<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00702
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 19, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00702

Full Text


tfroelbm Ann6,e N* 718


PORT-AU-PRMNCE, HAM?1


Jeudi, 19 Aoat 1909.1


C'


1


J


a3.


OUOTIDIEN


Abonnoments:


_19?.kU.PUINCEI

RtPLRTEMENTS
"G] .....


Ua Moi$.

UN Mois.
Taois Mois
Txitas Mols.


2.00
5.00
2.20
6.00
8.00


DIRECTEUR-FONDATEUR

Cl6ment-Magloire

ADMIMISTRATruR, Arthur Isidore


L INUMIRo 15 CXNTIwruS

Lee umass"Cits Imsl~r"s u 22m8 om Me gI P~OS uaul
DIRECTION-MtACTION-AIDMINISTRATION
45, It" ROx, 45


en musique aux


aUvieaxparc. .
A la vdrit, ii n'y avait pas de parc
dais la petite propridtd de Mr et Mme
ifred Nangy Turgeau on n'y re-
marquait qu'une all6e joliment sablee
*tdanscette all6e un jet d'eau. Quant
fla musique qui venail de se faire en-
tndre au moment oC nous nous levions
d4table, c'dtait un piano. Un piano en
soi eat pea de chose, mais quand c'est
tudovie Lamothe qui le fait vibrer,
Un piano devient imm6diatement un
objet d'art consequent. Or, ce soir de
mercredi gras, divin avait 6td le jeu de
Lamothe-dont les compositions vien-
gent d'etre applaudies & New York par
lirichissimes diners du Waldorf-As-
lifE.(Cea pauvres artistes haitiens S'il
'y avait pas des Blancs pour les ap
pr6cier, quel sort eit 6t6 le leur )
Mais laissons les gracieuses invites
deMme Nangy valser au rythme de la
u~ihme espagnolede notre genial com-
triote, arrachons-nous de la contem-
pation de toutes ces jolies tWtes pou-
4riesetgagnons la large galerie 6clairde
al'ac6tylAne oh des messieurs attablds
lUendaient les jetons, qu'un gargon
4ait alld qudrir bien loin, pour qu'ils
"ssent commencer leur parties de bte.
Iltavaitlaqelques-uns de nos plus rares
Pseurs: Lys Matheux avec sa belle
1rt triste et son sourire m6prisant,
Mauimilien Delangle don't les yeux pb-
ailaent de verve derriere ses verres,
agent de change Alexis Montet tou-
lor travaill4 par son idde de changer
orientation de l'esprit haitien trop
!ro-latin et Pauldmon Lambert Trde
intelligence serene et scoeur trem-
p&.Sept fois dans le neant divin. a
6II'enfon0ai dans le fauteuil que ces
m"es distingu s me firent 1'hon-
r de Im'offrir, puis j'allumai un ci


II .
-i carnaval a Port-au-Prince,
: ois mai c'Btait tout a fait char-
a 1tte exclamation de Maximilien
'leg, A&lias Montet se mit A dvo-
.r soUvenirs.
Ah Ioui t.
zM', oSl, fit-il, le carnaval...
t 'O t iomon, vers 1886-87, c'6-
itte cavl ts bien. Vous rappelez-
I* le, eaalcades de la Bands Jo-
s ~toe etaia. Qqel entrain I uelle
'sUICest toute ma jeunesse que je


