<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00802
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 16, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00802

Full Text



Trrowii6m@ Azd er NO 818


Port-au-Prince, Haill


Jeudi, 16 D6oombre 1909.


ABOMNIMEiTS
UN Mo G. 2.00
port-au-Prince
Tnois MoIs... 5 00
ppartements UN MoIs G. 2.20
Taois Mois 6.00

gWranger ... ROIS MOIS. 8.00


Q16ment-Magloire
DIRmCTlUR-FONDATEUR


c


J


OUOTIDIEN


LE NUMRO 15 CENTIMES

Lme manucrit it n, .', i n.on n, peron

REDACTION-A DMINIS'R ACTION
45, RLu. ROe\x, 4.


Arthur Isidore
ADM INI1'TRATrUR


Andrd Hoguenin, quatre fois par
aour, en allant at on revenant do ma-
Min de M. Drmeui i l cit 6tait comp-
ble,pausait par la rue des Front-Forts
-cela dans i'un-que deasein d'aper-e-
voir Mile Elise Sorbier, laquelli etait
toojours occup6e A fair quolque cho-
a dans la boutique do sa mAre. Mile
Sorbier, jolie et s6riouse, travai'lait
toat le temps A la confection do petites
robes et de capotes rococo& pour bdbds
quo lees femmes do la champagne lui
achetaient comma do pain.
Mme Sorbier trouvait que sa fills se
tait A la tAche sans n6cessitd et alls
commentait & so demander pourquoi
Elise naguare si gaie, si insouciante,
si folio mmo e tati revenue si appli-
quae, si grave, si profonddment triste.
Ella se le demandait et no trouvait
rien A so r6pondre -quand la jeane fi de
soe reprit soudain A vivre un peu, A
s'int6resser de noaveau a monde ex-
tdrieur. Quells ean dalt la raison ?
Dapuis qutlque temps, Andre Ha-
guenin, trbs souvent, a arr6tait devant
la porte do Mme Sorbier pour donner
an bout c d'audience o, et petit A petit
il avait fini par devenir une habitude
pour Elise A qui, chaque jour, sous une
forms nouvelle, il faisait des prdve-
nancess exquises.
Andr6 Huguenin dtait doux, 614gant,
poll et pas mauvaise. langue. Quand
Mme Sorbier se faisait I'6cho de quel-
que vilain bruit, le Ieune home ne
manquait jamais do r6duire le 0 ON DIT
A son minimum et ajoutait cheque fois:
*Soyons indulgents et it dtait since-
reles affairs d'autrui no Is touchaient
ft rion. Elise prit le nibilisme d'An-
drd Huguenin pour de la bontd, et elles
'en aima des esprits maiicieux prd-
teadirent qu'elle s'dprit de lui parce
qu'il etait joli gargon. Mais Elise affir-
aait quake c'tait a cause do sa bont6.
Mile Elise Sorbier n'avait pas assez
de p6natratio2 pour deviner la qualitO
da l'indulgence d'Andr6 Huguenin.
L'indulgenc na's de prix qu'& I'6gard
de ce doat on souflre, et tel n'6tait pas
Scas do notro h6ros qui pardonnait
volontiers aux autros Is mat qu'ils
faisaient non a lii mais a aux-memes.
It est meme assez 6tonnant qu'il n'y
ait pas plus de gens indulgent quo ca.


Andr6 Huguenin avait u ami, Brone
nas Dupr6 et c'est celai-lA qui atait
bon --- car il avait beaucoup souffert
dans la vie, ayant conna les trabisons
de I'amour et de I'amitid qu'il transfor-
ma en philosophic sereine, sans qu'il
so fdt jamais plaint. AndrE Haguenin
at Breonus Duprd avaient 6t6 41ev6a
eaemble, et devenus iommes leaur
auaiti6 so ressorra encore,bion qu'ils so
asomnt jets chacan dans uoe branches
4fldrente : Andrd 6tait dans lo com-
Uwrce et Brennus dans la magistrature.
Srait quoe our bion s'entiadre, en
matid, rian de tel que d'avoir des
V4I4s diffdrents. Andr6 aimait se
amptes, la campagne, lea sh loS


-- T ac rai.oo, m.)n vi3ux, tu as rai-
son I hurlait-il de contentment hilare.
Et c'dtait journellement ainsi. Le
bonbear rend pu6ril. Les hommes le
savent et n'y peuvent rien.


