<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00782
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 23, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00782

Full Text

froisibO Aiin6e, NC 79s


FORT-Ag-PRIMCE, LMM


Mardi, 23 Novembr 1909.


AMUEKMENTS
Un Mo S... G. 2.00
port-au-Prince
TRois Mois... 5 00
..n-tements UN Mols .,. G. 2.20
Taois MoIs 6.00

Etranger. .... Toas MoIs 8.00

c16ment-MagloTre
DIRRCTRUR FONDATEUR


1


LE NUMIERO 15 (CENTIMES

L& manus~'it ii-i' **,il l.-ii lie 'rrtm
pas rndus
REDACTION-ADMINISTR ACTION
45, UF ROUx, 45

Arthur Isidore


)


ADMINISTRATEUB


OUOTIDIEN


Sd'autres pour des raisons, lea ones ph"
""HIP 11Y LE CA P- HAITI E N siologique les autres psychologiqoes,dl
SAU qME sent tant pis et finissent par acce
Die ... ACCLAMEter un bon garon quand" 1'ida"
SSMO N so fait trop attendre. Et voili comment
SO. p d. M g. LE PRESIDENT SIMON Ia Pour do coiter Ste Catherine ls -l
ceit6 u ertificat dAptitud a Mariage. tra no commettre cette vilaine action
qu'on a convenu d'appeler un marriage
A. D ore tnwy I special ae raison. Lms opinions ditbirent sur ce
[L'importante question de l'avarie vient Voila les mdfails de la petite ava- 4D Mo re Vy scial d raison. Lte opinions ,itl ren t sr di-
dtre remise A 'ordre du jour par un rie I Trop nombreuies sont les victi- CAP-HAITIE, 22 NJvembre.-- Hier, ce point, mai telle eat ia mienne etje di-
indale ui prit naissance apr&s un grand mes des deux sexes pour que le md- fu un veritable manifestation en I'honneur rai m6me quo cost one des principalse
wminge. ous ne pouvons mieux faire en decin ne so fasse pas un imp6rieux du G6nal Simon. Toute la population, causes do'adultAre.
stirant I'attention des families qu'en me:- devoir do signaler ce danger social A avec un enthousiasme croissant pousa E el, nun u tite lltaouat
nat sous leurs yeaz les lines sivintes la vindicte publique I Le cri d'alarmo des vivats frenetiquer qui oatvivement tou- monsieur qui lincarne parou0 "ideal"
dun iedecin trs avis. ] ;relativement au danger de la contagion chle President.Ces acclamations onteulieu no peut laimer d'amour, come on flit;
Sil pubic t aujourd'hui bi is a 6t6 jetA depti longtemps. Noeggc- surtout pendantetaprs l'audience publique el no rossent paS :1 SOn aplo<, 1 o
Si le public t aujourd'hui bien mis a j p lontemp. Noee- d paroles sincires rntrononc6es sentiment indtlinissable qui la porte-
m garde centre le ravages sociaux de rath (le New-York), a etabli qu- qua- u es paroles so nnc rait me a se acrir poir lu Cer-
gavarie a, a eat cortaagemont rosins tre-vingt-lix pour cent homes marids A un moment, les ovations Etxient si icla- rait mdie A so sacriltir ponr li. Cot
a 'avarie *, il st certainement moins tre-vg pour tantes que le G at Simon, rayonnaat tes elle lui a voad une allection rai-
r6veonu centree une autre maladie in- n'6taient p3s guards; la mala die de- dit hautes voix :. 'aurais voulu qne tout son6, profound pufois, motive par l
tiUeue, la petite avarie qui s'en venue latente tait restde contagieus-, Port-au-Princeit IApourassistercette belle sentiment qui anime son mari a son
istingue complement. Plus rpan- et par suite, un grand nombre de fe manifestation- guard et par les milleet une bonts don't
lae, moins traique d'aspect, accuei!- es talent infected on s mariant. Le nra Simon aisser remain poor 'entoure; mais qu'un beau joui ellt
ie m6me parfol avoc n sourire, elle Van Schaik, examinant mthodique- Fort-Libertpor rencontre un autre home re.sem -
riappe d'accidents redoatable une mul- ment une s6rie de femmes mari6es, Fort-Libbleant A ct "idal" don't j'ai par, qu'i
itude d'immocentes,et se consequences avaint reconnu que vingt-six pour cent ,soit un peu entreprenant, alroit et voi-
pea connuae sont certainement aussi d'entre elles etaient porteses du ger- PETITE CHRONIQUE ci cotte jeune femme, spouse d6voude,
raves, individuellement et sociale- me infectant. C'est li qu'il faut cher- tendre m6re jusqu'ici qui comimet le;
ment. C'eat an moment m6me du ma- cher une des causes lea plus fr6quen- pires folies. ( Pour plus ample reusei-
dage qu'elle contamina soe malheoreu- tea de la d6population et c'est A aussi MEN US PROPOS gnements s'adresser au Prince de
sm victims et, apr6s avoir immobilise ce qui rend tant d'hommes avari6s Saxe )
Iagaement lea pauvres Ignorantes our et taut de femmes inaptes A la fecon- SUR LA Oai, je me permattrai d'allac u, p
bIar chaise longue, *le les itte ensuite dation. On comprend ainsi combien on Ccnt6rence de Mr Bellegarde plus loin que I'bminent confArencio tde
bratatement aur la table d'opdrations, doit approuver ceux qui rdcemment,en Al franeudi soir, je irai quo cet tat de co-
e leur infligoant lea plus cruellos mu- Aratriqae, demandaient une loi ton- A 4'Alliaiwe francaise. jeudi soir, je dirai quo cat tit do cho-
oa lear infligeant lea plus cruelles mu. Ase demandatent une loi ten- e ses constitute un rdal danger social.
tilations. Ce nWest pas an mal b6nin dant A fair subir A tons les candidates -- oSi d'uun atre .'b a femme dont i
don't on peout plaisanter, c'est au con- au marriage un examen medical appro- Jeoudi soir, A I'Alliance francaise, Mr. est question ne rencontre jamais cet
traire une maladies srieuse don't on fondi, A exiger d'eux un certificate Dantls Bellegarde nous a tens pendant iddat, la voill malheureuse toute sa vie;
Pat mourir! Mal solgn6e ou incom- d'aptitude au miuiage use hour, trop courts A mon gre, sous elle devient forc6ment pessimiste, un
Itement guarie, lle provoque chez le cIharme do son verbe delicat don't certain ddgout de tout s'empare d'elle,
omme des complications locales qui l61oge nest plus A fire. II a pale de elle maigrit, sa sant6 s'allaiblit; consul-
espoisonAsront son Age mwr ou sa Oa doit aussi concevoir dans quelle l'tducation de la jeune fills moderne et tez an m.decin, il vous dira neuras-
dilleahe; dans leo deux sexes, elle p6nible situation se trouve le medecin nous a dit de fort bAlles choses at sur- tb6nie. Si par centre ells Id rencontre
