<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00807
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 23, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00807

Full Text



rroisiem. Ann6., 1Ne 824h


Port-au-Prince, ITaiti


Jeudi, 23 D6cembre 1909.


ABONNEMENTS
UN MOIS G6 2.U10
tp.rt-.tu -Prince
Titois IMois... *5I~o
1); jhrt ernents U N Mo01s -, (i. 2.20
Ttaois Mots *6.(1

vEtranger .. BOIS ',%ots 8.00


C16ment-Magloire
DIRZCTKUR-FONDATEUR


j


L E N UNIlRO (;ENTIIME-S

Lo mnafuseti t, In ,t Am on tit, s.'rtn

REDACTION -A\DMI NIS'FR TION
45, u. 1j~ CO' i


Arthur 1stdoreo


J


ADMINI19TRATEUR


OUOTIDIEN


Chronipqus du


Le S6natear Piot. Les doux
et repopulation. La fort
pecher. Les guerisseur.
Genitrix. Etre

L'hoaorab'e Monsiear Pio:,, s6:ea-
tour, I'ap6tre en France de la repopu-
lation vient de mo urir A I'dge de qua-
tft -vingt un ans.
'26tait un doux apotre celui-lA, un
,le ceux que l'on peut appeler un saint
h mme.
11 y a des ap6tres violent et d6clama-
toires, des ap6tres tranchants et apres,
'qui aiment I'humanitd avec rage, in-
transigeance. Its la trouvent mauvaine
et corrompue, et veulent la d6truire
pour la refaire d'an coup, d'apres un
plan id6al trac6 dans leur carveau, se-
lon leur formation, leurs lectures, leurs
vices, car ils en ont, des vices, et
mtome selon leurs maladies: qui n'en a
pas ?
A ces apu6tes bard6s d3 for l'on
peut appliquer le mot d'un autear: its
peuvent parfois conqu6rir le monde
imai' ne savent pas le gard r, ce sout
le pacifiques qui conservent les con-
quntes.
11 y a des apotres suaves et raison-
nables, modstei et convaincus. Braves
aussi : its n'ont pas pour d( ridicule,
6pieuve bien plus redoutable que les
horizons et lei coups.
M. Piot 6tait un de c"e doux ap,-
ties-li. II v.uld.it que 1'on s'occupat
st-rieusement dlu problAme de li d-
I ,ulation alarmaute do la France.
E efllit, la statistique du noUve-
1i1eilt de la population de li France,
peudant le premier semestre de l'ann&e
en course r6vele, d'aprAi I'lllustration
une diminution de 12.692 dans les
naissances et une augmentation doe
2.>.019 dans les docbs.
D)a m6me que pour certain p ays ii y
a un probl6me de d6boisemeut et de
reboisement, it y a poar d'autres un
problbme de depopulation et de rep '-
pulation.
**

Sons les coaps redoubl6s 1,j la ha-
che, I'arbre bi-centenaire plante par l'a.n-
cetre se voit dApouill6 uue par une de
ses branches, alimeat pricieux poar la
demeure, le chai Itage, le mobilier, le
transport de l'honmme.
D'aborl les branchettes, les rameaux
couvrnt le. sol, aux pieds du vdt ran
des forts; puis los grosses branches
soont atteintes et souvent, excited par le
besoin, 1'homme porte 'I instrument de
destruction centre le tronc mAme du
g6ant impuissant a se defendre des at-
taques meurtribres de son ennemi, le
bAc heron.
Ceci eat le d6boisement qui ealbve
aux crates et aux flancs des mornes le
pr6servatif le plus officace centre le
anger de ces fortes pluies qua les
brands arbres brisent, 6parpillent, pro-
Mgeant de cette fagon les valldes et la
plane centre lea eana tamultueases et
etvahssantes,dstructrices avengles do
Plnitations, de troupeaux et do fami-
Sntiroe. t a mal
D'aatre fos. east n mad inaeonnau


