<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00805
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 21, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00805

Full Text


822
Troisi6me Ann6e, NO 82 -


Port-au-Prince, Haili


Mardi, 21 D6oembre 1909,


ABONNEMENTS

Port-au-Prince U OS.--'.24

Divar~:teflek [N Muzs ,G. 2.20

Eii-angcr HORS Mois 8. Ou


Cl4&6met-M ~gtloir43
DIRZCTELJR-FONDATEUR


C


J


LUq


OUOTIDIEN


LE NUMiPRO 15
m


CENTIMES


L]M manuscrits ins#rs ou non ne seron
pas rendus
REDACTION-.ADMINISTRATION
45, KUE ROux, 45.


Arthur Isidore


ADMINISTRATEUR


Rt8 3um6 de la Situation economique d lali


DETTE PUBLIQUE & MONNAIE


Wreformes, A en juger par las uomwtreu
seq circulaires parlies des dilIfrants dt
partements ininistbriels et leas discour!
de Monsieur le Prdsident de la R6dpubli
qiue, le chi f de I'Etat s'appuyant forte
month ,ur le Travail Agricote aujlutl i
a toujours consacrd une lartie de so[
temps.


I .pentnl~tn, avautTd'antanier le d6tai
La situation economique de la R6pu- los veonres so remplireant tin peu, le< du lernier1 alilan de1 l nta6publique, i
blique nest pal si ind6chiffrable coin- billets furent rentrds, no laissant pas'sertit bon lue nous jetionu no 'u
me on semble 1, croire pour que nous moins dalq I'dne do la nation une cer- :d'~1 rtrospectif stir un pass thian
no puissionq luiconsacrerqae!,te aco- tained6faillance. cier pas trop tloign6 de noeu, en pre
Donors court exameMa nous Hlas on s'e tit pas l. La nant la lderni6re 6p1,4ue ddce.nnale ,l
rons entiorement laa parole aux clies. mme vie le libations recommene;a nos dettes. Nous nous trouverons just
1ons eroeni a lrnta parole aux chiffmets oujours plus intense et un niotvel as- eti fa, d'un moment diflici',, une exis
qui seront appluy6s par dos documents signal r6pondait A de nouveaux excAs, teptcet natiinale pracaire, que just
ofticiels; si A lour suite nous ajoutns jusqua' ce qu'un jour le people r_3ri 0 liaicat les paro'es' ichrde- du haut di
quslues roots ou qonlques conse.ls, ils dats ses comices s'en servit aussi comrn- la tribune do la Charnbre lpar Il, Secrd
serozit onnetemenUt exprinc6s. me une arme contra le pouvoir c -sti- tire d'Etat des Finances, 1 nme d.ta
I, dicton veut que le silence soit tud. Une lutte acharn6e entire Salnave d'one intelligence remarquable, lut
d or; ion la circonstance il ne pout 'tre et la Rdvolutioi, fat engag6oe et .- pa- te iftigble t o, ref eormde
l bhlt bp dn ^ o n at egage et pa- teu infatigAble et lol0, renfermies
que coupable : chacun doit e-sayer pier-monnaie ddbordi en torrent sur le d(ans cs trois mots sentencieux : lien
d 'ndiquor le moyen de nous tirer d'un pays enter. t u, rien. ie
mauvais pas. La Rbcne fut horrible, sanglante et la i, a pout (tre ildji oubl. ce temrups
GCtte situation neo doit, en elet, res- R6publique avait dijA son fiin eul fait, -. 'oubli viont si \ite chez nous; o
ter indiflarcnte A aucun citoyen ; elle de c paper quand les matheureax le I,'ocuis l nos resources ne tut
intdresse ot embrasse la petite humani- cvdnemen's prirent tin. i. c lieurusement qir to, ell-cli f, li-
tU haitieane don't les plus robustes et La paix conclue, le pouvoir iemnanda at lerusement I tup ellclif, ilelia
lei mieax disposes s'ankyloseat totale- au people !e sacrifice du retrait et .e noux, ls mni joiates, 1le cr6a, cirs
nent les membres dans an 6tat d6so- flot d6borlant de paper rentra (I .1 II' I l)ao'te I)ttante 'A li:er coati Ir
ant et persis aa de manque de travail. son lit, laissant sur le sol de noinbreu- .ge ,qu'tls tenaidnt en mgn, la vie
Le plus valid-, le solid gars y vit I ses victim. )iI i ertac6i tile san m.iter. Nou, la vie
inoccupd, posart, par cette desesplran- Fes victims. iitli>nal3 rimenac6i de s'ar.'ter. Nous
Soisivetup, une question fort difficil sese l'assignat, le pays traverse Tom- ea 1tiAus 15 apres d'autres libatirn.
t oisivet6, ne question fort difficile blde au rFgimedo l'or et le vrecioux plus cllren6es, expirant -,us les :i-
Squi voldra.t justifier I'existence jour- m6tal s'installa dans toute li 6pul,'i- g,1 ,I 4 Ila Fa i?
Balibre de tant d'6nergies inoccupdes. L nalla dans toute iaip gui a Pour tant l chamn d'entrs ino pment que. Le pouple qui n'avait jarnais 6 C: .--,t alors ,|ue tatn pije's furent
Pourtant, le champ d'entr. i lment A pareille f6 e se sentit bien A 'alse avec dial,)rts, di;cutas en di% rses reunions,
au travail n est pas ce qui manque, au une telle monnaie et c3t or tant ain6 celui de la consolidation dIe la dette
milieu d'une vlg6tation luxuriante, sur lui promit d'dtre A demeure fix- son fl,.tante entra autres.
na .ol d'unoe fertilit6 sans pareille et des conditions strictes de probit6 et dC Au "il 1cermbre, 1 st, nos d,,tes
mous l'inlence d'un cimat temperd et sagee. s accusaent cmm suit.
pain, pour fire de coas tous les plus (t march taat bien quo ma. s accusaen csuit
heueaix mortel ici-bas. On a mieux parties contractantes so surveillaient m I iprunts extdrieur et lo:aux
parnes contractanteA se surve liaientlols0 -d600
iimn nous prdparer a d autres destines constamment et au moindre ldger ecart s 1d !o 0004
et nous donner I'habitude des villes de vis-a-vis de I'b6te stranger celui-ci fai-! Chances dverses 1 870.0011
hl R4publique oft nous nous livrons sait des objections, quand un jour on rdtlit St:ttut, int6rets,
t-des pratiques communautaires. n'en tint pai compete, malgrd les pro- Idtard,Boais 6chus, dettes G. 4 770.000
Aprbs notre ind6pendance, quand la messes declarao ras de se couper le poi- intr rs. c., ec.
lic .rit6 national avatt 6t6 conclue par gnet plutdt que d'dmettre du papier-i Elldts ordonnacc6s en
la reconnaissance de la dette,dite dette monnaie. vermtication 8.000 000
de l'iindpeDdance, tout s otrait A nous Pen de temnps apr;.-, sans nMcassitl6 Papier-moonaieen sol la '- :3 '04).'()
ians des usin< s, des plantations faci- aucune, une ,lerniere remission d'assi- (es ilt1'reatAs vwleaurs confoudues au
les A exploiter, de; c.naux amenant des gnats eut lieu, paper trcs soignd, sons tiux in- yeon le 170 oeo de la pr4seis'e.
saux battre I'aile d.s moulins quo les couleur national encadrant dans de s, inee form seat un H I tn de >25 mil-
colons venaient d'abandonner, pour as- fines vignettes la Libeit6 appuyde, lions de dollars que devait la jeuue
*eoir uno R6publiquericheetprosp6re. pre que couch6oe, un paper qui par la lItpublique.
M:is, noa Nous avons pre6fr6 tour. propretd put plaire d l'or. l:i circulation mondtaire ie comp-
r les yeux aillours, foaianl des rdvea M13is on conserve ses deuax poing4 el tait pas no suicroit d'argent et d4 B,1'--
de c4u6e, et ivros do si follies iddes 0
Sous avons donndi dans une 6 re natio- le pr6cieux m6tal regagna d'autres ri- le's to.j er comblant et les pibeass l'-
Woe drtoglde, dans Ia d6bauchela Iplus ves, refasant de vivre avec le parjure; change n'avaient rien dcraindre dei mar-
bjecte pouur oublier touted lo rspon- et depuis, nous y voilk I Grev6 de det- hands Iqui netrouerritentpas duns 'ex-
biliteO prices devant a Nation rsousn tes et d'hypoth3lues, nos principiux portation de la petite pi6ce d'argont
Sdbilit rises devant la Nation sons products pliant sons le poils da divers urve remise plus avantageusa que le
Sdraeltau de 180t. droits, le peapla sans 6pargne et 1'ad- taux pratilaqu sur la traite. Tdl n'ulait
Tout fut dpuis6 en une nuit de. ban- ministration se barbotant dins das em-! pas le cas des gitsses p;.:;es d'uce
lnet. Peu de temps apres vint la frin- barras d-fiaances avarihes auxquelles gourde que les dominicains reclamniient
Il.; on cria la g.ne, a La Mishre au nous avowi ajoutA un surcroit eacore sur le marchU du lhtail, dtant doon6
Wa de la Richessoe Alors, il fa'lut plus ourd de nickel, comane pour ser- quo de l'autre co e voisin le Ilm'ngf
Fire. Oa soigea aux exp6dients cipa- vir de .6se-papier A ce tas de billets etait monte jusqu'a 1.200 opo
hes d'apporter auelques vivresa la fiduciaires pour les- empecher de s'en- Cette circulation pouvait so r6sumer
Matine ; ce fat I'Emprunt. Un premier voler. ainmi:
Itlena un second et ainsi do suite jus- / Papao
pth ce qu'urn jour le preteur pr6senta ., Papie-monna 1 e" 2our-
S t ... .... ...n Tla nsont en raccounri les nrdlimi- des P. 3.400 JCO


