<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00766
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 4, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00766

Full Text


IP0RT-AUmPtNczE, Rli


. iAMO Ann6e, NC 782


Jeudi. 4 Novembr 1909.


'3


1


- 'I


OUOTIDIEN


Abounemonts: DIRCTEUR-FONDATk URL UtR15zs
"U-PIUNCEU Mons. G. 2.00 LLMMO1 IT1l
HUPLIN~fTmos ois 5ooC16mezit-Magloire *mW*
Tois Mois. a .200DIRECTION- it DALTIQN-AIMWHISTIAThbN
( Tais ois .00ADUM~ST3ATREit, Arthur Isidore
LAIER ....... TROIS Mai$. a 8.00 45P33 m,45.


CONTEST


LA


]


CHA


la ouit des rumeurs avaien'
villa de Petit-Goave et les
sa environnantes. Sur l'habi-
:quemart qui touchait & la
oche de la mer, i'agitation
on comble. L. commandant
-e Delva apr6i avoir soulevd
kteurs de la montagne, venait
da u6.6 du gdn6bal Rigi Al
it au Pont-ie-MiragoAne ouf
no se trouvait que A'avan'-
'armde da Sud. A Poet-Goa
tendtit A- tout moment A uin
sent et i'inquidtude Ptait
lus grande que la ville dtait
d'are i6sistance asrieuse, vu
un passage et A ce moment,
i insuffisamment gard,6
olons blancs 6tai.nt affold.
ar Tous-aint qui avait com-
u social du travail et du pi-
Ins une socidtd d4gne de ce
pauvris colons, par le fait
mt protegds par Toussaint'
par I~ m& me lea pires en-
Rigaud qui les appelaiect
me qui 6&uivalait a0ne con-
i moit Aussi, au bruit deo
o avaut des troupes di sud,
qui parmi lea travailleurs'
adonueraient leurs plant
lques-uns 6taient dej& pir-
stres faisaient lears pr6pa
les rfjoindre Sur c-s entire -
brt Trois-Boutei les, D is
Dalva tomberent sur Petit-
ilev6rent la vilte A sies d/-
,res un combat acharnA,
Irte durde.
,cela se pratique en ('e
Pictures, un incendie dcl i-
do carnage qui suivirent
Dix-sept blancs furent pris
parmi lesquels le riche-
ddric-David Jacquemart,
de l'habitation do ce nom
belle Mile Pauline Jacque-
I cheveux d'or talent one
roces que Saint-Domingue
tec tranquillity a I'ad-
C .onnaisseorl on beauty.
loir descendit doe la monta-
Bt aur la ville, puis sour la
i1 silence so fit. Ce fut A
*ntendit leas qui-ive des
4de avant-postes places
I route de Ldogane. Mtis
deraiee rretes de I'in-
bait jusque *ur le che-

II
Shares du soir, quand
tre I'Acul et Miragelae,
*po96 d'!u homme,d'une
Smale chari d'objet,
do is amam., s'arrt&a.


I
t


DU JEUDI cirut come un z6bre jusqu'au ca-
not, ei s'enfonuant dans la vase. E
lent6, en daux coups d rains, I'em-
UD IE R E rcatior lut a vingt m6ti es de Il ter-
1rc.E II en 6t)it temps. Car le batailon
dti derni-brigade qu'avait annoned D.a-
i ou venait ,lo s'ariter 1'endroit m0-
Est--e que le cannot est IA ? de-r me ou Pauline Jacquemart pleurait son
manda la femme d'une voix qui d6fail- pere, un ins'ant auparavant. Et commt-
lait. Alors l'homme ld:hant la mule, l'incendie s'dthit raviv6 ld-b.s, les deux
s'avanoi dans l'obscurit6 en fouillant futitifs purent distivguer des ofticiers
ii 11 a.-ir.l I a v, i v .yA asQsi ou annitrA a u t la nh dii iA


creux bizarre au milieu duquel des tri-
angles de for et ,luelques doublons
d'Espagne gisaient. Les plus avisds
s;approprirent les d(eux ou trois dou-
blons oubli-4 Ia et sa omirent en tAte do
rechercher la chaudire.Ilsla trouvLrent
6talde, b6ante, & l'endroit oBi venait
mourir la mer, av.c A un de ses an-
neaux un nceul on coidage coup ras
par quelqu'un, sans doute, press de
'61loigner de cet'e plage.


