<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00789
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 1, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00789

Full Text



jisl6me Ann6o,



ABONNEMENT8
UN Mois G. 2.00
.Prince -
Tnois Mois... < 5 00
rnements -UN Mois .,. G. 2.20
.)+ TROIS Mois 8 6.00

granger ROIS Mois 8.00


adment-MagIoire:
)iItRHCTEUR FONDATEUR


Port-au-Prince, Ifai-I


m UI


1


J


OUOTIDIEN


Meroredi, t E D Ocembre 1909.'


LE NUMiRO 15 CENTIMES

Lee manuscrits insfrl's o no n non e on
pas rendus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


Arthur Isidore


ADMINISTRATEUR


Histoire d'Hati
A L'USAGE DES ADULTS
LIVRE IV
Le Pacte Fondamrental
.X


SL'agriculture, dit Particle 21
Dspositions g 4drales de la Const
ii de 1805, come. le premier,
lus noble et le plus utile de tons
se, sera honorde et protdg6e.
SLe commerce, ajoute Particle-
econde source de la prospdritd 4
ts, no venut et -ne connait pc
'entraves. II doit 6tre favorisd
ceialement protdgd."
En ce qui concern l'agriculture,
I int6ressant do noter un prdcdd
cr66 par Dessalines, devint, s
:trs rares exceptions, la tendar
drale do tous les gouverneme
'ens, les modernes compris : c'
ne concevoir agriculture nation
kpbere quoe dans Vintdr&t unique
ute du sc.
Lous aurons & reliever cette tends
A6plorablMo eas chacun de nos gi
:em nts ; pour ie moment,-sigi
-n'e les manifestations sous Des.
un ar&4t6 du 22 d6cembre 1804 ava
terdit l'dtablissement de toute no
le guildiverie. Comme on n) tint p
td compete de cette interdiction.
veL arri-t imperial du 2 mai 18
t ordonner, A la diligence des gdn
bz cocimandants de divisions et d'a
%dissements, la demolition de to
*6tabassements de ce genre er&
Prieurement au 22 d6cembre 180
Masons mdme ddj& signal, e
aminant:'article 5 de la Constituti
*ftif L la aon1-r6troactivit6 des loi
Srioen. ce principle fut viold, par(
IAhus ia furie etle parti-pris a
Ns dans cette oeuvre de destruction
hiicoup de guildiveries existant anti
eoament A Paridtd du 22 ddcemb
f, furent d4truites.
idiou justified comme suit cet
le mnesure : Dassalines et so
Itoage don't la conduite dtait si scai
iude, s'efforgaient cependant d
ire u i freia- aux passions du peu
gPour l'emp&cher de so livrer an
des liqueur fortes, l'Empereu
ailut a faire d6molir la plupart de
.es, du moins celles qui n'apparLe
pcs d I'Etat. Dans le Sad, pa
rQent, on consommait immc
ait le tafia don't la propridt6 e
rer I'homme et de I'abrutir. "
jll'itontioQ de Dessalines etait air
marqude de morality, pour
rlarserve exprim6e dans les mo
mona soulignons plus haut? Cett
n e trahit-ehe pas la prdoccupa
P Rnous avoas ddji dite, A savo
I btt poursitivi 6tait. d'ordre fi
.- ion avaitlimagin6 cos dispose
Fpor ddtruire la concurrence de
es particulibres par rapport
I'*Etat, d6tenues par de grand
payant redevances?
tant admits noun pouvons alle
1et rechercher si d'autr s in
aU particuliers que cenu d
t pas inspired cette interdic
*p '- ;


une mauvaise voloutd bien marqud
de la part des autorit6s locales, avai
6td obliged de les faire broiler par lei
officers de son dtat-major. "
II prit la route des Cayes, dit-i
encore, traversa loes Irois, les Anglais,
la Chardonni6re, le Port-A-Piment, les
Coteaux et le Port-Salut. Dans tous ces
lieux, il fit br1ler tons les bois de cam-
pache que les habitants avaient cou-
p6s pour 'exportatien."
((WR~r AAT* -- ^-t l- e A Aek- 'lA -A^e~r-