- uutU. L attlement de vim% pru titq-
ral ; les ventures menagcient de ss
oret le ponvoir no pat so ressaisir
t une pareille situation
14 maitre se boucha les oreilles, so
it les reinq ea dans foe attitude
e il proposal le grand moyeo : ras-
L. nation n'objecta rin centre
tdient inconnu et one premiere
ion do bille:s A courn fore doula-
IfleUveamet un premier malaio e


- tel quel, type bh:bitant re'tait reoferm~
- et lourd & un prix de 37 francs par 50
q k los. Cette faiblesse de prix a At6, on
- pout Ie dire saus crainte, la seule cause
- de la hausse du change A ce moment.
1 apportant un prix d'achat raisonnab!e
i de la feve don't les lots exp6di6s al-
laient se heurter centre 1'aitcien stock
I de Haiti dans les entrep'ts du Havre.
I Cette ann6e les amateurs du jou our
p l'cthange s'6taieit montr6s consequentN
- en l-e t: ant sur une prudent reserve,
-. mlgr6 la cotnflance qu'lls manife'-
taint .tu gourernement,cette contian.*
e qu'on semble metlir toujour eon avant
- pour excuse r une hausse de change et
- catcher la hardiesse des coups le lotir-
Sso de jeunes piocurateurs d'apcienne'-
maisons 6tablie stir notrto prwtaipalepla-
'jetones arrivistes qui eixpan-i;t Iteplus
,uvent une anclindo raisoin s-ciale'
lon jetant :assi une perttrbation dar,n
Il (coinmerce dl'inportatiOn et de de
< >n devra nio'er qiu'A I'encontre deo
ob-ei nationss faitei sur la consommation
initei icur.* tlu pays en 18..,e inipor.t-
t i ; ti.laient i na moyenne relative-
rtent encourageante, on amenant dants
l. 'aisse du ierLor haitien une .a'eur
d.- PI. 3 8. .198 gourdes, et si on
.tvisago pour la minai an6eO la prati-
iue d'li taril douanier a l'importatiun
!'' liger qu'eln ce moment et d-gag6
,t Zsi de ll Surtaxe vait pas Mtb pratiquke en'-)re, il sera
ai-,dde compi end' 'lue 'epargne romp-
tait enca) qqumijues dcus pour fair
in ircher [la consommation des products
6trangeir
Ce dlernier point ne pouvait rester
indltfeient atr portours d'obligatiolla
A tchdances tix-s, pleins de (ofliance
,,n no3 ressouice. de I'(poque pour
consentii a nouveau et devant de., m-
lirras pr,,sents un emprunt de P1. 300.
0,;0 gourdes, aiia de faciliter It gouver
nemetnt A payer aux employs 'publics
un mois de leurs appointments, eux
qui avaient fait des mois avant le sacti-
lice de leurs salaires au b6u:tice de li
t ition et de la sold, privilegieos en-
tre tous.
Si par ail'eurs A cause de trop d'ex-
chs it n'y avait aucuae oiserve et quo
le gouvernemeut 6tait accul pour ai
peu, la consomnmition pouvait encore
r6puondre iudirectement, elle qui est Is
jauge jar excellence pour mesurer Ii
totality d'un pays.
Mais n-les temps ont ehakvg6 I d -
puis, nous avoas compt6 seulemeiat
dix ana6es ; les p.us belles an soat p .,
cells qui nous oat laissd le plus de ,a-
tisfaction, hblas I
Aussi, loraque nous noas rappelous
I' e pour feter un ceutenaire ie gloif.!4
1uroiques ii a fallu, entra temps, avt i
recours A l'assigaat, nous nouns entou-,
en vbritd, ddcourag6 devant taut .Ie
vaillance ancienne.