moulfrances, colles 'lI l'arbusta et coloes
tde l'enfant, cells du vergr et c, lies
grandir, fructilier, so multiplied pour
Otre fort, rdv6la li ptlaie et soe voua
et le.s; violent;. Deboisement 1l'euvre dtie cherclir pour les r6panire
humaine. Le cocotier et le le moyens pratiques d'en prveanir les
s. Crois t multiple. ellets, d'obtenir qu'il y ait le plus de
. F uipez. Fr an,;.ais tie France 1i'il soit possible
f a-t. Etre sain. iatin d'en perpetuer la race aimable et
couple mise dans les conditions tie rd-
sister si le cas y 6chet encore a Ila
* ny-:4rieux qui frappe le cocotier don't' f,,rmiable voisine cetrassn., svvante,
jonls fruits encore petit commeneent active et industriel!e et de lui opposer,
jonier le sol ; les feuilles aux vives non plus un contre deux, mais tin
couleucr so mettent A jaunir et bient6t centre un, double do vaillance et tide
le cConir lai-mame tombe en pourriture, sant6
signe de mort prochaine.
It faut sans retard d6truire I'arbre *
dont It parties superieure est arrachE, ,
et rdluite en cendres afia que l'infec- En iturelleme t c'est un mot plu re-,
tion rest loca!isle A un seul sujet et v'nt naturellement sous no'i plume,
save les milliers d'autre5 qui sont un patriot.
sains et qui soont charges du fruit sa- atre jour nous visions, parlant le
voureux, pioligue d'eau, d'huile, de ia No' vage: petit territoire, granIle na-
tissu, orn6s aussi de feuilles, C tion. Grande par I espiit, va I'exeun-
liauts dventails qui se laissent attaher ple, par le lrogr *s. Et par le nombre ?
debout aux entries des reposoirs et les Alh la numbre, il faut bien compp-
arcs, et don't lea panaches format de. ter un peu avee, non pour le craindre,
arceaux carassent lei fronts du triom- ni pour le Ilatter -la peur et la dupli-
phiteur des foales et des pasteurs clt n't tjimais rnen prodliit de dura-
de fidle ble -11ii s pour le comprendlie, I'dlever
Da mAme qua le cocotier et qne le et ea taira t:ni conscience utile.
Petit terrntoire, ,,,re1de nation, c'est
pin, la fort humaine et le jardlin ha- Petit terrmtoire, grande naP.ion, est
main ont besoin d'etre protdg6s contre vrai, mais si Iy aura plus d- pulssan-
le ddsir d6rdgl6 et les insects porteurs tes nation, sans ieaucoup i'hommes,
deruine.La science enseiga6 comment qui soent lbaucoup de .o'dats et bom'u- -
et pourquoi sauver le. dieux families c d'ouvrers. Aussi, to te4 c-lI9 I
des boil, comment la rem6de appliqu6 qui veuient jouer un ro ,, plus ou
A temps et d'une main adroit peut roins marluant dans 'harmonieux con I
em pier, retarder j02 gurir les nuva- cert ofu chacun a) pporte sa part I'1lli-
"s subtitl du parasite attach aux tnives et soncot de progi appr> n
lteill3s et aux ravines du bel h6te des nent A so comnpter, A arieater leur ter-
campagies. itoire, A conup'er lours voisins im 1n,- i
Ainsi, A c6td des dnergum6oes fa- diats, .- arpenter aus.i le territoire de t
rouchs, planteurs de haine, A cOt6 du ce; voisins et s'il rs;lite ,It r:p cofn- $
bileheron que 1i mort et la desolation tatations une dispro,1o tsiou trop trap-
suivent, pr6tes A lui preter le secours panite, qu dans un au, dans vingt, i
deleurbratale cognae,il ya des semeurs dans cinqiante, I'on peut devenir la C
qui vont lea mains replies de grains plus fable, la plus pauvre. la moinms ou- c
bieafaisants coni6s A la terre d'un tilde,1'on se scrra alors les coudes etles t
Sseaiguste isserdreinw, I'on fait sur soi-m-ne de la cul- F
11 y s ausi des g ae ture intensive, l'on se multiplie, on 'ai- s
11 y a au-si des ga6risseurs de places che que chacun do sol vii1,,plu- ,lia m
aux bras chiugds de planted balsami- che que chacun de sol vu Ilo ptu< r>t
gies ver-ant la con ola ion et l'esp?- ladvrsa.re prob Ie oul oncurimnt, .
(liaes ver.-;ant la coniole'ion et es -ainsi le Japonais contre le wswo et le n
Sance et il v a ,lis doctears en hygine p is t
morale et physique qui out vu la part Cbinmis. Puis on s 'aumente,. procric,
d'humminte A liquelle ils appartienn.nt spl enc an o e s,. *C.p (>3la I
rongee par ce coidoptbra, I'app6tit et ce sp acroissement vIan e rp ue
pidoptre, le mensonge ; ils ont vu acroissement vgtatif. f
leur socit, le mens proie hypocrisiese et De cette pensd, prenaeot naissance les
leer son6 e proie hypocrisiese tes ages,uvre
A I'aveugioment, ces parasites, et ils out vresenfnts ondes e: leaon lois ages,uvre
mis le doigt dans cos overtures pir desenfantsabanlonn63(cie;hes),.auvre l
of passe un sang vermeil et chaud qui por I'alimentatioa de4 nouveau n6s et
video le corps lout lea organes restent la protection de la premium e enfance, c
atrophids et pAles et par lesquelles en- ( gouttes la Lait) tigues coatre la I -- i
tre le virus qui onveaime lAme se fai- brcaulose, et comrni la va he est un A
sant rabouguie et racornie, do pleine transmetteur actif de la Peste blanche, t
t do salabre qu ella 6tait, come le W'uvle de protection des antmaux, 0- m
cocotier majestueux et abondant voit levage rationnel, inspection des lai'-
tomber son fruit riche devena inutile rios, des abttoi-s, .garanti inter a-
avant la maturity et come Is pehr tiontrle et ltuee dtout ce quA e ont pu,
des Soargailles maintenant convert contr eetif d tout c que I e
d'une mousse blanche, faute de seoin mango.do tout c. qua Ion boit et desc
1. lieux oft Von donne A mancr-r et o ftl'on
et de science et don't les fruits A la ieux ou on donne magr t t on '
chair 6triqu6e no portent plus ces oane boire p
belles coulears d( l'aurore et n'ont plus A boire surtout h
qua rarement ce goAt savouraux, qui L'alcoolique vit moins longtemps, A'
furent leur charm si ancient. moins bien que I'homma tempdrant. gn
C'est un individu toojours inutile, sou- la
vent nuisible A lui m6me, aux siens, i
Ci gudrisseur qu'dtait Mr Piot, sa- tous; sa generation eAt expose6, si ell& p(
chant que I'ignorance, si elle n'en eat no se guerit pas dea le principle A re- qi
pas la cause premiere *t unique, con- nouveler le errements et I'impuissan- c<
tribe A fair so prp4taur outes les ce do I'aieul: de Ia, ligue centre l'abaus u


