<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00721
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 10, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00721

Full Text




do Ann, Nc 737 fOIT-AU-PR.NCE, I frm


Vendre li, 10 Septembre 1909,


a -


'7


)


OUOTIDIEN


bonflements: DIRICCTEUR-FONDATEUR
Us ama G.200LE HUMIKO 15 CKNTIMhKS
ISwAuKIn awy&ise0 a5.00 C16ment-Xagloire qdw
AJTMKTS5 Us Mss a 2.20 Lu aasuie wav mmmmemlmm.eam
.*Am= TMoMW a 6.00 ADUMMUITRTIUR, Arthur Isidore DlitECTION-fttLDACTIOHR-ADMIbIISTIATION4
fusm Mea. 8.00 4.33ll,4


gn voyager Jamaicail en HaHli

SOUS BOYER

III
xons do Port-au-Prinoe. Urbanit6 des Haltieas. --
lobert Owe i et les Jacmtlions. Militarisme.


ni nombre de chaumi6res,
i msr les hiuteurs et sur les
sax du revers de la monta-
Richard Hill, avaient attire
ion au moment ou notre ba-
prochait de Port-au-Prince;
patient de les voir de plus
Iler quelque matin me pro-
ni ces solitaires et paisibles
1 y alla et vit tout a la
d'ane fertility extraordinai-
de tous les genres de cal-
les agrdments, les douceurs
ions les plus commodes et
lus brillantes, des ruisseaux
paient des ltncs de la mon-
noaient en serpentant leurs
des A travers des rigoles an
i, distributes avec une il-
remarquable, po r tous les
Irrigation, et qui entre-
tk one perpdtuelle fraichear
ra des champs et des iar-
SII, dans les endroits oCi Ie
prete, leurs eaux so rdunis-
s bassins que couvrent
seaex de fruits et de fleurs.
t rempli, pres de chaque ha-
t reservoir ou la fami l peat
plisirs du bain, cache par
de jasmins, de roses a
Slurs du pays, le surpllu
t r'coale de terrasse en ter-
IaU bas de la montagae.
I habitations no sont, i pro-
Wer, que de jolies petite
"enr6s de galleries ouvertes
do berceaux : elles soot
modes et bien meubl6es ;
m ont leurs teits termine
msque belvddere, qui, ea
gP qail sert a .procurer ua
i I habitation, offre quel-
iUpect d'une tourelle k
Sitsevant da milieu d'une
das tropiques. Les plan-
weda en marbre i corn-
S11sU comme dans beau-
de Paris. Les bAti-
PWes- tels que cuisine,
mtst de domestiques, en-
4 s" arbres, sont rd-
ons, et donnseot A
Sd'aiance et de bien-
.o sont les residences
haltiens, de ngo-
a t d.es nd dgne o le-
*ldes inft ne aJos
ipris avoir fait leaus
Sla ville, vont
an air plus par,
y Pear e aust poor
Patites fermees or-


d- vingt. Lei propridtaires se bornent i
on tirer des .fiui's et des lgum s enu
abundance pour la conso miiion de
leam maisons, ainsi que de I avoire e1e
duo fin pour leurs chivaux. La diffi-
cujtl de s. proc.rer dea ouvriers tait
que ceax mamaes qt i pour.ioeat mettre
de capitaux dans une culture plus
dtendue, sont forces doe 'en tenir a ce
qui eat n6cessaire A la subsistence de
leur famille...
II y a un faith d'ecanomie rurale que
Richard Hill a remirqu6 et explique
trbs-bien,- et don't la tradition subsis-
to : *Au ddtour de qualque ravin, 6crit-
il, le voyageur surpris d6couvre tout a
coup une chaum n'e dint il ne s',tait
pas dout6 jusqa'alorp, bitie d.ns uni
enforcement, sur quelqie petit plateau,
au-Jessus de bon ruisseau d'eiu pure
st limpide, auquel Ie propridtaire a
creusm son lit aut.)ur de son d nasine,
taut pour l'irrigatiin quo pour la Irai-
cheur qu'1 lui procure. Les ouragans
qi bahyaent s souvent les es -arpementi
la mntoag e, ont enseignd au culti-
veesur de la zone torrid la nkcetit de
choisir de prdfirengC pour sa cul are c .
fct r met q ui labritent et .i dqfea-
dest ; car le bnauIer, bJs3 de li duL-
sistance d'une grande parties d.i'esp.-
s buamaio sons les tropiques, une
fois tomnb, ne as relive jamai ; A
DiIn. Is vent a- -*I couchd par terre sa
S.qui nest quaun faible tissue cellu-
re r1empli d'eau, quil pourrit sur la
a re amui a-t-on soin de placer dawt
NI rains cette branch si n6cessaire
do rIecooime rural; et cette situation,
ui assure la subsistance da culiivateur
aotr" lea coups des orages, protege en
&e temps son habitation couverte
do haumo. Cost done par n6cessite,
oa moi.s quo par go.t, qu'il la cons-
mut sous qu*lque fralche et solitaire
WvdWi, 06 I trove mieux qu'aillears
ik lse quo lot apporto la brise, et un
rempart contre ls ouragansf.'
Apres quelques considerations sur V'ex-
tension de la culture dans la partie le
Port-au-Prince qui va du Lamanin A
la vallde du Cul-de-Sac, par ie slis ine-
glig6e du temps des colons, lesqi i. Ie
tenaient plut6t dius les pains l 1-
chard Hill cite un anglais le ,octemu
Pinkird qui a Dcrit des notes sur I-s
Indes occidentales. D'apr6s le Docteur
Pinkard, en 1797, il y avait tre peu
d mnaisons do plaisance et tde villas
dans les environs do Port-ou-Ps rce.
Et Y'oo a vu, par les desc iplions de
Richard Hill, trente-trois ans plus tard,
que Ie nombre de ces habitations avail
ostdirableioent augimeont6.Puis e10 pro-


