
nest pas, cehes, pour fire t talage de con-
Asimnce, alora que je ne sub i rellemem
qu un vrai staglaire, n eusne d mbutant en
ls maUire; mais poor, an noa des amis
Cayens, retracer en pen de mots les qua.
lit de la tries regrettde Madame Emma-
nuel Barthold, n6e Marie-Louise Gastel.
Mere de cinq enfants et i peine Agde de
29 ans, tousles amis du Sud qui etaient
requs chez elle, m6me czux de Port-au-
Prince qui, durant ce court ajour de
deux mois qu'elle y a pass, avaient en la
satisfaction de lier amitid avec elle, peu.
vent comme moi dire qu'elle fut boonne
spouse, amie sincere toujours d'hgale hu-
meur et sachant par sa bontd sans limited
et son am6nit, asattirer I'estime mime des
gens les plus difflciles ; je m'arrete ces
quelques dloges seulementrpour ne pas'ra-
viver de troplvives douleurs.- Disons MM.
que la mort come l'a fortbien dit un
auteur a des rigueurs et n'exempte qui-
conque quand elle se pr6sente ; car s'il
n'en &tait pas ainsi elle aurait du non
seulement dparguer les personnel poss6dant
de telles qualitds, mais les respecter ; et
ajou'ons encore qne celle qu'en ce mo-
ment-ci nous ddposons A la tombe et que
nous pleurons, est arrive an sein de cette
Capital, il y a de cela deux mois, ea
pleine sante, torte et robuste et faisait cons.
tamment le charme de son 6poux et per.-
sant au cher avenir de ses enfants ; mais
par suite d'un accident survenu ces jours
derniers que personne n'ignore et que je
me garde de citer pour ne pas davantage
exciter les pleurs vraiment 16gitimes des
parents et des amis 6plords, dis-je, vous
tous savez que c'est par suitede cela qu'elle
est morte.
Au nom des amis Cayens et au nom de
ton 4poux qui est pour moi un digne armi,
recois, chere Madame Barthold, cette cou-

ronne en temoignage d'un dernier devoir
que nous te rendons Nous souhaitons
en outre que tu allies t'asseoir aupres des
6lus de Dieu, place qui t'est r6serv6e,
nous n'en doutons pas en recompense d-s
mdrites que tu as eus ici-bas !
23 D6cembre 1909.


Avis
LA COMMISSION D'OR(;ANISATIoN DR
LA PARTICIPATION IE.LA RARPUn1iv1 'E
D'HAITI 6 I'EXPOSITION INTERNATIONA-
LE DE BRUXELERS
Ii vite les personnel, voulant tire n-
gurer leurs oeuvres, leurs travaux ou
leurs products A cette Exposition.,
exp6dier au local de la Chainbre do
Commerce de Port-au-Prince, rue des
Fronts Forts N 5, dans le courant
du mois de janvier prochain, les ar-
ticles d6jAi prepares afln de prendre
part A ['Exposition locale qui aura
lieu A Port-au-Prince vers le ler F6-
vtier 1910, avant l'exp6dition & Bru-
xelles.
Port-au-Prince, le 24 D6cembre 1909.



Ligone ollandaisc

Le steamer PRINS DER NEDERLAN
DEN vena nt des ports du Sad sera ici
probablement samedi ler Janvier 1910
et partira dimanche 2 poor St-Mare
et New-York.
Port-au-Prince le 27 .D6ecembre 1909.
AUG. AHRENDTS, Agent.



