<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00732
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 23, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00732

Full Text



m Ann6o NC 748


PORT-AU-PRINCE, RiAW


Jaudi, 23 Septembre 1909,


6


j


OUOTIDIEN


Abonnements: DIRECTEUR-FONDATEUR LK NUMEXO I 5 CNTIMs
M -C MUMo .l G. 2.00
ry.pRm BmCiMo..n. 5.oo0 C16ment-Magloire -
IpAITEMENTS Un Mls. .. 2. .20 DI R --*.riN -tnDet **I A.D*. T AmT Ne
a T ss. 86.00 L'DMSTR4TNUR, Arthur Isidore DIRE(CTION-JlDACTION-ADMINISTRATION
45, n awl, 45
IXJ I*** J -I Iw II I I ml


CONTEST DU JEUDI


La Voix du Sang


baut perron don't lea marches de litude oi tombe la parure d6funto d'A-
s'ornent d'une double range de vril et sous les modulations de la bise,
rares emprisorndes en d'6nor- come les cordes d'une lyre mons-
1pots de faience artistique, la do- trueuse I
M douairibre, avec des mignardi- Plongcs jusqu'au poitrail dans les
Ids les gestes, a fait sea souhaits hautes herbes fan6es, les chevaux 6cra-
hfoale deq invites ldont les habits sent de leurs sabots les pales tiges des
pI tOnt s'dbranler vers la grande flours d'hiver !
e du pare, toute blanche, au loin, En avant, au galop Hourra I
WlWe marronniers ; puis a petits A de certain moments un oiseau ef-
lI grand'maman est rentrde, au fard par le bruit tombe d'un buisson et
idan page, en le motif d6licieux rase d'une aile frdmissante I'eau dor-
lle de sa silhouette sous l'ogi- mante d'une mare et longtemps apr6s
kporteprincipale. qua la chasse a pasad en sa fate de
drautomne, I'automne Iriste aix rires et d'abois, dans le silense retom-
* dicharads par degr6s, sons le bd, de grands plis de moire s'6meu-
1 louveau, I'automne qui fait aux vent, on voguent vers les rives des tlot-
isu des bois de tragiques bles- tilles de rameaux morts.
Tar lasquelles, I'hiver venue, la Une motion quasi religieuse a close
ittra sa nappe de charpie. sur les ltvres le feu croisd des joyeuses
Stauilles mortes pleuvent, tachdes interpellations, car la masse du cha
hi tons d'ambre, de cuivre, de teau ne met plus qu'd des intervalles de
1: elies pleuvent en tourbillons moins en moins rapproch6s, dans 1'0-
6 qui 8'6miettent le lovg des a'- claircie des branches, la sveltesse de
9 Yoici que, dresses sur la gii- ses tours jumelles.
I dO cil, pointe ddsesdrement, Un 6cureuil, lui aussi mis en 6moi
K, le ddnudement des ultimes par le onanerre da la course, saute en
as. uno furtif 6clair d'un cote de la route A
SIt veranda qIe li nsquent. A I'autre et un gentleman, inutilement
di Asnthe, les tourelles e61,- d'ailleurs, abat son fusil sur I'arc ra-
Sda -.hteau, la marquise, ma- pide de son saut. La fort profonde a
p dauns le moulage de son ama- maintenant des airs de haute cathd-
sPr6a un regard circulaire, qui drale.
, plAcU sur I'acier de i'dtrier Tout a coup, an detour d'an fourrd,
mt de sa bottne nerveuse. le veneur a lach4 les chiens.
*Plo Le dix-Zore, ddnichd dans sa retraite
Cte a des aboik de bon augure d'amour prbs de sa biche Irndme, d'un
6. de 1 ils bondissent, sous le bond do prodige a gagn6 l'avenue. Les
t s menace, les bons chiens jarrets frdmissants, sentant proche le
M", ilevs au chenil, de ma- danger, il s'est dress, face A la meute.
Marquise. Ils viennent tons, en la fievre et le
d ae 11unes tacheA de noir, de heart d'ane attaque qui so pr6cipite, la k
S gr"is, doe tout blancs, gueale ouverte, avec dans les d 'nts ai-
toors, avec des yeux qui lui- guess et blanches la points de leur lan-
aie dressement d'oreillep, an- gue rose, humi le.
b(h. de. prochaina arffts Q-ielques-uns les devancent,supe bes,
h.o u4 h IIo.aIh I nIo I H )u! avides d'entamir la lutte, les premiers.
Share aux dix-.ors. i L-haut, dins lea ramure-, des fr- C
dt, COrrects en ladr costume massements coiarent et 0le feutlles s- (
i ord di fanfare chante sur ie hjs ount des bruits d'engagements."
O' i lad o r for, 1 beaux 'el es
n:ants foit ex6cuter 'I I
tire fdes pf nes s avantes e So ,geant alors a i'inutilitd de ce con-
5 dale tore en relist, dans bat in6gal, uu centre cent, as disat en
lioa bave o,. le hasad des arts bt des -- bravore qiu tiue ontr un paril
.t r t d4chainemnint ds croc, puL 'j .l e, I
ma ttialavive ax j ues oux, par les cr6euasculad dour.i- de
[ i- psi a e s oirs tristes d'automnae, d'escalaler les
st a aoureuse c ples de vertigo a hbaut desquels V
et dans la profoodeur l'sil deosongs des bichs amo reuseb, e
i bol qui '6paisit une le diz-.*ors a fai.
Preille au bruitt d'"- It fa, I'allure als6e, d'une gra -e son t
t .e.r qua sone n la veraiae devant I'essooaft iment do so' r
i ise* ruisselantes. traqaeurs.
6, d"s hAuts sapins ap- L-s har lis cavaliers ont rendo la v
1*r4arelenmt de la sc- bride A lears chevaus et des galops fa- I


