<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00765
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 3, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00765

Full Text
pr,
~6m*Ann6e, N' 781


PoRT-AU-PY1NCE, rAM


Mercredi 3 Novembre 1909.


4


J


00)


I .


OUOTIDIEN


.AU.PKIrnCE


VARGER.T!


Urn Mu!'s
TRIotaMour
UrN ~~
Titois IMc,!s
7tzozs morg.


I
I
(
I


Caor


DIREC-I hUR-FONDATE UR

Cldment-Magloire


ADMJI"ISTRATEJR, Arthur


Isidore


LE NOUMRO 15 CXNTIMES

Lee amma itItim1s a9614*aem men meSOVeS&IpDOW es64
DfRtCTIUN-MltDACTA' ON-A.DMINIST~kT1UN


C -


A Cap 1)ap'ai on 3. -;
Lc lonely I. -i
Fcrt L

iAin voilA i i h 1li auK [
lp et il no i: -i. r it le tit- 1 '
n'est qu'un a 1 i- I o' ti iui i ', ,
mkes aanr a. e, t entt ,
dires r ,- ma.s Iun i ,
ijardins ; un a later Ie ,1 1 ,
i de serrur:ci : i :i ra;,; ,),'1 l i
village d'Aii.nit ere ., ,
esde quelqute industry e. .
er, on voit aI pel i t3 11 i
Itrois ou qu:,fr petiTes mii .,
egne.,
a ville dii i11 onti u -t-
Pirement p~ le ijue la '. I ,
Acienne at.', une ornbie i
bur pass6e mais 1.' mmni,,
Iration a pft ercore le mot
e, la vue t ecl6e par I-
do nombreux ouvriers ein ,
Ter quueq -alns des ain'Cie.
particuliers, ;:vec li mnrnrr
I dans le iumtn(e s'y",e ,u,'dj' ,
rcourant la 1 tle ,'s Esp. .
IS encore la plupal t s .e .
es qui la 'teL.,,ajient, bietn i
it pas une les rues les :,
t1*es; sun melange de rnit.
it deux 6tiges,rev.tues a ui,
, et son pav4 irn'gil et ab t .
snent beaucoup d1 re..stinl
grande rue de North,,uni
le bruit, Ie commerce et ,'
*rues sout reguli6res, mat- i.
S*t ont l'inconvnient qtu- i
18 encore dans la plupuut
is Frarnce, qui est dl no
b galeries. Lt. plupait dI.s i .i
t deux stages, rarement tr,
hands et les artisans en bo;
Oppldent au ddfaut d'oml 1e
4Io milieu du jour, au moy n,
IMqui vont d'un cO6d :t I'au'I
u, et sont attaches A des c:
091s dans les murs. En gd0 -
l ville est trWs-propre, et so
t cntraste parfaitement ov,
'-Prince.
kt leos mois de F6vrier et MI .,
visita les habitations de 1.1
Cap don't deux lui apparou-
1goe : DUPLAA ( du nom dle
S maltre au temps de la co-
4"aro de Duplaa, Prdsident du
0 l Navarre ; cette propri6te
SdeLur de 3 millions avant la
) revenue les ddlices de la
h Christophe) et la proprie-
SPpartenant au colonel Izi-
rd chef des carabiniers de
,dOent M. Auguate Magloire


A ?-- '--


IC h


i A 1 : : .l is

tit a ci t I

b-vli **'( ave'iua1 les
Sa ',, a,i. i';i,'. ver,!ur e- des
'i t':'. ,* ui I ',l e tou l ., '. te
'* :i }r '. P o j,) lii" .. ''ulp it".-
I,:1 -:' t tu Ce natt'ureiles 'I'un sita,
*, ;,, 2 ,i tavaii ont erni'1!V .i .e
ii I t, : r 4i monter .sur uric ~'r voi-
t o sa p'atc-fol me I',ali
u--' n les plus man.Initi-
.1 1 0 *i i'i nio n ie.
,. ~ _r et'i o et le ; ]ardins
i ) ., ., (' i 1 de t:t ;iritto,
1 [te, .' l l t. ,t e, tou-; co l-
ii ,u ,u X A.uttes', :lo)tint une
i :' i d la ,'ulturt, V ce c i .ton...
.1' i .'l m in''t .I 1 1 i pr proe'6
,-I ,' j ; i.,n';. tarau, lo,, j i dit i du
n' .is le enviro i 'Po t-
.- ': P -i i! a peu' -' re ici
:, r i l. is ie- its...
lI i ..\ \ 4.0 de 111 :i 1ll I rmalvi lus,
homruoe, ,,.nrues et entfants, igo'jueux
et bi i t: tit.s, m anis is n, s ifiseit
pas p ,;u .nti' ale terrain tai a
ete mn i-., o'n u'ltu- pennant 1 I gtne
,te :i ,h. 1i on vivant, on li-
vrI;it :: C r trnier' ,luanttite moy.lnnp,
27( I.i () ivrts .le sucre : mais pro-
dult e-r 'oin l) maintenant A f;; 00)1 li-1
vi.,s. L( bjuill!eie est muni, d tous
ses usepsrilts t est d'une bonne cons-
truct ion ,t-es deux cliaudieres qui 3
so : n : -,'-. I t,'y en a aqu'ui. aI-
tna: .. soit employee. Les in gainss
sont coilidhrables ; au moment ,io
notre visit, vingt-cinq barriques de la
contenance de 8.000 lives chlqule,
6t;aint r mnplies d'un sucre de la plus
b.-lle cri !i llisation. Tout le matet.iel
le cet ,:iblissement est excellent, nren
-'v maI;.ue ; ce qui ,'dton e:a. pa~,
i :,11 oni Fau-a q4'il app rt,,iait d
Christophe. B >'VER EN EST At J')'RD HLI
;ROPl'EifTAIRE.V
Pois llil alla visiter les kcoles natio-,
nales : L'6tat et les progr6s des en-
fants, di!-il,sont une preuve irrecusable,
tde leur application et du zMeo des mal-1
tres charges de leur instruction ; mais
ces dcoles sont dans un d6auement,
presque absolu do livres et d'ardoises,
ce qui n'annonce que trop claireaent
la profonde incurie des auorimotIs d l
!ard de ces diablissements si important, I
et en mWae temps leur indifference pour
le mdrile et les services de ceux qito y
sont attaches. (Richard Hill e trompe,


