<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00703
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 20, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00703

Full Text





osl8bme Ann6e, N" 719
SL ..


PORT-AU-PRINCE, HLri


Vendredi, 20 Aott 1909.


- -


1


J


OUOTIDIEN


Abonnemonts: DIRECTEUR-FONDATEUR Ln nOvtRo '1 PITIME
Uw Mon. G. 2.00
UNI mUPUN TholM. 2 5.00 C16ment-XagloiroL
41PIARTEMENTS Uw Mois. ( 2.20 MLOSW in.asBrU IBS6I3S SU ESr MS s.rrnapis viw~i
T.o.. HrMais.4 6.00 &DMIftISTR"TzUR, Arthur Isidore DIRECTION-JthDACTION-ADMINISThAITIUN
.Tious M 8.8004C45


Nissage, install president de la Rd-
paublique, conlinua la sArie des reprd-.
itilles polili -ies de la R6volution. Un
avii du d&artement de 1'Intdrieur,ren-
da moins d'un mois apr6s son 1ec-
,,a, dit eeci:
(Le public est pidvenu que les nom-
sh: Gabriel Maurice, St-Preux Mau-
o,Bolivard,Anderson Duvivier, Alex.
bprit, Climine Gaspard. Couloute, J.
IL Marciacq, Tiaeo lore Marciacq, Gus-
te T. Marci0cq;
Prdvenus de pillage, d'inc3ndie et
Ssassinat, ayant fui A I'dtranger pour
soastraire L I'action de la justice,
nt declares hors la loi, conforme-
ilmnt I'article 4 du decret du Gouver-
imeent provisoire en date du 22 dd-
crbre 869...
E, E'consqaence, tons les citoyens
oot invi'ds A leur couric sus, dn quel-
pu point de la Rfpublique qu'ils
Jront se pr6senter.- C'est signed P.
quet.
;A journal le Ciuilisateur publiait,
Ossonnur~ro du 5 octobre 1871,
atrefilet sui ant qui dit avec loquen-
asi les affaie' du Pays avaient une
re noavelle depuis installation du
Ian gouvernement issu de la Rd-

'a parole depuis qulques semai-
tdle.ut ons o0 de tentative
ion cCapitales sur les grands
iga. Certain prisoaniers que l'on
isait a travers la plane ayant
re stance on les a brulds on ten-
e lea bruler. Nous n'avons pas en-
dire qie les auteurs de pareils
i ent COmparu devant um tribu-
MI...1bu


873, eclata, on le sait,aux
urrecti m qui out lien aux
SGarlurnete Vive Salo-
:ous avons ddjA mention
es Conspirations haitien

lie vers les onze heures
COmmandant del'arron-
. gEdnral Montmorency
oique sur le qui-vive de--
I joIr< en raisor des
Box qui circulaient, fat
ari en son h6tel q i'il
6rps de prendre la fuite,
"Atu de son calegon et de

l'h6tel de l0arrondis-
rndit A L'arsenal pour y
ense, tandis que les in-
h t k merveille de la sur-
,rOnt a'emparer sans coup


2J..
ferir des autres points principaux de
la ville, entire antres, du fort Raboteau
et de la poudri6re.
On a pr6tendu ique Madame Mont-
morency Benjamin, gardde A vue du-
rant quelques heures, fut l'objt de
mauvais traitements a la poudribre od
elle resta prisonniere toute la nuit.
Au jour, le commandant de l'arron-
dissement, rejoint par les troupes res-
tdes fiddles ainsi que par un grand
nombre de citoyens, reprit 1'offensive
et chassa de tous les postes qu'ils
avaient ainsi occuoes les insurges,dont
le nombre s'elevait environ A une tren-
taine.
Puis la repression commence. Fu-
rent passes par les arms les nomm6s
Eug6ne Souty, Mirabeau Sterling, Char-
les F6lix, Normil Lamothe, Chouloute
Saint-Louis, Limage Michel, Alcidonis,
Joseph, Ferdinand Troii-Sous. 7 mor
atne, Victor Duvoisin, Floridor Jona-
thas, Jules Lgros. Gallumette Michel
et quatre autras don't je n'ai pas pu re-
trouver les noms.
La plupart de ces insurgds, sorts de
Port-au-Prince, avaient furtivement d6-
barqu6 aux Gonaives.
L'autorit militaire resta plusieurs
semaines sur pied dans tout I'arrondis-
sement des Gonaives, organisant des
battues au course desquelles les suspects
furent journellement fusillds. Le lan-
gage official lui-m6me, quAlque voild
qu'il fit, laisse deviner combien vio-
lentes furent les reprdsailles exprcees.
a Les audacieux en fuite, dit ii, fu-
rent poursuivis et traquds de routes
parts. La repression a did sdvAre. II le
fallait ainsi, tant pour calmer I'indi-
goation publique que pour refr6ner
cette tendance au brigandage q'le le
system d4chu avait pour ainsi dire
plus spdcialement implant6e dans la
ville des Gonaives. Et, nous devons cet
hommage au g4n6ral Montmorency
Benjamin : si, pour le rdtabliss-ment
de l'orlre iI 'a chdtid edvAreme.'t ; le
came rdtabli, c'est encore lui qui a
sollici'4 notre clImence en faviir des
coupables tombs en son pouvoir ,
Voici un fait, entire de nombreux au-
tres, qui montro avAc qu'I avitalng
ment et quelle furin l'autoritA militaire
se vengea A tort et 6 travers de la mau-
vaise surprise de cette nuit du 3 mars
1873.
Un fou da nom de Bienn6 Jean, ca-
brouettier de profession, vieillard ag6
de soixante et quelques anndes, s'arma
d'ane baionnnette emmanchde dans un
bAton, en se livrant A des manifesta-
tions militaires et innoffensives.


