<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00786
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 27, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00786

Full Text




0oisibo Ann~e, c 802


Port-au-prfnfi -i8jT1


Samedi 27 Noembrei 1909.


ABONREMENTS
UN Mos G. 2.00
Port-au-Prince
TROIS Mois... 5 00
Wpartements UNMoIs G. 2.20
Taois Mois 6.00

'Etranger. raos Mois. a 8.00


Ci6ment-Mag1oire
'DIRBCTRUR-FONDATEUR


'


41


J


OUOTIDIEN


m m


LE NUM9IRO 15 CENTIMES

Lee manuserits insirds on non ne spron
pas rendus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45$


Arthur Isidore


ADMINISTR ATEUR


SJ dois au lecteur un mot de liquida-
tlon sur la causes Hubert Alexis, av.
tomme je no suis accoutumd de man-
.er A aucun de mes devoirs, je ni
boudrais pas perdre cette excellent ha
bitude ea compagnie surtout d'un ex-
delent ami don't le cosur rig'de et ver
'Ieux est constamment on dveil sur lei
'd6faillances de la pauvre Ame humainie
-D'autant plus que, de la semaine
passee A aujourd'hui, ce devoir a gran-
di parallilement au ddveloppement pris
lpar la personnel d'Hubert Alexis, av.
'Qiel est ce farceur qui, vivant d6ji
'du temps de Simon de Nantua, a di!
que pierre qui role n'amasse pas
mousse ?" It en a menti et c'est Huberi
Alexis, av. qui le lui prouva.
E- eflet, la premiere "pierre" qu'il
nous a lance 6tait cell du moraliste :
av4 qui,.tombant dans la mare aux
grenouilles, a fait r'effet qua vous sa-
vez.
Au se6did jet, la pierre-devint cello
MJ'a vocat, et c''tait A s'y attendre :
.^ Lsonpevez pas fuibert Alexis aan s
re suffixe ay. .c't, .p queta sa
oitid, Ceoesnt sfan-
4iait pas que vous an AA ou ias-
ot1 (attrape 1), R s'agissait s1uie). jt
do savoir s'il 4tait coqOstitud d4'ofce o0u
,par. des clients authentiques.. ,,;
(^.nfln, A la troisiame jaculation, la
iere, -lithe dnorme qu il est incom-
$rhensible que Hubert Alexis, ao. ait
pat cover dans son sein,- nous revint
.iouverte de mousse lexicologique : en
.ip ulnt, elle avait passed chez Littrd...
lt9-1hl, triple pav6, cesse ta course
bonde et pour bien t'enterrer, --
suvant en cela le prdecepte dvang6li-
;que.qui veut qua sur touted pierre on
AUtisse quelque chose,-' j'616ve sur toi
m*ir petit-6difice d'aujourd'hui don't je
(4die Ie frontispice triumphant au prd-
siddet d'Haiti de mon coear : -'A Hu-
bert Alexis, av."
Voici e discours don't j'accompagne
.mon offrande.
"Hubert Alexis, av., te rappelles-tu
l passage de linfini Merger oa un de
1?a plus intdressants personnages,
ihaunard, je crois, s'extasiait devant
teorsonne de M. Benoit, qui 6tait A
lftis son bottler, son propri6taire et
son prdteur : il ne pouvait so d6fendre
'1oe compare A la S date Trinit6, en
Wtlu de cette triple representation.
"To surpasses Bmoit, qui n'dtait
A lan vulgaire personaage et tu m'ap-
prass comme une Trinit4 supdrieure
.'*mulant le moraliate, l'avocat et le
.r inmairien. Pour to rendre homma-
.3 td me permettras de to ddtripler
(priroe de ne pas lire : d6triper, ter-
.A trop inhumain ) et de faire ton
-irz tell une forteresse majestueuse,
.or blin to voir sous toutes tes faces.
P..e passe A ton levant et 1 je trouve
tnoraliste. Je n'ai plus grand'chose
I-i dire, notre impeccable directeur
oy0ns d'H.. dans nos parages, F.
R. da 8 les parages amis 'd Fort-
pardon de. la rue F6rou, ont
dpuis6 Ia. question. II est vrai que
en dernier lieu, invoq'a6 Bassuet,
--"c mne c'est moins A titre de mo-
=quae commie grammairien, nous
trerons plus loin l'iUusth e-per-
eOmS llqul. tu trabrites.


'I









3



t
t


Ed i~iUJIiiIV1i


Et je traverse A ton ponant. Je suis
en face de l'avocat.
R6pondant de biais A ma question
concernant l'authentique pzcheresse
en adultere ", tu me dii que ta accep-
terais volontiers sa defense, mais que
tu me fermerais la porte au nez en de-
mandant le buis-clos pour le d6velop-
pement de tes moyens. Soit I je to sais
grd de ne pas vouloir me pervertir le
sons moral, bien que, appartenant
an Matin, il y ait des chances pour
que ddej je sois un indigne mdcr6ant.
Mais qu'est-ce que tu dirais A
huis-clos pour persuader le tribunal
quo cette authentique p6cheresse en
adult6re ... navait pas tort ? Car,
c'est bien de cela qu'il s'agit. Et, si peu
versd quo je sois dans les minutes de
la gent avocassi6re, m'est avis quo tu
ne pourrais to tirer d'affaire que par
l'une des deux voices suivantes : nier
r'acte et fire apparattre ta pecheresse
blanli-e-comme -neiga, moyen le moins
propre A I'amender et & donner satis-
faction A.L la. morale ; ou bien avouer
I'act- "I'enveloppant de subtilitds
qui.en masquent la saver et meme
.| l dO *ant'desapparences de vertu:.
Et tu oserais faire cola, toi, Ha-
bert Alexis, au. Pourquoi alors nous
cherches-tu noise et nous fais-tu u-n


