<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00801
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 15, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00801

Full Text



rIsoie~me Ann6el, Me 817


Port-au-Prince, Ilarii


Mercredi, 15 D6oembre 1909.


ANI SAINTS ___


U MoIs ... G. 2.00
pot-au-Prince
TnoIs Molis... 5 00
Dpar tements Us MOIS ., G. 2.20
Taois Mois 6.00
Etranger. .... noTs Mois 8.00


Ci6ment-Magloire
DIRECTEuR FONDATEUR


LENUM[iRO 15 CENTIMES


I


J


OUOTIDIEN


IA@ manuidritJ i s.lrs t o n n nne


*eruo


REDACTION-ADMINISTR ATION
45, NUt 'ROUX, 45.


Arthur IJidore


ADMINTSTRATrUR


istoire d'H a ti JoanLouis Francois. II portait un ha-
bit rouge bord4 d'or, dsA 6paulettes
A converte de sept 4toilej d dianmnt,
A LUSAGE DES ADULTES un chaiem boidI d'or surmontd d'ai-
LIV]RE IV grettes rouge et b'euei ; il avait A sea
c6tds un cimeterre, et a It main une
cane A pomme lor. Le gdiuiral Ila-
Le Pacte Fondamental ry Christophe so teait A sa droite,at
le I general Baze!ais A sa gauche. Ve-
XIII nait ensuite, a une lbg4era distance,
1 I'npiratiice, pleine de maj std, d'uane
Nous n'avons plus que deux citations" constructions. II y avail dans chaque taille ~1ev6e, dlont la physionomie ex-
de Mlaiou A fire sur le chapitre des rue de vastes tonnelles orn6es de lar- primait toute la bo itd .e son cuoir.
plisirs auxquels so livrait notre socid- ges feuilles, pr6par6es pour les .itnses El.e portait une robe di satin b'eu ole
16 du leademain de l'inddpendance, et les festins. clil, border d'or et d'argent, pariemde
pour montrer comment ils absorbaicnt D6s la pointe du jour du :;1 d,- ,l'abeilles; elle dtait accompagie dIe
totalement lea prdoccupaticns et corn- cenbre, on vit arriver A March.nol d- l..uze dames d boineur et de quatre
ment Dessalines y pr6sidait lui-mmne nombreux et beaux chevaux qui d(- aibles-de-camp doe I'Empereur.
comme A la seule chose a laquelle ii vaient, sous les yeux doe I'inm; creur. Quand )3assalines paivint pros de
part que 1'ind6pendance edt vis6. En t'.'urnir plusieurs courses. (1) I)s.i.- i'autel d la pario, la g4ndral Christo-
effet, dit cit auteur, ail voyageait sui- line aimait lavrc passion ces sortes (td plh se detachii do ses c6td's, et so tran-s-
vi d'histrions, do dantears, de musi- jeux. L.es courses commences t neuo, por a au centre de la p'ace pour l'ire
ciens et m6me do courtisanes. Danseur heuras du main, no cesserent qu'A reniJre le-s honneurs a S. M. 11 com-
infatigable, d6s qu'il arrivait on un en- deux heures de I'apres-midi. 1lles ilInIA : a PIdsentez les armes, genou
droit, il donnait un bal.s avaient eu lieu avec taut de confusion, terre et aussii t les troupes presan-
A 1A firi de janvier 1804, Dessalints, qu'd avait 6td presque impossible de Ihrent lea artnes, et s'agenouillt-ent ;
4tant A Pjrt au-Prince, des plisirs de constater quels avaient 6t6 les mail- la fou!e q ioique dtonn6e de ce dernier
toutes sortes furent organisms. ,Dans leura coursiers. Comme chacun .r&- nouvement, se prosterna aussi. (1)
la soir6e, toute la ville tut illumin6e ; tendait que c'6tait le sien, Dessaline, Alors les cinons, les tambours, le<.(i-
i! y eut bil au palais da gouvernement ; plein de gaiety, ne donna aucun prix. fresh, los trompette;, la mus qua de la
les dames et lea jeunes filles 6taient A quatre heures, 400 tambours et reten(irent de toas cdtds ; ec pendant
couvertes de soieries et de pierreries a1tant de fires firent entendre I'assem- une here, la nouvelle c.pitale fat
les sallee Ataieit splendidement ornaes. blde g3n-rale c'etait un bruit d'our- remplie du bruit de 200 pieces de ca-
ll y avait grinde confusion. La fou!e tisiaut. Li 43 demi-brigada, qui seule nons. La fumee 6tait si 6paisse ,la'on
entrait dans les appartements et en avait alors un corps de musique, ex. ne so distinguait plus.
portait librement. Dassalines ordonnait cutait, au palais imperial, des airs pE- Qaand le canon cssa de tonn( la
de laisser le people prendre part A ses triotiques. En meme temps, D ,siali- foule toijours ageonoelle er,tndlit ui
plaisirs. II anima la soiree par sa gaie- nes parcourait Ij ville, entrait damiu les lisc>U-s Prononc6 avec vdhdae.ne par -
16. Souvent it sortait de ces magaitiques ajoupas,plaisantait avec tout le mondi, Boisrond-Toinerre,mount sul sur I'Pdu-
salles, joyouses et p6tillantes, parcou- et incitait aux plaisirs de tous genres' tel de la patiii avec Dassalines. Pen-
rait Ie p6ristyle du palais, disait A un A cinq haures et demie, 200 pi(, de datt qes Franisrood r applehait ls cruau-
factionuaire a Lais.e i1 ton fusil, et gros calibre, dresses tant dans les forts ts ds Fra sis et leI haiti faiLs des
a danger. Le grenadier s1anait aus- ue dan la ville, commencren' en rm6es indsgrnes, I)Ds-alinei 6tait ani-
Mitot planss les appaltements, au milieu i~me temps, a tier, pour announcer rd d'ane ardeur difficile A p(i -dre ; i
de la fouls des officiers-g6n6raix, avec le ,. anniversaire ( lire le ler ) de a s yejx brillaient et ses gestes 6ti-ient
bes dpaulettes de lane, son briquet et I'l 6p~nmldance. Cette canonnade dura vifs. D6s 'Eue oisrond eut iai de par-
a giberne." une dem-heure. ler Empe-eur lui-mme pronor ,
une demie-heure.a d'unen voix farte, Ie serment do vivre b
La citation qui suit montre comment, Aussiiut qu'on out battu la retrai libre, indpoitdant ou moerir.t e vvre
amx grande f6tes, les plaisirs se m6- te, des d inses africaines de toutes es- Pdratrice i t see damer nI ho. t r s'i-
laient aux manifestations militaires, et [tL:es, co.nmenc6re-t A s'ex6cuter tant geaouill rnt au pranoacn da s3rment d
done au lecteur une idee de la fa.on oi ous les tentes qu'en plein champ ; la g Le gdn6ral Christophe, A clieval au
Sandiose et extravagant don't so cele- ,Ianse du vaudoux seul.s tait proscrite. entiree do la place, fi d6filer les trou- t
raient les grandes dates. 11 s'agit de foute la nuit se passa en ftetes et ban- pes ous les yeux de 1 Emperear.
Ia c1l6biation 1 Marchand du premier quets ; le bruit des tambours ne cas.a 11 tait midi quand DIssalines ran- r
anniversaire de l'indpendance. 'de se fire entendre quite vers le jour. tra dans son palais. o a ny avail prpaa- a
i A sept heures di matin du ler r uan somptueux ie.as auqael assis- t
Le 29 ddcembre 180'S, les autos i janvier 1803. 5000 hommes, cavalerie, thrent les officers de la garnison et i
Ms civiies et militaires de tous 1 infatiterie et artillerie, 6taient ranges tous les employs civils et militLires.
ints de l'empire 4taient r units k sur une vaste place prdparde pour la a A deux heures doe l'apie~-midi, le I
rchand. Cetto ville avait en ca mo- c6r6mo3ie. Les so'datsa et les oftiiers people, ainsi qie lei soldats, so divi- P
nent la physionomie d'un vaste camp. subAlterres 6taient diversement habil- sant en des m I iers do groups, so mit e
Wane 6tenlue de vingt carreaux le 16s. Les uns 6taient fort bien v, tus, A danser A traserI la villi au son do c
terre environ, elle 6tait parfaitement d'autres trees mal et presque nus ; les tambour ; dans chaque circle, o i rdp6- c
mabetenue. On y voyait, A de leg6res uns etaient chauss6s, bott6s, d'autres tait on clhantant !i sermeit de vivrc d
distances, de grands arbies sdculaires nu-pieds ; les uns coiffas, d'autres nu- libre, inddpondant on mourir. c
la revolution avait respects, une teWes Mais I'eclat des armes dtait ad- A six heures d1a soir I bil fat l
-1dtaine do belles maisons nouvel.e- mirable, et le plus profound silence oiivert au palais imperial, par an round f
l16t bAties, couvertes la plupart en r6gnait de tous cots. Au centre de la form6de 'Empr-ur, d Crstoph,
Rlls ; beaucoup d'autres s'61evaient police s'dlevait lautel de la patrie sur- de Vernot, de Bazeais st de iso c,
Ipidement. montd du t 6 io de S. M. IEmpereur. trice, d i la fille alie de DIsiltlnes,
On avait dress autour de la ville A huit heores, Dessalines sortit dle des dames Vernet et Daut.
I do trois mille ajoupas pour rece- son palais, entour6 des officers de son "* Li nuit s'6cou'a en danses & tra-
l tous coux qui 6taient veaus assis- dtat-:pajor, de tons les g6ndraux de verse les rdee...."
San deouibme anniversaire de I'ic- l'empire,parmi le3quels Y'on distinguait
a dance. Marchand, qui n'6tait plus Capoix, Toussaint Brave, Vernet, Cler- Dassalines, on peut le dir pour son 14
ane ville do 1200 Ames avait, r6u- vaux, Gaba-t, Pdtion, Geffrard, F6rou, excuse, en faisant te; premiers temps d
dans son sein, plus de 20,000 per- do notre ind6pendance one reo de plai- ,I
ma La garniono, compose de la 1. C'est done par erreur que, dans I'Ein
Qt do qullques autres troupes, OC- NOU'VELLE, nous avons prbsente come c ne J1. Bonnet pretend que cet usage de la g6-
Ulne de cs ajoup as, ainsi innovation la course de chevaux qui cut lieu nuflexion dans les lonneurs militaires est r
B A mBrm Ouerioru do tons leo 15 janvier 1862, 3c anniversaire de lav\c- plut6t dui A Cang6. Cang6 a pu l'avoir lalt I
BOB ohiers de lo les nement de Geffrard. Nous avons ete con- dans des occasions pilus obscures ; minis c'est 1
It^qi aepilqJ le COlOmme Icement1i duit A cette erreur par le journal LA Ri~vP- depuis le ler Janvier Ies, que cet usage
i h... UIm.a..m e.w gn rut*ll ur a nra ^ 0 ianvier 1482. devlat ia6aL A. M i


