<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00681
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: July 26, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00681

Full Text


e Ann" X 87 PORT-AU-PRInCE. HAmn Lun if, 28 JlfUIat 1909.














OUOTIDIEN

AboInn -mmt: DIRECTEUR-FONDATEUR L EONUtO 15 CKNTIMES
U. Mm. G. 2.00 1
Taes .U M a 6.00 Cl6ment-Magloire
fPU .rS O U M s... 2.20 I see n--.ut. I. s msm mo Beer ,, ,-teas
.r MO 6.00 D A ImUTI~rATUR, Arthur Isidore DIRHCTION-iREDACTION-ADMINISTMATION
.... Ti Mm.. a 8.00

H istoire d'i er sous ses pas et quand il part de- tude, ne vit plus deviant lui qu'une
H i toiSre a Hato t want le seuil dli tribunal, ses yeux ne ombre vertical qui se dressait sur les
Surent se rentre compete du tumulte 1ecombres. 11 fit, pour bi&n voir, ce
A L'USAGE DES ADULTES indescriptible qui se prodlui.it dans 'nouvement des sourcils qui lui 4tait
Vette masse populaire qui, peu de (amilier et reconnut que c'dtait un po-
teR. I lemps auparavant, I'acclamait etole por- teau peint en rouge, dlvant lequel on
Violenoes et repr6sailles tait en triomprhe. le dirigeait.
Tout-a-coup la lpression di ses gar- II allait achiever si journde com 3en-
SLVIII des lui commanda de marcher,et sans 'Se ;A la Croix-des-flo-iquls, et, de fait,
sivoir oi i d-vait caller, ii se mit on le jour s'dteignait le soleil avait dis-
Omi lelglnral Lorquet out achevd aux portes du Cap oi se trouvait sa fa march*, la1 faI,.on dl, br'l f courb6 paru A I'horiz.n oil, A son t)ur mon-
|lrL de ce jugement, il laissa re- mille, Sidnave fut envahi par un tlot sous le joug et qui n'a plus qu'a td t la lune, comme s'il fallait une
b lMpir sur la table,et tournant de souvenirs qui, en I'attendrissant, obeir aveuglement. laimpe fiunrb e pour &laireri les dter
Nit d cit6 du g6ndral SAnave, dissi rent momentandment de son es- Mais le corltge, A pine brani!, i ieis apprets du ,uppli'e.
ml r prds croisbrent le siens prit es soucis de la guerre et du pou- s'arrete. Qu'est-ce ? A-t on doratnge 0 1 colla sur le poteau ro,,e tle crin-
isa 9dage faroache d'6clairs, voir. I'ordonnaricement de la fte ? () zell dlamrnau don't la largc statute ,depas-a un
we calme A l'accua : Oa ch-vaucle lentement et, raconte surpriserdserve-t-on encore alI foule:,. peu le gibet ; on le lia.
suhlklSalnave. vous venez d'6tre e g66ral Ldgitime, a il est ddji nuit C'est une omission qu'on r6pare: au L. foule toute entie-ro\ retint ,an
Sort. Joe vos exhorte au lorsque nous franchissons les portes milieu de ces apprd's fun6bres, on avait haleine et si qijelque passant farouc:le,
Sfermet. ville. Mi arrive devant la ma- oublie le prttre, ce dernier compagnon ignorant la sctne qui se jouit, .e i'i
Le i fson o0 loge sa fimille, Salnave, trop et ce dernier ami des condarnnss. trouvd a ce moment 1 l dvant rette
Sllu ~d Out on vif moUvement 6mu, ne pout descendre de cheval. 11 Prdvenus an derni.-r mornnt et en cobue iturnmu.e qui o,.uillait .aniis