Trots mois s'dtaient 6coules depois
les fianailles ; les commands do meu-
bias et do lingerie A l'6tranger 6taiont
chevaux ; Brennus d6testait les chif- lace6es, tout marchait A souhait, quand
free, exdcrait la champagne, avait hor- un matin, Breonnu4 DuprA vit entrer
reur des animaux, et n'6prouvait de dans sa chambre Andri Haguenin, la
passion que pour la lecture. II lisait face livide et lei yeux 6teints.
tout ce qui lui tombait sous la main Qa'ar-tu, mon vieux ?
et jamais il no rendit un livre qu'on Andrd Hugaeein so laissa choir sur
lui avait pr6t6.C'dtait sa soule faiblesse. un c6td du lit do son ami, et pour tou-
Un jour, Andre dit A Brennus : te rrponfe, s3 mit a pleurdr d6scspdrd-
--- Ami, je suis pris. M onrt.
-Tu as I paludisme ? Brennus qui, assis prbs d'une ft n-tre,
--Non, o suis amoureux. I;lectait une cigarette celle, divine,
--- Enfant qu'on fume au lever apr6s le caf6 -
t- E S me suis ddclard. C'est la P- Brennus, tres dmu, so leva, jeta sa ci-
ite Sorbier. garette et s'approcha d'Andr6 t qui il
Elise prodigua de ces paroles quo nous sa-
SOui. vons trouver an fond de notre cceur
--- Trb gentille...je la connais. Jolie, pour remonter coux quo nous aimons
affable, laborieuse et ddliciousement quand il, souflrent.
mlancolique. Ms compliments. choi. Au boat d'un instant, Andrd se cal-
T approves done mon choix.in ma n pea et put parler :
-- Sans res fiction. S.ulement, il ne C'est fini, dit-il, c'est fini, mon
faut pas quo l'amour vienne entraver plauvre Brennus.... ma vie ast brisde...
notre vieille amitid. Elise m'a trompd
-- Au contraire, il va la solidifier -"E ise t'a tromp6"? T est malade I
bien davantage. Pour tre heureux, un rut-il qe ja t'appreane ce qu'est ta
honn6te home doit avoir une bonne ti ince ? E bien.
femme, un ban ami, un bon cheval, tine ? Eh bln .
un bon chin et de bns igares. c .-- Ecoute, reprit Andrb, Elise a eu
T es chirmant...et pourquoi as- ier soir une convwrsatioi avac min...
tu dtd aussi cachottier avec moi ? est d'ee qu je tens ce que je vut te.
Comm nt I ce n'est qu'ajourd'hui... le... Ellse eet pas une jrunes flle.
-.- Mais jo ne savais pas sa pense ... -
Elle doutait de ma sincerity, je ne sais Elise. Ah ce que j'ai soutler. .
pas pourquoi... Ce nest quo quand j'ai je no me suis pas couch cette nuit...
parl A sa mbre... Et cepsnndant Dieu s it si je voudrais
--- Et A quand les fiangailles offi- dormir dormir longtemps, toujours,
cielles ? ne plau jamais me r6veiller.
Dimanche. Mcn pauvre vieux I... Mais com-
Apr6s-demain I Mais je n'ai que mont cela eit-il arrive ?
just le temps de commander un bou- Tu connais les Geis ?
quet. Sortons. Oji Des gens durs come le sont
gdn6ralemWnt les p-rvenus.
Eh bien, E'ise 6tait all.e oDanewr
Les fiangailles eurent lieu, ce fut tres une temaine ave.: calt famille A PA-
ai et Andr6 Hugueoin d6bordait de tion-V lle, it y a deux ai, et le fils
folicitd. D6sormais cheque fois qu'il Gess6, Oscar, qu loti faisait la court et
ouvrait la bouche, c'6tait pour parlor et parl ma nage, nult a abus6
d'EIlse. 11 no so passait pas de jour Brdnels e t n geste de co!Ar t son
quil no lui dbcouvrit do nouvelles qua- i igdnrenae uat come coe slambet son
itdse. Et c'6tait Brennus Dupr6 le dd- Ae gMn6reaseut comma ne llambie.
positairs des enthousiasmos qcotidieas Mas macr6 nom do noe, q elle
de l'amouroux. Comma tout ici-bas, est cette ma-ie des mbreq d'envoyer
l'amiti6 a see corves. leuri filles chez la autres !
Da fait, Mile Elise S:rbier avait tout duEt commvoi torde, i ajoa -mm
ce qu'il fallait pour ravir t'&me d'un d-C'est si fragile, one j-une filli...
ho genre don pau dlicat. Ens le ss6dait se trouble si facilement am premier
ce genre d baaatd sans 6clat qua salscontact co n'est pua come une
lea connaisseurs savant appr6cier. fenma. o
Avec cela, dldgante, simple,pas embal- Andrd s'talt lev :
Ide, adriouse, sons6e, Andrd Huguenin Ao s aiiti
qui avait toujours rav6 d'une femme Ta as air dexcuser Elia, di'-il.
pour lui-mome et non pour les autres, Mais certainament, rdpliqua Bran-
no revenait pas de sa chance. nue avet ane simplicity antique.
Qa'en di -tu, Breanus "; n'est-ce Co'st toi qui es milade. mon
pas que j'ai eu la main hearease ? cher... Ei ce qii me co-verne, j'ai fini
Et Brennus de rdpliquer flegaatique- avec ellt je romps.. e 'l m'a trompd.
moat. Maio c'6tait as tour do Brennus do se
Il y a une chose quo ta ne semb!et redresser :
pas avoir remarqi6 : co'et qae ta fi *n- Elie t'a trom)6!... C'est ainsi quo
cd6 a des cheveax on abn danc -- ap-, tuqualifle sa loyautd...sa graide'Am ...
pen lice qoi derieat do plus en plus Eit-ce quo, par kauard, ta n'aurais plus
rare sar s crAne do no) contomporai- le ma o do just ... Alar to abindon-
nos. nerals comma ane loque, cette eafant
Alors Audr6 do flaaqior des tapes qul ti'sl, sar Finiqau ehomia do la
formidable aur 1'dpalo do son ami : vi, psare qe'eflo aura o faot on tol...


CONTEST DU JEUDI


LA LUEUR


Vaiocu, Andre llog-enin,
idgeremeat pench6e sur son
droite, mdditait, puis il dit :


Ii t1te
dra Ik


Je croii que tu as raison, Brenno',
tout lo crAve-cei r que j'dprouvais, v4-
nait de I'amour-propre et d'un prAjutA
stupid, come tons les prAjugbs, J.o
no ferai pas mon malheur ni ce'ui
d'Elise pour obdir i une entitd.
-Et to sais, dit Birennis on <,ourisat,
qu'one entity, ce nest rien. Crois
on philosophy.
Ah tu me soulages. A,' revoir.
Quaa vas-tu fair ?
Dormir.
Excellente idWe. Siulsmeat, aven*,
6cris un petit mot afftctueux A E ie,
car elIe doilt bien souffrir do son co6'
Tufas raison. ,Ah I Brenous to
ma6iterais d'etre con ,u do Platarque.
-. Oh I fit Brennus 'mlancoliqoe-
moot, je n'ai rian d'nn h ros. Js no sul,
qea'n home menmd e'et plus rare.
FIRNAND HIBBERT.


parcel qu't1la so sora imagiaua que tu
es un home de camr. Et parce
qu'elle aura 6td victim d'un mis6ra-
rable, (u feras son malhour et le tion ?
To no comprends done pas qua si ella
ast ce qu'elle est, c'est-A-dire un chef-
d'oeuvre de bontd, de charm et d'ab-
ndgation, c'est quoe 'acte qui aurait d6.
grad6 une ;Ame moins forte que la sien-
ne, a r6veill4 la concieaco chez elle.
Et tu no t'incliones pai devant une tell
dou'eour et tu ne songes A pas elTicer par
la plus infioie des tendresses tout ce
quo ce piuvre coeur qui t'adore A& sof-
fert ? Tu no vois done pas combien tu
serais grand A ses yeux rnerveill6s ?
--- Tais-toi, Irennus, balbutia Andr6
dbranl6, tais-toi... tu ne sais pas ce
qa'est un amour profane.
-- Je no suis pas... C'est parce que
je connais la vie, c'est parce que la don-
leur et les ddception,4 ont broy6 mon
coeur que je me suis fait philosophy. II
est vrai que j'aurais pu devenir an
mdcliant et un envieux come tant
d'autres. Mais I'honndtotd, voik-tu...
--- Tu no m'as jamais paild de ,es
choses, dit Aadr6 sombrement, pour-
quoi ?
-- A quoi bon ? On ne doit pas dire
de choses fristes A sea amii pirce qu'il
nest pas en leur pouvoir de r4pa.er
nOS maux.
-(:pendant,moi je t'ai toujours tout
dit,fit Andr6 avec 6mtrion.
Oh toi, tu ei m3n petit f'ree. .
E oute, Aoi)rd, r6ponds A li question
que je vais te poser, maii la franche-
ment. Sens-tu que tu aimes toujours
Elise? Sens-tu que ta vie serait bi ise
si elie ne devient ta femme ?
Andrd baissi la t.-te et r4pondit :
Oui, je le sons.
El bien, oubliece qu'elle t'a ra-
cont6 et 6pouse-'A. Elle est digne de
ton cceur.
Et I'honneur, balbu'ia Aadr6 !
-Jo tedirai, avet un li-nndte ecri-
vain, que tu places I'honnur dans un
endroit ou il n'a qse fair.
--Et ce garcon que ji rencontre-
rai....
Quand futo le recoitreras, Uti no le
verras pas. EFt-ce qu'on voit un. Oscar
Gessd ?