sirs sans bornes, avait la pensde d'in.-
pirer A un tel point aux indigaees I'a-
mour de la liberty et do Ii licence, qua
jamais plus ils no fussent disposes A
accepter la domination blanche.
Esclave,il pratiqua longtemps et sou-
vent le marronnage; la liberty du grand
air et dud6vergond ,ga ewit pour luitous
lesatiraits. On lui pre'e d'avoir dit'qu'il
nI cesserait de vouer aux blane la hai-
I la plus implacabl- qule quand les ci-
catrices di, founo' auraient completement
,disparu de tS i corps. Qt'on juve, rien
que par cetrait, du aractAre nativemeut
indomptale et inilisciplin6 de sa per-
sonne; cai on sait que les principals
rigueurs des mnatr'es blancs s'exer-
'tient conjtre les enclaves mnarrons.
C (. st dl'ailleurs; li la dilldreace essen-
tiille, et ldont ,dcouleat ttoutos les au-
tres,qui spare Des',aline,:de Toussaint-
Louverture et de (:hrislopho : il n'a p~a~
conno, cemme ses derniers, l. dis ,-
pline do I'atelier et Il vation I inte et
graduelle par Io travail r#guli,,r et ddu-
'Ateur. On n'a qn't so transporter au
temps du gouvernemient de 'Iuassaint-
Louverturi pour voir comment aut *es
furent ses proc6d6s au pouvoir; et
quand nous sermons a l'administration
de Christophe, noise auro s a fa 're lee
lronnes co statations,
Mais ee que noUis devoas retenir tout
doe suite. c'eot que, jug4ant las siens
d'ape,. lui-ml.me, D)es lines avait sen-
ti qle lis douceuri de Ii I cence, nous
en t'aIdons do la licence des m(ears,
seraient susceptib es, car on atten-
dait A chaque instant de nouvelles re-
prdsai'les bl ncbfs, d'inspirer aux
masies une repuklion irr,'luc.able pour
la pratique dd I'esclavage, en consti-
tuant ansi la principal barribre qui
1-vait rot6ger la nationa'ild haitienne
Centre rel entreprises extdrieurei.
Dessalines et les hommei d(e son
temps ignoraicat que lestailblesses d'une
race,- seq vices et se mauvai es pas-
sions, loin d'etre des instruments
de pr6seivation, n'ont jamais fait qiu'-
t avre d'dnervement et de d6moralisa-
ion.En quoiune I,:tndede gens adonnoi
aux plaisirs et t I'abrutissemeat pour-
raient-ils jamais, par de telCes i.atiques,
apprendre A dtre invincibles L'hiE-
oire des Sybari e3 est-l'e dono one
invention ?
K'suite, cotte exita'io2 dont I)efsa-
ines, dans sa maniAre simple de com-
prend:e \ls chooses, attendait do tels
flets, constitu-tit un moyen artifi-
iel de crder du putriotisme, pirce qie
e sentiment o'est qu'une consequence
'autres chose qui n'existaienat pas i-
ore dans la soci6td h itionne, et do'it
a premiere est la forte constitution des
amilles et des foyers.
Nous avons d6jA indiqud cet dtat de
hoses ; cette proposition mdrite q te
mous IA ddvaloppions quelque pou.

