<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00738
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 30, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00738

Full Text




vw6mel Ann6eo g 41 754


VOR?-&U-f.INaCgo Eavi


Jeudt, 30 Septembre 1909.


J


OUOTIDIEN

Abonnem.nnts: DIRECTEUR-FONDATEUR NUMttO 1 INTIM 5
IUr AoT. G. 2.00 1
nonI Mai. a 5.00oo C16ment-Magloire -
IARTEMKINTS 1 Mos. 2.20 L*i."-Masu arG om rs. ** mi -Gmnas "ust" 04K.:

oANER....... sn 8 ;6.00 A0n; MSTATrE., Arthur Isidore DIRECTION-tt]DACT!ON-ADMINISTJATION.
-_ 45, S#I ly wO 45


CONTES DU JEUDI na deux ann6ud de douces satisfac-
-__ tions. Mais Dieua qui n'a pas plac6
I'homme sur la terre pour 6tre heu-
1 ft 1 reux, mit fin A meo humbles amours-
La Chance de M lvina le..elle, je attested no faisaient de
mat A personnel. Ua beau jour, j-
m'apergas qua Malvina fuysit mes em-
--.Commut I s'cri Morang ave .] et les citadines d'Andouilly se rendetnbrassemenis. A boat de six mmoiss .
voas voulez encore une his-J A Bissac en foulo, A cheval ou a ane, ce regime sur.un ultimatum cat6go-
Jir-st one histoire don't je serais par des routes eflroyables. 11s y assis- rique quo je lIai sigoifai, elle me d.d-
bldro,.. Eh bien vous avez de I'ap- tent A une messe, mangent sur le pou- clara que I'hoan6tetd voulait qu'elle
velit, weas avez ce, avalent des boissons d6testables, cestat tout commerce avec moi.
-t noos exigeons une venture regardent danser des campagnards, et
a pwse A Andouilly, insist Mine dans I'apr6s-midi regagnent hara-sds Pourquoi cells, mon enfant?
ftmf-car j'adore Andouilly. a13 ville excitant l'envie de ceux qui ANGNIEN, fit-ile timidement.
n'avaient pas pu se rendre A la fee Est-ce que je vous ai fait de la pei-
-Diable I fit Morange, mais les sou- bien que chacun sit quel pe'sonne ne ne ?
Is avntures qui arnivent a an hom- s'amusa jamais A Bassac. Mais c'est Noo non ch Edquau con
uer Hilti Andouilly comprise -- une tradition : le 20 Juillet il faut qu'- traire.
ta d'6tre arrMt6 arbitrairement o01 on aille & Bissac. Pour ma part, j'y a'-
ta avec ou saas jugement-ce q ai lai deux ou frois fois, non pour rester Pourquoi voulez-vous me quitt,-r
W I. m6me prix Et comme j'ai con- dansla tradition,maisdans l'unique des- alors ? Eit ce que, par hasard, le cuit.
I& prism... seindepos~er une jouindeenliesse avec Non ce noet ps 4;. je vais
-Oh non, pas ces choses. la flamme de mes yeux -unedemoiselle m'tablir avec s'chd Bellermann.
- Qoi I alors ? Malvina A la foit blanchisseuse et mar- Ah I Ah I m'criali-jo, non en por-
chande de detail et qui dtait native de tugais mais on h'ltien.
Cis une venture amoureu-, I'enroit. N'allez pas croire que je noe Elle m'ezpUqu que aUllemand Bal-
voyais ma maltresse qu'une fois I'an. lermano qui le I ndgociant stranger
-A Andouilly Vous voulez rire. Oh I non. Elle venait tous les samedis leplusimportant d liplace, lui avait
'hs savez bien que mdme A Port-au- on ville pour ses affaires ; et il m'arri- propous de vivre maritalement avec lui
mace, les ventures amoureusss sout vait d'aller assez souvent A B seac -je dans la grande malson au-Jessos de
itrieainent rare*. Et cola, je m'em- n'avaii pa besoin do la Sainte-M trgu,- sonma asia. -
?am de le dire, i cause de la vertu rite pour cela. La Sainte-M irgerite n'W- Si
a tiliennes vertu que je ne sais tait qu'un extra. Si ce nest quo a, rdpliqueal-je
sel diplomrate frang is attrib iit ,*Mlvina tait une personnel de grande .ou. mea pse beool do Bell.rmann.
lrMdoInce et au manque d'imagina- taille et do physionomie agr6able. Elle je uIas prt t m plMer eve. vou,Mal-
done o. f1mmes. Mais c'est lA une avait une bellecouleur d'acajou clair et via, ar je a mse node seallment
UsU Comme touted lea appr6cia- des cheveux abondants et couples quoi- de I'oplnion pblMqu d'Adndollly.
Wial e maot pas des compliments qued'assezgros grains-3es 1 vres talent a Malvina tourMn, pula s toWr*-
i 6traagers 6mettent sur notre charnues et sombres et ses yeux d'une na on dandimaut; ot baiesant la tote,
3 ..oA Andouilly, on pout dire douceur infinie. Elle dtait toujours coif- ell flnit par m'avoeur qoe Bellermano
Eloour, oea tant quo sentiment ou (fe d'un mouchoir blanc sur lequel 6tait Ie p6re do I'enfant qu'elle portrait
a'existait pa,. D'ailleurs leas s'dtalait un large chapeau de paille do dans son sein.
W de la petite ville talent pays et portait gin6ralemint une robe Ah I il ya an egf... tibs bion, ex-
aides on A pea prbs et totes d'indienne claire noude a la taille par clamb-je, tr6s blen. Soyez heureuse
Ntst 1 "afants de .Marie ; ot elles deux cordelibres de la meme toile fai- Malvina, et restons toujours amis.
p*Wt leur temps A grimper Ie mor- sant corps avec la robe ; enfin seo Certaiaeomot m'chd Edoua cer-
sdixsuant a '6glise. Une fois, tous pieds 6taient chauss6s de bottines A taioement.., D rested 'est yvos Ie per-
-Ceiq Sis.lS, availt lieu an marriage home. Pendant lea deux ou trois ans rain do I'reant...
S-'"ainoe 6tait g6ndralement un que dura notre liaison, je ne I'ai ja-
de convenances. On y mourait mais vue autrement. Do rest, l'incons- Diable I
S*uMot qu'on s'y manait. Tous science de Malvina 6galait son 616- ... No dites pas non.. j'aipr6vru
t ue j'a i connua & Andouilly, gance. C'6tait ce qu'on appelle une n'ch4 Bellorman. .et it a et0ept6. Si
41 Vi1gt-e0pt ans existent encore- bonne tile. Complaisante et propre. vous refusez, vous me forez beaucoup
lpe" h4s par la mi-re, c'est Elle ne voyait pas do mal A faire I'a- de peine.
W"a, iis most an vie aCest tlire-- mour, en quoi sa conception de ce J'accepte, Mlviia, j'accepte, ma
Al. sentiment ou de cette passion, ainsi chbre commabre.
"n, ie qu'il vous plira d le nomm r, neo dit- Au revoirmo compae.
*fr to n obigeant, de terait pas de la 1 ooceptiou des An- A r
u obcieigeant, de Mais la brave file ignorant celtte --Port, z-vous bien, ma comtnnroe.
M I bonhomip. (rencontre Pour un pen, Milvina au- VoilA comment no.is nous quit-
de nMAme, je vais vous ra- rait pu dire commune cette amie de Vo'- i-ne-, Malvina et mri. Pas banal heia ?
a one aveuture d'amour, tare : Purquot repousser les ho.n- Oh! pa banal du tout du tout,
A0n1ique *whistoire. d'An- m~s? C nous t.'ioe i peu et c leur hMa,6i M IlHller dans an t at d.e
e bieo cerlainemnt p)aS la fit tant plai-ir. Mais I'. ne do M sie ut-
b"ale do ma I es oxistence.V ,ici. na 6tait trop simplisto pour donner tire. Et le bap do, aluta-ale, eut-1v
41 ,104 bi-m d
Stois liouees d'Anlouilly cst une par ille ex,)res-ioa A ce qu'elle
.p1l6 BaSsac C nWest rn ressentait Qaand ji connus M&lvina, Le baptdme out lieu, r6,liqua M-
dS"i420e un quarter ; con.- 'le avail dtdjA got a du fruit deol'arbre range, mais A ce moment-'a, 1882, j'6- 'q
ral dit: c't ,n oendroit. de la scit nce du bian et di mral avec tai en prison A Port-au-P[iice, les 6
dol in de cabu'es I'ancien commandant de l'Arrodissc- leux pids aux fers, pour cause politi-
Cta.et te chapile went d'abord et I'officier de I'Etat ci- que A ce quon ea' la bonta do m'ap. i
~It.'SM rgerile. P lerquoi vii d'Andlouaily ensuite ; jarrivais done prend o et co frt on auue qui bat
J0e n'at jamais so. bon troiibae. Malgrd cola, Ila trou- tisa I'ald do e alvina.- Q .nd j ortis1
J10JilAt, I s liladlus ivai fort fort congrue, tlel me don- de prison. o 188's, je trouval B-ler, 1


