<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00787
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 29, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00787

Full Text





roiSi6rni Anndo', Nc803


Lu--aidi. 29 N 5*iiiibf% 1 t90916


ABONNEMENTS


UN iVUls G. h.UU
* port.au-Prince
Tnois Mois... a 5 00
Sareents UN Mois .,. G. 2.20
.ae TRois Mois 6.00

Etranger... ..rois Mos 8.00


L06ment-Magloi re
DIRECTEUR FONDATEUR


I


j


- -I


)


LE NUM1ERO 15 CENTIMES

Lee manuscrits in.sArds ou non ne seron
pas rendus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45-


Arthur Isidore
ADMINISTRATEUR


OUOTIDIEN


UN


A en juger par le petit e
renferm, cependant tout
Id'ddes, le petit roman de
apparatt tout d'abord d'u
lion difficile. Oa serait p
'de le ranger dans le cadre
philossphiqae du XVIII* si
quisse satirique des moeur
cription polissonne de la
suelle a servent A masqu
quelconque, le plus souv
phique ; ce serait done,
sorte, un roman A th6se,
la Voltaire. Mais, A l'encon
ironiste qui fat un des pri
1789, M. Hibbert ne fait
polisssonnerie sensuelle, c
o03cupd de sa thasfd qui l'a
rement ; et, c'est en pass
rant A de grande eDja
nous d6crit I'entrevue du
ragoAne et de Romulus, ce
6garde que le curd s'effo
entrer pour de bon dans
da Seigneur ", et lequel
.femmes don't il ne veoula
partir.
Romulus appartient plu
romantique du X[Xq si6cle
tant son origine dans le
nous venons de parlor. C'e
temps, un roman historiqi
rdalisme, d'un rdalisme pos
ital, vrai, un roman psych-
Stendhal. Ce qui rapprocd
M. Hibbert de Stendhal, c'
politique ou plut6t social.
que Stendhal, M. Hibbert
casivu d'un 6vdnement po
Itude profonde, piquante, a
psythologie et de philosc
ques.
Voici, en r6saum, le
mUPl ~Ma


SL'61ite de l'intellectualit6
:rfvant sincerement et A I
,rh6alisation des plus beaux p
' lerelbvement du pays et
,qe la patrie dtait alors mi
'r6glde par les m6diocrit6s
leg esprits supdrieurs, assi
SVllisation et pouvant efl3c1
liour intelligence la rdali
:traquds comme de vils c
des bWtes fauves cette
ahas un noble courroux. I
pO.e digne de la plum
re. Mais la force bruta
4trograde due au milieu
tait renverser les plus bel
tce. Et l'on vit, cemme de
siyages, ivres d'un sang p
utas inconscients so de
44qr sur ces hommes qui v
porter la bonne parole,
nee du Bi n, la Civilisa
S1t 'ou vit les cerveaux d
tellectuelle ott 6taient
i5, grandes idees de 1'Ha
c cerveaux supdrieurs
Ohillure indescriptible I
btes de proie I
y.oiil pour la psycholo


C9pendant, n us devons au3si dire
ROMAN SOCIOLOGIOUE qoe Romulus, comme presque tous les
autres romans contemporains, n'ap-
oartieit pas A une cole fixe. M. HIIb-
R OM UL US bert ne fait q ie suivre son ideal, sa
nature positiviste, pratique. Et, cnco-
PAR re, dans ce sens, Romulus, eat aussi
M. ERNAND HIBBERT une 6tudede moe irs locales, mnide
M. FIERNAND HIBBERT de plaidoyer politique et social, ce
A M. LE Dr RoctH GRELLIER qui est l'espece dominant du ro-
man contemaporain : e'est le roman so-
ensemble ui ibbert. Voocial ou sociolog'que.
ensemble qui Hibbert. Voyons maintenant cell de Qaant A la th~ e formant l'id6e direc-
t un mond, Stendhal, telle.qu'elle a dt6 rdsumde trice de l'auteur, la voici : les revendi-
e M. Hibbeit par un remarquable historian de la lit- cations sociales violentes no sont pas
ne classifica- tdrature francaise, M. G. Lanuon : un moyea rationnel et efficace do re-
eut-dtre tentd Stendhal va au fond des choses. I' 16vement d'une nation et sont plut6t de
a du roman regarded dans le secret des Ames corn- nature A agrandir l'abtmne politique;
icle, oA l'es- ment se forme la disposition d'oi sor- 1'(li lrt social doit 6're personnel : un
rs et 4 la des- tent tous les efforts qui donnent A la particularisme pratique, un individua-
volupt6 sen- socid6t contemporaine sa physionomie: lisme sage et progressiste devrait 6tre
er une these il trouve .que la Rdvolution a dtabli l'id6al de cheque patriots !
rent philoso- I'dgaliti entire tous les Frangais, et, C'est la, on le voit, une th6se 6mi-
en quelqne supprimant tous les privileges, a pro-1nenmeit suggestive, interessante, par-
un roman A portionn6 les droits au m6rite. 0i in- ticuli6re:ment socio'ogique ; c'e t le
itre du grand culque ce beau principle aux individusIculte de l'Individu s'identifitnt A la Ct-
*6curseurs de d6s le bas Age; ils apprennent que le t6. VoilA la th6se qui impregne tout
pas ici de la talent mene A tout : ils out le talent ; Romulus I
car il est trop ils apprennent que la supdriorit6 so-| Pour ma part, je dois declarer fran-
bsorbe enti6- ciale suit la sup6rioritd intellectuelle : chemrnt qua cette these est la seule
ant, en cou- ils sont des esprits supdrieurs. EtL vraie, la seule pouvant gndrir notre ma-
Lmb6es, qu'il quand, A vingt ans, ils sont lAches A laise social. D'ailleurs, cette these,- A
Scur6 de Mi- travers la society, avec I'ambition et l'heure actuelle est 'celle d3 tous les
ette brebis avec l'assurance d'arriver A tout, ils hommes senses d- 1'univers enter !
rgait de faire trouvent toutes les places prises les Dans touteoeavre littdraire et social, -
le troup au parents, les protections, 1'argent, 'in- it y a, au point de vue de l'analyse
1 avait deux trigue ont pouss6 et poussent devant critique, deux choses A co isiddrer :
it pas se dd- eux des mddiocritds dans tous les em- It forme, c'est-A-iire 13 style, et le
plois. Nos esprits supdrieurs crevent fonds des iddes.
t6t au roman de faim : it faut suivre la filibre, res- Q iant A la reputation de M Hibbart r
qui a pour- treindre son appdeit, s'user dans de comme styliste, elle est ddjA faite. Je a
genre don't petits emplois pour de maigres rdsu!- ne m'y appesantirai pa, pour dire ce
3st, en mome tats, s'aplatir, servir, pour arracher que tout le m)nde sait d-j I. Jo n'envi- s
ue, rempli de peut-dtre bien p6niblement apres vingt saga ici qua les iddes relatives A notre 8s
sitiviste, bru- ans d'un travail de forget, ou pour petite societ6 liatienne. i
glogique A la manqaer finalement, malge6 tout le O *, cAs iddes ont une importance in- it
he davantage talent et toutes les brssesses, ce qua calculable, au point do vue do notre f
'est la th se 1'oa s'estimait legitimement dti La so- evolution social; c'est A les mettre en a
De m6me ci6td fait une hoateuse banqueroute relief quoe j m'appliquerai. Ja croi3 u
fait, A l'oc- aux meilleurs des enfants qu'elle 616ve. aussi qu'il y a IA une certain- utility l
)litique, une Ceux qui sont artistes ou philosophes, sociologique, car, d'une f'- qn gdnrale, t;
nordante, de se rdfugient dans le reve. Ceux qui 1ls id6es de M. Hibbert n'ont pas 6t6 r
)phij politi- sont d'honnetes natures, douces et sou- assez projetdes de lumibre par la prese q
les, se rdsignent a vivre mesquinement, haitienne. Chaque fo*-s qua je tiouve- q
sujet de Ro- A avancer lentement ou A marquer le rai une occasion pour presenter a mon sI
pas dans leur carriire, contents du lo- pays une idile qui doit gr.rmer dans p
5haitienne- pin qu'on leur abindonne, ou bien d&- sa mentjlit4 et grandir pour le Bien, si
bon droit la courag6s par les competitions, abrutis je la sa airai avec empresiement. le
progr63 pour par 1'elfirt.Mais les nature 6nergiques, C'est done par pur patriotism et cE
t constatant les forts, qui n'ont ni protecteurs, ni non pour fiire parade d'6rudition J
ise en coupe parents pour leur aplanir la route, que'q ie j'eitreprena.l I'4rqalyei critique d t
tandis que feront-ils? Its ne renonceront pas, ils 'opuscule do Mc 11 bbert. sd
oiff6s de ci- mettront habit bas, bas aussi routes dl
tivement par les ddlicatesses da sentiment, touteslI *b
ser, dtaient les iddes de morality don't I'dducation L'auteur nous ddpeint, tout d'abord, le
riminels ou les ligotte, et its entreront dans la m6 afia que le contrast soit plus frapiant,
lite entra 16e, la te:e haute et le poing levd : its 1'6tat de la petite ville da Miragoie. re
C- fat une front leur trou, hardiment, brutale-, Ah oui, si jamais en un coin de .ia
e d'un Ho- ment. Ils seront assomm6s, ou ils la erre b6nie, le bonheur s'eit trouvd ye
de d'inertie ront maitres: rien de mediocre ne rdpanda sur une portion du troupeau lo
haitien de- leur convient. L'homme sup6rieur re- human, ce fut bimn sur la Miragodae eo
les espdran- deviant un animal de proie. Par mal- u comaiencement de i'an 1883 Elle co
)s fanatiques heur le gendarme eat la, et I'homme tait toute pimpaete de fraicihaur et p
)ur, les pay- supdrieur finit parfois sur '1 chaftud...x d'illusion, 'a petite vil.e." si
chalaer, so Le rapprochement, on le vovt, st Mais tout A cou n vent sc,
enaient leur permis ; de mom", en H i, I home' Mais tout d e, pestiloent so ffl r.- ar
la douce se- supdrieur finit le plus souvent devan olutionnaire, commpestlenti mot fet df:- da
ttiou I tope'o'on d'ex.cution, on sil est d'unoe volutionnaire, comme toemo t-A et dd:- ,a
le tion le naturpe!o'on dexicutaonb, out dans une 6hant sirocco, s'abattit volemment de
e cette lite nature rsigne, il s'abrulit dans iunesur la joyeuse pe~iTe cite et la trans- co
d6posdes les nullit6 social parfaite, parfois it se forma! fa
imanit6.1'on maintient au sein d'un cosmopolitisme, o .. dh
Sdevenir -- snervant a exception de quelques Li joie devivredojat avait it6 ipr& -
I la pAture rarers professionnels, commergant., in- gage la petite ville jusqa'ators, s'e'ai, to
dustriels, don't le nomb e est intime transfoimu e en mnlIan:o.te sourde...
gie de M. et se restreint de jour en jour I La tristesse et l'inqui6t.ide planaient


" sur la petite ville... L9 malaise aug-
Smnentait chique jour..."
Merlin l'intime ami do Romulus-
Merlin qui avait eu t'esprit ga'6 '" par
le sentimentalisme de l'Histoire des Gi-
rondins et le philosophisme rihq rd de la
dernibre manibre de- Victor Hugo"
Merlin s'deria comme l'enfant grec des
Orientales :
Je veux de la poudre et des balles I
Et naturellement, le pauvce R)-
mulus, en voulait aussi. It fallait en-
tendre maintenant Romulus parler de
tyranni-, d'oppression et de liberty t "
Et d ins la nuit du 26 au 27 mars,
la malheureuse petite ville prit un as-
pect tout-a-fait insolite ; elle 6tait sur
un pied do guerre : les exiles avaient
d6barqud! .
Ici le rdcit se trouve agr6menth de
milla patites-farces bouflbnnes of Ro-
mulus joue le rd'.e de hdros. Nous ne
nous arrterons pis sue cos petits em-
bellissements qui ddlassent agr6able-
ment 'esprit et dgayent le coa ir. Mr.
Fernand Hibb3rt y fait voir la merveil-
leuse souplesse de son talent et la forte
mai rise de sa fine plume.
R-venons A nos moutons...
Les exilds avaient debarqu6...
Ce nest, certes, pas sans des motifs
- assur6ment specieux pour nous qui
pouvons froidement raisonner dins le
;alme, ddgages de tout. parti-pris -
[ue le chevalesque Boyer B zelais s's-
ait ddcid6 fair cetta fameuse exp6-
lition...
Salomon dtait arrive au pouvoir, la
age datns son coeur aigri par 1'exil
mer, impie. Comma le common des
aortels, il devait chercher A assouvir
es haines fdroces, ses rancunes per-
oanelles. M lgred s grande intelligence
I ne pouvait pas comprendre .- tant
I est vrai que la tare ancestrale est
tale qua le Prdsident Salomon
'avait pas a veanger les injures person-
elles faites A Moasiaur Saloaaon. D3
A, li fusillade savage des vingt huit
t tant d'autres crimes quae humanity6
dprouve, Cepondant, il taut dire aussi
u'll a toujours tL indirectement provo-
[a. Le part qui lui faisait do 1 'oppo-
Ltion, n'avait pis comprise qu'on no doit
as exciter un tyran haineux et per-
onnel et qu'it no faut pas jouer avec
feu. L'opposition n'avait pas saisi
alte nuance delicate qu'il fallait tou-
>urs continue la lutte pacifiqae'Tou-
Scette reunion d'bom:nes, vraiment
uiprieurs, composant l'ancien part
it liberal, declaraat fraachmmat, pu-
liquement, sagement, picitliuemeat,
ur opinion, serait -u'emmnt dcoutda,
remo en parties, ce qui serait toujoura
n progres quelconque a moins qae
ilomon no tilt sans coear. Ci qa'il a!-
it, c'tait une opposiiou d'un nou-
au genre, plus terrible qua los vio-
nc:s a'rmaes, plus ddeOsiva qae lea
up d baionnettes, c'est opposition
t siteace. Le silence de I'opposition a
ut armes la critique mordante, iuci-
ve, le m6pris, Findiflreoce. II arrive
irmoment U c, lai qai en est I'objet,
truuvo atterri, ptrati6 ; it se trouve
an- la situation i tu chios dansa u jea
quile. L est A pr6sumer que mi I a
urag-.ux ib raux avaient congu cotte
v)a di fire da opposition, ae deux
ozes, iuae : ou bien Silomon serait
mbe du pouvoir.
IHoateux comaue no renard qu'une poule
aurait pris;


% .


~~ C ~s ___~ ,, p,, ~-111 p ~r 111 -----~--~. ~C-I~P-IIIII~IIII~lllll~sl~


P~ri:~-PA. if; fa:~


ITT- Vifo a-* 4) nn










ou bien il serait posi--d'Haiti et fut d6pensde iuutilemeat a
tivement obliged d'arriver A un mezzo ensanglaater o'ie beau sol.., .
fermine qui serait come une ddfaite C'eit dommage, c'est r-gcettaut...
pour lui l'appel de s s ennemis, leur Aussi,la mqjtrilt des Haitiens sends
participation concomitante a 1'exercice et sirc6rment patio es bien qu'ia
du gouvernemfnt. A'ors le parti Baze- bug dulibdralisme i pl.las frauc, leplus
laisiste aurxit grandi et supplmte Sal)- pro ond n'appouver n pa. ce!e dd-
mnou. MAi poor saiir ces grands phd- ci io1, qui devait 6tie, seloi cu., fa'a-
nomb6ies socio'ogiques, it cIft fallu qi le par ses mvjuai es coisequ3y ces .
tous les pariis s deo Baz--lais fa sea Continutnt notre analyst r.oas par-
do ia trerape supArieure d- Baz dlais lui econs prochainene ;t de la philosophies
mme, d& Paul, de Brice, tc. Boye' politique adaptable n)tre milieu, d a-
Byazeblis itit un minent et savan? pr6s les iddei rema-quables de Mr.
hommn dE'at, un home d.) cce ir eT Fernand Hibbert.
de bo ine foi. Ses arn iments n, bWes et Dr FRANgOIS DALENCOUR.
l-vis s'dtaient trompj)-8 suir la v6rit blt-
valeur de la men,?lit6 Laitipunp, qui r {T
nest qu'uie confusion a'egoi-mes 1 M |
ktroils et de petitcsses sauva .es. Bo- aIs B
yer B z-lais a ioujours t6 mal con- --
pris. Sa principate fute, mieux vaut R NSEIGN3MENTS
dire, Won principle d6faut, fut qu il I:R' ^Gf ,^^]T
dtail trop grard pour pouvoir etre -.p- M3T1OROL.OGIQUEBS
precit i-ar li m .jcri 6 do ses comp.- --
triot s qui ;vac(:rit r, ; des id s arliti- bsersra.toi.a
ciouse-iAent faus-6 -; pai sjnfadversaire.
11 faut cepenant excuer B. zelais DU
qui avait b a1coup rr'sit. : "" J'ai SKMINAIRK COLLAGE St-MARTIAL
beaucoup rid e disait B zd- is DIMANCHE 27 NOVEMBRE 1909
EtierL. e .T1 c- conmrnm rint de o
Mirago.:i.ie-j'ai b aucuup r6-istO avant aromitre I midi 762 ='/"
d'en-'repren-re cetie '-x)di ion A part. (minimum
Paul, Blice t aui ou deux autres de Temp6rature 19,4
mes arnis qui taif;nt contie, tou3 ces maxituam 27,4
mess iears tne p:ens ion.r. U:? jour, T.l Moyenne diurne de latemp&rature 22,2
leyrand Laroclie Ln'a dit : Ah i cA- Le ciel nuageur toute la matinde s'est
tal, lice .... (e m)t ni'a c'ngl6 coam c'airci dans 1'apres-midi.
me un coup dt fo;ot. ." Halo; solaire et lunaire A diflfrcn'es rc-
On eut la mlad,'cse d piquer pri es.
l'orguxil du malheiwroux B z lai,, d'at- Barometre en ba'sse.
taquer' s )n point d'horin-ur !.. Cette J. SCH1MRER
amrnlciva,-.esque ne p "i plus rbsiser! Carnet mondain
C'est qu'uo. clhf (le parti no s'appar- COTrE-PLkGE
t e:t pas. A la fin, I d(vient !a ches- illante et nombruse ruin hier au
voeon i i ioontlda soa groue garden p.:rty du c-icle de Co.tePiage.
il a ors l espilr gor/aire, pour m.g Ds 5 heure; les environs du casino
servir de express. ion favorite dei so- ofiraient un aspect revissant : le so'el
cio'ogues ce qui tst une faiblesse, couchant langant se3 rayons sucla vaste
pour ne p s di o une fdute. Or, uQ pelouse oh lrs couple; se promeaaitent au
group qe(1leo(lei', o, priq en soi, est rythme harmoa:eu< de l'en'rainante mu-
forc(urett eg, i te, exlu, exc f, tyrannique siqu- dAs re ; la f:aicht brise apportant
mnme. I e fait est.,-clunifiquemeAt les vapcu s s line; du large ; come fond
piouve : "L, con. ine social e, syc- de d6cor It rade. cilme co)nme u lac, et
these d'goism::s &tL oitc, nous dit se .u loi- dtns la b:une les toits b'ancs de
professor Palante, nanq. e de 1'espiit Port--u-Prince come ccu:e ts d'u lg r
de fin sse, de la lcce d.- p6netratin voile. Jogn z a celi e babil 6claant et d-
et de iniepnnc 1 iqee car, le rice per'l des .d.ire e vous acrez
esprit il~,ividuel pcut aboider les pro- u iidee de cete deiiCeuefiad'ap .id
)llemes de la vie et d ha ocid:6. Lo.e. Tou semb.air c)mb-n6 pou- rdouir nos
jugemen!s dmis par ies gioupes sont sens, qu nl Ppies .o orer on o tit sur 1l
lorc n ni t grosier,, m -sirs it tout terraste 'e spectacle qui s'off it 6iit n.e -
d'uno piece Un groupe j g3 l(s chos s v i IcL.x: It lune avait d6pxss la cr.te
et les homes d'une man wre nnila:- des mornes et jetait comme uie t.a n-
rale. J'en!end ,ac qu'il les vot uni- de poudre d or sur la rade endormie..I:
quement sous l'arg-'e de l'utilit6 ac- faudrait 1 a.ue et la plume d'ua vraipchte
tuelle du groupe... L'ennemi, le danger pour donner ure juste pein:.ure de ce mer-
vdri6;abl de notre d6ioocrawie, ce n'est veillux coup d'oeil.
pas la ilihotie inifividualsle desgrands On dansa cnsuite avec entrain, tin'6
homm-s, mais toute thdorie qui, au e.nport6s par les valses suggestives o,
nomr dun principle quel qu'il soit, au. par ks ardents ,wc-step que nous offri
nom &dun d-rqme quel qu'il soEt, s bo-- l'orchestre da mxe;tro Astr6e, tant6t aux
done a 1 initiative, I'action inliv'- sons du piano mani6 avec art par quelqu s
duelle A 1 split grdgaire. Ii faut q le amat urs.
(et esprit g4~gaire disparaise. I, faut S Qaant aux Tersonnes pr6sentes. je ne
qu'on s' ;-t'a-cbhisse de ce besoin de crois pas n6cessaire de le; citer, le bo
soci;,lit ea 1'i t *'.hq q i est le llau gcit de ces Me;sicu s da Comit6 d'org.-
de l'dpoque moderne. I7 faut qu on sa- nisation qui s'est encore une fois affirmr,6
che. etre soi., (PTrcis de Sociologi>, p. (s' un Ur.garant que ce n est que la cxt-
171-2, 18-5.) me du h;gh life qui se ircuvait A cette
La v lot ( che f ,e .r;i s';-fri- f-.-e du1 pi ro esque chirmant et nouveau
blia tlo pit qu'il che t par se fi rau sans precedent dans les annles mondai-
b it l oi ui p e- r u nes. t


