<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00794
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 7, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00794

Full Text


Troisihm eAnu6eq N 810


Port-au-Prince, Hafli


Mardi, 7 D6ombre 1909.


AIMINIUETS
U N ois .. G. 2.00
'prt.wu-Prince
r i Tnots Mois... 5 00
patements Us Mois ., G. 2.20
-Taois Mois 6.00

Etranger. .. ROi Mos 8.00


a16ment-Magloire
DIR[CTKUR-FONDATEUR


J


OUOTIDIEN


LIE-NUM19RO 15 CENTIMES

1dm mmnvsDerit ,ns.tr& -u .'n ii-in np -ofl

REDACTlON-ADMINISTR AT'1ON
45, RUE ROUX, -15.


Aarthur Isidore
ADMINISTR ATIrun


L'Bislorien Beo


Buglemrent


F


des annuitYs er


ondaticn des consulats. -
nir la grAoe de M. Cl1ign
blAm6 pour n'avoir pa
apr6s le meurt'


II y aurait tout un volume A crire'
or la traaite, lei aptitudes brillante3
et rares montrdes par Mr Ardouin dans
Is r6glement des annuitds en retard de
la dette 1825.
Une volumineuse correspondence,
avec le ministbre f ranch iis preside alors
par Mr Guizzt, anuquel il etait lid depuis
ton voyage de 1838 et qui disiit de
lui au foi des Franc ,is: *Sire, Mr Ar-
douin, c'est lI, un home a tdmoi-
fne d'une eitente approfondie des af-
faires chez un haitien de cette 6poque,
premiere promotion d'ua Lycde, im-
provisd on sait comrepnt e' don't le
progrimme de3 etudes laissait A d6si-
rer d 3tous points. Alors nos Lgations
n6taient pas dei sindcures. C'etait le
meilleur choix qu'on tit fair pour
celle de Paris, et celui de Mr Ardouin,
le seul qui fut digne da Goavern'ment
de Soulouque.
Ind6pendamment do la direction de
Ia ILgation, le Ministre-Rdsident se
troauvit charge du service' de la
comp'abilit6 de la dette do 1825, con-
jointement avec le Credit Industriel.
C'6tait comme un grand conrdo'eui
donn6 a cot dtablissement A qui talent
wnfis et nos inte6rts et ceux des an-
dlens colons doe St-Domingue. Le Mi-
uistAre frargais n'dtait pas des plus
lendres ; on opposait A Mr Arlouin
fifficult.i sur difdcult6s, les embar-
ras naissaient A plaisir, et note envoy
tout en ramenant les discussions dans
ks terms mtrmes du Trait6, r6duisit A
k Or plus simple expression les prdten-
loaspar trop exorbitantts des colons
4sposs6d6s.
Notre cause soutenue par un moins
ep3rt n'Wet pas triomph4, et nos int6-
Sts sacrifi6s eussent product un eflet
bdihoureux sur nos finances d'alors.
Ce n fut qua par la suite que notre
Hs tira profit de la science do Mr
A douin. Coest IA le c66d heureux d'un
fvwoir de bien cholsir ses reprdsen-
tu s a Il'tranger. Tout un pays est
H'6 par la mani.re d'etre, le tact et
b* js ce sais quoi quo dolt possdder le
juw diplomite. Sartout, Haiti, a ce
t6 ment, naissait A pine A la vie
di, bmatique. II fallait, avec 6nor-
'ament de doigt6, de Ecience du droit
de. genD, prouver quo I'oa n'dtait plus
Itt barbares et quo tant soit peu, on
i avait avec la culture mondia e gand-
Nri, s'inculquer les principles des na-
i"ns civilislei. Ua doute aflreux pla-
1 it sur nos destinies. Q te nous eus-
iOs pri notre Ind6pendance par la
do nos arms victorieases,et quo
NaO dassions la conserver et la trans-
*ttre & nos enfants, c'dtait deux cho-
Sditl6rentes, deax propositions dis-
ct. ,dont le term de la premiere
IPAtre vral, naontralaait pas infail-
OIeat la juastme do la second.
II SMon Die 1I Porqaoi on serait-