des Eu effect, l'arrdt6 du 22 d6cembre x, iu e aepiase aU aes aos precntU
itau- 1804 avail d6fendu ces dtablissements aes. 6crit St*R6my, si le noir da Sad
le aux particuliers qui n'dtaient pas fer- so livrait A cette 4oae atc ua c ir-
les miers de.l'Etat. Or, qui etait ta entrain A la coupe du campche,
momentes les vlus grand fermiers do c'est qua ce bois tiactorial dtait en fa-
22 me A lei WasL eveour sur les marches des Etats-Unis. "
22, lEtat, sinon l'empereur lui-m6m% los D3ssalines, dit A son tour Ardouin,
des ministries, les g6ndraux et surtout les inbrdit exploitation du camp6che,
3iet avoriC'est done Ardoui qui st dans a Ui n'avait jamais 616, effactivement,
note just lonrsq'i dit que es met dans la u- n product d'exportation, non-seule-
rosfte nte imsag ditqupoesmesuomens tpour fair produire les autres den-
il res furent imagindes pour ne pas rdey mais pares qua la plus grand
ent fair concurrence A tous ces grand d e, mais parce quo la ps gran
auf l'empire, dans la vente du tafia.v Et parties des propri-tds urales apparte-
naient aux domaines do l'Etat, et qu'-
nee puis, la pr6occupation d'alimenter la daunt afferm6.es a dx chefs, les cultiva-
Itos cuisse publique- tendance ldgude de- dtant afformnea aux chefs, les cultiva-
est puis lors A t utes les administrations trroua oyen de so soustraire A
ale subsdquentes-passait avant tout. "Les camprche un r open d eno i soustrsare
et products 4e la canne, dit Madiou, tels atorit, quand s n faisaient
qua Is sirop, le tafia et un peu de su- pas eux-m6mes coupe Ce bois..... Les
an- cre, se consommaieat dans le pays et particuliers propri6taires, les autorit6s
u- ne fornissaient rien A la caissea u- ilitaires, contents eux-maemes du
haa oblique par l'exportation. "' II fallait gOuvernement, n'observaient pas lad&-
sa done ddtouraer de ces sorts de fd- lense fate A ce sujet par l'arrtd doe
brication pour concentrer routes les 804; uls faciitaient les cultivateurs
ait forces des cultivateurs vers la culture qi, se aieue td
Udu caf6. pche, pares que, d un autre cotf, ils
m o en e os en avaient besoin pour d'autres tra-
)as lei encore, nous rencontrons un vaux.'
un example de la fagon don't Dessalines, it s ot ,
06 iatdressd lui-meme dans catte measure Qaoiquil en soit des intentions de
id- come fermier, subit, do ps, I'min- Dessalines, il est evident que, avec de
tr- fluence intdress6e de ceux qui I'entou- si dtroites r6glementations portant, en
us raient. outre, atteinte A la liberty du travail,
is Madiou dit, en Effst, que dans cette l'agriculture, en d6pit de la Constitu-
4. measure, l'Empereur fut mal consail- lion et de sa quality de plus noble
n 16. Et il le fut si vigoureusement qu'il et de plus utile de tous les atts ne
am n'6pargna m6ane pas sa principle mai- fut ni honoree ni prot6gde.'" Des
is, tresse. Ea cette circonstanc3, coati- proccupatios u. trop fisles ou trop
ce nue le m6me historieon, il n'eut aueune 6goistes viarent ternir les meilleurs
p- consideration pour personnel. Cddant dclairs de pensdes do protection.
n, d'abord aux instances de Mademoiselle dp s t
6- Euphdmie, sa mattresse, il lui avai uait Mais pour Je commerce, ce fat bien
re la promesse de respecter une guildiv Pelis, nous allows le voir.
qu'elle possddait non loin de la vill .
te mais pendant un bal qu'elle lui don- I U d6cret dcu t0 janvier 1806 rglait
on na, alors qu'il dansait avec elle, ses e mode de chargement ds navires, a
a- soldats, par ses ordres, allrent d6mo- 1 exportatioa. D ipri co d6reot, tout
le lir l'dtabdissement. Eu se s6parantucommermti quli expfdiait das ddnrees
- d'elle, aprf s IA f6te, i l ui annoni quo ddu pays a I'trangor, dtait contraint do
Ix sa guildive avait 6t6 ddtruite." charger unete C in poauiititdr caf de
ir Une aue interdiction de D ssalines et d co p car-
as (2"2 d6cembre 1804), toujours insprde gaison.
e- par ie point de vue fiscal, portait s-r' "Ainsi, dit Ardoin,ide g)uvernement t
r. la coupe des bois. II interdisait l'ex- imperial r6glait les operations commer- p
o. pljitation du campeche et d'autres cialds, sans s'inquidter de savoir si 1'o`
st bois de teinture, pour contraindre les devait gagner ou perdre sur ce que c
cultiva'eurs a se livrer exclusivementelon exportait du pays, si 1'on avail c
A- a cello du cacao et da citf6 qui, en' plus basoin dd caf que de sucre et de
r- lear quality de denr6es plus exporta-'coton pour d tre port6e A l'tranger en
ts bless, alimentideat principa!eameit le iretour des mirchandises iraportdes en t
to tr6sor public H .iti." c
a- Dans soa dernier voyage de 18061 "a L'obligation le charger do na s vire n
ir dans le Sad, il so port A ce sujet dans en trois esp6ces de tenrdeo, cafe, sucre c
s- les plus girandes violence. Da Jac- et cotton, dit p son tour Mad.oa, nui- d
i. mel au Corail, dit Madiou, il avait ftitsait aux options commercials. Pour
es brlaer plus de deux millions de bois l'expddition des navires qui ne pou- c
a da camp'che, coap6s et mis en tas' vaient appareiller qone charges Ide ces n
Is pour dtre exports cortrairemnt A sestrois esp6oesai da deur6es, l'adiaistra- q
arr6tes. Yayoa et Lamarre avaie it eux- lion eprouvait les plus grades difficu'- se
3r m~mes faith brtuer les bois coup6s tds. A'i Port-au-Prince, l'administra- p
n- dans les quarters *de Ldogane ; mais teur principal C Oi 6tait assaiili de r6- 1
e part it ailleurs, 'E'np ireur, troivant ilamations auxquelles il n'osait fire ci
- dans les populations une fort r6sis-'droit, quoiqu'elles fussent souvent foen- si
taacel executionn do sas ordres et dese ;p11 en perdait la raison ; il crai- l


e gnait Dessalines, disait-il, come la
t tonnerre.
s Le g6ndral Pdtion se prononcait
hautement centre ces sorts de mequres
I qui ne pouvaient que ruiner le commer-
ce. Le navire le Turnboule, capitaine
s Webster, occasionna un grand scan-
dale avant de quitter le port. N'ayant
besoin que d'un chargement do cafd,
et contraint d'embarquer da sucre et
du coton, it vendit sur le wharf, A rai-
son de deux gousdes, le sucre qu'il
avait achete quatre gourdes, et se dNtit
de la plus plus grande parties de son
co'on en le jetant A la mer.
Da Port-au-Prince on adressait des
petitions A 1'empereur et on lui de-
mandait avec instances l'abrogation des
d crdts qui rdgissaient le commerce. Eu
loes recevant, Dessalines entrait en fu-
reur et disait qu'il avait des baionnottes
et qu'il saurait fair executer s;s ar A-
tds, qu'il lancerait ses grewndiers sur
ceux qui ne s'y soumettraieat pas. P,-1
zelais et Charlotin lui exposaient on
vain qu'il dtait injuste de contraindre
le commerce A acheter ce don't if n'a-
'vait pas besoiiI. Au milieu de ses
Splaintes et de ses emportements, il di-
sait que la corruption atteigaait mem 3
la classes des laboureurs."
Dessalines poussait l'Mtroitesse de la
rtg!ementation jusqu'A fixer lui-m6me
le prix des denrxes, et c'est le ca!i'iv-
tour seul qui souffrait de cette contrain-
te ; car, tandis qu'il ne pouvait vendre
son cafe qu'A raison de 20 sous la li-
vre,- prix auquel on r6glait avec lui le
quart qui lui drait du sur les produi's
de I'habitalion,-- le fermier ou le pro-
pridtaire avait la fac ;Itd de Iraittr
avec le commerce au prix qui lui con-
venait.
Et ce n'est pas encore tout.
Le 6 septembre 4805, part ui dtcret
dit sur lFordre des consignations."
Voici en quoi il consistait.
Jusque li, 1 s navires dfrangers qui
entraient dans nos ports dtaient tenus
de se consigner chez les negociants
dtab!is sur nos places, en vertu de
lettres patentes de Dessaliaes,et ce soet
ces negociants qui seuls avaient le droit
de d6tailler les marchandises ainsi im-
portdes.
Mais alors, A I'arriv6e de ces navires,
il s'dtab!issait une concurrence effrdnde
centre les negociants consignataires
pour attirer chacun a soi les bAtiments
qui entraient. Dans ces conditions,
" certain ndgociants consignataires
avaient imagined d'intdressera leurs en-
repri es commercials des officers su-
p6iieurs, commandants .de places ou
W'arrondissements, et obtenaient de
:es ch.fs de contraindre les capitaines
le navires A so consigner a eux, pour
avoir plus di profit."
Le ddcret sur 1'ordre des consigna-
ions avait pour but de fUire cesser
,et dtat de choses en ordonnant que les
kavires fussent consigns aux ndgo-
iants A tour de 6'e et en suivant I'or-
Ire des numdros des patentes.
S, bien intentionnd qu'il f'lt, ce dd-
ret constituait pour lab irtd du com-
aerce une entiave conjid6rable, en ce
u'il obligeait les capitaines Wtrangers a
e con-igner en raison du numdro des
atentes et du jour de leur arrive dans
_s ports, alors que -'int r-t commer-
ial voulait plu 4 qu'ils pussent se cot-
igner en raison de la confimnce q'e
iur inspirait tel on tel n6gociant pour