lde l'alcool, de I'alcool infdrieur, ,los
boissons frelatbes, rocives.
Ainsi I'action poor I'augmontation et
le perfectiouaem'nt de 1'espece humai-
ne revAt plus d'une forme et tous ceux
qui d'une faCon quelconque contri-
buent a cette augmentation et ce perfec-
tionnement sont des ap6tres de la v6rL-
t6, ties bienfaiteurs.
*
*
Evidemment, tous les lils des hom-
Mres ne sont pas destin6s A pratiquer
A la lettre It. divin conseil : c oisc/z
et multipliez. 11t y a mille ouvriers di-
vers.
A part ceux don't flyroni i dit les
sources de l,t vie ein eux sont ompoi-
sonnies >,il y a une noble et nomliru-
so portion de l'humanit 6 qui s'est con-
sacrde A am6liorer I'esprit, A roclier-
cl r et A prop3ger son mnorcaiu de la
v6ritd, sa 'acette du grand j' y.u ilunii-
neux que nul ne p ut prbteodlre avoir
embra!,s tout enter et que I't'llort de
tous atteiudra quanl mnimrne, un jour,
tr&s lard sans doute, que'ijue part,
tr 'i loin peut-6tre, m aii quand mmrne.
Ce sera le rayonn rmeut de la v6rit6 qui
dbloaira sins aveugler.
Aussi, clibataires vo!ontaires f(ui it-
voutz vos ann6es de force a I as t: i,<,
trop absorb antesipour admettre un par-
tage, desi l;i:ies vous rhclantrit tout
entiers, charity< ou science. Voius tous
dout un veuvage fiidll emplit I'ame et
la vie, nos8 ne vots bl..mobis pas : il
n'e-t oas bol que la IH,-w. saule, toute
la LAte soit :A4.h0o, l(6br;d ie. 11 faut
qu'it y ait des purs et des chastes.
Mais quand on e st libre, tfort ,t sain
et quoe le travail peut fouirir as, t pour
nourrir l'tra sorti do soi, allons pro-
ituns de nos belles semaines, sans cha-
grint poir autrui et sans records pour
oi. Soyons une noibheu-~, fimniile,
ne gaspillons j:is la soemnce sacrde en
les accouplemeuts doutpux ljui peuvent
*ontaminer poor toujours la race A nal-
re de soi et trav.ail!ari pour notre
part au devoir ('augmentcr les a.res,
ire fai)n deI ne poInit p6rir ou au
moins dedurer assez.pour que 1'on n'ait
point pass en vain sur la route inli-
nie....
Le champ de labour est immense.
iardez-vous de railler les coupes q'li
pullulent, c est Dn gage doe prosp6rit6
uture.
Dieu b6nit les farnilles nombrea.se.
Ce n'est pas nous qui pArlons, c'est
a sagesse des nations.
N'importe, culte pour culte, s'il fant
hoisir entire la prostitutioni et la Fdcon-
itd, c'est a celle-ci qu'il faut sacrifier,
It d6esse aux fortes mamelles, inci-
itrice au troaail. Genitrix inlassalde,
i6re et pourtant pure.


Lea projects -le Monsieur Plot, nO
'inspiraient pis s91 is doute des seules
oniiddralion j qii prAc- lent. Le Fi.i a-
ais envisageait lat Frauce en pAril *
ar 1'unique fait .-i la natalitd en
ausse cb(z elle (le sulement 440.000
mnas, alors qu elle alteignait en Allema-
we le chiffre de 4 millions pour le mIme
aps de cinq anndes.
Mr. Pio" appelle o'eofaot un impdt
ayd en nature c de fagon plus on6rease
ue la some d'argent vers6e au per-
epteur t il demaLle entire autre
iesuares quo l'Etat pr!eove dana cheque


..OMNI"!


W -









succession une reserve pour les famil-
Ies indigeotes.
Comme il a 6td raillh, ce bon Mo.-
siour Piot tout (omme ce bon Moc-
B6raDger, le PAre IA Puleur !
Pourtant, ils 6taient dans la vdritd,
cos doux aputres.
11 reste aux kcrivains, 6conoinisfes,
Iegislateurs, A trouver les combinaisons
qui rendent possible la multiplication
des Qnfants paralid'ement a la mul iplt-
cation du pain.
N'est-il pas d'ailleurs ouverainement
puril de dire A de brtve4 gens qui s'ai-
ment : soyt z de tous pt tits ealants, so-
yEz satgs.*
*
S'il est vrai que les iddes de M. Pio
n'aient pas %ervi encoie A arrdter
le movement deocend~int de Id nt; -
lit6 francaisp, les directeurs de ce Iays
ingdnieux cberchent A conjurer le pAril
Oafre les Fran(ais de France, il y a
lea Frangais d'Atrique, de bons scI4ats
qui ont fait leurs vr-uves, tout comn-
me coux do terroir. 1ls peuvwat r6tablir
r'Aquil bee numrrique, en t IAveur ile la
mj're-patrie.
II s'agit d'cin fire de vraie Fravnjis,
*,uvre de disci1line,de procedes et d'as-
sirnilL.:oo.n
Et cc'i est une autre ltl'*ire '< ii tiinl
A 4l'a;utres irolblmnies interessan' 't d(-
%elopliement des socidt6s, (coloni atlion,
immigration,) ce don't nous caumeroun,
selon les caprices de I'actualit6.
F.Ix MAGI.OIlE.

-- I
COMMUNIQUE

Le Secr6taire d'Etat
des Finances informed
4qu'il a pass des ordres
aux Payeurs des DWpar-
tements pour qu'ils re-
mettent leurs pieces au
plus vite, les mois de
Septembre, d'Octobre et
de Novembre 1909 de-
vant etra pays aux fonc-
tionnaires et employes
puplies.



Tolri ePr siid llell
Dans le Nord
NOVEMBRE 1909.
VI
Cordiale reception chez le S6nateur et
le general Vixamar, oi le President est ve-
nu nous rencontrer. Monsieur Catinat Lt-
cors souhaite la bienvenue i Son Excel-
lence en des terms choisis et circc.ns an-
cies.
Darance est A 2 lieues ct demie de la
Grande Rivicre et A 3 lieues et demie du
Cap. LA, nous sommes au milieu de la
plane du quarter Mjrin, la plu; riche du
Nord.Au moins cent mouhns A canine dont
une trentaine A vapeur la desservent.C'est
press de Darance que le trove le pont
Bared qui date de 1io ans et a coutt
12o.ooo000 ournois. Ce pont est devenu une
a6cessit6 social et agncole.Etc'est malheu-
reux que les dernitres grandes pluies aient
cru devoir le d6manteler.Aussi,j'eiere que
le ddpartement des Travaux publics s'en
occupera serieusement et le plus t6t. Car
l'activit:6 de la plain Lu quarter Morin en
souffre bnormnment.
Toute la journey do dimanche se passe A
la Grande Riviere ou I'on se muhltiplie
pour recevoir le Pr6sident. Le lendemain
lundi, Son Excellence se temet en sell.


