<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00792
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 4, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00792

Full Text




trolihm AL6e; N' 808


P ort-au-Priiice, lTafir


Saruedi 4 fl0tn-abre 1909.


ABONM EMEiTS
UN Mos G. 2.00
p,.t-au-Prince
Tnoas Mote... 5 00
ptent UN Mois .,. G. 2.20
Taoas Mos 6.00O

Etranger TROs Mots a 8.00


0omeUtnMagloire
DIRrCTBUR FONDATEUR


LE NUMIPRO


15 CENTIME-3


lam n~~ ~ ~I ~i -.is-n-ii.* nn -
REDA~CTIONM ADMINISTrR ACTION



Arthur Isidore


ADMINIS nhTrIJR


OUOTIDIEN


I~~~~ -- --


LA REMAIN_

Cela a failli devenir grave ; voici les
pikces.
Mon cher Directeur,l'article gant de
sotre contract est formal: jo n'ai pas
d'eis'ence personnelle et je no suis
qa'une faculo, ou si vous aimez mieux,
as tigurat di Matin, A la fagoo
d'uo artiste qui appartient A un TheA-
tra. Tout incident ad A ptopos de mes
sewnainess et aflairs qui regarded ls
joirnal. Vons vous rappelez combien
1'i tenua cotte clause, sans laquelle
jamasi, an grand jamais, je noeusse
consenti & faire vibror le violon de la
presse sous l'archet de ma prose.
S0.-, jugez de mon effroi loraque,
bier, je reues no billet d'lNidore m a-
prenant quo Hubert Alexis avait, la
ydi 1, pass an Matin pour ddguster
sl grog offert daas ma dornibre se-
maine ", et m demaudant, en consed-
quence, mon jour et mon hour.
J'6cris pour le Matin dans les con-
ditions que je viens do dire, resultant
de I'article tant de notre contract. Si les
Irog ne doit pas rester A votre charge,
)O prends congd. Un mot oest un mot.
Tout v6tre. Jean."

Mon cher ami, j'ai recu votre billet
itj voum dis tout do suite que vous
avez pris une plaisanterie pour un
malentendu. Isidore convent qua, tout
toif qu'il aitdu grog,il n'a eotendu voa..
traonistte I1 d6sir do Hubert Alexis
que pour nous procurer, si tel dtait
votre bon vouloir, le plaisir do votre
prdeeuce. II n'y a pas de douteo q uo
totes les charges des semaines "
ftient tur Ise compete de la mason. A
vous cordialement. C. M."
P. S. Je vous mets sous ce phi
to coat de vos deux derni6res copies."

Oh! le malio. qui finit toujours par
it boo mot I C'est an connaisseur
de cwoir human. Comme le redte do
rIhomauit6,j, ner6siste pas A ['argument
mannayd, et je roevts ma livrde de
chrooiqueur.

*
L'ebprit de l'oescalier.
Vous saves sOrement ce quo c'est. i
l m)t a prigs aissance un jour oiI
h4 gcaud s porsonnages don't I'an
#"I 6tait, ie crois, Napoldon III, (Vic-
Hogo, li. I'.sppelo sle petit ")
.titi un instant caus6 prbi de I'es-
Itla r do palais imperial, au moment
40 aeparer.
Npl6on Ill, qui avait doe 'e.iprl.
is son hote p* r on mot heureux,
bid quo celoi-ci, qui n'avait pas.
tmit prompt de I'En ereour, oe p at
triOaoer an scurire, smes ripos-
Sla r6partie.
l arrive ap bas de I'escalier, il
h t TO, commae an clair, le mot qu'il
do dire pour rdpliquer an trait im-
C st come oe mot loi part ti6 e
il s'avis de rementer i'es-
alao d I'oftrir i I'grtpereur :
vaut tard q e Juuals.
*l itiW, qul dit m pm pr1 ..


E QUI FINIT

" Monsieur, an home d'esprit ne
perd jaais ses droits. Vous avez ral-
son do prouver quo, fate doe I'oprit
de salon, vous avez an moins cela de
1ieeoslier.
Ls mot resta depuis poor qualifier le
genre d'esprit de ceax qui, toujours
trop tard, trouvent le m )t que, dans
le temps, ils ousseat pu placer.
L'esprit de I'escalier a, chez noun,
an reprdseatant : c'est Monieour F. B.
R, la denxibme majuscule so lisant
BIURRE.
Ce M. Bearre trouve trWs-spirituel, A
l'occasion de mon petit drm&16 avec
Hubert, ddm6ld pourtant courtois,
do venir a porter la r6ponse qu'il
oe.t do fair a Moravia depuis le tempa
lointain do gd nral Nord. Et quetoe
r6ponse I


tromp6 en croyant quo c seiait Me, Dei jouroalistes, qu asont en mAfm
Freddrique: 11 serderve etas recueille; temps de3 pere; de famille, ont lIv6
il a subi plut6t que donn6 I'assaut les braq vwrs le ministry dl s filances,
Grave erreur I mauvais cil:aul fate Ini d1 mand nt des mecures capable'
de tac'icion I l'enrayer ces tendances pert urbatrices.

L'onnemi fourbissait les armes. Le Et le ministry do son ce06, conseille
choc fat, paralt-il, sanglant : on comp- aux propagandiete* de rester tranquil-
to encore les morts et lei b!esss. leos.
Mail auial, qael d6plac3ment d'ap- Au milieu de ce double rejet des
titudes Depiis quand C4sar, invin- re ponsabilit4s, lea comesibles conti-
cible come guerrier, peut-il, dan nuent i\ danse. Celatinit par 6ta-
la discussion des coles et d s lois, blir des calctis t deo pravisioni s jutesa
d fier Solon 1 Li toge ne I't-nporte-t- m6me pour li personnel les plus ttQ
elle plus our lee armes dans le temple dehors des affairs.
de Todmis 7 Et oablie-t-on que It pa-
role est si pea le fait do Cdsar q 'it no La premiAre bonne venue oun e pre-
ut enter au S6nat que pour y trouver mierussmann est anjour.-lhui A wi-e-
la mort ?... sur le prix d la mantb gn on Ia grox-
Mais je me saave; jo pve'seas des .ar du pain, do savor I'tat 1 notre
chose terrible et au prochain Impar. hange. .
tial les foodres voat Atra ,lchahlies Et cela: avec autant de strt que ce
sar Port-au-Prince. Gare lea t6tes !... caarade qai me di.ait I'autre joir


