<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00790
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 2, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00790

Full Text



*AJnn" JP SOB


Port-au -Prince, Thail


Saudi 2 low@b i~e


, AOUNINEENTS


UN Moss.. G. 2.00
Taoss Mos... 5 00
U ois .,. G. 2.20
Tams Mors. 6.00
.Rous Mos 8.00


pozautalfg1oIre
DR3CTUUKFoMDAT3UR


j


LE NU~tRO 15 CENTIMES'

1~ bmflu~terit 3fluirtin mOh ~ n#,.
paR ro-ndus
REDACTION4-ADMINISTR ATION
4 5, RtUP ROMX, 4 S


Arth~Isidore
ADMINISTATFUR


OUOTIDIEN


CONTEST DU JEUDI


Le Cas de M Gerbeau


IA represent
6t6 annol
do soir
uand j'y ar
6tait com
rimapatiened
porte la
fmii bien r
ase lea go
l avaient on
krdebo'at ur
incus que I'
i A se g Anoi
tI ne choes
songeais p
M cette col
lie des sauva)
* parent avoc
m 6tant une
mette i'sa
vie de so m=
dot. J'en 6t
*d sur la.
ties dem
6meuas di
.iea quai cir
a, un rea
i de moi, I
,it j3 reco
Bonsoir,
e voix qui
- Bonsoir.
allez bien,
Sj n'ai oe
or ?
*-Tr6s-bion.
laterie 4de
mrra la m
tendait et a
itait sur le
a d'(n pe:l
,s emt a la
bmnes mi
piacer pass
Wft juh6A
do lai son
tvit der
pour le m
efoatinuait
SAla vas
p pouru
Mal vOas
thorbeau,*
SI, tout de
Sfmeau 4
que jo
;-- Port
begues a
*vecdes g
l titume
ptrouvatie.


attach
PtilSinal


ple

$f- f


atton cindmatographique
acde pour sept heuare et
as Mas6e du Sdminaire;
arrival A Iheare dite, la
able et d6ji manifestait
e. J'allai me poster prbs
tdrale de gauche et je
6aigda A no rien voir -
ins qui dtaient devant
la courtoilde de so te-
leurs siege3, bien con-
dducation, laquelle con-
r un peu pour les autren,
abiolument absurde. Et
bhilosophiquement com-
iception eat identique A
ges quli mangent un pro-
c d6votio- parce que la
gdae, it imnporte qu'on
iss, on satisfaisant son
ettre quelque chose sous
tas IA de mes rdflexions,
toilsb eoamemcreot toe


Dans de trUI belle photographies
de Mme Gerbeau, en costume de ville,
qua je vis ano6e derai6re, chez des
amiei, j'avais remarqu6 ce meme mau-
vais gout.
C'est A la femme A donner du prix
aux obj its quels qu'ils soient, et non
les objets A la femme. Parmi les pho-
tographies susdites, il y a une ou
Mme Gerbsau est repr6seat6e en pro-
meneuse se protigeant centre le soleil
do son ombrelli ouverte et ... elle eat
dans un salon. Q I'est-ce A dire ? Eit-
ce que Miae Gerbeau no serait pas plus
capable de retl ,xion qu'uu oiseau ? E,
Ie photograph%, vaut-il mieux qu'elle
come cerveau ? Mais laissons ces
prob'6mes don't la solution ne nonus
avancerait A rien et retournons au Mu-
sde du S6minaire.
IC


geotes war a taudisse Les lenteurs qui marqubrent les in-
a bon public port-au- tervalles s6parant un tableau d'an an-
rolt quae cest avrnd. L- tre, une anicroche survenant dans la
nemoent de chaises tout machine 61ectrique, rendirent la reprd-
me port A turner la sensation plus longue que de raison et
anus Mme Emika Ger- I'enfant do couple Gerbsau finit par
s'endormir. M. Gerbeau so d6ctda le I
Monsieur, s'6cria-t-elle porter jusque dans sa voiture et ea-
6tait une music lue. suite chez lui. Pendant ce temps, une
Madame, r6pliquai-je, parties des spectateurs miles criait,pes-
depuis deux cents ans aint et mAme jappait.
le p'aisir de vous ren- EU se retirant avec l'enfant, M. Ger-
beau qui avait 6td plac6 devant nouni,
fit-elle, en riant de ma :aissa A d6couvert un Monsieur qui se
bite sar un ton grave. donnait an mal infini pour que sa fa
lain que Mme Girbsau mille no soouffit de rien.
mUssi cell de son maria, S3udain Mme Ge. beau se mit A trem-
pas de la port flan- bier de tous ses membres, et elle s'A-
Lt garcon habill6 tr6s cri on claqu nt des dents :
mode de Paris. II fallot .-- Cet bomme qai est devant no is...
nutes an group pour par oss est il passed ?... C)maeat se
ablement ; le peit gar- trouve-t-il A c'tte place ?...
mur un- chaise ayant --- Mii, rpliquai je, ilt est IA depuis
k papa. Mme Gerbeau le debut de la soiree, ce me semble.
rlAre celoi ci. Tout tait A ce moment, l'inconna se retourna.
ix. Et la repr6senta- C'6tait un homme a physionomie dd-
dt le public trpigniu plaisante. II avait la face terreuie, la
id'n monsieur quiour sarbe en broussaille et les yeux pales
avoc des regard* on dedans.
an deez rion voir0, dit Vous connaissez cat home ? me
D retournant dmon, demand voi x basso ma jlie voisino
So rtournnt d on me aiuMsant nerveusement eIs bras
-.C'est-i-dire que jt le rancontre
mAme .. qu Ique fois an B)rd-do mer...
tr6s jolie femme quhommes'tait pench vers
et it y avait bien cinq on nous et demnd- doucement :
Ssoe I'avais seulement -- J n voas emp6chI pts de voir ? t
-au-Prince on rests aim -- Pa% do tout, fls-je.
ndaos "mans cun rap- Mda Mme G rbeau s'tait jetoe on
Ions quoa i'on a connas Mir Mm GneEI tatdlivide.
moment autrefolm.Etquaod arrirA. E 1o vat seied. me det
e'est comme sl l'on s'd- .Aez-voius vt r e. meuit
ilis. ell, I&a voix altdrde.
a dalt ne feu-se mi- -Oai, ds yex 6ra''ge c est
as fines t aux yeux t)ut bl nc.
N'est-ce pas? (~st bian c u regard
elleo dait mervoilleuse- horrible qu'il a assdhn sur moi I'autra
tolo ttot n broveri an- uit... O2 I sorton, j i ov.i on pnie,
it tao rchapeau noanr sortons, sans quolj j vais tomber sans
ame blanche magistrate. con, nasan.Grbea
at, oll* avait cro devoir Joff is bss A Mie Gerboa et (
teor -- an qa'on plt noes Gag AiMes la g rie dal trade.
ate jo a inobrables t ie a s amotsir p do do. o blalutrade.
beoat a dolgts.t ele respirtt ay effort. Jo it1 passai


