<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00720
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 9, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00720

Full Text




-An"6', N* 736
o -'dIPI


?ORT-AU-PRDINCE, Hall


Jeudi, 9 Septembre 1909.


6


J


OUOTIDIEN


Abonnements: 200DIRECJMUR-FONDATEUR LE -- -5CZN --
K~~~U MGMus .020
Tkm M.. 5.00 C16ment-Magloire-
UK e..2.20 L"nae""" 10.6u as."a s.mostP
geeTames .00 sT3R4~3uJftArthUr Isidore aoxN-tcTNADWTM1O
3U~3.45t kEN 5031, 45


CONTES DU JEUDI ddcidde A inviter plasiours do co mes-
SsiSears A me veour voir.
SMAUDRY. -- Qila8
AMOURS HA!T*ENNEi. II. DANS LA FiOURNAISE ELMIR. Paul Hylas. Reonadin,
f T 1 Lucien Montet... Je lse ai cholsia tons
lntellectuelle laids afin quo vous rnen pronlez pas
ombrage.
MAUDRY, rant. --- Cs fait beaucoup
I d'intellectuels tout de m6me.
ELaIRB, bdilant. --- An moins, ils
k oqaut petit salon aug environs de MAUDRY. DAme J'ai beaucoup A caosent an pea. C'est d6jA ga.
r.Priace. Dans une dodine est affa- fair cet apr6,-midi. MAUDRY, inquiet. Oi.. oni... je
Mo HLnrn, veuve de 38 ans, A ce Mme HILLERD, changeant de ton. .-- comprends. II eat prudent quo vous
ki bmupde qu'e le s est fai e aintel- T sales, merci pour la valour... recoviez d'autres goen. Mais si que!-
sk P. As maieci du salon, debou ,.e ^r. a qu*un de coo messieurs allait vouo
pMAUDRY (4$ ans), hoammde MAUDRY, re. -s Jo to ddfendsu d ,a. dire ?
id 6 g6ralement come me S parier do ces chonses... Ah o it n. N
e. Ce nest pas l'avis des mcs- lias, il faut quo tu vinnes passer m.o -
." -s me- ir- A aprAs-midi do dimancho avoc ma tom- dites pas d'Anoripp, meon ami. Vorn ma-
m n c affaies-, c'est me. On a fait deL tripotages.. vz blen quon 'arrive pas t me plar
SAl cos Mffi L~-, D est au ma- ._t __ .- -. .,v a.ssm falmeot que I ader.6; Mrme HLLRD, mwmen,.--- Qri ? me pour qui j'al eu un goft trAs vif du
a'- c- hap i d La "u a" en MAUDRY, sa rasseyant. -- Vos voisi- vivant de mon mar, ce n'est qu'apr6s
u prew ,cg aet s 'adt nnos... Mme Waster et sa o xr restdo halt ans de ddvouement qa j'ai con-
in-, sr un livre plac ur agud. poor compete : oh elles out commis senti A 6tro ce que je son pour vous.
Voas avez tormurn la lecturecola de o'air le plus innocent. Fallait Vos. voyez done qite la rdfltzion que
E son, d-uor voir! Chbre, nons voyons souvenir vous venez de fire est tout A fait in-
ton maria dane notre quarter, quand jurlouse poor moi.
IUHLL.RD, baillant. Oji. il vient voir Elmira Hellerd. MAUDRY Vous avez raison..., par-
IaST.-Il paralt que cola ne vous Mme HULLERD rageant. --- Oh ces donnez moi. Si j'ai expim6 Ia crainte
,bNacop int6reosae. gons... Et qu'a dit Maria ? quo voun me reprochez, c'et qu'an
HtEm sn.- Pas du tout. D'a 1 AUDRY Rin dan moment mot d Shakpeare m'dtait venu A la
It i BJzin... MAUDRY. Rien dans le moment, m6moire.
iii.-.. ~... Mals spr6s. 'a dtd chad. Heureut-
-Un peo bassinant, o psais prdeentr use dafeon ELMIRE. Qael mot ?
. long, lea romans de Ren6 --ot j i did .si adroit que Maria oat MAUDRY. Sh.kipeare a dit quelque
Ondaut Ila-arcell bleue,,,_!!
dan la Sarcell. blee, peanad6 maiatenant quoelaWaster et part queo" I home q.i a one la goe,
---A- W11 as- .. M *_ *_ I a


e poste... Elle rilme ltojours, mass u i-y p auu uomww, i W avec W esur,
le femmes osent a dissimul6es qu'on il ne salt pas gagner une femmr.'*
n'et jamais sAr de lea avoir roul6es, ELMInRE.- AhI Shi.k.pfare.. Eb
ainai j- crains qu'il no soit re.th Jdana bien I I ne savait pas ce qu'il disait
Ieoprit de Maria un rien de m6fance votre Shakspeare, annoncez-lui ;*,, de
A tma 4gard. C*eta poor cola que j to ma part.
soeassle daller a voir dlmanche ot MAUDRY. s- "#..-- ----ymanque.
dam tea conversations avec el@, d'lin- r AUDRY, p s.. J n a
sister sur la machancet dee gens. r-A p ..
uLma. ... Sols tranqoille. II not ELMIR r pa d .
en pr ebo senloA domtain, o apas ? Jo smora
rieu que je fas e poor empAcher le toA eo la atinde
.o. port atteinto a note b onhnour.t -o .... n"- .
t totoe ma vie quoae ton amour, jO MAUDRY. A domain. di heoures,
nuarai le saavegarder. alora.
MAUDRY.---Oai, c6rio. Sertoat,am- (Soet Wredm ux se. la gal rie d de-
s ave tol tea eftats. Dimanche eat va.uon doneerss echkege eux vision
premier do mois, Jeanne etPaul saernt g. i drruire lers jalousles)
, ds sforenat. Esalts tf n affection I r Was .s amitids a
poor sax -- omm thche do ramenerMLa., ---"-
imum la comaance do Muria M.--- I
E.rn.-- ,tai, dj adit do no t'1in-. MAUDRT.-- As pieLt, t iis aut gS,-
q leM-es 40 ris M n -Krel bi s I Caeasas sox en.
AUaeaT Pofesr.-Car M |
ria viet savoir nose t rom-
pao,H n 'yarait pa de charm*... Deus smaloes pros. aon 4eor.
gLMmsr, yfadd e.mi. -- Jo trouve oe Hhe ae as-w h -
Wes vei s 0 deIdre pea tmableo 'aant P d'e Lacien M as asU )1
S v- a PhysiOae dguter- mai i .n.
An Oa 1d1 xprim. a.; s ae-emedus, s ds a
MAgent .0essaeddoso adtrapsr _.. asd e a m eors perseNO a'ea p!ua A
_id at l pow-r rie...o Ieauos ei.--o ns e n eM oius
( redrl SEe.u )l el
am -ftftlr &f a& P** s* na eses .- Aris&.M *
---- que -LU =In. Cod q4 o seo pIrs
AMo -Ofti L Voe a Iss lmae M ea re-r, ,joer s ,q J1
ei Wm e..js me "is'vow mif null a ms ,