rieux s'tssaim mnt souis le ine de ver- is'il eut parl6 .les menus evenements de
-lure de la for t. la journte. Seuls, les derniers mots
Par les allies de traverse, par le;s Id- amenlrent un pli de vengeance A ses
tours des clairieres, des groups ont tl-Wvres.
(disparu, emports dang l ivre.se conti* Oh iwm pardloiiies-'u au moinqs ?
gisuse de la poursuite, fouettds en plein tit la comtesse supplanted.
visage par les s-nteurs mouill4 !s des D'uu geee, Daniel ra.ssura sa mere.
sons-bois. Dans fa dillicult6 d'une monte de
Le tout jeune vicoamte Daniel a pris, talus, la conversation tomba.
en compagnie de ses amis, pir la gau- 3l.le en la inalurit,4 de ses trente-
che, mais il t'est pas dit que I'on ne huit atns el'e avait, au- loessu do son
se s6parera pis, des probabilities ra- visage d'une 'ralcheur de june fille,
pides s'dchangent entire lui et les chli- dei fi!s blancs nombreux en la torsade
ieurs qui l'entourent. D s coups de feu opulent de sa chtvelur, et les yeux
se font entendre et da derribie les ta- parlaient dl'un pass de soulfrarces
lus montent de hUg.rs nuages blines intlines, endurees stoi luement.
planss 1'enchevetrement des branches. (Une perplexity angoissante colorait
Des appeals de corps soardent dans le par moment ses tiaits tevetant la phy-
mystere des lointaines feuilldes. -ionomie d'une ex; res-ion oi' le doute
E'.tendez-vous IA-bas, dit le v:- se m4'ait A une apprehension vague.
comte Daniel, en airdtant net, A un Halentissant iusensib'einent l'allure de
carrefmir, son pur s ng qui so cabra ; son cheval de f.: n A se laisser devan-
c'est "vrs lotang da pare que la bete cer par son ti.,, son r-'g'rds'inprdgoai!
se dinige. I d'une i Aveo ii doulour-eu.e A le voir aller
Mlle pardons, c'est plut6t du (, '6 dvant elle, etrant ,- lih maigreur ado-
du village, rdp'iqua vivAment un de s-,s lescen'e et nerveu.e ole ses jarrets Ie
compag.ions, plus A i. Je vwis p.ar 1: vertre traverat de tibrilles de son pur
qui m'aime m- s ,ive sing.
Et pench6 sur sa monture, d'ua dlan, Sjulain, ii so dro-sa sur sei tricr.,
il partit. Le group pres lue enter le loreille atixx 6coules.
suivit. Le silence ,piolong.', giuA e auquel ili
Soit qu'il crat, en (it,t smn proios-,avaient pi so liver a leurs sect 6en
tic fend6 ou qu'l d6sirit s'isoler un it di a'ions ven i Ieo se tioubler tout
instant avec la fern n restde a ses c6- A coup.
t6s, le jeune viorn'o DA niel, apt.i un Alor', m g ili ie, apparaissant en
long regard dIins ta lirec-ioi pa r ( a I'extrawilinalie td*volhe de son bond
s'dtait envolde la cavalh:a1.., lit un si- comune uine -os t d' tilrayant oi-eau
gne de la main a sa voisail et tous d'apocalyps,, eitl urant les bases ra-
deux prirent Id chemin opposed. mures dai bout ,le son tropide,les 1 arics
QUi m'aiwe ,ue save, rdpeta-!-il secou6s du iylirne prIiitt die la vie.
entire ses dents, des qu'ils eurent corn- i't. I laige owiveit au-,les-,us des naseaux
menc6 a galoper ; on ne saurait mieux olf I air sifflt le ceit a pass< A dix pam
dire, n'est-ze pas, mere ? nous ne l'a- ,l'eux. Le vent de sa course a laiss6
vons pas suivi, done .... ,lans les feuiiels proches come ut
C'est clair, conclut I'amazone. village qui lent( inent he relerme.
Un silence coup cos paroles. Les deux cavaliers out rassemblb les
Daniel, songis-y bien, reprit la icnes et d'un commun accord ils sont
comtesse aprbs un instant de rtle- pailis au g Alop reIdoubhl.
xions; l'acte qie tu vas comrnmettre est L'6tang du pare derriere la co'.lono
grave. J ai attend tes vingt ans avant nale des sapiris luit, et sa su itace,
de donner mon consentement, vingt frappee de soltil, met dans les lointains
ans do tortures morales, inouies. Mon aux nuances Alicieusement 6teintes, I"
Dieu qus va-!-:l advenir ? So a-ce leu d'artifi.e a. sa everbdration.
mon Di)aiel qui La bte eln a atteint les bords et, rt-
Elle eut alars un geste vers s)n fils, phlee sur elle msin*-, a hum6 1'oleur
'une 6.oquence s ins p ireille tandis 'uou1il1d deau p.arti le baiser donx des
(a'A Id re irder so visage s'attenlris- i*i6,uplnirs.
sit js iu'aux laarmes. ,Mais retenue par la peur d'une noya-
MAlas lui, fdignant do n avoir pas vu l.-, elle W'et ruievee et ha course en-
'expre sion d angoisse et d'amour. ve,uppe rn .ni( 11i, t 1'etang de corclei
lout sa mere avdat ea les traits boule- ia-pide", coni .u i, avtnt ue s'y preci-
*ets6s, se prit A outer d ure f.,,; n p:ter, tl- u vo ,lu fair entrer en elle
lus attentive qae eto r..i oa les ru- i i vest g-W s prf.)ideur inconnue.
neaws qui moetaiiert da I'autre c6t5 de II juan 11 u h luu HI)u les voi-
1a Jo te. t l, 1a base, aux ( ( es conven-i, n)us l'atte iIl ons precipl1at41i In 1j'ule attq-II. qui S'tet14x-
u bo i de I 6tang od le cerf, e.i sa peiA., 1le, ci.-u0 teiribles, elev6s au che-
audonude, ise m anq era p as do venir i eii e ma iamu 1I. rn tr(.,ise
at des que j'aurai ape;tA M. de Ker- M a&s les d ant ( il devancera, c'eL certain, le res- e'est montr6 au bout I 'u'e all6e, le onz
o de la chasse, il monte Feodli-r) j'i- daois la criuiere d'un supeeibe hunter.
ai A lui et le tueral. C'est l'iostart.
Pas un tresaillement no contract Ie Li vicomte D .niel s'est lancd A it
isage da jean home, a ces paroles poursuite, tous deux out disparu daam
,rononedes avec autant de calms quea I'paisseur du bois.