Un voyaOgeur hmaicMq en Haili

SOUS 30YEI


Abonnemnt.at.


c., rinest ni par incurie ni par indiff'ren (71.:302 livres, d'apits les registres It
,' que Ies autorit6s agissent de la sorte, iroi. Son rapport est maintenant d4
n:tis i.ar laziae de &.esprit, c'est 1A un ors s de 0 pour cent plus considerable
litt p -:lhologique constatt. Le premniel i.:r general. cependint, la fabrication
a iruti venu, place son ignorance au ,dl sucre decline pattout ailleur : et cE
lessus du savoir le plus evident. C'est de6clin se fora put-6tre sentir mume
*ievenu bana!.) sur la propriet dula colonel Izidor ; cai
CC'cst A Christophe, continue Hill, qu milgrb la superioritt qu'elle doit A une
I'on ,,)1itce bLitiment ale l'dco'e) di.pos6 excellente atminriistratio'l,il W'enest pas
tout ~\ieps pour ure cole l'apr-'i 1- moins vrai qu'A la tin le t ann6e. elle
-yst('ime le i.Lmncister. La construction fie donnera A chLque 'ultivateur qu'un
en est be'l, le local spacieux, il y a ,lividendo fort mince, et qui poura
oute roisees et au.tant le poites d, Iien ne pas exc6lder trewt;' ,jo.,raes pai
cliaque c, t4, Et sa !onguear est de 77 tle'."
8o0 pieifs. Cette institution qui 6tait VoilA expliu6 I' abawtron de I'inus-
sous la direction de M. (iulliver, don't trie sucmrrre danl< lI pays A 1A fin du
tout le montde parole avec affection et premier tiers du XIXe sibcle.
respect. fut le premier fruit du gouver- Le colonel lzidor. :;ioutoe ill, est
nement ldu roi CirIsrooPEi:, qui a naitt uigre, ancien officieri do cavalerie et
annoncd qu'il voulait dle,'er ui'e qne -oldat lde I'armloe ,tI, :hristophe. Mais
,atiOtl qui deviendrait, au milieu des ile, ap t,'-i la chute du ii, n'ayant pris au-
J ,c'laces, ** une preuve e'ivzane d, I1- ,:uIe part active A l'insuirrection, ce ne
qalitd de 1'Ytat moral de leur socidti fot p is cornme concessionnaire qu'il
aussi bien que de leur condition p.tihi- .I-viut proprietairt de Left.vre; it en lit
que. 'est dauns cotte 6cole, purement I'acquisition lorsq (-1 le;. autres domai-
1e6mentaire, qu'a commence I'instruc- nios nationaux eurent Wt partagos aux
tion qui se rdpand aujourd'hui avec troupes dle Christophe. coiformdment
tant de succ s paimi los habitants du au isysthei de la r/p oblique." (II dit cela
Cip ; instruction qui s'est d6velopp6e innocernmment. matis c'et bin la le syi-
et etendue dans l'ecoledegrammaire de tarne dle la r4publique : le partaje ; on
M. Motton ; mais co tie lut pas sans : Ircommencd par des tories pour fi-
une pine veritable que nous ftine- nar. cltaun sait par quoi j" Nous n'a-
t6lnoits de celle qu'Oprouva.itct ces vons qu'ti nous feliciter, continue Hill,
pauvres enfauts qui, fate de lives et de I i cueil hopitalier que nuus avons
d'arduises, ne pouvaient donnei :tux ti ;a ,lu ,.)rt 1. Je ie dois pas oublier
dtrang,-rs qui les visilaient unD tiantil- I'o( au.io, qui s'ottlit A nous d'obser-
Ion de leurs progius." vor 1,3 ino i dI'api!eO I quel sont culti-
C'est entendu, le gouvernement dtait vdes les terres rg-rireiitalos. Le.s ca-
biencoupable detegliger ainsi l'iustiuc- aitniei s ( ti rivaillaient A tour doe rle
tion. Matls qu3 penser d'une population dlans tls j iudins du rtgigmenit contigus
olt ii ne se trouve pas un soul notab e lux totnes do l.of,'vre, ayant tini leur
pour rem6Jriei a un mAl aus-i itlig1i- tctnps dt travail, venaient en prAvenir
liant quae l manque do quel iues li- I colonel. (:,! i ot ,d.s homme,< d'uns
vres et d( qa.eique~ atdjis s. (Jet it le haute slatu,' et d'un' force athl/tique;
<.aa ou jirnals, ce hous semble, de faie tils ,poi tji#et !(uLs costutae. ,le paysans.
une lcc.jn d qui de droit. I's et. ient six qui, tenant A la main
C'est quelques jours apres cette petite leurs lartges chapeaux, so prasent6rent
inpeciion -colaire q Ie Hi ll alia visitir pct saluer le colonel ; celui-ei apres
la propri6td du t o.onel lzidor. J al leur avoir fait eutendre qu'il dtait con-
visit6 dit-il, celte propriite, le nom do Lefv.,e, au moment des m"oi,. Its .se me'Arent il'instant mdme
travaux du bioyage et du bouillage. Jo aux gens de la povritte qui revenaient
n'ai jamais vu d'ouvriers plus aidents de leurs travaux- J'eus I'occasion do les
A l'ouvrage, plus actifi que les cultiva- revoirquelques jours apres, et lea trou-
teurs de Lef6vre, occupds alors au mou- vat gais come des moissonncars qui
lin, dans la bouillerie et au dehors. Les ont fait une honne rdcolte."
plantations de canne fort parties de C'dtait trop de bonheur, et, en janvier
cette campag8e si verdoyante qui en- 1?37,Izidorfortementatteintparlabaisse
vironne Duplaa ; elles sont entourbes dl -s sucres finit par entrainer ces bra-
do bones haies et s'dtendent, a partir ves gens dans une prise d'armes centre
do la route, presquejusqu'A la riviwre. 1Byer. Plusicurs perdirent la vie, et
L's machines servant A Li fabiicaton Izidor ful tu6 avec son beau-fils, un
du sure sout 6tablies sur les construe- jeune mulatre de 25 ans nommd tHar-
tions si solides de l'ancieune habita- monide Richeux. Pour les dAtails, je
tion, don't on a rdpard la portion nd- vous renvoie au tome X des Etudes sur
cessaire A 1'exploitation actuelle... Le. l'llistoire d Htiti d'Ardouin ( pp. 277
cultivateurs, jeunes et ieux, employs et suiv.) oui est racont&e tout au long
sur cotte propridtk, sont au sombre la conspiration d'izidor Gabriel.
de 82 ; les cinquante acres en cannes Aprbs une tournde dans le district do
qu'elle content, rapportent 100.000 la Grande-Rivi6re mis sur le pied que
livres de sucre brut. Dans i'avant-dor- vous savez par son commandant d'ar-
nibre ann6e du regne de Christophe, rondissement, Hill le 8 Mai, so rendit
1819, cette propridt6, alors une do cells avec Kayer-larivibre a Fort-Libert4.
du gouvernemeut, produisit 46 boucauts 11 n'y a pas de description ; noas
do sucre pat fait, peasant ensemble dit-il, qui puissa rendre l'dtat de d4d


