<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00795
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 8, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00795

Full Text

Troltlm d"Anu" Mo si8


Port-au-Prince, Hali


Mercredi, 8 D6oembre 1909.


UxW ou G....2.00
p~ince
T~otos Hois... ae3500
SUigMois.,G.2.20
-trims mots s .~o



Ci6naent-Nagloir.
1), r.---CTIUR TORDATICUf


* I


O UOTIDIEN


LENUM1RO 15 CENTIMES

Lm manuscrit. iit 0 rf om n- n n ',P(ron
!,:1- re-nlns
REDACTION-ADMINISTRATION
SU, RUE ROUX, 45.


Arthur Isidore


ADMINRc.THATEUlR


Histoire dHazti

A L'USAGE DES ADULTS
LIVRE IV


Le Pacte


Fonda mental


XII


Nous avons fini avec l'examen des
positions da Pacte fundamental de
1805, et le lecteur peat maintenant,en
bate connaissance de cause, d6gager
k vritd des propositions suivautes :
La Constitution imp6rialoe de 1805 fut
roeavre personnelle de Dessalines, fl-
ilement rendue par un do ses secr6-
kires,Juste Chanlitte;aucun des grands
Ificiers de l'Ind6pendance n'y a con-
pirv, ni mabme n'a 6td Ie moindre-
oent consult A ce sujet;
En d6pit do cette circonstance, au-
ine de ses dispositions essentiolles
'a Wtd respect6e. Nous avona relev6
Splnas constant contra fiction entire
Os dispositions ot leos faits de l'dpo-
e, avec cette circonstance aggravan-
(jie l'Emperear lai-m6me tracait
exeriple de ces violations;
L'lM.perear Dassalines fat poaussd
, transgression do ces dispositions
mDstitutionnelles tant6t par son igno-
ii cyniquement exploit6e par la ca-
ri It de favors qui.'entoarait, tan-
Sp pir ses propres vices; mais sur-
iut pir ses vicas.
UI nous rest A degager de l'dtude de
te dpoque deux autres vdrit&s fon-
entales :
i o que les vices et les passions de
Wsalines, bien qu'exagdrds dans sa
anne, furent ceux de son 6poque
Oa4 ;
o que si, ccmTe gouvernant,
salines fut manifestement nuisible
libocidtd de son temps on favorisa nt
ianellement l'6panouiasement de
tiees et en soumettint le people A
Mexations inouies, l'tat social hai-
i cette Opoque avait des causes
ulintaines et plus profondes que
*Ame politique do D essalines.
This des articles de la Con3titation
180W- talent consacrds a I'organisa-
,n des f.m:lles haltieannes, moins
'ir dtablir cette organisation que
11r la constater.
,Art. 14. Le marisgt eat un acte
ement civil et autorisd par le gou-
elent.
'Art. 15. Lt loi a itorise le di-
re dans l:s cas qa'elle a pr6vus et
Art. 16. Uue loi particulibre se-
sdue concernant les infants nes
Sinariage."
oat pretend qu'A cette epoque
d sf'etn:-quatre-vinpt dix-neuf mil-
dee aIt population dtaient nds hours
tume. Entendez par 11 qa'il y avait
6poque un enfant Idgitime par
Sc'*t-at.dire tout an plus une fa-
oranisde, sar une quantity de
Iteccore n3s supputations sont
.s, car un infant IMitime ne
PO a ncessairement uon famille
ywtisSe.
e bien vrai ai'll a'y a deo
I. famlltoe et I rat deo
r fswociale st I ma"st en


rapport avec le degrd d'organisation
des famil'e,, que l'on se repr6sente ce
que devait 6tre la society heitienne du
temps de 1 Empire de 1804.
Pourtant, dans lenr proclamation
d'adieu du I I juillet 1793, voici quel
dtait le language des commissaires ci-
vils, au moment de donner la lib rtd
aux femmes et aux enfants des noirs
qu'ils avaient d6ja 6mancip6s.
L'esprit de famille est le premier
blen des socidt6s politiques...Tout pea-
pie rdgdn6rd qui a conquis sa hbert6,
et qui veut la conserver, doit commen-
cer par 6purer sea mcears. La pidt6 fi-
liale, la tendresse conjugate, I'amour
paternal, 1'esprit de famille en un mot,
n'existent point dans les conjonltions
fortuites et momentandes que le liber-
tinage form-, et que le ddgoit et l'in-
constance dissolvent... L'amour de la
patuie deviendra d'autant plus dcergi-
que, que les citoyans auront plus de
tendresse pour leurs fommes et leurs
enfants. "


L'article 14 de la Constitution de
1803 dtait, il tfaut en convenir, peu fait
pour ach3miner vers une organisation
progressive des families haitiennes : il
ne faisait qu'autoriser le manage, il nie
le prescrivait pas, 11 noe 'encourageait
pas, alors, au contraire,que les moeurs
tendaient A faire du marriage un acte
absolumeat uidicula. Madiou le dit
presque en toutes lettres : "Le maria- I
ge, loin d' tre honored, 6tait presque (
an objet de m6pris."
Nous savons dj&l, par plusieurs cita-
ti ns, que Dessaline,,pour son compete, C
entreteoait dans chaque ville de nomr-
breuses mattresses, II employait, dit
Madiou, toule3 sortes de abductions, t
hcnneurs, uichesses, pour vaiccre la c
vertu des femmes qu'entourait une cer- I
taine respectability. It n'avait pas )3- I
soin d'emp!oyer la violence, car la cor-
ruption dtait tell dins les ma eirs que 1
beaucoup de jeunes et belles femmes I
prdvenaient ses ddsirs.s
Au siege de Sto-Damingo, Eaph4mie
Daguilh alla rejoindre Dassalines.*Jea-
ne, bell), pleiae do graces, dcrit Mi- v
diou, e'.le donnait I'd an A tons ses plai- r
sirs, et comrosiit les airs quo jouaient r
les musiciens." 4
9" Dessalicei, dit-il encore, cddait A I
tons les d6sirs do ses courtisanes noires
et jiunes, foites g6n6ralement d'ane I
rare beauty." (
L- p!us grande immorality rtgnait t
autour de lui, dit il encore; d'une gal- A
t6 parfois grotesque, il disait anx da-'
mcs qui fr6quentaient la cour, com-
bien il admirait soit lenour baut, soit p
leur laideur... Qiand I'empereur en- t
trait dans one ville, les fe:nmes hen d
Ectes dtaient dans de graves inqui6tu- t
des ; car leur vortu 6tait menac 3 non- I
seulement par lai, mais encore par les I
oftciors do son 6tat-major. BIaucoup 1
de m6ros de Iemille tenalent louts fi!-