ABiLLIRD.- OAi, mais c'est IA
f- pour bdb&s.
64iT. Oh! pour bdb6s, vous
mo. Iol, aux romans de Bazin,
uas livres de voyages en Ita-
-- W...
BBlD", avec dee. II n'y a
Barrns qui m'ait donn6 la
*e I'mpagne.
TP 4ma.- Ah L.. Et... com-
hrinsB* voouas rebute pa. ?
Nullement.
a vou ls fait lire ?
a .'f Lcleian Montet...
F- i son admirable confd-
s come facteur
4 6vloppoment doe peu-.
I -1 aj' do Maurice Bartr6
la i communicative,
rvie de o I Ure.
meilena". II est
Mountt. .
Possible, main i
t quo lee asttoe.
s die pas a...mai sa-
S"et.L-Dire qu'll no


,J. tout c, c'at
~mm..15a'e~~dtowt


~uur;r


ELMIRe, minaudant. Mdcontente,
non... mais contraride soulement. Car
j'ai poor vous beaucoup d'admiration
et d amiti6 des sentiments de o(earl
Et vous, vous me parlez d'amour I [avse
horrtr) L'amour .. Mon Dieou com-
ment pout-on aimer un home ? Jo
trouve cela odieux Qaand je rdfl6chis
aur leo passed, jo me demand avec atu-
pour par quel ph4nom6ne extraordi-
naire j ai pu vivre avec mon maria!
LuctaN, ironique. Sans doute, on
ce temps-Il, vous n'dtioz pas r'iotellec-
tuelle quo vous 6tes devenne.
ELMIR. ne s aperceant pas du ton
de Lucien. L'amour mais eat-ce que
cola oxiste?
LUc.aei grave. -Pour ceortaineo gons,
non.
ELMIas, attentive.- Quellos gena ?
LuCIBN. Lee gens qui ne sentent
pal, Et ils sont Idgiorn I
ELMIRa.- Diable I Eat-ce quo par
hazard, je serain ,s cette Idgion-lA ?
LUCIBN, mali. Oh I voas... vous
-tes A part. Si vous no aestez pas, c'eot
parcel que vous tea one ddesse. .
ELMIRE, ravie. Non I
LucIEN.- ... de marbro.
ELMIRB, pirude.- Ah!
LuCImN. Mais vous le savez bien,
voy na, one statue no sooent pa.
ELMIRaE, intd, sle. A moins quo Il
statuaire soit tell meot dpris doe on
aeuvre q#'il no I'anime, ainsi que Pyg-
malion I'a fait j rlis pour sa statue
de Galath'e.
LuCIEN.- Avec 'aide des dioux, a-t-
on dit fauswm nt. Qael magnifque
symbol% Malheuaement, viia--via do
vous, jo no suis pas Pygmalion. Vous
n'6tes pas mon oeuvre. Aussi bien, vous
resterez statue.
ELMIRa, provcante. Parbleo I vous
6t a incapable do lui insofler la fl mme
de vie.
LUCIEN, avec passion, doulourese-
ment. Ne dites pas cela Si j'ai renon-
d A vous explimer mes sentiments,
o'est que j'ai encore assez do sang-
froid pour reconnaltre que vous no
pouvez pas me comprendre ( inouve-
ment d'Emire) Comment compren-
drez-vou en eilet, qu'une pression de
main de vous me fait perdre le som-
maeil I Comment comprendrez vous quo
le son de votre voix, le sourire de vo-
tre bouche, rm'. ffolent d6licieusement,
ot qua je souffre le martyr quand
vous no faites pas attention A moi.
Oh voire indiffTerence. Vous avez In
tant de romans romanesques et de pie-
Oea de thidtreou I'amourest traft6 com-
me un jeu, qu'il n'est pas impossible
Traiment que voas croyiez quo c'est 16
equlque chose en dehors de la r6alith.
ais n'importe! Si le mot eat vioux,
Is chose rest 6ternellement jeune. La
muoffrance que vous me faites dprouver
-o ce moment eat la memo qae resem-
i-t, U y a ix mile ama, p'mhome as-