come pour scoouer commence par sangloter, et finalement, toute hA'e, deux prC.'res h 'aient le pasT I'nbre sais une j)prolt, il ;e ft 'ru
ion inutile, et rdpondit fond on une cruise de chiudes larmes. et c'est cette double apparition qui fat transport dlans qut-l1i i eI ata'Cornbe att
m oix habituelle de commande- Sa femme, ses enfants, ses intimes cause de cette halte dans la march du moment dte la spulture silernieuee lde
qui I'entourent, doivent larracher de convoi. quelque moine.
"*i-J 'ai jamais maaqud. de cou- la sell pour Ientralner avec eux sous IIs parviennent bi n6t u jus iu'a S lna- ine voix rompit ce sil-noce. *i'Iuple,
I e lU enAt je demand le temps le toit familial...* ve, et ce!ui ci s'entrelient avec eux Elle cria le general Itoisruin I (:nal vous
em ordre i quelques aflairer.s It n'est pis toujours facile, conti- ne fut d'ailleurs pas longue, cette con- allez etre vengd e d'n tra;tit. \ ve 1.
Orw desir exprim6 par ai, on nue I narrateur de cette petite scene, fession, si confession il y a e-i, et en C:)ontitutio i '! T'l,'t les 1 ,Ie l.a
l1 diposition tout ce qa'il fallait da savoir ce qui so passe dans 1'ame arrangeant les ci )ses airii, il .emnble, tule butA.drent, en I : rd' tanrit, e' crI,
d*; une dernire fois, on d'uo Chef d'Etat. Oa scrute les moin- que I'on se doutait d'avoir rop trouble' avec d'autant ipls d t,. ,.' .i'111 11 est
satour de I'ancian pr6si- dre actes de ces hauts personages et trop agit6 cette ;i ne pour que le re- toujouri s ~ditieux eit II it,.
S6tant dispoa A souacrire pour les incriminer ou les exalter, A cueillement v fit possible. A Ii mcme minutes, u lm1 lusilll IU o-
aul derni6res volontAs de tort ou A raison. Mais qui connalt leur Apres ce court entretien avec les rni- tense eclata : la It:te d tlnae se pen-
si plein de vie. vie priv6e, leurs sentiments intimes ? nistres de la religion,le cortege s't bran- :t I sur ses paultes t:andit qlu'dl rstait
d losa rumour poplaire, L'individu no se livre que dans les la pour ne plus s'arrater. t'rdedid et dans la nuit attachE :i son poteau, la
4118 ntiments lea pln divers, courts instants de detente, ou I'on a suivi d'une foule compclte, toij )urs poitrine crible d.! b llei.
S gronde, et tons attendant, Ioccasion de le surprendre, pour ainsi garrottd, Silave fat promend dans Sans I avir voulu, I It|eolut.li, lui
c Presque, la Af de c dire, ten son d6shabill6. La politique presque toutes les rues de Port-au rendit un dernier tmia ,n comrme
us unique don't la foule eat un 6tat pathologique peu propre a Prince. cet empereur romain,il nourut debut'
de ddger avec oonfosion les d'tu te des caract6res Elle transfigure On lui fit principalem nat parcoutir (I' pea plus tArl, .iqies s..lat:
los plus divers. ou d6figure. Sous I'homme politique, les quarters r6ceminent incendids,tan- viurertt le letrach-i et :al!reont I'enfouir