n6e par sa politique souple et ddlide
qu'il a su maiotenir cotte junction pen
Iilbro i ArdouiU dant tout son Gooverneme it, quo per.
sonnellement I'bomme fut heureux, ca-
pab!e, qu'il r6tablit I'anitd nationals
en pregnant possession du Njrd et en
Sre'ard do le dette do -18225. s'y maintenant, malgr6 la tradition et
retativrd de tle pourdette de 825. 'opposition sourde et tatillonn3 des
Tentative inuttle pour obt~e- anceins partisans du Roi, si l'on con-
>y Ardou:n M. Ardouin sid6re, dis-je, ces avantages clhenus
s demand soa rappel avec la cons6cration de l'Inddpendance
re de son fr6 e. et do taut d'autres succ63, on no sau-
re de son e. rait sans parti-pris ne pas lui donner
une grande supdrioritd sur ses adver-
it autrement chez les europ6ens, quand saires A ddclamations pompeuses et so-
les propres fondateurs de cette soi-di- noreyA r6ves croux et utopiques, et ne
sant Libert6 et Egalit6 doutaient les point lui reconnaltre du g6nie politi-
premiers de la solidity et de la durJe que.
de l'(E'ivre noavel!e. Bonnet, tout d'a- lievenons A notre sujet, et suivons
bord ( Lettres loddites ), Boisrond Mr Ardouin dans sa mission ea Fran-
Tonnerre ( M6moires de Bonnet ) n'a- ce. Elle out son fruit. Le Ministre con-
vaient nulle foi en l'avenir. 1,I 6taient venait A ravir A cette tl:he et son ur-
convaincus quae la France, t6t ou tard, banit6 exquise ajoutait encore i sec ta-
s'emparerait de li Colonie et que celle leats. 1.3s consutats forent crb6s dans
ci serait replace dans son ancien gi- que'ques ports. A Nan'es, Mr Auguste
ron. PJtion, Phtion lui-mAme se laissa fat nomm6 ; A Illmbourg, le S6aat
mourir de chagrin, toins pou, ce que des villes libres et ansdatiques ac-
l'on a dit quo pir la cirtitud3 ou it cueillit avec plaisir la nomination de
6tait qu'il avait travails in itilement A& 1uchmeyar. Mr Stippel, A Londre.,
driger une Pa'rie. Le d6sir de jouissan- et A Liverpool, Mr Mu ider, rce rent
ces, les vol organism d6i l'aurore de 1 i 'ex6quatur pour leurs nouvelles fonc-
L'brtd hantbrent les imaginations de tion. Haiti prinait d6ciddment place,
nos aleux, et nous pouvons dire sans s lon 'expression valgair), au banquet
farder la vdiit4 que c'est le sei\ legs de la civilisation. Lia joie de Mr Ar-
que neus terois d'eux. douin en fut grande. Sa r6cep'ion qui
Ai surplus, il no faut pas oublier que avait 6t6 r6servde A la condition ex-
le Gouvernement de 1830 durait enco- press qu'llaiti ex6cutat A la lettre les
re, et que Mr Ardoain avait A6t t6mo'n c'au es du trait do 1825, Le fut plus
d'one sc6ae fA.heuse en plein Saint- qu'une question de j iur. Elie fut bien-
Cloud. Le Snateur Larose ne s'6tait-il tot rJso:ue, et notre Ministre ad-
pas avis6 d'apostropher lui, Mr Ar- mID A presenter ses f6licitations au lHoi
douin, Mr Rouanez, du Cap, et de leur qui out ,un mot aimable po:r lui ft
retire l droit de parlor avant lai au son pays. Mr Ardouin exuhlait; il cr>-
Roi. Cette scene avait covert de tidi- vit a Mr Dufresne ces mots :
cule la prem:ire mission envoyde en
Europe, et le souvenir on dtait rest#. PAris, 27 Decembre 1817.
Mr Thiers avait trauvd moyen certain
soir aux Tuilleries de rappeler mili- Aui S cr6taire General,
cieusement i M. Ardouin ce cruel inci-
dent en lui disant : aVotre ancient col- J'ai assist hier dans la tribune di-
16gue, j'oublie son nom, est-il encore plomatiqu a la seance royal d'ouvrd
furibond? et tle re'it home souli- poatquore des Chamb s laquelle jai 6to
gnait sa question par ce clignement invitur par circlaire dA aq trodull eur
eu tait fasilier, invild par ciraulaire do. 'l itrodlCteur
d'yeux qui lui 6tait familir.es ambassadeurs aqui a jint A o I
Haiti n'avait dui sabonne renommieen invitation une carte s'entr&e pour toute
Europe qu'aux longues ann6es de paix la session.
du Gouvernement de Boyer;celui-ci ins-
pirait le respect, et le prestige perfoa- Apr6s la c4r6monie le PrJsident du
nol de l'homme 6tait vant6 un pen Conqeil m'a adreiss an exemplaire du
partout. (Voir rapport de Mr Vdll6'e, ditcours du Roi : vous le trouverez sous
president du Conseil des miaistres, ce ph. J'ai aussi rci de l'lifro luceur
sous Chairles X ) Le Gouvernement de des Ambaisa !eurs uno lettro d'invita-
1818 n'existait plus, et nos quatre prd- tio pour tMrs pr6snt6 atu It i, leI
sidences 4phdmbres n'6talent pas fi- jour de I'an avec les autros membresdu
tes' por ramener la confiince et ren- Corps diplomatilue.
dre Oi'es les suc:; do cello de tBycr. Ainsi la rpaublique d II iti eit trai-
A propose, ne se plait-on pas A mer- t6a avec leas ir nes distinctions q1 Lle.
ve"ile d puis qumlIues anaodes A nier autres E'ats souverains : #lie a atteint
systdmatiquement routes bones ic- le but poor loquel elle a fAit tant d'ef-
novations et bienfaits do Gouverne-'forts h6roilue', lle peat maintenant
meant do B>yer ? It est meme de bon turner ses sons dana l'flTermissement
ton d'en dire da mal, celi fait plaisir. do s3s institutions et le doveloppement
Qiels journaux no contiennent de de ta posp6rit6 ",
temps ea temps des diatribes contie Pauvro Mr Ardoino Haiti atle d on-
Boyer, lai poartant qil a consoli16 core I'affrmiussement de res insitu'ions
Iladdpendance et donno de la stability eft dhve.oppsmnt ds sa prospiritd.
au Groupezent ioforme que r ois ve- Nous no so, min on rion sapfroears *
onions de fonder. Oa pout sans crain'e nos contemporains, et si vous pouviez
de so tromper affirmer qu'il est rnora revenir, vous form riez lei yeuz pour
un do nos plus gran Is soMuerains. Si no rioen voir! Nos dipl -maite traitalent
l'on considbre, quolquoes dfau's et done de pair avec loea cll6guoeu
mauavais c6ds do caract6re exce t6s,- d'Europe. Mr Delea, A Londres rtuussit
qa'-l a d4td au pouvoir 25 ans durant, dans sa mission, et le papys repreoalt
qoe I r6anion de touted I'o fat am -. conctqct avec la civil itafo.


l Mais tant de uiic.s d-i1 ,; Mr A'-
- douin, tant de servi -es iandus ave" t '
sint6ressement no fa'eat da1 rien, ne
parlbrent point on favour de son ifrre,
Cdligny, compromise dans les journ6es
d'Avril, et bles;4, on s'en souvient, au
t Palais national. C: f ar e a l,'- at tjug6
par un conseil de gaerre ; puis conduit
et fusill6 impiloyablemeut A la (>oix-
'les- 3uquets.
S Mr Ardouin,pour avoir dt6 un h .,iien
de grande valeur ne fut pas mInins 0e8
qu'un language corrompu et populaire
appella calbindeur. A deux mille liou,
d liji i, il craignait encore le< coups
de 3es ennemis. It re put-'ro question
s6rieusameit de part boydrist". \i'
Paul et lui-mdma, parti.ans et almira-
tLurs de cette politique n'6;::ent pas
d s candilats pos-ibles A la pr6si.lence.
L'arrivde de S3ulouque au pruvoir etait
la preuve la plus vraie qu'on zi'avait
quo fair des home ,.ommo eux. Et
d'un autre c(td, en quel ccrvoiu de
f'a pouvait s'ilaiarer I I14o l'ioni re-
tour aux :tfiires du (i n6ra,.1.l I: iyti
'Il n'importe, mA.is je trouvo dins la (iin
d'une lettre ile Mr Ardouin, common le
,ldsir de s'excuser d'une vi .i! liite au
Gendral I )yer, au derniir vo yAgd de
I'ex-prdident At 1.rii, ,i il venait
mourir.
DiA i 4I I Ajr *1 ,* "