I








Seule, I'amazone estdemoeur6e en pla
ce, tr6missante, sous la plate trust
des feuilles mortes 6eoutant croltre el
mourir, dans l'agitation des arbres, la
sonnerie religieuse des hallalis eloign6s.
Marquis, vous plairait-il que noun
eussions un moment d'entretier, souof
fII aux oreilles du chasseur le vicomte,
en I'atteignant enfin.
-- Ah I Ah vo.,- voild : vous disicz
un entretien, y pensez-vous ?
Vous Ares un homme d'honneur,
matquiis.
-E- En douterit z vous ?
Jusqu'A pieuve du contr ire, oui
Vicomte, cette insulte. .
A vos or.lires, marquis.
C(a paroles braves avaient 6t6 pltn
tat jetees que prononcees dans la ral i
dit6 de la course.
Mr de Kerlant s'arrAla et la IAvre su-
bitemint ddJaigneuse :
Une provocation, alors ?
',o duel pltb'.
0 ne se bat pas, Monsieur, sans
motif.
L'n motif, soit, marquis; vous Ates
un in'tireno hounne, u11 infaire.
(,Ili .i i i pr i cipia sur son a.lve;-
is [, : iouet haut. M.1is le vicomte
l.,i,1i1, .1 un mouveruent subit do la
mainW g.Ichef lit turner sa monture,
tandis 'lue de l'autre il detach it son
Couteu *lIe chasse.
Maki ils se ravi'.Arent ; et apryi qul-
ques 'econdes do silence :
-- Voas' trnz absolument & vous bat-
tre, i. romte, fort bi-n Mon droit serait
de connaltre les raisons qai vous fost
agir, mnai lea gentilk-hommes ne s'at-
tard'en' p.; .a cos vdtilles. Les bords ld
j'etang oalIt !- m i:leur terrain du mon-
tie pour lionnier A note rencon're un
carte:Oi d aicidentel,
CGilui q ii sera bless l'aura et6 par
une bAlle destine aux dix- or.-, vous
vous comprenez..
Dlu'I gni de la tate, Dinuiel accept.
Tou 'eux, cote A cote, alors, s'ache-
runi,: c1. i't Vi p.
C..-ponil nt la comtesse, A c, t instant.
supiomn pleur ait : le coP tr battant &
cOuuJ.s ,ii[-lt'e. un trermblement inrsolite
a s.i main don't les doigts ne serraient
pilu; let bites, abandoanaes, ello le
Mtui% it :;vcc une telle hallucination de
tout ',in ite que tnit disincte-
mIlti, ei e 'it pu designer la distance
qui Ie ,4paraiit de son implacab e er.-
ni mi.
I' is (ili, le vit, accourant avec l'im-
p'ltiosi!' lie son iAga qui n'a gubre le
tenp s ide la well xion au devant de
Monsieur de K riantt et le provoquant
d'un d, ti, jte doe haut. En on rapid
eclair, lout lI dame tie son existence
passed se dressa devant elle ... Elle se
retrouva, \I bas, Il'ombre des mars du
manor p tternel, promenant ses incert.-
ludes dle fiancee A travers le mystAre
des Ioigs ceriidors et des sales deser-
tes oe dot ment les iieux dans I'entila-
de tides adres vermoulus don't la toile
siguate d'un grand artiste, s'dmiette len-
tement.
L.es invites la veille sont arrives en
foule, et du premier etage aux combles,
le ieil Adifice, avec ses fenatres 6clai-
rdes, e.t plein, de joyeux 6clats de pro-
pios plaisants, de causeries chuchotdes
d'amoureux a l'ombre des r6bjrbatifs
crenaux si bien qu'il a fair, le mona-
ment triste et lourd, d'un grand papa
grandeur qui sourirait en boudant et
don't les yeux brilleraient sons sa che-
veluze ei'herbes fololes I
Do bonne here, ayant mis au front
de son future marl un baiser furtif, elle
etait entree avec des troubles incons-
cients, pour nue dernibre fol. en ses
appartements de june fille
Mais, au milieu de lan uit un bruit de
pas se tit entendre qui la rdveilla, pAle
et vais itve ? un cauchemar provenant d
I'elat d'Amotion don't elle ne pouval
soe hfondre A cette hoeure tardive s*
proche dlu grand 6venement de son
manage "?


Elle tAcha de d6couvrir an indice,j
travers l'obscuritd, leas yux aigsa
dans l'ombre, A deux pas d ello, la blan
cheur de sa robe nuptial, 6talde met-
tait un rayonnement vague.C'atait tout


- Maintenant qu* ses esprits talent
9 revenues, elle se rappelait qu'unoe vol
t avait murmuar6 qulque chose comme
un aveu brulant i sea oreilles distraites
et la musique en avait dt6 si doace
que malgr6 I'dirangetd da ddcor, elle
avait fait des efforts pour 6couter avec
tote son ame I ,
Des plis des rideaux, une apparition
se d4tachait erfin, d'une venue sit lent,
avec une telle imploration dams la sup:
plication de seadeux m ins tondues,qui
cii4 au secours et r6clam6 seas gens.
L i tete enfouie daos les maline-, A
genoux centre le lit, l'amant disait le
bonhfur don't son u ae 6tait oppressoe,
a'ee da s sanglots de reconnaissance.
Sa voix, d'une caresse douce commai
le fro'ement dans les tdnbbres d'une
aile de velourp, montait, distinct 6
peine du murmure #pars don't eat fait
le silence des alcoves de vierge, der-
riAre I, s vieux bastions ?
* Cette voix demandait le pardon d'une
audace don't I'ex,'64 de son amour dtait
la seule cause, avait des palires com-
ime imperatives A force de tendresse I
Po rquoi pas I'instant m6me, puis-
* que demain etait si proche, et voici
qu'au charme de la captivante oraison,
ells so laissit aller, sans force, ber-
c4e par l'insinueuse et enve!oppante
? parole.
I Une main cherchi la sienne qui s'a-
Sbindonnait, puis, tandis que Ie som-
n il rcvenu alourdissait ses paupi6res,
I paix se rdtablit lentement dans la
ch inibre, cette paix fai'e de I'opacitd
des tenebres sur I'immobilit6 des lour-
des tentures.

Le 1 ndemain, quand apres les Ion-
goes heures de rojonissances au course
desqu-lles It viole d'amour se fot fait
entendre, its se retrouvbrent seal enfln,
elle eut dars le regard commae n re-
proche a I'adresse de celui don't l'imopa-
ti'nce avait devanc6 I'heure. Mais l1ii
ne semblait pas comprendre,
E le fit de discitstes allusions, vaine-
inent ; tout e .tier A son bonheur, il
continuait A se r6fugier dans un ddta-
chement de tout ce qui n'dtait pas
elle seule. Tout d'un coup A une p..-
role, il bondtt.
Une scene alors aussi rapide que
violent eut lie'i entire If sdeux Opoux.
l'explication fut fourdroyante.
0*3 qui advint plus tard, au petii
jour, elle no veut pas se le rapoeler ;
I le cadavre de son mari retrouv6 dans
I'eau des foss6s. prei du pont-levis.
elle, la raison perdue pendant de lo.-
gues semaines et montrant, aprt6s ces
temps d'Opreuve les signes d'une ma-
ternit6 prochaine.

