<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00769
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 8, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00769

Full Text


faoi~ibU Ann6O. N" 785


IORtT-AU-PRINCE, SAW


I


j


Lundi 8 Novembre 1909.


i a


-00)


OUOTIDIEN


Abonnemeonts: DIRELCTh UR-FONDATEUR LE nUlito 15cmnfmU
Un NMmi. G. 2.00':
1p1.AU.PRIN lTunMoll. a 5.00 C16ment-Magloir. s narei.g a o emp ~
OWAIRTEME14TS UN Mats... .0- DIRCTIN-RtACTON-D-DI-T-TI
Taco Mois a '6.00 ADMIEIITRATEUS, Arthur Isidore DRCTO-RAT I-AlUDll, 45
aglIGIUM ...... I.TlwainMOtS. 8.0045R"ols5


Chroninecs dlu


Bpagne et Maroc.-La B6te Hu
Barcelone et Gurugu.-La Bo
Morral, Nak


L'Homme Jaune I... C'est
kruit la no'e tragilue de
mie.


lui qil
la quin-


eToK-o 2;. Le prince Ito, cor:-
iller privO, ecemment encore I~si-
lot-.gdnral du Japon en Corde, a Wte
wassind ce matin A 9 heures par uu
ereen A la station de chemin do fer de
Harbio. Le prince dtait conbid6rd corn-
ae !e plus brilliant home d'Etat de
ion pays.
Noas avons eu idcemment I'llomn.e


Noir du Maroc, suppliciant le Roghui,
ivec des raffinrments de cruaut6 volup-
tuease, attenu6s trbs lgberement sur
ie remoutrances des consuls euio-
tau; puis 'llomma Blanc de Barce-
he, iddaliste A sa manibre, dechii
Nmt I'Anarchie sir la Cit6 laborieuse,
Ainarchie qui tralae hours de leurs
ichep, en procession macabre, les
ahvres momifi6d des moinesses ;
rTuchie qui porte une main sacri
.ae mar lea temp'es doublement pr6-
oax,coamme sur ce cauvent doe 11'nma-
wi. Concept ion, un des joyaux go-'
iqua doe a vieille Epagnoe,- I'Arat-
chi qui frappe la nation espagnolo
i-Ut.ae dans I dos, alors que cott,
tioI0 provolu6e par l'assassinat
aumbtlescoastuucteurs de chemins de
It, ait forc-e de turner la poitrine
W" mluenemi irrdductible et dix fois
UlCire, d'autant nlus indomptable
il Wet insaisissatle, multiplied en
*M tantdt amies, tanudt hostilets,
adiffrates ou complices, 6chappant
S0tlisant ean soursiane A un Sultan!
Mtij et debile, travailid adroite-
at par la main gantde des Puissan-
on rines, encourage ou admonest6
a l inte6rt du moment et pr6t A
tites le complaisances ainsi qu'A
ttg lee gressions. Un Sultan enfin
tmde tons lea Sultans, hypocrite sur-
simt, di de cette duplicate enfantine
' iPtruisants, faite de roueries et
tr hiaon* et qu'on serait tentd d'ap-
rdipomatie si cet aimable voca-
aitait r6servh pour un plus haut
Pli des, plus couples facultes hu-
S4: .I'art de vivre en paix avec
'tetiamis eat de trouver du charms A
'~4*lU*ter, mdwme au fort des crises
extent en p6ril ces grand intd-
S difficilement conciliables que
.-- ot lea patries.
*o savons vo I'Hydre grandis-
Sda la Commune Barcelonaise abat-
SalUne flaque rouge, presque au
rotemenlet de ce corps A corps hd-
S ,cbhasseurb de Madrid avac
-'1'-Tozian les plas sauvages du
N t is putant le ilancs du uurugu