...Je vous info:me ('&.I'ermnnt que I' .-
prdsideit Boyer vient WjiaIt river A Paris.
a franchise quo j'~i toujours mise
dans mes rapports a'ez le f.ouvernc-
ment me command 1.3 vous 'tire que
j'ai crd pouvoir me permet'ie I aller
le visitor. Si j Ai montrd ,Ii ,levoue-
ment A son Gouvernement, j ai ou cla
de common avec beaucoup d(I ci'oyens
recommandah es qui rendont aujour-
d'hui d'dminents services a nof r, pays.
11 nest plus Four moi qu'un simple
ps2rliculier, un ancien ami deo i,,fn ptre
,ans le malheur. Je la vois A Paris
comme je verrais ave, pl*isir au (Cap,
I'ex-Prsidi nt Pierrot di qui j n'ai re-
qu que des tdmoignages d, hauteest iie,
et au Gouvcrnement duq uel, j'.di prouv6
un devouement 4gal. Qielilue inoit le
jugcment quoe 'histoire pronr.acca sur
ces deux ch(kft I Etat, elle re pounra
lue les louer ega t:nent gation et de 1i corduite qu'i s out t.aue
!'un et I'autre apiC1 leur ab liation. II
est done permis de leur conecier I'at-
tachement personnel qu'jis avaient kI
insj irer, sans jamais s3 Iis cr auctnec-
ment i Iluencer par cc sentliment pour
ddvier do ses devoirs covers le pays et
le Gouvernement qui le dirige "
Quel int&rAt avait done Mr Ar.I) in
en tree t ces lignes ? Qi I c cironu
comptait-il calmer on sc,disulai at de
sentiments vra meant rob!es et don't on
ne pent quo le f l ci'er .' 8S3 mi.ageait-
il encore on tout d ies ,on jeu qui re-
tarderait sa di.-gra:e et (loignoerait le
pelo!on d'excotioa lIi i a poitiine de
son frbre? LAme huwa'rea ec c s ah:r-
rations bizar.ep. Au'ait (q I'on peat
conjecturer, il se dit que malgre tout,
,'iaconstqaence suppose de son fiera,
'e triompho apparent de que'qurs uns
do seg alvertaires, le Prdsid nt si sou-
viendrait A temps do 1-ur a; cienne
amiti6, di son p *triotisme, et pardon-
nerait. Mais Souloaq u n'avait pas c t'e
bont6 de ccejr quil lai croyait. L'en-
fast d.u ds.rt so r6voillait bru-qwu-
meot chez ce chef imprwis qui n'avift


- 111 -- ______ -__ _~ ~_ ~ ----=


- jr d I 1 -111 j J- lv(,)Ilt I (- 1. Y.







da pouvoir que la representation ( E. Compagnie Rodriguez
Montreuil, papers intimes) et s's o- C'et ce soir qua doit avoir lieu i'lo-
lbr.s talent terrib!es. tel Be'levu- la reprdenution offered par
L'impartialitd historique exige qu-on cette compagrie d'scrobates.
blAme Mr Ardouio d''re rest, artd I est rappele que des paris sont can-
lea journies do 1488, aprks la fusillade g6s pour la luae de Jis-litsu, le cham-
de son frere, le fooc ionca'le de Sou pion Iofant ayant Ect dEfi par un de nos
lonque, son Ministre r Panr. Oa ne plus rob fasts travailleurs.
sert point un potsntat de ci genre u!u ,
Pour assouvir ses haines et s'accrocier Mr Rousseau
a u pouvoir do it ne fat pai digs avons a-is I'arrive de M Al-
C frre e st C-e lignyArdouin -t q bert Rousseau cqu vient d'emervc Her Jac-
ie res lignr Ardoutt Iaeloir9 mhe c tIs C2yes avec son cinmatogra-
ladadie de vplair r ou d'rate i a phe parlant. II compete passer scu'ement
SusPiscraitone d plarn o 6a d 1r ) !qu aques jours A Port-au-Prince; il donnc-
spiscron, lesndfa une premire seance vers la fin de la
test, et I indignation ec aie en a ain. jour et Iccil ne sont pas ca-
1lots. )ae vou'ez-vous '? Nu p.rti seine Jour et lcc ne so pas a-
pons tousdole 'hum ine t iblssf, Pt !e
plus bearx table, aux peuvi n' avo i I i-s CinSmatographe 6lectrique
oabres. C'est une tache en cello b I' lier so'r, la representation offered a
ve.o uno point noir qui d&pare I intmg i laP es-,* le Directeur du cinematographer
*4 denc< car act6re. IJU gete t o Itrair, a rachete la m:uvaise impression produite
I' at honor ioliniment e rendu ', peire soiree.
grail (levant la Frospdzit6. Mais c( ni- par sa pieamire soir e.
ben re racheta-t-il pas, cit. Mas c rf- Irsal 6 dans des condi ions p'us avan-
oubtenli devoirs frahetat-il pas rae ar des ac.d tg uses,A plus grande distance entire la toile
oubli ,Ids devoirs frat rael p ar ds a-et I apparel, ce'ui-:i p'acei Il'inteiieur de
tes mIarqus au coin dp la plus grande l'ho:el au lie d'etre en plein air comire
et de la plus parfat tI iaorabi!id la veille il put facilement obtenir un mcil-
l)ans une letvle, il disalt A Mr D.- liur rsultat.
fresne: Nous lui souhaitons le mime snccas A
SII faut e:re comme moi, A deux sa prochaire seance qui aura lieu mercre-
mi l licues de .o're Patrie, et avoir vu di ,oir, toujours l 'h6 el Mosch.
iaimpression p-oduite par le. 6v6nc- R6publique Dominicaine
mtnts survwnus A Ih'i en 1848, pour
sentir tout le prix d'un acte de cette EXTRAITS DU RAPPORT DL MINI.TIE DES
nature ( l'acte d'amnistie rdelamf p.r AFFAIRES ETRANGLRER.
Mr liayboat, consul de Frai e,' 0 ) Avril La Gaceta Ojficial 'du 7 avail i909, p-j-
18i ) (C'est vous dire quo I conserve bl e u- rapport interessant que le minis-
f-rmri n nt ', spoir qie 1I Pc ilent tre des Affaires 6trang6ces a soutrii au
d'i1 a i, ut,njtltera avant longtemps Pr6dident de la Repub!ique et dans lequel
Cet acted de g6ndr( use indulgence c:- ii dit qur le service diplomatique et con-
vers les autres pris.cnniers politiques sulaire du pays comp:e dix 16gations don't
parmi le.que's je compete un f ere et un sonit occiiees en ce moment, A savoir :
proche puirent. L'hisloire, la poste'it0 les Etats-Unis, Haiti, Cubl, I'Allem-gae.
savent 'i bien tenir conmptie aux chef Le service consulaire du pays !e com-
des E'ats de leur magnanimitd que pose de 25 consuls gendraui, et de 151
j'aimerais A voir le Pr silent Soulou- agents consulaires de rarg inferieur.
j.ue rn'riter de leur pait une mEn ion Le minister fait 'e.iarquec que les
honorable dans les fastes de mon pays, Etats-Unis soat le d6bouche niturel pour
car ce serait jus'ilier 1i f, ibla part que Ics prcdui:s dom nicains, mais il fLit ob-
j'ai p, ise ;i son 6!dvation A li prem! re server en mne temps que le comme ce
magastrature q','il y occupe. en sure et en tabac est serieusement en-
Souloutu,, nous le savons dtj ', res- travd par I'operatioa du tarif et par con-
ta insensible A cot aipel d'un de ses sequent un gracd rombre de ces proluits
plus distingu(s :e.viteurs. 11 n'y a d aont diiiges .ur I Evrope. 11 en est de
cela aucun 4tonnement. Pouv; it o mrrme po r le cacao et le caf. L'op&ra-
,sp6rer autrement de lui et d Sson tion du tra d'txradi'icn entire la Rieu-
ltouverntme,.t iidicule, anti-civi-iia- blique Dominicaine et Cuba rdu.tsit bien
tour, rouge di sa- g, qu'an ahitorieL P et le mini tre :Esident dts Etaut-Unis d'A-
a voulu appeler une utility so:iale, ( t meriqu! Stint-Domingue a propose un
qui ne tut ui'ur~e vaste et pite s3 fan- traits d'extradition avec les E-ats-Unis,
tasmagoiie '? ceve question 6tant maintenant ctuJiie
FREDEL. par les reptrsentants des dcux gouver-
nemcnts.