XI


I


'rpl







solution oia so trouve cotte ville, regar-
d6e autrefois come la seconle cited do
Nord. lDs trols cent maisons en ma-
o anerie (qu'on y compuit autrefoi-, A
ccine un huiti6me est debout ou ha-
itable." li demouracinqj)urs A Fort-
Libert6, puis il partit dans la vai-
tare du colonel Poux po.r Oaanaminthe
et L.txavon, accompagnd du gdaeral
K-tyer-Larivi'-re."
Nous nous s6parerons de Richard
HIll ici (it ne aemble pas qu'i ait vi-
kit6 le Sud)ot 1o laiisrons s'edifnci
tout soul dans les miaquis ,1 WI D.) ni-
nicanie -- bien quao l. I) ,iuiuai'a'ii it
une fraction de la 16publitui d'lai'*i
A cette ipoque.


11 est une constatation que le lecteur
In'a pas dii manquer de faise en litant
ce compete rendu du voyage doe Hill,
fc stI'. rde le bien--tre et I'honi,.tet
qui 6taienat A la base de la vie liaitien-
ne en IJ30 et don't I'absence dani le
temps present constitute un contrast
presque violent avec le pass^.
On a reproch6 A 11, yer d'avoir r6gn6
ving'-eir q ars en p;ix, et de u'avoir
rien faith. M lis ii vous a donned lt p'zi.
et c'est Onorme -et n'a pis chatch6
A entraver e Itravail ; au contraite, il
a esay6 de lorganiser sdrieusement
par la promulgation de son code rural.
Mais les II itiens don't la tendance est
d'<,i un ipeuple de rentiaes ( A l'instar
des I mainss lesquels au moins s'6-
taient doionn la peine de conquhiir
toute la part connue du monde pour
travailir pour eux ) mais les 11iiticns
cri6rent conmmno des dcoich6s, quo le
President, par son code rur.fl, voul:it
les rIduire en esclave. I'At B[ya (1 1i
n'avait pas I'avantige 'atRe uoir co ri-
me (Alrihtophe ldut renoncer a I'cx, '--
tiou le son colI. Voila la plaie -voila
la mentality.
AMors on a fait la rdvolutioT dle
18i'3 qui a renveis4 Hyer, au tmirn le
la libertt6 olitiquo quo le dit ityer
avait coitlisqjude. Et les mauvai- plai-
sants qui firent cetllo revolution n'eu-
rent lieikn e Iplus press que de( cot -
tinuer la tyrannie. Lt depuis, A dtoi A
jpeu pic; lix., les II.itiens fo:at ut e
rdvohition d.anm le Irma de ,;s#iint L
avee le eu'mne tneuliat. I 'oiI Io' coini-
que navrant des sanglante- aventurcs
que nous raconte M. Augute MNa'ooio
depuis tant(l un an. E.t i semb'e bit n
quo nous avons touch6i do, fond. Dle-
puis 1,.l:x, eCit M. 'aul6us Sannon,
nous tournons dans un cercle vicieux
do, riolutions menteu-os et funestes,
et de gouvernements despotiques etl
impuissants. I)epuis c -tte tiinmo'able
6poque, le pays, par diverse tentati-
yes, essaya de se rcssaiir, et chaque
fois, il est retomb6 :plus avarnt daIns
une servitude toujours plus ,lgt ilAn-
te. Ces dchecs r6pdths ont leurs c'au-
ses aussi bien dans les choses que
dans les homes : si les t.IIo'scs en
vertu de la vitesse acquise, ont con'i-
nud A4 so ddrouler avec ce mnue aspect
d'in)flexible fat.slit,. s ns aucune po,-i-
bilit d'trie modiie par s par homee,
c'est par la raison que ces deniers
n'ont su gagner ni en experience ni
en habiletl pratique."
Eeoutez maintenant Price : DI)
Toussaint-Louverture aa Prdsident IL-
yenr inclusivement, il ne se tencontrait
en Haiti que des chefs de Goa'verne-
ment don't la probity administrative n
le cddai' A cell d'aucun autre Gouver-
nement du monde. O salt surtotu
combien 4ta t extreme la rigi itd du
President BOyer, de ce chf itaiien de
qui I'on a dit tant de mul, sans que nul
en aucun temps osAt jamais contester
la sdvbre probite6 de son administra-
tion... Le regime intelligent de pro'ec-
tion d ti avail nationaabstabli dans la
itepubliiue, n'y lais'ait aucane place
a des aventuriers. L'd1hment stranger,
'161meint blanc y rest longtemps com-
pos. do ndgoeiant,,, d arises et d'arti-
sans, tous livrds A un tr avail, rdgulier,
honnate, touns prosptrant, tons mdri-
tant come le, h itiens d~s memes