Sgr6s fut lent. Et A dater d'llyppolite, lu vous la trouverez non seulement cdans
partie est sul de Port-au P.ince, avec le lea villes, miis sur tous lea points de
morcel'ement du Bis Verna, s'est mise s't'e.
A so d6ve-opper merveilleusement. De II m'est fr6quemment arriv6,. dana
vraies villas furent baties dans lesqie.- mes voyages, continue Richard Hill.
les de vrais meubi-s fument intro Juits dentrer tout dno coup'dans use caba-
- et d6s ce moment l'on a vu vraiment ne, as milieu d'ane fort, etj'y ai'reu
le gcutt da luxe s6'tablir A demea- un accueil, les enfanta m'y ont fait
re A Port-au-Prince ; d6s ce moment des salutations et des politesses d1nt
les moins ai-s comme lea plus riches I'aisance et Ia grA%. ome prouvaient quo
ont commened A s'habiller avec une c'6tait, ainsi qu'il talentt tous le.
6:6gance r6elle et conscience. M lhu-u. jourp, et que cette affability no venait
segment, avec cos p-ogrbs, oit com- pas chfz eux do leurs relations avec
mnencd Ia diminution de I'honn et6 elt lea vill z eou de learrivde inattendae
: raretd des sentiments de d6licatesse un dtrag. inattenr.
morale. Nous con-ignons ces notAtions a re r
,ans I'inique deseein t'assurerun poi tI ou rests, pourterminer ce chapi-
de repbre aux historiographs s ftutu s treo A onvisager avecRich Hill I'dldmeot
de la cUit. prim rdial qui d'urant toute I'histoire
de arivons a page qe d d'lti, enserre, dtreint et 6toufe I'dvo-
llil t conatores A Ia pragiqe Rich ird- lotion de notre nationality : nous vou-
HI:A dcoHiicre A urbani etri. &'eitr.- Ions parid de I'Armde.
gent des Hi;iens d'autrefois. -" O conualt, 6crit Richard Hill, les
Le 10 JJilet, notre voyageur ,crit dv1nements qui out placed Haiti as
ceci : Une (hos qui a souveat kth rng den nations, et la longue guerre
pour moi une occt.i-jn de a arprise, de qui a r zig. ia formation et le maintien
plaisir et d am: cement, c'est la fdcilt d'une arme nnmbreuae, armuede qu a
avec laquelle lets hbitants de ce pays i ucu aur dOpemsdes autres classes qui,
n:issant savent as''ever au dessu e dosans r.t r. a depend .nt retardl le pays
leur condition, preudre lea minlires dansla carried ds amiliorations. '"
le I ji politesse, et se conduire avwc ai- E q p
sance au milieu das incidma s vvai6ad Et Ribard Hill s'est tlatt6 quo par
Tune boceitd coin,r)s6s d- t.nt d 6d- suite do trait avPc la France, cette
ments d.'ENreut-, comrn- .ti, d~ ileur arms q ii trouvait no plus avoir
jauuess-, la fr6quentation de la meil. de ruion d'6 re, allait n'Wtre plus A
lture compagni- aviit form leur, ha- chat ge au tr6sor public. Et il a pris an
bitu les. C'est peu -6 re le soul payi au s6r 'e on commencement de licencie-
inoude ou l'ar isan, sa femnme et sea meant qui n'tdait qu'un leurre. Nous
en fA ts, la petite bourgeoise, la mar- avons py pour le savoir.
chaud- djis une salle de bal, OJ dias': D I rest, Itoch r.I Hill a eu A consta-
oute la joyeuse libzrt6 d'une f6te cham- ter lui memv q so BDyer a saisi le pre-
jidtre, vuAu muu'relont une 11 bilit6 et mier pr6eexte qui s'est prdsentd pour
une Iranthise si police en mume temps renoncer A son li :enciement.
et si spisituelle, et don't un et.angirI s O poursuivait tranquiltement, dit
serait surprise. C'est ce que M. Ow0n eut notre voyageur, et avec success ce licen-
lieu d observer quand a pass a iJacmel, ciiment ; d(jA une armade de quarante
en allant an Mexique, et voi* en que a mille homes avait 6td rfduite A vingt-
termes il s'exprime A ce sojet : C '- uit, lorsqua la reclamation intempes-
tait an jour de fWte religieuse, tout tive de I'Espagnre, relativement A la
6 ptait nouveau pour moil, et d'autat parlie orientale 41e l'ile, forei la rdpu-
Splus nouveau que Ce'dait la premsiere blique A prandre une attitude militaire,
p>pulaotion de couleur que j eusse *1- et arrdta toute reduction ultfrieure.
na s cue dans Il'/at il e beren. Kti L'armbe est occupde maintenant en
bi.n elle dtait mieux habii le, plus marche et on contremarches, sans
propre, plus ddex.ue, el e mn trait d- ,encontrer un .eu eanemi ; les planta-
Snanires plus d~oaces #t plus police tions sont prives. d'une cooperation
qu'AICUNE CI.ASSE D'OUVWlIIES ,lori le systlme en pratique avait tait
que / eu.se pu observer dans au un une des exigences de l'agriculture; leI
Spoy' civilisd. i y avair plus d'uiba- districts d'od l'on tire les forces qu'on
nUto dans 1'expres-ion de leur phy- a 6td obl;gd ,l mettre en movement
sionoeie que j n'en avais renar- .ont ruins ; ceux sur Ile territoire des-
qu6e ia Europe et en Airiqae." C(tte quels on les envoie essuient, de lear
diernibre assertion de Robert Owju est c.)tA, unq pert tno me ; enlin les pro-
peut etre excessive, mais enfi-j il fiut vinces 'Wappauvrisuent et le trdsor s'6-
taire la part de la philInthro,.ie. (Ctte poi.,.4. O travaillait A so garantir
pirt f ute, on doit iecornaitre que dtans co atre cttle tendance A un gouverne-
ie to.ad l'appreciatisn est jiaste. 1.9 Jar- m' nt militair.a, qiu'ne longue guerre
rneliens ont change un peu depuis 18l&, ambne touj iurs ; les circonstances out
pArce que en r.oi o do leur turbulence arret6 lea progress de cotte sage politi-
ie Pouvoir central n'a j .mais cessd de que ; mais avee le temps elle no peut
lea ATfiblir, de les auiner, de les div.- manquer d'atteindre son but.*
ser; aussi so chamaillen:-ils toujours Avc e temp I s
entire eux. Mais rien nest charmantI .AveC l lmps I...
come un Jacmrlien. Et Richard Hill II en a de bonnes, Richard Hill.
va un pea loin quand il dit que cette
manibre d'etre don't parle M. Ow ,, F H.11.