L'autoritd envoya, pour 1'arreler, un voisin, brave home de la demi-bour-
dleux militaires arms, don't 'un deuy, geoisie, laborieux, honuete, sbrieux, com-
sans 4gard pour I'tat mental de ce viel- me it y en a beaucoup chez nous, mais qui
lard, lui licha un co ip de fusil, don't n'ont, malheureusement, aucune influence
la ball lui broya 11 t6te et le jeta mort sur nos affiires. 11 parlait, et je 1'6coutais,
baignant dans son sang, dans sa de- A I'ombre d'un orange don't les fruits d'or,
rnmure." (Le Civilisateur, du 26 avril rassembles en grapes de cinq A six, pen-
1873.) daient sur nos t-:es :
Le journal official de la Ripub!ique -Vous ne save pas tout ce qui se pas-
annonci avec gran i fracas,a ce sujet, se, malgre vo:re prtentiion de connaitre le
la nouvelle d'un conspirateur Irouve people, d'e re au courant de sa vie, de sa
les armes I la main et fusilld misre... Savez-vous que, depuis plusieurs
Que de fous a'avons-nous pas ailnsi annees, on a r&tabli, sur les barges de 'Ar-
fait di.paraitre, qui, dans le vikd- de cahiie, d- Gressier et des environs, une
leur pauvre cerveau, out dO se de dime en nature ? Aussira: qu'elles arrivent,
mander, dans un dernier eclair de leurs un officer se prdsente et, dans chacune
:yeux hagards, d- quel crime insoup- d'elles, prd've le plus beau et le plus gros
onn6 its subissaient ainsi le chitiment paquet d'herbes, un sur chaque dizaine.
C'est a l'occasion de ce'te prise d'ar- Cdpou gouvainmen, dit-il. C'est pour
mes et des cris s6di ieux auxquelh son le gouvernement
nom a tdm mel6 que M. Si!oaon june Tous ces paquets rdunis sont charges sur
adressa de l'exil une lettre de protes- des cabrouets et envoys aux autoritrs. Les
station au Conseil des Secrdtaires d'Etat, pauvres diables n'osent rien dire. Pour on
lettre qui fut publiue dans l'IndIpen mot dchapp6, ou pour un regard mal in-
dance d'Haiti, de Jacmel, et don't nous terpredd, une bonne b stonnade leur ensei-
extrayons le passage suivant, sur lequel gnerait qu'i's dcient avoir la fiertd patrio-
il est bon d'attirer I'attcnlion des doc- tique de nourrir gratis les chevaux qui,
trinaires de son cole politilue q i, beaux et gras, pi Bflt aux parades officiel-
pour des raisons qu'il ne nous appar- les... C'est pourquoi ils acceptent docile-
tient pas d'examiner ici, croient tou- ment cet;e dine qui, du reste, existait
jours de leur devoir d'odposer les con- sous l'empereur Soulouque. Mais ce n'est
victions politiques de I'ecole salorno- pas que sur les herbes de Guin6e seule-
nienne a celles de B.yer et des honm- ment que la i ni n se prPive. Elle cdend s.
mes de son gouvernement : puissance, elle se dtveloppe un peu par-
Le Pouvoir te! que les &vdnr-mnits tout. J'ai vu les ageats co nmunaux pren-
l'ont fait aujoarl hui, dcrit M. S io- dr des bilais, des cordes de latanier, des
mon june, en 1871, edt ii done chose si poules meme, au paysin ahuri. I1 fait, par-
enviable ? fois, au debut, un p u de tapage. II en est
SOi, on pouvait le dUiirer quand le quite, puisqu'il n est pas ra;sonnable, de
premier magistrate de mon pays s appe- voir confisquer tou e sa merchandise, d'etre
lait J P. Boy-r, et qu'on voyait con bittu, d'etre traiad en prison. La prochai-
courrant avec l Ai au bien de la chre ne fois, il est soup'le come une vieille
publiqae des citoy-ns ( pour ne parler chique de taba:. Si femme n'essaiera plus
que du Port-au-Prcie") qui 'appelaient j maii d'ameuter :es g:ns. Its ont, les deux,
Imbert, Inginac, J F. Lespinasse, Nar, compris qui' y a des choses ncessaires. Et
Rouanpz Frdmont. P Andrc, Trouillot, alors, ceu q.- governments, se persuadent
Midiou, J. E i, Villevaleix, J Paul, de plus en plus qu le regime est bon et
Carried, U.ysse, Dj-ruisseaux, Victor qu'il assouplit...
Poil, Adam, Panayoty et tant d'autres Mon interlocutenr s'intecrompit.Son ceil
doot le nom est un Clog-. s'arreta sur deux a ies, lesquels suivis d'un
Mais avjourd hui que la pays est galopin, arrivAient dans le sentier qui sur-
r6duit, de I'aveu da president Nissage plomb? le ravin. D:s sics de paille, au de-
lui-mdme, A I'dtat de c trcasse, c'est-a- mi-trot d s b&-es, la p)ussicre d'une chaux
dire de ruine, ja ne comprends pas vive s'envolait :
qu'on envie le pouvuir, et j comprends Vici mes brrlues qui reviennent
encore momns que, pour y arriver, oIn de porter la chaux d'un chantier Lalue,
consent a ncer s n pay- daus lesh oii je fo rnis, me dit i. 11 fut que je vous
sards et les horreur.s de la guerre ci- quitte,pour al:er le chirger A nouveau. 1'a.
.. ,qui- epour ler le chrer ean


vile..


Auv usrt- MAGLOIRE.