II commence par ailicher son res-
sentiment centre Moravia, sous le pri- Si on m'avait dcout6, tout cela n'ar-
texts quo celui-ci avait passed A la dona- riverait pas. L'organisation des fNte au
no sous les gouverneomnt pr&cddeat ; profit des victims do la ph line faillit
il I'aptlle* docteur 6s-conbinaisons eon croer d'autreeA Por;-au-Pinc 3 : drs
donan ires." duels s'annoc aient ... On en fut
Je 'al cortes rien A fire lA-dedans, heureausement quitte pour que!ques
mais Bourre aura beaucoup A fair e'il mavaises paro es et ueques hlino ;r
vemt, on Haiti, fairs Ie procks A tonss bien plus simp e : come cla,
ceux qui passent en douane. Et ois, tout eat fint, d'autant qu'il n en reste
vraiment, qu'est-ce quo a poit bien pa trace.
lui fire : n set il pas pojr son compte. E' puts, je done riiion A quelqu'un
A ce point dddaigneux do l'argent qu'- qui a 6crit cette smiiae .1ins le Matin
il refuse memo d'en accepted pour res cotte pease just :
"' Petits Propos ? 11 est bn d'ajoter "Et la circonstanc3, noo m(e ira sonot
qu'il a raison, car toutes hs mines p!us coupables que nos bienfaiteurs
m6talliques du monde no suffiraient actuelk, ceux qui so d >nre it tant de
pas A les payer : ce sont des produits mille misares pour aller au-devant d'au-
de I'esprit d'autant plus rares qu'ils trees sinis'rta. C'est pa q 'i veout, est ca-
sont dsintdresseds... able d'aflroutesr pareille situation dei
Ah I d6sintdressds !... cet argument iaquelle on pout sortir avec des coups
de la douane esat touted une r6v6lation : di pieds qui vous mourtrissent I'ar-
voil an beaurre qui m'a toot l'air d'etre rib'e-train, quand c'est pis plus grave
A la recherche do quelques dpinards... A l'avant."
Toutefois, je n'ai pas l'intention d'en- Saluons lei heros et les mariyrs tie
trpnrendra uerre qui. craianant ma la bienfaisance.


riposte, a ean la precaution de me de-
sarmer. Pensez done : il me traits de
bete, d'iooptq, de pretentioux, de
pr6somptueux, de ridicule, et de gros-
sier,---meulevaut ainsi les plus so 'a et
leos pls justes do mes arguments con-
tre ui. En retour, le volA bien puni,
pour s'dtre ainsi d6pouill4 de to as ses
atti ibats on ma favour : exag6rant le
geste do saint Martin qui, lui, avalt
au molns garden la moitid do son man-
teau pour couviir sa audit, Beurre se
trouve ainsi a poil,offrant ainsi les spe:-
tacle d'un moralasto s6vre circulant
dana Port-au-Phince, dins le ddshabil-
1 to Iplus primitif.
It nest plus veta que de sa barbs
7n poin'e,enseigne traditionnel des DWe
Sifichottes, et de son c.)co-maacaqae,
substitud & la lance des aocisns che-
valiers, et qui lui tot dans sa lotto
contre les moulins A vent.
*

II parait qao dans Ltndernau on fait
on nez long comme celt, depuis qus
S )lon MEnoo, de son concourse puiisaut,
a d6 eniu IA fameose ordonnance des
coups quo lit portaieat les par isans
da la casao*. .
JI'avas ble pr6vu qer quelu 'un don-
red t-0 de sele a tfaire; nmais je m'dtais


E i revanche, le movement de cha-
ritE a en un heureux eflet sur I'humeur
genorale do Ia prdass. Le terrain etant
no u're, on s'y est rduni et cela djune
one idWe do boohear gdn&ral q js ce
sersit si, d'une facon plus ou moins
continue, los cnmfiebrrs do journalism
pouvalent aiasi rester d'accord sur les
grande lines des questions impor-
t intes.
H41asl ce nest qu'un rdve platonijue.
L3s brandons de discord ne ch6 nent
jamtis, et le plus epouvantab!e d'entre
eux est encore le plus incessant : la po-
litique. Et ce nouveau feu eacr6 ne
mainque pas do Vestales pour active
so a ardour : dans notre e*at actual,
e'l-a soot representfes par [Is c tadi-
dats et lIs chef de file.
Et voila comment lA paint entra jour-
nalstes rested ebose irrtalisAble.

9
C a jemrs dernier, le change s'*t
mis a fdrte dee sieanes, soe crnyant
saas doetea s temp du gt6aral Nr d
Li matss e, ie snore t tole beurre **
soot mies emebdrir avec an brio in-
quietant.


." Ah nous avons celte s maine
cinq regiments on girnison A Part-au-
Prince.
Comment LA savez-vous, lui de-
mandai-je, surpris-?
a' Oh I me fit-il comprendro. tout
implement parce que ma marmi'e
de pois m'est revenue cetto semaine
plus choer ? Le prix caiiuel je p.ie
mon pois me renseigne auspi exacte-
ment sour le d4placement des garni-
sons, quo I'horlcg ~ rnseigne sur
l'heure."
Et moi qui croyais tout savoir, pour
avoir appris un peu de grec et de lain,
voilA, me s)is-je dit, quo je me recon-
nais au-dessous d'une bonne ou d'un
brave bomme, on co' qi concern hl
determination precise des phdnomnoes
efo plus pra'iques de la vie courant I
Saiv z-vous que coes petites observa-
tionq peure it faire pas e* gaiement Ise
temps, sans trop ,ouff ir des sauts de
la maDtegui et du po;s "?
JEAN LE FURrTEUR.


RU3ISUIGIINMZXTU
MflT3&OIRO]GIQW3S



SEUINAl3R COLL2GE St-MARTIAL
VEtIDREDI 3 DLcRUMBRE 1909


lrwui~tre A midi


616 *a/m


Temperature'mii"um l 18,a
maximum 28,6
Moyeanne diurne de la temperature 33,7
Ciel nuageox toute la journie covert
A 7 h. du soir.
Petite plute dans li nuit de 0,2 milli-
metre.
Baroonrtre en h.uzs:.
J. SCHIRERR
Le President dans le Word
CAP-HAITIEV. 3 Dbembre.
Ap-'. ces jpu-'s h u ueu et agrdab'es au
Cap, le P 1siJent s'embirq.ie A l'instant.
Partont des manifestations de regret as
suiet de soi depart.


