<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00774
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 13, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00774

Full Text




oobn~mi Annd X n, 790


FOaLIT-Au-PwxICE, riV


'7


Samedl. 13 Novembre 1939.


/m a


OUOTIDIEN


Abonnoments: DIRFLCTEUR-FONDATEUR LI um"RO15 (3NTIMEM
MUMm. .. 2.00
'#i*.ANuPUM Kate Mi. a 5 .00 Cl6mezit-Magloire ~~igg* U33 5
IAIKMKT1 UKWMIS;. a 2.20- _
Tact Moi c 600 k111MGTRARURArthr IsdoreDIRi:CTION-RI)ACTIUN-AIDMIN14-T'''IU
STRIS ls. a 8.00 D1IITUUAhuIsdr41EW10 4


LA SEMAINE QUI FINIT


jio drviens mes lecteurs quo ma se'-
gin d'aojourd'hui est trbs maca-
".gais elle eat tout aussi n6cessaire.
letre confrbre Le Tidgrap\e a pu-
es joure derniers I entrefilet sui-

"Laclameur publique ddnonce as-
is vertement depuis quelques se-
eits les exhumations do nuit qui se
&t a cimeti6re extdrieur. Oa ne
1M pau tre formalise, quand les
$eIx trangers nous traitent en vO-
MtMl sauvages, puisqu'aprbs un si6-
l iqdipendance, il so comment en-
notre pays des actes vrai-
iacomprehensbles. Et dire quo
U toif du pouvoir qui pousse des
tjde haute distinction cependant,
.aire aux exigences de la Migie
i an'tel procdd6. Avec une surveil-
em active, n'arriverait-on pas a faire
ter les cadavres do nos parents
,mas7... Esp6tons I Espdrons !"

15e, cher confiAre, il faut le dire
,tote franchise, ii n'y a pas lieu
r ; il y a, au contraire, lieu de
*pdrer, et de d6sesp6rer profond6-
Nlt. Car j vions de lire avec pou-
Itqae des gens do hinte disin,--
14" Oncouragent ce* pratiques ma-
1k., et je fr6mis affreusement de
I*e'en cela ils sont pousass "1 par la
irf di pouvoir."
'D16 ces conditions, quel rem6de
hible, sinon d'inspirer le goat du
=mil. et d'6teindre un peu cette soif
ploevoir? Mais croit-on vraiment
M sons en prenons le chowin ?
WnitA d6tourner I'ignorance des po-
*11M de ces lugubreos pratiques
11.ui, nous av ns trop autre chose
*ro pour y penser.
0p6ttut computer dans ce sons les
" tMT exemplaires faites dans le

-jI suis heureux de commencer
I*i isalines.
1. fodateur de 'inddpendance, en
atvait on horreur les pratiques da
Nd"tx. Bien que ses raisons fussent
Ppolitiques et non morales, nous
,suii savoir grd de nt s'6tre pas
ut 4e, malgr6 sa profocde igno-
.d Onevnt ce dieu des t6nb res
Solte glt ind6racinablement au
SlAme de nos populations inf6-
or savait quo les reunions
n'dtaient, dans le principle,
omingue, quo l'occasion ap-
g s coUspirations politiques et
0lS 11 dtait arriv6 & no pas o00-
cOtte force occulte et ear-
jS* lis ceci dans un livre
Wreasign6 our lesI choses hai-
l:B


timent francs ma.ons et sectateurs du
'Vaudoux ; qnand on arr~tait de ceap
lerniers, ils lea faisait fusiller impitoya-
!lement.