I I I I -- I II I I _- _








la gestion des intdrdts qui leur etaien
condi4s par lea armateurs de l'dtran
ger.''- *' Si la morality du consigna
taire que le hasard lui donnait, di
Madiov, du capitaino do navire, no lu
ingpirait pas do confiance, il n'on metal
pas moies contraint de lui livrer me
marchandiseso."
O.tre cet inconvenient, la corruption
haitienne,q ii ne perd jamais sea droits
jetkit son esprit de d6moralisation damn
le's a~fiires commercials.
Ep, comfn3 pre-que ehq',ie fois,
I'e6..mpla pirtit de D-,,sali tes et do son
entourage. N importe qui ne pouvail
prtfendre aux num6tosido consignation,
car il y avait un r6Al profit materiel A
cela. Souvent, d'aprAs Madiou, lea
commlssiois I rdlevees sur le produit de
Ja vente die quatre cargaisons procu-
raient au n/gocidnt une certain ai-
sarce.' A's-;i D -8sa!i;ei ne dd'ivrai*-
il cf-s numhnro. lh p'us souvent, qIu'A
tc, f,vorei ; tjn'6t c'etrit A un militai-
re, faont( A un officer d'atimioistratioo,
quelqu(Jfois A un simple (itoyan."
Nonobstar.t toit cela, I'ordre d s co- -
signsttions nD'tait pas respect Son-
vent, au dire du m1me historien, deux
navirs ::p, arai-.-aient en mmrne temps
A I'hoi iz )- : >ne g< i, ette amdricaine et
Un trois n:as ,i g ;iA. Lq ndgociant
qui dovait avoir A sa coosignatioo
Ie premier navire at enda dana Ie por',
allast trouver I autoritd superieuie de
la place et lui promettait de donner la
Inoitib oule jiutit de sa commission s'il
pouvait lui fNire obtenir le plus impor-
tant dli (,tdx bA'timnents.
"'L'utoriIt appelait le pilote et lui or
donnait d.L fire entrer en rade le trois
ir.ai's anglai charge* d'une riche car-
gaison, avant la g',liette amdricaiLe
chljiarge de comestibles. Qu'lquef iA
le na'vird aminricain avait laisse loin der-
ri6re lai le trois n i s; neanmoins, 'e
pil(Ate oe ogligeait,abordait I'anglais et
le conduisait dans tI port."
Nots avow.s vu quoe 'agriculture et
Ics industries g i o'es ne purent etre
proteg', s en prison de la situation des
grdnis do I em ire, li p'upart tenan-
ciers (t fermiers principaux de I'Etat,
et int :e;.s s A ce litre a orgaviscr d(e.4
sorltss I,!O monopoies A leur irofi, ein
ruiiinali la covic-urrer ce des pt ticulieiF.
Pour les mtte, rtaisons, le comm r-
ce vit se dresser devant lui toute, sor-
tes d'eutra\,s, non-seulement A c iue
de I corruption des agents du goav< r-
neie.t, mais aussi ca' se de la si-
tuatior pfrson-nele de cei memes
grants, intercssa, udans les principaux
per.s, a ce que leas p6rations commer-
cia!es fussent combines de fauon A
avnritager les maisons de commerce Ai
P'ophration desquelles its etaient asso-
cie.
En ellat, Geffrard, dans ls Sud, fti-
s, it le commerce en socitdd avec D un-
mec et I'un de ses reseent'iments co-tre
D Issalin, s fut pr6sisdment que eel i-
ci, dar.s k- but de lui nuire, dipl-tcs
D umec de J6remie pour Is nommer
commistaire imperial A St-Mirc.
B. Blanchet io6, quand il out 6t6 re-
voqud do ei fonctions do tr6sorier A
J'r6mie, lie rdsider an Cap ot il fit le
commerce en association ave- Christo-
phe, qni, en outre, 6tait I'associ6 de
plusieurs autres commerce ants.
Bonnet loi-mdme, I'imp-wcable ad-
ministratear, nour- appread qu'il 6tait
I'associ6 d'un M. Frewrel, qua, du Pe-
tit-Godv,, lui expddiait toutes les se-
manes d's chargiments de c.f6 a pla-
cer ai Port-au-Prince.
Et I'Empereur, dominant tout cet
o0 dre de chose-, etait lui-m6me is prin-
pipal associd de l'6fabllsement com-
mercial d'un Fr ance-H:,l'e-, nommd
Brocard, rdsilant A St-Marc.
Telle fat la situation de I'ag i:ulture
et da commerce sons le premier Em-
pire, en dApit des dispositions la'ges
ot protectrices de laI Constitution.
AUCUSTE MAGLOIRE

Off re de service
Jeune stranger, polyglotte, dactylogra-
phc desire emploi dans commerce on
banquet.


Refirences si.ieuses.
Ecrire A Mr G. Bureau du a Matin S.


