<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00784
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 25, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00784

Full Text



TroisibiA4 Adn6e ft N 800


PORT-AU-PRINCE, R&


Jeudi 25 Novembre 1909.


ABO-NEMENTS


UN-m.5&L...IG. 2.00
,Vort-&u-Priflce TosMi..a5

Nipartemeflts U-4 Mois G. 2.20
Triois Nfbis... a 5oeo

'Etranger ..ROIS MoiS. a8.00


al6ment-MagloJ re
DIRECCTEmIR-FONDATEUR


M -


j/1


OUOTIDIEN


Sic


Vos non Vobis


Maigr4 ses soixante-huit ans bien
eompt6s et les indiscrets poils blancs
vi les soulignaient commae & plaisir,
1rieux Philoxthbne Madou, A l'dpo-
qe, ge61ier de la ( Prison des fem-
ses a de Port-au-Prince, se pr6tendait
iwore a aussi fringant qu'un jeune
Omme de vingt-cinq ans.v
,Le fait est qu'il no paraissait gu6re
im Age, le vieux geblier. A 68 ans,
16tait vraiment trbs solid encore; et,
ir bien des chapitres, entire autres,
6ai de ferrer ses pensionnaires, lors-
telles se r6v6laient par trop ddsa-
bles ,--l'on serait m6me en droit
certifier que, dans tout Port-au-
ce, il n'avait point son pareil.
Ce n'dtait pourtant pas cette derni&-
particularntd, d'un ordre tout admi-
istratif, qui attestait la vigueur juvd-
e du vieux pere Philoxth6ne. Les ar--
ments auxquels il recourait de prl-
enee pour appuyer son affirmation
jeunesse 6taient surtout le port
eltte et droit de sa personnel, ses fa-
ns toujours vives de faire, son lan-
e A I'ordinaire tr6s caressant avec
visiteuses, enfin la maniere tout
fait & la derniere mode ) don't il
stinait A s'habiller. L'id6e qa'il
frait etre assimil6 A un vieillard,
an: r6serviste ", comme il disait
igaeusement, l'offusquait dans ses
iments les plus intimes de "vieux
cheur impenitent.
Je ne suis pas plus vieux qu'un
e, grognait-il, A cis moments-lA.
ne suis pas le pbre da la R6pub'i-
Iai le parrain du Fort-National.
Tan en doute, qu'on. le fasse contr6-
.Je ne m'y refuserai pas.
II u'entendait pas, en eflat, qu'on se
irit our ses aptitudes-int6grales-
IOs lea exercices particuliers au jeu-
Age. Chez lui, c'6tait devenu plus
manie : c'4tait, desormais, un
incorrigible.
fTi-Phifise, 'aune des nombreu-
petites marchandes de tablettes ad-
i entrer vendre dans la prison,
se, qui 6tait au courant de ce
t qui 6tait une pince-sans-rire in-
Slet, ne so faisait pas faute de
Per constamment la-dessus la ga-
e6lier. De son air le plus bon-
t sans parattre y mettre aucune
$*, ela avait une fagon strange de
S8en vieux gAteux hors cadre.
lout de champ, elle l'appelail:
P., Tonton Philox..., Parrinn'...
PPllations maligaes, don't les
tendus ne lui tchappaient pas,
aOt souverainement" A Phi-
II y r6pondait souvent par de
trossireths. Mais les grossi-
OId a6ral, ne r6pugnaient pas a
*.. Et cela faisait le d6sespoir
thAne; car, il avait un gros
*,"I petite marchande de ta-

'a illeurs, il if'dtait pas plus
t a itre :h il n' tait pas le s
pylTi-Phift.e avait tourney la
I I


A Me HUBERT AI EXIx,
,, Bon amateur ... etc.
G'est que, avec son caraco de gingas
mal coupe et qua bosselait ind6cem-
ment, par derriere, une extravagant
rotondit6 de sa personnel; ses rires
clairs, continues, habilement provo-
cateurs, qui d6couvraient dans sa ron-
de et espiegle petite face noire de ga-
mine de quinze ans deux 6clatantes
ranges de dents blanches, aussi ex-
quisement petites qae bien plantdes
dans des gencives violettes ; ses fagons
brusques de pointer davantage en avant
sa poitrine insolente, cependant que,
ses deux index dresses tels-dirait-ona-
deux paratonnerree pour la prot6ger,
elle cambrait tout le rest de son corps,
d'uae souplesse de clown ; bref, avec
toutes ses caract6ristiques-smi generis
- de petite fille des rues de la Capita-
le, Ti-Phifise etait loin de passer ina-
persue. Bien au contraire : elle avait
des connaisssances un pen partou!
dans' le monde masculia da Port-au-
Prince. Le corps de la police, notam-
ment, comptait parmi ses amis les
plus complaisants. Oa en chuchotait
quo c'dtait parce qua le Chef de ce
corps, le Gna6ral Roi Michan A I'd-
poque, trbs influent ",-6tait le com-
pere de la marraine de Ti-Phifise.
Vraie au non cette allegation, Philox-
thene Madlou, en tout cas, ne l'igno-
rait pas ; et, a cause de cela, sans dou-
te, il pardonnait bien des choses & la
petite marchinde de tablettes.

*
Et puts, ils n'dtaient pas des 6tran-
gers 1'un pour l'autre. It y avait bien
deux ans pr6s qu'ils se connaissiient.
Lui, venait d'6tre install Diceeteur de
la Prison des femmes" d la vile ;
elle, y d6butait dans le commerce, en
vendant des tablettes pour Sor Minaou-
te,sa marraine. Etle avait un clientele
considerable, si constamment fid6le que
ses amies-les autres petites mirchan-
des de menus objets A croquer se von-
dant dgalement dans des bacs,-avaient
crid au ouanga. Saul, d'aprbs elles, un
poin-lougarou avail pu donner tant de
chances. -
Ah I ma chi, ed pas poisib : gain
quichoye nan bagay'v&-a !... Gnou bec
vingt gourdes pas fait-l' p6! ... R4td non l
Touted, elles r6pAtaient la m6ne (
chose ; mai, au fond, elles savaient e
bien, toutes, qu'il n'en tait rien, de 1
ce qu'elles disaient, et qae, soul, le
bagoat, l'on-ne-sait-quoi de dr6le qui t
se d6gageait de li petite parionne on t
plein 6panouissement de Ti-Phifiie,lui
valait ses succ6s de toutes sortes. Elle P
avait du chier, en un mot; et seo
chances n avaient pas d'antres causes. l
Tell 6tait, du moins, I'opinion da Phi- q
loxthAne Madou. d
Zottjalousd-l', disait-il, en rica- c
nant, A cells qui, en l'absence do sa n
petite amie, essayaient de dauber sur l,
elle, de la "'fiir"'. Qa zot t'a dit ator, c
i-V pa-' si sot"... .
Oai, si sotte, parce que c'dtait bien
une sottise de a part quo doe conU-