use poche de pastilles d9 manth,l *It Er je no di ples rine, perdu dans
elle on sua 0one on deux aveo empres- les rfflextons p.a communes on iles
s'ment. 41 la soulagea ui peu. confidences do lime Gerbeat m'avaient
-- Oa I cet homme.. cat home. et6.Sur c entefitos, arriva Mr ('Fr-
r6pdta-t-eue en friasonant. Comment I Marie, s'6cria-t-il, c'est
-- L'intdrAt qu e j vo-s port, lui 1 le & s quo tu fails do la reprdsenta-
dis-j3, m'ob!igu a vous damander les tion
raisons pour lesquelles un regard de ..-- J sis souffrante. Emili, trt south
ce pauvre garcon a pa vous trouble frante, r6pliqua-elle. Je ddsire rentrer.
ainsi ? -- Parlous, alors.
Les prunelles de Mmine Gerbeau pri- Et Mme Gerbean me tendant la main;
rent un ctractbre de fizitd qui m'effra- dit :
ya A mon tour. -- Vous avez 6td bion aimable pour
-- Voyons, pirlez, je vous on supplies. moi, Monsieur, ot je vous eon r mercie
Et elle parla -- comma m6canique- infinimont. Je serais trs heurouse,si de
ment, avec une voix blanche qui sem- temps on temps, Is dimanche, vous vc-
blait la voix d'ane autre personnel. iezipasser un moment avec noun.
--Cet homm9e dit elle hiletante, cat M. G trbeau intervint :
P .- Oaidit-il leI dimaSch,, do% inti-
homme habits uone petite mason bass, -- Ol, dit-il, o dimacl, des inati-
dans une cour, pros de ma will, de- mde ase ruiussent Ala mason, on o fit
puas bient6t trols moie... II m6ne uone do ia musique, on cause un peuet saur-
existence singuli6re... quelquofois,uno, tout on jono... Vous Ates b6teur,sa
deux semaines se passent sans q1u'on douteo s a in. dc mond..
no s1 vote, puis to it d'un coup ii re- ParIemons d monde.
parait... Alors les matins, quand il des- Bridgur h a ...
cend en ville, it s'arrete devant ma bar- I -- Non plus.
rir pour me sauerlandisqt auto -. Ah I... Vous non regarderez alors.
occupy i soigner mes fleaurs. I'al -- Mas ou... A an do co dimanches
beau lai tourner Is doq, cepeadaat je doc.
sqens son regard derribre mol A Ia mi- III
nute precise on ii s'arr6te. et A ce
moment-lA... c'est plus fort quake mol... Les Gwbsau parties, j'avis-i A'exiq,
il faut que je me retourne pour subir Montet, l'agent do change. qui se pro-
son salt. et je passe mes journees monait furieux daas la galri3s du mu-
Speonser A ce vampire et A son ceil ter- d6e, eu fumrnt one cigarette.
rible... Eb bien... Et bien. avan- -- Qu'ost-ce quo vous avez ? lui de-
bier soir. Oh c'est all ex. Avant mandai-ji.
hier soir. vers les ooze hoeures.. -- J di a, ecla l.
mon miri n'dtait pis rentrd encore. -- J sindsgad, exclama-t-il.je stai
It dtait ch z Sili il as pour son affai- indigud des crfs savages et des plai-
re... Jd'tais couch6e, mis je ase dor- santeries, insipides que vocifArent ces
mais pap, quaod tout A coap par la f.- jeunes ens dans la salle. Jo trouve ,a
n6tre ouverte, une t6ta so mo itrj. .. ignoble !
puis cet boom iautat dans la cham- -- Cest entendu, fis-je, mais comme
bre...dans le lit, j' tais comme andan- nous ne sommes pas responsables des
tie... et I'homme avec son strange re- meurs de nos compatriotes, je vous
gard s'avaocait v is moi, diant entire prieral de vous calmer un pen et de me
ses dentd : '- Ah I j% vois liens .. vous dooner uo petit renseigiement -- car
allez Mtre A mii, j le veux I E eon- sans coatredit, voua dtes avec Maximi-
tendant cet int rual props je r6uni- lion Del angle, I'homme le mieux infor-
tojtes m s forces qui 6taient enu train de m4 des Antilles.
m'abandonner et jv pou s di un cri qui Montet sourit et rdpliqia :
a du MAre 6pouvantabli, car I miid6rn- -. Toujours A votre service, cher ami.
ble en fut territi6... Li banne accourut, Je I'attirat prAs de Ia porte odl se
mon mari qui venait de rentrar so prd- trouvait I'incomnu de Mmr Gorbean et
cipita. mats 1 hImnae avait dispra... Ise d6-ignant A Montet, ji lui demandai
-- L'6cheile !. m'ecriai-je, 'dchel- qu'il dtat :
le I ... il n'a pas pu avoir 1 temps -- C'est on courtier en merchandise,
d'enlever l'dchal e... me dit Montet, an travailleur hours li-
Mmn maria c)urut A la fan6tre, et ne go*. .. it'sppelle Tithon Urbain. .
vit las I'dcb-'e. E -3e qua cet homme voyage r des embarcations a c6t...
s(rait un d6moo ? achAte des marchaoises passes o
I n'y d a p*ad ddmon, rpliquai j contre bande dans les endroits favori-
-- I y a pat ddmon, r qa je s t viont les revendre A bon compto
-- Alor, reprit Mmq Girbein, je ra- A Po t-au-Prince... ggsoe de l'argent,
contain A m n maria l'efflTryale scene come vos tole oyez 1A. est propr6-
qui venait do se passer, mais it a souri taire do trois ou quatre maisons ga-
et m'a dit quo j'avais i6v6 -- tout 91 godes dans lei aflaireo A r6mr. II
par peur de I'aulre, it craignait d'aller est mariA et pbre de deux enfants qui
A sa poorsuite. sono I-a yeuxde sa t te et qai d'ailleurs
Je refl:chts no instant, puis je m'a- luifout bonneur pir les pucces qu'il
dressai en csM terms A Mi Gerbeau. remaport at dans Jes t examen oolairee.
-- Vous dites que non seulement voof, In siA 1 I'6colo, Ia demoisel'e ches les
av z va cet bho-n p'a6trr ldabs ivo- SO, rs d1 1tlem et 1 garVon a Sdmi-
tre chambre A I'aid d'une 6chellU ap naire. C'et an esceL eat pere de famille
plija6e centre la fpootre, m is encore qua Tathon U bala et an tr6e brave
qu'it vous a pard? home.
S-O et done voix t,"i rude. Ah diable olatai-j-, mai. .
-- It ma sembld copendant, a e'oten- c'est qua vow me vowo comp'6teomnt
Ire tout A I'heare, qu'il a lintonathlo d6eorieat. Madame Gerboaa vient, ala
ploutt there. cotrai, de me racoofer ..
-. Oh -!il a deux voix Montet ne me Mless pias cmotlace-,
..- Ahl b I ausea lee 6pealus.