AUGUSTr MAGLOIItE.
P. S.- Une error nome a 6W sigaa-
iae prop')s de c e noas avnns d.t
In maii g 4 laI Jam*i.oe de B)yer e.
le Mme Jou'e L-cbeoais : I. fait, nous
tfirme t-3n, n'eat ras lieu. Noos avons
eproduit colte a'lirma'ion d'anrbs Si-
t'-my, Ption et Haiti, tome IV, pige
00, note.
A. M.


I


W wqpwwp wwv% SUA mvuvvsswo I Whamus? UW V jm"vawa jlwwdw.


-- -- 4w--- am* % Me / a








ARRIVE
DE
Son Exo. le Pr6sident Simor

Los deux avisos de guerre tLibert6i
et sNord Alexis* prirent mouillage A
6 heures 15 du matin. Co n'est qu'i
10 heures quoe le Prsident descendit,
accompagnu du personnel de ses mai-
sons militaire et civil. Le G n6ral
Simon est en bonne sant6, souriant el
aimable. 11 rdpond avec aflection aux
saints et aux acclamations de la foule
tris nombreuse.
II est recu tout d'abord sous I'arc-
de triomphe brig6 devant le bureau
du Port par la ComimissiorI Commu-
nalo au nom da la Ville de l'ort-au
Prince. Le membre Duchbne Ambroi-
se lui souhaite la bienveaue.
Le monument est ties giacieux,
construit en styie moderne avec beau-
coup de goats. Au-dessus du portrait
de S. E. se trouve I'inscription de la
ville entour6e des mots : Justice, Li-
bertL. Sur lei autres faQades so listnt:
Vive Antoine Simon, Vivo la Paix..
A la ruo d.s Fronts-I'Fts s3 tIroive
la belle entire otilrte pir le c iAm-
merce. Elle porte les inscriptio::.s sui-
vantes : A S. E. le G(ndiral Antuine
Simon. T"'moignage de sympathies du
Commerce. A droite et A gauclIo 1e
trouvent les portraits 16genidaires li-
gurant le commei(auit qai vendait A
compLint, gras et repu, et celui
qui vendait A credit, maigre et d6-
guenille. Seulement ici se trouvent
reprdsent6s le commeri-ant qii ven-
dait centre de 1 or, et celui iqui ven-
dait centre du paper.
A I'angle des rues Houx et Coutba,
c'est un coquet edilice, liommage du
petsonuel a4imini-tratit Nous y li-
sons: *A l'illustre lIb6rateur.- union .
'I ravail.-Li bert.- 1 istice.---I 'rofonde
reconnaissance. \ive le Plrisiient
d'llaiti ,
Plus loin, voici i'are'-de-triomplie
de la Presse, tout e1 II uis laturel-
les, d'un tris bel ellet.
I levant le lureat Central de la Po-
lice se trouve celui de I Armde et de
la Marine. lemarquable construction,
imitation de macounerie oi se trou-
vent les inscriptions : t )6voua-
ment. Fiddlite \u Ven&r6 Pre-
sident Antoine Simon, Dieu. Pa-
trie.-, C'est le G6neral Marius, se-
cretaire d'l'.at qui en puit I'initiative.
Nous sommes maintenant au bu-
reau de l'Arrondissement. Prestigieu-
se construction ; style classique, s6-
vere. On lit sur les difftrentes fa-
cades : An Gu (nral A. Sinon,1'r'6si-
dent de la lIBpublique. --- L'Arm~e
reconnaissante.---)Devouement.---Fndt-
lit4.---Amour sincere.---A'i Protecteur
de la Libert6 et de I'Equit6.
l)evant le Palais, c'est le souliait de
bienvenue de la Commission charge
de la surveillance de la demeure prd-
sidentielle, qui se dressed en une svelte
construction bien dtcorde.
N'oublions pas I'arc de triomphe
drige par le Service Hlydraulique et
portant ces mots encadres de vrita-
bles jets d'eau,- indices des progies de
cette important administration et
espoir consolant pour les fami'les :
a En vous, Pc6sident, la Justice at
la Paix s'embrassent; au Rdconci-
liateur de la Famille Haitienne.
Le Bureau de la Place disparaissait
sous des orillammes, des flours et des
emblmes de touted beauty, mariant
leurs couleurs et leurs caprices im-
prevus en des decorations savaintes.
Les principles r es talent deco-
r6es et partout, c'6tait un air de tete,
jetant une animation brinyante, cello
des jours dmenthousiasme oh l'on nu-
blie les miseres de ia vie haitienne.