C('est probablement en souvenir de
Eli I elh [omba, hen hen cette prevention impdriale quo la franc-
Canga batio te maiaonnerie haitienne a contract, la
Cianrga mo ie d6 16 alutaire habitude de cot fdrer seas plus
Canga do ki IA nauts grades an Prdsident de li Repu-
Canga li.... b.!ique et tide lui donner la clef de tou-
"Qand ces mots incompt i[, alter- tes les initiations.
nativement thantds par une ou plt-' Apr,[ Dassalines, P6tion, puis IByer,
sieurs voix, s'lancaient en crescendo tout en ne continuant pas, a l'6gard de
du milieu des tdnbbres, les colons de Ii ftrac-maconneiie, une assimilation
I'ancien St-Daomngue faisaient computer injuste. client I guerre au f tichisme
leurs csclave:., et la markchaus 6e africain.
dtait sur pied. Ou savait ces iots dans tlivibre n'eut pas l3 temps des'eu oc-
l'armte d'Hyacinthe ; on les binu ait, a cuper, et Guerrier sut rdduire ces
minuit, autour des grands feux allu. pratiquants au silence. Mais Pierrot vint
m6s dana le camp de Biassou. les tol6rer et c'est sous sa pr6sidence
Er Dessalines, qui avait vcu ces que les faitsmonstrueux suivants furent
chose, savait que c'est le pouvoir po- el on 1845
litique colonial qu'il s'agissait de se-I Dans quelques quartiers ruraux, du
couer LA, et l'instinct de la conserva-, dpartement de l'Oaest, il y avait de
tion do son pouvoir a lui, lui dictait graves d6sordres occasionnsa par I'an-
de ne pas toldrer ces sectes secretes., tagonisme de deux sectes, l'une aussi
II interdisait minme, par assimilation, dangereuse quoe 'autre : les Guyons et
les pratiques de la franc-ma,>nneiie, les Sdints. Ces sectairep. femmes et en-
et absolument pour les memes raisons. fant-, talent arms de petits batons de
Sous l'empire, ies masons talent obli- ,a'ndecinier.
gds de se r6unir seci6tnement pour s, Les Guyans portaient, en outre, des
livrer A lours traviux. Parmi ceux du paniers, des macoutes coutenant des
Port-au-Prince, dit un auteur, on dis- fdtiches, des osseml-nts humains et mt-
tinguait des homes qui press jue tous me ds couleuvres ; its 6taient rdputes,
ont jou6 plus tard, en Haiti, des rMles dans les campagnes, au'hropophages...
supdriours : le; cityens Atugiste Nau, L s Sain's, sectateurs aus-i du Vau-
B. Inginac, Sabourin, NoA Piron, d'oux,nmaichaient en bandes orgat i des,
Dieudonnd, Almanjor, Antoine t;6rin, cha lue baude ayant A sa t6te une sorte
Monnier, Pjrdriel, Fresnel, Jian-P.eire de licteur et de ft',re tuileur churg6
Boyer, Jean Thdzan, J. F. Lespinase. lda reconn:-itre le guyon ; c'6taient le
[- Is se rdunissaient habituellement, juge et 1'exdcuteur des hItutes (euvres.
en passant par des portes d1iob1es, it. parcouraient es caropagnes, ptnd-
dans une mason en face du taet'ervoir, iraient sur lea habitation-, i livraient
pros de la Terrasse. Pour n'Mtre pas A des mys'.,res pour decouviir I-s ga-
ddnonc6s a Ddssa'i'ies, ils av.Ai? nt soin yRns, les extermintient A coups die bi-
d'inviter A leurs banquets qlellques ton, livr. i-nt leurs i meures au pillage.
profanes influents, le colonel ( r in L'autorit,, infjrm4e ,i ces ,.isor-
Faere, commandant de A arrondisse- ( res, it ceraer et arratter un grand
ment, le chef de batai'lon I, ouet, nombre d'inlividiiqi ,i t'une et l'aitre
commandant de la i1Ace, uin .. e-c- ^secte, la suite d un crime qui venait
camp de P"tion, nommd Djrmans, le dtre commias par lea Saints sur une
colonel Destrade, le lieutenant-colonel vieille femme uyonne a laquelle is
Apollon, Moreau, nogociant. avaient at la vie pour la contraindre
P6tion,alors commandant de 1 'Ouest, A rendre I'Arne d'an infant qu'elle avait d
bien quo par temperament il eat tou- d6vord, disaient-ils.
Jours refus de e faire ies "n'ignoa Les sectaires arretes furent con- t
creait des signs maon et les tolrait duit an Poit-au-Prince, et la Chambre
rait pas ces reunix instructions (u'il du Conseil d6cida qu'ils seraient jugds t
contaitremen" Pour donter une ide par sle tribunal criminal. d
des sentiments de Dessalines contre la Saints et Guyons, leaur arrive s
franc-ma onnerie, rappelons un faith' au Port-au-Piioce avait produit on c
Sen a Port-au-Prin- grand 6moi ; it y avait parmi eux beaun-
"Apreds son entree 'r. daui.. cou de femmes et d'enfants ; chacun f
co, en 1803, A la.t6te de o'armeemdi-coup de femmest dt ; procbacu
cgne, ayant appris qute 'il yavait une u-. 6tait ddsireux d'assi41ter A ce proc ss
g6ne, ayant appris qut dy .frans-a. d'anthropo. It .ie. Mais comma on ne I
ge Out so l6unissaient des au chef voulait pas qu'sl ftl dit d l' ranger quilt
ons, bataillon avat ad t daer briser leur Y avail deo anthropophages en Hait, p
de bataillon BidoWet d er cpanie de I'autori!6 sup6rieure ordonna qu'ils fus- d
temple, d qui avait d dv6rement sent tous mis en liberty, Saints et Gu- -
grenadiers. Ce qui aaii que le francs ons. d
emarcon. I sigo rniaint qat qu pour Les sectateurs du Vauouax, enhar- il

conspfrera cont d ne ren p are., vinreot cdldbrer publique.d
ot IIi11fconor oit da1 0 -- d rad-o tr


meant une de leurs cer6moieos en ti:e
de la prison, qnelques jours apris la
mise en libertA des Saint.l et -ls Gu-
yoliq
"' 11 dfait onz ) heures de la nuit; line
une foul- considerable, hurlant .Attlru-
sement, s'accompagiant oIe lugube.s
tambours et do tamtamn, envjhit la rut
et s'y arr'ta. I n cabr i. enguirlan-16.
conduit par une jeune ti le et un jet i e
homnme, habills de blanco, sort toe :a
foule, qui se livra aitour de l'ani ,til d
des daoses ind6cente,, les hiinmes
et les femmes exbcutirent de. conrito -
sions voluptueuses et m nie coiu.l u
vreuses, et imitant ilain4 IlcUr; ,.i itits
les cris plaintiffs et ro il intis da bou,.
l.a ct. drmoni, -'e frmruirin p n t'miin,
l:ttion du cabilit ; aucun J *es sectateurn
ne fut rectier,:hi et tles :agents de o po-
lice mi lds.4 la foul~- avalent aussi ,lan-
se et chants autour de la victime"
encouragement sous Pierrut de.
vint tel, que lichl son successeur,,lut
comprendre combien il importait do
rtagir contre cette fa; -n aliteuse duont
1Afrique prenait possession do 1nous
3ouzon rap;orte 1'anecdocte -riiviitt :
Un soir le i'P6s.lent soiinme Iit
flans sa ch timbre au I'.tlais Ie Part .1t1-
Prince. Tou'-A-coup il se ltve. appellu
l'officier d oidonnance 4 " Ven z a;ec moi, w1'Ais retiuez vo.i
inaignes et qjitttz-moi c,, sabre ',ii fe-
rait .u bruit.",,
lLe pri-ident sortit di Pal, s., se.t
seentinelles ataient ass z i, hitut^e4 :ces
escapades octunes lu p r-.l.nt, -iseul
avec u' ai tle do camp .. 'tait dans les
habitules do l'ch6 do s3 promener par
la villo le o- ir.
Arrivi4 sur la gr.unde |plaoe d'Ar-
lrue 1 p lj 'ient :1i,*.ta sonl a gnon. Eitendi..- vuus le tambour.
- No,. P, 6-i lent Vo,; n'onten-
'ler pis 1ute l'oit da'ase le Vaudomx '-
N )i, President, vous l',.v z l.6tn u,t
qui t'o-e-t' "' ('ti .t l )i, suive/-Lmo "
A ,quetlquos miniites de marc lie,
uo-d io umie atteiAuirent itn sut ier qui
conduisait au more le 1'Ifpital. A,'ors,
officerr entendit sourdemnent le bruit
du tamtam, il en fit la remarquo au
president. Toujours conduit parle btuit
iu tambojr, its arriv6r,-nt, api.i une
ieure de rude monte, au lieu o d se
enait le rassemblement nocturne.
1" C'dtait dans un vallon de I'habita-
ion Fourmi ou les sectaires du Viu-
loux so livraient A leurs 6bats. Le prt-
sident tomba sur eux A coups de coco-
nicaque. Un instant surpri,, its alltient
sirement so m ttre sur La defensive et
aire un mauvais parti aux deux agre--
ours, loraqu'ils reconnurent le chef de
'Elat. Ces gent gropsiers et ignorant
prirent la fuite ; quand A ceux que la
)eur avait re-tenus, le Prsidlent le i it
lescendra en ville etieslivra A la justice.
On peut penser que les reunions
le Papa-loi noe so firent plus quo la ou
Is diaient stirs quoe leurs tambours ne
roobleraient pas le sommeil du Pr6si-
lent."