DL-s que ks deux adversaires fa-
rent arrives au bord de 1'6tar g ils se
s6parbrent, M. de Kerlant prit la gau-
che, le vicomte A droite.
La distance entire eux une fois ju
gea snffisante, le premier donna le si-
gnal, en soulevant son chapeau. Pois,
avec la rapidi'6 de 1'6clair, il abattit
son arme et fit fen.
Le vicomte Daniet, obdissant A la
fougue de son temperament et ou-
biant lea conventions, fondit, au triple
galop, sur son adversaire, serrant de
ses doigts crisps le manche da son
couteau.
Maintena',t qa'il le davisageait avec
la fixit6 terrible de cet instant sup-
SrAme, une revolution so produisait on
I lui.
I'homme qui. A trente me'res, I'at-
tendait et le voyait venir sans une
emotion visible daus ses traits, ni
dans son attitude grandissait et se
Srehaussait A ses propres yeux.
Son nom, il avait appris, dhs sa plus
t endre enfance, A 1 execrer. A ge-
noux, il lui avait 4te demands de
t tuer M. de Kerlant et respectant les
Slarmes de cell qui avouait ne pas
Spouvoir expliquer la nature de lI f-
fense pour laquelle elle criait ven


h geance, il avait promise, jure.
: Une emotion derniere, a cette minute
- decisive s'emparait da son Ame de-
* Ivant celui don't le visage, sans une
* I expression de haine, 6tait plein seu-


element de I'4tonnemeut d'une rancu-
ne qu'il savait ne s'etre pas attire.
Brusquement sur le point de lever
son arme sur son adversaire, le vi-
comte Daniel glissa, A un cart de sa
Inonture, et tomba aux pieds de M.
de Kerladit. Celui-ci, gen6reusement,
sauta de cheval et I li tendit la main
La chute n 6tait pas grave, mais
suffisante pour arreter la lutte.
-Pardonnez-moi, dit tout bas le vi
comte troub'6 profonddment A voir
pencht6 sur lui le visage inquiet de
son adversaire.
Souffru z-voyi' ? demand M. d.
Kerlant, dont let regard s'atta l]jit,
avec une indicible curiosity au blesse..
A ce moment, lia corniesse, do;it
l'anxi6dt6 ta t granle, so montra a!,
de'our de I'avenue et apercevant A dix
pas devant elle son lils ren'e sd et
que son ennemi s'dvertuait A reliever
Miserable, s'dcria-t-elle, dans un
accts d'atfolement et en se precipi-
tant au devant du group, qu'avez
vous fait ?
-L.i co:ntesse Daniel, murmura en
tre ses dents M. de Kerlant, tandis
qu'une subite pA'eur envahissait ses
joups.
EI comme, sans la voir, il sentait
pe-er sur ses 6paules 1'6clair indign6
de ses yeux.
-Vous le voyez, madame; je re-
lIve notre enfant qui s'est laiss6 d6-
sarQonner.
A.NI DkE BRUN.





REIBNSIGNEMENTS
MtTEOROLOGIQU ES
ObseovatOiwe
DU
SKINIAIRI COLLEGE St-MARTIAL


'Mme Galette qui veut 6tre pay& le
tant de marchandises livrie
clients n6gligents. Is !,or c
d6faut. o ldamt
S E. I- Gdn4ral Si1on
Le President de 'a R4publique ae t
imi e- les diga s commis par le
emps de ces i urs dermiers. Le
Simon s'et ar'c h pli-cipalement as
setvoir de LI'ae o6 il a constat-J lME
travaux qui y ont dt entrepris.
Eco'e des Sciences applique
Lia deux eme session du Concoc"l,'
miss on st tL1 ri le '!u Cdi Ocobre
8 h u-es du main.
Lc, candida s pevvcit sinscrireau
de 'Ecole :~, ;less Ijou s desi hearS
midt.
LA DIRECrIi.
Pan un i !.,
S ock renouvelh.
Chare ix ti', ct demi-tins pour
me P.1inm--Ci.'in-. prur Dame-.
Chez M lc Ldonidc So'ages, 22, Rue
FrontL-Forts.I
Accourez 'ous !I!
Incident au Port
Not e confr&e du a Telegraphe cse
bi r ui inciderit au Port qui a pris finlae
reusement sans accident.
Communique

UN




SUITE)
A l'andience do 17 Mhi o0 l'affAief
con iue Mei Ed. Muhon, Camille
tort e, E och DAsert t t A. Arrault
qu&rent pour Frd&ric B. Csar r
c)cl ,ions coni es en ce; terms:
So Contre Cyriaque CGiestin :
*i^^itit f