I I


11


i m










Tourne cPresidluiellce
Dansle Nord
-
17 -NU\EMBRE 1909.
II
Sous le Picolet nous ne passous qu'A
une centaine de me res.
II est ddecrt, ce Pco!et tant vante. Les
canons en sont muets et les meartieires
abandonndes. Yo:ci maintenant le Car6na-
ge avcc se, fr.ikhes villas et tout au bout,
au Nord Ouc;t de It xi le, la mtison de
T. L. qui res-emb'e A use ccq 'ette petite
fortification.
Le Ddl6gud Jean-Gi les monte de suite A
bold. I1 est tries correct .D,: sute aprei son
arrive, le Prdsident donne I'ordre du de-
barquement. Moi, je descends au moins
deux heures avant Son Excellence, Mile
Cdlestina au si : De cette faqon, je peux
me promentr A I'aise. Mai<, je vous l'a-
voue, j- prends mon courage pour le fire.
Car la vi le resc.nb'c A un tombe u ..Tou-
tes les For c, sont c uoes. Ptisoanre dans
les tru,. i- moi rre re ;e me dis : Voill
jn altitc tou' ce qu'on o:.is chinai A P'ort-
au-l',nce Co nmen', persoaine d?ns hs
rue', le jou de lI'rtive d u 1 ihsident de
la kRpibque C,. c'es! inqu. lifi b'e Et
IA-d. sus, voyant ics 4 arci de triomphe
d; B.Ird-dJ-Mtr et les otill.mirc; des mai-
sons, )j me mtis \ r t66ter rrcita'einmnt le
vers rant cite de 'irgile :
Quidq id id ies: Timec DAnaos...
Puts bravcircrit, j_ m'cngige dans une
rue, pensmt trou'.er quand mnmc la Ca-
thddrale. Je finis par I.a tr( uvr en effect.
M 'e Cd'cstina y est d& A. J'y jrtte un ri-
pile coup d'cil et je sors sur le parvis...
En vdrit6 qu'el'e est original cette vil'e
du Cap avec e.c; masons A l'Europdenne,
s-ans gilerie ; ses pore; closes ; ses rues
dsecrtcs. C'est une ville colonial. Tout
y rappelle la Colonie. La Cathddra'e est
une ma.sc de pierre; et de ciment,sans 1id-
garce sans bcauth En fce, sur la place,
se dresec tine pacifiqLc statue de Dessalines
qui ne rapid cl'e 1 Emnpe emr que par le vi-
sage.,.
...Mais. nc n rompais !... Un coup de
canon. I deux, puis trois... C'est le
Pl'sidt.nt qui dcscerd A terre. Je course sur
le quni.
Durant ma course, et sur Ie; teriparts
de la vil'e, tt sur le riv.ge, au seLil des
portes, ;c vois toule la population capoise
debcut, subitement dehors, comme des
souris qui so tent de desscus terre. Ah !
ce que cela rm'amuse de contempler tous
ces vis~: s curicuL et qce je suis content
d'avo~r u le autre impression du Cap et de
ses hi bitants !
C'crt maintenant ane ville amie. On y
c-t en joi.[.es vivats succJent aux vivats,
les cris d enthousiasmye 1ux cis d'c-ihou-
siasme. Tou'es les maisons sont pavcisdes
de :olis mirnois, les jolis minoii du Cap qui
ne se montr;nt qu'en de telles circons-
tances.
L0 PisiJent fai: tout le trajet A pied, du
Bord-de-MIer A la Ca'hddrale et de la Ca-
thedrale au Palais National situe dans la
sue Espagno'e. Son cortege est nombreux.
Les aides-de -camp sont obligds de lui fire
deux hbies, tfin qu'il re soit pas pressE.
De toutes les ferCtres les mouchoirs s'agi-
tent, les mains baten'n. C'est un jour de
gloire... Dieu Est-ce possible ?... Je suis
en pleire illusion ; je r&ve,.. A la Cathe-
drale, les nefs soont pleines ; les chaises
croulent sous le poids des manifestants.La
press est excessive. La vague humaine se
remue, se repousse rt laisse percevoir un
bourdonnement,tel un c.saim d'abeilles.
Aprcs la cdrdmonie re'i'euse, le cot-
tege se reform, s'eng3ge dans la rue X..
ddbouchc sur la place Mont Archer, pass:
sous l'arc-de-triomphe clevE par le Dele-
gud Jean-Gilles, s'engouffre dans la large
rue Epagnole et depose enfin son chef
bien-aim.1 A I'ancienre maison Seide TeI1-
maque. Braves capois !


Ton le Cap official, tou: le Cap politi-
que, tout le Cap high-life est venu oensnte
saluer le Pr6sident de It Rdpublique. Celui
ci recoit tout le monde avec courtoisie, af-
fabilitd et joie.


Le soir, il y a illuminations daas tous
la ville et musique dana diverse masons.
Vraiment on n'a plis le droit de douter de
teles ens. Car, c'eit sur les femmes et
les entants surtout qu'on reconnatt qu'une
vil'e est hostile. Or, an Cap. les femmel
et les enfants chantent Son Excellcoce le
Gdnaral Antoine Simon, President de la
Ripublique.