i ~1111111311~ 111 11 II I I I










Co pratiques reprirent sous Soulou-
quo. Sous Gelirard, on recommernca
contre elles une guerre A mort : qui re
se rappelle Ie proces retentissant edo
Jeanne et de Congo Pole et consort ? .
Dpuis, les hoses sont allIes commr
elles not pu. On finit peu a pen oar s'en-
dormir Pur unequestion sqiviepilpqu' elr
en paratt irr6ductible. Et A I'ombre d-
ce sommail, le mal accomplit tonijour,
ses prokrbs souterrains.
Le Tdedgraphe vint dto nonw mnntrpr
comment, au lion quA la 1nmi.'- d1 I.'
civilisation, partant doqe rnuelh- np -
rieures do notre soci6t#, descend, v',rs
les ba-frdn., c'est aun contrairo. Io ,' 'V
deas ratiqujf ttAndbrenoaa oi tmornto
dea hals-fonnD our atteindr-P. cnivin'
I'espres inn do notre conn'tre, I' I p
gens ]ie haute distinction."
Et tout cela, .c'*t I'fP ivro 1 notinli-
tique pt dlo< onliticiAnQ pour lOri-I
tontp pixloitalinn pot lbCnnfp rnwir ae-
quArir les situations comfortable'.
Mir. j'ai do mo orpillaq1 pntona n
hattra ot dlansgr Ip Vandotlinr u rnirhl
dg Pote-M-r.h n'., dans 1'pnivromefnt
de .la d rniAre c-rnongnA 61Oetora1o.
En dehorm des manife tatino'q xt'-
riAoreq et avparentAe. et A crtA d'Allep,
que de drames de famille intit4 ot
intime sa q.naq~ent au in ds nunitj
obscures et isoldes, semant ilde victi-
rnua torrifltpes at innoc I'lore but dl'ne fortune fortuite pt
fl'une situation onlitiqn p Pnvi&p I...
Mon e4sprit retlntit encore Ido, horroirrs
d'un de co- dramep, qui me fut expoQ,4
cs jours-ci...
Mais pourquoi pant so demander IP,
lecteur, la oresse nfT f4it-PllO pas ,r,-ivre
moralisatrice Pn rechprchant Pt on IA,-
noncant de tells tarto, les plus pro-
fondes d'entre touted ?
Hitlas si la prpsse d4siirp Are libr".
"t Plle I'qst do nos jours, o',sp
rour invectiver A l'aimo lIs pouvnirs oun
Its patti ponli'iqpes advrsp Et p i-i',
comment tiavail'er A la destruction ,]A*
tares, que pput-,Atre on nrura hb nin
d*Ped Aoiter soi-mAmr. lians 1'n'timo,
urdtoc'upation d'attpindrp A son tour
le- sommets prestigi4ux ?...
* D'autres recoutent A la plitiqir
icornme aux movens lO l pit 'QtV- 1\
. noni amnvPr. J 4dic. morn i, I'I la i o'iti-
quoP Pzt IP moyAn le plus g r JPo nous
perdire, ou plufAt dle continue de ro VU
perdre.
Et i'applaudia A l'humble petit ntr--
*filet l'un confr6re "omm" A n ,p (,h-
se dignAp comparable A un devoir. --
on attenriant qu- paraisao Ie prochi'n
livro hnition plein de la d .mont*, atic n
patriotique au'l*H iti march ve-e, I ci-
viliqaton, laissant loin derri6re elle la
barbarie africaine.
JF.N I.E FURFTEUnH.
P. S.- J'avais A peinp miq mon point
final que je lis d.ans le Th'qraphe du
surlendemain une rectification coni cr-
nant les faits d'exbumation 'dnone.s :
notre confrere declare rectifier pour
I'outre-mer surtout. a
Nos morts dorment done en paix, et
leb vivants sont en progrbs.
J. I. F.


GRAND CONCERT

Les prdparatifs du grand concert de M.
). Elie et Ies bchos et commentaires qui cir-
culent font presager un immense succbs A
cette fete.
.Nous avons appris que trois de nos 6toi-
les mondaines brilleront de teut leur eclat
ce jour lA, encadrant dane sa superb apc-
thcose le prestige artist ique de notre emi-
nent virtuose C'est l'aagure d'nn triom-
phe nouveau. Nous rivclerons bient6t les
noms choy6es des artistes qui 'participeront
A cette manifestation d'art.