ME .1 Attendu que l'art. ir9 de la Couui
MERCREDI 22 SEPTEMBRE 1909 ion n'entend crer use juridictionet a
ar:ometre a midi 759 =/*2 roc4du c sp&ca'e, que pour protdger
( Secredri-es d'E at, I case de leatfs
.ezap6raturem nimum 22,5 tions, e ncn des ex-Secrtaires d'Et
1"1TiPreil 30 3 rentres dans la vie p:ivie et ordinaire,u'
Voyenne d'urne de la temrn&rau e 26,4 p't.s bes( in d' tre entouti; des former
Cic ui p L pluvi--x le miin re.tant tec'- ices qu n -cc i ait lear siuittlion
c- u e t 16ggrement tru e 11 jour e cie"e ;- qu- ce'a r6ule formele.
Temperature vers la nuit assez blev6. la loi du 29 luin 19-4, inatrpra6taiv
U c di rissiin I pere a t-avers6 par le celle du 7 Juillet 1871 qui dispose que
Nord.Barcmeire en b i *e ralent'e S cre.aires d Etat qu ne sont plus es
J SCIIHRER tons, p u :ent re actionals dire
TrbunauxdePix de 'a lei Tribu nax o:dinaire;, SaO
TTIObunaux de P cne f.rmalit p c liable ; w
SICTION Sun -A tendu q c cette loi, vote sir
Ce n'6&ai: pl, semble t-il, par 'e flit du posvion d'un Cabine', don't Cyhmqe
.ocher de Ktb-eau D.vesin que la vo'tu-e le,tii f i;ait parties, a dbji 6 suffiNs
du bA ont i -r a e6t violemment demaiti- app'iqu&- pir la jumip uJ.nce, et~
bu'de. apres la col ision. conscience pub i jue S "'atsfi
Le Tiibinal P, en eff t, dbo ae led Cyriaque Celestin -ura subiI te
mandear qui est condamne usz frais tt dd- ces de son propre fAit.
oens de la procedure. 2o Contre ,Aban Nai, T.L o W
SMarcelin, N S.mbja r, et ecoare
Son cheval ayant dispanu, la dame Petit leslin. .e d. 2 _rie,
Lovi -, apr&s de io b c c recherch, s, tilit Attendu qu! l'ai.ise doi2 ,e fWoor
oar le reticuver, mais dans quel e'a" Ecr.- ea pou -butr dna priv itairf e
b(uii'l su- la r( u c de Biz ton par la occ- cement de Tr. b il.ale, et deq
motive de la P. C S. La C-'mpigaie est dins d s condai ion s condIa! i
une ncurel e fois assgnee, la vole appXar- n "nI -. cito1 e isp cond
tenant a homes et b&tes :u devant des- none c., ~tre les citoutions Pelek
uels les locomotives doveelt s'ar.e er sp6c:al mili a sideracnt c4 rle
d'instinc, la nuit comme e j mur, pour cormpen t q canais ie neUnt 3
epargner de-precieuses v:e;. Atted que 'at is 'elle a fii J.
Heureusement que les constatations lega- dre que les cu coaiiqo'rle
les n'avaient pas ete faites et Mt Gillcs qui personnel poursuieiei Cu
nre d h ,.,o ;hr % "i .,. ., .n i .... i,,. :._;- ces faits ; ...., ll


pr&a.nu c Aqu u lUa uIJne ta tK, pm pJ&u) i mpot--
t.n e dans le btuyant petit barreau reclame
le procds-verbal apruyant les declarations
de la demanderesse.
C'est ce qui sauve-a It P. C. S. con're
laquelle s'acharn nt, comoie a une bone
client, tous ceux qui ,ont victimcr de leur
negligence.
*
Le locatai-e don't on masqu it la voe et
qu, pro'eitait dern'rement, vient d'etre as-
signe en digaerpissement. Mme Backer ne
vt ut plus e.re mys ifine par son irascible
dEbiteur et rec'ame son bien.
le jagement sera rendu i la prochaine
audience.
L*
. Le Tribunal fait droit aux demanded de


At -tend Iu que 1I I0i du 26 S''m"
inroq~uk par les privesCO vsb s
niss de 1'article 7, di I:
pc uvelt 1prcfi e,' de l"On~C
du fair pi:)il et des flii
leurs Complice et nni
picei de djdir 0dpendwt di10
pal :p
Attendil qv'ofl 112S~
fait cu dilit acce -50itCs. O-
de l'atmnisti du ?cur
lits qal rt4 ivent CtlI0
amristids et non CCU' 1K
dMitsi ndipenda3Pu de CO~
Av endii que leIc~
ce~ ~~Ti 1050a~n ofh
persEactESb6afic 's