L

I


Le G6n6ral Simon reQut des hom-
mages de toutes les classes do la so-
cidt6 et de tous les Corps constitu6s.
De nombreux discours prononcds par
des personnalit6s 6lev6es, t4moigneont
de la sinedritd des manifestations,


Le Pr-dideot eat n' mot aimable
poor chacou. II etalt ef civil, dans la
victoria du Palaln; A sa gauche, se
trouvait Mile C41etIna Simon- et on
face doe ui, Ise d6putd Antoine Simon.
R6pondant an diacoars de la Presse
quo pronanca notre confrere Cauvin
AInd, directeur de la Discipline, le
Chef do l'Etat renonvela ses ddclara-
tions concernant la fagon equitable
don't il entend gouverner et r6affirma
ses bones intentions envers la Pres-
so. ce quatri6me pouvoir sur le con-
cours duquel il n'a jamais cess6 de
computer.
' Apres le Ts DEuM il y eut grande
Sriception au Palais National oi d~fi-
5rent devant le Gdndral Simon les
notabilit6s civiles et militaires de tous
ordres et de toutes classes.
Lq Matin salue avec joie l'arrive
de S.E. In Pr6sident de la R6publique
qui vient fare rappeler qu'A pareille
date le Pays. craignant les violence
et les represailles des professionnels
des coups de mains, fat rassur6 par
son election A la premiere magistra-
de l'Etat.
Au Gen6ral Simon, un hommage sin-
cere de gratitude pour avoir dcart6.
par sa correction et son sentiment de
.justice, l'exdcu*ion de projPts que
combinaient de vindicatifs compatrio-
tes heureusement revenus-nous 1'es-
pdrons, de toutes leurs erreurs.


I
L


Au Champ-de-Mars


P6jouissances populaices
Ce soi-, A l'occasi-n de I'heu'euse arri-
v'e de S. E. le P,6sideat de la IUqu bli-
,u, it y aura co icert sur la P, ;.:c da
Champ-dc-Mirs, qui s:ra Iclairce p^r la
lum:.e dlectrique,- installation Auguste
Mag'oire.



LAllgaire flu 15 Mars


15 Prevenus sont ren-
voy6s au Criminel


iaaiio I~awmaa

ARNNSNIGNNMNNTS
MZIT3NOXOLOGIQU3S
C0bseeuvatoiweo
au
SEIKIAINK COLL3IGN It-AITIAL


MARDI 14 Dicaumm
Saroimtre a midi


I"0~


TemperatureMiinimum 22A
maximum 30,7
Moyenne diurne de la temperature 24,1
Ciel assez clair dans la journey, couverl
apres 6 h. du soir.
Pluie de 7 h.io A 8 h. 46, et b to h.
S1 Total ; 39.6 millimetres.
Q'elques minutes ap 6s le coach:r do
so'eil, fraguement de cou-onne solaire A
couleurs tres vive*, specialement le vert.
BArometre en blisse.
J. SCHIRER
Tiib'nal de Cassation
SECTION CIVIL
Audience du m.nvdi 14 '1Ye-nbre 1909o
I.e Tiibunal sou; la prtsidence de Mr
le Vice-Prdsident Ernest Bonhomme, preod
s'&ge A dix heures et demie du matin et
entend les aflaires de :
Durinvil'e Darand, centre Mirc Thi-
baud.
Mr le juge Dejean !it ton rapport et le
Chef du Parquet, Mr LIc Dominique,
conclut A 1'irrecevabilit du pourvoi.
Les consorts Leon Audain, centre
Veuve Louis Aulain et consorts.
Le rapporteur Mr le juge Dunis donne
lectu-e de son rapport.
Mes Pradel et Lespinasse, avocats des
parties, sont entendns en leurs ob:erva-
tions.1
Le Commissaire Dnminiqce cone ut i
la cassation du jugement attaqu6 sur la
3eme moyen di pourvoi.
Le siege est lev6.
Tribunal civil
.Audience du 14 D'cembre 1909
Ptdidence : H. Mondestin
Mit is're Public : Jules Rosemond
Jugements prononc6s
Celui qci admet la demand en divorce
du sieur L monde Ocean Ulysse et renvoie
les parties A proceder au fond.


Chrdtleane out I'hoaner d'-invi-t h f4
miles et les ancieas Els.an---Mv e
leanel qui ma chanted jeudi s
A 7 heures et demie, an la cache
S'iostitutio, pour le cher frtre Joeeph H.
mann, les professeurs et lea ancies 1
dc6ddds.
Courses au Champ do Mia
Messieurs les Ptoprdaires de chews
sont avis4s que d'apres one dp:he do
Monsieur leSecdrr d'Etat de I'Intdui
en date do 1 couranmt, it y aura coumaS
de chevaux au Chimp de Mars lea 17, 2s
decembre 19o9 et ier janvier 1910o.
Le Concessionnaire de Prntreprise do Cktm
de Courses.
V. Garru.

Direction G6n6rale
de la Recette ot do la D6pen"
Messieurs les souscripteurs & 1'Em.
prunt du 20 aoit 1909, soont prids to
fire toucher, domain 15 courant, un
demipour cent d'intr6rts et six poor
cent d amortisBement sur le sold des
bons des trois premieres s6riea.
Por:-au-Prince, le 14 D6cembre 1900.