LA


Conflsslon de Bazoullt

Du dernier ouvrage de Mr Frddric
Marcelin, nous extrayons les lignes sui-
vantes :
I
A 1'extrimitd do p-tit more qui long
ma propri6t du c6-6 de It rivireo, j cau-
sais, ce -nstin 1, A Port-au-Prince, avec


vais pourtant A ous raconter une visit
que j' i f i ava-l hier, a Bizoutte. Vous
auriez vu qi- plifhs la vie des assouplis-
sew's, des coco maccaqueurs, tinit carieuse-
ment. Vo s qui ,crnvez vous pourriez ap-
peler c-el : Li C 'fession de Bawoutte.
I -C iez Jo'ic au g iin de vous attendre.
Vous n'e es pis st press q-e Ca, je sup-
pose ?
Au fair, vous avez raison... Arethus,
en attendant que j'artie, pansez la baurri-
que boireuse. Tenez, atiraptz cette orange
sore. B)ucanez-la et tirez son pied avec.
Dextremenr, et en avangint au bord de
la falaise, il largi 1'orange qui tomba sar
la route, toot press do gamin.
II reprit alors ;


Histoire d'Ha ti

A LUSAGE DES ADULTS
LIVRE III
Violence et repr6sailles


I -- -- -- -- C ---- -C-~C~Y --; ~P~ea- -P~P --V


OF








Bazoutte, vous le savez, a exerce l'au
torit6 durant longtrmps. II fut distingue,
conserve par trois gouvernements conse-
cutifs. Vons devinez quelle dut 8rre la
mentality de cet home, qui, pend nt tan'
d'ann6es, vit ses crimes, ses forffiits triom-
phants. Que pouvait-ili enser ? Sinon qu'i
etait d'accord avec le Createur, qui'1 tra
vaillait dans les voies divines II n'est pas
bon, voyez--vos, quLi l'houam- de peu d'6
dccation ait toujours du succn s con-inu en
ce monde II croit naturellement que ct
qu'il flit est bi n et qu'dl n'aurai pais r s-
.i cn agissant autrement. B z wu:e et. i
done heureux ne song ant jimai., le s it
en s'cndormant, A aucnne de ses vic-im s.
Et il en avait, peut-etre, autant al'il y
a de joars et de ouits dans l'ann6e 1
Cep-ndat't, il arrival qu'il fut dCgommr.
Ces accidents-It arrivent malgr6 toutes les
precautions que 1'on prend, ma'g'd tout le
devouement don't ou fAi montre, malgr6
tous les languages qu'on donne. Mais Ba-
zoutte ne pensait pas que cela fut possible.
Pourtant, un martin, il constata qu'il n'a-
v.it plus le droit de bAtonner, de mettre
ai x It-:;, dc fui ier au bord de leur fosse,
crcusde cdv.tint eux, kls gens qui lui d6plai-
saient, le tout en prcnant simplement soin
de leur cooler cette i6 iuette: Emnemt du
gouve'irn:-,nt !
Son chigtin tat inoui. Co:nane il etait
tres :iche, peu temrraire, qu'il avait tr.s
p:ur de s-abir A son tour le sort qu'il avtit
intiig si longtemps aux autres, i' ne son-
geat p ts une minute, comme ii est d'usage,
a Lo,;spirer pour attraper sa situation II
prit ifnc)ntinent le lit. Rienne pat le r6sou-
dre a se lever, ni raisonnement, ni prices,
ni nmei.accs. Alors, ce fat une procession.
On en:i le voir, pour l'entend-e parler,
divaguer, disait-on. Moi, je ne puis pas
pcnstr ainsi, car c'est quand i' co-nmett it
ses crimes quil 6tait fou, et c'est aujour-
d'lui quil les confess: a tout le monde,
qu'il a sa raison.

Phr~;a+~i nihpoS r r i
Uhamfibre des Deplutes

Stance dzt jeudiz9 ,Aoit g909.
Apics lecture de sa correspondance, la
Clanbre a entarn le vote -du budget de
1'Agriculure. Le d6put6 Char!ot propose
d'augiienwtcr A cinq au lieu de trois le
nombic des iigenieuis agronomes attaches
A ce D6paitement.
D'accord avec lui, le d6putd T. Noe' en
propose un sixieme. La Chambre vote dans
ce scus.
Le d6pute Chariot, demand la suppres-
sion des valeurs portees au budget de I'A-
griculture en faveur de la ferme cole de
Tuigeau, car cet 6ab'issement n'a donned
aucun i6sultat satisfaisant au Pays.
Son college Jeannot fait remarquer A
la Chambre qu'el'e ne peut pas supprimer
les valeurs deij votes pour cette ferme
&cole. D'ailleurs, conclut-il, il faut une
loi.
En attenda:.t qu'il prdsente cette loi le
d6pute Chirlot propose que cette ferme
cole soit annexbe A 1'Ecole Nationa'e d'A
agriculture. L'Assemblde declare ne pas
pouvoir prendre en consideration cette pro
position.
Le d6pute Morpeau,qui est en faveur de
1'Agriculture, demand un encouragement
pour M. B. Vilbiun qui a etabli, aux en-
virons de Port-au-Prince une porcherie.
TI croit savoir qu'un agronome fut envoy
sur les lieux et invite6 a en faire un rap-
port an Dpartreent de 1'Agriculture. Le
deputy veut avoir opinion du Ministre
de I'Agriculure a savoir si rdellement son
Department avait delegue an agronome
chez M. Vilbrun
M. Pierre-Andr6 repond affirmativement
et donne lecture du rapport favorable qui
lui a 6te fait par l'ingmnieur agronome
Charles Dehoux. Le dpunte Morpeau pro-
pose ude porter an budget une valeur de
1.500 en taveur de M. Vilbrun. Apr&s Is
-vote de cette proposition, le d6purt Char-
lot demand que les frais de tournde des
agronomes scent de 6.ooo gourdes an lieu
,de 3.000.
& ,Cette augmentation est votee.Une cole
d'Agticulture est cr6ee aux environs des
Cayes. Le depute Charlot'd6pose une pro-
posi'ion de loi portant au budget, en prd-
vision, 30.000 gourdes et 6.ooo dollars


pour l'Ecole d'Agriculture de Port-au-
rince.