Mais avant de rentrer au Cap, Elle posse
jusqu'A Quartier Morin. LA encore, la re-
ception est des plus chalearenses.La famille
Maglore sartout se centople pour feter le
Prdidutt. Aprt quelques heares danas ce
boas, em tmg Ci A vena lI deo,


heures de l'apres-midi. Le g6ndral Antoine
Simon flit le tour de la ville, A cheval, ac-
compagn6 de sa fille Mile Cdlestina qui
prend on grand plaisir A faire piaffer son
palefroi.
Tous les au res jours de la semaine jus-
vendredi, Son Excellence passe son temps
A recevoir dei visits eti en rendre. Nous
.utres, nous nous rattrapons do retard en
dansant come des diables. Car sur les dix
jours francs que nous passons au Cap, nous
aurons sept bats Le, Capois nous les of-
frent avee a'uJLtant plus d'empressement
que depLii quelque temps, chez eox, one
partic dansante est un 6v6nement normal.
D. ut ans et pas un petit round !
Aui qu nd il nous faut laisser la ville,
ce vcndredi s( ir, le denil se ripand imm6-
diatemen. sur le Cap. Les visages soont tris-
tes e. bien des Ames brisecs. Et nous n'a-
vons pas le droit de ne pas fair notre con-
Lssion, nous aussi : le regret est immense
chez ncuS de savoir que par no;re fait,
tans de gens... pleurean.
De six uiiuces A dix heures du soir,heure
A laquelle nous arrivons devant Port-dc-
P ix, je m'6tends 5ur ma dormente amd-
ricaine, et 1a, les yeux mi-clos,je me mets
A crvivre les derniers jours enfidvrts pas-
ses A Port-au-Prince avant le depart, ce d&-
part lui-mrIme, ensu te !e sjiour au Cap.
EC aaturellement je pense avec le poete que:
.haque fois que Ilheure sonne
Tout ici-l)as nous (tit adieu
L'avenir, I'avenir, mivst're
Car, voilA que nous venons de p s er
dix paisibles journues au Cip et cinq dans
les envi o is ; que ncui laissons le Chef-
i i du ddpirternent du Nord dans la plus
part fie tranquillity ; et que le point noir
lgetndai c e it devenu le point blanc.
N.us passons lou:e la nuit dans la rade
de Por:-de-Pa.x.
Ie samedi, vers le; dix heures du martin,
S )n Excellence deb'q ie u- le Warf.
Comme a Fort-L'berc,, A Ouaninminthe
et A la Grande RKviere-du-Nord, le Pr6si-
dent Sirron re' C son costume civil.
a Mais. lequel est done le Pr6sidcnt ?
se demandeit plusieurs bones w femmes.
Cependant, devinant que parmi ces mes-
sieurs en redingo e se trouve bien le cito-
yen Antoine S mon, President de la RKpu-
blique, le peup'e de Port-de-Paix, assem-
bl devant le bureau du Port, se met A
battre des mains, A tr6pign,:r eti dichirer
I'air de ses c is d'enthousiasme. Alors,
Son Excellence so'&eve son haut-de-forme
et salue la foule. Ce qui fait redoubler les
vivats.
Nous au.res de la maison civil du Pr-
sident, nous ne tuivons le cortege qu'A nos
risqucs et perils. Car la cohue est si grande
que les plus solides vectments p-uvent se
transfo-mer en loques, si I'on ne pousse
et repou.se continuellement des gens. An
premier arc-de-triomphe que nous reocon-
irons, c'est le Commandant de 1'Arrondis-
sement qui se r&eele orateur disert. C'est
an brave home, ce gneral, t:es came,
tres ( paisible et qut ne f it pas penser,
comme celai de Fort-Lib r.e, au a VC iles
,,oriosus & de l'aut ur latin. Les bourgeois
de tcus ordres artivent ensuite.
Je ne m'attarderai pis, comme du resve
j' a commence pir le fire, i vous citer les
noms de tous ceux qui prennent la parole,
en presence de San Excellence. Car, quand
ua President de la Repub ique arrive dans
u ie vil e. I y a tant dc gens qui tiennecnt
A se signaler, que vraiment deux longoes
feuilles de paper n: suffiraient pas pour
enreg strer le'irs noms.
Qu'il vous suffis: done de savor qu'il
y a beaucorp de discours. Apres le Te-
D.umn, le President va 6tab'ir si residence
chez les 6poox Laraqu- et M le C61lemias,
la sienne, chez Mr F. Ney-Apollon. Et le
soir, malgr6 nos faigues, nous allons au
bal donn6 par le Cercle de Port-de-Paix,
en l'honoear de Son Excellence. Des l'ap-
parition du Pr6sident, un grope se forme
devant son fautenil. Le commandant Be-
nito Sylvain, president do grope, demoan-
de alors au President la permission de lai
presenter one jeoune port-de-pacienne. Le
General Antoine Simon acquiesce de las
tate. Et Mile Bryare debite an compli-
ment de bienvenoe, un penu lyrique, mals
bien tournm6 en tout cas. Pais quelques-uns
d'entre nous se prdcipitent vers les alma-


bles port-de-paciennes, poor le quadrille
d'honnear qui doit ouvrir le bal. Celui-ci
dure de 8 heures d soir A one heum do
martin.
L._D. I


RUNSI3GNXMUNTS
MXTZOROLOGIQWNU
ObservaLtoile
DU
SEIINAIRE COLLEGE St-NARTIAL
MERCRmDI 2 Dicuamu I 9
Saromitre a midl 762 */*9
Tomp6ratur'.min1m
minimum 18,o
maximum, 29,7
Moyenne dirne de la temperature 22,8
Ciel clair le mating, nnageux l'aprtl-mi-


di.
Le barometre se maintient dads
maler


la nor-


J. SCIHR.PR
Cinmrnatographs Parlant
C'est ce soir qu'aura lieu c'ez Mr Aug.
Gabriel la superb, reprsentatiou offente
par l'imprecsario Albert Rnusseau, A I occa-
sion de la fe e de Noel.
Rappelons que la magnifique pastorale
proven;ale reorescntant la naisance do
Christ offrira la beant6 et le pitoresque de
ses vues originates et varies.
Cou-ses du 25 D6cembre
Pour permettre anx Organisateurs d'E-
tablir un programme complete pou -le cour-
ses du 25 Decembre. Ms les propri6taires
de chevauxsont pries de prendre leurs
cartes d'inscription des maintenant.
La listed !era defiitivement arrEe6e le 24
A 5 heures de l'aprts-midi.
REPARTITION DEL P'RIX