'4




























I
C
U


-w- ~~~~- -I CU--AWC v-- FU* beUvo mew *"1
Eijpces metalliquei, type me suit
Lafrestr i 2.500 000 E e
Ep ;ces m.talliques, type Emprunts i I'trangr et -
Laforestrie Brotzs 225 000 locaux Do l.rs or P, 2,33.i.,i 5i
et la circulation en or dvsalae A 4.COC. lntd6rtadud aee joar 23J2..25
000 dollars, le tout pour acheter une Diverses cr r6colte moyenoe de nos principales Empront 2.500.OOQ.A
deartes dool le caft6 t le cacao 6'alent 300 */o 625 (00
mal cot6s A l'tranger. Bsiin gal. et crdan-
Sar le marchde de I'Earop., le oafr ce Fouchard 651 000


Le Biumn do la detto publi~lao an I r
,[)t.v,,kmrA I (I V)- UPaltuim rmst 'renn,


nares par tesqoels nous avons passe
pour nons trouver dans i'6tat de ddla-
brement actual qua personno n'a fait
et don't tous lei citoyens sont pourtant
reeponsables.
11 s'agit do bion coantitre cette vraie
situation loraque unoas sommes peut-
6tre a La veille d'onre orientation non-
velle, avec n oaveroement nouveau
sequel u ftaut ai* credit de pratiques


_ _


it

s
A








Divers, transit, boos
etc, etc.
Titres A remettre-
consolidde Pet int6rdts
dCIs c


106.840

712000


Dollars 27.452.473.75
etiDettes en gourdes comme suit :


Pret Statutaire Gd,
Ordonnances, Bona et
divers
Crdances acceptdes et
Sloistres 1/3
Arri6r6s 1902 .va'u6s
Arri6res 1908-1909
Nickel moins le retrait
Bills en circulation au
31 oc'obre 1909


[o P. %;00.000


682 000


* 197 539
1 650 000
* 1.450 000
* t.000.000
S8 723 531


Gourdes P- 19.00'2 80O

En fixant la conversion des dix neuf
millions de gourdeo en or americdin au
taux de 400 pour 100 dollars, la Dette
Pub'ique de la RHpublique sera de
P. 3'2.'200 000 dollars.
Pour un pays don't les avantages de
la nature, un sol fertile, un [euple bOD
et soumis, constituent dhja une riches-
so pour ses habitats, la l)tte natio-
nale est compardtivement peu dlevie.
Mais quand tous les bras soot pendants,
elle ne pent etre que trop lourle pour
les 6paules qui en supportent tout le
poids, at deja le Service de tSon amor-
tissement en parties s'Wst arret6 sans
esp6rer de le voir repr nire de sit t.
Nous ne voyons d'ailleurs dans notre
analyse d'oci pourraient sortir lesa 61-
ments n6cessaires pour ce service.
C. VORBE.
La fin d domain.



Tournee Presidelnlielle

Dans le Nord
NOVEMBRE 1909.
Iv
Le lundi se passe sans incident remar-
quable,
Le mardi, on sonne la march du depart
pour Fort-Liberti. Partis vers les 2 heures
et dernie de 1'apres-midi. nous arrivons, A
5 heures, devant le chenal du port.
C'est A l'extrcmi-6 Nord-Est de ce che-
nal que se trouve le tristement celebre
Fort Labouque o ont vu leur der-
nier jour les ennemii les plus execres de
Faustin ier, Empereur d'Haiti.- La baie
de Fort-LibertE est en dame-jane. Elle est
superbe, magnifique. La ville s'etend au
fond.
Vu de la mer, Fort-Liberte a un bon as-
pect qui faith illusion. Car, d&s qu'on est A
l'intirieur de la ville, i'impression change.
On y sent la desolation, la ruinc et la mi-
sere. Je voudrais bien signaler quelque
chose, in monument. Mais, il n'y en a
pas.A moins que je vous parle de l'arc de-
triomphe monumental et en mor que la
ville, malgrd sa pauvrete, a cru devoir 6le-
ver A Antoine Simon, au portail qui ferme
la rou'e de Ouanamenthe. A Fort-Liberte,
je ne vous conseille pas. si par hasard le
malhear vous accablait ,nn jour. d'essayer
d'imiter Marius A Minturnes. Vos pou:-
saivants n'auraient meme pas la chance de
vous titer de cette mauvaise position : les
sangsues vous transformeraient immediate-
meat en uelette.
Je vous disais donc que nous sommes
arrives devant Font-Libert6, A 5 heures do
soir.Eh bien I noas ne debarquous que vers
les 8 heures. Vous comprenez Le temps
de mettle les tioupes A terre, l'Etat-Major
at le testc. Comme d'habitude, je precede
Soa Excellence, dans la ville. Dieu I Est-
te pomible I Jo vois des homes, des fem-
rss qui., tout as criant : Vive Antoine
Simon I envrent dans la mer jusqu'au jar-
ret pour tip L pmbarcaions qui arrivent.
Le rivage epover de toute la popula-
tion qutchagp et qui pe tord de joie.De
a La Libend Sea Excellence en-
tend ces vivaq 'es trouve joyeuse. Et,
n'allez pas croise ge c'.sm seulement le po-
palaire. Non I c'et tout Fon-Libene,
omme vou ai t di&th, qui se rema