PANAMAS!
Pour Hommes et pour Dames, chez
Melle. L6onide Solages, 22 Rue des
Fronts Forts.


LINE DE L OGANE

III
P.r des rou es qu n'e- soont pas, le
pauvr ouvrier s'en va chique matin repren-
dre le labeur crael ; le re'o; n'a pas 6 t
r6parateur, il n'a rien rapport au logie, et
quel logis !-il n'a p s mang6 ;i' est tou
courbature, les reins de nandant grace ; i
est mal veu, les p'eds nu; ; il se press,
lamentable ju f errant courant apres la ma:-
gre piuance dimnote a chaquc caprice d'un
surveillant grincheax.
C'est lui qui fait la vole. Le. jours d'-
naugurations oit ks discou s offi.-,ls fj t
eztxa.er leu s m-nsonges grandi!oqu:nti,-
oi dat.s la joie conveitionnel'e d s pro-
g ammes protocol Aires, des o itllmmes au
cou'ecurs de t )utes nations fraterniseut en
clapotements bret ; quand les princes de la
po'i iqu! et d: la finance, actoanaires af-
tairds, journalist; panouis, commissures
d honncur aimab'es e: prtvenan:s ehangent
des propos de circoos acc, ec la corvie des
sourires qu; veulent 6tre gracieux et tou e
la niaihe:ie des gestes et des compliment',
les jours de pare' 'e; fetes l'ouvrier est ou-
bl 6. L,! paria anonyme qui train le boulet,
qui soutf it, qui m)u u. n'a pas une note
ans le concert des hommages et des ovz-
tions.
Qui se souvi, nt a!o's de ces compagnons
infeciears et obs:urs, q i, mIal salaries, ac-
comp'irent la iache, betes de some r6si-
gnets et docites ; s'at endrit-on a l'ivoca-
tion de ces info-tuaes muettes qui vicurent
de li m me etisteice qu! les chefs, dans
l'atmosphere en -uoiicnae des chantiers 1--
biiicux "? Its n oit jamais r6clame. Alors
Ic oqu i s: mMle-*-o ? ..
Maisle dewmnde A la Compagnie ua peu
d'humanit6 pou- ces braves gens, un pea
AJ p tic mmrne, car n'est ce pas d6uiorire Ie
salai c qu'on leur je.te, ct 1: rkclame quel-
ques encoti-agemernt, des ameliorations
pour cc; soldats pacifiques qui lu:tent et
meurent sur le champ d- bataille de la li-
gne de L^ognec.

A la 5- dquipc, toujours A Morne A B -
teau, je rencon rai an superbe gtillard
l'air catalan, Ie regard dominateur, e,tou e
pet te p- s du ban giant, u e femm-, son-
rire du :ie' dans ces mar6c'ge; infec s, p r-
tigeant les fatigLes d.s journies d: iul-
travail.
Je mi'informc. Le chtf de cette 6quitic
s'appelle Durce N 'a. Bien iau ile la not'
d'in cert:ficat de la P C.S. attestant qu'i'
a un grand don de comimanderrent. (.i se
voi'. D'ail!eurs, Oil a fait on sigre, Ai a
: sd6 un ordie et tcu e son 6quipe es
p ete, rargee en ligne rdguliere Je conmpec
16 Ithemmes, vinpt, quarante, s oisan c-
sinq, cent, cent dix, cent cinquante; Is
sont t:op. James Woolley, Jules Saladin
sont aitach6s A cette quipe, ainsi qie S *
Macary qui arrive tout esssoufl. et r co te
au chef je r c sais quelle histoire pour ex-
curer son rttard.
Durct Noel a 6t4 chigt de 1901 A 1903
de la direc ion de tous les chantiers des
terrassiers au moment de l'itab'issement
de la I gne Port-au-Piince E'ang Sau-
ma :e Cest on homme dur A la tAche
r6unissant les quiitis du commandement,
craint et aiml de ses subordonnis.
Jc mets pied A terre. En pregnant no d6-
licieux punch que nous sert la gracitu e
fee, j'cntends les chansons de la sme equi-
pe qui m'arrivent tou'es fraiches, de ces
vox brailldes et frustes. Ce soot des airs
monotones an rythme uniformed ou s'er.-
dorment les ddtresses popalaires.
CIELA.




DE LA
R6gie FranQaise des Tabacs
Poua LA.
R1:PUBUQUE D'HAITI
Sa crdation-Son but.

Par arreth du Ministre de Finances de la


Ripubliqu. Frangaise en date do 15 Mass
1909, une agence sp6ciale de la Rdgie des
Tabacs a 6t4 cr66e pour la R6publique
d'Haiti.
Charge de I'organiser et d'assurer son