2 chevaux
3 chevaux
4 chevaux
Se' plus


I pix
25 O0O au
15 au
10 *u
do


216me
21me
ame
do


Remerciements
La famille Jules Monuma remercie biea
sincerement tous les amis qui Font assisted
dans la mon de leur jenne et regretted Jea
Charles Edgard Monuma, survenue le 20
Decembre courant.
Elle les prie de croire A sa plus profonde
gratitude.
Avis aur collectionneurs
II a etE imprimE par erreur en t6te de
notre Edition de mardi : n 823 an lieu
de 822.
Pour reiablir le chiffre exact de nos Edi-
tions, notre tirage d'aujourd'hui porte le
a0 824 bis.
L'Affaire du 15 Mars
Nous n'avions pas cru ndcessaire dans
notre numdro d'hier d'ajouter que lar'at
rectificatif concern 6galement les g6ne-
raux D6cias Avin et Gilbert Calixte qui
n'ont jamais ete emprisonnes.
L'ordonnance de prise de corps a etd an-
nulee A leur Egard come elle la et pour
les autres prEvenus DEgand, Nelson, La-
roche et Cindus.
Pour la P. C. S.
Sur la demand qui nous a dti faite oar
plusieurs de nos lecteurs, nous attirons I'at-
tention de la Compagaie P. C. S.sur l'tat
dangereux poor les voitures de l'entrecroi-
sement des rails au coin de l'Avenue Du-
cos'e
Un peu de remblai serait ndcassaire entire
les rails afip d'dpargner aux voitures des
chocs fort incommaudants qui abtment on
brisentles ressorts et fatiguent les passages.
Chapellerie le c Louvre i
Pour les fetes de fin d'aunae, non con-
seillons A nos eldgants mondains de visitor
la superb chapellerie de Ia lace Gefrard
si habilement dirigd. per Mrs Feliberto
Gonzales et Jose San Millan.
Le remarquable artiste-coifleur a so, par
des proc6ds moderues downer san ca-
peaux les formes les plus orlnales, les
plus graves et le plus distinguAes. Les re-
parations sot fitaes egal teet avec ane
connam-ace parasite des secrets de Ia pro-
fession qui doeoent l'illusion du neaf.
Sloe de coierr et Chapellerie da"Lou.
re somt le reades-vous de osus les
de diaoed ios qua vleamt comserver I
se mwde us pby iemome correw etI


de Itur aimable attention i mon egara
i'espare leur revenir frais et dispose sus
premiers jours de 'an prochain,- qe cle
leur souhaite, sinsi qa'a vous et a touwe
la _tselle da MeNU.,- bon. heureux ec
JXA le FurmAETUR


111 _


Marriages
Noas avons recu de Jdrmuiele fire pt
do maage de r Alain Laraque a= M
Corne a a vec.
La beaddictio- nuptial a di donnae au
jeunne pouxz le r D&cemabre couranti
S heour de Papr6s-midi, das lea sara on
de Mr Feruand C. Laraque, A Ruchaue.
Hier,en I'Eglise Sat-Joseph,a eu lie
mariae de Mile Laure Blain aec Mr Geor.
ges issire. Ins ont Etd conduits Ai autel
par Mme Carri6s Galette et Mr Joseph Bo-
likre.
Tribunal Civil
.A4idence civik du Mercredi 22 Dcembe
, Prdsieence J. Jh. Dupont Day.
Minist&-e Public : A. Thibault.
Jugements prononcEs:
Celui qui condamne le sieur Cor-
ntille DiomMde a payer au sieur Lucien
Ldoace Souflrant le montant d'un com-
mandement qui lui a eiE signifies le quin.
ze Aviil de la presente annee, soit trois cent
six gourdes et pour se liberer accord au
sieur Corneille Diomede un delai de trois
mois et le conJamne en outre aux depeos.
Celui qui ordonne avant fire droit
que I'arpenteur Jules Rimpel measure Ia
proprie6 de Denys BoissonniPre et cell
de la Veuve Georges Victor site en cette
ville, rue Pav6e et donne son avis sur uno
passage commun, objet d'une contestation,
etc, etc.
Celui qui coadimne le sicur Antoine
Benoit A piyer au sieur Felix Daviella la
some de'trois mille cent gotrdes,monnaie
nickel et accord au sieur Antoine Benoit
ua delai de six mois pour payer la dite
some et le condamne en outre aux di-
pens.
Affaire Archer
Le tribunal civil a rendu hier son jr-
gemeit qui condaman Pieire Fr6d*-
rique; grant du journal l'Impartial "
cinquante gc urdes de dommages-int6tets, A
publier la pr6sente decision dans cinq no-
meros consecukifi de l'Irrpartial i ses
frais, a peine de trois gourdes par chaque
jour de retard et cinq gourds par chaque
omission, dans les huit jours de la signifi-
cation du present jugement. ce pour avoir
porter le nom d,., Sinatear Sedphen Archer
comme ayant pris part i 1'assas;nat da
quinze mars et aux arrestations qui I'ont
precede et condamne le dit Pierre Frderi-
que anX depens.
Affaire entendue :
Divorce des epoux Verthot Dossous.
Boite aux Lettres
ot -e d;stingui coll"borateur JEAN
FURKTEUR nous ad'esse la letter. suiantel
Mon cher Dirccteur,
Je viens bien volontiers reliever uae er-
reur matdrielle'qui s'est glissie dans une de
mes dernieres semaines : il s'agit du papier-
monnaie que j'ai dit avoir 6ti emas ss05
Domingue. Je pensais deji A rectifier ci
point, lorsque la note suivante m'est afri-.
vie d un de nos lecteurs :
'* Les billets Domingue, qua vcus5 ave
connus, sans doute, Etaient des billets a
la Banque que Septimus Rameau ( prdi-
dent du Conseil ) avait revE de tao
der... et qui n'a jamais fonctionode- rI
alitE, Domingne ayant et :renverse du
pouvoir avant ce fonctionnemeat. Doac,
les billets dits Domingwe n'ont imais
circuld ;dans le pays et n'ont 6tE cones
qu'apres le pillage qui en a etE fait, le 25
avril x876. "
J'esrre que mes bienveillants lecteurs -
m'en vondront pas trop de cette etrtt
com mise au courant de la plume, et qu
je pouvais d'autant plus evi er que, comns.
exemple du rut des appeitis qui se al
festa sons Domingue en rEaction de ia p6*
riode de contrainte de Nissage, j'avis W
la main le fameux emprunt extricur se*
quel Domingue attache pour toulours see
nom.
Je profit de cestte occasion, mon cher
Directeur, pour prendre congE de mes lee-
ters que je laisse A grand regret poor m 'e-
fonir dans la champagne ou je compete pas-
ser la fh:e avec ma fimille.- En retour









