<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00749
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 13, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00749

Full Text


votiSame Ann6, Nc


765


?KORT-AU-PRINCi:, ALilI


Meroredi, 13 Ootobre 1909.


I


J


OUOTIDIBN

Abon ments: DIUECTEUrR-FODATEUa un O 4 5cTurm
oeJ uA M sK. G. 2.00 I MO
ga UP -u". To, n.Mo. .. 5.00 C16ment-Magloire -
tAlRTEMDITS UM Mos... 2.20 i. -m... s e.m ** e- ma me mases em u
RoGKR....... TsM 8 .00AD nsTUO. Arthur Isidore DIRECTION-MRDACTION-ADMINISTa ATIO
y """.....-45 IRV e,., 45

N OR D 4* M ID I s'"Le second port rait est celui de Gain- vainqueur entendait vivre da pouvoir.
... N O R D. 4 M ID IJ betta ; le voici : Le culte, le mot est exact, -
a Si Thiers fournit an specimen de quo lea amis dA Garmbetta ont consir
Lm temp6raments et influence des milieu x la maniere familibre, Gambetta peut anpourarsiemrmo;ie ce'expliqueo an
oflrir un bon example de la manire Pare par a
thdAtrale. On sait comment, avec des q 'il a si largement ouverte. 11 est 6vi-
NI promise dernibrement, A propos 'core augmentea par la faible propension mots, il a r6usai A conduire la France, ent quo ette manr o pratiq a
fssmtade de Monsieur de Cotenson, dla Mdridiotnl A la r6flexion. It parole A l'entratner, A la soulever. olitie donne tine oe immense a
hM portraits d'idustratioas franchises, d'abondance, do premier movement, a Quand on a voulu lui diever un poiticiete fit n ncin mdi.
lb qua M. Damolins les a esquissds sans peser ses paroles. Cest ia une fa- monument sur la place du Carrousel On me cit le fait 'une ancite ville
we coafirmer sa description d6taildle cult acquise par I'habitude de la con- Paris, on a eu la malhoureuse id6e de n itre, reprsenta une peti dans lAd-
s type meridional. Je r6alise aujour- versation et de la discussion au milieu graver sur le socle quelques-unes de ces d idi, qui a si bi a daeunesse bour-
thot la promesse, et pour cela, Ie lec- de groups nombreux. Los esprits pro- phrases les plus c lbbres. Le passant ministreation totcait unessagricbur-
ri me pardonnera de puiser A plei- fonds, les esprits rdfl4chis, ceux qui qui les lit a peine comprendre au-or, g ie do cette localit, qu agric l-
0 mains dans le chapitre consac['. sont habitues A l'analyse, manquent jourd'hui qu'eleas aient pu produire ,icommercei y ont
type provengal de I'ouvrage Les ordinairement de clart6 dans I'exposi- tant d'effet, car elles sont videos d'iddes, paralysis pour longtemps. ais iljoit6
)'anis d'aujourd'hui. tion, parce qu'ils sont ports A fair et souventcreases. C'eat qu'il leur man- ian sapetite vle dune pop t
a...at passer les auditeurs par la sdrie des que maintenant le geste large, la pose ,ranae. e le lecteur
Voii dabord un r6tnmd des caract- raisonnements, des katonnements, au- thdAtrale, la voix tonnante, c'est-a-dire Jo renvoie au livre mme Ilecte
tiquq de ce type: ils out di parcourir eux-m6mes. L ce qui faisait surtout leur valour et leur d6sireux edo faire plus ample coxlai
On omprend combien cette is- p superhiciels, au contraire, n' puissance. etrsqu'lles ont plus cla da dce avc lea typ rance.iax du centre
ce at I place publiqe devait au- etart pas embarrasses do ce lourd ba- elles tombent A plat. Qai relit,qui pour-' ot d midi de la France.
te ar l'it placurable inaptitudeatravailt aug-, n'apercevant quo le sommet, no rait relire aujourd'hui les discourse de J'ai ddsird seulement no pas manquer,
mteroiocurable onaptitde aus travail ceretenant q la quintessence des cho- Gambetta ? L'ami qui le a ublids a en parlant de I'tude de M. de Co-
Sleofo dent enfonee dans la race se est diat ac- od A sw a memoir e un bien vi ain tour tension sur la difference de formation
rles diverse cause. que nous ve- qmonde come ux- On nest jamais trabi quao ar les siens, sociales qui distingue les populations
mme d' mnrer.m cesble A tout le monde comme, sot i Le Mdridional poss eonfin une du Nord et du Midi fran;ais,- de fixer
... ... mer ,a, orts, ne e i" on t immd- le MeriaiOnai poseue enu tun .. Ha., .n ,--
Eacore aujord'hi, on gait quelle d ent et faciemnt intelligibles. derniere aptitude qui contribute puis- lea ides sur deux grands hommes o-
N,daas le Midi, I'ardeur des passions L-ur elocution couple comme une eau samment A son succ6s politique: .i a, li es usq tiennent une place trsnar-
pIitiqss. Oa est a blanc a. ou on est transpareote.* au plus haut degr6, I'art d'attacher les go ans admiration des gdn6rations
*rosote, et on l'est A l'extr6me, on gens sa fortune. de s fair des amis. haltiennes, et pour cause.
root juqu'& la lutte violent. C'est bien J'arrive ainsi au premier portrait n II faith cela sans effort, come une cho- A. M.
4 Is triomphe de l'esprit de clan. question, c'est celui do M. Thiers. so toute naturelle, par la simple appli- .
Ctte passion politique s'explique a L'61oquence de M. Thiers est un cation du proeddd propre au pays de Nou atons refu de Jfrdmie article
1r id4. que chaque can so fait du des specimens les plus remarquables clam. e rovant avec prre express de le publier
npaoir; il le considbre come un en ce genre ; on sait que a 'illustre Lpolitique e cian group pv vecrre exresse de puber
0Gyen d'exibtence ; on vit do pouvoir hommq d'Etat P pouvait, en une con- lea gens en vue d' un terAt public, d cette place.
,li implement, aussi effrontdment versation, ~assimiler les connaissances mais n vue d tn inthr, t priv, I int- _
MaI artisan vit do son m6tior. C'est des gens avec lesquels il causait: mi- r6t qu'a chaun A sassurer pour soi- I
i rigire de la politique alimentaire litaires, j rites, diplomat intus- m..me, pour sa famille, pour sea amis,
IN toute sa splendeur ; c'est encore triels, commerants, etc. It 6tait a.pa- des moyens d'existence.... i d Umi
S sorts de cueillette, qui ne deman- ble de traduire ensuite leurs iddes, CeLte politique West pas nouvelle Vr
I pplus d'effort que l'autre et qui avec une limpiditd parfaite, maiq ac- dans l'humanitd ; mais ce qui distingue La Question Syrienne
W"o.vnt plus productive. quise, en parties, au dAtriment du fond. le Mdridional, et d'une faVon plus g-
tAuasiest-ce dans le Mii quoet n6e t Voici uno anecdote qui m'a 6td ra- ndrale les populations du bassin le la -
t qo se pratique avec eIs plus de cy- contde par le Play : Thiers lui ayantfM6diterrande, les pays latins et grecs, Dernier appal au
tw I thorie des fre.re e. ansis que fait demander de lui exposer sa metho- ou domine le regime de la cuoeilette, Gouvernement
lN part doit case apr6s le triom- de et ses conclusions sociales, ils so c'est I'habitude de pratiquer cotte poll- l ya de cela un an, le commerce de
Pt eSparer du pouvoir, le d6tenir runirent I'un et I'autre chez un ami tique en grand, presqu'A la facon d'un Jdr6ie adressa en deua fois no Gndra
Sooc sealffTlre de premiNre im- common. prancipe audicotable, com-e one chose Nord Aeezis, alors Prsident d'Haiti ue
laese... a Je n'ai pu llai exposer seriause- touted naturelle t. pour tout dire., d'un petition sagne d'un roupe de dgociants
C'oet vers les administrations pu- ment quoi quo ce .oit, me dit L Play, manibre yque : c'est bin Isyst6me poor demander I'apprication 'de l loido
us, et plus sp6cialement vers la iI a parld tout le temps. I d acur6e polti que. to Aout 19o3, centre les Syriens. Ce don-
que1 qu e I'migrant provencal se a L'4loiaence du mrilional n neit pas On reconnaltra, care no veux par- ble geste rests sans eftet. La voix du Com-
,4 4. prfdrence, et cleat la qu'il seulement abondante et claire, elle est, efo qru dei morts uai apparnnont A Jermiie, dtooffie par le bruit des
StIpriourement, grace aux apti- en outre, tour A tour, familibre et thA- hIstoire, qu'unae es grand". forces transactions auxquelles cette loi donna lieu
Ple a d6veloppdes en lui par trale. Le caractre families et bon n politiques do Gambetta, par exeaple, fu point entendue so Palais National.
"WW natal. fant eat an des traits do catte race qui "a t 4 la gnrosit6 splendid avec la- 11 fllt ben se taire, I'on se tat. Mes-
Spremire de ces attitudes est la n's pas subi la superposition d one quelled il a su partagr entire ns amis, sieurs les Syrieas, forts des droits que lear
locution. Cela n saurait sur- classes supdrieure deonaissance, et chess entire lea gens attach ma fortune, octroysie.t leos 6cas corrupteurs, mtra
chez des urbains don't la vie laquelle lee distinctions de classes sonclan, lWt awours duqurett en gros, en detail, tant et si bies,
t1 a dehor? en conversatios n'ont jamais 6t6 profondea. Qaant au budget. Oa sui voloatiers an chef aus~i que pendant la period qui termine le
Or niojs. Et lour 61ocution nest caractArethfAtral,I1provientdirectement magnifaique. rigte ddchau, ils parent se considdrw or-
Saleient abondante elle brille de la facility A l'dmotion, combine avec Le language a bien traduit cet at- gueilleeseamnt et avec raison, comme lea
pa r la clarti. Li clartd esat une I'habitude de l'exagdration... tachement pour un homme plus quo wra.s mattres de Ia place. Ce fut cri.a; on
Ie ee deprit .de la race. El d- .A a tribune, comme dan a vie pour une i de, on d6signant ce troupe t .its arriv & ctte coastattioapdAnible poar
m, nt de ia ncessit6 d'agir ordinaire on zag poses, on ax.- de politicens sons le no. do Gambo. g al-d hali-- : -r -- s d-s e-
tat sur keo asutres pr la pa- geTre et., onre a vou, 1,,1,,ed"' aim'app"rteneat aantto an l. a tr Jer esr ,sesne paoor si
aUt plus de place que la vie prouvo l'oratour (caaro 1 do em urs_ ambett, bqui a pous_ d so crifa- mi ,es us ines de suprI
te pro mr a.ts a p.e. noesale1 raltro ostlea- p meu, aux rdpubli- dami^
ilon C' d. ar crn- rtion ao y e pris cast" Cela sign fiit clairoment: "Les La dvolutiotm viat, balays los avuess
sor-nmrat u'on -t estralq ed -. -acesi les favors buad o-t & ,ons et du poovoir a, ames dons quelq.. s ho....
SPttude la clart6 esat en- .dal do.atr d i*L. os ama.. Catls s. qme e clanI. ms uovesa. On reprit eapoir. Des sem.