Torne? Pr"sintelliiel


A Jaomel


M. L.jbir, qui avalt de charge, de t
exen uer Its travaax de preparations du P--
lis preside tiel; a 6 k la h t. ur de ma I
che : Ic vaste ediffice q t, la veille, ma-
vait qu',ne mediocre apparence est etite-
meot transform& ; on cu di q.'une bha
gue *e magique avait opEre en un' din d'ceit
ce changeme.t de decor.
De son c6:, let Cnmeandant de l'A'-
rondissement, s'etait mis en rapport arec
quelque -uns de se- amie, h liens et corn-
mertmts trangecrs qui lui out ptiet le ccn-
cours 'e plus loyal e le plus desintide s4
Je ne les nomme pas de pur de froise
I -ur roe !etie u la susceptibility de cer-
ta'as autres qu'dl coo 'i, t pli 6t de m0E-
niger.
A chacun, d'ail'eurs, sa p r de louangOas
mdritis : le Comire ce' en ge6nral a f. it
un be u geste. C'est g'.Ae A son dEvore-
mer t au Chef de I E. at, qu'il a pris lini-
tiative J'orgarier cur ftes es des plus splen-
dides : an grand banq' e' ani sera offer an
Chef et A s-s S.cr tires d F at et un ma-
gn.lil lu arc-Je-triomphe 6igd I l'orig'n.
de la rue do commerce.
I.-t Soci&ie hippique, ee I, organise des
cot ses d chevaux et le Corps des Pom-
piers vo'oawairei tient s rehausser I'cclat de
i s( I -rnn'te pir si presence Par aillv.-s,
on p-'parc 5galement des fate*, des bats,
des s. i'&,s littdrai-c:, de; conferences et
d'autrcs arcs de timphe -; ci un m't, la
seuca preoccupation des lacmeliens pendant
le deux semaines qui viennent de s'eco"-
lcr, fat la r6cepti i A faire a Ce'ui qu'ils
appel'cit A just t tre le I IERATEUR
II n'c.t pas josqu'A des m4daiPe; com-
m6moratives A 'cffige du General Antoi-
ne Sinron, avec I'inscription : Souvenir
&?c la Tcurn e de S. E e PrEsident A. T.
S mon, A licmel septembre r9o9, que no-
trc ami Th6nmisoc'e Lafontant a ca I'hen-
r uie idee ie faire fr:pper.
Entr6e Solennelle


I undi, 6 septembre ust dE'#gat'on com-
posce de MM: C. B.uduy, president, D.
S -Pau, F. Ruiz, Ca ulle Thibaud, E -
nes" Bellande, Charles D. Lapierre, PhiF-
pe Fougyet Pdlissier Gous!e, :e *end it :u
dtvant du Chef de l'Etat A quelqu s liues
ec '!a ville pcur It i souhiiter la bienve-
nue et I'escorter jusqu'a nes portes.
Le mardi 7 septembre, des 5 heures du
martin, la ville, Eveil'Ee au son des clairons
ct des tambc urs et tc ute secon e d harmo-
ne derus favant ve 1'e, se devait A e'le-
umme d'aller en foule assisted A Ien:rde
solennelle de son I IrtRATEUR.
DIs 6 heures, urc animation inusitee se
mantfeste dans toutes les l ues 1. trial s
conduisant a l'arc de triomphe du portail
de Logane. II en vient des curi ur, o-usi
bien di cet tre de la ville qae des f ub-u gs
les plus lointains. P'us de aille personnel,
ivrcs d'enthousiasme et uneis dans ti a
m6me consc erce et une mime voloote,
!e groupent, sans division ni defaillarce,
pour saluer le Chet de i'E'at. Auisi, es.-
ce avec la plus grandtpeire que la police
rfdssit A contenir cette fou'e cotfu e (t
groaillan'e qui obsuue les iu-s. Ce fiot
a main s'E'cid depuis le Pont de la place
Geifrard jusqu'A I'ar de triomphe du por-
tail, Pu miieu des mi'iers de drapemuzet
d'oriflammes de tootes les cc uleurs et de
totes les dimensions.
A dix heures, la garrison de la vi'le,
saOs le haut commandment du gEndEal
A ix Olivier. Commandant de la Place,
prend son alignement sus 'Far de tnom-
phe du portail de l.4mae, e4i pa t k
Comeil Communal, et un servicee dod
# Et ogaild per le GI Ema. PaeOls,
clef de Ia police madminlstraie.
A xi beures et quart, soot wven y y
dre place lea members du CoeNell Co
munal, su grand coaplet, cees do CeAp
jediciciase et du Co-rp eMuiuems,a pw
de oaionale ct le Coa de pouples V.
lontares. Celu-ci fait a hale, asyme A
tre le brillat et sympthique com euS.
dant Adricn Boucard; ses claims mses
cotement et uss casques ruisselants d'e


Fclairsn us notre soleil tropical, fo't an
tres b.l eff t. Ensuie vienent le Diec-
teu' de rergistarment les notaires Cs
DirecearsduLyee et des Ec'es prinmi-
res de gargons accompage de ieura el -
ves e: Mr L. A Brun. Directeur proprie-
taire do journal a L'Abeile.'v
l.e temps est magifiqse ; un soleil
ecasiart jcite ur Ia ville, en roussiere do-
rfe, ses rayons umireu ; 'eot que Jacmel
exo e son Lihf rM. Sur toute Is route,
le president est affcctrcusemo t acclame
pir de nombreu'es sociLtds de paysans qui
fetent sa we ue si lonptemps attend ue, en
joycu es bamboulas : p ueurs arcs rcs de r-
omphe rost;que y sont d esses par leafrs
10 ns.
A midi les troupes de ligne et la garden
p. .idcntielle, i'arme au bras,defi'eat : lear
ie ue est superb.. La gurde par iculirc-
ment a one belle appareoce; les mus:-
cicis -u;si ; do reste kur habit le.r sied
tres bien. On est etonnE d'y voir tant
de beaux hommes et de si bere staturc-
Le president fait hale sur I'habitation
Bassic-Caiman.