_


L









v as. I *--- I-- A


tique torture par la cruautd de sa' L'humanite n'en veut plus ae cete para-
bien-aim6e... ( Elmire se laisse prenlre de don't, sur deux scenes opposes,
la nmai). L'amour mais c'est cola qui 'es principaux ac ears sont le pratre et
donne du prix A la vie! L'6motion que I'cfficier qc l/tat c vi'. C est 'amour Ii-
vous cause la presence do I'etre ado bre qui eit sa loi d6sormais. L'amour sans
r6, qu'es*-ce qui vaut cette ivresse sur pretre ni piperasse Cest cet am-u--Ia que
la terte '? Et cela nm'est si doux de vous nous allons pratiqu r A a face d- monde
respirer 1A, toute f.emassante, pre6 de haitieo. le suis ur r6formiste, moi. Je
mo0... Vous sentez le monbin, exquai- p 6che et je pratique. C est la religion
soment... nou:el'e, la religion d. Pa'is- 3emp'e de
FLMi n. la to;x altdrde. Oh tais z p us de trois millions d d6o's !- qu', a
nou ;d, ux, nous allows id fer
LoucN, arden. esqu Oh A'c:bide. pacrqu)i ne pas nous
LUCieN, ardent. qoyblement seu contender des vle.les coutumes ? Pourquo
on malheureux, si eLioyfblement des a n pas fire comm: tou, le monde ? Noas
Songe-donc L eindiaeren des am' n'aurons donc pas une belle c6r6monie ?
I'hostilite les autres, la fadeur de la PA de bee.a, pas de pr, re, pas de b6n"-
natuie... J n'ai que vous, moi A pa dorgue Qe c'est trise
come uce su tout petitbon, vus voli.alors, lIu ion libel E que dira l'abb6
tre u peu, un "lout petit pe a mos. Poncho ? It nc s;gnilera au pr6ne, c'est
I.[, i d/Jillant, heureuse. Ators, certain.
je vous ai ftit beaucup soulfrir ? To r6pondras A Poncho qu'Adam et
SL,.I. Oai... trop IEL ne connaissaient pas le marriage A I'ori-
lae. l ... a .e nbra. Bi.rs gine des temps. N us teprenons simple-
( 11 la pre,. dan se. bra. Ba) ment la tradition. Quand A la ck6dmonie,
passi onns.) t'crois moi, elle sera anssi b.i lnte, plus
ELI.M(E i cl/ -mnie E' l'autre ?.. brillante qne l'ancience. I, y aura un ban-
Hah il ne saura pas. ( avec abandon, quet, on prononcera de; d~scours oil 'a vc-
(i 1 ,e,,) 1 K puis. .c'est platoniqu Iont, axe de I'Hu nani-6, sera exaltie, on
element. vous savt z. c'est p'atoni- boira A la chute de cette Bastil'e qu'est le
qurment. ImaiIgc Et nous partiroas en voyage
[ .N, I.:..')iit ,a..- Oi0, mon ame, tout de mem !
( 11 la mange de b,:iers ) Alcibi de, apr6s ce; mots atire, vivement
: x e. 'e la june fille sur sa poitiVie. Dans 'ombic
.I.NlII:, la co' Jx ,oante. -- (. (est c !protectrice du pilier, il 1'embrasse A pleine
S. il -peare qui avait raison bouche. I1 sort ensuite lentement de 1'e-
I .t', N. -- '* '. glise.
At i ,m i.,,,ta tombcr st tte 1' I,.tule 'e L.cieni tent,,ement.-- Je vous cile regarded s'en 'aller son fiance nouveau
se r6j uir. Eile tombe a genoux,i le front
I ENANi. llBUERT. appuy6 :I la co'onne Elle essaie de pier,
W mais une main se pose sur son 6pa!ie.
LA L'cst celle de l'abb6 Po iclio.
-Venez, dit il.
Tris ylya se love, et dans ure dem-!'6-
thargic suit le Joix pratre, qui erine dans
la sacristie, fiit pas er la jeune tl'e apres
PAR lui tt fcrme la porte.
Fr- d ricL Marcelin Tris'ylya- et sa voix a son accent
Fred nric Marcelin de bataille, de joute pen la foi- comn-
m:Dt pouvtz-vcus oubler le respect dO A
TRISTYLYA la Sainte Eglise cathAliquc, aposto'ique et
romaine jusqu'a pr.ndtc son temple pout
IV I un lieu de rendez- ous ? Et comment pou-
I'c idant Its Cntr'actes- les plus vas ci vez-vcus 0ous ublier ainsivou -meme ? J'ai
- 'ie,C .e (utMt que loi l.issait I'ueu- vu ce jeune homnre vous embrasscr.
vie- social-, le' ,ur d'Alcibiade avai" pa:- Mon pere, il me parlai: d'uaion ..
i,- I avi. pr~cis6m.c it parl6 pour Ti'y- Ah s'il en est ainsi, ma fille, I'in-
ivi. !a ti'le de .\me Saintcrmise. tension peut valoir circonstance att6nu u e
tl a i naii de grand mariige I S in e- au sacrilege commis. II vous parlait done
Ann dutr:nt q l 1'orgtu gcmnissait co d'union ?
inm une ,')rterc'le le pne, qu! le cortege Oui, d'union libre. Jc ne sais pas
dutitait pour la sorie vers lagrande porte, trop ce quil diait... II m'affirmait que I'on
les deu t ju'nes gens se direnr leur mutu 1- ne se mariait plus, que le ma iige 6tair ro-
l atic ion. I)dsnet c DWsir n'dtait pas IA coco, qu'il n'y avait'plus que 1 union lib e,
ce jour, et A'cidiad-', qui depuis qunlque Itcons6cr.tion de deux vo'ont6s librement
tcmps dj\X av.it bien prepare son terrain, fo:muldes...
put s'exprimur sans contrainte Et voas 1'avez kcout6 Vous vous
l sal, : entrjit par pans al'ong6s dans tes laiss6e, ap-, un tel discours, emb'as-
I'gl'ise, dorant lr ttIe de. sHiIts d un nim- ser par lui, ea pleine 6glisc, tille mis&rab'c!
be vrai. Les ors de I'.u el flitmboyaic t fille perdue prosti:ude de domain !
dans leur cuivre ardent. Les enfants de -jJe l'ime, mon pere, murmura Tris-
.hecr acheva'c it d'6teindc Ics cinge' tylya, sanglotinc.
don't la clartf talote tfisait contrast avec Malediction sir vous, Tri tylya!
le itinssllement du jour. Alcibiade et Tris Vous avz 6cou 6 un support de t'enfer,
tyya, dans l'ombe d'un pilier, blottis I'un Satan lui-mame Vous avez profane, souil-
contre i autre, echangeaicnt lcars divins 16 cete eglise Comment n'avtz-vou; pas
aveux vu, 6 malhcere 'se, tindi> qu'il vou par-
-- ) lIv sstylvy. je t'ain !.. Je t'ai lair, le co ne. qu'il a au front ? Di .6s,
aimmu l dcs le premier iour. des quI j! t'ji n'avez-vcu; pas vu ?
vue !.... Comprnds- I l'amour '? Corn No', mon pere. 11 m'a semblh qu'il
prcnds-tu sa loi supreme ? Je viens d'ur e avait le front comm' tou; les autres.
ville on il est ti.ut-puissant, ou il r git Front d'audace de duplicity, de men-
tout, ,u il est 'I air mcme qu on respire... souge Et si vous n'avez pas vu ses co.-
Iout obit :i sa voix, toW se c< urbe d- nes, c'e t que v.us avez mal regard I
vant lui. 11 regre, il gouvtrce I' est 'e Comment pourriez-7ou; voi-, ru rest,
roi de ceate puissin e Rpublique Tens! prse come vous l'6siez dans le piege;
vS x tu une image qui sera purtant fai- de Svan, l',coutant, buvant le poison que
hie pour tic fai e comprendre ce quest centre distillait sa bauche i e fide !
majiesi ? Eh bien figure-toe qae 'A La pro hbine foi-, mon pere, je rngar-
mour li-bas est comme qui dirait un chef derai mieux.
d'Etat haitien i est tout, il peut tu t -- Miserable cria lie pa~ire, tu ue rL-
T[out se courbe dcvant lui. II nest pas garderas plus jamais cet a.re d debiucha
d'usages, il n'est pas de loie, il nest pas et de ruse Sinon, gare a toi I Je te si-
de morale pour lui. Tu saisis maintenant, gnalerai an pr6ne I Au surplus je vais voir
n'est-cc pas ? Neus subissons son empire, Mme Saintersmie.
il faiit nous courber. il faut obdir, ma chb- L'abb6 Poncho poussa ave: sudesse la
re. O6iras-su, Tmystylya ? jeane fille dehorseoleva sa chasuble qu ii
Oui, Monsieur Alcibiide. avail encore ,ur loi, prit son chape a et
Ne a'appe'le pas Alcibiade. Do .noc- s'ea alia trouper la meee de Tristylya. 11
tnoi mon petit nom. Appelle-moi Biabia- savait le grand empire qu'il avait su: elle,