MITSjOOLOGIQ 53

; *u

MEINAIRI COLL I St-nARTIAL
MARDI 30 NovmBiu tIg09
t Saromutre A midi 76o 0M/5
- rompratuareminimum 19x7
fmauimum 27,7
Moyenne diurne de las temperature 22,8
Ciel tres clair le martin ; avec quelqus
nuages dans I'apres-maidi.
La pureri do ciel pendant la nuit, joint
A ]a sche-esse d l'air, nou; a donui une
for'e basse de I templarature pour ce
matin ier Dicembre
Btrometre stainnaire A 2 mim en des-
sons de la norm te.
J. SCHARER
Tcjbanal do Cassation
SECTION CIVILEI
audiencee d',s Csrdi 33o Novmbre 190o9.
A dix hei.res et de wie du martin, le
Tribunal prend si.ge sou; la pr6sidence
de Mr le Vice-Prisident Ernest Booho n-
mIe et pronoace les arrets sivmnts :
Clui qu` reje te I pourvoi du sieur
Exima Exama centre le jug wment do Tri-
bunal civil de Jdr6mie ea da'e du x8 juin
1907, contradictoirement rendu et sotr ap-
pel entire lui et les sieurs Chfry Lindor et
consorts; condamne le demandeur aux
dipeus.
Ce'ui qui rejette cOmme mal fond
le p-orvoidu sieur Nemo irs Auguste con-
ere i'O.donnance du Ju e des refinrs do
Tribunal civil du Cap-Hai'ien, en date
du 9 Dcembre 1907, entre lui et le sieur
St Martin Dapuy,- cordamne le demnm-
dear aur depens.
E 't'erd les aflairts d- :
Les consorts Allen, co-tre FlMix
Lambert.
Le rapporteur, Mr le Juge Denis, done
lecture de son rapport.
Le Ministere Pub ic, Elie Cu-iel, con-
clut au 'ejet du pou'voi.
Locian Corlian, cortre Charles Je n
Le luge Djean fai son rapport et 'e
Commissaire Dominique conc'ut I la cas-
s;.tion du .ugeaent attaqu6.
'Annulysse U'ysse cont-e Amilie
Saint Elus.
Le juge Janvier soumet son rapport, 'e
Commissa:re Dominique, conc'ut A la Cas-
sation du jugement denoncE.
Laureat Guecrier, con re la dame
M6a Jo eph Def ud.
Le Commissaire Dominaque conclu au
ejet du pourvoi aprks avoir entendu lec-
u-e du rapport du juge Janvier.
Le sitge est levi.
Tribunal Civil
,4udience.civile ordinaire du mardi
30 ,owembre o199
Pr sidence : H. Mondestin
Minist re Public : J. Roseasond.
Jugements rendas:
Celui qu' homologue la transaction
de la mixture emancipde Gabrielle La-
vaud.
L'ordonnance quai reavoic les ,potix
Dormainville Estinville i l'audience pa-
b'iaue du hbait D&cemabre prochain
Va l'indisposition du Jag: supplant
Leon Montis le tribunal n'a pas entendu'
aucunes affares.
Bulletin P eligieux
Le No du Mais de Noveeobre de ce
'Bulletin viemt de paraltre avec des mate6-
res tres importan'es.
II content des nouvelles ecldsiasques ;
Inonduion de la Plaine du Cul de Sac ;
Benedictlon de I'Eglise d'Aqulo ; Suite
d'uoe notice sur le Reveitend Pere Lebel-
ley.
Marriage
En l'Eglise Cathidrale sera cildbrd le


mardi 7 d6cembre courant, a 7 heures pr&-
cises du main, le marriage de notre excel-
I lent ami Alexis Tassy avec Mile Louise
|Pidesaoce*


Laes Sinistr6s
ENvoIS De Scouas
Nous avoas des remigna ments sar le
measures qai out t6 prises poor fire about
tir les premiers envois d provisions au
sinistrds de Ia Plaine. Oa aaitdelsbonna
besogne depois jeadt denier.
Les colis, partis par le train de xo heo.
res o20, soot arrives A Tabrre A mid, et
ddcharg4s A 3 heures. UIs oat dtd transpor-
t6s par des cabrouets A bceufs, graciease-
ment mis A ia disposition do Comlit par
M. B. Proph6t-, jusqu'S la Croix-des-
Bouquets
Le Comitd rural a form trois sons-co-
mites charges de .distriboer les secours i
Foods-Parisien, G'nthier, Bt!iz ge, Be u-
gi, Lama-delle, Thomaz au, Ilaite-Cadet
ct les e ivirons.
Les divers sou -:o aitEs soat composes
de : i o MM. Pere Case, REbecca Adel-
son. ConutantCasagnol,-- 2a Louis Pto-
phbte Robirt Rousseau. Eugeie Denis ;
0 o Robert Elie, Emm. Marville, P1re
Mdeag -r.
Les ptoiisions out c64 partsges en trois
lots. Oa n'a pu ercre rien aire aboutir
a Thomaze A cause des difficuas in-
surmontab!es de communication.
Un detail : on croit qu; les habitants
d'Augaid au noombre de 5oo, oat emigrE
dans la partic de I'Est A caose des eauz de
la Rivitre Blanche, qui, se s dversant ni
dans I'Etag Sanwitre, ai dans la mer.
se trouvent dans ces endroits A one hau-
'cur de 4 pie's ccurrant environ one
itendue de 250 carresau de there.
F e3tification
C'est par ernear qu: le nm de M. Lab-
bee Birbaccourn a d e port, dans notre
numdrod'avan:-h'er, sur u e des lists de
passagers.
L'Alffaire du 15 Mars
Ex CASSATION
Aujourd'hui se ferout eatendre les avo-
cats de; priveous. Des dispositions prises
permettent d'affirmer qu 1 afaire sera dk-
finitivement entendue, I'audieace devant
Wtre ouverte 10to here pr6.isei.
L'arrtt sera probab easent reduo A la fin
de cetce premn-,re quiozdae.
Flours & vendre
S adresser A Midame Adolphe Simb ur,
Avenue John Brown ( La'ue )
P.O.S.
En replacement du regretid M Korbb-
jonnsec,le coneit d'adzminisatatioi a non.-
m6 aux forctions de directear de I Exploi-
sati3a, Mr R-hfelJ, allemend.
Una conf6reaoe .du Dr A ulain
Demain jeudi, A i'Alliance fram- ;e. Rue
Ronu, conference par 'e distingue doyen
de la Polyclicilua PEan.
Ferneture do la mile


S
I

S







1


Jesus Pr61re, VIS BJ, d -A-
Gvimbirt,jeuutpgqvl, 1 jk,~
Irabbd Ch&Wavptiort, Mu-cnfe ,
L~osneM. 1'4"bdLe M -pigt; n4i

juepr~tre.*Ia dfs44
DiodSE Das cAyE
Pat decision de MonmsgeurIgonvj3,,
date du_ o ere, 4di
Cs do iburon Mr lIAbbd IA Bcasp,
Ca~mm~tvicaire A Port-Sjung; Vig~
Pot -S Inc M I'aIbd Hame~ry spa d
-oem: vicaire &Aq miO, Vicagt. &.Aquis If
I'abbE CoamJrais,. Jeane precre ; AuuiliWj
I&l CathdJrale Mr PAbb' Lecoq. mjmg,.