les renfermdes pour les soustraire aux son attention, il rsolut I'en fair -.
regards do ceux qui dtaient assez puis- compagne ; mais sa premi-re idde
sants pour le3 poss6der, impuonment, ft de ui donner un logement hours de
par la violence.* chez lui. Bonet, 'ontrariant seo iddee
Bannot nous appoite le t6moignage sur I'appartement qu'il voulait lui choi-
suivant, auquel on no pant s'empechlr sir, le critiquait de son esprit pessimiste
de fr6mir : et eutgrand'peine A le ddcider A la pren-
Le r6gne de De3sa'ines 6tait arrive dre sous son toit.,i
A son apogde; partout Ie d6sordre, la (:ependant, en 17'), nous itforti3
dilapidation, I'immoralite, la violence. Stint-lt4my, il peasa un moment au
Si premiere entrie a St-Marc avait 6td 1inarage. Entro toutcs 0c,3 jeunes et
marqu6e par un acted d'un cynisme rd- bellesnul ses, qui, II plupat, he-
voltant. Oa avait, par ses ordres, tral- las n'6taoent dle;tindes qu'a devenor
n6 sur la place d'armes les femmes des concubines de Nlancs, unt, morte
qe l'on avait faith soitir nues de leurs nagu..re aux (:yes, mademoiselle tCa-
demeures. Lorsque escortede de l'en- therine, fille d'un ,olon nomm6 LeLon,
peiear parvint A Ia hauteur do la place, lui inspirait une vive passion, qu l'e
ie g6npral B zlvais, reconnaissant sa par:ageait elle-mmnie. Mai. on lui ob-
mere, place la premiere sur la line, jecta la mdliocrit 6 le sa fortune. Alois
no put quo d6tourner la tIte et lui je- il so ddgo-'ti pour toujours (dun con-
ter son mouchoir. Une femme plaisait- trat, le plus important et le plus moral
elle A D3ssaline, il se la faisait con- 'Ie la vie, sars les calculs .le 1I'mbi-
doire de grd on de force. Dins toutes tion, qui Ia plup art du temps lIi sei-
les villes, il avait une maitresse de vent de base. C( e-t aiusi du moins piaue
predilection." j'3 m'explique lo long c~libal dan': le-
Madiou nous apprend que t'empe- qla l tion vdcut ot qu'il ni rompit en
reur, malgr6 tout le d6vouement que aitelque sitrte que milgri lui et foit
lui marqua toujours le gdn6ral Jn-Louis tard, persittant neanmoins "A no faire
Francois, s'dtait efforc6, '* mais sans inlerver ir ni la formula civile, ni 'eau
succei, de r6pandre le trouble dans sa lustrale.
famille." Coe nest qtie longtompi .tpr6s, en ef-
fet, que ltion s'6tablira en concubi-
Geflrard, chef militaire tout-puissant nag ave'Arcahi Joute Lacenai, qui,
dans Is Sad, partag ait ce ddrdglement a u o AArcahie, eut comma premiere
des mcars. "Qaoiqumaridit deuiamant un colon du nomr d. oLaralue,
des moeurs. "Qaoique marie,dit de lui < u d implacables ennemis ,le3
Madiou,il entretenait plusieurs maitres un des plus coimp cables enne isnt e
ses, qui rivalisaient de fastest avec ghiural t)apuy, de l'intimit6 di tuel
cAlles de Geffrard, n'allaieat en pro- elle pass dauscelle de Pdtion. Ee 6tait
menade qu'en cavalcades on en voitu- une fort belle mu a resse, (t S4-lImyv
res, escorties d'officiers de tous grz- t mats qui no sut pa- toujours respav-
des... Mfdeaoiselle EiphAmie 1).- ter le sourire e so protecteur, et pro-
guilih...se faisait appeler I'Amie de di-aa le sien propre routes les trahi-
I'Empereur. Oa appelait auisi les e i. Ele devi t
aimiesp du gdndral Getrard, les con- concubine delyr durant tuutle timpl
cubines do ce dernier." oI sa pdsi dence, puiA son ttu-Is 1gi-
S^us lEpioe, dit Mtdiou, on di- sle sa p-6sidence, pu son o Vgi-
Sus lEmpie, dit Mdiou, on di-time A' la Jamaiue,apiis sa dcb6ance.
sait couramment Mile X, I'amie de tel adfo, raconte ce qu suit, d'unSe-
^gn6ral, poar ddsign3r la miitresse de jour de I'Empereur aux Cayes :
ce g n ral. g... Les ofliciers supArieurs des quar-
A tiers environnants altlaaient en ville,
"'A son example. dit do Dssalines tiersaccompagn ants ar mairessen viou
cat historian, les. o'ficiers de son t- accompagds de urs maitreseOu
major eatratenaient des concubines amies et en grand cortege. D. isalines
ajor entre ajent des concubines se promenant, une apr^s-mi1i, sur ie
dans chacune des villes de I'Empire... balcon dn alais des Cayes, pori, surs
Come los enfants naturels jouissaient Pregards vrepa laos d as tCe, -oa ses
des mcmes droits civils que les enfants d6couvrit un nuage do poussi,'-re lUi
dgitimes, les citoyens no so marialent roulait avec rapidity vers la ville. Pau
pas la plupart. A poIen le nuage so dissipa, et ii apergut
c Beaucoup do grands dignitaires de une dame rchement arde, on veiture
'Empire, 6crit-.Ul toajur, talent, comr- aczompagn6s de vingt cavaliers, tous
me noua disioas ch z nous, places, ou ofticiors soit aup6rieurs soit subalter-
vivaient en concubinage.. nes. Ii s'informa avec 6tonnement de
S int-R$my nous apprend qu9, leon ce qie pouvait 6trd coete dame qui fa`-
que Christophe, Vernet Gabart, C er- sait cat 6talage de toilette et d'd(Iq.ipase.
reaux, Fnrou, Jeaa-Lmlus Franris, Gd- On lui dit que oc'tait I'amie .It gdnerl
rin, fassent Ilgitise nent mari6s, i's Gudllaume L.Ileur, commandant de
ie rarpestaient gubre I urs femmes, et I'arrrondissement d'Aquio, qui arrival
K entreteoalent uae multitude dd fi'les aux Gayes pour assister i une f6te. 11
p rdues. fut trs m6content (1d ce que dei offi-
Nous savons quo la revolution do ciers doe I'empire accompagnassent les
P.,rt-Silut qui abittit Dassa'ines trouva maitresses de s3s gdaeraux il dit (qIe
Gdrin en compagali d'ane do sas ma c'6tait avilir I'6paulette. II dipgcha
resses. Ce fat m6me *lle,- Malame aussit6t au-devant de la caavicade un
b3Il -, qui mit fi- aux h6sitalions de officer avec o:dre de la disperter.
Girin. L'ollicier partit et atteigoit Ie cort6ge ;
Pdtion, luiot, dleva A li thiat ur d'un aussi 6t couz qii le formaient tournb-
parti-prii y tdmatiquvlo rafus d3 c)n. rent bride vers Aquin, et I'amie du Re-
racter marsage. La feamne vertueuse, n6ral Lafleu entra seul en villa. De,-
lit Bonnet, Talt, d'apr6a lti, u i my- salines, qaoiq i'll doui it I'exemple ue
te introuvabl ; par cot*e raison, il no cos sc6aes scandaleuses, I1l' condanm-
oil1t jamais consoetir a a mearier. nait q iad sea g6o6rauz I'en rendalent
Lorsqu'dil fit la coaaaMsance d une jeu- tEmoad.s
ie femme dat la benad, los *rAes, Noes savons que Yayoa vivait en
'6digaac, la ra)est mo*m, attIrtet concabinage avec la veuve de Gormala