minute qui 'coale est v6 ii faut pouvoir discerner 'homme.- lis que des agents r6pandus dans la a Ia Sliie, dans ule tomnbe cieusde :i
an itdr6e, avec avidit. Les Eh bien, I'homme qui, en face de sa foule provoquaient sur sa tote les mal la itAe.
flN lea plas disarates vont sentence de mort, vi.nt de griflonner a fictions des gens que I'incendie venail Ce fut niotre dleuxiImei riicidte.
00a at come abuoardi de la bate quelques mots a I'adresse de .e ruiner. AL'u mrave pdripdtieset de temps sa famille, o'est plus le criminal d E'at On offrit aux hautes autorites et
m laterrompt sos peonsdesgra- q-e la jiastice rdvo'utionnaire vient de leurs families un spectacle A domicile
boftiles ou sympalhiques, trapper, c'eat I'homme de la scene de -. ayint la prdvena'uce dI fire passer LA
de ce qui e .pasme au- famlle qui se dbroula le soir du 10 plans leurs gues le pre.identiel patient
ve driv it touoo ur, d6cemb.e 1867, A I'angle de la rue Es- 1ui, etint e'acore d s4 to tcs ls for- tin I f 2an
lr .t quart d'be.re, pr. le- pau.ole et de la petite rue qui mene ces de sa robuste existence, so voyait,
SUlomad fit Un movement 1 6glise de St J seph. Jar une sa'igiante ironic, co' luire a sa .
t 1-*t coOmunq aot par- C'est pourquoi il n'eut pas un mot de Ihrnider demeure et assistant lui-mema
Scoaimme n cor*at m. colBre, ni de protestaton,. et put trou- A son convoi f l .bre. Aux judicieuses appraciatioes le
i taai re4oubla d'attention: ver ce sang-froid et ce came, en face Oo passa devant le local du Gouver- Me Ienott don't les vues out 6te par-
at tOal dA6culre. des repr6aailles teoriblem dont il 6tait cement rvolutionnaire ou I'on fit une tagees par le Matin, Me Antoine rP-
i crit, ce furent e \e ix I'objet. h tialte pour permettre A ses vainqieurs, pond en exposant des argumnnts sa-
Pelques lilgm & sa If- It tit remasltre au president du tri- accoudds aux fenetres et au balcou, de vaits ou I'Atude des textes inontre les
Isma* qu pol at de banal le pli cachet et out ce geste se repair re de sa vue, et darant cettle efforts consciencieux d'une intelligen-
SltOrrir 4taIt ea lion, saprme de ceux qui sentent I'-voin halted, les ciis .1, mile.licvio I a I'adresse ce discipline
usI de b la elatd, un plus Mon A fire, et qui se remettent do con lamn6 se mAl6rent aux ac la- Nous nous faisons on vrai devoir,
s dire .de 0es oqu da reste a I'inconou. mations triumphalei a I'adresse des fiJdle A nos principles d'impartiali,,A
e0* ferm. eot ua enfant Ser pm ordre preaque muet, des chefs rdvolutionnaires. de livrer A la discussion de nos hom-
L s fmltle. OQ e I'on hommer l Ieatoureot avec des corles, Ceux qui conn dissent l'efTervescence mes de loi la belle 4tude du june
-- IW qui dot l'urelndre, s saisisent de ses bras et bitiatot il babi uelle de nios fouled lorsqu elles avocat,esperaot qu oo finira p r s eo-
I as.t demet minute est lid et garrottd. lanesnt leurs bades apres le chef qul tendre sur le veritable sens de I'arti-