argument A la Litt.d, tu arrives avec un pas plus t6t senti ses forces, qu'on n'
argument A la Bjssuet, faiblesse de mddita rien de moin; qua de partage
moraliste. Espdrais-tu vraiment cela, I'autoritd. Boss 5e avert."
A la farn du coq de la fable qui, cher- Ta vois done, Hubert Alexis, av.-
chant un grain, trouva une perle ? Non Emploie A l'avenir, pour parlor affir
n'est-se pas ? Saulement, des que, en mativement, rien de moins ou rien d
cherchant dans Littr6, tu as trouv6 Bos- mrindre ; tu resteras plus conform
suet, tu t'es d6clar6 satisfait, to distant l'esprit de Littrd et meme A celui d
qu'une autoritd valait une autre : mais Bossuet.
Bossuet pour toi, tu vas le voir, ne va
pas plus romplacer Littr6 que la perle Je traverse enfin au mdridien. Mai
ramassde par le coq dans le fumier n'a Ia, ja m'arrete. Je n'y vois plus le mo
pu pour lui remplacer le grain. raliste, ni l'avocat, ni le lexicologiste
Tu as vu qu'A la page 1727, 13e ac- mais cet excellent ami Hubert si affa
captation du mot RIEN, Bossuet a em- ble et si cordial, lorsque la chicane n
ployd notre expression affirmativement roule pas ses yeux intelligent sou
et tu en conclus doctoralement, sans son large front qui no l'est pas moins
6tre ni Littrd ni Bossuet, que Et je 1'emmane prendre un grog
pour avoir le vrai sens des mots, il au grand ddsappointement des gentes
faut surtout se rapporter a l'ensemble demoiselles, don't il est le client .
des iddes d'un auteur qui forment une l'office, des moralistes, des Littr4s e
armature don't toutes les pieces se sou- des Bossuets, qui nous croient peut-6tre
tiennent." brouilles A mort.
Avec cette thdoria neuve, tu sup-
primes tout simplement le lexique et la
grammaire ; comme -il y a autant
d' auteurs "que d'decrivains, les r6gles L' allaire du 15 mars continue
deviennent aussi ind6finies que les usa- toujours. Me Perre Frdddrique, ui est
gas, et peu imported que Lamartine,-- a contradiction fre horiue, n a pas
n'est--e pas qu'il nestt pas le premier donndde la fagon que ie l'avais annon-
venu 9 ait derit revAtisait pour
i rev0tait." Avee la novelle dcole Ila uniquement pour me causer une
"revrtait." Avec la novele eole q n- dception et parce qu'il savait que j'4-
hert Alexis, av., du moment qu'en se t a premier tang do auditori,
reportant A ensemble des iddes ", avid de 'entendre. Je n'inente rien,
on d6mdle ce qu'a voulu dire Lamar- ii harge noredireteur
tine, la correction est sauve : Hubert jd ,tI dioditu


y
or
-

&
le


is
-
L-

,



t
e


Sproc6s en corruption ?-Jamais, tu no Alexiq, av. s'inscrit en faux centre les "a E revanche, si sa plaidoirie ne lui a
trouveras dans nos Conies du jeudi, barbarismes... resembles gure elle 'en a dtd quo
aucune apologize, ni meme aucune dd- Et si Lamartine a pu commettre ressemblgubre, p elleus raionable at p qu
fense-des actes immoraux, m6me si une faute qu'Euit 6vit6e avec un peu l us convainprate Voevo7 on
nous y dtions poussds par les sugges- d'attention un 616ve ds(1 basses classes tre plust convai ncante. Voyezvous, on
tions de la clientele. qui en est a la conjugaison,- pourquoi laru s'iv chan eai
Allons, Hubert Alexis. av,, le plus Bossuet n'en pourrait-il commettre une >i .
exposed avec la clientele, ce n'est pas plus compliqude qu'un gradu6 en droit
nous, c'est toi.... P.ends garde A ta haitien n'a pu dviter ? **
vertu, et quand tu auras la nausde de Non, Hubert Alexis, av je n'aime
ton cabinet mercenaire, viens to repo- pas les bretteurs qui n'accusent pas Je ne suis d'ailleurs pas on veine de
3r avec quietude au sein do l'atmos- leurs bottes : jouons franc jeu ; jP t'ai prophtdie.'1I n'y a pas que Me Friddri-
hbre du Matin : tu trouveras la Hib- plastronn6, il taut dire : touched quo qui m'ait fait mentir : tout Port-
bert et Ryons qui to conteront des au-Prince me contredit. Pour avoir dit,
jeudis qui, sous une former qui te plai- II me reste A prouver que, quoique A propose du sinistre de la plane, quo
ra, flagelleront, sans avoir l'air, les tu penses, Liitrd est avec ooi. Si apr5i le soufflee de Iassistance sociale ne va-
miseres morales de notre soci6td. avoir consultd-ta page 1727, tu avais lait pas chez nous grand, chose, tant
tournd, en lisant routes les colonies donnd 1'tat de misre g6ndrale qui
Je fais une enjambde, et me voilA consacrtes au mot RIEN, tu aurais vu ous carrct.rise, tout le mona s est
A ton septentrion : face au Nord, Hu- qu Lttr c ondamne Bosuet en ces" Les ocidtds sont sur pied, des artis-
bert Alexis, av. car c'est de lui quae ermes, page 728, colonne des e- mdrites out hier soir, au Gercle Bel-
vi nt la lumi6re, dit on, et il nous faut marues" ;locution ( ne rin mins ) est levue, chant la rnade da pavd en
sa clart pour nous d6partager dansessentiellement ngativ,etnepeatpas tre tendant le tambour (de basque, et lee
note controversy lexicologique. autre chose... II part doe qu'il faut gros sous ont plu et 'aum6ae fut fruc-
Ta as empl. y6 l'expression : ne dan, tous les cas conserver d rien moins tueuse.
rien moins que, dans un sens affirmatif; sa signification negative ; et quand on De parlout les ghn6rosit6s arrivent et
je t'ai relevd: tu fr6mis, et croyant q le voudra le sens postif, on emploiera rien Chavineau est litttralement sur les
Littrd est avec toi, tu l'appelles A la moindre ou rien de moins." dents, d.bordd par les organizations de
rescousse, h la grande joie de F. B. fWtes qui lui enlvent ainsi le plus clair
R. qui,emp6trd dans le temps dans la Cela est clair comme du cristal et je de son temps.
mIme difficult, taille probablement suis heureux de fire la lurmiere sur ce Car,il faut bien le dire, nous en som-
sa plume pour profiter de ta ddcou- point pour ceux de nos lecteurs ot decri- mes r6dnit- A ne pas fire l'aum6ne
verte-et se payer une defense rdtros- vains qui pourraient dtre tents de simplement: nous ne donnons pas,
pective. croire on Hubert Alexis, av., surtout nous achetons. Noos ne donnons pas
Nous savons qua toute cause se lorsqu'il se prdseute sous les auspices deux gourdes pour les sinistrds, mais
cAfend, m.me mauvaise ; wais elle ne de Bossuet. nous achetons A leur intention une car-
se bonifie pas pour cola. Dim'!ons Mais ce Wnest pas tout et il y a in- to de deux gourd-s pour le prochain
ensemble la veritd gramnitic tie, Hi- finiment mieux. Bossuet lui-m6ae, se concert. Ce qui n'est pas la mame
bert Alexis, av. car il en existe une, en rendant A la fagoa de voir q:ie nous chos-, sous divers points de vue ; e
cdpit de ta proposition qu'" en cette venous d exposer, s'est trouvd avoir a voici deux.
satire, il n'y a pas de rajle, mais des employer l'expression rien moins dans Nous exeddons sotin la charge le co.
usages. I y a des regles, m6me si le sens positif, et il a f it usage du ter- mit6 d'organisation. II a couru lui ma.
elles ne doivent r6sulter qua des usa- me rien de moins. Cela se tiouve A la me au-devant de la besogue dans -la
es. mme page 1727 et A lIa m4me cologne pensbequ'il n'avait qu'a tendre la main,
Pour justifier I sons affirmatif que ou Hubert Alexis, av., a puis6 ; ne I'a- conce-ntrer las recettes et les distribute
tn donnes A l'expression ne rien moins t-il pas vu? Jdans le monde des victims. Et voila
tHib rt Alexi,, au., tu recourse a Voici la nouvelle phrase do Bos- qu'il est tranfeform edn comitd perma-
Littraj uais alieu deo nous montrer un suet : Le parti (les protestants) n'eut nenr t de ftes. Ceux qui ont parfois 6


