<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00788
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 30, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00788

Full Text








* ABONNEMENTS
L IUN Mois.. G. 2.00
port-au-Priflce
Tnois Vois... -k 5 00


SDgpartements UN Mois .,. G. 2.20
STtols Moss 6.00

Etranger... rnois Mois 8.00


Si6ment-Magloire
DIRECTEUR FONDATEUR


1


Pokii-u-Prhic, 3IFal!


C'


.)


OUOTIDIEN


Mardi 30 Novinibre 1909.'


LE NUMERO 15 CENTIMES

Lms manuscrits insArds on non ne seron
pas rendus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.

Arthur Isidore
ADMINISTRATEUR


Clhroniqnes di

(gadqmxoiselle Chiffon, d6put
S.Petits territoires, grandes n
future Soandinave.!- LA o
rennes.--L'amriti6 sans 1'
Libres, ,gaux, fr6re
Haakon VII et

Les suffragettes viennent d'obteni
tn triomphe. Elles ont rdussi A env(
yer au Parlement norv6gien une d6pi
t6e.
Jusqu'ici,les femmes votaient,dtaien
conseillAres municipales, maintenance
hlles sont dligibles et blues. Elles fe
font du parlementarisme. Leur influen
ce dana les affaires publiques nese mas
quo plus dans les coulisses et les cou
loirs, c'est sur la scene, au bord de h
rampe elle-mdme queo cette influence
nourra s'exercer, librement et de fagot
time.
t.i breche est ouverte par ot le flo
les jupes, passant a travers la salle de
Pas-Perdus, les tribunes, arrivera jus
W'au sibge d'ot la clochette agitde pa
a0, mains fluettes aux doigts mignons
hordds d'ongles roses, s'agitera sur le
t tes chauves des politicians distraits
oublieux des tirades et des principle
t suspendus aux lIvres carmindes d'oA
tombe comme un fluide bienfaisant lI
prole qui saduit et apaise.
SLes Parlements seront un jour des
salons ou les intd4rts nationaux et ceux
4 l'humanitd seront d6battus dans des
auseries fines et courtoises.
Mademoiselle Chiffon change en
Madame la Ddputee, Miss Froufrou
dleanue notre adorable collbgue ap-
porteront leur art sub'il du ddsarme-
ment et leur science f6conde d'aimer
dhis les discussions et 1'6laboration
4e8 lois protectrices des gendrations &
padire, enviables d'avoir 6td6 orties
as le sein de m6res-lgislatiices,aus-
iuform6es au moins que leurs col-
Oges moustachus sur les be3oins des
s, chair A canon et des fillettes;
air phlisir.
bEt c'est vraiment dommage que vers
960nous serons tous ou presque tous
ts : ca si la seule curiosity pouvait
tolonger ios jours, c'est en ce temps-
47que beaucoup d6sireraieat vivre.
;.Et ceci nest pas pour railler, car itl
a des. pays o i certaines chose se
At 8BneOLsement et la Norvbge n'est
Sn pays pour rire..
Notre D lbrme a inaugur6 une dtu-
Sdes Pet-ts, en commengint par la
hlande. 't sdrie eat & continue : de
I.Norvge aussi, l'on ne mentira pas
pelta t, s'agissant d'elle, le motto
tif : Petit territoire, grande na-
i'est-ce pas en Norvege (Birgen) que
I do e rdunir la deuxiome conff-
scientifique int. rationale sur la
? L comit4 Nobel de la Paix
11 U pas norvdgien?
tre c0s initiatives gdndreuses
8es, par le frisson de la ddtres-
*e et outre sa morne, ses fo-
S&arinas, son Eschyle et son
0 et mille autres choses aima-
lti es, po6tiques et pratiques
-I '4 Norvige, un example eat