u regii I ri vage, !K. ... ...i uo uCilo ,e a ~ uauuos voyageurs, devart ce spectacle
Le cannot n'est pas IA, dit-il. strange, demeurarent pen spectcle
C'est atTreux comment faire alors? t Ill prince ce omarretv u, p lvi et com-
rdl liqiala dame qui n'6tait autre que rirent que le navire qui, la ville, lo-
la belle mademoiselle Pauline Ja:qae- LEI t.sormais ca devint la function d- plan, s'6tait approach pendant la nuit,
mart. cette chaudifie d'etre comme un point avait envoy un cannot A terre et a I'ai-
Attend z-moi ici, mademoiselle, d'arrdt sur Ii route tie I' Acut. PaR un de d'un cordage solidement noud & un
report I'homm. C'est pr6s d'un man- voyageur qui pass jt sans qu'il ne s'y des anneaux de for de la chaudibre,
glier un pcu plus J A'ou st que j'avais arn~it soit pour' s reposer, soil I'avait ddtorr6e par suite d'une simple
dissimrul le cannot. Je reviens dans un pour so soul.,ger. Et pelit a petit, la mancevre on avant opdrde A bord. Et
instant. Sirveillez la m- la pendant chaudi6re !-,'foe, ~uit sous terre. par ceux des intdressds descendus A terra
temps. Inaction lente do temps et de toui ceux dans le canot,s'dtaient empares du trd-
--Cest bon, faites vite, Dalaou, dit qui s'6taient reposes dessus. sor qui dormait depuis si longtemps
Mile lacqutmirt. I Or, un jour,- Stiint-D )mingue s'ap- dans le grand chemin sous un cou-
Dalaou qui 6tait un noir, inspecteur plant Ii R6,ubliqie d'lfaiti, Alexanilre vercle.
des travaux de l'babitation, s'tloignti Potion 6itit Pt6si lent et personnaonoo On fut longtemps, A l.tit-Gol.ve, A
rapidenent. .Tr6 devou6 aux Jacque-'se souvenant plus a Petit-Goave qu'll parlor oif cot lvnementp--et chacu re-
mart qui avaient toujours etO bonds ,avtit exists une vifngtaine d'annde4 au- grettait d o avoir ps emevinnqucha la
pour lui, si Dal iou ne put saucer M. paravant, di braves gens qui se fussnt chaudi re couvrait une fortune.
Jacquernart q(1i, en quelque sort, s'0-, appel, s lacquemrn tl un jour do.:, le caudiIre couvrait une fortune.
tait FrdcipitA & sa pette, du m)insl il viux miu' re G -ss e son jun, coi- Dpi los. a Petit-Gove At aux
tit parvenu A cacher en lieu ',dua-' pagrooa Mezila-, hli ur comme lui, li- environs, on "'a plus jamais reva de
rant la jou rine rouge qui venat .e rent un voii' r q'di louvoyait au lhtg', ch utibre bouch9 en bas.
s'6couler, et mademoiselle Jacquem ut et d "daiguait de prt liter du vent favo- Et c.'tto histoire me ftt racont6e par
e la fortune naobilibre de M. Jacque- rable pour entrer au port. min pere qui la tenait de ma grand'-
ma, t. Le vieux ima atre Goesse, ancien esc'a- mera qui la tenait de mon aleul., i
Et cetlo fortune rtprbsentee en titre ve, qui faisait senjb'ant tooijours de ne g4ndral Augustin Ilogu qui fut adna-
en bijoux et en numeraire d or, 6tait oir ce qu'll voyait tt de comprenire c tour sou, Ption-et dans la suite ami
a cette heur', dans le sae de paillo pla- qu'il tntenddit le vieux minilatr ,dlA Dilao- lors lue celui-ci rentra en
ed A califoutchonsur le dos de la mulh Cesse aprbs aoir thervd attentiveiiient ll-iti, apre6 It mort de Matemoiselle
don't D laou avait recommaidA I, sur- i'horz dit a son o onp 'gnaon J ',qiemait, vers 18i0.
veillance avc tant de sollic,itude A I M sii", ctdgnou batliu ou bien qfnou!
fille do son patron. barrique qui Id-bes ld ? F RNAND IlBBERT.
Pauli :e Jacquemait, debout *l la id, fr Gese, ho fit .-izasa n '
nuit, au milieu du chemi,', dt-ti com- scouriant, ou capab dit que ou pa- oBu
m1tigde dans a douleur. Di bran Ius ci grOU MATIMENT mA WN iui dehjrs la. | I
secousses nerveuses la remuatient toute, lleoa I t.ou s5 f a G s-e, to capab
par moment. E'le avait oublid Dalaou ganguin raison.
et pensait, le tosar dechird, A son pbre Le spectacle de ce navire louvoyant
asStssin6 presqje sjus sea youx au au large n'avait pas excitb seulement la IR MIMR1GN M NX TS
nom des principles, h6las I curiosity du vieux pacheur Geese et de M*T1O OI OL OG IQW
Soudain des pas pr6cipitds rdpercu- son compagnon Mizilas, mais tone
tbrent centre le sol et Dalaou se dressa les Petit-GoAviens s'en 6taient emus.
& Oes c6tds. On puisa toutes les hypotheses, mais
Mademoiselle, s'6cria-t-il, d'une personnel n'arriva A expliquer la pr6- 3u
voix tremblante d'dmotion, nous n'a- sence an loin de ce BATIMENT BLANC SEEIlAIUR COLLIK S*t-MARTIAL
vons pas une minute a perdre .. .. it qui s'amusait A tirerdes borddesinqui6-
a une companies qui s'avance doece tantes A la fin, car le commandant do MUmCREI 3 Ocroa.s t 1 ,
cdtd, venant du Pont... C'est peut-Atre la place s'dtait ddeidb6 A fair battle la e arom6tre A mid 6o
le g66hral Reigaud li-mme... je no gnrle, "par mesare do pr6caun- iu
sai pas. mais ie canot eat IA-bai... tion ", expliqua-t-il aux citoyens qui lui Temp atrminimum s,8

nous n'aurons pas le temps d'embar- en demand Jtrent I raison. romaTmai m lp3
quer lea objets pr6cieuxN. N usa em- Qland Ile soir vitit, tout l mwo ide .i m 3,
orteron s leitrs setlement qu j at avat prit son part de neo ien savor, Moyenne diuere de* a tempdratro e ad,G
or mosl. II va falloir coorir. et chacun alia se cooucher sans so prd- Ciel clair le martin ; auageox I'sprfs-
Et tout en pirltnt, Dalaon avisant occuper davantage du b.Ateau fant6me... midi.
uEe gtosse chardire de distillerie qui Le lendemain, A l'aube, Leas gens qui Halo solaire A plusieaurs reprises dan
avait roui6 sur la route, grommela : voyagent uotidiennoment par la route iaprbs-midi.
"voil mon laro de Miragolne 0& Petit-GoAve, an moment Eclairs de I'est a enord-onest A pestir
vol..on affair ca"ttes quae portait qu'ils t arr6taient pour prendre leur de 6 h. da oir.
Eta mule, sai les c6osa lr sol et dans pause habituelle 1 'endroit opu tait fl- Ors, e et pluie de 8 h. o50 A 2 h. do
la mole, ile hrclden renversa la x6e depuis des temps prdhistoriques, mating ; total : 33,5 milllettres.
haudir mo d s.et. Ps, ooa faith, i prit la vieifle chaudirea ns la virent pas. A 6 h. do matia orge mu N W.
Pauline u emSt dams es bras et A sa place, l parent contempler an J, SCHmRR