nuer A fair ia niqaae a vieux gel6ier, Geolier, ch1, la ou gangnin avc
au lieu d'accepter avec empressemrnt m' ?.. s'informait-elle, certain jours.
la proposition que, finalement, it lui M' pas fait ou enyin; m' crA ?...
avait faite, un jour, de l'6pouser. .Le ge6lier ne r6pondait pas, faisait
Les charms at leo rdsistances de la semblant de n'avoir pas entendu.
petite marchande avaient, ean eflt, ar- Mais, A part soi:
rach6 une proposition do marriage A A la bonne here I jubilait-il. iC
lremballement du vieux bonhomme. marchk, Philoxthene, mon ami, ga mar-
Pourquoi no voulez-vous pas de chg. Tu ne tarderas pas A en voir la
moi... pour 6poux ?... C'est pourtant fin. En attendant, ne cfie pas, no mol-
une tr s bonne affaire ... qae je vous lis pas. II y a de ces femmes avec les-
propose IA...Jo no suis pas malade. J'ai quelles it faut 6tre common a...
une place qui me rapporte,-au bas mot, Et it continuait A bouder Ti-Phifise,
cinq cents gourdes par mois, sans & avoir l'air de ne plus s'occuper d'elle.
computer les petits djobs sous les Cette tactique, sans doute, .n'6tait
ailes... Je n'ai pas d'entant. Je vous ai- pis cell qui convenait avee un anta-
me..., et vous n'avez rien... goniste du caract6re do la petite mar-
-HMI t... M' pas gain eny'n ?... chande. Car, au lieu de l'amener a
Qa qu' dit ca, Tonton Philox ?... composer, de la fair venir & rdsipis-
--Ah I je vous en prie... Ne m'ap- cence, elle la conduisit plut6t, insensi-
pelez pas ainsi... Eit-c3 que je suis le blement, A une r6ele indifference. Phi-
frre do votre pbre ou de votre mere.., loxthene, il faut le reconnaitre A son
Cd vrd. Padon, soupid, Papa... honneur, out le courage de so l'avouer;
Je no suis pas votre papa : je n'ai et, en home fort qa'il no voulait pas
j Imais connu votre mere. cesser d'etre, il r~solut de brusquer
-M' blid. Ti-m' bc*-u tittW-ou : les choses.
gea6ier. e En consequence, un apr6s midi, sous
Jo no suis pas non plus vote ge6 le prdtexte fallacieux quo" cette etite
liher. impertinente occasionnait "Idu ddsor-
Grace a Dieu, mici... dre" dans la cour de la prison par-
Ef, pour conjurer, semblait-il, la ce que, en r6alitd, elle donnait, comma
possibility de cette chose terrifiante, de coutume, une large audience qui fai-
elle se signait, dr6lement. Et cette sail rire a gorge deploybe les prison-
dr6'erie meme ajoutait a ses charmes ni6res don't elle 6tait entoarbe, le
aux yeux de Philoxth6ae : chaque ma- ge61lier ordonna son arrestation et son
tin,il se r6veillait plus 6pris de "cette ddp6t immddiat dans l'une des norm-
petite dr61le." breuses petites chambres da la prison.
Cependant, comme ses affairs avec Ti-Phifise ainsi qua ses auditrices
elle ne marchaient guare, A bout de protest6rent centre la measure, trouvant
resources et d'espoir, il imagine, en qu'elle 6tait arbitraire. Mais, dans II
fin de compete, pour y apporter une so- cour de la prison, le ge6lier 6tait 1eul
lution heureuse, do repourlr A un mo- papes". Ti-Phifise, mdlgc6 ses protesta-
yen trWA efficace, pirce que d'apr6s tions et sa resistance, fut done bel et
lui presque poliique ": it empri- bien enferm6e, dans la chambre No.
sonna Ti-Phifise. 13.
Oua payd-m' Va, langa-t-elle, ra-
geuse, A la face du ge6lier, come ce-
lui-ci achevait, en personnel, de former