en rhonneur do Chef de Is Nation. A so
apparition mne immene came s'*aeve
Spontac 4 aen, tles dames sel'es qui remplissent les bilcoS. aet
lu as ouchoir, leur ombrli4 a batte
des mains. Sur les aibres, ur le tolt des
maisons et oparo it la fule accuame tfrdad
tiquement le Chef doe Etat, qui recueille
le;plus jolis sopu'ire do cee .ravimate
Aernesv, si arxeu e de 'e connaitte, r Ct
bien lA one bonne fortune pre c c o, qu
m6rite uva boa point de o isatafctton. C er
ce que quel'Adresmstdu Prudent s la pOpL-
lation viendra nous appendre.
Dans la rue do Commerce, tcutes Io
prisons .ot pavoiseeset mag ifiquemen,
dicores de large bAodes de toile de cor-
1 urs nationals, et In beque now
Humberto qui est en rade, couigne _A
Mr C F Midsen, est decorn e de sa p us
riche parure. .
Arriv6 soue I'arc de troaphe, Mr Nr-l
bat Bl ucr0, i'an des jeunesi contr e;an t
hait'es Its plui dr:eu, .lea plus distir-
gues et '1; p'us instruci de Jacel, soe d-
uahhe brusqremeit doe la fole, et savat-
:e vers le pres dent, avec cec lu pce soe
mais timide et traiche, qu'on Ini comailt.
U, et -u nom di Comin erce, il pronoce
on te u discourse.
Ie President d'une voix emnue, li ru -
pond. .
Ap:es quoi, I Pteideat s'engage dans
Ia rue du comrerc', oea on lui je'te det
fl urs a droiue et i gauche, en 'acclatiant.
Arrive sur la petite place e-i f ce de la
Doiare, IeP ~iJde t e.t arrt 6 par Mr
Pierre Vilma Lubin, Advministrateur pric-
:ipal des finan es, qui lui a erige un mc-
e"c arc d tiomphe -u nom du re!.o:-
rcl almi istramif de cet arroodis'emeaet. II
lut padres e cgalese st, on discours arppro-
prin.
EL f le President arrive tur It pl ce do
march, ou it e t arte d'abord par M. Al-
fred Ambc ise qoi a prononce, a I'ombre du
drapeau du Centenaire, un discwrs demar-
dant I'application de Ia loi c-mtre ces Sy-
riens ; et ensuite, a l'angl de la n u. de
de I'Eg'ise, par la so'ie syoe S nne, qu,
el'e aussi, lut a k6ige us arc de t iompbe.
C'est i mon avii, le plus magnifique de
tons, aprei ce'ui do commerce.
Dans une course et vibran'e allocution,
la colonie syrience c"bre e hint espri'
d'equite da general Simon, dPnt It devise
sublime est : justice et Libert. Le Presi-
dent y repond et dit que Ia loi accord pro-
tection A tuous.
Immedia'ement II gage lc phristy'e prity'e de
1 Eglis', au moment precis ou le caroc
tonne et les cloches sonnenti routes voldes
La foule est considdrab'e i'Bgl;se et ;ux
a'cn ours ; les tirounies masses a droite et
gauche forment on cordon impenoftable.
L'Eglise est el0amment decorre ; les ciet-
ges sort alluans; ua tapis sau cculeurs
varies c- uvre le long de la n e f.
Le cu-e de Ia parcisse, le Pere Hub:rt,
ea ourc de ses vicaires re;oint le PEilen'
avec los honniurs liturg:qu. uque's i' :
droit et le coiduit proceisioanell meant jus-
quo dans le chceur.
Apes avoir offtenrt 1'eto bnite et chants le
Te Deum lauiamus,le care souhaite la bie-
venue an Preside it. It lui e prime d'abord
sa sympa'hie personnelle et cel'e du clerg#
pour sa personnel.
La ceremonie terminee, le Cure e" ces
Vacaires accompagremat le PREsident jusqu'a
la grande pore de l'Eg>iae. Au moment
oh le cort&ge descend le peristyle, la tcule
pousse des vawats ei hcu iites.
L'escorte, apres avoir longE la rue de
I'Egli'e jusqu'a la hauteur de 1a rue Va'-
vre, suit l'itineraire trace par 'e pr~.aa
Ine officiel imprima et publid dimanche
5 sep'embre.
ArrivE sous l'arc de triomphe erige pai
l'ancien 1p u 6 "de Jacuel, M. Barmave
Craft, ei temoigmge de 10 vive ra:itude
des exi Es de Jicmel & lear Libdra er, le
President est arrkd par M. Philippe Foogy,
anciea Juge do Pix do cone comInm eot
la fillette de Mr B. Craft qui I1i adreoaeat
1a parole.
Au Palais pr6atddnttol