( Tribunal do Casmaton
Section criminal
Audience du mercredi 3 novembre 1o90
A dix heures et demie du martin le Tri-
bunal prend siege sous la presidency de M.
le President IH. Lechaud et prononce les
arrets suiv.nts
Celui qui admet la demand en ren-
voi pour cause de suspicion 1Egitime for-
mee par Mr Alphonse Pouget contre le
tribunal correctionnel du Cap-lHai.icn, re-
lativement A I'action introduite co,.t e lut
devant ce tribunal, A la requate de Mr J.
Adhemar Aug s e, dessii it de la con-
naissance de cette afftire at les parties pirdevant le tribunal c )rrec-
tioncei de Pjr.-Je-Paix.
Ce'ui qui dec'are inadmissible It de-
mande en renvoi pour cau e de su picion
ligitime former par le ci-oyen K. Casimir
contie le tribunal corte.tionnel des G:-
naives et le IArque du dit tibu ial.
En end ensu te I'sff i e de :
Fleurarcia Payer contre un jug meant dm
tribunal criminal de Jlcn el.
Mr e juge Bron lit son rappoit. Le Mi
nis 6re Public, E 'e Curiel, conclut au reject
du pourvoi.
Le sieg; est lve.
Tribunal Civil
A ud.ene civile Jd 3 ?Lovembre 1o90
Preidence A Po-jol
.Minisie-e Pub'ic A. Thibault
Jug- menats prononcEs
Ce'uijqui ordonne une exerti e de I'in,"
meub'e lirigieux entre Joseph Comeau e
E umanuel Stdni) Comeau, ecc. etc. lequel
immectble est ~ tue en crete ville, rue Ti e
ma se qua a 6te omis d htre exper isd.
2 o Celui qui declare Madame Lio'ine
S.*.eph recevable en son appel conre le jo-
cment du tribunal de Paix de Mirebalais
Iclare qu le dit tribunal de Ptix et cornm-
petent pour connai e de la conte tition d=.
patt cs et condamne C'estmoi Isidore auT
depcns.
Composition du jour
Prd-idence V. V.lme.
3 Ce'ui qui done acte A Michel et
Jue s Dervieux de ce qu'ils se refC ent A
justice en ce qui a trait aux doutze piedi de
terri que la dame Veuve Joseph Val p-e-
tend occuper w d os d'Eulalie Compare;
avant dire droit d'office, Ites lieux conter.-
tieux seront %us c visits par Mr e ) ige
J-an Z4phir de cc siege que le trabu al com-
met aux fins ci-aprts, 1-quel ve transpo- e
sur le "e rail s;s en ceite ville au el-Ai
A I'ang'e Sud Est des Ruei des Boucher-
et Conti et constatera si cet emplacement
qui meure vingt quatre pieds de f cad- sur
Is Rue des B uchers A partir de 'a Rue
C'n i et rtnte qua re p'eds sur cette der-
uiec u- est occupy par les s'eu- ct d me
Isaac Vil 4 Ce'ui qui condamne Cumille Gabriel
Augjstin A payer au si ur Naihan M rc, u
la some de ving' r euf dollars et cell
de deux cent cinquante six gourdes. va'eu
restnes dueo sure montAnt de divers h
bits, declare valuable 'a s;isie f ite en i'E udt
de Me Suirad Villard.
5 Celui qui condamnne le situr S. C
Preston A restituer sans "erme ni del i la
some de cent quatre vingt quioze gou -
des 6o centimes au sieur S-g6se Birre.ui
qu'il avait rcqae de ce derrtier et le con
dam- e cent gourdes A titre de demmages-
interets et en outre aux dEpens.
Affaires entendues.
Divorce des epoux Visalma.
a2 Cesarcontre Nader.
Audience correctionelle dm 3 Novembre
1909.
PEsidence A. Ch.mpagne
Ministire Pub'ic Lys Lutortue
Vu 1'indisposi ion subite du substltut La-
tor, u, tribubal a E 6 ob'ige de everr le
s'ege.
Revue des Journaux
De LA DaSCIPLa.NEa
.. Qu and, surprise de certaines declara-
tioas consignees dans l'enqulte pride qui
a eo lieu au co ame cement de cetie an-
nde, nous avons de aux renseigoements
et q e nou avons appris omament avait etE
dressed la Liste des Bourreas ; pourquo


on y ava t compris certainoe persoones, s--
chant bieo qu'elle n'avaienr, ei aucuoe
fagon, participd A I'exdcution du 15 mars ;


quand nous avons su que c'etait Ia une
vengeance politique sous preretse de cette
execution ;que l'on se sou:ait, dans la
poursaite de cette ?ffaire, moins de la cause
de la justice manifs'ement outrages que
de se servir d'elle pour venger an cenacle
politiqse, lattant pour la satisfaction de sa
haire ; que le chef de ce parti ne s'est pas
fit scrupu'e de se pr6 er i c tte ab-mina-
ble marceuvre, neu; no s sommes defnan-
di ce qui ar iver:i au piyq, si les favcuts
popul iires avaient, au lieu du general Si-
mon, pI ce au fauteui pr*sidcentiel M.
Ant6ror Firmin.