w A ACV17jINA TR A FT7& 7 "-d





-,, e~---- ~,-------


- ----- F ,, I P' -C ~1p-P-~ -~F-r~p~*~F-i~.ullF-~"-- ~- -~~-- --- ----------~--i- -1C~t.f


8
b







-U


appeals A organisms une fete, savent'
teuPs quells rude iAche de participer A
oute la series de cells qui s'annoncent I
Et cette consideration me done rai
son pour ce que je disais do notre souf-
fle de assistance social. J- connais
des pays oi chicun, an simple vu
d une feuille d. souscription, y serait
all6 de ses deux gourdes ou de ses
cent gourdes, sans mendier & son tour
une petite f6te on one petite occasion
de s'amuser.
Voici ma deuxi6me consideration.
C'est que, au lendemain d'un sinistre
Opouvantable; que dis j], au moment
m4me ou se pursuit encore la d6b'aie-
ment des calavres. Poit-au-PinceO se
trouve en etWe! Nous passons d'un
concert A un bal, et il n'y a rien d'im-
possible que, en plein du prochaio bal
qu'oigauise I'Alliance frangaise et au
beau milieu de la farandole "chuv lde
de minuit A une here, la lugubre nou-
velle arrive de la d6couverte, sur le
parcours de ia Rivibre Blanche, d'une
mine de crescape6splont la putrdfaction
menace, par surcr it, ce qui peut res-
ter de vie aix survivants...
Qae voul, z-vous, il faut prendre les
choses come elles soot : la f con de
donner ne vaut plus mie. x que ce que
i'on donne.
C'est legal, qu'on juge ma philosophies
pour ce qu'elle vaut, voici, moi, ce que
j'ai faith : j'ai ddpos6 avec ferveur cinq
gourdes-je ne puis pas donne' plus,-
sur la premiere listed de souicription
qui m'a dtd presentbe et je me prive,
et je prive ma famille,d'aller A aucune
teLe, ju qu'l ce qae la rumeur n'arrive
plus de la plane que des ca lavres de
robustes travailleurs, des corps de
femmes et d'enfants soot toujours cha-
ri6s par l'onde homicide.
JEAN LE FURETEUR.



Les inonldtions
de la Plai e
On reconnait des cadavr -s.
La listed sinistre.

Nous avancons ai grand'peine dans
ces parages macabres cft s'616vent et
glissent des odeurs putrides, on ne sait
quels relents de cadavres en decompo-
sition reconnus aux endroits ou volti-
gent, bourdonnantes et avides, des mil-
lions de mouches noires et compactes.
II faut vraiment un grand sentiment du
devoir professionnel pour affronter le
danger qui se devine, & chaque pas,
dans ces endroits oft n- chantent plus
les caresses vibrantes des cannes 6che-
reldes et des grands bananiers pnsifs,
ou ne rayonne plus les plantations in-
tiniesaux perspectives verdoyanfes. Pinu
de champs ; ce soont ds lacs de toute
dimensions sur lesquels passe le souf-
fle empoisonno de la mort. Da temwp
en temps passe un chien maigre, in-
quiet, qui se press, pourl6chant se*
babines ... C'est horrible,
Le moyen d'avoir les noms de
cas infortun6s ouvriers de la terre si
tragiquement arrachAs A leurs travaux ?
Comment dresser la listA sinisIre de
ces morts anonymes,dans des quartiers
ou n'existe nulle trace de recensement
et que traversent souvent des pay venus de plus loin et qui y passent
quel blues instants I Nous entamoni ce-
pendant notre funbbre besogne, aide
des grants et des propri6taires doant
les yeux garden l'effarement de I'dpoo-
vantable catastrophe. Evidemment la
listed n'est pas complete, mais noun
avons IPs noms des disparues marquant.
de la Plaine,de ceux qui y dtaiAnt con
nus ou jouissant de quelque influence.
Les Morts
Beaugd.- Jo.-Francois, 2 enfants de
Mr et adame Nuob, Mme Claire Jean


Louis, 1 b6b6 de Mr J6r6me Giraud.
- Ce pauvre infant a Atd arrachd des
mains de sa m-re par le torrent.
Mme Petit Jo.-Louis.
O'Gorman. Charlestin, bean gars
de 18 ans; 1 b6b6 do Mr Montzuma,