- --- ---- r I~


6"..0







Frbre, et que celle-ci no coontiboa palo
peou le pouiser A conspirer centre P.-
lion.
Noas sayons ausqi quo Magloire Am
broise out pour maitresse une n aur do
Yayou et Ardouin dit qa'eii fat 6giri
principalemenat par cetes femme.a
Lyie, chef do bitaillon ea 1800, "avait.
dit Ardouin, d. s rela ions cam prom-"-
tantes avec ure mailrese de D s~a'i
aes, an Port-au-Prince "; et Madiou q ii
le confirm, rtconte Ie tait suivant :
L'Empercur, qul, au li u d( I<( t :c-
per dcs gracils inttr6ts du p ,y4, n.
songeait qu'A 'e livrer aux plaiP r,
manda au pal is le th ( t'e 1) ti, I n
Lys, un d-s beaux et bra-e tii i r1
de noiwe armi'e. 11 avait I'intention d(I
Ie j 1i ii ,'Avoir fr4queath la in i-o
d'ie de sei mai'rea.es de Port u-
Pri c\ i. ,. mis de Lys le co ki l6-
ra et cOMn Mrv perdu e: l', xhortai *i
ow n p Lys s'y re di' r4sol ment, io tant
sur luii lix pistoletsde pochl, et b:en
adtermind a donner la mort A D ssali-
nes s'il levait la main sur lui. Dt. qu' 1
so pr/s-nti dans la grande salle di pa-
lais dvanLIt I'Emporeur, celui-ci li dit :
" V'ous voici, Monsieur Ly<, j'avais
besoinu ld vous vuir." Eo ma n ein ps,
il s; ipromeaait A travers la istle, dans
une forte agitation.
1: Ietournw ve s son tr6np, se saisi'
*la ., ravAiche. Aalsis'6' ly porta ;la
1i in ii ti a ih l bit, prit un* attiti dI ,
nob'e eo ti-re ( regard I E ip Crur
ave," ,I,; yeu* ,I- fca.
I).2. l, s pjst la cravache saur u -e
table ILi touina 1i dos et se mit A
mnarclhr. ': Vois n'a'ez ri.an A me
dlirsi, Sire 'L IlEnpreur lui rApor.,lit
sans Ie regarder : Vous pouvez vous
retirer" lys so rendtit chez se : mi.
lui nI. l s'attnd(liit i'us A 1 revoir."'


dana le Nord

D.'pfche revue de Goniwvs, 7 Di-
cembre, 4 heures sofr.
Son Excellence le Pr6sident
d'Haiti arrive ici ce matin 9 heu-
res. Une foule immense, innom-
brable l'attendait sur le Quai. A
deux heures le Pr6sident d6bar-
qua dans la vill de l'Ind6pendan-
ce et fut re* u par une foule avide
qui l1ui fit des ovations inouies,
iiioubliebles. la population .tait
en dtlire. Elle a exprim6 de la fa-
ion la plus enthousiaste et la plus
grandiose le plaisir de voir le Li-
b6rateur de la R6publique. Huit
arcs-de-triomphe furent dresses. Le
people frnettique, enivre dejoie a
acclame le Chef de l'Etat qu'il
etait anxieux de connaltre. C'est
line apotl 6ose 1


I 'Dp dhe refue des Gonaives,
conbre, 5 heures soir.


7 Dd-


Aprbs le Cap-Haitien, Fort-Liber-
te, Ouaniaminthe, Port-de-Paix,
Mule,-St-Nicolas. la ville des Gonai-
ves a fait A Son Excellence le Pre-
si(enit d'Haiti un accueil d'un en-
thousiasme inoubliable. S. Ex. tut
salute sous plusieurs arcs-de-
trioinphe ou des discours pleins de
sentiments patriotiques furent ex-
prinmls Son Excellence est tres
sensible a ces manifestations de