m heurs illuminds des rayons d'une foi
-Pvergle comme la foi, d'uae foi agis-
TeiUps prseUOl saute et provocatrice d 's r6pressions
S)ront I'horreur vient ajouter A I'horreur
:' crime qui les provoque.
maine. --TLe Prince Char irt. Abo ,lonnons la cite illustre en dan-
a e Le Prince r 'encourir le reproche d'ingratitude
mbs.-Les nuce: d'Alphoas3. verser s le Pince Chirmant don't les
:ens, Ferrer. t'ut g rates hardis et bienveillants con-
*juirentt la sympathie des tfrnes et des
r As. tPrdcisdment, pour venir A cette
lont les 9cs metres tentant l'intripi- iircelone suspect et ardent, pour vi-
d td des bataillons du G(indral Mtuina. -*Ier la province catalane, foyer de ra-
ilcim&s de presque tous leurs offi- dli-,ii- me et de regionalisme il out de
cier-, othlent leurs cimes ari les aux cos gestes de go Ilhomme sans peur
on loy ments .le la banniere o: et gr(- et sans reproche, comme celui de Pa-
nat. ri', quand la Bombe menava le vieux
EL pendant que I'artillerie fou irovyait PriP l ent Loub et el Iii.
Si'int6rieur f in-urgd descend aL.ins Pour donner un gage de sa royale
ies rues, poussd par le o clamateur, -ollicitude envers toutes parties do
l',irti!leri-, ai dehors, en une tr}ihe It nol)'e Espagne et de son Ollection
moins degoutante, plus r6cont.rtanite indubitable pour tous sujets de la Cou-
et pleine d'honneur ddlogeait, p l.e, ronne aux multiples llhurons, il ne r6-
emptcher de s'y fortifier des environs sista point au plan de ce Maura qlui
de Nador, les Mores sur lesquels pleu- .1 )mine la pdriode de reconstruction
vent les grenades et les obus : car ,o l'Es-pagne moderne ; il se rendit aux
c'est A Nador qu'est le verger, que combinaisons hardies et pratiquemnent
s3it-les fruits et les l gumes, l.s mne- Mlaborres du premier Ministre ou plu-
lons, Its pastejues et les pommines et I" le premier Ministre et lui se pend-
aussi 1'eau, 1'eau fiche et fraiclie, rate trreont, s'identifibrent I'un avec l'autre
sous le ciel embiasd d'Afriqu,, i Feal pour rendre la monarchic elle-mnme
q-'il fntut aller ciercher pour e ;e iis- ,idsormais populaire, inseparable du
tribune aux avant-postes avec le- pro- Monaique.
visions et les munitions, tous les jiur, Is .al!erent4 Birce'oae et loin d'ame-
sous les feux des Kabyles cache ains ner le 1Hoi A la boucherie come on
les plis du terrain et prits i o10l Io ai le Ro fat conduit I'Ovation.
tie leur rettaite pour enlever les ails sait, loyux et reconnaisants su-io.
et disperser lO convoy. rent grd au RAi de ni pas douter d'eux
et la so idirit6 catalane put s'organi-
** ,-er, se developer envoyer des reprd-
sentants aux Cor!.1, pleine de 0o,-
Nous ooi' loin des specta-les le IA- liince en 1'autorit6 central, jalouse de
beur tranquiile voqtluS dans no- re- e- prnli'46es, mais resectueuse et
mid es chroniques, car c'est la L ,iu- miit~i tendre pour tous les intdi l1-
maine, maintenant qui rclameri t ,no- gitinres de la Province et du Municipe.
tre attention si nous n'avion pi-i lo Et le Roi retourna plus d'une fois A
parti systemalique de ne pis 1)ous lrce!one.
couiplaire aux exploits sang'ant- ,Ilnitr
st coutumier leo caruasi.r iuai,,l i*,
toujours pite a se ryeveilcltr p.' se-
lancer sur son fr re, lorsque sont ca- Mais, reportons-nous pour bien ja-
m4s ou murmurs A ses oreilles les ger les gestes, avant de tresser des lau-
mots qui percent ses,illusions, cares- riers et vouer aux gemonies, aria de se
sent ses chimbres, flittent ses app6tits. girer dles enthousiasmes irindd:.bis et
Aussi, laissons Bou-Hamara, le Pre- d s recriminations injustes, afin aussi
tendant, pantelant, dans sa cage do fer, it'viter des rapprochemants hasardds,
sousles gnifes des lions fauves-moins reportonE-nous A la calle Mayor de
fauves pourtant que I'autre. son vain- Madtid (GGrand'iae ) par ce matin
queur qui fAit repaitre ses yeux au de printemps, lors oe I'dlue saxonne,
spectacle du supplice d'an comp4titeur gage d'amobur et d'a lance, sort du tem-
rdduit a 1'impuissance. p:e of l'onction nuptiale vient de l'uuir


Abandonnoas la citU comtal, amhae
active et 1)urdoai.a ite, transfer nme en
un de ces chimps de bitaille intestine
ou quel que osit le vainqueur, c ets la
patiie qui saigue; laissouas se co events
incendids, ses cimetiaqies profaneas, ses
monuments iz krd6e,,, ses deoles abi-
m6es, ses richesses diminuees et ses
barricades bombarJds ; plaig oas-la
d'avoir t16 compromise dans sa bonne
reputation de vitle police, d'avoir ser-
vi do thAttre aux imprudences et aux
c"1 des d argu mn-es doela propa-
gaundo pa 10 fait, goa par des prO-


au filsdes Alpnooses et de i A'tricnien-
ne Q iel cadeau de noces pour la royale
epousde quel don do j y-ux avrie-
ment du people A la ite a, A I'E ran-
gbre qui vient d'jasioir sur Id t*o lo na-
tional et don't leos couches ,ugustes voot
bient6t rtff-mimir la dynastic menande
de toutes arts I Qjelle sc-ie 1. Des
calavres de femmes, de pauvres geos,
d'inolTfnsifs spectateuri, d'bumbles ser-
viteurs de la maison du roi, des che-
vaux blanks et jusque sur le voile de
tulle, sur les flours d'oranger, la gout-
telette de sang volant du crane broyd


*jr I'd:lit d- bjinbe. C. n'est rien,
.'est le Diami traversant I'l lylle en se-
rmant do sang ; q',arante victims in-
noc-entes et inutiles en bonneur do
Moloch Arn(ihismin, au nom de la fra-
'ernitd humaine.
Ce o'est pas tout. A la faveur de la
panique, I'auteur, disos le bh6ros de la
sanglante ft e Ast en faite. Le voilt qui
p6netre chez Nakens, le journalists et
ui dit : C'est rooi qui viens do lancer
'a b)mbe."N kensrdpond : "C'est bien.
To es mon bh6e II lui fournit bientOt
an d6guisement et lui conseille (de s*
sauver. Le voilA a travers chaimps,
dans la banliu-n, hours Ile Madrid. Mais
ses allures sont remarqudes, il est sus-
pect, bientot on le pourchasse, on le
traque, on est sur li point de 'dat-
teindre. II se retourne et tue encore on
humble reprdsentant de li loi, du pen-
pie, comme lui et plus quO lui. I1 tom-
be enfin sous la ball de la gendarme-
rie. Mais qui done est-il ? R gardez-le
avec sa moustache enlevee et son men-
ton raqd6. Ce n est pas un prol6taire.
C'est Morral, Morral fanatique, Morral
cinquante fois meurtriir, Morral re-
vendicateur et professeur A I Ecole Mo-
derne de Biri:elone,

'
Et N kn,? -
N- k n*, jig't, et emprikonnd, est gra-
ci6 par le R Bi !
ComprenIl-on ass(z la populaiitd do
SouvPraiu et la i6signaliun sinon I'en-
thou-iaame de tous les stages de la so-
cie'6 et de tous les points de la p6oin-
sule dans la nouvelle venture maro-
c:,ine A laqu-Ill les n6ces-itds histori-
ques etg.ogris liiques condjmuent I'Es-
ppgne, perpttuellement.
FuLIX MAGLOIRE.





