<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00804
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 20, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00804

Full Text




ygtrog* ~Alinju X4 821


Port-4d-Prilce4 Iahi


Liundi, 120 D46i br.: 10G


IIFE 0T8


pp4j
gB -.agae


a. Bu sno


*. .


UMMet .. G. 1.00
TaesO MoWs... 5 00
U NMor .. G. S.00

Un Moss G 8.2.


s'u t sgdolr


LE NUMfRO 15 CENTIMES

1s mafiti aiimrds ou on ne serom
pas read
RUDACTION-ADMINISTR ATION
45, $mUB oux, 45-


Arthur Isidore


OUOTIDIEN


Notre oollaborareur Augaste Ma-
oire viest do fair parattre, en notre
primerieo, le tome premier de la 2e
Ltie do seo Hetere 'Haw, con-
cr6oe ax Issurrecmons.
Ce volume prsento la marie et PIhis-
rique ddtaill do chacune asles ten-
ivre do renversement faites centre
a diffrents governments et est
pelE, non uoleoment d 6clairer sur
s fails historiqeos les gens du mon-
auxquels 11 est dEdie, mais encore
tre, aux mains des mattress, an au-
ake proletx poor I'ensei em ent
8_ _- 'A & i _-tIAM_-r-


saque ae i uastuir nauuonas.
[lon d6tachous du tome premier de
to 2* parties, a titre d'avant-gout
r nos lecteaours,les pages suivantes.

oat d'abord, ce spectacle do nos in-
rectious mon permet do conf&mer
22l M e o- ceemeases dams la pre-
re erti eette biatooire I'Erse nou-
, Ms laqaes BosB dildons que le
do toejeurs esowor soo domina-
pe'r m retomber moos une autre,
Wlet : 1o de dotre formation (per-
tace do dI' s srvile); 2 o de notre
Be dooception des moyens de r6a-
0 *- -- ( i- -


I
I
I
I
I
I
I


publics, accepts si souvent de secouer
h domination du jour pour la rompla-
cer par une nouvelle qni, a son tour,
sera balayde par le souffle doe 'insur-
rection, sons l'impulsion des premiers
meneurs venus.
La minority dclairde,de quelque cou-
leur politique qu'elle soit d'ailleaurs, ---
qui est appoele A organiser lea forces
patronales qui manquent, de fagon A
discipline les resources do la race
dans le sens de la m-illeureorganisation
da travail et des familles,--loin d'en-
treprendre cotte tache, et ayant heritd
d'ane fausse mentality don't none avoas
ddjA parld dans la 1.r parties de cette
etude, travaille aussi, de son c6te, A
une construction toujours ideale do
ponvoirs publics, dans le but d'en fair
sortir les conditions le3 plus completes
do bonheur social.
Et c'est ainsi que la masse ignorant,
par ses instincts, comme la minority
dclair6e, par sa conception du progr6s
social par les pouvoirs publics, so trou-
vent constamment d'accord pour pro-
daire totes ces insurrections don't
nons n'avons pas l'air d'avoir 6puis6
la serie.