Dapuis quelques jours, et bien qu'il la porte au cadenas.
n'en patut aucun motif de tr6s plausi- N a ouW Qa, la goguenarda Philox
ble, Philoxtheaje s'tait abstenu d'adres- thlne, mille lieues de penser qu'il n
ser la parole a la petite marchande deai pa order a le voir aim
Q iandjelle passait, maintenant, devant qu'il pI disait, en so moquant.
la conciergerie, allint vendre A ses En tffet, lo soir mo(ne de ce jour
clients de la prison et donner un bout sur les huit hiures environ, Rod Mi
d'audience avec elles, c'dtait A peine sicha, qi, penauparavant, avait At
Philoxth6ae daig mit la remarqaer pour nomm6 Commandant tout puissant-
r6pondre A ses bonjour. Muis, qu'est- da i'arroidissement de Port-au-Prince
ce qua cola pouvait bian lai fNire,apr6s so pr6sentera A 1A conciergerie.
tout, A Ti-Phifise ?... Elle s'en moquait Sur uhe chaise adossee centre un po.
come do son premier bac de tablet- teau dc la galerie, les deux mains croi-
tes sides sur son venture, le pere Madou dd-
-- Tddd .. Ala teacas!. ricanait lecait encore la joie de son r6cenl
elle. Ma f mouri out tonne... triomphe.
Phi!ox'hiae,; intrieurement, rageai. E sog t, je ais p ir
D).s envies fo!le3 lui venaient a!ors Enfio, songeait-il, je vais pouvoir
d'empoigaer catte petite iniolente out a l'beure rsoudre .. ..
at da lut appliquer uie bone volee de Une voix rude, imerative, interrom-
houssine. Apras rt fl 'xion, pourtant: pant sa songerie, le lit soadain sursau-
Pfrs 1. laissons c g, fininissait-il tir. S'dtant retournn, il reconnut Rod
oujours par se dire, en secouant la Mi'-han.
Aie. Attendoas do prdfdrence... Donnez moi la clef d- la chambre
Et, patiemment, sLAr da m .yen em- No. 13, lai ordonni le Geadral, s6che-
ploy6, le vieux geolier attend lit. meont.
C la dura ainsi pl.i u.'s j wmr, sur Mais. .
a fin desquels Ti-Phifis crut deviner Donnez-moi cette elef, je vous dis.
ue I'attitude apparement indiffdrente Philoxthbae ni so le fit pas r64pter
e Tooton Philoz cachait quelqu une nouvelle fois. D ai I urs, il igoorait
hose de machiav41iqae. Q.ioi ? Elle pour quel motif exact le Commandant
I'6tait pas encore parvenue a le d6mA- de I'Arro idissement tenait A avoir catte
er. Mais elle en dtait presque convain- clef. TrAs re.4pectueus3ment, il lal I i
ae : quellue chose se machinait daas tendit donc :
a cr-vell e do parrinn ; et, des lors, L voici, Gan6 Il, puisqua you le
par measure de precaution, eile estimna dsirt Z ...
Stras politiqae" d- calbinder avec lui. Rod Michin lui happa la clef d'e"-


i-
e
g
t
6
,
*


CONTEST DU JEUDI


F .-L~~ L ~L t-- __ I I ~ ~P P ~ L C ---


ovi


LE NUMtIRO 15 CENTIMES

Lee manuscrits insnres on non ne seron
pas rendus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


Arthur Isidore
ADMINISTRATEUR


!










tre les doigts, et, sans une parole, se
dirigea vers la chambre No. 13.
Quelques minutes apres, prdcddd de
Ti-Phifise il repassa, tres crane, devant
la conciergerie.
Ou-a bhdklk, Tonton, fit la petite
marchande au vieux bonhomme, dans
une affreuse grimace, cependant qu'elle-
franchissait la barriere de sonrie.
Bonne nuit, se contenta-t-il de rd-
pondre, la rage au cceur.
D-puis, on n'a plus revu la fill ule de
Sor-Mannoute Ti-Phifise Sor-Man-
noute, ainsi qu'on I'appelait, avec uw
bac sur la ttWe, i i meme un panier sou-
le bras.
Et, comme, d'autre part, elle ne pas-
sait plus guere du c6 6 de I, '" Piison
des femmes ", le vieux geoltpr, de
temps en temps, avec un air qu'il s'df-
fo gait de rendre indifferent, s'informait
de ses nouvelles aupres des autces pe-
tites marchandes auxquelles la ch n-
ce u'avait pas encore souri et qui, en
attendant, conlinuaient A venir vendre
dans la prison.
't Phifise! ... Si ououd-l' d 16 qui
Id !... lui r6pondaieat-ell's, malicieuse-
mernt. Ron cou gnou boule .. Ah li
bien nett' nan zaffai-l' : bel chanmott'
bel' meb', de gros pitites...
La petite peste !. Elle me paie-
ra (;a, un jour. .. Tann' Rod Michan
tomb6...
Et, dans l'ombre, d4s lors, A coups
de ouangas et de lettres anonymes,
Philoxthlne Madou travailli active
ment, consciencieusement, A faire tom-
her le commandant de l'arrondisse-
ment.
R YONS D'H ..................





RUMSXIG]EMENT 8
MIT3OROLOGIQURO

C02erVaLtol8rie
DU
SIEINAIRK COLLtlI St-MARTIAl


Baromi
oram


MERCREDI 24 NOVEMBRE 1909
atre i midi 759 "/mI
nA tratrminim"um 18,3


29 9


Moyenne diurne de la temperature 23,6
Ciel nuageux toute la journee ; clair l'a-
pr s-midi.
Le barom&trc est en hausse.
J. SCHERER
Hotel Morch
CONCERT MONSANTO
C'est hier soir que les nombreux invites
de Mr Aif. Morch earent le grand plaisir
d'entun Ire l'artive vio'oniste Mr John Mo-
santo, de passage A Port-iu-Prince.
Assistance aussi brillante que chois e
compose surtout d'amateurs de belle mu-
sique si j'en dois juger par le silence re-
cueilli et profound qui r6gnait pendant
que Mr Mosan'o faisait vibrer les cordes
sous un archet mani6 avec une m.1t rise ct
une scret6 admirables. Entre autres mor-
eeaux citons Caprice Gavot'e par vio-
lon (Mr Mosanto) violoocelle (Mr Laroche)
et piano d'accompagneanent tenu brillam-
ment par I'auteur, un de nos plus distin-
guds pianistes don't le talent tant d'exdcu-
tion que de composition n'a d gale que
sa tres grande modestie. Cette gavotte fu
si bien rendue et est par elle-meme si jo-
lie qu'elle a 6 redemandee e- ces Mes-
sieurs ont t& assez airmbles pour la re-
jcuer. La cdlbre Berceuse ", de Jocelyn
cut aussi son succes habi uel, plus grand
cette fois, &tant exdcu e par un maltre de
l'archet, Mr Mosanto.
N'oublions pas de ciier ce qui rest de
la belle voix de Mr Morch qui nous chan-I
ta avec beaucoup I'de bonne volont6 le
Lac de Lamartine. Tous nos compli-
ments aussi A Messieurs Arthur Bonnefi
et Lion qui A tour de r61e rous char-
mrrent par quelques beaux morceaux de
piano et des monologues d'un comique
riussi.
Apras le concert Mr Morch nous invita
A passer au salon ot on dansa jusque vers


deux heures du martin. Nons gardens en-
core un agreable souvenir de quelqaes
valses et mdringu-s furieusement entrai-
nantes que M, Mosanto voulut bien nous
jouer.
L. A.
N. B. Les lecteurs du Matin sont
pri6s de voir ( compte--endu de la f6 e de
Bellevue, N du luadi.) les .initiales L.
A. avant la liste des personres, ces noms
n'ayant pas td donnespar nous, mais par
un autre reporter.
Tribunal de Commerce
Jugements prononc6s A l'aulience sp&-
ciale du 23 Novembre ;iu lieu de Gaston
Dalencou,, lisez Ernest 'Dalencour.