mann installed comme banquier cossu &
Port-au-Prince. Do mon c6tc avoe los'
quelques g)urdes qui me relaiont,
) all.'i m'etablircoi ,no 'iiit A :i -Maw
- sans songer qu'il cxi-itt uno M ilvi-
na au monde. Et en i,,.sant ainsi, je
restais striAtement <-ans la ntote iat-
tienie qui veut que nous nii t ,nons
aux autres que qiuanr nous avons be-
soi d'eux. . r les ua-,1 1 es p.4-
saient, los vdnements e se4uo.-.I t(i, t,
d6barquiumenit de S iloriiori, eiumbaiique-
ment de l4Agitirmi, :4iai que je me fusso
m,'d de rieni las quatu /. 'J que
j'avais pas-'s en prison po'- i l pru-
nes m'avawi'nt i&gOit u j ,uai de lIt
politique )u moins, jO 10 ,,o).Ais.
ais :,vec IHy)pp little, je ica i *:tns
I'admitnistrationi ; g .toe :' ,oti exp,!-
rience, jl 'g.ignai s;ans hii tl jue!,lues
sous, j'tus usai nmon 1(t!it -ontll.t, et
come tout le monie, j-. 1s 111,11 petit
tour doe Pais. C'6tait en 18Pi. .I* puis
dire *|ue, cetto annde-I i, ij1 rin ,ntrai
aur lesboulevaris li I''it li uti Or. uu
soir que j' t .i t ,- a .litChAitlet as..ister
A la reprdst ii.,tiol du "/'Toi' (i ,aonaide
en 80 jour.s .; p'in larit i i ntr'acte je
reomnarqaui ans nin loge ,le p ienri:,'i, au
milieu d'un group kl'eIif'Aift, A l'i tIne
feaime fon. e, habillde :,%o; u1n0 Abre
didgance et collie d'un lo 3ael des baileaux eOnftr'itflr:, etc lils
d*argeut s-atld.int.
Celt.' f[mlrni est c.'rt:air ien it une
d'Haiti Et j'alirme 1'avoir b1j.A vue
qoelqao part, dis-je A Anlid M .ran, un
prga do grande distinction qui m'ac-
m uait et qui mourut d'aillurs
qel temps apses.
Mfran pbiit ma lorgnette, la braqua
sur la loge et me r6ponlit : Cunnais
m. Mais elle out ofichtrement bien.
ielle physionomie r guliero et dou.
ce I 'out d'un coup je via apparaltre
dans le fond de la logo la face rouge do
Bellermana. Un rapprochement so fit
dana mon esprit avec Ia rapiditd do
rdclair. En plein Paris, au Chatelet,dans
am lo'e, j'avais an face de moi Malvi-
as, Ia bM hiueuae de Bassac- jouant
avyes aeance de I'dventail. L'entr'acte
a'sItl pas encore pris fin, je me ruai
dea eoM couloirs et enmoins d'une mi-
a"le j'tais dans la logo de Bellermann.
Le banquier me resut avec empresse-
meot et voulut me prdsenter A sa tern-
woe. Mme Bsilermnon dgrena an boa
rire hympatbique qai laissa voir une
adairab a ra.,gde de dents gales et
lustrdes.
- Bonoir, E louard, dit-ell je suis
bien couteuts de vous voir.
- E* moi do:;a?
- Mais c'est viai, cMlata Bellermann,
vous ave z di connaltre Malvina & An-
louilly.
- Mai< je n 'i conna qu'elle, rApli.
|ual-je avec moo cynism) hlibituel -.-
ans quo da rest Bsilermann eiat rien
Dompais,. Et touted cette maimaille est
k vous ? -joutai-je. ambne.
- Mais oui, dit Malvina. et voici ce.
ai quai devait tMre votre filleul. Viena
aleer Monsieur Morange, Richard,ajou.