DU JEUDI n'est perdu ... on n'a qu'A faire appel 1'autre pour se licher, croupionner fu.
aux energies nouvelles... rieusement et se reprendre ensuite avec
Mais un eclat de rire sonore de Lys une fougue nouvelle. J'dtais intrigue au
UET S Matheux coupa la parole A Dalangle. delay de toute measure.
U ES ((-Toutes ces graves consid6rations... "Quelle 6tait donccettefemme d'essen.
A propos de mardi-gras Avouez, mes- ce peu;commune qui s'encanaillait ainsi'
sieurs, que vous etes 6tonnants s'6- Et I'homme ne m'intdressait pas moins
revis' lA, en me remdmorant ces cho- cria Matheux. C'6tait assur6ment un original. Un de
ses Et puis quel etait le jeune hom- ces 6tres de quality qui trouvent un pi
t ul ti l III ment de plus dans la voluptd quand eile
me qui ne se d6guisait point, en ces meant de plus dans la voluptd quand elle
jours de folie I Que de raffinements Ici, Paul6mon Lambert Tr6vier es- descend jusqu'A la crapule.... Pendant
d'614gance pour aller intriguer les de- quissa un geste doux et parla ainsi: les rares minutes o0 la musiqtue se
moiselles et les dames qui emplissaient (- Qa'il me soit permis, messieurs, taisait, les deux masques enlaces se pro-
les balcons et les galleries des maisons de vous center una petite histoire de menaient un peu, mais sans prononcer
de la Grand'Rue Quelles d6penses de masques en Haiti. C'est d'autant le une parole, pour recommencer leurs
satin,de sole et de rubans! Quee d dd- moment que vous venez de fl6trir le bats aussit6t que l'orchestre entonnait
clarations passionndes sous les mas- vice... Au mois de mars de l'annee der- un nouveau chahut. Ils paraissaient ne
ques et combien n'est-il pas sorti de niere, dans la soirde du mardi gras, pas connaitre la fatigue. J'avais les
manages de cceir en ces p6riodes l'id6e me vint d'aller jpter un coup yeux fichds sur eux comme sur un cau-
dtourdissantes La Grand'Rue elle- d'ceil sur le bal populaire que la Corn- chemar. La dame surtout m'alfolait. La
mime, de quel- fourmillement de vie mune inaugurait au march du Poste- curiosity qu'elle excitait en moi dtait si
ne d6bordait-elle pas! Et quand le Marchand. Q iand j'y arrival, vers les aigue que je songeais a arracher ce qui
soir venait, dans les maisons les plus huit heures, une foule compact et lui servait de masque, quite a avoir
frequentdes de chaque quarter, les tumultuaire s'agitait a lint6rieur du une afr.ire avec son compagnon, a-
bals succddaient aux fantaisies de l'a- march. A l'entrainement d'une mu- press.
pres-midi... Aujourd'hui, tout cela est sique enrage qui ne jouait qne des "Mais une voix me disait intdrieure-
mort. Plus rien. Des bandes de vokons meringues et des contredanses, les ment : Tu n'as pas le droit de fair
puant le rat mort, croupionnant des mascarons ddfilaient et les femmes cela!" J'en dtais 1a de mes r6flexions,
danses obscenes, dructant des salet6s hurlaient. quand la petite dame eut un mouve-
et mendiant des sous--voilA le carna- C'dtait un sabbat hideux de gens ment de goule : dans un recul tde sa
val actual. Quelle tiistesse sales ne dansant pas,A vrai dire, mais se croupe se contorsionnant, elle m'avait
Tout est tristesse aujourd'hui, saisissant plut6t A bras le corps dans vigoureusement press centre le piliir.
dit Paul6mon Lambert Trdvier. des trdmoussements de rein effrr6ns. Elle se retourna et s'oubliant, me dit
(- Oi, tout: appuya Alexis Mon- Peu de ddguisements. Mais j'aime tel d'une voix douce: "Pardon monsieur.o
tet. It est de bon gofit de s'ennuyr element la vie que ces fantastiques d6- II n'y a pas de mal, rdpondis-je en
mortellement A present. Chacun vit hinchements dans lalumi6re dlec'rilue, souriant, mAis c'est votre visage qua
pour soi et croyant fire de la poli- ne me d6plaisalent pas, en some. Je j'aucais aim6 voir." Alors l'homme aul
tique, 'est qui mentira le plus tout me frayai un chemin et j'allai m'appu- haut deform s'avang3 vers moi et por-
le long dest ourn6es. Le carnival no yer centre un pitier du c '6 sud oi la ta la main A son revolver,en me toisant.
dure plus quatrejours, mais touted I'an brise qui soutl'ait balayait un peu les Oh! fis-je, avec un sourire supdrieur,
re ua jours, ue l' oeurs f'i les ui s'exhalaient des p n'ai pas l'intention de ddmasquer ma-
n6e et chacun porte un masque : y- or s dam .' et je lui tournai le dos.Pour par-
pocrisie. Le moment est arrived de ce- corps. -ain et e je onti a d marc
16brer les fundrailles de tous les sen- Tout d'un coup, dans une houle df mon air ddaieteu et quaind ieus ia i
timents nobles. On n'a plus qu'un sou- formidable provoqude par un dchevelle- d'n air ledatoligeu et uand j'eus lii
ci : se procurer A manger. II y a trois ment de l'orchestre attaquant la mdrin- de fire le tour ili bae, je revins ngli-
classes sociales en Haiti depuis Hyppo- gue des mascarons un trombone sur- gemment a mon pilier.o ldlas, je ne re-
lite : ceux qui mangent bien, ceux qui tout et un tambour faisaient rage -j a- trouvai plus le couple mystrieux. Pi-
mangent mal et ceuxux ui ne mangent pergus A deux pas de moi un couple qu au jeu, je ma mis parcourir ta
pas du tout. Vous riez, messieurs... qui se d6menait avec une frd6nsie con- tous sons le mamases 6ais sans resultat
mais ce sent des larmes que vous au- vulsive. La femme, pas grande, portrait les deux masques etaient bel et bien
riez du verser I vous n'avez done pas une jupe dcossa se trbs court, une artist. Avt c eux, s'en dtait ale pour
remarqu6 que la bienveillance a com- chemise rose A home et avait le vi- moi tout intdrot de la soir6e. Je
pldtement disparu de nos moeirs. Hai- sage masqu d'un triple tulle. Un ldger sortis sur le trottoir du march en-
ti est le soul pays de la terre ofi les feutre couleur tabac, cassd sur le comnbrd de families qui venaient regar-
ti est le senl pays de la terr du ^ der ces belles choses a travers les gril-
relations ne servant de rien dans la devant, lui se.vait de coifure et ses cs belies choss traveru les gil-
vie sociale... mains dtaieot ganties d-- blanc. Ce der- les et ji gagnai la rue du Poste-Mar-
vie socale... clandl rentrant lenlement chez moi.
S est certain, intrrompit nier detail me frappa. "Voi'a une fim- hand, rentrant lenlement chez moi.
Il est certain, interromit me du people qui me fit singulire Arived A 'entrde du Chemin des-dalles,
langle, quo le niveau moral du pays a eff n'e p i", en -, je butai centre Pastry, ce blanc pays si
beaucoup baisse. Mais 4 qui la faute ? ment I'ef t de n'en pas tre", pens-j forrm6 et si savoureux dans ses "au-
Laissons aux sociologues le soin d'ta- Je lexaminai avc plus d'at entionu liences "
blir los responsabilitLs. D'ailleurs, ii y la fagon dldgAnte dent ses petits me dit Pastry.
a beaucoup d'honnsa te gens D leun ti, et pieds 6taient chaussds et le parfum qui Je les ai suivis, me dit Pastry.
ce petit no nbre qui lutte r6pond de se ddgageait de son corsage -de la vio- Qui
i'honneur de la nation. Et c'est ainsi letter de Parme Lubin me confirmb- Les deux masques qui vous in-
partout. Qaelle est l'4poque qui ne rent davantage dans mon hypoth se. triguaient si fort.
marquat point par la concussion, le Pour l'instant, cette femme dtait corn Ah bah!
mensonge, la prostitution ? me vissde a son compagnon un horn
me de taille moyenne, masqua de triple Vous les contempliez avec une
Tout est done pour le mieux, tulle aussi, coiff6 d'un chapeau haut de telle intensity d'attention que vous ne
fit Montet dans un sourre d'ambre. forme et v6tu d'un habit noir fAisan1 m'aviez pas aperg-ie a 'autre pilier qui
ironie. contrast avec sa chemise A jabot et son vous fads 'it vis- vi... Mais j'ai voul
S-Je ne dis pas cela, r6pliqua De- pantalon blanc. II y avait quelque cho- savoir qui dtai-nt ces gens, et je le sais
angle qui tait candidate au ministbre, se de maladif dans la mani"re q3 ce- maintenant. E t v6rit, Port au Prince
ma .je crois pouvoir avancer que rien deux etres 6tranges se :collaient I'un .'devient de plus en plus... capital. J'ai