I --~ -~- I


m


v *









La Commission parlementalre
DU CONTROLEDE L'EMISSOIN DES 10 MILLIONS
( Rdponse d un correspondent)
Pour donrer satisfaction a un corres-
p3ndant don't nous avons public l'autre
jour la lettre de demand, nous donnons
ci-dessous la composition de cette Com-
mission elle qu'el'e a fonctionnd dans le
temps.
Cette Commission ,fut double. Eile cut
d'aboid A contr6ler l'6mission de P. 3.333-
248 sous le cont-6'e des membres sui-
vants :
Sdnateurs.- S:ew. r,, D ,ssek, Cayemit-
te, Louis Andre fils.
Ddputes. S. Archer, Martineau, Leon
Louhis, M. Benoit, H. Monplaisir.
Elle eut ensuite A conttoler le sold de
l'6mission, soit P. 6 666 752, avec la com-
pOiftion suivante :
Sdnateurs.- Pdtion Pierre-Andre (rem-
plqitnt S .wart,mort), Dassck, C"-yemitte,
D Jean-Lcuis ( r.mpla'qnt Lcuis Andre
fi's, mort).
Ddputes.- -- S. Archer, Leon Leuhis, M.
Benoit, Ch. Anglde ( empl2aqnt Marti-
neau, exil6 ), Amisial (-e.npl qant H. M) -
plaisir, exile.)
Neu. e;peions que ces renseignements
donneront p'e'ne s tisfaction A la deman-
de qui nous a 6 6 f-ite.
Nouveaux ateliers art istiques
L'ouvceture du nouvel Aie'ier Photogra-
phique Perrignand, au No 163 grand iue,
a proximity de la Phirmacie central aura
lieu bient6 la semair e prochaine au plus
tard. La date n'est p s fixee encore, mais
nous savons que Mr Perpignand n'attendia
pas l'ache ement comp'e de tou'e la cons-
truc ion, pour recevoir les poses ; car you-
lant rdpondre au desir de beaucoup de f -
milles qui voudraient poser avant le nou-
vel ar, il fait achever activemeit le sa'on
d'exFosi.ion et le salon de poses ; ainsi
avant le jour de l'an chacun aura le plaisir
de poser au ncuvel a elier ou de comman-
der un joli pastel.
Nous nous idjouissons de cette bonne
nouvelle qu r ncus nous empiessons d'an-
noncer a nos lecteurs amateurs de costs
d'art qui sauront a, pr&c er les tons delicats
et la merveil'euse expression de vie que Mr
Perp'gnand donne A ses remarquab'.cs tra-
vaux.
Revue du march


Au moment de la c'6ture samedi dernier,
nous avons appris que la haus e avait &t
occasionn6e par une lutte entire deux ban-
quiers de la place. La bataille a continue
lundi et la prime atttignai 60oo0/o !I
On comprend tacilemen. que cete hiusse
inattendue coincidant avec I s rglIements
de fin novembrea jet6 un variable desa(-
rot dans le march D'un autre c6te la
p'us grande parties de I"o: de la place ayant
6td emmagisinde par l'une de ces maisons,
il a 6i6 presqu'impossib'e de satisfaihe les
nombreuses demands de Gourdes qui sont
arrives de province. Plusieurs mai ons ont
d&cid6 nous dit-on, de commander ua
stock d'or important des E-ats-Unis ; ce
qui ambnera un soulagement. Le petit com-
merce est rest dans l'expectative I s'est
abstenu Je fair des remises et attend
la fin de cette panique. Pour le faciliter-
la Tresorerie accepted les droits en or a
450o o/ ;c'est la seule measure que peu p'en-
dre le Ministre de Finances, d'ici la ren-
trde des Chambres.
A l'ouverture ce ma ia on fait 5 10o ven-
deurs 5oo/5o5 acheteurs.
Les traites sur France, pour les raisons
que nous avons ci'es plus haut, n'ont
pas pu se ndgocier centre or ; pour le
courier de I'Atlas" d'hier on a fait
quelques chiffres assez important cont'e
gourdes A 500 olo.
Les cheques sur New-York font 2 12 0lo
escompte.
Les cheques sur Paris -- invendables.
Le nickel est au pair ( avec billets de 2.)
Nos denrdes sont toujours bien tenues.
Port-au-Prince, le 4 Dicembre 1909.


Haiti Politique et Sociale
Voici le sommaire de la Revue, qui pa-
ratt aujourd'hui :
Fiches ( Danger Social ), Antoine La-
forest ; De la Science pure i la Science
applique, Alfred Naquet ; L'Amitid, Ali-
bee Ferry; Reminiscence d'un soir d'au-
tomne, Otho ; Album et Parterre, F6hx


de St Laurent ; Les Documents du Dr
Cook ( Extrait ) ; Fou Souvenir, Florelle
Rdache ; New-Yo-k : Les Skyscrapers,
Franqois Xavier ; Les finances haitiennes,
Dr F. Dalenccur ; Triomphe d'art ( Jus-
tin Elie, avec un portrait de lui ) ; -A- fil
de l'ht.'ire, Laforet Noire L'affaire du I5
Mars ; Discours du R P. Be'lec ; Kear
lithe, Erne 0 Thevent ; Propos de quin-
zrine, F. B R. ; In memorial ; Petites
Notes.
Cours de Bourse .
Or Amdricain comptant 510 o 0
Nickel escompte 114 01O
Billets de cinq gourdes I1 o01
Traites 90 jours de vue sur Pa-
ris direct, prime 2 o010
Traites sl Hambourg-Paris 2 112 o10
Traites sur France documen-
taires prime 2 112 010
Cheques sur Paris prime 3 oo
Transferts par CAble sur Paris 4, 4 114 010
Cheques sur N-Y. escompte 3 010
Consolid6s 6 olo avec intirets A
partir du ler Juin 49 1ti o1o
Cosolid6s 3 olo dito 27 olo
Emprunt 10o Janvier 6 01o 47 o0o
Emprunts dits Provisoire 6 o0o 47 o010
Titres bleus 2 Io2 loo avec inti-
r&ts A partir du ier Juillet 22 o10
Titres roses 2 112 o0o 21 I'2 010
"Bourse de Paris, 8 'ovembr. 190o9.
Emprunt 1875 5 0[3 Fcs. 230
9 1896 6 olo ( 510
Ci- rmatographe 61ectrique
Demain soir A 7 heures et demise prd-.
cises grande reqrdfen'ation cindmatogra-
phique A l'Ho.el Morch. Vues rcombreu-
ses ec va ides, su;ets comiques et histc-
riques.
Entee g6nerale P. 2
enfants P. I