IRUN BIGNUMBNTS
MfITZOROLOGIQWVS

Observ'atoi e
DU
SIUINAIRE COLLItS St-ARTIAL
DiMANCHE 6 OCTOIBRE 190


Sarom~reA i idi


760 0106


Temperature minimum s3,5
tuumuimqm 30,1
Moyenne diarne de la tempErature 3$,7
Ciet trks n'jag ux le martin ; covert l's-
pre-a-oidi. Quelqu :s gou tes de pluie A
3 h. do soir.
Eclairs A l'ouest dans Is soiree.
Barometre en hausse.
J. SCHERER


-- I








Nomination
MM. les Docteurs Germ tin et Fleury on:
6.6 nomm6s medecins di Port, en rempla-
cement de MM. les Dicttu s Annoual e,
Lechaud.
Le President Simon visit
1'Asi e d Ali6fnls
En revenant de Carrefour jeudi derr ier,
S E. le IPrsident de la Rdpubliqu* sur 1 in
vitalion du Dr 1. E. J-anty a fait une visi-
te au novel d fi:e destine aux ali&res.
Le General S mon a pro-nis d'iite \e-
nir pcur qu: les travaux de cet utile Eta-
b'issement puIss, nt enfi i e re achev6s et a
exprime sa sari4 ,ction p u le comfortable
de l'installation.
Fian

Nous avons rt~u le tfir,-,>a t J
gailles de Mr Alphonse Denis avec
Margueri-e Bou- ke.
Messe de Requaiem


s fi.n-
Melle


Belle et 6mouvacte ce6rmonie fuc,-bre
i l c':li: S .-Anne ou 'c. officitrs de I'Ar-
mee fa.suient chanter u-e messe d- Re-
quie.n, en I'hoineur du Fond teur de no-
tre Indl'pendance.
Le President de la RKpublique, accom-
pagnd de ses mil i.,tie, de sa mason civil
et militaire -r rendit A pled du Palais A
IT lglise.
Apres le service funtb-c on se rendi sur
la tombe du li1ros, au cimet &re intirieur
en picux tt rtcnnaissant prlerinage.
Fermeture de la malle
Les ddjiches par sis Abd-e'-Kider
pour N.w York et 1 'uropc ( vil San i go
de Cuba ) J6rtmie, Caycs, Jacrmel et Sant-
Dl)mingu: sero-it .rmese cet apres-midi A
4 heuies prici':s.
Port-au-Prince, 8 Novembre 1901.
Erratum
Dans La Semaine qui finit de samedi, j'ai
6crit que, en reo .r de ro; products na-
turels que l'on par lde iivier A 1 l6angtr,
il nou. restera I'a-gent pro enant de ces
exportations, et )'a ajou 6 :
a Nous pourrons nous tn servir pcur
continue l'nnportation des armes dd gucr-
re, Ain d accentu:r la depopulation qui
provicndra de la faim.,,
Les typos omit imprim population* pcur
depopUlation ce qui est bien tout le
contraire car jc suis trop patriote et trop
ami de I'hunanit6 Four re iser jamais que
1'importation des aretcs dans le pays puisse
aider A la population... Oh non I...
JEAN LE FURETEUR.
L'Affaire du 15 Mars
Lc General Joanus Merisier, ancient ad-
joint du commandant de I'arrondisiement
de Port-au-Prince, imnpliqu6 dans I'.*ffaire
du 15 Mars et contie lequel la chambre de
I'mstruction criminal e n avait releve auca-
ne change. est mort h er, A 19 heures du
soir, a I H6pital mi i aire.
C'est sur les conscils do medecin qu'on
avait transport ce prevenu moribond a
i'H6pital. u 1It cruelle maladie qui le m:i-
nait a cu enlin raison de lui.
Aprcs les formalities 16gales, le corps a
etE semis .A la fami!!e. Les funirailles au-
ront lieu cet apres-midi.
Monseigneur Pichon
Par le steatntr franais nous est revena,
en excellence sanmte, Si Grandtur Mgr Pi-
chon, coadjuteur de I'archeveque de Port-
au-Poince, aprcs u ei absence de qu Iques
maois, passes dans sa famille A Pont-Aven,
dans le Finistiec
Nous avons etc h ureux de revoir I'emi-
nent et distingue prelat A qui t ous souhai-
tons la bienvenuc.
Dec~s
Une physioro-nie p)rt-su princieane
bWeo o'iginale vient de disparaitr-. Theo-
xene Bouzon. qui e t son hture de c6le-
britE, est mort hier apres midi, A lAge de
52 ans.
( uzva tit du jou nali-.me. et de la
litnErature, A Ia fon, en amateur, boheme
indifferent, vivant au caprice des temps.
Les funErailles auront lieu cet apr6s-
midi.
Le a Nord Alexis *
Cet aviso de guerre est revenue hier, A
9 htues do soir du Cap-Haitien.
Les eneigoements qui nous sont par-
venus affirment que dans le Nord tout est
tranquille.


Prochain Concert
La brillante soiree attistique que nous
off e Justin Elie, avec le co course de mu-
siciens de talent et fixee au same o20
Novenb e ccuran'.
Cest au c-clc-B. 1 .vue, rendez-vous de
nos chaiments civilisEs qu'a ra lieu cete
f( e qui sera I'Ev6nemeit de la saison.
Arniv6e
Voici la liste dts passagers du steamer
" Abd-EI-Kider entrE ce matin :
BaRse-Terre : F. Chhicz, Ch6riez fils,
Freres Cimi le Edblond et Marc.
St Thjmnas : Leon Ac6 atin.
Cayes : Fernande Drone Euchtrie Tho-


mas.


EN TRANSIT


1). ur Jermic
Basse- Terre : Mr et Mine Jules Samuel
B'rdeaux : Mr et Mmne F. N. Ltraque et
enfant.