classes, le tir D'IIHOMMI,: RIEI'.CTAB L
qui Utait encore objet de L'ambition de
tout Is monde en Haiti, dans mon en-


fan e. Le mil est yeao avec la pre-
mibre dictature 6tabile en Hdti i la
suite et par I'effTt di notre qaerelle Is'
coultur on 1843. It a 6td produit par le
commnandes extavagantes de l'Egnpire,
par les favour. impdriales, q it ont per-
mis A des blanco mari6s A des dames
le la cour, de gagner our unetimple
furniture de drap o'- de pierres A fa-
4il poir l'arane, p!as d'argent qu'un
n6gociant hitdien oa 6'ranger n'en sau-
rait acqi4rir on vingt ans ds travail
S)nnate. L)s n.;ras et loes malitres
I ii avaient pa tremp 'r leurs 16vres A
:ette coupe empoiaonnde n3 parent y
,*enoncer, et la corruption commen;a
",a e avre t6nebreuse.*
Et si ce n'dtait un truisme quo do le
tlire, j'ajouterais qu'elle n'a fait que
croitre ( lloydb'ement, & l'ab-i des sa-
bres et des aiscours.
VoilA belle Emilie, a quel point nous en
( sommes.
*


-- II ne me rest plus qu'A vous pir-
lar (I la vie, du caract6re et des ooe:-
vres scientifiques de 1'homme eminent
qui a visit notre pays il y a quatrc-
vingts ans et I'a ddcrit dans les terms
ex'ellents oft la bienveillance n'a pas
ex-.u la sincdrite q le \ois av z eu
A appr6cier.
F. II.


IY KWSMIGINAMUNTS
REATflOROLOGIQUECS


Do
SIMIKAIRE COLL2419 St-UARTIAL


MARDI 2 OCTOBRE 1909
Baronmitro- A midi
(nai im ur
Touapdrature,


7S9 U/U.


"maximnuy 3 3,7
Moyenne diurne de la temperature 26,6
Ciel c'air le matin: un peu nuageux
l'apr---n;di ; covert apris 8 h. du ,oir.
A 9 h. I peti e de 1,5 millimetre.
B-rom6tre stationnaire.
J. SCHIIRER
Fiangailles
Nous avons rc;u le faire-pirt des thin-
P illes de MI'e YM nia Benoit avec Mr F.;r-
nand Paradis.
Dec6s
-MLRCLUEos DUPLESSY.- D&edJEe di-
mincch a I'age de 24 ans. Les fundrailles


colonies en 1894, il fat attache A la mason
de B3rdeeus; ou il covtinua 3 sans so
aposrolat, cfin. le 8 Msi 1897 it debar-
quiit A Por:-.c-P in:e, A an Age o& il avait
droit de demander ,sa retrain e, apres 3 5
ans do plus laboruui travail, dans d's con-
ditions ci sa san-d et ses forces avaient
du rcceroir de iuJe, attivtes. Mais le
P6 e Lebelley se cofiuit ui b3n Dieo; an
surplus il ttait d'u a temperament robaiste
et son esprit ti net la fois et si fin, son
inalterable bone humeur deva!eat lui f ire
envisager en g 6 la noave"e &:he qui
s'imposai' A lu Vie'lli et cas-i de corps,
it rest tou;ours jeune par la volan'e, et
ne recula pas dtvant de oce ivres qu un
home dins la farce de I Age n'iot osd
entrepreadre. Li note qni caractdrlsait le
mieux son passage en Hai i, c'et rect-
6:re qu il n'h.sita j imais A marcher de
I'avant d6s qu il s'agissait de la loire de
Di:u e di slut des anes. Vrai mis-
,i3nnaire, Di u vou'ut qu'll fut Ie fonde-
men: d* I'oeuv e d4.s missuinnairei ktablie
A Port-au Priice ; et q ie fbndatcur, it fut
aussi le modele de ceax qui devaisnt venir
apr ljui."
Reome c!exments
Monse ir le G!nural Joseph D.ssources
Du;ple sis, son 6pous:, MIlarne Dlcina
Jd o6n et le; aat-e; parent; remercient tous
ceux qui les ont assists a l'occas;o a de la
recte cru.;le qu'ils onw" 6pro2ave par la
mort de leur regrettie
M4RIE MERCDokss DUPLEiSIS
Its les prient de core A hIu" prcfonde
reconnaissance.


M ariage
Ce main ci I'Fg'i'e Cith6Jra'e a 6,
b!ni 'e marriage de Mr Chirles G eijens
avec Mile P.u'ine Roozier, fille de Mr
Trabaud Rojz'er et de M ne Rouziaz nde
Wiener.
PArrain et marraine des noce; : Mr Jtd--
mie, Secrsraire d E'at dejl'Iiterieur,et Mmle
Antoire Rouzier, soear de la maind.
Apris la c,6mon'e religiu e, il y eu'
charm inte rdc-p ion au Bois-Chine, chiz
Mr e: Mtie T. Rooziar a laque'le se trcu-
vai' le tout Port-:u-Pince 6'gitnt et
mondain.
M6ringuie haitience
Le succrs du jour est la nou-c'le mdric-
gue qu_ vient d'dditer l'artiite Fern-nd
Frangtu' et qai a td joude jecdt dernier
Iar li Mu;ique du Pa'!ai' silaue par les
bravos eathoisiis'e; de la foule.
3 (ap' rt/soud ou C est ua air joy, ux et
frirgant, au rythme caressan, qu on trcu-
vera au prix d. 'Deux gourdes. Avis auz
amateurs.