O mwn'.


~


_







Oh I fit-il, Mme Gerbeau a 1'ee- que. Cependant, cas mois soot presqu'en-
prit malade, c'est une ndvrosde, elle tierement payds sur reus : 1U as reste a
croit toujours qu'on veut la violer. eu pr6s qu'un tiers A .soder sr chacue
J'6tais stupefit. c'ux. Oa semb'e dire dana le public que
--- Mais t)rdcishmnt...c'est de quoi le Miiistre des finance est respona-ble dr
elle accuse Tith )n Urbain. retard dans le paiement des indr6ets de la
--- Qu'est-ce que je vous disais ? d:tte p blique. Ce n'est 11 que I'effe'
etclama Montet. d'une malveillance iitdressae a laquelle
Et m'entralnant prea d I bilustr.de n'6chappent gd nralemen pas les homrnes
A la m6me place ofi dix minutes u a- au pou-oir ; car to it 'e monde s it peru-
ravant nous 6tions assis Mime Gerbea-i nemment qne le Secritaire d'Etat des F -
et moi, Alexis Montet parla ain i : na ices eit de;saisi du service! de cette det-
--- Vous connai-ssz le )Dcteur Remo, t!, laiss Puxt soins de la Banque. QQsand
n'est-ce pas ? C'est nu bel exemplaire cer 6tab'i s-ment a f.it des provisions set-
d'haitien et un 6re iDe papbleo I ue v,- fisaite; pour le paie rent des int&6rs elle
lkni*. Eh bier, il y a ix m *is. c1 l en d)nn: avis au Departement des Finan-
Mie Gerbe.iu ayunt rompu avec 1) n- ,ce qui !oujours et sans aucun retard don-
tec, tit appeler Rem our q a~ c 'u'- ne av s :ux por eurs de titres qu'u-e rd-
ci lui en eve une loul iq .'elt.i p-etend partition doit voir lieu. Voila A quai se
avoir coniinaellem-nt dam.s I'sstomtc byrne le 6 e du ministry pour ce qui a
Et au moment oi'a R'mo s'ap rd ait A trai' A cette pirtie de l'ad ainistration pn-
I'ausculter, elle a b >n.i j a lu A I@ p ir- bliq-':..
te *et 'est mise a pouter (d cr.s d, Le Gouverrement a 6 i fo tement eton-
p3on, accusant H mo d'avoir v )lo at- nE d: cette hausse sub'te do change que
tenter A sa pudeur C'. i t6 toute u e af- rien, comme je vous le disais plus hau', re
taire E vou savez, ri,-n n'e-t p!us peu ju .ifi r, Voodrait-on me rendre re;-
di!tic li qie tde s9- defendre d'una !c ponsable ? Ce serait IA one injuste cliante.
cusation de (e ge :e R mo a i u un Person-e n'ignore que depuis mon arrive
rdel chagrin de cel. Aissi, je vous au d6pireement des Finances je His mes
co isei le d1- j '-ei'l e vos precautions plus grands efforts pour andmliorer la bitua-
ave, clie, c'est-a- li e ne lui par tz que tion financiere ; c'e t ainsi que je discute,
de'vant t In )ins, le ( lus de t#moi, s o04- point a point depais deux mois, ua Con-
sible sans quoi vous vous tiouvFr z tvat d! Binque ; m i; c st-il pos-ible que,
dans les lpres d~sagr4mentz. sans I examen sirieux d'une question si
Tous mn, s rem r, iments,c'h1 r ami. import ite, j'i le engager I'avenir du pays.
.Iti saurai 6viter cete ddliciouse crda en acceptant de trailer sur des bises qui
ture... Mais ditegL dnc, qu'est-ce qle scic it loin d'6.re raisonnables.N'en diplaise
c'est que ce cas ? aux impriintsi de touts sorts I I agirai
M'itet .se grAttia 'e mention, puis avec tout le came et tou e la ponddratiou
dmit ceci : que r6clame une eanteprise de cet'e im-
-u (r4t un cas dh by.-it, ni p'u ortarce.
Lui tioIns. \oas des ,v coinai 'rd la dis- V< ui es tmoin, Mr Numa,que je viens
position au mentsonrge Ios hy.grqu ni, d'avoir ane longu- conversation avec des
idet cmmet lorsqi re leur dvsupre un Ba-quiers que j'avais convoqu s, ch. z moi,
idWe, cetde oern6re leur dvient un-- enin
obsession e peut 6 re l'origii te d'ac'ece m in ,
incroyab'es. 0 pour mi, Mi G-r De. uis que e chingeavaitatteintle tiuxde
beau est sous le coup de t6 mental, are, cette moliticiation, d'user de toui mesmoyens etrelations pur
qu'elle se sugg6:e el!e-m8 an-a cer aiaes arr'ler la hausse. Le Co nmece de banque
tddes. Jelqu'un occupe sa esp it,elle en. gn&ral, pout attester des efforts que
s'imiaglue des chooses impossiblis, et j'ai fits en ce tens. It faut comprendre,
tinalement croit que c'est arrived. Ces' d'autre part, que l'abseace, de la Capitale
si qu'elle a pa se convai cre q de la majority du Cabire". paralyse mon
ce pa.uvre T'athon Ub.ia eat un sa yie action pour e; mesores d&fin tives i pren-
EK Alexis Montet me serri 1 it m na dre en la circonstance. C'est, pour moi
et Atut en is'loigr.art, ajouIa, en s I'occasion de remercier les nombreu es
wetournanrt. maisonsde banqre qui ont pro estr,ao nom
C('et de I'auto-sugge-tion. du Gouvernement et du Commerce. con re
FdRNAND IlIBo ERT. cet'e perkurbation qui semble-t -il, es -la
FERNAND IIIBLERT. c i.2 j.* --:% a id t l


A PROPOS



llalsse dii A Caage
-m
InlerviewS par k Vrcctcur du K
Stelf. Jo l .e Mitistre des flnztkes a I'a"t
Jd~Iljraijon- .'suivaintes :