- a reporter e- derie Tout le pe-p'* do prdtoire e diver- tombe, peuvent se uaare u one a e da cie s.
Stamille Ml ... ma dehors, stant qu'il n-y a plus 1i d vengeance qui dit faire ex- A Directeor do Journal L Matin
18"81 dan miina l fairs daos cotte enceinte, puais- ploion orsque cette mase port-au-Mosr le Directer,
d e I ol le ont afti place aux bour- cin ei ceor entre *oiur Diirteu.r,
4V .As Grand-i mpax Le griffes un president ddcho I... Les quelques ligoes qui serve de
-Ni.a die a- Saav;., poas danm la direction de On arrival enfio sur les ruine du pr6mbole i I .tode de Me Contanoi Bo-
it, i a p &lT a po.rt, v g toat people so bouse- palais. Salnavo, camp or cette toli I o t imitIlde Atour de I'nricle 25








.1algre leur grande reserve, laisse percer
quand mmrne le trouble qui vous agite. E
je m'explique aisement votre cnoi. Li
question a, en effect, son importance pour
vous, vieux journa'iste, habitue A'compter
sur les protections spciales de ce bon artm
cle de notre Constitution.
Deja Me Hannibal Price avait, dans 'e
fascicule du rer Juin des Annales judicial
res, essay de soutenir la these presence&
auiouid'hui par Me Constantin Bencit.
Cependant je ne m'arr&terai qu'a l'6tu
de de cc dern er qui me semb'e avoir
6epaii tous les arguments susceptible
d'appuycr la ithorie nouvelle et I'avoi-
poussee jusqu'a ses extremes limits.
Me Constantin Benolt est un hardi no
v.teur plein de foi dans la doctrine qu'iI
pr&o~Cst : et veut propager. 11 est surtout
a imn d ine coofiance aveugle vts A vis d&
ceux qui l'accomppgnent, car Me Bnoit ne
va pas seul : on trouve A ses c6 i un
Georges Laporte,de venirAe m6mo re ; de:
scci&ids savantes telle que la socidte de
LLgislation, de doctes assemblcbs, coin
me pir ex.niple le trbuna de Cissation
It c'niipe yn,,ne des amis rangersr. les
lasson, lcs dz Broglie,'es Faus'in HClie
quc sais je .incore
(:'cs, done ainsi armed t pro :gc, que
cc ,tnuv,.au chevalier se prc,en.e pour
co.nbattre l'erreur et la routine dans
lesjuctilc s'enlisent les pauvres moutons
de Panurge, trop dociles A su.vre les opi-
nions touts fates.
I'avour tout de suite, Mon.ieur le Di-
rte cur q4:t i'dprouve la crainte de voir
ma science ie point egaler ma temdrite ;
et 'ajIuuIe que si je ne pouvais tout au
11oi0 11 computer sur un ensei nement sinou
aussi savant mais aussi gendreux que celui
des amis de Me Benoir,je ne me risquerais
po:it. Jc remercie done ce bon vieux pro-
tesseur de droit constitutionnel si ecoute
dans le temps qui s'est efforc6 de m'i.icul-
quer les vrais principles.
Ma me hode sera moins une dissert.-
tion -iu une espe.e de dissection ; je i e
in'att,, herai qu'aux textes pour essayer de
lci. na !er le grain de virit6 qu'ls re
c', :. I 2aucuns la trouveront moins bril-
lanit qu- eelle de mon eminent contra
d!cteur, J'autres la jugeront m1i ne asti
die' s-, Imais je ne compete p-ur arrivmt
au 'i, qu e je me p o ose. que s'-r la b en-
v'eiirtc i.adulgence de ceux qui voudion
bien tme lire.
le trois tt je vais essayer de prouvei
que stuls Iss tribunaux correctionnel:
avec assistance du jury sont competenit
pour connaitre des delits de la press.
I
Une rapide excursion a travers les dif
f&rentes Constitutions qui ont r6gi le peu
pie IIitien nous montre que c'est en 1843
pour la premiere fois qu'apparut l'insti
tution du Jury. Le renversement du pou
voir obscurantiste de Jean Pierre Boyi,
avait ouvert la porte aux idWes g6nereuse
du liberalisme : les aspirations si long
temps compress&.s venaient de recevoit
leur piremniere expression dans le manifesto
de Praslin.


et de pubLier
Ics iutaivics
hre 183


de penser, la liberty d'6crirt
ses pens es troLv&rent touted
dans la charge du 30 decem-


L. criminal de droit common lui-mnmt
ttouvait des juges,non plus dans une ma-
gistraturc erdurcie, habitue A condamnet
et a punir, mais dans la sociC6t prise dan-
son ensemble : il etait juge par ses pairs
Le Jury, dit l'art. 32 de cette constitu-
tion est 6tabli en toutes matieres crimi-
nelles et pour dehts policiques et de Ib
press.
Ce texte que noos neus.plaisons A croir
plein d'idees liberales au point de le consi
deter come une Oritab'e conquete d,
1'esprit hzitien, sigpiOAit il quelque chose?
Nous pouvons sans cfainte de nous trom-
per affirmer qu'll dornait 1 la societE k s
tiberts necessaires A son existence et a
son d6veloppement ; qu'en instituant une
garantie special pour protiger chez le ci
toyen le droit de peaser, d'crire et sur-
tou. d'etre juges par la society merne dona
il faii parties, la chate rEalisait un bien
immense. L'article 32 mettait done dans
les attribuiions du Jury la connaissance des
delits de la press.
Ici, chers lecteurs, avant d'aller plus
loin ne serait-il pasu tile de definir une'