... Si un ho:n e ptu', sans hitaioi,
avec u 1 sins4Cee aussi rcvoltant, et comm
de gaitd de ceu'-, envoyer A t mort tant
de parti;ans, sculement pour essayer de fai-
re triom.her ses prd:enwions A la presiden-
ce, que strut-ci si la fo'ie popul iie I ap-
pelait A la prem re migi;trat i e da piys ?
Qu nd les dfen eus de sa cause ont fait
si boa march d! la ve hamtine et se de-
manent tant pour intE eiser la justice A la
a isfic ion de leurs h-i ies de part, qu: nt
tera'ent-ils pas. s'ils avaienr pu se saiir du
pouvoir '? Que de gens deji fuiilles pout
n'avoir pas 6,6 firmimis-es Que de cris,
de lamentations aurait souleves un goz-
vernfment preside pal M Firmin, et uel-
le calamity C'est A nous de prevoir I av--
nir et de pas contribter i rous le fair au.-
si sombre.
Le T61egraphe"
Le Bureau du jcu-nal Le Teligraphe"
et I' n;i-re-ie Arthur Bannefil seront
transit rds dans la quinziire au Qu i. A c6'e
du Retiuurant de la Giaciere ( Ptopri6td
Riviere ) pcur cauwe d'agrandissement.
A Carrefour
Ce ma in, S. Ex. le general Simon, ac-
compagn6 de M. J&r6mi., Secrdtaire d'E a,
de 1 Int6 icu,, C. Rigaud, S c dtaire d'Etat
des Finances, M. C'. u 'e, Secr6taire d Etat
d. s Rela ions Ex dricures ct d'ure paitte du
personnel de !ei maiqonn, s'est renda A
Carrefour ou l'oi fctact Saint-Charles,
patron du p trore-que et graci us bourg.
Apes minesse cu la Musique du Palais
se fit ente 'd e, le general Simon visit les
prn:ipaux endroits da village, et regagna
ens-it e la vil e.
O1 a itt enchan 6 de la bonne visi e
pr6biden iel!e.



La i unestio USyriniU

IV


price que seueacnt its oat be-oin de jonir
des advantages don't peuvent bienficier les
amdricains ou les fnficds et qui detain
changeront de nationalitd ausi facilement
qe tel d'entre eui qui se fait ici appeelI
Slim ou Antoine se fe-a plus loin appeler
lacca on Asboun selon qte 'e. circonstan
ces I'y obligeront. Au contraire, l'in-1r
soper ear des Paissances est d'6liminer de
ltur gi on tous les iatrus qui ne peavent
qoe ru re A lear ban renom et A la consi-
deration dont, a just titre, elles jouisseno
parmi nou;. Ah I si 'e Gouvernewrent vou-
lait 1. .Lc bel exemAe fourni par le teprd-
sentant dominicain et par le D6partemen
X'E at dit assez qu'il ob i-nlrait pleine sa-
tisfaction.
En atie idant, il i uporte que nous ado,-
tion; de. meiu es pour sauver ce qui rest
enco e deboit du commerce national et
sur ou- cette clas e plus qu in 6ressante de;
petits dhaillants haili!ns. Le salt du ptu-
pie 6tant la 1 )i supreme, cuts les fois que
l'autoriti euat prendre des mesares pour
sauvegarder 1-a int&rts menac6s elle ne
doit rullement hisiter A le fire pouavu
qu'elle ne viole aucane loi6cri e.Au surplus,
dans one dimocraie, que ncus avoos la
p 6tention d'etre, tou les pouvoirs n'exis-
tant que par d6'dgaton, do Souverain qui
est le pcuple, l'Aatoriti ag't toujours s5-
gement et dans 1 int6:it supricur de la col-
lectivitd lorsqu'elle donned sati fiction aux
desiderata de la nation. Or dans l'espece
actuelle le vaeu hautement et maintes fois
manifesto de li nation tout entire est que
le flot syri-n s-it endigud.
Le G,)uverne- eit, en at c dant qu'il
prenne des mesu e; plus d ergiques e plus
radicales, d la loi :ur a licence qui est aussi A ui cer-
tain point de vie u e loi de protection na-
tionale puisqu; seal l'6.ranger est ast ent
i ce :e formality. It poarrait done refuser
la licence aux syriens res- s tels qui se-
raien* alors mis dans I'imcossibi it6 dc nui-
re. Dans cette question o& c'est I'avenir do
pays qui (s- en'jeu-car le pays nest vrai-
ment p:oirbre que si ses fils ne sount pas
dans la mi 6re il imported que noes proa-
vions que nous sommes capable de nou
lievr ju'qu'a la conception d'une politiqu
6conomique sage et rai onnie. Si le Gcu
verte -eat entire r6so!r.ucnt dans la vote
d'une solution satisf.issate pcur le pcup'e
de cctte obsidan e question syre-ine, il au
ra b en mnrit6 de la PAtrie e, la nation en-
tiere battra des mains.
Awtri.YRIEN,


Pe it Goive, Nuvembre 1909.