Pour Cubs
Bordcaux : Francois Tomei
S -Thomas : Mr et Mme J. L.
Elisab-th Whita.
Jacmd ; James A. Brieri.
Caves : 32 passagers.
T616gramme f an6bre


Brown,


De j'c.iael rous est pirv-nue la nouve'le
de la inort de Mme Ve V Charles Dsir
Be rier, belle-mere de notre ami le dEpute
Degraves.
Derni6re heure
Le Conseil Communal de Port-au-Pr:n-
ce, qui se composait de 14 membres, es!
aullu d'hui rlduit A 9 par la admission
des conseillers C. de Delva, H. Gaston,
D Bonny, et de MM. A. BLtchereau et T.
L. fontant. Ces d ux dern'ers, en vertt de
l'ariic'c 24 de la loi sar les Consei s Conm-
munaux avaient dj\ cesse d'appartenir au
dit Conseil pour avoir manque A p'us de
troit rTunions cons'cutives.
L- Conel et donc en minority, par
cons'q cn i compFtent.

H6tel Bellevue--
Le mieux situa, e1 plus con
fortable.- Champ-de-Mars.-
uiir a renomm6e.- Vue sur la mar






Port-au-Prince, $ Novembre 1909.


Au Directeur du Maiin

Mon cher Directeur,


E. V.


Co n'est pas sans une certain apprehen-
sion que j'accueille le fascicule dr. jeudi
de votre int&ressant journal. Do plus lein,
ce jour 11, que je devine Is camelot, je
m'assu-c que je suis b'en isolE des re-
gards er, ayant saisi le feuillet, je me sau-
ve vite dans ma chamb e, oiu, pour vous
parler net, je lui applique usne pet e cen-
sure qu, s.ouvent, A moi grand regret, ne
me conduit pas A donner le "bon A lire"
pour les lectrices de chez moi qui soot, au
demturan croyez-!e, des plus ferventes
du "Matin. "
C'cst que nos con:eurs du jeudi ne s'en
tiennent plu; A ce succes ddlicat et de bon
aloi qui marqu i cur premiere Etape, d'e-
gayer son lectear ei foueitant son bon
rire sain e, vigoureux, pareil A celui ecla-
tant, iumultaeux e gEnEral qui souligna
la lecture de La Vengeance de Rosaim.-
ble don't le souvenir, massu*e-:-on, ch.-
touilla la rate d'un brve et s6Erux abbe
au moment de gravir les marches de I'su-
tel Mds ces M s ears, procEdant en an-
no:a eur trop con'cienci, uc de faits, o t
vi e abandonna ce to \o e Four allkr foui'-
ler dins 'e tas de nos tii ili es passior-
nelles e rappor er de petites sce e* d'a-
mcur in im: oit, dans la vivaci e de la
peinture, la lub.icite des persoinges en
cause ne le c6de en ricn I'emportecreat
du singe anthropiVc tr;quant sa femel'e
dans les deser s prehis'oriques. Its en sont
IA A un ragod: trop condiment6 maeiepcu
le p us ba bu de %o. lec t u s.
Un de mes amis auquel, rice nae.,.
je m'ouvra's en confidence 1U-dessus, m'-&-
retait net :
N'en parlons pas, mon cher, c'est


Zola est arrive i crier an geire. le natu-
ralisme, c e.t p u avoir p -isE meIt bar-
oi cene te;herche come une prEcaution
inutile et fait reisder Iart dans la rep:.-
sentation exc'usive des- rEalites.


de aIs poteogrphie ; et il ctait at i'api:2
A la belle dto ', la Cigare t aunt d au-
tres.
Le jugement est sviv e, mais il e t Ir-
r6prochible de justesse Co Ume ami du
Martin ", je veuon lui crier gare en le
premunisant coatre des rTeve indication
possibles d'autant plus oedoutables qu'elles
sont encore sourdes et insidicu es Certe"
nous ne sommes plus au temps des bo: a
Ro's catho'iqces qui "'isolaient par u *e
lett-e de cachet I'auteur du plus petit cot.-
te grivois, lorsque pour sauver la mora'e
outrage, i's n ordonnaient pas de brfi-
ler vils et I' .vre et i'auteur ; bien pas-
s6e rus;i 1'epolue ou une censa-e imp-
*oy-ble biillonnait un F suber-, on Zola,
qui, en some, n'esie t couablei q-e de
piccadi le; au regard des enormit6s de nos
modernes impenitents.- Les teups sout
changes, me dircz-vous. Mais ce prog-'s,
s il en tst conmme toutes les choses, a sa
limit e qui est pour lui son sommit la cre-
te au de 11 de laquelle c'est la descen:e,
la chute dans les bis-fonds.
Vous avez vous m6me, mon cher'Direc-
teu-, affirm publiquemeat que votre jour-
nil a !e respect de ses lec'eurs le tres. Sa
tenue litteraire des plus soutenues en te-
moigne. Tel des articles de Nix on de
Jean le Fu-eteu,, tel dei cones d'Hibbett
oa de Ryons d'H. orneraient avant.g use-
ment le plus en renorm des quotidieas pa-
risiens. Ambitieux de la gloire de votre
journal,je vondrais le voir s'ajouter u'2 au-
ire tieuron p'us beau, celui d'un plos
gran] respect rour ses charman:es leciri;es.
Nj:re 'vi toire pas;Ee comme no re vie
actuele (fnirm:llent d incidents, de faits
asst z intressintrs pour egayer la verve de
nos contours san; que ceux-ci soient ob'i-
gi de rechercher l'appo t d'uae lit-ira-
ture tropsensuel'e J'en vru< poua pre ave la
charmante nouvel'e rublije hier, la Chuu-
,d1',e d'Hibbert qui plait infiaime-t.
Est-ce A dire que tous les cri's doivent
emprun e' ce ton on A pen pr6s ? Ei le
r6claman', i'irais au-Jelt des voeuc de 'e,:-
trices qti veulent b'en tire par mom nt,
et de ma pensee A moi mwme q -i ;u's on
bon amateur des g iv, series d'un Armand
Sylvestre ; et ne ri-querais-je pas par i ne
si intransiteinte revendication de me voir I
col 6 le titre de" P" e la Padeur san,
grande chance de m'en desaffub'er ?
Miis dans tout il y a une me-ure, sur-
tout la just, qu'il f ut "garder. C'est un
peu tout ce que veut mi suppliqce. (
De nos jours nos meres, vos femmes,
et nos soeurs sont trop scandalisees par les
incongt'ii:Es de la iue- la chose egali-
taire par excel ence, selon le mot de St-
n.o Vir cent- pour que le journa'is:e cce
songe pas a a;outer un nouveau levain, '
tant de ferments de pulverisation social
d6Ej en action.
D'ailleurs un journal, jouissant d'un
champ d'influence moins restreint qu'une
brochure, on Feu', m eux qu'A celle-ci,
lui demander moins d: d:siivolture.
II ne me reste plus, mon cher D.rez-
teur qu'A v. us demander pardon .pcur la
longuear de ma lettre, et vc a;rdit&rer que
je suis profondement vo re devou6 servi-
teur.
HUBERT ALEXIS, avwat
Nous n'avons pas i'intention de soulever
aucune4ispute d'tco!e avec M. Hubert Ale-
xis, que nous remercions, autant pour son
interet que pour les motifs qui out inspire
sa letre.
Nous exposerons seu'ement, A c6te des
sevres considerations mora'es qu'il rci
en avant, le poi it de vue precis quc in:-
pire nos remarquabks ctivatns du je d;,
et qui stt de reprodui e, au ant que ro.-
sible, sou. une forme a traya-rve, les c6 ds
r(e's de la vie h i i-n e E, no pouvo s
avoir la pE erioa de c oi e -,u le; con-
t'u s dai Main y ont ilus ou m i-s T'-
ssi, si'l fiu cu | g r a' ks temt igr ges
qua proclameat que ros peintures sort
* use ceuv.e de ;d it et qu s cco -
dent pour s, uer ei Fcrr-.d H bb r. un
' D k ns hi e I
le d ffiw le dans uie ente, rise de ,e
gea'e, est onjou-s, c rte de savoir pra i-
3rer ce realism dans an larg'ge E'og- '
e la tiaivialitc, et tout le airErie de lart
e iJe to: te tier d s cette recherche. S