Smfit aboutir les interminable tiraille- A l'un des c6tes du quadrilatbre for-
ments entra la Sue le et la Norv6ge. m6.par la Rue Bernadotte, le guerrier,
SU Ul 'Cette question fat la dernibre goutte grand pbre du roi O-car II, le Pacifl-
qui fit d6border la coupe de la patien- que, de la place Eidsvold, non associ6
ce norvegienne." A la Constitution du 17 Mai 4814, qui y
6e. Les Parlements de I'avenir. Sous 1'intlaence de leur plus grand fut promulgaue et don't I'anniversaire
tations.-Vive la Norvbge. La -homme d'Etat, l'armateur Michilsen, est la fete national de la Norvege, du
,- alors 6lu memb:e du Storthing, d6s Thditre National, de I'Universit6 et du
at 1'on vote.1- La question des 891, un comitd, dit des consulate p-6- Grand H6tel, au seia de la plus sim-
union, la haine avec 1'union. sentait un rapport ou il 6tait declard~p'e capital de l'Europ3 le Palais da
es dans une monarchie. que les intdr4ts maritimes et commer- Storthing se dressed ..
Olaf, de Norvcge. ciaux de la Norv6ge exigeaient qu'elle Da son sibge, le PrbsidAnt peut aper-
prit I'entibre direction des consulate et cevoir la Statue de Wergeland, le
que 1'on n'admettait come Consuls, Rdveilleur du sentiment national
ir venu de la presqu'tle scandinave et s'il dans les places importantes de l'Utran- vera 4830 et plus loin,devant lethiatre
)- est vrai que ger, que des Norv6giens." National, couls en bronze de leur vi-
1- Quiconque donne un grand example est grand En 1905, quinza ans aprbs, la ques- vant,:Ibsen etBjornsor, qui se dressent,
n'a-t-on pas raison en parlant du grou- tion trainait encore, M. Michelsen 6tait tiers et raid ,s come il sized A des in-
It pe des Petits auquel appartient le ro- alors president du conseil Statsminis- dividualistes forcen6s sur leur pidde.g
It yaume de Norvbge, de dire aussi : pe- ter. Le roi Oscar II ayant refuse de tal de granite "
- tit territoire, grande nation. sanctionner la loi sur les consulats, M. C'est dans ce cadre patriotique et
Michelsen d6missionna et le Storthing national qu'est place le Storthing. Ea-
- le charge de former un'Gouvernement trons-y avec M. Claparede : on lit des
- Le grand example, le voici : "La Provi oire. C 6tait l'lnd6pendance. addresses de soci6tds do femmes noryd-
a sdecession norv6gienne s'dtant accom- Le Riksdag sueilois avant de sanec- giennes -on est en pays de f6minisme
e plie sans effusion de sang, il est loisi- tionner la dissolution de l'union su6- oi les homes savent ddej depuis
a ble de dire qu'elle constituera dordna- do-norv6gienne demandait que la rdso-" longtemps voter. Ces addresses sont si-
vant un prdecdent et marquera dans lution du 7 juin fut confirmed par un gnees de 244.765 ifemmes.
t l'histoire du droit public. N'enten- vote general da people norvdgien. Ce A!ors so produis t quelque chose de
s dions-nous pas ddjA les Hongrois s'en- plebiscite eut lieu le dimanche 13 aout caractbrist;que,les 117 deput6sse lbvent
courage aux cris de Vive la Nor- 1907. pour rendre hommage A ce patriotism
r vge "? Le resultat en fat : 368,211 oui ( Ja ) f6minin et clouter debut les paroles
s Les peuples qui ont obtenu ceite vic- centre 184 non. du president Berner :
s ioire sur eux-mdmes, non-seulement II faut lire la description faite par M. Les femmes n'ayant pis le droit de
ont bien m6ritd de l'humanit6, mais se Claparbde de cette grande journde nor- voter ont exprimb leur adhdsioa a leur
s refrouveront domain et ce sera leur v6gierne. On y croit assister soi-m6me. maniere. Pour cela elles m6ritent nos
I recompense plus firres que jamais." D3ux des plus inoubliables impres- remerciments. "
a Ces lines sont derites par M. Rend sions de notre vie ont 6t6 cel'es d'un Coet hommage A la Collaboratrice et
Claparele qui no'as fit le grand hon jour d'elec'ion municipal A Niw Yoik l'Amie,pas Ala Courtisane eat un signed
neur en fdvrier 1907 de nous offrir un et d'une election A la Havane sous l'ad- infaillible du degra de e oane Id'une
exemplaire de son ouvrage, avec une ministration proviioire des E at-Unis socitd.
aimable postal que nous relisions avec pour le rdtablissament dela RApublique.
plaisir ces jours-ci en classant ncs pa- Oa ne peout voir, ni en lire le rei',qns *
piers. motion, ces spectacles ou la fiction Le resultat da plebiscite ne fut point
En meme temps que nous nous ac- du voe.i populaire se manifesto, avec sans effet sur la determination du roi
quittons d'une dette envers le corres- la majesty et la loyaut6 d'un acte qui de S i6de de consentir A accepted les
pondant du Journal de Gen~ve A Chris- garantit la concorde future au sein de n ,gociations pour la disolution do I'U-
tiania et A S ockolm, d'AoOt a Siptem- la Citd, par suite les possibiltds de nion et la liquidation des questions
bre 1901, pendant la crise-pas du tout son progrbs incessant. connexes
dpileptiforme -qui aboutit A la Consti- Aussi, le jour du plebiscite, tou'es Deiddment voilA des gens qui sa-
tution d'un novel Etat europden,nous les 6glises sout bonddes, les chants re- veett vivre. Le etit-fils do Bernadotte
faisons fair connaissance A nos lec ligieux entonn6s par tous, content, reconnait ainsi l'inddpendance do la
tours avec ce petit livre de cent p'ges, larges et graves vars les vokes et No vrg Voici ls onts rincipaux
vivant, animp, nourri, entrainant com- dans toute la Norvyg., la mme sce potocole ratifi par le Storthinnor-
me un roman. se rdpute aa mi6me jour, A Ila m6ne v poion ieraiks su par letdoi li nor-
Et c'est ean slat, un roman, que ce- here. U.i prddicateur dit en subs- te u.n trait d'arbitrage conce
le litre de La Norvdqe Indapendante it "Avant d'aller aux urnes, dIposer rInpu epnpl saf lato foor d
a public A Gdnhve (Soci6ts Atar (S.A.) notre oui, montron-nous d'abord rc- K-gino ne mta de
Corraterie, 12. ) connaissants env.rs Dieu et ensuite en- Kugsving, oms tizone nout re do
La plum3 alerte et sobre de M. Cla- vers la fam.i le roya'e et les Sud lois, cati de a frontire; ls Ldpons noma-e
parde a condense, en une adrie de parce que nous avons retired do grandsdes jouirout jsqu'en 1917 des privino-
lettres, l'histoire politique de la Nor- avantaiges de 'Union : lapaix et pro des joui leur unt accords par traitd
vbge, durant ce siecle, jusqu'a la pige gr9s. M6me les COLktts nes de l'Union 171 mener lur rennes dans ter
d'istoire contemporaine qui vit so de- oat 6t6 salutaires, car nous avons sou- dp1751domenelrens nno or
nouer comme sous I'effet do couddier flrt en Norv6ge de nos divisions intes- pturags norvgis, mais no por-
d'une magicienne, et n'est-elle pas tines. Or de par ces confl-ts, accord est ront pas passer avant leo 15 jim, sur ce
magicienne aussi, la Toldrance? I'u- nd entra nous. Ce que nous devons dd- t3rritoire sans l'autoisation des for-
nion du Royaume de Norv6ge avec ce sirer, c'est non seulement I'inddpen- miners norvegiens. .
lui de Suble, u -ion que dbs 1815, an- dance extdrieure, mais encc r I'nd0- Cat'e derriere question entire pa-
nde de l'Acle d'union (Rigs k) les pendance int&rieure, carun peuplen'est r'n.'hses met en rrsence le s'den-
Su6dois appelaient, une union d faire fort que s'il est indepeadant intd ieure- taire eat l nomade, selon i'doole socio-
pleurer. Hflas I de combien d unions'ment.... Qiandles pAssions s ront cal- logiue de MM. de Tourvlleet Demo-
ne pourrai'-:n en dire autant ? m6.1, la vraiA union s) fra, la hlbre lines tant il est vrai qoe tous les
C'est Ninsen, 1'explorateur qui foar- union de la Nor't-e, de la SA6Ml, et terrains se touchent.
nit A M. Glapatede I'historique deo 3ca du Dnen.ark. Si V'oa r6flkchit qu'il faunt A une
marriage et cela d'un ton dit le cor- L'on compiead que animJ dfun tel fImil. Iqoane de 2 a &:300 reones pour
respondant, nullement agressif, celui esprit, tous, mne le viaux phi'osoph. vi- re, on se rerdra compete de la ter-
d'un bon citoyen, an patriotism c l- Bugge, presque aveugle accompagn6. reur du petit propridtaire norvqgien
me, exempt da toute declamation,mais d'un dtudiant,allbrent ddposer leur oui, devant cette invasion de quadrupedes
ferme come la banquise contre la- pour une fi a si precise. suddoi."
quell ea vain allait donuer le Fram." Matgr6 tout, malgra aussi ter excita-
a stations des chauvins il uien manque
"f Rome avait son Senat, la Norvege a pis sous toote les Iititudes, en g in'-
C'est la question dos consulate qui son Storthiog." )rat, rapporte le correspondant du Jour-