'Bon
les


Mon impression, dit Mr le Minitre, ert
quc c'est n-c mauvaise aflire qu'une mii-
son dc la Piace est en train de fire au
pays en genEral. Le Gouvernement lui en
laisse toute la responsabili 6, e il n 'tst
pas loin de prendre toute; sortes de mc-
sures centre tous ceux-li qui, d ns un
but inavoue,cherchent a jeter la perturba-
tion dans les affaires publiques. Tous 'e,
gens de bonne foi avouerent que l'on etait
loin de s'attend e A une si uition te!le que
cell qui s'est presentre depu's cinq jours
Le pays est A la paix. la p esence du
Chef de I'Etat dans le Nord et 'accuei
erthousiaste que lui ont fait les vaillan-
tes populations qu'il a visi des, sont ve
nus raffermir la confiance indbranlable que
le pays tout entier place, A bon droit
dans son gouvernement.
Le Department des finances a constam-
ment rempli routes les obligations de 1'E-
tat envers les ayants droit, et quo:u'on
en dise, nous protessons le plus grand res-
pectcpour les affectations de toutes sorts
qui ont dtr vot:es par le Parlement ; et
je pois vous assurer que jamais je ne con-
sentirai A y toucher. Si le service des ap-
pointements est en retard, il n'y va de la
fau'e de personne, etant donned que los
plates des mois de Septembre et d.Ozto-
bre et finalement le cyclone de ces jours
derniers ont com p'tement paralysd les at-
faires dans toute I'enae ende la Rpabli- i


Je pr.is'vous donner assurance que d,
fortes valeurs d'or ont 6ti denanidies ;ux
Etats-Un:s, !esquAlles v endront mettre on
frein c ce dibordement inqualifiAble,con-re
lequel il est de mon devoir de protester
onergiqurment.
Notre coifrtre ayant demand au minti-
tre son opinion -ur les courtiers marrons,
M. Rigau di :J
A cela je voas ripondrai que vu l',-
'at actuel do pays, le manqu. de travd.
etc, le Gouvernement 6-ait d'avis de laisser
vivre tout ce petit mo-de ; mlis depo:s
trois ou qauatre jojrs, les rapport de o0
lice leur ount 6t si d6sivantageux qu. le
pouvoir s'en inquiete et compread qu'il a
pour obligation d'arriv.r i de; mosures
cce cities, centre ce milieu de propaganda.





Ot WNSEIGNMEXNTS
MfT3OAOL.OGIQU8

Ob*frav'toire

SKEIMAIRI COLLEGE SIt-ARTIA
MunRDi x er Dkcauaz r1o9


Usroirtte A Midi


760 u/07


1 5-- U I
Temp6ratur Minimu 5,5
maxlam 27,5
Moyenne diarne de la temperature 22a,a
Ciel clair toute la journey ; covert
aprks 6 h. du soir.
Le barometre est remaontd Idgrement.
J.SCHuRa


Le President Simon
dans le Nord
CAP-HArrITm, ter nce-mhre. Son Ex-
cellence le Pr6sident d'Hiii a visit& la P
ti-e-A.nse et la Grande-Rivitre du Nord.
Partout le me e accaecil sympathique eo
en hou iaste. Vraime it en prse2ce de pa-
reilles manifestations le ceur as'pasooit de
joic et d'eiphrance. Le voyage do Chef de
I'E'st product 'e meilleur eff t parmi les
populations laborieuses et paisib'e; do Nord
et du N rd-Ou'-s. Les esorits y mont en-
tierement A It paix Son Excellence rece-
vaat aujou-d'h.i les respect ux bhoam.-
g *s des corps conas'iu4s.


4 Mlassilin Coico.en couta~ an
Jules Colcot, di-ilf,-. c'94stairo* an
alas raiQssGates facimnd par le a

poItas, et e.t uS grand crime d'avow
pou ce dout ?#reer dans des aventume
et dams des coups de main. Ce cadam
opartent mas A un arti. Vou rapgti&.
sea I mdmoire de cet homme quand, vs
vou; serve de son nom pcur on fairn m
reclame politique. Sans vous, ce ae seak
pas Un pTni qui irait en p6leriasge sur la
orombe de cette grande victim ; ce erit
la Nation entiree" w
SLag' u cs- F &-c


