<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00696
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 12, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00696

Full Text


vowgizn.Afn6e B. e 712


PORET-AU-PRINCE, lhi


O


Jeudl, 12 Aodt 1909.


i i


J


OUOTIDIEN


ALbommements: DIRECTCTUR-FONDATLU O IYUK1 LWIP
Urmn G. 2.00RLE NUMSRO 15 C ENTIM IS
TaoMMono 0, a5 .00 Cl6ment-Magloire
SN s Um w Mon. a 2.20 Los mumanarli I u e& om aon a reasalpwim
Mum Mon a( 6.00
.ADMINSTRATE io, lArthur Isidore DIRECTION-UmIZACTION-ADMITITATION
AiIBU~....... Tios Mon. a8.00
4,I tIx4


CONTES DU Jkiuu l 'i'O. aervir, parce que pouvant eux-
mr:nene servir, d'une facon ou d'une
iutre.Et,tous ces gens-li, devinant que
*T'i V l .',ion n'tait ni par patriotisme, ni par
Vil .a-B le e l hlumanitO, ni par philanthropic quon
les accueillait A Villa-bleu., se mon-
A M. FRaDER IC MARCELIN. 'raient chaque jour plus exigeants, plus
difficiles, plus familliers,-comme pour
se venger de quelque chose qui n'avait
L'mdroit tait charmant, delicieux. la creme, potiner, et, aussi, flitter un point, chLapp e leur instinct.
I a&ritait bien le nom que, en entrant brin, etaient des gens tout A fait se- L'aristocratique Mldame O ifin Mer-
prlagrande allee- presqu'une avenue, lects, fins, distinguds. On en lirait des i lenet 'en revenait pas, de a cot enva-
o pouvait lire, gravO avec art, n pariiens de marque r6unis, par ha- Iissement insolite et toujours mon-
majestoeuses lettres gothiques, sur les sard, dans uI coin de nature troica- tant Elle ne pouvait s'expliquer,
i marbres blancs symetrtquement le, et se plaisant A jouer, pour leur aette condescendance emrressee que
whnkes dans chacun des hautt pi divertissement, a la vie creole qu'on mettait son mari A frequenter ce mon-,
inr de la barribre: VILLA BLEUE. devait mener A Saint-Doiningae, sous de la*. Et, pour bien marquer sa fer-
Il t vrai qu'on aurait pu tout aussi Louis XV, au temps dejA tri- quin- me intention, A elle, de ne point se
jiment I'appeler a Villa-verte a o tessencie ou le fastueux prince de laisser tnoyer par cette avide et tapa-
IsM4 Villa a. Rohan 6tait Gouverneur-gn6ial del la geuse mare ., etle s'abstenait ,sys-
I vert fouillis d'arbres don't la mas tColonie. tl'matiquement s, selon O:litn ; e avec
,o"mpacte des cimes ondulait aux Pour se crder un pareil milieu. pour" dignity, plut6t ,. ripostait-elle, de
eurs, et qui, A distance cachant avoir de Ielles relations, vvidemment ii touted accointance avec les sublime
t l mason, faisait come de avait ftllu 6tre ,iche, et, peut-,tre, inconnus qui y grouillaient *. Aussi,
eafuautour d'une pierre rdcieuse I'd.re encore. Aussi, a Port au-Prince, entire les propridtaires de Villa-bleue,
i luto pelouses qui. A roite et A presque tout le monde le disait ou le maintenant, un horrible malenlendu
c de a grade ale, au second ensait, Mr et Mme Olifin Merlenet, existait ; et, par leurs heures de tete-
A d6roulaient, aeilles A d'im- co s propridtaires de Vllla-bleue,6taient- A16te, apr "(! les interminables ques.
t taopi .verts. uae s di.m- lie s des gens ,Iui nageaient dan le tions poses et les incomprdhensibles
lr qupi avaerts tout, josqu' a Pactole explications ,forni-s, c'dtaient au
SiT qde la 0 naisotn tot6 edo ur l lieu des amoureux et g dants propos
Ptire de I maison, tout, 'trei de positive anrs de
*wq de verdure, semblerait concourir Or, depuis quelques jours, le listin refi, d positives injr, de
uct, erl'aeait s ivlableq eorionts que Mr'. et .Mne.
Jftierl'appellation de eVilla-Verte.. gu6 Mr Olilin Merlenet (que, tout bas, vix table horolenes ue Mr. et Mqne
mk e, cell de s Roses-Villa on disail, pourtnut, stranger par n.-,t 6 g t
POait toute sa justesse dans cette turalisation, ) s'dtdit avis6 de se jeter meux mieux.
"loniea amoureuse de roses aux dans la politique*' sans doute,paur *,
et aux forces les plus rares,- d6penser, patriotiquement, ses iinnom- .
f4Rait, on dirait de parti-pri, brables dollars. Ei, come, qu In i on! C.l continuity ai si d .puis des
w snombreux parterres dujardin, eat admns la politiques, it ftut, p)r.ai.- mos ..
L x boidures de lambis rose. il, 6tre un peu I'ami de tout le ronude, U) apret mii. cependant, sous la
la cbielaine de l'endroit, A a Villa bleue, depuis la noble re osiu-. vv. glen ri.. .a la mnson, seuls les ha-
appellations, avait prefre tion du chitelaii ,I1 I'endroit, on rece- bit6&s d'; nir-tla.1 ancie'n et nobles
-*aflinniment plus podtique a vait bien des gens qui autretois n'y se- habituds de Villa-bleue, talent rtunis.
,Illa-bleue. a Ce nom, disait-elle, raent point admits. Les cmurs 6taient de choix, les esprits
e les deux autres. Villa-bleue, II y venait, ainsi, des Messieurs qu'- aristoss ....)
-t, t son avis, la villa id4ale, la on disait Atre des journalists politi. On disputait de potsie et de musique s...,
1 toutt (st finesse et distinction, ques trbs influents, c'est-a-dire capa- pendant que, dans a curtains coins
U d fiue, charm et amour, bless de nuire come d'etre utiles ; e stbhtisants et flirlants, "des dolents
do reve, la villa enfin ou l'on veait des personnel qui-elles l'af- bien-disants" sassurralent des tendres-
1O en un coin de ciel bleu,. frmalent avaient perdu, la veille ou ses, et qua, le pino, on dedans, com-
f ait la Vue, de IA, dtait ma- dana la matinee, an parent tres proche me pour fire ban e avee ceua des
s ue embrassait touted la rade, qauil leur fallait enterrer tout de suite, coins moqueurs ", 'oubliait, volup
Ill, toute la plain. Les ma- et pour I'accomplissement de quel de- tueusement, dansls e caresse d'ane
t soi, onus la poussire d'or voir il n'y avait a pas un sou a la mai- meringue populaire ..
ePremiers rayons solaires iri- son mortuaire ; il y venait des ms Tout A coup barrire d'entre
nautcs Cimes, on avait a uue heureux. qui be plaignient de n avoir 'ouvrit a deA bitti nts. et n beggy
L,. aaprbs-mid-, 6ux heu- rien goa'd depuis des jours et desRouvnit A den: bittants. at mn biggy
eLapr a-idi. aux hen-rlen goi depuns, des jomitirese e 11 nbant neuf, atteld de denx tireour
Le Abo. es6bloni ts cou-jours a ; it y venait des mllltaies, anglais pares d'ddnormes grelotb. pdnd-
t ,eil, d aoat aune f6drieo. E,-' reudre les nountus s, au ta',nour, "ra dan, u grade a1. Ia traverse
S it.o di clair de lune, apr8s au clairon ou au polt d'armes; i p rmni n br it assourdeisint. U gaeos-
j ,,.1 le cou1vre-fea et qua venait aussi a des jiun gs ts Ul ut ronJ. arant hau rit
i tj tombs, profound tel un bion.,qui avaient fait toutes seals cl u re, craht rloinel brayrltn ent raat
"r lea entours endormis, i ss, et qui, en a tendint Iiav ,i fir dont trre, ap avole ,enaeul
Slei lan la fratcheur cares- ie. dtaient la i serve cotuaine e co:ah-r tqri A l'arrat, d"evnto le
r "l 1tait du jardin, c'dtait saient de la littlr.ature, chez u olj perr o, n'avqt pa iau turner ast
hI I t uflnchanlemeout. &Uilcar.; i y venait galement dei d- per n, n'vit p to er
bandam-sseul "0
i e tait plus sr terre. On putes, des sdnateur, des a generJux Pais, aussitt i porle .,I voli, et c,-
Slea .Sur un nuage, dansle payd A titre do rdcompense spdciate pendant que le ditioed,UMosieao r 0.-
l' r aotet I'extase ... de individual se distant atrbs biendans na l Merlenet, lee maies chalmareas
it dtait charmant, dili- Is GouveraemOntl, des rai de Minis nt tendoae, e souris ai 6lvrwe
usa getree, des amis d'Autoritds-militaires' s'empressalt Asa rencontre :
SLn q9i habitalent, de m- des smls d' Amis d Go or..nemen tele
S Y Sint, l.epr A-midi d v nait emS on ta do gens de -- T.orn .. ltba I m ouveam Ten,
i ausr, chanter, ire do, ito eouIler, do toute class, do too,- en riasnant :. Mems'eidt ~o fmuw P
,' des ve"rt, preidre de 1 oI qaUtai tous,des oSeA conlton- M.... g-- -.1 N M 1w- O..--