S oann.rt Su .. .. CependAnt, on est unanime A ne pas
ds a derit ue pense fort a ste apercevoir une chose. C'est quo, tandis
_a vda di-nl, c-z aoes., s- -v- quo tons nos programmes et touq nos
r, depu.is id4pendance, one gE- manifests po itiques parent toujours
ion artaine en deux classes ap- du r6gne des principles) la vo6e re-
s a povoir, mrchant volutionnaire A laquolls nous avons
ScOte. soualinfIlelced iddee op- constamment recourse pour changer
*, et penA d. .commn quo I'dtat de nos afTaires, ie tend qu' af-
.r do1 inddpendance national. firmer de plus en plui le rtgae de la
*, habitant les illes,... a regu des force et de l'arbitraire.
tissances qui lui ont donned leas I e et" 'e' aria cesse I' .ri
iers instincts do la civilization eu- ED efat, cest sans esse A 1rmdo
s nstncts dre, cmpovlsatreoque que nou nous adressons pour renver-
ne ; .aute, compoe prequeser tols pouvoirs publics et lea rempla-
tier deo laboureurs,...a grand sons cer par tells tutres des lors, comment
session des moeurs africaines pra- s'6tonner que le vinciie de force soit
s pendant longtomps et memo de constamment le souffle conservateur le
mrs dans no. campagnes. > no gouvernem nts ?
seconds claste. dout parls cetgn
ieconsde clase. dont parle cet D'un autie cot), cette utilisation in-
len, est cell que nous eavisa- cessante de I'armde cr6e en elle un
quand nous parlons de cotte tat moral de ddsorganisation, nd do
tanede'e sele des anctre 'sprit mme de conspiration, et qui
Ins qul, 'individ n.'tant pas est Is plu stir obstacle A la constitu-
des moeon de fair faze souleion dans le pays d'un corps d'armne
ttes doe -xistence,-incline sans r6galier et vraiment animd des senti-
Ia manse social sous la domina- ments d'amour-propre et d'hoonneur
es premiers maltres venus,6tran- militaires.
a nationaux. En jetant las yeux sur les 2) atTaires
)reanire classes mentionnde par insurrectionnelles qui 6maillent notre
a eet repreeont6o, dans notre fa- histoire jusqu'd I'dpoque oa nous som-
icomprendre la question, par Ia mes arrives, nous voyons qu'A l'excep-
do ceux qui ont uone Tausse tion de 4 d'entre elles,---I insurrection
tion des moyens do realiser le de Goman, cells do Castel-pAre, cells
ar social.v du Camp-Perrin et l'assassinat du g6nd- 4
l'atres trmes, la plus grand ral loginac,-.--elles reposent touted sur
du corps sojdal haltion, caract6. I'esprit do trahison et de defection, I
ar rIAtt set 4# faiblesse rdsul- nous gallons le voir.
ma sow d'organisation dos Qaant aux 4 affairs qui font excep-
i et des former patro- tion, il est facile do voir,---en 6cartant I
resto, deopis un slcle, accos- celle don't fut victims Inginac et qaiI
to, .s les dominations, abso- fat one vulgaire tentative de meortre, F
com nlos po aato UoS d con- lue co furent des manifestations de
af.trw a ot comme la masse bands qui so sont produites dans nos I
Ia temp. do la colonisation. pdriodes d'anarchi leos plus marques. i
at do at tat do fai- En offet, I'affaire de Goman a 6clati
as. Se e al attend as milieu da dissontiment armE qui, A
S s LWpvos la chate do Dossalies, s'et Oevo en- 4
ova^ B^U ~H^BBBB bishoI rww^^v f


tri lo Nord, d'ane part, et ie Sad et
l'Ousot, d'autre part. L'obueration wt
isi just que, na fois Cbristopbe tombd
et I'anitd national r6tablie avec Bo-
yaer, insurrection des montagnard do
la Graud'Anse tat faciloment valncue
L'afstaire do Castel-pre eaout lieu to
juillet 1843, immddiatement apr i la
chute de Boyer et on ploin dams la pt-
riode de government provisoiro qual
souleva de fond on comble tout le
pays.
Ilen oat de mAme da I'affaire do
Camp-Porrin qai se produaiit A aun mo-
ment o l'nunite national 6tait forte-
ment ebrauldo par les movements qui
se produisirent dans 'Est en amenant
la separation do cette parties: Rivibro
Hdrard guarroyait & Azua lorsque cette
affaire oueat lieu.

En debors do cos 4 tentative, toates
les autreos, --- elles sont an nombre do
25,---n'ont pau avoir lieu qu'A la favear
de 1'esprit de defection militaire. Noua
gallons on fair le releve, quo nous d&--
dions autant aux citoenas haltions 6pris
do sla liberty et du ddsir d'un ordre so-
cial moilleaur ot. qi. pour cela, oat ton-
dance A recourir aux bons offices de
l'Arm6e,---quitles, aprbs cola, A dfplo-,
rer qua le pays soit toujours soumis a
des chefs militaires,--- qu'aux chefs de
gouvernoment qui,occupant A leur tojr,
ot par les moyens quo l'on salt, lea
sommets du poevoir, revent, une fois
installs, d'avoir ane armde disciplin6o
et plaine da sentiment doe I'honaeur.