bon fonctionnement au mieux des intirets' meant A cc que les Itabacs qu'ell -
de la consommation; je tiens A fair connai- puissent tre d6touroes de :lite
tre ici les principalei raisons qui oat mo- je dois lui adresser ua ret lev
tive cette creation et reaseiguer le public authentque par les autorit
intdressd sur sin organisation. comp'ew'es.presentant acquit -wr"__11
D., uis l'ann&e 1901 I'Adminis'ration de celis par co'is hl justification de l-est
la R6gie Franqus1 dcs Tabacs a 6tabli nom- rielle dans la con ommation de r
bre d agencies se "b!ables a l'Etrang r,dans LPge
'e but principal de : L tSpctl,
1 0 Donner toute garantie aux consom- J. .AvU
amateurs contre la coatrefagon de ses Ta- (Bulletin de la Chambre d CO
bacs. frang ise.)
2 Etab.ir un prix de vente uniform -
d.ns tcu !'e pays. ,
3 0 M t re A la Ji positions des fu neur Viennent d'arriver
es nombrcux produ s de sei minulaztu'es, 50 E
l, squels south, pou- la plapart, t la portne 50 Epplaires du nouvel ouvragep
de t.ute. les bourses. La R4gie doit sa re-' Mnieurrdri Mircelin, le
nomme rmond a eet ses igitimei succ6s a'x
soins pirticulier; don, sont entour6s l'acha, IIII
la preparation ainsi que la m6ticuleuse f -
br:ca ion de t( us ses products don't la per
fiction n'a pu tre atteinte qu'avec 1 habile- En ven'e I'l primerie du Matia
t6 technique des Ing6n-curs appel6s i la TOME II
Direction de ses divers services.
Avec ce personnel d'6lite recrut6 parmi 1906-1907 ,
les laurbats de l'Ecole Poly technique, rien
n'est n6glig6 par cette administration por
assurer dans o-',es ses manufactures one
production constamment el p.rjai'ement iden
tiqae de \ous ses tabjcs. -_
A ce sujet quekques vcix intiressde,
ayant essay de cr6er u-e 16gende pour di- RU SXIGNMi MimTS
pr6c er 'e; tabacs recemment recus, je saisis M'T3OROLO&Oe]QX
cette occasion pour renseigner le public sur -.
la valeur de ce racontar.
La Rdg e Frar'laise approvision'e les O b** a Ol,
Ma-chls d.i Moade par se. vingt manufac- ag
tures ; av nt la cretian de cette agence,
s-s tabacs impo tds ici, proveaaient princi- SIMINAIr COLLIGE StlEARTIa
pavement des Maaufictures de Paris, le Ha- VENDREDI 12 NOVEMBRE I
vre et Bordeaux selon les rela ions d'affaires 12 N "
des importateurs.Daisces diverse manufac- 7aro u Ve % midi 754 N
tures la grosseur des paq, ecs ainsi que celle ni
des fi'amen:s de tabac peut seule diffhrer Tempwratu"re minimum s,
que'qattfis ; it p2eu:-tic coup, plus me- maximum 25,$
nu et Ies paquets ktre plui conprimis dans Moyeone diurne de la temp6ratune al,.
une mar uf.c ure que dans t'autre, mais les La joura6e a 6td marquee par le
"TAb Ics employ .s pour fibriquer une 6me du centre daune forte depression mas
sorte, ( du Sc ferlai. sjuprieur par exem- phbrique sur Port-au-Prince,
pie ) sont touj, u s 'es mnmes. Cete depression bien que de c a H
Pour 6vi er ou c confusion A l'aveair et cyclonique a 6i tres ast6naue dansaMet
donner ur.e o.Avel'e garantie aux con om- fets, pace qie s'dtint produce dlaust'*
ma eurs I'Administration de la Rtgie a ri6r,-.aison, elle se trouvait Dno"u hj
decid- : 1 0 que tous ses products me se- ude, dans sa p6riode d incurvation erd'af-
raicn adressd~, en o tre qu'ils me seraient lb'iss-ment, selon la tho ie du P. Vi*
Sd ivrds uniquemnent par la Manufacture nes, l'au eur le plws comp6e nt n
J Iy lc: Mou'ineaux, pits Paris. cyclones des Antilles. De plus ayaat CM
a" Qie ur it.us Ils p-quets de Tabac se- p le. mourtgnes de It P esqu'Ile du S
rait app-:6 le timb e d'authewici k sui- en ma ch nt du Sud a Nord, elles ad
Vint s'e--ver uis h-ut dans l'atmosphere, dok,
-A Por -it-Prine, l'absence presqt e cow
Expor tator- plate de vent un p u fort. Bien qeib
portAITIo centre ait pas 6 tout pre. de now, A I'm
de Por;-at-Ptince, la c u be baromtiq
----- -T n'a pas do .n lIe V aigu d'un cycloir,
L._s f meurs pourront ainsi tonjours .e mais une in urvation de itrs large *-
rendre compete de la provenance du Tabac overture, p!eine d irrigularit6s et de "
qu'ils consomnent. b es~ u s, et A la que le la marie dimu
Conctrnant les deux autres raisons mo- atmo.phkriqu; s'est vis'b'ement sowrpI
tivant la cr6 tion de cette Agence sgcia'e Le passage du centre cyc oaiqce s e t '"
il ser.it i possible d'atteindre le but p0o- nifest6 A it h. do martin, par utne 59
pose .vec 'e syseme d'avltaillement dede vent de 1'est a I cuest en tournaot Jt
la Conso nation tel qu'll se patiqu it le nord, ainsi que par an eclairci5iO
ant6rieuremen*, le Tabac scaferlati sup- Idu ciel, qui a meme montra on p
rieur sou paper b'(u d6aii A peu pt, e ble.
seal de; p:o.uit, de la R6gie qui fu aim or- Le ciel plu i ux ,ou.e la matiah a I
t4 dans le pay, dcuis as ez long emps ; un p u pu be u Iapit -mida et c ise
en outre son prix de vente variait con- "a pu briler. La pluie nest plus verkW qW
di ablement d une vile A one autre ainsi par grains :acomp g 6s de rafale. do b'S
que sur une meme A lice selon la p uu-' Le _oial de Ia ch. e de uie u 1
lie tu I'abord nee du Tabac imported. ma ia 13 Novembre a 6d m i 3i
Pour obvier A ces graves inconv6oaients mtres. A 6 h d main le h
ec en garantir les consoenmateurs, j'ai di, 'etait. rLmontE A 755,9 millisties.
avtc la collaboration de sous-agents, pou-- J. SCH
voir a 1 Etablis ement de Bu e ux de ven-e tm
d.ans toutes les communes dans les vi les il Le mauvais tezp
en est 6.. b i selon l'imjortauce de leur Ii y a eu hier des d!'gas a Mse
pulation. drab e en plaine. Le ponto
Tous les TAb as c autres produls de la bois 6abli ar la Compagnic P. C".
Rgie y sont vendus scion un tarif u aifor- Tabarre a 6 6 er por 6.
me, affichE A la vue do public (t public De c6t6 de Caze. u l'ean est arti ..
dans les journaux do pays ainsi qre la li qa'A xo pi ds au dessas des rais *
te de c s bureau. Les tumeurs .elon leurs 6 e impossib e d'asurec le servi"cS
golts et prdfdr vou iront y metre trouvertont IA cons- pea sont par ies pour rfparer la vOW
tamment a prix fixe lear tabac de prid.- I.,e Pr1sdent"