Tournte PresidnlicHe
Dans le Nord
-
I
17 Di cEMRE 1909.


11 avait et6 dit que Son Excellence de.
vait voyager dans le Nord de la Repu-
blique. Une semaine i I'avance, tout le
monde le savait I la Capitale. Mais pet-
sonne ne pouvait preciser A quelle date on
ltverait la march et ce qu'allait faite le
President au Cap. Car, on le sentait bien,
le but itait le Cap.
Ce qve le President allait fire dans le
Nord ?... Et les largues rou'aient.
Le President n'ecouta ni celui ci, ni ce*
lui-11 II avait son idee. Aussi le Mer-
credi 17 Novembre il etait A pine 7
hieures du matin la Capitale savait par
le grondement du canon des navires que
le General A. Simon executait son pro-
jets, en dipit de tout. A cette here, i'd-
tais chez mot Au premier coup de canon,
- -- I-


Ce matin A dix heures et de nie la Cour 20 Celui qui. ordonne 1'expulsion des je bonds sur me; ettets et au pas de COur-
a rendu l'arr: qui dit qu'il n'y a ni crime sieurs Dorc6lian et Toraine Coriolan d'un ses, je pris la rou'e do Quai. LA je me
ni dW'it la charge .des nommbi Louis sixieme de carreau de terre since sur I'ha- leta dans une barque remplie de mi nai-
Borno, Numa Laraque, Thrasybule Lileau bitation Cizile, de la quitrierne section de res et, apres an quart d'heore, me voilt
et Frederic Mircelin, tous les quatre ex- Food-blancs, commune de l'Arcahaie ; les A bord de La Lib:rte ou se trouvait
Se'cr&taire; d'Eat ec des nommes Alexis condamre so'idairement A vingt gourdes djiA Son Excellence.
Tlssy, Vitellius Jean-Gilles, Ldonce Pi- poor indue jouissance et les condamne Le temps est radirex, le soleil eclaire de
quion, O:;,ve Durand, Emmanuel Nadrau en outre aux depens. toute sa luniere la vil'e et la bae. LA
Theifil s T'1maque, Oswald Jean, IPtit- 30 Celui qui enterine le rapport des ex- ciel est d'un beau bleu, sauf A I horizon
Paul. Altdus Michel, Stint Sum6, Lame- perts de la succession de Clerveau Noel du c6-6 Nord et do c6td Sad, oi de rares
n is K6brau et E nmanuel Petit; en con- Laguerre. flocons de nuige blanc voguent d one pe-
sequecce les renvoie de la prevention et Affaires entendues : sante course.
orLoane, en conformity de l'att. 45 Instr. I H. Becker & Co centre Ch. d'Aubi- It est onze heores ; le navire n's pa
Cri-a. 'ear mise ea libwr,6 ; dit qu'il y gny. encore levd l'ancre. C'est qu'il a fallu lais
a lei A suire centre les nommes : 20 Mariano Alvarez centre Pierre Rjux ser pariren avant-garde, le "Nord Alesis'
Atban Nau, Montreuil Gaillaume,Choute (d6faut]. etle Vertitres celui-ci o heu r
Lafortune, St-Julien Laboucherie, prdvenus 30 Les sieurs Kunhard & Co., centre cedui-li depuis 8 heares do mating. Eofi
d'avoir, comme omp'i:se, aide et assists Mme Ve Edouard Thdbaud. totes les manceavres fiuies, A ooze het-
avec connaissance let autears de; crime; Institution St-Louis de res ct demie, La Libere se met tu
comnris dins ia nuit du 14 au 5 Mars Goz gue movement. Et a loin, I'on regarded Polt-
1908, et constant ea violation d domi- a-Prince qui s'enfuit et devient de pu
cie, avec arrestations et detention illgales Le Suprieur:de 'Institation S'-Louis de en plus tit.
suie, s d'assassionst et tenoi onire gales Gonzigue et les Frres de l'Instruction La Libertd est on pincier pei
survies d'assassinat et encore centre le;
nommis Ea. D grand, Thomas Hyacinthe,
Alexandie Nelson. Ddcius Avain, Auguste
Laroch!, Gilbert Cilixte, Thdiagne COndus
et Joannus M trisier, complices pour aide et
as instance avec connaissance dans les arres- G s
stations illega'es operdes pendant la nuit
E consequence le renvoie devnt le Photographes de S. E. le Pr6sident d'Halti

Tribunal crimicel de Pirt-au-Prince, ces
crimes Ecanc.pr s et pualli, en ce quc A L'ANGLE DES RUES ROUX ET RiPUBLICAINE
concern les principaux agents sus-dinom- Etablis deputs un quart doe i6cle sur la plaoe de Port-au-Prinf ,
mts par let art : 44,45, 145, 147, 240 et
241, code p6nal et en ce qui concern les Offent A leur nombrease clientele, comme prime & I'occasion de la 3o0&
deroiers par le art : 44, 45, 85 et 145 du velle annee, a touted personnel qui commanders one domzaine do cart 1
m6me code.- Ordonne qu'ils soient pris p6riales.
so corps et dia s& dans la mason de ( PRI fRiDUIT~: 25.00 GoUBDES.)
justice, si ddil is in 'y .sot. Ordonne .en
outre, que totes its ices de la procUndil r portrait
dure sole.t sas dlsMi tra nsmises an mi- d le
aist~re Public pouripaer li tre procMd d'apr los melur rod6s dart d appr4 1 p
soaforadment A Is le. qo out aalUr I r6I putatio Ide 18 mpria..