A i hr. et demie les clairons e eotis-
sent, le canon gronde, et de Is foule an-
sit use s'echappe ua b uit lord comme le
b uit des vagues ; en m me 'emps de jo-
ycuses acclamaions sigoalent I'arrivie du
Chef de l'Etat, accompagnE de Madame la
Pr- idente et de Mile Cdlestina, sa file.
Le Ger6ral Simon est suivi d'un bril-
LAni etat major il a Asa droite leI Secre-
t ire d'E!at de la Guerre,le Glneral Septi-
inus Mirius et A sa gauche Dr Sylvairn,
chef du protocole. L'accompagnent dussi,
M. J. C Arteaud, Secr6taire d Etat de la
Jus ict, Mr Marcelin Jocelin,:Secritaite dor
Conseil,-Mr Osuain Cham, les DErutes {
Pierr.-Prul et Bredy et le general U yie
Si non commandant de la Piace des Cayes, 1
aariv6 hier avec sa dame, Abord du *Nord -
Aexis.aIl support t:is a lfgcem'eat 'e; f-
iigwus do voyage ; son extirieur est sim- f
p!e et pleinde decence ; A' peive peut-on
c dis inguer des brillants'oficiers.qui l'en- (
vironnent. It y a dan. sa physsonomie
quelque chose d'energiq- e, de diane et de
patcrnel tout A la lois Un sourire emu, (
p csqu'imer'cepfible, plisse ses 16vres, 11
avance pEniblement, tant la toule est com-
ptete,
II s'ar,6:e sous le premier arc de triocm-
phe, celui erige en son honueur par l'edd-
iite Jacmilienne. Ce petit monument si
jc ruis aiS.si m'exprimer, est marque au
coin do meilleur goat.
I A, le Magistrat Communal, Mr PElissier
Briffault, s'avance, le s tut, retire son cha
peau et lit son discou-s de b'envenue.
Itineraire
Le Pttiideut avait A pine fini de par-
ler, que ioute cttte masse de curi ux se
precipi.e sous les pas des chevaux de I'es-
corte, criant A tuc-'ete : vive Simon I
vive 'e libernttur de Jacmel I A tootes
les fenetres, A *oas les falcons, one fcule
ElEgan e de jenoce files e. de dames se
press, q. i app'aulit et crie : Vive S:i-
mon !
Le P.esidei t de la REpubliqie re oad A
droite et a gauche A It ur sau s.
Le genEral Simon, veritable ent Emc:-
veil'e do spectacle Eblouissant qui soe de-
rou'e devant lui, sou it et continue A sa-
luer. E, fin, il arrive sous le tragnifiqu-
et pittoresque arc de triomphe que lsi
ie ale grovqe d &peits omMfrfant et
instriels haitisees, au carrefour de la
Grand Rue. LA il s'arrete ; et, malgrE le
dcuble cordon de soldats et de cavaliers
qui le protig~nt, Is foule n'a sucune.
p ine le trompre et A aniver jusqu'A loi;
Ia confusion est tell que les cavaliers on'
I que'qr e reine mahtriser lears montures
I, Des balcons d'en face, des mains de
& dames et d'enfants soe tendent vets le pr
sident et 'acclament. On ne pent le nier
cette manifestation grandiose a aun c6t
de rtelle sympathies qui gagne tons les
caeurs.
Aprs le dicours de Mr Emmanuel La-
footant, le cortnige lve I faurche. Ima-
w mEdiatement. so pr cipite derriere Lui,
comme un .ot iomtemps contend, le
People, le vai pupe, a, mmase qui le
suit jusqu'A 'inte-recion de la G-ardlue
Set de Ia rue du Bord-de-mwr, oA le haut
commerce a 'evd n supebe arc de tri-
Sompe, le plgs ai m eaMM dAca deo teas,,


tiOU COMPosie das mILi
do I& Wilke: M.l
La. tufre, Lf. L'ortm
A. D. Chancy, E m.4.
MUta. qui fcgqit le gsg.
d scours rEBhant -rd'mabg
me ts de la soci~g ac~
iri Iui souhai ela& biewu
Conduit avec 14 plus p
par 14 dd~lgation jui.'A mg
P-148, le pr~sideat a expsid
reprise, en tertues wre cdakig-
tnsfe~ctaom u'il Eprc uve & ve*j
es -ecperveww et4Is p'us
I'sccu it sympathique qu.: Jia
Fu aion.
Puis Mr Ch iriant 'ul pdi
dei Membres de I& D~.1 h~
pun& fortement h migAc
ativet2: M dtm j-?i Cie
re :t-ice de I E ole Sujif euts
Ics et M le R'~gina MoI6,
I*Eco'e primaire d! democ'sdfr4
ii a jn,!s i -a 'fibka
dait c~tArrond ivnst
event ece;borq-et,-.
Extraig do uvl'AJkg




IRUN SUIGNUM~


DU
SAIEIAIIK COLLEGEISS-W~
JEUDI 9 SEPTEMU I 1,
brmiioImidi a96


Toipmrati


Moyenne diurne de Ia -iup- .
Ciel nuageux jusqu'i 4 h-. ,,
lepis. Brises de mer et i
fraiches. Eclairs- Biromtrew
j.
Arrivage
Cc martin le sis a Strnia a
vaec fe; passagers suivants veatM
New-York A. G- g#y. A.S
enfant, E Robel'n, C.
W. Wo-d. D. Eldwrs, E. G
fart, Mr BroomField.
D6part
Sont par is hier apris-aidi P
* Abd-el Kader pour :
Cayes.- Lucida Fleart,
Christobal Aria, MT e A. Buali
DEdu-6 Savo'e Augase, J. F.
D[pu 6 Isaac LEger, Loais
Lab ssi..e. _
]JiWe. Joseph Jaar,
H'ne Fefsen. 3 saees dd l'
Corinne Drouir, Depute
1Jome, Clovis Chdras, MO
ail'e, DIpoat Fleury SmaIk
Wit dsor Vi I drouin.
Santiago de tuba- Dr'SA@
bse e Jalien, Cle e pold, P
Julio Actvtdo. T
i Le Tel6grt Pb*
Ie Teligraphe, q
estimable contare Arhar IB
Ia sem.ine prochaire.
.ompagnieIll
Demain scir aura lieu A
Is duux':me grand
I- te prokiseur tTaraib
p tdie iateeri qui a& r
r "C users em a
cle d'hynotise, -Di
Oc ultimse et Maged
On peut eu lager pn ijs
PRBMIkRS P
Il^Jies A BMJAt Re
avec Is profeshaurb
grandioses Cratioa
gear D.uIM3

Pow la e uses
Mmtn llssio :1 .
Dem de Ctoats e


II est trois h' u es lorsque le chef de I'E-
tat descend la rue des Caiyes-Jame t at ga-
goe ve palas prdsidentil aus mAiie d'ace
ovation lade cripie.
Sor le tao de ik graod poem d'emde







si.edat 15o Ropr& enwaions
L:rt..J1aiwifO (Br&"s).-'- 60
jW..32 &Cacanws.(Vatcezvet).
Taousus KPARTI Z
I1 Ac-e do Somwivabolis-
au.x eToe* do la
.lIev if purgaeoire..
'gauue: P.emnitfe5 Peaces et Chai-:
).terie du rideau a 8 beu es



dBIcs Eviageres


H6tel Bellevue-
LA mioux situ6, 1 plus con-
fortable.- Champ-do-Mars.-
muisine renomm6e.- Vae our la mr-.