_-~1~1111~-~--_ 1 III








meranuts de Itemie, dns le course dn mois
de janvier dernier, euvoytrcnt une nou-
velle petition sou chef de I'Etat pour de
mander encore I'exication de la loi do io
AoPt r19o; des commercants de Port-au-
Prince rdclamerent aussi ; et au sc an3-
me de la Chambre des voix s'eleverent
centre la horde levantine;
Qu'est-il advenu de routes ces reclama-
tions ?
Les faits vont parler, pour ce qui con-
cernc Jerdmie. Tout s'est aggravc dans le
commerce local. I.le maisons syrennes
continuent leur ngoce en grs et en d
tail, la plopart sans piene. Chaque jour
voit grandir leurs pretensions. En iffct
depuis que!que temps, chaccne de cs
maisons se paie le luxe d ume ou de deux
succursales ou i'on .viole ouvertermeti et
les dispositions de la loi de 1903 et cells
non moans precise. de la loi de 1876 sur
la ratenti. C'est l'idegalita su grand lour,
le scandale rivol ant qui continue.
Q I'cst-cc-i-dire ? Commet expliquer
toutes ces naturalisations faites en dehors
des conditions poses par II loi du to
AoCt 1903 ?
Voici ,q monsieur crasscux, pnant qui
debarqu", venant on ne s)it d'ou. 11 se tait
appeler lacob quand chez lui it s'appelle
Esa,. Pui. A ptime a-t-il deux ans de siour
dansle pays que l'idtc lui vicat,pour mieuxt
fair alltr wes affiires de se fire haitieD. II
s'adresse I qui de droi,, declare qu'il
a dix ans caIf Hiti ct. sans qu'il soil
beso-n de contr6ler scs dires de v-rifier
son identic, son jour darrivee, le voili
Ih iien, !>aitien politiquint et calbindant...
Voici in autre qui, lui, a dejA acqu's uin
s tatiiot convenable. II n'a pas besoin
po3ur ddvelopper son commerce, de lette
de niaruralisation. II pent, cheque anne.-,
aclietr ce qae la loi lui rtfuse En outre,
it CAt sons la protection du Ministre fran-
,is. La Grande nation chevaleresque a
1'assimile A sc; nationaux. 1! jouit de tons
les avantages attachds A la quilit6 de tran-
,jis. Aini Ic permit notre conception ou-
tranciLre dc la regle de courtoisic qui sert
de base aux rapports internationaux !...
Voila tout le revers de la loi du o10
Aou 19o03 : measure 16gitime qui s'inspiie
d'une pen:,e economique et d6ccu'e du
droit qu'a tout Etat de defendre les mint-
hs,; nationt x contre la concurrence ctran-
gfre I
I. (G6doral Antoine S monr sc 'e patri-
otime de qni le pays fonde dc grande; es-
ptrances, don't le respect de la loi et le
nus de tous, ignore surement cet etat d-
choses. C'est pourquoi les commergants de
Jeremie recourent A la vo'c de la P.esse
pour faire A son Gouvernement un dernier
appel.
Les temnas sont changes. La loi a repris
st scuvt-r:ine'e, ele doit ere respected. Le
travail libre. Initiative privee, prechis sans
cesse par le Prbsident, doivent 6 re protigEs
effectivement par I'application des lois qri
les garantissent. Or, le commerce est la
sphere la plus large de l'activitd indivi-
duelle ; ii d6tourne les citoyens des fonc-
t ons publiques et dispose leur esprit a la
paix. Regi par des lois intelligentos cornme
celles de 1816 sur la patent et de 1903
coutre les syr;ens, it consti-ue u-e vr i
force social pour les nationaux. Et si J]
remie a pn conserver jusqu'aujourd'hui ce
qualitis d'indipendance et d'initiative qui
font sa fierct, c'est grAce A son commerce
national. Comment en sezait-il autremenr
quand le tiers de ses habitants est commer-
;ant?
Une pareille cit6, A part sa brilLn:e col-
laboration aux evinements derniers, a droit
A la solicitude du Gouvernemenr. El'e
vient done respectaeusement, ar i'organe
de ses ils nte gociants, prier d'one f;on
particu iere, San Excellence le General An-
toine Samoa de p eter l'a ppui de sa haute
au'o:ite 4 Mr Pressoir J er6ame, Magistrat
communal, pour assurer d'one main fet-
me le respect de sla loi de 1903 double. de
cell de 1876 sur la patente.
II y va de l'intdrlt des Syriens eux-mI-
mes; car avec I'etas: actual des afaires com-
mrerciales, si I'autori./ e veut pas agit, la
population e Jirdmie se fers justice 4 elle-
m/me S'iespirant d'umne dispositison ldislaie


qui lui dooue dis p utilize, elk kIs fe-a rae-
peaser en frappapst, deik-mhsa, les Sifrians
as atw eux lame: Jon&de da ommes.
. nyslione situam diou ~oa~quo


l'Administration doit r.gler dans le seas
lgal. C'est dit I

Un group de commerfants Jdrdmisu.






MZT]OROLOGIQWWS

s b sewr'vaLtolre

SKEINAIRI COLLGIO St-EARTIAL
MARDI 12 OCTOns 1o909


Baromatre A midi


759 *=16


Temperature" minimum 21,9
fwsxzimum 34,1
Moyenne diurne de la temperature 27,8
Ciel clair le matin ; couvert 1'apr s-mi-
di.
Orage au nord A 6 h, 3o du soir.
Broutllard !ec intense ce martin iy 0:.-
tobre.
Baromntre en hiusse.
J. SCHIRER
Fermeture de la malle
L-s depeches pour Cap-Hait.ca, Pc-Pla-
1t, St J. de Porto-Rico, Guadeloupe, Mar-
tiiique, St-Thomas et I'Europe par le sjs
Q Qudbac a seront fermees aujourd'hui 13
dJI courant A 3 heures p,6cises du soir.
Et cclies par le sIs a P.i.eident v pour
N=:w-Yoik ec 1 Europe via Kingston, Ca-
ves, Jacmel, St-Domingue, Porto-Rico et
S -Thomas, seront fermnes demain 14 do
coirai;t A N heures pr6cises du main.
Por:-.u-Prince, le 13 Octobre 1909.
Tribunaux de Paix
SECTION-NORD
Le '',ibunal condamne la dame Vertulie
Cavallier A payer au sieur Georges Coby
le bordereau de marchandises du depuis
de 'o-gs mois.
Qui paye ses dettes s'enrichit.
*
Dcux hommes sont conduits dcvant le
jug: dans un iat pitoyable. L'un a 1'o eille
droite rrach6e et I autre porte une hor-
rib e blessure A la t6te. I's se sont battus
come deux sauva es, dit l'agent qui les
conduit.
Le luge Pau' maJn Jacques ne ptut en-
tendte les parties et i6clame la presence
dua medecin. Le Dr Lysius qut se trouve
tout pis da itrbunal est rcquis e prodi-
gue des sons aux deux victimes qui soot
ggalement deux rivaux, car on I'a di de-
vioe, il y a une femme dans cette hi stoire
L'affai:e est renvoyee.

Deux levantins qui ne s'entendent plus
Gabriel Zenni et Glian:ou Kouri v enneat
expo er la caused de Irur diffirend. It parait
que l'un est debitear de l'autre, une his-
toire d- 40 dollars ambiczains.
Longues discussions. Le jugement sera
rendu A la prochaine audience.
A rpenteurs- Gom6tres
L.s memb es da Conseil d'administra-
.ion sont convoques le vendredi,iS do
courant, A neuf heures do martin.
Le Secretaire
Louis OssILIm,
Aptr-Gd.om.
Le respect de la vie humaine
On vient de publier laux Etats-Ubis la
stasis ique des personnel tuies ou bles-
s~es par les railways amdricains.
Les chiffres en sont efirayants ; plus de
4,000 tu6s et 12a.ooo bless6s. Deputs quel-
que ts.mps,'1es accidents et les catastrophes
de chemin de fer se multiplieot amu
Etats-Unis avec u-e tell intensity qae
I'on prite au president Taft P'intenion de
proposer la modification de la 16gislation
existante concermant 1'exploitation des
vo es ferres.-fi- de Dcuvoir rappe'er d'ane
nfani6ie plus sensible aux companies de
chemins de fer oqe le souci de la sicuri-
te des voy.geurs pime ce'u des gros be-
neficts e de divideodei excsssfs.
J Les Et:t.-Unis dd cnnent en ce mo-
Jmea le record du monde des accidess


de chemins de for et l'on comprendra
quo les Americains ne tiennent pas du
tout A conserver ce record.
Its rdussiront A fire disparaitre ces ac-
cidents trop frequents.
Latfaire du 15 Mars
Le Substi ut Rosemond a signed cc martin
am nonI du Parquet, uo pourvoi en cas-
sation contre 1'ordonnance de la Chambre
de l'Instruction criminelle readue avant-
hier.
M MoOreary
Parmiles passagersda "Prz.ident"se trou-
ve M. Frenton R. McCreery, minister r1si-
den t oc)nsul Gilndral des Etats-Uri; A
SintmoDomingo qui regagne son post
II a dt6 prisent6 ce main A S. E. le IGil
Simon pir Furniss. milistre pl6oipoten-
tiaire A Pjrt-au-Prince
Commission
II faut ajouter i la Commission parties
dimanche par le steamer hollandaise poor
New-Yo k aux fins de verifier le navire
don't 'e Gouvernement desire fire l'acqui-
sition, le norm du Gal. Ferdinand, chef
des movements du port.
Bureau du Port
On announce qu'en I'absence du Gene-
ral Ferdinand, le bureau du port est place
sous les ordres da Gd. Emmanuel Simon.
Grande Voierie
Le vaste lac fangeux et profound qui -6
pare la route de Logane en deux, con-
serve toujours son aspect disagrdable. On a
overt le pont que s'6tait complement
obstru6 et de cette facon on a on le ne:-
toyer; mais 1'eau s'cou e ditficrlement
etant devenue come une sore de vase.
Un remblai est necessaire avec des rigo-
les de chaque c6.6 e un macadam s&rieux
qui consoliderait la voie. Oa pourrait es-
sayer.
Le Gal. Charles Roland
Ce martin est arrivE par le steamer Pre;i-
dent, le Gal Charles Roland, commandant
de I'arrondissement de la Grand'Anse et
D6liegu du Gouvernement dans le dit ;r-
rondissement et dins celui de Tiburon.
Chambre de Coomrrreroe
do Port-au-Prince
Comme cela a et, annonce, 1'Assemblhe
gdo6rale de la Chambre de Commerce de
Port-au-Prince, a cu litu avant-hier, Ix de
ce mois.
Eraient presents a cette solennitE : MM.
Sintallier, directeur de la Banque, ex-prd-
sident de la Chambre de commerce fran-
gaise, assist de son secretaire. M. Albert
Horelle, et d antres membres de cene im-
portante corporation.
L'ordre du jour de cettase rieuuon a kiE
poise dans toutes ses parties. Le rapqort
annual de Ia Chambre de commerce de
Port-au-Prince a edt lu par sou secrtaire
g6ndral, M. Laurore Nau; il a et6 acclamd
par un vote unanime qui a 6t: donnu de-
bout.
On a procedi ensu te, eatte autres op
rati ns, an remplacement i 0 de M. s
Jh. Nicolas, demissionnaire, par M. David
Chancy, Elu premier vice-president en rat-
son de sa competence sp&ciale et du con-
cours actif et d6vou6 q' il a constamment
donn6 A l'ceuvre ; 2 0 de M. David Chan-
cy, aussi demissionnaire, par M. Edmond
Polynice en quality de membre du C'n-
seil; 3 deM. Assel, de la maisonF.
Herrmann & Co, et Tancr6de Augaste le
premier come me ubre de Ia Chambre
arbitrale commercial, et le second com-
m membre de la Chambre agricole et in-
dustielle
Le budget a etd sanciionnd et le rapport
da trtsorier lu et approuvd.
Bn somme, cette oepvre devieot de plus
en plus dignp des encouragements des
Grands Pouvoirs de l'Etat.


residence et poor M SsabItice
S Les Bambooims si-a 1- Pto
Ia ville. C'dtit aue place A .r ts
on aPpelle dans ek-Vt Les "" CM MIS

l pade leastOU et ,t Pe n deCh-.
bonde bois quo vse ,d e.
grosse colette, v.d re au ciadesa
La proprai Basat acluaius.
elAe-.mme A l'sc tio Wdion edatet
lee de bambous- oi l 'apel,, .qui
de la rone condulsait. dun'atpr4e i, a

finite de petites coaleuw vT, veCetS "O
o.es, que "oa voyaat toeIa Jou BSp
bader genmim t dams le feuillap attn
tenu. Mais si I'une d'elles, dansuon idu
tombait i terre, it fallait qu'elle chuctJ
bien vite an refige a plus epais do to
sous peine d'6tre strangle par les chi t
qui tout le temps jappaent an-dessousdes
arbres. en montrant en l'air leurs cra
d'ivoire... .
Sextilius devait faire valoir la propriM
pour assuert son existence et celle de m
femme. Cdtait Isa condition que son Inh
avait pose. Eu quoi 11 tait sage, car 1
jeunesse ne doit pas 6tre oisive. Lui, et.
tout, devait donner le boo example pe
rapport a sa situation social. Le jLum
homme se mit bravement A 'cuvre. Et a
attendant qu'll jout son r6e dans la vie pk
blique, r6le qui allait lui choir certain
ment dans un ou deux ans quand son pin,
au nom du people souverain-peuple s-
verain reprdsenrd, en l'esp6ce, par testi
regiments caseros a la Delegation-l'suri
fait Mlire deputE de son arrondissement,Set.
tilius comptait le martin les rEgimes de be-
nanes, les charges de patates, d'avocats, I
puniers de 1Egumes, d'ceufs,les booteilks
lait A ezpedier au march pour la vete do
jour.
Marie-Madeleioe ne descendait de a
chambre que vers les huit hcures. Jam
Sextilius n'aorait souffert qu'elle s'occup
des vils soins domestiques et qotints lelI
en meme temps que lui, A six heues. CU
ne plaisait pas au general. II Co..WMrS
i maronner que la poupde blanched ea pe-
nait trop I son aise et que. si elle tdi
une vraie fille noble, one Li F"nd-uw-
fouarre authentiqu-, elle ne suppotosuh
pas qu'un home I'entretint, cet homm
f6t-il son mart. II avait cette belle coacep
tion de la nob'esse I II souhaitait doaceI
sa bru s'occuplr un peu de I'exploi.ta
des Bambous, s'y iotdress.t, afin, disuit-il,
que, quind Setulius serait i la depipasnl,
la propridt6 ne priclitAt pas. II .a ifat
i pluseaurs reprises cette observation, Sa
fils n'en avait jamais tenu compete.
Mais i quoi passewt-ele done sc
temps ? interrogea le general.
Elle lit les romans. les jourauls d
France, que je Ini fais venir chaque qiP
zaine...
z Mauvais cela... II flat lui failr
le Moiesur Oficil de la Ripu1ique, rU
du Pp., la Someraitd natioUa,
union fast la force.. Et le tres de la o
-Elle regarded les Duases. Elle dit quisc
les aime, surtout quand is courent a 2' c
me de lai motagUe come st I'bearet d
d6jeuner sysit sonnD pour cox.
Oh I vraiment... Eh bien 1 cetWt
me-lA ne preadra jamais racing das r
tie sol.
Du rest, un premier froissements
eu lieu entire li et Marie-MadeleiGne.C
me elle lai rendait visit, on mosut4
dans le salon do general, aprs uan
bourdonoement, ravait piquee au v
D'un prompt revers de la main elijC i
ecrasE net, toot en s'ecnriant, ro ge
morsure :
La sale b6te I ,
Madame, avail prote;tl ee o
general, il n'y a nn de sa


An retoar Setli v-
Madeleine de fire attention, .POE at
fcoisser les sentiments patnotiqaeslk
p6re. Elle devait lompreadre qu
itrbit plus Franaise, nais bien
Dire qu'un moostique haiic eli gs
bete constitute nn attett a I i
II tionale. Elle deait se faireane -.I
11 y cut a 1'arrivee de grandes rejouis- tienne. Sans aller i l hire oIt
sances : romenades A cheval au clair de la morsure d'un *oaWtsqu.e 15sis '
lune, bar acos dans la fore-, tepas panta- cuprme elle pourrait de
grudliques aut boids des riviere;. Tout e d'uan qualificatif auss' v 1o ea,
monde feta la petite poupee blanchecom- D'aurrs froisUmetM sut a5 ,
me I'appelait le general. Quelqtes jours tiplifrent, .sans e,a$ ics saet*
spas, ii assigns a jeune mdnage pour sa si ascane etplicsason, sec


I ~ -- -





p .- a


log it besoi, commqe 'sil n'y avait A FOLLI ENCHIRE VI* a I *e S *
5 irrfi chi, subit, d'uan tre con- er pocd le mercredi vn c- s ves v id e s
S utre, une sne de rpulsion de tobre mil neuf cent neuf en l'6t ae de
110- .MAdeine, darn cette indiff~rence Henri Hogarth notaire, i Ia residence
e -addce(a-d e sele ein Te dun iatures do lap -midi Entrep6t G6n6ral des Grandes fabriques
I.---elOppit, oile sedlisait pe dri-d ap r
an iveloppsird ou a"s. de f d ex endcution d'ane obligation hypothcaire
' ait de tn our lide tb dment enregistree souscrite en date do DE CALCUTTA ( IND) DUNKERQUE (FRANCE) ET DUNDEE (ANGLoT'RRE)
Sbout de terre pour y tablir di-sept ot mil huit cent qua vingt
Srdio propre a culture d quize par Monsieur Joseph Moise demeu- SACS Siaux pour Cafs tri6S
e p cit CC ce swattue distraction rant i Ldogioe au rapport de Me Edmond j5bS pou a s r
"vstif torpeaur. Le gEn6ral, quan Oriol notaire Port-au-Princeenfaur Caf O
Sfie terrraOad ace Vu de la dame Lorina Pinchino. Et en veru CacaOS
it en fire. On lui rpondit que Mada- 1 0 d'une clause du cahier des charges Cacaos
at comptait y planted des rosiers, des jas- ci-apres enonc.e ; 2 0 d'un jugement ren- LeA Types Courants constammeat on Stock par balls de 400 sacs
to des tubercases... du par le tribunal civil de PetitGolve
, I ya s etement du ntrad irement entre ieurThier Depuls 18 centimes or jusqu'A 28 centimes o01
se dmiux an march.Alphonse et la dame Lotina Pinchino, le
Uae sutre fois. tandis ae Marie-Made- notaire Henri Hogarth et l'Etat le vingt et Poor grandeurs rdgulires 65x110 centim6tres et 700i 10 centimtres
rlvemos, uo livre Adesmi entroud rtn mars mil nea cent sept enreistre ; Poids de 1 314 livres jusqu'A 3 lives.
ba main, se promenait danns alle des d'un arrtt du tribunal de cassanion de Sacs sur modules et sur types des acheteurs.
boas, one nmoiuscale conleuvre vene la Rpuablique prononc6 en sections reu- Prix A forfait pour livraisons meusuelles francs port de d6barquemenl
woba i ses pieds. On aurait dit une de nies Ie trois juin mil neuf cent neuf main- et si on le desire, Droits pays.
late liar ondulant sur les peites p:eries tenant le jugement sus-cite signifib au
soussoes. Marie-Madelene, le premier sieur Thiers Alphonse avec commande- 9 I,
wovemcm involontaidre de recul pass, e meat le dix-huit do meme mois doment
Sdimit pour prendre la mignarde bvte, enregistrt et fame par le dit sieur Thiers 50..00 k ac sel e d 0 Sa
u doume pour s en fire un collier vi- Alphonse, adjudicataire demearant i Leo-
vat... Piuspromptqu'elle, ansoldat, sor- fine d'avoir satisfait aux conditions de Viennent d'arriver par Balles de 300 Sacs.
ant du hillier voism. la saisit brusque- Padjudication ainsi qu'il resule d'uan cer- P e a p a
t pr la queue. L fasant tournoyer tificat delivr6 par le notaire Heari Ho- Prix exceptionnellement avantageux
Comme d une fronde, il lIi fracassa la tl:e garth le quinze juillet courant enregistre, Jules Laville
Q nronc de l'arbre. 4 et de 'article 639 du code de pro- S'adresser A Jules aVIle
-Fi l'horrcu- s'icria Marie-Madeleine. cidure civil ; 0 dune ordonnance ex6-
Comment l'horreur dit homem. cutoire sur minute rendue le viogt quatre AGENT ET DEPOSITAIRE GENIRAT.
Isg glral o done mue, puisque vous les Septembre expire en rif6ri contradictoire- t3, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT.
Wirdez tant, il faut es tuar toutes... meant.
"ous I'empire de ces contrarietes, de
ctue iutte sourde, latente, la santm de cette A la requite de la dame Lorina Pinchi-
kruciade ddclinait visiblement. Ses cou- no propriptaire demeurant et domicile r O e s e B a llo i
!ears se fanaient, l'clat de ses yeux se A Port-au-Prince creancire ayant pour I I
volit, mme ses beaux cheveux sem- avocats Mes Camille S:-Rmy, et Luc
Wti se dizolorer, passer i une teinte /Thard, propridaire demeurant I Pori-au-
pie et tere.Elle restait seule, inactive, inactivePrince pour laquell domicile est lu au N6gociant importateur
tut le long 2es heures. Les nurges pim- cabinet de Me Camille St-RKmy, 79 iue A 'honneur d'annoncer A ses nombreux clients qu'il vient el'6tablir sur
ots et masquds, chevaliers et princesses du Cenre cette place une succursale a Chapellerie Itaiienne au coin des rues Houx
ieqaelque cour d'amour tout au sommet A la revente sur folle enchere i 0 de et du Centre en face de la Pharmacie Aurel Bayard.
ki montagne, ne l'interessaient plus. I'habitation suc-iere Santo de la contenan- 1 les invite en minme temps A venir visiter, ;A partir de lundi. 11 du con-
Ell6 oe suivait plus d'un ceil passionne ce de dix-huit carretux de terre environ rant, son stock de chapeaux de vraie paille d'Italie et d'une rt'elle supdrio*
kan be les reverences, ni non plus leurs y compris le moulin A vapeur qni s'y rit6 qu'il vient de tecevoir par le dernier bateau.
a~mse vgabondes, leurs ivresses d'auto- trouve avec les usine; et la cour situoe On trouvera dans cet dtablissement :
aobilesaules. Ses apxes-midi se paissaient dans la section rurale de la Grande Ri-
dileots, un livre, oil elle ne lisait pas,po- vi6re, commune et arrondissement de Le- FORMUS DE CHAPEAUX POUR DAMIES. CHIAPEAIX FEt.'rRE CAPE DIT MS-
surles genoux et qui finissait par glisser ogine ;2 o0 sept carreaux de terre dis- LON, DERNI'RK CREATION S. FEUTItg MOU DB D Fi Ip.HNTES s C)LEURS.-CHA-
tzm... traits de l'habitation suctifre Sarbousse PEAUX DR PAILLi DE *PREMIkRH QUAIITE DITS CANOh1ER.
Sutilius plusieurs fois l'avait surprise bornis au nord par le chemin des Mon- N. B. Tos les chapeaux portent, en touted letres, le nom et prnom
ecs etats de Iristesse morbide, d'aban- tagnes, au sud et A l'ouest par les h- N.B. To u chapeau portent, en ttt no et prritairo
kt, de fichissement de 1'etre livre sans tiers Marion aine, et a I'Est par Alexandre du propritair.
fns, sans espoir.de relevement, an mal Marion ; 3 0 six carreaux soixante sept
9e, inconnu, mrystereux. centi6mes quinze dix millfhahes de car-
QAe'z-vous donc ? lui dernandait-il reaux de terre districts de la dite habit.- G a6rison de X. LEONARD Avis
t, non sans quelu im aience.Est- tion Sarbousse sucrerie dans la section Pi LELIXIR DUPEYROUX .1 ai I'tonneur d aviier le commerce
1 letv dela rue Moasieur-le-Piince ou rurale de la Grande Rivicre, commune M. Charles LEONARD, plombier, ue reartoentI. i pP JO nli> ia purocuration
ai lat rue Gay-Lssac qu: vous re-let arrondissementde LUogane, bornes ;u i-on es tIr n intenl),pur de Ia igoature de t" naison A Moon
S? Je ne vous comprends pas. Vous nord par le chemin des Montagnes et le Itroan, 1 ouenel sieut Alexandre Vital.
e s fce de la nature la plus merveil- citoyen Bien Jean Simon, au sud par le, aw.ij pa,. n ,.. dprpL .icie' leu Alnre o i lo
l ui puisse sister, et vous soupirez I rest appartenant Ai la dame Elvina Ma- ,,fii : Jacmet eri Otobre 1
am o mariS qui vou; adore, qui, au rion, Veuve Maitre Ledoux, r I'Et par pirat Lla mondr J. H. VITAL.
.on. Fatigue tI Lt tr.e
qed pairet son pre, at ne veout pas Clamise Bastien et Siverin Barthilemy a -abli et tre. o -
'i vo1 s abaiusiez aux sons mer- et i 'ouest par le -h-min vicinal. re" .. .... .
decete exploitation, et tout vous Et 4 ao n carreau de terre dv srait des d.: ..-,. T
e hI ode pourtant s Ce n'est pas le droits actions et pretentions des s*eurs :"".ut J. lit
er de Pillard sneige nsa bone Marioufils sur la die habitation Sarbousse i ,rvi ..'. on. Ta ur-arc
leiase brouillards que nous avons bornt au nord par le sieur Cynius Michel, Ike. "de.gr eoc Do e avis a sa bienveillante clied-
W 1e connaisons pas cela dans no-i A est par la Veuve Mathias au sud et pi pb..io ttmm ,o ..uoci or .ta a table que sa mason No.7, Rue Traver-
P' le solely blatant, magnifi- l'onest par le surplus de l'habitation Sar- dmauIXIR DUPETYOUX aurelora .ou t.u bout sire est toujours bien pourvue d'une
40 quo quc e .nlnies. Au coon imezcemneutdeofewvrier
le so eil, roi de la creation, qui bouue sucretie, situde dans la section ru- s."a.na"IrdetaitcooAopleten gueri at M'aimT- varnteA d'toffes doe la haute ou-
Ss0 ttes rale de la Grande Rivi6re, commune et 5 eblier I dale 'Ltre uetut pargisenne.
t cependant 'en incurs, Sextilus I arrondissement de Logane, tels d'aillcurs -, Square de Ale meu, Pt QUALITr SUP1RRIBURE. COUP IL tjAil'T
Fak-tt McRCELINu es immeubles se poursuivent, s'e- -,, i.~ ag a.. ..,pu d u .do. a s TRVAL aa'tNt. EXCeTIrON POMPT*
___-_ 9 ......s sWr...e *..1 ons... luks.ulc.r* dr- te *jntk Pr,*a was rsdd.p s I
tendent et se component sans aucune ex- y. ,b".a s I. y,'a.a d),u.... sr .... r e s rddil I
La Commi SSion cepion ni reserve. 'd i*sw a d*
partioon des tonds de Le dits immeubles ont etE adjugEs o ., Ateliers Saint-Jsoeph
Q aux Stnistr4t des 5 6 sieur Th Alphonse ar procs-verbal n 49. 44. Re du Magain de rEat.
Juillet 1909 d'sdiudication en date di seize mars mil A
ades d dupicata pour le ne( cnq au aport de M Her I1U fl SCULPTURE EBENISTERI. MwNUISRRIE
Sduplicata por les ace- cinq port e e n TOURNAGE SUR BOIS
ot No. suivants : Hogarth, notuire A L.ogine moyennant la
I linri Morc i c so*zante s- TRAVAUX DR POROKS-CHARRONNAGK
*Ca Cte some de cinq mile en sest sz Le vapeOur ALLEGHANY avant quit- AJUSTAGE CARKOSSERIE -MARECMALERII
P piames q ara e aten oae d'Hit t6, New.York, mercredi 6 courant. Art v6t6rinaire
acide Benot nanses de la Bquae Nationale o pour le Cap-Haltien, Port-de-Paix, MODELAGE SUR CIMENT
ae Dalton ontre les charges g nralement quelcon-I Gonives et notre port est attend ici PAUL TiEVi, proprfiadre.
Lh6rite. Jh. Archin u. jeudi 34 courant, il partira probable- =.... -- ,
Sina Je Archn Mise A pri : La diie revente sur folle ment dans la solr.e pour Petit-GoAve, *ie ls m*4-
A l eux enchbre se fers auz clauses et condanons Miragoane. J~remie, Savanila. Ca,a- 'lC PQnQOllili1
aslioph instEres dams le cahier de; charges depc- gena, Santa gIarta et New-York, pre- UU I[Alldail llll li
S Rivire e pour pervenir A ladjudicationen Ietude nant la malle fr6t et passage. -"U U"
{yariud d diit notmcairse H. Hogarth A Leogane et "
W' ^ r ea omte s la charge des frals de la folle rne &r Le aquebot QU EC sera de re-
S.Vil o Edmond .ech.re st is mise A pzri de deux La mae I ar? RianNS ( ITE tour le 13 Octobre, a 2 beure do so air,
hP II O mi!le cq cents piastres en especes seas -R cIt feraer APlR INS ei e part .ra le m me jour, A *4 heoures
oph nss de iB National dHait. 14 courant A hore s do soir. d ..o.r .- Porto-Pla
i r nl.,~,._s, ,m mw4 ll dn L Hnr e lot-.nlnI~m,


r
10

it


6 16 l 12 Octobre 190 eQase re
b. Fuls A Poranu-Priflce 1e13 Octobrei 1po Port-au-Prince 9 Octobre IW,, Port-au-Prince. lo 12 Octobro 19
DAVID CHANCY. L Tu*Mw anwas. F. HERRMAMN & CA, Aot ts K. ROBELIN, L'ARamT.







Grand Rabais!
JAMESTOWN TERCENTENNIAL EXPOSITION ( t907 )
HAS CONFERED A
Gold Medal upon

Tannerie Continentale
DE PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES


CasTBAU GLACt, pour homes et dames P. 10.
VUrNS sCLIPs 12
COULEUR LOTUS C a 12


Enfants P. 8
10
c 10


Pour la vented en gros 5 oIo d'esoompte.


FABRIOUIJ: DE CHIUSSURES


Fioravalte


Cordasco


153
Grand'Rue
Met oin vente "t un prix tirs rtsduit, un stock considerable de chaussures
des plus dl4gantes et des plus slides, pour HlOMmES, FEMMES &- ENFANTS.
.Style fcanmais et amoricani, dernit're mode.


Pour la vente


en gros escompte de 5 olo


Pour les emp!oyvds SUITOUT de la !-. (: S. travaillant sur la line de Bi-
zoton- L6ogane.

Esanofele-E sanofeline
Viennent d'arriver par lederaier Hollandais


Cachets


Kangra Antipaludiques


Pour la gudrison immediate des li vre, palud6ennes.

Comprimes Suisses
PURGATIFS-LAXATIFS DEPURATIFS-
Ketuede idal pour combattre la constipation.
Pommade des Preux
Pour la gu6rison immediate sans le concours d'aucane operation de
touted .umeurs : Kystes de la peau. Loupes, Lipomes, Tumeurs des Pau"
pibre CGnjonftivites, Eczemas, Hlmorroides internes et externes, etc etc.
DIcPOT G.NIERAL IPOUR LA RitPUBLIQUE D'HAITI
Pharmacie Notre-Dame : Rue des Fronts Forts et du Centre
I)octeur St LAGER PERRIER ( Propridtaire


S. PARET & C


73, RUE DES CliSARS


Port-au-Princ, HAITI.