fois pour toute cette chose que mon 6mi-
nent contradicteur semble ignorer : le d
lit de la press.
Je surprends deji le geste effare de Mt
Constantin Benoit et je l'entends qui mt
c:ie A tue -6 e :c Le di'it don't vos par-
lez, que le Iegislateur n's defini nolle par
et don't j'ignorejusqa'ici les elements carac
teristiques. a En matiire criminelle tou
est de droit strict ; ii faut de la pression
pour former la porte A l'arbitraire. 9
VoilA mon excellent contradicteur pres
qu'aussi A l'6troitque ceux qui se crampon
nent aux aphorismes de la Constitution ei
prdf&rent nager en pleine absurdi 6.
Eh bien, quelqu'un qui est d'ussi no
b'e conpgnie qu'un Georges Lapone va
se charger de nous definir cette chose in-
counue, inddite qui s'appel!e un delit d
press.
( Les dd its de press, dit Garraud, tome
4, page 434 paragraph 1493, ne sont pis
des rcflnses 'un genre particulitr, des in-
fractions sui generts, differait dcs autre
par leur nature intrin 6que, ce sont des dd-
lits ord naires, et leur caractere dis'inc-if
reside uniquement dans lear mode d'exd-
cution. Les infractions don't on peut se
rendre coupable par des 6crits ou des ima-
ges prenncnt, en eftet, la qual fiction de
dd it de press, lorsque la press a servi
d'instrument pour les commettre .
Voila done je pense, et d, fi-i et fixed une
fois pour toute ce genre de delit qui s'ap-
pelle le dehit de la press tel que I'avaient
confu assu:~ment les constituents de 1843.
Mais en ce pays, les meilleures choses
ont le pire destin.
La Consitution de 1843 sombra sous
les efforts ambitieux des Heraid Dumesle.
Puis Soulouque vint et l'ombre de I'ai
gle imperial couvre toutes les liberties. Plus
rien..... Getfrard dechire cette mauvaise
comddie de l'empire,mais ne fait rien non
plus pour garantir les droits d .la pensee
It restaure la constitution de 1846 qui ne
repond plus aux besoins du people hi-
tien.
Enfin Fabre Geffrard gagne A son l'exil
et le people reprenant ses droits sinon ab_-
lis mais bien meurtris, proclame la consti-
tution de 1867 Et alors leJury.cette sain-
te giran;ie de la liber:e de penser, cet;r
prottcticn de I'homme dans ce qu'il a d,
plus complete reparait.
Le jury, dit 1'art. 3o de la constitution
de 1867 est etabli en totes matieres cii
minclics pour delits politiques tt de la
press.
Et cette fois les constituents sont tell
ment tn proie au hiberalisme, ils appre
hendent tant le re our du despotisme, qu'ils
ne se contentent plus de poser un principe
qui menacera de rester lettre more. Nor.
ils out la volonti ab-olue de prouver leur
intention. Its creent la loi qui rendra ce
principle pratique et applicable. Ils rendent
la loi du 6 Septembre 1870. Et cette loi
n'organise pas seulement la procedure A
suivre pour reprimer les delits de la press,
il cr6e pour ainsi dire la jurisdiction qui
doit en connwitre. c Les tribunaux civils
connaitront sous le titre de tr bunaux
correctionnels, avec assistance du jury, de
delits politiques et de la presse,etc,dit I'ar-
ticle Ier.
Mais il impoite aussi de savoir quelle
est la place qu'occupe dans notre lgisla-
tion cette lot de Septembre 1870. La re-
ponse est facile : Elle faith dorenavant parties
du code d'Instruction criminelle.
ERNEST ANTOINE, -avocat.




rE Nr SgIOGNMENTS
ML; TROROLO kIQU
O3byorvatiolre
DU
SIlWINAIRI COLLtGi St-UARTIAt
DIMwCHBi a5 JUILLET 190)
Barometre A midi 763 "/W4
"nimum 23,2
TamIiumam 34,1
Moyenne diurne de la temperature 28,0
Ciel clair la matinee, tres nuageux l'a*
pre-midi. Brise de mer r gulhire. Gouttes
de plvie A 3 h. Eclairs. TempErature de
la nuit Clevce. Baromatre en baisse.