L'Affaire du 15 Mars LarI o0re et onqs par ld ia
EM CAUSATION i d' 'ocution et le talent rel d'n lesan
SCavocat de grand avenir Rodol he Ba
Le local do Tribunal de Cassation dd- qui combatit avec co udtence the a
b3rdait de monde attirE trujUrsper cee at
grand proc, d, c du Marsn Se'on Efiire du Go
one disposition prise et aimsi que nous a- Mr Lc Coaus&ire du Goovernemen
v ons annonc6, la cour pwend siege i di r Lre Do-Cminique a I parole pour coa
heures prdcises sons la pri science de Mr c-pase oest ue: charge A fed de turai
le President H Lech.ul. dan1 Ps e reTUo tojs le* prveous cite
Le bftonnier Hu licour; a la parole. dan i odoanance du O.tobre et apte
MM di -il il est bon que je disc que ine loneae ic uare il concdoat, la casn
nous ne venons pas ici defend e les au ears aion et A I'nulation de I ordonnance di
et 'es u-.ies q i out en lieu dans la nut Pa Chambe de I Instrcdion ci uielle di
du t4 2a It mars Nous venons simp'e- Pit-n-Prince en date du 11 octobi e aog,
ment difendre quelqurs iidiv dos qui sont sisnt ce quas cete chambre aurai" da fair
IA dans la prison et qui rdclament justice renvoyer par d.vaat le Tribunal criminde
Sur cc, il combat e; argimeits iuvoe de cc re sort avec les individual dte
quis pAr ei parties civiles e qui n'dtaient renvoyis, leknomads FreJ6 i; Mircelin v
pas. dit il, app',cables en I'esp&ce. Thrasybu e La'ea. poor y etre jugea coa
II fait voir que I'Ordoanwnce du t r e co uplices, cnforaeaent au article
Octobre dernier n'es' eat chke d'aucun 44 45et so vants 85 14 5 15 240 242 243
vice pouvant eri e ,trainer It tulli',, qae 47 240 et su vants du c. p e navoyer
le; 'uges de li Chcmb-e da Co iseil avaieit lemrent par devant le mtme tribanal
souges ainement jug e n'avaie n en rien n mmAs St Julien Labaucherie, Choia e L
souverainemd leu-s p u g'oirs.e t en ri fortune, A-b n N u, Thom s YAcinth*
Qoand les jugeo de It Chambre du Th6agene Croias et A'tiui M chel pou
Conseil disen: : : qu: les changes ne sont y re jugis comme complices coafortat
pas suffi altes pcur motive le rev ioi de mens ax ar.s. 44 45 et sUivants ; 145
privenus par d.van: ua itibuail d. rd- 240, 241, 242. 243. 247. 248 et suilvas
pression s, its ont enco e avancd ui ftit des c p -orloaner e coi.equence cc qu,
vrai tt ont fait one saine application d: de droit contre les sus-dtnomm6s.
la loi. S.c 6t6 Franqcise d Saccurs
II explique la diftrence qui existe entire Mutuals et do Bienfaisanoe
ces de.x mots : charges et indices. 11 ap-
puie st tho e de l'opinion d auteurs c3m- I Le Conosil d'administra'ion prie le
pe'ents. Memb es de la Socii:d d: bheo vou!oir s
It repread cette scene do 1 maria et fait rdunir cat apres-widi i 3 heures et deri
voir que les vic imci q ii out t-oalv la r c ses, chez M. F. Ch6rinz Predeat d
mort dans cette nuit o'ntaient pas plas in- ia Sxcid d, Re Coo b.- No. 76, pour sum
tiressantes que les victi-nes des 22 e 23 ter ei corps aut fulirul'es de regrfet
Septembre 1883,des queries quiont (u litu HYPiO.uTs CLAVIER
le 28 Mai ixgt ; il raaoelli I'assiss'nat
de Dkcina Verna et enfi la fui!lale de Membre fondateur de la Socihti,
Clement Lafontant,D.stouche e consort. Me abre de o er Conseil d'AdMainistratto
Enfin, dit-il, c'est un process po!itiqce Co iseiller Honoraire, dicd6 hier A i
que celai qui se plaide devant vous, M:- heoaes do martin.
gi-trats, souns la direction d'un panti. Carnet Mondain
II conclut soau maintien de l'ordonnance -
Magis-rats, ajoute---il, c'est avec twore 'es Mo-isieur & Madame C. Lyon Hall lasu
garan ies de droit, de jui ice et d ampani.- gu-aie t her soir la sdrie de leanrs dlo
lit que nous nous prdsentons devant vous. de saisomn.
Puis Mes Cauvin aind pour Gilbert C- Reunion des plus select, laqual, I
lixte et Alidus Michel, Rodo'phe Barau. tact exquis de la maitresse J maiso i
pour Emmanuel Ddgand ; J. B. Delatou'; tie de ses deux charmantes ni6zes lle e
pour les gdndraux Oswald Jean et Arbmn Gardner et le cordial bh neoar de M. LyO
N u ; H Volcy, poor Ddcias Avain ; J B, Hall, domnaicat au cachet de suprta
N. Valembrum, poor Thdagane Cinau,1 J. distinction.
N. LUger, pour Louis Borno et et fia So- I Muna ddlicieut. Les tables artistiqui'
Ion Minos pour Thrasybule Lalean ont e meat decories de massifs de roses pA'
tour A tour la parole et out concln au eanairlandEes avec la sycbolique
maintien de l'ordonnance attaqude. I h-istmas ", dvaiet de plus spleadid
L'espace nous manque pour exposer ffclt.
dans lears moindre ddtals les difidrentes Apr6s le repa-, toar de valse q"i *
circonstances rappeldes'par la defense ave: p-olongd ju qu'A t hcure do manio.
beaucoup d'apropos et de talent. Les argu- Les convives rain :
ments n oont as manqued pour combattre taet .
les attaques es parties civals. Mr & Mmu N. LAer et leurs
Me Ldger commenaa par d6claret quune Melles Batk*, M. & Mmeo N AppoIw
ceraine 6co'e poli'tque avait imagine sout Mile, Appe.o, M. & Mane E Peters,
un systime de mensonges et de calomni s & M se Geo gas Gentil, M & M. Vi
poor satisftire ses haines. C'est aisi tor Geital, M. & M ie GeDa
qu'on en a voulu i Me Louis B worao. On Mme C. HasM, M. & Me .
savait bien qu'l n'avait sucane part Mmne A. Barthe e Melle' J. Lapeo, L
dans les tueries du 15 Mars ; son camee[ Barthe, Th. Banhe & H. AnnoUli ,
c'est d'avoir osd riclamer les asilds qui ,e Furni.s, Ministre des E tu;-U iset iM
trouvaient dans les consulats des Gonaives I Geo. do Lespinasse, Paul Gourlats, Hirsh
apr6s la prise d'arme; de Ianvier 19o8 Lenmcke, Redler Ch.Vua Watea l D
C'est Me Mnos qui c'6-ura les d6bs Maz Moi Moon, March, A.D ,
Ce fatr an discours remarquable A tons lesI Appo'.o, a S empel, J. Ludecke.
points de vue. Precision, clartr, d&cu- Plours A vendrt
mentatio., connaissance aprofondie des .Ad A Adolphe Susbai
textes, sobridit, avec cela es tours d"i- S'adress A Madame
ranie et des saillies, des vrits cinglmaes, Avenue John Brown ( e )
des episodes de notre histoire national Ofre de ervU i
*i .leinc de boue et de sang, Me Mesas ue tr^ l .iottt ..Y7^
mat a contribution ton-es lea rt sorct de ue dtra mp olst d
soB esprit suprler pouTr dimonstrer le
demous de ce process etla faibleme des .a*e*
meyes de causation exposis contre for- | lltnce s *.. d
kdMa.ac da as Ocwbre. E MtIf Gi 3UM d- 'Ms