Gnou m4ring' si chaud'... Et pesonn'
pap' danusd I....
La stupdfaction fut enorme : tout le
monde a exception de Monsieur
O ilia Merlenet, pout-Atre, dtit,cons-
teron. On se regard.
Qael 6tait cet olibrius ?.... D'oC ve-
nait ce sauvageT... Q.e voulait, A,Villa-
bleue, un pareil miatodonte?...
C'etaient les questions qui so lisaient
dans tous les yeux. Qiant A Madame
Olilin, la fine, la distingu6e madame
Olifin Mernelet. de son nom de jeune
f!le Amarante Jasmin, elle etait pour*
pre. Elle suffoquait.
Mais, Ie gross homme tout round, sans
aucunement s'6mouvoir, avait continue
de son memo ton, dana. sa m6me
note,avec sa meme aisance, toujours on
creole :
Miin ou : Nous toute chita ld bien
rdlte quand gnou m6ring' con ca ap
gaspilld !...Eeque toute moun' pat~ doud
nan ro0d ... mains nan reins...... ap
bould ?....
Fmn effect, approuva en souriant Mon-
sieur O.ifln Marlenet, A la grande sur-
prise de sa femme et des amis de celle-
ci, en effet, mon chr G6ndral, vous
avez parfaitement raison... Dbciddment,
rien no vous echappe....
Et, sur ces dermers mots, so tour-
nint vers see httes :
Mes amis, j'ai le plaisir de vous
prdeenter mon bon ami, le Gdndral
MAtchiaka Mastocor.
Quelques tetes s'inclinerent, quel-
ques I6vres sourirent, deux ou trois
poitrines tirert : hum.... hum.... Un
esth6tisant, tr46 1entiment,questionna :
Etes-vou-, Monsieur, de la famille
des Mastoc ? .
Masto ?. Connais pas, rdpon-
'lit le G6~nral. Jo me nomme, moi,
Mastocor. .. M ttchiaki Mastocor....,
pour vous servir.
Merci bien, salua I'esth6tisant.
Mais, c'est 1gal : vous ressemblez ru-
dement conmme deux ceufs d'une
mme 'poule,- A un Mastoc.., quo j'ai
connu, dans le temps, A la pension.
Le G6eral M itchiaka est tres in-
iluent intervint Mr O;ifin. Ainsi il a
suffi d'ne simple rec6mmandation ve-
nant de lui pour fair nommer Mr Al,
S6char re Winistre des Finances 1 Mr
C6koute Barton, Ministre de I'Int6rier.
Oh I alors. .. tons mes compli-
ments, Go6rnal, adressa an jeunm inv-
te a des coins moqueurs',. Jamais
choix o'a etd aussi excellent. Vos ai-
mez votra pav, il n'y a pam di Gd-
n6ral. C'e b nau, trrs beau, cea.
Ab I Ji aus un hbomeo pari-
liq e., e rr ngorgea le Gdral
C -a ae voit, d'aillemrs, ratla Is
j moe iavit6 e des coins moq ak
ED. petit june bomaes, l'om n
plaisaute pas avec e Gaedral, td At
savoir Monsiear Olifi, das ua soe-
rir.
Ah I I, non, arsatit Ma la'~ka :
je voWs hfis ,tefir homme, ea
un temO I det a uz Ve f
!- Oh I W qut A & s m u 'ern r elt