de... Tu as'vu la ciremonie quivient de se car, quaque pratquinte tfervente, assis-
passer ici tout Il'heure,ce marriage ? C'est tant regu'iarement chaque matiI A la peti-,
suranne, c'est rococo, c'es vieux jeu. e mess, ellk etait superstitse aso pos-


21,8


Tomp6ratureiminimf n


(maximum 33,3
Moyenne diurne de la tempiratu e 26,8
Ciel un peu nuageix jusqu*' i h. et
covert depuis. O.age et p'u e sur les mon-
tagnes du S-d de i h. 1 4 h Gauttes de
pluie ic .-- Brise de mer arresee par I'o-
rage Barom6tre presque constant.
J. SZHIRER
Fermeture de la mall
Lc depeches pour Kinagton et Co'on
par le s/s "Sarnia" et celles pou' Ilag e,
N.w Yo k et I'Europe- via Jernmie- pir
le steamer Altai '" seroat ferrmues ver.-
dredi o10 courant A midi pricis.
Dec6s
Nous avons requ le faire-part de la
mort de Mme Vve Meugene Doudou:he
n6: DWlicia Joly.
Les funerailles auront lieu cet aprts-mi-
di ai h tures pricises A l'eglise-Sainte -Anre
D6part
Par le sis 6 Montreal a sont partis hier
pcur :
St Marc.- Mm s Ed. Lvbrousse, Andre
Mucci, Mile JosEphine Mu:ci, ua bibe et
2 enfaats, John, M ne et le depu'e J. B.
Marcelin, Preneva', Frango's Acloque, Ade-
lina Delicate.
Gonaivet. DWpu.6 B. Jean Francois,
Jules Debros'e, Wil itm Sivain, Hasbour-
ne, Lise Ste I1n, Felix jeone, Vixama Ju-
lien, Mme Gaspart Moreau et 3 infants, Mr
Bontoux, Abdalla Salomon et 2 enfants.
Em Cimbert, Sena ear S'erlin, M me Vve
S:erlin, Leb.un Geffrard, MLe C,.il-, Lys
Latortu-, general H. S: Loui, C K.w s,
Mmes M. Cassei', Tilsfeld, Clo ilde Gi'-
bert, Mau ice DOnnis. E other Co!as, E nil.e
Love,Scoers Be-tha Maria et Christine Marie
Mme Arnoui, Mr et Mine Richardson un
bebE et on snfint.
L'Abd-3l-Kader
Ce martin le sis a Abl-el-Kader a est ar-
riv6 avec les passages suivan's venant de :
Si-Domingue.- B. Katlan.
Cayes. Dtvii Mo:omb., P u' Ledan,
G. Benedict.
Idrdmie.- M, Normi Orphec. Mac
Louis Pescay, enfant et servanre, V e Po-
lynice, Mr le Gineral ct M me Mmutresor
Fore tal, Salim Badish, Jo;eph Abdo, Se-
natour Robert David, Raymond Msery. L.
Malebranche, Alexida Cornet, general Ker-