Le d6putB B. Jn-Franqois demand le
rtab!issement de le subven-ion allloude A
la ferme-dcole de St-Michel-du-Nord. Le
deput~ Bailly app is cette p'oposirion.
Ltur collkgue Bredy, membre de la
Commis-ioo do Budget exp'ique yoirquoi
zette valeur n'a pas cd roo tee au project du
budget. LEvaque do Cp n'a pas Vo41D
4ue cet dtab issement fut pt -c so is le con
tr6'e de l'Etat. Le DApartement de l'Ag:i
cultu-e, inrormi de ce fai- n'a pas cru de
'oir r6ib i- ce te subven ion
Le depute Legeni e repr6 entant de la
Cornmure de St-Miche' -erne ie ces colle
rues Beauhun'i; leJenn Francoi; e- B i'ly
I'a, oi bien vou'u s'in-dre:ser a sa Com-
mune et prie la Chamb'e de r&tab'ir les
5oo que 'ou h it la fe-me-'co'e de Sain-
Mi:be'. On passe au Bulge: de la De e
Pupli ,ue.
le d6pu'- B'edy dbro e une p-o.oi'ion
de 'oi par laque'le, it 'en nee l'ajou ne-
ment :
o1 de la creance des Frr&es de S -L'u's
de Gonzguae et 20 la reconstruction de l'Ar-
cheveche. Le deput~ leannot est contre
cette proposition. D'abord. comment la
Ch-mbre pent-elle savoir, n'ayant aucun
livre A sa disposition, si l'Eat doit reelle-
ment A I'Institution St Louis de Gon-
zagne, qui n'a fourni aucuue piece comp-
table. Le D6ptrtement des Finances devra
dire A la Chambre si La reclamation des
Frere3 est fondue. II n'est pas contre le
pavement de cette creance, mais it ne veut
pas voir laChambre s'eng'ger dans une pa-
reille voie. Q giant A l'Archevkch6 pursuit
le deputy' Jeannot, 'i n'y a pas lieu de
s'en occuper A present. Nous n'avons pas
encore fini la Cathedrale ni le Bassin G6
neral et nous : devons nous occuper du
Service hydraulique qui n'existe q,'e de
som. La reconstruct ion de l'Archev6che
viendra en son temps, c'est-&-dire quand
nous aurons fini avec des travaux plus im-
por:ants.
Le deput6 Br6dy done lecture d'un me-
morandum du Conseil des Secr6tairesd'Etat
de I9a7 acceptant en principle l'embellisse-
ment de la Cath6drale de Port-au Prince et
'a reconstrrctiou de l'Archev-:h6. II de-
rnande a la Chambre de decider ce que de
droit de sa proposItion.- Mise aux voix
elle est rejet6e par 1'4ssemblee.
Le Ministre des Travaux Publics -a de-
pose sur les bureaux de la Chimb-e : to
le Contract passe entire l'E'at et Mrs 1. M.
Castor, J. C Laf-rrire et Louis Etheart,
relatif au service hydraulique de Port-au-
Prince et 20 le contra* pass entire l'Etat et
M. Auguste Durosier en vwe de l'6tablisse-
ment dans l'Ouest et dans le Nord d'une
ou de ;ilusieurs minoteries pour la f'bri-
cation de la farine de b'e et de banane.
La place nous manque auiourd hui pour
parlor de l'economie de ces deux contracts
Nous y reviendrons tn temps opportun.
M. Jdermie, Secretaire. d'Etat de lInte-
rieur, a depose un pr-jet de !oi accordant
un delai de prolongation de i8 mois a M.
Lubincius Lubin, qui avait passe un contract
en 1907 avec l'Etat .pour l'6tablissement
aux Cayes d'une fabrique de bougies sta-
riques et la fabrication de la glace artifi-
cielle.





1REN8NIGNNMMkSt 1


bamwmamtoire
DU
SIIINAIRE COLLItG St-EARTIAL.
MERaRmDI j8 ABOUT 1909
Barom&tre i midi 761, "/"3
tuaginimum 23,o
Temp. ratuir+'L 33D
(xmam 3 ,2
Moyeune diurne de la temperature 28,5
Ciel on pen nuageux jusqu'A 6 h. do
soir et convert ensuite. Un pen de pluie.
Eclairs et tonnerre. Bonne brise de mer
suivie de came. Barom6tre constant avec
temps convert.
tra.-- Le cyclone i midi se trouve


au $Sd et pras de Porto Rico, s'approche
de la Domicanie a sh. du soir merchant
dans la direction Oaest Nord Ouest vers
les lies Bahamas. Les ao et a navigation


'daugereuse au nord de Cuba et les Bahamas
et probablement au Sad Esi de la c6 e des
Etats-Unis.
(De1fches du Weather Bureau de Wa-
shington.
Nos fors du Nord nout t6 aviss.
J. SCHtRER
Avis important
Le soossign6 announce an public qu'il a
verdu neuf b lets de la Lo eii de Sinto-
Domingo -tirage du 22 Aofl dontle lo!
es, de 3.000 dollars. Nos 20oo, 102, 1o7
2008, 2015 ; o056. 362, 1102, 1109
3065. A. MUNIR.