Line Hollandais

Le steamer PRINS DER NEDE
LANDEN eat attend ici dimancl
12 courant venant des ports du Sa
I repartira le m6me jour pour
Marc et New-Yoik


R-M
h .
id.
St


Port au Prince, 6 Septembre 1909.
Pirnirs D6p6oheS.
6rs D6p. Aug. AHRENDTS,-Agenit.
*.- Un fe ume' un vtcin anti- LA .
eoat Ut dicourme ts par le doc- LA
-e Salambini, attachE i& 'Insti- Cordonnerie Nouvelle
IMen. Le seum essay en Russie,
w-al-des don't l'tat etait conside-
-- dEiespirO, a reduit le pourcec-
dices ; celui qui diti de So olo CM Ba | |
eenu zu-dessous de 230 oBo.
ciet prparE avec des baciPes GRAND'RUE 143.
l ~ choliriqu! ; on en fait un Avise sa nombreuse c ientLle qu'el-
de culture don't le Doc ear fait le vient de recevoir. par dernier ba-
tion sous ctane aux gens en teau, une forte quantity de marchan-
immt; il en risolte une infection dishes et doe fournitures de touts fral-
prs laqul'e l'op-ir est immunisd. cheur et de toute beauty, import6es
GUI $ Le Dr Cock a dion'ce de France, d Allemagne et des Etats-
cave le roi Fredeiick Tonsu les ex- Unis.
.*mn adanois soot convaincus de la Le public 616gant, curieux do se
foi de lear collkgue amiricain. Ce- bien chausser, y trouvera les peaux
a'I d4cidi d'al!er faie ure conference les plus solides et aux nuances les
s api usa visi e i Biuxelles. plus varies les forces les p!us belles
STo Tw (Belgique) 5,- Les coors s et les plus appropri6es.
!npIates ie ,oat o vertes ici auour- On n'a qu'a venir chez G.B I IMTOIA
Ihien preaocc d'une f a'e Enorme et pour Mtre assure d'6,re chaass6 sui-
,- prsagce un brilliant succ6e. Le pro- vant les meilleuras lois du confort et
C're comprend des ep'euves de vi- de la mode. Sp6,iali'6s pour dames.
i,d'aliude et de dudre. Un prix est Grand Stok de chaussures ;
A I'aviatear qu' fera le tour de la Peaux, cirages, firmes, fournitures
d di 8 ki'oxnue5 L':roclnb de Bel- et matdriaux divers pour cordonne-
y a dicidE d'organiser one semaine tie. On trouveia tout ce q i'il fdut, aux
oC io en 1910. D.'s prix d'ie valtur pri le plus modrs, a
B.ooa f-ncss ont dii an oncis. LA CORDONNERIn NOUVELLE
twYORK 6 -- On announce que le L4 C RAND RI 3 N L
ot Lurenciano qui etalt par i 143,GRAND RU 143,
itlou pour,Glascow, a fLit naufrage Port-au-Prince, le 3 Septembre )909.
Mabo-Race (Terre- Neuve. Tons les pas-
Soat 't sauves.
'PTMRAGUE 6 Apres avoir teu une- ETUDE
ANytion d'i ulian s danois et libre de DE
tncomp omis, l'cxploratt ur anmericain, e
Cock, est sorti aujourd'hui se promc- M BeaUharnaiS
Oav i u-e. Jean Fraln ois
X. Egan, ministry plinipotentiaie des
bw Unis l'accompagnait. NOTAIRE AUX GONAiVEs
labutde cete promenade etait d'echap- 117, Ru Lav u I.
M. tur acclamaions d'une foule qui 'e --. --s -
l~ parout depuis son arrivee ici. VENT-E


Sq iAmcericanLliu
t tamer Bolivia vanant de
i rg. Grimsby, S-Thomas, San-
OSamane, Pesito-Plata et Cap-
s, eat attend ici dimanche 12
atira probablement le soir me-
,per Kingston.
ifmamer" haw4dent" venant
Thomas San-Juan de Porto-Ri-
*o San Pedro do Macoris,
19r1i09 Azua, Jacmel, aux
16rl8min est attend ici
iUn I t14 courant.
A It houres prcises do
SiBgaton, aux Cayes, Jac-
SDomingo, San Pedro deo
SMayaguez, San Jan
soot prit a de pron-
emstu do pasagola&di 13
KIu cartn e no devrait-etre
mard 14 courant.
SCafedonia" onant
st aUttendo ici mercro-


CO-ablemeat Ie soir ID2Ul
~,Sal5t-NMmGomal-
~z, ap-ait..,P~aeto -
C~aLe H410 Mom 't Hami-
*ge 9 Sep~ebr. 190.
L. KITgL Co, Agmes..


PAR CONVENrION SPE-Kl&E


Une Bouteille


products de la


Soda Water CO

Royal kola Champagne
Royal Ginger Ale
Elle vous convaincra de la r6elle sup6rioritd de ces exquis ralfratchissements


Agence


G6n6rale


et D6p6t:


AU MAGASIN DE LA MtTROPOLE

MASON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT AU-PRINCE'.


Vous y trouverez aussi le
Splendid


(: sont les maillsurs, les moins chers pour leur qualitA.
Les GoAter c'est les adopter pour toujours.


Chez App. Cipolin
55 Rue Ripublicaine en face do N
S. Robelin
Vienuent d'arriver par deruier va-
peur :
Patd de foie gras. Saucisses trofi6et.
Pigeon aux pois. Tapioca. Choccroute
Asperges etc Fruits cristalis6s par li-
vre et par flacon. Prune d'entes. Via,,
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver
nouth Cognac. Champagne.
iw -.m..


NESTOR FELIU
L excellent tailleuravantageusemen
connu de toute la Republique vien
de rouvxir son atelier Rue Fdrou
(Ruw d Miracles ) No 61, prbs do M'
Ler Cauvin,
Sa nombrease clientele trouvera
comme toujours toute satisfaction
pour lea travaux qui lui seront con-
fi6f.