IuI


Notice biographiqui-
NouvEAux MiNI'TREi
PIERRE ANDR [ P-,tion J Dbae'u
dans 1'Enseignement en quahie de r6tp6t-
cur an ycee na ional. Rp1titeur a 1'd
co'e oa ionale de musique, Membre de l6
Commission specia'e pour la foundation dt
1'Ccole primaire sup6rieure, Professeur
I'ecole secondaire de Port-au-Prince, Pro
fesseur an Lycee, puis president de la com-
mission sptciale de i'Instr action poblique
des Cays s
Lors de la signature, en 1876, do traitC
dominicano-hi ien, il est nomme secr6-
taire de la Commission charge de coniC
rtr avec les p'6nipotentiaires domin:c ins.
Env"oy~ Extraordinaire du Gouvernement
pls la Repub'ique Dominicaine, D6pu 6
au Corps LPgislatif, Charg6 d Affaires en
Dominicanie.
En 1879, Inspecteur g.n6ral dts Ecole,
de I c;rconscription des Cayes, E'u D
pu 6 nne deuxieme fois, Insp c eur, Dirc
teur du Lyce Philippi Guerrier des Cayes
M, mbre d Conseil d'Arrondisseml nt des
Caves.
D6lgiie -pcpial A 'a douane dts Caye
i888, Elu dcpute une trois'eme fois. E-
1897, Commissaire do Gouvwrnement pr&-
le Tribunal civil des Clyes jusqu'en 1902
ci il fut envoy a Aquin par le go,'verne
m.nt provi oire avec le ti-re de Delegue
militaire ex raordinxire dins c.t arrondisse-
ment.
Depuis i860 poursuivit sa carri.re mi-
litaire, fiisant pir ie de la gtrde national
mobilisbe, jusqu'en i881, ou il ob'int scs
etoiles de g6enral de division. Occupa, en
d ff6rentes circonstances, des postes mili-
t: i-es.
Senateur, en 1902. President do S6oat,
Pres'dent permanent du dit Corps, il est
nomme Secretaire d'Etat de I'Intrieur et
de la Police g6nerale, le 4 Janvier 1905.
II d6missionna en D&cerrbre 1907.
Boite aux Lettre3
Au Directeur du c Matin *
Mon cher Direct, ur,
le ins A reliever une omiss'on que
vous avtz fai e dins le compete rendo de
la searc du 23 juillet a la Chambre.
Isous, avons noi seuleme it demand
une p: i'e sbvention pour I'Ec ,le do soir
de Jacnel fondee par la 'oge "Les Phila-
delphes, co!e qui foncronne admirable
ment b:en et qui rend de reels services A
la c'ls e n/cessiteu e, mais encore nous a-
vons propose, comrie l'annee derniere, a
nos esimab!es C:l1Pgues de voter one va-
leur de vingt mil'e gourdes a rCpartit
comme suit : 12 ooo poor l'ach6vemen
de l'eg'ise de Jacmte et 8 ooo poor I'ache-
vemcnt de hospice.
On n'a qu'a jeter on coup d'oeil, sur la
la statistique generate do pays publite pa
la Chambre de Commerce de Port-au-
Prirce pour constater ce que rapporte au
tr6sor de la Reptb!ique la seule ville de
Jacmel...
Votre tr6s d6vou6
.. L. BERROUET
'Dipudt
Hospice St-Vine ant
La iournee bien organisee par les d-&
voueoZIla-rices a eu le plus grand succos.
Uu public choisi, appr6ciateur des bones
oeuvres est venu dorner un t6moignage.
d'encouragement a celles qui trouvent cha-
que jour en elles, des resources de bonte
et des ing6niositus touchantes poor ac-
complir leur belle mission de chant6.
Dans la soiree, le Cinema ographe a
charms tons les assistants.
Pri s Fr6deiic Hendrick
ARRIVAGE
New York Monsieur Thomas Paret.
St DCarc. Mr Wolff, S. John, N. SE-
jour, Assad Maroune, Senateur Esuime
J:une, Mr Guil'aeme Andre. Jn-Philippe,
Dr F. E Dalencourt. B. Ncel, Aug Sp
police, M. Narcice, F. Coicou, AlItn Des-
landes, Mme Siphora Sannon, Daine
Narcisse, N. Lochard,Mme Vve Jean, Mile
Anna Dubourg, M. Pierre, Dominique.
Petit-Gove. Mr C. L. Gondara. Bri-
gnolle, L. Sub:cme, J. Louis, C. Cock,
Chs. Blaise, H. E'ienne.
Une malle


Amtricaine, Denve dc 36 pouca Ms i
vendre; 0o dollarfs-Voir cttue Impduswk.]


des Bouquets).
Mention Honorale -
res (Gonsives) 1 Sr6
SGrande Rivibre do
MCLasS Dr 90"


Un 6colier qui se
Le jeune Cear Cuvilly, d it
Ption, s est donned II mornt eh
abiorb ant an flcon d acide s.j
Les foqnrailles de l'infonaiSj-
eu lieu ce martin.
Nos condo'!ances A sa fill. "
NJas .VJas ouverCnt UO Cu
1Jcouvir les veritablts cause di
de ddsespoir. Nous ea donneroal
le rdsultat.

