<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00716
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 4, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00716

Full Text



Ann6ev N4 732 VORT-AU-PaacE, aaw


Sameli, 4 Sepfeimbre 1909.


6


j


OUOTIDIEN

Abornnomonts: DIRECTILUR.FONDATEUR LK NUlatAO 15 UNTIMED
Umi Morn. G. 2.00
jpU.RIC1Tam tMows. *5.00 0 Cl enirt-Xagloire 'm'
WAITKMENTs ux Mn a 2.20 lm o aWM12l"f i @mn en
11 -.Tint= Morn 0*1 600A*umak mArthur Isidore DIRECTION- RtACTION-ADMINISTMATION
Taut Mm.. 1,8.0 41 333R= R91,45


'6 Vgants et soliales, et sinorieurs A
tout ce qu'on pi t voir a Kiig4ton, et
U y constructs dans un style tout nouveai,
au lieu d'etre des copies de ceux de
I'ancienne ville, qji ne consitaient
SOUS BOYER Lquen assez vilaines maisons de bois,et
rappelant le mauvais gout dis anciens
colons*, ces maisons par leur belle ap-
parence ext6rieure et la commodity de
W Jiho 183U ddbirqiaait A Port- lion d'escllves dmancip6s ou de leurs leurs distributions, montraient"' le pro-
E,R home de coillur et fif descendants, lesquels, au premier mo- grbi social quo ce people avait fait sous
somme d ne o nour sc ment de leur emancipation, etaient l'inflience de sa nouvelle condition po-
S aie, mu, res6ta ione prots c dans un degr4 de barbarie et d'incivi- litique." Et notre voyageur exprime
en ca mul'conre 6taitle d liation bien plus dplorabl enco-e son admiration dtonnde devant le ben-
liqation bion plus d~plorabli enco
pretagnag lord Mlnsi rave. Do qu tout ce qu'on Dourrait dire avec tre domestique, ls wceu-.s, la co idu;le
r ation de Richard hillsemble itRtice des 800.000 enclaves aujour- )ciale, leas habitules d'ordre et de r,-
rdcion et chard es coaa d'hui existants dans lea colonies an- g Alaritd des Port au-Princiens qu'il vo
iuign, eoet par lent copara- glaises; et ce tdmoignage eat celui yait vivre sous see yeux.
i vienneit ail avament des sa d'un tdmoin mal disposal et parfois hos-i E remarquez que ce tdmoignage con-
it on aissaritqu'il avait des tile ; et bien quo pour cette raison corJe avec lea recits des vieillards que
Sout des doigts. m6me, ce t6moignage a'en soit que ceux d entire nous ag s de trente A
d Hill avait pour mission de plus pr6cieux, on doit pr6sumer ndan- quarante ans ont entendus dans leur
dHiti, do se rendre compete si moins qu'il doit Atre moms favorable enfance, et done son prix A ce mot
1 de ce pays, depuis trente-sept quo celui qui 6manerait d'un t6moin connu du G6n6ral Silon n D)epuif
p oIs ptaient libres,'se montraient impartial. Mais nous en avons un de ce Boyer qai moAne qui pas fjfri"
de la liberth,- et de renseigner genre, exempt de partialit6 et de prt- A des citadins Richd H a v
d lis phelanthropes anglais tensions, d'une date bien postdrieure A c6d des citadins, Richrd a v,
tit avec philanthropes anglais celui d M. Mack-insie (Tro.'s as, et aux marches les h bitants de la c zmpa-
lent avec ardeur pour l'aboli- 'est venu qaa une Tpoqe oa les gn, ils lui firent I'. ITet d'indliviius
Mll'esclavage colonial. l afetst v uparesqenls6qui Wont aucune alii otd avec la popu-.
Sone suite de lettres adres,6es effects products par le sentiment de qui action t aricoune scolonies A eavec a pu
i d'Angleterre, le distingu6 vo- curit4 third de ia reconinaissnce de in- si ce est celle qu'lls doivent A leur
S, arepr6sent4 notre H .1 i d'alors d4pendance avaient dji commenc a commune origine ficine." L vy:.
bs couleurs les plus attrayantes. s manifssester, n excitant dans touqte geur a meme su distingu-r sur leurs
A,9 aucun contemporain n'a les classes de la rpublique I active physionomies un caractre d',il.lva-
11 Wee irs de ceatempsles Laitres etl'esprit d'ontreprise ; c'est le tmi-tion qui infiq-t qto d& plu; noblos
itrd Hill sont e n des rarp e do- gnage de M. Ri, ARDo Hm. q, fr, motifs q'-i la craiae et la sournissioi
pr6cieux d1 notre pa,,- le- otr uelle a /t, d ls arades 18 servile les font ai .'" II faut sup r
cooMimence intresser un pe et 1 condition ree des quen ce temp-, on les m4Aageait uii
iens dpu quelque temps.-Si ve nan-i d'Haiti peu. Lqur sant6 tit robust et leur
Li^ de Richard Hill ont un ca- Le petit volume qui renferme les vigueur injIniable. Les enf.nts qu'ils
tendanciel, c'est qu'il s'..gissait lettres de Richard Hill pr4edd es du amenaient avec rux en ville se faisiient
lattre le mauvais eff*t prodjit Msmoire do Claikoa et Micaulty, et remarquer pir le-ur embonpoint. (:>-
t port du premier Consul- ~- suivies des eErreura de M MAck ,nsiep, pendant, il lui app:,rIt que les ll.Hi-
S gleterre en Hati ChorTas utant peu conno et assez r tre, no is a'- tiens, en general soot de petite tai!le et
i, adressd A Canning et impri- Ions iAcher de voir avec Richard 1 11 bien l roportionnds "forts, musculeux,
rdre de la Chambrj des Corn- ce quo fut notre Haiti d'il y a qatre- agiles.' ( VoilA qui it'aiinor ; it gu6(e
e 17 Fevriar 1829. vingts ans. les corps cros:ens ) 0 rencontie clh z
I1 avait 6crit des t hoses I ex si peu d'hommes au dessus de la
ontre non, entr'atres, cette e inuantaine, que quiconque observe-
4 La forme du gouverne- Ei posant le pied sur le sol port-au- rai minutieusement une companies de
it 1 quoe l'tat moral de la so- princien, le mercredi 13 Join 1830, R'- ,oldate passant la revue un dimanche,
lin, ae tendent pas peu a ex- chard Hill fat ravi de constater qi'il les prendrait fous pour l'dlite de leur
4a- aux commotions civiles n'y avait ni bone ni ordures dans leas junesse. Lo. fait s* que tout ce qu' est
Itre: a A pine on y pense rues quii sont en gdndral dans un dtat vieux a r/ellement disja.u. Les discor- -
am n1827) qui est la plus satisfaisant ; qua y avait a Port-an- les civiles qui out ravag' le pays, il y E
e la society et tous les Prince c des bains publics excellent, .t viogt ou trente a s, out fidt une .i I
rsualtent W'ont pas l'om- chauds et froi la I ; que j les vivres de opouvantable moikon d hommes, que o
dans ce pays. a Sans toute espAce, viande *t 16gumes,Ataient "eux qui talent d a i A pr. ndre part A
a d6tracteur parlait de quatre fois moins chers quiA la Jama.- lutte ont preq e ous succomb4, et
tea.et de poirceaux dti- que s; que lea cordonniers pullulaient; (u'il n'existe plus qu'une jeone gAn,* -
I estaient les rues : de l'apa- que lea chevaux dtaient vigoureux et ration pour qui la servitude et les ba- 'q
i*0 des H itiens. Ls les anes, don't le nombre tait. im- babies d'un travail a bitraire sont des d
p'auront pas de pine mense, bien nourrisu L't ie haition ccits du temps pass. Q rind il arrive l
d irs m6chauts et leas d'alors avait ie poil uni ot lui-ant p, que I'on rencontre dans les rues de. .
at le b lois haltiennes en dtait t I'abri des manvals traitements vitillard.; homes ou fmrnes, on put Ut
tt nsatr6rent quo le rapport A cause de son extreme utility et n' diresraderetrouver encore dans leuphy c
aitttissau ad'errearsot. tait a ni arresseux, ni stupide, ni t6.- onomieet 'ans leus maniAres ce traces
t o-re tsr i'abolitionre ti. Diale I ..honteua' ae resclara ei ya emp -einat. x t
*S H ti et& la G ade- Qiant A ia ille m6me do Part-au. e ecaracetres inoffavabl.s -- Qiant
*'Ufltats actuoels (1832), Prince qui pea danu6de auparavant a. costume, lea gent de la champagne, '
Clarko et Macaula it eat avait 6t6 ravag6* par un incendie aussi bien ue ceux do la ville, parais- c(
Mtknsie et de son Richard Hill no ns dit sic'tat et en g ral trs soigneu ct
,41 r" qio-ee" e ,. n a1- d 0le com- 6grd La couleur dominant des vte- y
I as t cell du pIfa eon e-i mek o t adeedpoi O avait rebA.ti meats des feammes e t g6ndralement de di
de pr&s dun mit- on grand sombre d'ddl goe A fi g4oelqae nuan e delaas:g : tantOt une rTI


Atoffi A large carreaux, tant6t de gran-
les ftl urs sur on fonl june, bleu ou
rouge. Leur coifffure contis'e 'n un mou-
,'h:ir de in ras a *raafg/ en un gqrace'ur
ruban COtte espece de tiare, particu-
lire d toutes les class.-. et 4 toud ale.z de-
qr/. de melange de svang europ/en et
,fr.:cain, en contrastant admirablement
avec le teint noir plus ou moins tone
des tropique,, rranit I'dconomie et
1'61egance. II n'y a point de coitfure
pour l'usq et pour la gr;i e. Dans I'in-
tdrieur de la maison et dehorq, les fern-
,nes no sont j *mais sans un l6,r ichu
-vii leur couvre le sein. E'l*es font
usage du parasol pour s'abriter la tate,
mwss ne connaissen' pas le chapeau."
Et j" ne trouve pas cela si ridicule.
Ce n'est j tmais sans un sentiment de
tendie pitli que nous voyons nos jolies
If iiiennes d'aujourd'hui sortir par des
chaleurs torrides avec des jardins sur
la tWte et des boas de plumes autour
du cou. Les malbeureuses ainsi parades
croient fermem-nt qu'elles reprisen-
tent la civilization dans nos contrdes.
Ah nous avoo mirchl. .. mais
tryve de commentaires et continuous :'
regarder avec Itich Ird Hill les mec irs
de nos iaeux frai,.hement caresses par
le souftli de la liberty. II n'y a pai
*1-i rduniou de ci'oyens. quelque bien
r6glbe qu'elle soit, qui oiTre aujourd'hui
otlu d'ordre et *de came que cell de
Port-at-P?,iince. J s.nai.q la tranquillity
des rues n'est trble par de, .:ines de
,'Lbaach s, par d(s querel'ew ou par au-
run acte co,'re la dI eae publique. Anx
fontaincs, ou i nmmine., femmes et en-
fants so trouvent rassembl6s, jamai.
de r 'sx- ou do pr )pos obcdnes; dans lea
marches tout se passe avec came, bon-
ne foi etl regard reiiproques."
C'est incroyib'e Et Richard Hill
est d'autant plus dtonnd que ce fait
n'est pas le rdsultat d'une police ri-
guriouse et qu'on ne pout pas l'attri-
buer non plus a I'Mnfl xence des institu-
tours religieux ", if no voit IA qu'un do
cos efflts moraux que la liberty sale
sait imprimer au ciractbre do l'homme.
Et notre 6crivain aj)ute ceci qui a tout
ion prix : Cette d6cence de manidres
et de conduite"'fut le premier trait re-
marquable q-iu frappa I'esprit philan-
hropiqie do RO c1RT OwIN, lorsqu'il
I arqua A lacmel", ou I'avait conduit
in paquebot anglais. Apr6s avoir par-
A de ce sw tiro'nt dci convenances
lu'li trouva partout rh z Ie people et
plans la so i616 d 'H titi, it d6clara, et
I a pub'id cette d&c aration, que dan.
a Thorie doe a Scidtd hbumline et do
A prosp6 it6 d s peoples, il ne cher-
hd pas une plus gran4oe omme de bon-
our quo cello dout jouissent lea habi-
ints 's cette lie "
" CeGo fat cotta opinion qui ongag
aiss Francis VWight, cette discip le s t
oopdratrice on mrnme temp de M.
)w n, A y fire djrnibrement an vo-
age, et A remeltre entire les mains
u. Presi-lent de la RI publique lee
amIrrs -c.AvIs qu'lle avait aflean-










chis, aprcs les avoir rachet4s en Ame- 'Les onctionnaires el
rique."
Et Kiclh irdl l 0ill nous fait le tableau employs publics sout
idyllique si vant ,lt la vie haitienne *
de ce temps : Que le voyageur ob- en COns6quence invites
seOrve un i miatin les rues de Port-,u-
Prince, quati chaqu- frnille, on I.- se trouver a i Palais
ver, s nontie aux portesou aux fe National o 9 heures duW
tres, pour y sivourer le premier souffle Na io a ur u
d'nm air pir t -alutairi, il rem rquer inatin.
d'aborl1 qu'ici on se lve d- bonne
heure, et lue mnme pour cette' remi6re
Sorlie, eonisIae &e or tinriiremut aX af T
laires du manage, il y a dans toe it- & 11 T K
glitg9 .!-,I ,ibitat's une tres graiide SJ
propret.t. Eu les voyant aller le mating __
a l' t-'. d. ;tve : soic, et les jours
le fttvs ..e rne,,Ire en fouleo au cult pu- RV N1"f9 X 1GN lKENT8
l)ie, II (o,,ura s 'em,. el& r d6 leer ME:T O1ROLOGIQUEI
accoilotrl-'s siontimnWts rligieux Dins
la soirio, surlout, it rsquti'i vienne,.t O bnmrfatolre
s'a.ss-',i ul ijl It's ru's et forimnr la DU
porto .e leurs tranrquiiiles d-meures des SIMINAIRN COLLIEG It-IARTIAL
gron.p 's l'homm cet o!e t'mmes qui
0o ,Il I. w11ttt\ %!oi I journi"e, landis quE dts Barom6tre smidi 76 4
esair 4' enfaints bion po tants, bien 761,
n 1'tjran.r ojui passe et rcoit i'ex le maximum 22,1
bln (ti ,I 'us:lg.**, contemr l- 1 orJdie et
lt .. i i' ui igtentt l:tts leurs ha- Moyenne diurne de la temperature 2(,6
bl',i .ii,,s, o.t il seutira bien'o' que la Ciel clair la matinee e couvert depuai 3h,
Slibort,' a marqu6 ce people de sa nr-' Brise de mer 'us qu'a I'ordin-i-e. Pint"
bl' t g( naercuse emp',irate, et quil fine dopui 7h 45. Plu'e de 2.4 milli-
1'i ,ez (lii, gier ni tA Fes in.ipirations ni meirs.E lair.-Biromatre presque constart,
A s.s lier:ails." J. SCHJ.RER
:, t' n' -t pas tout, c:ir Hill nous ap-
Ir,'iit itle It d(icoratlion des maisons Revue du M orch6
r.ton(ill ti :t boi gtL <1 leurs con La fievre de la speculation s'est emparne
t, ,i.to.m s .'atc-jou si riche de nuat.- core du march et durant la derniere
Ce.- 1 ltd <- lnts qpie proiluit le pays huitaine, I'or est deveiu 'element rate,
est tlavvil .. ,ir les lieux min nes parl qt. 'c. taux les plus 61evis ort 6ct at-
de.s 'li !'s haitioins (0 I braves dbe- tc nts. On parole d'u *miirre. de la place
;,'/', lc tranti,loini-nt on meu- qui au ait drain 1u-e grande parties de l'or
bles c ut s. I,-s gl.ices ienfeirm6 s pour le rcvendre A -on gotit t au taux qui
dians les 'al.lies do 1s I'or mnoul", les ltei scea le p'u profitable. II en sera ainsi
va,.es i.,, p'rcelaine garnii i!4 11 ur.s juiqu'au 15 Septembre prochain. En atten-
artili'ille, donnent -A I'lhtbitation du dart. le petit commerce qui avair corn-
sirn Ie p .rticilfier d' ll iri un air de luxe menc6 Ac rendre I la raison, en baissant
que 1 LEuuoe nie dpdaierait pas." un pen les prize, est oblige de suivre e!
(:Cimmi A tout [.tbleau il faut ,l-s on:- courant en les haussant mainienant en pro-
bres, prenons ces derni6res chez un portion de la huni;e du change, et le pau-
autr'. vov i~.ir galrnenl t a Imirateur vrr cn onma'eaur e;t oblige de payer les
ds II .itiens,, Victor Scho"cher qui vi- ditldrcnces dc change mame lorsqu'elles
sita Ie >:ys ldix ars plus tard et que ne sont pas couvertes par lei perdants"
citit I attre jour Nemours Auguste dc la h-ute banquet.
s is !ornger ia mal. II est evident qu- notre honorab'c Mi-
II n'.'xi.te pas une maison, dcrit nistre des Finances doit preidre, ei I'ab-
Sclii'ljher, tious disons pas une seule, sence d'ulne loi sp&iale rtglemcitant les
oi' iI \ ait dui luxe ; pas une cit I'on transactions de la place, des measures sd-
trouve un tapis. ILs families les plus veres en presence de ces proc6d6s qui jer-
" hionoi tbles habitent des apparte- tent le d6sarroi dins les afliires.
ments doepourvus de tout, le paper y A l'ouver'u-e ce mtin, on a fait 450 o;o
est une rareit, les murailles sont bat- po ir lc cash
bouiilles en blanc, A la dttrempe... II On a vendu hier apras-.miii A 435 oio
u'y a pas tie femmo au monde, avec sur le 30 courant c. 440 010 sur le 15.
laquellt- il est plus difticile d'echanger II y a eu p une ,lIt serious, qu'avec une haitien- France; le course rest nominal A 2 zi2 010.
no. Tout le jour devant laur porte, aw- Lei ch&q-re sur P.uai sont tcujours d&-
sises sur une chaise, le dos renverst laiss6s. On a fait cependant quelques pc-
contre I inuraillo av c les pieds de- tits chiffres A I olo
chauss6s sur les barres de la chaise, les chequcs sur New-York font 112 010o.
leur vie se consume dans cette po,- Le nickel cst toujours 2 112 010-3 010
turt, a r''egar;iIlr les passants, ou A re- pour les petites pieces et I 114010, I o[o
lev t sur leurs tpaules la robe qui n'y cicon te pour ei pieces de P. 0.50.
*I- i : .: -._* 11_ -I


lieni jamnais, parce qu elles ne se do. -
Dnent mi ne pas la peine d'en nouer la
ceinilum o.v
I til el iicangement en di ans !
Est-ceo que, ipar hasard, le souttle de la
libel t in'aurait faiit que passer sur nos
titcs I? En tout cas, c'est allaire a nos
Mociologues o'exp!iquer un pareil ph6-
nom&ne. A moins pourtant que nos
peychologues interviennent et ddmon-
trett l Richard Hill nous a points
ent b(ieu. Mais c'est 6gal il nous a
points tbit ite )utrne de quoi nous
S1ondo1ios i'e a ses mAnes.
F. 1.

Secr6tairerie d'Etat
de 1'Int6rieur

Diliaiiche 5 du courant,
S. E. le President de la
RB lunl'iqtie donnera au-
dieiet ; al 'occasion de
son depart pour Jacmel.


Marriage
Cc martin a 6t6 c6~lbr6 A la Cathenrale
'e marriage de Mile Cecile D6lorme avec
Luc Caillard, aidc-_amp ac'if du Presi-
dent d'iaiti.
Les jeunes 6pout ont 6t6 conducts a
1'autel par Mr Candelon FIigaud Sc:retaire
d Etat des Finances et Mue William Hu-
neck.
Haiti Politique et Litt6rai-e
Parait au;ourd hui avec le sommtire sci-
vant :
Au MATIN ET AU NOUVELiSTE.... Fiches :
Li besogne LUgisl ive ; Anto ne Laforest,
La semaine LitL-,aire ; G. Palovosky, Po6-
s c :Soir de Plu'e ; Edmnond Laforest, Ure
niche de fieur Solon Menos. Le vrai
Ouanga A. F. Battier, Le Cauchemar
Evanoul ; Franiois Xsvier, II n'aimzit pas
A nrie ; R Loi d'emprunt, La mode ; Gce-
ceilia Ve'liti, Petites rooes ; A. L ; M'c-
Dona'd et la Commission Tecchnique.
Nomination
Le gderal B fort ijunc, aid .-e-camp
actif de S. E. le PAsident de la R6publique
a &e6 nomme ispec ear general des travaux
publics.


Tel Cs le titre d'un roiveau qu3:idie
u~ic notre conf,&re Ar har Boinefi',comme
irec'cur prop!i. alre, fait iditer i son Im-
primerie r&emment install. 1; est com-
merciale, agticole, et d'aroices, et paraltra
sou1s ru.
Tou:ours A notre ami Bonntfil nos vaeux
sicrc&es de bonne reuiisite.
Cin6matographe
Mr Gon( z, Ic sympathique ente,'e.ecur
du Cinematograph -I .the, :c fit pir notre
o-ganc., ui v6 i ab'c devoir, en I:issan'
pcir Jacme', Jd presenter a I'aimable po-
pi'ation por.-au-princienne :e; rerre cie
ments les plus s-nc&:cs p.ur l'a;cuei qui
lui a etd fait.
Aprcs un sdjour de quelques !e naines A
Jacmcl et dans les d tffrentei villes du Sud,
1'entic, reneur sc propose de retourner ici
oti il nous off.ira une m.-gnifique repri
sclation d'adi--u, en so'ivenir des heu'we
agreables passes dans cette Capitale hos-
pita'ie-c c charming e.

'Nous cxtrayons du a( on'teur .
RAPPORT


r Cours de Bourse
Or Amiricain comptant 45o
N ckel escompte 3. 3 1i1
Billets de cinq gourdes 1 112a 1 14
Traites 90 jours de vue sur Pa-
ris direct, prime 2 I11 3
Traites sl Himbaurg-Paris 2 114 2 113
Traites sur France documen-
Staires prime 2
Cheques sur Paris prime +4112 4 314
Transfers par CAble sur Paris 5
Cheques sur N-Y. prime 112 314
( s) 15 et 30 Septembre 435
Consolides 6 olo avec int&e:s ai
partir du icr Join 43
Consolides 3 oio dito 23
Emprunt 10 Jinvier 6 010 42
Emprunts dits Provisoire 6 olo 41
Tires bleus 2 1i2 olo avec inti-
re.s A partir du icrJuillet 20 o
Titres roses 2 I[2 0oo 20 C
'Bourse de Paris, ii aofit 1909.
Emprunt 1875 5 oi Fcs. 241
1896 6 olo 0Soo
S Lie T61#graphe a


Conseil des Secretaires


d'Etat


SLCRl.T.uIRE D'ETAT DES TRAVAUX PUBLICS
( Suitc et fin )
EXAMEN DU CONTRACT ( R'sumW ).
President,
Mec chers collegucs,
E, ce qui concern le coitrat,ipt~s l'ex-
amca consciencieux qui ea a 6:6 fait pa,,
la Commnissioi sp6ciale d'inghnieurs nom-
m6e par le Departeme.it des Travaux pu
blics, mon opinion est qu'ure aussi grosse
ent eprise n'est pas cr rapro:t avec la si-
tua ion conomique tt finance e actuelle
de la RKpublique. Cela ne veut pas due
que nous ncui pronon,;ns radicalem-nt
contre le project Mac-Donald. Noas de-
rnandons sculement qu'on le proportion-
ne A nos force Ainsi, ro :rquoi re cons-
truirait oi pas le rdseau par tronqon allant
de ville A ville ? Oi se rendra t tout na-
turelle-nent compie de la capacity finan-
ciare du demindeur, en m6me temps qu*
on se premu .irait contic les graves en-
nuis. qui p-urraient no-i' veiir de l'inac-
compi ssement de nos e gagements con-
tractuels, L'expiience acquise par 1 utab i -
sement du p:emier troncon, soit pour la
construction et I'exploitation soht ei ce qui
concern l'ijflu:nce doi chemin de fer sur
le d6veloppement conoomique des regions
traverses strait d'un profit Evident pour
tout-s les parties. Elle permettratt no-am-
ment de poser des conditions plus stre;
pour la construction des autres tron-
qons et, cn .ugmentant les risquei pour
SEtcat, 'exposerait A moiis d'alas.
Lu construction gin&rale du r6 eau de
Port -au Prince au LapF-H I ien sst an v.-
ritAble saut dans l'inconu.
Lr prudence la plus 6 mentaine nous
commaude de re pas nous y lancer A la
'g6re e: d'aler scion nos iroye is.
Le contract M c-Doiald prtvoit I'itablis-
semetat d'u,. chemin de fer 'de Soo kilo-'
me6tres i raison de P. or 20.00 par kilo-
,mtre, ce qui faith une dipena. cos-'


oi
010


moe pure qui avait garJI I l
par le Miaistre des finaces $ a
de la Recette et de la Dd ,m
du paiiment de sla valour dueo A


____~__


k


-----;t~L;


traction de P.io ooo. Co e
0 rapport 6 o lo d'int- ret'et C ft
o tosrtewent par an, que l'E_ at 2P
or Poo ooo000 a taux ac' i
gonrdes qre la Rdpubique a..
Sannuel'emen, ?u Concesis1* 1 M
vent en aucui cAs cou.rirC om
On Ie ait. De plus, stip u u

0- M is les droits saur campeche
0'et autres bols qui sont p o^ or
garanie dnaterets re rappo tent uP..
SIoo 000 environ par ap nc -csr
Sde or 6oo.oco par an et pour
Sannle, pendant one longue Chio"
temps que le Budget aurait i co3vdL
consc:ince, (la R pub'ique est-el e.e
de s assumer one pvei'k repos j
Je crois que non. Ic crois qu'tlS
regarder a dit fois avant de .nou "
entrainer A de; aventci-. ,u bout A
que le; on voit mieux des tiuine et l
disastire qLe cette pros*Eti : p-obUm .
oe qu o-i fait miroiter a nos ytut. %
dit bi-n que la seule exploitation dead
r6ts da's la vallie moyenne de-l'Afttijh
te donnerait A PIEtu let c;oyens de i-!
face A la garantic d'intir&t. Danm ce
pour wener les chases ave; plus de uS
tule, on devrait commencer cette ei
station avant I'6tablissement do ch aemi
fe-. Et puisque M. Mirrch nous fit e%
dre, qu'un coitrat pour le commerce 4
fruis doit et e p-opose au Gouvetanem
it 'c-ait logi- e dc subwrdoneer le cm.
t a, du chemain de fer, mame par ttbos
de ville A ville, au contract poor lei'
station de; fruits.
.Li Commission d'examen Ia contitg
a supprimb tout ce qoi avait trait as
obligatois. Le G-u-ernemcat n'a pItf
pr&ter an concessionaire l'appoi de WMe
nom pour finance son cn reprise. D111
partic financiere du con:rat de M. Me#-
Donald, if resultait,.que I'in'ention dan&
rnande ir en concession ntait d'engiger &I
rectement le G-'uvernemeat vi-Al-vis 4
cheque porteur d'oblgation en painicalii-
en faisant signer par le Gouvernement laI
ob'igat:ons 6mises par lui Par measure 6
police, le Gouvernement ne reut qu'ei&-
cer ui droit de contr6le 'sur le$ moym
financiers employs par le concessioanau
co-nmre d'ail'eurs on l'a fait pour les auMs
companies existantes, lPcion-Ville e60
autres, o& les obligations soot aisesiM
le contr61le du Gouvernement. Mais le
de demander la signature du Goovtemi
trcn" et pir IA zrmc de garantir chaqu
obligation, constituerait an engagPt
d'un danger tel qu'il est impossib e aNO
ooint de vae. d'y consentir sans metK
e i p- it de trns graves interats, Le r6lsi
I'Etat doit se border A garantir 6 o0o d'fr
trkt ett o.o d'amortisse neat pour lea
vital de construction r6sautrtm d'uncti
kilomitriqu* de 20.000 dollars. C'est t.
C'eit A M Mic-Donald A savoir s'il p
;ente A l'exruieur la surface suffistat INA
financer son 'entreprise. .
Ei rdsumC,;je conc:us i ce qu'iloWitf
ti-u* au contract initial d! M Mac-Do
en igard A la situation &conomique a
nanciere ac uelle de notre pays, nu
le construction par trongon de ville
%le seut pos'ib'e e. en rapport ave" na0
vens et le scel pour lequel nous pOi"
dans I'htat present de nos fiaancersl
notre arde it dsir d! sillonner la nn ld
qu- de ce merveilleuc instrument
gras q-'est le chemin de fer.
PTIoN PlERE*-AlWM. j
Port-au-Prince, le 26 Ao0t 19o9


BOITEAUXLET TR

Port-. n-Princ, le 4 SeitemabrC
An Directeur du JournalI E. V-l
EVEo iii
Mon cher Dire-teur,
Ma'gr6 la note exp'icafwe Parudo"
Matia'.du Ker S:p'eoabre 0 ,...5
ttes dlurn pubihe par I jV3 ..
Sen," du 3 du m-me mols, d
t~resss persistent toujcurs tdtfe Jl d








e vis tfourn;r cs quequeETUDE I La Comm
a r Pblic impart ial qui DE e reupartition do:s
tc n verdict au suiet de En Beauharnais Secour0 aux S t ist
EyS lr Bean et L1o0 Juillet 1903.
'nre qu est m Jean Fran oS Ad6cide, dans sa
dimarches pour arriver ~ A docid6, dansI sa de
6 icitif de cette palpitante NOTAIRE AUX GONAiVEs Aoit couranti: Io de n
Sin-6rt aait aujurd'hui 117, Rue Lavaud. I vrer des dupli aa
0s:tS de paiemefnt ? Serzi-ce 7.
e tde ncore la liquida- ahirs. ce cas de,.ant
ie ret qrder lei-mncorme prcipi- LA ult6rieuremen.- ; d2 t ic r
S pess.oi', en disaut qn'il Cordonnerie Nouvelle compete 'trerla
SA clettre vouit m ,oa pre letins pour noutrcles i
p.lcetire voulans eit '" Txae- mission actuelle se bor
e l nation sinitr Sil '- r A r paitir les secours
e Ion tac l e de cetten letrecom- f..1 do it les dioits ont tdid
iotnlsssrc de cette lereo oMo- pros le travail de class
pi Uti, de Paer 50am ss'on GRAND'RUE 113. rd sur les registries d
1 moment se fiit-il encore que Avise sa nombreuse c'ientele qu'el- dnt ieur.p par
il tait en pourparler avec le vient de recevoir par dernier ba-
DoieTrfsorier de la Commission, teau, une forte quantity de marchan- Port-au-Prince, le 31l
L 2 uae combinaison pour REGLER dishes et de fournittres de toute fral- Le Pr/sident,
S atisicet:e athire ? cheur et de toute beauty, imports Le
mrhD. Chancy, home de prin- de France, d'Allemagne et des Etats-
i. trh tnecs et caractere intransigent Unis. -- .
k Sremset re la lettre en question Le public le1gant, curieux de se A VE N I
d'tir on aperu de paiement des bien chausser, y trouvetia les peaux
a.66,. car (n .upposant qae dans les plus solides .t aux nuances les halle sit
Illt it urve uit un accident subit et plus varies les formes les plus belles
i P e;soi, (cc qui ne serait pas et les plus appropriees. Qle des rils ell
a usique) qui erait responsable de On n'a qu'A venir chez G.11 PI'TOIA \ t d rdes di
u'ear:i ce n'st le Pr6 ident 'e la pour ,tre assure d'etre cause sui- 71 et des Fro
qni aurait dblivrd quittance vast les meilleurrs lois du confort et
nc oime qu'it n'avait jamais r de la mode. Sp&:ialitds pour dames. No I et a'tu
? .... Mr F. Marcelin, acica Sccrtair Grand Stok de chaussures ; O
deiances n'avai -il yas sigaL unior- Peaux, cirages, fwrmes, fournitures
pFieatnt pour ls CINQ. CET MI.LE et matdriaux divers pour cordonne- Emmanuel Mol
El Sacordies par le goavernemlent ie. Oa trouveta tout ce qa'il faut, aux d
pl NMrd a[xn si-itrs ? Depuis tors, prix les plus moder&s, ;i S adresser a
i valcur a Tresorcris a-t-elle payee ?
...trs seulement et pourtant, d'apres LA CIRDONNERIE NOLUVEI.LE ces Leconte, av4
livres s Commi3 atiat et du Minis*&re 1 3,I.GHAND)'RULE 1 '3,
fiurces, le government ne doit plus Port-au-Prince, le 3 Septembre 1 V9. Sentl en cele VI
an:ite aux sinistris II tait res.erv6
uiruneretrt pa'cne' du Gal Simon -
er viritablement ces intressantcs A
en payint les d.cix autres tcrs. A ELEGANCE
M, D. Chincy. en laissanr la Icttre HI A' R
knent entire les mains di TiJ'sorier -,TA I
conmission, Mr D. DWjci-, apres QORDONNERIE
ciMmuniqud bien en'endu A Mr "E1CR, S ECP E
Sieien refusalzt d'accepter les 50o. PC
p rdes par moi:, ce qui fait qrc les 42, Rc: d-s Fron::-Fort<.
is ne seraient payves qn'en Janvier I C usu:,Rizs
sri procbaine, a vou'u tout simple- o iu d 6T.' OUF LA VKT ne
prIipiter le reglement dbfinitif dede Promptitude t sia ,u ux comma-
t.ffire. II a done agi dans l'inter&t 4s taut ici qu'en pruvine,.
wicitre; et surtcut dins cc'ui du gou- Chassures de .u iv turtL ? tra- A l'honn,-.ur d i,'frm
nt qui tient A ce qce lesP. 166. vaTi toujoars tout ce q il y a ds l s jeudi 24; Aoit aot fnztit,
.66. soieot rdparties sans retard A ces noutvaux.
ates vict imes. Forms amrincd.one ,t tfra.naise poour to Sandwvicli, Cot
&iM Presscir s'itait rappeli que c'est Messilurs ; 601eactes at commodes. du soir ;
p(ie qui I'avait recommand6 ;u Mi- Pour les *nfauts s pluskt 'ais2. 2o do la OCrC n- A I
Mirceli, a!o-s qu-! ce! ui-i ve nat a cr
r Tei, aoeis a qu ceBqui-ci ve nat Travail scld.5 ex6cut6 av-c 3 heures du ',r.
amer lereins la Banquz, p( tir lde*s peau .:-: pr,=n:Are arque.
oitr de la Rpubliiu:' aujou d'hui, il s pura 4 La h ab'e dl h .- era .
i'Surit pes mis dais l embarras pou ti- Assurauce dd grand rabls. 6e de chacu,.
2 pinlekdvjeu. 0 bliL-t-il dejia que Ptai Cirags t .lqaides Maladam" 11 V MAN(1
not qu. u s at 6 le chercher en bug- .Made *m" ilE.- IAN(s.
11!tchezloi p:ur le cond i e au M ---- I | ri de s '.- ,-sv,.s
Ie;etlen pr6serce de Mr Ch Des- VENTE DE BIEN DE MINEULiS i no musi.I ,. 'l .iisle et
ch(fde division aux financ's, mon ---.
l prgntant; au M nis'c M ce:in di:: 0. fait sivoir A t u; cc x qu'il ai'p- -
rle d'Eat voci l'ihmme quii con- tiendra qu'en veut i du d j uge:nent dui Tr -
le 11i dor .1 :rcis jorus rour duie bunal civil dc LPot- u P iace, en dre du
iadesournau, de la capitate si ouit ou 26 Juil'c 1909, homo gaant la Jdib'r -
Valttpas connaissance de c:tte iettre tion du Cons it de famiic des m ,J, ,A'-
t delai, so2 sai'ence scra po.r tout le bert, Jeanne et Alphonse Rcster, cn date' Une Bouteille
u ? dwimente affirmation des faits do trente Mai de la present ann&e, i sera
bae n croye I rMon cher D dlproced le Mercrcdi quinz- Septtembre co -
..AS.^t mahroyez le, Men chefD rant, neuf h ures du matin, en l' t dc S 0(1
a, nt iane u malheureux, car M, et par le mini~tec de M Charles Mill. ry,
-, te rre et moi, nou; avons notai'e A cet c r~sudcice, : la vente au plus
P-u dans de trls bons termes ; offranttt dernier cachdrisce'd'une proprit-
e ldrfta 'i on e. la digniltd de t. fonds et batiss:s sise en cette ville, 'u
dqujie tens tcut ici bas, snt Ambricaine, de ving et ua pieds de f cde Oal Gill
reconnaissant et b:en dod, sur quarante deux pieds et demie de prc- a l G
i moinMande de dissiper ce fondeur, bornee u nord par F. Can eau. Elle vous convaincra de I
Squis plane ercore suar sa tte. an Sud par une portion de la merre prc-
Smoan cher Directeur, votre ri6t6, A lEst par la rue Am ricaiae c A Agenc<
'I l


gBERMADOTTE CHANCY


1 l landase

IINS WILLEM, I partira
tlUn a 7 1/2 heures pr1-
Ik6mie, Cayes, Jacmel,
Pft 4 Septembre 1909.
MENDTS,--Agnt.


l'Ouest par le rest- d: ia propri.e, sur la
mise A prix de hut cc uts gcu-des, out c
les charges de I'c chore, cy. P.8oo.
A It reqoute de lad imc Vve H:nry l c -
ter, proprit;ire, dcem-urant c domizi i&e
A Port-au-P since, :giisan: en sa quali ~de
tutrice l6gale des miners Albert, Jeanne
et Alphoase Ricster, ayant pour avocat Me
Aug. A. H4raux.
En presence de de Mnsicur Ocar Racs'cr,
propritaire, demcuran: e, domicili A Port-
au-Prince, subrog6 tu car des dits minetLrs.
Port-an-Prince, le 4 Scetembre 1909.
Ave. A. HikaAUX, avocat.


mission
s fonds de
r6s des 5, 6

seanee du 30
ie pas prendre
nt:nles de d'-
do. lIalletins
S1ro examine
ne tenir aucun
mant des bu'l-
lns'r*ipiions, sa
nant settlement
aux victims
reconnus d'a-
semer.t prnpa-
inscription de
e dtpartem iit


JI 6tel Bellevue-
Le mieux sitnu, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars.-
Cuisine renomm e.- Vue aur la mt.

PHOTOGRAPHIC
JH. M. DUPLESSY
Grand atelier de luxe
120 Rug DU CENTRE
Travaux de toutes sortes et 40
'outes grandeur.
Reproductions Agrandissementa

Le Magqistrat Communal


A' t't 199r. I't ie !'s commeiwants et en g6n6ral
!ousles contribuables die cette ville
de vouloir bien fournir aux agents de
mD :IIAN-(;. la:;.minune charges d'tablir les r6-
-- --. les d'imposition-s, tant pour droits de
R E patentes que. pour droits locatif..
tons les renseigntoments don't ils peu-
6 e i l'an- vent avoir bi sotn pout la l oune ex6-
-cution de leur travail.
i Quai,N .......-
mis-forls mESTOR FELIU
element N T


Monsieur
ise.
Me Nar-
ocat, pr6-
ille.


RANT


1, cel lent taillleur avantageusemenl
coninn do toute la Apoublique vient
de rouviir son atelier Rue F6rou,
( Rue des Miracles ) N" 61, pris do M"
Ager Cauvin,
Sa noinbreuse clientele trouvera
comme toujours touted satisfaction
pour les travaux qui 1ui sprout con-
9162.


BELLEVUE


Plac4 du Champs-d4-Mar
)RT-AU-PRINCE (HAITI)


1-fc una lice


Ier s~ oui Cux &lz1t- et V -i 't iv; 11 C.'t p rtidu
I'.t~.)IS-e~f.Hti tilendra -'I bur (1i51)r),itli(u :
nso.n4 n,!nsto-aii les jur.de *t'I AGheures

a GP'Ll jti~ et 1,-! Iiimtowlte, t partir do



~''t ~Ist'arc''-~i i'e ~*I ii 111 *mvr, par



EssW1ayez


products de la


des dl6icieux


la


iljer Ale
la nt~alle sup Irir'Iti d earltais raitAclumssainouto


e Gr n6rale


et D6p6t:


AU MAGASIN DE LA MtITROPOLE

MAISON JULES LAVILLE
93, RUE D)U MA.GASIN DE L'ETAT
PORT AU-PRINCE.


Ce sont les meillaurs, les moins chers pour leur quality.
Leas Gotter c'est lea adopter pour toujours.


.Water CO

Royal kola Champagne


Vous y trouverez aussi le
Splendid


Kola Champagne


-=


- =M


,J, f I'tC Ll I,-)Pridaite


6


























Grand Rabais!


JAMESTOWN TERCENTENNIAL EXPOSITION ( 907 )
HAS CONFERRED A


Gold Medal


upon


Tannerie Continentale
DE PORT-AU-PRINCE
CH AUSSURES


(CHvYRuAU GLAC, pour hommes et dames


P. 10. Enfants P. 8


VWRNIS CLIPS a 12 a 1U
COULBUR LOTUS 4 a 12 4 10
Pour la vente en gros 5 olo d'escompte.
I _1_


Pharmacie W


Place


Buch


de la Paix


Execution piompto et soign4e des ordonnances.
Analyses scientifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autres m4taux
m6thode amdricaine ( fire essay ).


Mr C. L. Verret
Tailleur-Marohand
Donne avis A sa bienvoillante clien- I
tWle quo sa maison No.7, Rue Traver-
sibre est toujours bion pourvue d'une
vari6t6 d'6toffes de la haute nou-
veaut6 parisiense.
QUALrTI SUPaIBURs. CouPS LigeAwTr
TRAVAIL sOIOat. EXiCUTIOn PROMPTs
Prix tris rduits I


Ne mangez plus de p9n!
8'11 n'estfaitavec la "Pillsbury's
Best."
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui product le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus l6ger.
Pour tous renseignements s'a-
dr r A :
Ernest Castera


repr6sentant de la
sutx FLouR MiLs
BIL1


d'aprbs la


Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops et veritable Kola
Champagne & P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en d6tail


Propridtaire :


Buch


Pharmacien dipl6m6 allemand
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives : Madame P. Laraque
A Saint-Marc : Mdanme E. Martelly
& Petit-GoAve : Hermann Reimbold & Co





SUOUT AGOREABLZE -CONeJiVATION AR#TVAiTE
TOUX RHUMES. BRONCHITES, ENROUEMENTS
INFLUENZA, AFFECTIONS DES POUMONS
Rue Rpoubtlcaln. n* 121. PORT-AU-PRINCK. HA'I'TI. ST LI ~ p HOViNC:s.
I-- - I--- -


Laboratoire Sejourne
SEPARATION DE TOUTES AMPOULES MEDICAMuNTfUSES ST


tRi-


LIS.FS ET INJECTABLES.
AmnpOUlSs d'Eau de m6r Isotoniques selon Quinton.
L'eau de mer que nous employons a 6t6 soigneusement captie an large,
an delA do l'lle de la GonAve. Nons faisons remarquer an Corps mdekal
I'observation judiciouse que foot leas laboratoires 6traers :
g L'Eau de mer Injectable dolt tre do fabrication r6eeote pour avoir touts -ma pro-
prait s th6rapeltiques De aombreuas atttatloass om peornttu t do eUtler que
amo products out aosa6 tons les rdueltat esp6ru. m
Sp6cialit6: serum nevrosth unique.


Ce Serum r6gularise leo changes nutritifa, i1 a eti employed
o dasa lis neursmthbie, la tuberoalose, etc.


MeYC Bm*e


PILusouir'a sWASI.
Co KINVxZuOuIS


Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ
JAIME TESTAR
Le cbapelier remarquable, avan-
'agensement connu,fait savoir an pu-
blic on g6n6ral et a sa nombreause
clientele qu'il vient de transf6rer sa
FABRIQUE DE CHkPIAUX
(L'ANCISNN MuAISON DU LOUVRB )
I DR LA PLAc GmFRARD A LA
GRAND'RUE OU REPUBLICAINE
No 149. En face do la Po"e
Le novel 6tablissement est on-
vert sons le nom de la flour do
1'Am6rique
Bi promet soin et promptitude
come toujours.

Docteur R. R. Ewald
Chiru'gien Dentiste
De retoor de J4r4mie announce & sa
clientele et an public qu'il se tient &
leur disposition A partir de jeadi 5
da courant.
Port-au-Prince, le 3 Aout 1909.

Francisco DESUSE
Fabricant de ohau-sures

La Manutacture a touaours A- dm44
an grand stock, pour la Ivate t
gros et ea detail, de cbaussau e
tous geared pour
HoumMs, Fumas, EKnaMs
Leos ommandes des coSmerqaats
do lit6rleour p4wrroat mre "ezdcatl
lass use aemad 4pes.
2- Ra* *mo uagn p r.
3, Rue -Aeerots=F(et, 3a )
, yoaRU-naOaim (mum)


FELIX MAGLOLIf
AVOCAT
113, Rce du Centre, s.

Aveidre
DoUX-bUSsen b:,, 6wet ,I
CHEVAUX de TR UIT.
b'adresser a-i bureau du Joirnal.

Buggy neuf
T 6 solid A vendre.
S'adresser au Bu eau da journo.

La Textile
SoclcrTi ANONYME AU CAPITAL 01
120.000 FRANCS

Le Directeur de la Soci4t6 cLa T..
tile informe le public qa'il ac it
dbs A present an domicile doe la SoS.
t6, sis & Pancienne blanchisseri,e rm
da Magasin de I'Etat, en face do' l
Glacibre, toutes quantit6s de feuilis
do Pitte at Oreilles d'Ane an prizdi
P. 5 (cinq gourdes ) les mills lim

Attention!
Voulez-vous 6tre mieux chauss8 I..
11 oet tr1s rare de trouver dana
m6me confection 1'Eldgance et laS
lidit6.
MM. VITIELLO frbres,
lea sp6cialistes on Chaussures pow
horowes, formes franchises aet aa
caines, ont I'honneur d'amnodicr
leur nombreuse clientele qn'ils vini
nent de recevoir de nouvelies fotst
* D D Dernier Cri Parisien P, do "tN
table Modem Style.
Les ChawsuresU sont recoOnueS
comparable par la Commodlt6
leurs formes et par lear SoliditU4 l
A un travail entiarement fini.
La Maison poss~de en d4p4t P
matdrianx de premier choix pr&
nant des meilleures fabriques df.
Etats-Unis at de France.
Ohevreau verni, Extra Qualith, Ie
meilleure marque.
Peau jaune de toutes nuances, "
ritable Cuir de Russie.
La Quality des furniture
yoes dans lea souliers et los
apport6s dans la confection noO M
mettent de los garantir colM nP
plus solides et les plus daurbles.
Stok de Chaussures foes pou0r
vente on gros et detail.
Assortiment complete de cirago
lacets de totes nuances.
Prix flie mais modErd.
Adresse : VITELLO fa'l
145, Grande-Rue en face Is P* o


Docteur C. Save
d. D. DE UL'UAVRBSrrt DR HARIF
Consultations gratuitos leea L
de 2 A 4 beoures, P apI
128, Roe da Centre, Port-'WP"


Dt bIuw


8ANs


TopiquO D, 53539
P#,wr le Cbws"
GuiulaPS rapide
PiIe ibo eU-b

IDtPO? htm'
NOe WIN4OIvIdS'
0 a b (Sm


PR


mm l mwmm &


dMN4MOMM


q


&