I


Tribunal Civil
,Audien, e civil ordinaire du Mardi
23 Novembre 1909.
Presidence : H. Mondestin.
Minist&re Public : J. Roeemond.
Affiires ente dues :
Divorce des &6oux Lemonde Ocean
U ysse.
Auguste M g'oire contre S:tphen
Lafontant.
Mine Vve Dorlus Sanon centre Dor-
celian Coriolan. Difaut.
Vu les tongues plaidcieries des Mes Pierre
Hudicoart et Enoch D6sert dans 'affaire
de Augu;te M gloi-e centre S'ephen La
ton ant, le tribunal n'a pu entendre que
ces trois affaires.
,Audience civil o dinaire du Merc"edi
24 Novembre 1909.
Pr6sidence : P Jh. Dupoat Day.
Minis-'re Pub'ic : A. Thibault.
Affaires entendues :
C. Diomede centre L. S3uffrant.
Antoine Benoit centree St F6lix Du-
viella.
Th. Therlonge centre M. Piezeau,
T. Paul centre Ch. Maignan.
.Audience correctionnelle du :Mero-edi
24 "N.ovembre 1909.
P.6siience : A. Champagne.
Mir itre Public : Lys Latortue.
AfLire entendie :
Arthur St Vii centre Joseph Duche-
min, prdvenu de vol d'un bce'if.
Le trib-nal apr~i avoir entendu 'e pre-
ve ua en sis moyens de defense ainsi que
e M n's-re Public en ses conclusions vet-
bales ea Me Elie Genest qui a conclu ru
rea' oi hours de cus e et de proc6s du p e-
vend et A la condamna-ion du plaignant
I dix gourdesde domm-ges, a ordonn6 le
depot des pieces pour e 8tre delibr6 tt
'e jrgement rendu A u-e au re audience.
L'Affaire du 15 Mars
EN CASSATION
Un pub ic choisi compose de personne.
plus ou m: ns intnressbes A li fameuse h's-
toi-e du r5 M rs, pju- nos s.rvir d une
expression en course occaue le locil du Tri-
bunal de Cassation.
A onz heae, li cour en re en sage
sous la prbsidznce de M' le Pdrsident H.
LechauJ.
Me A rault jeune, un de. avocati de la
parties civ le a la parole e critique tout au
long l'ordo mince de la Chambre du Con-
seil
Pour d6montrer la nullii6 de cette or-
donnance il appuie sa parole sur l'autorit6
d auteuts components : Garrau, Sirey,
Blanch, Faustin H6lie, de certain arr&ts
du Tribunal de Cassation, m6me d'ua vieil
arr&c de Merlin Malary centre feu P&ricles
Lalanne.
II arrive A la responsabilit6 mii's*rie'-
le.- Les conseillers du Gouvernement du
Gendral No-d Alexis &taient Frd6eric M tr-
celin,- Lo is Borno, Trasybule La'eau, F
N. Liraque K Je suis oblige, dit il, de
citer lear nom;, cir come Heroi rate, il
faut qu'ils passe-at A la posterit6. *
A ce sujet il cie l'opinioa de LUferriere.
11 agr6mente sa-plaidoirie de textes cons-
titutionnels, p6nals et autres et conc'u- en
I terminant A la cassation de l'ordonnance
attaque pour violation de domicile, ar-
restation arbitraire et detention illdgale ;-
au renvoi des prevenus par devant un tri
bunal de repression.
C'est le tour de Me Pierre Frederique qui
par une bloqueate peroraison attire 'at
tension de tout lemonade. Jene feral pas,
dit-il, ua discours politique comme on
Ll'attendait de moi; ce n'est pas dans ce pr6-


L L I _I -- II


toire qu. je viendrai parler politique.--- Je
ne reprendrai pas non plus devant vous
MM. les scenes du 15 Mars. Je m'arreterai
seulement sur la loi et sur le droit"
II1 critique aussi l'o-doinance. II relive
des charges centre Moatreuil Guillaume,
Trasyb ale Laleau et consorts.
It traita aussi de l'obi.:sxnce passive.
Comme son confrere it conclut a la cas-
sation de l'ordonnance.
Nous avoas fait note devoir, di--il,c'es,
A vous, magistrats, A fire le v6tre.
"C'est A vcus qu'il revient de repousse'
'oute 1 hor'eur que cette o-d nnance ins-
pi e.- -Car un Pays sans justice constitu
an danger social ; ia perce de l'autonoomie
national. "'
Le siege est lev6.--- La continuation est
fi de A mercredi prochain.
Ncrologie
Nous avons reqa le f ire-part de la mort
de Picrre Lucien Cfuvin, age de 2 ans,
fils des 6poux Franqois Cauvin.
Les funlrailles auront lieu cet apr&.-
midi A 3 heures precises.
Le convoi rartira de la maison mot-
tuaire, Avenue Louverture 19, pour se
reudre A l'Eglke Ste-Anne.
Off re de s vice
Jeune 6 ranger, polyglotte, dactylogr phe
desire emploi dans commerce ou banquet.
Rdfe'ences serieuses :
Ecriie A M G Bureau du c Matin I.
Arrive
Ce martin est arriv. le sterme': Altti
avec le- Da-,igers s' ivan s ve giant d :
New-Yo k. K B nd-r, R. Herran, H
C. Furer.
Cap-Haitien. A. Koui, J. B. Mortna,
E. R4my. A Daub:s, Louisi-n Mathieu
Mane Niltor, S:ibeau, C6cile Sainville,
Mine Andr6. Noid I'aac et infant.
Port-au-Paix --- N. Nidare, L. Del-
b ud, E. Winba'-.m T Tas y, J. Lilavo s,
Leon Poux, S. Scho.cair.
Gsnaives Mr Adams, L. Dauphin, L.
D6lissier, R. C-ubo'-e, Heari Roche.
Propri6t6 A vcndre
A vendre u -e propri&~t non bA:ie siiude sur
le chemin Lalue-Petionville, A l'angle dc
ce chemin e, de la ru le ddbouchant au
Bois-Verna ; position exicte: entire les pro
pti6 6i A. Samboir et Carlst'oea, Con
tenance 138 piS-ds u-u 6o.
S'ad esser en nos bureau.
Dernifre Heu e
Fowt-Liberte, 25 Novembre i9-9.
Son Excellence !e Pc6sidcn d H i e-
arrive e- cttte ville hie- A 3 h-ures 20 mi-
nutes. Eahousiasmre indecrip ib'e d. 1;
popu!a io i qui a vou'u donner au Chef de
l'E at t16.noignag-s de cordiile symrnihie
President d'H iti ei excelleate sante
ainsi q:ae ses compagnons.