Enfin, les canons tonnent. Le Pr6sident
debarque. Alors, je vois one folic univer-
selle : Vieillards des deux sexes, hommes,
femmes, enfants, nous font cortege et nous
accompagnent d'une chanson populaire de-
dide A Antoine Simon. Moi, en presence
de cet enthousiasme geanral, je ne me
tiens pas de rire, come un fou. Car la
disillusion est trop subi'e, trop complete.
le n'en peux croire mes yeux et mes oreil-
les. Oh que j'aime et que j'admire ces
Ames simple% qui fetent lear chef. sans ar-
riere-pens6e D&idiment, San Excellence
est d'une chance incroyable !...
A l'Eglise, les cloches vous fendent le
c ane, tant elles resonnent. Au dehors le
canon gronde, la popu nation crie chante
et s'exalte. Le President en a l'ame soule-
vdc Car tout comme le 25 Novembre
190o8 ; tout comme le 5 Decembre y908,
le 23 Novembre 1909 est pour lui un jour
de triomphe et de gloire.
Parmi tous les arcs-de-triomphe qui sont
elevis A Antoine Simon, je dois noter par-
ticu'ikrement celui que les jeunes filles ont
construit. Car c'est pour remercier le Pre-
sident l'avoir delivr6 de la mort hturs pe-
res, f:eres et futurs. 'Toute la nuit, la fete
se pursuit. MalgrE ses fatigues, on ne
peut pas former l'cmil : des gens passent
dans les rues en criant.en forcenes, en fa-
natiques : Vive An oine Simon l.,Vive
l'ouverture du Port !...A propos, j'o'ibliais
de vous apprendre que la cho.e qui tient le
plus A coeur A Fort-Liberti est I overture
du port au commerce stranger. Pour ces
bones Ames, cette measure sera la manne
des Hebreux, le coup de baguette magi-
que qui doit transformer leur ville en use
cite florissante. A Dieu ne plaise que je
m'inscrive en faux Mais je voudrais que
auparavant 1'Agriculture soit plus prosp&re
dans les environs.
L.D.





RMNSUBIGNMIgNTS
MRTZOROLOGIQUUS
Obose3rvatoiro
DU
SIMINAIRi COLLEGE St-MARTIAL
LVNDI 20 DcCEMBRE 1909
Baromitre A midi 762 0 /*8


Tempdiraturoinininum


19,o


maximum 29,1
Moyenne diurne de la temperature 22,2
Ciel tr6s nuageax toute la journey ; clair
pendant la nuit.
Halo solaire dais la matinee e; lunaire A
6 h. 30 du soir.
Forte humiditE pend-nt la nuit. Li
rosee a commencE A se depo;er des 9 h.
du soir.
Barometre en hausse.
J. SCH9RER
Tribunal Civil
Audience civil du 23 Dicembre 1909
Pr6sidence A. St-Rome
Minist&re Public : J. Rosemond
Jugement prononcEs
Celii qui condamne Madame Veuve
Chauvin a dEpose use caution de cinquante
gourdes avant de plaider le fond de Faction
qu'elle a produite contre les epoux J. St-
Fort Colin.
Celui qui rejette la fin de non recevoir
pre:eat6e par Madame Louise Remy ten-
danm a dire quc l'exploit du vmngt et un
Avril 1908, eat nullei tantdonnE, dit-elle,
qu'elle a et6 assignee en sa qnalitE de tu-
trice d'ative de sonenfant mineur,-la con-
damne a plaidE le fond et en outre aux
dEpens.
Celui qui met A nEant le jugement du
tribunal de Paix de PEtionville rendu le
trente janvier 19o7,entre Demosthenes Les-
pinasse es Petit Papa Jean Malique. Declare
bonne et valuable 1 opposition faite A l'opE-
ration d'arpentage et condama" Petit Pa-
pa Jean Malique aux dEpens.
Celui qui permet au sieur Io. Dejean
de vendre au dessous de l'estimatibn I im-
meuble hypothEqu eu sa faveurpar le
sieur Emmanuel Dessessart.
Affairs entendues
i o. L. de Picciotto centre Madame
Vve Pacrd.


2 0 L:s consorts Dorsainvil centre 0.
Brice.
Audience coriectionelle du Lundi 2o Di-
cembre 1909.
Prdsidence:Poojol
Minist6re Public : Lys Latortue
Jugement prononci
Celni qui condamne Ic nomma Amilcar
Aure'us, au dit Pe it-Mild us an d'empri-
sonnement et A vingt cinq gourdesde dom-
mages-inter&ts en faveur de Ayis Aristide
et renvoie de la prevention le nomme St-
Charles Louis, dit Petit Chagrin.
Composition du jour
PrEsidence : Leon Nau
Ministere Public : Lys Latorue
Continuation de I'affai'e de Marcellus
Clergy contre Clervelus.
Le tribunal apies avoir entendu les avo-
cats en leurs observations ainsi que le Mi-
nist&e Public en son rdquisitoire verbal
t-nodant A ce que le prevenu Marcellus
Paul soit condamne et ce A Iapplicstion
de l'article 256, 2e alinea du code p6nal,
renvoie I'affaire.
Tribunaux de Paix
SECTION SUD
.Audience du 20 'Dtcembre
Locataire insolvable, Augustin Gregoire
est condamne A dEguerpir sans delai de
la meison qu'il occupe et appartenant A
Mme Galette. II paira les aois dus en
versements mensuels de 1o gourdes.
*
DWfAut est pris contre la jeace Emilie,
sans profession, pour le mtme motif. Le
propriEtaire qui s'appelle Silomon D6ca-
yette n'entend pas que les terms ne soient
pas soldEs.