I






ir.e : 11 et beil be an. K1A-
i.-manger a I plafonad en papier ma-
sd artistetmet d6cora Les menbls en
owt riches ; les divans sont co-ivets do
velours ou dc cu r fin. La vaisele est
ebe et le service, en arpe.t. Oh I come
3 ile, ce bateaiu O1 dirait q 'unce on-
: de nymphs li tournent 1 hclice. Aass
i, voyons-nous f hau eur de I Arcahai-,
*U Le Vertires qui, U-bus. eamb!e im-
wobile. et A h u ear de S;-Marc, Ie "Nord
Alexis qui iprMat re enu par un monstre
rin gant... Notre nav-e, i nouns, a des
'les I ne glisse pao, it vole. Les rives
f(ieat et passent. Mais A chaque polite, A
cbaqu Cip, ce sont des discussions g6o
graphiques qui s'd'Tvent : Mon Dieu I
syPz pitiu de boa nombre de mes compa-
goons !
11 est trois heures do soir et nous arri-
ads 1 Saint-Marc. Malheareusement Is
consigne est d. ne pas descenke. Deux
beures dats la rade et ocus en avons as-
sez de voir les habitants s'agiter sur Ie si-
vage. Vers les 5 heures noos repreonsos
notre roure. 11 est sans incident, ce tra-
jet de S -Marc asx Gonaives. Poarant
c'est Mile Cdlestina Simon qui se met au
piano ; ce sont des artistes, E. D e O0.
J. qui lui succadent. Puis c' est la voix
grave et chaule de notre ami T. S. So.
xce'lenze vient nou; honorer de sa prd-
s-nce. Et apr,; une demi-heare, on dilai'se
Ie piano pour entourer le P.6;ident. C'est
waiment charmant, cc chef d'Eut L'biral.
L'on voudrait passer toate sa vie I voya-
ger ainsi en co:apagnie de son Excel'ence
Mais quand on songe A l'impirieux devoir
de circonstance qui nous a r6unis,l'angoisse
vous serre le cceur et l'on plaint le Chef
qui a tant A fair !
Durant uae demi-heue, le Pr6sident en-
tretient son monde aim b'emeit. Et tan-
t6. nous avons u ie anedocte, tan'6 de gais
propo;. Comme tou le mon le esi fatgaE,
les e.,es ne ardent pas a pencher, les ures
aprcs les autres su les dossiers des chaises.
L'oa ne se reveille qu" vers les huit heo-
res, pou" vo.r A la lueur des projections
ilectriques di bard, la glorieuse et vail-
lan-e vile des Ginives, dans la raJe de
lAquelle l'on v ent jeter I'ancre.
April li vi ite du dl6guo Piuleat, nons
nous ccuchoos dans la sade et ne reprenous
noire rcu e qne le jtudi.aa heures et demie
d'u mxnin.
C'est le M61e St-Nicolas que nous allons
m i-venant voir. Vers 'ec 7 heures, la
a Liberty slonge le; c6 es mamelonnies du
M6e et qu:, par enironts, :emb'ent avoir
iti rapes par l'immense g'aive d'un Titan.
Li rade est profonde et calme ; 22 brasses
sans fond !
Le Commandant de l'Atrondissement re-
ot So n Etcellence co-diilement et gran-
alosement : coops de canon, clairons, tam-
bours.
Oh que la ville a F'air pauvre I Les
environs en sont tristes et broussaillds. On
y sent la masere et la faim. Nous voudrions
pourtant y desceadre, pour voir si I'im-
pesiou ce se changerai- pis. Mais, la con-
igne est la m6me qui nous dirigera ju.-
qn an Cp : P.;rsonne ne d:scen !
I y a environ deux heurts que nous
avoos laiss6 le M61e.
Maiatenant c'est Port-dc Paix qui se
moutre. Avant de jeter I'ancre devant l'an-
ciea Va'paraiso cons avois longE les c6-
tes de la Tottuce Cette lie resemble pres-
que pain' en po n- la Gonave, quant a la
cofiguration des c6 s.
Vs de la mer, Port de-Paix donne l'im-
rss.on d'une coqu:toe retire ville row-
aeche assise joyeusement au pied d'um
dae col ine. Son Excel'ence y est re;ueo
m la mtme iagon qu'au M61e : con;s de
.et le nse. C'est touted la soiree et
partie de is nuit que nous allons pas-
dans ce port.
.Ce marin, cost le i9 Noveabre !,.. et
Ss vous soavers, 0 suppose !,. II et
r hen es du mati, IA-bas, devant nou*,
s le Pacolet, le Nord-Aleois balance
Steat sa quilk. It est A la cape et
f atwed. D1e qre onos some a pore
doe tvol, il Bl et noss, sons nouns en-.
L enis dts la ais, a sa suite.
Yla Venh, l"T-, a deja jet l'ran-


PANchoz I
Ued" obmsso 3110do*j


Vins do Propri6taire


%Kp


MAISON DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE


iu r ernana Lonlewski Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien conna de la
rrOprietaire-viticulteur Rpublique, avise ses nombreux CLI-
E ENTS qu'il vient de recevoir par les
A I'avartage de fire savoir au public qu'il vient dIouvrir iin d *-pO situd au derniers Steamers uno Variet6 d'6tof-
No 43 de la rue des Fronts Forts ( Hille Sylvain ) o! il mnet en vinle le e pro- fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
duits ci-apr6s: Chleviote. Drap vert ot bleu d'une
VIN ROUGE a 3 et 4 gourdes le gallon. r6elle supdriorit,.
Vm BLANC 1 4 et 5.gourdes le gallon. COUPE MODEINI. '
Vms ROUGSa en caisse de 12 bouteilles A 25 et :.) gourdes la. caisse. PROMPTITUDK I SOlIDIT.:
VINS BIANCS en caisse de 12 bouteilles A 30 et 35 gourdes la caisse. !.6tablissement ,o conimmainde aux
Muscats, Malaga Madbre, Clairette. Picardon, Quinquina, Vermouth, Banyuls clients les plui dblicat.s qui appr-
on fits de 16 et 32 litres et en bouteilles. Champagne a de, prix mnoddrks. ciont chaque jour davantago le riN
--- de son travail.


p ,
Laboratoire Sejourne

PREPARATION DE TOTES AMPOULES MIDI1CAMENTEUSES ST
IIJSITS ET INJECTABLES.