4SEINS
d6veloppds, reconstituds,
embellis, raffermis
u douz m4tl* per ke
PILULES ORIENTALES
S o pr!iulit qul assure ft la


En vertu d'u e oblige i 1a hypJ.IL .air- nittri,:'"'n aI '' a.- t
passe le quinoz d6ce,,bre mil neuf ten F "x.'nc' : .P :
six par derant M s M. .M i t S, g S tt A arl.aPrin, e:P flruuc., Airtsa..
SOD college, notaicis A Port-.u-P i ice --.
II sera procd4 le lundi qae l'on comp- 8 AN, SiccAs
tera tteize septcmbre courant, A onz. C-
res do martin, en diu le et par le mins-
tere de Me. Joseph H-mi Hoga:th notaire
A Poyt-: u-Prince,
Ala reoteP u plu: off .nt et dtrrier et -
chir-ss, ur d'an dtm -arre2u e teice, -
tue sur I'habita ion Carreap, dite For-A -
glais, sise a Piior.-Vi le, a i la t ,te de Topique D. SERRES
de 1'eea9.
Le demi-carreau .'c terre ci-dessas ddsigni Pour 1-. Chetvaux
est bornE ainsi q u'il uit: au Nord, par Gudrison rapid de Boiteries, des
Madame Vtuve Q be u ; A l'Est et au bSud, Plaies anciennss, licartU, Foulures.
pr Pe'it-Frere ; I Oueit, par le res'e de Entorses, Fluxions depoitrine,ctc,e'c.
a di-e habitation e 'e .h min du Grand- Pansement facile, rapid et d'un effect
Fond. certain. Repous-e du poi" assure.
L'adjuica.tion, u rel Ie ,h irge de l'er -
chire aura ieaisu- 'a mise A pri de trois DtPOT : Pha, macie Moderne
cent quatrc-ving:-Ji gourdes P 39O0,Rue Roux, No 108 et Rue du Peuple,
A la requ6te de M I'e. Lvyi Mo se. p:o- N* 124.
ptietai e, domicil ee A Pori--u-P i ce, PORT-AU-PRINCE ( HAITI )
sant pcur avoc ti Mes. L/ge- Cauvn .e __e_ ___ __ _...
ooferier Pierre, c intre MiJemoiselle .
Muic Chrispin, demeuant en cette vil'e. i e l eu
Pour p:us a-uples renseigneents, s-
dresser aux avocats poursuivants, rt e F.-
Zou No cu IA Me Hogarth, notaire, d- --
pomsitare n cahier des charges, rre F~- & Le aquelo.t :MONTiiAIs. sera
=ma No xi. do reto r dlmar che martin et partira
ou e 9 Sep b 9o. Lundi 13 courant a 2 het res trbs prA.
Por -:u-Piice, le 9 Sptebre 19o9. cises de l'*pis-midi 1p ur Port-de-
Moniunaa PIERRE. Pail, Cap, scales et Le Hlvre.
LAma CAUVIN. I I. ROBELIN,- Agent. I


Ligne Alias

Le steamer a ALLGIIGANY ayant
quittt6 New-Yi k er-creci 8 courant
pour Port aI-Paix. Cap, Gonalves, est
attend a ici jeudi 10 cLurant.
II par ira probal!'-ment dans la soi-
rde pour Pet I GLAv;. Jei-rinie. Sava-
nill:, Uair g ,ne, Sta Marta, New-York
pregnant la inalle fritM et passagers.


*
La malle pour I'TK'rarnger via J4r6-
mie par le INS ErTE.L FRIEDE4ICH
fermera & la Poste jeudi 16 conrant
probablement & I. hieutis de I'apr6s-
midi.
Port-au-Prince le 6) Septembre 1909.
F. HIEtRRMANN &- Co, Ayents.

Dr Edmond Heraux
Mfdecin Chirurgien Accoucheur
:168, Hue du Centre
Proctdtls mode ines d'application de
I'Electi icit6 ;u dia:tgosti- et au trai-
tement des maladies aipiu.s et chro-
niquep.
Examen micrioscopique des urines,
du sang, des s( crstions et lissus pa-
thologiques.
CONSUI.TATH' NS : le martin de 7 A
9 heT'res et Il .-i tit 2 Ileuires.
----'-- -- I -I- -i- I
VER SOLITAIRnE
CURE RADICALE et SA4S DANGER
en DoUX KEURES ar l-4 s
G LOBULES
de SECRETAN


n n RAOR SOUVEnAIN*
Adp i wlea H~potaux o Paris.
~LTL TEANS DZ UCCt*



A LILtGANCE


QORDONNERIE

42., Rue CSAUSSURMS NM DP6"T,POUR LA VENTS
Promptitude ot solo aux comman-
d*e taut ici qu'en province.
Chaussures de OamO former et tra-
vail toujours tout .e qu ii y a de plus
gouveaunx.
Former. am6ricaiue et franchise pour
Messieurs; 616ganteas t commodes.
Pour Is enfants le plus i 'als.
Travail solid exeoute ave
&as peaux de preml6remarque.
Assuraase do grand rabals.
Pates, IraOge et .Liqudde


Essayez


des d6licieux


Kola Champagne


--







I I T1TJ -


Entreprtise

D'EAUX GAZEUSES
Sx=C 3omnr:-Ar..-rI^.wn^OMB
Fond6e en 1899
21, Rue PArou, 21.
Ginger Kola
Kola=Champagne
odaWater
Siphon


I


mu-I


Laboratoire S6journ6

PREPARATION DE TOUTES AMPOULES MtDICAMD*T3MU tIU-
ULISES ET INJECTABLES.
Ampoules d'Eau de m6r Isotoniques 8slon Qualtos.
L'eau de mer que nous employons a 6t6 soignseumeat caps I otI
au delay de I'Ile de la Gon&ve. Nous faisons remarquwr Uos iM
I observation judicieuse que font les laboratoiros 6tragrs :
a LEau de mer Injectable doit Otre de fabrication r6ceato poasr a too = -
prl6ts thdrapeutiques. De nombreuses attestatloms mos Iper m st e 4
am products oat dona tons les r6sultats esp6r6.
Sp6oialit6: Serum nevroath6nique.


Ce Sr6mm rgularise lees changes nutritifa, il a 46 employ
c4s dana la neurasthenie, la tuberculose, etc.


Pharmacie W


Place


hapeaux I
Chapeaux It
Chapeaux It I
PAILLI 31 POTO-RlCO
ACCOUREZ CHZ
Feliberto Gonzales.

JOSI SAN MILLAN
FABRIQGU DI CIAPIAOX
PLACE GEFFRARD]
Sol" do Ciftw dv Ltesr.c
Pour tons le gaotk t peaour toiesn


Mr C. L. Verret
Taillour-Marohand
Donne avis A sa bienveillante clien-
t1e quo sa maison No.7, Rue Traver-
Mire est toujours bien pourvue d'une
vari6t6 d'6toffes do la haute nou-
faut6 parisienne.
QOAUT* SUPtRIUR,. Co UP *L*GATU
TRAVAIL sOIONi. ExACUTIOH PROMxPT-
Prix tras rdd4itl I
|NOR


lie magecz plus e pn


1S'il nestfaitavec la "Pillsbury's
I Best."


I


ares NAI


Buch


doela Pai


E6coution prompted et soign6e des ordonnances.
Analyses scientifiqnes et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autrea
m6thode am6ricaine ( fire y 1.


Fabrication d'Eaux
Champagne a P.


gazeuses, sirops
6 la doQuminm.


mdum Cs apdo a

el viritabe Kola'


Droguerie en gross et on d6ta


Proprdtar.: W.


Buoh


Pharmaoien dipl6m6 allmand
D6p6t de Kola-Chaapagne :
Aux Gonaivs: Madame P. Laraqwe
A Saint-Maro : Madame Martely
A Petit-GoAve : Hermaan aRdmbod a&


Grand Rabais !
JAMESTOWN TSRCKItTNMIAL IlPOSTInW ( Ig )
AS 00Fl3D .Al
Gold Medal upom

Tannerie Con.tin i
DA POlRTAT I3-Z3m.m-
ox roMm~TonUM<


~uvmu Gk "W pmbemaW 4 el mo
Vinu t.s a a
CouaLem
Pout Ilketeegrs


P.kn "'tI


L- --


La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus l6ger.
Pour tous renseignoeme*its a-
dresser A :
Ernest Castera
repr6sentant do la PILLSBURY's WAS-.
ouaN FLOUR MI.s Co MUll2AProUs
BILS

Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ
JAIME TESTAR
Le cbapelier remarquable, avan-
ta.eusement conpu,fait savoir au pu-
blic en g6n6ral et A sa nombreause
Cliontble qu'il vient de transferor sa
FABRIQUJ DE CHAPRAUX
(L'JNCIRKNN MASON DU LOUVRE )
I DE LA PL.AC GEPPRARD A LA
GRAND'RUE OU REPUBLICAINE
No 149. En face d la Paost
Le novel 6tablissement eat on-
voert sons le nom de la flour do
l'Am6rique


II promet soin
comme


et promptitude
toujours.


Docteur R. R. Ewald
Chirurgien Dentiste
De retour de Jdremie announce & sa
Clientele et au public qu'il so tieont &
leur disposition & partir de jeudi 5
da courant.
Port-au-Prince, le 3 Aoft 1909.

Franelco DESUSE
Fabricant doe Oau-ssure
La Manltatre a toujours oan d4p
n grand stock, pour Ia veto I
ot a d dail,- doe hanums an
oam e-poor
HONuu, F.s.lm, mKaum
Los command s de tomnerst
*a e emalae A peu prb.
5., RM des Frmona,
wee-s-----_ sse-- (sum).


O 010 meilleur nai
que partout
ON TROUVERA A
L'IMPaximig C. MAGLO0I
Cartes de Visite.-. Carter. des*
Valleys. Billets de hire part, et
Pour les grande command uS.
trees conditions avantagenu


Avendre


Deuxn Sen otat


CHEVAUX de TRAIT.
S'adresser au bureau du Journal


Ea Textile
Socirrk ANONYME AU CAPITAL B
120.000 FRANCS
Le Directeur de la Soci4t6 (La To
tile informe le public qu'il ad&a
db &I prEsent au domicile de la SoI
t, sis a l'ancienne blanchisserio, ri
du Magasin de I'Etat, en face do I
Glacibre, toutes quantities de feA
de Pitte et Oreilles d'Ane an priaz
P. 5 ( cinq gourdes ) les mille livm

Attention !
Voulez-vous 6tre mieux chanssdt.
11 est trbs rare de trouver dams U
m6me confection I'ET1gance et lIa
liditd.
MM. VITIELLO frbres,
lea specialistes en Clnussures p
hommes, formes franm.aises et mi
caines, ont I'honneur d'annooncr
leur nombreuse clientMe qu'ils va
nent de recevoir de nouvelles forO
a Du Dernier Cri Parisien P, dou v
table Modern Style.
Les Chaussures sont reconnuesi
comparable par la Commoditld
tours formes et par leur Solidit6 jo
& un travail entiArement fini.
La Maison posshde en d6p6t *
matdriaux de premier choix prf
nant des meilleures fabriques l
Etats-Unis et de France.
Chevreau verni, Extra QualitI
meilleure marque.
Peau jaune de toutes nuances,,
ritable Cuir de Russie.
La Quality des fournitures e0
y6es dans les souliers et les -
apportds dans la confection noU P
mettent de les garantir come
plus solides et les plus durable.
Stok de Chaussures fines po
vente en gros et detail.
Assortiment complete de cirACI
lacets do toutes nuances.
Prix fixe mais mod6rd.
Adresse : VITELLO f1a
145, Granda-Rue en face lIsN

Docteur C. Gaveas
M. D. DE L'UNiVERSITE Di HH
Consultations gratuites les I;D
de 2 & 4 heures, aprb*I3
128, Rue du Centre, Port-sA


Maison F. BRVW
19U GRAND'RUI 1
Dirig6* par
.mA&MI


g


at a


I


I


4040~