I I II -- r- -






~71


..bli. renda dans l'intir6t et t que Ta Constitution ne permettai
io Pa2es pers6catis, et les confondre qa au Juge d'Instruction seal et an Triba-
ti one solidarity qui ne serait que nal criminal d'instruire et jager les prd-
d s incut rvoltante; tendus faits qui itaient reproci6s au con-
sdU au surplus que l'arreat du 2 (G- cluant ;
Se cootormint A l'esprit de no- ( D ) Attendu que le concluant n'a jz
t_ tion, sur le droit d'amnistie, n'a mais pris l'arret du Tribunal de Cassaiior
O ique des citoyens victims de de- pour la base de son action, que dans se
Oi poitiqu s et n a jamais entendu concluslo-s, il n'en parle qu'incidemment:
sw ceotte faveuir A des crimes et delits qu en consequence Larencul cite A tort ei
r..it commui commis par des citoyens iou element les articles 343 et 344 c
r'ot peouveat pas benificier ; instr. crime;
0 Coifre Edg. Paillidre ; Attendu que (E ) Atteadu que exception tiree de
,pli.e se prvaut de ce que le conclcant l'ar'icle 286 c. p. est, d'unc part, sans
SeSt point pcurvu en cassatioa centre objet ; que d'autre part, cette exception
k jFsgent'de Septembre 1907. Itoachant au fond de la c4use,ne pouvan' ni
An do qe le concluant ne demanded teire discut6e en l'absence du priveau, ni
e jg& qr nouve u les pritendus ftiti 6re tranch6e par les Juges qu'apres FIins-
lui reproe 4s en 1907, qu'il ne demanded truck ion de la c use, est primaturie et doit
p:ut irges d'institrer un ddbt sur ces etre d6clarde irrecevab'e ;
W ; 5 0 Contre l. Bois et J. 'Blanchird :
tteld qu'il ne riclame que It condarn- Atteadu que I'article 148 de la Conwti-
Ade d'dun roule d'individus qu, par le tutiln relat'fau crim-e de fo-fuiture com-
awors de eur antorit o0 ont viol6 mis par les Tugas ordinaires ne saurai'
ks soot domicile, 2 holes autres Vont comprendre le; iuges do conseil specia1
idement emprisonnf ; 3 o les autres militaire ;
owC, par des moyens inconsi utionnels, A*tendu, d'autre part, que le fait repro.
oat conuibu I A prolonger son incarcera- chi 2ux privenus, ainsi qu'il ressortira de
ton I l'Instruction de la cau;e, nest *qu'un di-
Aten.u qu: le coicluint ne s'est jamais lit et que, dans ce cas, lei adversaires in-
ervi du jogemeait de co-damnation que voquent i tort l'article 148 de la Consti-
ome u'e p:cuve publiqre de son em- tutIon ;
inement ull gal et non pour en de- Par ces causes et motifs: t i dire que
ader lere1.cssnm.nt, auquel cas sfu1- le Tribunal est competent pour juger Cy-
toc on poorrait lui opposer I'awoo itr de ri2que Clec;tin, l'alt*cle 119 de la consi-
chose jne ; tution ne lui 6tant pliis appl;ceble ; dire
Attecdu que le concluant qui on repro- uil n'a ps quiit de se pr6valoir de
cdt de ne s' re pas pourvu cn cssation I acte 'd'amnistic du 2 fvrier 1909 ; le
caotre le jugement en question, ne p dbo2ter de ses fins et conclusions, et lui
nit pas le fai:e et n'avait pas A le faire r o ordonner de plaider au fond et le con-
puce qu'il comiderait comme incons it damner ux ddpens ;
ianel, suivant l'opinion misee l'au 20 Dire qu: Arban Nau, T. Laleau,
dience du con.cil militaire par Me Solon. N Sambour, F. Marcelin nc sont pis fon-
Minos et partant irexistant le dit juge. ds A se pr-valoir de l'acte d'amaistie dn
mcot, avant mcrne que n'intervinssent I'ar- 2 fvrier 19-9 ; qu'en tout cas il oe pourra
rttdo Tribunal de cassatioi et l'acte d'am- rdsulter que de I'Instrucion des faits de
istie qu'il n'a jamais sollic'trs et don't il la cause en presence des dits pr6venu;, si
'ait pas besci ; 2 0 il s'expoFerait, en ces faits prevent tre compris dans le dit
tiant ce rournoi in tile, i se fire fusil'er acte d'amnistie, reje:er en consequence
mme ses cinq compagnons de ma'heurs comme inadmissibles les conc'u;ions des
uina'taient pas plus coupables que Iui, dits pr6venus, l-s dkclarer contraires au
sis done le sart tait nkcessiire pou- i.- dit arrcte invoqu6, et premature, er les
timider le; popu'a ions et prcipiter le vc- condamner aui dipens avec injonction A
it des million, don't la plupirt des prdve- ( ut et A C. C4lestin de plaider le fond de
inu devaient s'enrichir ; la cause ;
* A,d d'ir. que lors me ( 3 ) Dire que Edg. Pailblre n'a pas qua-
k teendu daillcars que lors me190me q lit A exciper du dif ut de rourvoi en
Dijaemcq t du 2) Sepaonbre 1907 ad- cassation du concluant pcur lui retire le
ntlequis I'aries: t d I la chosI jugdc e"- droit de rouWsuv:c coatre ses pers&cu-
te parnes: Etitd'Hpisi Ct le confiu-teurs le; mesares arbitraires don't il a etd
,ce fit n'empchc1-ait pas une victims victim : que l'exc pion de chose jugde
kpoesu eac:es qucconques des J spar n'a pas ici de valcur 16gale ; en cons6-
pooarsuiv:e, css t d es Juges, sot par la quence reje:er ses conclusions, lui ordon-
e partie sdircls snent des Juges ordi- ner de r6pondre ;u foni avec condamni-
res, rec divan le Tri- ,tio, aut ddpens
SaaZ de doit common et ordinaires, ( 40 ) Dire ( a ) que L rencul re s.u-
a onvu par les itaircs ou 8 res ait jouir (n sa qu 'i 6 d'accusa-car militti-
d vur pr les a38, ncles 94.8, code pro- re des privileges riserv6s aux Justs ordi-
40 Cov'eren3, iu () nstr Acr im. naires par les articks 380, 385, Instr.
Siics -c -8 crim- et 948c.p.c. ;
iCes 38 et 385. C. instr. crime. ne ( b ) qu;e I action cu concluint n'ayart
siqueot pas at mnembres des conseils pour ource ni p3ur cis I'a-rk da. Ti-
lidu milataires, ces officers n tant bunal de Cassition de Janvicr 19z9, les
rferciced, c& feuctioJges, a ts nidat pasarticl s 34; t 344 da Code Instruction
Idevoir s fonsur on la pro n paion criminelle ne peuvent lui ire opposes.
e idic esurceptonn la pro ti ondes ( C ) dire que le surplus de *ci conclu-
ticon exceptionnl!c n des sion; relatif A l'art. 289 du Code PinAl
Arend i si ion de a ri esest sans objet c: n a pas d'application en
.Ci qe t disos ion de l'aptiele 1'Zpece, qu'dl doit etre ca:t6 come prd-
e. instr. curi. est cxorbiran:C'du drcit 1m

par datrds mag,t ts que ceux nu-c!usions et le condamner A plaidcc aux
par souIl'dt article, (Faustia Hlie, df eis. Ce sera jrttce.
S u lrtce 479, c. ns.r. crim. Siga : E.*Mathon, Camille Lator.ue.
,'" Attendo que l'article )48 c p. Enoc D. r.
e pa applicable non plus aur iue; ( d sevre. )
i-.sdes pour ksquels la Consti ution a -- --
*d e lois particujires ;
d". u e ju'iuisprulence con tan e Le Magistrat rommin un;il
,e Juy ai pas de prise partie Prie les commr ,iants et en g ^>al
JerriD centre les Trtiuiaux tousles contributables de cotte ville
( vor Dloz, irey, ogron, de vouloir bien fournir a'x &."t. de
CJ*A\ q a ,- r..c.l n p...... An A'-im I -< 1d1-


'-)'7Attendu que Larencul ne ptut
l .'ealt Pt6tendre qu'il a agi en ve:-
.*s f onctions conformament aux
7t' 7, et 98 de la loi du 13
L .,'ignorait pas 0 que 'ar-
Sde 12a m6me loi re lui permet-
tte-=r, Ses f ctio is que centre les
diV us mi itai es ; 02o que far-
Slq e s meme loi indijue que'les
esou s uisceptibles d'etre ac-
cm. et delit militaires ; I


la Communu e cU arge u -,.........
les d'impositions, tant pout, droi!s de
pitentes que pour droits locatifs,
tous le, renseignements don't ils peu-
vent avoir b3soin pour la lioune ex-
cution de lear travail.


' L'Administration du MATIN in-
forme ses abonnds qu'ils ne doivent
rien payer, abonnement on autres, I
quo oontre regus imprim6s et por- i
tant le timbre du journal.
L'AdmistrWattr,- Arthur ISIDORE


FELIX MAGLOIRE
AVOCAT
113, Rue do Centre, 1 3.


Ligne ilollaiedaise

Le steamer PRINS WILLEd IVvenant
des:ports du Sud, est attendlu ici lundi
matin, il partira le m6me jour, pour
St-Marc, Gonaives et New-Yoik.
Port-au-Prince, 23 Septembre 1909.
AUG. AIIRENDTS Agent.