1 WNSNIGNUMU3ITS
MRT3OROLOGIQU39
Obeuovatoiwe
DU
SKMINAIRE COLLGEl St-mARTIAL


MERCREDI 1 DiCEMBRB 1909
Barometre a midi 74
/


62 /*0I


Temperature minimum 17,7
tMaximum 28,8
Moyenne diurne de la temperature 22,4
Ciel un peu nuigeut toate la journie,
'ri' cliir pmnduit la nu't.
Birc ni :re s atioanaire.
J. SCHIRER
CEuvre d A.md6ee Bran
MI M rii re B.uin announce alux sons
'*iter r; ; I l','iivr-t toithume d'Arn6de
I' un piu'el'e est achevee et q'i'elle lenr
sera adrisj e la .emaine prochaice. I
r4npelle A celx d'eutre eux qui n6gli-
P'*rent d<, couv itr lur souscriptWoa d'a-
voir l'( 'igeance de le fire A la r6cep-
tion ohl I'ouvrage. Celui-ci se readra
au trix de TuOIs t(j'RDES ET DEMIE A
la I ibliothbl.iA II3relle, A i'Iprimerie
(:<, in, chhez MNln S'rre et A l'Impri-
iner;e du MATIN.
Indust-ie Nationale
('e-t vriment a.lmirab!e cJ que le
(i tillateur lB ;s Vieraa a pu rdaliser,
apr&s dix ;tnueas le atientes analyses
et de c'-lc'as pratiques. Lei produits
que lIr'1 i',xcel!ent homme foot d'une
pure!6 inr6prochable, fabriqubs d'dpp6-
toutes leas igles d'un art subtil qui est
presque celui d'un alchimiste aJx se-
cre. ts et aux formules pricieux.
I.' o)blic intelligent et qui est A md-
me d'appr4cier sait qu'il n'est pis po0-
9ible, a l'aide seulement de recetteh in-
d(ii6e. [atr c-rtvins profassionnels,
,''obternir la liqueur d1licieusement
tro ilant3 ot I 'alco! discret qui verse
Iltilt nant I'oubli, d'une fagon insoup-
*;ennAe et pleine 2' d6licatease. C'eost
A I'exo hience acquise dAvant les four-
nes- x ct leq a'ambics, A la connaissan-
ce dles c,)prices et des prdf6rences d'un
public vari6 qu'l faut demander les
moyens delivrerd s products renomm6s
,quti font la joie des connaisseurs et aus-
si I1 s \Veras est un mitre dans l'ait
d, 11l itter l A sens ; il done des sou-
rires aux 'vis!ges les plus moroces qu'-
illumine le so!eil en liqueur circulant
dans l'organinme surprise et charm#;--
ses prod aits donnent la joie de vivre,
l, desir d'aimwr et d'etre meilleur.
Si vos "w-up:ations ne vous permet-
tent p'<, d1 vous re idra A son 6tablis-
s' nent de la rue da la R4volotion,
vous pouvez vois adrAsser A la Phar-
macia Vital, Grand'Rue of vous trou-
ver,'z vos liqueurs prdf6r6es.Ce sont les
mrilleares 4trennes par ces jours de
fete.
Rectification
Dansle X(atin du lundi 13 D6cembre cou-
rant, figure le nom de Marchand parmi les
dame; patronnesses charges de vendre lea
cartes pour le grand Bal de l'alliance fran-
eise.
Le Tribunal civil de Port-au-Prince ayant
depuis 4 mois dissous le marriage des epoux
Marchand. Mme ,AliceR TjgU doit 6tre
Sdsignde dorenavant par son noa de famille.
GEORGES MARCHAND.
Tribunaux de Paix
SECTION NORD
Audience du 14 Dkcembre 909
On accuse le commissnire Saint-Giraux
I d'avoir illdgalement et ess motif sfalt arr


ter Joeph Dorvil qui est rest longtemps
wns isa coasigne aa Bureau Central.
Me Mathieu qui defendait Saint-Gdrauz
a en gain de cause.
Le commissaire est bon enfant, incapable
de seal fai:e.

Contre le joge de paix de la Section Sud.
Joseph Pierre declare que ce migistrat
l'avait fait arreter sons l'accusation de
vol a son prejudice. It r6clame des dom-
mages-int6rets, attend qu'il a Et6 victim
d'uoe grave injustice.
Mathien affirme que Pierre avait t4 vu
r6dant d'uue faqcn louche au:our de la
mason du juge.
Le tribunal re se decide pas A liquider
l'affaire qui e't renvov6e.

Rendez l'Ane.
C'est ce que dit le tribunal A Boine Ja-
Louis qci avait stisi la bourrique d'uIe Ia-
vandiere : nul ne doic se rend'e justice
I lui-meme.
Courses au Champ de Mars
Me's'eors les Propri6taires de chev. ux
sont avisit qu- d'ap-.: une d6pkche de
Monsieur le Secrdtaire d E!at de l'Intdrieur
en date da 13 courant, it y aura courses
de chev.uc au Chimp dt Mars les 17, 25
d6cembre 1909 et ie- janvitr 1910.
Le Concessionaire lde I'Ent ep rise du Chnamp
de Courses.
V. GENTIL.
Hommage fun6b e
.tous recevons la note suivante :
Hier, une assistance no-nbreuse accom-
pagnait i sa derr iere demeure un des fils
les pla' cinsiddres et les plus sympathi-
ques d'Haiti : F6dix St Victor.
C'est avec un picux recueillement que
ses nombreux amis, accouus de routes
parts pour tnmoigner de le"r chagrin, sui-
vaient les depouilles du d6funt.
Quelle perte ciielle pour tous ccux qui
l'ont connu, qui l'ont aimed !
C'est toujours avec une doul:ur profon-
de, le ceour navrd que le monde. le; in-
diffdrents m6me, assist-nt A la fin d'un
hcmme si jeune, s* p'-6ieux a ses intimes
et aux sens et don't l'ex;s'ence se brise
dans sa 346me annde !
La foule recueillie a marque ses regrets
amers an disparu.
An nom de sa veuve dplorde qui rest
seule avec son 6ternel chagrin, au nom
de son fits, le petit Yvon, st tendrement
aimed par lIi ;u nom de sa fimille entib-
re, l'ami, qui lui d6die ces lignes, expri-
me ses sinceres remerciemen s tous ceut
qai ont tdmo'gad au dWfunt leur dernier
souvenir.
S. C.
15 Dec:mbre 1909
D6c6s
NoLs apprenons la mort de Joseph An-
toine Dhmateau Jn-Baptiste, dicddd hier
soir A 1o heures,-g6 de 17 ans.
L'enterrement aure lieu cet apies-midi
J 3 heures.
Le convoi partira de la maison mottu-
aire, sise avenue John Brcwn ( Lalue )
No 71 pour se reade a la Cith drale.
Triomphe
Aujourd'hui paraltra un po6me,
Triomphe, sur les dvbnaments do 1908,
d.A la plume de notre concitoyen Ju'es
Rosemond. CGet opuscule e't dtdi6 &
Son Excellence le Pr4sident Antoine
Simon, a I'ojcasion du premier anni-
versaire de son septennat.
Nouveau oindmatographs
parlant
On nous annore- la prochaine arrive
de Monsieur Gonez avec un cinudmato-
graphe parlant. L'appareil de phonograph
est d'une puissance 16 fois plus forte que
cell des instruments co Arrive
Le Lamleurg est entrd ce matin avec les
passages saivants venant de :
Cap-Haities : E. Baron, P. E. Journel.