douter, croyez-moi, G6neral, persista
le petit jeune home a des coins mo-
queurs )
---Comme nul no peut douter, ajou-
ta Monsieur Olifin, que c'est grace A
vous, Gen6ral, que le Docteur Bongar-
Qon, condamn6 a mort et conduit d-
vant le cimeti6re pour 6tre ex6cutd, a
pu se sauver et doit de vivre encore.
C'est que, entire nouq, plaisanta Ie
Gendr:i, il me devait deux-cents dol
lars, le saligaud. S'il Otait execute.
rman argent 6tait foutu. .
C'en etait trop pour le parisianislme
de Madame Olifin Merlenet. 11 se 16-
volta.
S'adressant au G6ndral :
Pardon, Monsieur, interrogea lin-
transigeante petite femme. D ns tout
cela, vous no m'avez pas encore dit ce
q11n vous d6sirez ici...
Ce quo je desire ..
Oui, Monsieur. Je vouilrais bien
savoir la raison qui vous a conduit ici?..
Amarante supplia Monsieur
d ilin, inquiet, Amarante .
Mais, le (;6ndral, apres avoir, de sa
place /usd un long jet do salive jus-
qu'au bas du perron, avait interrompu
,on ami, Monsieur O ifii Merlenet :
Aloss, mon cher Olifn, couman
;ac... Gain iM oa pas-t' dit Maarnam' ot,
Manze Amarante cournan, yo r4d I'
Id qud ou id prid.m' vin' icit .
Mon cher G Sunral, voulat s'excu-
ser, tres volubilement, le distingu4 Oli-
tin Merlenet, ja vous prie. .
Mon clh', !ladd non, mr pas jamm'
nan fout. saopri con ga, noL. .
mnoin qui'td ,mandd ou vin' la caf'-ou ?..
A pas ou qu'tap' b9 piem' toui Itd jous
pou 'I ... I 'r qui saopri ator femnm'
'c.4 a ap' chani!d m'-la; d?... Gad? non! .
ho urn .
V yons, Matchiuka, ne vous fA-
chez pas. Amarante, dvidemment, a eu
tort.
--Comment ?.. s'ecria Madame Oli-
fin, thors d'pIlle-rrme. Comment ?.....
J'ai eu lort ?... Eh bien, nous allots
I'aisanrt trois pa vers une porte, elle
pr'essa, raieuqement, un boutoa 6( c-
Iiiclie. Un tdom, stique un grant
vtalil:r aniglais so piesenta. attenlil
et soumis :
l)Dichez Bullog, e', tout d., suite,
anenez le ici, command i Mt lime Oli-
lin.
-. (:a li /d ?.. s'informa Ma-tocor,
surprise. Gain le ou vl mit..' chin dey -
in .'. .
-- Si vous ne vous d4pcph z pas de
ssitir d'ici, c'est ce que je vais faire
inim6diatement, menagc la terrible.pe-
tite femme.
Alors, se levant :
-- N'a boute payd m'na, vocifera Mas-
tocor. -- Quant d ou, co ,up mr', place
Miniss ran pays.blanc ou Ia.. avec
htente ,ille dollars pa mois ou-ld. .. .,
sans compter-toute-lott'-ti-dj.)b m'-tap-
fait ou-fait-yo..., oua foute oud ,a nan
kiou Madan Champangne..
Et, furieux, ayant h61d son buggy
dans lequel, prudemment, il s'empresa
de se jeter, le Gdndral Matchiaka Mas-
tocor se retira, tr6s digne,'laissant Vil
la-bleue et ses hotes dans la plus pro-
fonde consternation.
-RYONS D'H...


I -
Chamfre es nepnutes


Sdance dn mercredi 1 JAotut 19o9.
Apr6s avoir sanctionna deux proces-ver-
baux et pris lecture de la correspondence,
la Chambre a ra'ifi6 le vote du Senat reje-
tant le project de loi sur les payables-livra
bles. Le depute Bailly en prend acte pour
rappeler comment il avait combattu ce prp-
jet en le qualifiant d'immoral.
SLe ministry des Finances obtient ensnite
la parole et, en verto de l'article 76 de la
Constitution, demand le retrait da Projet
de loi sur le tabac.
Mr le deputy Dorsainvil donne lecture


de 3 rapports du Comit6 des Travaux Pu-
blics et M. V. T. Noel en depose trois
come rapporteur ad bh do Comit6 de
I'natdrieur. L'n de ces rapports concern