116 all 00 IVR qtl

Iivrd d-4 hi 1-1.9s
S tioliago deCub I
Por'-ati-Princle 8
L' Arn'ist


v fdra.
It le sera plis di6,
de pas'sgOS Poo,

Nov, Ifb 0t190


F ROBELIN

Jo stussigntd fai-Asavoir auo pDbO
of au cormin' te en l1).4-iiCUlier V.A
Paurtir do& cette date .- ,)Asigns 0
DWciuR Jeudi mai',;I)jeius EiISCIO 2"
le M~me paraupho.
Bjradbvep, le 3 Noveflbt 1909
DNOUS ELUCIS


__


M. Hubert Alexis ne craint pas de parte
de porogaphie A gard de no$
confondant an i, avtc ks mei!neur
tions sans doute, la ptinture obs-e fatal
dans le but vulgaire de plaile an it
sions d'une classes sp&ciale de lecte
avec les sceis de rroeurs expo es dn$
but d'int uire sur la resistance de am
tarte soci.les et de travailler ainsi 0
vre morale de les fire diparas 0e
Chest IA, en effet, le but uie. d
itirature do Satin, et unoo dS k
responsabile de toute impression tra
re a ce bn que pourrai caused la lecture
des Couses du leudi sur des lectures
des lectrices que 'ear eapdram dispc.
serani trop aux Evocations et aut suggest.
tic ns faciles. gg
A la riguear, et dans cet ordre d'idi%
noS j udis littdraires pourraient mttne, i
lear port6e mo-ale, rectifier sur ce po't
leur nature trop en ireil ou I'dnddcati
trop neglig&e de le ir seas moral.
En ce qui concern la fiddlite de Dag
scCnes de maeurs. ce nest pas ioiute d'sa-
tirer Pattention delicate de M. Alexis
les a Pd/it. pops parus samedi dans 'e
Tjnuvmiliste et dans lesqcels Mr F. B R.
montre avec exzati ude ce qui se pase
dans notre milieu social.
Certain lecteors sont tellement p$h.
tres de cette fidd'i e que 'nan i'eax novs
6crit de Saint-Marc :
a Votre collaborator, Mr F. Hibbet,
est vraiment 6patant Je m'intereme exta-
ordinairement A ses productions, su-tout t
!es desopilants Contes. v
E* ea ce qui ccn:ern, la port social
de notre littdrature, voici un tcmoignae
edifiant que nous apporte la plume auton-
se: de M. Adrien Carrenard :
..Bainet, 28 Septembre 1909. a
Monsieur FERNAND HIBBERT, publicist.
Port-au-Pciace.
Mon cher Confr&e,
Je -u's, avec ane bien vive attention, evu
* CONTEST DU JEUDI 0 au Matin. Ces cO
oes, don't plasimurs oat dA attribaer b
longae sEre a 1'envie d'excell r dans I
genre panicu'"er, onut cereadant use toae
2u ie signification, ievetent no caracte
bie plus eleven. I s sont ap; elis a exercM,
-pourvu que ceux pour qui,ils s30s icfit
les comprennent bien, et se rendent compe
du seas moral qui s'en dfgage une biae@
f isante influence sur notre .ocict deo-
yee.
De m6me que ceux que laise saM
loisir I'diat social ac uel du people halt
tien, vous vous inspire on osa qua
lire attentivement vos contest poor s'en cOw
vaincie de l'argente nicessite de nfain
nos maeurs don't p'u d'une plume o maa
egre a dejA fait I'humiliane p iitule.
Vous n'y allez pas par la voie la plus 1 -
gue; et nul doute qu'avant loitenW
car vous fHi es at s-i ceavre de socWoogo)
vous ne remarquiez toit Ie profit qu'o s
tire de vos l ; )as, ou de vos coBeils,
vous I'almez mieux *
AD lEN CAtIliaRD.
D'o il resort qu'd est aussi dif6fil
de contender tous les lecteurs A la ,
que de satisfie tout le monde et son p0-
re. -CLtMENT MAGLQEE