Courses de chevoux A LrogAne
Le cost it communal et les autoritn6 lo-
cales ont I honneur d'inviter Mrs. les ama-
teurs de i-tx hippiques, atx courses qnuils
donnent A l'occason de la f:-e paroissidle
de cette ville, le lundi 30 de ce mois.
Snat
Stin ce du jeudi 19 .AoA t 1909
Le S6nat n'a gu&re travaille hier It a
sanctionna le process verbal de sa derniere
reunion et pris lecture de sa correspondan-
ce. La Chambre luia exp6d:-. an far et A
measure qu'elle les votair,les divers budgets
minist&riels.- Avant longtamps, nos Peres
Conscris s'en occuperont.
Aujourd'hui le S6nat discutera les con-
clusions du rappo t de son comi 6 des Fi
nuances concerning I'E-np-unt de 2 millions
de geurdes.
D' rai lernent
Hier sor vers les h lit heures, le car de
la rue des Miracles monttit au chimp de
mars quand, arrive A la c-urbe Lalue, pris
da petit pont en f-r, in dritllermnnt se
produisit. D s piLrres ont ct6 mises dans
les rails.
Nous attirons.l'at:ention d. qui de droit
sur ces'mauvaisei p'aisanteries qui, si elles
counriuent, Iourront cooter la vie A plus
d'un.
Le Pr silent S mon
De I Abei 1 de lacn:dl.
On nous annoice qie Sin Excellence
pirtira de la Capitale p ur choz nous, d:uns
quelques jours
A cette bonne novel e.la population jac-
m6l'e.ne a marque ddej l'alligresse qu'elle
eprouvera de cette heureus. visite.- Des
lundi no; au o-itrs se olat mies -ei me-
su e de fire ;u Chef de 1E a une r&eep-
tion digre d'e" ee- digre su si de la po-
pu'atioi.- Le Magistrat Commu'al Hir-
polyte a fait rret-e la main A u- a-c de
tromphe au Por'ail de LUoga e et 'a 'o'-
lette de la vil'o *e fait acrivereait.-
Milgre la g-ande mi: e qui s, vit, cai ee
ant6r'eurre feni en grade parties par un
pillage systimatique de; de ie s publ'cq,
par des foactionnaire; prevaricaeu's, cha-
cun tiendra A honneur d'accue'l!ir a ec
jo'e !e Pc6side it d'H i qui marque b en sa
sollictu'e ;our Jacmel, en lui f iiant u e
de ,es prenii es visi ei.-
II n ea pourrait 1 e u re.reat. Jacmel:
terre classique de la L'bert6, co'nme oi l'a
toujours dit, ne ssuraic re pas ie eco'r d'-
gneaeat le Pdesient An'oi e Simon, qui
a tebbli si g'orieu ecreat son Gou'e're-
ment sur ce. base; solides : Justice e L:-
bert6.
Chronique des Tribunaux
SECTION SUD
Encore la malheureuse P. C. S.
Elle vient d' ere maintenant accuse par
Mme Philomene Jean Michel a lui payer
14o dollars pour sa robe qui a 6t6 brul&e
par one 6tincelle de carbon de terret
Plusieurs temoins out deposes. L'affaiire
a 6tn renvoyee.

Mme Alexina Giordani assigned de nou-
veau,Mr Merette.
Le bon joge qui avait d6ja annuls la
premiere assigna.ioa annulle de nouveau
celle-ci.
*
Alexandre Bien-Aim6 se pr6sente en per-
tonne pour prater le serment avec le sieur
Lascaze DNcayette, ouvrier qui reclamait
son salaire. Les pieces out 6tCn dpos6es
pour rendre le jugement A l'audience pro-
chaine.


.
Emile Beihumeur rdclame du Dr Marc
Mathieu is somme de So dollars pour t des


I


.met de toujours taire su I
science et sans faiblesse", a
portefaix vena en dit atrtle C,
pauvre, Mr Lherisson.Et, otie
de devoid est chez voos ', u d U
report en s9023 o0 O r d


torts causes A son enfant en le So
mal.
Me Va;in pour le Dr Mathien d.
que, ayant soigne 1'enfant de Belhi
celui ci doit forcement lui donner as
noraires.t ,uner ses
Me Fabius pour Belhumeur diclae q
le Dr Mathieu n'a pas rrait commeil
fallait le maladequ'i! a au contraireag
v6 le cas du patient.
Le Tribunal ordonne la comparution p
sonnelle des parties et le jagemrnto
rendu apr s les avoir entendus.
Haiti Politique et Litt6rair
Voici le sommaire do No dela Rev%
qui para;t demain :
Fiches : Toujours I'Emprunt, Ag
Lafo-esf ; Les Ev6nements de i908
de-Paix ; L'attitude du Gndrl Jean Gi
Poesies: AuAx V.gues sur Plage,Thi
thee Sorel ; Le Ref-ge F. Bairr Rayn
Recut i l-ment, Budelaire ; N)s che
de fer. Contrats et Conrats, F. X.;
d'ceil sur notre flore T. C Brutus; Au
l'heure, La fort Noire ; Coup d'eil n
trospectif; Statis: que dn laboratoire t
Port-au-Prince, Dr Frangois Dalencour
La mode, Exrait ; Petites notes.-


Tribune du MATIN



Aulour a'un rappof

Je viens de lire le rapport de la Comma
sion d'Enqucte. J'aurais ga.d6 le si!enc,
je n'avais trouv6 sous la plume du rappo
teur que!ques affirmations tembraires q'
est de union devoir de reliever.
Th. Eagene a niw une divulgation qu'
lui reproch-, Mr J. Biran a tenu lamo
conduite ( c'tait si natural) et 'lnsr~cti
Scolaire, plaqant son honorablilt6 a
dessus de toute enqu6te ", a refuse de
po ser ?
Et la Commission d'Enqukte n'day
pu 6tablir les responsabilites,a avoud qn't
le fut reduite, non pas'A examiner lesfiit
mais les circonstances particulieres dL
lesquelles Th. E 'gene s'est trouveafiad'
tablir sa culpability et partant, c:lledem
fire. Elle 6:rit assrzcomplisamment:
Mr Tha'&; Eigne est I'ami da-fri
Sde C6sar Caivilly : Lebran Cuvilly;i
ont faith leurs 6tudes ensemb'e et ia
amiti6 est si grande qgt'il s'est etonnad
voir celui-ci le saluer froidement "(sic).
Je crois, qu a part les membres de
Commission, personnel n'est arrivee A ct
conclusion : que 1'amitie qui m'unitTll
Eugene 1'ait ddtermii6 aj commettre.u
indiscretion pour favoriier mon fr'e. Q
je i'cusse froidement salau le 25 jai
rien n'est plus natural. Mon fire se
rait et il serait strange qu'en in pareil
nhent, j'eusse dts effusions daamitie.
rest ce qui detruit la valeur de cette
game a ion, c'est que Th Euogne P
voua plus tard qu'a i'heure o il meit,
ignorait l'affreux malheur qai mpe fa
Mon attitude s'explique aisamentpo .
que Mr Lh6lisson aurait indaits en
Et p'us loin, la Commission d'Eiq
( Mais, Eugene questioned sar ce
"t (A savoir A quel moment il vit mOf
"re) rdpood que le 25 juille: A 5
du martin, ils se sont rencontrs e d
ODt parley de i'incident de 19 (J
Rien de plus na:urel. Dcxperol
se connaissent, se rencontrant en M
quelconque, s'entreriennent de ChbO
les intcressent. Cesar devait etre
rement affected de son dchec. Ef- ra .
qai ont eu A sublr des examenl31 ,
pent otre les membres de la Co
ont conna ce Fpnible ddcu
fait de profonde tristesse qait A
le resultat d'one entrepni;e qoanl.
pas conrronnee par un suAceos.
Et c'est prcisemfnt a ce Cm, t
stopide enquoteur se pr sen r CC tri,
des affirmations b'essaots, tt
plus profondement ce jgane aDhome
A propos d'un homage pub'Cq
rend. A Mr Lhdrisson par U li
official, tranqoille et enn aifyM Cl
oved irsac ,