*
-




t

-


CONTEST


MAS(


Le repas s'achevait
ougies,


_~LIllllllllllllr~1~111~1111111~11111


_ p~-.u ---I -I I I re ~--LI. ~LILIII I L-OI~LIL~


'I Iq ,--c-- -P -~ -~113~L~-~e ~-llC-3e~---C7 Ir -~e ---e -~- -








su d'abord qui ftait I'homme. .. Vous
ne devinerez jamais, vous savez ?
Qui est-ce ?
-- Urddeau, mon cher, Emile Ur6-
deau !
Et cette personnel qui dansait le
cancan avec lui, c'est une drl6esse ?
Pas du tout.
C'est ?
Sa. .
"- Le jeu de b6'e"! s'6cdia le garcon
en deposaut une boite sur la table.
Cette brusque interruption m'empecha
d'entendre le dernier mot prononc6
par M. Pau!6mon Lambert-Trdvier.
FERNAND HIBBERT.


DITES, DOYEN, POUROUO[ ?

Un jour de join 1901, c'6tait aux bea, x
temps de la pr6sidence du g6ndeal Sam,-
le ?'N.uvelliste pubtia ceci :
a Le 19 janvier de cette annee, le gene-
ral X .,commandant de la commune de....,
fit invittr les citoyens Y..., Z .., W....-
Rendus A l'appel de cette antorit6 et, sans
mot leur dire sur le motif de leur invitation
elle ordonna, de fire ba:tre le rappel, puis
les fit consigner. Peu apres, le general pro-
norna ces paroles :
u Conduisez le g6n6ral S... au cachot
et mettez-le aux fers. Vous, notaire J. D...,
allez faire son testament.- Tambours ser-
rez vos caisses et battez l'assembl6e g6nd-
rale.-Vous, caporal, allez fire creuser
deux fosses au cimetiere des vario!eux. a

<. Dix heures sonnerent, et les d6te-us
dans les fcrs finirent par avoir la cer'i ude
d'une execution sonmaire, lorsq'e le chLf
du quarter de la Petite-Riv .re, co:nman-
dant le peloton d'exdcution, arriva devant
la prison, fit faire hale A son d6 achement,
inspect les fusils, distribua les balles et
hela de se presser avec la corde.
w II nous est revenue que le gdaCral lui-
mrnme ens. ignait A la battene la march du
d( fi 6, en entonnant son air.
. . . . . . . .
L'un des detenus, M. S..., s'adressa au
chlt du peloton d'ex6cution et lui dit :
a- Genral, par ce que je vois et j'en-
tends, on v, nous fusiller. Je voudrais vous
prier de m'accorder une faveur.
e- Laquelle ? r6pondit-il.
Kr- A quelques pas d'ou l'on fait creuser
les fosses se trouve le carr6 de ma mere.
Auriez-vous la complaisance d'y faire creu-
ser ma fosse ?
a Je verrai A vous satisfaire, r6partit-il.
w Mais, A propos, lui dit le detenu,
pouvez-vous me dire la cause pour laquelle
on va nous ex&cuter ?
Oh vous n'en savez rien ?
S- Mais non, lui dit le prisonnier.
Le general X .. ne vous en a pas
parle ? Eh bien 1 i s'agit de placards ecrits
en lettres majuscules et jets dans la
ville... ,,

VoilA ce qui se passa dans le pays en
l'an de grace 190O, le 'NTouvelliste 6tant vi-
vant et.... pansu. Croyez-vous qu'il ait
alors interrompu sa grasse sieste une mi-
nute pour lancer les foudres qu'il trouve
aujourd'hui ? Vous vous attendez sans dou-
te A trouver a la sure de ce r6cit une con-
damnation en rggle des executions sommai-
res, un decochement virulent des expres-
sions de bourreau et d'assasin. Pui-, plein
de la sainte indignation qu'on tale aujour-
d'hui, on va sans doute demander que les
coupables de ce r&cit soient livr6s au glai-
ve de la justice et de la loi ?
Vous vous trompez du tout au tout et
vous oubliez que nous ne sommes pas en
190o8, mais en 1901or. A cette'6poque, voici
quel fu te leangage de notre Doyen devenu
depuis si farouche.
e Ici une digression est n6c-ssaire
C'est par une fausse idee do fonctiona-
risme public en Haiti qu'une autorite se
sert de son pouvoir passage pour assouvir
ses passions dans le sang de ses concitoyens
en touruant centre eux la force don't elle
a la disposition pour proteger la soci&t, et
defendre ses intets. .
Et ce fut tout.
Nous nous trompons, ce ne fot pas tout.
Qpelque temps apres, I. Marcelin, :rang6