E t 6e par la birr.&re
M .s (Cellede lavente
fermee- des 7 heures.)


do Champ-de-
Gr6goire sera


Fleu" s. vendre


S'adre;ser A Mad ime Adolphe Sambaur,
Avenue John Brown ( Lalue )
Offre de serv ce
Jeu-e 6trarge-, polyglo'te, d:c-ylogra-
phe desire emp'oi dans ccmnerce ou
banque.
References s6rituses.
Ecrire A Mr G. Bureau du Muatln .
Compagnie des Pomple s
RfUNION ANNUELLE
De-na'n martin, i huit heures auwa l'eu
I'assembl6e g&cdrale oidinai-e de la Com-
pagnie des Pompiers Libres, A la S:ation
Central. -
Cette reunion a pour but d'eatendre et
de d scuter le rapport du Commandar t
sur sa gestion de D6cembre 1908 & No-
vembre 1909.


A PROPOS
DE LA


iaaDse lu Chadge


Continuant son enqudte sur la hausse
du change notre confrere d eu un er.n-
tretien avec M. Eug. Roy, le sympa-
tique agent delchange qui abien voulu
pour une fois se laisser fair, M. Roy
paria ains :

--Nous avons en circulation z5 $
x6.ooo ooo millions de monnaie de mau-
vais aloi, non reprdsentre par de f'or; dans
ces conditions, it est absolument difficile
d'obtenir de la stability dans le change. A
I'avrnement de c- gouvernemnt, an mou
vement de confiance spontand a fait bais-
ser la prime de plus de 4oo points, on peni
meme dire de Soo points. CItait exagerl;
car la circulation 6tant restde A pen ptrt la
meme, le change ne devait pes tre plus
bas que 5 pour une, on 5 Il2 pcur une :
taux d'ailkurs qui est tevenu pen apr6s tl
vi s'est maintenu jusqu'au mois dernier.
I est A supposer que le change n'auraii
pas oscilli en hausse on en baisse de plus
de .o points si les vendeurs d'or en paya-
bletivrable, s'etalent contents de fire cei


operations dans la mesure de leurs moyens;
malheurcu-ement, it n'en a pas Et6 ainsi.
Des gens A capital restteint s'6tant lancds
dans cei oprations sirs aucun frein er,.
aux dates d. ch6ance-, ne pouvant livrer
I or qu il av.ient'vendu s sont forcemeni-
trouv6s acheteurs de fo.'es sommes d or.
Ces date; d' chla ces ayant coincide avec
I'arrivde du recent cyclone lequel a con-
trarid les forces livraisons de cafe auzquel-
les on s attendait, les posses.sears d'oi n'a-"
yant aucun besoin de gourdes ont fait des
exigences-pour cette monnaie trop rare en
Haiti.
Tour empdcher l retour de ces- ran
sactioni M. Roy dit:
A mon point de vae la seule mesure
serait la reg1~mentation de toutes les af-I
faires A terms en les faisant passer p ir an
6tablissemcnt, institae A cet iffet. Dans le
cas qui nous occupe,je .ne vois que .a cais
se de liquidation. II y en aurait certrine-
ment d'u'-res : telle que la disparition to-
ta'e du papier-monnaie on tout au moins
sa diminution dins des proportions plus
fortes que le -etit retrait ac'ull. Je peni
mime vcu; dire. pour ce qu'il s'sgit de
It caisve de liquid, iv, qu- djile e minis-
tre de; Finances, Mr Candelon Ri at d
prepare un project dans ce sens qui deyra
6tte prd entw aux Chambres.
Et votre opinion sur les courtiers, dits
marrons demand notre confiere. le
vcus pase cette qu-stioa parce qre Mr
Rgaud m'a dit h:er qu'il aurait des repro-
ches A leur adre-ser et meme des measures
t prendre centre eux.
R. Je ne pnis savoir les gtritf que Mr
le Ministre de; Finances puts e avoir con-
tre eux.- Je prux n6anmotns affirmer
qu'i's sont exempts de reproches, A moine
d'excertions qui m dchappent. II ser i
dqui-able, contrairement aux habitudes
passes, de ne les rendre responsab'e; ci
de la hausse ri de la baisce : ils ne sou.
qre des in ermddiaires ex&cuaant des or-
dres. Je su's sihe que 'e Ministre des Fi-
nances, faisant u -e eroqute. s&ieue, iarti-
vera A se convaincre qu'ils s'y'sdnt relle-
ment rour rien, dans la hausse diifchange
qui d'ailhu-s ne reie: qu'ua caracl'r(
momentand. -
D. Q e rens-z-vcus du reward dans 1.
paiement de la de te in-drieu-e. ?
R. Mais it n'y a u:uai retard,: ions 'e-
ans la mame chose se reproduit. L'affec-
tation d'u- dollar, servant an paie-
ment de cette dette re se recouvre gucre
rendant la morte saison.
II arrive done que d&s la r6cole ces vai urs
rentrant abondamment, permettentau gou-
verrement de payer l'arridre tou en con-
tiruint 'e service de cette dette. .
D.Pensez-vous q'e jatrais oni touche anz
affections de cette dette ?
R. Non, le Gouvernement jusqu'.ci s'est
toujou s montrd trop soucieux du droi,
des tie's, pou qu'on ait le droit d'avoi-
de pareilles craintes. D'ailleurs la bonont
tenure de ces eflets sur le march. de Port-
au-Prince t6moigre as-ez de la qu oude
d'esprit des porters.
D. Pour ce qui concern Is courtiers,
marrons- vous m'avcz re fabl6 tr6s affir-1
matif- de leur conduit irr6prochab'e,
dites-vous ?
R. Oai 1


t
I
I.