Avec l'autheat cit6 don't se trouvent dd- Eat a'rriv6 ce main avec les psMsa ,


sormaisentoui, les products de la Rigie en vans venant de : d
Haiti. elle impose A ses Agents une autre' Saint-Thomas. Olive E*lni.
condition qui n'e t pas moins appreciable Douisne, Camille WilliaMS at
pour la communautd en ce sens qu'elle rie.
est auwsi une ganatie de p emier ordre' Macoris.- J. Synclao.
poor I Etat Hantien. Tenant essentielle- Jacmd.- Bral.


-- I ~ -.- '--c-


**ti










I


Dr Ewald, Otello Bayard, Mime
EL Derthlomicuiz Vve St.-Firmin,
L. Dupont, Mile i A. Doug- ,
~E. Bcujolly.
4eo. Winer, David Dannel,De-
L ne, D. Beauboeuf, Vals Si-
e'{ud sin, V. Bons, D. Farge.c,
osaisins Lindingue, Joseph Thdbaud,
(g'" Arriv .
S 41kgomy est arrive hier mating
Sis. enrs suivants enant de :
g -- IE. Douyon,:E Sucas.
k*s- Melles Coco, Pere Levas-
Pul B. Bouriolly, Romain.
pd.fw'.-- Mr ktmpmeyer.
,i...- Figaro, G. Goazales, Chate-
i. Me Verna, Rotteo Montas, Colas
,Mte Decastro. -
Fare-part fun6bre
Voy etes pri6 d'assister aux fuanrailles
AutXDt ROeIm
cid ce GImatin A 3 heures A 1'age de
voi partira de la mason maor-
o.o, Avenue John Brown (Lalue)
'ie Mrdouard Supplice demain
itftu es precises pour se rendre I
Chddra!e.
CDe lairt de Mr et Mme Narcisse Ro-
lfile ]ts edants, de Mr et Mwre The-
S Roemain et leurs enfiots, de Mile
anue Romain, de Mme Vve Ovide
st ses enfants, de Mine Vve J.
kIlaorte, de Mr Horace 'W:ss et ses
(s, desi families Latortue, Lafontant,
lei 'et Lalace, ses e6re mere,
seu's, grand'mere, oncle,tante. cou-
consines et satres parents.
N. B. PMeie de considerer cet avis
m invitation.
Bevue du March6
.pis oos av:i de la semaice de:nieie,
N >i IN A eti contrariecs par le man-
snlp,'Dce pluie torreatielle a pa-
1a liTraisons de D-anies ; !cs h-ui-
Bpoifitua.4e cette situation ont fait
rfla pnia t 430-428 o0o. Dans
0 ci. ncas cs avons enregistre de af-
W*t pen d'importance a ces taux.
IM,9,i ei.Iur France out it6 vendues
'1I 010.
4ctoques $ur Paris a 4 4 112 010.
Schbques sur N.w-Yoik ;u pair !
t
dmtares seront en hiusse prcbab'e-
i tlsemaiie prochaine si les derniers
dil cyclone ne sont pas exag&6s.
ai est i F 42 et ce cacao A
SPor-:u-Paince, 13 Novembre i909. t


ncam comptant
escompte I,
Iq gourdes 4,
Lprs de vue sur Pa-
prime 2
imbourg-Paris
rice documen-
Paris prime
I 3I Cible sur Paris
mr. N-Y. prime
s 6 oIo avec intirets A
42 cla Join 4


~3010 dito -
It 10 nvict 6 olo
~~Proyasoire 6 oto
2 010alvec int6-
9i a t er1.IrJuillet
it- 2 112 Ooo
iizIi OcobrS
1875 S00Fcs


427
112
112


oi0
olK


0
D


C


2 112 010
z 0j 1C


I
3


112
Ij2
4
112


9 I12


27
47
47


01c
ol0c

oic
010
010
010
o010
010
Olo


21 010
1909.
s. 210.50
S503 50


SE INS


MITALES
A r nUigf to,. Pee:U 5


MACOLOZIRE

AVOCAT
hedocamir 1.


AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publiquc d'llaiti


Extrait du TARIF


Tabacs Scaferlati


I


CAPORAL SUPERIELAI paper bleu le paquet de
50 grammes
CAPORA,L DOUX paper vert le paquet de 50 granm-
mes
CAPORAL ODINAIRE paper pA:te brune le paquet
de 40 grammes
TABAC A PRISER, Virginie haut gotit, papier jau-
ne, le paquet de 100 graminme.


POUDRKE SUI'I~IEURIE, patpier' bleu
100 grainnmes


Gt6nral, Nuvembre


G;)U URDEs


1.25

0.i0


0 7,

0 75,
0 75


0t "t


1909.


Cigarettes


GOURDFS


Nixs.s le paquet de 20
do le paquet de 10
it ISSEuR le paquet de 20
[IONGROISES en levant sup6rieur Le Bondon do
20 cigarettes
do en caporal sup tiieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland le paquet de 20
do en caporal ordinaire paper b!eu le
Bondon de 20
Ei.ECGANTES en Levant ordinaire le Bondon de 20


I'\.\


le paquet de


POUDRE ap: I>J.I t'pioihi'u ii, lo jJa( uet de 1)41
(Framines,

TABAI: NA('[iER 110S 'YIOIU-; iila Iclepaquet de
1(K) grammne,.