la proposition de loi pr6sente par le dd- march en question. C'est dji asscz, du
putd Brddy en faveur du Gal Legitime. reste que 1'Ftat accord 24 000 par an i la
Le Couitd de i'n drieur recommande cette commune pour qu'on ne vienne pas y a-
proposition la Chambre en redoisant a jouter 22.00ooo dollars,quoi qu'en pense le
3000 dollars les Sooo qui y 6taient ports mandataire special de M. Abbune.
en faveur de I'ancien chef d'Etat. Les M. J6r6mie pr e la Chambre de voter.
deux autres rapports reco-nnandent les les conclusions du rapport. Mises aux voix
projects de loi fixant le cidre do person- elles sont vo:6s.
nel de l'Asile des ali6aes et celui concer- 01 passe ensuite au point corcernant les
nant la Glaciere. ndemni-s de MM les mandataires de la
Le d6put6 GourgIt. est A la tribune I Nation qui doivent atre payees en or
ne vent pas b'lmer 1 Er6cu if A propos de am6ricai, .
ce taines decisions p iies. La semaine der- Le Comiti de l'Intrieur propose de ren-
niere, le ministry des Travaux publics est voy-r la R;o'u i1 n N d' a la Commision
venu retire le contract concernant le sfr- du Budget, seule comp6tente pour en con-
vice hydraulique et aujourd'hai c'est le naitre.
ministry des Fininces qui vient ret rer ce Ce 2e point du rapport est vote et la
lui de tabic -Loin de marcher de lavant, stance est levee A l'extraordinaire,la Cham-
nous allons A pas d'&crevisses, dit-il. bre n'etant pas en major 6.
Qu'on reflechisse un peu avant d'agir,
car les deux projects don't le retrait a
et& demand etai~nt excellent. TB ^ tl il M lWlf


0 pasie ensuite A la discussion d'un
rapport du Comit6 de l'Intrieur relatif A
It reclamation de M. Asboune et la R6so-
lution Noel ( indemni:es des sdnateurs et
deputies. )
Mr le depuat Douyon, president de ce
comite explique a la Chambre que le rap-
part q!ii lui est soumis dtait dejA d6pos6
quand d'autres pieces parvinrent au Co-
mit6 A propos de lacriancede M. Asboune
sur le conseil communal de Port-au-Prince.
It ddpose une proposition tendint a inscri-
re au Badget de la Drtte puplique la cr6-
aace eu q estion qui est de 22.000 dol-
lars.
M Jeremie demanded an Pr6sident, si
Jans 'cs reglements intieieurs de la Cham-
bre il y a un ar:ic'e q6.i permit A un co-
m!td d- modifier airsi un 'apport. Le
Pr6,idcnt repond ndga ivement. Le d6pu-
t6 Laurcnt obient la parole et exprime son
profoad 6tonnement de voir le d6put6
Douyon, president di Comiid de l'In'6-
rieur auquel il appartient venir proposer
d'inscrire cette valeur de 22.ooo dollars
au Budget quand le rapport du Comit6
dit de quelle faqon cette creance devia se
reg'er par la Co'nmun". Si c'Cst au nom
da Comite que cltte propo>i i m a 6t6faite,
le depute Laurent tro.ve q-ie son collogue.
avait pour devoir de le consulter.
M. Douyon lui r6pcni que si sa si-
gnature n'a pas t6tp isse cela n'a te6 qu'un
petit ma!hmur. Le Dpput6 B-dyin'ervient.
En sa qua ire de r' presentant de la
Commune de P,.rt-au-Prince, il requt A la
date du 12 juilltt 6coule une I ttre de
Mr Aboune luidemindant d ihtervanir au-
pr&s de ses collggues en sa f.veur. II dit
comment l'en:reprise de la construction
da March. du Poste Marhand, fat ced6e
et avec approbation du Gouvernement a
M. Asboum, rcprdsentant de !a maison
Shuller de lN.w York. La Commune avait
accord comme garan'ie une p.rtie du
montant de la ferme de la baucherie,
affectation qu'elle retira dins la suite.
C'est ainsi que dcpuis l'acheve:nent do
marche,M. A,boune ne peut rien toucher.
I1 fit des d6marches aupr6s du Conseil
des Secr6taires d Et;t A la date du ier
Octobre 1908. Le ID6partement de l'In-
t6rieur fat charge de s'occuper de la ques-
tion sur un rapport favorable du Departe-
ment de la Justice.
It s'agic aujourd'hui de r6gulariser la
situation fausse dans laquelle se trouve
M. Asboune. Le Conseil Communal ne
pouvant payer a M. Asboune les 22.000
dollars, le d6put6 Bredy appuie la propo-
sition Douyon et 1'jmende en disant que
les 22.000 dollars seront amortis par an-
nuit6s.
Le ddpute Bailly fait remarquer que le
budget n'est pas eu discussion. Le con-
seil communal s'administrant lui mnme
pent etre consider come un petit Etat
dans un grand Etat. La chambre ne devra
pas cr6er ce procdd6 car eu l'6tablissant,
on verra tons les crdanciers de la commu-
ne se presenter dtvant les Chambres pour
leur demander d'ioscrire au Budget ce que
la Commune leur doit. It conclut au vote
des conclusions du rapport du comitr de
1'Int&rienr.
Le d6put6 Bredy. r6pond.
Le Ministre de l'Intirieur intervieat.
Les cr6anciers,dit-il,doive t r6pondre de
leurs engagements. La commune de Port-
au-Prince est autonome. It croit savoir qu'il
y a quelque chose de litigiaux entire le
Conseil Communal de Port-au-Prince et
I M.Asboune i propose de la construction de