Assignee en diguerpissement, Occilia
Brutus declare ne pas reconnalre la de-
manderesse pour proprietaire. Les reaus
qu'elle dEtient sont signEs de Mme Vve
Auguste Verna, dit-elle. Or, Loaisamise
Lauseille n'ayant jamais Epouse feu Au-
guste Verna n'est pas la meme personnel
qui ordinairement touche les terms.
Me Valin explique an tribunal qu'il ne
vourrait pas assigner la Jame Occilia pour
Vve Auguste Vernsa, mais bien an nom de
Louisamise Lauseille,' tutrice dative des
enfants natrels reconnus de fen Aug.
Verna. Si ces requs sont signs de Mame
Vve Vernsa, ces reqas ont e faits par les
jeunes fils de Louisamise qui, sans doute,
ignoraient ces dEtails.
Ce sont des chicanes qu'on met en avant,
dit Me Valin, pour gagner do temps et
trustrer la creacciere.
Le tribunal renvoie l'affaire et ordonne
A la ddfenderesse de prouver qn'il existed
one Mme Verna et que cette Mme Verna
qui se priseniera a la barre est la proprii-


taire de la maison et non Louisamise Liu- I CADESTI ROBERT, ancient notaire, SW
seille. cien dp ute, ancient president du Senat e
la REpublique.
avoided Cordaso du mois 2 ETIENNE MATHON, aVOCat, ancient -
Apres avoir vendor a Cordascodeux mois putE, aucien Secrdtaire du Conseil des se-
de ses apoointements, Charles Sanon trou- crEraires dEtatc n.cien magistrate Cosmm-
ve plus pratique.sau moment du pavement nal de Pot- uo-Paince..
de toucher lut-m6me sans rien dire au cre- 3 D. DESTOuPa- docrter en mPedicu,
ancier. ancien professeur A 1'Ecole Nie de Mdd.-
Cordasco protest, troave le procEd6 cine et de Pharmac:e, prEsident de la So-
mauvais, en appelle au tribunal qua con- ciEte Astronomique ct MEteorologique de
damne le debiteur A se liberer en 5 men- Port-ma-Prince.
soalites. 4 EUGANE PAUL., chef de bureau J l'admi-
Fiangailles nistraliou principal de Port-au-Prince, an-
cien conseider C'.o,*,n l
Nous avons re;a le faire part des fiac- Cien cn.s Gei r areter-goo0 trit,
qailles de Mr Emmanuel Morpeau avec anci Ls Commendnt dea copagnie Id
Mile Armande Alexis, et celmide Me Pompiers de la Capitale.
Lion Chevallier avec Mile Ana Decastro. LAuaouR NAU, ancient ecrtaire de Is
Hrte!-Bellevue lEgation d,Hiti A Paris, ancieno.mmbre m d
Dimanche a6 Dicembre courant, A 3 la Chambre des competes. able ac:e
heures pr.cises commencera Is grande 7 FLr on ALawD, Comptae, ance
Repr6sentation d'hypnotisme, divinations, receiver Communal.an
d'Illusions, d'Oculthime et de Ma "ntisme F 8 CT osNTj uVIEUa, anomaerdirwt.
done par la compagnie illusionnaste com- de l'*H6pial militaire de Port4u-P'mce,
pose d'haitlens. industrllr.
Nous engageons nos lecteaus A no1 p0i o CATMIAT FOUCHARD. cou"i e ut.
manquer de se rendre en foul an bel ta- w. J. VITAL, pharmadu .
blissement du Champ-de-Mars o& ils pas- 1a B ro SYLVAIN., docear eno droit
seront des heores agrdables, charms par la Facult6 de Paris, an Oe ecsiu g
le talent et la science de ces compatriotes sla Egation d'Haiti i Londres, avocat.
qui, i force de patience et de volontd, 3 ANrron L aon.T, soc16 chef
sont arrives A.se rendre maitres d'un art dif- burau A AI lto, nisn do e fdecOs
ficile et mystriaex. Nous publierons6 bie6 m jmn i WO conslA dHdMd A um
t6t le programme. publicly. .
EntrEes : chases G. t, c4 Nis CAWe
Pris : fant o.o *es14 MMiNM 4j -ow"Td
CUM deOs 5 4... -.400is1lo


Cin6oat traphe zj'lait
1u tO useau
L'abondvnc des nuadht nous obli *
renvoyer 4 demaui la publiatio n d'uat.
tkle 11d ani rmeprsenotations offers
par M. Alben Rousseau, popri,,-
do syncrophone Path. 'e pr"o
Annon ons d'ores et dja qu'ap^,s o.-
main jendl, 23 Dkcembre paImmeront soul
les youx des spectateurs des vues seaU
tionnelles.
Librairie du cMatin.
Nous adressons la deuxi6me parties d
'Hiutoire dHaiti, d'Auguste Magloire,
tous ceux qui out achet le pretnier to.
lame et i tous nos amis et lecteurs. L'ou.
vrsge est en vente au prix de trois gourdes
Pri6re A nos aimab!e clients qui n'ac-
cepteraient pas ce volume de bien vou-
loir Ie retourner A notre librairie.
AVis
La Soci6td chr6tienne des jeunes gens de
la capital r6cemment fondle a 1'honneur
d'annoncer au public que la fete d'inaugu-
ration qu'elle comptait offtir A la popula-
tion Ie 29 Dhcembre a 6ti renvoyee a une
date ul-6ricure.
Le President,
AUG. RiMY
Mise an liberty
Mr Ema. Nadiemu qui avait 6kt renvoyi
par ordoonance de la Chambre d'iastruc-
tion criminelle de la prevention po-t4e con-
tre lui dans l'affaire d r15 Mars, a etr mis
en liberty samedt, en 'execution de l'aret
du tribunal, de Cassation, qui maintient It
parties de cette ordonnance le concernant.