L'Ex-PrpsiIlll MNorales
L A A U iuii jUA diUU
Veut gaguer Monte- .h is'i
'De :t ire correspondJ.m:
Ji.Ri.Mi-, 6 D 'cenbi' 1909. M. Mora-
les, cx-president de la Republique Domrn:-
nicaine a &6 ar6i & T-buron par les au-
torit6s haitienres. II tait ?ccompagn6 de
5 conspirateursparmni le quels sctroovaient
le G- Toruibio et un dpute. M. M ira-
les devait d&barque aux Gonaies, mais
le mauvais temps ne le lui (permit pss.
Conduit A J6rdmie, et garden sous la con-
sigre an bureau du Port, il fut emsbar-
eun pour Ino? ue par le Prinm Eitel Fric-
drick, de la ignoe Hambourgeaise.




RMNSRIGNJMIX3NTS
M*T2OROLOGIQV3Rn
Obseuvattoiw.
DU
SINIK AIRK COLLIE St-HARTIAL
LLUNDI 6 DiceMBRB Ig0o
amomatre A midi .12 *0r1


Ttmp6ra elminim n 6,
maximum a28
Moyenne diurne de Ia temperature s2,
Ciel trs clair toute la journee.
Le barometre a leg6rement baisse.
1. SCHfERBR


to


La Commission communa'e
de Port-au-Prince
Informe le Public que lIs bureau de
I'adminis ration communale sont transfe-
ris iue Bou'jo ly N0 6 et Fer(u N '2.
*
*
Les Conttibuab'es sont informs qre
Messicirs Au;us e Bosq, S'muIl Hu ti-
not, G o-ges Diez, Julien Dan.b:cvil'e
Thomas R1ch iet DUlius Alerte, onut
s.u s quality, comme percep'e-irs de la
Commune de Port-au Patice, de recouvrer
les imp6:s et autres redevances reve-
nant i ce-tte administration, A partir du 6
Decambre courant.

Paul Andre Simeon Lallemand, ddc6de
hier, k 8 h.u'es do soir. Les launrailles
auront lieu cet aprei-midi. Le convoi par-
tira de la maison mortua;re,au Bois Verns,
en face de Fernand Riviere pour se rendre
A l'Eglise Ste-Anne.
De la part des families Lallemand, Paret
Duval, G:rmain, Craig et Crepsac.
Tribunal de Ca! s ~tion
SECTION CIVIL-K
.Audience civil du Lundi 6 WDcembre 1o09.
D:x beures et demic du matinaLe Tribu-
nal sons la prds-dence de Mr le Prdsident
H. Lechaud prend siege et extend ddfini-
tivement I'affaire de i Vve J.M .Fombrus,
centre Paul Krause. Me Camille Lator-
tne a eu A produire des observation. Le
Cornm.issaire Ddcatrl a conc'ut A Ia casm-
tion du jugement 4E"-onc.
L.e Minire Public Ddcatel a doNed


p


tars 1o0mA-oour lpoutr p&j~jO
414rdm*, Clays IhJAG" 01 Cuespe.
Port-au-Prince, 7 Ddecambro 1909.
Aug. AUENDSA... I


La Commission
De r6partiton des fonds au,
Sinistres des 5, 6 et 10 JuTl
19:8.