j," -Ul lfo jod I uluaw
IRRUSNIGNBMENTS
MICTflOROLOGIQUZS


DU
SEMINAIRI COLLAGI St-MARTIAL
MERCREDI r rAoUT 1909


Temperature i"mum 24,a1
maximum 34.0
Moyenne diurne de la temperature 28,2
Ciel presque covert toute la journbe.
Halo solaire A r h. Orage au S W a 3h.
Brise de mer r6guliere. Brume. Eclairs et
tonnerre. Baro.ntre legerement en baisse.
J. SCHfRER
H6tel Bellevae.
Une grande fete s'organise pour apres-
demain samedi 14 aour, a partir de 7 hen-
res du soir, dans le remarquable 6tablisse-
ment du Champ de Mars.
Le programme sera des plus riches et
des mieux combines : Eclairage dlectrique,
cinematographer, orchestra sous la direction
de Turnier, chanson creole, dernire cr6a-
tion de Candio, dedi6e A la Compagnie
P. C. S., etc, etc.
Les hibitu6s de l'H6tel Beilevue trou-
veront, A pirtir de demain, des cartes au
prix de Deux gourdes a la Pharmacie Aix
Roberts et chez Jules Lavil'e ( magasin de
la Metropole.)
Cin6matographe
On a applaud les vues anim6es qui se
sont d6rouldes hier au Musde, devant un
public nouveau. Le programme tres inte-
ressant a 6te ex6cute dans toutes ses par-
ties. C'est la Icmiere de l'entrepreneur
qui a dte mise a contribution.
Nous avens rc i A ce sujet la lettre sui-
vante :
Jeudi 12 Ac 6 1909.
Mon cher Directeur,
Bien que cela n'ait pas 6chapp6 aux
ye;:x d'un petit nombre des spectateurs
d'hier soir, il est n6cessaire que je dise,
pour l'6d:fication des plus grand nombre,
que ce n'est pis mon installa i )n 6lectrique
qui a fourni hier soir la lumiere aux pro-
jections cin6matographiques.
Je dois ajouter que mon installation est
en parfait 6tat et qu'elle n'a manqu6 hier
A l'entrepreneur que parce que mon con-
trat avec celui-ci avaic pris fin.
Vous me permettrez, mon cher Direc
teur, de publier, dins vos co'onnes, cet
6claircissement qui m'a paru utile A cause
de quelques commentaires exprim6s h;er
en ma presence et dota ma lumiere sem-
blait fii-e les frais.
Avec mes cordiales salutations.
-AUGUSTE MAGLOIRE.
Lyc6e National
C'est le jeune Pierre Agnant- et non
Agenor DWbrosse qui a eu le 2: prix de
dissertation franuiise en philosophic, c'est-
a-dire le 2e prix d'hoaneur.
Tentative de vol
Dans la nuit d'hier auojourd'hui, d'au-
dacieux voleurs ont min6 completement
un des murs de la halle occupe par Mr
Georges Haloby, rue R6pablihaine.Surpris


--- I I


On se demanded avec raisonl.et a00a t
quelque eronnement, poaJrqUOi CCtt
pgne ou pluto: cette gaerre A o
qui se faith dans certain jourla d .
que dans certain cerles cOa deCt
projet de creation d'une igare d
de fer sonmis au Gouvernemetr e
Macdonald. Les vrais patriotes, in
dire tous ceux qu mettent les ioW
la communaut; au-dessus des1 l
pres,-ne comprenneat que tro
n6cessit6 qu'il y a pour nous
d6cidiment avec des ( id'es aqu 01
leur temps, come dirait aitre, "
ne jastifient aucunement a prli
situation de nation libre et ldi
d6sireuse quand memne d' l "dot
Sans doute, des intress dt O
souci est de gagner de l'arg t s
nuant A nous exploit. .-*-*
lde nous, tell une certainly A


0-"


'probablement par une patrouille j'
pris la fuite sans avoir eu e te tps
n6trer dans le dep6ot.
Q.e la police redouble de vigih-.,
Fermeture de la n "
Les ddpches pour Kingston, M t
et I'Europe, vii Kingston cell po
lacmel, S:o Domingo, S. P de 1i
Mayaguez, Pto Rico, et St ThI2-
steamer President seront fe(ise
media 14 du courant a O hores erdS
du matin.res -pt
**
Celles pour Cap Haitien, Pto
Porto Rico, Guadeloupe, Martinique-
Thomas, et l'Europe, part i. Sq e
pQitbec" vendredi 13du courant i
*
Celles pour Kings:on, Colo n, p I
steamer Sirni" et celles pour w.
Yoik (t I'Europe (vii Kingston) par
steamer Prinz Joichin vendredl i.
courant A 5 heures prdcises du soir
Port-au nl,iice le 12 Ac it 1909.
Echo de l'Artibonite
C'estavec une i : ffi;i d6crireqaeno4,
avons a. pris la ferme resolution 'du Pri
iltent S:mon de prouver A l'Artibo"
qu'll ne res-e pas insensible anx mianlf
stations qui lui avaient etd faites loa dt
son court sij)ur A Stint-Marc, et i tout
les m rques de sympathie qui lui viennel
sans c-sse de la part des Artibonitiens,
I' paral qie decid6ment le Prfsid(t
Simon vcut arroser notre belle plain t
endiguer, autint qu'i e; possible, ce g
fleuve qui dtva:te nos chimps dans f
moments de grandes crues.
Dpuis i86o, apres le remarquable tr.
vail fai p.r un iingnieur enanger,--
le- dans le pays par le Pr6sident Gefiu ,
sur l'irrigion de la plaine de l'Artibonle,
trois propositions de loi out kt pr6senttu
au Corps LUgislatif concernant ceprojet;
elles furt client rgileenvotees etjaula
promulguees. Presque tous les chei&dB
tat qui se sont succed6 depuis ces t
dernweres ann6es nous ont trompes ena n
faisant de magnifiques promesses qui n
talent jamais realises !
Nous avons confi nce dans le Pr6si C
Simon qui veut stuver notre piys pqli
travail et des ceuvres necessaires; et lIB
tommes convaincus qu Il donnera anst p
i de son coeur, come d'aillearsIltn
'a pro nis, A ce beru Dpartement,1~tlt
fois si riche et aujourd'hui plongi dW'
la plus noire mr:sre.
Nous comp-ons sur le pitriotisme d1
tons les d patds et S&niteurs de l'Atibo-
nite doat le concours sera utile au,/hefdeC
I'Etat q ii veut :.b olument reliever tle pysl
par l'encouragement A l'Agricultaue.
Nous leur envoyons d'avance nos i
leures remerclments. '
Q ian( au Presid nt Si non, ce nn'estq
son passage dans le Depirtementel de
ttbjni-e qu'll comprendra combi-n Cau
sommes d6dvus-A sa personnel, et q ,i*
reconnaissance' II dbit attendre des popual
tions de l'Artiboni'e.
UN GROUP DE PLANTERS ARTIBONITI