Avis important


MIme Vre L. Lagojannis announce an
public et 1 ses clients en particulier
que le nomm6 Julien Csasse6s, sur-
nomm6 Cayllard no fait plus parties do
son 6tablisiement.
Port-*aPrince, 16 D6cembre t190.


VE3T|
PAR AUTORITI DE JUSTICE

On fait savoir a tous ceux qu'il ap
tiendraqu'en veru tI c) d'u, iugeent
Tribunal civil de Portn-a- nPce enen
du neuf Septembre 1909. ordonnau I
partarge des biens des succession et Gc
mnnaute de feu Renaud Hyppolite iw
vises entire le sicur Francois Hyppolite. l
mineures Jeanne et Anna Hyppolite e h
Veuve Renaud Hyppolite et 2 -d 'un I.s
gement du mAme tribunal, entErinam
rapport des experts; il sera procdde le me-w
credit que l'on comptera vingt-deux D6.
cembre courant, i dix heures du manim
en I'dtude et par le minister de Me As
trel Laforest, notaire A la residence de Port
au-Prince, A la vente au plus offrant et der-
nier encherissear des immeubles suivants.
i 0 Un terrain situe en cette ville, i
i'angle des rues Montalais et Charbonaire,
de la contenance de trente trois pieds et de-
mi dans chacun de ses longs c6tds Est et
Ouest, de vingt sept pieds, au c6ti nord,
de vingt six pieds au c6ti sud, borneta
voir : au nord par un passage common
de trois pieds, au sud par la rue Charboe-
ni&re, A I'Est par le rete de Ia propritiest
a I'Ouest par la rue Montalais, estimu i
ooze cent gourdes. . P. zoo
2 0 Ua te rain- sis en cette ville, rue
Montalai,, de la countenance de dix hoit
pi-ds de facade sur la dite rue et dix neui
pitds et dix pouces sur la 1qaide oppose,
sur one profondeur de soixante et un pieds
boin6 an nord par la dame Vve Bouillon,
au svd par les hdriii:rs R'cilia Alcindor,
A 1'est par The gene Armand et i l'ouut
par la di e iue.
Sur lh m'se A p.ix de cent gourdes P too
3 o Un carmeau de terre dependant de
I'habitation Ch-ncerelles situd en la there
sec ion des Varreux ( Plaine do Cul-de-
Sac ) borne au nord est par la citoyenoe
Castinette Constant, au sud oues* par led-
toy n Paul D.rival, an nord onest par D&e
rival Jacques et au sad est par le chemin de
I'habitaiion Chancerelle.
Estim Ai cent soizante gourde;. P. i6o
4 Un carreau de terre dependant de
l'habitation Chancerelle, site en la lere
section des Varreux ( Plaine du Cal de-
Sac ), bornE au nord est par Midame Char-
les, nie Luc Derival, au sud ouest par le
chemin de Chancerelle, au sul-est pit Au-
guste Cony Nicolas et au Nord ouest par
Petit-Jean Louis Charles estimd A cent soi-
ian-e gourdes. . P. 160
5 0 Un demi cirreau de terre d4pendant
de I'hab trtion Chancerelle situde en la pre-
mi&re section des- Varreu plane du Cul-
de-Sac, borne an sud par Renaud Hyppo-
lite, an Sud oust par Drival Jacqu:s et i
I'Est par qui de dioit. Sur la mise A prix de
quatrt-vingts gourdes. . P. 8o.
6 0 Une portion d'emplacement situde
de l'autre c6 6 du Portail St Joseph. non
loin du Pont Rouge,de lacontenancedecent
viogt pieds de facide que'qu'en soient la
piofondear et les abornements.
Sur la mise a prix de tro:s cent cinquante
gourdes. . P" 350.
7 o Deux autres portions de terrain coon
noes sous la denomination d'Hogh et Vve
Malary, lesquelles deas portions de terrain
se trouvent dans le fond de la propridE
ci-Jessus dicrite et continues aux hdritiers
Amboi Azor, Victor Poil et Vve Malary et
o.t .n passage sur le c6t& do terrain Do-
logres.
Sur la rise A1 prix de dtux cent Ci-
quante gcurdes .....- P. 3 50o
8 o Les droits et prEtentions de fen Re-
naud Hyppoli econsistantea la moitin d'un
terrain sis i la Croix-des Missions borne A
l'Est par le chemin qui conduit on pono de
la Croix-des-Missions, au sad par le caoe-
tiere et au nord par la Riviere.
Sur la mise A prix de soixante quoioze
gourdes,......... ..-..--....... P- .75
9 o Les droits et prEtentions de feu c
nau! Hyppolite.
Sunr un autre terrain sitot, toujoats a
la Croix-des-Missions, barnd an nord paot
la Riviire,a l'onest par le chemin qui con.
dait au pont et au sud par qul de dro5
sur la mise A prix de .P.75


to Les dros ets et prentions de te u i
naud Hyppolite constant en Ia .W01A,
d'un trois:6m e sis A la Croix-des-Moissi
borne an sud par hI rivie-, an nord 9e A
I'es par qui de droit, i 'uest par le che-
[ in I conduit au point snr lai ms A
prds ~~oiquate gourdes i