r I r u







ta-t-elle en s'adressant & An gros garlofl
blond, jouffln et rose qui vint me ser-
rer la main.
Et quand vous 6tes vous done ma
ri6e demandai je A moon ancienne
aroe.
En 1884, A Por:-au Prince, aprts
lasnaissance de notre troisi6me enfant,
uone petite fille, C(h irlotte.
Mt's i >i i u [ tits !
Et Mine Isel'lrmann, j-tant uno re-
gard affectueux A son maria, dit d'nop
voix tralnaite et grasse oa ddbordait I
sinc6ritd.
-- Faut savoir, E 'ouarl come je
suis heur use !
-Vous avez eu de la chance, dnoncb
je, pour dire quelque chose.
Oh oui, rdpo idit-elle, j'ai eudela
chance. .be.ucoup d- chance Et vous,
EiJoujnl, en avez-vous eue ? E'es vouq
marj .'
-- Noui.
11 faut vous maiier, voyons!
-Je vous le pi omets.
11 n'y a dtie bonheur possible quo
danq le marriage.
-- (2 e'est v ai, appuya HI-lermrAfnn.
Sur ce derfnier mInt,je pris congd de
Malvina et do n u mail Jj do:s avouer
qu'eu les quitt nit, j'eus le c.i ar gros -
et durant tout le rt ste de la suirde, je
ne rn'inotre.sai gutre A Pass--Partout,
Phkila. Fogg t :uitres fautoches qui
Sa dlmen'iient sur la scene du Cbale-
let.
E: Mluange ay.antt ainsi piarl. laissa
retomnbe :i- t'e -; ,-r sa poitiic, et ne
dit pis i, t iinot. N .us le laissAdnes A
ses souvetiI4 (i ou a ses regrets ; et sui
I'invitatloin de Mlin le'lerd nous nout
attabi'ames a uine pa tie de p< k ~r. .
FERNANI HIIBBERT.
is': .-.I


ARNBNIGNEMEKTS
MAT2COROLOGIQU RI


DU
SKINA IRK COLLIGI St-MARTIAL
%11-k, R VD 29 Sh~'l'.afEM F 1909


Maruomctre i aidi


761 /-S5


Tom a pdrature% inirsum

Mowenne dhurne de la tem~ira~u e


22,8
32,2
27,5


Ciel Jcair prcsquc i, e a journey e
cou'en it V'I" le soir. 13 i c demcr de bonre
heic Fcjais t ,ontre. Ae se A 8 h
40 m. du oir m. i'qIat 13,3 millimities.
Bito-n;,e l6e,,^menient cn b asse.
J. SCIllRER
Marriage
Cc miaiin, au milieu d'une belle as is-
tauce, t u lii.i, A la Laih6dra'c le mariage
de Mile AlIihonsinr Sylvain, fi le de notre
syrpa hiquc 'LT'ir,.ne Sylvain avec Mr
l.6,o R-g :a le urine ct intc'lignt S bs-
titu Jdu Commiss ni Ju Gouvernenrent
pies le I 'r'un.l civil du Pcii -GoAve.
Ils ont I -tt conduits A I'autel par M-d -
me Michel Svlvain c Mr le Dr Ludovic
Rigand.
Reception des plu; coiddales chez le
4poux Edmond Sylvain qui onut ea un
mot aimable your c hacun.
Au chimpagnc, il y cu le discooirs du
parrain le Gendral Simon, qui par sa pre-
tence rehaussait leclat de cetie petite tete
de famil'c. Le President a donn6 de tres
boos conseils aux jeures epoux et leur a
fait des sochaits heureux.
Nomination
Par ctvmmission de S. E. le President de
la Ripublique Mr Geddon a td6 nomimd
avocat contenticux prts de la Prefecture.
Expostio i de Bruxelles
Le Gouvtrncment ayant accept l invi-
tation du Royaume de Bl'gique a nomme
les commissaires charges de le representer
a cete Exposition quai scra ouverte en avril
1910. Ce sent MM. Marius Delsoia, St-
uao Vincent et Ernest Rigaud qui out edt
choisis.


Aux habitants do Jaomel
N 2396.-Por -iu-Ptrice,le 18 Ssp; i o9.
FRAN(COIS ANTOINE bIMON
PRESIDENT IN LA tMEPULIQUE
Au Commandant de rroadi~ent ide
eamsel.
GEneral,
R n'rh de la tou nti. qut je v;tns d ef-
fectuer aso chef-lihu d: votre commiad -
men*, j; me fus le de.o'rd dvois charger
Je transme't-e A It popul tion de Jacmai
mes p'u, vives fWlicititions.
Di, soa course d'une simple visite qqw
i'ai fute, en Mai dern'er, A la populat on
de Saint-Marc, j 6tii prolood6saent emu
de la r&ep ion co da'e don't j'ai etd I'ob-
ilet de sa pirt. J n'oib'ierai jamais les
quelque; heures que j'ai agr6ab'ement ps-
sdes e i ce e ville o& des vivats panis du
ce ir m'acclaunai-nt !e Libera'eur de mnes
Concitoyens.
Je suis done tr6~ fier d'avoir rencontrd
la me rze sympathie A Jcmel.
Les acclamations enmhousiaste; qui out
salu6 mon arrive au sein de la population
jacm6ilenne, l'accu:il toot sympathique
don't elle m'a entour6 Jurant mon sdiour
parmi elle, m 'on fait oublier les dangers
d la rcute et lei fa igce. du voyage.
To twp m,;l~nwa-ec w d~, e1.na a


venir qu
Vous
t on qui
filial qu'
jours cot
et sur tc
d a lleur
program
e liberty
I ion ev
bre dc
mn ral qi
d! mon
Recev
fAi:c co