tectif cation A propos de
S 1 'Emprunt
Quelques ineactitudes s'itant glissees
,s notre information d'hierq concernant
Ldernier emprunt de P. 5oo ooo. nous
0sblissons ci-descus les conditions de
01t CMp1111t.
Les 1" oo,oo9 on ,cn ralit6,6tkdonnies
SGouverncmen', i tire de simple avan-
c sur les rece'te du Tt'sor et en c-rn -
piOient de la some d'un million ni-
raire au (G -avernCment pour payer les
1ppointements de septembre, d'octobre et
ic novembre i929.
Cette advance c;t rembursab'e par verse-
Ments mensdcls de 17.ooo dollars, avec
gaantie de change, et, ce qui constitute
sorement Iun beau succes pour le minis-
tie des finances,- elle a 6ti consentie au
gouvernemeut sau s inlerts ct sans au-
,Une de(cgation sur les droits de douane.


Lig flolla iaise
Le sis Prins Willem 1 a venant de
New-York et de Saint-Marc sera ici
probablement samedi '5 courant et
partira le m4nme jourp,)ul Petit-Gc ave,
JArdtnie, Cayes, Jacmel et Curac:ao.
Port-au P. since, le 21 D6cembre 19,1)
A':G. AHRENDTS
Agent.


NOUVEAUX ALAMBICS
posr DISTIxLE ICT IR
LOS EAUX-DE-VIE,
RHUMS, ALCOOLS, etc.
DEROY FILS AINM
COUTBLUCTWUR
75, rue Iu Thldtre, 75
PARIs
GUIDE PRATIOUE E doDislat.urt d'KoA-DE-
VM, ESSENCUS. etc.MANUEL do Fabricant do
RUUMS st TARIF ILLUSTRt adrwess francs.


Cat cire
ON ACHETEetmiel,a
1 6tion-Ville, usine caf&ire.
CIRE& MIEL
-.,-%, U


S erou. COGNAC OTAIH
enenie Pou ou eneignemendu
Centenaire Pour tous renseignementE


a Port-au-P rince,

Les Cigares


American
&ICE-CREAM
ICE-CREAM PA


Bar


IRLOR


L'tmulsion Scott
A sauv6 cettejeune fille 4
d'une mortcertalne


PLACE GEFFRARD A c6te de la PHARMACIES W. BUCH
ETABLISSEMINT DF !m CLASSES


Biere allemand h la


Impression :


par


ve re


A partir du 27 Dl)cembre : Lunch Froid depuis 8 lIh ldu matin et (:r6me-&-
Glace les apr6s-midi.
Reveillon et consommation toute la nuit : Noet et la veille du jour
de r'an.
Ladies Table! !!
FRED W. KATSCII.

FABRIOUIl DE CHAUSSURES


Fioravante


Cordasco


153

Grand'Rue
Met en vente A un prix trts reduit, un stock considerable de
des plus 616gantes et des plus solides, pour HOMMES, FEMMRS
Style fi'an

chausaures
& ENFANTS


Pour la vente en gros escompte de 5 olo

Occasion Lxaceptionntelle


Pour 8 jours settlement
A PARTI1[ D'AUJOUID'H I'l
Chapeaux laine pour homme
( 15 GA.ourdles clSaqeCo.
CHI-/Z A. l)E .I.\TTEIS & Co.


Se fument un peu partout dans la
Republique.
On les pent acheter :
PORT-AU-PRINCE, 25 Rue des
Miracles, 51 Rue Roux.
A JACMEL,- Chez Hugo Jensen.
AUX CAYES Ch z P. N. Neptnne.
AUX GONAIVES.- Chez Montas.
A L'ANSE. IHAINAULT,- Che? Ar-
thur Drouin, Piard Youance.
DAME-MARIE.- Chfz Vve Ha: moni
Bribre, Fernandez et ailleurs.
AUX BARADPRES, -- Chez Clodc-
mir Drouin.
AU CAP-IIAITIEN, -- Ch z O'ivina
St-Aude.
PETIT-GOAVE, M, Robeit War-
mington.
GRAND-GOAVE, Mme Ndoc'6s
Bellevve.
PORT-DE-PAIX,- Marielle Auguste.
A SAINT-MARC . *
A JARUIMIE, Dans tous lea coins de
la Ville.
La Fabrique serait heureuce d'avoir
tles agents dans lel ocalits ofi elle n est
pas encore reprdsentde.
Toute recommendation avec s6rieuse
at bonne rdf6rence sera appr6ci6e.
EUGENE PRIN,
Directeur.

Tib6re Z6phirin Bell
Fabricant do ohaussures
Rue Tireuasse, facade Nord de
l Ia Place d la &Croi-deSDBo es.

IPANTOUJUiX MIWLS
pan IIOsZm OUsR
-vlnlg loll


S'ADRESSEI


Webly C.