S
B


a

I
I
I
I
I

I
S
I
I


S
I

r

S
I
C







I


V
Cs
le








Bolte aux Lettres Justin File
---- DU CONSsrVATOIRE DR PARIS
t. u.Prince le ier D6cembre 19(9 Annonce aux families qu'it se lient
A, ec .ar de journ le 1catis i Ia disposition des jeanes gens &
Sn cher Diccteiu, jeans fills qui d4sirent des iceons
A7id1se a depuis q eqejn)us lessit- de piano.
kont beaucoap par'er d x ct souW Coast suprieur
BMsfcs Oa org0ane bals et con Lecoos de d6chiffrement, de SolffgoE.
'eu,- rofi ; q-o q 'en sit vouIA it- S dresser ch z lui, en face de I'E-
Mr Ch. V. deax gentleme i du glise Saint-Louis A Turgeau.
kueur:monde out fall a l-r en champ --.-mob,
o&a leur ,iajet et voici q its inspire Changement d'adresse
(Ch V. qu;. d as une tr6s lo'gu- .-
kire U Atiff" *voal peCt-Atrc dire de tr s
a .u Man avoa peuttre *dre de trs Me J L. Dominique. avocat, se tient
soJean d n les ptopndejs rdle- ddsormais poor lea affaires de son
-', mora j li .at ~ it m Cabinet en ville, aun No 79. Rue du
S de si loinialais souvenirs a et qand Centre 79, I paroir de ce jour.
e .an peu p'us coods4u"e Ur Ch.V. 29 Novembre 1909
la dit, iu mois, ce quit avai su-le -
eur, en tri penu de terms, c'est vrat ; AISON DE COP FIANCE
ais tou le mood u'ayant pas la mtme 148 GRAND'RUE
fgciliti d6cri-e, il s'est faith comp-endre
Not de mam .
11 a implement donno one appascia&ion Mr Joseph St.-Cloud,
towe p-rsonnelle en distant qu'il aite LE TAILLEUR si bien connu de la
sieut donner P S, et priver 8a famille Ripublique, avise ses nombreux CLI-
'alker s'amuser; it me semble que c'est ENTS qu'il vient de recevoir par lea
san affaire de goat et de temperameutderniers Steamers une Var t6 d'dtof-
propres A Mr lean le Foreteur, mais que fs de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
met Port-au-Prince ne doit pas forc6ment Cheviote. Drap vett et bleu d'une
puger. reelle superiority.
Eu tffer, si Jcan a djl cnoenJu chat.- COUPE MODERNE !
m naiexiz q e Miles Vatut ei de Pradines N rTU OI
(ce qui est difficile ) s'd a dAs aut sons PROMPrITUDE I SOLIDIT !
ii valses plu.douces et p'us e .trinantes L'dtablissement se recommande aux
qe ce'les I de Lamoth-, je ne crois pas clients les plus ddlicats qui appr6-
qe'il Joive, ni qu'il sit voulu chercher A cient chaque jour davantage le FINI
Sloigcnr les autres de ce regal artistique. de son travail.
II ailte mieax donrer P. 5.- dit-il tt Demand z cbez Joseph SAin -C oud le
i.ter chez lui. eh b'en, moi j'cn donne- Restauraeour de la S.nte et des Cartes po:-
ni plui tacilement 30o s'il le fill it pour tales I.'ustures.
ian conceit o un b I pliu.: qu'ane sur 'I
wne liste et ce Four plu.ieors raisons. pr Jh. M. Duplessy
D'.bord je fais ainsi la charit- en rei- J
tant dans I omb-e tandis que ces lis-es Photographe
me soot qu'un pretexte i parade o0 l'ut Avise sea nombreox clients qu'il
Teut su'passer I'autre en generositi. qui n'est loear disposition que de 9 hrs
par ce fAit mnaet perd toeic si valear, & midi, de 2 a 5 heures, except les
Enquite, voyez le cas d'u i retit e un- aprab-midi des dimanches et des
ltoy de l'Etar, amateur de musique qui. jours fdri6s.
lepais le mois de Septembre u's pas tou-
ch* un scu d'appointements, qul trcuve Atelie Saint-Joseph
D cu sail coma e it le pina qcotidien de Ateliers aint-Joseph
u icmme et de ses enf -ns et qui la re- 42. 44, Rue du Magasin de rEfat.
entaion duSCUPTURE EBENISTpea Mt fae at
trement que do sounscrre pour 2 ce 3 go 1- ScuLTREENIST M NUS
des, rh bien, croytz vous Ire ce petit I TOURNAGE SUR BOIS
employ (et ils sout leg'on)n aimerir p's TRAVAUX DB FORGOS -CHARRONNAGE.
mieux donrer deux gourde* de plu. pour AJUSTAGE CARROSSERIE-MARECHALERIE
ailer se d'ecter les sens A Beilevue vei- Art v6t6rinaire
dredi scir o0 I'asudi ion de nos artistes MODELAGE SUR CIMENT
lai aurait fait (ublier on moment les PAUL T Vi, propridtaire
graves soucis do lendemain. _--
Ma troisimse raison est dic he par I'd- Los CigareS dU
oisme bi on vu-, tant pis, le proverbe
it : chuLi 6 bien ordonune commence par Centenaire
0oi ; par conasquent je ne vois pis trop So fument on pen partout dana la
polquoi on ne pr u rait fire le b en aux R6pub'iqie.
autres ei soi. II se |eu' qu'anjou d hui p e
poor des causes diwerei Jlean ne e laisse Oa les peot acheter :
pas douvoir par une valse de Ltmothe PORT-AU-PRINCE, 25 Rue des
on un two-step d Occide, mais ce qui est Miracles, 51 Rue Roax.
certain c'est que quand, j'en en'ends le ty A JACMEL,- Ch-z Hugo Jensen.
hme entrainant la sa u e rue done chaise AUX CAYES,-Ch P. N. Neptune.
mercnimalade.Je nesuis pas leseol de cet AUX CAYES,-Chz P. N. Neptune.
avis fort heu-eusement et je compete beac- AUX GONAIVES,- Chez Monta'.
coup d'amis des deux sexes qui present' A L'ANSE-D'HAINAULT, Ch z Ar-
de ame. thor Drouin, Piaid Youance.
Done amusons-ncu- pendant qu les oc. DAME MARIE.- Chrz Vve Harmoni
casions nous ei soont offertes. les distrac- Bui6re, Fernandtz et ailleaor.
trats sont deji ass z rares ici pou qu'on i AUX BARADERKS, -- Chez Clodc-
mm profile pas et nos malheareutx f res mir D.ooin.
de la plane e reg rderont pas avant d'ac- AU LAP HAITIEN, --- Ch z Olivlna
Ctpter un secoars,s it prevent d ui bal ou Ade
d ia qu f e fa *ne ams e de R'qu'em. A SAINT-MARC ...........
Bien cordialementL.. "A J)IRI~MIE, Dans tous les coins de
L. A. M.i-


Ligne Holanadase

14 sis "Prims Wllem I venant
Sports da Sad eat attend ici di-
ehe 5 D6eembre 1939; il partira
gtne 'jour pour St-Marc, Gonaives
OWM-York
Ia frt-an-Prince, 30 Novembre 1909.
Aug. AHRENDTS Agnt.


'* V lle.
La Fabrque aerait heuren e ,i'avoir
,les agents dans leaslocalites of die n'eat
pas D n o e represent. e.
Toute tecommaudation avec s6i i se
et bonne reference sera appr6cide.
EUcGNE PRIN,
Directeur.

FELIX MAGLOIRE
AVOCAT
i13, Ree do Centre, 113.


ON ACH rTE oCaf, ciri
Peion-Ville, usin M iel,
Petion-Ville, usine Zalcibre.


CIRE& M IEL
a Port-au-Prince, 40,


rme 14 '6rou.I


Asi dessub. de Ia lliaaraeie


A louer
Uiie Ma~soia A (- am e enre
iardin pour gia ide Cmjinll.o,
iDoctetir Audain.


lt obet 1-4


rodr et
pmsdu


S'adresser an M igtisin S M. Pierre
& Co.
Port-au-Prince, :30 Njv.vmbre tiPl

Avis
(CHAMBRE DRE ( M.M11:it, FIHANx AISEK
EN HAITI
La Chambre de Commtarce Frai < tiss
en Hjiti, a I honneur de potter a la
connuissance du Public en general
et du Commerce en parliculier. que
sa sal'e d'exposition d echantillons et
do catalogues sera fransftree A paitii
du 25 Novembra prochain, an r z-
de-chaussde du local de la dite Chain
bre de Commorco dans la i ille occu
pde par la Biblio lequle Moderne. 4
Rue du Fort Per, oft Mons eur A. L.
Horello. secr6ta re aijoin', sera "a la
disposition de toute pei sonne 41t0sirantj
des renseignemen's tous les jours de
10 heures A milii et de 3 heures A 5
heures de I aprs-rridi, dimanch-iet
fWtes except ?i.
Le Secrd:airc-gdnd'rul, Le PAJds.dent,