Les fundrailles de Marie U-
raud, deCddee ce maitn, t
roni lieu cet ap-es- mrdii 3 heu
son motuaire No 50o, rue d B*:.
Cel!es de Mme Vve Aleanid
reap, nie Florosin auroot lieu i
here. MIison mo'tjaire: Gtm
No 148.
ConJolanc. s aux f miles proin~
A Ste-Annoe
Brill.nte messe ce matTn i I'-
Arne A I'occasion de la fQ e paio
S E le Piesidcnt Simon y assismait
page de sa fimille, ainsi que It
ClLde. Jeremie, Candlon R;g1
Pit rr:-Andre.
nst ution Marie ViarN,
La distribution solennelle des J
fii-e aux 6d'~es de cet -ablsse
mardi 3 Act prcchamn A 7 heares id
tin, au Petit Thta re. -
---- -- ...


College louleDr


Eltve. qui ont eu du succk
ouws de l arnne scolaire 1908.
et don't les noms ont ltd cit dli
bu'ion des prix.
CLASS DE SECONDE.-St Fort
(Port-au-Prince) Prix de satisflt
gsndrale
Mention Honorable Carnot
dreau (Port au-Prince).
CLAOSSE DE 3c-o.- Robert
me, Port au-Prince), Franck
(Gonaives). Rend Baltnire (
tien ).
Mention II )norable.- Dorvilif
gi'e ( Goiaives )
CLASSE DE Joi'e. Samuel JLh4
ogane) Vaston Jn Paul (Port
Auguste Bosq ( Port au Priocer
mille D srosieis, (Cays ) aI-
Compere ( Port au Prince )'
M nation Honorable.-A'bert
ybre ( Port au Prince ).
CLASSE DE 5em*. Hermsn V
Paul Augustin, Georges DOpoot
au-Pri:.ce ).
Mention Honorable Ca
no, Constant Isidore, Franoos
Eugene Cameau ( Port an-
eus Gui laume ( St Raphai)
CLARSE DE geme Eugene
phone Labissiere, Octae N
au-Prince )
Mention Honorable Dored
( Pt-au Pce ) Rameau Pierre
CLASSE DE 7emo.- .Edo
zar (S Iltiou ) Mariou tabI(
Gosier), Demesvar Alexis(
Duperval Brituo, Mirambeaun
( Pt au Pce ) Boniface Fa
Mention Hon erable AtIdi
(Port-au-Prince), Em_ GId
yes ), Mariusn Tassy (.a
CLASSES DEfig 8 Bivs
bert Parquet, NlcolS V4s
D6sir,Feroand Labissi6re,
d~mar, Adolphe Ber!rand, I
Prince), Arshne LefQvre
Mention HonorabDe. -
lanudes, Fernand Faint,
fe, Narcisse, EugBne JeattY
Prince)
CLALSSE D3 9*.- pr
sey ( St Marc ), Augastia
dovic Calixte, Hermson q
ger Georges, Vicor GCa
Barbancoort, Daniel J o
Prince), Rampsay ,







& Dextra Joseph, Solaire
r E-wPrioce ] Charleston
aTd- Roney (Le6gane)
t'S3 t, ( Jacmel ) Louis
). Adolphe Davesin,
l. Alphonse Devesin,
oIl ot ( Port-au-Pince )
Hoorahle.-- Em. Augus-
Soufrant, Andr6 Pierre-
a.r-Prince ), Annulysse
at eahobas), Joseph Sa-
x d Bouquets ).
Jall.o- Sylvain Faustin
fRet Guillaume ( Port-au-
lHomorable: Minos Bijou
SJustin Trouillot, Justin
7. Prince), Bossuet Ma-
,l"atfien ).
i et at la mailleure note
ULMo w de passage.
classese de 9em*) et Da-
lasse de 10me'). Ils ont
le d Honneur.
MKwique
1asioW Prix : Barthole, Colin,


iHoaorable. Cameau, Bai
4ton. Prix: Bosq II Jo Pau
i HoeorablI : Compere, Is
ietl Pierre, Bdily II, Dupon