-I II I I_ s I I I Ir


I I I r I I ---, I C~ --- I I I r -L I -- -- -- -- Ilr -- PI ~ I -










nal de Genave de mmea qu'en Nor-
v6ge, je n'ai pas entendu un mot de
haine centre les Subdois, de meme en
Subde. Je n'ai pas entendu un mot de
haine centre les Norv/giens.
Pourtant, on enseigna long'emps dan.?
les livres sco!aires de Su6de que I-
Norv6ge 6tait un pays conquis."
Mais non, lea choses ne p rent point
s'eovenimer, car comma l fit remar-
quer I'un des dil6gues norvegieas, M.
Benjamin Vogt, mieux vaut I'amitid
sans l'union qae la haine avec 1 union
Et la haine pourrait bien venir A lI,
longue.
S*

Ce nest pas tout de se s6parer, if
faut s'organiser, se donner un chef.
Oh I comme il ya des pe ap'e. heu-
reax'! N'allez pas croire que les coups
de fubil qui n'ont pas m6meo 66 tirds
entire Suddois et Norv6giens vont s'6-
cha'ger eitre Norv4giens, que des
candida'ures voat 6clater,oue daes pr4-
tendants vont naltre. Li N)rvbge sa t
bien, selon le mot de Wld seau, pr6cisdme it dans uno interview
doinme A bwrd de l'Ariane, dans le
fjord de Chri.-i tnia, qu 1 Europe
n'aime pas les changements, Nans3n le
,ait au-si. V i A poarquoi, di -il, sans
avoir rien du tout to 'r .I 14 Rpubli-
que, vous say z A quell point nous som-
mnes un peupla ddmo:rat!qa-,, je suis
pour ia monarchie :
Et Michvlsen, le Staismninister. a La
forme du gouvernemeat est un q es-
tron subsidiaire. Monarhie constitu-
tionnielle ou r6publique est pra'iq ac-
ment la m6me chose. "
Alors, a defaut d'un B raadotte, du
propre tils du vieil Oicar qui n'eu veut
Was pour sa famillo on dlit et sacie
oi, le Sandinave Chiarles, de D ine-
maik,-ne son s pas tous de I1 me-
me la e ? 1 po.a de MIAud, d'Aq-
gleter- e.

Et Haakon VII, renouant la chain
d-s rois de la Norvege ind*pe'.daite i. -
tenompie pendant cinq sieleI, IIaa-
kon VI est mort en 1380, -r6gne sur fa
nouve!le Norv6ge prdpararit pour oo,
files Olaf l'heura oft lei trois royiumes
-candinaves front la vra'e union, la li-
bre union. 'ur ion sans la haine qui
sera la rbeccmpense du magn.itique ef-
fort sur sai-fmlAme qu'ont os6 ces reu-
ples aimables qui veu'ent vivre et per-
sdvdrer dans le vivre.
Heureux people heu e.srs gens qui
savent fonder la d6mocratie : l'amour
dans la cited.
FELIX MAGLOIRE.


Lettre Ouverte
A Monsieur CLEMENT MAGLOIRE.
Directeur du Matin.
Mon cher Cl1ment,
Les profondes rdflexions mora'es aux-
quelles s'est livr6 votre disiingu6 collabc-
rateur dans la derni&re Semaine qu" fi-
nit sur les fetes "mondaines off. rates au
bdndfice ou non des sinis'rds de la Plaine
du Cul de Sac, au moment meme oui
d'autres bienfaiteurs s'occupent A fire re-
pecher et broiler les cadavres des noyds,
ces rdflexions m'ont remis A la mdmoire
un triste souvenir bien dloignd de nous
et de notre oays.
C'dtait a Paris, il y a de cela douze ans,
le 4 Mai 1897, qu'une catastrophe des
plus lamentables s'abattait sur tout ce que
la grande Ville comptait de plus aristo dans
son seig, formant l'dlite princiere pari-
sienne. Ce jour-la un vaste incendie dclata
au grand Bazar de la Charitd, A la iue
Jean-Gouon, pour carboniserimonstruee se-
ment en cinq minutes, parmi des fleu's
des plus rares, des objets les plus luxueux
et chers, au son d'une enivrante musique
plus d'une centaine de dames et de mes-
sieurs de cette grande noblesse eu-o 6 nne.
Le tableau fut dpouvantab'e et la ville
de Paris pour rdpondre aux traditions sur
le respect des wrorts se couvrit de denil et