Encor
Elle v
mis le
Le G6
laP. C
pour sa
ttincelle
la machi
G l'e;,
cla c qte
flit de 1h
pro-.L-v
Lebril
que le:pr
pas one
dressant
tcr le f i
Plus e
Le trial
iusqu'A
cendie a
chine N
Danois
Jo!eph.
Cest
gourde;
lanne A I
Me T
ne cont<
un dilai
ant de
Le Tr
t payer
de un d
inorme
Juliett
Au lain
meatn de
sooscrit
Me A
duin de
aneae pI
Le bot
A payer
deux m
procddui
Fe
Les d
et 1'Eurc
mer P
Petit-Go
ile eam
posst col


1 Arrivage
Ce matis est arrid Ie sis ALT "
avec les passagers suivants veant de :
Naw-YORK. A. E.Jolson, G BO ,
Ri#vreads Neide, LEon Lamber et Ptrice,
a sceu's de la Sagese.
CaP-HArr.EN pare Brochard. Thd-
baud, FiIdlta, Sain alle. A. Come. 3L Hyp-
lite A. Dog i, Ren6 Djgue, Eni e
I Metri Vve Midiou, V. Bouzy et enfae.
| Mae Alcindor, H. Limage, Bracdus Bricet-
| GoNAiVa. -- S. C Ktlegeanl. Mr A -
Ich:r, G .tehe:r. Ls Latiotue. A. Hono-at,
SChs. Ruuuain, Y. R m ,y. A Learos, B
Jean-Franqois, HHarace Dsir, G M weau,
Chs. Rib al, J D Pie:re, Christian La-
por e. L. Denand, N CarriE
PORT-DB-PAIX F. Ciasagnol, Me Leon
Glkux c enfant.J. LuJe k,, Boutin, Vic-
tor D.lbeau, Audant.
Panamas I.,.
S S ock renouveld.
Chapeaoz fins et demi-fins pour Hom-
me;, Pin'm:-Cape'in! pcur Dame'.
Chez M le Leonide So'ages, 22, Rue des
Fronts-Forts.
Accourez tous III
Marriage


sons de commerce dtabli s
cc, nont pas de Livres 'ioat
ti u m6dpris des artic'es
de de commerce tt iI a conld
nobservauccn *de ces aric s fa9
I'.t u-e part e de sesa- f ve
v'ron 15 ooo gourdes par n.
Nos ne savons pa si les (i
daas le dit artic'e .s.at pertine
vdritabe neat cet et h tdect16
DOns croyons que l'. deoit
-ermade le plus pfrompe .te a
0: obre prochain, -oms lee mt.me
doivent denander leur licence.
voir fire 'e comerce- ; ocn noa' J
get d'eux qils provent unqis
conforms ason va en des its
E a'os c ux-'A qui ne s"'r E atn~e
en r~g e :e verrAient oblig6s de ly
former. -
En ce moment, piLs qus uiis, 1i m
bescin de :ou.es 9e tressoe rc. -
marcher le service public e "t A crcteo
monde eit int6tes6 C'est pourq.--.
altirous I'aLtention de qui. dekA t
question.
NoOs profitons de cttei occasij
read'e un public hommage au
do a OCatin qu- ne machande
les colonnes de son journal lo aquMY
d'une question d'in ~rt gAn6ao "