Librairie & Sp6olalit6s
MUSICALES D'HAITI

Em. Benoit Armand
15, RUE LAMARRE, 1.
Port au-Prince
--
Catalogue -B
Command de Pianos et de tous ks instru-
ments.
PRIX DE FABRTIQUE
PREMIREa PARTIES
Catalogue .- -
Carillonneur de Bruges, Fantaisie, Burg-
muller ; Clochete et Bourdon, Fantaisie,!
Marc Bauty ; Carnaval de Venise,-fantaisie
A. ,,roisez: caprice-valse, de Cisar Cui-;1
La Consolation, andante, J. Duusseck Ca-,
price espangol, Hend GagasirelCapri. s*


d


Les Diamants de la.Courohne, tiale, *'-
Smith ; Le-Di1ire, derniers momenrs
l'auteur, valse, Strauss ; Dis-mol quel*eSt
ton pays. Selbnick.; Danes fcile A FAt
bums) Streabiog ;. Danses faciles (
bumis ) Beaumont; Derniere Pense..W.
ber Douze: fenilles IdAlbums ean a li
Widor.-


la Marche des Eifes do songe d'une nui
d'Erd de Mendelssohnn, S. Holl^ er ; Capri
ce,Eude sur l'ouverture de Fingal de Me p-
delssohvn, S. Heller ; La Chasse infernale
galop, Ch Kolling ; Le Chateau du Dia.
'e quadiutle. Leduc; Chales Quint, -
drille, Leduc ; Le Coucher do Sol eilu
verie, Eog. Monior ; Le Carnaval de Ve-
nise. grande variation J. Rosenhain ; La
Chasse, morceau, caractdristiq'ue, F. Spiud:.
ler ; C-el E oils, Rverie, Constant Sieg;-
Chanto-is hymen air vari6, Dasseck
Columbia capi ice de concert, L M. Gotts-
chalk ; Caprice Eldgiaque, L. M. Gotts-
chalk ; Le cri de Dtlivrance, caprice h6-
roiqte, L. M Gotschalk ; El Cocoye. ca-
price cubain, L. M. Gottschalk ; Le Chant
du Martyr, caprice religieux, Gottschalk ;
Deux C -pices sur des themes de Men-
derohnn. S-6phen Holler ; Le Chant des
Fleurs ieverie. J. Ascher ; C-price de
Conce-t-sur la file du Rgiment, J Ascher;
Caprice esp-gnol, Paul Beaumont ; Chan-
son de N e1, berceuse, Paul Beaumont ;
Cavatire de cinq Mars de Gounol,F. Behr;
Chant du Cygne melodie plainmi.e, J. Bla-
menthal; Le chemin du Paris, trarscription
i. Blamen'hil ; C'est la vie, polki march
Rod Be-ger ; Cal.f de B gdad, ouve:ture,
Boieldicu ; La Ciration de J. Haydn, H.
Cramer; Calif d-. Bagdad. pot pcun;, H.
Cramer ; Chanson de l'Exile, limentabile,
A. Croisfz ; Cava ine et Romance debla
file du Regiment, Th. Dohler ; C6!6b.e
So'fege Rodolphe A. Noel, Emile Du-and,
C616bre Solf6ge Rodolphe avec accomp:-
enemeut piano. Emile Durand ; Christo-
phe Colomb, F. David ; Canzonetto op.
35, B Godard ; Chant des Anges, Reve-
rTe, L..G.Ibierts ; Charqon creole, trans-
crip-ion, E. Godefro'd ; Les Chintsdu
so'dat valse, Jh Gung ; Grand Caprice hon-
gro's, E ule de concert, E. Ketterer ;
Chanson crdo'e, transcription. E. Ketterer;
Chanson cr6'e simp'ifide E. Thetterer ;
Chansons espagrnoles, fartaisle de conc'.t,
E. Thetterer ; Comme cints (A'buns des).
E Lick ; Les classiques de la jeuncs;e,
Ch Len-z ; La charity, F L'szr Chipe'!e
de Guillaume Tell, F.Lisz ; Les Cloches
de Gdreve, F. Li zt ; Chanson bohdmienne
F. Liszt ; Cloche de Comeville valse, Clo-
che de Comeville qu drille ; chanson de
comeville transcription, Chant du soir B.
Richards ; chant du maiin, B. Richuds;
chanson du Printemps, B R chards ; Les
-olona be3 messag&res,sui:e de values, S:hu-
bert ; colombine valse facile, Schubert ;
cainaval des eafants va'se fac le, Schubart;
Cascade de Rnbis, S. Smilh ; Chant des
vagues, morceau-carasteristique S Smith ;
chanson creole, Grande transcription S.
Smith ; carillon de N.Al, s-yle gavotte et
musette, S, Smilh ; carnaval de R6me,
ouverture Strauss ; Le collier de Perlos,,
albums de 6 danses faciles Stscabbog ;
Grarid caprice de conceIt sur la Eravonte,
les Huguenots et la Maviata, Ilopmann ;
La cosbeille de Roses, album 6 danses -t,
ciles, Streabtog ; cornet a pistons Mtho.-
de er morceauiAlbum clarinette, Mthodes
i Lefebvre ; F. B.w-P Mimart, K'ose-
F, Beer, Clarinette Album et morceaui.

Catalogue -.D

Dou'eurs d'un annexed, Reverie, J. Heck-
ma'n ; Dia vo'ena. Morceuan de salon, G,
Lange ; Dors mon ange, Berceuse. HoraU
Mansion;Derni&e Rose d'e 6 The Tast Ro-
se, B. Rchard ; La Derniere Hrondelle,
A. Schmoll ; Derniere Espirance, mdd-.
tation relihg:euse; L. M. Gottschalk ; Die
claration, duetto, Aug. Vincent ; DiviDe.
Imploration,-cl bre valse lente, E. Doisy,;
Douze nouveanx Laendler,BarbedetteD-r-
n ier B liser, varse lente, Rol. Berger ; LV
Difficulty, i Erude0, P. Le Couppey;
'Dans les nuages,Schottisch de concert,Dan-
zanu Dernier Amour, E ule de concern, L.,
M. Gottscholk ; Dragon Fghter,PolonaIse
op, Hoffann ; Dugnesclin, quadril,=
20 Da'.es diverse, Albums i et 3 A Le-
duc ; Danses e;pagno's, Morokowski ;De
tou'e mon ame, pense poeuique. F. d'O."
so ; Danse macableS't Saeas ; Les Da.,-
de Seville. 5 valses brillantes, Schabeit ,










Alphonse Jo-Joseph M Jh. M. Duplessy
Photograph
imonce A sa nombreuse clientele Avise ses nombreux clien's qu'il
le a transfer son magasin,Grand n'est A leur disposition que de 9 hrs.
No 442, a c6t6 de l'ancien ma- A midi, de 2 A 5 heures, except les
aA L'AIGUILLE D'OR en face apis-midi des dimanches et des
Pharmacie Centrale maison Vve jours fdrids.