I


--.&- V42


'sib'e. Et c'6tait pricis6ment cela qui asis-
sorait I'empire du pr6tre sur lle Elle cro-
yait A Dieu mais aussi beaucoup au Dis-
ble, A ious les so til6ges qui toru cat si
protond6ment nos faibles femmes C'etait
un redres.ement perptael qve l'sbb6 Pon-
cho devait faire chaque jour. 11 ne se las-
sait pa, triumphant chaqu! fois grAce ao
supplice du f-u dternel qu'il faiss t flam-
boye- oux yeox terrifi6s de sa poitente,
gace A la chiud ere d'haile booilf ite don't
il la menaqait in se:ula sae:alorunu.
Le risultat de I'entrctieon d pr6tre avec
Mme Saintermise tat .qu'on marierait sans
dMlat Tristylya au ferb'antier du coin qu;
I'avaic de-nand6e dijA en marriage plusitus
tois et qui avait 6t: refuse parce qu'il n'a-
vaiE pas, dans la ferblanterie, one impo--
tince social suffisante. Le p&re Poncho se
charge de I'affaire. En attendant, M-e
Saintermise s'eogagea de fire bonne garde
autour de sa fille, de lui d6fendre d'aller A
l'6glise sans elle, de prier enfli Mme Cl-
leste Bonasenta e de contr6ler exactement
ses heures d'arrivee A 'atelier et cells de
sa sortie.

H6tel Bellevue--
Le mieux situd, .I plus com-
fortable.- Champ-de-Mars.-
Cuisine renomm6e.- Vue sur la mer.




R gMSEIGNBMXIITS
M ZTIOROLOGIQU Bl
Observatoire
DU
SEIMIAIRK COLLeOR St-MARTIAL
MERCREDI 8 SEPTEMBRE 199 I
Barometre i midi 761, */*8


fI-91do Aribur IA.,uj~i
Clovis C64as. H. AMc G.--Me',i
Frawk, mlep utifttal
I.Paut.peran
U eb uit lyant
4e* a o~u eileC1.ue
Esan! pani,,abaudo.g. j WP
t eretour, at Aa 11fm
Vf~ernc OsWs P d ean jai
sion d'ajaires avez lui.
.Des lestres qui icogs oat dE.
qudfs infornent qu'e M. pem
MeOuW ici vers la fina do mois Ws
do dirrig-!r los travaux doe~m
de la Casbtdiale. W fo
Nous souhaipons qut e Cte mo
eaactoe c' Dour. nous Capres, vm
inuni v cAnos le;tcc.sxeuesk
Halt' et Cuba
NOJi extr~yons do0 impma
de Sandi'go deo C ba &
adres:Ee par noire Consul it IDc
Grellier,lauI)-'A~ze, en ripass, jam
cellente no*epr!suI&igt j
:opaui505laigau.


p.


Mon cher Docteur An,
Et vinerd coaefit


Votre artic'e ur Haiti m&a a,--
p!aisir, tant d'honneur et a faitm.
tel de mon pays et de rmes co"i -
je sens la douce et agreable 3
vous dresser pub'iquemeat toor0
limitations et mues meil'eun coqa
Vous avez v6cu en Haiti, vo
point oubl:6 cc sol o6 les lhoai
bie hospitaliers et o les caun *
mandent qu'A se confondre avcsla
cceurs. C'e t beau de vote par,T'
blime et grandiose. Vous n'appla
au pays qui vous a vu nattre, "o d
partenez pas A Cuba; mais biea I I'N
nitC I Vous &tes de ces grands eqa.i
le malhear et I'adversit6 nferam
fornifient Haiti vous a reclaue etuu
dame Machos. M .rin de Casu,Vq,I
ms, Billioque et bien d'antmres
ont passe dans mon beau pays u i
malheurcux et ont garden on p 1i I
venir que je vcudrais voir Cuell
come deux etres elevds contoindi
use meme enve'oppe leurs ccoNl
penskes et leurs vies.
Be u tableau quL. les plus grands
pourraient e1preseater dans kur
dans toot ce que la peas&e poon it
come la plus pure et la plams
1'6;re cerebral.
QIe j'aiwe Cuba et la femmse C
q.i tst pour moi cc que Ditu Ia
comme t've et comme d ; coae
pure et delici u e, la femme
fiou e H4i i a, ec sa verdoyante
et sa lnauriin'e verdure, la agWVI
son sourire particulier, ses dealI
et sa coaleur d'acajou noi', ell U
l'effec de la mu''resse avec
captivants et la tonde!esse dew.
La femme cubaine, c'est le ree ,I
ve et la poesie dans la podsic, eS
min avec son ardeur, c'est la'1ao
et le p';isir sans legal.
V ui'lez 2geor, mon cher DoDt a
et vEner& conf &re, mes saluationSis
'eures.
RoCHE GUUAj
Docteur en middecinfe pi d nF
ris, officer de linstructiof pubk--
d'Haiti.
Homrnlag meri j
Dans un concert d'.'ogts
une certain p esse. a o_ S
tions accords aux popu .211
tienne, on a oub'i- ue qa. QW
taire de justice et de iopYt.
tantis decisions pied .paS le
tif ne soot pais 'oen re du u e
eur de prodamer qu1 l s W
le m&ri e e-n-u" obirain
virite violeanmena: l a s o Fihw
,aines sympath e;. .
Tout le Corps Lagis'ati',
qiui uivient av-c iM'e "
cement ire; peu Jent assr
61 e-gie ct quel d6,vo3m,
R. Durand. 1. E KOV', _Ab
Bailly ddfen ci eI1 l .tIt a
ment. Its Io le fire P-
tati-m de parade da.s
one galefri tou ous
la vue de **tz~h od 191
ails, conscienenes *r a
carac re, dddaigGat 5