UIaI UUrl ongtemp encore 1D UnU U Hier e I En se Sc Anne a 6:6 b:ni Is
ie em Her n I lise Se Anne a blni le COMM
di ez ce.rte i rete i'e naage de Mile Lucie 'Lacombe avec MrLa Magistrat
d .. ...A c '..re..lc ^pop i Tureare Carrie. Les jItunes 4pcux out Le Magistrat Communal
e, en retcur de attachement t our i a luLel p Mec Antoie de Port--Pr
elle m'_ :-noign, le po.rrato- e 66c ndaits A l'autel par Mine Antoine "pde Port-oA-u-prr
mpge sur ma haute consid-ration Favard, cousine de la mariEe et M. Perce- Vu la d&ision pri.e par le Cooatil
ue ma sypa-h;e. E Ie trouvera, val Thoey, beiu-f a e d a marine auna au vo.e du budget de raru
s, da isa'e iti ex6 ecu ieon on 11 y eat apres la c6e monie religicnse ele- 1909-191o, et co-cernant une orgaisi
-me do la d. vise esi : Justic gan.e rie-pwio.. ch-z Mr et Mme I. La p'us rationnelle du Corps de la Pi
S, tou es les gtranies ncessaires comb, A Targeau. Ts remarque la de- Communal qui di comprendre, d-
olu ion et A la realisation. Il'om- coratlcn atisque des salons qi.oflraient ant, trois escouides I placer daaslks!
la paix di bi-n-a re martriel en con P d'ceil ravissant et (eique, les, tions Nord, Sod et Eit de lI Valle, ij
ue je 1l1 souhi t! du p'us profood fl: rs 7e ou e beaucE et de cu ei u r.- tns le citoyens qui desirerint i ita
c eur ces mariant et harmonisant lears char.res 'Parti A venir se f ie inscnre au re
ez. Geneaal, I'assurance de m, par- en de; gries sIvantes. Mine Ligoijtrnis, er. A c effc, A I'H6tel Comampl,
nsidrat ion. Is bone fee, en fut recompense par les' partilr du ire Octubre prochaia.
A. T. SIMON enthoisiasmes et les Eloges de; charmants Fait A I'H6*el Communal le jo
A. uxmdei inviies ravis. mois e an qre dessus.
Tribunaux de Paix Declaration C. LIAUTAUD
SECTION SUD
e la malheurese P. C. S Le soussignE, dant ddtenteor de dtoit do -
SIa aheure ". C pri ta du butletin,Pierre Dirac inscrit ou
eat d'tre encore accu 6. d'avoir rimata du bueiPiere D.rac in.c. i II a P
feu. 2341 des regis-res de ia Commisslon U
ndral Catulle Mitville rEclame de des sinistrls d.s 5. 6 e z. Jui"et 9.|S, UNW mm
S. la some de 140 dollars il ddlaie nul !e duplcata qui a 6t6 d- A LA
mason qui a et6 bral6e par d s liv Lc. BRUT T -il,
s de carbon de terre sortint d! L. BaUTUr. SOCi6t, Texl il
me N 012, A Thomaz:au. I Le probl6me hydrau'ique --
Icfe ndatredeastE alPum par CIe Nous sommes encore obliges de revenir La semaine derniere, pendant Ia pluis
S chie veire dpose n su: cee impotnte question gao intiretss de vi' es ditona'iols jeta enat Imoi m
herbal sia din o jue de dar i d In done faon permanent toate la popoulati les principaux quarters da centre I
lan*Idden.atur dc laP. C. S cri'-, de la capital d Hlai. Le prob:ane hydrau- ville. En u riea de temps on se eit
oc-.verbal et d_ cae ae- ce ,nes lique se pr sente menagant et demanle one les trotcirs demandant A cheque p
tn~u&e que le jug-.de paxtn so ltion rapide don't la promesse suffirait qui alla t A toute vi esse ce qu'1 1Y
*e di prc. c- erb J n. f-it q'a t s d6jA pour rassurer la Valle. ei v l'e. L'anaid4 paraissait gra
i. qOn sait que le Seni p:ar des raisons les d us et trois minute s. QIy..at4
.rs pceson.'.6 'ues. que nous n avons pas refhercher ic, a demandtit-3n. Personnel ne pouriau"t
ibual decide d renvoye I'aff.ie las 6 former la dernci.e session lIgisla. ve re. A on moment on pesalit A itqr
ce, ue Mvi e oeoe -I '- i sans m&me examiner le contract presenie chose de grave et I'idde de regagnpir
e6 re.llemeiie alue pt oiq ia m- par MM. Cator, Lafe ride e et Etheart rd- domicile venai deli a p'u d'uo, quad
o ,tr Ie a PC S gle Beatant et reorganisant lI servicee des se rassura par des information pT,
S; esaux. mas s on se demande si le GouverI les donations aieat proJu ta p
s Llanne *oLtre la dime A ,la nement doit att:nJre la prochane reon.on se en action des machines de ii Sow
d.s Chambres qui n'aura lieu q .'en Avril a TEXTILE S .
-ne siple q .etron de P. 7 91o, pour entiepr:ndie le travavx ncca A las i e de cce t inci nt,d ou
dune i s dl.v.es pat le sio -7 ares A I'alimentatlon de Por-au-P i ce, mes al!6s vis:t r I'instal'a ion de
ia d te dame marchande pub'ique. a comine par u e raison d E at, i nest ;elle entreprise i"Ju tril q'equ'e
'elui Aurelu;, poor la d6fendre..e pa indispensable de prevenir les dangers M. Lion, fraraic,- dequis queq
esre pas la de e., mius demnde. que pourrait occas onner ,.ne si nation imanes.- i
" d .mois. r :id I alarmance. I M Looi eti ab e; ,u msi n-
ia pval d our iqui e mon- L'nginieur Louis Roy, director du wAmes A I'entrde d llUsiDe js
ibunal cood.me 'a ddfenderess service hydrulique a attire i y a qoalques nr,franquis co ame 1ji, qu .Uam
cetec some de P. 7 et ul acco eoursI atten ion pub!ique sur des fits don't tit avcc be wvedlance et nos .
:tai d'an mo's pour Is.indrecc"... I science est no peri. LeDepar e na e de.s dans I panwement des bureau.
dett-e. Travaux pub ics s'en est emu et qu Iqre. M lun, lui d s-Ie.C .-
measures out eth prises. Maus cela re lu- M. Lion n'est pa.s en0,"
c AlciLd r *contre la Ve J. fit pas et les families s'inqui~tenr, toojicurs disiez sans dou'e visiert I
a.s.ge, celle-ce poa avoir le paie- pries d'eau. ai, si cels ne vousdHOWsp
ia somiede P poor u bo 1 fat que par. dimportants itrawaux 0 aqon
en favelr de la demandere;se. hardieni tirep is on bTe la solationI P do tout, n00s Allow
If ed Gardere pour Vve J Au do grave probIanse qunipourante accuelc- suite. i vous voofez.-
atande ao tribunal un dElai d uo met let families. Le GoUterntmcnt qu i a Mrci .beacoop, r d
our liquider ceue deide. d ejA tudid Ia question, poisqu'il I'avait Et aussit6t, le D: c ou6 5
n juge condamne la d6feoderesse soumise on Chambres s'atirera da 'anag BOos fit passer de Ia pic- O -
la some d6e dans un dlai de leg bones grAces t I'a &tion dde la Capi- cell des machines. auSi
iois et aux frais et dtpens de s tate n deariant, pir la misu e murre de Si us. n rates ps P enent
re es moyeas d'action dirigd dans le sees riP be it6: A l m potooI
uae nmes avons indiqud, le cauchemar hy- r aVail. Mais e .at "- ".,
irmeture do la ma.e drS aliqu e. I siter les appalls. pa
'ptchas pour Inague, New-York A. --Je venz bien. J}* as 'S ;
pe ( vii Jevaie ) per le itesa- Autour des Coon ergantas a-e-t venu epTMes ce rt ri
it.s Sigismund -et cel!s pcu Cea ioa demien, nous awoms la dmas eapeodant jn pea: pts- -
Ave, .MiraloAne, et rmlI p s le a I atiDun article int iuld: a Pour ls vote lsaible co ~g rl r
r -Ata.... eron fres A la l esCommra 0s oA Pasteur a fal sw-' D'na coup d 1'ail ise e
Iprsn-midi a 4 bhoies perdisei. me ir qir hi plus grande paite k d mos Aiation At jeN dos ,rt