manera deos complications gen6rales qui regoit A sa consultation un jeune tout do trbs vraies. sur son chemin, cet iddal, et n'ayant
portant principalement sur les articu- home lui tenant ce language : Q DJc- O. a, en eftft, le tr6~ grand tort, tant pas le fond do franchise de la Prin-
ations et sur le cmar. tour, je me marie dans huit jours, et ici qu'ailleurs de cider une situation cease Louise, elle rest A son foyer re-
Par lea douleurs cuisantes qu'il res- mon manage ne peout 6tre difllrd sous plutat ridicule A la vieille fille. Pour- tenue par de basses considerations, ell,
mat, I'homme a tonjours son allen- peine de rupture ; mais j'ai un petit quoi? comment cette action encore plus basse :
lia 6veilld par le dobut doe laffec-. ennui, et je viens vous demander de Si one june fille ne s'eit pas marine, tromper 'haontde home, le "u bou
wi, mais, aussit6t qae l'dtat aigu est me le guerir rapidement." Oc-, I'exa- ce n'est gure de sa faute la plupart du git;on" qui a eu corflance eu elle.
il dddaigne btent6t cet acci- men imontre quo ce fiance est conta- tempi ; ce u'est pas que lea quality Mdltbeureusement pour nous tous, la
all ; il no le considbre plus come gieux,qu'il est materiellement impossi- qu'on demanle A une bonne 6pous.-, A r&forme so faith encore attendre.
aslagieux et ndglige de s'en gudrir ble do le gadrir en si peu de temps, une m6re vertuouse lui fissent d6faut. Maintenant, Mr B1 llegarde, vous na-
WMaitivemont, en remettant ce soin A et qu'il sera certainement buit jours Auicontraire;il y on a qui en soutlardes vez pas et0 gentil pour noun,savez-vous,
pO tard. apres encore dangereux pour lui-m6me et qui no demandent qu'k les mettre si- mais pas gentil Ilu tout pour pailarcom-
1* et pour autrui. Et copendant, quand non P.u service maii A la disposition de me I'oncle SArcey, votre grad coll6gue.
lasoaciant, ignorant ou coupable, il on a eclaire sur son 6tat, quaud on I'"lA'ne-' ceur", qui out le c(ear plein Vous avez dit que : souvent en voyant
spriento as marriage, o0, on echan- lii a montrd qu'il allait commettre une de tendres choses qu'ou voudrait loi un jeune immo et une june fille on
de Sa virgilitd, la jeane fille recoit detestable action, qu'il allait ch- chchoter dars un petit coin bien som- conversion Avoix basse,on croit qu'ils
son murfie poison qui la salire, la ment container une jeune fille saine br de 'appartement. Mais voil, nos as disent dt s choses intdreasantes. Et
ma, oa l'estroptera. Le grand danger qua so livrera A lui sans dEflance, n imcears out cona :rdun etat do choses quand on s'approche on est etonnd do
SIs moment rdaulte precisdment do lui r6servant dans un avenir lointain deplorab'o, j s dirai mdmo illogique, constater qu'ils parleut de 1i hausse du
10d'acuit6d4l sympt6mes pr6aeonts, lea d6sordres les plus graves et les mu puisque noun adm.ttons le principe de change et des derni6res inondations.
W laajeoua femme qi eat atteinte no tilations lea plus abominables, on en- i'rg ait6 moraletes sexes, en condam- Permettez mot d- protester energique-
tta en auasne akon du mal qu'- tend h"las souvent son refuse net et nant Ie jeune fille A attendre qu'un ju- ment, du moins eon ce qui me concerns,
porter. Pea frequents sont, en efet, prdcis do rompre son mariag : "Bah! no home quelconque vianne deman- et jo vous prie de croire quo quand je
as o iI s 'agit d'ane lofection ai- dit-il, ce manage me save de la d- der sa main. rencontre one june fills qui me plait,
grand fracas, et dans lesquelsa ba%:le; plus tard, comame plus tard DAnas se moments do reverie, elle au lieu de loi raconter une histoire de
,= 1at I res srion de Callari, la "lu- Et il disparalt sans qu'aucune loi pea- seat cre uone sort d'idial, so disant. brigands calabrais, je m'empresse do
%k mi t' dos jenes marie6 deviant mette de I'emp6cher d'accomplir son suivant qu'ell- est plus ou moins r< n'etre pas un imbecite. Tout le monde
lanen do fitl ". Cte infection est forfeit. manesque : Jd voudraia pour maria n'a pas votre facon delicate de toarner
t soutv"t trcs attaa6e ot ne pro- D la coannaissaace de ces fits doi- un home instruit, bioe elev, bran, one phrase d'amour, mais I'esprit des
99 dbakt ev des symptmes ^vent rdsulter deux conclusions impd- aux youx bleus, barbeoen points t sOr- auntrs sert bien souveot et vous ete. si
et copendant o'est oule qi al- rieuses. Tout d'abord, la con tatation tout militaire et excellent pianiite et cbaritah'e.
Bar lour lit d. doalour une mul- d'unegudrison complete et absolue s'im- il arrive souvent, come diqait at bien I Vous avez ajoutez que quand on val-
dojs anes feames do dix-huit a Pose avant le marriage: elle poutra par- Mr, Bellegirde, queo parmi los 5 ou 6 seur devient trop entreprenant, on peut
aI. LA visage pAle, le traits ti- faitement Wtre obtense par un traite- prdtendants qui so presentent, aucm ne lui former la bou be en loui posant ane
l, pez piac6, Si Ie av6s et meant m6thodique complete. Ensuite, r6anit lea qualit6s moiales ou pbysi- question d'histoire. LA encore l'opinion
d* noir,' eis eouffmt cons- et surtout, le june bomme devrait quest r6v6eo. Ique vous vous faites de nous n'et e
llt de doalsi stoA iuan 'an 6tre instruit des risquos qu'il court, Q aelques bw* Billes trop senti- bien fond6e. D aboard, qaelqu'entrepro-
ol lasso do sofrr, olos non seulement dans les hautes classes mentales refiaent lea deoax ou trois per- nant que soit un jeuae omme, s'il ads
ol loparss d hirursiale li- scolaire, mais aussi dans l sein m6me sonones, attendant toujours les beaux I'Atre, sa valseuse ne trouvera jaMsl
op, .rtes, i lhar osle, lie de sa famille. AinMsi averti et eclair6,' yeux noire ou bless qui allumeront on qu',l lest trop, soytz-3a persaad6. De
iendsLT fkmwaSSS menl il saura se m6fier et se garer du danger. |ear petit cw r 'incendie r6ve ; certai- rtest vous devez ena savoir quelquoe
UUIMena DocTsU X. 'am atteadent come la ruar Anne, chose. L. A.