les ouvriers pauvres, pour qui tant de da-
mes et de messieurs devaient quelques
heures plus tard amasser tant de millions,
se mtlaient aux pompiers et aux bourgeois


pour repcher ces;'osse nents de cadavres
nobles, 6pars. Une derniare fois encore,
les sentiments divers, irrdconciliables et
opposes se rengainaient pour n'en formu-
ler qu'un, conirit et respectueux autcur de
cette horrible et instantande n6cropole ;
et qu-lques jours apr6s ce triste spectacle,
lorsqu'au cours d'un rite fandraire chant
pour le repos de ces ames A Notre-Dame,

le pare Olivier osa jeter du haut de sa
chaie l'insulte de l'antithese sur les restes
des victimec, on entendit sortir des coins
les plus obscurs de la grande ville des
impr6caiions centre le prdlat.
Une ficheuse histoire faillit compl6ter
le grand deuil ; 1'archeveque de Paris dut
"intervenir et le p6-e Olivier ne part plus
jamais A No r -Dame.
Je ne veux tirer aucnne comparison,
mon cher ami, en-re le souvenir que je
viens de relater et les f&~ds mord ines de
la ?emaine pas.de. Loin de IA ma pensde
qui va A tous ceux, sous uae formt-quel-
conque de g6ndrosiu, qui s'occupent de
-harit6, cir je pense aussi h si nation trop
abs:raite entire l'6tat d ine de celui qui
donne et de celui qui regoit pour e;siyer
de peser l'offrande.
Mais, je rdponds ici p-6fdrab'ement A
que'ques opinions plui ou moins fausses
sur le; traditions et les moeurs de certain
pays et qui veulent qu'l Paris par exem-
ple cui la mondan:tA empeste l'vir, si u e
fataht. cut voulu saucer A la fis routes
les usines de produ ts chimiques de Saint-
Denis, on installerait imm6diatemeat
des b its et des festivals payints dans cer-
taines associations comme moyeas d aller
au st'cours des sinistr6s et au moment
o0 la picche des travaillcurs sur le the-
atre de la catas rophe dterrerait les morts
don't les identities seraient expediies aux
quotidiens. II y aurait gros & parier le
contraire con're de telles opinions.
Si les b:soins de l'homme le p-ussent A
I'eav e, ~A la haine si les schisme; de reli-
gion peuvent encore amener les sectaires a
s'er.t etuer, tcu e; 'e; scctes pou'tant ob-
servent le respect des morts et c'eat &tc
sauvage dans ce Paris-fo A re d'entendre
'es sons joyeax d'u ie fanfare de bals de
bienftisance s'harmorisant an silence en-
dena:l6 des !u vivants bendfi iures de la
f&e, s'en allant pieuserr.e it derr re les
chairs des vi:times.
Et lorsque votre spiritual chronic ecur en-
vis g: la si ua'ion de !a Plaine, c.mm:
elle est si macab'exent d6peinte aec tou-
te les hor'eurs de la vdr:t, je comnpreads
qu'il n'est pas A son aise dans un bal ou on
t'appelle pour se-ourir les victims du lac
et qu'il cu d6sirn un aut:e lieu p ur u-ir
les bienfaitears aux Sini. r8s,eat frappds p ir-
ticul arement dans leurs plus chores affec-
tions.
En cela, Jean le Fureteur 6met un g,',t
tres anc'en chez nous, mic ux dire chez nos
peres don't le disce:nement avait moins
de litterature et plus de sen imeat, et s'll
avait suivi le m6me courant sociologique
que son grand et dmircet conf.re Auguste
Mag'oire, il euc lamentab'ement constatd
d'abo.d, combien les moeurs haitiennes ont
charng et en uite, comment le bil et la
danse sont devenus Its seu's a-outs de nos
compatriotes pour blamer ou 'ouer, pour
faire soir le mal on le bien.
Par consequent, en la c'rconstance nos
mce irs wont plus coupibl-s que nos bien-
faiteurs .c'uels ceux qui se donrert tant
de mille mi;, es pour aller au devant d'au-
tres sinistrds. C'est pas qui vent, capab e
d'affronter pareille situation de laquel'e on
peut sortir avec des coups de pieds qui
vous meutrissent l'arriere-train, quand c'est
pas plus, grave A l'avant.
En effect, nons avons change sans nous en
apercevoir depuis assez longtemps pour de-
venir bemacoup rous-m omes, conservan
cependant des anciennes traditions frangai-
ses d'autres choses que nous recu-illon,
dans 'es romans et les catalogues des grand
magasins de Paris, come pour apprendre
A nos entints comment on s'habil e cet hi-
ver ou le chic qu'il fiut pour conduire un
cotillon et danser le two-step. Noas nous
fachons de le savoir et quand de grande
circonstances sociales et politiques viennen
le ddnoncer publiquement A nos seas trop
abuss, nous nous tirons les cheveux, dd-
soles, pour avoir oub'i6 < les paroles tom-


bees des ldvres d'un auguste illumind iqui
nous savait leg&rement :eantds de civilisa-
tion frangaise.
Ndanmoins,ce nous emouvons pas outre


mesare des moyens cmployds hier pour
faire la chari-6 ; on n'y restera pas tout le
temps, itant donn Ile carac ere meme que
Jean le Fure'eur nous a trouvd sons une
forme gn&drale de s'nis'rds qui se lasie
ront bien vite de se secourir matuelle-
ment. C'est trop logique I Mais esp&rons
donner au moins avec le coeur et la bourse
et essayons de rentrer chez eux c.u dans nos
1:6pitaux toujours vides, ces infirmes men
diants qui encombrent a notre plus grande
honte les principal es rues de nos villes.
Et en attendant que l'esprit d'association
aux oeuvres de charity et de bienfaisance
rentre dans la domaine des choses vraies et
solides e- Hii i, restons_ bons pour ces
sans-asile jusqu'A ce que par le respect des
lois et des choses sacrdes qu'elles pro igen',
tout le made le prechant par i'exemp!e,
nous assouplissions nos mceurs et puissions
offir mieur A nos pauvres.
A'ors, nous ne serons pas seu!e nent
bons, noui deviendrons humans.
Bien cordialement,
Cn.V.





XRNMSIGNiMENTS
MATIROROLOGIQWESt

Ob sa rvatoire
DU
SKJIIHAIRS COLLIG5 St-BARTIAL


LUNDI 29 NOVEMBRE 1909
Barom6tre a midi 7
(minimum
Teomprature
maaximum


rGo a/m


Moyenne diurne de la tempErature
Ciel tres nuageax le martin ; clair
3 h. du soir.
Halo solaire entire i r h. et midi.
Bxrom&tre en bais;e.


18,2
27,6
22,2
apr~s


J. SCHERER
Tribunal de Cassation.
SECTION CIVIL
,Audience du Lundi 29 Novemb'e 1909.
A dix heucs ez demie du martin, le Tri-
bunal prend s!.ge sous la prdsidence du ju-
g: Baron et prononce l'arr& qui casse et
annule le jugement dc Tribunal civil de
Por:-zu-Prince en diue du 4 Novemb'e
1908, rendu entire Midame Vve P6:ion
Riviere et Madame Vve Thdophile Da-
poux et consorts ; renvoic la cause e: le. I
parties devant le Tribunal civ 1 de Jacrmel ;
- condamne les detenderesses aux d6pers.
La composition da. jour entire ei side
sous la pr6sidence de Mr le Pr6sident H.
Lechaud et prononce l'arr6t qui css;e e:
annule le jugeraent du Tribunal civi. du
Cap-Haitien en date du 27 Avril 1908
rendu au profit du sieur LEon Eu ebe
centre la Vve C16.nen, Eu.-be et ses lit s
consorts; renvoie- l'affaire devant le
Tribunal civil de Port-de-Paix et cor.-
damne le sieur Ldon Euseb: aux ddpens.
En:end en.uite les afliire de .
Etcenre Marhon centre Louis Leroy.
Mr le juge Ducis Vitrd lit son rapport.
Mr ElitjCurie',ministare public conclut
au reject du pourvoi
Sur la demand de Me Ldger Cau-
vin,l'affaire Raymond Brignol et ren-
voyde A Lundi prochain.
Jo.eph Dorsainvil, centre J. J. Bijio.
Le rapporteur, Mr le juge Viard fair son
rapport.
Le Minis:Pre public Lue Djmin'qu .,con-
clut A la non-:ecevw:bili!d du pourvoi, si-
non A son rejet.
-Madame Vve J M Fombrun, c-ntre
Paul Krause.
Le juge Viard lit soa rapport.
La continuation est renvoyde A lundi
prochain.
Le siege est lev6.
Tribunal Civil
.Audience civil d8 lundi 29 qN.vembre 19o9
Pr6sidence : A. St Rome
Ministire : Public J. Rosemond.'
Vu l'absence non mo*ivde du Jo e Ed.
Val'as, le tribunal a et6 oblig e 'lever le
siege.


Jludience correc:ionelle du lundi
29 'wovembre 1909.
Prdsidence : Doyen Leon Nau.-
Ministere Public : Lys Latortue.
Affaire entendue :
Paulidor Auguste et loseph Auguste
prdvenus de vol de planches au "prji
d'Eugene .Rivi- re. ..- i .
Les prdvenus ont id eatendus etn leurs
moyens de defense.
Le Ministare public a concli an. renvoi
des prdveaus de la prEvention portce con-
tre eux. -
Ddp6t des p:kces a id ordonn6 et le
jnge.nent rendu A une autre audience.
Offre de service
Jeunre ranger, polyglotte, dactylogra-
phe ddsire emp!oi dans com aerce on
banque. -
SRfdrences sdieuts. -
Ecrite A Mr G. Bureau du c Matin a.
Faire part fun6bre
Vous 6tes pride d'assisteter aux fundraile
-- J _


Midame CHIN1ER RiGAUD
n6e Yolande Sabourin


decddie hier, a I i heures du soir, munie
des Sacrements de l'Eglise.-
LEaterrement aura lieu aujourd'hui,
mardi, a 3 htures pr6cises de I'apres-midi.
Le convoi partira de la maison morta-
aire, sise rue du Magasin de l'Etat, No
x6o, pour se rendre A l'dglise Mitropoli.
taina.
De la part de Monsieur et Madame Luc-
Theard, ses beau-fils et fille, de Mile Oc-
tav'e Saboarin, sa sour, des families Sa-
bourin, Rigaud, Rdmy Bastien, Dr Des-
touches, Buake,Perpignand, Baussan, Cu-
rie, Thdard, Dr Hollant, Hall et de tous
les autres parents et allies.
Cirque Rodriguez
Hier soir a ea liea au Thdatre Sylvain
la ixre representation du cirque Rodri-
gaez, de passage ici.
Ass z intdressants, les tours d'acrobitie
et d'dquilibre exdcutds par cc; me.sieurs et
dames. Signalons en passaat te fameuw Ra-
mos qui a fait des tours de force vraiment
merveilleux tant aux anneaux qu'au trape-
ze. w Paillass a nous a faith passer un quart
d heure assez agrdable.
La lutte au Jiu-Jitsu a 0id tre captivante;
ma hIureusement aucun amateur n'a yvou-
lu se mesurer avec le champion, malgr6
I'all&chante. prime de P.5o.- offerte au
vainqueur,
A mercredi soir l a26 ne representation
qui promet, au dire du patron, d'tire trrs
intoteesante.
Propri6t6 6 ven ire
A vendre u :epropridtd non bi:ie situde sur
le chemin Lalue-Pdtionville, i I'angle d&
ce ch min ec de la ruelle dba:uchant an
Bois-Verna ; position exicte: entire les pro-
prid 6s A. Sambour et Carlstroeom, Con-
tenance 130 pieds sur 6o.
S'adresser en nos bureau.



Lig Alias

Le vapeur Sarnia ayant quittd
New-York samedi 27 courant directed'
meat pour notre Port est attend ici
vendredi 3 D5oembre. II partira pro-
bablement dans la soirde potr King'.
ton, Co'on, Port Limon et New-Yorik
pregnant -la malle, fret et passagers.-
La malle pour I~tranger ( via Jar
mie ) par le vapear Altai farmera a
la post vendredi 3 Dicembra 5
heures pr6cises du soir.
F. HERRMANN & Co. Agent.


Lige Holanda ias


Le sis "Prins Willem I .ven t-
des ports da Sad est attend ii di.
mancha 5 D6cembre 1939; it partira
le m6me jour pour St-Mare, Gonaives,
et New-York
Port-au-Prince, 30 Novembre 190%I
. Aug. AHRINDTS 4gi -


1C5 tiC


_ I II










Avis Important

I Mfessieurs les courtiers en mart
bafndises (denr6es).-
.a ocheta cafe, miel et cire A P6-
.Ville, A IUsine cafdii e et A Port
ilat et cire, 40 Rue F.rou.

Justin 1Elie
Du CONsERVATOIRE DnE PARIS
:Annoane anx families qu'il so tient
jladisposition des jeuies gens &
nes illb s qui d4sirent des lemons
piano.
Cours supdrieur
loas de ddchiffrement, de Solfege.
S'adresser chez lui, en face de 1'E-
Ose.Saint-Louis a Turgeau.

Ghangement d'adresse

lie J L. Dominique, avocat, se tient
d6sormais pour les affaires de son
abinet en ville, au No. 79, Rue du
Centre 79, A parlir de ce jour.
29 Novembre 1909

A louer
Une Maison A 6:age entire cour e:
ardin pour grade famille, pros du
)octeur Audain.
S'adresser au Magasin S, M. Pierre
fcCo.
Port-au-Prince, 30 Novembre 1909.


Avis
CHAMBRE DE COMMERCE FRANQAISE
EN HAITI
La Chambre de Commerce Franeaise
aHlaiti, a 1 honneur de porter A la
Dnnaissance du Public en g6n6ral
.Iu Commerce en particulier, que
gsal:e d'exposition d'6chantillons et
catalogues sera transferde A paitir
kf25 Novembre prochain, au r- z-
Iechaussee du local de la dite Chainm-
6 de Commerce.dans la halle occu-
Bte par la Biblio'thque Moderne, 4
Go du Fort-Per, ou Monsieur A L.
korelle, secr6taire-adjoint, sera A la
disposition de toute personnel d6sirant
to renseignements tous les jours de
l0heures A midi et de 3 heures A 5
ueres de l'apres-midi, dimanche et
Sites excepts.
[A Secrdtaire-gdn6ral, Le Prdsident,
E de LESPI-fASSE, P. SANTALLIER.

Mr Jh. M. Duplessy
Photographe
Avise ses nombreux clients qu 'il
'east a leur disposition quo do 9 hrs
Imidi, de 2 & 5 heures, except les
4s8-midi des dimanches et des
t fdri4s.

IBLIOT EQUE MODERNE
4 RUE DU FORT-PER,
A. L. HORELLE
ka,,ement G. 2. Caution G. 3 1/2
A partir de D cembre, le service
oe des nouveaut6s parues A Paris
ienocera.
tqut abor n6 renouvelant son abon-
ht,at & tout novel abinnd, it sera
6 pour le mois de D6c( mbrp, A
do prime, un-lot de carts posta-
la valeur marchande d'une gour-
C0 qui en r4alit4 laissera l'abonne-
It&i Une gourde.
A.. L.HORELLE.

l ennent darriver
BEURRE D* TABLE
Sferblanes de 1/2. 2 et. 5 liv.
BIiRE ALLEMANDE
.110 la douz de 4/2 Biles
$ i" ," .c, -grosses Bles.
Eti; vENT. ch*z
L, KOHLER.


8 ANS


DE SUCCESS


Topique D. SERIES
Pou les Chevaux
Gu6rison rapide de Boiteries, des
Plaies anciennss, Jtearts, Foulures,
Entorses, Fluxions de poitrine, etc, etc.
Pansement facile, rapide et d'un effet
certain. Repousse du poil assure.
.DPOT : Pharmacie Moderne
Rue Roux, No 108 et Rue du Peuple,
N 124.
PORT-AU-PRINCE (HAITI)

MASON DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu de la
R4publique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par les
derniers Steamers une Var:4t6 d'dtof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote, Drap vert et bleu d'une
rdelle superiority.
COUPE MODERNE!
PROMPTITUDE SOLIDITi !
L'6tablissement se recommande aux
clients les plus ddlicats qui appr6-
cient chaque jour davantage le FINI
de son travail.
Demand z chez Joseph Sain -C'oud le
Restaurateur de la SantE et des Cartes pos-
tales Illustrdes.
CHANGEMENT D'ADRESSE
Mes L6ger Cauvin


ET
-Monferrier


Pierre


AVOCATS
4 4, RUE Roux 48,
Au dessus de la Pharmacie Roberts.