Histoire dllaiti
D'APR.S UN PLAN NOUVEAU BAS* SUR
L'OBSEAVATION DBs FAITS
( 1804-1909 )
PAR AUGUSTE MAGLOIRE


DEUXIME PAJRTIE

TOME PRZZf
pm 3 SGOUBDt


_ ____~_~~









RESTAURANT ST-JOSEPH D. Romulus
JOSEPH DE8RIVIfRE 38, Grand'ruw, 88
A l'occasion des f6tes do fin d'an-
service special, menus varies, Sirops supdrieurs, et de trbs bon-
be d'hate. nes liqueurs,qui ne le c6dent on rien
Toite la nuit du 31 D6cembre au ler aux produit% exotiques. Remnntons-
0vier, GaRS BOUILLON A LA CRtOLK, nouspar dubon rhum IAccourons tons
osommations diverse. en foule chez I honnete et conscion-
S, cieux.
D. Romulus, Grand'rue, halle N
Avis Important 3, non loin de la gare du Nord.
Distillateur-liquoriste, Industriel, qui
a obtenu une M6daille d'argent a i'Ex-
Le soussignA repr6sentant de ia fa- position universelle de Saint Louis
iilne Acoune Jeune de St-Marc, par- (Etats-Unis d'Am6rique) en 1904, et
tant son spouse et sos sars l6gitimes une autre I'exposition de Jameston,
yTve J. C. David, Dme Marc Saget et on 1907,
Maria Acoune, declare qua nul no .
doit s'initier.dans ce qui regarded les
Ifaires de Mme Vve Destin St-Louis, FELIX MACLOIRE
|dcedde il y a huit jours,en attendant AVOCAT
Ve sa succession soit r6glde. Ceux AVOCAT
wqi se croiront autoris6s a. agir dif- 113, Rue da Centre, 113.
Mremmnent en seront souls dupes des
cbns6quences


ARTHUR BONNEFIL,
Port-au-Prince, 27 D6cembre 1909

PANAMAS!
Pour Hommes et pour DamAq, chez
Ielle. L.onitie Salages, '22 R'ie da,
Fronts-Forts
L'Administration du MATIN in-
forme ses aboan6s qu'ils no doivent
risa payer, abonnement ou autres,
que oontre reus imprim6s et por-
tant le timbre n Journal.
L'Admildstrateur.- Arthur ISIDORrE

Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ

JAIME TESTAR
Le chapelier remarquable, avan-
tageusemeut connu,fait savoir au pu-
blic en g6ndral et a sa nombreuse
lientble qu'il vient de transf6rer sa
FABRIQUe DE CHAPEAUX
(L'AVNCI1wN MAISOM DU LOUVRE )
DE LA PLACE GwjtRARD A LA
GRND'RUE OU RPiPUBLICAINE
No 149. In face de la Poste
Le nouvel 6tablissement est on-
vert sous le nom de la flour do
l'Amerique
11 promet soin et promptitude
come toujours.


flutr,' snn de JI.* Giu-'rin
al. ~ t'TUBERCULOSE PULMONAMB
pay leIt ,,', i ii,me d A"1..rir lPpey1roux
M v 1* .1 tI '. I Ii ut 4 ; v. v rg e tIv I.I a, k .4it.1 410IF
rf, i ii p i ., *.t% tir ci c- i c. It- I .iii .4.a I I I*'I,


I14allgrle 114Il~jl it e
I Iic t ~4 0 *11 i1 4 j .I t


Or A i C., 111. 1% al
gri~e I..i~z~,.,i a ..* dE ign mDUpEYROUXit
5U. sj i ~..1~F't ''4ri vi e a %Ia llMdelila i Ws
51~~d itti~ 4. pe u~st m re 1'.1 leit it itpr-
U1I%~ I~~lti a ae I it dit e tI t ie a it
07 glI-r~ de d'ssae Prs
-it- lid 1i4r, a.t e rsttam imie a 4rvrr -4111 ipl a ut d
de a~I. ..il- in-istulrovouafi s tonlowls atlgi dant
tu %.i'44.44I(1I4'll t.dpim ile a34u10a l ipiguirm. Ide Slaciu
grc i.t, II ii. pry 1414 abasedi'r E Ia mt iktDUEYdiIral
PI.;lu i t 4 i\i t 4. 44 r~c palseae cam pikyee arI&lo denatrur u-
Pey f utru1 i. 4*-it c~ pi p letr chebr ilM i ere l. E ll.dd, bp r-