N,- -
.st Rivilre.


eLigeAllis

U vapear ALLEIHANNY ayant quit-
wNd-York j.u 1i '2 courant, pour le
ip.-aitien, Po !-de-Paix, Gonaives
notre port est attend ici vendredi
courant. It partira probablement
ans. la soir6e pour Petit GoAve, Jd-
oite, Savanilla. Cartagena, Santa-
Iirta et Nw York,prenant la malle,
ft et passagers.

La in lie pour. I'Etranger ( via J6-
6ie) par le vapeur Prinz Eitel Frie
kOk fermara A la poste vendredi 10
trant, d 6 heures prdcises du soir.
T Port-au Prince 4 Decembre 1909.
F. HERRMANN & Co
Agents





Selon derniere d6peche recue,le sis
'Prins Willem I venant des ports
la Sad sera i3i ditnaache de grand
natin et partira dans la soirde pour
St-Marc, Gonaives etNew-Yoik
Port-au-Prince, 4 Dtlc~mbre 1909.
Aug. AHRENDTS, 'Agent.

BIBLIOTHEQUE MODERNE
4 RUE DU FORT-PER,
A. L. HORRT T.F'.'
,oa6,ement G. 2. Caution G. 3 4/2
A partir de Ddcembre, le service
offre des nouveaut6s parues A Paris'
mme oceaa.I
A tout abonn6 renouvelant son abon-
ement,et A tout nouvel abinn6, il sera
onad pour le mois de D cembre, A
itre de prime, un lot de caries posta-
de la valeur marchande d'une gour.
s.
Ce qui en rdali:t laissera l'abonne-
ent A Une gourde.
A L. HORELLE.


Changement d'adresse

Me J.L. Dominique, avo6at, se tient
ddsormais pour les affaires de son
Cabinet en ville, au No. 79, Rue du
Centre 79, A parlir de ce jour.
29 Novembre 1909

MASON DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE

?Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu de la
Rdpublique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par les
derniers Steamers une Varidtd d'dtof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote, Drap vert et bleu d'une
r6elle sup6riorit6.
COUPE MODERNE !
PROMPTITUDE I SOLIDIT9i !
L'6tablissement se recommande aux
clients les plus ddlicats qui apprd-
cient chaque jour davantage le FINI
de son travail.
Demand z chez Joseph Suin-C'oud le
Restaurateur de la Sant6 et de; Cartes pos-
tales Illustrdes.

Gudrison de Mme Falliqan-Devergne
atteinte deTUBERCULOSE PULMONAIRE
par le traitement & base d'Elixir Dupeyroux
FA (iA LLIGAN-DEVERGNE (Elisa), ue reprsecnta
a polol or:ivure ci-conltre. linhite, 22, rue Lalande
Paris (14'). Je lui
trouvai,a lafin d'oc-
4 >tobie 90o8, des l-
sions du premier de.
grtm occupant le tiers
s Ul)suiricur des deux
potbmonsen avaent et
en arriere. Ellesoul-
fait deI' estomac, ne
,ikaglgeait pas, 'vo.
missa1it ses alintents
Set transpirait beau-
c oup la nuit: ellc
avail tlne toitx coil-
ciit d e dormir et
.Trois ois de rai-
teille..t, lasc i Ehl x.,LiA. LUPJEYROUX, ahnxliore-
i'>tt conisiderablementt sotn c La et, le 2o jtillct p9o,
r;iace At itelimeint ritgotlueusienltc conitint erile
etait compleemenit g erie et ni'at permits de publier
son cas, dallns le but d'tre 1a1ic aI ses selublables.
l)octeiar )DUPEYROUY,
5, stqttare de Messine, Paris.
P.-S. l.'Elixir Dupeyroux est & base de creosote
vraie de lertre, iode, tanin et glycerophosphate deo
clianx. 11 agit enprovo uant la formation d'anti.
toxins ttuberculoeuse dan ti e seciiin saunguin.Le flaconi
d'Ehixir l)upeyroux, cuntourbi de la mn6thode du traite.
inenit de la tutberculose employ~ par le docteur Du.
pcyroux. est eni vente clezr Mle Ch. Ewald, phat
unacie Albertini, & Port-au-Prince.


ON CHITE Caf6, cire
ON A1CHE et micl, A
Pktion-Ville, usine caf6iere.
CIRE & MIEL


a Port-au-Prince, 40,


rue F6rou.


i
Li


E. de LESPIrASSE,


P. SANTALLIER.


CHANGEMENT D'ADRESSE
Mes Ldger Cauvin
ET
Monferrier Pierre
AVOCATS
41, RUE Roux 48,
Au dessus da la Pharmacie Roberts.

A louer
Une Maison A &age entire cour et
jardin pour grande famille, pros du
Docteur Audain.
S'adresser au Magasin S, M. Pierre
& Co.
Port-au-Prince, 30 Novembre 1909.

Avis
CHAMBRE DE COMMERCE FRANQAISE
EN HAITI
La Chambre de Commerce Frangaise
en Haiti, a l'honneur de porter a la
connaissance du Public en g6ndral
et du Commerce en parliculier, que
sa salle d'exposition d'dchantillons et
de catalogues sera transferee A paitir
du 25 Novembre prochain, au r, z-
de-chauss6e du local de la dite Cham-1
bre de Commerce dans la halle occu-
pee par la Biblio'hlque Moderne, 4
Rue du Fort-Per, oh Monsieur A, L.
Horelle, secr6taire adjoint, sera A la
disposition de toute personnel desirant
des'renseignements tous les jours de
10 heures A midi et de 3 heures a 5
heures de l'apres-midi, dimanche el
fetes except6s.
Le Secrdtaire-gdndral, Le Prdsident,


ROYAL Kola Champagfne
Cette d6licieuse boisson, don't les qualities toniques!et fortifiantes, la-.a-
veur exquise, le moe'leux agrdable out contribu6 A former l'incomparabli.
rafraichissement des climats tropicaax, merite bien son titre lOYAL ,.
Agence G6n6rale et D6p6t:


AU MAGASIN DE


LA


1V1ItTROPOLE


MAISON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT


N'ACHETEZ PAS


Sans


visitor


sBeroieresolo nouvYauto s reues par la haiso n

A l'Ange Gardien
S93, RUE DU RESERVOIR 98.