La Presse an Palai

H.er Axi heures, les memibres de Ik
presse onat etc rr ;us par S. E. le PrhsitS
Simon qui avait a sa gauche le ministrej-
remie, A sa droite I ministre Candeom
Rigaud, le gin ral Argant, commandant de
I'arrondissement et des,-,nembres du per-
sonnel de ses maisons.
Notre confrere Laforest expos le but de
cette entreru. Apt6; avoir explique la si-
tuation d6sastre-ise de la municapalitd, il
ajoua : a C'est en presence d tout cell
que nous, de la Presse de Port-au-Prince,
d6sirant aider loyalement votre gouverne-
ment dans l'oeaove de progress qu it s*ef-
force d'accomplir, nons avons decide d
former une Eddl :, ua conseil communal
ca able de sortir la Capitale de l'erat pito-
yab es oh elle se trove. D Puis it done
es noms de ceat qui out tW choisis. LOS
voici :


I _








Le G6ndral Simon rdpondit que les lois Bornae an nord, savoir par Madame
bsc:orales seront respectees. It romet de Hildevert Benoit, an and par Madame
art er de toutes les garanuies lgales, les Veove Georges Celcis, t Antoine Be-
.,didatures des cioyens q.i se presente- noit, a I est par I'avenue Dassalhnes et
, dcvait lcs 6lecteurs. Lalbert est pour ust par la Saline. Telle dailleurs
Ws les citoyeos et quand Iv uroe sera de- quoe la propridt6 so poursuit et s'6tend
-uill&e, chacun aurra Four devoir de s'i- avec appartenances et d6pendances
jnoer devant la manifestation de la volont6 Sans aucune exception ni reserve.
-ulaire. La vente aura lieu an dessous de la
Fa champgne, M Jkr6mie prononqr mise a prix fix6e dans le cahier des
.sc iloqucnte allocaton et l'on se s6para charges A deux mille six cent quatre
avec la meillenre impression. vingt huit gourdes.
Pour plus am ples renseignements,
VE E 8s'adresser & Mes L6once Viard et Fran.
YIivTg r dois Molse, avocats poursuivants ou &
P.. R CONVERTIOISPECIALE Me Astrel Laforest, notaire d6positaire
-- du cabier des charges.


.Eo vertu 1 d'une obligation hypo-
th6caire souscrite on faveur de Mada-
see Veave Fr6d6rique Heyne par acte
so rapport de M* Astrel Laforest et
#on col 1lgue, notaires en cette ville,
te i oi:j mal mil neuf cent sept, enre-
Bisti, ; ''d'un commandement fait A
onsieur le Docteur Roche Grellier,
le deux septembre dernier, enregistrd,
et demeurd infructueux.
II sera procede le mercredi que I'on
comptera vingt-deux Ddcembre cou-
rant. A dix heures du matin, en I'dtu-
de et par le ministere de Me Astrel
Laforest, A la vente au plus offrant et
dernier encherisseur, d'une proprietl
fonds et bdtisses, sise en cette ville,
dans la cour de la propriety du Doc-
teur Roche Grellier, rue du Port ou
Pav6e, avec droit de passage pour va-
quer de la dite cour A la dite rue du
Port, laquelle propri6t6 measure dix-
buit pieds de faqide sur soixante de
protondeur, bornee, savor : au Nord,
par Madame Bouzon ; au Sud par le
rest de la propriet6 de Madamq Veu-
ve Alexandre Tate, A l'Est, par Saint-
Aude et Madame Veuve Modd et A
I Ouest par la propri6te du Docteur
I'.oche Grellier.
Telle d'ailleurs que la propriete hy-
potheque se pursuit etpns'tend avec
appurtenances et dependances, sans
aucune exception ni reserve.
La diLe vente aura lieu sur la mise A
prix de sept cent gourdes, outre les
charge* de I enchre. Cy .... P 700
A -1a, requ6tte de Madame Veuve
Fr6ddrique Ileyne, propriftaire de-
meurant et domicilid ,I a Port-au-
Prince, ayant pour avocat constitu- Me
l.eonce Viard, centre le Docteur Ro-
che Grellier, propridtaire, ;demeurant
et domnicilii a Port-au Prince, rdsidant
actuellement A Santiago de Cuba,
comme Consul d'Haiti.
Pour plus amples renseignements
s'adresser A M* Ldonce Viard, avocat
poursuivant ou M* Astrel Laforest,
ojtakie 'd6positaire du cahier des
'barges.
Purt-au-Prince, le 18 Ddcembre 1909.
LiONc: VIARD
Avocat.


VINU


SPECJALE


Et au-dessous de la mi, e A prix

En vertu to d'une obligation hypo-
th6caire souscrite en taveur de Mon-
sieur L6on Dbjean par acted au report
de M* Astrel Laforest et son colligue,
notaires en cette ville le neuf fvrier
mil neof neuf, enregistr6, d'un
commandemement fait A Monsieur
Emmanuel D6cessart le vingt sept
septembre dernier et demeur6 infruc-
tueux ; 9S d'un j ui ment rendn par le
tribunal civil do Port-au Prince en
date du vingt ddoembre courant dd-
rement euregistrd autorisant la.vente
au-dessous de la mise J pris de la
propri6t6 ci aprbs d4sign4e ;
It sera proc4d6 le vendredi trente
et un 46cembre mil neuf sent neuf A
dix heares du martin en I'Atude at par
le minister do M* Ast-el Laforest A
la vents au-dessous de la missed prix
d'une propriMt6 foods et bAtisses sise
on cette vfle de I'antre c6td du Portail
S' Joseb. aujourd'hl avenue Dessa-
lines, l a oooaspce de vingt six
pleds d pouses lar la dite avenue,
do tre~ atre pied au 06t6 Sad, et
qua* atrense pM as cOt6 nord


Port au-Prince le 20 d6cemb.re 1909
(Sign ) LiONce VIARD FRANQOIS
MOISE, Avocats


CONCERTS MORCH
31 de la Serie d'A bonnement
MERCREDI 22 DELCEMBRE 1909 A 8 HFURES
PRLC'SES DU SOIR.
L'ORCHESTRE TURNER
Compos4 de r5 Musiciens assists de
Mess'ears ARTHUR BONNEFIL
A. MORCH
CAMILLE BQRNO
'Direc'eur Mr A. MORCH
.Acconmpignatemur G:o. BORNO etc.
Entr6e a '2 Gourdes
Oa trouvera I'H6tel Morch et A la Phar-
macie Buch d-s Cartes de famille admct-
tant 3 personnel. Prix G. 4.
Ua train special partira do Champ de
Mars A io h-ures et demie Prix 25 cen-
times.