Le paqu bjt'ABD-EL-KADER pft
ce soir A 5 h ure s prci.es pour J
imie,. Sdntiago de Cub,, Cay s,
m 1. Santo Domingo et (sea eC-
L'cscale dJe .e e t s b orda-







jteliers Saint-Joseph
. 44, Re da Magasin de l'E'al.
Rlt EBENISTERIE MKNUISEIIE
TOURNAGE SUR BOIS
OVA D FORGES -CHARHONNA(.E.
f CARROSSEIE -MARECHALERIE
Art v6t6rinaire
MODELAGE SURP CEMENT
PAUL TIEVI, propritt zire

iennent d'arrivei
BEURRE Ds TABLE
ferblancs de 1/2, 1, 2 et 5 liv.
BIRBE ALLEMANDE
10 l01a d)uz de 1,'-2 Biles.
'6 ,, grosses B les.
SVNTs chezL
L. KOhl ER.


LA
:OrdoInnerie


Nouvelle


C. H. PtTOIA
GRAND'RUE 143.
Aise sa nombreuse c'ientele qu'el-
vient de recevoir. par dernier ba-,
,une forte quantity de matnchan-
et de fournitures de touted fra-
or et de toute beauty, importnes
France, d Allemagne et des F.tats-
6i.
Lepublic 6l1gant, curieux de se
n chausser, v trouvera les peatux
[pus solides et aux nuances les
varies les forces les plus belles
S 4 plus appropri6es.
On n'a qu'A venir cbez G.I; Pl'T( >IA
r tre assure d'etre chais, s.ti-
ties meilleures lois du confuot et
a mode. Sp6cialitds pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, forces, foournitnres
mat6riaux divers pour cordon, e-
0ia0 trouveia tout ce qu'il faut, aux
Ies plus moder6s, A
LA CORDONNERIK NOUVELLE
143,GRAND'RUE 143,




l[ vape..r ALI-EI;HANY avant quit-
New-York i ,'rcredi 3 coUrart, pi r Ut
-Cap-Hait:en, Port de Paix t; -
Hes Dp notre port, est a tenilei ici
ill cOUrd', partira prohl) (l In 'rtt
5, oirAAS pour Pelit-loav-...It,-
1, Savatiiili. Cartagena. S.a,'a-M it-
et New.Y k prenaut la ,,.,
W t et passag. a s

L malle pout I Etran -. ,( i.t ,r -
p par ie vapeur I IN EL
EDE"RICt e1m ra a la (o.'e, je, i
Seourant( a ; heures prdciscs du s.~r.
Port-au-Prince le 6 Nov. mbre 190!).
F. IHERRMANN & (C a og nis.

Docteur C. Gaveau
UCSN CHIRURGIRN, AcCOUCHlUR
'*6l de 1' Universiti de Harvard.
tement special, par l'Electrothe'-
Ides maladies du Ventre, ch. z
Ime, des maladies des voie s g'-
urinaires, des maladies de v, ux,
m iladies chroniques.
I.malades ont seuls un in't '
l partnerr, grAce aux pi,,g ,
I* medecine moderne par I'app I-
SCi-llfiqlIe do I l -rCt, I(ii'
s maladies, les da, g is .t I.-
t fii ll""' ,s des op' atio' s i -
(kff. 'sli^biantta el ,', O ^n-, .,
[T .f.l "41'4t r 'raitpmip its fl<',f .< ,
"em-n ~"6cial des I ynmhint '
Pl-Y5.cu par Iappli-catiti
hult cront:6!6.
"TATIONS : matin de 7 A 10 hs.
LT a'6 ap, m di 'i d. '2 1 4 i,.
%LTATIOXs o'IrATUSITSW t'-*-* tll' -
0- Ip I.lundis de 2 2 4 ,.u-

i6 d 1S Edmond Leptrsse.
t4 ("e M* EdmoOnd Lespin-,se.


SPAIU=1


Sow k 1, a purVs e de So,.. Exc.
k. *j1V m dO kl 1l"pbque.
Matemltt de Port-au-P inooe
(Euvre d initiative privae fondue pour
Iprte ai tistarnce obstttricale et gynl'-
vologique aux femmes n,'cessileuses
Mans dstia clion de localii6 ni de natio-
Oaltd.
Consultations gratuites les lundis et
eudis de 10 it heures.
Sont internes aux frais de I'Otablis.
moment los femmes enceintes arrives
au terme de leur grossesse et les fem-
mes atteintes de maladies de leur sexe
pour les operations que n cessiteront
lers ecas.
COURSE PRATIQUE
If. le Dr Justin Dominique, medlecin
do louvie. commencera son course pita-
Uque d'obst#trique et de g)xn6cologie le
lundi 8 Novembre courant de 10 a it
heures et ie continuera tous les lundis
A la mdme here.
M. le Dr C. R. Boyer, m decin de
I ouvre ct-mmencera son course de Pa-
Iholo ie de la grossesse et de mala-
dies des nouveau n's le jeutdi 11 No-
vembre courant et le co ntinuera tous
lesj6udlis l la mlme lieure.
I.es pesonnes qui (d-sirent assister
I ces cours sont invitees s'inscriie au
secr~tari.at de I'ouvre les lundis et jeu-
dis de 10 A 11 heures.
L'A dinisitrateur,
Doclcur I. E. PJEANTY.


VER SOLITAIRgK
CUM RamJLE e of 8 DAs= eA q
en isMX s n per les
GLOBULES
deSECRETAN
ma0e8 s OUVERAIN
a pm In il aux do Paris.
OMrPM AMs Dro succs.



AVIS
M. M-rcelin Jocelyn. avocal, secrs-
taire du Cons#il des Secr6taires d E-
tat, faith observer au public qi il signed
M. Jocelyn, et qt'dil ne rccevra pa.s it s
plis portant la sus-ription J. Marec-
in qma lui seiont envoys.