goat, its out pour uivi lenr oeuvre,
god'autre satisfaction que celle do
=kc1 leants courageux efforts que
*S.emnts de Hinche et de la
C ,out reconquis kur ancienne
S ..qwe I'Erchd du diocese des Go-
C-'abieo'.t pa, rvu d'an titulaire,--
EIse plain de; Gonaives sera arrc-
KIl t vcea de la population.
as 8 t ravaill6 avec conviction a ob-
S1sua'ti ts ; its 'ont fait parce que
mardevoir de citoyens-d6putds, leur
tde 's de l'Artiboni, e.
pwrquoi done e;sayer den accorder
i un seal quaid tout ont tra-
QW? Heareu:ement que la vith .finit
..pa triompbhe en d6pit des intri-
,Jes mensonges ds politicians ha-
iai veulent se mninager les fIvears de
p ".qqils oat *ax-iu.mes pousses & la
5 qwus & les abandonner au premier
. t dCF&il. VERITAS.
* Communiqui.


A VENDRE

La halle situ6e A l'an-
P(l des rues du Quai, No
Set des Fronts-forts
B I et 3, actuellement
,mup6e par Monsieur
hbmanuel Moise.
8'adresser A Me Nar-
^s Leconte, avocat, pr6-
)amt en cette vinle.

VENTS


PAl CONVENTION
t--"


SPECIE


S6i nrtu d'uoe obligation hypoithdaire
E le It quiaze dicembre mail neuf ceni-
wper devant Mes. Monfort Solages et
Dcligare, notaircs A Port-au-Pince.
A, Inr proced' le lundi qae l'on comp-
- trcue septembre courant, a onze heu-
Ja smatin, en l'ituie et par le minis-
do Me. Joseph Henri Hogarth, notaire
S t-.;u-Prince,
IA vente :u plu: offrant et dernier en-
or d'un dem -:arreau de terre, '-
.gr I'hab:ta'ion Carreav, dite Port-An-
sise i Ptior.-Vi le, a I la itte de
ademi-carreau de terre ci-dessus design
m6 tsinai qt.'il .uit : aU Nord, par
Veuve Q be u ; a I'Est et an bud,
Itit-Frfi.e ; a I Ouest. par le res'e de
4ehabition et lcech.min du Grand-
LAi atjire, cu:re les charge de I'en-
m atUea sur la mise & prix de trois
r 'bvin(gt-dix gourdes. P. 390
I tqutte de Men e. Lvdia Moise, pro-
~.4 dowmicili6e A Port-2u-Prince,
SurT avocats Mes. L ger Cauvin et
Pierre, centre Mademoiselle
I bti. t demeurant en cette ville.
l $us samples renseignements, s'a-
K^ SYocats poursuivants, rce Fd-
Sou t Me Hogarth, notaire, dd-
wcalier des charges, rre Fi-
*tmPrioce, Ie 9 Septemb:e 1909.
PIERRE.
t GBER CAUVIN.




ABD-EL KADER parti-
5 heures precises pour
ao l de Cuba, l- Cayes,
Domingo, Mayaguez,
m-Thomas, Base-Te-rre,
*t Fort de Fr idAdl II De sera plus dd-
& bdeopassages pour
L R OBEUN*- Ajent.


La Commission
De r4partition des fonds de
Secours aux Sinistr6s des 5, 6
et 10 Juillet 1908.
A d6cidd, dans sa stance du 30
Aolt courant: i 1 de ne pas prendre
en consideration les demrnandes de d6-
livrer des dupli:ata de b o lleMins
adhir6s, ce cas devant 6tre examine
ult6rieurement ;'2 de ne tenir aucui
compete des lettres reclamant des bifl-
letins pour nouvelles inscriptions, sa
mission actuelle se bornant sculement
A r6partir les secours aux victims
don't les droits ont 6d1 reconnus d'a-
prbs le travail de classemeut pripa-
r6 sur les registres d'inscription de
1908 ddji accept par le d6partement
de l'Int6rieur.
Port-au-Prince, le 31 Acat 199W.
Le Prisidenl,
DAVID CHANCY.



Ligin Holla8daise


Le steamer I RINS DER NEDE1R-
LANDEN est attend ici dimanchl
12 courant venant des ports du Sud.
I repartira lo intine jour pour St
Marc et New-Y )i k
Port au-Princ3, G Septcmbre 1909.
Aug. AHRENDTS,--Ayent.
LA


Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUJE I I.
Avise sa nombieuse c ietiale qu'el-
le vient de rect voir. var dernier ba-
teau, une forte qt antit6 do marchan-
dises et de four.;itures de touted fral-
cheur et de toute beauty, inmporIdes
de France, d'A lmagrie et des Etats.
Unis.
Le public tl4Vgant, cutieix de se
bien chausser, vy touv ia les p ,aux
les plus solides et aux nuances les
plus varies les formtes lei p'us belles
et les plus appiol rides.
On n'a qu'A vntilr cl~z C; 1t Il ilTlA
pour 6tre assure d'tre et i aas-, sui-
vant les meilleur- !oik d(i 'onifort et
de la mode. Sp, icli'is pour dames.
Grand Stok de ciAiussur-s ;


Peaux, cirags, tf 'rmne, ito rnitres
et matdriaux divers i our coIlonne-
uie. Oa trouveia tout ce ij'i'i' liut, atnx
prix les plus mnod,'r's, a
LA CORDONNIE E NorIVKIj.:
143,GRANIDRULEt:14<,
Port-au-Prince, le 3 Septembre 190W.

ETUDE
DE
M* Beauharnais
Jean Frangois
NOTAIRE AUX GONAiVeS
XJ7, Ru' Lavul L


f

Une Bouteille d<

Soda


Sssayez

es d61icieux


AU MAGASIN


MAISON JULES LAVILLEI
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT-AU-PRINCki.


Vous v trouverez aussi l3
Splendid


Kola


(C- so~L le,. m -ill3ur;, Ics moil -II' Iiih t*" hoi Iour (1uahit6.
Les Goi~ter c'est les adopter pour toujours.


Chez App. Cipolini
55 Rue Rdpuablicsine n face de
S. Robolins


Mr


Viennent d'arriver par deinier va-
pour :
lat6l de foie gras. Siuci-ses trajfti .
Pigeon aux pois. Tapioca. ( ho ironte.
Asperges etc. Fruits cristalises par li-
vre et par flacon. Prune d'entes. Vin-
rouge et blanc. Oporto. Malaga. V.'r
nouth. Cognac. Champagne.


NESTOR FELIU
L ex -ellent taillour avantageusemen.
conuu de toute la Rpublique vient
de rouvrir son ateli.!r Rue Ftrou
( Rus 'es Miracles ) N? 61, pros dw M*
6AgAr Cauvin,
Sa nombrouse clientelea tronvtra
comme toujours toute satis.a'titc L
pour les travaux qui lui scout con-
s. Alias

Lin At las


Im~eli fir cow-11,11, .luI'te(t4loo it 'E
,'otfe port est a t !fl liti ".i vet'cu
11) Courant.

Limon et Ne\\-N'ouk preuiant la uiI'
i t et passngers.

La ma lle r~o:ur- I'l'* rangr1)'r Ar le
steamer ALTAI. vii .I-Wknie, t.1 mmpta
A la floste vofndreli Ii0 c.,uran!poha
bein-otitA ruidi.


P'ort-au-Pi ince le 6
F. IIERRMANN8 &


Dr EIlm)nod Hera'uix
ilh''ci, Chirurtiet' t Acuu' ithe6.
I('N, lRue dti Centre
Proctde'-s iinimde nes d'applicatfitu do
I'Electl icit(' all di guostic et au trai-
tement des maladies aigcie4 et chiro-
ni tucs.
Examen miimt( oscopi(qu dte urines.
du sang, des secri.tions el tissus pa-
thologiques.
CONSUi.LTATI'NS : le tnAtin do 7 A
9 heures et lesonl ie '2 t 1 heIire.
P HOTOGRAPHIE
JH. M. DUPLESS Y
Grand atelier de luxe
120 RU. DU CENTRE
Travaux de toutes sortes et do
toutes grandeurs.
Reproductions-Agrandissemeots


A L'tLGANCE
0ORDONNERIE


3M. SBEP3
41, Rae ds Fronts-Forts.
CHAUSSURBS 4N DiLPTPOULA LA V MST
Promptituda at soin aux commas-
4de taut ici qu'eu province.
Chaussurte. do Dame former at tra-
vail toujours tout co qu'il y a 4e plus
aouveaux.
Formes amdricaine st francaise pour
Mesaieurs ; 616gantes et commodes.
Pour les infants le plus& l'aise.
Travail solido ezxoutO aveo
Ie* peautx de preonmirazmarqae.
aasuramee do grand rabals.
rttt t. ClIrae. et Liquidls


products c


le Ila


Water Co

Royal kola Champagne


Royal Ginger Ale
Elle vous convaincra de la rdelle supriiorit6 de ces exquis raffraltcliisemneuts


et D6p6t:


Agence G6n6rale


DE LA METROPOLE


Champagne


September lilN.
Co A;cnti..


---









Laboratoire Sejourn


PRPPAHATION DE TOUTES AMPOULES MEDICAMKNT&USM
IAS~ES ET INJECTABLES.


aft-u


Ampoules d'Eau de m6r IsotoniquOs i0lon Quinton.
L'eau de mer que nous employons a 6t6 soignessement c ast- .ai p
au delA de 'Ille de la GonAve. ous faisons remarquwe as Co
I'obseivation judicieuse quo foot les laboratoires stranger :
a L'Eau de mer injectable doit etre de fabrication r6cesto pour avoir t ts a p-
prie6ts thorapeuti ucs. De nombreuses attestations noes p rmettet 4 Cwtiw
noS products ont donn6 tous les r6sultats exp6rft. a
Sp6cialit6: Serum nevrosthAniquo.


Ce SBrum regularise les changes nutritifs, il a ~t employ
cbs dans la neurasthenie, la tuberculose, etc.


Pharmacie W


Place


by"o -


Buch


de la Paix


IKx.'rtinoin prompt. et soignee des ordonnances.
Analyses scientiflques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autres
m6thode amnricaine ( fire essay ).


Fabrication d'Eaux
Champagne A P.


gazeuses, sirops
6 la douzaine.


matsui 'apa*s *a

et v6ritable XD@l


Droguerie en gros et en d6tail


Propri6taire : W .


Buch


Pharmacien dipl6m6 aUllmand
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives : Madame P. Laraque
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-GoAve : Hermann Reimbold & CO


Grand Rabais!
JAMESTOWN TERCENTINNIAL EXPOSITION ( t107 )
HAS CONFERED A
Gold Medal upon

Tannerie Continentale
DE PORT-AU-PRINCO
CH AUSSURES


C(:umKVu O GLAcA, pour homes et dames
VoRNIS CLIPS 4 4
(OULMUR LOTUS


P. 10.
12
12


Entant. P. S


Pour la vente on gros 5 olo d'esoompte.
---- -- --- ---- .. I I II I I I I


Webly Catts Pressoir
RUE RIkPUBLICAINE
Sp6cialit6s des articles de aellerie de
jer choix pour civil et militaire

iL O'-AL VIENNEWT D'ARRIVBR :.


ean Il


Chapeaux 1 I
Chapeaux IlI
PAILLE DX P1ITO-RICS
ACCOUREZ CHEZ
Feliberto Gone.oles

JOSgI SAN MILLAN
FABRIGUI DR CNAPIADI
PLACE GEFFRARD
al's do G.Cffre dv Lavre
Pour teas les gets at pour toutes
bIfeurws.

M' C. L. Verret
Tailleur-Marohand
Donne avis A sa bienveilante clien
tale que sa mason No.7, Rue Traver-
sibre est tonjours bien pourvue d'uno
varl6t6 d'6toffes de la haute nou-
vTsst6 paratsinne.
QuA ri SuPARIEURn. CouPS *LtoAIrrT
TVAI.L sonIGN. ExtCUTION aPOMPTv
Prix irds rdddits I


NIc mangez plus de pain!
811 n'estfaitavec la "Pillsbury's
Best."
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 16ger.
Pour tous renseignements s'a-
Ernest Castera
reprdsentant do la Pu.LLSUas 's WA .
SUoi FLOUR MILES Co MiINMAPOLvs
~- -
Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ
JAIME TESTAR
Le cbapelier remarquable, avan-
t-eusement connu,fait savoir au pu-
bUc eon general et A sa nombreuae
ellentble qu'il vient de transfdrer sa
FABRIQUE DE CHAPRAUX
(L'ANCIUMNB MASON DU LOUVRe )
I DR LA PzLAc GEPPRARD A LA


GRAND'RUE OU RCIPUBLICAINE
No I f9. En face de la Poste
Le novel 6tablissement eat on-


vert sons le nom de la flour do
l'Am6rique
II promet soin ot prompti'ude
come toujours.

Docteur R. R. Ewald
Chirurgien Dentiste
De retour de J6r4mie announce A sa
ClientiMle et au public qu'il a. tient A
,lour disposition A partir do jeudi 5
du courant.
Port-au-Prince, le 3 Aodt 1900.

Francisco DESUSE


CeAmaAQURs mmlitalrcsIma F'obelaabricaut d o.&oammur
a doelaze festre ca
PoaT=iNaAWm~uz on drip povur*LAautcur tuora40
militaires. L aaumtIju 0&p
GruA stock do aeflks ci do uu angrand stok -poor I& alemon
do aelterie. Eros Ot ond6tal(, -dochamessmcci
Bamms bmnosdemismI s4Woaers.pour
briqes I ~rIe MON==., Finuxs*Ew
pmffabougmcs dei~k~R ~ 410lurimuour pournt Me0 de
commadcs Mrs om a- t
oila" des Frets- oirlsU
:@3WlhU-Palm (Smaw)


1 4n


Doctetir C. GaveaU
M. D t)1i. .'[ N \ El ITt 'D9E AI'

de '2 A It hjeilies, apr~s-lidi.
t28, hue du eni >it, Fort -au PIO

Maison F. BROWNI
195 GRANDRUE 10
D13rigt@ par


La HODELII~m
Avne s.mre 414S0
Vient do rocevoir an graind
toff" diagonal*,Cs aimnirsEa'
te, cheviote pour deuil, eOW.
dopaticallbro'flb i 5
bee ollbctiofl do COUP" do
As fantai do 40
Sp64oia1t0 ds 00st~
Aindrtsmfe do is Id so
"a =&aonon 0fictIOn"
40uMOS i~lique14
-.dd tolma s.o ots 4o


i 1 ~~_ __


10 010 moilleur marel
que partout
ON TROUVERA A
L'I~MPRIMERIE MAGLOI,.
Cartes de Visite. Cartes de f
ailles. Billets de fire part, etc.
Pour les grandes commandos d'.
tries conditions avantageuse asert
faites.

Avendre
Deux bUSSen bon 6tat et &I
CHEVAUX de TRAIT.
S'adresser au bureau du Journal.

La Textile
SocIETI- ANONYME AU CAPITAL Dl
120.000 FRANCS
ILe Directeur de la SocijtA tLa Te.
tile informed le public qu'il aclb
dbs a present au domicile de Ia Sod6.
td, sis & l'ancienne blanchisserie. rue
du Magasin de I'Etat, en face doe
Glacibre, toutes quantitds de feuille
de Pitte et Oreilles d'Ane au prizxi
P. 5 ( cinq gourdes ) les mille livm

Attention !
Voultz-vous e're inieux chauss6?...
11 est tres rare de trouver dans an
meme confection l'Eldgance et la So.
liditd.
MM. VITIELLO frdres,
les specialistes en Chiussures poor
hommes, former trancaises et amd*
caines, ont i'honneur d'annoncer
leur nombreuse clwi.atle qu'ils vi.
nent de recevoir do nouvelles form
* Du Dernier Cri Parisien 1, do v6i
table Modern Style.
Les Chaussures sont reconnoaule
comparable par la. Commodity"
leurs former et par leur Soliditdijou
& un travail entitlement fini.
La Maison possede en d6p6t Im
matdriaux de premier choix proW*
nant des meilleures fabriques d
Etats-Unis et de France.
Chevreau verni, Extra Qualit, b
meilleure marque.
Peau jaune de toutes nuances.
ritable Cuir de Russie.
La Quality des fournitures i.
ydes dans les souliers et le
apportds dans la confection f0noW
mettent de les garantir coWM I
plus solides et le- plus durablL .
Stok de Chaussures fines pOs
vente en gros et detail. J
Assortment complete de cirtag
lacets de toutes nuances.
Prix flxe mais mod6r6.
Adr-sse VITELLO fr6rW
145, Randnd. li e ten face la Pn '


I