1.50


K tit


do en caporal supdrieur paper rose, l
iondon de 20
do on Maryland paper jaune le Bondon
doe 'o
do en capo.'al ordinaire paper bleu ie
Bondon de 20
C;QAISER;: en caporal suprieur paper rose le
paqiuet de 20
do en Mati \land paper jaune le Bondot
de 20
do en caporal ordinaire papiol bleu le
B ioudon de 24)
i.i:tts en Maryland et caporal supLrieui le
portefuilles de 20
do en capo:al doux la botte doe 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la bulle de 10
nt special, J. LAVILLE.


Qie Gale Transallan fiq i'O6tel Bellevue11
I 'IT Ii H Le mioux situ,. le plus con-
fortable.- Lhamp-de-Mars.-
__ (:uisina renomwu-e.- Vue sur la maer


Le3 paquebut MNRINTW AL 4era do
oetour sameali ,1:1 n wemnbr(o. 11I)Iil
tira le miame jour. l )4'itcar.e ,
~r 'cises du malntwipur IMltt ov,
Port-do Paix, Cap lilalien et escwalts
Messieurs les passagers ,ont rz
1'a~re A bord Al dix heures tu plus~
ard.


L... E C T E LU R S, IllI0111(IIt/ .ila ii'
hic tic- I Miracles. N o us t O u Pr ItrS
DU .1A i5O CENTI I %: Uk 42It A iC lill C4V1-61111.~II


Port-au-Prince.9 Noveimb:e I'o Pt
L'fAgent, Le steamer I !INS FRi|EDI;I 111HEN
F. ROBEi.IN DRICK venan' dt' Ne-w Y, k S Mar(
et dA I'etit-Gc1 .1 ;t atten ii iiwi sam
-HANGEMENT D'ADRESSE di 13 courant d;g lnd n atial ; il i,
t--ira probably in.nt d md ir ch : 1'*-,

M" Pierre Hudicourt midi pour .ae .1 ..Cl
Bdtonnitr de I'Ordre des aevoats Port-au-Pr e. 2 No..- i'.mbr I il."
4 k "


104, Hue du Centre, 1 u


AuC; AIIIAH'I'., ivep.t


ROYAL Kola Chainp1)agiii e

Cette d,.Tcie',Fe boisson, dort Ics aivnIitt's oniqInesfet foti ifiauote I:Sa
yeur exqu'Me, le moiele'x qr(I~rabI~e out cw)Itribj6 -*i foirner I Ill.omaai'aiubld,
rafrditchissemeflt des chinflits trot)W~ox, mntrite biemi son litre a IOAI, *


Agence G6ntrale


et Dep6t:


AU IAGASIN DE LA MITROPOLE

MASON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT AU I.N '..


Vous le troavaez en ouitre ch z:


I


a


kndrd Faubert
Pharmacie A'ex Roberts
dadame E. Direyf .
k rEpicerie H. Corvington
I


iue I u
do.
010)
rue F'crou


rE[1 )iceii. Norefte Gi a d rue (m i:
I 4,pie.erio (.Lumidi rue deti fr)utis furs
tu NtagasiniiE KDreyfus do


EN PROVINCE


F.(irwz potlt-Goave.
Ugue G6rard Bartels Jeremia.


3 It M, nta e


GoDn ive-


'1.21)


1.2u
0.90

1.20
0.85
0.85
065
0.05
0.70
(1.70
000


0.4,C


0.60)


Souffralt horrlblement

















je cuclare que MA petite filld 60af-
fra t cwible m ent d~ une f albleme. Cd ai
rad'nde lmorgaiisa t crune an
de ourtb e e=.e fix ptmole
L'EMUlO4SCOTT vScottfl


"Is irc q pt ft ul-
f," ixt ~hordebkincntdaent ib t I&da
ea. c 1' orteetroutte et We .as inhe
teullusm faluntnr~c u&csu&a tow
ceSx mci rEstraltemmt fat Ia


I iOSA A. GL4NADO
I ~Rio.de J~easl

Ccqe qscI'MULSM ON SCOTTva
fait pour ta enfant OW. Is iota tows
Jaw's po win tuts laautre w qid vnnmnt
au mmsawc Unecna uta 1b
et NMaldve. EHU.CA sne
v~ritale Powiea pnIs


*'n 4194w-M a=o ":
SCOTT nw=Tn


--


_ __~_ __.__.__ __.-__ _~_~_


__ -------- ------~LL=---i~~. -. -- ~~-


LEVA.T SUP.IBUa (dit tabac d'Egypte> la hoite de
50 grammes
LIVANT ORDINAIRa paper violet liss4, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes


a


4


_ v


r,
ti
p
p

d
t a


I


n


-_ __. --- ---


%our Q ous


-


v- -- --










Mr Oreste Balloni

N6gociant importateur
A 1'honneur d'annoncer A ses noinbreux clients qu'il vient d'6tablir sui
cette place une succursale a Chapellerie Italienne au coin des rues Roux
et du Centre en face de la Pharmacie Aurel Bivard.
II les invite en m6me temps A ven r visitor, A parir de lundi 11 du cou-
rant, son stock de chapeaux de vraie p Iille d'Italie et d'une rbelle supdrio-
rit6 qu'il vient de tecevoir par le dernier bateau.
.On trouvera dans cet Atablissement :


FoRMICS DE CHAPEAUX POURI l)ANIF3- (:If IPEAUjX 'ELUTRE
LON, DERNIkHE DURATION a. F'Eu-niF. MO)L DE 1) FFIBEEXTE-S C
PEA4UX DR isAILLE IDE SPREMJ~kRE QUALITY bDITS (ANOTIERt.


a CAPE DIT Mg-
IULEURS.-CHA-


N. B. Tous les chapeaux portent, en touts lettres, les noma et pr4nom
du propridtaire.


Hautes Nouveautes

ROBES CORSAGES lEI;GNOIR-s MATIN.KES JLPES CIIAPEAUX garnish
et non garnis pour dames, fillette- et h6bt)s, ILEULiS, RuiaNs, DENTELLES,
F:KHARI-ES, IPARFUMI:RIE, etc., seront en vente A des prix ties moddris A
partir du lundi 15 Novembre clhez M idaine FERNAND LONIEWSKI, Maison
J. J. Audain rue Lamarre (Bagatelle-Villa).