Les Cigares du
Centenaire
Se fument un pen partout dans la
Republique.
On les peut acheter
PORT-AU-PRINCE, 25 Rue des
Miracles, 51 R ie Roix.
A JACMEL,-- Ch(z Hugo Jensen.
AUX CAYES,-Ch z P. N. Neptnne.
AUX GONAIVES,- Chez Montas.
A L'ANSE-D'HAINAULT, Chi z Ar-
thur Drouir, Piard Youance.
DAME-MARIE-- Ch z Vve Hai moni
Bri6re, Fernandt z et ailleurs.
AUX BARADEIRES, -- Chtz Clod,.-
mir Douin.
- AU CAP HAITIEN, --- Ch z O Vinaa
-S'-Aude.
A SAINT-MARC . .
A JEREiMIE, Dans tous les coins de
la Ville.
La Fabriq-:e serait heureu e d'avoir
des agents dans les localit6s oi elle n'est
pas encore reprdsentde.
Toute record mandation avec s6rit se
et bonne reference sera app 6cide.
EUGENE PRIN,
Directeur.


Ateliers Saint-Joseph
42. 44, Rae du Magsin de l'Etat.
SCULPTURE EBENISTERIE MENUISERIE
TOURNAGE SUR BOIS
TRAVAUX DE FORG S CHARRONNAGE.
AJUbTAGE CARRJS ERIE -MARECHALERIE
Art v6t6rinaire
MODELAGE SUR CIMENT
PAUL TgiVti, propridtaire.


F


ELIX MAGLOIRE
AVOCAT
113, Rue du Centre, 113.


M


Pou le ezpyI SU T U de Ia- P..C~~r-4 s tr aIlln u Ialned B-


Pour les employs SURTOUT de la P.-C S. travaillant sur la ligne de Bi-
zoton-Ldogane.


Esanofele-Esanofeline
Viennent d'arriver par ledernier Hollandais
Cachets Kangua Antipaludiques
Pour la gaurison immediate des fivres paludeennes.

Comprimes Suisses
PURGATIFS-LAXATIFS- DP.PURATIFS-
Remede id6al pour combattre la constipation.
Pommade des Preux
Pour la guarison imm6d;ate sans le concours d'aucune operation de-
toutes tumeurs : Kystes de la peau, Loupes, Lipomes, Tumeurs des Pau-
pikre ""Lnjonctivites, Ecz6mas, H6morroides internes et externes, etc etc.
DPPOT GlENIERAL POUR LA RftPUBLIQUE D'HAITI
Pharmacie Notre-Dame : Rue des Fronts Forts et da Centre
Docteur St LAGER PERRIER. ( Propridtaire



M"" Philippe Kieffer & C0

Maison fond6e depuis 1895
4, RUE DES CIESARS.
Seuls repr6sentants de la marque IIENRI BIJOU FILS ET ARNAOD,
de Bordeaux.
Vins sup6rieurs garantis
EN GROS & DETAIL.
m nn | I II '


Vins de


P, opri~taire 1


Fernand Loniewski


Proprietaire-vi ticulteur

A Favantage de fii e savoir au public qu'il vient d('ouvrir un d6p6t situ6 au
No 43 de la rue des Fronts Forts ( Halle Sylvain ) oi il met en vente les pro-
duits ci-apres :
VIN ROUGE d 3 et 4 gourdes le gallon.
VIN BLANC A 4 el 5 gourdes le gallon.
VINS ROUGES en caisse de 142 bouteilles A 25 et 30 gourdes la caisse.
VINS BLANGS en caisse doe 12 bouteilles a 30 et 35 gourdes la caisse.
Muscats, Malaga- M-adre, Clairette, Picardon, Quinquina, Vermouth, Banyuls
en fOts de 16 et 32 litres et en bouteilles. Champagne a de prix moddr6s.
Port-au-Prince, le 48 Novembre 1909.



A de MATTERS & Cie
32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT


Maison Fond e


Bijouterie. Argenterie. Pa. fumerie. -
salle A manger, chambres, etc.- Miroirs et
pour avocats, homes d'affTres, ministres.
rares. Ar iF les de Bureau, etc
Achat de viel or, argent, diamant, 6caille.


e't 1888
- Articles de luxe pour salon,
tableaux artisiques. Serviettes
- Bibelots 61.gants, ddlicats et


R6parations- de Bijouterie. Les articles vendus ou r6pards sont garantis
pour une periode d6terminp.
MAISON DE HAUTE CONFIANCE et de premier ordre.


Laboratoire Sejourne


PREPARATION DE TOUTES AMPOULES M9iDICAMENTEUSES STi9RI-
LISPiES ET INJECTABLES.
-AmpouleS d'Eau de m6r Isotoniques selon Quinton.
L'eau de mer quo nous employons a dt6 soigneusement captde an large,
an delA de l'Ile de la GonAve. Nous faisons remarquer au Corps medical
l'observation judicieuse que font les laboratoires strangers :
a L'Eau de mer injectable doit etre de fabrication r6cente pour avoir toutes ses pro-
pri6t6s thdrapeutiques. De nombreuses attestations nous permettent de certifier quo
nos produits ont donn6 tons les rdsultats espdrds. P
Specialit : Serum nevrosth6nique.
Ce Sdrum regularise les changes nutritifs, il a 4t0 employ avec suc-
6.s dans la neurasth6nie, la tubercu'ose, etc.










Sacs videos ..


Entrepot G6n6ral des Grandes fabriques
I)E CALCUTTA (INDE) DUNKERQUE (FRANCE) ET DUNDEE (ANGLETERRE'
SACS sp6ciaux pour Caf6s tri6s
Caf6s ordinaires
Cacaos
Les Types Courants constamment en Stock par balles de 400 sacs


Depuis 18 centimes or jusqu'a


28 centimes


or


Pour grandeurs rdgulibres 65x110 centimetres et 70x110 centimbtres.
Poids de 1 314 livres jusqu'* 3 livres.
Sacs sur modules et sur types des acheteurs.
Prix a forfait pour livraisons meusue'les francs poit de debarquement
et si on le desire, Droits pays.