JURISPRUDENCE HAITIENNE



oasenteImet extorq

Jugement rendu par le Trib tnal Civil de
Port-au-P ince dans l'Af1aire de
Lorina Pinchino centre XN7,ormil Sambour
{ Sul-E )

Vu : r o l'assignation donnee A la re-
quote de la dime Lorina Pinchino au sieur
Normil Sambour, exploit de l'huissier M.
G. Marseille, en date du 2 fdvrier 190o9.
enregistrde.
2 o Procks-verbal de perquisition chez
Monsieur Emminmuel Kernisan en date du
6 Janvier 1908 ;
0o Pocks verbal d'opposition de scell6s
du 6 janvier 1908 ;
4 o lIven aire ffit A la requ&te de Char-
les Sambour, administrateur principal des
-finances de Port-:.u-Pince, en da'e du 7
janvier 1908 ;
.0 o Proces-verbal de levde des scell6s en
date du 7 janvier 1908 ;
6 o Exploit de saisie de l'huissier.Cindus
Lafortune en date du 7 ijanvier 1908 ;
7 o Certificat du bureau de l'Enareristre- '


Emmanuel Kernisan, en date du 21 Ao t
1907 ;
9 0 Contrat de bail passe entire Anathe
Mathone, mandataire gendral de la dame
Lorina Pinchino e. 1 P.Rfet de Police Nor2
mil Sambour, pour les habitations Cotard,
Per et Merceron, en date du 6 Doceobta'
1906.
o10 Main-'ev6e pu e et simple de op
position du 7 Janvier .198 requ6te de Chi
les Simbour, adminisra eur des finance
de Por:-; u-Prince, exploit de l'huissier .
L Luczi, en date du Io janvier 19o8 ;
i r o Acte de vente pass au rapport de
Me Astrel Laforest des hb stations Cotard,.
Per, et Me ceon, en date du 13 janvier-
1908 ;
12 0 Cons-itution de Mes Ethdartet
Lespinasse ;
13 0 Dyvers actesdesventes des habitations
de la PI ine du Cul de Sic elles que Pcr,
Merceron,Coutard, C)ti in,Laserne, Leroy;
14 Plan et proci;-.erbal d'arpentage
des habitations Cotard et Merceron de Vl'
penteur Hdli St-Onge ;
15 Le tre de la compagnie des che-
mins de fer de ia plane du cul de sac A la
dame Lorina Pinchino, en date du 28 jan-
vier 1908 ;
16 o D'zutres pieces et les conclusions
prizes par les avoca's des parties.
Considdrant que par assignation en date
dG 2 fvricr 1909, exploit de l'huissier MK
G Marseille de ce siege, 'e i.ur NormUl
Sambour, a 6t6 ajourn6 cette barre pour
entendre dire que le consentement de lai
Jame Loiiaa Pinchino a e6 extorqu6 par
la violence ; prononcer la nullite de I'acte
de vente du 13 janvier 1908 ; doncer acte
A la dame Lorina Pinch no qu'el'e tient i
ladisposi ion de Normil Sambour les 3.000
dollars don't elie n'a jamnis eu besoin et
auxquels elle n'a jamais voulu toucher ;
s'entendre condamner A 5 ooo dollars d,
dorrmige -int&r&s et aax ddpens
Considdrant qu'A 1 e ocapion de la c tuse,
!a demanlere.s. a pris des conclusions ti-
rdes de son acte introduc.if d'instancett
qu'en rdponse le d6fendeur, pour prouvel
que 'e prix de 3.coo dollars n'e t pas vil-a
essays d'6tabllr que la propri6 e dans hi
plaine du Cul de sac n'a plas la valear qu'el-
Le avait jadis, en faisant l'ndmitration
de bon nomb-e d'hlbitations de l'endrol
qui ont 6t6 vendues A des prix ties moier
qu'il a soatenu: o0 que, pou: que la vio
ence puisse 6tre une cause de nulli:' d
contract, il est n&cessaire qu'elle soit de n
ture A Lire impression sur une persona
raisonnable en lui donnant des craintes si
rieuses d'expo:er sa vie cu sa fortune, i
vie ca la for une de son conjoi t, da asI
cendant cu d un de cendant,2 a q]'il n'eIis
tait p'us A la date du 13 j nvier 19 8, at'
cane des ci-constances q i auraieat pUa l
tirer la volo -t6 de la dame Lorina Piachino
3 0 qut l-s faits relates manent des a
tori ds jud.ciaies agissant dans le limini
de leu s attributions ; q I'enfin la veate
13 janvier lib ement d6battue entire les
ties qui d&jA talent en re'ation* d'affaire
n'est entach&e d'au:un vice de consent
met t, qu'il a done conclu 4 ce que le
bunal d6bou e purement et siap'etnent
dame Lorina Pinchino de sa demanded
la condamne A i o;o dollars de doman
ges-int6i6 s et aux dereas ; id
Consil rant q1ae. pour pouvoir dcidetr
pafii-e connais;ance de c iuse sur le p'r
litige il impose de fare la relating
faits e" circoastarces qui oat precdela'
te du 13 jinviec 1908;
Cons'derant que, par acte pass6 an
port de Me Edmond Oriol. notaire A P
au-Prince, en date du 6 D^ceabr 19i
le s:eur Ana'hole Mirthone. agissante
uali e de mandataire gndral de la
Lorina Pinchino, a donna A ,ite de 6
ferme pour une durbe de neuf ann6
tires et consecu ives, le; habittioasi
tard, Per et Merceron, A Monsieur lo
Sambour, a'ors Prefet de police, po|
moyennaut la some de 720o a r t
an. payable la premiere anoee, le Fg
f6evier 1907 et les ,but deraI, a
l'espiration de chacune elles j


L3Adynfinstratio 0di do.'U
formie SOS aboflfl6 U'l o 4&01
rion payer, abOnliOmn~t oil
qua oontrO rogilS j1iLPri1316S 'I
tant le timbre 410 Journali.


meant concernant les saisies op rdes Is-
mains de tous les notaires de Port-au-Prin-
ce. en date.du 8 janvier 19o8 ;
o Copie de l'acte d' crou do sicar


4L wjwbakowa 4ftft, %^a %W ?M2.XiINUM









La Commission
IDe r6partition des fonds de
ao0urs aux Sonistres des 5, 6
&-0 Jauilet 1908.
Demands de dup'icata pour lei noms
naum6ros suivants :
6fl Dime Georglna Rosemoad
j6s Chrysost6me Julien q
Julien Je .n-Pierre
g78 F6licie Lubin
Dlmar Dorismond
to Alexina Giordmii
381 Alize Lamothe
I0a, Mhsilia Desrui seimx
jo6 Catherine Albathe
i1t9 Dame Valerius Bernard
1.164 Alexandre Andre
2458 L"lio Daqua4nd.
Ce 24 Novembre i909.
Le President de la Commission,
DAViD CHANCY.

Les Cigares du
Centenaire

Se fument un peu partout dans la
Republique.
Oa les pent acheter :
PORT-AU-PRINCE, 25 Rie dis
Miracles, 51 Rue Roux.
A JACMEL,- Chez Hugo Jensen.
AUX CAYES,- Chcz P. N. Neptnne.
AUX GONAIVES,- Chez Montas.
A L'ANSE-D'HAINAULT, Chez Ar-
thur Diouir, Piard Youance.
DAME-MARIE,- Ch Bri6re, Fernandtz et ailleuis.
AUX BARADPRES. Chez Clodo-
mir Drouin.
AU LAP-HAITIEN, --- Chez O.iviLa
Staude.
A SAINT-MARC .......
A JEREMIE, Dans tous les coins de
la Ville.
S.L3 Fabrique serait heurewse d'avoir
des agents dans les localitds ou elle n'est
pas encore reprdsentde.
Toute recbmmandation 'avec s6rieuse
at bone rdference sera appr6cide.
EUGENE PRIN,
Directeur.



Ligni lilallioig oise
Set vice Atlas
Le vapeour ALTAI part ce soir A 6
heures tour Petit-Goave, Mirogcane,
Jdrdmie, Savanilla, Cartrgena, Santa-
Maita et New York, pregnant la malle,
fret et passage.
*
La malle pour 1 Etranger ( va Jdrd-
mie) par le vapeur Prins Sigismund"
fermera & la post ce soir A 5 heures
pr6cises.
Port-au-Prince le 25 Novembre 1909
F. HERRMANN, agent.

'"Gurison de M" Marg. RABY
atetste de tuberculo., purnonawe
Pin L'ELIXIR DUPEYROUX
.:ile Marguerite RARY, que repr6sente la pht*
i g0a3, et haitite ches
Ss e parentesp e ru
i(^^ ^ !^ : o l uin r a n r
':i :tt toua ser pal
qPintt e s p d e tlt It
ty*"*c aitaim e ouehtuche. eatt
,ate 'e coipl-
!:: qua btentat d'a ne
d ('i!. tbronchnte ; qatu d
:.. ndre 'apporta.

.tous.atL. eraictuaui.
tran.pirait la natta.
nie marshall phi..
*Stigpe J'auscultal I'etfaunt e lut t-ouyal der 10
es t f aoUfeflseaent tuberculeux & la base dee
Pousons et au uommnet du poumon gauche.
34--Prescrivts mon traitemenat f base dEL XI
5 ElReoUX ; siT lours aprco, renfant allalt dejit
C.S Cm leomlencait 1 courir dana aa actuaubre et


.-Now-emenu r e. m parents tfloui
is oblerson w an le t .fPtre u'all'.6
Jp' nupg, po',-. 0C
L. Squat. do M~s.aa&. 5,Parft


BIBLIOTHEQUE MODERNE
4, RUE DU FORT-PER,
A. L. HORFT-T.-.
Abonrement G. 2. Caution G. 3 1/2
A partir de Ddcembre, le service
d'offre des nouveaut6s parues A Par is
commencera.
A tout abonn6 renouvelant son abon-
nement,et A tout nouvel abonn6, il serp
donnd pour le mois de D6cembre, b
titre de prime, un lot de cartes posta-
les de la valour marchande d'une gour-
des.
Ce qui en rdalit6 laissera l'abonne-
ment A Une gourde.
A. L. HORELLE.

M" Jh. M. Duplessy
Photograph
Avise ses nombreux clients qu'il
n'est A leur disposition que de 9 hrs
A midi, de 2 a 5 heures, except les
aprbs-midi des dimanches et des
jours fdrids.


MAISON DE CO0FIANCE
148 GRAND'RUE

Mr Joseph St -Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu de la
Republique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par les
derniers Steamers une Var'6te d'tof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote, Drap vert et bleu d'une
rdelle superiority.
COUPE VODERNE!
PROMPTITUDE I SOLIDITf !
L'6tablissement se recommande aux
clients les plus d6licats qui appr6-
cient chaque jour davantage le FINI
de son travail.
VENEZ VOIR


Viennent d'arriver
BEURRE DB TABLE
en ferblancs de 1/2, 1, 2 et 5 liv.
BI2RE ALLEMANDE
Or P. 1.10 la douz. de 4/2 Biles.
2. grosses Biles.
EN VENTE Ch, z
L. KOHLER.

Avis Important

Le GARDEN-PARTY,suivi de bal,
qui devait 6tre donn6 a Cotte, le 14
de ce mois, n'ayant pu avoir lieu, A
cause des fortes pluies de la semaine
dernibre, le Comitd rappelle aux invi-
t6s et aux membres du cerele que la
fete a dte definitivement fix6e A Di-
manche prochain, 28 courant, A 4
heures pr6cises de l'apris-midi.
PROGRAMME
4e 4 heures A 6 heures : Garden-Par-
ty ( Promenade, Concert, jeux va:i6s)
le 6 heures A 8 heures : Diner par
petites tables. A partir de 8 heures:
Bal.


Avis
CHAMBRE DE COMMERCE FRANQAISE
EN HAITI
La Chambre de Commerce Frangaise
en Haiti, a l'honneur de porter A la
connaissance du Public en g6ndral
et du Commerce en particulier, que
sa salle d'exposition d'Ochantillons et
de cata'ogues sera transf6r6e A paitir
du 25 Novembre prochain, au rez-
de-chaussde du local de la dite Cham-
bre de Commerce dans la halle occu-
p6e par la Bib!io!'hque Moderne, 4
Rfae du Fort-Per, oft Monsieur A" L.
Horelle, secr6taire-adjoint, sera A la
disposition de toute personnel ddsirant
des renseignements tous les jours de
10 heures A midi et de 3 heures a .5
heures de l'apres-midi, dimanche et
fetes excepts.
Le Secrd6aire-gdndral, Le Prdsident,
E. de LESPI4ASSE, P. SANTALLIER.


de la Regie Franicaise des

Pour la R6publique d'flaiti


Extrait du TARIF


Tabacs Scaferlati


LEVANT SUPERIBUR (dit tabac d Egypte) la Boite de
50 grammes

LEVANT ORDINAIRK paper violet liss6, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIEUR paper bleu le paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRE paper pate brune le paquet
de 40 grammes
TABAC A PRISER, Virginie haut gout, paper jau-
ne, le paquet de 100 grammes
POUDRE SUPERIEURE, paper bleu le paquet de
100 grammes

POUDRE ORDINAIRE, paper bran, le paquet de 100
grammes

TABAC A MACHER roles Menus fil6s le paquet de
100 grammes


G6ndral, Novembre


GOURDES


1.25


0.90
0.75

075

075

0.60

1.50

1.50


1.2


1.50


Cigarettes


Monseigneur I'Archeveque du
Guatemala benit les inventeurs
DE

L'Emulsion Scott












LE DOCTFUR DON RICCARDO
CASANOVA Y ESTRADA
Atchev2que du Guatemala

Son F;ecellence Illustrissime a pris h
differentes occasions, par ordonnance do
mndecin, cette preparation universelle-
ment renommre et en a toujoujrs senti le
effects salutaires. Son Excellence Illustris-
sime vous souhaite toute prosp&it6 et
vous benit au nom du Seigneur." -
JOSE RAMIREZ COLON, Secritairo de
1'Archeveche. Guatemala,. le 8 aofit 1908.

TOUTE personnel 6puis6e, solt par
l'exces de travail physique soit
par le travail mental, trouvera dans
I'EMULSION SCOTT I'agent le
plus puissant pour retablir les forces
du corps et de 1'esprit. Elle
constitu e remede le plus
efficace pour combattre la
phtisie, I'anemie, le rachi-
tisme, la scrofule, etc., et
elle produit le meilleur
effet chez les femmes en-
ceintes et chez les enfants
fables de naissance. o


SCOTT & BOWNE,
Droguistes, New York


Exlgo
Cott* matquo
do fabrique


= F r s 5 1__ _ _


Tabacs


1909.


GOU RDES


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
(HASSEUR le paquet de 20
IHONGROISES en levant sup6ieur Le Bo;don de
20 cigarettes
do en caporal superieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland le piquet do 20
do en caporal ordinaire paper b:eu leo
Bondon de 20


ELEGANTES
do
do
do


en Levant ordinaire le BonJon de 20
en caporal sup.rieur paper rose, le
Bondon de 20
en Mary!and paper jaune le Bondon
de 20
en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20


FRANQAISES en caporal siperieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ROULEES en Maryland et caporal superieur le
portefeuilles de 20
do en caporal doux la botte de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la botte de 10
genxt special, J. LAVILLE.


1.20
0.60
0.90
1.20
0.85
0.85

065
0.05
0.70
0.70
060
0.60
0.60
0.45
0.75
0.40
0.60
0.30


AGENCY SPECIAL


- I -g L-. -- I --


----











COGNAC OTARD-DUPUY


Pour tous renseignements et

S'ADRESSER A:


Maison Atablie depuis 1795,
dans le Chateau de Cognac
ofi est n6 le Roi Francois 1er


SCommandes

Andr6 FA UBERT
38,RUE ROUX. PORF-A.U-PRINCE.


FOURNITURES POUh
CHAPEAUX:
Pdilles, Fieuri
Rubans,
Plumes, etc.


Agent general po la R6publique d' aiti.


Sacs vides!..


Sacs


vides!.


Entrepbt G6n6ral des Grandes fabriques
DE CALCUTTA (INDE) DUNKERQUE (FRANCE) ET DUNDEE (XAGLETTR RE
S ACS spcoiaux p )ur Caf6s tril6s
Caf6s ordinaires
Cacaos
Les Types Courants constamme at on Stock par balles de 400 sacs


Depuis 18 centimes or jusqu'a


28 centimes


or


Pour grandeurs r6gul:eres 65x110 centim6tres et 70x110 centimotres.
Poids de 1 3,4 livres jusqu'a 3 livres.
Sacs sur modules et sur types des ac,,teurs.
.Prix A forfait pour livraisons me-isueles francs p -it de d6barquement
et si on le desire, Droits pays.

50.000 Sacs de l'Inde

Viennent d'arriver par Balles de 300 Sacs.
Prix exceptionnellem3nt avantageux

S'adresser & Jules Laville
AGENT ET DEPOSITAIlrE GENERAL
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT.


Liquid f tion
Un grand stock de CHAU-SURES, pour homes, dames et enfants.