Hieu ne psut mieux prouver, qte e corliale sympalhie.Le people dans
dernier trait, A quel poi-At le ddr6g'.- p .- .* *l le
meant de i incaurs pouvai, & chaq l, sa joie fnetique la proclame le
instant, porter A ea venir aux mat s Patriarche-Messie.
dei hcia-eT qu'Avait pu tenir unish I
conqutle glorieu.e de l'ird6renda.ce. *
Mils e dd(ri6glement des mce us 6tait,
an triate trmpn la cars et l'l -t, Conformement a la depeche du
d'une le nos (4fectuositis sociales l-s Secretaire d'Etat au DWpartement
plu- e aves : le m nque d'orginisatio( de la Guerre, annoncant a Son
des /amill s. que tout ce qi pre6 le a Excellence le President d'Haiti
pou1 r lij t dte m. t re en relief.
1: il3 It cteur veut se relnd e un ltat le tranquillity don't jouit la
e'omTptc sommaire dj l'impcra-r ce dur e 'a1pitale le Vertijres arrive
tole o 's le- y-ux en pa sant pour en tenant aux Gonaives quelques
faire le lveloupeme,'t pll)i, ta-d.- ces iembres de la famille Pr6siden-
propositions des maitres lei plui aA- tielle.
toris6s d i la science social :
I/unite sx iile, dit Le Pay, n'est
pas "individli, may's le groupe" PETITE CHRONIOUE
M:iti (iuel grope ? est-ca u group __
de guerriet'r., tel qua nous I'avioas A ce Ce martin en descedant au bard de mer,
mones lle-A ou'en entoupelena illent ces Mr G. le a ieune stranger dactylogtaphe
ue it ies nt en etc qui offre ses services au commerce
enri Tourville prcis comme sui rt au-Princie est entr an bnreau do
la penrie d Le PTourvileprcy : comma sui atin voir s'il 'Ta pas de lettres. En I'ab-
la peiisde de Le Play :*,,-, .,..re;.. .... .,.: -.:..


La fami le est le group premi r,
le groups Ml4inentaire et iniia . .
S(ComnGme les masses crisfallines dd-
teiiminent leurs contours d'aprLs la fa-
OCn don't cristallisent leurs 616ments,
ainsi'1ss soci6tds ddtermioent totes
leoua institutions d'aprbs la facan don't
se constituo la Jamnille.
) .,el ouvrage tireri z-vous d'un bois
qu'on vous met en main ? Voyez le
grain, examine !e3 fibres. Voulez-vous
savoir de quel bois est fate une socid-
t'? Voyez le grain. examinez lea fibres :
obeerv : la famille; voui saurez ce
qu'oa pout attendre de la race.
La famille determine tcut 1'ordre
dt la society .
Elle est l'instifution fondamentale ;
)As autres s'y superposent, mali n sa-
bissant necessairement seo conditions."

Et, combine de fait, nous allons voir,
dbs ce'te premiere 6poque de notre
histoire, tous les vices de la race hali
tienne decouler de cette circoastance
capital, que nous sommes ad sans
families.
AUGUSTI MAGLOIRE.


XUU#.C U* no> r seuacC9Cjre, C est mo qui cuu
I. grand plaisir de le recevoir et en reponse
A :ei do!6ances je lui tins A peu pi6s ce
language :
a Non,cher Mr G. pas de lectre A votre
adresse.aComme il troavait cela bizarre, je
cras devoir m'en etonner f a Comment,
Ini dis-je, q vous epa'e ? Depais le temps
que vous habitez le pays vous en 6:es tou-
jours la I Moi je vous assure que le con-
traire me surprendrait plu:6t. N'avez vous
jamais entendo parler da Syst6me d'Haiti
Thomas e?II consist tout fire a l'encontre
do p'us vulgaire bon sens et de la plus 616-
mentaire logique et si vou; vous etiez don-
ne la peine de bien etudier notre tagon de
v:*e, vous auriez ea occasion de remar-
quer qu'il est pratiqut sor une tres large
echelle, surtout dans certain milieu.
Voas poss6dez af'nd votre langue mater-
nelle, 1'allemand, vous parlez en outre
franqtis, anglais, italien, voire m6me creole
et vous vous 6'oanez de ne pas trouver A
travailler ; je vous affirmed qu'il n'y a pas
de quoi. a
Le pauvre G. etait dEcoura-ge I It se plai-
.it de l'injustice du sort et finit par me
dire que si ;a con inue il rentrera dans son
pays apres l'hiver, a son grand regret car il
Saume Ponrt-au-Prdnc.J'essaiy do le remon-


ter un pen, luidisant qu'il eat jeune, qu'a- (ays pour rane ra 198 .se 8M de
vec an peu de bonne volontd et si le car eP. -94 6o;,3 24 pour leg expona- s.
'ui pisse pas desss it arrivera. Je lui computer Ie espces, CAoe Bot ls u
conseillsi de se naturaliser haitien, il pour-I Unis qui occpent le premier rang dite
ranit sinsi chercher & avoir une charge dans, commerce. s
la douine, seulement, lui dis-je il Ludra Le tabac et le sacre constituent .
bien fire attention car si vous rendez ser- laume des exportatilon du pays legC.
vice i an ami je conmris dcs gens qui ne Unis etant Ie principal d6bouc .. Es
manqutront pas de renser A mal et de vous la rdcolte de tabac a atteint Ie chififre de
qualifier, A 1'instar de ee pauvre Moravia. P. 42,a321,36.92, ce qui fait ressortirn
a Doc ear 6s combinations ei vous penal diminution legere sur ann e o907, Ls
au nez comme ua sifflet de deax soes. espnrtatiovs totales de ce product e --
Pour raisons diverges, il ne veut pas eleves a P. 31,o056,921a53, contieP. 8
chang-r de nationalist alors a bout d'argu. 644,9a8,6o en 1907 ; les P. 11,a64,385
meats je lui conseillai de se fair ccuruer res ants representent la consommation n.
marrow A moins qu'il ne pr6f&re riqauer uionale. Les Erats-Uiis, qoi occupaient -i
les chances du Sep i terre. a 1 premier rang dans la consommation dS
L. A. cet article, obt ~ 6 devanc6s par Is Gram
.___pde-Baetogne.
-E-rn Lig production total du sucre pour
l'annie 1.907 s'est dleve A 6,79t,481 cs
solt environ ooo000,00ooo tonres, et jusp'sa
xer mars les s'atistiques ayant trit t lrea.
I NB SXIQJNBTMlNT5 potta'ion et aux stocks de sucre de la I&1
MlTROlIROLOGIQUE son 1909 foot ressortir an total de 593,
OCb mor)se- r-vat l3ro 848 tonnes, ce qui indique une recolte
de z, 400,000 tones.
DU C Oirquo Rodriguez
SlINIAIBI COLLGl St iARiTIAL Hier soir la reprsen'ation offerte par
MARDI 6 DLcEMBRE 1909 cette compagnie A l'Hotel Bellevae n'a pa
"Baromitrei midi 762 "/r9 6tre donnie f u'e d'assistance assez nom-
breu:e. La lutte au Jiu-Jistu annonc6e es.
Temp6rattare minimum I7,7 tre le champion et un traviilleur de chez
,maximum 28,6 Lucas nomm 'Duperrier cut lieu en pri-
Mo diure de a te nature 22,sence d'un tres petit nombre d'amateurt.
Moyenne diurne de la temperature 22,5 Au premier assault Sylverio fut terra.rd
Ciel clair toute la journey ; nuageux Au premier assault Sylverio fut terraffi
Cielndant lair touted la ourn ap-6' de pinibles efforts de son adversaire.
Le baronmitre s'est relev6 brusquement It dclara nianmoins ne pas se conid&er
dins la matree vaincu car d'apres les conditions il devat
I SC[IIRER y avoir 3 assaats de 5 minutes et pour cer
Stains risons les atbitres durent fire cesMt
Tribunal Civil le combat ap:es le premier.
..Audience civil du 7 Dicemb-e 1909. Sylverio demand sa revanmh. qui ldl
Pridence : H. Mondestin sera donnie *jn de ces jou s. A demain
Mins Afftires entendu s Cin6matographe 61ectrique
Io Matiana Alvarez centre V.ctor Au- C'est ce soir qi. sera djnn.e la deoxil-
gustin ( D ttut ) ne seance de cindmitographe A l'Hd6
2o M idame Veuve Thdbaud centre Kun- Morch.


ha dt & Co. Li continuation de cetre af-
faire eit ienvovde A huitaine.
3 0 Lion Riv ere centre V. Bayer.
4 Joseps Hildevai-e centre Ang6le Fa-
bre.
50 Dccttur B jou contre Mmine Sylvain
Jh Poinie Jc(ue.
6 E H Peters & Co con re M)ius
Francois ( Defaut )
7 Q. Ferand Fed6 con-re Mine Vve Che-
ry Guerrier. Vu l'heure avarc6e le tribui-
nal a renvoy) la continuation de cctte af-
fairc i huitaine.
Cuba
D.ns tous les discours pue le nouveau
Prdeident de Cubi a p:ononc6s, il s'est
sur:out montr6 partisan da progras. A
son entrde en functions, le Pr1sident Go-
MEZ s'est cntoure de corseillers d'une ha-
biletd tenommbe et il s'est montr6 disi-
reux de fire avancer le prcgei national
en scivant une poli.ique d'une valour
6proav'e. li a bit 1'dloge de l'administra-
tion de 1 honorable CHARLES E. MAGOON,
et dans l'expos6 de la politique da I'ad-
ministration il a dit que tous s's efforts
tendraient A fai e des rdformes et amilio-
rations avantigeuses, telles qu"' l'itablis-
sement de banques "gr'coles, ia leg'sla-
tion radical sur le travail et le maintien
des bonnes conditions des grandes routes
Bien que i'annie 19c8 accuse une di-
minution dans les recettes commercials
etdouanieres en les comparant A celles
de l'annee pr crdente, les grandes r6coltes
de sucre et de tabac annonc&es pour la
saison actuelle comb'eront le deficit tem-
poraire et l'on compete que les recettes
douani6rei qui, en 1908 se sont 6'evies;
P. 22.221,7o0746, stront assez conside-
rabies pour fair face aut dipenses sans
avoir recours A I'imissioa d'obligations
autorisdes par le Gouverrement -provi-
soire.
II e.t question d'abolir les droits d'ex-
portations sur le c iucre, le tabac e. les li-
queurs et de conclude un noureia trait
commercial avec les Etars-Unis visant la
diminution des droi s d'importation su
centains articles.
US capitaux americalos places dams I'e
s'dlvent au total de P. 41,ooo,ooo et les
capitaux ang'ais A envion P. 9o,o0.o0,0o.
Ls chiffres da coammce eaim de


Pour les Sinis r6s
Nous sommes heureux d annoncer nos
le:teurs, que la fate de charity organises
par le Comite de l'As:lh. Frargais; march
b'en. Sins bruit toot s, prepare et samedi
l'on rera me', cit', t u simplement. Oa
pale, de.. dun... mais nous ne devomi
pas co nmewtre d iud scre'ioa A'ors demaia
avec autios tion, nous pourroas donnaer
Je p'us samples rensein meints.
A samedi. done A I'Asile poir jou'r d'ua
gala extraordinaire.
Cin6mitogcaphe parlant
C'est demain qce Mons'eur Rnusssa
done sa premiere rep-6s-n ation ch.s
Monsieur Auguste Gibrie, 4, Aveau
Gzdgoire (Chemin des Dilles.)
Ptri:e de ne pas coafondre ses ap -
rei's avec ceax qui ont fonctioann A 1116
tel March dimanche dernier.
Oa trouvera des cares chez M3nsiOl
Auguoe Gabriel 8, Rue des Fronts Fort,
i l'H6tel Bellevue et au NooveUiste.
Au Petit-S6minaire
Simple et edifimnte cireaonie que cell
ce'ebree ce martin au P.tit-SLminaire.
La fL e de ce jour est celle de l'Ionl-
culee Conception. Le R. P. Sapireur o-
ficie. Monseigoear 1'Archeveae est prd-
sent. L'orchestre du Pe:i:-S6ainaire *I
fait entendre.
Apres la messe, itl et procedi A la h
nidiction de la S-atu! de Nx:re Dim' Sd4
Victoires, don de R. P. Benoit, acien bi-
perieur de College.
Le R. P. Cabon, au moment de Ia sb
nodiction de la Stat ui qai se drese, A pM"
tir de ce panr au bilcon pracipl -1-
difice orca pur la circon;anoci de bin
nigres et de flears artistiqcezeat arrn"
gees lot un discours dans lequel, ea ter.
Emus, il retr:~t comment Ia s0onoggtioa
du Saint-Esprit et liWe depois lo0gteMp.i
l'Eglse d'Haiti. et ce que la conikAtlOa
et I Eglise d'Haiti doiveat A Notre LAD
des Victoires. 'uI
It rappela la part que I'Archevecnhdi4-".
ti a prise adns le diveloppeast dek
congre action d Haiti sous le p1trfO"s
No:re Dame de3 Victoires. .,
Hommage fat aussi renda, danam
course do R. P. Sopireur, t al de 3i
compatriots, usa ounrier de Is
beure dans I'ureu o a41tim


!