chef m6canicien do I'usiie, Dime Phi-' Mme Aodr6 Faubert cut un double
lincia, Mms Djrcely. socc6s ; d'abord dans le duo de Samson
Lamardelle. Damr Erlumne Dar- el 'Da/il qu'elle change si b.illamment
c6us, Obdlise, Mme Diclio Jeanlis et avec M, E. Laroche pais dans one 611i-
ei trois enfauts. Li maria a 6t6 mira- cieuse pose lesElfes qa'elle dit avec
culeusement sauvh. le sen iment et la diction admirable qu*ou
Danemarie. Dime Z4tienne; 2 en- !ul connait.
fiants de Mr Syllag6oe, Mne Pol A et M'ue G-ordani cut au si 'un gros sue-
son enfant. c6s dans la Polonaise poor deux pianos
Gourreau. Mile Isidore. de I E ie oi elle fut accompagate avec
Descloches. Mme D6luy. maltrise par l'auteur.
Fond Parisien. Mme Polynd Polynice Nous avons eu le rare bonheur d'en-en-.
tt six enfants, 2 enfntts de Mme Cqa- dre M Duviv'er Hall, le sympa h;que ins-
ooute, Dime Sylvia et tro s enfants, .ecteu" des icoles des Cay-s,de passage ici,
D ravois Polynice eo un enfant, Dime qui voubt bei n-u; due an superbe mo-
Xndrose et uu enfant, Cini e, mcre de nologue Dhceptioi ".'
Diravois Polynice, 3 enfants de Mr Pour MM L. Lamothe, J. Elie et G.
ltigi4, I eufaint de Mr Ctifa1, 1 enfant Lon leur dloge n'eit pius a fair. Je crois
de Mr Charles, ancien diie3teur de donc inuti.e d'insister sur leur sacchs.
I'Eco!e de Fonds-Parisien, 1 enfant de Je ne peux oub'ier ce ddlicieux
Mr Cyde, 2 enfauts de Mr Mdrosia, 1 quatuor de M. Lamothe si brillamment
enfant de la dame Eximise, 3 eifmnts e ict4 t par M ne Gautier, MM. Mosan-
Je Mr Eug6ne Polynice, 1 enfant de Cd- to, Laroche et 'auteur, pendant lequel
lina DWriss6. on se croyait tiellement a dans 'un revec.
O 1a trouv6 aussi 4 cadavres de fern- La mes doi t I'identit6 n'a pu 6tre Otablie; succ6s lors de la soiree de l'P6:el Morch
on croit qu'el es venaiekt de Fond Ver- en eut encore an plus grand h'er au soir.
rettes,-et plusieurs auties en complb'e Nous ne pouvons manquer d'adresser
ddcomio ition. des remerciements sp6ciaut A MM. D.
La lis'e sinistre ne s'arr6te pas IA. Hall ec Monsanto qu;, de passage seule-
Le rezherches continue.it et ce sont les ment A Port-au-Prince ont biei voolu con-
mouches qui indique it los endroits ou tribuer an ua ccs de cet ac'e de charity.
s.e trouvent les cad: v e grimagants Le bal ui suivit dura jasque vers les
des it. frtua6s don't la tiagiqu agonie 3 heu'es du mating.
fAt dei plus douloucewues et dei plus L. A.
d6 eipdr6es, fulieise centre 1'61dment _
en 16volte, I'616me it faro iche et triom- r voulez-vous bien
ph int... L EC TEUR nS,fumerl Allez A la


CERCLE BELL VUE


GRAND CONCERT
Au profit des Sintstrds


Rue des Miracles, No 25, vous trouverez les
CIGARS DU CENTENAIRE de Prin de J6r6mle.




RIMIBRIGNIMNMTS


Le mecveillcux conce t da Cercle Belle- a-mTA.560W
vuw a brillimmenr ouve -thier la sdrie de --
fetes au profit dei malheureux sinistris de CO b or I attolyo
la plain du Cul de Sac.
Merveilleux en tfl .-t tant par la parfaite DU
ex6cu ion des divers nu-ndros do program- SiIMlAIRl COLLESE St**ARTIAL
me que par l'acpect g'nlral de la salle VENDREDI 26 NOVEMBRB 190
artistiqu.ment d6corde de f uilles et fl.urs aromltre A midi 762 */in
fraiches, drapeiux mu'ticolores et claires
toile.te; de dame;. Teoxp fraturm, minimum 21,3
Aprts Mr D. Vieux qui en-ama le pro- "maximum 29,6
gramme par un (aA roros en vers* ou 9 6
s'exerce avec Mclat son veritable talent de Moyenne diurne de la temperature 14,7
pokte, Mre Gimm, sooffrant un peu de la Le ciel assez clair toue la jou'oe s'est
go'ge, chanta au lea de 1'air de Canon cou erc aprs 5 h. da soir.
annonc6,l'air d'firodiade qui 'ui value: tant Forte pluie S W entire 6 h. et 7 it.
de succ6s au concert E ie samedi dernier. Barometre stationnane.
Elle recueillit les males applaudissements J.* SCHRBR
dans I'air d! fCireille ( la vision ). Revue du March6
Qpant a Mm: Gau ier, si j'itais femme, Cee h ae d plus ani-
je lui en voodrais de rtunir tant de qua- Cere derqni e hutacente Touoplus ans-
de la plus vilaine motai du gerire human, so*ss linfl ence de la sp&colation, on a
et je me content de l'admirer de loin et fat des affares pour de chiffres .th im-
reg e te que ma p'unme ne soic pas plus portants.
habile A chan-er ses louanges. Les haussie-s semblent avoir la bawe
II est A reg better qu'une grippe intern- main ; its ont r6assi A fire monter la pri-
pestive nous ait privet du grand plaisir me au-delA de leur espdrance. En eftet, de
d'en:endre Mile Tti&rse Vieux. Elie ;, 435 010, t.ux de c'6ture samedi dernier,
parait-il,promis son gracieux coacours Ior nous avons coregistrd le taux de 530 o OO
sla fe:e d: l'asile franais ; souhaitons que l'ouveature ce matin.
d'ici IA elle soit comple.etre:t rtdablie. Le march Aterme estaussitierme. On
Mais la gdndreu;e et grande artiste don't a vendu sur fin Novembre i 5o5-5oo 0lo
la voix mdrodieuse remue !i dilicieusc- et sur fin DWcembre A 480 olo.
meat et donto le soatire troublant ne pear S'r qu3i les haussiers se sont-ils basis
4tre oublid, no:re diva aux yeux d'entnr, pour pourser ainsi les course ? Nous ne le
rieurs et limpides,au talent soup'e faith d'ic.- saurons pas.
to-i lions diverse et savantes, imprivues En attendant, les employs public, les
en d s nodes tant6t gaies, tant6: graves, et commis, les ouvriers, enfil toutes les clas-
de. ff-ts quisemblent des sanglots, Mme ses de la population sont atteintes par ces
de+ afIS qui semblenM des sang!os, ebouleverfe.neuts succcssifi du marchi.do
Franck Faubert, assure dfinitivemnt leents ccssf d march de
succ6; de cette f:e clatatne. Son appari- Part-u-P.ince. Qnelqu-s afftires en traits
tion sur la scene est salute par des vivats owt t s fites A i 314, 2 o0O.
frdnduiques et quind le cristal de cette voix Quelques ch6ques sur New-Y nk ont
s'd'6va, frais et harmonica, au milieu du d places i2 010o prime.
vaste hall, ce fat un enchaneement. Le t Arrvages. Avec le retour du beau
charge d- re encore. temps, les arnivages devie.nent plus im-
Le bapteme do feu, come on dit, qu'a portants. Les prix payEs varient entire 34
re;u Mme Angibout a dtd on vEritable tr.- et s 5 centimes.
omphel C'est en efet la premiere fois qu'il I t sn. le march europden les course sot
nous est donnd d'eatendre cette voix si tolours soutenus..
chaude et si vibrant. Elle a eu un succ6s Paort-a-Prince, 27 Novemb:e 1909.
fou dans le'Bravo et les Saisons chintislavec N60rologie
un grand seas des nuances. Une ddpiche adressie an Xatin nous ap-
Mile A. de Pradines a tid avare de sa prend Ia mort, A Port-1-Piment. I'Age de
voix puissante et claire tant admire : el'e 6 ans, de Mme JEla rrnI.WrT JTAW FPAw-
n'a voulu chan-er que Flair de i-eille cois, mere de Mr N Sindaire. adcies
1" trahir Vincent qu'elle enleva d'une S.nateur de Ia lRpublique. ancle adl -.
(faon as dessus de tout 6oge. nistrateur des Flaies..e Ntippes.