FA NPTAITRE[L


Cette oeuv e imtn.or'ante intbres e au p'us r All 1 AII.Li'
haut dere 'e. P-issances inter, ssee;. CarD["T AI SiM I "
aucune d elles ne v( udrait vcir de fticiions PORT "AU-R INC lLNNE
se produi e dn i le.irsrappcts avez nous ou
du fait d's syriens ou d f it de n'importe
qu-I autte de lears ressor issan-s Njxe A la Commission parlemen-
esir htant d entreten'r des rapports tries taire de Ccntr6.e da Retrait,
cordiaux a e: dies, el!es doivent par tous --
Its moycos en leur pouvoir nous rendre ft-
cile cette iL:he ardue e: rebu ante de me:- La commission parole
tr d' ccord les int&r s internationaux tou- dutaRetrat deali-
jours en lutte et en appa-eace tcujours reuse d'ob6ir le plui
irr6conciliablcs L'en e re international, t6t possible aux pres-
n'est-ce pas d'aillcu s vers quoi semblent criptions de la Loi
evoluer les sentiments det peuples e la du n Aon t 90 or du
fraterni 6 uniter elle ne !emble-t-el'e pas nickel ayant rencon-
6tre le g'ard but que 1'on se propose d'at- trd des difficult-a
teindre ? Y .t tiidra-t-in A ce but ideal ? dams I'opdratlon in-
L'homme, avec ses instincts specifiques e quite toda ceux qu
bas, p. urra- t-il se spiritualiser au point de certain pour fire
fair passer les sentiments en pre nic-e li- ce travail A lui sou-
gne et de relEguer les intcret; A I'arri e mettre leurs propo-
plan ? 11 re rous apparnient pas de le re- sitions.
chercher ici. Toutefois nous pourois con.- Lea Journaux
tater que sous I'influ; nce de ces idle re- a E attendant l'ouvertare de la seance
confortartes 'e, rappor s de p ule A peu;l 4 les memb:ess pr6sens sort confortable-
ont re'-u de 1 u Aprdtt d'avan! et revetent 4 meat asss en des poses abandonn'es au-
in carac C e plu picifiq e qui a permis a teur d'une longie table sur laquel e
de]A d'car'er bi n des conflicts qui urafenat s'parpillent des pieces de ni.kel lega-
pu avoir des consequences mondiales tries a recent noircies par I'act'on du I u msi
graves. cependant absolament itacies. En a -
Aussi bien c oyons-r o is que si le Gou- a tendant mienus oe parlementairesech c-
vernement, disirue d'appliqu-r la loi aez a gent de pais propose ; quelquei-us se
touted la some de jus-ice qui convent i a sont permits one -iarette. L2 quorurn
un tune reup'e qu vu- se fire respecter 4 9.ant constatd la seance est ddclarde on-
en restant dans la eg ili e, vou'ait s'adrs- verte.
ser aux P.i since, aucune d'elles ne !e
refuwerait J tfier d'une I con claire la srwua La Pt IDNrr ( de tres bone humour,
tion d:s sytiqis qui pre e ident reliever souriant et Idg6rement facetieux )- Vou
d'elle; : au.u "e d'el'es n'ctin intdresse coonaiites tous, mes chers colidgue, le
A retenir au nomb e de ses nationaux des resalat piteux de notre tetuive4 n so
gent qni so disent amdricains ou franqais a IBaston, do ce capri4.ua & mal qo i,


Nation acus a cl
ea ia fo me prim
lait pas abandon
sons tout A fait o
fgereo pestlred,

Las MiMBRBS,
charmant I
La P umRESID
A tons nos efforts
de I'Etat et iu-<
roos faisait la a i

UN MEMBRE -
La PRESIDENT (
ffert'le trisie spe
ages, officielleme:
fea arden., mais
itmprudemment
non lus n'a pas
tird da crcu et c
n'ayant pas eu n
s'taient contentil
mon caeir cla e
j'ai soubtiti d'. de cet ingrat m6ct
seal, vraiment, A
LES MEMBRES.-
ddlicieux I
La Pit IDENT. -
chers coll gne;, V(
cision de fire apF
volontds pour tro
rationnel cc rdmui
rasseJ de ce terrible,
il faut l'avouer,A d
( .Approb
LE CHEF DE BUR
an stranger qui v
par le steamer ,.A1
munication A la C
la fonte do nickel.
LE PRESIDENT (j/
Faites entrer ce n<
( Entre u a blar
ze, teint mat, sat
feri cheal, geste
aspect general tras
bit pricipiti genre
d'accent )
( Salamale4
La PRESIDkNT.-
ment, Monsieur, n
rean procedE pcur
tien ? La Commissi
tendre.
LA NOBLE RANGE
dibarqud dans vorr
pas voulu differ
ter devant vous.
barras et appr6ciant
tuition a de p6nibI
an devoir d'ami de
an term le plus t6t
Messieurs, de vous
problkme que la rep
Mon system, I
advantage de vous do
en l'utilisanat pou
d'Haiti.
Voici les points pi
je vas vous sou met
c east voas les fare I
J'achete votre nici
tou e concurrence.
e le lfonds a vue
m exprimer ) par au
pie que raride.
Ce nickel ainsi fo
eso un objet de prem
de (tomfejoars ) des
une nouvelle inda
1'ianstar d'indastrics s
od sous d'aatrcs cieu
tats. Avec cc que je
logice, de vas meurs
n' ai aucuon dou c qui
soit appelde A prena
essor considerable.
(JfItn. ftio
Comme c'est I'as
pa affected cr.ell<
psr la demand d'un
et en f ihit loire a
dun vgue dioit d'es
siean, loin de moi
demande aocune ga


at VMuS pade pas a
sonic cost que, j'en
article usanvead~a sur
fabricaioe intense, m
Pei= s$"bumir ason
cm mag0*101, Mes