NICOLAS CORDASCO

157, rue R6publicaine, 157.
A su conqudrir en peu de temps la premiere place tant & Port-au-Prince qu
dans la Province.
Le veritable succes don't elle jouit est dtl au choix incomparable de sea Ma.
dbles sur formes franQaises et am6rictines d'une 616gance irr6prochablea
rdpondant A tons les caprices du boi goilt.
Tous ses modules existant en magisin en totes pointures et larear 1i
permettent de chausser tous les pieds, mAme les plus difficiles; et a modi
citd de ses prix est accessible A toutes les bourses
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas A se chausser dans lema
sin seront satisfaites dans les 24 heures par un article fait sur measure.
N B.- La maisonpeut chausser; sans prendre des measures, les persoM=w m
ne peuvent s'y rendre.
II suffit de lui envoyer une chaussure allant bien' ou sinon lui signaler In
defauts.
Les chaussures n'allant pas bien seront remplacdes par d'autres, rectiflui
d'apris les observations fournies.
La faculty du retour est permise dans les 24 heures apres la livraiso6. 1
les chaussures ont dtA portSes on ne sont pas A l'dtat complete de neof eWn
seront rigoureusement refuses.
La maison d6fie toute concurrence, et envoie franco en pro
vince.
AVIS.- La maison a nouvellement recu un assortment incomparable
peau: veau verni, vAche vernie, v&che noire, veau satin, kangaroo,chevram
glacds noirs, jaunes, champagnes, rouges, etc,etc.


Leonce Laraque
Repr6sentant de la Maison Th. .1. Dubois & fils Fr6res
de Bordeaux,
A I'honneur d informer le public que. A pirtir du 2) Octobre on trouvera
chez lui, 4 Rue des Cs.Ars, ( en fate de 1 )ibanco ort ) du bon vin de Bor-
deaux ( rouge et blanc ) aux conditions s'-ivantes :
Vin rouge : P. 5.00 le gallon. Vin blanc : P. 5 50 le gallon.
P. 1.25 la bouteille. P. 1.35 la bouteille
P. 22 50 les 5 gallons. P. 25 00 les 5 gallons.
N. B. Les bouteilles seront repi ises A raion de P. 0.20 piece.
Vins fins


Chateau La Tour de Mons P'. or ,.tko
Chateau Roy 1I P. )' 0 80
Chateau Cautemerle "P. or 0.90


bouteille.
bouteille.
bouteille.


Blanc : Chateau Filhot de Liur S acks; (*Aluttrnes) P.or 1.0) la bouteille
On trouvera le mtme vin et aux mtnes conditions : A l'Epicer e St An-
tuine (Avenue Ducoste), et chez Mr Maicel Audain (Chemin des Dalles).


Entreprise

D'EAUX GAZEUSES

Fond6e en 1899
21, Rue F6rou, 21.
Ginger Kola
Kola-Champagone
Soda-Water
Siphons
Sirops
Liqueurs
Bitter

Grand Rabais I


JAMESTOWN TERCENTENNIAL EXPOSITION
HAS CONFERED A
Gold Medal upon


( 1g07


Vente en gros


et en details
a


Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sortes de tournitau
pour cordonnerie A des prix excessivement r6duits.
Ces prix excep'ionnils ne sont obtenus que parce que la maison asNM
plus ses affaires que directement avec les fabriques de peaux et de fourt-
tures, des Etats-Unis telles: que tirants, oeillets, lacets, clous, 61astique,ks
pour machines et pour cordonniers.
Machines. coudre
Singer "
Pour cordonniers, tailleurs et coa*
turi6res. Demander catalogue et re-
seignements.
1 La maison accepted toutes les coCO
mandes qui lui sont faites en ce qul
S\ concern la cordonnerie.
On y trouvera des empeignes, poet
homes, femmes et de toutes poN-
S. ures, travaillds avec un grand soil&
a Coupe excessivement Kodas
Avis aux marchandi
de chaussures
A partir de ce jour, la Maim"o
charge d'ex cuter les comais
de chaussures qui lui seront
[/avec un grand rabais de prix .
Demander renseignements f
6gard et le catalogue quivous seTl
voyd. franco.



A de MATTERS & C"
32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Maison Fond e on 1888
Bijouterie. Argenterie. Parfumerie. Articles de luxe P Mr
salle A manger, chambres, etc.-Miroirs et tableaux artistiques. -d' ',I
pour avocats, homes d'affaires, ministries. Bibelots 616gants, dUM,4
rares. Articles de Bureau. etc
Achat de vial or, argent, diamant, 6caille.
Reparations de Bijouterie. Les articles vendus ou repar6s So0t
pour une p6riode d6terminde.
MAISON DE HAUTE CONFIANCE et de premier ordre.


Tannerie Continentale
DR PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES
CeavaRAu oLAct, poor homes et dames P. 10. Enfants P. 8
I VUnxs scums a 12 4 10
COULUaR LOTUS c 12 10
Pour la vote on gros 56 010 d'escompte.


Vin do Pmr


airo


ViNS ROUGES et VINS BLANcs do table en fd et en caisses, Vs ins
t6a, Malaga, Madbre, Vermouth, Vine doux, Champagne A des P&_
d6r6s seront en vente partir d luandi 15 Novembre cbeOz M o
NAND LONIEWSKI. Maison J. 1. Audain, rue Lamarre (BSStV'W


Rouge: