<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00743
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 6, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00743

Full Text




*gis bmo An"e1 7579*


PORT-AU4-PRMC!, RdiM


Meroredl, 6 Octobre 1909.


ma


j


D J


OUOTIDIEN


Abon e~ent: MCTIUR-ONDAEURLE NUMMRO15 CK~mIMES
m U-j Tun m eMos. ae 5.00 C 16m en t-m ag olo reLo hilM O1960" E$I 'od
Urn Umos. 2.20______LuaarIsmuussmmm sslp yms
Tm@ MwS 6.00 AawrA~ut Arthur Isidore DIaIECTION-kZDACLTOK-ADMINISRATIOVI
*seTam. Mwes. 0a8.00 SLmBOl4


istoire d' aiti u'ils jugeront convenables, c'est-a dire: pitulation pure et simple quo j'ai ac-
iltoire & H aia ti q(u'ils se verront dans l'obligation, non ceptde dejA. L'dvacuation, c'est la
; seulement de balayer les uns et les mort pour tous I exclaim Matburin Le-
SL'jUBAGE DES A.DULTES autres, mais encore d'arrivcr A la dure'gros.
Sncessit6 de bombarder les forts et Nous irons droit devant nous,
LIVI *III votre Palais m6me, oi des forces suf- reprit K3nskoff avec fermetd, jusqu'A ce
Vilen et rails antes doivent se trouver pour remet-1 que nous la rencontrions, la mort, -
Violencos et rop r6salles tre la capital dans I'ordre et la tran- car il no n us rest plus qu'A mourir
XC quillit, n6cessaires. Ih4roiquement, come nous avoos com-
SVeuillez agrder ..... ( signatures. ) battu depais dix mois I
A partir de '6oque oil nous 80m- guindeau, 31 Auguste Gourgue, 32 Joa- Evacuons, soupira Mathurin Le-
Sarrives, les fits de violence quo' chin Nicolas. dit Wakine, 33 Golfrarnl ... Iri ministry de Salomon, quel- gross, songeaut sa femme et A ses en-
ueo pourrions avoir A exposer sont Dacour, 3i Toussaint Laroche, :1'G CO- qies jours apr&1, me tint ce language : ants, (F. Hibbart, tmaetl,4s
trop prs do noes pour pouvoir tre.cilien Mathon, 36 Valmon Daverny S ,a Si j'avais 4tM ici, cela ne se se-
m idPr6s en touted ind6pendance d'es- mon, 37 Gudrin6 D6boche, 38 Stylien rait pas paqsd ainsi : c'est sauvag', cela. B. Ardouin 4crit de Dessahnes : .1
lt Pow former done ce chapitre, de- Milien, 39 Lacdna Leveill, 40 Edouard Oi nous calomnie (deja trop pour justi- aimait la fe t, l courage dens c:
r6 at long,des reprdsailles haitien- Bakler, 41 T6lesmop Blain, 42 Joseph fier par no. actes ce qu'on dit de nous. qu' i dvouait a I mort, t on l'a vu
m, 4os nous contenterons d'une Muller,dit Boiye.-- Cap-Haitien. le 27 J'auzais empoign6 certainement ceux plus d'une fois clement snvers de* in.
Wi uam6ration de quelques-uns avril 1882.-Le commandant de l'arron- qui aviient fir6 sur Po6or Benjamin o dvidus q alaent prr par es
i'rM fits, dnum6ration qui sera dissement T. A. SImoN SAN > Le ( Mo- qu'ils se seraient caches mais bril*-parce qu'il a n firent prouv ublique-
slMdat suflsante pour convaincre niteur. ) ler, piller, Ca non... peiqt-
Vllmr" que noun n avons pas chan- a Ce ministre htait le general F. Ma-
Ile plusque nous n'avons l'air de c On nous rapport que les citoyens nigat. It me parlait ainsi devant les Le lendemain de ia mort dd Lamarre,
mir fair retour sur nous-m4mes. don't les noms suivent so sont embat formidable d6combres des magasins Christophe sentit taut d'admiration au
At contraire, on dirait que, plus per- qu6s dimanche dernier A bord du ha- dventrds, saccagds du Bord-de-mer. souvenir de oe hbros qui venait de sup-
mm quoe jamais que nous faisons teau de Liverpool, usxs passe-port bien a Sins computer qu'il faudra payer porter un siege td pres de trois anndee,
an de salt national en sacrifiant entendu : les rangers, ajoutai-je. qu'il fit te e chosee gdndreue : on vitla
IN de doe os 4 frires eat en ddtrui- C'est vider la coupe juisqu'A la lie, lotte du Nord paraltre devant la bale
IM Ws propridt6s, nous sommes an- a MM. Linstant Pradines pere et fils, muimura-t-il. du Mdle, s) mettre en panne et tirer Ie
*n de renouveler le stock de ces Hdrard Roy, P6tion Roy, Gaspard Rny, 11 no fat pas, du reste, le seuli canon de d.uil a On recoonalt par ce
hpitudes par une recrudescence don't EdgarJ Haantjenp, Ddvimeux l.y-, S sorITrir de cette humiliation national. fait, ,lit le meme historian, un doe
siti peut saisir d'assez r6centcs ms- Arnaud Porpigoau, Antoine B)ncy Bien d'autres, dans les rangs du (ou- traits caractrintiques de Henri Chris-
ddhi oes. (L'CEil.) vernement, en gtmirent aussi. Cette tophe il honor la mimoire du plum
Itos laissons parlor les documents et action cruelle, vile, nous ravale au rang redoutable de ses ennemis.*
-Moil nous prisons leo faits ci- a Voici lea noms des prisonniers po- d'une horde de sauvages, de barbares. Soixante-quinze ans plus lard, deo
us, en noun dispensant de les ac- litiques arrives jeudi martin A la Capi- Eile reste la adhe ineflijible." (F. faits qui eussent transportA d'enthou-
mpagner d'aucun commentaire per- tale: 'Carcelin). uiaste admiration Dessalines et Chris-
aa. I $ M Andrieu, 2 Papillon, 3 Raoul tophe venaient de se passer A MiragoA.
Deetjen, 4 Jean de Dieu Lafosse, 5 Apr&s la debacle lib6rale et les capi- no : one centaine .I'hommes avaient
,<06 disable le journal le I euple va. Ndrestan Andrieu, 6 Ph6nix Durand, 7 tulations successive de J6rdmie, de tenu thte A une armre ,de plus de dix
1l .rdre ses renseignements quand Freddric Durand, 8 Tancr64e Auguste, !Jacmel ot des Cdte-.-ic-Fer, da vdiita- mille homes, dix long. mois, en proie
"V* M. Eienne Supplice a, t6 ar- 9 Jean de Dieu Laraque, 10 Mitrodote bles hdcatombes eurent lieu dans ces A touted _,ortes d privation. L's faits
ont-Rouis ? Mais ce n'est pas Bdliard. a ( L'(Ed). diierentes villes. d'armes glorieux aonodent dans I'his-
1.i; c'ust le nomm6 Benoit Batra- La manJire feroce don't fut tiaitA toire de ce ,wAga :
V41, 0o quole de cdl6brit6 politiqne, a Jo vois encore cette chw3. pou- Jacmel apres la capitulation, plus Comment Epaminondas Dearoches
S16 arr6t A Saint-Marc chez M. vantable, macabre, ce sac de Poat-au- d'un" centaine de Jacm4iiens fusills, avait-il pu, avec huii hommesle opl
WiODlandes, et fusill6 le meme Prince le 22 et le 23 Septembre... Jo donna A tenser qu'il en utt etd penut- solvent, lenir centre le fort Jo-Louis
ar! (L'(Eil, du 31 ddcembre 1881. ) vois passer sous men yeux les pillards, Mtre de mdme A Miragoa ie. ( IHib- qoi le dominant et le; niitraillait cons-
les assassins, les micendiaires, ivres de bert, Romulus./ tanment ; centre le rempart compre-
L G Veraement volant rassurer rapines, de sang, d'incendies. .. Le nant troi; canons, elevd A cinouante
uiU, croit devoir publier les carnage, le ddlire duraient tout un jour, Et de faiI, jasqu'en janvier 1881, M-- pas Fn face de lui ; centre le fort Sa
M ds tindividus 9q'll a ordonnd touted une nuit, touts la matinde du rage 1e seule tenait encore. lonmo:, A son flanc, qui le bombardait
par suite de la cons- lndmain encore... Pa subtement L fationnair des avantosnef idabr et
Wht"l",scouverte an Cap-Haltien.Les ils pronaient fin devant 'ulinmatum du dea factsio eanter dens vantsee s ic onte ul p Icen nombroux eostst
"-o chez loequellos seront tiou- Corps diplomatique. 'ive'nocturnescribreant au xns urgs cesq- fortilles ans la montag-roe an pied e
luaividus ci-apbs ddnomm4s Les bands alors so disperesaient, tvinouvelcturnescrlurel tau en riant...surgsces o e
S. :co e o rentroae t dans I'ordre. 1 a falu gr, c Enfin, un fuit lamentable no pr6- inexplicable. Qua'Pt A-hille A ct6 de
i* aet: ,e sgite, crj te darnibr hr.hte poi e.t, andantIisbart tout ce qui resinit cet homme ?..." (F. Hibbert, Romulus)
ter initantanBae(F.IHautrl, cell)pqueda Id
tr isntan, 2meh Lconrptaunlait e'nation depus u means lAme des d feuseurs L 22 ptembre,.. Henri Piquant,
4 San Bra- (F. Marci" .an I apr&A-mi.li di, 7 j ,nvior,..leh.lia abld de courage et d'iftr6piditd, A
4,ft 5 rt e-Pi'.rr.. O b BdraeDIdnSe -"'nle "ui'"i p do deo
hAIetxis B:iard, 8 K r.bs (ramLem du Gr diptlmatiquie Deasalires, e.mo,,uaun t 'Pair-e, vit, res Jna vite ,up dtra jd
!i arA tmouiler au loin, era face flu Fr;-W aues, navire. do IEtat, p-nhtrajerkin
,_t 8" KmrJ nire oDi,2r u pm(r ..dn Id pelite raoe at lenta un ddbar-
I. os D Itp ire Al2- Port-iu-'rince, le 23 septembre 18S3L. *. Devant cette image ,oncrAte d qaement. Maiw Contanlin Ri and, conm-
SFei, 5 olsissn rit D phi.. I'absol.e d6faire, f -1 hiao, compi iret Inedaut aflu fort M.l-, qao que bls
S, sth15 lm 17ont Duve Nier, P-.lqen" (,lue tout :a'it fini. I. o'y avalt plus qu'A de a la h an"che eLt malaoe, I'en emp-
V~lUathar1, 17 Charles Ni :,-(o rl
I wd, 18 Getfrard Luea, O Ta- Nos avons I'bhoneur de vous an- bien mon ir.. ch,.
Ioe, 20 Chby IHynpol te, omer quo ,i let mwrtres qui ae -'- Quo faire,Messieurs ? dcria Ma- a Constantin Rigaud dirigea cotte dd-
S m. eDerlroche,, 2 Damr- smettet depis bher & la Capitale. thurin 1. gross. fene nmtmorable a une ddine, aidd
l sh, I.23 Charles D*.rochos. per Io fait d-s soldats du Gouverne- kv~cuer la place, direct froe d Asguste Kavanagb pointed une
8 1*'tis, 25 Epaminondas D- esit n t e ortout de la asnaille, no ceo- ment K -.sk If. Loctamar MTyard.Brav, tiestUl pihce dittrrde, et do six autres
Rosineki JeP-Jos2ph, 27 s at avast qoiI ae lfass nit, les. D- BIliard, Franck Solages et DLjoio, re do bes compagnons q ai entrbreat dams
Sr, L5f IABoldas Auguste, vires de garre de, dfereotleas nations Js nier mouran. la er jusqu'A la ceiuture, on faisat
VAiLude 3s0 ver DA s rde wt program tglles manures '*- Mais ois aller ? Vatl mieos la ca. Joo leoars carabines....


__


- -I mwwx.* --


_ _







Apr&s one lutte pique o0 Henri
Piquant fat blessed mortellement, lea
bat. aux durent rdirograder et la Senti-
nelle, atteinte A la coque par an boulet,
alia s'engouffrer derribre les mangliers
de la Source Salde.....9 ( F. Hibbert,
Romulus /.
Apr6s leur court d6liberation,les as-
si6g6's sortirent de la ville,aunorabre de
trente-six, plus deux cubains. Une dou-
ziine qui, malades ou bless6s,, ne on-i-
vaient prendre part 't I'action, restarent
A Miragoinae. C(6taient Talleyrand et
Toussaint Laroche,Albrtel Gaston Elie,
Jean Biplipte Chenriet, Uyse Fourreau,
(;effrard Luca,, Obriaut, IHlomon Du-
vivir, Alfred Brizard, Sam Blanchet et
W Dijoie.
11N furent tou9 tralnAs a Ia mort ;
Alfred hrisard, ihumatisaat, perclus,
depui quatre mois u*titl, fut execute
dans une dodine, ainsi que Sii Illan-
chet, etnld, djd t dI'agonie. W.
WDjoie, qui etait re.td *' assis par terre,
le los appuyA, centre le rempart fut
achevt a La Croix.
La journre du 8 janvier fut encore
Sunie alroce tuerie : Alexandre David,
Mas!-llon Jea,-lai t. .lean-Pierre Baze-
lais, Il Mitrago.inais Ki e D)renoncourt
et lu deinier cubain restantt furent im-
pi oyablenient fusi.14s avec une quin-
zaio d'autres. Duperrier Cazeau,
I'hornmeb qui ne connut jamais la peur,
souleva i'admiration gendrale, tant il
fat r,'arni devant la mort... ( F. Iib-
bert. )
I'n compagnon *le lioileau Laforest,
ElI.leair Milord, trouv4 dans les his de
S .int-limmne,lut interrotz sur ce qu'k-
fait .1t,venu le g6rnral. D) vant son re-
fuA de repondre, on le roua de coups
de ltAton, puis oln le tusilla.
e ILs petites gens qtni 6taietnt restees
dans la ville par inertie ou tout naiv -
rient pour garner leur vie, hl1as I les
ganr u i boulangers, les commission-
nairi leI porteurs deau, furent ex&-
,:ut'.: ans rmis-ion, ainsi que des
hommnes du people come Laurdus,
Sald6us, Marcellus...
., Dans tles bois, les insurg6s traquds,
cerrts, unt :i un, ou par petits gioupe?,
o .it oAl irent cornine .les lioun et Ii-
Wialot'n i eIt su'jccor bn'leent ous l n 110111
bre Kens'ol ai n, Li-tamar Mayard.
Frayi Soiage.-, (.hI tleis 1B zelais, Paul
Etieina, I(.odeti oy NOull, perirent ainsi.
i,)jeijues--uns, trouv6s sans armes
ou iualades, comme Succ6s Bigi ille,
Chlai tes I ,srocha, M areau, A'atowin
Honey, Liscase Samson, Alamar Pas-
se, ftent impitoyableroent ex6cut64. .
SID'autres exiles se hrulorent la cer-
velle plultt que de se laitser piendie
vivants, et leurs cadavres servirent de
paturo aux chiens alTumni qua rodaient
dans le;s Ijis...6
Coux des insurgds qui s'dtaient po. -
t6s sur Petit-(Goave, livrbrent une ba-
tail:e :anglante aux troupes de citte
Ville ; mais bientot, enveloppds d.-
toutes parts, ils furent an6antis. Quel-
ques bless6s respiratent encore, o.i h s
acheva. -entre autres I'intr6pide RtdnC-
lique, Auguste Kavanagh, Spire Li)z-
quea, Morel Jacob...
6 Le dernier exile ex6cut6 fut M -
thurin Legros, et cela plus de deux
mois aprts I'dvacrintion. U seul exile
fut ipargn6 : Luc ':ie, sais avoir nren
faith poua cela et uniquemeut sua l'iu-
tenression de la belle-tille dei pr6silent
Salomon. .' ( F. Hlibberl. )
AUGUSTa MAGLOIHK.


GRANDE VOIERIE

A la suite de notre entrefilet con-
cernant la parties de la route de Bizo-
ton on, se trouve le vaste bourbier
impra'icable et dangereux, etTroi des
cavalaers,des pistons et des cochers,-
nous avious recu des renseignements
atlinuuant que le D6partement des
Travaux publics avait fait mettre la
main au t( avatil que necessitait une si-
tuatio)n intolerable. Rien n'est change
ce pe, da -. ,
zoton, 'llor, Carrefour et leurs


environs sont isol6s de la ville ; on I
ne peut s y rendre en offet, que par
Ws voitures deo I la lgne P. C. Set


ftous coax, strangerss on haltiens, qui
habitent ces campaign sont vrai-
meat attrist6s d'un pareil 6tat do cho-
ses.
Nous avons vu le chef du posts mi-
litaire ainsi que le chef de section
qui avaient commenc6 a d6barrauser
le pont obstru6 par les dernibres
pluies ; mais its out suspend le tra-
vail. Le grand lac boueux s6tend
toujours, horrible et profound, com-
pose en grande parties d'une vase in-
tecte qui epouvante lea passants.
Quant aux malheureux campagnards,
ii font rellement piti6 avec leurs be
tes charts qui tombent toujours \U
minilimu du bourbier.
Nous attirons I'attention de qui de
droit sur le fait signal.




a--
R8XSUIGNUMXNTS
MZTZOROLOGIQVWEs
OCbiewvrLtoire
DU
SKMINAIRI COLLltI St-MARTIAL


MARDI 1 OCTOBER Z1909


Baromntrc & midi


761 /nrI


Temp6rature(minimum "t3 ',
(maximum 33,2
Moyenne diurne de la temperature 27,3
Ciel clair toute la journey. Orage et
p'ue 10 h. du soir : 1.2 '"'m.
Le birometre a baiise I~geremneat.
J. SCHERER
Tribunal Civil
DE
Port-au- PAince


II'e, lc; juges se sont
bre du cons-il A l'etet
ro;'emeat trimaestriel
DLcc-nbre 19t10o.


reuais eo la cham-
de proc6Jer au
J'Oz'obre au ft


Le roulement a 6. ainsi effectu6.
JAudiences civiles ordinaires
Lundi. S.- Rome, Vail+s, ui1 suppli-
an! dc serve cc.
Mardi.- Mondesti.', Nico!as un sar-


11pae qua je e asis u proltaire, vous dite
leilemenat meooear 0. Appehz-moi an
moins citoyen.
M. LZ JuvG EzuQaU, saeSAust as& far
on marcbaWd de vin.- Cite, wous avez
aison et wons avez la .paro .. .
Satisait,le gar;on marchand do vmis ex
posa alors pleinement son a&faIre.

L'affire do Gianral Trvillle Proph6te
centre Justin C'ermont so posesit.
F" Attendu. die le mandataire du pre-
mier, que le requirant ayant besoin d'ar-
gent emict one montre en or au near Cler-
'moot aux fi ts d'empruwaer pour son
. comp'e Quinoz gourdes.pour dix-huit, va-
leur qai devait etre rembourste dans 8
jours.
Attend que les 8 jours eapiris, le
requ irant remit les 18 gourdes i Clei-
moat p3ur repreeadre la montre ;
Attend que depuis lois mon're ec
argent se trouvent ea Ia possession de
Clermont etc."
Clermont nie et protest.
L'affaire est renvoy6e.
*
Le cou3 du tailleur.
Co3d Hill, par de mluvais coup de ci-
seaur gate ui costume que devait 6tien-
ner ces ours derniers I'arpeuteur Auguste
Archer. C'est du moins ce quo pie end
ce'ui-ci .
Un expert avait t6 nomtm6 par le tri-
bunal pour rancher Ia question et dire si
le costume avait 6:6 riellement sacrifi6.
Ne s'6:ant pas present6, I'affaire est ren-
voyie.

Une peti e affaire qui met asu prises
Mdsilaite St-Halaire et une petite marchan-
de de toile est liquid6e A la satistacuon
des deux parties.
Nomination
On announce la nomination de M. Ch.
Banduy i la tete de l'administration des
finances de Jacmel.
M. Bauday replace M. P. V. Lubin
appel6 a d'autres functions.
FiangatilesI
Nous avons reco le faire-part d.s fian-
Sailles de Mr Luc PETIT avec Mile MAR-
n ^..ul-.-^ LS^ .Lt


plant de service. uu sL mu* ),
M-rcedi. Valme, Z/phir, un supple- Corcle-Bellev1 e
ant de service. La reprEsentation du professeur Tarniel-
,Audiences civiles extraordinaire a aura lieu remain.
VenJredi Day, D sir, an supplant. On trouvera des caries d'entre chez M.
AUDIENCES CORRECTIONNELLES Dennery D joic. II n'en so a pas vendua
Lundi.- Nau, Poujol ui supplant de la barri&re.
service. Pa
Mercredi.- Champagne, Viecx un Panamas I...
s.upleant de service. Stock renouvelE.
Tribunal de Cassation Chapeaux fins et demi-fins pour Hom-
licr nmatin o heures et demise les mes Panama-Capeline pour Dames.
Membrcs du TF'ibanal de Cassation se Chez Mile Leonide Soage-s 22, Rue des
sont r'unis co AssemblWe gn6Erale et en Fronts-Forts.
presence des mntmbres du Parquet onat pro- Accourez tous III
cede au roulement Criminel. La Favori'e
Le roulement est ainsi fait. 2 9 Ru Airacles
Section Civile. Ernest Bonhoame, C. ... ,. 'e. d s edtoraei
Dejean L Dv eis, N. R. Domond, Jh. Chapollerie renommn de dtout premie
D isn Vard, L. V:it. Domod ordre, dirigie par Charles Michel.
Section Criminelle.- H. Lechaud, F. Proceeds nouveaux conservant la pailela
B ron, P. Laraque, Anselme, Emm. plus fine.- Formes vari6es.- Fabrica-
Chancy, P. Jh. Janvier, Edmond Htraux. tion et reparation soigndes.
La FAvoarta se aeconmande par l'ea-
Tribunaux do Paix cellence des mithodes teconn e-s les weil-
SECTION NORD leures par les amateurs.
Nous extrayons do Matin de PAris Is
note suivance relative A an incident amu-
sant qui s'ei: produit a la justice de paix
du dixi6me arrondissement au course "
d'une affaire assez compliqude d'accident
de travail d ns laquele se preseutaient -
trois membres du barreas paresin. Je sis all ces jour passes Ia Coui.
g M. Enriquez,avocat i la coar de Paris, Depais des andes je 'y avais mis les
qui fusait fonc.ion de juge de paix, mon- .p4s. J'ai revs avec plasar la vade pro-
trait naturelle'meit one extreme counro si omde o0, tout as blood, set r ks flancs
A L'g trd de ses trois confrres, auxquels de cavette merveilleuse,es artes grouil-
il ne manqua.t pas de dire tan 6t : at*l- lt dans le bles de Presse...Que j' tcu-
tre, vous avez la parole.. ., tant6tc Mal- v4 I vill change I Pawst s'1iveot
tie, si vous d6sirez rdpliquer... d s vUilas nM, des cohhrucdo.e p-
La victim de Iaccident, on gar;on mar- tesmquai et coforb!es. Oa trade
chand de vins, agaci de ces malttrs masineasm la pierre aves at. L habits-
A son avis trop repdt&s, p.it brusquemeat tios m at sr soeveat does do mars, avec
6 parole : des pornils qui, en dehors daue Cace d'-
Monsieur le juge de paix, dit-il, je Iace, doaiemt Ip do la due
neo vois pas pourquot vous dites sans ca- et de i force. Je voudra ciat se"que-
st *us avocats : Mon cher mature par-ci, ues doe ces dmeam s. II me ira tp
mean her imure par-IA 9 alos qa'a mel, isie. Ce w a peoCr se e s teisast, car, s.-


s lon tOUtS probability, et-'he m
pour moi puisque cest I. -s 'n
meuns qai may ob igef je re--1 d
- vent & la CosC e.. e rie ldrt i
II fandra, jte vos bien en
'ce ddveloppement prodigi-- -q"*
lphabitude d appeler die ce ue pe'4
notre principa'e station d-'te .6"Od1
train dedevenir assi -une stati qu en s
pas mal de geas s'y etant ins:. dsi1e
vier, pour leur cure d'air. Peruo, 1W*
dit plus Ia Coupe. Et c'est dommarg am
cette appellation rap lait I.a for
cieuse do village. place -a_ smine ph.
team, et offrant la coupe bien6efaistp,
ses eaux, imprgno6es de salsepareile ,.a
lorganismes 6puists. ET ce temp.-a, ce as
tal quuone boor ade. Au;ourd'h ci ceg
uone vil e. et on dit Plonville Iu
que, la source ayant 6 4 capt6e, i-i"
plus desalseparci 'e. Ce soot le bie
de la civilization.
J.ai contempl6 l'glise avec mnotioB oa
a Jate poor maoi, an instant, des souv
agriables, mais qui seraiet sans in"
pour vous. Dans ce lointain-li avecw
foi bia vive. e ne manquai aucus oa
domminical. Javais vings ans et mt-S m
vous aussi. Oa me dda6le pas bin, ta
Age, si c'est l'amour de Di-u on celui d
prochaines qui vous conduit an temple 1
Seigneur... C'est toajours I'amour, i in
vrai Aujourd'hui, c'est encore dimache,
et les cloches sonnent. Oh leur belle sa.
siqce I Quand je serai un professionneldo
la Coupe -pardon, ije veux dire de Ptio.
ville je demanderai au PWre Rounz,--h
prette vaillant qui depuis vingt-buit M
est A la tte de la paroisse,- qui lears
donned cette Ime de clart cet de lumiue,
cette Ame qui m'inoode de souveoanc%
de regrets comme si elle ripercautait qui
que milodie que j'ai connue ailleunrs, li
bas, dans one autre vie...
J'ai sa ue, en passant, I'autel de la Psutl
au-dessus duquel, dans le vent matinal, i
palmiste solitaire fredonne all&gremaet k
Dessalinienn. J'y ai vu, sous le mhme pil*
miste. Gefirard, alors dans toue sa gloie-
que d'ans il y a, grand Dieu I prodcai
IPtionville, capital d'Haiti C'eait un
mechante estrade en bois qu'on susit a-
fistolde et peiatur urdei cetteoccasion.C'e
maintenant un ]coquet edifice en mueon
nerie, ceuvre do genEral Celcis, commwm
dani de la Commune...A propos, j'ai t-
.endu cette conversation, uu moment Iq
entire deax homes, don't I'ua dNdut
devant une barriete, un buss poassikdm
arrivant de Port-au-Pricce :
Je vais rentrer le harnais et les accw
soires.
Oh I ce n'est pas la peine, rdp d
l'autre. Voue pouvez tout laisser ddi
On ne vole pas dans Ite commandemeMa d
gene at Celcis. .
Cependant le soleil commence t pa.
Si la salsepareille a disparu des esas
PEtionville, la chalear qui, dans uo air WI,
a toujours regne ici derant la jounti, 's
pas disparu, le It sens d6jA.Je me 1hA11d
vers I'ane caf6i ce d'OO.tave Francis, aqil
je veux fire visit.
Je retrouve lindustriel, quje .
vu de, uis si longtemps,-aim Able, gi, j
ne, un pea engrailE. II est Sos*
randa,humant las bouffe ive qui do
des mornes. Cepeadant, en Ce.
sent, I'ceil veillE cow.vre deo sudsMnw"
amitre, paternelle, les machinesI, t Ie
sias peu profoods, les glacis, -
csic une page utile & lui et A ses
Vos. L'-snS es a W ,. L,
se, limpide at .dtaelsquie, sat Ir w
ne do chemin. Sens qaotqu_5 "
croupies, so loan, tot .de bin
dans lears gestes lonts ci coart
monic avec l'ensemble. _phi

n'estue Iorsqu ua dni*,
ve, los mains iS.. .
Oh 1 eCscmen-mo, ..o., t ,
ne vous avals pm .moesi as
voes ? QueUe sariPn 1 i 1
aees, et vous m 51 "
O accept pun s iM f
i aumd ona .aP _. ,ms1l


sanesut on mep" PO'*
foodir 91 Coest 0,19Poobt F TrC
COUP vkilli quo lasmiwvo w
moment sacmpl"--,00
ppg. Tomso 60 ..SS' 1VSPW -,







sulde de grenadiers poor arrive Ne vous occupez ni de mol, ni du so-
.: itUs soot tous en grande te- led. o cher Francis. Nous sommes d
s.Adier sous les arms, c'est- viCillea cooaisances, luiet moi Nou
-i, d 08'. nous sommes revus avec plaisir.
asns les degrcs de la villa. En 1878 donc, j'ai instald ma pr-
IE T profusion des geraniums miere machine A denriser,-petite mdcan-
Selouagnifique horizon I L'ir- ueA bras : c'dtait le debut. En i88t, le
1M.0a que cette nappe de verdure MPrdent Salomon me fit one visit d'en-
S Eteadue A nos yeux, et que tournament. II dtait accompagne de tout
iss 1 et li, au premier plan. la son ooseil et m6me de quelques membres
^t. c du rnban des caux c'est du Corps diplomatiaue. Ldgitame, qui dtait
*ig se rie anique. Dans une mul- alors ministry de Salornon, etit trts en-
de Is vae, de la pensde pour fi- housiaste de la chose et ava-t solicit ile
in pour ne l'oublier jamais, je President A encourage ce premier mouve-
j -.'eoa saoule... ment iodustrlel dans cette panie.
s iPOw.li.ent A Francis de sa co- Bref, mon cher #mi, l'6iblissement tel
1gill si sobrement pare. Je le lose, que vous le voyez est le rdsultat d'uoe lon-
o wdoot il I'a baptisee lequel brille ge suite d'efforts, de conviction et d'esprit
to cB letres protondes. de suite. Tout d'abo-d, il saute aux yeux
C.s Febvre, me dit-il, qui l'a ainsi que ce n est pas an plan d'ensemble qui a
Tenez, je vais vous montrer preside A l'installation de I'usine.- CstI
k bapt6me. plut6t one succession de perfectionnements
Ss salon et en sort avec une feull- et d'additions necessit6s par le ddveloppe-
S r qo'il me tend. Elle est A l'en- meant de I'entreprise...
SComidie-Franaise et j'y lis : Permettez-moi de ne pas continue, car
atj avril 1895, en presence de M. tout l'historique serait trop long et pas as-
M.-i. et de Mme Regnier et de lear sez intdressant pour vous. Donnez-moi plu-
~MiA, de M. Octave Faancis, de M. et tot des nouvelles de Febvre. Que devient-
Me Febvre, la villa de M. Octave il ? Que fait-il ?
si etW baptise do nom qui lui con- II continue A tre heureux ( i )
Itle ienu, grice A I'amabilitd de son Et peut-etre cela lasse-t-il A la tin... Slit-on
Sirj amais avec nous ? Miis cc don't je suis sor,
C 'Bon Acceil c'est quo'il songe souvent A ses amis d'Hai-
a FrEderic FEBRE ti, quil en parole sins cesse, que son plus
i, grand plaisir est de se ressouvenir, en leur
I' i. e compagnic, des jours qu'il a vicu ici. 11
.Cat charmant. Vox populi, vox DLi, ddguste avec grace, come je l'ai vo le fai-
icher ami. Do reste, personnel ne sy re, apres diner, un petit verre de notre ex-
Scot-me Febvre qui pratique I'hos-!cellent rhum natal. II adore notre caf et
A Champs et en Bretagne,. ala ma- ne jure que par Iui !..
matique : on est chez lot, mieux que Alors, les souvenirs s'dgrnent. Nous
so... divisions A perne de vue. Francis a d6sap-
g nous asseyons, Francis m o"re le pris presque le chemin de la ville.II procla
mditionel. Je refuse. Et it se trou- me qu'un beau d6cor de la nature, toujours
qoe ni lui, ni moi n: buvons, histoire le meme et pourtant toujours nouveau
I a hauteur de la science moderne. chaque martin, un travail indipendant, ho-
i eMflstion, il m'offre on verre de norable, u:ile a soi et aux autres, one exis-'
Ilk dier jet do lait de la vache. Et tence A l'abri des agitations violentes, trou- I
caasous... blee sealement de i'apparition d'un beau
-Yolez-vous, mon cher ami, me rap- livre, d'ine jolie pag! d'ecriture artiste, de
la oriines de l'osine ? la visite accidental c d'un ami qui vous
Oh i faut remonter jusqu'en t874 apporte, pourfaire appricier votre bonheor,
touver le commencement de cette I'echo affaib'i des passions du dehors, est
-.- et meme un peu plus avant, l'iddal de la vie. II me montre, non sans i
ane idWe ne m'est venue qu'A la suit 'posie, sa barque tire sur le sable, lequel
futm conversation que j'eus avec un ha-j sable en l'occasion est I'usine cafeibre de
g qai revnait d'un combine quil ve-n Ptionville. Je crus un instant qu'il allait
k fite sur uae grande plantation de me citer Horace et son ode. J'attendais. II
n, dans les mornes. Ce pauvre ho-*, n'en fit rien, ce qui dcmontre, A l'eviden-
IPuit dkoli, ddcouragi et il faisait pi- ce, qu'il est sinc&rement pnditrn du bien
liretendre raconter ses deboires et ses don'tt il jouit. .
I cette occasion. Comme il avait I Je reprsb, marquant dans ma mdmoire
P i piler, il avait inviter beancoup, que je venais de quitter un home hen-
p de monde et avait, en consd-. reux, le chemin de Port-au-Prince. Autour
p fait force provisions en tafia, co- de moi les grillons chantaient I'apothkose
s t rik Mats du moment que les do midi, un Ane, au bas do ravin, rappe-
avtient mange ( et ils mangent lait dans une milopde trainante qu'il avait
.p quad cela ne leur cote rien ) soif ou faim, et dans les cases de la route, U
IOnt saou 's,i's !e soot mis A se dis-, plongdes dans un silence somnolent, jen-
It i se b'ttre A coups de manchc'- tendais pourrant distinctement- parce que
l mUlt pras en grand desordre, lais- je savais que c'etait I'heure- le ronfle-
pttryou en face de ses dame:- meant des gens faisant la sieste...
Sd talia vidies, e; provisions dis- FRDo.Ric MARCELIN. M
"qtt L1 travail de dEco nation A re- 1161, 2 M. si
r. Ce paovre Sossa ( c'etait son l I llas qucique temqs apres Mma*
..ile se-iteur de Thoby ) tait Fbvre mournit... D
CL".- Alors, il me vint I'idie d'ins- -
P petite usine central o6 les ha- La Commisslon
.,porertient leurs products que Lin- D r6partition des fonds de
Schargeraitde prEparer m.cani- Secours aux Sinistr6s des 5,6 -
"F'tverti do rest, du principle et 10 Juillet 1908.
travai m cea s t Demandes de dulicatas pour les
I P.r atlpe a C'est tre intresuani noms et Nos. suivants :n
Pue Cat vusm 76 Duvelson Toussaint t
cCe que vous me diteps-l. 3693 D6puth Ed. Bailly
L- I 0* s en prie I 995 Dme Joseph Alma
-. Ws .ac A tadier la question, 455 Cl6mence Armand p
&rS? l41goements dans les pays 2328 Josephine Calica d"
I, K inagstOn, a r V'or-ani Nicolas
satGotmala aguos- -2 Dme Emmanuel Chancy
_____ a s'sorta beaucoup dams 598 Th.omar Robin
? s et ,"--d u be73co0p dans 7 Dme Mama IBellevue
r deaeults l, qur proct, n ar 1055 Joseph Gdd6on
Ius ie -de- Guadilat. io 1199 Dime Valbrius Bernard
s roppridi de Guatemala. Dauts Guillobel
1 .. .... -n^ a 4034 Dme Isnardin Vieux
S services A cete ludusrrio. 4034 Dme I n A vo
11CrtnUIJI veILV o