I


11







w &bat ru one po tj st dq re-
s a s J e tarda td I A le
ltoi-gAo- e quequqes minutes

ik Direc'ear se diriges vets I'an
Vicme dit-it, les moteUrs, en tou-
^ -3li qu'il a devant li et en d-
.d aut .t rcsI A distance 6g&'e
ee moam Ignoe p.rlkllement .u
rLd du corps de bitimeat. IUs a i
tlets trois machines que vous voy z
un Mois 1is poetront fare
-o.m. trois awths do plus,de tell sor-
e go en to-t seront mues A la fois.
"Ct itres bies, tout ce'a ; nmis voas
ld~ite: aucun danger. .
Awcan. Depots i mise en- exploi-
Mion de notre concesionil n'y u a eu qu'utl
iiltet, arrive par ie ut. de Iixper 6ence
Sne. no ouvrle qi, qui, volant attra-
.ffanefu1'e qui" Iai tit sortie de ia main
t vrois de ses doigts endommagdhs sur I'o-
ifce de Ia michin.
Tandis qu'il coas donnah cette explica-
i0 le sacanicien vinti ettre les mo*ears
As peice tros mieni e e dcooules, le tra-.
il2 *aito enrain. VN uregardionstaire d-'u
0_es bhonn e, quand M.-'e pDi eceor
ppnrocha lu--m6nme de Ii machine et fit
e deudx f u lies de 10 cille d'&Ae. En
sows de cinq se.oades la partie balbit use
jhit olevte ec laissuat compl6tement A un
I s fib sde deux feuilles. Mr le Drec eur
me prosenta le risultat obtenu.
Mais c'est tras b:au.
Cependant, it reste A nettoyer ces
ibres i IA g acd- eau poor enlever tout
aequi lef rest de balbe. Vous allez voir.
Et out Lin &mtte operation dins on: grande
cMel t piesde mol. 11 ei y a p'u;ieurs
pti det machines et derant lesqielle,
aidmmemdes maouvriers h-iiens cbar-
g. de b'schir les fibres.
bR rdez, maii-enant ; it y a one
pde difference eutre le product actuelle-
met ce qu'il rait su?aravant.
Certineme it. Cette l csive lui a
iuonee belle b'anchcur.
Vas voyez comment les filaments se
xhaent aisemeat.
Oat Quel 'eaJesent obtenez-vcus
aIm m-tieres covestiblei ?
01o
u ement cela ?
-PAs advantage.
-L S:ci th Textile a- -elle des d6b:u-
sArs pour 'e; products de son usine ea r
Y trangrs e pou ra-t-e'le :;ouler fa- f
toMt sa nmarchandase.
P out ; les marches strangers trt uv.-


rout toujours lean affaires. On peut Uti-
liser nos fibres ici meme pour faire des
cordages ; mais c'est one idee A me ire en
pratique plus tard.
Mais esplrez-vous developer votre
entreprise.
- Sarermenat N us avons une conces-
sion de cent carreaux de terre pour nos
plan nations de tex-ile.
- Une telle concession pourra v( u;
retire en measure d'alimenter certainement
vos machi-es en dehors des fournitures de
matihre 'ettiles qu peuvent vous veir
d:s particuliers.
11 n'y a pas de doote.
Permett z-moi de vou demander
an dernier reaseignement.Vous n'&tes pas
sans savor que la ville a t6 idiste en emoi
par des donations semblables aut coups
de fusil oi plat6", au cr6pi'ement d'une
mi:raillease ; on nous a dii qu'elle; sont
produitei pir vos machines.
C'est bien vrai ; mais je vais dire
de suite qu! ce'a arrive par I'accumula'ion
des gaz dans le cylindre aj moment de
la mise en march par suite de rati d'al-
lumage.
Nous quittmes l'etablissement vers les
neuf heures du matin. Tout semble nous
dire que l'entreprise de la rue Amiricaine
est de;-iie. a un b i lint avenir. L'en-
thousiasme du Di ecteur i n6us en par-
ler et a nous assurer qu'elle progressera
est de bon aufure.
Beauccup d H i ieqs y trouveront de
I'enploi. NJas pourrions mime dire que
le personnel actuel nest compose que de
jeunes compatrioe; qui se plaisent bien
i ce genre d' induntrie.
No'ons pou finir que deux plants tex-
tiles de la famille des Arnaryl iddes sont
ntilisies.L'Oceille d'A-e, Sansiviera long.
flora de son nom scientifique et le Pitte
( l'agavc ) la Farcriya Giganthbia .Amlri-
cana des b-tanistes. L'oreille d iec est
anssi appelte Sansiviera vAlgaris
Oa esp&re tirer profit J'autres AMA-
RYLLIDEES. |


Lige Alias


Le vapeur ( Alai 0 partira ce soir
d 6 heures precises pour Petit-GoAve,
MiragoAne, Jdrdmie, Sava. illa, Carta-
gena, Santa-Marta et New York, pre-
nant la malle, fret et passagers
*
La malle pour 1 Etranger, vil Jerd-
Die,par le vapeur Prins Sigismuod s
ermera A la poste ce soir d 5 hres
prdcises.
Port-au-Prince 29 septembre 1909.


I- -


Sacs vides!.. Sacs videsl..


Entrepbt G6n6ral des Grandes fabriques
IE CALCUTTA (INDz) DUNKERQUE (FRANCE) Tr DUNDEE (ANGLETERRE)

SACS sp6olaux pour Caf6s tri6s
Caf6s ordinaires
Cacaos
Ls Types Courants constamtmmmrnt n Stock nar ballet de 400 sacs.


p 18 1 centimes or jusqu'A 2
Po r grandeur rgul.bres 65x1t10 centim6tres
fO de 1 314 Ilvrea juqu'A 3 livres.
afas Sur modules et sur types des acheteurs.
ft & forfait pour livraisons meusuelles francs
.t le dEsire, Droits payds.


18 centimes or
et 70x110 centim6tres.

p rt de ddbarquement


50.000 Sacs de I'Inde

VVient d'arriver par Balles de 300 Sacs.
Prix eoptUonnellement avantageux

S'adresaer Jules Laville
AGENT ET DIPOSITAIRE GENERAL
938 RJU DU MAAGASIN DE L'ETAT.


t


e L6onoe .Coutard
AVOCAT.
96, Rue da Centre
Annonce A ses clients qu'il a repris
I'exercice de sa profession.


Line Hllaud se


Le steamer PRINS DER NEDER
LANDEN, venaut de New-Y ) k et St-
Marc. est a'tqndu ici simedi '2 octobre
il partira probablement le m6me jour
pour Petit-Goive, J6r6mi",, Cayes, Jac
mel et CuraQao.
Port-au-Prince, '29 Septembre 1909.
AUG. ARRENOTS, Agent_


PCO$.