A louer
Une mAison de 8 pieces A proximitO
du Champ de Mars, ayant eau, basain,
6curies, remise, etc.
S'adresser aux bureaux du *Matins.


Extrait du


Tabacs Scaferlati


Vins de Propri6taire


Mr Fernand Loniewski

Propri taire-viticulteur
A I'avar.tage tie f.,i e conn itre au public les prix tie mes iaffTrents prodaits
qoi sont en vente A o'i dpo&t situd au No 43 de a rue des Fronts-Forts (Halle
Sylvain ).
VIN ROUGE A 3 et 4 gourdes le gallon.
VIN BLANC i 4 et 5 gourdes le gallon.
VINS ROUGos en caisse tie 12 hoteilles A 20 et 27, gotirdes la caisse.
VINS BLANCS en caisse de 12 bouteilles A 25 et 30 gourides- la caisse.
Muscats, Malaga, Madere, Clairette, Vermouth, ianyuls, Picardan, Quinquina
en fits de 16 et 32 litres, par gallon et en bouteilles cachetees a des prix trWs
moddrbs.
VINS DR CHAMPAGNE renommAR :
Rocderr. Mercier, Boutet & Ci0, etc, a partir de 1'. 4.00 la bouteille js-
qu'a P. 16.00.
Pour la vente en gross de touts les marchan liass ci- lessus il est fait des
prix sp6cihux.


tT:
0


Pour tous reuseiginements et comillandes


S'adreser


A ndr6


FAUBERT,


AG ENT -: f.KA I L R I\ I ttrU i 1 1.'; 41 t I IIX I I'


TARIF


G6n6ral, -


GOURDES


LEVANT SUP9.RiKUR (dit tabac d'Egypte) la Botte de
50 grammes
LEVANT ORDINAIRE paper violet lissd, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUP&RIEUR paper bleu le paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert Ie paquet de 50 gram-
mes


CAPORAL ODINAIRE
de 40 grammes


paper pate brune le paquet


TABAC A PRISER, Virginie haut goot, paper jau-
no, le paquet de 100 grammes


POUDRS BUPERIEURs, paper bleu
100 grammes


le paquet


POUDIS OaDIwAiR, paperr bran, le paquet de 100
grammes

TABAC A MACM roles Menus fils Ie paquet de
100 grammes
]


1.25

0.90
0.75

075

075

0.60

1.50

1.50

1.2


1.50


Ddcembre


Cigarettes

NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CHASSEUR le paquet de 20
HONGROISES en levant sup6rieur


do
do
do

ELEGANTES
do
do


1909.


GOURDES


Le liondon hd


20 cigarettes
en caporal supsrieur paper rose, le
paquet de '20
en Maryland le paquet de 20
en caporal ordinaire paper b'eu le
Bondon de 20
en Levant ordinaire le Bondon de 20
en caporal supdrieur paper rose, le
Bondon de 20
en Maryiand paper jaune le Bondon
de 20


do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FRANCAISES en caporal suo rieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ROULfSa en Maryland et caporal superieur le
portefeuilles de 20
do en caporal doux la botte de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la bolte de 10


special,


1.20

0.90
I.20


0.r,
0.70
0.70
060
0.60
0.60


0.75
0.60

0.30


J. LAVILLE.


AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tahacs

Pour la R6publique d'Haiti


PAR CONVENTION


~ I II


------------- -- --- -- --- -


-----


I


I


L..O.Aae=A-t







LA
Cordonnerie Nouvelle

C. B. PETOIA
GRANID'UE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el-
le vient de recevoir, par dernier ba-
teau, une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures de toute fral-
cheur et de toute beautO, importtes
de France, d'Ailemagne et des Etats-
Unis.
Le public lh1gant, curieux de se
bien chausser, v trouveia les peaux
les plus solides et aux nuances les
plus varides les forms les plus belles
et les plus approprides.
On n'a qu'A venir chez G.B. P ITOIA
pour 4tre assure d'ttre chaussd sui-
vant les meilleuras lois du confort et
de la mode. Sp&eialittds pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, forces, fournitures
et mat6riaux divers pour cordonne-
rio. On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix les plis inodt~rs, a
L.A ( G.RDONNERIlE NOUVEI.LE
I If .: ANI)'llU 1 '.A U,


A L'ELEGANCE
70, D ONNERI2.


VC;aK rs ? D6r6,POUR LA VYXTE
E "'" \t',:d a s aOin aux commas-
4*2 tanu ii : qu'eo proviure.
.ausaisure3 de Aeraie fcrme ot tra-
vail tumours tout co qu'ily a de plus
noueVeAux.
Formahh arnricain~ et francaise pour
Mo. a, ~o. 4 lgantas et commodes.
Pour Ies etu;'ats i pluna I'aise.
Travail solid ex6cut6 aveo
dex pea:-- dct premi~remarque.
Assaranse do grand rabais.
PAtes. C ragoas E Llquades

0e m Canoez 9isis de p ain!

8'i1 n'estfait.i,'. r'r ';- '- Pillsbury's
Best."
La moilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 16ger.
Pour tous renseignements s'a-
dresser A :
Ernest Castera
reprdsentant de la PILLSBUUY's WASH-
aruwu FLCUR MILES Co MINNxAPOLIS
NILS

NESTOR FELIU
L excel !et tailieur avantageusemenl
counu de toute la R6publique vient
de rouvrir son atelier Rue Ferou,
( Rue des Miracles ) No 61.
Sa uombreuse clientele trouvera
cormme toujours toute satisfaction
Sour lea travaux qui lui seront con-

Chapeaux 1
Chapeaux 11
Chapeaux I !
PAILLI 3I PSITS-ICI
ACCOUREZ CHEZ
Feliberto Gonzales

JOSI SAN MILLAN
FABRIQUE DI CIAPEAUX


PL&CE GEFFIARD
Baob" do CEin,. das Lwre
Pear t slome esgtts 92 pour lomigg
Joe bearam~e