E do LasPI'rASSi,


P SANTALLIER


AU MAGASIN


CHANGEMENT D'A I RESSE
e" L6ger Cauvin

Monferrier Pie rre
AVOCATS
4, RuE Rou I1,


Leoonce Laraque
Repr6sentant de la Maison Th. J. Dubois & fils
de Bordeaux,


-'r6res


A I honneur d informer le public que. A partir du 25 () "t ,t',r. on It ouvoid
chez lui, 4 Rud dis Cd4srs. ( en face de Birbanco'rt ) du born vm d, {tir-
deaux ( rouge et b!anc) aux conditions suivantes :
Vin rouge : P. 5 00 le gallon. Vin blanc : P. 5 ,0 le allon.
P. 1.25 la bouteille. P. 1.3 I.c bouteille
P. 2-2 50 les 5 gallons. P. 25 (00 les -,ralloons


N. B. Les bouteilles seront reprises A rai-on de
Vins fins


Chateau La Tour de Mons P. or 0.60 la
Chateau Roy. I P. or 0.80 la
Chateau Cautemerle P. or 0.9)0 la


Rouge:


P. J)-20


bouteille.
bouteille.
bouteille.


BlanC : Cha'eau Fillhot de Lui Sdluces (S.uterues) P.or 1 Im la bouk'le
On trouvera le meme vin et aux mmrnes con Jitions A I -:pi cr o St An-
toime (Avenue Du os'e), et chez Mr Marcel AuJain (Cheman d~-s Dalles).


ROYAL Kola Champagne

Cette d41 cieuse boisson, don't les qt alites toniquesNSt fo lifiarntes, la sa-
veur exquise, le moelle *x agr6able o'it contribud A fonrter I mnoomparablI
rafratchissement des climates tropicaux, m6rate bien son titre lROYA., ..


et D6p6t:


DE LA M TROPOLE


MAISON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT AU-PR NCE.
Vous le trouvarez en outre ohez :
Andr6 Faubert rue R ,ux A I E icerie N4rdtta G and'rue (c i fa-e
Pharmacl, Alex. Roberts do la station ce'ir ale des porn ,iers.)
Madame E Dreyfas do 1 ,'Epicerie C.L-in ii rue d-s froots f.orts
A '1 Epicerie H. Corvington rue Fdrou Au Magain E. Dreyfus do
EN PROVINCE
F. Ch6rkz Petit-GoAve. J R. Montasse Gonkivea
Mine G6rard Bartels Jedrmie.


Agence G6n6rale


Souffrait horrlblemen'
d'An6mie











Fut r6tablie en six mo
PAR

L'Emulsion Sco

"Je declare que zma petite fille souf-
irait horriblcment d'une faiblesse gin-.
ralc de 1'organisme et d'unc anitni<
tellement invetiree qu'elle se consumail
de jour en jour. Je lui fis prendre
1'WMULSION SCOTT Avc Ie meil-
letur risultat.
"Six mois dc traitement rcmircnt la
petite completement, ct maintenant
uell est forte et robuste et clle a bonne
couleur, faisant l'admiration de toua
ceux qui l'ont connue faible et infitrm.c"
JOSte A. GRANADO
Rio de Janeiro

Ce que I'iMULSION SCOTT
fait pour cette enfant clle Ie fera tc
jours pour toutes les autres qui vienn(
au monde avec une constitution fail
et maladive. Elle est une
veritable Providence pour Ic
jeune age.
Denmandez tuouurs
cette nmrque de fabrique
SCOTT C BOWN '
Droguistes New Yock
1r*ne@h .


I


ff l ... -


I ..- .. a ..


I








;w,,r.& 4e M- Gu rin
anl,.ii. de TUBARCULOSB PULMONAIBU
p/e Ir Iril,, r7t n1 iiuei' dA'E:iir ILapeyroux
r |- I.> ,ra ll I.l'i. i or e f.,rgKtlr .loti q|ie
| I i. '. ..,. '* .* I i.. lil $. er ii'i. M.1 ill. l't, ,
SI'., r tr. r m V I. A I.
tiin I' r I i, tIlrc Isif ti l a .to
IV 9 t' r oir#aI1 ro Ich,41 4

." .J ^ L .-'V l 1 t 1i lIt |.# 0it % i Ol e
a' la. 4 .1 1<' riles
j .y .tli l' i I. |>n ll es
.i t|irai I l li iit,
S" l iiit al'ir ,ili
$V", .lt ii i 1 I t 's, rili t l af ill t. e iil lct'
.%I,- (. i *.. in, 1 1- 11 (.111 il l, r I it ll a a it ai. .iul- '. (I 'a e
ilj l i, i' .e 1 ,i .,, "|l|,r i| l, le IDA ] 1' ,11> i 'lUelt,
l..',l" ..11 li .it.lt 1,1 .1 1,. l" I. I IX I DUPEYROUX
'-" (l#,l I i 11 I ,i|| 1 <>lll|l rl 111 ; l li| K Ill l ie .li li I '.. |>r -
I11- eil |t>il' Ci ,,, I a .rie Io lt'vel 'irlt ir li a une
m**me confec. o I E *aner |e| r la 1 .e d
;. )- VI LL c ti .lf.Ir itr,. .ris.
1. -% Ia.A.li fe),& '- Ie|> c \ a lis. I a r r o)sutt
A r;iv ,. lir,, Ilrtm .. .ii pie l 1 e.% tii m. I li.i," 1
*, t, x I' ldIe-r .'4 H1 11 1 a Ir, t iII II111 li n,.i C. 1 l C or li
1'l.|,li l ei-i, & \ c oo lil. I" ,>* ,a I l I Pili ti t i ra i-
|M r )i\. I s 4 -1ii'4 :lh / Miu Ch. L%%Id, d libt-
A ,Ui. t, A lirliui. I 'ui l-au-P'rIlt.f,


Attention I
Voulez-vous tt'ro miex chauss6 "? ..
l1 est ties rare da liouver daits une
nLime confection IpFldgance et la so-i
liditd e
MM. VITIELLO frires,
ler Saptocialistes enm chaussures pou
hrttmes, for nise ta aises et a siiri
Caiiifls, ouit a'honneur d'an ioncer
leur numilbeuse clientele qu'ils vi.e-
iient de recevoir de nAuvelles foi nies
a D)u I)drnie ( i Planisieu ,, du v6-
ritable Mudern Style.
Les Chaussures sont reconnues iI-
comparables par la CommodRt6 de
leurs forces et par leur Solidits joint
a un travail entisrement fini.
La Maison possEde en dp6t dees
matoriaux de premier choix piove-
nant des meilleures fabriques des
Etats-Unis et ode France.
Ohevreau verni, Extra-QuaIitO,
la meilleure marque.,
Peat jeane d toutedeues nuances,
veritable (uir de Russie.
Lt. .alitt6 des fournitures emplo-
y6es darsesle soulies et les sos
apportes dans la confliclion nous per-
miettent de les garantir come les'
plus slides et lesa plus durables.
Stock de Chaussures fines pour la
ven'e ean gios et detail.
Assortiment comp'et de cirages et
lacets de toutes nuances.
Prix fixe mais moddre.
Adresse : VITIELL.O fi 6res
1143, trand'Rue, en face de la Poste