CYJNIRA MARTINS


"Ma fille Cynira ftt atteinte Pl'ge
de deux ans ct demi d'une pulmonic
severe qui fut uivie de diphteric, de
fiivre scarlatine et d'autres affections
particulicres a son age qui la reldgui-
rent au lit pendant plus de six mois.
"Dans ces circonstances je consultai
liminent docteur Angelo Simes, qui
lui prescrivit 1'EMULSION SCOTT.
"A peine cut-elle pri. la premiere
bouteille qu'cllc coramen,. t a se trouvcr
mieux ; je lui fis continucr le traitement
Sl'EImulsicn pendant quelque temps
jusqu'a cc qu'clle lut complitemcnt re
tablic, ct cliC dcvint 'i robust et pleine
de viguetur, qu'a soin A.e actuel (neuf
ans et dc:.ii uCtILI ., rnptmnic dc la
nialadie n'a re.l}-p.tru." --- B. MAR
TINS DE MORAES, Campinas
(Sao-Paulo).

Exigz tuujours cette marque
de fabrique san. laquelle i
aucune bouteille d'Enmulsion
I n'est boini. ni authentique.
S? W


SCTT&h .ugui


dans le ChAteau de (:ognac
SIDDUPUY oi est nd le Koi Franois 1,'-r.
s et Commandes

A : Andr6 FAUBERT

Agent g6n6ral pour la R6publique d(l'aiti.


Pressoir


RUEE RIPUBLICAINE


Sp6cialit6
er choix


des articles


de sellerie de


pour civil et militaire
VIENNENT D ARRIVER :
CIInBRAQUR militaires ler choix.
de luxe feutre et drap.
PORTES-MANTEAUX en drap pour officers
militaires.
Grand Stock de selles et de fournitures
do selleri.
BRIDES. EPERONS des meilleures fa
brique d'Europe.
IIARNAiS, CUIR, VERNI pour bass, etc.
CEINTURE pour Dames.
CHABRAQUE feutre et drap de luxe pour
gentilshommes, dernibre cr6aton.


Mme Philippe Kieffer & C0

Maison fond6e depuis 1895


4, RUE DES CPISARS.
Seuls repr6sentants de la marque HwmNi Buou FILS ET
de Bordeaux.
Vins sup6rieurs garantis
EN GROS & DETAIL.


ARNAUDD


fo i %,i -w it th-lb i 114 r
pur ste Iauifeenif tl hosue vit'Lli Iit/- liIei-oux0*




avaie re oic-ilaq% i 11i,, al .4 4 it-, i risc Me, ~
q uuud ti 1i'.~t i~ In:a. ea q t Ii t I VA. le I litno
siaa ,.sa bras-ig i.. -e'. k 111pde auag I .-
dELX~tLUPY~o.J Afl." '~ a biilou t I,#
I~~~~~~ ,u. n~~ i* III 4~, I f". 4111 Pooa t temeht
dc imbie -aim ci.g~ii- ie I itd ore it- ILO.n 11.4.
blabi.. I. lirii i'A istotffai d
jI j*'i..alwi Pariske.cis

a vas t t~m ~res Irts4i i stivi st j ac. d ii %a, i : ve
o al eiiuead ot ii. I a tIv-,ie amit,... e ao. i'.'ai nnI mot u -
Ibmaita l a mstis e a.: cii aii e ir- .ijil iii.. Clip. E-faid, pha
Cailomoi*r r-Gvpagnie 'lP. Caivnet. aS. s
mnd'EIs 2 1-DPEYRmXiL& mmoareantssbot de
Jao% nvie :r jp % chai ,lscictr vetaiuis siur
si-gnei dsxesT amallsienvie tlt's jerm
LitrIauIer.onI ). jusqIil ll I H etir
dle,.r p AdReCTION. ar1


I r~rrrr r I r


Eno


NEW YORK






II -I II -


ROYAL Kola Champagne
Catte ddlicie ise boisson, dont les qualit6s toniqueslet fortifiantes, lasa-
veur exquise, le mI)elleaIx agt able ont contribute A former I'incomparable
rafraichissement des climats tropicaax, inmrite bien son titre a ROYAL s.


Agence G6ndra
AU MAGASIN DE


le et D6p6t:
LA M.TROPOLE


MAISON JULES LAVILLE


93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Vous le trouverez en outre chez :


Andr6 Faubert
Pharmacie Alex. Roberts
Madame E. Dreyfas
A l'Epicerie H. Corvington


PORT-AU-PRINCE.


rue.ioux 'A I Epicerie N6rette Grand'rue (en face
do la station central des pompiers.)
do A i Epicerie C.Lundi rue des fronts-forts
rue Ferou au Magasin E. Dreyfus do


EN PROVINCE


F. Chdriez Petit-Goave.
* me G6rard Bartels J-rdmie.


J. R. Montasse


Gonaives


Entreprise

D'EAUX GAZEUSES


Fond6e en 1899
'21, Rue F6rou, 21.
Ginger Kola
Kola-Champagn e
Soda-Water
Siphons
Sirops
Liqueurs
SBitter


Vins


de Propridtait e


Fernand Loniewski


Propri6taire-viticulteur
A I'avar.tage de fAire connwitre au public les prix d- ses (df.lrents products
qui south en vente & son d6pot situd au No 43 de la rue des Fronts-Forts (Halle
Sylvain ).
VIN ROUGO a 3 et 4 gourdes le gallon.
VIN BLANC A 4 et 5 gourdLes le gallon.
VINS ROUGUS en caisse de 12 bouteilles A 20 et 2,, gourles la aisse.
VINS BLANCS en caisse de 12 bouteilles a 25 et 30 gourdes la caisse.
Muscats, Malaga, Mad&re, Clairette, Vermouth, ianyuls, Picardan, Quinquina
en fIts de 16 et 32 litres, par gallon et en bouteilles cachet6es i des prix trei
modders.
VINS I1E CIAMPI'A(NF renommsA :
Roederer. Mercier, B)uiet & Ci', etc, i pa-tir de P. '.00 la bouti!1le jus
qu'A P. 16.00.
Pour la veiito on gro- de toutes les marchan lises c'.-lassus il est fait des
prix sp6ciaux.