M' C. L. Verret
Tailleur-Marchand
Donne avis A sa bienveillante clien-
tie que sa maison No.7, Rue Traver-
sibre eat toujours bien pourvue d'aune
vari4t6 d'Atoffes de la haute non-
veaut6 parisienne.
QUALITY SUP*RI URK. COUPE *Lt*ANTs
tRAVAIL SlOINt. ExiCUTIOm PiROMPTr-
Prix tras rdduits I
Mp Jh. M. Duplessy
Photographe
Avise ses nombreux clients qu'il
n'est A laur disposition que de 9 hrs.
A midi, de 2 A 5 heures, except les
apres-midi des dimanches et des
jours fdr.s.
Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ
JAIME TESTARI
Le chapelier remarquable, avan-
tageusement connu,fait savoir au pu-
blic en gdn6ral et A sa nombreuse
clientele qu'il vient de transf6rer sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANCIENNn MASON DU LOUVRE )
Di LA PLACE GEFFRARD A LA
GRAND'RUE OU R9IPUBLICALNE
No 149. En face de la Poste


Le
vert


novel 6tablissement est ou-
sous le nom de la fleur de
I'Amerique


II promet soin et promptitude
comme toujours.
MAISON DE CONFIANCE
I'4S GRAND'HUE
MIt .Jostlph St.-Cloud.
LE TAILLEUII si bien connu de la
RWpublique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par les
derniers Steamers une Varit6 d'6tof-
fes do : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote. Drap vert et bleu d'une
rdelle suptriorit6.
COUPE MODERNE!
PROMPT)ITUI)E SOLIDITE !
L'Utablisseinent se recommande aux
clients les pius ddlicats qui appr6-
cient chaque jour davantage le FINI
de son travail.
Demandcz chez Joseph Sain:-C oud le
Restaurateur de la Santm et des Cartes pos-
tales Illustrees.
D. Romulus
38, Grand'rue, 38
Sirops superieurs, et de tres bon-
nes I queurs,qui no le cedent en rien
aux produits exotiques. Remontons-
nous par du bon rhum lAccourons tous
en foule chez l'honnkte et conscien-
cieux.
D. Romulus, Grand'rue, hall N0
:48, non loin de la gare du Nord.
Distillateur-liquoriste, Industriel, qui
a obtenu une Mddaille d'argent A i'Ex-
position uriverseile de Saint Louis
(Etats-Unis d'Amdrique) en 1904, et
une autre A 1'exposition de Jameston,
en 1907,
ONACHETE Caf6, cire
ON. PlN I A 1 Iet miel, A,
PNtion-Ville, usine caf6ibre. i
CIRE & MIEL
a Port-au-Prince, 40, rue F6rou.


Francisco DESUSE
Fabrioant de ohaussurwe
La Manufacture a toujours ea ddp 6
un grand stock, pour la vete as
gross et on detail, do chausaures on
tonus genres pour
HOMMus, Fummxu, EnMAmTS
Los commandos des commergatse
do l'intrieaur pourront 6tre '*ozeaut6s
dana una emaine penu pr6s.
23, Rue des Frosnt-Forts, 83
roae-au-rUma ( m )


Sacs vides!..


Sacs videsl..


Entrepot Gbn6ral des Grandes fabriques
DE CALCUTTA ( INDE) I)UNKEItQUE (FRANCE) rT DUNDEE (AKGLWrar.a)
SACS sp6ciaux pour Caf6s tri6s
Caf6s ordinaires
Cacaos
Les Types Courauts constamment en Stock par ball do 400 sacs,
Depuis 18 centimes or jusqu'A 28 centimes or
Pour grandeurs rdguliires 65x110 centimntres et 70x110 contimbtres.
Poids de 1 311' livres jusqu'A 3 lives.
Sacs sur mod6les et sur types des acheteurs.
Prix A forfait pour livraisons meusuelles francs port de d6barquiesent
et si on le desire, Droits pays.

50.000 Sacs de -1'Inde
Viennent d'arriver par Balles de 300 Sacs.
Prix exceptionnellement avantageux
S'adresser A Jules Laville
AGENT ET DPPOSITAIRE GINIRAL
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT.


'A CHETEZ PAS


Sans


visitor


Les dernieres nouveauts rees par la Iaison
A l'Ange Gardien
98, RUE DU RESERVOIR 98.


A


A

N



E


Mme


La Maison ne vend que des articles de premiere qua-
lit6 et a des prix mod&rds.
On y trouvera: iChapeaux garnis pour dames et
fillettes ; Capotes; Formes-Jean-Barts ; Gants ; Flours ;
Ruban- .\ ntiaone; Lianc de Paradis ; Plumes de coq ;
l)entelle: ot G(atpures ; lhroieiie ; Bas et Chaussettes;
Souliers d en,4iitis ; issuess poar robes Armure ; Serge
couleur Tatletas ; I'atjetaline ; Satin Liberty ; Grenadi-
ne de soie, etc.


Articles pour cadeaux : Bronze; Veil-
leuses ; Pendulettes : Albums pour cartes postales, etc.
Bel assortment de Parfumerie
JOUETS
Rayon de Deuit : Crpe ; Chales de crepe ; Eta-
mine ; Cachemire ; Satin de Chine ; Couronnes mor-
tuaires.


g

A

R
B


I

C

K


Philippe Kieffer & Co
Maison fond6e depuis 1895
4, RUE DES CIESARS.


Seuls repr6sentants de la marque HENRI BIJOU FILS ETrr ARNAUD,
de Bordeaux.
Vins sup6rieurs garantis
EN GROS & DETAIL.


Laboratoire Sejourn6


PREPARATION DE TOUTES AMPOULES MtDICAMENTEUSES STERI*
LISkES ET INJECTABLES.
Ampoules d'Eau do m6r Isotoniques solon Quinton.
L'ea doe mer que nous employons a 6t6 soigneusement captd au l"i
an del doe I'lle ae la GonAve. Nous faisons remarquer au Corps I9u2w
l'observation judicieuse que font les laboratoires strangers :
s L'Ean de mer injectable dolt 6tre do fabriction rtemte pour avoir touts 9f"
prld6ta thdrapeatiues. De aom'bres atttaton moer pormottoat do e i--
Bos prodults out donn6 tous lea resultatsa spr. a
Sp6oialit6: Serum nevrosthro. _
Ce Sirum r6gulariase le changes nutritifa, l at6 employee sW ve
&O dan las neurasthtole, la tlabereulo, .&


--