t110.- L'insOrretion du Gros-Morno
et do Port-do-Paix con'*r Chrisaopbe fUt
I'CBeav do RAbecca, militairo da 2e
batailoa de la 9o et cello de la 149
deal bribdo..
1.- trope Bllarmin, qui s'insur-
f centre 0Qrtophe dans le port de
%MiroaosM, 6tait commissaire do la ma-
rise royale.
12.- Benjamin Noel, qui ,'insurges
contre Christophe et d6tarmina sa s6pa-
ratioo de Mirebalais, 6tatt colonel de
la 10o domi-brigade.
13.- L'insurrecton de Saiot Mars,
di d4cida de la chute do Christopth0,
rat rcavre da 8o regiment ; les prin-
cipales autorit4s du Cap y adh6i trent,
y comprip la garden royale.
14.-- Linsurrection doe fdvier 182 1,
qoi 6clata contre Boyer dans I'Artibo
nite, fut l'auvre, an Cap, du ghln6ras
Richard, comma9ndant d(toe la place ; A
Saint-Marc, du colonel Paulin, du -e
regiment; la Petite-Rivi're, dlu ,-
neral Victor Toby, commandant de la
lace i;:aaux Verrettes, da ugnaral Bizin;
Gonaives, des g6ndrani Joseph Jarm
me et Dossous, a colonel Casimia
Noel, d chef de bataillon Jean-Chat les
Diane et do capitaine Pierre-Louis Dou-
zibme.
1S.- Ea aout 1822, Ie g6ndral1 K()
main conspira A Logane.
17.- Qasyer- LarviAre, commandant
de la Grande-Rivitre et Ienjamin
No6il, commandant du Mirebalais, cons-
pitrrent en 182G.
18. Isidore Gabriel, qui s'in!su g ea
en 1837, etait colonel da rEgiment dles


Le signal de I'insurrection qui abat- H -urard-RiviAre chef militairo
tit Dessalines fat donnd par Moseroux, de I'i^surrection se Praslin, ,tait chef
jugs do paix t commandant militairo de bataillon en activity de -ervice.
de Port- Salat. Toes les chefs militaires .
de I'Oaest et du Sud s'y rallibrent, ain- 20.- Dalzon, qui conspira centre le
si que le ministry de la guerre de I'em- government provisoire de 18' 3. ,e-
pir.e nait d'6tre nomm general de bi igade
2.- Linsurrection qui constitua I'6. et commandant do I arrondissement de
tat do separation do Nord-Oaest et du Tibiron. Sea principaux complices
Sud-Ouest apris Dessalines, tombe si.- talent des colonels de r6ginants en ac-
multan6men i la charge do Christophe, tiviltd de services le commandant du 3e.
g6n6ral en chef de 'arm6e at de PJtion, 21. Pierro'; qui a'iosurgea centre
commandant militaire de I'Ouest. Rivitre-H6rard et amena la separation
3.- Yayou, quai coaspira contre Pi- da Nord, 6tait commandant de ce d4-
tion, etait commandant des arrondisse- partement.
ments de Port-au-Prince et de LIogano. 22. Guerrier, qui se fit acclamer A
4.- Magloire Ambroisoe, qui conspi- Port-as-Prince on prononcant la d --
ra centre P6tion, 6tait commandant on chance de Rivi6re Hdrard, avait 6tA
chef do dipartement de 1'Ouest. pr6eiamoent d4plac4 do Stint-Marc pour
5.- GAria, qui conspira contra P&- arJer Port-au-Prince en I'absence dil
tion, fut successivement chtf de I'ar- prdsident.
m6e r6publicaine duBjuca4ain, chef du '_.- Las principaux menears do I i
dipirtement do S ad, chd do carps conopiraUon rividriste, qi out lieu so i
d'arm,_e xp6i..oanaire0 coo ,Cbrits. Guerrier et sons Pierrot, qtaient des *se-
tophe. Essentiellement militaire, il d ait preentants doe 'arm6e.
constammat entour. de touts une,
compagni ed grenadiers en quality de 24. Rich&, qui so fit acclamer A
guard rd'honneor. Port-au-Prince eo proclamant la decbh-
ga6.- Riga, o qunco. spir. c__ ontr ance de Pierrot, etait commandant de
6.- Rigad, qi cosir, otrPI- la garde de plaia, et quand le pipii.I
tion ot organs la scielon du Sad, de Tasrecioneut lie A Sainit-Mr ...
6tait commandant militaire aux Cayes -i fat donan par le 3* regiment d'ar, i -
at chargde do haute directloa des for- lee, a 7leso t 8*, Is gendarmerie, la
co envirosnautes centre Gomaa. II vo-. 2o la eavalrle.
asit 4'etre nomma g6aral do division La derare ur loo.
par PioW. 5 2.-- aA detnfre insurractlon. m a-o
7. Delva I conspire cntre Pi- ties-e donee lire, fatleUe d'Aciso,
ion, altait do gadee a ai.ad I'eroude t dI
rit6 do service. PMtioe dlt Ie ddgra4der wp. A u-- "AG-LO1R E
par Sae prooaate. AU A
8. 11 y eat se inaserrectls .coai .
Rig l dIas le Sad : elle fat orgoi e LoAdminstraton du MATIN In-
r tout ua bsataioe de demil form see s abons qutis 3n do VSnL
" A i. cedoaT Pit He f,| ,tne payer, abonneamnent on astres,
9.- 1& colo Pterte bl""_ que ooant reous lmpr im a t por-
osMpi coatre Bor- eldams dS, a4 O atmaOre d" Journal.
At*t f 4e k la 8e deI i brg146. s8a0ras,- Arthur 13DW3x


NOS INSURRECTIONS


lboW oumsm t leurs effets sur l'arm6e


___ _1.


I ------\~ ------ -


r


I







UN ROMAN SOCIOLOGIQUE nflon d'bord. I Travail ensulte, et
UN ROMAN IOLOGIUE IInstruction esfin I
"- Prichons I'Evag6lisation rationnelle
[des masses Ddtruirona dans e coeur
R om ulus do ce people, les grossl res sapersti-
PAR ionsa africaines qui I'ab6tissent I
M. PEIRD HIBBERT Faisons, comme le commerfant de Mi-
M. I'ERNND HIEBERT ragoaned ia .Romulus dans la perscnoe
Au D' RoclHE GRELLIKR. duquel M. Hibbert 'est mis pour ex-
IV poser sa thbse so:iologiqua : laissons
1e regime ordinaire exEcrable, suivre
( Suite et F:n ) son course pendant que nous autres,
Nous avons r6sum6 les iddis con- progressiates, 6clair6', nous nous for-
ten,,es dans le brilliant petit live de tifierons dans le travail positif; lais-
M. Hibbert. Ce charmant opuscule lais- sons l'absolutisme, par notre m6pris,
so an lectenr arriv6 A la l120 page, uie notre indiIffrence sarcastique, s'agiter
impression de poigrante tlistesse, de dans le vide, jusqu'A ce quoe 'on soit
profound d6couragement et d'accablaL- obhlie d13 'enir & Dous, ct qui anra lieu
teo orpeur. d'unii fi-on on d'une autre.
Ca 6td uneerreur capitaTe. gros.-ire, Constituons une class social assez
de"Ja partd'hommesaussiavanc6s, d'un forte avpc laquelle lea Pouvoir soit,
patriotisme:aussi ferventet sincere, d'a- quand meme, oblige de computer ; que
voir pris une decision aus4i grave aussi lei professionnels, avocats, medecins,
forcen6e. Us no comprenaient pas sanis industries, commernints, planteurs,
do-'te, dans leur c3uchemar tourmen- tous les esprits sup6rieurs enfin, main-
tO de Il i Rogndration d'llaiti, que le tiennent leur libbralisme sur le terraini
niveau moral et intellectuel du people de la discussion a la tribune, dans le
haitien n',tait pss encore arrive A un journal et dni le livre ; oyons tous
6tat dl'a'ltptation suffikant i la compr&- par principles, des conservateurs-pro-
ihesion tes grinds concepts sociaux: gre'sistes. 'des anti-revolutionnaires s.s-
P1og r,. t (:ivilisation.iLes Itomme tmatiques, convoincus, endurcis, im-
de progris et de bien s'iront toejours p/nitents ; que 'tous les Hailiens Mclai-
cosrisi.0ris rcwnme des utopistes, des r-', aient pour e:ale (Idvise l: e PRO-
geneur', des trouble-hf e;: et 1., masse Ri4 PAR LA PAIX !
vile-nirnme pour laquelle its se dlvoue,.t N- ga -pillon; pas coi puisstintes i6-d
se j.-tf ra .-uvag inmnt s;ur oux lour serves I'.nergie dans d-s luttes vain-s, !
les ._ r. guide qa'ello est parfois stdrilestt inutilEs q(ielle i'l'en saCit
pat des its iineces pernicieu-es, per- l'is'ue, dmtne bone *
fides, Lupiles. La; Msse ne comprend N' (micttons pas nos forces vives plans
pas k. que c'est 1'JIdc, cat ange divin '' c' rernuant degr6 d'insorumi ,. I, Iu-
qui L,,us 6iare de ses rayons lumi- mi.:ation; ,1| sens historique ',- com-
neux. Pour e'le, cette masse, lIdde- me tlit Nietzche- qui nuit A 1' re
Force W'existe pas, et il 'y a come vivaA t et qui thiit par I'aaiitutir, iu'il Il
force vive qae la baoinnette tranchan- s'agiese d'un home, d'ur people ou
te et la ~alle meurtriire. La masse, la ,1 ',r: civilisatioi "
pauvre masse haitienne, ne sait pas N paYipllc,I s pas sans nkces.itd nos
s'e.'tosier au-devant du tribune ou du couirags dijA si malhcureux par 1os L
rtoi mater 'ai fait dvoluer son pays, .tristes rdvers p
elle n, s'ar,'e, liebhtee, stupAtibe, que tr
orsqu'elle voit !e sang couler come (j chacun dant sa sphere ,I)rto e]
W'in.menses Il-uves... sa piopre action ;i son maximum (lin- p
Vu'ytz deux homes qui passe it, I'un ten-il Ut Iae bien social jaiviira siis g
est un sai)reur, gros et gras qui a ex- qu'll soit besoint d3 pressoirs / 1nanciers t
termrLin iles vies human: ns, qui ai prtle ni lde chevanchds militatres s
vA do giosses )prcbendes .ur 1i sueur Chaque Ilaitiein doit Ater, ea s) a gen- P
du pauvre people, et qui rcg :rdt. ses re, un sauveur pour Haiti.
frcres come toujouis ,hlir a sa baionuette mena- ter un do nos plus grands eseurs : r
canie ; I'autre, au contraire, est un 1Le9 saiut sera l'ouavre de tos a lit 1
penseur qui desire seulement du b;en l'auc irde I' Effort... "o'att' il.,ns |is 1
Iour son pays, et re t'v qu'une IIui' d'un homine le salt de i'IK at... L.irs-
grande, belle, prospa e et respechte. ,qa'on people sans espdrance soupire e
Eh bie-n de c( s deux hommes, li masse apres l'andantls'ement, it ne tirelte :s s
non seulement des campagnes, mais A trcuver, encore d,. ce moment, un ri- C
aussi la iiaisse des villes, courbera la toyea qui ,isume en lui toutes les ten-
t~te-une tete obdissante, reTpetucu e, dn1 s. Ce rn'est plus le serviteur d'u-
docile, servile, esclave, oui la m6me ide fNconile, l'incarnation d'une force P
tite escla,, i,'le couilaient nos pere4 en avant, c'tst I'homme qui met la
avant 180i- dle paur dl'essniyer seu'e- main A la roue pour faciliter le racul.
ment uriregard da sl.)-cur,tandlisqu'elle Tous acepteiont sa domination, puis- s
n'aura, cette masse, qu'un regard de qe i it~s lenr jugement it jae, lui
d6dain et de m6pris pour I'homme de aussi, un r6!e providential. C'e3 ne Font a
bieo... L'homme supiuieur, I'homme pas les despostes q ii civilisen' ; re ne
foncierement inddpendant eat comnm sont pas les deipotes qui ,| truisent, I
une b'-te fauve, un tire froce, qui mais les nations qui se dktrui-ent. 9
est traquO, poursuivi comme un ili Qtulinl n veut chasser I'enniemi (de la
criminel... jusqu'a sa suppression ou place, on trouve toujours une voix fer- S
sa disparition. a me qui (ommande ; qua d ii s'agitC
C'ect triste, mais c'est r&el... d'abanidonner le terrain de la lutte, il
Mais que faut-il done fair ?... suit qu'un ,eol fuyard crie : save
Le cocialiste Proudhon nous en a qul peut I pour que la dero'te s'o- t
donnA la reponse au lieu de pourchas- pl ,n masse." 1
ser le Poreoir ; travaillons d apprendre Une nitlion qui rest inactive planss r
a. people les moyers de faire son pro- l'.t'ente d'un homme n'aura pis un
pre bonheur ; ddveloppons en lui la for- sauveur. Le premier audacieux ve-
ce iundividnaelle; qu'l. cultive ea loi- nu so saisira de tootes ces vo'ontes
meme une individuality forte, rtamplie IAches pour s'en faire des complices
de vouloir; faisons de chaque Haitien Sotn ouvr de destruction sera fa-
un individualist. Le salut do l'Indi- *' cile. I aura auez delucidit6 pour comrn-
vidu doit Atre faith par et pour 'lodi- S' prendre qa'l n'y a pus de rAsisistan-
iida et non par P'Etat, 41*ve aions aa '" ce l od i n'y a pa. d'dnTrgie pour le
role de Providence I blen. II eat done certain que nous de-
Un orateor moderne n'a-t-dil puas dit vrons la rstauration do l'Adifice na-
que la rate lib'ertsd ie vient pas des tional, non & on iadivldu, miis a
gouvernants, mais qu'elle vient du pew- nos institutions; non & an bras fort, d
ple "mals ia toutes les ttes pensantes.
a Qua'on e16ve done le people enter ao N'attendons pa aun personnaga ex-
Trai niveau deaesinterts propres par le traordinaire, prolaiuoaa des capaci- s
moyen d'ane education vraiment mora- tds soffisautes. ( J6rdmie, L'Eflort,
te, 'esat-A-dire chrEtienne 1 p. 61.)


Travaillons done & educationn de la Et le petit oavrage do M. Fernand I
mase hatlenne I Hibbertest venua onheoure pour d
Laismons do c6 I'Etat, d4 ea d-Ms osS fair toucher da doigt cette pro. w
da Iles bem-foads des eomobea oelates fosdo vMttd...
peor le randir, ls 4tsO per IWt- Credt pVrqol atr A 6A coar do to


' presenter de nonveau au public hal- Do pl
tion pour une nouvel'e lecture... vantage
Mdditons ce petit ouvrage, mdditos- nra Siam
Ise franchement, loyalement ; il con- le Sdnai
tient de dures verit6s qal sont pour- ce soot
taut an b iume consolateur poar les pa- tat lib1
triotes senses At d6sintdreea6s. A moo Corps L
humble point de vue, ce petit livre m6- leareuse
rite d'etre repandu parmi nos conci- Les m
toyeas, a des milliers d'exemplaires. Je train. M
troupe m6me que le Dipartemeot doe troupe
I aIstruction publique devrait en don- leunesse
nor uno bon nombre come lives de Chambre
prix aux enfants des Acoles Les t.r.,s leurs resl
et meres out intdr6t A le r6p inrel Ion- cl6turent
Pguiment dans leurs families ; et nous du Minis
autres, li.mmes d'dtudes, nous avons ment et
le devoir dTe elire e, la comprandre Hoene
sar.s part pris. ralisme ei
Saint-Mirc, Dfembre 1908. bend et <
Dr FRANOli DALENCOUR. Aux 6]


WIM II U1XlLRC

RUEWBRXGNUME)ITS
VSTICOtOILOGIQwE2
C)P:)oaerNv~atciul~e
D"i
SKUINAIRZ COLLEGE Et-EARTIAL
DimANcmAiE19DklCiMBRE 1909
hlromaetrc & Midi 762 a/=,


[.mp~ratuare(miniutm
m3aximsum


0,27
30,92


Moyenne diurne de la temperature 23,3
Ciel clair toute la journey.
Couronne solaire et halo partial' dans
a matinee.
Barometre stationnaire.
J. SCHtiRER
La fte du 17 D6cembre
L'aniversaire de l'6lection du G6ndral Si-
non a et tctd avec uin clat incomparable.
Tous les corps constiu&, ainsi que les re-
rsentants les plus autorisks de tous les
troupes ont tenu A rendre au Chef de l'E-
at le. hommages qui lui sont dis pour
a belle conduite dept;s son avenement au
)ouvoir.
Apres les ceremonies religieuses a la Ca-
hddralk ou le coadjuteur M4r Pichon pro-
io>,;t un beau dicours de circoastance,
e President fit une longue tourn6e en vil-
e avant de regagner It Palais national.
II y a foule et c'est au milieu d'nn b-I
;nthousiasme que le Chef de I Etat y fit
on entree. Imrnmdiatement sont rucas le
Cops dip'omitique et le Clerg6 qu. pr&-
eatent leurs souhaits par l'organe de Mr
Furniss, envoy extraordinaire et ministry
)lenipotentiaire des Etnts-Unis, et Mgr.
Pichon.
Pais le dc-Utt Br6dy demand de fire
ortir de la 1gaion de France le general
Dcfly qui s'y e6ait rtfugie. Le President
accep e et largit son ges e de clemence aux
lutres refugi"i qui st trouvent au Consu-
at italien.Ii descend ensuite et se rend A la
grandc salle des audiences ou le Senateur
Paulin, president du Comi!6 permanent du
S6nat, prononct un discours au nom da
Corps 16gislatif.
Le general Simon rdpond en terms 6mus
et since'res. It sent le besoin. dit notre con-
6tre e l K B:n Sens v de s'adresser A la fou-
e. C'est toujours au nom ne la paix, de
union du pays qui a tarn besoin de se
clever qu'il parlay. Et, come ua pendant
a discours de Mgr Pichon, i0 proclame
abandon de la proscription de son gou-
ernement. It pense au g6nrral Nord Ale-
:is, son priddcesseur. et dit ouvertement
on intention de le fii;e rentrer bien6t(
plans le pays.
Cette grande magnanimity da General
>imon est corvette d'applaudissements et
ers lui vont se tendre touted les mains
vec des signes manifestes d'admiration.
La a Discipline dit I prooos de cette
l1claration prisidentielle en faveur do Gal
Nord Alexis : a Le PrEsident a dit son
sentiment A propos de 1'exil; qu'il n'entend
pas que les hailiens en subissent les angoit-
es sons son rugne. II a ajout qune si le cel
a d6sign n. replacement du gAkdal
lord, il ne doit pas oublier quoe son pr&-
6cesur a eu la direction du Pays et qu' l
IN soffrira pas que Iex-President ndu
Plus longtemps le angoisses de 1'astmsc-
seeee


Je me
moments
Prince ei
vouemen
It cnnsci,
INTRAN
NISTRA'
C'estdii
le manda
seil Comi
J'ose
Elas.
Mon ca
tions, mc
sabilits :
perme's
Ci
en re our
primer pi

Ce
C'est s
et Mn' O0
donn6 le
breuse r6i
princienmn
se liver j
bituel au
,ons de l'<
L'exqui
connue;di
orginisate
details de
]
Nc us ai
jeune am
requ, A la
d pl6me d
Vives fi
au nouve.

Her so
Seymour
civil qui
fille avec
Cest d<
marriage A
A
Nous a,
de nos co
et sommes
tion du tr
meant par
visible, 1
dbno:e ur
gplt suc <
lence du
E lectio
M, Cla
population
candidate c
prochaines
II noe 4
munal. I
sfia de
Comamun
pas traosil
ra le qua
la z6one d,
la mer.
L'Ecole
Cette E
Ila del

( CUVOIu
cMmb%, p
spam J


.bf~ldC~LIR--~P-


** <( .







NICOLAS CORDASCO*
157, rue RMpublicalne, 157.
A su conqudrir en pen de temps la premiere place tant A Port-au-Prince que
dans la Province.
Le veritable succhs don't elle jouit est d an choix incomparable de ses mo-
dbles sor forms francaises et am6ricaines d'une 616gance irr6prochable et
r6pondant A tons les caprices du bon goat.
Tons ses modules existant en magasin en toutes pointures et largmrs Iui
permettent de chausser tous les pieds, m6me les plus diffitciles; et la modi-
cit6 de ses prix est accessible A toutes les bourses.
Toutes les personnes qui ne trouveraient pas A se chausser dans le maga-I
sin seront satisfaites dans les 24 heures par un article fait sur mesuree.
N.B.- La mason peut chausser; sans prendre des mesmres, es pe.vrson qu
no ptuven s'y rendre.
II suffit do luienvoyer une chaussure allant bien' on sinon lul signaler les
Les chaussures n'allant pas bien seront remplacdes par d'autres, rectiflies
d'apr6s lea observations fournies.
La faculty du retour est permise dans les 21 heures apres la livraison. Si
les chanssnres ont 6td port6es ou ne sont pas A l'6tat complete de nouf elles
seront rigoureusement refuses.
La mason d6fie toute concurrence, et envoie franco en pro-
vince.
AVIS.- La maison a nouvellement reeu un assortment incomparable do
peau: veau verni, vAche vernie, vAche noire, veau satind, kangaroo, chevreanx
glac6s noirs, jaunes, champagnes, rouges, etc,etc.