1~1 -








Wce s pays *n P"- que je
e= r de gorieui. Eo France
rvices uil a rendu nmat in-
wites i s clamp d la soci6-
S gton seulment avec em-
- mais je dirai me avec re-
Os car lH est par certa c6tds le
* oue de a socitd.
breutare des timides, des pu-
T de ind6cis. C'est ausi, par
assilisire d es d6cid6s, des .au-
Sdes nergiques :qui 1'emploient
pOt mettre fin i des situations
dispensable mau heoines d'af-
"sqsatent de genants rindez-vouB,
gistes et d6put6s poor dchapper
aiters, alux Banquiers poor se
cooatre es tapeurs ( guallur )
ase Am e, poor arrCtsr dans cer-
Jm adoratears trop entrepremants
mcimonieux, car Messieurs la
hle y trouve son compete et si
vet us chancelantes se soot soo-
kin an moment de rou'er dars le
j vice c'est encore i mon article
doit.
i plus en plus .soutenue, intirdt
)
mot, Messieurs, poar toutes les
er'quelles qre soieat lets circons-
Oafes humbles comme pour les
pour tou' ceux enfin qui dans
tauyeux, difficile, dilicat ou dan.-
ateat et an moment psycholog.-
met de marcher...
smmTrr,vsibl menm impatientt par.
4a1t mais absolument intrigue.
z-vous, enfin, Monsieur,le nom
-dustrie que vous disirez 6gale-
bnter ici ?,...
L krTANGER.- Je suiS fabricant
AIds \ \ \
pie cenforme,
aritaire-ridacteur,
CRIC


HUMANITt SCIENCE
wut patronage de Son. Exc.
*ident de la RBpublique.
dt6 de Port-at-Prince
'initiative privke fon4Ee pour
stance obstetricale A gynd-
aux femmes n/cessiteuses
action de locality ni de natio-
lions gratuites les lundis et
0 ll11 heures.
ernies aux frais de l'tablis-
femme4 enceintes arrives
e leur grossesse et les fem-
tes de maladies de leur sexe
operations que nicesviteront
OURS PRATIQUE
Justin Dominique, mddecin
commencera son course pra.
6trique et de gynfcologie le
vembre courant de 10 & 11
s continuera tous les lundis
here.
C. R. Boyer, medeein de
mencera son course de Pa-
la grossesse et de mala-
sveau n's le jeudi 11 No-
fant et le continuera touns
a m6me here.
kaes qui d#sirent assister
ecnt invites A s'inscrire au
SI ceuvre lea lundis et jeu-
I heu es.
WtNEstrateur,
Docteur I. E. JEANTY.
E. Robelin a l'honneur'
I public et Ie commerce
61 Edouard L yi ne fait
Ie son per. onu el.
)sioce, 4 Novt&nbre 1909.


Hoilidaise

PRINS WILLEM II ve-
do Sod et de St Matc,
Mche matin ct itprtira
Pour Gonaivts et New-
Ires. 4 Novembre 1;009
'* AHRENDTS, Agens.


Viennent d'arriver
BEURRE DR TABLE


-en


ferblancs de 1/2, 1, 2 et 5 liv.


BIIRE ALLEMANDE
Or P. 1.10 la douz. do 1/2 Biles.
2. grosses B'les.
EN VENTED chez
L. KOHLER.

| RT I I D voulez-vous bien
LECTEURS n ,fuimer! Allez la
Rue des Miracles, No 25, vous trouverez les
CGARES DU CENTENAIRE de Prin tie Jcr mie
^- _
Ateliers Saint-Joseph
42. 44, Rue du Magasin de l'Elat.
SCULPTURE EBENISTERIE MENUISERIB
TOURNAGE SUR BOIS
TRAVAUX DE FORGES -CHARRONNAGE.
AJUSTAGE CARROSSERIE -MARECIIALERIE
Art v6t6rinaire
MODELAGE SUR CIMENT
PAUL TMVI propridtaire.

Afred Gogny
RL'E COURBE N, 71
Vient de recevoir un assortment
complete d'6toll'es pour robes, jupes et
corsages. Grand clioix varied de
Nansouk couleur unm et A fleurs, de
zdphirs et cordonnets p,)ur robes
d'interieur et chemises d'hommes ;
de toile national de toutes nuances;
de flannelle couleur dernicie nouveau-
1 ; de tissue A jours, satinette blan-
che brochde, toile fine pour chemises;
coutil fantaisie pour costumes de gar-
Vonnets ; drill blanc et cou!eur pour
homes ; Serviettes damnasstes, tapis
pour tables, dessus de piano, couvre-
lits, etc, etc, etc.
I I | ll_ I


,FOURNITURES POUR
CHAPEAUX. :
Pailles, Fleurs
Rubans,
Plumes, etc.


SEtollesU
!, I;, erie,
Par famerie


AtArticles de
Paris, etc.


NESTOR FELIU
L'excellent tailleur avantageusemeni
connu de touted la R6publique vient
de rouvrir son atelier Rue Fdrou,
( -Rue des-Mirac s) No 61, pris de M
L r Cauvin,
aa nombreuse clientele trouvera
comme toujours touted satisfaction
pour les travauz qui lui seront con-


HrArBELLEVUE

Pse. md C in Me-dA-
PORT-AD-PRIHCE (HAITI)

La Direction de l'H6tel a I'honneur d'aviser son aimable clientele, qu'ea
raison de la baisae du chi inge, it a 4t6 decide des reductions tres appr4-
ciables sur le codt d s Iraos t consoummations servis aux clients.
A partir du JaUDI Novembre courant, la carte complete du midi
et du soir sera taxde : 2 gourdes et demie, vin compris.
La minme carte, sans vin, ne coitlera que 2 gourdes.
Les plats pourront tre dktailf6s au chois du consommateur et cotWs
suivant leur valour.
Sur les prdcddents tariffs des consomma'ions du Bar, it a Wt fait un ra-
bais de 30 olo.
Port au-Ptince, le 4 Novembre 1900.
m -.-


Sacs vides!..