' ses conclusions dam 1'af di Norgaus Bap-
tue et conto.s comntr Telide Toussamuin
t comortsM
Ryaymond aind contre J. Briol & Co.
Le jog* Baron lit son rapport.
Sur la demandee eM Cadil'e Latonte,
le Tribunal renvoie la continution do
I'affaire a I'audience de Laudi prochain.
Dans !es affaites Emmauel Iir el centre
la dame O!ive Dessources ;-Veove Char-
les Falai eau, contre les consorts PhUdus
Lavigie,le Commissaire Eli Cu iel a con-
cla au rejet des doux pourvois.
Entend ensuite les iffaires de Samedi et
consoits, centre L. Dinard,
L- juge Anselme a la son rapport e I
Commissaire D&catrel a conclut, an poac-
ment d'une amended 6ga'e i dix fois la va-
It ur poor insuffisance de timbres.
Lestra F. ib!as contre Lcute Fanfan.
Mr le jcge Ane'ime donne lectu-e de son
rapport et le Commiss ire Dominique con*
c'ut la cassation du jugement d6nonc6.
J et S. Cdlestin, contie Loa Poujet.
Le Commissaire D6catrel conclat san re-
jet du rourvoi apets 'ectare du rapport du
judge Anme'me.
Vu I'heure avan:le, le siege e.t levi.
Tribunal Civil
,Audience civil du Lundi 6 Dicembre 19o9.
Prdsidence : A. St Rome
M-nistere Public : J. Rosemond
Jugements prononc6s
Celui qui ordonne le partage et la liqui-
dation des succession de la dame Vve Mc-
rancie Silvestre et du i ur Hiram Morisser.
2 0 Ce'ui qui condamne A. Armand i
payer i Monmi ur ct & Midame G. Grosean
la somrre de trois cent qtarante gourdes
montant du capital et in*t66ts au vingt cinq
novembre 1909 et sans dilai, le condamne
en outre aux dire is.
3 0 Ce'ui qu" d&cLre nul 'e jugemei-t
du onze mars 1907 du tribu-ial de Paix de
Peti -G- Ave recdu entire Marmontel Fran-
cois e Alti-e d'H i i, dit que Fac ion de
la dame Altina d Haiti est s us findement
condamne la dame Altina d'H i i i cent
gourdts de dommages int6.6 s et la con-
damne en outre aux d6pens.
4 Celui qui condamne Nelson Arnoax
fils I piyer au sicur Emile Barthe sansm,
terme ni ddlai la some de cinq mille
gourdes en bullets de cinq augments des
intkt6ts de 4 o{o par mois A partir du 30
Act Y1909, declare valuable la saisie arr6t
pratiquie 6s-mains du sieur Joseph Dina et
condamce en outre le s'eur Nelson Ar-
rosx fi's aux dipens.
Affaite eatamne
Cdn.*ie Dhlanc: Hyppolire centre la
Veave Be thaud.
Va I'heure avancde le tribunal a reivo-
y. la continuation de cette affaire A hai-
taine.
Audience correctionnelle du 6 'D!cemb *e 190o
Presidence : A. P ujol
Minis',re PJblic : Lys Latortue
Affaire e itendue
ArlIus S Clair privecu de vol de che-al
an prejudice du citoyea Ayes Aristide. Le
tribunal aprts avoir entenda le Ministere
Pub'ic a ordoond le dip6t des p'*ces ; le
jugement sera rends A une prochaine au-
diecce.
Marriage
Ce martin, A 7 heures, a 6: celebr iA la
Cath6dra'e le mari'ge de Mademoiselle
Louie PA6sance, avec notre ami Alexis
Tss'y.
Les epoux ont 6td condu'ti l'utel rar
Madame Herard L.fornst et Monsieur
Edonard Blanchard.
Aptes le defild ea ville, it y cut recep-
tion dans les salons de Mr t Mie H. La-
forest. ,






Le s1 Pries WILLEM V s vosal
de New-Yok at do* St-Marc eat atteadi
id dimancho 12 deoombre 1909; 11 ar-


pour Il


718 Marie Sh. Louis.
593 Giveau Pierre.
371 Matine-Lou.e Lou's.
1835 Lu eroie Solier.
3184 Fed:nand Maran.
3574 De'(uze.
3576 Famil'e Deleoze.
2330 Claircih Cassius,
2562 Mne Cilie B'as.
3642 Theina FowDaije.
1875 Lahens Mi!ien,
Ce 4 IDcembre 1io9.
Le President de la Commission,
DAV*D CHANCY.

Librairie & Sp6oialit6s
MUSICALES D'HAITI

Em. Benoit Armand
15, RUE LAMARRE, 15.
Po t au-Prince
m--
Catalogue E.-
Commnarde de Pianos et de tous ks instru.
ments.
Paix DE FABRIQUE
PREMIERE PARTIES
Grandes Etudes de J. B. Chramer ter et
2e lives ; L 'traoger,Paroles et Musique,
G. Alary ; Empereu- et Rois, quidrilk,
Ledac ; 12 Etudes di J. C. K'ss'er teret
ze Livres ; L'E'egute, m z iki de salon
Paul Wachs ; L'E'i'cel'e, m zu k ieoati-
meata'e ;L Extase, penike po.t'que. L. M.
Gottschalk ; E Jaido, danse dc Gitanes,
Aug Vincent ; E-'de; mithodiquns, e a2
ivres, E udes exp e .sives, en 2 livres, E.c-
des de genre, e: 2 li ,"e, Barbelette ;
SL'E u qui chuote. valse late ; E f:rmam
'es yeux, Rod B rge ; L E rangtre, Be!-
lini ; 40 E ud-s d; la v6'oi'-6 ; 24 Etudes
le la vilociti p ties ; 40 Exercices jour-
rialiers, Cz:nny ; Ev:n Milodique, 5 par-
tie; sipasc6s ; Evin MHlodiqu-, 5 parties
rdunies ; Etrenres du ituie pianiste, 5 par-
ties spardes ; Etsennes du jeune pianise*,
5 parties ruonies. A. Schmoll ; Les Echos
Je 1 Ame, suite de valses. Schubert ; En
route, marche tres facile, P. Sigel ; La Es.
:rella de Andalucia. L. S asny ; Les Ecoi-
les d'or, album de 6 dinses faciles, Streab-
bog ; Les Echos d'Esp'gne, mo;aique sur
les chansons du chevalier dYradier, E.
Ketterer ; Etudes Brillantes du violon ;
Etudes d'Artistes do violon.
Catalogue F.-
Filtuse, transcript ion, Gibriel Fauv ;
La Flamencia, vals2 espagnole, L. tae ;
Le Festin de Balthazar, quadrille, Leduc ;
Feeillets d Album en 2 livres, Ch. M. Wr
dor ; Fan'6oe de Bonbeur, caprice, Gras-
le Fantaisie Tiiomphale ur !'hymne aM-
rional brisiliea, L. M. Gottscha k ;Daame
SProvencale ( Farnndole ), A. Fl6giet ;
Fleurs de Grenade, valse brillante, F.
Behr ; Fiuit difendu, valse len'e, ; Ls Fd
ponne, m-zurks, Rod Berger ; LisFotaib
de Joutence, V. Delacour ; Fo get me n04
gavotte, G ese ; Les Flots du Daun*b
grande valse Riumaine, Ivanovici;Le Fo s
scene dramatique, F. Kdikbremer; FASt'
sic sur un theme allemand, J. LebacMh
Les F.uux mounaycurs, quadrille F;U % i
c6e du lion; Francois zer. quadrille 284
m, A. Ledoc ; Fiddli*, danse e- o,
Les Fiarcul'es alse, Jh g .rg3l ,
Fantaisie sor Iln watore, J. Ruianet F-*.
ce polka tres facile, P. Siegel ; LFe d
sons, suite de vals, H. Strobi ; pieur
Ma. album 6 danses faciles; Stretbbor;
La Force da.Jestin de verdi, H. C-am
Faust, oavertare, GoanoJ ; Flu e-aui
des, Album et morcean.


LECTEURS,?'S .
R ds No ,
ea DV C Nwrawtt8 de Pl e -.


Demands de duplicata faites
nunm ros et noms sutvants :







gKwe Alphonse Jo-Joseph
Announce & sa nombreuse clientele
'ele a transfr6 son mngaain,Grand
e No 142, c6t6 de I'ancien ma-
g ,isa A L'AIGUILLI D'OR *, on face
go la p1iarmacie Centrale mason Vve
nest Riviere.


Triisall i i
fi Transatlaelique
-
j paquebot a Ferdinand-de-Lesseps v
p ittnd mercredi 8 Ddeembre co:-
t et partira Ie m6eme jour, A 5 bhe-
4do foir, poor St-Mare, Gonalves et
it-Goave.
Port au P, lce, 6 Dceembre 1909.
L AgeOt,
E. ROBELIN.


tl:NAMRnE DE


Avis
COMMERCE FRANCAIS8
EN HAITI


La Chambre de Commerce Frangaise
i Haiti, a l'honnoeur de porter a la
renaissance du Public en g6n6ral
g du Commerce en particulier, quo
aisalle d'exposition d'6chantillons et
do catalogues sera transfr6de A paitir
d 25 Novembre prochain, au rfz-
di-chauss6e du local de la dite Cham-
bre de Commerce.dans la halle occu-
pie par la Bibliothbque Moderns, 4
he du Fort-Per, oCL Monsieur A: L.
lorelle, secr4taire adjoint, sera & la
position de toute personnel d6sirant
renseignements tous lea jours de
O heures A midi et de 3 heures & ,5
Wures de I'aprbs-midi, dimanche et
Ites except 6s.
0 Secrdtaire-gdndral, Le Prdsident,
L de LzSPI (ASSZ, P. SANTAuLLRn.
Caf6, ere
ION ACHITE et miel,
PRtion-Ville, usine caf&iere.
CIRE & MIEL


iPort-au-Prince, 40,


rue F6rou.


tCANGEMENT D'ADRESSE
Ms L6ger Cauvin


rrr
Monferrier


Pierre


AVOCATS
41, RuE Roux 48,


A& dessus do la Pharmacie


Robertr.


D. Romulus
38, Grantd'rw, 38
Sirops supdrieurs, et do trbs bon-
se 1 queurs,qui no to cadent en rien
ax products exotiquee. Remontons-
,ms par du.bon rhum lAccourons tons
foule chez l'hounnte et conscien-
wai.
S). Romulus, Grand'rue, halle N 0
M, non loin de la gare du Nord.
killateur- liquoriste, ldadstriel, qui
keb'enu une M6daille d'arlont a i'Ex-
Isition universelle do Saint Louis
Pats-Unis d'Am6rique) on 1904, et
e &utre a l'exposition de Jai'meton,
~I~IG7,


M' Jh. M. Duplessy
Photographer
Aviso ses nombreux clients qu'il
n eet a leur disposition quo do 9 rs.
i midi, do 2 A 5 hours, except lea
apres-midi des 4imanchem et des
journ fdri6s.


Changement d'adresse
Me J.L. Dominiqu, avocat, so tient
d6sormais pour los affairs do son
Cabinet on ville, au No. 79, Rue du
Centre 79, & partir do ce jour.
29 Novembre 1909


HAISON DE


CONFIANCE


148 GRAND'RUE


Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu de la
Rdpublique, avis seos nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de reeevoir par les
derniers Steamers une Varl6t6 d'6tof-
fee de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote. Drap vert et bleu d'une
r6elle supdriorit6.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDIT I 1
L'6tablissement se recommande aux
clients les plus d6licats qui apprd-
cient chaque jour davantage le FINI
de son travail.
Demandez chez Joseph Sain:-Cloud le
Restaurateur de la Santt et des Canes pos-
tales Illustrkes.


0


0ncU Alas


Le vapour ALLEGHANY ayant quit-
t6 New-York jeuli I courant, pour le
Cap-Haitien, Port-de-Paix, Gonaives
et notre port est attend ici vendredi
i courant. II partira probablement
dans la soir6e pour Petit GoAve, J6-
r6mie, Savanilla, Cartagena, Santa-
Marta et New York,prenant la mall,
fret et passagers.
La malle pour l'Etranger ( viA Jd-
r6mie ) par le vapour rinz Eitel Frie
drick fermera & la posted vendredi 10
courant, d 6 heures prdcses du soir.
Port-au-Prince 4 D6cembre 1939.
F. HERRMANN & Co
Agents I


BIBLIOTHEOUE MODERNE
4, RUE DU FORT-PER,


A. L. HORELLE
Abonisement G. 2. Caution
*A partir do Ddcembre, le
d'ofre des nouveaut6s paruos
commeacera.


G. 3 1/1
service
A & H


D


A tout abonn4 renouvelant son abon-
nement,et A tout nouvol abound, il srea
donnd pour Is mole do D6eembre, a
titre do prime, un lot do carter posta-
lee de la valour marchande d'ame gour.
des.
Co qul on rdalit6 laisera 1'abonno-
ment a Une gourde.
A. L. HORELLE.


M111 Philippe Kieffer & C0

Maison fond6e depuis 1895
4, RUE DES CltSARS.
Seuls repr6sentants doe la marque HINRI BIJou FILS ET ARNAUD,
do Bordeaux.
Vine sup6rieurs ffarantis
EN GROS 0& DtTAIL,


I

I


'ROYAL Kola Champagne
Cotte ddlicieuso boisson, don't lea qualitds toniquesaet fortilantes, la3.a-
veur exquise, le moe leux agr6able ont contribu A former I'incompara0le
rafratchissement des clim its tropicaax, m6rite bien son titre a ROYAL a.