Tribune du "Matin"



Le PojetidDMaoll


763mim


Baromittre i midi









Ie volons pas nommer ici, essayent
dlnter, par tons les moyens possibles.
Sesprts .arr'e s on de mauvaise toi qoi
e oico paS clair dans leur jeu.
ais c'vest en vain que ces messieurs d0-
,eserot le argen et lets efforts dans
c seascar, les temps sont changes, eti
e eaC, a fini par comprendre auiourd hui
q le trail seul peit procurer le bi.n-
rrele tpraes cqel nous soupirons. Et comr
m eac.fi1itcr son organisation, si ce n'est
Sfetacbisserment des chemins de ter
Ptos tote 1'teode du pays don't le dd-
eloppeunet agricole et industrial n'a et6
d jusqu'ici, i faut le dire, que faute
ke ois de communication et de moyens
d nsport Henreusement que tout leC
o rde ne pense pas de la meme faoonet
'il se trouve actuellement an timon des
d s de l'Etat, un honnete homme,un
ptiote trts avisi,voulant forrement et s&-
cansent le relIvement de son pays par
iostdrel conomie et le travail, ie travail
giole surtonot, qoi constitute nos princi-
asressoarces, et qui seal pent nous sor-
r de 'impasse oio nos sommes.
En ffet, quoiqu'on fasse ou qu'on dise,
ios demteuoos persuades que cette cable
deconmpag'ie don't nous avons parlh
plushaui, ct des personnel soudoy6es par
;, n'ora nul 6cho chez les haltiens
.v-ient sotcieux de I'avancement 6cono-
aique d'Haiti et de son avenir,car come
' fort judicieusement pensd et ecrit an-
tear de I" Effort ", toute nation qui ne
mache pas es appelee a disparaire A
aoeheare donate. Gouverner, c est prd-
toir, dit-on.
Or, aimons mitux prCvoir pour rins,
tat, ln-errogeons rotre conscience et
notre jigepuntr, et tachons de manifester
sincremeat notre Won vouloir d'entrer
ansle concert des eples civilises afit
k continue i mrriter, sinon leur estime,
is leor consideration.
En cel, nous aurons fait preuve de bons I
Oytens, car toIs aurons travails I 4l'amo
oatlon au sort de notre malheureox p-]
j don't les forces vives, si souvent depw
lie in &ds lattes steriles, doiveUt etre
sottoisdirigees vers le travail qai est i
[l0hoyen de se mettre d6finitivzment ]
Smarche dans a vo:e du program i ss i
S -de mrots.
Come conclusion, nous desirons vi-
Iment que ce project de contract, soumi t
pr Mr Mac-Dora'd, passe an Conseil des
rdinsd Etat le plus 16t poss ble, afin '
tee I pbic soil mis au courant de son
nieun, et que le Coipi Legis!atif puisse
Tpronocer, A cet egatd, avnt la ferme-
S de la session qui touche A sa fin.


LE MAGISTRATE COMMUNAL


PORT-AU PRINCE
Annonce au Public qu'avec le con-
cours du D6partement de l'Intdrieur,
il offre a la population de la Capitale
un grand concert sur la Place du
Champ de Mars, dimanche, 15 Aorir
courant, a 7 heures du soir, A 1 occa-
sion de la fete patronale de la Pa-
roisse de la Cathddrale.
Ce Concert so fera sous la direction
du G6ndral 0. Jeanty, Chef de la Mu-
que du Palais -


Avis I
Avis


Messieurs les Actionnaires de la
Compagnie des Chemins de fer de la
Plaine du Cul-de-Sac sont convoques
en Assemblee Gnedrale le mardi, 28
Septembre prochain, A 10 heures du
matin, au siege social, sis au Champ
de Mars, No 56.
ORDRE DU JOUR
1 Rapport du Conseil d'Adminis-
tration.
2 Presentation des Comptes,
30 Renouvellement du Conseil.
4o Diver ,
Port-au Prince, le 10 Aout 1909
Le TPrsident,
St.HWEDERSKY.


A VENDRE
La halle situ6e h I'an-
le des rues du Quai,No
I et des Fronts-forts
No I et 3, actuellement
emupee par Monsieur
Rmmanuel Moise.
S'adresser a Me Nar-
cos Leeone, avocat, pr6-
gent ean ette vile.


MI C. L. Verret
Tailleur- Marc hand


Le a Queb3c a sera de retour Jeu-
di 12 courant et partira vendredi 13
A une here de I'apres-midi pour le
Cap. Pto Plata, St-Jean de Pto Rico,
St Thomas et le HAvre.
E. ROBELIN, Agent


Ligne Atlas


Le vapeur Sarnia > ayant quitt6
New Yoik samedi 7 coArant, directe-
ment pour notre port, est a'tenu ici
vendredi 13 coura it, Et partira proba
blement dars l'apres-midi pour Kings-
ton, Colon,Port-Limon et New York,
pregnant la male, pour 1'Etranger (via
Kingston) fret et passages.

La malle pmor 1'Etranger par le va
peur AAltais (via Jeremie) fermera a
la post vendredi 13 courant, proba-
blement a 5 heures de I'apres-midi.
Port-au-Prince le 9 AoCt 1909.
F. HERRMANN & Co, Agerts.


SDocteur R. R. Ewald
Chiru-gien Dentiste
D)e retour de Jerdmie announce A sa
clientele et au public qu'il se tient A
leur disposition A partir de jeudi 5
du courant.
Port-au-Prince, le 3 Aott 1909.


I ml -- --- ---glop-- ---- -r s---

aD I k~ A '


EDOUAID GILBERT


Iouviles EtranpOces

hrni6res D~p~ci es.