PRII


AmpOUDlOe d'Eau do m6r Isotoniques salon Quinton.
L'oea do mer quo nous employons a 6td soigneusement capt6e au large,
au delA do 'lle doe )a GonAve. Nous faisons remarquer au Corps medical
lobsrvation judiciouse quo font lea laboratoires strangers :
a L'Ea. do mer injectable dolt Otre do fabrication r6cente pour avoir touts ses pro-
pri6tW thdrapetiques. De nombreuses attestations nous permettent de certifier que
*m products oat doan6 tous les rdsultats esp6r6s. 9
SPaOil It6: Serum nevrosth6nique.
Ce S6rum r6gularise leas changes nutritifs, il a 6t6 employed avec suc.
a dans la nouearasth6nie, la tuborculose, etc.-


Look out!!
Si vous d4sirez poss6der sarieusement la Langue Anglaise. c'est-A-dire, la
LANGUK Rf.LLIEMNT MONDIALE et qui s'adapte merveilleusiemnit aux affairs
COMMKRCIALKS et INDUSTRIELLES,
Adressez-vous an Professeur
BA RNET STINES


qui. en 6 raois, vous mettra UP TO DATd., on vous permo'tra de bien
p6notrer des profondes arcanes de cette L-ingue Anglaise, qui dans
les Payd, constitue la CLEr du succ6i et de toutes les facilitbs sociales.
Prix moddrds. On traite de gr6 a gr6.
S'adresser au No 171, GRAND'Rus, tout pros de la maion Keitel.


V iUq
IOUs


Demand? chez Joseph Slin--Cloud le
Restaurateur de la Sante et des Cartes pos-
ta2les 11istrces.

D. Romulus .
:?S, Grandi'rue, :S:


Siz'ops Rupt~rieurs,, et do tru~ bon-
ikes I queui'q,qui ne le c;A~bnt en nonn
aux produit-i exoiiques. I(aiiontols-
nn'us par du bon riiuiin TAccourons tous
en foule cie/. l'honunte et. consciefl-
cieux.
D. Iloiulus, G(1ad'idtieu, Icdie N0
138, non loin do lIa gare dui Nord.
Ibistillateu'- liquoristo, industrial, qui
a oIbtenu Line M&Jailleit argent A i'Ex-
position univers-ello de Saint Louiq-
I(Etats-llnis d'AmriPqitue) en 1904, et
une autre A I'exposition de .lamestozi,






A. IPort-aii-PrInco, 10, 4.J.il.`1.011.uiI

L E C T E Ui R S, ~bAt' i~
flue des Miraclces i l Itb~ Nib-, 25. e III?
el I Rue Hoimixou If)Ile -Foi)I, Nib I voustroui
VOW lieSIG..AD tePi 1.


AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise (les Talhacs

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du TARIF


Tabacs Scaferlati


LEvANqT SUPtRIBUR (dit tabac d Egypte) la Bolte de
50 grammes
LIVANT ORDINAIRR paper violet liss6, le paquet
do 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPoRAL BuPaRI.UR paper blend le paquet de
50 grammes

CAPOR&L DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
meo
CAPORAL ODINAmIR paper pate brane le paquet
de 40 grammes
TABAC A PMsaR, Virginie hant goat, paper jau-
no, ei paquet do 100 grammes


100 grammes


paquet de


POoUDa ODIWAIRa, paper bran, le paquet de 100
grammes

TA *c A MACsuR roles Menus fil6s le paquet do
400 grammes


G6n6ral, -


GOURDES


1.25

0.90
0.75

075

075

0.00

1.50

1.50

1.2

1.501


D6cembre


1909.


Cigarettes


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CHASSEUR le paquet de 20
HONGROISES en levant supdrieur


(;( ),IJH[)Es


Le Bondon de


20 cigarettes
do en caporal sup&rieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland le paquet de 20
do en caporal ordinaire paper b'eu le
Bondon de 20
ELEGANTES en Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal superieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FaAqcAISS eOn caporal suoprieur paper rose le
aquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
SBondon de 20
ROULUnS on Maryland et caporal suptrieur le
portefeuilles de 20
do en caporal doux la bolte de 10
do on caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do Ia botte do 10


*pbcal,


1.20
0 00
0.90
1.20

0.85
0 (5
0 .70
0.70


0 GO

060

0 45
0.7.T
0.40
0.60
0.30


J. LAVILLE.


__ _~ __ _


X..Aowd .SOZ26







M' C. L. Verret
Talleur-Marohand
Donne avis i sa bionveillante clien-
tWle quo sa maison No:7..Rua Traver-
sibre est toujours bi-u pourvue d'aune
varidt6 d'6toffes de la haute non-
veaut6 parieoence. I
QuALrITA SuAwr.!i-Rr.Courzs toi*QATr
TRAVAIL SOIoGik. E-zteCUT:0M i OMPT.I
Fr!'x tr? v.i':t i


LA
Cordouinerie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRANI)'UE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el-
le vient de recevoir. par dernier ba-
teau, une forte quantity& d, marchan-
dises et de fournitures do touto frat-
cheur et de toute bedau6, import6es
de France, d'Allemagae et des Etats-
Unis.
ILe public 6!6gant, curieux de se
bien chausser, y trouveia les peaux
les plus slides 'cu aux t;uances les
plus varies les furuns les plus belles
et les plus approprides.
On n'a qu'A vcuit c-i kz G,.I. ElTOIA
pour tre a;ssur6 d 'e Iha's-v6 sui-
vaot les meiilei re ,' los a', confort et
de la mode. Sptciali'es pour dames.
Grand Stok de c(hatu-Luri's ;
Peaux, i0 ag"es, friiiui-, fournitures
et inattriaux divers po4ur coidonne-
rie. On troivei a to:!t ee qiu'll faut, aux
prix les plu-; mod,'-.' s, a
LA CORDONNKBIE N.j;VELLE
14.3,GAAN)D ULE 143,