Monsieur E. Robehln a l hon .o'
d'informer Ie public et le omminerct-
que le nomme Fdorard I.'\'s-ne fAit
Ilos pastie de son per on':el
Port-au-Prince, 4 Noven.bre 1909.


Lipn Hollandaise


-- .%.w 1171


Le stcamer PN IutI i l r. i i v,-
nant d s ports du Srd et -e St .Marc,
sra ici dimanch- martin tt rtira
Owns la soiree pour Gonaiv s et New-
York.
Port-au-Princs, 4 Novembre 1909
Ato AHRENDTS, Agent.


Husmntrr


Soda


Water C


Royal kola Champagne "

Royal Ginger Ale
Elle vous convaincra de la roelle sup .iorit6 di ces exquis raffratchislment
Agence G6n6rale et D6p6t:
AU MAGASIN DE LA MItTROPOLE


MAISON JULES LAVILLE
8, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT.AU-PRINCf..
Vous y trouvcroz aussi le
Splendid Kola Champagne
Ce soot lea meilleaurs, lea molas chers pour leur quality.
Les Gotlter c'est les adopter pour toujours


.&!Viii de Propri~e'tai~re

VINS ROUGRS et VINS BLANCs do tab!e en fdt set a caissiaz, Vins fins cache-
tdq., Malaga, Iiadbre, Vermouth, Vins doax, Champagne A des prix trbs-m~o-
16rf~s Weont en vente A partir daIt luni 15 Novembre chez Mo.-siezr FER
NAND LONIEWSKE. Maison J J. Audain, rue Lainirro (Iit gttelle-Villa).


Mr Oreste Balloni*


N6gociant impo rtateur
X rhbomnour d'annoner ?A R-34v~ o' tinnb! -c vimts q iii vient d'dtablir sur
cello Place un. stuccurr.foat. Ch i Aloiio I :iiienn-i au coin des rues Reux
.ot if'a Centl.e oil face I- 1' t.-l'.sia.n-7io A ,r.-I BWyatoi.
11 leasinvite ~ ean wintemp-4 A v.- r v~sit.-r. Awe.- ir 4.1l un lis 11du Coll-
rahift f-n oota k .1a chap atax .1-v %ra1.o p tilio *11-a ii#.- t d'uiie r~e~llsupdrio-
djid qlfil vient d.i tecevtoir par le deruieu 1) CL*.~iU
Ona trouvera d-tn3 cot 6-abhi~senieaat:
FoUwNU D CIIAPR3%UK P.W11DAWN ,- Ci~sreVxriurkic a CAPiM DI? Xt-
LON4, DSSOWI*ia.f c %A1rliv 4e. -P# ricutwMoil 0Mt'j) rj'I)flivICqTXS c 1ojLKUIIB.--CIIA-
PI'AUJL On PAIUZ U99 ePAUMIhliQUALIT* DMrs CANOTEEK.
N 9 -Tossleacbap-'air port.eto'en tout is Isttres, les nov. ot probnom
in pwop'Iftahq.


r


-rr I r II


Sctwcn'


Hautes Nouveaut6s

ton.B COSAGss Pa*oIoeaM MAitm-as JumPR CUAPSAUX gmils
et non garnish pour dames, aUlettes et b6b6s, FLtunts, Runaus, Dr0M ILLSa,
ECHARP s, PAUMnatnic, etc., setoot en Wnte & des prix trbs mnodr4fs
patir du lundi 15 Novembre chez M idame PERNAND LONIEWSKI, Maloa
J. J. Audain rue Lsinarre (Bagatelle-Villa).



Essayez
Une Boutoille des d6lioieux produltS do pa


I vVI I I TI _





- p


Pharmacie W


Place


Buch


de la Paix


FouRNrruaUs POUR
CHAPAUX:
Palles, Fleura
Rubans,
Plumes, etc.


Execution prompt et soignee des ordonnances.
Analyses scientiflaues et techniques.


Anal yses des minerals d'or, argent, euivre et autres metaux d'apr6s ;a
method am6ricaine ( fire essay ).
Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops .t veritable KOla
C'hqmpagne A P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en detail
Propridtaire : W. Buch
Pharmacien dipl6m6 alle n^,
D6pot de Kola-Champagne :
AuX Gonaives : Madame P. Laraque
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-GoAve : Hermann Reimbold & CO


Laboratoire Sejourne


PREPARATION DE TOLITES AMIPO)UIES NIP.DICAMENTEUSES
l.lS14ES ET INJECTAIHVS'.


Articles de
P aria, etc.


8 ANS


DE Succ*s


STARl.


Ampoules d'Eau de m6r Isotcn'qies selon Quin'on..
L'eau de mer que nous employons a .td soigneusoment capt6e an large,
au delA de I'lle de la GonAve. Nous faisons remarquer au Corps medical
l'observation judicieuse quo font les laboriatjircs strangers :
a L'Eau de mer injectable doit etre de fabrication r6cente pour avoir toutes seo pro-
pri6t6s thdrapeutiques. De nombrcuses attestations nous permettent de cortlfet queo
nos products ont donn6 tous les r6sultats esp6res. a


Serum nevrosth6nique.


Ce Serum r6gularise les changes nutaitifs, il a tW employ
9)s dans la neurasthenie, la tuberculose, etc.


Leonce Laraque
Reprdsentant de la Maison Th. J. Dubois & fils
de Bordeaux,


avec suc-


Frrres


A I'honneur d'iuformer le public qua, A partir du 25 Octobre on trouvera
chez lui, 4 Rue das Csirs ( en face de I[ ,'-into irt ) du bon vin de Bor-
deaux ( rougi et b'ane ) aux conditions s;nvaidtes :
Vin roue : IP. .500) e gallon. I Vin bl-nc : 1. 5 50 le gallon.


S p.
P.