III












Ponr les Siniatres
de la Plaine.

Ifiter .1 4 licures, irmur.rtane r~hIni0V
c~i- z NJ (:ha~vineju D[urnchlr oft VOID
d vait orgirtker It, o,oit-' (I tbSCOUI s
*1 ft .ouI dfes viol in) s des r~cfltes
In )1I9ItiowI de I 1 13 ait..
frt..iotd :tbv. S ti1:t Iifsr,dij
rezc leI '~* eN it ofl d. DI).
t'urM Iic &I,( I,. 1 .1an't~i 1,TatierA'e
Auguto4 :!h~v !,,. h Iur wior', I oui
Prop';;-.-, i-n toil ( ::sa utwi ,tw wbri-s
do jI. S iiv A\*'I. t I, ~ 4 nti, av)-
rat,~ ~ (A'' ,Ii m. si I I'ji a 3
I~~f,.1 1( k .a I*c j, 'Ad &1essaget
Ev ./.41/,/i i t CI.n .. Nwwin", di ect tu
do /")I Sea s aIf. ( auvvt q1.J Salo-


Too Iyos'lao.1 I(1 n ,I Lu: eau t i
e!!t aiu -i -cc rr; :I (ha\ ineau Duro-
cli' r, pi&-e. eil' ; N-ir.:., sceretaire et




crit .1 jgu '1
Lt : tI ia ,;7 .d:eu1~icmctit I
!at I. I!, j pCA 'rib ifrre.


11 (tUVUe:L t

CO unit ours


par
ise.
dt


bres qa'ii i re e, sinh-


t r~ s.
I ~~ ILA111 '-- 11.in ti OUVe i t

I )e- e II; ...O1i I ac ce~

l e. i : i oh ,ippou1tf I
Uti i (pioin, L s L' -t .x irholdes
I, '. j; 3 2 i1cs a dt(
dresA~e.

TOUSC(Xij T o n, coivq,(-


~~,u-,Lies fur ,t Aint IC UIOdars Ie,
jeurilau'x.
Nmo.> uv, gag- or, th--I. tturs A prera
dre 1,,v t'i c( V~ e bone a ttiott qui p-
1)01 te!,a u" ei (-l r"; fit adl i i ~ for-
liative pI livce -0 tfl;tv '- I -alit SOUS F.
fwim 11ia 1'Ius we~ t-.1 nwrdrera unp
nouveIao fsjs sijbtii'- arce inconicsfa-
ble et f~conule.






A R If8 1I1GN 19Id 9 T.&





SIMINAIRK COLLIGE St-UARTIAL
Lu\'n' 22 Novi MIRE T909


Daroaac'Erc A midi


760 */"6
28,75
28,7


Moyenne diurne dc la tcmpirature 23,4
Ciel nu.r2Ci touted la iourn&e.
Halo solat rA ditffrentes iepries, no-
tamncient vers midi. I alo lunaire entire
6 h. 30 et 9 h. II soitr.
Le barermu:re est toujours en baisse.
J. SCHtRER


D6wastre et OCharit6
Chacan dormait sur ses deox oreilles A
Port-au-P ioce,les journalistescomp-, ilonr
que le Catin, publiant dans son numiro de
mercredi 17 Novembre It relation du de-
sastre de la Plaice concldait ainsi :
Maintenant ice faire devant tant de
calamitis ? II faut s occurper des sutvivants
Beaucoup d'entre eux sont sans piin e'
ans ab i. Ne pen erai -on pas A ies soula-
ger ? La parole est A la Charite "
Le lendemain,- le ouvellis'e sign lait
d'aprbs noms, le nombre dts morts et lesd&-
gAts particuliers de la Rivie e blanche e
concluai',comme nous,A un ap; e! de secours
qt note collborattur tein le Fureteui
Ivou lait voir d'anii-tivc priv6e.
Ce double cri a it en-cndu et rous
lions d us ce j u'nd que le d6 pu- Char-
lo0, d'ure part, et Mr Chivineau Du o-
cher, d'autre part, veulent b'ei essayer
'e mtttre l'id-e en pra i te. L, chose es!
,n train de se rediser.
Nous scuhitons, comne no .e conf re,
V-U cecte g&nertu;e initia;ia ivesoit suivie
Je frac u.-ux risultat, sins nou; art:,er A
la petite prevention de confitres don't cela
faith le bonhear de di e que ce sont eui
qui ont provoqu I'ape' a ii chai e,
t'ait de raoeurs haitiennes
Marriage
E' I Eg'i-e CaihWd-al'. s r.i c6'6b let
stir e i 18 Dcemb:e p u,:htin, A 7 he es
du martin le marriage de Mr Jo;eph Bo-
liLre avec Mile Regina Du'ph6.
Soir6s Musicale
Ii y aura d. m in, A 8 hi-u'c tr, prectses
doi so r, un g and concert qu- donnert
que'ques amateurs et ou s- fera entendie
Ic delicat violor ite John Monsanto, consul
d'Haiii Cur -ao.
Li fate aura li u A I'HC el M rch ; des
in it tiois spcia!ec oat 6-6 address es pir
la (i cc ion aux connais c ri de mirque.
lRemerciements
Mons, cur K.l'ermann Gr'igo:'c, Comp-
:ab'e ru Baieiu central de la Recette et
Je la Dpense, 'enerc'e bi:n vivement
t( u les amis de Cvwaillon q1 A I'occa-
Sion de la mort de sa fi le PHAN LE on;
p at'. un frnc concourse A sa mere ct A
ses .-U 'cs parcn:s, temn cic d u ie t oon
ot te p ricul e e les amis d',ci qui cu
cc;te minee occur ence lu otit adress6 It urs
condno'tarce;. It les p ie dc oire a si plus

Siv, ticconnaissar ce.
Po t-. u Pir.cr, 23 Novnwbr. 1909
Au Guat6mala
Co np'itait notre inform t on d h'er n u-
)t.ubi i-s I s ncuv au, renwc gnoments t;i-
,ar ts sur 'e Gu udmala.
Dfans son message prononc6 le ler mats
19 9 A i'ou:e ture de lA sernb e Na io-
na e, M Estrada Cibrera, Pi~sideit de la
Rei ub'ique, a ftit ressottir la i.ua ion fl
vor.,ble du pays en 1908 et it a di q -t
'out Cft tspmeir la con inu ion de ces
bonnes cord tons en 1909
On remiuque dt.s augmentations dans Its,
rectttes publiques, et il en est de mem
dans hls rectttes de pluieurs cn:ttp'i.es
pub'iquei.
La unionn des m6dec;ns du continent
occidental dans la cipi ale du Gu.timaila
pei dart le mois d'acat a donned lieu A de
nombreuses ftes tout A la fois cocialts et
office l.s. P esqie tous lei pays de i'Ame
,iqu La:ine cai nt reprdsen:6i A ce con-
g:ei. Le 15 septembre il y a eu dmns 1
ville de Guatemala un autre dvenement im-
portant : l'inat guration du Bureau Central
Americain International en conformity de
la co vcn.ion de W\Vashington du 20 dd-
cembrc 1907 Le personnel du Bureau corr-
prend les tepresentants des cinq Republi-
ques de l'Amb:ique Centrale. Le 15 fevrier
1908 le Gcuvernement a ratified ut grand
nombre des conventions adoptees par 1
Troisinme Conference Inte-nticnale des
ats americains tenue A Rio de Janeiro en
19o6,velativest la naturalisation de citoyns
qui se rendent dans lear pays natal apr,-
un sejour A i'etrang r, au droit internatio-
nal, aux brevets d'invention, e'c., aux
marques de fabrique et A la proprietE li:-
'draire et artistique.
COMMERCE


En 1908 le commerce ex'ericur du pays
s'est CEeve an total de P. 12 567,729, don't
P. 5,811,586 poor les importations et P.6,
756,143 pour le; exportations. En compa2
rant le commerce de cette annae A celui


de l'annee 1907, il resson one diminution
ginerale de P. 4,923,-331 o, qui se pOr-
te principaleveat do c6 d des exportations
due a la petice r&co'te cfei&ere.
Ce soot les Etat.-Unis et I'Allemagne
qui ont reu la plus grande parties des x-
portations, soit pour la some de P. I,
776 676 et P.3,.938. 207 respec i em t
Les marchandises et articles impolds e0n
franchise de droits de du ine oat baisne d
P.64o,532 65 A P. 25 ,204.29. cette moin'
value 6tant due A la b isse dans les arni-
vagei de m'r&iels de chemins de fer. D.
c6 6 des etportatiins, le c4f occupe It
premier rang, les e ivois s'6e' ant a 660,
722,030 livres, d'uie valeur de P.5 697.
183.
Tribunal Civil
.Audience civile ordinjire du Luardi 22
Novemb.'e 1909.
Pesidence A. S- Rome
Minis & e Pub i: : ]. Rosemond
Affairs entendues
M lJe oisell Z-) Lamoutte centre la
Commune de Port-au-Prince.
2 Mme Vve Egene R6my contre la
P. C. S
3 M Mme Marc Lalanne count e Helvetus
M n'gat ( Df.,ut )
4 0 Angibout Leclerc conwre les hiritiers
Ma-gron.
Sar la d-mande de Me Volcy pour An-
gibout Leclerc. le tribunal a condamno
Me C. Benoi, de comraniqu !'r ses derni~res
conclusions au d t Me Volcy ; il IA con
dimn en ou re aux d6pens do renvoi.
.Aud;ence cor,'ec ionnellc du Lundi 22 "j(,-
vembre i909.
Prds dnrc- : Doyei LAon Nwa
Minist6re F'ub'ic ; Lys Latortue
Atffres entendu s
Mmie V, e Reville cont e Mme Henri E'ui'e
Le Minis &-e Public conc!ut ao renvoi
de Mme Vve R4valle de la p-6veation
portse centre elle.
2 P uline Titus contre S: Ghraud,-ap-
prl d'un iugement da tribunal de Paix sec-
tion Sad.
Le Ministare Pub'ic conclut a I'annul.-
tion du premier moyei de St Giraud et
our le res e, s'en refere a la sagesse du tti-
unal.
Le sige. est lev6.
Tribunal ds Coximmrce
Le Tribunal donnera audience ce soir A
5 Feae, uniq ene it pour le proa:onDc
des jagemrents.
Auune :fftire re sera ente-'de.
Une tonne Idle
Nouw apprenons avec plai.ir qu! 'e Con-
se I d'Administra'ion de I'Asi'e Franctis,
vient de decider d'o'gioier one fe e i -
itraire er musica'e, p'u, veni- en aide A
nos malheureux sinis' rs d- la Ptamie.
L'tmpossib'e se-a faith pour donner satis-
faction iux amateurs du beau, qui p-ofi eat
oujcu s de ces bellei manifestations de la
charity.
Hourra pour le Conscil et merci pou
son idde g6ndreuse.
Avis
Le sou;si4rn, R-ceveur conmnuial de
Por.-,u-Pince, a I'honneur de porter A la
connaissance de tou;c'ux Aqui il appartien-
dra, qu'A partir de ce jour Mr Isnardy Du-
perville et provisoiremeit chargA d: son
service e: signera par aato-iiation.
Port-.u-Piince, le 20 Novembre t9o9.
LYs DUVIGNEIAUD,
'lteceveur Communal.




DE LA
Ville de Saint-Marc

Deuxi6me Rapport
AdressJ h la Commission Commuuale
de Saiut MCa'c

Mess'eurs les Membre*,
Au moment de commencer ce deuxieme


rapport, UeC peanse sombre vient m'attuis-
ter et blessed, profonddment mes justessesn-
timeots d'enthousiasme et de fei.
Es:-il ndcessaire de vous adrelser en-
core un rapport, puisqu'dl n'a td tna aso-
can compete du premier?


Dma fa


D'une .faon gthdrale, les raom .
Ds leaor indon tre ?iJe dob a oes a
par l'obtervation des fits que non. d
Depuis le 27 Octobre 1905, duate
mon premier rapport jusqu'oau;.. ,
dienna 6t6 faith, A peine le ne toyaged
quelques rues oa se passe la parade
taire. C'est trisve, c'est d plorable mi
Er, ce;eoadnt, toutes ce. amlioratiu
uttles, urgentes, indispensables, tons s
embellissemets qui devaitnt servir
mIme temps d'assdnissement, ne devaiei
occasionner aucune nouvelle dipense ;
exigeaient siniplement de la bonne volo,.
it, le vooloir de rendre service sa ,vilk
natale, A cette interessante population
Stia:-Marc.
Au.si, si je ne voulais 6cou er qre le
pes maisme qui s'e t empari de moi, &
la vue de ces ma'heu- .ux, jamais je n'au-
rais pris la pluame une second foii pour
p-odiguer de; conseils qui ne te:oat, na
pas sealement m6me 6cou s, mais qou
lamalignit6 peu. mal in erpr&er, d m-
turer, pour servir au denigrement la
calomn;e Mais le patriotism enflama
q oi emplit mon coeur. me commanas
d'elever de no u-ei la voix pour remapli
moa devoir, dussi-le Wtre critique mal J
promos. Je veux avoir la conscience intime
du devoir accompli jusqu'au b.ut et mal.
gri t t t.
M'co-tera---on pew -Itre ce:te fois-ci ?
Je ne saic. D'aillturs, I'homme du devour
ne doit pas envisager les consequences fie
tu e; de ses ace;. II accomplit son de*
voir pour son devoir.
Je vois cerendant dins la Comnm'ssioa
communale nouvellement formne par le
P,6sideat de la R6publiq';e, un home
qui, p.ndant son exil a vu la civilisation.
e n'ai pas besoin de lui dire que mole -
ment est vena, poor lui, de faire voir as
public toutes les aptitudes qo'il aurait pa
acquirir au contact de cette civilisation.
Qu'il fasse done de la boane besogoe.
C'est avec ces triste riflexions que j'eo-
tame ce nouveau rapport, tout ea con.
firmant le premier qui aurait da d6jA etre
exicu 6 dans tons ses details.
I. Apropos d s rues, j'insimterai seule-
ment sur la canalisation poor dire de ooa*
veau que nos devons abandonnet 1c sys-
tidue midiau pour adopter le sys ,,ue Is-
tdral. Et s'if faut une voix autoris& poor
appuyer ma facon de voir, je citerais le
Dr Yvert pui s'occu;e depuis une quaran-
taine d'annees des questions d'hyg 'ne u'-
baine :*'Ce sy.teme lateral eat de beaucoop
preferable an ruisseau median qui a
le grave inconvenient de co per en deu
lei voics de communication, d'ex;gerce
qu'on appelle les chiussdes fendues, de
n'etre ni elgant, ni commode surtout
pour la circulation... Nous ferons remar-
quer, du re'e, que ces canaux asses
creux en certain cndroits, pourraiet
fort bien,n'C(e pa; sansdanger aussibWes
pour les snimaua que pour les ges ;
ce qui poatirair, avec des enfants surtoot
amener de serieux accidents... Les rub-
seaux A ciel ouvert soot 'es meilleurs e
"les plus ficilesh laver A grande eau coo-
rante. Le system lateral eat le seal pr.
tiqu:. (Hygidue des rues p. 258-9, 331.)
Avec !e syst6me lateral, on pourrait coW
fier individuellement et personnellemae.
A chaqtie habitant d'une maison, le so
de carer, d- nettoyer la portion de ri64#_
attenant A sa a'so-*, ce qui est impo abl
dans le systime median.
En voala assez, n'es -ce pas, poor co0
vaincre ?
II.- J'insisje sur rec.ension des liUi
de la viIe.Cet e extension qui contribeetss
A l'embellisaement de notre ch~teCitr, s
our rs.ultat son assainissement. Ce ue
'occasion de comb'er lea fossEs, de bri
les ramparts inmiaes, de dessdcher la Is
de l'Arsenal.
L'agrandissement de la vile ndcessitm
sorement le percemeat de nouvelles rtU
u; devront ere lares, droires, spaeiN
de faon a laiser ntdrrer facilemeat m
rayons puificateurs du so'el bientfii
circuler le plus d'air possible. Ce trusa
devra &ire faith pr an Ingenieur.
Les limiitde la aouvel'e CidteP


raiene itt. ainsi fixdes: AUo nord, 'a m
des Figu!es; aumsadaIs rcfiz de FIyS 1"1'
Gnua ; Ai ert Is riviare A 501 3 P ff
Is rca e do Pivert.
Dr Fa.;ois DAWLVCO'WI"
a -OW









oT D1 BiEUS DRB INEUBRE
l proc6d le vendSedi vingt six No-
il ail neuf cent Aeut ft trois heares
de l'apres-midi e, .d ude et par
uere de Me Christian Fournier,
pe, demeurant i Port-au-Prince Roe
"No.
k ente an plus offrant et dernier en-
&s do septimae de chacus des im-
s ivants sur les mites i prix c:-
Sfiudes par les experts :
* Une propri6et foods et bitisses,por-
Ibl n0i t8 de la Rue Fdrou, ci-de-
I toe des Mirac'es A Port-au Prince,
mant vingt six pieds de facade sur soi-
e dcax pieds de profondeur, bornae an
d par la dite rue, an Sod par Madame
isn Miot, i l'Eit par Saurel Millet, et
Dgst par Madame Aubuy.
amaison edifiie dessus a trois prices i
e et deux au rez de ch'ussie ; elle est
Wn etat, ainsi que les dipendances.
be & prix do septilme : deux cent qu'a-
a dollars. . .or P. 240
o0 Un irnimeuble sis i Port-ou-Ptiace A
t des rues Geffrard et Firou, ci-devant
Miracles.de qutrante pieds six pou-
mr la rue Geffrard ; de cmnqu tote neuf
asix pouce; sur la rue F6rou, bo-on su
d par la rue FHrcu, an Sud par on em-
ement portant le n 27. A l'Est par
ie Gtffraid ; et A l'Ouest pir Vic'oria
lictor.
[Fse i prix do septieme ; cent dix, do'-
.. . 'or P nIto
a Un immeuble foods et batisses, les
ses consistent en ure maison bisse
rois p*&es: e. des ddpendances, sis a
-*a-Ptince, Averue John B own de
t cinq pieds de faqide sur cent vingt
pieds de profondmar. bornd an Nord
'Avwnue John Browa, A I'Est par Veo-
risti.e Bercy, A l'Oues- par Laroche
-t A'exandre Lilavois est au Su1 par
andre Lilavois.


Avis Important

Le GARDEN-.ARTY,suivi de bal.
qui devait 6tre donn6 A Cotte le 14
e ce mois, n'ayant pu avoir lieu, A
cause des fortes pluies de la semaine
derniOre, le Comitd rappelle aux invi-
t6e et aux membres du cer,:le que la
Wfte a dt6 ddflnitivement fix6e a Di
manche prochain, 28 courant, a 4
heures prdcises de l'apr6s midi.
PROGRAMME
do 4 heures A 6 heures : Garden-Par-
t ( Promenade. Co- cert, jeux va:ids)
e 6 heures A 8 heures : Diner par
Upetites tables. A partir de 8 heures:


Service Hydraulique

L'Administration du Service hydrau-
lique intorme seo abonn6s que l'eau
de la Source TPlaisance sera arr6t6e
mercredi prochain, pour cause de
grande reparations.
Port au-Prince le 22 Novembre 1909.


Line Hollandalise

Le steamer PRINS WILLEM 11 ve-
nant de N-w-York et de St-Mare sera
ici dimanche 28 courant; il partira le
meme jour pour Petit-GoAve, J6rdmie,
Cayes, Jacmel et Curacao.
Port-au Prince le 18 Novembre 1909.
AUG. AIHRENDTS,- agent,

Mr .Th M fl"1wlASv


Laboraitoi~re Sejourner
PRItPARATION DE TmUTES AMPOUE.ES Mf:D1!AMFN'hu~sES ST1PRI-
1,ISI;F.S ETr INJECTABLE.S
Ampoules d'Eau do m#%r Isotoniques selofl Quintonm.
L'eau de mer que iiaotv;*mnpIovon. )tL- -joi~ilou ;oilbnt ca.ptt%,e au large,
an deIbL de 1Ill. de la Got Avo. Niio tv; oiis rt':1i,01I quter au (coctpsm6dical
l'observation judit-ietizsti t'tio Cout itI~.. M.1 r ratiget,
a L'Eau de mer injectable duji t trc de :.h :1ioi centc pour avcuir toutes ses pro-
prlft6s thdrapcutiques. D~e noinbreusc% :itv~t:itionv. nous pc~einettent to certifier que
nos products out donn6 tbus les r,~sult:it% s esl&6s. *
SPfciahit&: Serum nevrostlidniq~ie
Co S6rum r6gularise Ies &-hang-,s nutta tf~.A. o a ('16om-piuy.A avec sac-
bon dans la neurasthAnije, la tuberfci;oo,*'tr'.

L iquida Iit)Itn
Un grand stock de (I ''-U~-,p0 u a huii ie-, tIanimt' i iifaii -;.
Profitez tie. I'teasion


Tanneri.'e Coiiti'ientale
RUL 'DUL( UAL, Nt Kt.
Ni. B. Un moteur avec cha'idit~i' V lii rlimcevvaiix Va~ui;; OW1i-
pl~te do qtiaiante pied-, (le o U! i-ha!.ince% frin' 'ise.
__ ,8. ____________________


Vins de


P opri~taire


Ferntantd l Ioni ski


A l'vatr.age tic
No 43 ,le la rue
duits ci-apres :