A e t Inre, ir do tanrinie lcropliS chlende


J. V,.LEBLANC
188, GRAND RUE I
Confection et reparation
SELLES et IIAKlNAIS en tous genres

Les Cigares du
Centenaire
Se fument ,n peu partout dans la
R4publique.
On leps pet acheter
PORT-A U-PRINCE, 23 Rue des
Miracles, 51 Rue Roux.
A JACMEL, Chez Hugo Jensen.
AUX CAYES -Chfz P. N. Neptnne.
AUX GONAIVES.- Chez Montas.
A L'ANSE-i'HAINAULT, Chtz Ar-
thur Drouin, Piard Youance.
DAME MARIE,- Chez Vve Haimoni
Bri&re, Fernandez et ailleurs.
AUX BARADERES, -- Chez Clode-
mir Drouin.
' AU CAP-HAITIEN, --- Ch z OWivina
St-Aude.
PETIT-GOAVE, Mr Robert War-
mington.
GRAND-GOAVE, Mme N6oc'bs
Bellevue. I
PORT-DE-PAIX,- Marielle Auguste.
A SAINT-MARC . .
A JEREMIE, Dans tous les coins de
la Ville.
La Fabrique serait heureuae d'avoir
des agents dans les localitds ofi elle n'est
pas encore reprdsentde.
Toute recommendation avec s6rieuse
et bonne reference sera appr6cide.
EUGENE PRIN,
Directeur.


ON MACHETE Cire,
Pktion-Ville, usine caf6itre.
CIRE & MIEL


Port-au-Prince, 40,


rue F6rou.


MAISON DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu de la
R4publique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recovoir par les
derniers Steamers une Varidt6 d'dtof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
ICheviote. Drap vert et bleu d'une
rdelle superiority.


qu', I'occasion des f6tes, son d6bit COUPE MODERNE I
Sra ferm6 les 95 t 96 du courant et
lSs I et 9 janvier procain. a Une heu- PROMPTITUDE I SOLIDITE I
go et demie de I'aprbs-midi. L'6tablissement so recommande aux
clients les plus ddlicats qui appr6-
Lcu bie'Cient chaque jour davantage lersmm
LECT EU R S,i.ril Alie do son travail.
des Miracles o PFdrou No$s 5 et 110, Demandez chez Joseph Sain--C'ood le
e Rou ou BeMS-Foi, No gt,0"e tr"- Retatsraser de ia SSaet des Cartes pos-
S es cIeARM s9 GO do Pda Im udesm jluIrdes,.


A la Metropole


MAISON JULES LAVILLE
93, RUE MAGASIN DE L'ETAT.
Viennent d'arriver A des prix detiant toute concurrence
D6licieux Fromages Pate Grasse de Munster


Ddlicieux Biscuits fnl sucr6s &
D6licieux Biscuits tias non suc
Figures, Prunes
Fruits cristalliss
et en I


P. 2 la livre
I. 1 112 et 2 la livre
tas P. 1 et 1.2r, la livre
A P. 1.25 la livre
& P. 2. 0 la livre
Botte do 1 Gourde


Beurre de Table extra, ferblanc de I et 5 livree
Vins tins de Liqueur et de Dessert
Vins de Table blanc et rouge
Champagne Vve Devaux Epernay
ILX e ixieilleur x t pr7i:cix r dc.Lit.


Occasion Lrceptionitelle


Pour 8 jours seuleinent

A PARTIR D'AUJOU"lD'li I
Chapeaux lane pour homme
a E^5 GroLXrdes Xclia.ca e
CHEZ A. DE M IATTEIS (0 Co.
-- _E -- nnMn


Pour tous reaseignements et commander
S'adreser A Andr6 FAUBERT,
38, RUE ROUX PORT-AU-PRINC.-
AGENT GrtN:RA POUR LA RIFPUULIQUE D'HAITI
II- ...........


Mevs & C


S E. le Presdent


d'Halti


A L'ANGLE DES RUES ROUX ET RE'UBLICAINE
Etablis deputy un quart de si6cle sur la place de Port-au-Prince
Offrent A leur nombreuse clientele, come prime A l'occasion de la nou-
veile ann4e, & touted personnel qui commander une douzaine de carte im-
periales.
( PRIX ntiDUIT': 25 00 GOURDES. )

Un agranlissement de leur portrait
d'apres leas meolears pro .dde d art dj&a appr6cl6s par le grand public et
qa out asaur la reputation de Ia mason.