Maison F. BRUNKS.
196 GMwND'AUK 19
Drig6ge par

L. HODELIM
nci~w membrfe de S~eU PMul
kf piqu e ds mUttrs. taiUiews de Pvh
Vient de recevoir an grand sheiz d'4
-Ae. diagonals, cesimir alpaca, tshwl-
a, cheviotopour douil, *t6 _.****,
particall rement A sa lsmttleo um
*i\ collection do copes do euidrlr,
do gilets do fantaisio at do plq6 de
touts beaut6.
8p6oialUt doe Gostu mes* a o-
e.-- Coapes Frangaise, Angl-
.m4ritaine do la da.riire pewltesoa
.a maison coneetionao aassi L Cos G
u s mznilitaires, habtts broad&
l3tma*av, tuniqu % abitsa oar


Chalpeaux !
Chapeaunx 1
Chapeaux 1
-AILL DIZ POITS-LIC9
ACCOUREZ CHEZ
Feltberto Gonwales
ET
J 4SI SAN MILLAN

FABRIQOUR DI CAPEAUX
PLACE GKFFRARD


t -
Salon Cif fure AsLuvre






Ne langez pins de painl
5'il n'ostfaitavoc la "Pillsbury's
Best.'
[.a meillenre farina du miODd<
Celle qui donne le meilleur pail
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc

drea- A& :
Ernest Castera
repr6mentant de la PLLSRUVRY'S WAS.
UPI FLOUR MILS CO M: WMAPOLIS
(ILF


COGNAC OTARD-DUPUY
Pour tous renseignements et Commrarndes


S'ADRESSER A :


N7C. L. Verret
'TaU~iur.mmroban4
Doms ainoa Is& usbleuvollanto clion
1610 quo ma maisom Noo7, Rue Trav-ir-
ibto out toujours biom purvue d'unt
wari696 d'6teu do. rhate ou
QUM~ UPAXMN.Coin u L*CArTP
nM VAIL eoIW*. EZACUTIOP I ROMPTY
Prix Sri$ vods4tbI

LA


Cordonnerle


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.


Avise sa nombreuse c ientble qu'el-
le vient de recevoir. par dernier ba-
teau, une forte quantity de marcharn-
dises ot de fournitures de touted fral-
chour et de touted beauty, import6es
de France, d'Allemagne et des Etats-
Unis.
Le public 616gant, curieux de se
bien chausser, y trouvera lee peaux
lea plus solids et aux nuances les
plus varies les former les plus belles
ot leos plus appropri6es.
On n'a qu'& venir chbez G.B PITOIA
pour Atre assure d'Atre chaus&A sui-
vant lea meilleures lois du confort et
de la modA. Sp6cialit6s pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fournitures
et mat6riaux divers pour cordonne-
rie. On trouveua tout ce qu'il faut, aux
prix les plus moderds, A
LA CORDONNERIi NOUVKLLK
143,GRAND'RUE 143,


A LItLtGAINCE
QORDONNBRIE.

41, Rue des Fronts-Ports.
CaAussuRa s KM DI6T,rouxR LA VaNi
Promptitude ot smoi aux commas
Jms tant ici qu'ea province.
Chausaaure do Dame form ot tra
rail toujours tout co qu'il y a do plus
iouveaux.
Formes am6ricaine ot fraunaise pouo
oessiours ; 616gantes et commodes
Pour les infants le plusAi 'aise
Travail solid ez*oute ave
ds paeux do premi6rec ue -q-3
Assuraase do grand rabsis.
PAt, G iraos et LiMat d6.


hMaison tab'ie depui- 1795,
daus le Chateau de Cogn c
ci est n lt Roi Francois cr.-


Andr6 FAUBERT
38,RUE ROUX. PORT-AU-PRINCE.


Agent g6n6ral pou la R6publique d' aid.


6tel Bellevue--
IA mioux situ6, |l plus W.
fortable.- Champ-de-Mar..
Cuisine reso mm6.- Vue sur la mer.

Chez App. CipoUlinm
155 R.W RpHbiteaine On face o
Vionnont d'arriver par dernior vs.
pour :
Pat6 do foiegras. Saucisses treaj.
Pigeon aux pois. Tapioca. Choucrosto
Asperges etc. Fruits cristalis6s par I.
vre et par flacon. Prune d'entes. Vis
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Vor.
mouth. Cognac. Champagne.


Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ

JAIME TESTAR
Le cbapelier remarquable, avaa.
amusementt cotnu,fait savoir au po.
bhlc on g6n6ral et A sa nombroen
Clientele qu'il vient do transf6rer ra
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'aMC1NNSN MASON DU LOUVYR )
DE LA PLAc GEntRAJ A LA
GRAND'RUE OU RtI'UBLICADM
No 149. Sn face do la Poste
Le novel 6tablissement eat o-.
vert sous Ie nom de la flour do
rlAm6rique
II promet soin et promptitude
comme toujours.


FOURNITURES POUR
CHAPEAUX :
Pailles, Flourt
Rubans,
Plumes, etc.


.?Etoffes,
SLiogarie,
SParfameris


Articles de
Paris, etc.


NESTOR FELIU
L excel lent tailleur avantageuseomen
coanu de route la Republiqueo vint
to ruuvrir son atelier Rue Ferou,
( Ru des M.rac.s ) No 61.
Sa nomb-euso clientit1 trouvert
co nme tonjours tout satisfacUtos
poar lea travaux qui lui seront coe,


PANAMAS I
Pour Honr.mes et poor Dames, chbn
Mlelle. I.on:de S,3l.ages, 22 Roe des
FrontF-F. ts.


Francisco DESUSI
Fabrioant de ohaussures


L A2


La Manutacture a toujours ona 6Op
au grand stock. pour I vents *o
groa t on detail, doe cbaussuares
tus genres pour
HOMMES, Fuxmas. EJEWAPTS
Lea commandos des comDOr- @"t
do lint6riour pourront 6tre o**z0e4ek
dams uno semaine A pen pris.
29, Rae des Fronts-Foirt. 29
POR-Ao-IanicWC ( AMT
LEMONS
do
FRANQAIS et d'ESPAGONO
Conversation et correspondence p*
n professeur competent.
'adresser aux bureaus do *Mass.o


~L __


I