80_uloriptilol
do Oomoderce
Haiti.


"Frcar&


SBanq Ntiona'e d'Ha-ti_. Goo
P s Santallier .. ....."
Gaston Revest --
Achille Banhe.____ .--
B. de Lesinasse __.__ .
Eu. Robein ... -----

Rouz'er ___ ___ -.
Gi ntler... .
Gderin-. ... o
Jacco -___
Agibout --...
CrEpin-
d Epinose -
H. Gustave-_................
d'A nbigay ................................
E. Boutin ......
F. Elie ...........................
-L de G passion ........... ...... ............. ......... .... .
G gnyg ... ...... ...............
Alb. H orelle .................. '
Huea .............. ........
G Lion ..................
L L o ta .... .... ..........................
M o lle th ie l..... ...............................................
Sardy ........... .... ......... ..
V airg el ... ..... ................. .. ....
G lo t ............... ... .................................................
Borday. ....... .........
C o b y .............. .................. ...... .... ..............
Desmarqueis -.__
S e o ..... .................. .........
E de Lespinasse ...... ......... ...... .
Ber in to

L ab ons e ....... ..... ...............................,
Naoud6- ..-. .. ............ ..... -
F C h6riez .... ....... .. .. ........... .

Cours de Bourse
Or Am6ricanm comptant 530 01
Nckel escompte i, i14 OP
Billets de cinq gourdes # ( op
Traites 9o jouars de ve sur Pa-
ris direct, prime 2, i 2li e0
Traites sl Hambourg-Paris a op
Traites snr France documen-
taires prime 1., 9 l O0p
Ch6ques sur Paris prime 3, 3 isl op
Transferts par CAble sar Paris 4, 4 114 op
Chdques sur N-Y. prime 112, 314 op
Consolid6s 6 olo avec intirkts A
pair do ier Join 49 I1p 0P
Consolid6s 3 o0o dito 27 o0
Emprunt xo Janvier 6 0lo 47 0P
Emprunts dits Provisoire 6 o0l 47 40
Titres bleas 2a 112 0O avec intm
rtis A partir de ir Joillet s22s
Titres roses 2 12 o'o 21 112ip
%turn de Padiij, 8 Otobre 1909.
Emprant 1875 5 0o0 FCs. 2o0
1896 6 olo 9 Sto
Tribunaux de Paiz
SECTION SUD
R. Civaillon &Co,de Bordeaux rdcldat
de Mme Vve H. Killick le paiemewt
la some de 84francs, montant d*
d'une facturede marchandises
et livrees i -'amiral Kilick en -

Uoe saisie-:rrft a idt flite sur la0
De'ef von Hydeb-and par M%
Ion & Co.
ll estdk qaeM Hydebsand OsN Il
bitem r de MAme Killick. i
L -tribuial annule i saisi- gatf
ia profemion de M. M. Cavaillea
a'eP pas onds dans I'ac'e d assigQn
questuoc de forme.

Doassie BaSUan vieot e onpP
contre as Iagein t ruadn'Padds.
tre lasi ;le* a st de Palas d
lsad ol dl ldame Epbh6mis

Le j _S rNett.W ca ies a
I'affii A r dimc p ,,,.roc *..


DOrobes imi S
o.ft.W m wde d. "S
Leats -* la
GoWet1e.* *


k ---- i I 0
A&IWN







Tribunal Civil lui payer 72o dollars par an, valeur qa'elle En vertua d'une obligation hypo-hicire
Sudicnce civil extraqdinaire du en- aurait t toucher du fermier en moms d'un en date du dix-sept Juil'e. mil neuf cent La belle dee
S dredi 27 Novembre 9.09. tmoii seulement apres I'acte du 13 jinvier, neuf enregistrde, passe an rapport de La belle demoiselle
dece est-A-dire e premier fvrier suivant, date M:s Charles Millery et son col gueA RA no-
pr~sidence P. jh. Dupont DAY. A laquelle allait s'dchoir un telme du dit taires Ai Port-au-Prine! en faveur de Ma-SL A