NOUVEAU TRAITEMENT
AFFECTIONS
de laGORGE

et de.
BRANCHES E4


Capsules
o. A#


-p


Toux


IC-ronchites
~~ryngites, Angine s


FnpliysC:me, Asthm4
PltiicpuSlmonaire.
P. roPRIL.19.ItnidHaiissmann, PARKS.


e

r.


LA
Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el-
le vient de recevoir. par dernier ba-
teau. une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures de toute fral-
cheur et de touted beauty, import6es
de France, d'Allemagne et des Etats-
Unis.
Le public 616gant, curieux de se
bien chausser, y trouvera les peaux
les plus solides et aux nuances les
plus varies les formes les plus belles
et les plus appropri6es.
On n'a qu'a venir chez G.B. PPiTOIA
pour Wtre assure d'etre chaussd soi-
vant les meilleuroe lois du confort et
de la mode. Sp6cialites pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fournitures
et matfriaux divers pour cordonne-
rio. Ou trouveia tout ce qu'il faut, aux
prix les plus moddr6s, A
LA CORDONNERIE NOUviLL
143,GRAND'RUE1M43,


A L tLGANCE
QORDONNERIE.

42, R- d'g Fronts-Forts.
CHAuTJSSURSJ N DtP6T,7OUR LA T VTu
Promptitud a t soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
Chaus3uresi de iDame forms et tra-
vail ton'our. tout ce qucl y a do plus
nouveaou
1 .-s amAricares et francaice pour
Ms '*., ; 6liaraes at commodes.
Paor les enfauts la plusA 'aise.
Travail somide oexcut avueO
IT. p3au de premi6rermarque.
Assuraane do grand rabais.
:s. C.r.... at Ll attl


Chapeaux i !
Chapeaux I l
'X32"L% DIx POXTS-RICG
ACCOUREZ CHEZ
Feliberto Gonzales
ET


JOSE SAN MILLAN
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon di Coif9r# du Lo9ers
Pur tlons leas otmi It pour totes
Ito bcarses.

M1 Jh. M. Duplessy
Photograph
Avise ses nombreux clients qu'il
n'est A leur disposition que de 9hrs.
A midi, de 2 A 5 heures, except lea
aprts-midi des dimanches et des
jours f6ri6s.


A.-*,


Palu1'w its n, I 4*rre jciulc);
'tj[.trii-i ILL Grossesse.
urprc-%.' tifel'APPENDICITE.


LrIIZuAt. p-u 'eaidu., ou
EN~menvrnndu rpni Pu .-:
IPILULZS Do 1 3 av jiit I -du a&jlr. cu Cfl se cuchant.
UPPE lIRREAL, 39. Boul' Nauiummnn. PART8


M' C. L. Verret
Tailleur-Marnh o y"
Donne avis A sa bienveilllnte clie.
tWe quo ea maison No:.7, Rue Traver.
sibre est toujours bien pourvuo d'on
varidt6 d'6toffo do la haute noo .
voautd pariuionme.
QUATrr SUPtmMMB. CoUP tAL*oA
RATVAIL MSOIGX. EIkcUTInO POaTMMt.
Prim gr rdtdvt I


NESTOR FELIU
L excellent tailleuravantageasemeni
connu de- toute la Repabhque vient
de rouvrir son atelier Rue F6ron
( Rue des Miracle ) No 61,
Sa sombrease clientele trouvera
comme toujours touts satisfaction
pour lea travaux qui lui aeront con.

Cbapellerie
ACCOUREZ CHEZ

JAIME TESTAIR
Le cbapelier remarquable, avan.
tageusement connu,fait savoir au pu-
blic en p6n4ral et & sa nombreuas
clientele qu'il vient de transf6rer sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANcIurrN MASON DU LOUVRB )
DI LA PLAce GRFFRARD A LA
GRAND'RUE OU REPUBLICAINE
No 149. En face d. la Post*
Le nouvel 6tablissement est a.
vert sous le nom de la fleur fe
1'Akm6rique
II promet soin et promptitade
comme tonjours.
MAISON DE CONFIANCE
I t8 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu de la
Rdpublique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par lees
derniers Steamers une Varint6 d'6tof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote. Drap vert et bleu d'une
rdelle superiority.
COUPE MODERNE '!
PROMPTITUDE I SOLIDITY !
L'etablissement se recommande aux
clients les plus ddlicats qui appr6-
cient chaque jour davantage le FINI
de son travail.
Demandez chez Joseph Sain -C'oud le
Restaurateur de la Sant6 et des Cartes pos-
tales Illustrtes.


D. Romulus
38, Grand'rue, 38
Sirops sup6rieurs, et de ties beo-
nes liqueurs,qui ne le cedent en 1ilM
aux products exotiques. Remontoe"
nous par du bon rhum lAccourons tows
en foule chez 1 honnete et conscied-
cieux.
D. Romulus, Grand'rue, halla N
38, non loin de la gare du Nord.
Distillateur-liquoriste, Industriel, qp
a obtenu une M6daille d'argent &t 1-
position universelle de Ssant Louis
(Etats-Unis d'Am6rique) en !904, et
une autre a l'exposition de Jameston,
en 1907.

FELIX MAG.LOIRE
AVOCAT
113, Rue du Centre. 113.

Francisco DESUSE
Fabricant do ohaussureS
La Manufacture a toujours as d6p
au grand stock, pour la st W -
gros et an detail, de ohauaures
tous enuro pour
omuza, Faum iNAl. T
Loes comim.ades deA ses morW
de 1'rnterieur poerrest 6t9e -
dae as -o maae & pea P
2 1, RuI des
V0016&qn. a- 1w'


NOUVEAU T..L.'..
1 0&E L A

CONSTIPATIS
et do ses
Consequences
par I'emplol


e mcilleL.


i~LI'