La Maison ne vend que des articles de premiere qua-
lit6 et a des prix moddi6s.

On y trouvera : Chapeaux garnis pour dames et
fillettes ; Capotes ; Formes-Jdan Barts ; Gauts ; Flours ;
Rubins; A';azoie; Blanc d.3 ParaIis; Plauoims de coq ;
Dentelles et Gjipures ; Broleri ; Bas et Ctiaussettes ;
Souliers d eaf nt- ; Tissas po ir rob 3s Arm v.'e; S )rge
couleur ; Taff-tas; Taffe'aline; Sitia Liberty; Grenadi-
ne de soie, etc..
Articles pour cadeaux: Bronz.-3 veil-
leuses ; Penddlettes; Albums pour cartes pota'es, etc.


Bel assortment de


Parfumerie


JOUJETS
-. Rayon de Deuit: Cr6pe ; Chales.de crepe; Eta-
mine; Cachemire; Satin de Chine; Couronnes mor-
iw naires.


G

R





III




N


- Vous le trouva'ez ea
Andred Faubert
Pharmacie Alex. Roberts
Madame E. DreyfAs
A l'Epicerie H. Corvington
E
F. Ch6riez Petit-G
Mme G6rard Bartels Jdrdr


PORT-AU-PRINCE.
. oLitre chez:
rue Roux a lFpicerie Nerette Grand'rue (ea face
do la station central des pompiers.)
do A I'Epicerie C.Lundi rue des fronts forts
rue Ferou an Magasin E Dreyfus do
IN PROVINCE
roAve. J. R. Montasse Gonaives


mie.


Entreprise

D'EAUX GAZEUSES


Fond6e en 1899
21, Rue F6rou, 21.
Ginger Kola
Kola-Champagne
Soda-Water
Siphons
.Sirops
Liqueurs
Bitter


Monseigneur I'Archeveque du
Guatemala benit les inventeurs
DE

L'Emulsion Scott











LE DOCTEUR DON RICCARDO
CASANOVA Y ESTRADA
Archevxque du Guatinala
." Son Excellence Illustrissime a pris h
differentes occasions, par ordonnance de
imedecin, cette preparation universelle-
menit renommee et era a toujours sent lei
effects salutaires. Son Excellence Illustris-
sinie vous souhaite toute prospbrit& et
vous benit au noni du Seigneur." -
JOSE RAMIREZ COLON, Secretaire de
1'Archeveche. GuMat6nala, le 8 aout 1908.

TOUTE personnel epuisee, soit par
1'exces de travail physique soft
par le travail mental, trouvera dans
I'EMULSION SCOTT I'agent le
plus puissant pour retablir les forces
du corps et de 1'esprit. Elle
constitute le remede le plus
efficace pour combattre la
phtisie, 1'anemie, le rachi-
tisme, la scrofule, etc., et
elle product le meilleur :
effet chez les femmes en-
ceintes et chez les enfants
fables de naissance.
SCOTT & BOWNE, Exiger
catte marque
Droguistes, New York do fabrique
IFr. s. 5.


_ L--- r -- I ~1 ~I I' I~ -~SsPPPC~P. --CI r----e -- IC I -I T-







Vins de Propri6taire

M" Fernand Loniewski

Prop)rietaire- vi ticulteur

A l'avantage do fai e savoir au public quiil vient d'ouvrir un dlpot situd au
No 43 de la rue des Fronts Forts ( 11tile Sylvain ) o it met en vente le3 pro
duits ci-apros :
VIN ROUGE d 3 et 4 gourdes le gallon.
VIN BLANC d 4 el 5 gourdes le gallon.
VINS ROUGES en caisse do 42 houteilles 5 25 et 30 gourdes la caisse.
VINS BLANCS en caisse de 12 bouteilies a 30 et 35 gourdes la caisse.
Muscats, Malaga- Miad6e, Clairette, Picardon, Quinquina, Vermouth, Banyuls
en fNts de 16 et 32 litres et en bouteilles. Champagne A dei prix moddrbs.
Port-au Prince, le 18 Novembre 1909.



A de MATTEIS & Cie
32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Maison Fondee en 1888


Bijouterie. Argenterie. Patfamerie.
salle a manger, chambres, etc.-Miroirs et
pour avocats, homes d'affaires, ministrPs.
rare. Ar iclps de Bureau, etc.
AchAt do viol or, argent, diamant, caiille.


- Articles de luxe pour salon,
tableaux artistiques. Serviettes
- Bibelots 614gants, ddlicats et


Reparations de Bijouterie. Les articles vendus ou r6par6s sont garantis
pour une periode determine.
MASON DE HAUTE CONFIANCE et de premier ordre.



Laboratoire Sejourne
PREPARATION DE TOUTES AMPOULES M1D1CAMENTEUSES STPIRI-
LISPIES ET INJECTABLES.
AmpouleS d'Eau de rem r Isotoniques selon Quinton.
L'eau de mer que nous employon- a 6td soigneusement captde au large,
au delA de l'ile de la Gonave. Nous faisons remarquer au Corps medical
l'observation judicieuse que font les laboratoires strangers :
* L'Eau de mer injectable doit tre de fabrication r6cente pour avoir toutes ses pro-
pri6t6s therapeutiques. De nombreuses attestations nous permettent de certifier que
nos products ont donn6 tous les r6sultats esp6rbs. D i


SPE"304ia itt,: Se-rum x-vrosth~nique.
Ce Seruwm r~gularise les 6ehaing(es nu tritlifs, it a Mt employ6
4as dans la neurasthi~nie, la tutbercu'ose, etc.


avec suc-


NICOLAS CORDASCO

157, rue R6publicaine, 157.