'aujourd'hui an nombre des bourreaux,
&crivait i c stjet dans son livre L. Pass,
page ro6, l'adre-se du Kouvelliste. :
Je vous prie de savourer la r6flexion:
Ici une digression est lncessaire : C'est
par une fausse idle du fonctionnarisme
public en Haiti qu'une autoritd, etc..
etc...
Je ne connais rien de plus triste, de
plus doloureusement pitoyable. C'est tout
ce que I'acte suggare : unefausse idle du
fonctionnarismepublic Je crains bien q,'lA
I'occasior, le protestata're ne traite de
m6me ses 'adversaires. Son indignation ne
parait pas solid. Elle ne paralt pas, fondee
sur le respect immuable de la vie humai-
ne...
Pour cette gendrale ba tue, pour ces
trous fouills, pour ces fers, il n'a trouv6
qu'une phrase, et quelle phrase !... Non,
Monsienr, il n'y a ni idee, i fausse idee,
ni foactionnarisme, ni quoi que ce soit
chez I'homme qui se conduit de cette fa-
Con. .Aucmu de ces mots n'est de mise ici :
c'est les y prostituer...
La verite est .qu'oa n'agit plus ainsi
m~me a la c6 e d'Afriq ae...
Nous avons encore quelque chose a dire
A notre veuerable Djyen ; mais come il
a promise de continer sur notre compete,
nous aurions voulu, avant d'aller plus
Icin, avoir de lii uue petite expl cation sur
les raisons pour lesquel'es il fut moins
farouche en 19o0 qu'en 19o8,- au point
de se voir fair la leton pr F. Marcelin.
Dites, Doyen, pourquoi ?


~5#E IOb1~r i

RNENBIGNEM.MM-L-S
M3TROROLOGIQUES

bOl3mevttoiUx
DU
SEgINAIRK COLLIGI St-MARTIAL
MERCREDI 18 ABOUT 1909


Barom6tre A midi

Temp6raturel"min"m


761, =/"3
23,o


(maximum 35.2
Moyenne diurne de la temperature 129,5,
Ciel clair jusqu'a 8 h. dui soir, se cou-
vrant ensuite. Pluie A i h. marquant 12 1
millimetres. Brise de m er d'assez bonne
here. Barometre en baisse.
Nota. Le cyc'one a pris la direction
N W et n'a touthe aucune t'e"
Un nouveau couche cyclonique se trotrve
au Sud E;t de St Kitts et A l'air de mar-
cher sur Potto Rico.
(Depeche du Weather Bureau de Wa-
shington.) Ainsi la c6te Nord Est de la Do-
micanie peut are atteinte par la gauche du
cyclone.
J. SCHtRER
Courses de chevaux A L6ogAne
Le conseil communal et its autorit&s lo-
cales out 1'honneur d'inviter Mrs les ama-
teurs de jeux hippiques, aux courses qu'ils
donnent l'occas:on de la "fete paroissiale
de cette ville, le lundi 30 de ce mois.
Fermeture la malle.
Les derpches pour New-York et 1'Europe
-via leremie par le s/s "ParNS FRIEDERICK
HENDRICK" et celles pour Petit-G. ave, J6re
mie et Ioague par le s/s ALLEGHANY se-
ronl fermees ce soir A 4 heures precises.
D6c63.
Nous apprenons la mort de Marie Joseph
Hyppolie, decedee ce matin A 2 heures.
Le convoi partira de la maison moruaire
Avenue de Turgeau pour se rendre j l'E-
- g ise Ste Anne.
Condoldances aux epoux Edner Hyppo-
lite.
*
Les funerailles de Bertrand Desroches
B teau dEcede hier A 5 heures de l'apies
midi auront lieu avjourd'hui A la Cathe-
drale.
Condoleances aux families eprouvees.
Fianoailles
Nous avons rcqa la carte de fianqcilles
de Mile CLARA MARCELIN avec Monsieur
CRODOLPHI MERCIER.
Compliments aimx jeunes fiances.


_ I -- ~---


Chaffare des Dputls

Sance du mercredi 18 aoAt 9go9.
D&s l'ouverture de la seance la Chambre
entame le vote du budget des Travaux Pu-
blics.
Le dbpute Beauharna's lemande le re-
tablissement des appointments des Com-
missaires do Gouvernement pres les Che
mins de fer des Gonailes. Le Ministre des
Travaux Publics est d'accord avec lui ainsi
eu le deputy Durand qui a eu l'occasion
den parler i la Commission do Budget.
Une valeur de 1oa ooo gourdes est prvaee
i ce budget pour reparations d'6glises.
Les d6putrs Durand,Charlot,Desgraves,etc.
r6c'am-nt pour l'eglise de leur commu-
ne qui n'est pas portte sur une listed de r6-
partiton dress6e par la Commission do
budget. Le depute Mombeleur trouve trf6
natural que ceux de ses collgues qui n'ont
pas etC membres de la Cormission dA