Donne avis A sa bieoveillante elk
tWle que sa maison No 7. Rue Trawvr-
sibre eat toujours bieu pourvur d'unw
variety d'6toffes de la haute nou-
veaut4 parisienne.
QuALrr* SUPiRIBURR. COUPLE ILGA)T
TRAVAIL SIGNN. ExACUTION PDOMPTN
Prix J,,s rvduits I


Pais8.-Aucun des 6v6nements qui se PHOTOGRAPHIE
Iprodlits dins ces dernieres ann~es, J DUPLESSY
[Ilsid aux frar ais de tous les parts au- D
desatisfAction que la r6cente visit der de lu
dance et en Angleterre.- Lopi- rand ate erde luxe
SCoesdque la reconciliation pro- 120 Ru DUo CeNTRE
Cowes, deux jours apres la rdaffir- sorts et de
Sde double alliance Cherborg Travaux de totes sorts et d
eot d'une nouvelle orienta- touts grandeurs.o.
lr po ique de l'Europe,. ... Reproductious-Agranlis9
9 M. Briand recutMM.Coche- .
.ad et Lours, venus pour traiter 10 o m illur marchW
kIs intressant ts min istlres.
_1Wre r an, acCompagn6 de M Re- que partout
kfterandu Hericourt ohi il inau-
-fumo nt d1ev6 en l'honneur des ON TROUVERA A
e ltf darsles combats de 1871. L'IMPRIMERIE C. MAGLOIRE
Ttil R lonnement de chemins de Cartes de Visite. Cartes de fian-
,t 4Ard.:he). Les deux micani- eailles. Billets de fair part, etc.
wtta MS....A. I Pour los grandes commnandes d'au-
t'a craer torride Paris. On tires conditions avantageuses seront
1 U .au. nomibre d'insolations. 'faites.
Lt r"di'"al-stcialiste, est : u -
14 runmeor broite aiLou- Transfert d'6ude
d a cmte Zeppelin est er- --
Sieor -d e es Me Klbber Vilmenay, avocat-notaire,
-- dc des Abruzzes announce au public et particulibre-
Ai(Pe 24 6oo pieds sur le ment A ses clients que, du N- 94 de
Lsin. la rue du Centre, son tude est trans-
Clahie a retire sesobjec- f6r6e an No 101 de la m6me rue,dans
S .IrOconstruction do che- la mason qu'occupait Mr FBlix Lam-
Moukden. -, bert, marchand-tailleur.


Une Bouteille


Sods


Water Co


.Royal kola Champagne
Royal Ginger Ale


Elle vous convaincra de la reelle superiorit6 de ccs exquis raffratchissements


et D6p6t:


Agence G6n6rale


AU MAGASIN


MAISONJ RULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
PORT AU-PRINCE.


Vous y trouverez aussi la


Splendid


Ce sont les meilleurs, les moins chers pour leur quality.


Les Go-Cter c'est les adopter pour toujours.


Essayez


des dl6icieux


products de la


DE LA METROPOLE


Kola Champagne


I Jlt _, I--- - I r- rr ---~--I~-


L _s


-T


-- -rb 7lrOCI~ I~


s~l--sl ~ -r C- I-


H 6tel Bellevue -
Le mieux situt, le plus con
fortable.- Champ-de-Mars.-
Cuisine renomm6o.- Vue sur la mer.


Line hollandaise

Le Steamer Prins Willem I ve
nant des ports du Sud est attend ici
dimanche 15 courant; et repartira le
mnme jour pour St-Marc et New-
York.
Port-au-Prince, 9 Aott 1909.
AUG. AIIRENDTS, Agent.

Cie ale Transatlaniqu
IT -.dld i


W-


m


I


I


I


i


afmburg American Line

Le steamer PRAESIDENT, venant de
St-Thomas, San-Juan de Porto-Rico,
Ponce, San Pedro de Macoris, Sto-
Domingo, Azua, Jacmel, Cayes et Jde
remie, est attend ici vendredi ma-
tin 13 courant.
11 repartira samedi martin 14 coi-
rant All heures precises pour Kings*
ton, Cayes, Jacmel, San Pedro de Ma-
coris, Ponce, Mayaguez, San Juan de
Porto-Rico, et St-Thomas.
Les passages sont pries de prendre
leur carta de passage vendredi au-
cune carte ne devant etre delivree
samedi martin.

Le steamer PATAGONIA, venant de
Hambourg. Grimsby, Anvers, St-
Tnornas, San Juan de ,Porto-Rico,
Sanchez, Samana, Puerto-Plata, Mon-
te-Cristy et Cap-Iaitien, est attend
ici samedi 14 courant.
II partira probablemtet samedi
soir pour Kingston, Curagao, Puerto-
Cabello et La Guayra.

Le steamer \VESPHALIA, venant de
C'enfuegos, est attend ict samedi 14
courant.
II partira probablement samedi
soir pour Petit-GoAve, MiragoAne, Jd-
r6mie, St Marc, Gonaives, Port-de-
Paix ICap 1! 'itien, Monte-Cristy, Puer-
to-Plata, Sanchez. Samana, Saint-Tho-
mas, HAvre et IHambourg.
Port-au-Prince 11 Aoet 1009.
G KEITEL & Co, Agents.
_- III m










Ea Textile
SOGIETE ANONYME AU CAPITAL DE
120.000 FRANCS

L.e bireceteur de la Socidte eLa Tex-
tile infor snc le ul'.ij- q(u'il ach' te
d.i o pr(:;t ;au domicile de la So i6-
td, sis t l'ancienne blancliiserie, rue
du Magasin de I'Etat, en face de la
Glaciere, toutes quantities de feuilles
de Pitto et Oreilles d'Ane au prix de
P. 5 ( cinq gourdes ) les mille livres.

A LA PHARMACIE

Emmanuel Alexandre
C6 Yaille !
La Pharmacie Emmanuel Alexandre
announce A sa 'nombreuse clientele
qu'elle vient de recevoir pour cette
tin d'annee un grand assortment de
rrmiicamtents nouveaux et de bonbons
te's que : chocolats, raisins prunes,
drag6es, nougats, pastilles de men
thes, pastilles de gomme etc, etc.
Elle vend en gros et en detail et
toujours A un prix tres mod6rd.
,I. . .....


A LtLGmANCE

QORDO NNERIE


42, Rue des Fronts-Fort:.
CHAluSSURIS N DkPTT,rOUR LA VIXT
Promptitude et soin aux comman-
des taut ici qu'en province.
Chaussures de Dame forms at tra-
railtoujours tout ce qu'il y a de plus
nouYeaux.
Forms amkricaine et r angaise pour
Messieurs ; 6lgaates et commodes
Pour los enfants lo plusAt 'aisa.
Travail solid ex6cut6 aveo
des psaux- de premibremarque.
Aazurasnc de grand rabais.
PAtee, Cirages at .l ignl:s.ja

Chapellerie
ACCOUREZ C.HEZ

JAIME TESTAR
Le cl apelier remarquable, avan-
tageusement connu,fait savoir au pu-
blic en g6ndral et A sa nombreuse
clientele qu'il vient de transf6rer sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANC.ENNYI MAISON DU LOUVRE '


DE LA PLACE GEFFRARD A LA
GRAND'RUE OU RiUPUBLICAINE
No 149. En face de la Poste
Le nouvel 6tablissement est ou-
vert sous le nom de la fleur de
l'Amerique
II promet soin et promptitude
come toujours


lemafnagezpll s pain!
8'iln'estfait r. lo "P1llsbury's
Best."
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus leger.
'


Chapeaux !
Chapeaux t
Chapeaux t1
UAiLLI D -Po3t7-a co
ACCOUR"EZ CHEZ
Feliberto Gonzales
ET

JOS SAN MILLAN
rABRIQUE DR CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon 4s Cefftur du Lsuvrs
Pour tous lea gotta et pour tOute
x boatrses.
A. de Matt6is & Co
Maison fondue en 1888.

Chez App. Cipolin
55 Rue Rdpublicaine en face de Mr
E. Robelin
Viennent d'arriver par dernier va-
peur :
Pat6 de foie gras. Saucisses trufibes
Pigeon aux pois. Tapioca. Choucroute.
Asperges etc. Fruits cristalisds par li-
vre et par flacon. Prune d'entes. Vins
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver-
mouth. Cognac. Champagne.
!.. i am


UIerfiers artices P reus
P icfLmeia Houbigant; Ro
yal Houbigant; FougBre Royal ; Par-
fum Iddal; Savon, Poudre ; etc. etc
Coffrets de parfumerie tres 6elgants
Parfum renomme Astris ; Lotion, Tri
'cop hFrous.
Lamps, Fouets et Chamois
pour buggy et buss.
Argenterie de luxe, Bibelots,
Moustiquaires, Brosses, Pipes, Fumes-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
routes qua!ites
La Maison a toujours un grand as-
sortiment de Bijouterie, d'Argenterie
de Diamant, a la disposition du public
en g6enral et A la portte de toute.
los bourses.
Ateliers d'lorlogerie et dP
Bijouteris : Gravures, Confection
sur command.
Achat de vieil or et vietl argent,-
diamant et pierres precie~tes A des prix
avantageax.
ACHAT D'ACAILLIS DR CARET
k rix excep-tionnal


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en dep6t
un grand stock, pour la vente en
gros et en detail, de chaussures en
tous genres pour
HoXMms, FMvmEs, ENYANTS
Les commander des commerCants
de l'intdrieur pourront etre "execut6er
dans une semaine A pen prts.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
ORT-AU-PrINC( ( HAITI )


Grand Rabais I
JAMESTOWN TERCENTENNIAL EXPOSITION (1907)
HAS CONFERRED A
Gold Medal upon


Tannerie Continentale
DE PORT-AU-PRINCE
CEA ASSURES
CHxVRRAU GLACi, pour hommes ot dames P. 10. Enfants P. 8


VIRNIS CLIPS
COULZUR LOTUS


a 10
< 10


Pour la vento en gros 5 olo d'escompte.
IIbS II 1 i-~ IL I g L--I


Kola de Kingston


Kola-Champagne
Iron-brew


fortifiant
tonique


de la Charley's aerated water factory
En vente chez Catiuat Fouchard
RUE DU CENTRE
... . .. r .2 ........ .. .. ,, rj I


Les jambons et lards "Swift"
de leur marque "Premium"


Les jambons- et lards a Swift marquei
SPr, mium sont bien connus et pr6ff6r&d
toute autre marque. Leur popularity est due
A leur quality r6guliEre, ainsi qu'A leurbeloe
apparence et A leur goAt ddlicieux. Les mots
4 Swift's Fremium U. S Inspected sontmei
,qu-s au fe sur !a couenne de chaque pit -
qu i est emballee dans de la toile et du papis:
parchemin. En acletant des jambonsetde.
lards, veilliz a ce qu'on vous livre la marqae
Swift's Premium. )


Saindoux pur
marque "Feuille


...Swift"
d'A rgen


C'est du saindoux tout-&-fait pur, come ils
du fondoir, mis en sceaux mntalliquds, herlmFl
quement fermds, 3. 5 et '10 lives. SC'est le sil-
doux type de 1'Am6rique ; i jouit d'une haute
putation, et la vente en est 6norme.


Ces articles s- vend-rit A l'6picerie de iMme Zak6, chez Mr Justio Tbo
r ^ r .^ l r i I D-.: -


Clez Iadame VY" I. B. Deloux I
Chox*


On trouvera


rour tous renseigrnements s a-
dresser A :
Ernest Castera
representant de la PILLSBUrY's WASH-
BURN FLOUR MILS CO MINNCAPOLIS
BILS


jjjjFJjjjjjj.jjjF--


Illas M G ClLeZ


rr---------
-------