Ed. G.

Photographes do


I I I I ~


- --









AGENCY SPECIAL


de la Begie Francaise des

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du TARIF


Tabacs Scaferlati


G6dnu ral, -


GOURDES


Tabacs


D6cambre -1909.


Cigarettes


GOU RDES


e magez pins de pail
3'Ai n'estfaita'eo Pilisburyi
Best."
La meilieura farine du monde
Cell qui done leumeilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus l6ger.
Pour tous re~zsignements 'sa.
dresser A :
Ernest Castera


LEVANT SUPPRIEUR (dit tabac d Egypte) la lolte de
50 grammes
LBVANT ORDINAIRK paper violet liss, 1 2 paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIEUR paper bleu le paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de ") gram-
mes
CAPORAL ODINAIRE paper pAtl brune le paquet
de 40 grammes
TABAC A PRISER, Virginie haut goit,. apier jau-
ne, le paquet de 100 grainnme-


POUDRE SUPERIEURE, paper bleu
100 grammes


le paquet


POUDRE ORDINAIRE,-papier brun, le paqnet de
grammes


TABAC A MACHER roles Menus tiIs
100 grammes


Pour los ernploy~s SUIITOIJI' de


Pour les employs SUl'TOUT" de
zoton- L4ogane.


Esanofele.


de

100


Ic piquet


1.25


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CHASSEUR le paquet de 20
HONGROISES en levant supdrieur Le Bondon


de


0.90 20 cigarettes
do en caporal superieur paper rose, le
0.70 paquet de 20
d9 en Maryland le paquet de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
0.70 Bondon de 20
ELEGANTES en Levant ordinaire le Bondon de 20
do es caporal sup6rieur paper rose, le
0.75 Bondon de 20
do en MaryJand paper jaune le Bondon
de 20
6 ;) do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FRAN'QAISES en caporal s:,uprieur paper rose le
1.50 paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
Sde 20
1.50 do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ROULtRS en Maryland et caporal superieur le
portefeuilles de 20
do en capo:al doux la botte de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
1.50! do la boite de 10


special,


la I'. t( travaillant sur la ligne de



-Esanofeline


Bi-


Viennent d'arrivor par le ..-rni'er Hollandais
Cachets Kangua Antipaludiques
Pour la guarison immediate des fi-vr,-e p'ludt,_cnnes.


Comprimes Suisses
PuRGATIFS-LAXATIFS- Di'PURATIlS-
KRtnude ideal pour combattre la cons:;pation.
Pommade des Preox
Pour la gu6rison immediate sans le co'icoui d'iucune operation de-
toutes tumeurs : Kystes de la peau, Loupes, Lipomes, Tumeurs des Pau-
pibre ,onjonctivites, Eczdinas, iHmorroides internes et externes, etc etc.
DPPOT GlENERAL POUR LA. RI.PUBLIQUE DtHAITI
Pharmacie Notre-Damrne : ue des Froats Forts et du Centre
Docteur St LAGER PERIKHii ( Pro,,ritairp


American


Bar


&
ICE-CREAM PARLOR
PLACE GEFFRARD A c6te de la PHIARMACIE W. BUCHI
ETABLISSEMENT DE: l' CLASSES
Biere allemande a la pression: par verre
A partir du 27 D6cembre : Lunch Froid depuis 8 hs.,du matin et Cr6me-a-
Glace les apr6s-midi.
R6veillon et consommation toute la nuit : la veille du jour de l'an.
I I Ladies Table! I
FRED W. KATSCIH.


LAIT CONDENSE NESTLE FRAIS
A la Pharmacle Sojourn&.