Bulletin offioiel du D6parte
ment de la Justice.
Cet intressant bulletin a para avec 1
sommaire suivant :
Partie officielle. Expose de la Situatiot
du minister de la Jus-'ie; Jogement dt
Tribunal civil d.s Cdyes: Vve Henr
Blanchet centre Vve Boarpolly et consort!
Tribunal de Cassation : i Arret Itouchan
I'affaire Cajuste Bijou centre docteur Louis
Jean B:jou ; 20 Arret : commune de Port
au-Prince centre Vve A. Lilavois ; 3o Ar-
rt :Affaire P. Perraud, ingenieur centre
Ev6que du Cap Haitien; 40 Arret Rob-rts
Nortz et Co centre Emile Barreau ; S
Arret : Damisca Nelson centre 1'Etat : Ju-
gement du Tribunal civil de Port-au-Prin-
ce ; Ardtile Rosemin centre L. Raym"nJ;
Rapport de l'ex-senateur Nemours Angus
te relatif A la loi sur les syriens ; Loi do
roAoilt 1903 sur les syriens(commentaires)
Circulaire de monsieur Arteaud, secretaire
d'Etat de la Justice,
Partie non officielle. L'inviolabilite p r-
lementaire et le flagrant delit. Chs BJu-
chereau ; No nination de Mr Arteaud ;
Note: Mr Jn Louis Vritd juge en Cassation;
Projects de r6forme des droits d'enregistre-
ment et du timbre- Albert Nau, profes-
seur agrge A la facultE de droit de Lille.
Nous en recommandons la lecture car
les matieres qui y sont traitees sont du
plus haut intbret.
Avis important
Le soussign6 announce au public qu'il a
perdu nerf b lets de la Loterie de Sinto-
Domingo -tirage du 22 Aost don't le lot
est de 3.000 do"ars. Nos 20to, 1o2, 107
2008,2015 ; 3056, 3062, 1102, 1109
3065.
A. MUNIER.
Marriage
C'est hier A huit heures et demie qu'a etd
celebrb A l1'glise paroissiale de la Croix-
des-Bouquets, le marriage du Docteur Etien-
ne Kernisan avec Mademoiselle Marianne
Coupet. Les 6poux ont t conduits au pied
de I'autel par le Docteur Jeanty et Madame
Emmanuel Basquiat.
Le Rev&rend Pare Leroux a adress6 aux
nouveaux 6poux des paroles de felicitations
et de bonheur. Ont quv:. : Monsieur le
Docteur F6!ix Chenet avec Mademoiselle
Alma Lespinasse,Monsieur Paul Emile Ker-
niz.n avec Mademoiselle Virgina Joseph,
Monsieur Louis Prophkte avec Mademoi-
selle Philomene Coupet.
Arrivage
Ce matin est entree le ss < Alleghany P
avec les passagers suivants venant de :
Cap-Haitien.-Mlle L. Monvalzir, Mr J.
Monva'zir et on enfant,Frdre Gamaliel,Mlle
Dorila, Mme O. St-Aude, Alexandre Ber-
nardin.
Port-de Paix.-- Mr Leonce Laraque, J.
Kalil, Carmen Garqon.
Gonaives.- Dr A. Bria, Mme E. Lacroix
Mile M. Lacroix, G. Lacroix, H. Licroix,
J, Entwislt. C. M6tellus, H Valentin, H.
Mc Guffi. E. d'Haiti. Mme L. Bourgain et
enfant, Paul Maurice, John Osler.
Haiti Politique et Litteraire
Parait demain avec des matieres tres in-
teressantes.
Nous en publierons le sommaire.


que difficilement qo 'pre0 s l me5
Proposition de loi ar It a mrii
Budget, le commit


C -- -- --- C-r ___


- budget produiseat lears obser,.
propose de laisser cette valeur de t.I
e gourdes la disposition d .li do
Travaux Publics qui en fera "are
n M. Morpeau est centre cetrepartto
a tion, car l'annee deronire on pi
i cette valeur A la disposition dPr Dipa
Sent des Travaux Publics et aucunn gl
t na rien obtenu. 11 propose d'acter les
s prorata de la Comimission da bket
Le dputd B. Jn-Franois est de' oa
avec son colldgue Mombeleur et esta
que cette valeur soit rpartie par le Mi
re des Travaux Publics qui aura voy
Sprochainement avec le Pr6sident. Ii
done en measure de constater les rpar.
-iOas que mdri.ent certaines ;glises. ise
aux voix, la proposition Momb-leur a
rejetee. oelu
Lt dSput Ch.rlot demand de prilevr
Soo0o goardes sur les 30.000 port es po
rnparati)ns de wharfs en faveur de l'Ecoe
natiota'e d'Agr:culture. Sx propositi
combattue par son col!Dgue Jeannot, j
rejet6de.
Le ddput6 Mt mno% propose de distaire
18.ooo gourdes des 1oo.0oo porties por
les reparation et construction d'RdificesT
blics pour la construction de 'h6 tel
l'Arrondissement de Mirebalais. Une or.
donnance a 6te dressee de ce chef m1ai
n'a pas :- payee ; le depute de Mitt
balais demand 1'inscription d! ces 8.ooo
ourdes au budget prochain. La Chamb
decide de porter cette valeur au badgetd
la DeIte publique.
Le depu Valembrun demand 5.00
dollars don't 3 ooo pour l'Eglise (.Holly)
et 2 ooo pour le Temple Wesleyen. St
p-oposition appuyde par son collogue Brdly
ost votee.
Sur la demand du depute Legendre il
sera portn au budget 8.000 pour la Com-
mune de St Michel du-Nord qui est d6
pourvue de bureau delplace,d'arsenal et d
Bureau d'Arronditsement.
Le depute 'alembrun fait remarquerau
Ministre des Travaux Publics que la ques-
tion d'eau doit etre son principal souci.En
ver u des dispositions de I'art. 76 de i
Constitution, le Secr&taire dE at a retired
le project de contract du service hydraunlae,
la Chambre desire savor si I'Execotift r
va pas s'occuper de cette important bran
che du serv ce.
M. -P6ioa Pierre Andr6 lui repondqu'il
n'attendait que le vote des budgets poua
soumettre A la Chambre un project decon-
trat relatif au service hydraulique. On paq
au budget de I Intrieur don't le prince
est mis en discussion. Le depute BrIdy
propose de suspendre l'ordre da joar pout
passer an vote de sa proposition de loi con
cernant le Gendral Legiume. Le ddput
Jeannot tst eontre cette proposition. Le d&
pute Pierre Paul est d'avis que les travel
soient suspendus afin de rjeter s'il y alii
lUs conclusions du rapport an question.
Les trivaux soot suspendus et le deput
Brddy compete sur 1'accueil toujours bieD
vellant de ses collegces pour que le G
neral Legitime ait rn abri.
M. C. Rigaud dit combien il est dani
reux de voter un budget s la lgere. -
gen6ral les deputis sont tooloujos centre
augmentation faites au budget Aoiord't
ce sont les Ministres qui sontr oblige
crier A tuelate qu'i n'y a pas lieu d'a
center le Budget qui est dejA tour dsd
libr.
La Chambre pursuit le nministre,
bien prendre garden, car le GouveblemA
pourra si trouver dans al mp0tibilt :
payer toutes ces augmentations por,
budget, et il ne fraudrait pas quedisio
prochaine elle vienne dire que ses dc
n'ont pas ete respect ees.ale
Le Ministre conclut en demanding t
jet de la propo ition Bredy. erso
Le depute Gourgue, ami pe
General Legitime, propose le reject de
proposition,car le Pays est trop dpaVfr
fire de pareilles hlbera'ites dLdCp
not dit que son colIgue B.:dy ,o
ment-commis une erreur en der
00ooo dollars en favor do GlCu a n.i
Ce grand citoyen, condtaii sIs iiou, -
son Pays qu'il aime pardesss IOti
se pent pas qu'il ait dJonn ap i,
teur de cette proposition donj i o
General Legitime touche dloj 500 o
de pension par mois, ses loyerS ,
res aUssi que sou pain. Da rese i de