Avis
Le public est avis6 qu'A I'occasion
de la fete patronale de la CROIX-DES-
BOUQuLATS, le dimanche 3 octobre pro-
chain, les departs des trains auront
lieu aux heuros suivantes :


DEpart de
A. M. 530 hs.
:630
730
330
10.30
P. M. 2 30
330
4.30
5.30


la Gare du Nord


Train
4

ft

a
6
6


Supp'dmentaire
RBglemen'aire
Supplementaire
RMglementaire
Suppilmentaire
11iglemientaire
Suppl6:nentaire


Depart de la Cro;x-des Bo)uqu:tsI
A.M. 6i30 hi Train Supplmentaire
7.35 a Reglemanfaire
8.30 a Suppl6mentaire
030
P. M. 12.15 a Rdglementaire
3 :-0 Suppl6ment aire
4.35 a Reglementlaire
3 30 Suppl6mentaire
630 "
Les trains suppl anen'aihes ne
prennent des passagers que pour la
CROIX DS-BOUQUKTS. et 1 on no DEI-
LIVRERA pour ces trains que des tIL-:
LETS ALLER REIOUL.
II y aura SAMIEDI. 2 (Otob:e, en ou-
tre du train de 31" 30, un tral it suppl -
nentaire d rect pour la Croix dts- 'o-
\uets quittaut la Gare du Nord A 4
ieures


PiLIX DES PLALLS
Classes . 1 35) ur.
(Fourgon)lP. 090)
LA DIRECTION.


lie
Ills


FELIX MAGLOIRE
AVOCAT
113, Rue du Centre, 113.


8 ANS


DF SCXc.kS


Topique D. SERIES
Pour les Chevaux
Gudrison rapide de Boiteries, des
Places anciennss, carts, Foulures,
Entorses, Fluxions de poitrine, etc, etc.
Pansement facile, rapid et d'un effect
certain. Rep3ususe du poi! assure.
DEPOT: Pharmacie Moderne
Rue Roux, No 108 et Rue du People,
N. 124.
PORT AU-PIUNCE ( HAiTI)

Rucher de Fourju
PLAIN CUL- DE-SAC
Grand choix garanties f condos.
Ce rucher a d6ja fourni des nuclei
A Port au-Piince, aux C:ayes et & d'au-
tres points de la RApublique.
Pour tons renfeignements, s'adres-
ser & M. ELIE 2GUARIN.
159, Rue du Centre, 159.
Port au-Pr since.

Avis commercial

Nous ibformons le commerce et le
public qu'en vertu du terme de son
contract et d'un common accord notre
sieur ALFrti)D OO(,NY cessera, A par-
tir du 30 septemlbre courant, de fire
parties de notre maion de commerce
6tablie sur ce te Ilace.
Port-au Prince, le '21 Septeinbre itM0).
(G STON. ItFVE.ST. & Co
I -_ JJ


Oscar


Graires


AcConoRDuR et IPARATiKUR de I ia-
nos, Diphteim de la plus haute ins'-
tution d,, moi;d-.
RHferences d1.s plus grandes Com-
aguia do Mu-'queqo des Etals-Uuis et
u Mexique.
TRAVAIL EXCELLENT et GARANTI.
Prix modaro.
Rue deo Cdsars, No. 96.


Pour los enap'oy6s SURTOUT de la P. C S travails mt -,ur la line de Bi-
zoton- L6ogane.


Esanofele-Esanofeliine

Viennent d'arriver par le dernier Hollandais


Cacbets


Kangra Antipaludiques


Pour la gu6rison imm6liate des fl6vres paluddennes.


Comprimes Suisses

PURGATIFS-LAXATIFS DiPURATIFS
Rembde id6al pour combatire la conatipalion

Pommade des Preux

Pour la gu6rison immediate sans le concours d aucune operation de
touted trn,"eairs : Kystes de la peau, Loupes, Lir.omes, Tumeurs des Pan-
pi&res, Conjonctivites, Er-dmvs, Hdmorroldes internes et externes, etc etc.
DEPOT GINIRAL POUR LA RIEPUBLIQUE D'IIAITI
Pharmacie Notre-Dame : Rue des Fronts Forts et du Centre
Doctear S' Li am Pmaais. ( Propridtaire


I







A L'tLEGANCE
QORDONNERIE.
JEC. EBPBX
42, Rue des Fronts-Forts.
C.iAUiURIS mUN DkP6T,POUR LA VTO
t'uriptitude et soin aux eomman
al, taut i.:i qu'en province.
(Chaut.-ures de Dame forms et tra-
,tll toujours tout ce qu'il y a de plus
Nouveaux.
Former amdricaive et francaise pour
Messieurs ; 616gantes et commodes.
Pour leo infants Is plusA 'aiss.
Travail solid ex6cut6 avo
desa paaux de premitremarque
Assuramee do grand rabals.
aF atr. Cizag-es t Liqu'des

Francisco DESUSE
Fabricant deo chaussures


La Mauutacture
OUi grand stock,
touw igourus pour


a toujours on d6p61
- pour la vents on
- do chaussureo en


HoidMSs, FIMMES, ENFANTS
La, comimaudos des commereants
do 'iut'qti ur pourroot Atre "ex6cut6er
4laua oun esemaiue A pen pros.
*2B, RHu deu Frouts-Forts, 23
FORT-AJ-PRIMCe ( Am ))
PHOTOGRAPHIC
JH. M. DUPLESSY
Grand atelier de luxe
120 RuI DU CS1TRnI
Triavaux de toutes sorts ot do
touted grandeurs.
Reproductions Agrandissements

Chapellerie
ACCOURtEZ CHEZ

J AIME TESTAR
* I.e chapelier remarquable, avan-
tausoetiaent connu,fait savoir an pu-
blic en general et & sa nombreuse
olienthle qu'il vient do transf6rer ma
FABRIQUE DE CHAPAUDX
(L'ANCIKNN3 MASON DU LOUVRE )
Dn LA PLAcs GEPzrARD A LA
tiGRAND'RUE OU REIPUBLICAINE
No 149. In face de la Poste
Le uouvel 6tablissement eat on-
vort !:ous le nom de la flour de
l'Amerique
11 p'omet soin et promptitude
come toujours.