A L ELFX NCE


42. Rae. ''" ,; "'- 1 s-forts.
CzAUSSU-,IS iNl DPkT'r.FOUR LA VmlTz
Promptitude et soi a.x command.
des taut ici qu't:L prcvir Q.
Cnhaussuros de oL'me tcrmes t tra-
vailtoniouors tout t;o ait y a do plus
nouveaux.
Former rm6ri'-air- et francaise pour
Messieurs ; 504gan:*t, .t crnm modes
Pour les enlaut ;ao pl-JA I'alse.
Travail s~.-Add e.xrecut avo*
dos peaurx d* pro, :i. retcarqu*.
Assuraase de grand rabais.
PAtes, Ciragen at -.iquides
'-


1B0 MafeZii u Ped pain!
8'iln'estfaitavPc a ?illsbury's
Best."
La meilleure farine da monde
Celle qui done loc meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le pius blanc
Le pain le plus l1ger.
Pour tous renseignements s'a.
dre-ssr A:
Ernest Castera
repr6sentant do la PILL.savu's WAsH-
aUmn FLOUr MILn Co MummnaPOLs
BILS

Francisco DESUSE
Fabricant de ohaussures
r La Manufacture a toujours on d6p 6
an grand stock, pour la vente on
8gos et en detail, de chaussures on
tas ecres pour
HOMMuS, FMMES, EMPAJxTs
U Les commandos des commergaats
de l'int6rieaur pourront 6tre 'ex6cut6e
dans ane semaine A pea pris.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
rORW-AU-rINCc ( Am )


Chez App. Clpolin.
155 Rue R4dpbl ainen de Mr
E. Ro..is
Viennent d'arriver par deriTer va*-
pour :
Pat6 de foie gras. Saucisses truf6es
Pigeon aux pois. Tapioca. Chouoroute.
Asperges etc. Fruits cristaliste par li-
vro et par flacon. Prune d'entas. Vian
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver-
mouth. Cognac. Champagne.


Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ

JAIME TESTAR
Le chapelier remarquable, avan-
tageusement connu,fait savoir au pu-
blic en general et A sa nombreuse
clientele qu'ii vient de transf4rer sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANCIINKs MASON DU LOUVRE )
DE LA PLACE GEFFRARD A LA
GRAND'RUiE OU RIPUBLICAINE
No i49. En face de la Poste
Le nouvel 6tablisgement est on-
vert sous I1 nom de la flour de
1'Amerique
11 promot soun et promptitude
comuio toujouis.

FoutITLAIU-S u 'OIR
C01IAPEAUX :


I -';, .os, urS
Plumnes, etc.


:0
0 e 0


g
& C7


.0 Etoffes,
G, Lingerie,
7' Parfamsrie
Articles de


Paris, etc.


NESTOR FELIU
L excellent tailleur avantageusemeno
counu de toute la Republique vient
de rouvrir son atelier Rue F6rou,
( Rue des Miracles ) No 61,
Sa nombreuse clientele trouvers
comme toujours toute satisfaction
pour lea travaux qui lui seront con-


Justin F lie
DU CONSERV.\TOIRE DE PARIS
Annonce aux families qu'il se tient
A la disposition des jeunes gens &
jeunes lillts qui d4sirent des lemons
de piano.
Cours supdrieur
Le;oucs de ddLhiiffrement, de Solffge.
S'adresser chez lui, en face de I E-
glise Saint-Louis A Turgeau.


ca psules ~Bro
11!.. %


Pour les employs SURTOUT de la P. C. S. travaillant sur la line de Bij
zoton- Logane.


Esanofele-Esanofeline
Viennent d'arriver par le dernier Hollandais
Cachets rangua Antipaludiques
Pour la gudrison immediate des fiMvres palud6ennes.

Comprimes Suisses
PURGATIFs-LAXATIFw-DAPURATIFS-
Rembde id6al pour combattre la constipation.
Pommade des Preux
Pour la guidi-on imtnadiate sans le concours d'aucune operation de.
toutes turneurs : Kystes de la peau, Loupes, Lipomes, Tumeurs des Pau-
pibre njon:tivites, Ecz6mas, H6morroides internes et externes, etc etc.
DI'EPOT G:NINRAL POUR LA RIPUBLIQUE D'HAITI


l'Parmacie Notre-Darne :
Docteur St LEGER


Ant dre


Rue des Fronts-Forts et du Centre
PERRIER. ( Propridtaire


Faubert


:N, RUTE ROUX.
Vins ic ~hi:u, jg'ic1.Vill.;renlomi-n~s de
Vin Sal ic-Il iil'A~. Vii Maijani. -- Vini de
MARPQUES SP.E%--IA.ELE~S DE


Bordeaux et de Bourgogne.
Bravais.
PARFUMERIE


Croquetto -; t PaT. ,t cto ,olat Guyenne. Sardines & l'huile. Vi-
naigre. -- !lil >u;Ih IA et i ti;ais.- Eaux et comprimds de Vichy.
Vin de i: ll*- 11i ,l v t Vn, gros et dtail.-Cognac Otard-Dupuy.
Quina C(atdiaitl.-I-)tqit-s .Api et phonographes perfectionnds.
Tous les produits so.nt dLe IPREMIIRE MARQUE.


Pharmacie W. Buch


Place


de la Paix


Execution pro.'nptL et '0 des ordonnances.
Analyses scieutifiqu'-.s et techniques.
Analyses des mninc: !i-;, dor, argent, cuivre et autres
m4thode amdricaine ( fire essay ).
Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops
Champagne A P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en


Propri6taire : W. BuCh
Pharmacien dipl6m6 allemwnd
D6p6t de Kola-Champagne :
Au.x Gonaives : Madame P. Laraque
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-GoAve : HermannReimbold & Co


Y'1


I


Toux
onchi te s
nh A ri-er


Empipya~m., Asthme
~" Phtisie puilmonaire.
P JV 0L L L ZU.C 1. (1 v2 A&a capsuha jIaaljour.
Pm. TMRRAL, 39,.30810 Ea89samaIPm ARIS.


m6taux d'aprbs >a

et veritable Kola


detail


-cr r~_ ---- -- _;_____-1~ ---- --


Ir _