Location de Voitures, a Landau et Victorias., Chaises,
Verres, Converts complete, Nappes, Serviettes, etc, etc.
MM. S. PARET & Co viennent de recevoir une magoifique PAIRE DX CU*m
VAUX GRIS POMMuL de toute beautA attelde a une voiture complbtemont
Neuve qu'ils ofirent au public pour marriage et bapt6me ;


Entreprise G6n6rale


de Pompes


Funpbres


MM S PArr & Co. Ont regu un grand CORBILLARD, le plus ohic
qu'on a encore vu A Port-au Prine,.- DERNIER MODCLE.-
Comme toujours MM. S. PARmr & Co 4e tienoent & la disposition des fa-
milles pour entreprise gdnorale de Pompes fnoobres, 4parguant alsaiMs & a
qui ont le malheur de perdre an des leurs le d6marchs l p6nibleos un
onterrement. Its so chargent des declarations do d4e6f. do Omes bre,
(Caveau on fosse dans les 8 h- ) C.rcueitl, Corbillard depuls Ie prix le 's
humble jo squan prix le plus 4levd, (.haises, vArres, faanut, tanm, p't,
chapelle ardente, Billets de faire-pat t, distribution des billets, etc., 9*s.


S. PARET &


Co


73, RUE DES CUARBS


A L'ELEANCE
-
QORDONNZ RIK.

42. Rue des Fronts-Forts.
CKAUBSSURS 1M D*P6T,IOUt LA VBITa
Promptitude at soio aux comman-
deo taut icd qu'en province.
Chaussures do Dame form* et tra
vail tonjours tout ce qu'il y a do plus
nouveaux.
Former amnricainoe t francaise pour
Messieurs; 616gantes at commndos.
Pour les infants I plus laiseo.
Travail solid ezout avor
des peaux do preml6rgmarquo
Assurasse do grand rabels.
rAtes, Ciragos t Iqultdm


o manogez pius depai
S'ol n'estfaitaveo la "Pillsbury's
Best"
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui product le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 16ger.
Pour tous renseignements *'a-
dresser A :
Ernest Castera


representant de la
BURN FLOUR MILs


PILLSBUR4Y'S WASE.
GO M114NUAPOLIS


MILX

Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ
JAIME TESTAR
Le chapelier remerquable, avan-
tageusement connu,fait savoir au pu-
blic en general et A sa nombreuse
clientele qu'i! vient de transftrerr sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANCIKNNs MASON DU LOUVRE )
Di LA. PLACE GEFFRARD A LA


CGRAND'RUE OU RIPUBLICAINE
No f49. En face de la Posts
Le nouvel etablissement est 00
vert sous le nom de la flour d
l'Am6rique


II promet soin
comme


e


et promptitude
toujours.


Chapeauxt
Chapeaux I I
Chapeaux! II
PAILLS DR PSmT*-RlCO
ACCOUREZ CHEZ
Feliberto Gonzales
ET
JOSf SAN MILLAN
FABRIOUI DE ClAPIAfX
PLACE GEFFRARD
Bilen 4d Ce.fre 4.s Luwr
Pe r teas Ios getta t pour lowteo
too benans.

Antoine Labastille
AUX CAYES
Derniers articles reogus
Batterie de cuisine,
Fer 6maill6
Service de table faien-
ce blanche.
Couvertsd'6taln et foer
6tam6


tel BelUevue- -
1 L .inx tu6 lplus
ortable.-.. r.-3 pn, o s.
Cuisine reOomm4e.- Vu..w..ur

LA


Cordonnerie


Nouvelfg


C. B. PITOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombrease clientele qu'el.
le vient de recevoir. par dernielrbs
tean, une forte quantity de marchan.
dishes et de fournitures de touts fra.
cheur et de toute beauty, impon
de France, d'Allemagne et des Eta.
Unis.
Le public 616gant, curieux do i
bien chausser, y trouvera lees pa
les plus solides et aux nuances Is
plus varies les formes les plus bells
et lea plus appropri6es.
On n'a qu'l venir chez G.B. P9iMTt
pour eatre assur chaus i-n.
vant les meilleures lois du confort it
de la mode. Sp4cialitis pour dams.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fourniturt
et mat6riaux divers pour cordonna
rie. On tiouveia tout ce qu'il faut, au;
prix les plus mod6r6s, A
LA CORDONNERIE NOUVELLE
143,GRAND'RU E 1 3,

Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirigde par

L. HODELIN
Andesn membre df S e tU P"il
Shr.piqu4 ds mautres 1ailleurs d POt
Vient do recevoir un grand choli '6
ictio diagonale, casimir alpaca, ehi
to, cheviot pour deuil, ,, Kecomam
do particulireoment i sa clientele Im
boelf collection do coupes do sistai
do filets doe antaisio at do piqp6
toate boaut6.
SpclialitL do Gostumes do ad
0oe.- Coupeo Franuaise, Aglaie *
Ajmdrisaine do ia dernitr eart*
La maison confoctionoe uIsn u4 00
tums mixltaires, habits brodM
4olama*. naniquaM, abits 1s
Vo6. teo etc. do Weas grad**

Chez App. Cipolia
55 Rue Rdpublicaine en fa di
E. Robelis
Viennent d'arriver par dernio
peur : .
Pate de foie gras. Saucisses tan
Pigeon jux pois.Tapioca. Cho1cr00
Asperges ete. Fruits cristalishs pI
vre ot par flacon. Prune d'enut. vil
rouge et blanc. Oporto. Malag.
mouth. Cognac. Champagne.

NESTOR FEIJ
L'excel lent tailloaravantag V-
connu de toute la R6publiq*s
do rouvrir son at lier R eu
iu des Miracle) No 61, pr
r Cauvigo
-a nombreun clientl *
come tonjours toute Bad
our les travaux qui iU ,*

. FraniSCo DESISA
Fabricant de o au r |
La Manou!actur. a toaijOUrJS *d
an grand stock, Por la -
gros et on detail, de c-
tou genresa pour Eallf
HOiMCS, FuMMs, 'ISWA
Los commando des root --
do l'intnrieur pourronft pAh '
Ru. ds Fronts
l pORT-AU-PilCS (Us"


I ---- -


I