r


-~a~L


MN








d..rder_ ,la Chambre. Le ddputd
Cdiclear qu'il aim e mieux ne pas
s dcocl u oals'-ons de ce rapport.
,jen les conJeao3ot declare qu'il aime
d6p qalier les conclusions de ce
itPP u nnDo yon president du Comiti
dipatD6 o dDque s'dl fallait qua-
tbrt ant r chose que le rapport
:Sr/ ily aur 0_
y ioln qal fier...
:.s question q conclusions de ce,rap-
-tsot reees._ dget de 'Int6rieur. Au
E'0 t~pensael s extraordinaires, le dd
C miles on aprn s avoir fait ressor-
sis qltS qui' distinguent notre ami,
missus lqi vient d'inventer un ap-
i d0aot nOts av[ns deja parl6 ici m&me,
1de U'il tsoit prllev6 6oo dollars des
Sour frais extraordinaire a an
todRe de 1'Iotdrieur. Cette valeur sera
1 disposition de ce jeune et intelli-
l decin pour lui permettre de pren-
des b-evetS pour son invention. Le
SJeannot et le Ministre de l'Int6-
:Lr disent quoil no suffit pas de dire qu'on
efnt6 an appareil, il faut qu'il y ait
I 4pices pour le prouver.
I Ita xoix l1a proposition Leon est
Le. La Chambre a pu voter entirrement
k Budget du Dupartement ds l'ITtrieur.
lvotera ceux de V'Agricultre et de la Det-


'Osaka et du lac Biwa. Une 16gere secousse
a 6t6 ressentie a Tokio. Les rapports requs
des districts parent de 30 morts et de 82
bless6s : on craint que le nombre des vic-
times soit beaucoup plus dleve.
LONDRES i$.- Les Cretois convaincu
que les Poissances protectrices mettraient
a execution leurs menaces de d6barquer un
detachement de marines A la Canee, s'il n'd
tait pas fait droit a leur requete, out pro
mis d'enlever ce soir le drapeau grec flot-
tant sur la forteresse.
COPENHAGEN 16. Le comte Holstein a
rdussi a former un nouveau cabi et com-
pos6 de Mr J. C. Christensen, A la marine
et a la guerre : Neergard, president du
conseil, aux finances St-Thomas Larsen,
aux traveaux publics.- Les titulaires dts
autres ministeres dans le cabinet sortant
ont retenu leurs portefeuilles.
LONDRES I6.- Le paquebot < Lucania D
a &t6 renflou6.
MONTEREY ( Mexico ) 16 -On estime A
So le nombre des victims de l'inondation
qui 6prouva cette ville la semaine der-
niere.



Ligne Atlas


Essayez


Une Bouteille


Sod


des dl6icieux


products c


le la

I


Water C

Royal kola Champagne


Royal Ginger Ale
Elle vous convaincra de la r6elle sup6riorite de ces exquis raffratchissements


Agence G6n6r
AU MAGASIN DE


ale


et D6p6t:


LA MfTROPOLE


MAISON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT-AU-PRINCE.


Vous y trouverez aussi le
Splendid


Kola Champagne


Ce sont les meilleurs, les moins chers pour leur quality.
Les Goxter c'est les adopter pour toujours.


oPabliqae, agourln d
p bliqeauLe steamer Alleghany" partira
ce soir A 6 heures pour Petit-Goilve,
J6remie, Savanilla, Cartagena, Santa-
Marta et New York pregnant la malle,
fret et passagers.