50.000 Sacs de l'Inde
Viennent d'arriver par Balles de 300 Sacs.
Prix exceptionnellemant avantageux
S'adresser a Jules Laville.
AGENT ET D]gPOSITAIRE G1gN]RAL
93, RUE DU MAGAS1N DE L'STAT.

Liquidation
Un grand stock de CHAUSSURES, pour hommes, dames et enfants.
Profitez de l'occasion

Tannerie Continentale
RUE DU QUAI. No 83.
N. B. Un moteur avec chaudibre de huit cheveaux, transmission com-
plete de quarante pieds de longer. Une balance francaise.

FABRiQUE DE CHUSSURES


Fioravante


Cordasco


153
Grand'Rue
Met en vente a un prix tres rxduit, un stock consi 1lrable de chaussures
des plus 616gantes et des plus solides, pour HomKus, FEMMES & ENFANTS
Style francais et arn6ricain. derni6re mode.
Pour la vente en gros escompte de 5 olo


COGNAC OTARD-DUPUY


Pour tous renseignements


et Commrandes


S'ADRESSER A : Andr6


M" C. L. Verret
Tallleur-Marob and
Donne avis & sa bienveillante clion.
tile que sa mason No:7,Rue Traver
-iire est toujours bien pourvue d'unD
vari6t6 d'6toffes do la haute nou
reautd parisiennue.
QUAJLUT SUP*RIIugR. COUPs LiOGAMT
FUxVAIL SOIGNi. EXiCUTION PXOMPTZ-
Prix iris riduits I
LA
LA


Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse c ientole qu'el-
le vient de recevoir. par dernier ba-
teau, une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures de toute fral-
cheur et de toute beauty, importdes
de France, d Allemagne et des Etats-
Unis.
Le public 616gant, curieux de se
bien chausser, y trouveia les peaux
les plus solides et aux nuances les
plus varies les forces les plus belles
et les plus appropri6es.
On n'a qu'A venir chez G.B PtITOIA
pour 6tre assure d'etre chausAd sui-
vant les mdil!euras lois du confort et
de la mood. Spdcialitds pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fo'rnitures
et mat6riaux divers pour cordonne-
rie. On trouveia tout ce qu'il faut, aux
prix les plus moderds, A
LA CORDONNERIE NOUVELLE
143,GRAND'RUE 143,


A LEtLGANCE
QORDONNERIE.


42, Rce des Fronts-Forts.
GHAUSSUNsS IN D*P6T,POUUI LA.A TW.
Promptitude at soin aux commat
tea taut ici qu'en province.
Chaussures de Dame form@ et tra
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
Couveaux.
Formes amdricaine et francaiss poaw
4essieurs ; 61leantes at commoer,
Pour les infants le plusA Il'ase.
rravail solid execuit avel
est; r ce da jrurid ra -is.
a 1 f-.x w2 e'


MI.ison etablie depui 1795,
daris le Chateau de Cogn c
oi est n6 le Roi Francois ler.;


FAUBERT
38,RUE ROUX PORT-AU-PRINCE.


Agent general pou la R6publique d' ,. aiti.


Sacs vides!..


FOURNITURES POURl
CHAPEAUX :
Pdilles, Fleurs
Rubans,
Plumes, etc.


S Etoffes,
, Lingrie,
' Parfamerie
4 Paduamerie


Articles de
Paris, etc.
_4

NESTOR FELIU
L excellent taillour avantageusemeul
connu de touted da R6publique vient
de rouvrir son atelier Rue F6rou,
( Rue des Miracles ) N 61.
Sa nombreuse clientele trouvera:
comme toujours touted satisfaction
pour les travaux qui lui seront co3.

PANAMAS !
Pour Hommes et pour Dames, chez
Melle. LAonide Solages, 22 Rue des
Fi onts-For ts.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussure
La Manufacture a toujoursn d6p 8
an grand stock, pour la vests *
gros et en detail, de chaussures.*.
tons genres pour
-HoMirs, FaMME.s. ENIWATS
Les commander des ccmmOrQasts
de l'intdrieur pourront Stre "*xdcut*
dans une semaine i pou prbs.
23, Rue des Fronts-ForTt, 23
POmr-AU-rItmWC (aol.I,)
LEMONS "
de '- *
FRANQAIS et d'ESPAGINO%
Conversation et correspondence p!
un professeur competent.
S'adreoser aux bureau do ,aMSU .


]f6tel Bellevue,-
jj Le mieux situd, 1s plus coS.
Sfortable.-- Chanp-de...M8
Cuisine reonmmde.- ve ur Ia m

Chez App. Cipolin
155 Rue Ripublicaine en face d
S. Robelin
Viennent d'arriver par dernier a.
pour :
Pat6 de foie gras. Saucisses truflA6
Pigeon aux pois. Tapioca. Choucroute.
Asperges etc. Fruits cristalis4s pari.-
vre et par flacon. Prune d'entes. Vian
rouge ot blanc. Oporto. Malaga. Ver.
mouth. Cognac. Champagne.
Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ
JAIME TESTAR
Le chapelier remarquable, avan.
tageusement connu,fait savoir aun pu
blic en general et a sa nombreuse
clientele qu'il vient de transfgeror a
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANCIKNNZ MASON DU LOUVRB )
DB LA PI.Ac GEPPRARD A LA
'GRAND'RUE OU R]MPUBLICAINE
No 149. En face de la Poste
Le nouvel dtablissement est on-
vert sous le nom de la fleur d.
1'Am6rique
II promet soin et promptitudt,
come toujours.


----- --- ~-- ~ I ------- -- -- ~--~la ~a ---- -- ,, ~ ~11111 ~-~1 LI