Revue Conecrcial

MATBON A G PROjj
DU HAVRE
26 OCtobre 1909,


Oaf4. Le march reste tel que nou
Itavos dipeint dans notre derniere ieiUe.
Les affaires ne south oulle ment imposante
et, cependant, fEute de vendeurs, les Pri
tendent toujours vers la hausse. On ew.
compete ra pro:haine ricolte br6silienne et,
en outre, la Imita:ion de cc te campp-e.
ci A Santos. On ne se read pas comp:e que
too e quintitd non expddiie en i gogl
e 'era A partir du ier Juillet 19go, L1
chiffres le d6montreot, on ne peat p'us
c'airement :
Produce ion de Santos 10o9ito, i i A s
millions de sacs ;
) 910111. 8 9
m1l ions de sacs ;
ensemble 19 A 21 millions de sac;, ou big.,
si la limiiatioI a lieu, 9 1r2a 1 i i mWil-
lions de sacs pour It campag-e IoiolIt
que 1'on regarded come manquie, puis-
qu! I'on a ctu devoir donner des eitima-
t ons de 8 mil ioa; de sacs sealement posr
Santos.
Mais la spicla-ion, quand ellc weut
acheter, ne s arr6.e pa.s A de pareilles coa-
siddrations. On l'sa bien vu par sa resi-
tance A la hiusse pendant cc. dern'eres aso-
nees, malgrd une -itu.t'oa bien plas favo-
r b!e que lac uelle. Les recettes au Bresil
resent toojaurs eaormes. Nous avoos 4(s
scmaines de 545,ooo sacs pour Santos St
de 123,000ooo sacs pour Rio. Ces quanitds,
il est vrai, disparaissent dans la consom-
mnation,mais elles 6.uisent anssi le poevoir
d achat de ce:te de:n ere. Noes devous
nou; attendre A un enga3g-meat de 'ia-
tiritu" A pa'tir de janvier.O-, si par ua fiit
inattend j, le g u -ernemeut se vo:t lc
de re pas limi er I'expona:ioa, on peat
imagine 1'effct dsastreux qu cela sura
pour la second moitii de I annie.
Ea tout cas, I'av nir ent tit p:u clair,


Lei d6peches par le sis Al ai pous eccbien que nou; devions souhaiter ane 16
N.w-Yoik et I Europe ( via Jd 4rie ) et ovation ult ericre des pdix du caft, p3ut fa-
celles par le sis Sarnia pour Kingion ciliter la vea e de la r :o!te hi( ionne,uoos
et Colon seronm fertdes vendredi 3 do ne povons y c:o're que biea diff:ilemeat.
courant, A 4 h. ures precises. Comme nous le disions la dernimre f'i*
N60rologie le caf Haiti disponib'e fait dfaut pour de
H.r nt t .t i belles quali Es et quont aux quality h ,m
Chiier Raut leaIlts fadarailles de Mme yennes, les achet-urs on soot clairseaeds.
hdoierig.n& O e Yolakde Saboufin, au D.- U one irrigularitd iets grande dans les
milieu dnn grand coacours d'amis de tou- co e II y a uu pUE p'u. de saite dans lks
tes le casee. Au cimetire, le S0aateur ours des cafU de la novelle camst
Bzussan, on vied am do Is d Siaceur cours des cafhs de lanoovelle canpmae.
anossan, an iel ami de la dfuate, pro- sorton pour tou ce que I'on pris
onen lque'ques paro!es Euet s qi, rappe bi-ule detrai.er A livr :
Srent ds quality s remarquables 2 lfaieul, Mais on a aussi fi- des Gonaives tris
le grand juge S boarin, dont Yolande res- A ft. 6t.
pct a fiUlement lts brillante; et honorAb'es II fut dire, en g6oeral, qoe pen d'afl m
.I. ios parete divoue, aell sr 4eve ee traiitet, e c'est alors pooreambanqueet
les si sa seur Mademoiselle Oca- as-ez .'oig d.
vie, siv erueuse, si utile A no:r socidtE ContMra:5n 2 O.tobrs fr. 6016.
et le savan Docteur DAotes Saburia. E I* Contrat a0 2 Navembre Dkembe
a i royTec par les lut.es doe a vie, tcu- s57.o50
ours serene, toujrurs delicate. ConMras no 2 ajnierfluinm 57
Nominations eoo16*iastiquBa Contrat n o 2 Juillet1lDcebre
ARCHIDIOCAsE BE PORT AU PlR. C 55150
ParC d6 so Po. u ... :..., Ooton -La ter'da:e de oe artit" 4
Pa dEcision de Monseung cur I'Achev6- fgrme. I yy sa ..ats-ULais 5 c iqS-
qums date 7 novembre, on: o hausire poissate qu, se bas
M.... f it d'u. rdcoite moenre, aches9 1
SAniliaire AL "Caobas, Mr I'Abb Li- tearder aus prize q'etle doq p yr-
vinnec, pr .4dCement curd de Crand-Go- | terms so cote maiotefant co e
ster ; Auillare A Grand-B >is, M. I'abbE s it:
ALeB !tPrPcd emmnt vicaire Saltrom ; I Dcembre fr. 88 31 4 M4 if 87 SI
amaise Salt.rou, M. I'abbd Morin, pr- Juillet fr- 87 318.
cPridem et vacaire A Sts-Anne do Patt-au-; Rien 'aere que i Ihusse a da
Prince icaire A C6 ev-de-fr, M. I'abb. dermer mo. II asMle c ed
VicarAtsprded vigcal. A st-Marc ; abls moI R Is mo avew a
Vicai- e Grned-Go.v, M. 'abbd Ulayes, m -memMs; duaeO sds **


( -- --- --c,, _






*r asses -ive se f(ase sentir de temps
hai.ienne se cote nomi-
0 t entire 77 78 f-ancs.
-00 s. Tendance ferme.
#I-ugioos ; 145 J6trmi s.cs
nchis nals.
SmAck; 145 Jr6mie secS, 2I Port-au-
4r"ot.pO o'y a aucon chan-
A signaler dans la situation. Le.;
tt tfe m aees avec une tendance
n'y a pas ej d'sffiites traities
Men de 19 iz Cap pr6per6 gios bois.
urt qasa Afr 5 25. ex-Conitrial.
"osacs March. toujoors calme ; en
ce d'arrivages intdresunts, ventes
sre'ttes. W
Lues vtes. do 9 au 23 soot cstimes A
*.oBQ cseuleaent ou environ, don't 5
SooO sacs Haiti divers, disponible et li-i
b'e, 1de fr. ti A 57,50; le reste en lotins
wnrss provenancts.
Cowtmios : Haiti : ordmnaire fc, 52,50o,
Aois fr. 53 54, exta fr $4 54 6,
#inutioa fr. 56 50 i 57,50 Soutenus; de-
rde uoddree.
MIel.- Coals f,. 4155- -
Cire.- Cours fr. I 5.
Oraine do coton.- Fr 14.16.