Dernii6res D p6ciheS. La malle pour 1'Etranger via Jdr6-
mie par le "Prinz Eitel Friedrick
SL'Espaa Nv, or- fermera A la poste cet apits-midi A
MADRID Is.-- L Espagna Nueva, or- 5 heures pr6cises.
pnedel'opposifon, dit quen raison du
nombre d'hommes qu'il lui faut pour de- Port-au-Prince le 19 Aoft 1909.
fedre M.lilla, le g neral Marina ne dispo- F. HERRMANN & Co, Agents.
tegare que de 13 ooo pour sa march en
that et qu'il est en consequence n6cessai-
a de porter ses effectifs au total de 40.000 8 ANS DE SuccPs
onmes. La Epoca, journal m-niste-
Wel, est do mIme avis.
FEz It.- L'arm6e do Roghi, le pr6:en-
detau tr6ne du Maroc, a '6- ba:tue par
ks troupes impnriales, qni ont pris son
cap et ses femmes.
Le Roghi s'est enfui dans les montagnes; Topiq .
knombrede ses partisans ont 6it tuss Topique D. SERRES.
ouaits prisonnier. Pour les Chevaux
LACA~E IS.- La nuit derniare, une, Gudrison rapide de Boiteries, des
Wde de paysans arms a occupy la forte-, Plaies anciennss, Ecarts, Foulures,
use poor sopposer par la force a l'enla- Entorses, Fluxions de poitrine, etc, etc.
ment du drapeau grec ordonn6 par les Pansement facile, rapid et d'un effet
qatre Paissances protectrices. certain. Repousse du poll assuree.
Le cuirasse d'escadre anglais "Swifsure" I
etr'ancre aujoord'ui dans la baie de la DEPOT : Pha, macie Moderne
:ude.LeGonvernement Cr6tois ayant don- Rue Roux, No 108 et Rue du Peuple,
sa dmilsion, l'administration de l'ile a No 124.
Wconfie i des commissions provisoires : PORT AUE (
allesci oat fait expulser de la for eresse PORT AU-PRINCE ( HAITI
h bandes de paysans arms qui y 6taient -- ---
aries hier pour S'opposer A l'enlavement T X f
darapeau grec. Ellcs n'ont cependant pas VE N D
r;ore ait amener ce drapeau.
TOWLON i-.-L cuirass6 Jules Ferry halle situe an-
Sordre de fire immdiLa aatement sonsit6e
Seak de carbon afin d'tre prt a partir gle des rues du Quai, NO
Sh Clete. O dit que le mmrne ordre
Sdoen6 aux cirass6s d'escanre Jau- t des Fronts-forts
libertyy Buvet et Sufifren. "71 et d sF o
fONE4- ges croiseurs-cuirasses No I et 3, actuellement
tm co erructo "," Varese" Ban-e par monsieur
a ,otpanis a2iourd'hui pour la Crte;e par Mon
stt uivis pa les cuirass6s d'escadre E mn Moi
S Eea Napoli" et Vittorio Emmanuel Moie.
eL o=-. Napoh et V tton
IJCLe" .-. S'adresser a Me Nar-
.5 Is. Un violent inceodie a
e soir sept heures A bord du Ces Leconte, avocat, pre-
ta de lal ompagnie Cunard.Mal- ete
a sde 'quipage et les torrents ententeville
-l C6s par eux puissants bateaux-
pift lesi s se sont bient6t com- t-
d ui e leu 'avant du navire Dote r R. R. Ewald
Parie avant du a Lucania n'd-
i u'.n immense brasier.- A 3 Chirurgien Dentiste
tdodr at ler pompiers dcidrent De retoar de J6r6mie annoace a sa
rf qavi e;n c enst qe e matic clientele et au public qu'il se tient A
S Qn.u L'n a pu se rendre mai- l,,,r dinnaitinn 5 ,artir de jeudi 5


id Badgdani, le chef des
Moulai Hafid, est part
t region du Riff pour
les de cesser lears atta-
agnols. .
e violence secousse sis-
c hiert heures 30 de
le districtde Kyodo


du courant.
Port-au-Prince, le 3 Aofit 1909.

FELIX MAGLOIRE
AVOCAT
1 13, Rue du Centre, i13,


Kola-Champagne
Iron-brew


de la Charley's aerated water factory
En vente chez Catinat Fouchard
RUE DU CENTRE


Wel)ly Calts Pressoir
RUE REPUBLICAINE


des articles


jer choix pour civil


VIENNENT D'ARRIVER :
CHABRAQUES militaires l1r Ciloix
C de luxe feutre et drap
PORTES-MANTEAUX en drap pour officers
militaires.
Grand stock de selles et de fournitures
de sellerie.
BRIDES EPERONS des meilleures fa-
briques d'Europe.
CIABRAQUE feutre et drap de luxe pour
ge Itilshommes, derniere creation.


Docteur C. Gaveau
M. D. DE L'UNIVERSITE DE HARVARD
Consultations gratuites les Lundis
de 2 a 4 heures, apres-midi.
128, Rue du Centre, Port-au-Priuce.


Ligne Hollandaise

Le steamer Prins Willem V ve
nant de New-York et St Marc est at-
tendu ici samedi 21 courant ; et par
tira probablement le meme jour pour
Petit-Goave, J6remie, Cayes, Jacmel
et Curacao.
Port-au-Prince, 16 AoiUt 1909.
AuG. AHRENDTS, Agent.


H6tel Bellevue -
Le mieux situ6, le plus con
fortable.- Champ-de-Mars.-
Cuisine renomm6e.- Vae ear la mer.


Mddecin


168, Rue du Centre
Procedds mode;nes d'application de
1'Electricit6 au diagnostic et au trai-
tement des maladies aigies et chro-
niques.
Examen microscopique des urines,
du sang, des secretions et tissus pa-
thologiques.
CONSULTATIONS : le matin de 7 A
9 heures et le soir de 2 4 heures.

Mr C. L. Verret
Taill eur-Marchand
Donne avis A sa bienveillante clien-
tele que sa maison No;7, Rue Traver-
sibre est toujours bien pourvue d'une
vari4t6 d'6toffes de la haute nou-
veaut6 parisienne.
QuALITI SUPaRiuaR. COUPR iiGtaXNT
TRAVAIL sOIGi. EXECUTION PeaoMP
Prits r V Ir44U I


Kola de Kingston


fortifiant
tonique


de sellerie


de


et militaire


Dr Edmond Heraux


Chirurgien Accoucheur


~----I -- ------~ I- I gp


L


L


Sp~peia lif 6ss










La Textile
SoICI' IT .\NONYM E AU CAPIITAL DE
120.000 FANCS

Le Directeur de la Societ6 La Tex-
tile informed le public qu'il achete
d&-s present au domicile de la Socie-
te, sis A 'ancienne blanchisserie, rue
du Magasin de I'Etat, en face de la
Glacibre, toutes quantit6s de feuilles
de Pitte et Oreilles d'ane au prix de
P. 5 ( cinq gourdes ) les mille livres.

A LA PHARMA&CIE

Emmanuel Alexandre
C6 Yaille!
La Pharmacie Emmanuel Alexandre
announce A sa nombreuse clientele
qu'elle vient de recevoir pour cette
fin d'ann6e un grand assortment de
me lici;nents nouveaux et debonbons
tells qpe : clocolats, raisins, prunes
dragees, nougats, pastilles de men
these, pastilles de gomme etc, etc.
Eile vena en gros et en detail et
to'ijours a un prix trs rnod6er.