1.2. Ila bouteille.
22 W50 les 7) gallons.


P. 1.35 la bouteille
P. 25 00 les 5 gallons.


N. I. Les bouteilles seront reprise' A rai-on de P. 0.20 piece.
Vins fins


Chateau La Tour de Mons P. or 0.60 la bouteille.
Chateau Roy. I P. or 0.80 la bouteille.
Chateau Cautemerle P. or 0.90 la bouteille.


Blanc : Chateau Filhot de Lur Sit ie'. (Sauternes) P.or 1.00 la bouteille
On trouvera le meme vin et aux mAmes conditions : a l'Epicer e St An-
toine ( Avenue Ducoswe ), et chez Mr Marcel Audain (Chemin des Dallos).

Grand Ilabais I


TERCENTENNIAL


EXPOSITION ( t907 )


HAS CONFEP.ED A


Gold Medal


upon


Tannerie Continentale
DE PORT-AU-PRINCE
CHEAUSSURES
CuRvaAu OL.Act, pour homes et dames P. 10. Enfants P. 8
VMIMs UCLs 12 10
COUNUR LOTUS a 9 12 10
Pour la ventse n gros 5 olo d'escompte.


COGNAC OTARD-DUPUY

Pour tous rensetgnements et Commandos


8'ADRESSER A:


Topique D. SERIES
Po, les Chevaux


Gudrison r.,pide
Plaies aI Entorses, Flixions
Pansement ficile, r
certain. Repausse c


de Boiteries, des
Parts, Foulures.
de poitrine,ctc, etc.
rapide et d'un effect
du poil assure.


DEPOT : Phar macie
Rue Roux, No 108 et Rue
N 124.


Modern
du People,


PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


NESTOR FELIU
L excellent tailleur avantageusemole
connu do touts la RApublique vient
de rouvrir son atelier Rue Fdron,
(Ru.e des Miracles ) N* 61, prbs de M"
L4ger Canvin,
Sa nombreuse clientele trouv, ra
comme toours touted satisfaction
pour lea travaux qui lui seront coa-


Chez App. Cipolin
155 Ru Rdpublicain en face de Mr
E. Robelfis
Viennent d'arriver par dernier vs-
pour :
Pate de foie gras. Saucisses trufles
Pigeon aux pois. Tapioca. Choucroute.
Asperges etc. Fruits cristalis6s par li-
wre et par flacon. Prune d'entes. Vina
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver-
mouth. Cognac. Champagne.

Francisco DESUSE
Fabricant do ohau-ms--e
La Manufacture a toujours d6pft
in grand stock, pour ia yveat s
iros et on detail, do chaussares "
'*oas eares pour
foumas, Frmss, EMAwAms
Les commands des commergaat8
de i'iatrieour pourrout etre "eox tteoe
ians one semaine & pea prts*
23, Rue des Fronts-Forts, S3
SORa-AU-WaXic (AMn )


M-ison .tablid depui-r 1795,
dans Ie ChAteau de Cgogn ,
o eat n6 Ie Roi Francois 1n.


Aodr6 FAUBERT
38,RUE ROUX PORT-AU-PRINCE.


Agent g6n6ral pour la R6publique d' Jaltl.


I


I OIut6 adrionuoli coo? *go
II NLAh soiold. El~icuTO s
I~~~Pi i~j ris rd~


Rouge:


JAMESTOWN


-~ ~ f


--~-~r _


-- --


a r


I


Attentio1l
Voulez-vous 6tre mieux chamm9I
11 et tra- rare do trouver dSas
mdme confection l'E*ganc et la .
I3M. VITIELLO frres,
les spbcialistes en chaussure POWr
homes, formes fran~aises et am.
caines, out I'honneur d'annocer &
leur nombreuse clientele qa'us vis.
nent de recevoir de nouvelles form
a Do Dernier Cri Parisien ,, duo v6.
ritable Modern Style.
Leo Chaussures soot reconnues in.
comparable par Ia Commodit de
leare forms et par leur Solidit4 joint
II un travail entieroment flni.
La Mason possede en d6p6t de
mat&riaux de premier choix prove.
nant des mei leures fabriques dM
Etats-Unia et de France.
Ohovreau verni, Extra-Qualit6,
la meilleure marque.
P.au jeaune de toutes nuance,
veritable Cuir de Russie.
La Quality des fournitures employ.
y6es dans les souliers et les seoil
apportds dans la confection nobs per.
mettent de les garantir come In
plans solides et les plus durables.
Stock de Chaussures fines poor It
vente en gros et detail.
Assortiment comp'et de cirages V
lacets de toutes nuances.
Prix fixe mais modern.
Adresse : VITIELLO fr6res
145, Grand'Rue, en face de la Po0t*

Maison F. BRUNK1.
19S GRAND'RUE 19
Dirig6e par

L. HODELII
Aneen uimbre o U S 461 PUJ.
krepiqtu des maftras taillers 4. Pwk
Vient do recevoir an grand cheoi d'#*
Ildes diagonals, caasimir alpaca, cheTi*.
., eheviote our deuil, etc, RMommam.
P articaliUrement A sa clientil* u
oeloe collection do couaps de ctasil,
to gilets do fantaisiea t de piqwad e
oute beauty.
Sp6olalit6 de Costumes doe sO
Aw.- Coupes Franai3e, Anglis*e
mindtisa5e do Ia dernire rt.eMs
La msa1en confectionno ass dies00
tumes militaire1, habits brodi
Llm3ans. taiqu habits eSBar
-68. Ote ato, d* toea taeo4


Chapeaux 1
Chapeaoixl
Chapeaul III
PAILLI I p9Z 1
AC=OURIEZ CHEZ
Feliberto Gonzales

JOSEg SAN MILLAN
FABl1a1U BI CAPUAia
1ls do CeuIV. A. M
Peor twes Ie ges e, pe-.


FBLIX MAGLOIU
AVOCAT
I13, Rae du Centre, I I.



Tailealr-Marohnd
Donne ais A sa bieila*
tile quone a maison_.,i o: rsVos**
lire eat toujaroS b .e ,.
lvariet6 d'OtoUeS do *a -


Specialitd: