<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00713
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 1, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00713

Full Text



tlr@i~i.Ann6, N O729


POIT-AU-'RINCE, S~m


i


Mefore ii. 1i Septembre 1909.1


nm a


J


OUOTIDIEN


Abonnmomnts: DIRECTIEUR-FONDATE:UR CNIE
fW1w MNUKm.. 0*0.Go. 2.00" numo 15ii)
i~pAUPIR Two. Mon.. a .oo Cldment-Xagloire *u, .- .

Tao. NES .00~ArtlhurIsidore DIRECTION-RLDACTION-ADMDUISTBATION
sA"GKR ....... Tagns Morn. 8.00 33ll,4


QUESTION D'E

UN LIVRE NOUVE
UN


I. Abel Faure vient de faire parai
ini Paris, sous le litre L'Individu
i nl dipldines, un ouvrage traitan
I'enseignement, ou des points de
a tris justes et tr6s precis sont ex
avec vigueur, sur lea diff6rentei
rem des programmes actuels do
ni gment qui se donne on France
Comm notre enseignement d'ici es
aual de celui-la, Ie livre de M
re ast aussi pour nous d'une 4gale
1ii. II1 montre d'une facon trbs heu
6,eatre autres choses, comment ce
1nmgnement et notre facon de prati
lwr i examens, engendrent dans
refit de g6ndrations scolaires l'ou
*aidamc et la vanit6.
A ce 4ernier point de vue, on a en-
mt vivant le souvenir du singulier
ttdale provoqud a Port-au-Prince.
Iw cette pudrile question d'examon,
So disproportion avec le deplorable
allutier qi en risulta pour un fils de
Waile de plus intdressants.
lou na potrrions donner une mell-
kS idde dulivre de M. Faure et de
IWear pratique, qu'en reproduisani
ISepte-rendu quo lui a conasacrd
dm derniers fascicules do la Science

Svolu"me est la suite logi qu de
thsj o l'esprit d'aworit don't
M Ivo dit le genre de valour dans
lhtmde fdvrier 1908.
ha l divide la 'esprit d'autoritd,
yrait montr6 comment, dans
st, educationn non seulement
ddvlopp6 lea qualit6s qui
29.Pl pre personnatlit6 de cha-
r" mai leur avait opposed,
Sd temps, do redoutables
l .O oeula des esprits tout a
Wtl avaient pu surmonter, et
aec quelled regrettable d6per-
etor! foyc"aI
r'O rid d, t Ues dipldmns,
commentn, actuellement,
ruldt6 de France, et dans
8atkionis d education qu'el:e
It son orbite, la situation
1*10A 'a 'devise : ala vd i.
Woe eat celle qi cultiv lIts
Abel Faure ait una Ih ,u-
otrain coltre lea m6lhoJes
Si 'doulsent a eoci : de-
certifcat d'tudes jus-
atsa doctorate, jsqau'"ain
it" aago, so farcir la
tfSi de manuel,, oCezvres
0111o, qul lalasent par-
rnts des r6altt6s, des
"T 8re st 61 de devoirs[
vie.


,NSEIGNEMENT

.AU
E INITIATIVE UTILE.


a Encadr&s dans un vehement pla
S doyer, ce livre fournit, en abonlanc,
t des faits et des raisonnements qui dt;
e blimaent trop clairement. h6las qu
- 1 l'Universit6 est une monstrueuse fml
s chine A fabriquer les dipl6mes, cult
e vant avec bonheur les qualit&e inferiel
* res, telles que la m6moire et la f icult
t d'assimilation des choses exterieures
adistribuant l'dducation classique a pri
e r6duit.s, a confdrant non le talent,mai
- la permission de fair nartie de la cor


tr&i noble de renouveler le stock de ge-
rf1ration-s inutiles form s et produitad
dlans le pays, depuis cinquante ans,
par des proc6d6s ddplorables et servi-
vilement copies du dehori par une
prochaine recrue de g6ndrations plus
robustes, mieux armies pour les luttes
de la vie, et qui pourront, quant leur
tour viendra decontinuer le grand elTort
national,si sterile jusqu'ici, mettre elles-
mi- mmes la main A la pate en se retrou<-
?,. sant les manches, au lieu de s'Igosillei
a- come nous A appeler I'Mtranger et les
ie moyens extbrieurs.
a- Je stis bien que I'Ecole seconlaire
i- dle gar, )ns ne fait que r6aliser I'espti
mu-, eme de 1'enseignement en vue duquel
t" elle a 6t6 crdbe. Mais, si l'on tent
1, compto des obstacles de toutes sortes
ix qui contribaient A perpdtuer ch'z nous
ls ces routines funestes don't, en France,
r- e livrA Yrini ua i .a A %f A .. a L te. ..-


lit ureu ement unD tin traglque. Pris dans
une SRLrici&erc avc quelqies-uns des silna,
il fat live A u ie co'.r uartiale qui dJoana
son execution dans les vingt-qua re heures.
E i vain all g-a-t- lalors,commea ne circons-
tanceattinuantc A son cas,qi'ilne stvait pas-
mcmine le nom duI gtadral pour qui l'ou
0t ulait le armes. O.W ne I'dojata pis.
Dans sa pochc on trouva I'acre de vw ite
qu'il devait (fire si: ier le lendemainu
Mme Sxintermise, de la petite propriety
du qiu:rrier Stinte-Anne. Ceite circwistau-
cc provide tic' l sau ,a ce dernier bca di JL
famil'c
Mme Saint-raise ne ruanqua pas, au
Surplus, dc i oer tout ce qu'elle put de la
dispar tcon prema'ur6e du colonel Esp're
Lanourr. Comnme il avait et~ mral A toluces
L-s intrigues, qu'il avail etd de tou; les
camp!, q le tous les part" pouvaient le
revc idijuer, elle n'cut pas de peine A
or mlver n DOI a mrh'i 5nrAc 'I II -


--- .. .. -... .... .--- .- -- -7 1i*iv i i T iu V u ill u ee I t ai|au re e s- t* u v V q` Kq u U 1o Jpr s. avec u nI
t portion des gens de lettres., sais d'avoir raison; les families int6- gouvernemenc now.'c.au, une place Wtri ho-
a Avec elle, les jeunes Fran tii.s em- ressdes sauront grandement gr6 A Mr notable de vi:tim..
s ploient toutes les belles anndes tie leur (hlancy de son utile et intelligence ini- II n'exis-c pas A Haiti dc b, can :de ta"
jeunesse, non A f ire fructifier leurs tiative. bac IA 'usagt des t in uc- on fill.-. dcu
dons naturels, mais A s'exercer en vue L'\U. martyrs de la liber.e. O:i y rmtdie pir
r de la preparation au concours dci tcrntci viagercs in.crites au Grand -Li-
*Pour elle.tout home qui os- avoir LA vre de la Drie publique. lMm Sain ermise
du talent san avoir des dipl6mes est fut comprise parmi cclles qui Fo.v.aent.
un intrus fornim par la nature., l!nfSSiO In u l t vci tard, pr6:endre a cette rcompense
L'Universitd s'imagine avec candeur national : Cdepuis dcvant ela Chapb itdcli D.-
que tout s'enseigoe A condition de faire piul qu te.vod t n Cn i s Dg in.
parties des mati res d'examen. Inscri- PAR mpuets qui .Vpit:on A t oxaen d, cornie
9vez sur les programmes : qualitds mo- mnt sa pit.s o A ISexamen du comet
t rales, courage, dnergie, persivdrance ; Fr d ric Marcelin compeat. Ses titrs acqu 'rai:nt ainsi t n
interrogez 1'examen : tous ls candi -- caracte tend'andscuablque annutenticil don-
data recus seront propri6taires d'un di- TRISTYL.YA E attendant, chaque anne on lui don-
pl6me qui attestera ofli.iellement qu'ils nail, ves la tin du mois de dcembre, le
sont empreints de courage, d'dnergie et II- Suite lavage des cinq mtnisteres p. ILi fire
de pers6v6rance." Au quarter de Saintc-Anrc,dans ,ie re- ciab'ndre pa ienc C't ait a i tCver apprnds.
Mr. Faure ne se content pas de tite mason A avant-corps, 6troite de f'qade, 'b.s simplemcnt, de boi mais, avaont
critiquer ce qui sefait dani I'Universith; mais don't la coar trs prof.nde I, fisait I'arrvve du personnel, Mnmc Saintermise
il d6veloppe un plan d'dducation et d' communiqucr par derriere avec la rue pa- s,: prntai 'av Vc quclquc s soldats qu'clle
tudes autrement formateur, dans son ranl!le, libitait depuis de long.c; annues racoe'ai du poste vosin qc ou'elle pay. it
chapitre sur les m6thodes pour 1'ensei- M"' Saintermise et sa fille Tristylya. r s agreement parce quell leur affir-
gnoment du latin. La dam, dait propri6taire de la petite mait uc c'dt it on service de I Erat. [ile
A lire aussi le chapitre : L'E lu- maison C&'ait, du reste, tou: ce que lui leur I strib-ait qatlques sceaux. On ou-
cation frangtise et le f6minisme ', o01 avai: a'ss6 le colonel Espare Lamour, de vrait !ic robinets de la cour. On inon-
I'auteur se montre psychologue tr6s tin qui c&le avait ea Tristylya. II est de me- d.i ks csclli:rs, les buieaux, les couloirs,
et tr6s avis6." me it exact de s'expriner de la sorte, car toUt,: lcS picci. Et on s'cn al.ai, sans
ce bien venait de la mere de Saintermise et rien frotter, sans rica cssuyer, san. ri n s-
S*I lc colonel pass dcce monde dansl'aucre au cher... LUs emp'oy6s, 'i miniires c.x-
Nous manluerions ii A un devoir de moment ou ils'apprmait A levendre,comme mdmcs dtaient qui tes pour barb.ter toute
justice si, pendant quo r oas sommes il avait dbjh iit de deux autres proprietis la journo dans la boue, dans I'cau com-
sor ce chapitre de la r6forme univer de sa femme. me de; canards. Cettc o,)ratioa, bon ai
sitaire selon lea tendanci, tries nettes La fa;on don't le colo :el l-;pare Lamour mal an, rapportait A la fernme du fasi'lt
de I'esptit molerne, nous ne mnntion- quitta cc monde ne fat pas ordinaire. 11 deur cents goardes nettes. C'dtait so i seul
onions avec bo. heur I'ini iative que ne le qu ta pas de sm plein gr. M'W6 A revean pour 'oue l'annoc.
vient da pren ire I'Ecole se ondaire de tuates les intrigues, A to tes les agitasions Heueu;eme it pour sa mere que maji:-
gagons, 4diiS~e p ir notre ligne et mo- po itiques, A totes les coispirations, 'A te.iant Ti ty'ya ayant grand cummen;air,
est- ami, r. J. Clh ancy, par la cr&d- toutes les rivolu ions depuis nombre d'an- de .01 c6t,:at g gner quelqueargent chez
tion r6eente d'un, apprentissage des pro nies, il avait adopt et rratiq cette de- M.\-n Cles c Bonavent're, oA ell :tail
few ions manuellek. vise : Touj, urs p-rd Qaand il su venait conttrie c
Les meillearei chAnces de relbvement dns ue' runion oi Ion d&icdait d: I Tris:y ya a lait sur ses quiaze ans. On
de ces profession. en Haiti resident, prochaine prise d'armes et qu'on Vo a ine peat pas dire qu'elle etait jolie, mais
come I'a justement penad M. Chancy, le metrce au coorant du nom du chef du cl! c.ait admirab ement fire. Une grande
dana Ie Lit d'incllner vers elle 'esprit Cnouvement, des principals disposit ons A douct ur, repandue sur toue s personnel,
des gdndrations scolaires ; car c'est adopter, il s'clii nt, impatiemment : lui seyait A ravir. Elie s'habillait sans au-
sulesment A lpcole que de jeunes ta- rCe oes sb peine. Vou;prnz cone pr6tentioon, cependaat avec un gou t
len ouonns et ui s'ignorent ls arme ela me sufit. e n 'ai pas be- s ir qi faiit de sa simple robe en basin
enx-m6mes trouVoroot, dans a pdriode soin de savoir pour qui" Mettez mon nom. piq l, de son chape u en paillasson, treise
utile, A s'ffirmer et so perfectionner. J sis es v6tres I dans leurs longs loisirs par les hommei de
M. Cbancy a I'ambilioa tlA s 6loevi et Ce beau type de revolutionnaire ea ma.- police do Mirchi Debour, d'an morceas de









ruban noun autour de son cou, une mer-
vAill de gtAce ct de f aicheur. T"'s soi- 1 1
gnae, les soutiers bien cires, ses bis tires
avec soin, elrl donnait au lus haut degr6
1 impression d'un truit sain, savoureux et RE SEI
desirable. Elle avait quelques classes, lisait
avec correction Marlisse, roman locall tre' MKT]
discut6. Si elle metrait courammcent quel- Ojl:B
q te fantaisic dans son orthographe, elle
a,,-ait pu prdt id c qu'ellc devar, it la
rtformer, mais elle ignorait qi'il y iut une SIMINAIRI CC
rtforme -cidante ct cl'c fjisiit de !on M,,
mieux. i
l.'at 'ier de couture dc Mme Cdlestc Baromitre A midi
Bonaventurc dtait at, bas de la ville, dans
ia (Cranl'Rti, vis---vs de l'h6 cl des Po remp6rature
te Ttistykla, ap ,s avoir ; id st rrn e aux
diff6rents soins du petit mtnagc, bu sa t .sI Moyenne diurnt
de cafe noir en grignotant tin morce.ru Ciel clair la mat
dJ pain 1assis, avant ae traverser I1 lice, di et ccuvert de
roelr al'cr pen olus loin prer d-e le deruis midi maod
tramwi\'y, passait abo d cheque matin A Orage au S W ct
l'\.lise. I.lie t it situde A t-c diz /inc de Bructe Baromer
mctreC environ de soi lo. i i. G rt'c cnt
A cettc heur: matina'c, il n'y ava-t qliV
qclques vieillts fcmmet pe dt es dins 1 Tribun:
pri6re A I'ombre des ( iliers ou ag nouil- SEc
I&es devant leur prit-Di u. Mais assew
s ,AVt-i 1 u.-i il y avait qti 'qu bel1u mi- Un des aigles d
ri ge c-1btid avec pompe. dans 'c temps pc
L't. ise Saint -Anrt jouiti d'une favc-ur I li'ai c Cc'un-:i r
rnm ndaine '.pdciak : it est de ban ,on no-aires A Me Col
' .'y mnarier. Dins ces occasions-IA, Tris- son client.
t\ \'a palu'is toabliit I'hleure. Ille s pl .- On ordonne la
S d'a ord pres dJ lI po.te pour voir
- ;c'ndrc i mari's lo grand landau dor&, Par dftiu Josep
le. voir gravir les miarchc; di. perron v(ir colas ,oit condar
le cort>4e se iormcr, marcher A pas co-mp ds de petites valeurs
.*r le long tapis iougc et pd6ntre dans Le prerric, est cona
I'dglis.. A',rs e le se hitait, b.us.u'anr, d'emnrisonnnmpnt


" U,-.'tc un f -i trop, les invit s. pour
cot!rir au premier rang pres de la balu.-
trade du clhcur. A'sise commod6ment et
tie lfaon i b ca reg.rder, ellc nc pe'dait
a,,:un dl tail de la cdrtmon'L. "'izts scuvtut
C de sts amics, Desinette DUsir, qui
dmin(ait A peirc une mue p!uiloin, ve-
n.,it I'v icjoindre.
4 suivre


L';S SOUSCRIPTEUIRS
DE
L. Lnprunt de G. 2 .500.( 00


4 :oll-on. Lucas et Cie
.\ et .1. lite.-l
S. N\i as .reres
Mirne Plh. Kietler et Cie
W\ebly Pressoir
)ilinois et Cie
C:harles Ddlinois et Cie
4) to Bieber et Cie
I'. Lambert
Roberts, Dutton et Cie
II. A lack et Cie
t;. Kt itel et Ctie
Mine Serre
I.ouis l.ota
Mme Aug. Estt.ve
\. de Mattdis et t ie
I. M. tRiclihardson
t;. (:za\ko\.-ky (C.ap)
F. Elie
I(oux et Cie
A. Bacha
N. loutros
Etieuiine tils
dMichel Oreste
EJ. et F. Mews
Aug. Ahrendts
I.. D'Espinose
Itobert Nortz et (Gie
(jiovanni Baratto
Jobs. .1. Jacobson (Cayes)
F. Meyer s
Will. Suchtintg
~. dtie Lain et Cie (Gionaive
U. I). Jacques i
R. Sanchez c
C;. A. Mac (uflie
P. de M& 7a (Saint-Mare)
P. E. Painsou
S. et NM. Zrike
A. di Guglielmo
Dr Aug. Comeau
lenri Greger
Archibald J. Mc Guftie (Gv
Simmonds fr6res
F. Ch6riez
A. Bienaim6
Vincent G. Maklouff et Cle


G. 1i8.o i)
70.0o) o
50.0 4)0
10 000
17 000
17.000
90.000
15 000
1:,. 10))0
1725.000
21' 0tM
10.0000
10.000
180.000




110 ()0
17.000

8:.5000
10.0cO

6000
70.000
:15.000

1i".000
.15000
40.000)

25 000

15.000
20.000
15.000




:0.000
1 0.000
15.000
20.000
25.000
15.000






15.000


G. 2.500.000


GNEMENTS
GOROLOGIQUzS
rvaatolre
DU
)LLiGIK St-MARTIAL
3 r AOUT 1909
761, -/*8
'minimum 24,3
maximum 34,1
e de la temperature 28,2
tinde nuageux l'apr6s-mi-
pti; 6 h. Brise de mer
rbe. Halo solaire i 3h.
NW 1 6 h. do soir.
tc tdgerement ea hausse.
J.SCHfRER
aux de Paix
fION Norn
II rc it barretu pluida
u- le efu c de payer les ho-
brct William qui assigue

comparuiin des parties

h Clesca et Ge)r e; Ni-
nn6s A payer sans delhi
dues A divers'ddbiteurs.
damn6 en outre A 6 mois


*
Simon iBonavcitu e, agent de police
est d6biteur d'une some de 16 gourdes
qui lui fut pro'de par Marie Jn-Biptiste.
La cr&ancie e v.' ,tre payde.
Le 'Fibunal ordonne la comparution de
Roche Parfait, secretaire au Burcau Central.

Ie fermier de la petite boucherie de
ctte ville, Tha';s TIn Mrie r6clame de la
dan c Sainte 1- paic ncet des droi's comm.u-
naux.
L'affaire est renvoyde.
C) D46c6s
Une dp&eche dress e ain : lin annon-
ce la mort aux Cay's de Min -Vve Di cs-
TRO, mere de notre agent M Jocph De-
caftro.
N-s sinc&res condoldances A la famille
6preuvde.
Commr ssariat de la Banque
C'est M. R4musit Pi r',c qu'.par decision
de S. E. le Pr6sident de la R^pub'.ique, a
&ie nornm6 commissaire du Gouvernement
prds la Banque Nationile.
Tribunal de Cassation
Le tribunal de Cassation s'est r6uni hier
sous la pr&sidence du juge Denis et a ren-
du un arrtt qi.i rejcte Ic pourvoi former
par les siturs llcrrmarn & Cie contre le
ijigement du Tribunal civil de Port-au-
Prince du ;o av i 9oS, contradictoirement
rendu enter ari ect le citoyen Charles
Sambour, a'ors adminiktra ear des Finances
de Port-au-Prince agissant pour l'Etat e"
en son nom.
L'accident de Co astard devant
la Justice.
C'est hier, en la Chambre du Conseil
que !e jugc instructcur A. Jh. Dupont Day,
assist do juge I. J D6sir et du supplant
de jugc A. G. V.tel, a rendu son ordon-
nance au sujet de la collision survenue le
quatre juillet dernier entire deux trains de la
Comp"gnie des Chemins de fer de la Plai-
ne du Cutl de Sic A Coustard, commune
de la Crtix des-Bouqu :is
La Chambre du Conmcil a ddclar6 qu'il
n'y a pas lieu A suivre centre le mdcani-
cien Jules Turenne, le renvo'e de la pre-
vention, ordonne qu'il soit mis en liberty.
Eile dit que la Compagnie u'est pas p&-
nalement mais civilement responsible.
Ele declare an contraire qu'il y a lFeu I
suivre centre io le sieur John H. Woolley,
agE de 36 ans, sujet anglais, electric;en e
sous chefde It gare du Nord, nd et de-
meurant A Port-:u-Pirince, 20 le sicur Thi-
lisma Hyppolite, age de quarante neuf ars.
peintre decorateur et '6!Ephoniste de la P.
SC. S. A Coustard, ne aux Cayeset demets-,


rant A Port-ac-Prince,-en consequence les
renvoie devant le tiibuial corie:tionnel de
ce rcsso7t pour y ,re jugIs coaformiment
aui, articles 264 c. 265 da code penal.
Contrat Mac-Donald
Voici la conclusion do Rapport de la
Commission technique charge d 'todier le
contract Mac-Donald.
Pour finir, Mr 'e Secritaire d'Etst, la
commission croit devoir vou; soumetire
les deux observations suivantes, 1 s'ins-
pirant de I'erat 6conomique du. Pays, elle
pense qu'il conviendrait, ne serait-ce m6me
qui pour se rcadre compete de la capacity
financi&re du demandeur, de lui proposer,
de constiuie 'e rd c.u proie- par section
allant de ville a ville. It serait toujours
termps, lc p-c-uier troncon consttuit et le
Gou : cement satisfait, d'autoriser la cons
traction des au-tre fr ct:ons avec l'assenti-
ment des Chambres LUpislativei.
2 ElIc c,>tmc que le contract de fruits
don't il a et6 question publiquement ces
jours derniers ,crait suscepib'e d'amenet le
d6veloppemcnt agrico'c et economique des
regions traverses par le che nin de fer et
que par consequent it serait sage de subor-
donrer la construction de la voice ferrde A
la signa'urc do dit contract des f uits.
Vcaillez agrder, M. 'e S:cr6taire d'Eta',
I'vepression de no:re parfait d6vouezent. J
.Maximilien, Lou;s Roy, ing6nieur du
Gouverncment, -F. Diret.
Cartes vendre
On trouvera A acheter aux bu'eaux do
f(a tin et 1 "- tIel 'Bcllvue, au prix de Troir
gourdes, Oe. caries d'entrde po2r la fete de
Dimanchc A Pii )n Ville.
Priere de !c picser, 1! nombre de ces
cartes 6tant limit.
Toujours
La ques ion des Sinistr6s
Mr PRESSOIR REFUSE DE PAYER
Communiqud.


Milgrd la lettre c',i e par le Ministre
des finances, I'honorable Mr C. Rigaud, A q
M- J. C. Pressoir ronI' 'ioviter a computer ri
les P. t66.666 6b aux sinistres, letter qai p
pent &re considere comme nan t ordre de n
pavement qui lui a &t6 communique& et r
qui estforcdment en dr6o: ertre les mains c
u Trlsorier de la Commission, Mr D. Dd- 'ca
joie, puisqu! la va'eur n'est pas encore tou-
chie ; malgr6 les dimarches rioteries -c ies ei
par Mr D Chancy, le distingce president m
de la Commission, ;sipris de cc Trdsorier I b4
pour obtenir le paiement integral .t imme- a
diat des P. 166.666 66, ce dernier ayant s
offer de verser seuiement P 5o.ooo par pi
mois, ce que la Commission n'a pas aecep- t,
td ;;usqu aprbc-t Mr Pressoir refuse d'exkcu-
ter l'ordre du Mtmist:e et de donner pleine ai
et entiic satisfaction aux Sinistrds. 16
Pre id-il done la caise. publique pnur sa qi
chose ? Attention M)nsi.ur le Tr6:o- di
river !......, ta
CY NisTats.
Succ6s Universel : re
Divine Imploration, c6lbre valse lente t
E. Doisy ; a
DanFcs nouvelles A P. 2.50o :
Fwo-Step-gilop-valse Parfum d'Espa- pi
gne, valce Iota ; Select, double boston in- n(
international, avec th"orie ; Qaidrille am6ri- lil
cain, avec th&crie ; Mousm6, danie japo- lif
naise de salon, avec thdotie ; Farandole,
danse Provenqale ; Bombita Macia ; Tropi- d
cal, habanera ; Skating, Pas des patinturs,
avec thdorie ; The Two-Siep, avec thio-' =
rie La Reine des Reine;, two-step ;
Toute la collection des aeuvres de con-
cert et de sal m de L. M. Gotis chalk,
ainsi que la collection de la mu;ique es-
pagoole d'Auguste Vincent.
En vente : chez Em. Benoit Armand, i5,
rue Lamarre iS, Port-au Prince.

so
La Commission bi
Do rApartition dos fonds de de
Secours aux S'nistr6a des 5, 6 c9'
et 10 Juillet 1908. ja
A d6cidd, dans sa stance da 30 de
AoAit courant: 1 o de ne pas prendre be
en cousiddration les demands de d6- qv
livrer des duplicate de bulletins v
adhir6s, ce cas devant 6tre examine
ultdrieurement ; 2 o de n tonir aScan s
compete des lettres r6clamant des bul. et
letins pour gsvlles isertpUoww, sI


I- II- -








Va-ict et I'autori* de_ m pa- et qu'il est parfois bien compromettant
appel 1... Oh non I Ce.t d 'sster A loi assurer le premier pas. Et
mM-tdDt", uB guemer farot- pas ce conseilter n'est 6fidle qu dins le
,Ceit M: Alh6 mar Angus e I moment mame, cclui de I'erreur ca 1 pe -
dg Cip-Haitien larmi ju;qu u< usiste A nous conduire.
Smes sent des joumrnaax ... L'iostant d aprs 6 le lache nouv abin-
, Position meme bien 6quivo- donne sans defense i la justice inrtdrieure,
St-il, consie Throdoric Legrand A 1 indiscretion de la renommee et au coup
.emrell-s des frires irritds, on, de l'opiiion, bou-rean aveugle e inexora-
odebert,trompantamis etenne- ble. It nous fit souvent peaser, di e, fire
onles uasecles aures au grand des chues si horribles qu'aussit6t co-s
Ire d'Occident ? Sentinelle, nous sentoas petits, vils, m6prisibles,
cdteuz a nous-memes.
i d'ecrire, il y a on reu plus Nous se stoas alors qu: nous avons faith
moo article concernant 19'rec- un trop grand sacrifice, ce!ui de la dignity
sAAd da bourg de Ouinaminthe huma ne. noas sentons que nois .i ons
eu d'arrondissement, lorsque j'ai immole I quit6 A ce qui n est rien en
MOr aff i'e au cabinet de Me soi; et avant que la raison pub iiue
L..ste qu&, aprts m'avoir servi s'empare de citte grande cause nous
s. an gracieax compliment don't entamoas le proz.s en nous memes. Tel'c
d'satant p!us gr6 que j'en corn- est reu -are maintenant "la situation de
t la vwlej, m'a present' pres- Me Adhemar Au uste, one des gloi-es du
de 1'antre Ile grand reproche barrean do Cap-Hal ien, qui compete de si
;i I'au'eur du project de loi fiers defenseurs du droit et de la justice.
cit' d'adresser anx habitants de Car on ne dit pas A un people : Vous
J, tamn donned !cur ardent desir avez trop de jus ice > On lui dit : a Vons
asalltion do tribunal civil qui n'en avez pas assez., On ne lui dit pas;
er. a Je vais restreind e le nombre de vos j.--
pi qu je n'tuses p:s avec moiU ges. On lui dit a Je vais les augmen-
adre honn6tement la monnae ter.s Oa ne lui dit pas : a Jc vais 'es re-
si fia.-ment frapphe. Cependa-t e iir to ajours lon de vous O. 'ui dit
lte ce n'6tait pas la peire, ne'au contraire : a Je vais vou; rapp-ocher.,
s croire Me Adhemar A- g ise C mot est one home, un crime. II faith
capable d admettre one sim 1"- horreu- quand il tombe de la bouche
dtux que tiois si viuiblemnent et d'u- homme de loi, come ut b'asph6me
sent dissemblab'es, la creation des ievresd'ua pratre,il dit alors autre chose;
%a commandant mi ivai e, et il depasse son vrei sens. Qcoi Vous refu-
e.nt d'an tribu al. I sez la jus ice A raiion de mi le cent soixan-
i, t est permits A n hommne d':- te dix huit gouid:s par mci;, A ceux qui
ite fAib'esse, qu'on pett bien 'ui envcient annuellemeat sani murmurer plus
tout quind on a dte si bien de quatre vingt mille do lars par an A la
'ui Mais croire qu'il se sertit caisse publiqu:, pour re par'er que du
I comme d'uie armed pour rou; Fort-Libertd et de sa banlieue et pour leur
derrie c, tanlis u'on Dn u; en fire barrier, uie sorte de saisie op-
ig:ureuement par devant, c'6- position, vous accumulez,- t bleau vrai
Dii de ma pens6e que du Cap ou non tou; les besoins neglig6s, routes
linth. ou plu 6t du Cip A 'e. souffrances oubliies, toutes les r6para-
arce.Vraitren,, ce n'est pa, tout tions impay6es des bureaux publics, com-
I dc sa part. Seu'erre it quelqce me s'ils en etaient, eux, lei d6biicurs.
lvi paraisse la lu e s'il compete Qu )i vous refu ez des Mgistrats, parce
r IA une proie dEiA si loign6e,
ra bien lui pr uv.r qu il s'est que diesi-vous ils content trop cher, A
tIcei travaillieurs, A cei incivilis~s come
rois en do c oura e, etVpu s-vu; les nommez, qui contribueat g6n&-
, penant ure scone fce co- reusement A payer vos lyc6es et vos co'es
ra prenant d x c6 es i la fois. de drott ; bi-n loit d sacrifier pour eux
i f choi;ir le te rain de one obole vous ltku dites: Malgre le
:an ifr ne se fAsse vair e nent, temps, malgre la saison, vcaez chez moi
, Ii d u c6 6 vi de i' u:re, pour Ctre lug s. S la ou e et la d stance
ue up ale droit b, vous effraient, vous 6tes d'avance priv6s dc
Sqtoire, a dtie ne pren- la protection de la loi et du bienfit de
temps Quoir ient herhl e neprici li justice Et cttlc doctrine est cell de
r voyons su i'iy a queln c hireMe Adhemar Augoste, ex-bi onnier de
in-vesse po q,'i a uent9ar I'Ordre des avo:cts do barreau du Cap-
Sm'tslep lp etl Dn ven Haitien, A qui la ncuvelle jurisdiction cac-
Svmnet d O aestion en dhti- se d'hortiblei songe, er qui proroie de
umne d e .Daminch- fati- 'enterrer comme one vestale parjure! Quel
W end e u elle o& la tient 6
F r.-Lib-r,6 comme chef-lien sacrifice
mnt de nande A etre affranchie .L'avocat qui immole la Justice Si c'6-
t lit e pour le boarg de Oaa- tait en gestation on pourreit encore 1'6touf-
La ville de Fort-Libert lui rd- fer. Muis elle est noe, cruel Quel sacrifi-
le v us tiens nallement en to- ce I
ie de tou'es mes prerogatives Fort-Liberte, AoCit 1909.
f-'ieu d'arrondisrenent, je ne J.B. M. MARCELLUS
e tire, en voas laissant le com-
et la direc ion, et suis meme
ec i vous abandonner encore ETUDE
si notre separation que rienTUDE
ier doit occasionner la moin- DE
in ys.. M* Beauharnais
aconrt Me Adh^mar. Pour-
soes inviLer A grimper avec Jean FranqOiS
sm d'on Echafaedage foi md de NoTAIRE AUx GONAlVES
Sde cosiddratiouas incons- NOTA U O VES
cdmnts artificitllement et anri- 117, Rue Lavaud.
P ronp~s. pour rdclamer A huit ,_ ._-_,__,_,,
Mace con re les d i a. loi crE ant la u idiction A t VENDRE
*. En veite c'c st l a p-e niC-
* re-cort e au-ant de phrase
.lra- e to r, ae chez La halle situ6e A I'an-
k Adhmlar Auguste. qui a gle des rues du Quai, N
orr a. Esd.gi. 71 et des Fronts-forts (

' r?~,i, Eta' e t No I et 3, actuellement
, n, est sans do.. pour occup6e par Monsieur
j a:..- itdrk i- oa, Emmanuel Moise.
5sa, .esd. u ..J S'adresser A Me Nar-


ho~p Pour Mo&r Iasc"s Lconte, avocat, pr6-
Pit :k. if" du I A senl Slt 0n cotteville.,


A LA PHARMACIE

aRmmanuel Alexandre

C6 Yaille !
La Pharmacie Emmannuel Alexandre
announce A sa nombreuse client-ie
u'elle vient de iecevoir pour cette
n d'ann6e un gran i ass.ertiment de
m6dicaments nouveaux et d*boubons
tels que : chocolate. raisins, prunes,
dragees, nougats, pastilles de men
thes, pastilles de gomme etc, etc.
Elle vend on gros et en detail et
toojours A un prix tres mod6r6.



Ligne llolaaase

Le sis PRINS WILLEM I, venaut
de Ntw-York et de St Marc, est atteon-
du dimanche 5 courant et partira le
mLme jour pour les ports du Sntd et
Curacao.


Aug. AHRENDTS,


Une Bouteille


Sod;


AgenI)t.


Madame F. Sim nlltti
Modiste
42, RUE DES C sARS 42,


Annonce A sa clientIle et
I) c que sont magasin ne sera
vert aue les mardi et


dredi de
dant le mois
seulement.


au put
ouver-
Yen-


chaque semaine pen-
de Septembre


Grand assortment de fournitures
de chapeaux tells que: Pailles, Fleurs
et rubatns en toius genres : laiton,
tnousselinle, l'onig, Talletas, Cr6pe
souple, intt, deiai mat et brilliant,
Plumes d'Autruche, ailes, couteaux
et Fantaisies diverse.
Chapeaux a t't.on |IOLu Dames et
je.unes tilhis, Charlottes; et Capotes
pour B&tbcs de la dernitre nouveautd
parisienoiie.

H6tel Bellevue -
Le mieux situd, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars.-
(Cuisine reuomm4e Vue sur la mer.


products de la


Waler C"


Royal kola Clhamlnpaglne
Royal Ginger Ale
Elle vous convaincra do la rdelle supt ti. r i-. <1 K' .:: .J l J i .t I ,si LAeue ts


Agence G6n6rale
AU MAGASIN DE LA


et D6p t:
MItTAiOPOLE


MASON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN D)1 L.'ELAT


Vous y trouverez aussi le
Splendid


1'O1 Il \1 Il NCk.

Kola Champagne


Ce sont les meillturs, les moiiis cijeios out leur jvilt't.'
Les Gociter c'est 1-ts adopter pour ,,.,i;C)Llr


Les jamiblHoks t-1la1rds1s Svift''
(de liii" iwarque Premiumtu


LUb .; i-1 otis ii he! la. Swift inarque
*P[ i11'1tl i a ,i t 1)14tbu,11 C liII~II et pi offLrcs 4 ;
fouiti utie iilt if IQ*k icI(J.la 6 e-.t due
a 1111'It ~ ..p A Jeur' balle
aupat tncC tI ii Ielcit-it~x. Les mnots
,g SWSLSFtc.j'Ifti Li > l,-i"'i)IUI asOnt rmar-
,qij# s affeasui a c 0 lu ~w! id-Wque piece.
qui est en-bdel~ae d.-i'- doloa toilo ti du paper
p~arcieliiaiiiEllc e!'iide'. Ij i Liliuns et des
lards, veillkz A ce qu'outiuts !ivre la rnarqno
0 swift's Premium. 9


Saindoux pur
marque Feuille


** Swift"
d'Argent"


C'est du siindoux lout A fair put, combine il sort
du fondoir, mis en -'eatux u6talliqu6s, hermdti-
quement fetm6s. 3. 5 et t1 lives. C est le sain-
doux type de I'Amriquae ; il jouit d'uae haute r6-
putation, et la vente en est boornme.


Ces articles se vendent A I'picerie db Mine Zcakb, chez Mr Justin Tho-
as a t chez Mr Henri Brisson.


Essavez
*/


des d~licieux


-- I


11









Grand Rabais !
JAMESTOWN TERCENTEINIAL EXPOSITION ( 1907 )
HAS CONFERRED A
Gold Medal upon

Tannerie Continentale
DR PORT-AU-PRINCE


CHAUSSURES
CKEnaAU GoLct, pour homes ot dames P. 10.


Enfants P. 8


VinNIs scu.iPs 12 u 10
COULNUR LOTUS G 123 10
Pour la vented en gros 5 olo d'esoompte.
A. -deAMaC-- Co


Attention I
Voulez-vous etre mieux chauss6 ?...
11 est tr-s care tie trouver dans une
nmme confection I'ElAgance et la So-
iidit6.
M M. VITIELLO fr6res,
lets ,pucialastes on Chiussures pour
homes, forces franchises et amdri-
caines, ont l'honneur d'annoncer A
leui nu)boLtciso clientele qu'ils vien-
nont de recevoir de nouvelles former
Sl)u Detnier (ri Parisien ,, du veri-
table Modern Style.
Les Chiaussures sont reconnues in-
comparablei par la 4Commodit6 de
leurs foitnies et par leur Solidlitd joint
A un travail entitlement fini.
La Mason po.ssde en dep6t des
materiaux de premier choix prove-
nant des meilleures fabriques des
Etats-Unis et de France.
Chevreau verni, Extra Qualite, la
meilleure marque.
Peau jaune de toutes nuances, ve-
ritable Cuir de Hussie.
La Quality des fournitures emplo-
yees dans les souliers et les soins
apports dans la confection nous per-
mettent de les garantir comme les
plus solides et les plus durables.
Stok de Chaussures fines pour la
vente en gros et detail.
Assortimnent complete de cirages et
lacets de toutes nuances.
Prix lixe mais moddrd.
Adresse : VITELLO fr6res
145, Granda-Rue en face la Poste

Buggy neuf
1'rors solide a vendre.
S'adresser au Bureau du journal.

La Textile
SOCIETY: ANONYME AU CAPITAL DB
120.000 FRANCS

Le Directeur de la Socidt6 (La Tex-
tile a informed le public qu'il achete
dts A present au domicile de Ia So i&-
tf, sis A l'ancienne blanchisserie, rue
du Magasin de l'Etat, en face de la
Glacitre, toutes quantit6s de feuilles
de Pitte et Oreilles d'Ane au prix de
P. 5 ( cinq gourdes ) les mille livres.


A, de Matt6is & Co
Maison fondeo en 1888.

DlrMers arlicles recus
Parfumeie Houbigant; Ro
yal Houbigant; Fougbre Royal; Par-
rum Iddal; Savon, Poudre ; etc. etc.
Coffrets do parfumerie trbs l66gants
Parfum renomm6 Astris ; Lotion, Tri-
co heroes.
Lamps, Fouets et Chamois
pour buggy et buss.
Argenterie do luxe, Bibelots,
Moustiquaires, Brosses, Pipes, Fumes-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
outes qualitMs
La Maison a toujours un grand as-
jortiment de Bijouterie, d'Argenterie,
do Diasant, A la disposition du public
en g6n6ral ot A la port6e de toutes
les bourses.
Ateliers d'Horlogerie et do
Bijouterie: Gravures, Confection
sur com-nanle.
Achat de viWil or et viesl argent,-
diamant et pierrea prci4eses A des prlx
avantage"x.
ACHAT D',CAILLm DR CGaiT
Prix exceptlonnei

Dr Edmond H6raux
Mddecin Chirurgien Accouchear
168, Rue du Centre
Proc6des mode nes d'application de
I'Electricitd au diagnostic et au trai-
tement des maladies aigies et chro-
niques.
Examen microscopique des urines,
du sang, des secretions et tissus pa-
thologiques.
CONSULTATIONS : le matin de 7 A
9 heures et lesoir de 2 4 heures.

Docteur C. Gaveau
M. D. DE L'UNIVERSITE DE HARVARD
Consultations gratuites les Lundis
de 2 A 4 heures, aprbs-midi.
128, Rue du Centre, Port-au-Priuce.

FELIX MAGLOIRE
AVOCAT
S13, Rue do Centre, 113.


A L'LEGANCE
QORDONNZRIN

42, Ree des Fronts-Pont.
CEAUSSUR- Lf D*P6T,POURl LA TT
Promptitude ot :oin aux comma-
dos tant ici qu'en province.
Chaussures do Dame bform*.t tra-
vail toujours tout ce qu'il y a do plus
nouveaux.
Former am6ricaine et fraanais po
Messieurs ; 616gantes et commodes.
Pour les infants *e plaui l'alse.
Travail solid ex6out6 aveo
d&s poaux do premoiArmarque.
Assuranse do grand rabals.
PAtes, c;rage st lquides


NESTOR FELUI
L cellent tailleur avantageasemeoi
conou de toute la R6publique viont
de rouvrir son atelier Rue F6rou,
(Rue des Miracles ) No 61, pr6s do M*
Ldger Cauvin,
Sa nomnbreuse clientele trouvera
comme toujours toute satisfaction.
pour les travaux qui lui seront con
6..l


Chapeaux I
Chapeaux 1
Chapeaux tI
PAILLI SX PBORTS-RiC
ACCOUREZ CHEZ
Feliberto Gonzales
ET

JOSE SAN MILLAN
FABRIOUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Slon & C.ef*re As L* we
Pour tons lea gotk st pour toates
lea bourtes.

Francisco DESUSE
Fabricant do ohaussures

La Manufacture a toujours on d6p6t
an grand stock, pour la venoe eA
gros et on detail, do chaussures or
tons genres pour
HoMMUs, FzMtxs, EDANTsI
Los commandos des commercant-
de 1'int6rieur pourront tre "ez6cut6o
dana une beooaine A p n prts.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PIMCu ( Ar )

Averi Ire
Deux bUSSen boo ntat et SIX
CHEVAUX de TRAIT.
S'adresser au bureau du Journal.


Chez App. a


Vionnnt d'arriver par
pour :
Pa;6 de foie gras. Saud
Pigeon aux pois. TapLoca
Asperges* et. Fruits criS
vro et par flacon. PruneI
rouge *t blanc. Oporto. ]
mouth. Cognac.

Cor4onuerle N


G. B. PETI
t483 GRAND'RID
PORT-AU4MIN
CRAUSlURU M I TOW
a Bbt6T, POUR LA
M Saos T Dwftj
xEo0atton proms
Provlace.
Forms & bommes414
tionellos. '
Chaussures do dames(,
d dAs Paris ) et le plus
cbaussures pour enfants
aos avec des Pmeau do
d'une *46loction et darud
tas. i des prix vantage
Cirages, pAtmes t 114
P*.... ehamr.s ilei


e angez plus i
'l n'estfaitaveo nla"P
Be3t.
La meilleure farine a
Celle qui donne Ie me
Qui produit Ie plus df
Le pa in Ie plus blane
La pain le plus liger.
Pour tous rensegnem
dresser A:
Ernest Cast
reprdeentant do la PILLMum
BURN FLOUR M..S Co M

Chapellerib
ACCOUREZ CHE

JAIME TESI
Le chapelier remarqua
tvgeusement connu,fait say,
c eon general et sa I
clioentble qa'il vient do tr
FABRIQUI DE CHAP
(L'ANCINNN MASON DU I
DR LA PLAc GzEFAFR
GRAND'RUE OU Rf'PUW
No 149. En face de I
Le nouvel 4tablisseMOn
vert sous le noma doe
r'zAm6rique
II prompt soin et pI
commae toujonr

Docteur ft. R. E
Chiru gien Dent
De retoir de J&6rnie ant
clientele et au public qoui
16or dispos tion A pa tir d,
ou courant.
Port-aa-Pt ino'e I 3 Aod

M' ,C. L. Ve
Talloeur-Ma5
Donse avis & sa bleaoYv
uMe qa' s "ai ssNo 7I.'
vTarI6t d'6t 0 -dt do
O-sd' aos.. _d.. o _

mw P r*-- .


r rl -------