Agence


G6:


AU MAGASIN


I


n6rale et D6p6t:
DE LA ME.TROPOLE


MAISON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT AU-PRINCE.
Vous le trouverez en outre chez :


Andr6 Faubert
Pharmacie Alex. Roberts
Madame E. Dreyfus
& I'Epicerie H. Corvington


rue"Roux A l'Epicerie Ndrette Grand'rue (ea face
do la station central des pompiers.)
do A IEp'icerie C.Lundi rue des froL.s-forts
rue Fdron au Magasin E. Dreyfus do


EN PROVINCE


F. Ch6riez
Mine Gdrrd


Petit-Goave.
Bartels Jdrdmie.


J. R. Montasse


t onisives


Leonce Laraque
Repr6sentant de la Maison Th. J. Dubois filsls Freres
de Bordeaux,
A l'honnear d'informer le public que, & partir du 25 Octobre on trouvera
chez lui, 4 Rue des Cdsars, ( en face de Barbancourt ) d boon vin de Bor-
deaux ( rouge et blanc) aux conditions suivantes :


Vin rouge: P.
P.
P.


J


I


5.00 le'gallon.
1.25 la bouteille.
22 50 les 5 gallons.


JVin blanc: P.
P.
P.


5 50 le gallon.
1.35 la bouteille
25 00 lea 5 gallons.


N. B. Les bouteilles seront reprises & raison de P. 0.20 piece.
Vins fins


Rouge:


Chateau La Tour de Mons P. or 0.60 la bouteille.
Chateau Royal P. or 0.80 la bouteille.
Chateau Cautemerle P. or 0.90 la bouteille.


Blanc : Chateau Filhot de Lur Saluces (Sauternes) P.or 1.00 la bouteille
On trouvera le meme vin et aux memes conditions : &A 'Epicer'e St-An-
toine ( Avenue Ducoste ), et chez Mr Marcel Audain (Chemin des Dalles).

Liquidation
Un grand stock de CIIAUSSUREs, pour homes, dames et enfants.


Profitez


de l'occasion


Tannerie Continentale
RUE DU QUAI, No 83.
N. B. Un moteur avec chaudibre de huit cheveaux, transmission com-
plbte de quarante pieds de longer. Une balance franeaise.


I A


N'ACHETEZ PAS


Sans


visitor


Lea dgrnielrg novcautes rcgucs 'par la MaIson
A l'Ange Gardien
93, RUE DU RESERVOIR 98.


* --- o


I

L
I



N

G
E


i


La Maison ne vend quo des articles do premiere qua-
lit6 et A des prix mod6res.
On y trouvera: Chapeaux garnis pour dames et
fillettes ; Capotes ; Formes-Jean-Barts ; Gants ; Fleurs ;
Rubans; Amizone; Flanc de Paradis ; Plumes de coq ;
Dentelles et Gaipures ; B*'olerie ; Bts et Chaussettes;
Souliers d'enfmnti ; Tassus pour robes Armure ; Serge
coulear ; Taffitas ; Taffetaline ; Satin Liberty; Grenadi-
ne de solo, etc.
Articles pour cadeaux: Bronze; Veil-
leoses ; Pendulettes ; Albums pour cartes postales, etc.


I


I
I
I


Bel assortment de
JOUETS


Partumerie


Rayon do Deuil : Crepe Chales do crepe ;
mine; Cschomire; Satin do Chine; Couronnes
tuareos.


Eta-
mor-


G

A



0
I


E

N


I


,, F


I


I


I


l



I

i

i







Cutrieon do M-0 Gutrin
aiieinle de TURCLS PO 1U I
par le trailt'meri itanc d'Elixir Dupeyroux
l- Ge,.r ett (;l'l:IIIN. i.c (e rgettle l.ouai. quo
rerresente 1; ulahiagravir '- ct-coitIie, "tt lice a Vitry-
Ic Fr i 1' rir ,-). it hinble. 3. rui de i Moulins.
I'ir,. (n arr)3. A a1
li |t jC lmi iru, mia I'au-
itj tlIlla" Il aI tiMer
4t' le o mil' t droit
('SI a-'i lil 'l II V'Oic
"Irc itlea. i Elie


dai L&-. p i ilrite,
S ... u1" i ii|>irlt la hult,
"I,0 4111 e< t datre obli-
g d "n ** e d chaaiager do
Sii'.'Ie, "l i 111 .P r- .e c ie i fai
li r lrde I4i .ilmoi. in alger. IP ci.)t *iI Ma lgr e ce

chau Ia xvq', an11llla 1 14., ios deaa r i-
onca, -ub r'v.il*lis a d:.i i. lie .ruillu in rguiar. i| laconi t
ar a .. au ira \, st s Li o dELIXIR de dYRO tli




I "ee.at de Li.Ii i..r ..r ca ..a'm lal'ye deiir le dcteur Liu-
pell e li k i ,l a I t .peTe .V Mal Ch. i ald, t ie r.
1-l d II i I riA4irlrl, iall ,', l ieneio 1-.11A MIal'i per-
alnias (c i'liiaer o, i cat >l i a Ir e lila rce.r ilie A *m
CVoulli-vous tre mie-x chaussPL O ...
., es ii raretie t rouveri, arns une.
le .-. I.'l.lixir a ) nie\s en chausmu\ l ie acres pourte
vhriol i former traniietglttises et amo l de
chau 1ine oi -i i'o1 nr nevriuanil la lord atiu d'anti-
Oa Duii (ii.'ir Cr i P arisien ai du viii. Ir 11aCOn
d'rlixer lsChaisl, r eisi, sroiio lre d ul t reconnues d Iral-
eom aabnies d le ilrt,dil irIli>e jiar le a Commocteur du-
leursu former et par le/ur Solh. ivid,it joint bar
Imacie Alberhtii, A 'urt-au- ricec.