Nc Mangezz pilsdoepain!
8'11 ti'estfaitavec la "Pillsbury's
Best."
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le p;in le plus 16ger.
Pour tous renseignements s'a*
d4XAAr :
Ernest Castera
reprAseutaut de la PILLSOBUY'S WAs-
MUils FLOUR MitLS tO KMUNtKAPOLIS
D L6
M' (. L. Verrel

'larlleur .-archand
Doione avis ,A sa bi, uveillante Clie,
tAle que s-a rialot. No 7 Hue s ravor
wibre os-t four-' lbriu I-ourviie d'ur
variNt4 d', ', -,. dje la banui noL.
veas tl piA ri-i t> v .
QUAlA't* SI I'4R'I.K9 (rCOUP: Il.*6ATrmj
TRAVA'L -soUGNK ExiUT,'IT, POIOMPTS-
Pri, 1re rVdftsss I


Dr Edmond H6raux
Midecin Chirurgien Accovcheur
168, Rae du Centre
Proc6dds modernes d'application de
1'Electricit6 au diagnostic et au trai-
tement des maladies aigoes et chro-
niques.
Examen microscopique des urines,
du sang, des secretions et tissus pa-
thologiques.
CONSULTATIONS : le matin de 7 A
9 heures et lesoir de 2 4 heures.

O6tel Bellevue-
Le mieux situ6, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars.-
Cuisine renomm6e.- Voe sur la mer.


Maison F. BRUNES
195 GRAND'RUE 195
Dlrig6e par

L. HODELIN
A nir. msmbre de la Seciatd Phila
.krepique dss madtrfl faillfurs de Pa*.,
YAent de recevoir UL grand choix d'd
toffes diagonale, casimir alpaca, chevio.
to, cheviot* po-r deuil, etc, Recomman.
de particdliirement A sa clientile une
iaoll collection do coupes de casimir,
'o gilets do fantaisie et do piqu6 do
touts beaut6.
Spcitalit6 do Costumes do no-
osE.- Coupes Francais, AsnglalM. e
Amdrisaine do la dmrnlro pMftosiea.
La maison confectionne ausel dae Oo-w
tumos militairos, habits brod s
dolmans, tunlques, kabits oar
r6s. ete eto, do taes grades

Docteur C. Gaveau
M. D. DE L'UNIVERSITE Dz HARVARD
Consultations gratuites les Lundis
de 2 a 4 heures, aprbs-midi.
128, Rue du Centre, Port-au-Priuce.

Chez App. Cipolin
55 Rue Rdpublicaine on face de Mr
X. Relin
Viennent d'arriver par dernier va-
pour :
Pat6 de foie gras. Sauciasse trufides
Pigeon aux pois. Tapioca. Choucroute
Asperges etc. Fruits cristaliade par li-
vre et par flacon. Prune d'entes. Vint.
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver-
mouth. Cognac. Champagne.


NESTOR FELID
L excel lent tailleur avantagensemen1
connu de touted la R6publique vient
de rouvrir son atelier Rue F&rou,
( Rue des Miracles ) No 61, pr6a do M*
L6ger Cauvin,
a nombreuse clientele trouvera
comme toujours touted satisfaction
pour les travaux qui lui seront con-
als.



Grand Rabais!
JAMESTOWN TIRCENTENNIAL EXPOSITION ,g107)
HAS CONPFRED A
Gold Medal upon

Tannerie Continentale
DE PORT-A6U-PRINCO
CHAUSSURES
CaRZvZAU LAC, pour hommes st dam- P. 10. Enfautsa P. 8


VourNls CIP
COULBUR LOTUS


10
10


Pour la vents en groas 5 oTo descompts.

Ceci intgresse
T Ao-Lx1tes les lectrice dGcax rIdATIN




SA 'Ange Gardien
^ "^ =o


98, Rue du R6servoir,


98


Vient de rtcovoir une belle collection de Nouveaut,- quL'elle offre I a
clientele A des prix inod6rts.
DENTELLES (O touS genres. RUBAN uni et fa0onno FORMES DB(A.-
PEAUX. PAILLE pour chapeaux. CiNTURSm.-Fleurs..- BlAS & CHAUSSUIM
SOULIERS pour enfants. GANTS peau blancs poor homniues. iANTS fil pwr
dames.- I'ELERINE.-- PEIGNES ddmeloirs. BROSSEs A dents. f ouppD-
SERVIETTWS.
a UROD)ONAL remade souverain centre l'arthritismne, la goutte etc.
Bel assortment de parfumerie
Articles pour marriage et premiere communion
Spdcialit6 de deuil: LuAIAG.- COTON noir. CHAPIKAU.-
Ca.PE anglais et francais. DENTjLLm doCrepe. IiOUCLES d'oreilla.-
CouaoNnas mortuaires etc.


S.


PART & (o


73, RUE DES CISARS
Port au-l'ri1nc, HAITI.
Location de Voitures, a Landau et Victoriasv, Chaizi,
Verres, Couverts complete, Nappes, Serviettes, etc, etc.
MM. S. PARET & Co. viennent de recevoir nuse magtique PAIRS DE Ca,
VAUX GRIS POMMIBL de touts beauty aelde&t aune voiture compl6tOMPt
Neuve qu'ils oftrent au public pour manage et bapteme ;
Entreprise G6ndrale do Pompes Fun6brae


MM. S PARar & Co. ont rau an grand ConBILLAIO, le plus chief
qu'on a encore vu A Port-au-Prince.- DERNIER MODI.LE.-
Comme toOjours M(. S PARET & CO m tiennen0 t A la disposition desf
miles pour entreprise gdndrale de Pompos fuAbMe, dpargnant ainsi A -
qui ont le malheur de perdre un des ers toe d6marches si p6nibles,
enterrement. Igs se chargent des d64arationa de dc&s, du CiDmI
(Caveau ou fosse dans les 8 hs ) C-redle, Corbillard depuis le pri .
humble jusqu'au prix le plus dievw, thAlwes. verres, faaul, tasses, P"l
chapelle ardente, Billets de faire-pb rt, di"ribution des billets, etc, etc.
S. PARET & CO
79, RUE DES CISAI9 _


73, RUE DES C~SABS.


I


OP 1