I o Une malsoonette appurtenant A feu 'trois pouces : borne an Nord par un pas- 8 ANS DE Succks
1cnaud Hyppolits en mauvass dat cons- ae common; au Sud par les ayants roit
-itie sur Ie terrain de I Etat continue uan L estrie. aux droits de Ernest Malvs I
,,oisic meterrain cstim6 A cinquante gour- fis, ancienne propriit6 S.hu'tz et par lest
i. .* P.50 hritiers de Jean A'erce : a l'Eit par Ma-
0 6 Un empliscmtin defendant de I'ha- dame Veove Lizaire et par on rac o d de
station Want, en ce-te commune coustis- trois pieds de large un passage common
gat en to too d ua cartein de terre, bor- de cinq pieds de large A I Estt u passage
eic an nord par le chemin de Bussy, an de dix pieds de la.ge vers I'Ouest et en- r i uD.,, ,T' -O
,ad par la propriktt occupie par Mr G. fin A l'Ours par le. hb:itiers de Jem A er TOpique D. SERRES
itel. te et par &a tue Capoix. La portion deta- Po, les Chevaux
Sur la mise A prix d. deax cent our che qui est situie A I'Est de la bifu ca-' Gurion ripide do Boiteries, des
.. 200 ten do accord do passage commui esi p i.so. an piniids .-ait I ioulures,
o Les d o'ts e prj6entions de feu Re- renferme entire les lettres A. B C D Plans ancenss t oulures
ud Hyppolite sur la quantity dun demi content dix pieds de 1 Ouest A l'Es. sur ntoses, Fluions dpojite, ctcetc.
..u........d. Pansement facile, rapide et d'un effect
orcan de terre d6pendant de I'habi,.aton vin t et on pieds hait routes do Nord certain Re, ,,s-e du poil a.surde.
(Corvoisier Benoit, situhe dans les envi- an a ; borcde au Nord eti A Et par le DEPOT : PharTmacie Moderne
os d- Ption-Ville, -ec:ion de 1'E atry Dr LEonAulain. au Sad et A l'Oaet parRe Roux, No 108 et Rue du Peuple,
de-Jonc Tl e de Ie.u, ) bornee au sad pr e passage co-nmun. M se A ir:x do ser- N 124 N
-seph (;,moth et des autres par Ie ,e te de ti ue : cent d I. r or amr!cain or P. PORT AU-PRINCE ( IIA.TI
l dite habila ion. 100. Ce septizne reprsrnte Its drois "et___________ '
Sar la mise a prix de deux cent do'- pr6-ent ons de la mineu-e Luc'e St-Vic or, --.-....
P or 20o dans chacun des sus-dits immeubles, he- MAISON DE CONFIAHCE
Telles d'ailleur que les sus-dites propri- Iritiare de tea B u'*s St Victor, son pare, A i 'o3 GI11AND'IUE
*s se poursuivent. comportant et s'6ten- la reqrete de Madame Veuve Brutus St
jent et sur les diff6rentes mises A prix ci- Victor, n IVizi'e Lefcavre, 'utrice e1gale
dssus fixes par les experts outre le; char- de la sus dits ninerwe, propri6taire; do- Mi JOJ | eph St.-IlollU
as de I'ench'*e. miciliAes i Port-au-Prince, ayant poor avo- I. TAILLEUr si bion connu ie la
A la reqnuee do sieur Fran )is ilyppolite, cat Me Miche' ese, sossgneten pr- AI s in onnu
ri6airede rant et dcm-ciIi Port-sence de Moni r Thomas Paret, propri6- ...qu'viede or
M eENTSqu'il vient do recevoir par les
so-Prince, syant poor avrcct, MA S len taite, domicilii I Port-ar-Prince. subrog6 derniers Stea eiv s une Var.rt od'Mof-
Louis centre les sireursJ ne et Ana Hyp- toteur de la minenre Lu:ie St Vie or. f, den:r taneCs i AIt o
olte er la dame Vve Renaul Hyppolit-, Fait et pasi. A Port-:u-Pcince le 12 D- fes de I)iagonale, Casinir, Alpag,
ropritaire dewreorant et domicili4e eg Ie- cemb e 1909. Voir pour p'us ample; ren- relle supriorip t et e d
meant i Port-an-P.ince -ayant pour avccat seignements, le cahier des chaTges, les Oelle s poit6.
Mes A. Bonamy et LEo Alexis. pr:es et les pblns dpos6s en l'itude de O()UPE M.ODiIIN. I
Pour plus amples renseignements s dre- Me Christian Fournier. PIO()II'T'UI) SOL)IITE !
er i 1'avocat sonssigne ou au notaire : MICHEL OREtTE avocat L'6tablissIont e recTimalde alix
Astrel Laforest, dtpos't ire do cashier desTE avo clients les iab cnent cats nmi, ar ix
~clients les DltlH d~dicat. '- ]i ait atlel1


charges.
Port-an-Prince, le 16 Dicemb e
S. JN-LOUIS


1909.


D. Romulus
38, Grand'ru', 38


Sirops supdrieurs, et do tres bon-
VENTI DE BIElS DE MINEURE nes l queurs,qui ne le cfdent en rien
--- aux produiti exotiquec Remontons-
11 sera procde Ile vendredi vingt-quat e, nous par dubon rhum lAccourons tous
DMctmbre mil neut cent neuf, A trois en foule chez I'honn6te et conscien-
heures prtcises de l'aprks-midi en I'e.ude cieux.
et par )e mini6t&te de Me Christian Four- D. Romulus. Grand'rue, hall N o
mier, no sire. de-acuract A Po-t au Prince, 38, non loin de la gare du Nord.
N . A la vente au p'ui offrant et Distillateur-liqioriste. Industriel, qui
dernier enche isseur du sep-i6me de cha- a obtenu une M6daille d'argent A i'Ex-
cu-i des immeoblts suivanti et sur 'es mi- position universelle de S-int Louis
tes A prix ci- desscus rfixes par les experts: (Etats-Unis d'Am6rique) en 1904, et
1 0 Une prcpri 6. foods et batisses, por- ane autre A l'exposition de Jameston,
ttnt le N i t18 de la Rne Ftrou, ci-Je- on 1997,
rant Rue des Miracles, A Port au-P.ince,
ae urant vingt six pieds de facade sur
wixante denx pieds de profondeur, bo:- ( 1 0Wp Cafe, cire
ste an Nord par la diue Rue, an Sud Ui A 1 1 1 et miel, a
per Madame Charles Mior, A l'est par P tion-Ville, usine cafehire.
Sa url Millet, et A I'Ouest par M.dame
Aubty. La mason 6difi6e dssus a troisl CIRE & MIEL
pices i Il'tage et deux au ez d.-chaussee A Port-au-Prince, 40, rue Fdrou.
elle est en bon itat ainsi que les d6pen-_
dances.- Mise A piz du sep:time :deux
cent quarante dollars or 240; 2 0 Ua A lo er
immeublesis i Port-an-Ptince, lI'arg'e Une maison de 8 pieces & proximity
do rues Geffrard et Firou, 'ci-de ant Rue du Champ de Mars, ayant eau, bassin,
&s Miracles, de quarante pitds six pouves
arlaRueGeffrard;de cinquin.e nuf pieds tuioes, remise, etc.
si pouces sur la Rue F6rou, born& u S'adresser aux bureau du aMation.
Nord par la Roe Firou, au Sun par ui A
emplacement portant le NO 27, a l Est
pr la Rue Geffraid ; et a 1 Ouest par Vie-
toda St-Victor.- Mise A prix do sepu tue
am dix dollars or P. It ; 3 U 1 im-
meublelfonds.et bitisses, :les batises con-
Utamt en une mason basse de trois p6 cts Par suite d'avaries survenues au
i des dipendances, sis A Port-au-Prince,. Steamer Sibiria il n'y aura pas de
Avenue John Brown, de ving cinq p'els vapor de New-York cattle seainame.
k fade sur cent deoz pieds de 1 rofor- Le Steamer a Grib a quittera New-
dur, bornE au Nord par l'Avenue John York le i6 courant directement pour
Brown, A I'Est par veuve Aristide B-rcy. notre port.ou il eat attend mardi apre s
I l'Oest par Laroche fits ct A ex ndre L midi le 21 eouranL. Ls d6part et liti-
hvois, etanu Sud par A'exandre L lavois. n6raire seront fix6s ultdrnieurement.
Mise A prix do :,sePitee cent dix dollars Port-au-Prince. 15 D6cembre 1909.
a P. Ito;-- 4* U.j imtmeube nu sis I F. HERRMANN & C-
Pt-;u-Prince A Calln-Cenime, do quar- Agents
tier de i'Exposition, compose de sept por-
ins teunies, lei cl measure cent cinq
pieds de facade an c6t O.eit, dcux ce it
mpgt deux pieds hut poaces au c6 6 Est,
a one profodeur dot le 6 Nord Li Hll d
muore en limais bris6es de deux droites
derOuest i Bst, don't I'uae de cent tren- Le gis a Prins Maurits a venant des
pi.eds et I'autra de cnt cinquIn ceuf por's do Sad est attend Ic samedi
relies par une ligoe do Nord :u 8 courant dans la matin6e; il partiia
de dixsep tieds trois poaces et le probablement dimanche aprbf-midi
Suod, 3 me-t en Ugnes brisees. de pour St Marc et New-Yo k.
idronte de I'Oest iT Ei, don't I'une Port-a-Prioce, le 10 Ddcembre 1900
Wqu*araassede &et I'autnedecent Auco AHRENDTS
p sie t" pi-sk v do Nord au Sod AAgent a
sa"e as a d % ean ctmq paids Aga