"D St tau "'u s ra our en 3519 Verselia Jean Simon jot
tm.t 10a ddboles da d6bo ..n.02 cSterphise. Basquat *
gSk blef haut &I honrz, ..poaPisnce, 5OctobrO 1909. 1

#m U 0a --y -br-l-.D.a LICL VOIS.
k Mmbz o aConmato0s


Sacs vides!..


Sacs vides..


Entrep6t G6n6ral des Grandes fabriques
DE CALCUTTA (INDE) DUNKERQUE (FuANCE) rr DUNDEE: (ANGLrETRRE)


SACS


spdciaux


pour


Caf s
Caf~s


tri6s "
ordinimires


Cacaos
Les Types Courants constamment en Stock par ballet de 400 sacs,


Depuis 18 centimes or jusqu'a


2


Pour grandeurs r6gulieres G6xl l0 (-entirmtres
Poids de 1 314 livres jusqu'.i : livres.
Sacs sur modules et sur types des acheteurs.
Prix A forfait pour livraisons meusuelles franoci
si on le desire, Droits pays.


8 centimes or
et 7t.) 10 centimetres.

part de d6barquement


50.000 Sacs de I'Inde

Viennent d'arriver par Balles de 300 Sacs.
Prix exceptionnellement avantagoux
S'adresser AJules Laville
AGENT ET DEPO.sITAI g F (l NI AI.
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT.


Pharmacie W


Place


ur(chl


de la Paix


Execution prompt et soignde des ordonnaurtk,.
Analyses scientifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivir t t it:i rn ;x d'apr .s a
m6thode amdricaine ( fire essay 1.
Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops et vnritAbie Kola
Champagne A P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en dt tail
Propri6taire : W Buch
Pharmacien dipl6mn6 nllqrnand
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives : Madame P. L.iraquo
A Saint-Marc : Madame E. Mat:elly
A Petit-GoAve : Hermann Reirjbold & (:-


Avis commercial
J'ai I'honneur d'annoncer au com-
aerce et au public que je fonde, sur
ur cette place, A partir de ce ilur
ne mason de commerce en mino
Om.
Port-au-Prince, le ler. Octobre 19k9J.
ALFRED GOuvNY


Oscar D.


Graves


AccORDRUR et R PARATEUR de pia-
)s, Diplrmd de la plus haute insti-
tion du monde.
R6f6rences des plus grande Com-
goies de Musique des Etatfl-Uuis et
i Mexique.
TRAVAIL EXCELLENT et GARANTI.
Prix modern.
Rue deq (Cnars, No. 90.

SlG a"le Traisallanllqui

Le paquebot QU9BEC eat attend
ndredi 8 Otobreet partira le m6me
ar. A 6 heures du soir,pour Gonaives
Petit GoAve.
Port-au-Prince, le 0 Octobre 1909
L'AGENT,
E ROBELIN.


Itiiclher de Fourju
PL.AINI (:IL K-SAC
('raw] (-cI,,)ix d'le Iae QC Ita~ieanes
4: I-[I' ~ hi-i a dt dj,'tf.imrni des nuclei
tres powlis do Ia It~publique.
Pour toils rentpigoenemrits, Sadres-
Set' -1 11. LLD.. Gu~aij.
159), Rue du Centre, 159.
Port- au- P;aince.


Ligne H a as

Le steamer PINS WVILLBM III vP
nant des ports du Sd est attend lt
dimnanche 9 coturant ; il partira le m&-
me jour pour St-Marc, Gonaives et
New-York.
Port-au-Prince, 5 Otobre 1909.
AUG. AH R ENDTS, Agent.

PriAre d'aviser I'administra-
tion do la moindre irr~g -
t6 dans leservice du MA!fJ"
atin qu'll y soit de suite
d14O








M' Elie Bedouet
IWU4E DI M\AGASIN I)EI L'TA', No 106.
S'empresqe d'annoncer au Commerce pt au public qu'il met en vente, dibs
cette date, A des prix exceptionjnel d- bon march tes marchandises sui-
vantes de toute fraielfeut q i lui out France.
VERMICELLE par caisse de 2., pinier, ,le 4 e* de 5 Kilos par panier.
CoNFrC'-IONS drap, casimir, diagonale, drill et chlviotte pour homes,
cadets et enfants.
PANTALONS en flanelle blanche. G.ILTrs piquds ) couleurs varides).-
BEURRE de table de 2, 1 et 112 livre. Mus-;E d'Arichois ( article recom-
mandd ).
ViNS rouge et blanc par Iirtiques et demi-barriques et celui de la
Marque: CHATEAU NEUF DU PAPE
VIN Mikal par barriques et par gallon MADI::~E par caisses et fat de 32
litres.- VIN blanc doux par cais es et fit de 32 litres.- MALAGA par cais-
ses et fut de :12 litres.-Mui:\T do Lunel par caisses et ftt de 32 litres.-
MUSCAT de Frontignian par caisses et ftt de 32 litres. VIN de Banyuls par
raises et tdt de 32 litres.- Vix d. Qiinquin i paillettes par caihse.- VaIN
de Qu)inquina dorn' par caissV.- VEiItmI:r Torino pir caisse.- VIRMOUTH
Solell par cais.- -- lluii.: ld t:ab'c lI I:iE FRI NQAISE b'.onde'et brune, par
caisse do 3 et 4 douz. bouteilles et par douziine de bouteilles.


Aux Caves de Bordeaux
VIENNENT D'ARRIVEIR:


Conserves de la Maison Ii,3sl, Bordeaux.
Sirops (.itronelli, Fiaubois-e, Groseille, Fraise, Grenadine,
de la m:aison Tuoi-aint ( .iC iiuaid, de I jrdeaux.


Vente


au detail: 0.40 le verre


Vins,


Liqueurs, etc.


Grand Rabais!


JAMESTOWN TERCENTENNIAL EXPOSITION
HAS CONFERED A


Gold


Medal


1907 )


upon


Tannerie Continentale
DE PORT-.AU PRINCE
CH AUJSSUJRES
CHiVREAU GLAct, pour hommes et danmes P. 10. Eufants P. 8
VIMNIS CLIPS a 12 a 10


COULBUR LOTUS *a i
Pour la vented en grcs 5 olo


d'escompte.


A de MATTERS & Ce
32, RUIE DU MAGASIN DE L'IETAT
Maison Fonde eeu 1888
lijouterie. Argenterie. Paifuamerie. Articles de luxe pour salon,
salle A manger, chambres, etc.- MirMni- ( t ta.bleaux ariistiques. Serviettes
pour avocats,. homes d'atftirei., ministres Bib 'lots 616gants, ddlicats et
rares. Articles de IBureau, etc
Achit de viel or, argent, diamant, ecaill'.
Reparations de Bijonterie. Ls articles vendu-, ont repards sont garantis
pour une pdriode determ,'in'e.
MAISON DE -.,UTE CONFIANCI : de premi -r ordrp.


NICOLAS CORDASCO,
157, rue R6publicaine, 157.
A su conquArir on pea de temps la premiere place taut a Port au-Prine t
dans la Province.
Le veritable succes don't elle jouit est dI au choix incomparable d sa
deles sur fo -mes franchises et amricaines d'ane 61gance irr6proehabl. i
rdpondant A tous les caprices du bon goat.
Tous ses modules existant en magasin en tolites pointurei et larar.g I
permettent de chausser tons les pieds, m6me les plus difficiles; eta nla
cite de ses prix est accessible & toutes les bourses.
Toutes les personnel qui ne trouveralent pas A so chausser dans e
sin seront satisfaites dans les 24 heures par un article fait sur mesura.
N B.- La mason peut chausser; sans prendre des mesures, es PtOperson
ne peuvent s'y rendre.
II suffit de lui envoyer une chaussure allant bien' ou sinon lui signawli
d6fauts.
Les chaussures n'allant pas bien seront remplacdes par d'autres, rect
d'apres les observations fournies.
La faculty du retour est permise dans les 24 heurea aprbi la livratmo.A
les chaussures ont 6t6 port6es ou ne sont pas A l'6tat complete do noed
seront rigoureusement refuses.
La maison d6fie toute ooncurrence,, et envoie franco en
vince.
AVIS.- La maison a nouvellement recu un assortment incomparable
peau: veau verni, vAche vernie, vache noire, veau satin, kangaroo, chevy
glaces noirs, jaunes, champagnes, rouges, etc,etc.


Orgeat,


Vente


en gros et


en details


Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sortes de tournit
pour cordonnerie A des prix excessivement r6duits.
Ces prix exceptionnels ne sont obtenus que parce que la maison ma
plus ses affaires que directement avec les fabriques de peaux et de foei
tares, des Etats-Unis telles: quae tirants, ceillets, lacets, clous, 4lastiquq,
pour machines et pour cordonniers.
Machines A coudre


" Singer "


Pour cordonniers, tailleurs at on
taribres. Demander catalogue et ml
--* seignements.
SLa mason accepted toutes los
S) mandes qui lui sont faites once l
; ; concern la cordonnerie.:
On y trouvera des empeignes,
hommres, femmes et de touted p
S tures, travaill4s avec un grand
Coupe excessivement Kodas v
ti .i& I Avis aux marchand
de ohaussures
S A partir de ce jour, la MaiMo
.i1 >^.S"< -^-^ charge d'ex6cuter leg cowmmH
de caussurs qui lui serot
", j, avec un grand rabais de prix.
Demander renseignementls t
dgard et le catalogue quiaV Yous 9
voy6 franco.
I'M


ETUDE
DE
Me Beaniharnais
Jean Frangols
NOTAIRE AUx GONAiVES
117, Rue Lavaul.


CordonrL
Cordonnerie


Noulrom


cm.B. P9TO~I
GRAND RUE 143.
Avise sa nombrouse c ientblO P'.
le vient do rocevolt. per drflI'
tean. one fortA qnanfit# d. i t
disos at do fouraiolurao do 1600~
cliesir et de toMito jastA, im
doe France, d'A'leWSP0 et d"S
Unis.
Le psilmic 61NOF-av'T. a ordo
bit':i chaui-awr. y ire""' I ral1
leg plus solideg At aof01
plus vari6Os legfriales0
Ot I"a plus approprl6is$5
pour Atr.9 am40urdd61~rdhi
va-it los maill~pur.. wo dua6
do I& m',. Sqp.& islifoi P0,
Grand S:ok do csw'"O
eaL. cjragell. I .fl
ot mithflfto' dislo"v
id.. 0. toavev afo#Ct' "
prix Ids PtuQ mfndAIo*O la
LA roRnn-mm


__


X-m.AA. M~grh.9SC)0jJ