-.- v a- --. -PJ VIN ROUGE aI :
Ae i prix du eptitme ; cent dix dol- Photographe VIN BLANC a
S. ...... or P. Lo Avise ses nombreux clients qu'il VINS, nRon
itni de terre; riunig Six J Patt-:r..-
o Uu imnmenb'e no comprenant sept nest & lear disposition quo do 9 rs. ViN BLANIM C
ins de terre raun, es six A Pr't- de& midi, deo 5 heures, except les I Muscats, Mala,
Cal cen s a quapr-midi d dimanche et des en fats de et
poshion. lequ!t measure cent cinq piedsI jours fdri6s.,
Cbde au c6 6 oust, deux cent ringt
t pie s huit pouces an co-' est sur une
oodeur, don't le coti Nord measure en
ts brisse de d u% drokes de 'Ouest
de cent cinquin e atuf pieds relies A G
i se line dj No'id ua Sud de d.x-.ept
istrois pcu e ,et \I c6t6 Sad S g element *
s brisce.,de d ux dtoirs de l'oue d e la ie 'Ia
iat-' de cent q; arante deux pieds, et a A fi1
we de cent soixante sept p:eds, reli&s
Nord au Sud par une ligne de cent viogt
qpitds, trcis pouces ; born. au Nord Pour la Rel
p passage common, .u Sud par 'es
Msdroit Lafores ere :ux droits de Er- Extrait du TARIF G6T
)lMalval fils, ancienne propri6td Schultz
!V le h&ritiers de Jean A'erte ; A I Et '
M"dame Vecve Lizibe de trois Ii d, de large du p ssage
a de cinck piels de large ia 'Est au
e de dix pieds de large vers l'ouzst, LEVANT SUPAMIZUR (dit tabac d Egypte) la Bolte de
I l'cuest par les hidi iers de Jean 50 grammes 1 .2
et par la tue Capoix. I
'immeuble complied aussi uce retite LLVANT ORDINAIRI paper violet lissd, le paquet
ditachte ti u6e A I Est de la b fu-- de 50 grammes 0.1
do raccord do passage common, et
est de dix pieds de I'Ouest I EtI MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammos 0 7
s et on pi ,hualt pieces du Nord
nte au Nord et A iE'st par le Doc.. CAPORAL SUPERIKUR paper bleu le paquet de
Audain, au Sul e a 1l'onest par 50 grammes 0.7
common..
& prix du septitme ; cent dollars or CAPORuL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
. . .or P. ioo mes g 75
,ti.e.me r. l d i


de la mineure Lucie S-Vic o-. CAPORAL ODINAIRE paper pA e brune le pa
tmcuca des sus-dius immeobles, h&i- de 40 grammes
~ u B U as St Victor,son p6e; A hA
.4 Madam- Veuve B.u u%.St Victor TABAC A PRISER, Virginie haul goitt, paper
SLfeuvfen u rice Idgale de la ae, le paquet de 100 grammnes
asaeare. propii6taire, domicilie .
a Por:-au-P.inac, ayaot pr u- POUDRK SUPERIEURE, paper b'eu le paquet
me Micthe!-O:este sos-ign d, et en 100 grammes
d Monsieur Thomas Paret, pro-
d micilid i Pon-au-Prince sobro- POUDUR ORDINAIRE, paper brun, le paquet de
4 Isincure Lac'e St-Victor. grammes
h '-Prince le 4 Novembre o9. grammes
Oft1a u ample in.ieigOeae t, TAsAC A MACHER roles Menus fli6s le paquet
zr* arp" Ik jPikes, et les 10 grammes
Sri0tude d Me hristian 100 grammes
M i L. ORBSTE, awam.


'uct


do

100

de

1


0.(



1.550

1.2

1.50


P. opri&itairv(-,-' itieiilte~iir

0 CA e -savoir au ll I
3i etI goulr.Its le -g.t 1)1
5- ci5ourdes le ;lw
111 ~ k.' do -2 1
gi a. ~ I M a.... r a11 -,I'll


itIj~~ L~
1-



I &i~ iii..
I.. i ~


r[ 14611N1 1("


1909.


C'C



le 1''ilu 1 d
1!1


d1' elOl Mai v mid I.' pieiftdo 20)
do ell c 1)11,11 41.1!f.1':.aaO jl:tpier li:eu 10
I11011(1i(0l e t2f)
ELEGANTIFS 01 L.OV.'ht 01 Ali:l1'0iiu e' Im.i det ~ 21)
5(I') cli C a I 0 W 1, 0 e-1 10111. l i a1 F ) ;01, 0
Bondotiide 21)

d '1IoNdAn Ic

de 2

Rou..%'L:1 .SES en tilla p')?141.'I" 4 'irraI uatois le


do 'l.'sen Mar q'1ina! ordi4- porale uportemeujle

de 24)
do la h~ole d& 14)


r',lgert t


special,


1.2u,
0 f


0.85.:
0.8K
06
0.(-5
0.70


06O
0.60
0.60
0.45
0.75
0.40
0.60
0.30


J. LAVILLE.


SPECIAL L:


iV-ral, -Ntivainbre


L -I


a

|


Mr







FoURuITunas POUt
CHAPEAUX :
Pailles, Fieurs
Rubans,
Plumes, etc.


Et Cons quenceTube digestif;
BRONCHES %Toux par 5'emplol (Con estb dut FoCii.ses
,Capsules Bronohites fInfectio n s Id jr
LaryngitesAngines Pt~~iC U%!~'1)
Ernphysdme, Asthine Cmiv'"id. aGo~.s
Phtlsie puilmonaire..mn lAPO
36:OLUL DLEMPLO1 .de 2 & 8 capsuit a par jour.1 ILILS 'J r.rt' ~ .*r.
PH. TSERRIAL. 39, BonI' Bausamazin, PARIS. POWaLIPpe ER3RIAL. 11. Pool!


li


Artcied
Paris, aec.


Ml' C. L. Verret
Tat"I rur -Marchand
Vuuvo avis i&R.- bicuVeillante CHOU-*
WeI que sa rnaisouiNc-:7, Rt,.oTraver.
&itre es;t touLiceurs Lieu poirvue d'un.
vari(titOd'Stotfo doela haute non
v~sautd prA;iwj~mv.L
QLYALIT* SUPLP.193, HE. COUPE iLAGANTR
TRAVAIL 80OIGMI. E~ikCUTIowPhOMPTII
PrixIx ris riddvl I
LA.


Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRANI)'HUE 143.
Avise sa noinbieuse c ientele qu'eI-
le vient de ieccvoir. par dernier ba-
teaut, une forito qtiantit6 de marchan-
dises et de fournitureo. de toute fral-
cheur et de toute beauty, importses
de France, d Alleinagne et dcs Etats
Unis.
LUe publ'i 6i6ant, curieux do se
bien chauss--r, y trouveta les peaux
le, 1liis st)lite-; ,-t aux nuances les
luis-; v-ri.c-3 le, ts frw!nns les p'us belles-
et les plus appropri6es.
),j n'a qu venir chez G.B IlTOIA
puIr A tre a.sur-,'4 d'ere cChaus d sui-
vat les m-,Iileur,- lois du confort et
de la mode. Spi. ialit6s pour dames.
G(and Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fournitures
et mnat6riaux divers pour cordonne-
tie. On trouveia tout ce qu'il faut, aux
prix les plus moderes, A
LA CORDONNERIK NOUVELLE
143,GRAND'RUE143,


A UELIGANCE
QORDONNERIE..
ki. 3SE FCI 3BB
42, Ruce des Fronts-Forts.
(CukUSuiRttS IN DiP6T,POUR LA V=ITn
Promptitude et soin aux eomman
dei taut ici qu'en province.
ChhCus.urea do Dame forms et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a do plus
nouveaux.
Former amdricaine et frangaise pour
Messieurs ; 616gantesa et commodes.
Pour les enfants Ie plus&i 'aise.
Travail solide exloutl aveo
daes peaux de premi6renmarque.
Assuranee do grand rabais.
Petr Ctraqea at Lieue.sd

A Vendre

Plants de CannE
par miller
S'adresser & I'H6tel Saint-Oharles
& Thor.


PANAMAS I
Pour Hommes et pour Dames,
Meolls. L6onide Slages, 22 Rue
Fronts-Forts.


chez
do@


Maison F. BRUNES
195 GRAND'RUCE 191
Dirig. par

L. HODELIN
Ane* m a sbre s e cScUl Pk^Ln
thropique des mattress faillurs de Paris
Yient de roceoir an grand choix 4'd
otfes diagonal, casimir alpaca, chevio.
a, chaeiote pour ddol, etc, Roctmn an.
i. particuliirment i sa cHontllo ins
s1 e collection do coupes do eaimir,
it gilets de fantaisie et ds piqud do
lots keautA.
8pacialHt6 do Costumes do no-
oes.- Coupes Frangaise Anglains et
Atndrieain de la dernireo perfestles.
La maison confectionne aims doe One-
tumes militaires, habits brodis
ac',-aMs. tuniques, habits ear-
<& at ste,. o less grade

Francisco DESUSE
Fabricant doe haussures
La Manufacture a tonjours on d6p t
on grand stock, pour la vents on
gros et en detail, de chaussures on
tons genres pour
HoMuas, Fammas, EANTwr8
Les commandos des commoerants
de l'intdrieur pourront 6tre "*x6cvt6e,
dana une semaine A pen pr6s.
23, Rue des Fronts Forts, 23
POrT-AU-PINCc (Ean )


Ateliers Saint-Joseph
49. 44, Rue du Magasin de L'E'at.
SCULPTURE EBENISTERIE MENUISERIE
TOURNAGE SUR BOIS
TRAVAUX DE FORGES CHARRONNAGE.
AJU TAGE CARROS'ERIE -MARECHALERIE
Art v6t6rinaire
MODELAGE SUR CIMENT
PAUL TltV8, propridtaire.

Chez App. Cipolin
I 55 Rue Rdpublicain#e n face de M

Viennent d'arrivor par dernier va
Pat6 de foie gras. Sauciases trufldes
Pigeon aux pois. Tapioca. Choucroute.
Asperges stc. Fruits cristalisf6 par li-
vre et par flacon. Prune d'entes. Vini
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver
mouth. Cognac. ampagne.


NESTOR FELIU
L excellent tailleur avantageuaemem4
connu de toute la R6publique vient :
do rouvrir son atelier Rue Firou,
(Rue des Miracds ) N*61.
Sa nombreoue clientele trouvera
comme tonjoun touted satisfaction
bear ls travaox qun lui merent con-


Pour les employes SURTOUT de la P. C S
zoton- Ldogane.


travaillant sur la ligne de Bt-


E sanof ele-E sanofelines
Vienuent d a1 rii tr" p t'" l,3dernier HIollaudais
Cachets Kangua Antipaludiques
Pour la gudrison imn6 late des 11 .vre- paludd6 nnes.

Comprimes Suisses
PUBGATIFS LAXATIFS DEPURATIFS-
-Remnde i 1 61 pour co:nbattre l.k constipation.
Ponimiade des Preiix
Pour la gukri-on immtn d a'.e sau-s le concours d'aucune op6rationd
toutes Lurneurs : Kystes Ide la poiit, Loupes, Lipomes, Tumeurs dePaas.
pibro : njon tivites, Eczemas, Hiiorroid:s internes et externes, etetc.
DItPOT GPINIERAL POUR LA RiPUBLIQUE D HAITI
Pharmacie Notre-Darne : 1 1e des Frouts Forts et du Centre
Docteur St I GER IiEHRIERt. ( Propridtaire


M"" PhilippeI Kieffer & c

Maison fondee depuis 1895
SRHUE D S ( ESARS.
Seuis reprtsen'an:s de la niarlque IIENIII Bijou FILS ET ARNAUD,
de Bordeaux.


Vins superietlrs


garantis


IN c, ROS & DETAIL.


Vin de Proprietaire

VINS ROUGES et Viss Bi .VNS de tab'o en f it et en caisses, Vins fins clS
tas, Malagt, Madere, V-rmoath, Vias lo xr. Champagne A des prix ttr6i
derds seront en vente A partir di lbIn Ii 15 Noveinbre clhez MooieSt IERI
NAND LONIEWSK[. Maison J J. X id.:n, rue Lam trre (B .gitelle-Vill*-


ROYAL Kola Champagnw
Cette ddlicie:se boisson, dot t lIs qualitds toniqueseet fortiflantss.
veur exquise, le moe'leux agirable o it coatribu6 A former 11inOY --
rafratchissement des climats tropicaax, mrite bien Eon titre -It


Aaence G6n6rale


et D6p6t:


AU MAGASIN DE LA MITROPOLN

MAISON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT AU-PRINM
Vous le troaverez en outre chliz : d'ro*(a
Andrd Faubert rue Roux & I'EMicerie N6ratte G~san5pOmd(
Pharmacie Alex. Roberts do la station cen rale des PO
Madame E Dre vfis do I 'Eoicerie C.Landi roe des
& I'Epicerie H. Corvington rue Ftrou it lagaion E Dreyfus
EN PRoVINCE. .-- ..


F. ChAriez
Mme G6rard Bartels


Petit-Gorve.
i Jirdmisi.


I ~--


--- -----


1. --J. R. Mootafs "