6, R. p.Tisseraod, descendant de Louis
Spes Banvais, et allii par consequent i
*'a'es plus ancienanes et des plus ho-
0o0bes families d'Haiti
observea oi:e du M :;Ae fut ensuite aus
si ai par Monse:gaeur l'Arche:e-ue.
Que'qaes anc:en: 6!'es du vieil et res-
c'iab!e col,.e assistatent A ce; r6confor-
nps c6r6monies.
Cero'e a Les j yeux
Cst, co'nme l'ont annorc6 le"Nouve'-
St le "Bon S:n"',te x8 Dice ab e que
p Ine le gran I b Idu C-rcle I lesi jo-
"u Li bonne orgadisatlon de la fete
ine:. de pr6voir are en'i e reussite. D.-
-b~acou? de cirtes ont 6tr demands.
Aucu e ,u-pr'se disagriable n.attend les
pit6s qui apprendro it avec plaisir que les
amsomma ions de la soiree doivent se p:-
Sr ac-Jessous des prix ordintires.
Fermeture de la male
Les dipaches pour New Yo k et I'Euro-
j ('via irimie ) p :r le sis Prins Eitel
vedrick et cells pcur Pctit-Gcrveet
Vfm'e, par le sis Alle3hbjny seront fe m6es
wmdredi 1o du ecuranAt 5 heures du soir.


Celles pour
dt-GoAve par le
oot feriade. ce


*
St Mirc, Gonaives et P
sis Ferdinand de Lesseps s
soir, A 5 h ures pr6cises.
Dec6s


Cette ap 6s-midi autoat li .-. les fui
nil'es de POURSELY S -AUDE ddcddd hi
i Mar issan.
L'office tur br. scra c6l1br6 a l'Egli
Siinte-Anne.


Librairie &


sp~ciaiit6.


MUSICALES D HAITI
Em Beroit Armand
x5, RUE LAMARKE, 15.
Poit au-Pt irce
Catalogue G. -
Commande de Pianos et de tous les instru
W n"s.
PaIx DE FABR'QUE
PREMIkRE PARTIES
Guill ane le Coaquirant, quadille, Le
du; ; Guitare Mandoline, F ntaisie, P.u
Wachs ; Li Gitanilla cip-i.e caractditi ij
.qu., L. M. Gottschalk ;Gol save the king
hymn: national anglais, Beycr ; Grand<
Sonate pa h t'que B:cth3ven;Grande E u-
de d'exp ess'on; Grands Etule d-amatiqu<
A Go.r ; Gui urne Tel', fintaisi: bril-
lante, I K-ttercr ; Grand Gilp F. Lhzi
La gr.-nde pianis'e, valse fici'e, C. Schc-
kert ; Gdop Porte, G Limothe ; Gii'-
lamt 'L'Tell over u e, Rossini ; Gai Rl-
veil, ioy, n-e 6s musica'e:, P.Wachs ; Gu'-
tare M%,hode. -
Catalogue H.-
La Harpe Eolienne, Rtveri.,W Kuiger,
L1 l1trpt sacr6e,Pau' B au-nont ; Huiga.
lian Danse, Brahms ; L'Hron!elle e: le
r sonnier, caprice de geare, A. Crois z ;
thmonic do soir, nocturne, A Goria ;
HNmne A Ste Cicile, pria e A la vierge,
L'i ondel'e perdu-, fantaisie reverie, J.
L lhss ;Harpe de l',6i 6, morce u de gen-
ie, -. B. Neldy ; Henr: VIII, Saint-S'esos;
lhrmonies du, soir, S. Smith ; Hir.roTies
cIl ses valse, S:raus ; Harmonium-M6iho-
de J. S h'u y (t L. Vasse r.
Catalogue I. 7. K -
L'Invitation a la valse, Weber ; Indiana
g anie valse. Marcaiihcu ; Impiratrice,
M1 e 'ents, Rod Berger ; El jtlio, danse
ds takes Aug. Vincent ; Le Juiferran-,
,n Ie alse. R. Burgauller ; II Trovs-
b- de Verdi n x0 et 2 ; juani a, chan-
10, -p-goole d'irayer, H. Cramer ; Idyl-
t sou la plage, va'se, 0. M&tras ; Jdru;:-
ht le Lombardi, caprice de concept, A.
r*, ; Li Jot Arag vesit, caprice espa
P'o. L. M. G..ts.hilk ; L'aInsorn'e, rte-
?erie, J. C. Hess ; L I. codie de M scou
quacril'e ; Jean B.st, quadrille,A..Ledu: ;
Jostph,cu'-ernurc. M6bul; L'I alienne A Al-
i. overture, Rossini ; Its no tont plus
Mats de l'ra6e, Jh. Schad ; Les Jolies
NFl~ de Parse, 5 pabls brillantes, Schc6
et1; I tMoator, sult de va'ses, L. Stas-
'7 J ytp Kaa, H. C.mer ; I
ot nJ ad lte~r, Weber; Ker-
Abef a LjBi LmwcVeO W .r
ioannement a la Lecture Musicahl.


Ce-
sc-


1-
er


se








I


1
U
a
S
I


1


Ih


Mme Alphonse J"-Jose]
Annonce & sa nombreuse client
gu'elle a transfer son m-gasin,Gri
nue No 142, A c6t6 de i'ancien r
gasin A L'AIGUILLE D'OR s, en f
de la Pharmacie Centrale maison
Ernest Rivibre.


Ligne illmadaise


Le sis a Prins WILLEM V a ven
de N. w-Y.: k et de St-Marc est attend
ici dimanche 12 d6bembre 1909; il p
lira le meme jour pour Petit-Gca
Jdrdmie, Caye', Jacmel et C-iraeao.
Port-au-Prince, 7 D6cembre 1909
Arg. AIIRENDTS,Agent.


ON ACHE Ca6, ci
ON ACHELet miel,
Pktion-Ville, usine caf6iirA


CIRE & MIIEL
Port-au-Prince, 40,


0


rue F6ro


KM Jh. M. Duplessy
Photograph
Avise sea nombreux clients qu
nest a leur disposition que de 9 hr
a midi, de 2 & 5 heures, except 1
aprbs-midi des dimanches et d
jours fdries.


I


Changement d'adress
Me J.L. Daminique, avocat, so tie:
ddsormais pour les affaires de so
Cabinet en ville, au No. 79, Rue d
Centre 79, A parlir de ce jour.
29 Novembre 1909


MAISON DE


CONFIANCE


144 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,


LE TAILLEUR si bien connu de la
Rdpublique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par lea
derniers Steamers une Var,6t6 d'6tof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote., Drap vert et bleu d'une
r6elle supdriorit6.
COUPE MODERNE J
PROMPTITUDE I SOLIDIT I i
L'6tablissement se recommande aux
clients lea plus dlicats qui appr4-
cient chaqae jour davantage le rFIN
do son travail.
Demandcz chez Joseph Sain -C'ond le
Restaurateur de la Smt6 et des Cartes po-
tales Illustr6es.