QORDONNERIE

42, Rue des Fronts-Fortu.
CHAUSsURP S UN D*P6T,POUR LA VExMT
Promptitude et soin aux commasn
des taut ici qu'en province.
Chaussures de Dame forre at tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Fornme americaine et fraacaise pour
Messieurs ; 616gantes et commodes
Pour les enfants le plus I'aise.
Travail solid ex6cut6 avoc
des poaux de preaaibre'narque.
kasurance de grand rabais.
PAtbs, Cirages et Liquiides
a_

Chapellerie
ACC'OUREZ CIIEZ

JAIME TESTAR
Le chapelier remarquable, avan-
tageusement connu,fait savoir au pu-
blic en general et a sa nombreuse
clientele qu'il vient de transf6rer sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANCIENN MASON DU LOUVRE )
DE LA PLACE GEFFRARD A LA
GRAND'RUE OU RISPUBLICAINE
No 149. En face de la Poste
Le novel 6tablissement est ou-
vert sous le nom de la fleur de
l'Amerique
11 promet soin et promptitude
come toujours.


e mangez pius le pain!
S'il n'estfaitavec la "Pillsbury's
Best."
LIa meilleure farine du monde
Celle qui done le mailleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus leger.
Pour tous renseignements s'a-
dresser A :
Ernest Castera


Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA

t43, GRALND'RU 1643
PORT-AU-PRINCE
CRAUSaURSS EN TOUS e gMRX
NA DiP6T, POUR LA VE]TI
IN GRO IT DiTAIL.
Ex6outlou prompted des
commandos, tant iol qu'on
Province.
Former A homes ; 616gantes et ra
tionnelles,
Chaussures de dames ( Dernire me-
ds de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
nees avec des Peaux de routes nuances
d'ane selection at dur4e irrdprosha
bies, A des prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquides
PFer sAawussurs ire tees snmew-on.


NESrTFOR FELIU
L' cellent tailleur avantageusemeni
connu de toute la Republique vient
de rouvrir son atelier Rue Ferou,
( Rue des Miracles ) No 61, prbs de M"
L4ger Cauvin,
Sa nombreuse clientele trouvera
come toujours toute satisfaction
pour les travaux qui lui seront con-
fies.

Chez App. Cipolin
55 Rue Rdpublicaine en face de M,
E. Robelin
Viennent d'arriver par dernier va-
peur :
Pate de foie gras. Saucisses trufiees
Pigeon aux pois. Tapioca. Choucroute.
Asperges etc. Fruits cristalises par li-
vre et par flacon. Prune d'entes. Vins
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver-
mouth. Cognac. Champagne.
W -. .' -
Viennent d'arriver A nouveau un
bon nombre d'exemplaires des com-
positions de Ludovic Larothe :
La delicieuse Valse lente tant ap-
preciee a Tapillon anoirs qui 6tait
epuisee.
ANGELE. Valse suggestive.
CAPRICE. Gavotte charmante.
A P. 3 chaque exemplaire.
S'adresser toujours A Mr. VICTOR
MANGONES, 93, Rue du Magasin de
I'Etat, Port-au-Frince.

Francisco DESUSEO
Fabricant de chaussures

La Manufacture a toujours en d6p6t
un grand stock, pour la vente on
gros et en detail, de chaussures on
tous genres pour
HoMMES, FEMMES, ENY'PNT
Les commandos des commerPants
de l'int6rieur pourront 6tre "ex6cutoee
dans une semaine A pen pr6s.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
IORT-AU-PRINCE ( HAITI )


Les jambons et lards "Swit"
de leur marque "Premium,



Les jambons et lards (, Swift marque
Premium" sont bien connus et pr6f6rs as
toute autre marque. Leur popularity estp
a leur quality r6guliere, ainsi qu'A leur belle
apparence et a leur goat d6licieux. Les rots
a Swift's Premium U. S. Inspected sent mar.
qu6s au feu sur la couenne de chaque Piece
Squi est emballee dans de la toile et du papier
parchemin. En achetant des jambonsetde
lards, veillez a ce qu'on vous livre la marine
* Swift's Premium.
3as


Saindoux pur
marque "Feuille


8* Swift"
d'Argent"


C'est du saindoux tout-a-fait pur, comme ilsort
du fondoir,'mis en sceaux metalliquds, hermrti.
quement ferm6s. 3. 5 et 10 livres. C'est le sai.
doux type de o Amerique-; il jouit d'une haute r~
putation, et la vente en est dnorme.


Ces articles s vendent t l'dpicerie de Mine
mas et chiz Mr lienri Brisson.


Zak6 chez


Mr Justin Tho.


Grand Rabais!
JAMESTOWN TERCENTENNIAL EXPOSITION ( 1907 )
HAS CONFERRED A
Gold Medal upon

Talnnerie Continentale
DE PORT-AU-PRINCE
C HAUSSURES
CHEVRRAU GLACA, pour homes et dames P. 10. Enfants P. 8


VZRNIs RCLI
COrLgZUa LOT1
Pour la


a 10
c 10


vented en gros 5 oIo d'escompte.


/'. ... --'7 .... L ...... .......... ,L I


Laboratoire Sejourne


PREPARATION DE TOUTES AMPOULES MEDICAMENTEUSES STtRI
LISRTES ET INJECTABLES.
AmpouleS d'Eau de m6r Isotoniques selon Quinton.
"L'eau de mer que nous employons a 6te soigneusement captbo aun argO.
au delA de l'Ile de la GonAve. Nous faisons remarquer au Corps mnddicl
l'observation judicieuse que font les laboratoires strangers :
a L'Eau de mer injectable doit etre de fabrication r6cente pour avoir toutes es pr
priet6s therapeutiques. De nombreuses attestations nous pernettent de certifer q
nos products ont donn6 tous les r6sultats esperes. )
Sp cialit6 : Serum nevrosth6nique.
Ce S6rum r6gularise les changes nutritifs, il a et6 employ6 avec sue
ces dans la neurasthenie, la tuberculose, etc.


representant de la PILLSBUBY'S WASH-
BURN FLOUR MILS CO MINNRAPOLIS
BILS


---


>s
us