Sacs vides!..


Entrep6t G6n6ral des Grandes fabriques
DE CALCUTTA (INDE) DUNKERQU' (FRANC.E) ET DUNDEE (ANGLKTERRF.)
SACS sp6ciaux pour Caf6s trl6s


Caf6s


ordinair is


Cacaos
Les Types Courants constamme it on Stock par billes de 400 -ac-,
Depuis 18 centimes or jusqu a 28 centimes or
Pour grandeurs reg',lshres (65 1 10 centimetres et 70t110 rentimetres.
Poids de 1 3(4 lives jusqu'a 3 livres.
Sacs sur modbles et sur types d..s acheteurs.
Prix A forfait pour livraisons meosuelles francs pjit do dLbdiqueiuotit
et si on le desire, Droits pays.

50.000 Sacs de I'lnde>

Viennent d'arriver par Balles de 300 Sacs.
Prix exceptionnellamont avantageux
S'adresser A Jules Laville
AGENT ET DIPOSITAIRE (;I:NtRAI.
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT.


A de MATTERS & Cie
32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Maison Fond6e en 1888


Bijouterie. Argenterie. Pa, futi erie. Articles do luxe pour salou,
salle A manger, chainbres, etl'.-Miroirs et tableaux artistiques. Serviettes
pour avocats, homes d'affiires, mini.istres. Bib lots 61legnit ddlicats et
rares. Articles de Bureau. etc
Achat de viol or, argent, diamant, ecaille.
Reparations de Bijouterie. ,! articles vendus ou repards soot garantie
pour une pbriode dd'e mini'e.
MASON DE HAUTE CONFIANC(E et de premier ordre.

A VIS Je sousign6 fais savoir au public
M. Marcelin Jocelyn. avo.a', s e'-er u commerce en particulier qu'a
taire du Conseil des Secrettares dE partir de cette date je ne signed plus
tat, fait observer au public (j il signe Dcis m Jeudi mais I Dl us Ellacin avec
M. Jocelyn, et qu'il no recevra pas lesl e paraphe.
plis portant la suscription J. Marco-| Baradhres, le 3 Novembre 1909
(in qui lui seront envoys. I DAcius ELIACIN


-___I__


L









Laboratoire Sejourne


PREPARATION DE TOUTES AMPOULES MEDICAMENTEUSES
LISI'ES ET INJECTABLES.


ST~kRl.


Ampoules d'Eau de m6r Isotoniques selon Quin'on.
L.'eau de mor que n'ous einplovon- a &6 soigneusement capt6e au large,
au delA de l'lle de la Gonave. Nous faisons remarquer au Corps medical
I'observation judiciense que fout les laboratoires strangers :
* L'Eau de mer injectable doit ktre de fabrication r~cente pour avoir toutes es pro-
prl6t6s thdrapeutiques. De nombreuses attestations nous permettent de certifier quo
nos products out onn6 tous les rt'sultats esp&r6s.

Sp6cialit6 : Serum nevrosth6nique.


Ce S6rum r6gularise les changes nutritifs, il a 6td employee
gas dans la neurasthenie, la tuberculose, etc.


avec suc.


Leoonce Laraque
Repr6sentant de la Maison Th. J. Dubois & fils Fr6res
de Bordeaux,
A l'honneur d'irformer le public quo, partir du 25 Octobre on trouvera
chez lui, 4 fue d ~ (04sars ( en face de Barbancoart ) da bon vin de Bor-
deaux ( rouge et b'anc ) aux conditions suivantes :
Vin rouge: I). 5 00 le gallon. Vin blanc : P. 5 50 le gallon.
P. 1.25 la houteille. P. 1.35 la bouteille
P. 22 50 les 5 gallons. P. 25 00 les 5 gallons.
N. H. l.cs bouteilles seront reprises A raison de P. 0.20 piece.

Vins fins


Rouge:


Chateau La Tour de Mons P. or )0.6) la bouteille.
Chateau Royv I P. or 0.80 la bouteille.
Chateau Cautemerle P. or 0.90 la bouteille.


Blanc : Chateau Filhot do Lur Salaces (Sauternes) P.or 1.00 la bouteille
On trouvera le mome viin et aux mAonie conditions: A I'Epicer e St-An-
tuine ( Avenue Ducos*e ), et chez Mr Marcel Audain (Ch(min des Dalles).


MI Oreste Balloni

Ndgociant impo rtateur
A I'honiOur d'annoncer A ses noiumbroiix Kc,ients q I'il vient d'dtablir sur
cette place une sucu'rs;le a Ch:ipeilorie Itaiii, une au coin des rues Roux
et du Centre en face de la lPharmacie Aurel Biyard.
11 les invite en nine temps A ven r visiter, A par ir do lundi. 11 du co I-
rant, -oun stock de chapeaux de vraio p .ille d'Italie et d'une r6elle supdrio-
rit6 qt'il vient de iecevoir par le dernier bateau.
On trouvera dans cet 6tablissement :
FORMER DE t;IIAPEAUX POUR DAM1ES CHAPEAUX FEUrRE c CAPE DIT Mg-
LON, DERNIMItE 1 RATION 6. FEUTRE MOU DE D FFERESTES CIULEURS -CHA-
PEAUX DE PAILLE ID. PREMIEREE QUAI.ITE DITS CANOTIER.
N. B. Tous les chapeaux portent, en toute-s ittres, les nom et prdnom
du p: opridtaire.