cient chaque cjour avtiuage l10 FINI
dle son travaii.
Demandcz chicz Jo~cphiSaiiii-C oud It,
Restaurateur de IALamSinete des Cartes pos-
tales 11'ustr&s.

Mille Alphonse J'1-Joseph
Annorice A sa flomlreu~e client~ie
qu'eIIA a Iraiisterd son m ,, jsin Gwrand
Roe No, 112, A c~t dedol'ancien ni~t-
gpiia ua LAI IIRD O~ll ), ell fale
dle a lIiarmacic (Cntrale inaison Vve
Ernest Riv:i ec.


Ed.

Photographs


G1
*


Phtisique pendant plus d'un am


Cet home fut sauvi par

L'EMULSION SCOTT

II y avait plus d'un an que
j'avais perdu la sante; je ne pou-
vaiui plus (lilgrer les aliments, la
iourtiture me rcepugnait, je dor-
mais mal, lc moindre effort me
fatiguait., ,ion poids diminuait
dune iipon alarmante et 1'6tat de
ma ainte en general donnait lieu
nux .aprTLhensiuns les plus s -
rieu.cs.
Vous; juigcrc.-. quel fut mon dd'
sespoir qu.dnCl deu inedecins dis-
tinigu.s me d6.cl:iritent atteint de
P'htisie puin .;:aire.
"Ce fLit .Ji'.i que 1 docteur Carlos
Ft'ertei l'icalu., u ti des savants
qu11 a; Icluri av'-r profound font
ihonnicur -t la gloir- de ia Facultd
dL MLt(-lline d1e Colombia, apres
U1 e L.ciiCl :.iigntLed. Ime fit prendre
l'EMULSION SCOi'T, et six dou-
zainics de bouteillcs de ce remade
nmerveillcux cut suiti pour
me guerir compectement."
MAXIMO NUREZ
Plato, Colombia.

SCOIT & UUWNE. Croguiltes. New York
r, -' DmuJi to
____- ________________________ .tW aaJ .4


Me s & (


d'Halti


A L'ANG'I I)I"S RUiVS 1UL'X I1"' HI:-l I.m: \INII
Etablis depuis un quart de si6cle sur la place de Port-au-Pi in Offtent A leur nombreuse client&'P, comnme prime A I'o :'.s-on,) de la non
velle ann6e, toute personnel qii conmainidera uno ( uzai:mi do cato inm
pdriales. ( PRIX ItEDUIT': 25 00 GOUBIDES )

Un agrandissement de le r portrait
d'apris les meilleurs proz.dds d art dbja appr~iids par le Randd public et
qul ont assured la reputation de la maison.


E l U.


Rue


Ujh A BASE aWe CODtlNE, TOLU ct FUCACiYPFLO
GOUT A.OGR iAULl" Itf.."i VA -'It'. N t' .'7 I, _-- I '
TOUX RHUMES, BRONCHITES. LEN.OJDW1ENTS
INFLUENZA, AFFECTIONS D-S F-O')iUNS
RAoublicalne. n* 121. PORT-AU-PRIN(' '. 14 ;. a I I : I
--... v rsr~


Liquidation

Un grand stock de CHAUSSURns, pour hommes, dames et enfants.
Prolitez de l'occasion


Tannerie Continentale
RUE DU QUAI, No 83.
N. B Un moteur avec chaudiere do huit cheveaux, transmission corn-
plate de quarante pieds de longer. Une balance frnt;in se.


de S. E. le President


OPii PECTORAL,,I-.0-'njE


I


I I n -- ~FC- Ill-rll IIII-


v w


__


m







M C. zL. Verret
Taillour-Marohand
Donne avis A sa bienveillante clien-
tWle que sa mason No:7, Rue Traver-
slre esat toujours bien pourvae d'une
varidt6 d'6toffes de la haute sou-
veautd parisiense.
QuAUrra Surinivau. CouPs trLAamn
TRAVAIL 1SOIeN*. ]EXICUTriO OMPTIL.
Prix trs r4ddvsa !
LA


Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el-
le vient de recevoir. par dernier ba-
teau, une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures do toute fral-
cheur et do toute beauty, import6es
de France, d'Allemagne et des Etats.
Unis.
Le public 616gant, curieux de se
bien chausser, y trouvera les peaux
les plus solides et aux nuances les
plus varies les formes les plus belles
et les plus approprides.
On n'a qu'" venir chez G.B I .TOIA
pour Otre assure d'etre chaussd sui-
vant los meilleures lois du confort et
de la mode. Specialites pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fournitures
et rnat6riaux divers pour cordonne-
rio. On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix ls plus moddrds, A
LA CORDONNERIE NOUVELLE
143,GRAND'RUE 143,


A L'tLGANCE
QORDONNERIE.

42, Rue des Fronts-Forts.
CRAUSSURXES M DkPOT,POUR LA VENTS
Promptitude et soin aux commas-
des taut ici qu'en province.
Chaussures de Dame former et tra-
vail touiouri tout ce qu'il y a de plus
Rouveaux
Former amiricaine at francaise pour
Messieursa ; 16gantes at commodes.
Pour les enlants le plus l'aise.
Travail solid ex6cute avoo
des peaux do premitre;marque.
Assuranse de grand rabais.
PAtae, Cirages et Liqutdes


o manugezplus de pain!
S'il n'estfaitaveo ta "Pillabury's
Best."
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus l6ger.
Pour tous renseignements s'a-
drmer A
Ernest Castera
repr4sentant do la PiLu.suar'a WAS.
saRm FLouR Mans Co MnumuAoua

Franeisco DESUSE
Pabrioaut de ohaussures
La Manutacture a toujours ea dip 6
u grand stock, pour la wemte as
ros at on detail, do ehausures e
tous eares pour
orna, Fmnam, EKiuvAu
Lee command. des _ommeroamat
de latdrbelr pourroat Stre '* 4deoat
dams uose aeaae a pen praa.
X, IIRe de Frota-Forts, 38
9eia. -nmesi ( Am ) '


SChex App. Cipolin
155 te R p^e .m few & t
S. afaPA
Viennent d'arriver par dewmer va-
pear:
Pat6 de foMe gras. Seauim troad"
Pigeon sox pois. Tapioca. (ChMumaem
Aspergls ete. Fruits erSatu per t*
vre ot par Bacon. Prune d'tes. VaTs
rouge et blanc. Oporto. Mala. Ve
mouth. Cognac. paN.

Chapellerle
ACCOUREZ CHEZ
JAIME TESTAR
Le cbapelier remarquable, ava.-
tageusement conna,fait aavoir an pa.
bihc en g6n6ral et & sa nombreose
cJientble qu'il vient de tranaf4rer sa
FABRIQUK DE CHAPiAUX
(L'ANCIENN MAISON DU LOUVaR )
DR LA PL&c GzEnRA A LA
GRAND'RUE OU REPUBULICAINE
No I49. En face dI la Piost
Le nouvel 6tablissement eat on-
vert sous le nomi de la flour de
1'Amzerique
II promet soin et promptitude
come toujouis.
FOURNITURES POUR
CHAPEAUX :
Pailles, Fleurs ,
Rubans,
Plumes, etc. s


SEtoffes,
& Lingerie,
f^ V Parfamerie
Articles de
Paris, etc.

NESTOR FELIU
L excellent tailleur avantageosewmen
connu de toute la R4publique vient
de rouvrir son atelier Rue Fdrou,
( Rue des Miracles ) No 61,
Sa nombreuse clientele trouvers
comme toujours touted satisfaction
pour les travaux qui lui seront con-
26s.


Justin


Elie


Sacs vides!.. Sacs videsI!.

Entrep6t G6n6ral des Grandes fabriques
DE CALCUTTA INDEX ) DUNKERQUE FRANCN) rW DUNDEE (AXLg
SACS sp6oaux pour Caf6s tri6a
CafMs o
Cacaos
Les Types Courants constammet on Stock par balls do 400
Depuis 18 centimes or jusqu'A 28 centimtes o
Pour grandeur r6gulires 65x110 centim6tresa t 70x110 centimej
Poids de 1 314 livres jusqu'A 3 livres.
Sacs sur modules et sur types des acheteurs.
Prix A forfait pour livraisons meusuelles francs port de dba
et si on Ie desire, Droits pays.

50.000 Sacs de l'Inde
Viennent d'arriver par Balles de 300 Saes.
Prix exoeptionnellement avantageux
S'adresser A rules Laville
AGENT ET DIPOSITAIRE GINIRAL
W3, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT.

N'A CHE TEZ PA S


Sans


visiter


Les derniieres nouveautes reoues par la laisoi
A l'Ange Gardien
98, RUE DU RESERVOIR 98.


A



iA

N

G


M,


Mm4t


Du CONSERVATOIRE DR PARIS
Annonce aux families qu'il so tient
A la disposition des jeunes gene &
jeunes fill s qui d4sirent des lemons
de piano.
Corss suprieur
Lecons de ddchiffrement, de Solfgeo.
S'adresser chez lui, en face do E-
gliso Saint-Louis A Turgeau.


La Maison ne vend que des articles de premiere qua-
lite et & des prix moddrds.
On y trouvera: Chapeaux garnish pour dames et
fillettes ; Capotes ; Formes-Jean-Barts ; Gants ; Flours ;
Rubans; Amazone; Fianc dd Paradis ; Plumes de coq ;
Dentelles et Gaipures ; Broderie ; Bas et Chaussettes
Souliers d'enfints ; Tissus pour robss Armure; Sorge
couleur ; Taffetas ; TaffTtaline ; Satin Liberty; Grenadi-
ne de soie, el-.


Articles pour cadeaux : Bronze; Veil-
leuses ; Pendulettes ; Albums pour cartes postales, etc.
Bel assortment de Parfumerie
JOUETS
Rayon de Deuil : Crepe ; Chales de cispe ; Eta-
mine ; Cachemire ; Satin de Chine ; Courojanes mor-
tuaires.


A

A
R



E

R


Philippe Kieffer & Co
Maison fond6e depuis 1895
4, RUE DES CIkSARS.


Seuls reprdsentants de la marque HENRI BIJOU FILS ET
de Bordeaux.
Vins sup6rieurs garantis
EN GROS & DETAIL.


NOUVEAU


ARNAUD,


TRAITEMENT


M ~OW L
CONSTIPATION
ot do sea
duTube d39=U;
par 9emploi maladies du rpd
On(con gestie us. CS. IU
btfeciions bihsalW,
Palhaism'e, Fjib"WJews');
ConstipationI deo 13 O~e
le moillaurpr6ventlftdlAFIUW
t1JZI. -tyno nn rDaMgUpL@pm a"* 0I
gnazMmacZ.t du rep" du SO&
SLULA.- Do Ia& *vanIsreaS 104"W Mir,
P~m~in. WUW. NOW 33d 3MqM-gS~t


I


e