Vente


en gros et


en details


Los clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sorts de tournitures
pour cordonnerie A des prix excessivement reduits.
Ces prix exceptionnels ne sont obtenus que parce que la maison ne fait
plus ses affaires que directement avec les fabriques de peaux et de fourni-
tures, des Etats-Unis telles: que tirants, oeillets, lacets, clous, lastiques, fli
pour machines et pour cordonniers.
Machines.4 coudre
*"Singer "
Pour cordonniers, tailleurs et cou-
turitres. Demander catalogue et ren-
seignements.
La maison accepted toutes les com.
mandes qui lui soont faites on ce qui
concern la cordonnerie...
On y trouvera des empeignes, poor
lIt hommes, femmes et de toutes poin-
w ttures, travaill6s avec un grand soin.
a Coupe excessivement Kodas
Avis aux marchands
de chaussures
SA partir de ce jour, la Maison se
charge d'exdcuter los comm-nndes
de chaussures qui lui seront faites
avec un grand rabais de prix.
Demander renseignements acet
Sgard et le catalogue qui vous ser on-
.. -voy6 franco.


A &ASE d O0otINEw TOLU st EFCALyp1tr
OUT AGr ADORABLEE CONWSsarVATO. WPJutrAarl j T
TOUX RHUMES. BRONCHITES, ENROUEMENTS
R INFLUENZA, AFFECTIONS DES POUMONS
Rue R4pubiloaine. n* 121. PORT-AU-PRINCE. HAI'TI. I:T LES PROVTINCs.


ROYAL Kola Champagne
Cette d61icieuse boisson, don't les qualitds toniqueslet fortiflantes, la'a-
vYur exquise, le moelleux agr6able out contribute A former Plncomparible
rafralchissement des climates tropicaix, m6rite bien son titre s ROYAL .*
Agence G6n6rale et D6p6t:
AU MAGASIN DE LA MEITROPOLE


98, RUE


JULES LAVILLE
DU MAGASIN DE L'ETAT


Vou a le trouverez en outre :ohz :


Aadr6 Faubert
Pharmacie Alex. Roberts
Madame E. Dreyfas
& IBplcerie H. Corvington


PORT.AU-PRMM I


rueRoux & l'Epicerie Nrette Grand'roe (e faoe
do la station central des pompler.)
do & IEploerle C.Lundl rue die froats-forta
rue Fdrou anu Magaia E. Dreyfes do


EN PROVINCE


F'. Ch01
ami0WrA4


Pteitbo Mve.


1. R.outas


GoALves


Mr


Vins de Propri6taire'

Fernand Loniewski


Propri6taire-vitieulteur
A l'avantage de fire savoir au public qu'il vient d'ouvrir un d6p6t situd m
No 43 de la rue des Fronts-Forts ( Halle Sylvain ) o& il met en vente lpro
duits ci-aprbe :
Vi ROUGe A 3 et 4 gourdes le gallon.
VIM BLANC A 4 et 5 gourdes le gallon.
Vms nouoGs en caisse de 12 bouteilles A 25 et 30 gourdes la caisse.
Vims BtLNCs en caisse de 12 bouteilles A 30 et 35 gourdes la caisse.
Muscats, Malaga* Madbre, Clairette, Picardon, Quinquina, Vermouth, Ba fet
en fflts de 16 et 32 litres et en bouteilles. Champagne A des prix moddi _.

FABRIQUE DE CHAUSSIURES


Fioravante


Cordasco


153
Grand'Rue
Met en vente A un prix trbs rdduit, un stock considerable de chaussarM
des plus 616gantes et des plus solides, pour HoMuas, FaMmas & ENpAMT.
Style francais et amdricain, dernire mode.


Pour la vente


en gros escompte de 5 olo


Liquidation
Un grand stock de CHAUSSURaS, pour homes, dames et enfants.
Profitez de 1'occasion

Tannerie Continentale
RUE DU QUAI, No 83.
N. B. Un moteur avec chaudibre de huit cheveaux, transmission com.-
plbte de quarante pieds de longer. Une balance franchise.
_iii i i-- -

Entreprise

D'EAUX GAZEUSES

Fond6e en 1899
G' 21, Rue Fdrou, 21.
Ginger Kola
Kola-Chempagne
Soda-Water
Siphons
Sirops
Liqueurs
Biter


Pharmacie W.


Place


Bu


de la Paix


iE4".ntioQ prompt et soign6oe des ordonnances.
Analyses scientiflque et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autres
mtbhode am~rlaaiaI f irs e ss .


mdauz


drp-*'@ I


Fabrication d'Eaux gazeusies, sirops at vrtbOEl
0* pa=P. 6 lado 0ne
Champaorl on.groset en dti
Proprltal": We Duch
Pharmacien 6=16 aUSfad
D6pOt do Kola4kamppagm:
AUAbuxmGalv9;I madameP. Lusrqm
a P~itvaorye ~~ m~~4ap