D. Romulus
38, Grared'rue, 38


Sirops sup6rieurs, et de tres bon-
nes I q'eurs,qii ne le cadent en rien
aux produits exotiques. Remontons-
nous par du bon ihum lAccourons fous
en foule cliez I honn4te et conscien-
cieux.
D. Romulus, Grand'rue, hal' NO
38, non loin de la gare du Nord.
Distillateur-liquoriste, Industriel, qui
a obtenu une Mddaille d'argent A i E-
position universelle de Saint Louis
(Etats-Unis d'Am6rique) en 1904, et
one autre A l'exposition de Jameston,
on IW7,


I


r


F
M


'C 9 iTriasallantlqu

Le paquebot a Ferdinand-de-Lesseps v
eat attend mercredi 8 D6cembre co=-
rant.
L'itindraire defi,.itif pour la cAte sera
fit6 A son arrive.
L'Agent,
E. ROBELIN.


Laboratoire S6journ6


i


ST~tau


Ampoules d'Eau do mAr Isotoniques selon Quinton.
L'an de mer que nous employons a 6t6 soigneusement capt6e an large
an delA do i'le do la GorAvoe. Nous faisons remarquer an Corps m6dica
observation judiciouse que font les laboratoires strangers :
a LERutd m injectable" dolt tre de fabrication ricente pour avoir touted mam pro-
pitis td -,--, D ombr-useus- attestations nous pormettet o. certifer quo
Mr-- uts o* tdtles r6sultats espiris.
SP60oalit: Serum nevrosth6nique.
V. 3d M r luarset ale changes nutritifs, il a M6t employ avec saeo
ban dans la neurastheni., la tuberculose, etc.


Vins de


Mr


Pr opri6taire


Fernand Loniewski


ph
tile
and
ma-
ace
Vve





ant
idu
ar-
ve,




ire



Ou.



'il
s.
es


e
nt
in
u




A
I
P


6n;rale


et D6p6t:


DE LA MI~TROPOLE


MAISON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT-AU-PRINCE.
Vous le troxiva-ez en outre chez:


Lndr6 Faubert
'harmacie Alex. Roberts
(adame E Dreyfas
l'Epicerie H. Corvington


rueRl.)ux I lEpicerie Ndrotte Grand'rue (en face
do la station central des pompiers.)
do I Epicerie C.Lundi rue des fronts-forts
rue Feroi an Magasin E Dreyfus do


EN PROVINCE


. Chdriez
[me Gdrard Bartels


*


Petit-Godve.
Jdrdmie.


J. R. Montasse


- U --- .-


Gonasovs


Liquidation
Un grand stock de CHAUSSURES, pour homes, dames et enfants.
Prolitez de l'occasion


Tannerie Contlinentale


N


B. -


RUE DU QUAI, No 83.
Ua moteur avec chaudikre de huit cheveaux, transmission com-
plAte de quarante pieds de longer. Une balance frangaise.


U
.o

*


M8 Philippe Kieffer & CO

Mason fondue depuis 1895
4, RUE DES C9SARS.
Seals roprseontants do la marque HXNaI Buou FuLa rr AmAUD,
de Bordeaux.
Vins sup6rieurs garantis
EN GROS & DETAIL.


PREPARATION DE TOUTESAMPOULES MEDICAMKNTIUSES
ULSEES ETINJECTABLES.


Propri6taire-viticulteur

A I'avartage de fire savoir au public qui'il vient d'ouvrir un d6pt situ6 au
No 43 de la rue des Fronts Forts ( Halle Svlvain ) oC it met en vente le3 pro.
duits ci-apr6s :
VIN ROUGe A 3 et 4 gourdes le gallon.
VIN BLANC A 4 et 5 gourdes le gallon.
VINS ROUGOS en caisse de 12 bouteilles A -25 et :0 gourdes la caisse.
VINS BLANCS en caisse de 12 bouteilles A 30 eL 35 gourdes la caisse.
Muscats, Malaga- Mad6re, Clairette, Picardon, Quiniiluina, Vermouth, Banyuln,
en fats de 10 et 3'2 litres et en bouteilles. Champagne a de. prix motldrbs.
Port-au Prince, le 18 Novembre 1909.


ROYAL Kola Champagne
Cette ddlicieuse boisson, don't Its qualits toniifues!et fortifianteq, lasa-
veur exquise, le moeleux agr6able oat contribu&c A former 1'incomparable
rafratchissement des climates tropicaux, m6rite bien 'on titre a ROYAL .


- --


--


I I-- ~---~ ~--- I- I


I __


a


Agence GM

AU MAGASIN


Si


i





Pou le ualo~eSUTOU d l P C S tavillntgu l 1gm4eDi


Poor les employes SURTOUT de la P. C. S. travaillant sBr la lu d B1-
zoton-Ldogane.

Esanof ele-Esanof line


Viennent d'arriver par le dernier Hollandais


Cachets


Kangua Antipaludiques


Pour la gu6rison imm4Jiate des flIvres paluddennes.

Comprimes Suisses
PURGATIFS-LAXATIFS- DiPURATIFS-
Rembde iddal pour combattre la constipation.
Pommade des Preux
Pour la guerison immediate sans le contours d'aucune operation de-
toutes tumours : Kystes de la peau, Loupes, Lipomes, Tumeurs des Pan-
pibre c. njonctivites, Ecz4mas, H'smorroides internes et externes, etc etc.
DtIPOT GPINIMRAL POUR LA RIPUBLIQUE D'HAITI
Pharmacie Notre-Dame : Rue des Fronts Forts et du Centre
Docteur St L*GoR PERRIsR. ( Propridtaire


Andre


Faubert


33, RUE ROUX.
Vins de Champagne, Vins renomm6s de
Vin Saint-Raphael. Vin Mariani. Vin de
MARQUES SPECIALES DE