CONSTANCE


PmskvbLANcE


Cie des Pompiers Libres
DE
PORT-AU PRINCE
En vertu doe 'article 13 des Sta-
tuts rtgiasant la Copfagoie, I'assem-
bl6e g6ndrale des Pompiers Ubres
est convoqude Dimanche 5 du con-
rant, la Station Contrale, & hilt heu-
res du satin.
Voici l'ordre du jour de la stance :
10 Sanction des procbs-verbaux.
2 Rapport de la Commission des
flnoeces Ex. 1908/1909.
3o Rapport de la Commission
charge d'anspecter le materiel.
40 Rapport annuel du Comman-
dant.
5o Questions g6a6rales.
Le Commandant,
Louis ItTHIART


Leonce Laraque
Repr6sentant de la Maison Th. J. Dubois & fils Fr6res
de Bordeaux,
A I'boonneur d informer'le public quo. a partir du 25 Octobre on trouven
chez lui, 4 Rue des C4sars. ( en face de Barbancourt ) du bon vin do Bor.
deaux ( rouge et blanc) aux conditions suivantes :
Vin rouge : P. 5 00 le g llon. Vin blanc : P. 5 50 le gallon.
P. 1.25 la bouteille. P. 1.35 la bouteille
P. 22 50 les 5 gallons. I P. 25 00 les 5 gallons.
N. B. Les bouteilles seront reprises A raison de IP. 0.20 piece.
Vins fins


Rouge:


Chateau La Tour de Mons P. or 0.60 la
Chateau Roy 1 P. or 0.80 la
Chateau Cautemerle P. or 0.90 la


bouteille.
bouteille.
bouteille.


Blanc : Chateau Filhot de Lur Saluces (Sauternes) P.or t.00 la bouteith
On trouvera Ie mime vin et aux miaes conditions : A I'Epictere St-An
tole (Avenue Ducoste), et chez Mr Marcel Audain (Chemin des Dalles).


ROYAL Kola Champagne
Cetle ddlicieuse boisson, dont les qualith.s tontijue.t-t lot tiliantes, la sa-
veur exquise, le moelleux agrtable out contribu a fo'rmor I'incomparable
rafratchissement des climats tropicaux, intrite hien son titre a HOYAL a.


Librairie & Sp6olalit6s
MUSICALES D'HAITI

Em. Benoit Armand
15, RuB LAMA"R, i5.
Port-au-P.ince

Catalogue A.-
Com nade de Pianos et de tous kles instru.
PuIX DE FABR:QLUE
PREMI. E PARTIES
Air var36 en Mi majeur. Haendel ; Au
Jir de la L eac-g*aode vauiat:on, L. Lam-
9; Aghes Sore1, quadrille 2 ma;ns, Le-
A Ah ? ycs dira-je, maman, 12 varia
* dc M6zart ; L'abcencerage, fragment
coacen ago be,.A Rasetti ; Aaour dis-
t, gavote Jog Reach ; Apoiheose, mar-
Ssolenaelle de concert, L.M.Gottscha'k;
Is Belle EUile, ronde de ,uit, Franz
I ; Aragonew. ehmson e;pagnole,Aug.
hceat ; A'za Mo ena, chanson esp goole,
bg V.oceo ; Aitnina, s6reoade egyptien-
SPaul L, ke; A'bu-a lyrique de 50 ai-
id'opras trs faci es; A bum pour mes
nits amis; G Bachmann ; Album poor la
eese P.u1 Besasont ; Attaque dts U-
g and ga'op militire C. Bohn ; L'A-
noe, valse deW saloi, F. Buagnuller ;
chi uita, valse espagoole. F. Bugu'ler;
is I oodle, v.4se lente, Rod Berger ; A
teasez Vous valst leite, Rod B rger ;
petit Bonhear, pas redouble, Rod Ber-
r; A B. 0., Method poor les commer-
s, Le Cquppey L'Alphibe', 25 Etu-
s tf cies, Le ppey ; L'Agi i e, 25
,*ts progressives, Le Couppey ; Amour
prian eaps, valse,E. Waldteofel ;Ai:! e.
o ie,A. Soller ; L'Ange du foyer, me-
ie ari6e. S. Smith ; Amour A JEsus-
ist, Eucharistic, J. Schad;.u print emps
tieanesa ) valse, F. Thome ; Amour de
atJe, gavote, Em. Rousseru ; Angelus
aux Anges gardiens, F. Liszt ; Au-
sao marils P. Lcombe ; Amoroso,
rlente, H. Kow.l ki ; L Ange d'or 4
hU*s, F. Hunteo ; Les Adieu t du
yr, nocturne J. C. H so ; Amou- che-
I9lne, caprice elegant, L. M. Gatts-
k'; Lea Adieux de Marie S oan', cele-
*"dlodie P. Devient ; A Lonora,noc-
eJ Archer ; L'Amitnd, Wag-er ; Ave
i. Gounod; AA printemps de goo-
AN main, Ketiver ; Alb o de 6
0 chacon poor commergnts, S reab-
SA hale ouve ture Mendelssohn :
it cea tout geoses et poor tOLter les
;Acchesp.cur.qous les iast*,umecos
de omusque de tou es sorts A -
eM.hode.

h laeow ra ousiasu.


ELIZ MAOLOIRE
AVOCAT
".s Ri de Crad m, 's).


Justin I lie
Du CONSERVATOIRE DE PARIS
Annonce aux families qu'il se tient
a la disposition des jeunes gens ,.
jeunes fill, s qui d4sirent des leCons
de piano.
Cours supdrieur
Leqons de d6chiffrement, de Solf6ge.
S'adresser chez lui, en face de I'E-
glise Saint-Louis A Turgeau.

Changement d'adresse

Me J L. Dominique, avocat, se tient
desormais- pour les affaires de son
Cabinet en ville, an No. 79, Rue du
Centre 79, 1 parfir de ce jour.
I 29 Novembre 1909

A louer
Une Maison A 6'ae en're cour et
jardin pour grade famille, pros du
Docteur Audain.
S'adresser au Magisin S, M. Pierre
&Co.
Port-au-Prince, 30 Novdmbre 1909.
NAISON DE CONFIAl4CE
148 GRAND'RUE

Mr .Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu de la
Rdpublique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par les
derniers Steamers une Var .t6 d'dtof-
fes de : Diagonale. Casimir, Alpaga,
Cheviote. Drap vert et bleu d'une
r6elle supdriorit6.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDITfI
L'6tablissement se recommande aux
clients les plus d6licats qui appr6-
cient chaque jour davantage le FIMI
de son travail.
Demand z chez Joseph S-in -C oud le
Restauratear de la Santi et des Cartes pos-
talcs II'OutrS es.
CRANGEMENT D'ADRESSE
M- L6ger Cauvin

Monferrier Pierre
AVOCATS
44, RUE Roux 48,
Au dessu de la Pharmacie Robert*.