1.20 repr6sentant de la PILLsUsTy'g WAg8.
0.60 15 a Fs.omA M u Co Munweous
0.90
1.20
85 NESTOR FELIU
0.851 L excel lent tailleur avantageusemen,
S connu de touted la R4publique vient
o.65 de rouvrir son atelier Rue F6rou,
0.05 ( R ve des Miracles ) No 61,
0.05 Sa nombruse clientele tronvera
0.70 come toujours toute satisfaction
pour les travaux qui lui seront con.
0.70 f!
0.60 LA
o.0 I Cordonnerie Nouvelle


0.60
0.45
0.75
0.40
0.60
0.30


J. LAVILLE.


Voulrz vous otre mieux chauss6 ?. .
II est trbs rare do trouver dans une
mrme confection I'Eldgance et la so-
lidit6
MM. VITIELLO fr6res,
les spt('ialistes en chaussures.pour
hommres, forms frangaises et amdri-
caine-, ont l'honneur d'annoncer a
leur nomnbreuse clientele qu'ils vien-
nent de recevoir de nouvelles formes
Du Dernier Cri Parisien du ve-
ritable Modern Style.
Les Chaussures sont reconnues in-
comparables par la Commodith de
'leurs forces et par leur Soliditd joint
A un travail entierement fini.
La Maison possede en ddp6t des
Inat4riaux de premier choix prove-
riant des meilleures fabriques des
ltats-UC,is et de France.
Ohevreau verni, Extra-Qualitd,
la meilleure marque.
Peau jeaune de toutes nuances,
veritable Cuir de Russie.
La Quality des fournitures emplo-
y6es dans les souliers et les soins
apport&s dans la confection nous per-
mettent de les garantir comme les
plus solides et les plus durables.
Stock do Chaussures fines pour la
vente en gros et detail.
Agsortiment complete de cirages et
lacets de toutes nuances.
Prix fixe mais mod4r6.
Adresse : VITIELLO fr6res
145, Grand'Rue, en face de la Poste


BIBLIOTHEQUE MODERNE
4, RUE DU FORT-PER,
A. L. HORELLE
Aboniement G. 2. Caution G. 3 1/2
A partir de Dicembre, le service
d'offre des nouveaut6s parues A Paris
commencera.
A tout abonn6 renouvelant son abon-
nement,et A tout nouvel abonnd, il sera
donn6 pour le mois de D6cembre, A
titre de prime, un lot de cartes posta-
lee de la valour marchande d'unw gour
des.
Ce qui en rdallt6 laisera 1'abonne-
.meat A Ufn gourd.


C. B. PETOUI


GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el-
le vient de recevoir. par dernier ba-
teau. une forte quantity de marchan-
dises et d. fouraituresr do touts fral-
cheur et de toute beauty, import6es
de France, d'Allemagne et des Etats-
Unis.
Le public 616gant, curieux de se
bien chaussor, y trouvera les peaux
les plus solides et aux nuances lea
plus varies les formes lea plus belles
et les plus approprides.
.On n'a qu'A venir chez G.B. PtiTOIA
pour e!tre assur'6 d'etre chaussd sui-
vant les mneillon,'- loi du confort et
de la mode. Spe,:iaiites pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cir.~gs. former, fournitures
et mattriaux divers pour cordonne-
rie. On trouver a tout ce qu'il faut, aux
prix les plus mod6res, A
LA CORDONNERIK NOUVELLE
14-3,GRANID'RUE 143,


IA L'6LIGAECE
QORDONNERIE..
a311. EUMFMX3
42, K c des Fronts-Fcrts.
CaAUsSU nS Mx DOl6T,POUA LA v Tr
Promptitude At soin aux coracin-
des taut ici qu'wn province.
Chaussures de Dame forms at tra-
vailtoujours tout es qu'il y a do plu
Former Amaria;r eot ranuaise pour
Messieurs ; ,!Oantos et commodes.
Pour les enffats le plus l'aise.
Travail solide extcUt6 avgo
des peaux do premieremaarque.
Assurance de grand rabals.
PA '.. c-ragesi aL5iqudues

Francisco DESUSE

Fabricant do chaussares
La Mr.natacture a toujours in d6p6
an grad stock, pour la veste oa
i;ros et en detail, do chaussar *0
tocs genres pour
H owwas, Fnmxsm EFMANTs
ema commander des cOmRlt daeM
de l'int6rieur pourront arWe exl Woil
das ane somaine & pe Sr.
23. Rue dee FrOSOP4604 .
SI IoR- -(M )


X M WM -- -- -- --- --- -- m m mm m


(