Bordeaux et de Bourgogne.
Bravais.
PARF UMERIE


Croquettes et Pastilles de chocolat Guyenne. Sardines A l'huile. Vi-
naigre. Vermouth italien et fran<;ais. Eaux et comprim6s de Vichy.
Vin de mess iluile d'olive et Vin, gros et d6tail.-Cognac Otard-Dupuy.
Quina Cardinal.-Disques Aspir et phonographes pelfectionn6s.
Tous les products sont de PREMIkRE MARQUE.
...-il- l


Pharmacie W


Place


Buch


de la Paix


Execution prompt et soignae des ordonnances.
Analyses scieutifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autres
m6thode am6ricaine ( fire essay 1.
Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops
Th~rmpagne A P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en


Propri4taire : W.


m6taux d'aprs la
et v6ritable Kola


d6tail


Buch


Pharmacien dipl6m6 allemOar d
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives: Madame P. Laraque
& Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-GoAve : HermannReimbold & Co

Entreprise

D'EAUX GAZEUSES
D3E P O tr3-AUJ-3P=tXIN 343
Fond6e en 1899
21, Rue F6rou, 21.
Ginger Kola
Kola-Champagne
Soda-Water
Siphons
Airops
Liqueurs
Bitter


Hautes Nouveaut6s
ROBES CORSAGES PgIGNOIRS MATINIkES JOPBS CHAPSAUX garnish
et non garnish pour dames, fillettes et b6b6s, FLEURS, RUBANS, Dust.LLUs,
ECHARPES, PARFUMERIE, etc., seront en vente & des prix trbs moddrds a
partir da lundi 15 Novembre chez Madame FERNAND LONIEWSKI, Maisoa
. 1, Audain rue Lamarre (Bagatelle-Villa).


M C. L. Verret stel Bellevue
TIrLe mieux situd, I' plus col.
Tailleur-Marchiand fortable.- Champ-de-jMar.1
Donne avis a& sa bienveillante oCUS- Cuisine renommdo.- Vue ar n la I
tMle quo sa maison No:7, Rue Traver-
sibre est toujours bien p0urvue d'Ue Chez App. Cipolin
varidt6 d'6toffes de a hant] *ou-
vaut6 ..oparies. 155 Rue Rdpublicaine en face d


QALIT* SUP tKINRWN. LCOUPSLOAT
TRAVAIL soiamt. ExicuTIw ito30313
Prix Iris riduits I
____


LA.
Cordonnerie


Nouvele


C. B. PETO1A
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el*
le vient de recevoir. par dornior ba-
teau, une forte quantity do marchan-
dises et de fournitures do touted frat-
cheur et de touto beauty, imports
de France, d'Allemagne et des Etats.
Unis.
Le public 616gant, curieux do'se
bien chausser, y trouvera lea peaux
les plus solides et aux nuances leo
plus varies les forces les plus belles
et les plus appropri6es.
On n'a qu'a venir chez G.B. PETOIA
pour 6tre assure d'etre chaus6e sui-
vant les meilleures lois du confort et
de la mode. Sp6cialit6s pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fournitures
et mat6riaux divers pour cordonne-
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix les plus moder4s, A
LA CORDONNERIK NOUVuLLz
143,GRAND'RUE 143,


A L'LIGAECE
QORDONNERIE.

4s, Rue des Fronts-Forts.
CEAUSSURnS KN DiPOT,?OUR LA ToT
Promptitude st soin aux comma-
des taut iid qu'en province.
Chaussures de Dame former et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plau
nouveaux.
Former am4ricaine et francaise pour
Messieurs ; 616gantes et commodes
Pour lea enfants eI plus& l'ase.
Travail solid oxzout avet
des peaux do prewtin"marque.
Assurause de grand rabais.
PAtes, Cirags eat Liqu'des



e manoz pius de paIl
S'll n'esttaitavoc la "Pillsbury'.
Best."
La meilleure farina du monde
Cello qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 16ger.
Pour to a rene tlgatem t a'-
Ernest Castera


repr4sentant de la
snuR FL.ouR Ms.
iILS


Justin


Pzus~uir's WAsm.
CO Mu9NXuhOWa


Elie


Du CONSERVATOIRE DE PARIS
Annonce aux family's qu'il s3 tient
a la disposition des jeunes gens &
jeunes flles qui d4sirent des leCons
de piano.
Cours supdrieur
Lecoas de d6chiffrement, de Solfteg.
S'adresser chez lul, en face del'-
glise Saint-Louis A Turgeua.


Viennent d'arriver par dernier v.-
pour:
Pat6 de foie gras. Saucisses truflad
Pigeon aux pois. Tapioca. ChoucroutS
Asperges etc. Fruits cristalises par i-
vre et par flacon. Prune d'entes. Vini
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Vet.
mouth. Cognac. Champagne.
Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ
JAIME TESTAR
Le cbapelier remarquable, avaa.
tageusement connu,fait savoir an pa-
blic en g6ndral et & sa nombreus
clientele qu'il vient do transferer sa
FABRfQUK DI CHAPEAUX
(L'ANCIMINE MAISON DU LOUVRE )
DR LA PLACE GuuuRARD A LA
GRAND'RUE OU R]iPUBLICAINE
No 149. En face de la Poste


Le
vert


nouvel 6tablissement est on.
sous le nom de la flour dq
I'Am6rique


II promet soin et promptitud
comme toujours.


FOURNITURES POUR
CHAPEAUX :
Pailles, Fleurs
Rubans,
Plumes, etc.


. Etoffes,
' Lingerie,
"V Parfumorle
T' Parfamerie


Articles de
Paris, etc.

NESTOR FELI!
L excellent tailleur avantageuseomM
connu de touted la R6publique viMe
do rouvrir son atelier Rue Fdro,
(Rue des Miracls ) No 61,
Sa nombreuse clientele tromiM
comme toujours touted satisfact
pour los travaux qui lui soerout ea
Q62.
PANAMAS!
Pour Ilommes et pour Dames, chb
Melle. L onide Salages, 22 Rue da
Fronts-Forts.


Francisco


DESUSE


Fabrioant deo ohaussures
La Manufacture a toujours na d***
an grand stock, pour la vestse
gros St on detail, do chaussures 0
tous genres pour
HOMMmS, FaMMas, EIYAJITS
Lea commandos des commereasQ
de l'int6rieur pourront 6tre *"ex 6Cs
dans une semaine A pea pris.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-IKIMNC ( AITI)
-Tibre Z6phirinfBell
Fabricant de chaussur"e
Rue Tiremasse, facade Nord
la Place doe la Croix-des-o
PANTOUjyFLS MwJl '


--


p