Grand d abais


JAMESTOWN TERCENTENNIAL EXPOSITION
HAS CONFE RED A
Gold Medal upon


( 1907 )


Tannerie Continentale

DR PORT-AU-PRINCE
CH AUSSURES
C;vastIAu LAc*. ponr ho-" nes st dame, P. 10. Enfants P. 8
VRNims cu.pIs 4 12 10
COULEUR LOTUS 11 10
Pour la vente on gcros 5 oio descompte.


COGNAC OTARD-DUPUY


Docteur C. Gaveau
MWDECIN, CHIRURGIEN, ACCOUCHuUR
Dipldme de I' Universitd de Harvard.
Traitement special, par I'EKctrothl-
rapie, des maladies du Ventre, chtz
la femme, des maladies des voies ge-
nito-urinaires, des maladies des yeux,
t des maladies chroniq'es.
Les malades ont souls un inti6el
vital A s'dpargnbr, grace aux progress
de la m6decine moderne par I'appli-
cation scientifique de I'Electricitt
dans ces maladies, les dangers et lea
suites fAcheuses des operations chi-
rurgicales ddlabrantes et coutteuses, et
l'inefficacit6 des traitements d6modds.
Traitement special des Lymphangi-
tes des pays chauds par I'applicatien
de I'air chaud contr614.
CONSULTATIONs : martin de 7 A 10 hs.
apres.midi de 2 A 4 hs.
CONSULTATIONS GRATUITOUS avec traite-
ments les Lundis de 2 A 4 heures
apres-midi.
128, Rue du Centre,
A c6td de M* Edmond Lespinasse.


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussure
La Manufacture a toujoura en d6p6t
un grand stock, pour la vente *o
gros et en d6ail, de chausaures en
tous genr-- ;. ar
HOh; IS, FEMMES, ENIFA I
Les cc i. a, de m .,s commercants
de l'intdri..r I.urrcnt 6tre 'ex6cutdeo
dans une se..ie A peu prba.
J3, Rua des Fronts-Forts, 23
kORT-AU-7RlmCI (UAITI )
3 ii I J I L


LA
Cordonnerie


Nouvelle


C. B PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse c'ienthle qu'el-
le vient de recevoir, par dernier ba-
teau. une forte quantity de marchan-
dises et de furniture. de toute frat-
cheur et de toute beautM, importees
de France, d'Allemagne et des Etats
Unis.
Le public el6gant, curieux de se
bien chaussqr, y trouvera les peaux
les plus slides et aux nuances les
plus varies les former les plus belles
et les plus approprides.
On n'a qu'A venir chez G B 'TOIA
pour 6tre assure d'6tre chauss6 sui-
vast les meilleurai lois du confort et
de la mode. Specialites pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fournitures
et mat6riaux divers pour cordonne-
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix les plus moddrds, a
LA CORDONNERIE NOUVzLLz
143,GRAND'RUE 143,

M" C. L. Verret
Tailleur-Marohand
Donne avis A sa bienveillante clieD-
tile que sa maison No.7, Rae Traver
sibre est toujours bien pourvue d'une
varidt6 d'6toffes de Ia haute non
veaut6 parisieone.
QUALIT*r SUP*RIUURE. COUPE *LIGANTFI
I TAVAIL SOIGNi. ExCUTIOl P ROErPTR.
SPri, ,S r44uits ~


Maison tab'ie depuip 1705,
dans le ChAteau de Cognac
oi east n6 le Roi Francois fer.


Gu6rhaon do
488 ede tf"
PAR L'EJ.J1XI I
Mm. I-fabi~ne IIE.\,
Vnlwf. Cl-comtre. hat~







eile &wait P...404!ieII.. I
069 616 mb~siuede d
61taft acconitmagivtc de
Sueua. abomlawe s. Elie
97teG m t, a va I t C vpcttire
"0 nte Z ~leavail des
Ot VO~litii...it t t)UgSc,& 8
Je hlii ia.'-n.rlViA moli I
DUPEhAIO1UX; lIc-A3
do dix-sept hvre.4 ~
radIGO. Ua ..'i.... e

*0 do mgdas" Lb w"two C.1' E


A LiL

QORDO

42, Rue dei
Ca USuARs W9 D
Promptitude et
des taut ici qu'en
Chausbures de 1
vail toujours tout (
nouveau.
Formes america
Messieurs ; 614gai
Pour lea enfants
Travail solid
don peaux de p3
SAssuraee da o
PAtes, Cirags

Chapi
ACCOUR

JAIME '
Le cbapelier ro
tageusoment connr
blic en gnedral e
clientele qu'il vien
FABRiQUE D
((,'ANCIaNN MAI
DI LA PLACE 4
qGRAND'RUE OU
No 149. En f


L
vern


* nouvel Mtabi
t so3s le non
I'Ami
II promet soin
come


Smanlocz lP
'll n'estfait ave(
Be
La meilleure fi
Celle qui donne
Qui product le
Le pain le plus
Le pain le plus
Pour tous rens
dresser A:
Ernest
f)r S*inlt de lk F
sa uo FL .U& M41-
1L#3N


Pour tous renseignements


S'ADRESSER A:


et Commandos


Andr6 FAUBERT


38,RUE ROUK. PORT-AU-PRINCE.

Agent g6n6ral pour la R6publique .aftI.


Attell
Boulaflgerk

BOLOSSI
Servaut Portail-L*
I.Bisoton, Thor, Cal
Gxrwaer l t-