M' Jh. M. Duplessy
Photographe
| Avise sea nombreux clients qu'il
n'est a lear disposition que de 9 rs.
.i amidi, de 2 a 5 heures. except les
prs-midi des dimanches et des
jtors frids. I


AU MAGASIN


et D6p6t:


DE LA MiTROPOLE


AISON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT AU-PRINCE.


Vous le trouverez en outre
Andrd Faubert rue itoux
Pharmacie Alex. Roberts do
Madame E IOre yfs do
A I'Epicerie H. Corvington rue Ferou


EN
F. Ch6rlez Petit-Godve.
Mme Gdrard Bartels Jdrdmie.


:~I'Vlpicerii et' -~utto ia ltuid'ruue(t311 face
la station ceuiti ale dvus ,pomoers.)
A alipicerie 4: Uuili rue do-; fronts fort.-
au Magasiu 1-:. IDreyfus do


PROVINCE
.1. It. Montasse


(onaiivs


_ _..-- --
Pour les employs SURTOUT de la P. C S. travaillant sur la ligne de Bi-
zoton-L6ogane.

Esanofele-Esanofeline
Viennent d'arrivor pir ledernier Hollandais
Cachets Kangua Antipaludiques
Pour la gudrison immediate des libvre. paluddennes.

Comprimes Suisses
PURGATIPS-LAXATIFS- DIPURATIFS-
Rembde idiSl pour combattre la constipation.
Ponmmade des Preux
Pojur la guerison imrn6d ate sanis ie conrours d'auune operation do-
toutes Lumreurs : Kystes de la peau, loiipes, liipomes, Tumours des Pan-
pibre ." njon :tivit-s, Eczemas, IImhnor'oid..s intorrnes et uxternes, etc etc.
DI9POT GgINI~RAL POUR LA l LJWUB.LIQUE: DLHAITI
Pharmacie Notre-Darno : hue des Froats Forts et du Centre
Doctear St IAGER PERRIER. ( Propri6tairo


Mi Philippe Kieffer & C0

Mason fondue depuis 1895


SSeuls repr6sentants


4, RUE DES Ci:SARS.
de la marque IIENRI BIJOU PILS ET AANAUD,
de Bordeaux.


garantis


EN GROS & DETAIL.


Hautes Nouveautes
RoBse CORSAGES PaIGNOIRS MATING -- Jt PES CHAPEAUX garn';
et non garnis pour dames, fill.stte4 et b4bi-. FLrURS, Runixs DamTu.LLS,
FIeA aRP, PArFUMRIss, etc.. seront en v. nt A d.s prix tv6s sosdds A
partr.da luudi 15 Novembra chez Madame FERNAND LONIEWSPI. I
. J. Aadaa rue Lamarre (B gatelle-Villa).


Agence G6n6rale


Vins sup6rieurs








Cfdixt nde JiI" R eignel
aticinte' ITUBZBCULOSU pUESa m
;ni~I, j ai~ ,wn/No/wu e #IA*i.'.i Ipeyrei&x
.t 4. r itt '~: I.n.** ecllt-Itoobli~ar, que re-
V; V110 .4 ilt *'I IZ. 4 ll-ta i c-ei talrto.r % et o 'a eaVachy.
it- U.1, i l .or4.A-cnacn de Jloitaiy
~ ~aom,.~,et ha bite
v-., riot- dt..% M ar
h 0mmat'*. a 111(18% (L~oir-

1o =lmflrailt depuito
p dr'ime, ramoap
't~ol.bo~tt. ;availt des
Ia racaat linea
.1hemare et lie-
l otr- tlamit dr% it-
*......a..,...,m oo* a ,erif- ntjxdetax
.,mmma0 I- ,,~,j.,o ~I~o H ;II'i taimro'. Le Araile-
~ orni .f.aXlflt )JUPVC a flUX. 4auintlioroa sm)
41 it.1 1 I'll ,.1 o1 '111ae 1%10 I A l'oilo.. O 0criee a Ce
*I* A' I*Ill a10. I.0-111a,111 de pi~ blier
to it t lde ia r *., y i
~ a *do- Wegmo ArJ'tai.
;1aie 44 I le ivire. I-d,, 1oa.ob g il' ri~o.j~ aI de
o 1.10 I i: 1 4-100 0 go*)1o11h'eEt i rmiii a 401 ii a ti-
I0 18..P v a 1. 1 4 ~i~*1 4. (4 IV0 10'.481.a4ml faag lilt. Ienfacon
It a 11 u 10, 1 "ii .-I*- gme I.IA net hood. dia tram-
111,oAooo 0'Lasm ,. o o.*. .6.. 1.6ov 5 1' 14A- d, ioc: ur 0Du-
r4 a- m~. 1 elIs % 411c c I.fez AIaaa i eC E adp ur
au to Abi (I it .a I'url -ao Pri &ice. Ew dibr a


Attention I
Voulez-vous etre inie:x chaussO...
II est Ltis rare de trouver dans une
m6me confection I'ETlgance et la so-
lidit6
MM. VITIELLO fr6res,
les spicialistes en chaussures pour
hommes, former h'frangaises et amnri
caines, out I'honneur d'annoncer A
leur nombreuse clientele qu'ils vien-
nent de recevoir de nouvelles formes
* Du Dernier Cri Parisien s, du vd-
ritable Modern Style.
Les Chaussures sont reconnues in-
comparables par la Commoditd de
leurs formes et par leur Solidit6 joint
A un travail entibrement fini.
La Maison possede en ddp6t des
matlriaux de premier choix prove-
nant des meilleures fabriques des
Etats Unis et de France.
Chevroau verni, Extra-Qualitd,
la meilleure marque.
Peau jeaune de toutes nuances,
veritable Cuir de Russie.
La Quality des foirnitures emplo-
yees ldans les souliers et les soins
apport6s dans la confection nous per-
inettent de les garantir come les
plus solides et les plus durables.
Stock de Chaussures fines pour la
ven'e en gros et detail.
Assortiment comp'et de cirages et
lacets de toutes nuances.
Prix tixe mais moddrd.
Adresse : VATIELLO f! 6res
1x',. Gtand'Rue, en fa.e de la Poste