LaQuesito nSyriellao

IXI


ont cu lieu !c eaidemtin. Le syriea done pour tourrer li loi chin-
,Az.MA BAZELAs.- Dicedie hier, A gea de nationality er, avec la ruse qui le
I'Age de 'S a ns L'enterrement aura lieu caractdise, il comment le traffic des fGux
cet apr6s-mili. Maisoa mortuaire : Bois actes de nuu'-alisation. Comumeat put-it se
Verna, chez Mr et Mme Louis Bizelais. procurer ces papers ; c'est ce qu'il serait
Vve MICHEL. LILAVOIS. Les fun- trop long d'expli uer ici. Disons toutefois
railles auront litEu cet aprs-midi. Le ser- que come en aiti il y a dans toos Lo
vic -fu -bre sera chant, A I Eglise St Jo- pays des fonctionnaires qui ne demander A
Se.p pas mitux que de tier le patti le plus fruc-
phi. l. i tuux possible de leor sit ution : tdmc in le
Hieront eu lieu es lunralles de recent scandal dcs grA:.,s en France. Le foi,
Brasidas C6sar, arpenteur et professeur de est qce presque :ous lei syriens sont de
math6matiques au Lycde National. C'etait faux naturaliss strangers. Derni6reVent
un des p!us anciens et des meilleurs pro- 'a t-on pas vu le chargE d affidres domi-
tesseurs de notre ense gnement moderne. nicain communiquer au Dipar e-ent de
Brasidas Cesar tait aussi modest que l'Intiriejr u.-e liste de syri.ns qui se d:-
capable. St morr, survemue .ubiement a saient A tort dominicains: le, riics don't
c.use de vifi regrets a tous ceux qui 'a- its seprivalaient 6.aie t fausses.En prudence
vent conu. peion de no de cette d6nonciation le Dipar ement avait
Nous envoyons l expression de nos sy pour devoir de consider c s individus
pithiqu s condol6acces aux families dproc- comme simple syricns en hur applqu.n'
vies. la loi du 13 Aodt 1903. L'a-: o-i fit et
Bulletin .religieux smon pourquoi ?
Muis ce qui nous etonte le plus c'est
Le fascicule d'Octobre vient de paraltre d'enmendre ce m6mes individus que le rc-
avec les renseignements te'igiux d'un priseatant dominicain avait dtnoncds corn
grand initre mes faussaires se couvrir touiours du nom
Nous extrayons de ce num.ro les notes dominicain et, qui pisest, dire A qui re t
suivantes consacrdes au R. Pare Lebelley : les entendre qu'ils sont poreurs de rdcents
Destiny d'aborl au Petit-S6minaire- certificates du Charge d'affaires lei tecon-
Col'eged: St-Pierre, il ne tarda pas A etre naissant au nombre de ses nationaux. Pour
nommd missionnaire et risida A Morne notre Iart nous n'en croyon. rien et nous
Roug -. Au boa de 18 ans passes la ne voyons en cela que la manoeuvre do sy
Mattaniqu-, il recut son obedience pour icen qui essaie toujours de tromper. D'sil-
Cayenne. Chassd avec ses confr6res de cette leurs la d6marche touted spontande do re-


' ptseniau domiaijdn ruve b
R.pub iqu sceur nete0 t nllen
vrit de sa p otec ion dis ge, t d s
no ricn a attend e sio0 "u"e d.o t
et quai ne peuvent -e ,ervir d e c ma
nicun que pou jiou'r de avantags dqu
traits et notre orig ne commune qu
aug seals vris ci:oye s dOainicains
II n'y a pas q'ue de fans naturalisi
mica.ins, il y a aussi de faux n:aa
fran; is.cubuins et amni:ains et tnoual-
vu le D6partement d E'at Ious do ner a
preuve &clatante de sa loyau e ni se u
fu at i con inuer A sot.cn:r onee -rs
'ionydeen de par un syries inpona t
Jisant amed ain, mais doi: leo. pi
a'eot fau;ses. Si on syrien a pa d'
avo~r un faux acre (e na uralijs-"--"
Etats-Unis cu les formalities sont i strio
et si ensuate il a pu juiqu'au dernier
eoat, con inner A tromper les expetst
Department d'E,at r.rW re p:u +ie a
aveugle pcur ne pas voir qu'il est on
dangereux et re pas converir qu'il a
measures i prende pcur Dots d fen res
tre 0i.
Une tel'e situation peat d'ailleuns no
cacher des su prises au point de voe de a
relations extirieures et nbus crier, al
que nous nous y attendrons le mo'n, d
embarras dip'o-natiqu-s. ET ru'silaffic
une morgue et une insolence que logiin
mient it n'a pa2 le droit d'avoir ; ii ,w
nos lois de police qui obligcnt tons c
qui habitent le territoire de la R public
pr6cisiment afin qu'dl soit frappi et afia
ponvoir recourir aux reclama nins diplo
tiques.N'avons-nous pas eatendu cesjo1
cilesKattan-Aqui la Commission Conu
nale de Petit-GoAve a fait dre;!er proc
verbal pour violation de la lIi sur lesil
positions directes-apres avoir diclare i l'e
tendement de tous qu! la loi haitience(
de la bc: se,qu'avec qu-lquei scus ils ac
ter nt route la justice et toutes le; su,
rites hai':'eire;, ne les a-t-on pas enteal
crier bien haunt que si la jus ice haitim
se rermet de les condamner 'e gouwer
rrent leur piiera de grosses inderanitds
ils s'adresseront au repr6seatant cubaian-
qui ils dient re'e cr-et qui ne cherche
Das A savoir s'ils ont viold nOs lois o0 no0
Eh quo;, charbonnier re serai dorc pl
maitre chez lui En tout cas il existe
fond de la question syiience un danger ai
qu.-I on doit parer en cherchant a savor
nationality vraie des syriens qui habitent
territoire de la R4pab'ique et si cetten
'ionali',, anoiqie valIb'e poor le paysqi
I'a octroy e, n'a pas servi a violer le tel
former et clair de i'ait tir de la lo'
1903.
ANTiSYRIEN,
Pe it-Golve, Octobre 1909.

AVIS IMPORTANT

Compagnie -Haltienf
du wbarf de P-au-P.


La compagnie ha
tienne du wharf ayal
besoin d'une grand
quantity de ROCHES W
de SABLE pr vient 1I
int ress s qu'fIs Pa
vent se presenlter
N0 67, Rue du Magg
de I'Etat ont se trouvn
ses bri eaux pour fair
leurs offres, et s'entel
dre avec elle Sur
qualities et le mode I
li raison de ces $1l
riaux. _-_.
^ ~ mmm m---k^^^^^^^^^^^Ift"O


P ri6re d'avi~er 1'8d
Lion do la mnoindr* 10
t6 dams islesrvioo du 4
afin qu'ii y soit d@Sall
M6.*


/I








ImDnnent d'arriver
BEURRE Ds TABLE
f gsrblancs do 1/2, 1, 2 et 5 liv.
BIIFRE ALLEMANDE
.1 0 la douz de 41/2 Blles.
g grosses B lea.


rg vINTm ch-z
I


L. KOHLER


OWNS=voulex-vous blen
LECTEUR'S,fumerl Allez la
-',iracles, No 25, vous trouverez les
DU CAMNNA.ie de PrIn de J6r6mie

Attentio :!
Ionlez vous etre mieux chauss6 ?...
pest tres rare de trouver dans une
aje confection I'E' gance et la so-
MM. VITIELLO fr6res,
hi spdcialistes en chaussures pour
bmames, forces frangaises et amrri-
ig,, ont I'honneur d'annoncer A
urW nombreuse clientele qu'ils vien-
miot de recevoir de nouvelles formes
Dao D rnier Cii Parisien ., du v6-
iable Modern S y'e.
Is Chauss res sont reconnurs in-
=mparab'es par la Commodite de
Wr formes et par leur Soliditl joint
a1 3 travail entiirement fini.
La Maison pos'sde en dtep6t des
nat6iiaux de premier choix prove-
anot des meilleures fabriques des
IMts-Unis et de France.
Chevreau verni, Extra-Qualite,
k meilleure marque.
Pea12 jeaune de toutes nuances,
iritable Cuir de Russie.
Li Qalit6 d..s fournitures emplo-
6es dans les souliers et les soins
qport6s dans la confection nous per-
iettent de Its ga-antir come les
pias solides et les plus durables.
Stock de Chaussures floes pour la
[w'e en gi os et detail.
Assortiment comp'et de cirages et
hbts de toutes nuances.
Prix fipe mais moddrd.
Adresse : VTIELLO fr6res
145, Grand'Rue, en face de la Poste.


Ateliers Saint-Joseph f
45. 44, Rie du Magasin de I'Eta.
SCULPTURE EBENISTERIE MENUISKRIE
TOURNAGE SUR BOIS
TRAVAUX DR FORGES -CHARRONNAGE.
AJUSTAGE CARR 3SSERIE -MARECHALERIE
Art v6tdrinaire
MODELAGE SUR CEMENT
PAUL TIVWE, propridsaire.


Antoine Labastille
AUX C.YES
Oerniers articles regus
Bees pour Lampe A B
C complete.
Ve'res, mouchoirs et


anneaux-mOche de
change.


r4


B m


AVIS


M. M i'celin .ocelv *. avocat, secre-
taire du Conseil des Secretaires d E-
tat, tait (< I-erver au public qu'il signed
M. Jo 'oe!n, et ( i'il ne recevra pas les
plis [iortant la sisutiption J. Marce-
lin qui lui seiont envoys.

Je soussionA fais savoir au public
et au commerce en particulier qu'A
partir de cette date je ne signe plus
Ddcins Jeudi inais l)cius KEliacin avec
le meme paraphe.
Baradbre s. le 3 Novembre 1909
DIeclws ELIACIN


Tib6re Z6phirin Bell
Fabricant do chaussures
Rue Tiremasse, facade Nord de
ia Place de la Croix-des-Bossales.
SPICIALITI:
PANTOUFLES MULES

PANAMAS!


Pour Hommes et pour Dames, chez
Melle. 1.onide S )lages, 2'2 Rue des
Fronts-Forts.


- -on --
A fred Gogny
Hug COurtBE No 71


Vient de recevoir un assortment
complete d'dtotTffes pour robes, jupes et
corsages. Grand choix varid de
Nansouk couleu' uni et a flours, de
zdphirs et cordonnets pour robes
d'interieur et chemises d'hommes ;
de toile national de toutes nuances;
de I an nelle couleur derniere nouveau-
1l ; de tissue A jours, satinette blan-
che brochde, toile fine pour chemises;
coutil fantaisie pour costumes de gar-
Connets ; drill blanc et couleur pour
homes : Serviettes damass6e-, tapis
pour tables, dessus de piano, couvrc-
litS, etc, etc, etc.


FouRNITURE-i POUtI
Of u'ALEAU K
flailles, F'ieurs
Flubans, tc
Plume, etc


A ttenion


Boulanger:e
Gare du Sud
BOLOiSE K2 bis.
Servant Portail LeogAne, Martissant
Sbizoton, Thor, Carrefour, Marani,
Gressier et- 16ogAne.


I


Andre


Faubert


3,, RUE ROUX.
Vis de Champagne, Vins renommds. de Bordeaux et de
11 Saint-Raphaifl Vin Mariani. Vin de Bravwis.


Boui gogne


MARQUES SPECIALES DE PARFUMERIE
Croquettes et Pastilles de cho-olat Guyenne. Sardines \1 l'huile. Vi-
iRrt. Vei mouth italien et frarTiais Eaux et comprim&s de Vichy
idan mess IInile d'oliva et Via, gros et detail -C gnic ()ard-Dupjty.
ias Cardinal.-DIisques Aspir et phonographes pet fectiouiins.
Tons les ptoduits sont de PREMajRE MARQUE.
%or les emp'oyes SURTOUT de la P. C S Iravaillant sur la ligne de Bi-
"o, Leogai.e.


? L'fig rie,
f, ?, Parfumerie
Articles de
Paris, etc.
- ~- -am


A la Muses "
J. J. M. Manigat
557, Rues St Louis & des Trois Chan.
deliers.
( Prbs du March ) CAP-IIAIJIIEN
D6p6t de I'Usine sucribre de Lagossette
Sucre brut blanc turbine
Vente on gros & en detail. '
i)MANDEZ PRIX & ECHANTILLON.
Caft grill, Cafe grille I 1 I
'A la a Muses vous evite de gril-
ler du caf (.qo dif fa qui grillU cef4
senti macaqiu i ). Allez y done acheter
votra card tout torre#fi & moulu 1 !
Location de voiture, chaises, verres,
tassep, cabarets, carafes, rideaux, fa-
naux, crucifix, canddlabres, chande-
liers, jardinires, porte-bouquets, ten-
tes, tapis, lit de parade pour enfants,
table pour enfmnts, tretaux habillds
pour cercueil, brancard nu et habil-
l.coibi4lard pour difftrentes classes,
Draps moituaires, Crepes pour la
Croix, dernier module paiisien.
Vente de CafA Manigat en pon-
dre sucrde pour veilles Croix, vis
poigndes, planches, toiles pour int6-
iieur et exftrieur do cercueils.


Entrepr isep g6nerale do Pom-
pes fun6bres
L'entreprise a recu des Chapelles
ardentes de touted beauld, et qu'on
n'a encore vues.
Elle se charge de remplir toutes
les formalitbs relatives aux fundrailles
et enterrements, 6pargnant ainsi A
ceux qui ont le malheur de perdre un
des leurs toutes"dimarches et de
totes demands de service,
Elle se charge de fiurnui ties cer-
cueils depuis le prix le plus humble
jusqu'au prix le plus AlevA, de la dis-
tribution des billets d'efiterrement,
de tfaire-part etc, et,'.
Elle attend incessamment : cou-
I ronnes, bouquets, autres ornemente,
un corbillard tout blanco, le plus chic
qu'on aura vu au Cap'llaitien.
I. Eutrcprisoe a I'honneur de faire
savoir A ous qu'elle se tient A I'en-
tibre disposition des families pauvres
comme ri( hes.
Pour tous renseiginements, s'adres-
ser au Directeur.
J. J. M.MANIGAT.


E STO g III N. B. A ceux qui au moment du dd-
ces d'un des leurs, n'ont pas d'ar-
NE TO 1 L -I Igent disponib'o ; I'K-itreprise Gdne-
L excetllenttaillour avantaeusemeni rale des Pompes fanebres fournit con-
connu de toute la RApublique vient tre garantios s6rieuses tous les n6ces-
de rouvrir son atelier Rue Fdrou, saires pour 1'enterre'ment
( Rue des Miracls ) N" 61, pris de M*
LAger Cauvin,
Sa nombreuse clientele trouvera lB 6tel Bellevue-
comine toujours touts satisfaction l Le mieux situA, Ie plus con-
pour lea travaux qui lui seront con- fortable.- Champ-de-Mars.-
46s. C.aisi- e recommde.- Vue sur la mw.


Sacs videsl..


Entrep6t G6n6ral des Grandes fabriques


Esanofi le-Esanofeline

Viennent d'arriver par ledernier Hollandais
Cachets Kangra Antipaludiques


la gudrison immediate des fibvres paiud6ennes.

Comprimes Suisses

Pu.nATIIs-LAXATIF.-DtPURATIFS-
id6al pour combattre la constipation.
Pommade des Preox
luxrison im date sans le concours d'aucune operation, do-
t s : K tes do Is pea, rpne, Lipomes, Tumeurs des Pa-
fIonctivitw, Emas,Hmorrodles interest et tornes, etcetc.
DEPOT GtN6RAL POUR LA RiPUBLIQUE D'HAITI
%"eni. Notre-Dame : Rue des Fronts Forts et d Centre J
Doorer St Lam Pmunm ( Propritasre


DE CALCUTrA (i>Da) DUNKERQUE (FRAN.vcE) rT DUNDEE (ANGLETERRE)
SACS spdclaux pour Cafes trld6s
Caf6s ordinairas
Cacaos
Les Types Courants constamment en Stock par balles de 400 sacs,


Depuis 18 centimes or jusqu't 28 centimes or
Pour grandeur regulibres 65x110 centim4tres et 70x110 centimbtres.
Poids de 1 331 lives jusqu'A 3 livres.
Sacs sur modbles et sur types des acheteurs.
Prix A forfait pour livraisons meusuoeles francs pjit de d6barquement
et si on le desire, Droits pays.


50.000 Sacs de I'Inde


Vienni


mnt d'arriver par Balles de 30(
Prix exception nellement avantageux
S'adresser A Jules Laville
AGENT ET DEPOSITAIRE GiNIRAL
98, RUE DU MA.GA&SIN DE L'TALT.


) Sacs.


Sacs vides!..


I


.


I









Grand Rabais !


Tannerie Continentale
DE PORT-AU-PRINCE]
CHAUSSURES
CaUVRAU oLALct, pour hommines et dame, P. 10. Enfants P. 8
SVUNais ECLIPs 1 12 4 10
COULNUR LOTUs 4 11a 10
Pour la vented en gros 5 OTO d'escompte.

FAHFARI1Iu1J D1 C'iAUSSURES

Fioravante Cordasco



Grand'llue
Met ona ventie i uti prix tzt-s 'ediuit, *ri -o('k consil.Irable de chaussures
des plus i 1hgantes et des plus solide-, pui H-IMMES, lf'EMMKS & ENFANTS
style fran; iis ut anri('eiin, derni(tre mode.
Pour la vente en gros escompte de 5 olo


Pharmacie W. Buch
Place de la Paix
Execution prompt et soign6o do- ordonrnances.
Analyses scieutifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, vuivre et autres m6taux d'apr&a *a
m6tbode amdricaine ( fire esxay ).
Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops et veritable Kola
Champagne & P. 6 la douzaine.
Droguerie en qrws et cn detail
Propri6taire W. Buch
Pharmacien dipiA6m allemand


Dmp6t


Aux Gonaives : \Mddame P. Laraque
A Saint-Marc \L M Jadae E. Martelly
A Petit-GoAve : Her mann Reimbold & C(o

E ntlreprise


D'EAUX GAZEUSES
I:DE PO IFTCT'3 -A. U--P YINtX iCE
Fondee en 1899
21, Rue F6rou, 21.
Ginger Kola
Kola-Chain pag ie
Soda-Water
Siphons
,Sirops
Liqueurs
Bitter

EN VENTE CHEZ


L.