Ligee Alias

Le steamer a Sibiria ayav.t quilt6
New-Yoi k samedi 18 courant directe-
ment pour notre port, est altendu ici
vendredi 24 courant.
II par'ira dans l'aprbs midi pour
Kingston, Colon, Port-Limon et New-
Yok, pronant la malle, fret et passa-
gers.

La malle pour l'Etranger, viA J6rd-
mie, par le steamer a Alleghar.y *
fermera A la Poste vendredi 24 cow want
probablement A 4 heures de l'apres-
midi.
Port-au Prince, le 20 Septembre 1909.
F. HERMANN & Co.,
Agents. I


Oscar D. Graves
ACcoRDKUR et RHiPARATRUR de pls-
nos, Dipl4m4 de la plus haute inat*
tuition du monde.
R6f6rences des plus grandes Coa-
pagnies de Mu du Mexique.
'TRAVAILEX K:.I.AI.ENT et (GARANTI.
Prix modern.
Itne dea (:6sars, No. 96.
LLJ_ 3--. eZ e -


8 ANS


DE SUCCiS


Topique D. SERIES
Po4ur les Chevaux
Gusri:on ic.pide de Boiteries, dee
Places ancienuss, Pcarts, Fouluree,
Entorses, 'Fluxioi-; de poitrino,ctc,ete.
I'ansemnert t'acil, rapide et d'un effect
certain. It 'pouse du poil assure.
DtPOT : Pharmacie Moderns
Rue Roux, N-' 108 et Rue du People,
No 124.
PORT AU- PIiNCEF ( iiAiTI )
.. -. ---- I"' -- '-'- '
S6tel Bellevue-
I.e i'inx situd, le plus Coa*
fortable.-- Champ-de-Mara.-
(Cuis no retommale.- Vue sur la mer.


LA COMMISSION DIS SINISTIilKS

Dans sa stance du 20 Septembre courant, la Co,,, ,' ')n de /partition
s fonds de s-cours aux %iristr/s des 5, 6 et 10 juill I! d, don le avis quo :
). Elle n'a pas pris en consideration, dans -on travail dl t lasse:nent, le cas
s propri6taires de maisons qui auraient t6l fra: u: we.Is 1 r.i di 1'explosion
l'Arsenal.
2o. Elle a d6jA d6livrd des duplicAta pour les b a1etins ,ortant lea Nos.
ivants, les originaux ddvennt uuls :


Suzanne Desvallon
I Darius Petit
Marc Baubeuf
Marie Joseph
I Joanbme Colard
! Grey Dicatrel
Gervilus Gervais
Altida Ddcimus
Rose Aladin
Luxembourg Monddsir
Miche'ine Michel
Lecelia Joseph
Renette Etienne

Docteur L. S. B jou

Amdlie Victor
Laurd Souffrant
Andlise Jean Bapltis'e
Vve Elie Liautaud
Ida Sedra
Adele Lubin
Rita Anglade
Vt rus Jean Jacques
Dme. Henri Airmlcar
Cbarles Lamy
Hdrard Brazier


No

I10!9; Nodmie Coicile

15018(iFtu le Du' b*l 1
1106 111611.lj 4l~iebA14
1203s Sari..t'ur \V.i/.


11719 .1. L.I. 101)1
179103Suphiamzse Cii(II
2061) Ma-.iFla ,f). I-;


324 I; ( h~ilo tirneis


2" 020 GelltSIla Manisseu
1018 SNOciave Iranlva~is
P. 41) G.')MIIssI VII..Ca


38114 I~i jfitiqZ io
3,4108 EEut-(g-a B utus
1:1951 '~ E1micry Lhjoie


3o. Elie announce en o 0sie, d4 tles /fip qta de dIroit, que des d(*mandes
de duplicate de bulletins Nlu oat 6W6 adressees pour les numaros ci aprbs :


44 Cinna bomond (Delcina)
112 Marie Cdlin
165 William Domond
184 Hyppolia C61lestin
1147 Dme. Alfred Jean
1100 Clothilde Numa
2619 Turenone Maitre
2923 Addlina Mondestin
2951 Clfore Jean
3003 Lync6e Duroseou
3077 Victoria Julien
1600 Valcimar Valcoar
Ce 20 Septembre 1900.


3250 Phia~jiz la-s-s.na Fudmonot
;'P *;2 Diun"Ma'h-el oreste
WIfuiXaoiirula Iuise( ItFanfan)
1734 Loise orta no
:311 i-osephIt ti njtirnin
161000j,isve IJri':e
31f 7 iArdmiuui ocho
338.u a %Ia-411)I'si~ioia
IOW J.-Ai bjauNaii
:244 Vve Emirn Pdullasse
:13P& DWiaj .i Oi if aMoraille


Le 'PrileW de /a Comlai-sion.
DAVID CHANCY.


I


*







Grand Rabais I
JAMESTOWN TERCENTENNIAL EXPOSITION ( 1907 )
HAS CONFERRED A
Gold Medal upon

Tailnnerie Continen-tale
-V: PORT-AU-PRINCE
aC LUSSURES


t4HIfV,4ffA.' GLA4-:Ik pour hcmmnies et dame-, 1. 10.
V E!RP41 BCLjIPS a a12
(4ui L%(;k LOr'y'!a a12


Enfants P. 8


Pour la vented en gros 5 oIo d'escompte.


La i)oratoire Sejourne
PI'llPAIK \'TIi" N !Ii:D TO'T'r"S AMPOULS.l; MI I)CAXMENTEUSES STiERI-
I. SEKIS l'T INJECTA1ILE.S.
Ampoules d'Eau da m6r Isotoniques selon Quinton.
L'u ,l, ea no m ,1, is oi(, enilIovons a did soigneusement captde au large,
:tu del.i do I'lli de la Gon;ive. Notus faisons remarquer au Corps medical
J'observation judiieose qun font les laboratoires strangers :
a L'Eniu d*c n1cr injicj ll.le d ;,ri(-t&s tsi, -rajllt' tu,*t s I)c D nuilI'i-< sC'e s attestations nous permettent de certifier que
*,os proultls (-lt d Ann( tous les resultats esp6r6s. *
Sp6cialit6 : Serum nevrosth6nique.