emi se rments -Pr n~asn des- .onsidraut que par suite de discus- meurant et domicilide Port-au-Prince,
Ceui qui mpermde immenu e asi adeu sions entire la d ame Lorint P inchino e: la ayant domicile dlu en l'6 ude de son avo- .
tde s ia de bl compag;e des chermias de f-r qui avait fti cat, Me Pierre Hulicourt, 104 Rue du
Srce Bo2ne-Foi, en vert e 'bigaoo passer sa ligne et po er ses rails se r I h:- Centre ;D'
;oui cri e par le sku Car'es.d*Aubigny A bitatien Catard elle avait I'espdrance de CoDIe Midame Marie Franqois demeu-
Msdecmoiselle Maria Williamson. ouche: use indemaitd de la dite cofnpa- rant A Po-t-au P.iace.
S Afftreentendu : nie qui, par sa lettre a elle adressde en Pour plus samples renseignemeats, s'a-
-Denis Boissoni', e centre Vv- G:or-= ae du 28 jnvier 1908, en avait reconnu dresser A l'avocat soussigad on au notaire
gs Victor. le principle dpositaire d cahier des charges.
Affcire nvon Inel prdnicipe ;
Afftirpe Tvo bule I ConsPdirant que la dame Lorina Pinchino Port-an-Prince le 27 Novembre a9
S:-phen Archer contre l'lmpatial et a attaqu la vente avant l'expiration du d6-j PIERRE HUDICURT, avicat.
l.Nowmdliste. ahi lgal; PIERRE HUDICOURT avCa.
Mk s Lager Cauvin pour St6phen Atr- Considdrant que les faits et circonstan- CH7ANGEMENT D"ADRESSE
;her et S. Pael p mpaa et qui ont pr7cdud la vente du 13 janvier
Iouvelltste ont dt enteadnes en leurs 1908, ont assez dtabli la violence qui a t6 d es Ldger Cauvin
observations, mai; vaI l'heare avancie le exercde sur la dame Lorina Pinchino, fem- ET Autrefols fable t an6imique
iibu9al a renvoy6 la continuation de cette me d'ailieurs sans instruct ion et d'ua Age Monferrier Pierre
affaire A Vendredi. C'est Me Pierre Frdd6- trs avanc6 ; que ces fairs sont tellement AVOCTS
rique qai aura s Ia-parole. puissants qu'ils laissent A compreadre que AVOCATSAu our hu
d ,,, e i ......lespjruisqu'au moment de la vente, la dame Lo- 4a3, RUE Roux 48,
tgJURISPRUDErCE HAITIaNE rina Pinchino 6talt sous la crainte actuel- Au dessus de la Pharmacie Roberts.
URISPRUDNC HAITI le d'un mal menaqant sa fortune ; o IUS r ro us t bDllS
-- Qu'il dch:t donc, pour les causes sus
Pn 3 dnoncdes d'annu'er la vente du 13 janvier AviS Est la file du trisorier municipal
e908 Bagi (Rio Grande do Sul) oi elle est bien
m u gIa rmL lnU Is dj'annur la vente du0Considdrant que quand bien imme, la Monsieur Albert Bessard, chef de coague ipour sa beauty et sa vigue s
IIIihaUaIviolence au-:it 6td exercde sur Monsieur division auDdpartement de la Guerre, Personne ne croirait, la voir, qu'autre-
"e Emmanuel Kernisan, gendre de la dame s'empresse d'annoncer au public que fois elle ftt faible et maladive ; et pou-
Jugenent rendu par le TribAnal Civil de Lorina Piuchino, ii tAudrait encore annuletr monsieur Mdrion Gaston, employ au tant, itant jeune fille, elle souffrait
Port-au-Prince dans l'ajfaire de l'ac'e du 13 janvier 1908, aux terms de dit Ddpartement, A qui il avait con- terriblement d'andmie et de rachitisme.
Lorina Pinchino centre ',ormil Sambour l'aticle 937 du code civil, don't le texte fid la liste de souscription en faveur Apris avoir essays d'innombrables re-
SUTE -T F) n'tst pas limi a if, d'ap.s l'enseignement des sinistr6d de la Plaine qu'il avait m.des sans en obtenir une amelioration
UTE ET FIN )preequ'unanime de la doctrine, lIaffection reQue 'de Monsieur Chavineau Du- quelconque on lui donna, ssur 'ordon-
Voir les Nos des 24, 25 et 26 Novembre 1909. pouvant ea fire d'autres nous-msmes. rocher, a 6gar6 cette listed qui 6tait nance d'un mdecin, I' MULSION
ISur l'acte d&jA couverte des noms du personnel SCOTT et en peu de temps elle devint
Considr6ant que, sans avoir besoin d'ap- Considrant qu'il ya liea de donner A II la declare nulle, I'ayant ddjA rein- forte, robust et belle. Ce phenomine se
profondir par quel intermddiaire les parties la dame Lorina Pinchino I'acte qu'elle de- placed par une feuille de paper or- product toujours quand on done cette
oat igi pour arriver i la date du ito anvier made dinaire, revtue de sa signtture. emulsion salutaire aux enfants rachiti-
oat8 I une main lev6e pare et simple de la Sur les dommages-intdreas, Port-au-Prince le 27 Novembre 1909. ques et animiques.
suisie du 7 j nvier 19o8 et & l'acte de vente Considdrant qu'il est just que les prd- .*
4u 13 janvier de la mime annke, les faits indices et torts causes A la dame Lorina Je, soussign6, ancient Commandant m u cfab
de la cause prouvent surabondamment que Pinchino soient r6pard en argent,mais qu'il de la place et de la commune d'A- marque e a rique sans
le g6ndral Normil Sambour, ddji fermier est aussi just de rduire some de- quin declare avoir prdu sa i laquelle auune botele
des habitations Cotard, Per, et Merce- mandde ; de pension du mois de juillet 1909 d'Amulsion n'est bonne ni
roan" et don't un terme de son bail allait Sur le; ddpens. d6jh ordonnancde Jo la declare authentique.
choir le premier fdvrier suivant, a voul Consid6tant que le d6feadeur ayant suc- nulle et non avenue, duplicate de- SCOTT E Nw York
Ilevenirquand m6me acqudreur des sus-dites eombd, c'est lc cas de le condamner aux vant im'ire d6livrd. SCO swNot, N ok
'hiabitations ; dpens. T. TO R CHON French s. 3.
Considdrant que lorsque le 6 janvier Par ces motifs, le tribunal apr.s en avoir
1908, une visit domic liaire a tde f ite d.librd, dit que le co2sentement de Lo-
chez Monsieur Emmanuel Kernisan o& Ma- rina P dnchino a 6td extorqud par la vo- Vins de Pcopridtaire]
dime Lorina Pinchino a dtd interroge etI lnce,prononce la nullitd de I'acce de vente
que, aini que le reconnait lesdfeadcurluin du 13 jenvier :98 ; done acte d Loriaa n oe s
amte, aucune valeur d'or ancient capable Pinchino qu'el!e tie t A la disposition de r g
e reodre vraidemblab'e le fit d6noncd 6 Normil Sambour, les 3.000ooo dollars don't V
'autoritd n'avait tdu trou d, on compreid elle n'a jamais ea besoin et auxquels elle
difficilement l'accom plissement des ac es n'a amais voulu touched condam-ie le dd- P opritaire-viticulteur
Suivants ce mne 6 jinvier x9o8, opposi- fen eur, A io0 dollars de dommages-intd-
tion des sceLlds sur les malles de la dame rts ; le condamne en outre aux ddsens, A lavantage de fi e savoir au public qu'il vient d('ouvri un d6p Lt s itud au
Lorina Pinchino, 7 jinvier 19o8, inter .- allouis ala some de P. 30.35 en ce non No 43 de la rue des Fronts Forts ( Halle Sylvain ) oa it met en vente les pro.
tirefii le et description exac'e de tou le, comprise le cost do present jugement. duits ci-aprb : : r
eff-ts gdndralement quelconqves apparte- Donnd de nous H. Mondestin, j-ge Do- VIN nouG HA 3 et 4 gourdes le gallon.
nant. la dame Lorina Pchino, 7 jI.nvier yen, J Z4phye, juge et Ldon Mornts, juge VI BLANC A 4 et 5 gourdes le gallon.
o908, op, os6ion faite entire les mains de suppian t en audience publique d O six 0:- VINS ROUGES en caisse de 12 bouteilles A 25 et 30 gourdes la caisse.
tou les notaires de Port-au-Prince, sur les tore 1909, e VINS BLANCS en caisse de 12 bouteilles A 30 et 35 gourdes la caisse.
revenus de la dame Lorina Pinchino l o jan- It est owdonni, e:c. Muscats, Malaga" Madare, Clairette, Picardon, Quinquina, Vermouth, Banyuls
ier 1908, main level e pure et iinp'e de En foi de quoi, etc. en fats de 16 et 32 litres et en bouteilles. a Champagne A des prix m odrbs.
10posi ion ; Port-au-Prince le t8 Novembre 1909.
sidant que ces diffrents aces qui VENTE P .R V)I PAR Port-au-Prince, le 18 Noem e 1909.
0t sont accomplish tous presga'en m6me
temps, en l'espace de 7 j.u-s,.ont profi:6 MAISON DE CONFIANCE BIBLIO f o
an gdndral Normil Sambour qui eat devena Oa fait savoir A tou; ce qu'il appar- 148 GRAND'RUE I
fropritaire des habitations a Co:ard, Per, tiendra, qu'il sera procddd le mercredt que, 4 RUE DU FORT-PE,
eti Merceron le 13 janvier 1908, l'on compete a premier D pcemb e trois D OT
zConsiddrant que la dame Lorina Pinchi- heures de l'apr&s-midi, en I'd ad: et par M1"r ,Joseph St.-Cloud, A. L. HOREL.LE
dsd le 6 jaivier 19o8, s'dtait vu- in- le ministare de M Klber V.1menay, nc- LE TAILLEUR si bien connu d a bour ement G. 2. Caution G. 3 1/2
iider par l'irrupuion subite et spont.- tairoe Por:-:u Prince A la vente au plus RLpublique, advise ses nombreux CLI- A partir de Dicembre, le service
kdes an oritds je.diciaires et militaires offrant et d.rni.r eachdrisseur, d'uie pro- .NS uil vient de recvoir par les .U'oflre des nouveautds parues A Paris
aspagieded g~ral Normil Sambour pri'.d endaat doe I dhab: ationJeanne Cha- ern i Steamers pe V ipar l d'tof- "om mencera.
ian ses secrets de famille ; teller, s cion de la Charbpnnie e, cous- f-s der Diagonale Casimmir Alpagat A tout abotno renouvelant c on abon-
Considdrant que si, apris l'accomplisse- mune de Pdiioc-ville ainsi que cutes les Cheviote. Drap vert et blen d'une oemen,,t A tout novel ab nd, i1 sera
mentde ces diffdrents ac es,'esquels onatt6' constructions q, i se trouveat dessus, con= rbelle Drp verith eonnd pour le mois de Dbcembre,
fdtsauprdjudicede ladameLorinaPanchno, sistunt ea u :e maison haute de cinq pieces lsupdriorit. ire do prime, un lot d&, cartes posta-
e'dout la ndcessi'6 n'a pus dt6 ddmontrde, couverte ea 6'.e et ses ddpendances, Ia-! COUPE MODERNE -fee do la valeur mi rchande d'une goure
I.ci consenti: A passer la ven'e qui a que' e proprid d mesu-e deix carreaux de PROMPT'ITUDE I SOLIDITE' d's.
rdigde, sigude et enregis.rde le m6me terre a' e. droit A un pass ge commul pour L'dlablissement se recommande aux Ce qui en rdalii6 laissera l'abonne-
Y13 3aviCr 19o8, des sul-di C; habits- sortir sur ia grand'roate de Per u P since cli-'nts les plus db1icals qui appr&- ment a Une gourte.
ou.t son fermier, 'e gdnbral Normil Sum- A PNtio,-vi e et tst borne: say ic : au cient chaque jour davantage le FINI A L. HORELLE.
'.Prifet de police. c'est qua les qo- Nord par f u M hi ; e Lespin s u S :d de son travail.
-els e manoeuvre5 qui ont dud em 'oyd par I habi action Pe it, A l'Eut par Mo-2sieur VENt Z Vl R
ag, sur son esprnt et d&dermcnid I'aban- No;m.l Rebus et Madame R )se A n n Re-
Gde .a volon*6 ; qu'elie a done donnd bi', Veuve Denis Frdm~d e A I'a u st par "' -
el e son consentement : uue ce con- la ditce hibitatio. Pcti:, suovaut p ai et Mr ,. a. Lupl S yvelopp~s, reconstitubs,