Rue


du Fort-Per, No 6.


Coniestibles


Sacs vides sup6rieurs
Toilerie


Francisco DESUSE
Fabricant de ohaussureS

La Manufacture a toujours a d6p6
in grand stock, pour la vests *s
gres at en detail, do chaussures on
tous genres pour
IHOMMES, FSMMzS, EN ATms
Leos commandos des commerQast
de l'int6riour pourront 6tre s excut4e
dans une semainoe pea prbs.
23, Rae des Fronts-Forts, 23
I ORT-Au-r1MIcs ( SAr )
II I. .I


LA
Cordonnerie


Nouvelle


C. B PtT01A
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse c'ientele qu'el-
le vient de recevoir, par dernier ba-
teau, une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures de toute fral-
cheur et do toute beauty, import6es
de France, d Allemagne et des Etats
Unis.
Le public l66gaut, cutieux de se
bien chausser, y trouvera les peaux
les plus solides et aux nuances les
plus virieo- I As former les plus belles
et les plus approprides.
On n'a pi'A ventrr chez G.B PilTOIA
pour ttre 1 rrn, d'ttre clihauss6 sui-
vant les. ineil'etr' lois du confort et
de la mode. Sp&,ialites pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, forces, fournitures
et mat6riaux divers pour cordonne-
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix les plus mod6r6s, A
LA CORDONNERIE NOUVELLE
143,GRAND RUE 143,

FELIX MAGLOIRE
AVOCAT
113. Rue du Centre, 113.
Chez App. Cipolin
155 Rue Rdpublicaine en face de U-
K. Robetin
Viennent d'arriver par dernier va-
peur :
Pate de foie gras. Saucisses trofl6es
Pigeon aux pois. Tapioca. Choucroute
Asperges etc. Fruits cristalis6s par li-
vre et par flacon. Prune d'entes. Vin.
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver
mouth. Cognac. Champagne.

M" c. L. Verrel
Tailleur-Marchand
Donne avis A sa bienveillante clieo
tWle que sa maison No.7, Rue Traver
sibre est toujours bien pourvue d'un.
vari6t6 d'6toffes de la haute nov
veaunt parisienne.
QUALITt SUPIRIBURI. COUPE tLiGAMT
TRAVAIL SOaIGm. EXtCUTIOx PROwfPT"
Prix trds reduits 1

Maison F. BRUNKS.
191 GRAND'RUE 191
Dirig6. par

L. HODELIN
Anmgen mWbre do i Secteid PhIom
hropique des matures tailleurs de Part
Vient do recevoir iat grand choijx d'
rtfes diagonale. castinr alpaca, cherv..
e, cheviote pour deuil. ,tc RAcoIomma
t* paticalikremeit i sa elint61* eo.
sell collection de cowpes de casimib
do gilets do fantatsie ot do ptqu6 d*
touto *oalt6
sp6ciaUit6 do Gostumxes do ao
es.- Coupes Franjause A&glaise *
kndrisaine do la doernire prrof e*
La maison confetioenne aus rieas o
tume militaires, habits broed
4olAams. tu ique. kabOts -
rs. *te to, do eems ad. e J


JAMESTOWN


DE SUCT


8 NS


Topique D. SER-ES
Pou les Chevaux
Gu6rison rapide de Boitseri0'
Plaies anciennss, carts, ul
Entotses, Fluxions de poi, t 'rid fl
Pansement facile, rapidsOtd' e
certain. Repousse du poit assur.
D:POT : Pharrlaci doai
Rue Roux, No 108 et Rue do
N PPonT-AU-Pfm"C (Bt)


TERCENTENNIAL EXPOSITION ( 1907 )
HAS CONFERED A
Gold Medal upon


A L'tLEGt CE
QORDONNERIE.

42, Rue des Fronts-Fort.
CuAUSSUM IU M DIPAT,POUI LA nhW
Promptitude st soin ax comm.
des taut ici qu'on provuLce.
Chaussuros do Dame forms at tra.
vail tojours tout ce qu'il y a do plu
OUvTeaOUx.
Forms am6ricaine at fraacaise 4op
Messieurs ; 616gantes et commodes.
Pour leas infants 1s plus 'ais .
Travail solide ex6cute av*e
de* peaux de premi6remarqu.
Assurause do grand ratais.
]PAte, irages at Liqu des

Chapeaux
Chapeaux It
Chapeaux IIt
FAILL I1 PORTS-RICS
ACCOUREZ (:H'EZ
Feliberto Gonzales

JOSI SAiN MILLAN
FABRIQOUE D CHAPIADX
PLACE GEFFRA'RD
Sfle, do Ceiffur, L'-U.rS
Pear tons les aoo n i pour toals
les bourses.

Chapellerie
ACCOUKIZ/ HIlFZ
JAIME TESTAR
Le chapelier r en.u qiIable, avat*
tageusement coinii.faj, ivoir au pu-
blic en general c': 1 nombrean
clientele qu'il vieijt L,? transfer at
FABRIQUE DE CH'.PEAUX
(L'ANCISNNS MA ON DU LOUVRI)
D9 LA PLACE ;LPFFItA D A LA
RGRAND'RUE OU HhI'PUBLICAINE
No f 49. En fac, de la Posts
Le nouvel 4tabli-.'ernent est o0-
vert sons le no n de la fleurda
I'Amerique
II promet soin e, promptitua
comme toujours.



8'U n'estfaitac ve Pillsb'ry
Best."
La meilleure farine du mo3
Celle qui donne le meilleur
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 16ger.
Pour toi renseignemnteto

Ernest Castera
reprisantant de la PILLSsUHS's W__
3UtM FL iU Mu.ILs Co MnMweAo
M3I--


de Kolta-Chanpaqgie :


KOHLER


I-


11404"