e ce moment-la, vous n'esti- PARIs 16. Les troupes du Sultau
E pa qea'il ft de votre devoir de vous Moulai-Hafid ont captured le Roghi A Mar-
a&ea pqa slehamp d'honneur. Bref, rakeck.
tnterf asur ha LA CANEE I6.- Le comitd provisoire,
Slons raPo de la Commission, je auquel I'administratiou de l'ile avait e
Do long rapport de
veaU retenir que cette accusation de confide apres la ddmission du cabinet, A ce
is jens gens qai n'eurent pas le cou- soir pretd serment [de fiddlitd au Roi de
Ir drtanquerleur camarade enface.Quant Grece. Cet acte du comit6 indique que ses
Slge .spet Laleau, t ne fus que confir- membres ont moins que jamais'i-tention
,t la triste opinion que tu m'insVirais d'amener le drapean grec ; en consequence
gieqaand Mr Lhirisson disait que to fus les Puissances protectrices vont etre obli
Sjvoy An mon frire par A. Guillaunme pour gdes. de d6barquer de nouveau des troupes
pioneer. Ooi ta conduite ne m'etonne pour assurer l'autonomie de lile.
p.T avais de trop dignes examples sons LA PAz 16. Le ministry des affaires
_vyeu ; its oat port leur fruit. L'on se 6trangeres annonce:que l'opinion publique
soavient encore des ndfastes occasions ou en Bolivie est de jour en jour plus favo
o ex-ministre de la Justice, au lieJ de rable a un arrangement amical au sujet des
o-ei:erg.irdaun si'ence complaisant, dfIficultds existant avec le Pdrou. Le mi-
oipable. pour s'accrozher d6sesp6rdwent i nistre ajoute que le 'Gouvernement B oli-
oi micistjre oH il y avwit un pea de nic- vieu fera tout son possible ponr maintenir
'fel IA glaner.- la paix dans I 'Amdrique du Sud.
lviontenant, que la Comomis ioi inter- MEXICO 16.- Une ldgare secouss! de
p0anit a sa ina ec la dernoiie phrase de tremblement da teare a et6 ressen'ie ici
I!e.tie .u Noune'lis e affirme que je ce matin de bonne here.
cris moi-meme a la cu'pabili:6 de mon
fiie etde Thales Eugt e, je peux acco-
ece'a au besoia de la cau e. Mais ce qul Attention ...
iee acquit, la comn ii~ioa n'ayant pas
lpou 4'e coitrire, c'et que mon fie ,
'il fut re'!ement au courant des sujets de G u--LeirisoCX
tompo i ions, I'applii au Lycle n &me, en des lMlt aladies.
mnme emps que ,ei camarades et Feut
Itle de ceux qui en jouereat plus tard la
.omtdie dure protestaiion..
Et, M J. Barau, acusd commute Tb. Eu-
ine, reprend les procddds de la commis-
sion dE-nqo'e et iAche, lui aussi, d'6eablir
licidpbilt! de celui qui est m3rt. Rapidement, par le system
Un dernier mot pour en finir : deux per- oriental
0oines sont accus-es d'avoir commis un acte
rep hensible. Les responsabilits n:ayan. Docteur Seetulsingh,
pas t netttement dtablies, la plus vulgaire .
quiti exigeait, ce me semble, que tomes Gradud dePhiladelphie,Ghicago et New
d4eax tussent frappees. York (E. U. )
-Mais, Th Evgne aura appris A ses dd- Le Dr Seetulsingh remercie bien
pCs que la morale du fabuliste est une v6- sinc6rement tous ses clients et amis
itiEternelle, sous tous les temps et dans pour leur bienveillance et leurs fa-
;Iss les lieux. veurs envers lui. It announce en meme
'MeBarau obji c.ea. peut-&tre qu'il n'a temps A sa nombreuse clientele qu'il
limais ~t accuse, s uisque la Commission commencera A exercer son art et A
d'Enquie, c-t e honorable commission mettre a son service sa science orien-
'EunqLfte a dcrit que a Th. Eugene et tale pour la gudrison de toutes sorts
tous lesautresemp'oyes confirmerent cette de maladies, gueiison garantie par
lelaration: Asavoir que MeJ. Barau est son incontestable habilet6 d6ja v6-
piopable d'une pareil e indiscretion. P rifide.
Cel ne dit ri.n. Ques ionnd sur la mo- Pour les conditions s'adresser Ruedu
Malit de Me Btrau ( faudrait-il aussi ouvrir Centre No280en face de r'EgliseSainte-
to3enqu9nte debsus), voila les paroles Anne.
!kTh,.Ege6e qui, au D6partement de
'IIttruction publique, fut i'Employd a qui PHOTOGRAPHIE
lekchefde Division s'adressait le plus sou-
astv: Cest de la rroralitd de Mr Barau JH. M. DUPLESSY
9qc le r)ponds le moins *,rdpondit il A ma
IAtIeon. Cela suffi,, pour faire justice Grand atelier de luxe
' acestupide deposition qui, dans I'esprit 120 RUE DU CUNTRE
deMe Baran, devait le laver d'une accusa-
ioi qui pl.ne ausli sur lui.- Travaux de toutes sortes et de
Et, si je voulais ta sonner come Mr Lh6- routes grandeur.
. quand il accusait mon fare d'avoir Reproductions-Agrandissemenits
luga, non seulement 'es sujets de com-
jision de philosophies, mais ercore ceux
th6torique,, dimis Mr Barreao, yant A VE N D R E
ItseSnudes au S6.ninaire, a eu ILl aussi,
KtUt in diug les secrets du La halle situ6e a l'an-
Ptement afin de voir cet 6ablisse-
te ompher da Lycde.- Voil ce que gle des rues du Quai, No
iisson nous disait Dimanche 25 lel-
66L do m in>. 71 et des Fronts-forts
SL. CuVioL,. No et 3, actuellement

fllrl nnV minP onoccup6e par Monsieur M
SlrIIan arlz Emmanuel Moise.
r S'adresser a Me Nar- 1
ri6er.Ls Dappob es. c6s Leconlte, avocat, pr6-
hior ..- Les Maro ins ont tta- ,sent en ceCte Ville.
"t.s'-" s. itloupes cspagnoles stiur ----------
da lrents ; mais ils onut ti -
Soue vive fusillade. Docteur R. R Ewald
D ndote, I(s Marocains ont
r' Ieforts, car on les ap.rgoit en Chiru-gien Dentiste n
S~; oiinTpl g"norbre sur les hao- De retor de J'rumie annogice a ta le
ri5nent gde ia croit que ces rn- clientele et au pubic r qu'il se tietit ir
tdo 'intd l t or doi pays, oh leur disposition A partir de jeadi 5 Pe
Ut, est pr&chde par les Mar- du. courant. et
*'6. Le correspondent du Port-an-Prince, le 3 Aout 1909.
ePh' A Tanger dit que le -
B tAara, 'prd eudant. un tr6ne C LOIRE
iS~ ~t attaqud par les troupes do FEhLIX AGLOIRE


lin t emrt itupar d.
PitoAM01ses sold 1; sont ei p'ep-e i OCA
pies P-4 par le- Saanq gfs zz, Rue diu Cotre, $13,


Une Bouteille des dd

Soda W

Royal
Royal Ginger Ale


Sp6cialif 6s
ler ch0~a3


c pour


licieux


products de la


water C

I kola Champagne


Elle vous convaincra de la r6elle sup6rioritd de ces exquis raffratchissements
Agence G6n6rale et D6p6t:
AU MAGASIN DE LA MfTROPOLE

MASON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT- AU-PRINCE.


Vous y trouverez aussi le
Splendid


Kola


Champagne


Ce sont les meilleurs, les moins chers pour leur quality.
Les Goiter c'est les adopter pour toujours.


Kola de Kingston

Kola-Champagne fortifiant
Iron-brew tonique
de la Charley's aerated water factory
En vente chez Catinat Fouchard
RUE DU CENTRE



Webly Catts Pressoir
RUE RIEPUBLICAINE


de sellerie


de


civil et militaire

VIE NNENT D'ARRIVER I
.:HABIAQUES ImniilAtie-; I1'r cioix
C de luxe ftutre et drap'
PORTES-M.ANTiAUX ell drap pour officers
militaires.
Grand stock de sells et de fournitures
de sel erie.
IBRIDES EPERONS des meilleures fa-
briques d'Europe.
CIIABRAQUE feutre et drap de luxe pour
ge itilshommes, derniere creation.
I'


Docteur C. Gaveau Dr Edmond Hdraux
. D. DE L'UN.VERSITI DE HARVARD Mddecin Chirargien Accoucheur
Consultations gratuites Is Lundis 168, Rue du Centre
de 2 a 4 heures, apres-midi. Proc6dds moder!nes d'application de
128, Rue du Centre, Port-au-Prince. I'Electricite au diagnostic et au trai-
tement des maladies aigcies et chro-
IHniques.
Examen micros- opique des urines,
du sang, des secretions et tissus pa-
thologiques.
CONSULTATIONS : le matin de 7 A
-~ 9 lieures et le soir de 2 4 heures.
Le steamer Prins Wil.em V ve ______
nt da New-Yoik et St Marc est at r
idu ici samedi L2 coirant ; et par C. II. Trerret
A nrnbab'emeit 1, meme i,)0 r i),, L


tit Goave, Jder6me, .Ciyes, Jacmtel
CuraQao.
Port-au-Prince, 16 AotL 1909.
Auei. AIIRENDTS. Ag nt.
6tel Bellevue-
Le mieux situa, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars.--
isine renomm6e.- Vue o r 1a mer.


Ta 1 I leir-Marchand
Donne avis a sa bienveillante clien-
tele que sa mason No.7, Rue Traver-
siere eat toujours bien pour ue d'une
vari6te d'6toffes do la haute non-
reaut6 pariioinne.
QUAMrt SupiaInUR1. COUPs itLoAMrr
TRAVAIL soIOMt. ExicuTIonx ROMPTr
Prix ri rd rits. I


Essayez


des articles


(i.ii~LL


k
!









La Textile
SOCIETI'k ANONYMIE AU CAPITAL DE
120.000 FRANCS

Le Directeur de la Soci6te6 La Tex-
tile informed le public qu'il achete
dis A present au domicile de la So:id-
td, sis A l'ancienne blanchisserie, rue
du Magasin de l'Etat, en face de la
Glacibre, toutes quantitds de feuilles
de Pitte et Oreilles d'Ane au prix de
P. 5 ( cinq gourdes ) les mille livres.
~- *
A LA PHARMACIE

Emmanuel Alexandre
C6 Yaille
La Pharmacie Emmanuel Alexandre
announce A sa nombreuse clientele
qu'elle vient de recevoir pour cette
fin d'ann6e un grand assortment de
m6dlicam cents nouveaux et de bonbons
te's qu 3 : chocolate, raisins prunes,
dra-,es, nougats, pastilles de men
tl~,, p:tstilles de gomme etc, etc.
Elti" vend on gros et en detail et
tojjours A un prix tres modern.


A L'LEGANCEI

0 0 I__'k i) O"IN N IR I E
OORDONNERIE
r0. EECFED
42, Rae des Fronts-Forts.
C(:AUSSUaLS KM DAkP6T,POUR LA VEITZ
Promptitude ot soin aux comman-
dos tant ici qu'en province.
C:aussures de Dame forme at tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
Former americaine et francaise pour
Messieurs ; 616gantes et commodes.
Pour lea infants le plus l'aise.
Tr-avail solid ex6cut6 aveo
des peaux de premibrelmarque.
A ~aranea de grand rabais.
S JA L;, Cirages at Liquides

Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ

JAIME TESTAR
Le chapelier remarquable, avan-
tageusement connu,fait savoir au pu-
blic en general et a sa nombreuse
clientele qu'il vient de transf6rer sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANCIENNZ MAISON DU LOUVRE )
DE LA PLACE GEFFRARD A LA
GRAND'RUE OU RPIPUBLICAINE
No 149. En face de la Poste
Le nouvel 6tablissement est on-
vert sous le nom de la flour de
l'Am6rique
II promet soin et promptitude
comme toujours.


SCordonnerie Nouvelle


GK 1.. PETOIA

te3, GRAb D'BRU:, 1 &3
PORT-AU-PRJNCE
C.AUErURaSa X TOUs GeNRAS
IR D*P6T, POUK LA VKENT
rK SGos XT D* AIL.
aornxmand.rs, tant ioi qu'em
Provinoau.
Formes i hommss ; 61lgantes et r.
tionnelles.
Chaussures de dames ( Domiir. mo-
do dt Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
nees avec des Peaux de routes nuances
d'une selection et duree irr6prosha
blues, B des prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquids
Penar e hasscures do tousw" nuwass.
P kS5r. L_ I IcS n

NESTOR FELUU
L cellent tailleur avantageusemenl
connu de toute la Republique vient
de rouvrir son atelier Rue F6rou,
( Rue des Miracles ) No 61, prbs de M'
LUger Cauvin,
Sa nombreuse clientele trouvera
comme toujours toute satisfaction
nour los travaux qui lui seront con-
rids.

Chez App. Cipolin
55 Rue Rdpublicain en face de Mr
E. Robelin
Viennent d'arriver par dernier va-
pour :
Pate de foie gras. Saucisses trufiees
Pigeon aux pois. Tapioca. Choucroute.
Asperges etc. Fruits cristalis6s par li-
vre et par flacon. Prune d'entes. Vins
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver-
mouth. Cognac. Champagne.

Viennent d'arriver A nouveau un
bon nombre d'exemplaires des com-
positions de Ludovic Lamothe :
La d6licieuse Valse lente tant ap-
pr6ciee c'Tapillons noirs v qui 6tait
6puisee
ANGILE. Valse suggestive.
CAPRICE. Gavotte charmante.
A P. 3 chaque exemplaire.
S'adresser toujours a Mr. VICTOR
MANGONIS, 93, Rue du Magasin de
l'Etat, Port-au-Prince.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures

La Manufacture a toujours en d6p6t
un grand stock, pour la vente en
gros et en detail, de chaussures en
tous genres pour
HOMMXS, FEMMES, EnwAwrs
Les commands des commergants
de l'intdrieur pourront 6tre "ex4cut6ee
dans une semaine B pen prbs.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PUNC ( HAITI )


ntreprise
Entreprise


D'EAUX GAZEUSES
D3-E: P Or I=T-., A_-p "'- :V .E
Fondee en 1899
21, Rue F6rou, 21.
Ginger Kola
Kola-Champagne
Soda-Water
Siphons
Sirops
Liqueurs
Bitter
--u- ---l l~vrrapa~~-r--hF---~I CIIn*I


Les jambons et lards "Swi1
de leur marque "Premium"


Les jambons et lards a Swift mDh il
, Premium sont bien connus et pr6f t.
toute autre marque. Leur popularity estg
A leur quality r6gulibre, ainsi qu'A leur.
apparence et a leur goit d6licieux. Logs
SSwift's Premium U. S. Inspected sont WO
ques au feu sur la couenne de chaque pli
qui est emballee dans de la toile et dau
parchemin. En acbetant des jambons$q
lards, veillez a ce qu'on vous livre la mal-
. Swift's Premium. *


Saindoux pur
marque "Feuille


swift"
d'Arg;1


N ~ys--&~-~c
Z-`CPR;


C'est du saindoux tout-A-fait pur, coming ia
du fondoir, mis en sceaux m6tallliqus, hel
quement ferm6s. 3. 5 et 10 lives. C est II
doux type de l'Am6rique'; ii joult d'ae hnh
putation, et la vente en est 6norme.


Ces articles se vendent A l'dpicerie de Mme Zak6, chez Mr JuBtIn '
mas et chez Mr Henri Brisson.


-I


se magez plus pain!
S'il n'estfaitavec la "Pillsbury's
Best."
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus l6ger.
Pour tousrenseigewmaAits s'a-
dresser A :
Ernest Castera
repr6sentant de la PILLSBUr's WAsE-
nURx FLoua -MILe Co MImx APOL
BILS


Chapeaux I
Chapeaux I
.Chapeaux t11
PAILLI I POITS-RICt
ACCOUREZ CHEZ
Feliberto Gonzales
ET

JOSE SAN MILLAN
FABRIQUK DK CHAPIAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure dv Leuvre
Pour toes les 1go9 et pour touts,
leu bouleres.


Grand Rabais
JAMESTOWN TERCENTERNIAL EXPOSITION (1907)
HAS CONFERRED A
rsli Meaelo uplonn -n


Tannerie Continentale
DE PORT-AUO-PRINCE
CHAUSSURES
CasyVRAU GLACi, pour hommes et dames P. 10. Enfa nts
VRa Iis tCLIPS ( 12 1 t
COULZUR LOTUS s I1 1
Pour la vente en gros 5olo d'oeoo e


PIl--lllarPr~i~a~-7 ---CCI 1 I ----C--- ~- ~--r I --s L ---- ~ --~CI~-- T---- C ~Q--1 --*1IIIIPI


,