Sent a donc tu erxorqu6 par la vio- procs-verbl d arpentage de jean-Joseph embeilis, rattermis
Slnne en date du 12 Avril863, cre- Photographe e
...,- "PILUA nLE= orareTaLS
id .d1ran 6quel na, pas t hah d .Ai ... I Avise ses nombreux clients qu'il PILULES ORIENTALES
rque la dame Lonia Pinchnto," s'6a l Sur la mise a pix" de mle cent vingt n'est A leur disposition que de 9 hrs. Selprodutn ornuassureaa.
Aein' la ndcessitd de vendrce trois g)ars vi gt cnq ce time;.....P. A midi, de 2 A 5 heuras, except lFs f" emm otine an arfaLe,
daut a teres de son bat 23,25 en bil'e s de n- gourdes e -ps aprbs-midi des dima iches et des Flacon, ,caos.
Da-.re1 ; s'-ersdevi -.rae t. outre oIes. de ys- r .a RATIEob.6. ,p3.,.erec aus. P.r.
t1)cemb e J e v aptre ent, soure los charges de APcorte-e. Prince":P Lm .
re 1 .6 --W-I n fo rm it d e 1deed "lo rs fd" "










ROYAL Kola Champagne
Cette ddlcieese boisson, don't les qualitls toniqueslet fortifiantes, la sa-
vt ur exquise, le moe leux agrdable oit cootribud & former I incomparable
rafraichissement des climats tropicaox: merite bien son titre a ROYAL a.


Agence G6n6rale


et D6p6t:


AU MAGASIN DE LA MiTROPOLE

MASON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT AU-PRINCE.
Vous le trouvarez ena outre ch-z :"
Andrd Faubert rue R)ux A& 'Eoicerie Nerette Grand'rue (en face
Pharmaci-a Alex. Roberts do la station cen'rale des pompiers.)
Madame E Dreyfjs do A .'Epicerie C.Lunii rua d-s fronts forts
A I'Epicerie H. Corvington rue Ferou 1u Magasin E. Dreyfus do
EN PROVINCE
F. Chduiez Petit-GoAve. J. R. Montasse Gonaives
Mme Gdrard Bartels Jerdmie.