Ce Sf4 1-u-3 it: I :,e' C lo-Esharges, nutritifs,i a AtW employed
Cl- d c4 1:S IA ,Ia -Y *,,,i~ a tuborculose, etc.


avec suc-


M Elic' Bedonet
1 '1 I, 1M \(; \E. L'ITAT, N- 106.
t'd ',, I'ntli)iifrctane ; u Commerce et au public qu'il met en vente, des
. oite 1:t t i- pi i\ ex'elptiorinels d(o bon tnarchi les marchandises sui-
vaitit:. c i.' tto te t ia'ii ie t qpit lui out tM envoydes en consignation, de
\ IM i. A. 1 p lisse ue ')2 ptnier.;s de et de 5 Kilos par panier.
C<, \ 1K '1 s di,t). casitnir, diagonale, drill et cheviotte pour hommes,
radet- ot feitats.
i\ I s o,* 1n i ;o ne11 le llinctl. ;GILETS piquis ) couleurs varies ). -
BE-an-E doi tible Ido -2, 1 oe 1I 2 livre. MOUSSE d'Anchois ( article recom-
mand. i.
VI\'N- o.f'l et I'l ii c pa' lrirriques et demi-barriques et celui de la
Marque: CHATEAU NEUF DU PAPE
Via Mik li p. i l1jariii ,s. et par tilon MAD:RE par caisses et filt de 32
litres \V \ I ,,,n- <1 1 I p 1' I xisies e' f it de 32 litres.-- MALAGA par cais-
sO-. Pt flt di1 :02 lit ri -. M r'; \T doe Tinel par caisses et tit de 32 litres -
Mu-: i to 'tFo'ti p,A r .issrs et filt de :32 litres.- VIN de Banyuls par
cais-;t-, w 11t d. 3 :-2 litles \Vi di in(iiint paillettes par cai de iiwt''ing i S0i,1 pI i, ai j lih v: , 'aise d ( St t i.i / ,it i o. iteilles et par douz ine de bouteilles.


Dr Edmond Heraux
.fddecit, Chirargien Accoucheur
:lGs, Rue diu Centre
Procsdd&Ss mode- nes d'application de
l'Electiicit6 au diwgnostic et au trai-
tement des inalalies ai.;igcs et chro-
Eldamen mii;do()copiqttie des urines,
du sang, des sci tions et tissus pa-
tlhologiquies.
CONSUIIFA.TIONS : le main de 7 A
9 heures et leoir de 2 4 heures.

Chez App. Cipolin


55 Rue R~publif-aine e-& fac de
X. Robelis


Mr


-Viennent d'arriver par dernier va-
pour :
Pate de foie gras. Saucisses trafides
Pigeon aux pois. Tapioca. Choucroute.
Asperges etc. Fruits cristalis6s par li-
vre et par flacon. Prune d'entes. Vins
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver-
mouth. Cognac. Champagne.


NESTOR FELIU
L ex .ellent tailleur avantageusemeni
connu do touted la Rdpublique vient
de rouvr:r soA. atelier Rue F6rou,
SRue '.'s Miracle N' 61, prbs de M*
Lger Ca.vip,
Sa uomb, ,u-se ctieziZtle trouvora
comnrm to'jouur toute satisfaction
pour les tiavau,' qui lui seront coo
U.s.

Chapeapzux
Chapa px 11
("'apeaux I
PAILf.I DI POIRT-RICS
ACCOUREZ CHEZ
Feliberto Gonzales

JOSlE SN MILLAN
FABRIQ E DE CHAPEAUX
LACE GEFFRARD
S .?e:*. Cof.gurc du LHuvr&
Po0 :oc. lIx 0 ot1 et poar toU4,;


ETUDE
I)E
Me Beauharnais
Jean Frangois
NUlTAIItE AUK GONAIVEIS
117, Ru: Lavau.l.

Tibere Z(phirin Bell
Fabricarjt de chiaussures
Rue Tiremasse, facado Nord de
ta Place do la Croix-des-Bossales-
SPP-CIALITI:
PANTO 7 J -IS MT fI.-p


e magez plus de pui!
8'il n'estfaitavec la "Pillablr
Best."
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pal
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 16ger.
Pour tous renseignements 'a.
dresser A :
Ernest Castera
reprdsentant de la PILLSBURY'S WA.g,
BURN FLOUR MILES Co MINxI POMU
BILX

Chapellerie
ACCOURFZ CHEZ

JAIME TESTAR
Le chapelier remarquable, aWs-
tageusement conn',fait savoir an pe-
blic en gfndral et A sa nombreugs
clientele q,'il vi"nt do transf6rerea
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANCINNKs MASON DU LOUVRE)
DE LA PLACE GEFFRARD A LA
GRAND'RUE OU R1iPUBLICAINE
No 149. En face de la Poste
Le nouvel dtablissement est ow-
vert sous le nom de la flear do
1'Am6rique
II promrnet soin et promptitau
comme toujours.
PHOTOGRB &PHIN
JH. M. DUPLESSY
Grand atelier de luxe
120 RUE DU CENTRE
Travaux de toutes sorts 0t 'outes grandeurs.
Reprod uction'-AgrandisemeOInt

Francisco DESUSE
Fabriant do chauuMs
La Manufacture a toujours 6
an grand stock, pour la vesTO
gros et en detail, de chaussUr W
tous genres pour
HoMMms, Fa MES, EXPAWSTs
Les commands des commfflft
de l'intdrieur pourront xtr o W
dans uae .m nanej penu r A
23, Rue d s Froats-ort2, 3
roXT-AU-?PINCZ ( mAn)

A L'ELEGAi
OOR U3) N NRIE

42. Eoat dJs Fronts Forts.
CRAUSSURnss Z.pptr,-cusR LA
Fromptitude .t suin aaX L "
46s taut ii1 q, eo vrOvince. a
Chassaurub de Dame for* '
vail toujcria tort ce qu'il Y *1
Fors am ,rica:De et fraca -
M .ssiurs ; 4. e,aota8 *t COe
SI co.,v.a 1 soohda ex. 1011c _
la peaux de promi6its
A a tsrsCs .1 grand rasbS* -


I -


-- -- -- -- -- -


Mr C. Lo Verret
Tat lie r-Marohand
Donne avis A sa bienveillante sMj.
W~e quo sa maison No:7, Ru. Trgyij
sibre est toujours Men pourvas c'i
varjti d'6tc,!Tes de la hante ma.
vreaut6 parisiesins.
QUAL!Tt SUPApihERVR. COUPI kLsaWN
rRAVAIL SOIGIO. EXICUTXION PROJ~pm
Prix r*: r'dits I