Profitez de


I'occasioti


Tannerie Contiineni ale
RUE DU QUAI, No 83.
N. B. Un moteur avec chaudibre ieo hiuit chevaux, transmission com-
plete de quarante pieds de longe-ir. Une balance frangaise.



M'"- Philippe Kieffer & Co

Maison fondue depuis 1895
4, RUE DES CISARS.
Seuls repr6sentants de la marque HENRI BIJOU FILS ET ARNAUD,
de Bordeaux.
Vins sup6rieurs garantis
EN GROS & DETAIL.


NOUVEAU TRAITEENTEI
DES
AFFECTIONS
dela GORGE
duLARYNX
et deia
BRANCHES
Capsules Eronchites
1Laryngites,Angines
Emphysd :c, Asthme
Phtisie puliimonaire.
I C DI E D'EMPLOI ti -2 t S 'tv il. S I ar jour.
PH. TERRIAL, 39, Bould Eanssmann, PARIS.


~C,


L. Verrel


Taillur--Marchand
Doane avis A sa bienveillante ciien
t, e quie sa maison No:7, Rue Traver-
si-re est toujours bien pourvue d'un-
varlitd d'6toffes de la haute nou-
veautd parlsianne.
QuALurAI SUPtRIEVUR. CouPu ILtGANTr
i -Tr.VAIL SOIGNu. EiCUTION PRKOMPT]-
Prix irs ridmils I
LA
Cordonnerie Nouvelle


C. LoP[ETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombrease c'ientele qu'el-
le vient d., rcevoir. par dernier ba-
teau, une 5 .rt qiantit6 de marchan-
dises et d four'n.ures de tout fral-
cheur et de lo-ite beauty, imporldes
de France, d A l ;magne et des Etats-
Unis.
Le public 6,egant, curieux de se
bien chausser, y trouvera les peaux
les plus solides et aux nuances les
plus varies les formes les plus belles
et les plus approprides.
On n'a qu'a venir chez G.B PITOIA
pour ktre assure d'&ere chauss6 sui-
vant les meilieaurs lois du confort et
de la mode. Specialif6s pour dames.
Grand Stok de chaussures ; .
Peaux, cirages, fjrmes, fournitures
et maftriaux divers pour conrdonr-ne-


rie. Oa trouve,_a tout ce qu'il faut, aux
prix les plus modArns, A
LA CORDONNERIE NOUVELLE
143, GRANDRUE 143,


ra
LEGANCE


F e d. C s F v) n F o r t g.
z I A 11 f.'-e i,! T'. A; C. N D *'P 6 P 0 V, A 'LA TV V


:Ai
u v -A. lu X.
Fmmess arnz"-,ricaicoe et frujacaisv pon
at comme-des
iefa--,Ys log plusi Vai.,ito

loxaranct, J;-r grand
J'. --q-"qftA.
T, r


Maison F. BRUNICS.
195 GRANDI(I)I91%
Dlrig6e par

L. HOIDELIN
Anden wowbr# go k Soded Pkilall.
1hropique Afs waffres failkurs tle Petri,
Vient do rece'voir un grand chail 414.
toffen diagonals, casimir alpaca, aovu.
110) chaviote IDOUr d@Uil, otelf AGCOMInIa.
is farticuli&oment i $a eliantke me
bel 'M collection do cotpas d4 casp*jr,
de gilets do fantalsis st dit piqa& do
touts beasM.
Sp6aialitd do Costumes do Aq.
OgX.- Coupes Frangaixe, Anglaile lid
Andrisaine do la dernitre psrfoeftai
La maison confectionne ansol des C46
tumax militairos, habits brod6s
AoInamus, tuniques; habift esp.
'43 at,; L ta 9e I*=% vnIGM


NESTOR FELIW-
L excellent tailleuravantageuse I
connu de' toute la UplIblique TWO
de rouvrir son atelier Ras MOUP
Rut des Miracks ) No 61, ,
Sa nombrouse client4le trOUTOrg
c.omme toujours toutS -"U'6101i"
Pour lea travaux qui Ini
Ads.


I t


M7 94
Etoffes,'
Lingerie
`V Parfuraerie-
Articles de-
Paris, etc.


Franceisco D)ESUSE


~IL ~LIL --~t~h IIII


L --~-


II -- -_


on


I,


I


i ,


I


----


-


--I


t


La Manufacture a tonjouriv on d6p 6
an grand stock, pour la vent# n--
gros et en d6tail, do chaussures on
tous genres pour Ll
Rommms, Fzmmzz, Exirmffs
Las commandes des commorCants
do Nutdrieur pourront Wre '9x6cut6vs
dans une somaine i pou pr6m.
-50, Rue des Fronts-Forts, 23
]PORT-AU-PUNCR ( HAITI )


Ateliers Saint-Joseph
42. 44, Rue du Magasin de I'Mat.
SCULPTCRE EBENISTERIE NfENUISERIE
TOURNAGE SUR BOIS
TRAVAUX DE FOJIG S CHARFLONNAGE.
AjU--TkGE CARR-)S ERIE -MARECHALElUg'
Art v6t6rinaire
MODELAGE SUR CINIENT
PAUL AM propriftire.


Chez App. Cipolin 1
1--5 Rue RXpublienine on fate do Mr*
.K. Robelin
Viermeni d'arriver par derider TV
pour :
Na-6 do foie gras. Saucisses tralldes
Cigeon aux pois. Tapioca. Choucrouts.
A.sperges etc. Fruits cristalisds par.11--.-- -
vre et par flacon. Prune Wentes. VIIM-
rouge et blanc. Oporto. Malaga. V9'r-
mouth. Cognac. Champagne.


M"OuLf -AkEg T-f-:.n-yz: E-P :11 71
MM L.
aft cs;a;.- n*
alo
c MY. -0
Olt cl a s C. s
Conse'quences
par Vemploi
Mala(
L.^ (Gongesti(
Infection
Paludisine, FU
Constipalion de la
le meilleur pr6ven Lif del'i


PANAVAS
Pour Hommes et poor Damesq ebt-2
Melle. Monide Solages, 22 Raie do#
Fronts-Forts.