A de MATTERS & Cie
32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Maison Fondee en 1888
Bijouterie. Argenterie. Parfamerie. Articles de luxe pour salon,
salle A manger, chambres, etc.-Miroirs et tableaux artistiques. Serviettes
pour avocats, homes d'affaires, ministres. Bibelots 616gants, d6licats et
rares. Articles do Bureau, etc
Achat de viel or. argent, diamant, dcaille.
Reparations de Bijouterie. Les articles vendus ou r6pards sont garantis
pour une pdriode d6terminee.
MASON DE HAUTE CONFIANCE et de premier ordre.

Liquidation
Un grand stock de CHAUSSUREs, pour homes, dames et enfants.
Profitez de i'oeeasion

Tannerie Conlinentale-
RUE DU QUAI, No 83.
N. B. Un moteur avec chaudiere de huit cheveaux, transmission com-
plete de quarante pieds de longer. Une balance franchise.


Mrme Philippe Kieffer & Co
Maison fond6e depuis 1895
4, RUE DES CESARS.
Seuls representants de la marque HENRI BIJou FILS ET ARNAUD,
de Bordeaux.
Vins sup6rieurs garantis
EN GROS & DETAIL.


FABRIQUE DE CHAUSSURES

Fioravante Cordasco

153
Grand'Rue
Met en vente A un prix tres reduit, un stock considerable de chaussures
des plus 616gantes et des plus solides, pour HOMMaS, FEMMES & ENFANTS.
Style francais et am6ricain, derni6re mode.
Pour la vente en gros escompte de 5 olo

IFw -M-MAt e % 4V T ....=l ow -_ Lr--M


NICOLAS CORDASCO

157, rue RWpublieaine, 157.
A su conqudrir en peu de-temps la premiere place taut A Port au-Prince que
dans la Province. -
Le veritable succes don't elle jouit est dud au choix incomparable de ses mo
deles sur formes francaises et amdricaines, d'ane 61gance irrdprochable et
rdpondant A tous les caprices du bon: godt.
Tous ses modules existant on magasin en to'ites pointure et largsursl i
permettent de chausser tous leos pieds, mme .loes plus difficiles; et la.modi.
cited de ses prix est accessible-A toutes les bourses .
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas Ase chausser dans le maga.
sin seront satisfaites dans les 24 heures par un article fait sur measures.
N B.- La mason peut chausser; sans prerndre des measures, les personnel q9
ne peuvent s'y rendre.
It suffit de lui envoyer une chaussure allant bien': ou sinon lui signaler les
ddfaut.
Les chaussures n'allant pas bien seront remplacdes par d'autres, rectifiAes
d'apres les observations fourriies.
La faculty du retour est permise dans les 24 heures aprei la livraison. si
les chaussures ont tW portdes ou ne -sont pas A..l'4tat complet-de neuf etles
seront rigoureusement refusess.
La maison d6fie toute concurrence, et envoie franco en pro-
vince. ..
AVIS.- La maison a nouvellement regu uni assortment hricomparable 4d
peau: veau verni, vAche vernie, vAche noire, veau satind, kangaroo, chevreaut i
glac6s noirs, jaunes, champagnes,, rouges, etc,etc.


Vente


en aros et


en details


Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui.toutes sortes de tournitures
pour cordonnerie A des prix excessivement rdduits.
Ces prix except ionnels no sont obtenus que parce que la maison no(ait
plus ses affaires que directement avec les fabriques de peaux et de fourni-
tures, des Etats-Unis telles: que tirants, oeillets, lacets, clous, 1lastiques, II
pour machines et pour cordonniers.


~.* .,,


'* ~ : .w .


Machines A. coudre !
* '-' Singer "
Pour rcordonniers, tailleurs et codu
SturieresmDemander catalogue et rent
.r., seignerme nts. '" .5 .;... ,
': La rmalsQn accepted toQites los coli,
i- oafn de's u 61 ul P..-es e u
concernela cordoiirie .
On. y trouvera des eimpeignes, pour
hnnmmes, feinrmes et de touted poin-
u, es, tra.vailhs avec v.n grand aoil.
c Coupe -excessivement Kodas
Avis aux mnarchands
de chaussures
A partir de .ce jour, ia Maisodi~
charge d'exdcuter les commafndo
-de chaussures qui'lui. seront faith,
avec un grand rabais de prix.
Demander renseignements ak.c
ogard et le catalogue qui vous serafl 8
voye franco..
/ *- -ba;


Laboratoire Sejourne
PREPARATION DE TOUTES AMPOULES MtDICAMENTEUSES .


LISEES ET INJECTABLES.
Ampoules d'Eau de mer Isotoniques selon Quinton".
L'eau de mer que nous employons .a t6 soigneusement ca pte oau.
an delay de l'lle de la GonAve. Nous faisons- remarquer au uorps mwIdS
l'observation judicieuse que font les laboratoires strangers.:
a L'Eau de mer injectable doit 8tre de fabrication r6cente pour avoir toutes 0
pridt6s thdrapeutiques. De nombreuses attestations nous permettent de ceWO 4
nos products ot donn6 .tous les r6sultats esp6r6s. .
Speoia l t6l : Serum nevrosth6nique
Ce S6rum rdgularise loas changes nutritifs, il a Wte employ .av
6as dans la neurasth6nie, la tuberculose, etc. _____,
I *


Andre


SFaubert


39, RUE ROUX.
Vins de Champagne, Vins renomm4s de oBordeaux et de Bourgoga&.


H au tes N ou veau tes Vin Saint-RaphaGI Vin Mariani. Vin de B-uvais.
nes Iouveau esMA~RQUES SPcI&LES DE PAtEIE
ROBES CORSAGES PRIGNOIRS MATINIES JUPES CHAPEAUX garnis Croquettes et Pastilles de chocolate Guydnne. Sardines hdile.bj.
et non garnis pour dames, fillettes et bbe6s, FLEURS, RUBANS. DENTELLES, naigre. Vermouth italien et francais. Eatx-et compr0su dc- r Dioa
ECHARPES, PARFUMERIE, etc., seront en vente A des prix tres moddrds A -Vin de messe Huile d'olive et Vn, gros et'dtail.-Cogn '.
partir du lundi 15 Novembre chez Madame FERNAND LONIEWSKI, Maison Quina Cardinal.-Disques Aspir et 'phongraphes perfect ...
J. J. Audain rue Lamarre (Bagatelle-Villa). Tous les products soot de PREMIkRE MARQUE.L .


I - ---


s 'I I I ~-------


a


-.iS


. f- '