H1asard, Ala la evidence. La ruvi--
dence n m'abandonnera pas. disait
Boyer Bzelais... .
Ah la Providence ne paut pas nous
empecher de commettre des erreurs, I
et do faillir quand nous en avons com-I
mis. La Providence est inflexible, im-
pitoyable, int xorable... H.lIas 1'hom-
me qui compile trop sur la P-oxidence
devient tf,,rcment i-ntrrvola-t. .
Mati... le sort ea 'talt jet6 Le' exi-
16s dtaient Miragoi.e..
Le chAf..d'execution prit des disposi-
tions 6nergiques pour opposer une r&-
sistence h6riquie qui dura bien dit
lo g-; mois. Le3 courage:ix exiles, exa'-
t4s, 61lectrisds par leure Leaux rAves de
r&g6ni aio i national', fi-ent des prc-
digos de valeur. il pouss6re t leur
courage ju q(a'a I'h rjisme le plus in-
vincible .. 11 est bien malh3ureux que
tou'e cet'e rs rve d'dnergie chevale-
resque ne fut pas employee au bonheur


L. A.
Bassin g6c6ral
'2.,ous avons repu la lettre suivante :
Port-:u-Prince le 29 Novembre 1909.
Mr le Directeur,
Je viens vous demander l'hospitalit6 de
votre in:6ressant quotidien pour releve-
une e-reur commise par les journaux l'Im-
parVal et le Boy Sevs qui ont annonc6
samedi dernier qu'un pan de mur du
Bassin gindral a dtd emporid par les
eaux, ce qui a did la cause de l'inon-
dation d'une parties de la plain Lt v6-
ri 6, la"voici : pusiears cultivateurs m'ont
ddclard qu'A l'endioit dinommd la BELLE-
FONTAINE, 1'eau qui descend formant une
parties de la Grande Riviare du Cul-de-
S-c et u'e par ie de la rivi-'e Momance
est encadrde par deux chatnes de Monta-
gnes qui la protegent.
Or,depuis quelque temps deji, une por-


tioa de cente montage menagiit de s'ef-
fondrer : c'est ce qui est, en effet, arrived
par le mauvais temps de la s-maine der-
nire et c'est ce qu' a 6 6 cue aussi de
la orand, ,-rue de 11 Rivibre du Cu'-de-


Ce bon a 6t6 souscrit par ledfead.
au nom de sa .roer. e"ead.ed
Clack est condamnd A dUposer ue cau-
tion, de P. 20 avant de plaider le foeds de
1 affiie *


Sac et de celle de M imance. -ne affaire d'onn
D'rn autre c6:6 Mr Archer, conceswion'- A U du rge d ionieur
naire du bassin g6n6ral n'e;t sevlment l v atusimtd e tu regrettabGe iondet Mra.
qu'a.ux travau< pre!ininares ; dboie- vault, il y ut e Mr de Gission et MrLa
ment, recherche3 des anciens can:u dit- te Dr DYtou ches et Eine eMtmois. Mrs
rigation, etc. Comrm:nt donc un pan de prsentant 'offes6 qui ens la hons.
mur. de ce bissin quit n'a pas encore stance tant Mr de Gassqui demanducircon.
entam poUrrait i s'eff.ndfe" puisque ce ret aue ion avec'esauemandutrcu-
bassin n'exis'e qa Oe no.n ? rent u re uion avec eSautre tmoins,
Je tens fti e cc te ,e-ific.ttioa .ins MM.Georges Lion et Henri Rotzier.ns
Jeat rens dupcacofi.cAl Mrs Un proc6s-verbal fut dre;sd dsclarant
l'interet mi ne du p y q-ii a confi. Mr qu'il 'y avaxit pas heu de donner suite
Archer u si itporant travail. cette affaire, tle inja es ayant d er suite
UN ABONNE. ques.
Nouvalle -non'iation Alors ?...
nb teCe nest pas vrai ce qne disai Alphose
Plane de l'Aribonle Karr:( Ce re Eont ni lei bal'es, ni les ,6p.
Pas d'endroit pour creuser une fosse qui teent, ce sOnt les t6moins.aCette fois
'De notre correspondent ci, les repr6sentants des diux adversaires
ST-MARC, 15 Novemibre 1909. -. Le pe- au contraire oit tou sauvd,- l'honneur
tit art-cle !ur 1'6tat sanitai-e de la Plaine de comprise.
l'Arnib3niie, a di peut-6tre lai-ser u-i cer- Arriv6e et Depart
tain souvenir q ii-je I' spa'e-persiste en- Le F/i 4 Prins Wi'"en II est arrive
core dens l'(,s)rit de; lecear. du "A(atiz. hser mir avcc I s passages suivais ve-
Ave 1 l-s abSnd.nte; places de no-e nbre, nant de : s passage uvas v
l'inonda ioi a encore ea lieu, et route la NEW Y(RK .efvre Denveune Staude
plaine a etv envah!e p r l'e u. De mu'tiples ST MARC : Michel Oreste, A Dlrac
tete; d'anm;.ur, boeu{(, chevaux, etc., ont Lmuse Buaille S nth Dv6 F. Ciana' .
disparu dans les couran s im-6tueax du GoNAlVEs : M. Abrahim, F. Addr,
fleuve ; p usirur;t r;onnrs Oit p6ri n)- Louis R' y.
y6es ; des h bitations ont 6fd d6 ruites. .
Certains habitin s,pou, venir A Saint-Marc, o
ont du p e ;J e l.t voie de mer ; d-autres I1 est repatti dans la soir6e ave: les pis.
sont ob' g:s de fare ar ci par lA d-e p:tites sagers suivants po-r :
tea'es p urc b i e us fimilles jusqu'u JREMIE : G. Gonzals, Prin, Koh'er,
depart de 1'tcu 0 dit minine qu-, dans Cazsu et enfint, Miles Sin;aticq, Alain,
un certain end:-oi, use rers.nne 6tant Mme P. Laraque, N. S,6vre, Prin, Du-
morte, la s6pu'iure u'.i pu 6 re frite., ui nont. Miles Vilniise, E-mile Gorman,
qu'il n'y avait ps mnoye1i de treu.e' u-e L--bb6 Birbancourt, soeur Adelp!une.
pe ite place convenib'e p<, u- creu:er une JACMEL : r oceur di la S'gess'.
fosse- l'eau ay.int tcu inond6 Alors, 1e CAYES: Mr et M-ne S. S-'cco Lubir,
cercuei!, cost uit grossomolo e i grand Vve Tdsyle. F. Policird, Mile E. Char-
peire, a dii e:re abmndona-i A la d6ri-e... mant, De'!i, C Camille, Verutieu, G. Li-
C'est terrible, n'es:-c- pas ?.. ., rosi'iere, Isaac LUger.
On pourra dire que ce te ann6e est ex- .
ceptionnelle au point de va. de l'abondin- Boite aux ..ettres
ce d le u, p.i qo p'usit u-s r'gions du Nu u; avons reca cette se naiae d'iru
globe ont 6 6 aussi inonde. s. Mis. dans correspondent des C-ye; la dem1nde de
la plaine de iAr ibon'te, ces inondaions se rense~gneme',ts suivante
rdpetent invariablem'nt chaque annee. J'ai
d6,A sigoald le danger et les moyens d'y Monsieur le Di-e:teur,
porter remote. Qae i'on fi-.e do ic de ia 0 a f it be coup de brait ce; j is
bon- e besoc-e !.. derniers anto ir de Ia Commission parle-
P. u le; ,m .- u d'h'stoi e, Ir pe ie di- -nentai'e de contr6'e de I'dmission de;
tat on suiv.nte 'e a su em.nr int ressin e :di rni;lions de g.-u-d. 6mis'oai le g v.
E En 1800o, la pla'-e d !: I-k ib n'te fut verrem:nt du ga6dral Nord Alexi;.
ravagee pra ute rffr u;- inond tioe du Vcu; serai -it possible de me fire con-
fler-ve. Da 2 ou 8 o: ob des p'uies a bo- rai re la comonsit'oa de cete Commission.
dantes loa-b& eat nuit et jou,-, et e fi., qu-, u ant qu'il m'en sou -ient, n'a pas
dans la nuit du It au 12 le fl u-e sortit 6td la frrme ptur !out-e la durd6 des tra-
de s-n lit a-ec une harr-ble vioicnce. Li vcux ? Cir I'6mi sion qui au total. s'est
p!upart des tab'i;,emnci s, s.'cre ie- e- :u d'evle A IO millions, avait 6-6 'out d'abord
tres, fure t em.)oz:6s par les eaux. Betu- -u-orisie p u- u j chiff e moindre; et je
co 2p de c,!tiv.vteurs p6ri eR-t,?insi qu! pre.- cro; qu-. durant 'e cou-s des travaUx,
qu.! tous 'es anirmaux Too sain ouvw:- Co nmissioi a eu A tre plus d'une fois
ture y accou'u- u s ecours des habitants. modifi6e.
II pend.ra non slns durg-r d;ns la plane EKcui z- noi d'avo'r ail'i recours A
encore inoni e, et p'od gui de! consolations votre obl;gcance et agreez, e'c."
aux families qui a.finJt did ruindes. II prit
une measure gi'irale relativemmt aux indem- UN LECTEUR ASSIDU.
uitds d accorder ttous ceux qui avai'nt souf -- Lcs rens-igaeine its dem;nl6s par
jert de ce d bo -dement, ( S. Roozier. D c- note correspon rnt n6cssitant qaelqu-S.
ionnare gdographbqae et adnizi ra zf recl'erches. nou; les lui ferous avoir, par
d'Haiti, t. 1, p 54 ) la voe du journal, dans 'e couant de ce'te
N'y a-:-ii donc i e-,o.-ne qu en 19 9 sem:ine.
en ce sic'ie de chari 6 ch.v.'Cresqu.-
veuille fire ce q e To-assaint-Lcu e tuie T st arrive Est arriv6e.,l
qui n'et iT cepe dmt q'un g6ndral :ut or- La grade So:;t6 Artitiqu! dirigepar.
dres de la Fiance a f[it en oc-ob e 18oo00 ? .. le c re Trancesco Rod iguez vient d'art
Tribunaux de Paix river de Jdr6mi! qu'elle a tenue sous Il
SECTION NORD charme pendant plus de quinze jours pM
Pierre Mditre coatte B:njamin Fkury ses fours 6patants. -)
r6clame de ce'ui-ci 1oo dollars, prix esti- El'e offre ce soir u pubFc de rPott4


mati. e son c eval qu i avait lo a Pri-nce une, soiree uo" S'--p r r
Fleuty. des plus alldchan-s ( Mlle du Sorce
II y avait, decia-e le ,dfendeur, cn:en:e Arche Myst6rieuse de No6, Romatn. es
entire les paies ; maits M Itre contes-e cet- Chansons Cubaines). La Compag Prio .
te entente. Li compira iun p. rsonnclle des sentera aussi le c6'ebre champion sylv)O
parties est ordonn6e. Infante, de la lutte japoaaise (Jiu-Juts")t
de tail'e A Jutter contre 'ous ceux qu eti
Le Tribnal u d de oi offriront le combat. Une prime e i .
Le Tribunal -ccarle ui ddlai de mois de xoo ,ourde; serd done acelai .
a Samuel COarck pour payer la some de side r00 a rdes seham donno u fern mordl q
P. 109 a Mme Cdcsle Merci-r et le con-. sterau champion eUIelfe paras isa
damne A P. 25 de caution, en cas d'appel. pouss Ele compete
member'ss : le Gymnasiarque courron
perto Ramos qui surpass ent urs
Samtel Clarck reclame de Rodolphe Mer- dresse et de force le" ,ares _..Ser tl
cier le paiement de P. 303 pour un bon Mari Rodriguez, Ce'fbre Acl e r I d
souzcrit en fiveur de l'ancienne mason briste ; Francesco Rodrgez, Pa
.Clack, Mercier & Co maintenant distoute.' sopilant dans ses farces et tours.


_ ___- Y-. I-. -~IEC~dlDILlslls~s~IC~PI~~


i.







Accourez tou; ce soir au Petit T
Sylvain A 7 here; prcises.
Pix d Entrie :
Grandes re-scnncs P. 2 o)
E.fants P. 1.0.


'h&,Itre


COMMUNIQUE
A l'encontre des assertions du
journal l'lmpartial fbrmulees
dans son No. 100 du 23 Novem|l
bre courant et tendant AW blamer
les Membres du Gouvernement
presentss a la Capitale de n'avoir
pas fait tout lear devoir envers
les inond6s de la Plaine du Cul-
de-Sac, on peut affirmer que Mes-
sicurs les Secretaires d'Eta t, aus--
sit6t que la nouvelle du d6sastre
leur fut parvenue, se sont empres-
ses de voter, cornm6 premiers
fonds de secours aux sinistr6s,
une some de Deux mille gour-
des.
Les Membres du Gouvernement
incrimin6s n'ont done i as eu h
attendre, comme le journal veut
bien l'avancer, que l'initiative pri-
Yee se fat manifestee pour se p6-
n6trer de l'importance de leur
mission, puisqu'ils avaient pris,
dans la journbe du 18 Novembre
meme, la measure que flon sait.
Mais avant de ravitailler les si-
nisires de la Plaine du Cul-de-
Sac, il fallait s'assurer des moyens
de penetration dans Finterieur,
ponr ne pas voir se dissiper en pu-
re perte les f.,nds qu'on venait
de voter.
On conviendra que devant la r6
ception plus que tardive de la'
nouvelle du d6sastre, il etait ma-'
,triellement impossible au Gouver-
fnement de faire au mieux ou plus
|vite. |
| D'autre part, il a paru sage a
I'Administration Superieure de
sen remettre au Comit6 d'organi-
- station des secours du soin de dis-
'Iribuer aux victims les approvi-
sionnements. Elle a jugo que c'e-
.tait encore lale moyen le plus sir
et le plus rapide de realiser ses es-
pprances.
D'autre part, Messieurs les Se-
crtaires d'Etat ont aussi remis
aux Membres du Jury M6dical
Central une deuxieme valeur de
Deux rmille gourdes pour faire
imm6diatement face aux depenses'
les plus urgentes n6cessitees par
J'tatsanitaire de la Plaine du
Cul-de-Sac. -
. En attendant que soient prises,'
au retour du Chef de l'Etat h la
Capital, de plus importantes me-
-sures les Membres, du Gouverne- c
Uient presents a. Port-au-Prince
. fnt la satisfaction du devoir ac-'
mplh. .C
,t -.


Jh. M. Duplessy
Photograph
,vise ses nombreux clents qu'il
1 A leur disposition quo de 9 hrs.
&i, d. 2 A 5 heure,. ex.cept6 l-s
Pns-midi des dimanches et des
Vfffri(s.

e:.Propri6tt A vcnd re
re u e u epropri&6 non b -"e si, ude sur
mein Lalue-Ptionville, A 1'angle de
ian e: de li rutl'e deb:achiat au
ITrna ; position cxacte: en:'e !es pro-
-A. Sambour et Car'stfroe n, Con-
.o130 pieds sur 6o.
T s en nos bureau.


Viennent d'arriver
BEURRE DE TABLE
en ferblancs de 1/2, 1, 2 et 5 liv.
BIERE ALLEMANDE
Or P. 1.10 la douz. de 1/2 Biles.
S 2 cc grosses Biles.
EN VENTE chez
L. KOHLER.


FELIX MAGLOIRE
AVOCAT
113, Rue du Centre, 113.
Je, soussign6, ancien Commandant
de la place et de la commune d'A-
quin, d6c!are avoir perdu sa feuille
de pension du mois de j illet -1909
d6jh ord')nnmnce3 Je la d6elare
nulli et n )m av ire, duplica'a do-
vant m'e r- d .livri6.
T. TORCHON


div
s'e
me
dit
fi 4
des
rcF
roc
dej
II l
place
din
Por
c -
CH





Au


Avis

Monsieur Albert Bessard, chef de


Pharmacie W


Buch


Place de la Paix
Execution prompto et soignde des ordonnances.
Analyses scientifiques et techniques.
Analyses des minprais d'or, argent, cuivre et autres m6taux d'aprbs la
methode ambricaino ( fire e say 1.
Fabrication d'E-a X gazeuses, siropS et veritable Kola
Champagne A P. 6 la d.ouzaine.
Droguerie en gros et en d6tail


Propridtaire: XV.


Buch


Pharmacien dipl6m6 allemand

DWpoi de Kola-Champagne :
A'.ax Gcnaivos : Madame P. Laraque ,
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Pet t-GoAve : leraiannReimbold & Co
-^


EN VENTE CHEZ


vision auD.partemrnt de la Guerre,
press, d'arinoncer aa pub'i: que c
)nsieur MWrion Gaston, employed au IL *
DWartement, A qui il. avait con-
la liste do souscript'on en faveur a 8R
sinistr6 de la Plaioe qu'il avait '"
ue 'de Monsieur Chavineau Du- o i
.her, a 6g-rw cette liste qui 6tai' ColieOtibles
A couverte des noms du personnel .<
a declare nulle, l'ayant dejA rem- Sacs Vi(
e6 par une feuille de paper or- ,
aire, rev6tue do sa signature.
t-:au-Prince le 27 Novembre 1909.

EANGEMENT D'ADRESSE
Mes L6ger Cauvin ait, S t
ET
Monferrier Pierre ROBES CORSAGES PEIGNOIRS -
et non garnis pour dimes, fillette. Ct
AVORUEAR x ECHARPES, PARFUM-:RIEE, etc., seron;
4 RUE Roux 48, patir du lundi 15 Novembre chez Mad
dessus de la iharmacie Roberts. J. J. Audain rue Lamarre (B-gatelle-VI


)HLER I

xe du Fort-Per, N 6. 0


des superieurs
Toilerie



ouveautes
MATINIES JUPES CIIAPEA.UX garnish
b)b.s, FLRFURS, RUn NS, DENTELLES,
en vente des prix tl's modir6s a
iame FERNAND LONIEWSKI, Maison
ilia).


AGENCY SPECIAL


de la Refie Francaise des Tabacs

Pour la Republique d' Haiti


E-ztrait du


T.Vbac Scaf rloti


TARIF


G4


. EVANT SUPfERIEUR (dA tabac ;IEVptl a Boi~e do
50 graimerls

d e 50.Ogramm(s
JIARYLAN plIP:O,* j.1*1i1_3 10 p l :1 i'J grain l:yes
APORAL SUPI.,'RIEua papi-cr Wb~u le p aq u-.1id,,
59 grammfes
.APOR\.L DOUX papi-er ve-t 1I3 paquwt. de 59;ram-
me s
:APO-AL ODINAORE papier pi'3bt'are le pailtiet
de 40 gramines


TABAC A PRI1-ER, Virginie haul goft, paper jau-
ne, le paquet de 100 gra rnmes
POUDRE SUPERIEURIE, paper b'eu le paquet de
100 g, amines

POUDRE ORDNIAIRE, papier brun, le paq-iet de 100
grammes

TABAC A MACHER roles Menus fil6s le paquet de
100 grammes
3


Gfra1, -- N~varmbre


OURD'ES


1.25

0.90
0.7,5

0 75

075


0 00

1 50

1.50


1.50


Cigs

NINAs le paqnet de 20
do le pdiquet de 10


1909.


irettes


'II\S.-EIJR le paquet de 20
lluNGROISES eo ovunIt supt'rieur Le Bordon de
20 cigarettes
do en c.'ipolril sup6rieur papier rose, le
pa((J:t de 20
do en Maryand le p.qiet dt 20
do en c p;ral orrdinaire paper b'eu le
Bondon de 20
ELEGAN'rES en l.evLnt ordinaire le BonJon de 20
do en capor.t' sup4rieur paper rose, le
Boodon de 20
do en Mary'and paper jaune le Bondon
(ie ,*0
,5o en c:-po al ordinAire paper bleu le
Bondon do 20
I,':A:;:AISES en capora' s-iparieur paper rosa le
palquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
fB)ndon de 20
Rocu'L s en Mavyv! fid et caporal sup~rieur le
por-('cui'l-.s de 20
do en capo al do'ix la bol e de 10
do en caopral ordinaire le portefeuille
de 20
do la boite de 10


L1'.iL..er~. special,~


J. LAVILLE.


GOURDES


1.20
0.60
0.90
1.20
0.85
0.85
0.65
0.05
0.70
0.70
060
0.60
0.60
0.45
0.75
0.40
0.60
0.30


_ -Illlll~sra~~ls- I


v


t









Sacs vides!..


Sacs videsL..


Entrepot G6n6ral des Grandes fabriques
DE CALCUTTA (INDE) DUNKERQUE (FRI'tNCE) ET DUNDEE (A.NGLETERRE)
SACS sp6ciaux p ur Caf6s tri6s
Caf6s ordinaires
Cacaos
Les Types Courants constammeat en Stock par balles de 400 sacs,
Depuis 18 centimes or jusqu'a 28 centimes or
Pour grandeurs reguli6res 65x110 centim6tres et 70x110 centimbtres.
Poids de 1 314 livres jusqu'. 3 lives.
Sacs sur modules et sur types des acheteurs.
Prix A forfait pour livraisons meusuelles francs port de dibarquement
et si on le desire, Droits pays.


50.000 Sacs de 'Inde

Viennent d'arriver par Balles de 300 Sacs.
Prix exceptionnellement avantageux
S'adresser A Jules Laville
AGENT ET D]tPOSITAIRE GPINI~RAL
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT.

met0 Philippe Kieffer & Co

Maison fondue depuis 1895
4, RUE DES CESARS.
Seuls repr6sentants de la marque HENmI BIJOU FILS ET ARNAUD,
de Bordeaux.
Vins sup6rieurs garantis
EN GROS & DETAIL.


Vin de Proprietaire
VINS ROUGES et VINs BLANCS d, table en fdt et en caisses, Vins fins cache-
lts, Malaga, Madere, Vermouth, Vios doax. Champagne A des prix tr64-mo-
ddrds seront en vente a partir da lundi 15 Novembre ch z Monsieur FER
NAND LONIEWSKI. Maison J J. Auda'n, rue Lamarre (B g-ttelle-Villa).



Entrepri se

D'EAUX GAZEUSES
DFE P OR.T-A.-. UE-P INFCtEE
Fond6e en 1899
21, Rue F6rou, 21.
Ginger Kola
Kola-Champagne
Soda-Water
Siphons
,Sirops
Liqueurs
Bitter


Liquidation
Un grand stock de CHAUSSURES, pour hommes, dames et enfants.
Profitez de l'occasion

Tannerie Continentale
RUE DU QUAI, No 83.
N. B. Un moteur avec chaudiere de huit cheveaux, transmission come
plbte de quarante pieds de longer. Une balance francaise.


M" C. L. Verret
Tailleur-Marobsad
Donne avis A sa bit nveillinte clien-
*le que sa maison No:7, Rae Travwr
i4re est toujours bien pourvue d'un,
'ari6t6 d'6toffes de la haute nou
eaut6 parisienne.
UALIT* SUP*RIBIUR. CouPS *LjtGAXT
LAVYAIL O3IGNt. ExtCUTION PIKOMPT
Prix 1rAs rdd uits I
LA


.ordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse c ienthle qu'el-
le vient de recevoir. par dernier ba-
teag, une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures de toute frat-
cheur et de toute beauty, imporltes
de France, d Allemagne et des Etats-
Unis.
Le public l66gant, curieux de se
bien chausser, y trouvera les peaux
les plus solides et aux nuances les
plus varies les formes les plus belles
et les plus approprides.
On n'a qu'A venir chez G.B PiMTOIA
pour 6tre assure d'6ere chauss4 sui-
vant les meillur-s lois du confort et
de la mnad. Sp4cialit6s pour dames.
Grand Srok lde ,haussures ;
Peaix cirges, frmtns, fo ,rnitures
et m-tbriaux. divers pour cordonne
*ie. Oa troavrla tout ce qa'il faut, aux
prix les plus modtres, A
LA CORDONNERIE NOUVELLE
143,GRAND'RUE 143,

A L'tLEGANCE
QORDONNERIE.


41. Rac des Fronts-Forts.
RAUSSURBS ? DkP6T,POU3 LA VXMTV
Promnptitude t aoi aui commas
les taut ici qu'en province.
Chaussurep do D)amte former at tr>
rail touiours tout ce qu'il y a de plus
louveaux.
Forms amdrikaine et francaise powi
dessiours ; legantes et commoa~.
Pour lea infants la plus l'aia.
Travati soilde execute avo
'ea peaux do prernal6rewa rquo
&ssuraace die grad raui&.
RAP i Ciritao- r ut a-!r-
Chapeaux I
Chapeaux t11
Chapeaux Ill
PAILL BDE PORTS-RICO
ACCOUREZ CHEZ
Feliberto Gonzales
JOS ET
JOSi SAN MILLAN
FABRIQUE DI CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Sales ds Coiffure du Le.vre
Pour tous le* s otts t pour toults
Il bourses.


NESTOR FELIU
L excellent tailleur avantageusemenj
connu de toute la RApublique vient
de rouvrir son atelier Rue Fdron,
( Rue des MiratUs ) No 61.
Sa nombreuse clientele trouvera
comme toujours toute satisfaction
oour les travaux qui lui seront con
4.. .


PANAMAS!
Pour Hommes et pour Dames,
Melle. L6onide Solages, 22 Rue
Fronts-Forts.


chez
dee


ff6tel Bellevue-,
Le mieux situ6, la pi. col.
fortable.-- Champ-de-Mas...
Cuisine renomm6e.- Vue sur las r.

Chez App. Cipolin
155 Roe Rdpublicaine en face de M#
1S. Robelin
Viennent d'arriver par dernier v.&
pour :
Pat6 de foie gras. Saucisses trao--
?igeon aux pois. Tapioca. ChoucroUte
Asperges etc. Fruits cristaliss par;oj
vre et par flacon. Prune d'ente s. i
couge et blanco. Oporto. Malaga. Ver.
month. Cognac. Champagne. "

Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ
JAIME TESTAR
Le chapelier remarquable, avan-
taeusement connu,fait savoir au au-
bhc en gdn6ral et A sa nomlireS
clientele qu'il vient de transfdrer, sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANCIENNi MASON DU LOUVRE )
DE Lk PLA P GEFFRAiD A LA
CGRAND'RUE OU RtiPUBLICAINE
No 149. En face de la Poste
Le nouvel dtablissement est oc-
vert sons le nom de la fleur 'A
1'Am6rique
II promet soin et promptitude
comme toujours.


FOURNITURES POUR
CHAPEAUX :
Pailles, Fieurs
Rubans,
Plumes, etc.


c


4.



. Etoffes,
a Lingerie,
"' Parfamerie
Articles dA
Paris, etc.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Anc< s.wmbrr d la Seciid Phil*
krepiqus des matr. s aillours d P fs
Vient de recevoir an grand cheiz '
offes diagonal, casimir alpaca, "1"b
., cheviotepour deuil, etc, -1iti "
I particalifrement 1 sa *Cientle .W
elfecollection do coupes 'd uuf.
t* glUets d4 fantaisio et do p1 4-
toute beaat6.
Sp6oialit6 do Costumes 4*i
oes.- Coipes Frangal., A" _
Amarisaine do la dernikre r *-
La maison confectionne aMdesl d G
umm milUtairt, habits bro@
4olmanss, tuniLques, habitsI *
-5. at e*to o* teas grades

Francisco DESUSE
Fabricant do ohauSSiUsr
La Manutacture a toujonurs aW
'i grand stock. pour Is Vyr .
4ros et en detail, do chaUSSUMre
'on8 genres pour .,,.
HoxMMs, FxMMS. ,Ma;WS
Lea commandos des commB.N*
4. r'intrieur pourroont re**-'*0 l
fans une semaioi a pen pres.
23, Rue des Frouts-Forts, 9.
'ORT-AU-rXMWCx f M(


I -. I I I L-I IL I L-~ -L I ~I __