Maison F. BRUNES
196 GRAND'RUK 10
Dirig6* par

L. HODELIE
A nta memwbre ,d Is Sectd PhUme
v.rpiqu ds matares tsffleus de Parf
Viont do recevoir an grand chelx d'd
ofies diagonals, casimir alpaca, ekewvio
e, chevioto pour deoil, etc, RAeomman-
ito articali6remont & sa slieatMee se
elfe collection de coupe de eaalai,
do gilets do fantaisie et do piq u de
touted beauty.
Sp6oiaUt6 do Costumes do mo-
oes.- Coupes Frangaise, Anglate eft
Amdrieaine do la derni6re pedeetioea
La maison confeetionne awust des Oo-
tumes miiltaires, haSbitt brodMs
dolmans, tvuiques, habits e-m
as eto eto. 0e teO< grade

Chapeaux I
Chapeaux II
Chapeaax I tI
PAILLE 91 P0ITS-IICS
ACCOUREZ CHEZ
Feliberto Gonzales
IT
JOSi SAN MILLAN

FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Saon do Ceffre du Leuwvr
Poear to le sgotts t powr ltouti


Sl-a Imeio uri iarneu uu monuut
Celle qui donne le meilleur paii
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le psls 16ger.
Pour tous rensoignements s'a.
dresser A :
Ernest Castera


repr~sestarnt de I&
suiR?( FLJr'u IMILB
SILD


PILLqsBu1UY WAS;.
CO MIPoWuAPOLI


COGNAC OTARD-DUPUY


Pour tous


8'ADRESSER A:


IM' C. L. Verret
Talleour-Marohand
Donne avisa A a bieavelliant clieD
tle quoe sa mason No:7, Rae Traver
sibre eat toujours bien pourvue d'up,
variet d'6toffes do fa haute non
voaut6 parisaense.
QUAJ.rr SUtlawxasR Cour t*L*tGAMrT
rRAVAIL sOIlot. EXAcuTlOM PROMPT
Prfts Irs rdduls I

LA .


Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse c ientble qu'el-
le vient de recevoir. par dernier ba-
teau, une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures do touted fral-
cheur et de toute beauty, import6es
de France, d Allemagne et des Etats-
Unis.
Le public 616gant, curieux de se
bien chausser, y trouvera lea peaux
les plus solides et aux nuances lea
plus varies les forms lea plus belles
et lea plus appropri6es.
On n'a qu'a venir chez G.B PETOIA
pour 6tre assure d'6tre chauss6 sui-
vant les mri!!euroq lois du confort et
de la mode. Spdcialit4s pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, forms, fournitures
et matdriaux divers pour cordonne
rie. On trouveota tout ce qu'il faut, aux
prix les plus moddrds, A
LA CORDONNiRIE NOUVELLE
143,GRAND'RUE 143,


rromputuoe at soin aux commas
dea tant ici qu'en province.
Chaussures do Dame form e et tra
vail toujours tout co qu'll y a doe pla
souveaux.
Former am6ricaine et francaiso poua
Messieurs ; 61igantes et commode
Pour lea os infants le plusA l'aise.
Travail olidse execute av.
tos peaux de pr,,1nre, 'xa-~,e.
Aaora e do g* raod rablis.
"* --. Cr.37 a- t [. u l 4-a


Mt ison 6tab'ie depui. 1795,
dans le ChAteau de Cogn c
oi eat nd le Roi Francois it.;


et Covnmmndes


PORT-AU-PRI-iNCIE


Agent g6n6ral pou- la R publique d' aiti.


H[6tel Bellevue.
Io ioux sltuxe, le plus ea .
fortable.- CaUip-.d*-xaru
Cmiaine reoommd.- Vue or a

Chez App. Cipolin
155 Rue Ripublicaine. n face d
S. Ro b at
Vionnont d'arriver par dernior n v.
Pat6 do foieo gras. Sauises trufli
Pigeon aux poi.. Tapioca. Choucroto
Aspergoes e. Fruits cristaliss oparo I.
vre ot par fiacon. Prune d entes. Visa
rouge ot blanc. Oporto. Malaga. V
mouth. Cognac. Champagne.

Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ

JAIME TESTAIt
Le chapeller remarquable, avas.
tageusement cocnu,fait savoir au pg.
blic on gdn6ral et a sa nombremme
elientIle qu'il vient de transf6rors
FABRIQUK DE CHAPADUX
(L'AxcixrNN MAIsoN DU LOUVRE )
DR LA PLAc GEzYarA A LA
SGRAND'RUE OU RIPUBIJCAINE
No 149. Nn face do la Pcsk


Le
vert


novel 6tablissement est on*
sous Ie nom de la fleur do
1'Am6rique


II promet soin et promptitud
come toujours.


FOURNITURES POUR
CHAPEAUX :
P.illes, Fldurs
Rubans,
Plumes, etc.


0
ig*
ii 0
a
)


y *~ Etoffes,
Lingerie,
7"Parfarnerio
Articles do
Paris, etc.


NESTOR FELIU
L excellent taillear avantageusemeal
connu de toute la R6publique vioet
do rouvrir son atelier Rue F6rou,
( R des Miracls ) No 61.
Sa nomb',euse clientele trouveri
Common toujours toute satisfaction
oar les travaux qui lui seront CO*-


PANAMAS!
Pour Hommes et pour Dames, cbhS
Melle. LMonide SAlages, 22 Rue des
Frone-For ts.

Franelsco DESUSE
Pabricant do ohaussurM
La Manufacture a tonjours eon dd
au grand stock, pour la reat -
rfoa ot en detail, de chaussure M
mIus geares pour
omMIas, FamiE E ejFATS
Lea commandos des commeOr.Q-
do liatrieour pourront 6tre exez6Ct
dawe an* semaineo peo pris.
23, Rue dos Fronts-Forts. 28
poaNAU-aWCs f ATrn )
LEMONS
do
FRANj AIS et d'ESPAGNOS)
Conversation et oorrespondance pet
Un profoesear competent.
8'adsreer agn bureau do aMst"i


Aa! L LtGAICE
e m Iplus e pain! ooRDONNERIE.
8il Westfaitavec.la" pllsbury' .
B1 tatab 42, Rue des Fronts-Forts.
CBU aAusSUmuS nM D*P6T,POUU LA VWuI*
r l ffhd fh...an S...--.d-I..... 41.. .....- -


renseignements


Andr6 FAUBERT
38,RUE ROUX


i