Attention fini.
Vouati-vous tx de pre miex chaussoi?... prove-
ant desr mtare di trouver diquens une
me confection 'Eais et d Francgance et la so-
lidit e
MA M. Va TIEs LLO fr6res,
les dpialies soulien chaus et ures pour
hlonimos, formros fran3iises et ameri
ainppors, odan a 'honneur dannoncer-
leur nome reuse clientele qu'ils vien-
nettent d r de les garanouvelles fome les
a Du I3rnier (ri Parisien a, du vW-
ritable Modern S et yle.
LeStock d Chaussures streconnues in-
comparab'es par la Commoditd de
leurs forces et par leur Soliditd joint
A un travail entierement fini.
La Maison poss etde en dp6alt des
matdriaux de premier choix prove-
nant des meilleures fabriques des
tats-Uortis et co etde France.
Cheevraau verni, Extra-Qualitd,
la meilleure marque.
Peau jeaune de routes nuances,
veritable Cuir de Russie.
Li( Qaalite des foirnitures emplo-
yees dins les souliers et les soins
apportes dans la confection nous per-
mettent de les ga:antir come les
plus slides et len aceplus durables.
Stock de Chaussures fines pour la
vente en gros et detail.
Assortiment comp'et de cirages et
lacets de toutes nuances.
Prix fixe mais moddrd.
Adresse : VITIELLO f(t6res
145, Grand'Rue, en face de la Poste


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUK 19
Dirige par

L. HODELIN
Anen mwembre d Seedd PMhsw
shrpque LAs msatires ailltWrs de Pari
Vient do recevoir an grand cheoix d'd
toffes diagonal, casimir alpaca, chevio.
to, cheviote poar deil, etc, Recomman-
do particllirement *a caliont6e s e
bells collection do coups do uaulir,
de filets do fantaisie et do piqu6 do
tou e beauty.
Sp6olalit6 do CostumeS do ao-
oes.- Coupes Franoaise, Anglai. eot
amdrieaina do la derni rop**rtson
'A maison confectionne aseades Cos-
.umes militalres, habits brod46
lolmaxI, tauiqlue, habits ear.
*8. *t eat. I0o tous gs I.


ChapeauxI
Chapeani!!
Chapeaux! !
PAILLI DI PIRTS-RICS
ACCOUREZ CHEZ
Feliberto Gonzales
ET

JOSI SAN MILLAN
FABRIOUE DI CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Slnm ad Coiffurer Letvre
Pour tous les gots e*t pour outer
leo boarlses.



e mailg ez pius de pain!
8'il n'estfaitavo la "Pillsbury's

La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui product le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 16ger.
Pour tousrenseignements s'*-
rser A :
Ernest Castera
repr~sentant do la PiLLSBUNY'5 WASH.
euRM FLOUR MILES Co MinnAPouLIS
ILLS


COGNAC OTARD-DUPUY


Pour tous renseignements et

S'ADRESSER A :


M' C. L. Verret
Tailleur-Marohand
Donne avis A sa bienveillante clien-
:le quo sa maison No.7, Rae Traver-
sibre est toujours bien pourvue d'ann
vari6t6 d'6toffes do la haute non-
veaut4 parisienne.
QUALITrr SUPRIIBUR. CouPrs I *L*At
TRAVAIL 0o.GNi. ExicuTIOM PrOMPTU.
Prix tirs ridwits I

SLA


Cordonnerie


Nouvelle


m-

C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse cdientble qu'el-
le vient de recevoir, par dernier ba-
teau, une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures de toute frat-
cheur et de touted beauty, importdes
de France, d'Allemagne et des Etats-
Unis.
Le public e1lgant, curieux de se
bien chausser, y trouvera les peaux
les plus solides et aux nuances lea
plus varies les formes les plus belles
et les plus approprides. J
On n'a qu'a venir chez G.B. PtTOIA
pour Wtre assure d'etre chauss6 sui-
vant les meilleures lois du confort et
de la mode. Spdcialitds pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, former, fournitures
et mitdriaux divers pour cordonne-
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix les plus moddrds, A
LA CORDONNERIK NOUVELLE
143,GRAND'RUE 143,


A LtLtGANCE
QORDONNERIE.

41, Rue des Fronts-Forts.
CHAUSsURnS aM DIt6T,IOUR LA TVaT
Promptitude et soin aux comma-
Ies tant id qu'en province.
Chaussures do Dame form eat tra
vail toujours tout ce qu'il y a de pls
souveaux.
Former amiricaine at frangaise poar
hIessieurs ; 416gantes at commodes
Pour les infants lo plusA ralse.
Travail sollde ex6out6 avc
des peaux do preml~6rft arque.
Assurance di grand rabais.
PAto, Ciragos *t L!qu'de


aison tablie depuis 1795,
dans le Chateau de Cognac
ci est nd le Roi Francois Ie.


Commstndes

Andr6 FAUBERT
38,RUE ROUKX PORT-AU-PRINCE.


Agent g6n6ral pour la R6publique d'Haitl.


H tel Bellevue-
6- Le mieux situ4, 1. plus ow.
fortable.- Champ-d 1-M .
Cuisine renomm6e.- Vae. ur larm.

Chez App. Cipoliun
155 Rue Rdpublicaine on face d *d
S. Robelin
Viennent d'arriver par dernier y
pour :
Pat6 de foie gras. Saucisses truflit
Pigeon aux pois. Tapioca. Choucroute
Asperges etc. Fruits cristalis4s par u.
vre et par flacon. Prune d'entes. Vi
rouge et blanc. Oporto. Malaga Vr-
mouth. Cognac. Champagne.

Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ
'JAIME TESTAR

Le cbapelier remarquable, av.
tageusement connu,fait savoir an pu-
blic en general et A sa nombr.o
clientele qu'il vient de transfdrer ia
FABRIQOU DE CHAPRAUX
(L'ANCIlNNn MASON DU LOUVRi )
DR LA PLACE GEUTRARD A LA
GRAND'RUE OU RPEPUBLICAIM
No I49. En face dL la Poste
Le nouvel dtablissement est oB.
rert sous le nom de la fleur do
l'Am6rique
II promet soin et promptitaft
comme toujours.


FOURNITURES POUR
CHAPEAUX :
Pailles, Fieurs
Rubans,
Plumes, etc.


Etffs
Ueie,.
Prameri


Articles de
Paris, etc.


NESTOR FELI.
L excellent tailleur avantageusemeal
connu de toute la R4publique TviW
de rouvrir son atelier Rue Fdrou,
SRue des Miracles ) No 61
Sa nomb;euse clientele trouveM
:omme toujours touted satisfacUtW
-our les travaux qui lui seront COW
3i.

PANAMAS!
Pour IHommes et pour Dames, cbl
Melle. IAonide SAages, 2'2 Rue d*
Fronts-Forts.

Francisco DESUSI
Fabricant do ohaussure
La Manufacture a toujours n 0Mp
un grand stock, pour la vYa t
gros et en detail do chaussIar
tons genres pour
HOMMaU, FIMMis, EK AnI
Los commandos des commO g
do l'intdrieur pourront btre o"x6@
dans une semaine A pen pris.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PamNC ( AIT )

Tibire Z6phirin Bell
Fabricant do ohaussures
Rue Tiremasse, facade Nord, d
la Place de la Croix-des-BoM
SPE.CIALITE:
PANTOurLas gU'vL


- ------------