A su conqudrir en peu de temps la premiere place tant A Port-au-Prince q"
dans la Province.
Le veritable succes don't elle joait-est dd au choix incomparable de sea
deles sur fo:mes francaises et americ tines d'une 6legance irfdprochabl4t,
rdpondant A tous les caprices du bo-i gout.
Tous ses modules existant en mag-xsin en to'utes pointures et largsurs I b
permettent de chausser tous les pieds, m6me les plus difficiles; et ra m-.
'citd de ses prix est accessible A toutes les bourses a .
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas A se chausser dans le m
sin seront satisfaites dans les 24 heures par un article fait sur me ,
N B.- La maison peut chausser; sans preidre dces measures, les person t.
ne peuvent s'y rendre.
II suffit de lui envoyer une chaussure allant bien' on sinon lui signaler 1
d:fautF. ...
Les chaussures n'allant pas bien seront remplacdes par d'autres, reclifid4
d'apres les observations fournies.
La faculty du retour est permise dans les 24 h aures apres la livraison s-
les chaussures ont 6t6 port6es ou ne sont pas 6 l'6tat complete de neufelI
seront rigoureusement refuses.
La maison d6fie toute concurrence, et envoie franco en
vince.
AVIS.- La maison a nouvellement reQu un assortment incomparable do
peau: veau verni, vache vernie, vAche noire, veau !afin6, kangaroo, chevreaux
glac6s noirs, jaunes, champagnes, rouges, etc,etc.
Vente en gros et en details
Les clients trouveront A partir d'aujourd'.hui toutes sortes de tourniturfJl
pour cordonnerie A des prix excessivement r6duits.
Ces prix -xcep'ionnels ne sont obtenus que parce que la maison ne faith
plus ses affairs que directement avec les fabriques dij peaux et de fourni.
tures, des Etats-Unis telles: que tirants, ceillets, lacets, clous, dlastiques, fil
pour machines et pour cordonniers.
Machines.4 coudre
( Singer
i,,


Fln
L-


Pour cordonniers, tailleurs et co0.
turiores. Demander catalogue et rea.
seigoements.
La maison accepted toutes les com-.
mandes qui lui sont faites en ce qua
concern la cordonnerie. ;
On y trouvera des empeignes, poWj
h-mmes, femmes et de toutes poin-
tures, travailles avec un grand soiq.
< Coupe excessivement Kodas a
Avis aux marchands


FABRIQU!J DE CHAUSSURES

Fiora vainte Cordasco


153


Gra.d'Rue
Met en vente a un prix tres reduit, un stock consiIdrable de chaussures
des plus 61~gantes et des plus soliei(-,, pour HOMMES, FEMMES & ENFANTS.
Style franeais et ambricain. derniere mode.
Pour la vente en gros escompte de 5 olo


Liquidation
Un grand stock de CHAUSSURES, pour homes, dames et enfants.

Profitez de I'occasion

Tannerie Continentale


RUE DU QUAI, No 83.
N. B Un moteur avec chaudiere de huit cheveaux, transmission
pl te de quarante pieds de longer. Une balance francaise.


corn-


Hautes Nouveautes
ROBES CORSAGES PEIGNOIRS MATINEES JUP9S CHAPgAUX garn's
et non garnish pour dAies, fillettes et b~b6s, FLEURS, RUBA.NS. DINTELLES,
ECHARPES, PARFUMERIE, etc., seront en vente a des prix t16s moddrds A
partir du lundi 15 Novembre chez Madame FERNAND LONIEWSKI, Maison
. J. Audain rue Lamarre (Bagatelle-Villa).


de chaussures
A partir de ce jour, la Maison so
charge d'exdcuter les commandos
de chaussures qui lui seront faitR
avec un grand rabais de prix.
Demander renseignements A ct
4gard et le catalogue quivous sera 4l-
voyd franco.


Les Cigares du
Centenaire
Se fument un peu partout dans la
R6pub'iq'ue.
Ona Its peut acheter :
PORT-AU-PRINCE, 25 Rue des
Miracle, 51 Rue Roux.
A JACMEL,- Ch-z Hugo Jensen.
AUX CAYES,- Chf z P. N. Neptnne.
AUX GONAIVES,- Chez Montas.


A L'ANSE*D'HAINAULT,-- Chez Ar-
thur D'ouip, Piard Youance.
DAME MARIE.- Chlz Vve Harmoni
Bri6re, Fernandtz et ailleurs.
I AUX BARADJkRES, -- Chez .Clod(-
mir Drouin.
AU CAP-HAITIEN, --- Ch z Olivina
St-Aude.
A SAINT-MARC . .
A JVRIlMIE, Dans tous les coins de
la Ville.
I La Fabr:q"e serait heureue d'avoir
.des agents dans leslocalitis oi elle n'et
pias coore represented.
Toute recommendation avec s6rieus~
et bone rdf6rtnce sera spprcide.
* EUGENE PRIN,
SDirecteur.


Docteur C. Gaveau
MIDECIN CHIRURGIEN, AccouciAJt
Dipld6m d I' Universird de Harvard,
Traitement special, par 'EkectrothA
rape, des ma'adies du Ventre, ci4
la ferme. des maladies des voices g
nito-urinaires, des maladies des ye8:,
St d(s maladies chroniques.
Les malades ont seuls un intwt:
vital A s'dpargner, grAce aux progf
de la m6decine moderne par i'a&F I'
cation scipntifique de I'Electnltt1'
dans ces maladies, les dangers at I#I
suites fA'-heuses des operations c i
rurgicales ddlabrantes et coflteuaqes, ei
1 ineffieacitd des traifements d6mnod,
Traitement special des Lymphawy
tes des pays chauds par l'applica1ti
de I'air chaud contr61d.
CONSULTATIONS : martin de 7 A 10 h
apr6s-midi de 2 A 4 hib
CONSULTATIONS GRATUITSS avec trait-
ments les Lundis de 2 A 4 hear
aprbs-m di.
128, Rue da Centre,
A c6td de M* Edmond Lespioaa'-

F ELX MACLOwIR
AVOCT .
.zr3, Ruedno dCMOs, 113&


I- -C -- r~ I --- --- ;~ .


--~-


- -- "Mml


___


mom


-----,


i