I
1l.
ii-
t,


k pjoiDurrz. St-Fort Colin,
go lBoq, Albert LabruyBre,
Aqastio, Hermann Vilgrain,
0i Labissibre, Louis Canal,
D Idr, Albert Parquet, Nicolas
, Bezli Vilgrain, Maurice DA-
. Prmdhomme Passey. Catts
ir, R40msay Thtiophile, Augus-
,I*i1i Coicou, Dextra Jo
op San&on, L6once Janus,
IUe Ibhuisso Vi,'us Tous-
lio 1lly Franck Gaillard,

PRIX SPFCIAU X
I o'DI.tir TION ,RELIGIoUSE, of
Meur Poup'ard, cur6
SCe prix est mdrit~
Y land Labissiere.
.'LAI8 E ET D'ORTHOGRAPHE
I, o rt par Mr Paul Lo-
icte du Moniteur. Ce piix
0t par les d'&ves Edouard
t Marus atbel, classA de 7'
lMATHItMATIQUES, offert par
hard. 'e prix e-t merited
1te6 thermann Vilgrain,
l56m et Eigene Dacisse,
Ome.
LEAGUE ANGLAISE, offer
SSalomon, avocat, an-
ur. Ce prix est mdrit4
e Auguste Bosq et Vas-
l, classes de 4eme, Eugene
tI Gjorges Dipiton, classes
'INSRAUCTroN CIVIQUE, of rt
Justin Ddvot, avocat,
Stole national de Droit.
Kiit6 par les 6 eves Jn-
ide4me, et Constant I-i-
de 5Mme.
Sti e D'HATI, offer' par
avocat, et J. N. L6ger,
B YMinistre Pl6nipoten-
t Washington. Ces deux
dmMrt4 par les 6eves Ro- i
gSe, classes de 3e, tt H. r-
lc, lassie de 5eme.
6LA"q B8PAGNOLK, oflelt
hard. Ce prix est g
vtes Colin, case de
0e St Reno Balmire
Aogiste Bosq. de la
Ustin de la classes


ET DE LITTRATURR
par M. A Barthe,
mdrit6 par I'6"lve
e d* 36me.
URe ANGLAISE oflert
Ce Prix est merite
Colin Seconde.
IS des Sciences Ap-
it.iques) Ce plix eat
uo teno Balmire classes
hIm. Fraouai, corn-
e prix eat d6-
at r t Colin classes
i j M. s Secretaire


le


Usine41I GGhwee


Port- au-Prince
ASSEMBLEi GENFRALE EXTRAORDINAIRE
Messieurs les Actiolnnaires de cotre
Society sont convoquts on Assemblet
GO, ral- Extiaordinaire, pour mardi
le 27 courant A dix h1lImos tr,-s pr Srs diu fmitiin.
(C lie tlvunion t'ta t dl !lI i clus haut.
importandcte, ceux d'eltie Messieu s
les actionriair es Jqu nle pou''rrolt s'
rend.e, so't pri&s de wv fire repr6
senter par des mnardataires muniis de
leur procuration.
Port-au-Piince, I(, 21 juillet 1N)09,
Le'Pr'si 'e n t du Conseild'a iministrafion


F. ELIL.
--- -- -


8 ANS


rh: ~%i((~~


Topique D. SERIES
'Por I -s Cherau.r
Gu*eison r.pide de ti)oieries, des
Plaies anciennss, Eicarts, Foulures,
Entorses, Fluxions de poitrine, ctc, etc.
Pansement facile, rapide et d'un effect
certain. Repous-e du poil assure.
DEiPOT: Pharmacie Moderne
Rue Roux, No 108 et Rue du Peuple,
No 124.


PORT AU-PI~NCE ( HAITI )


On offre a


vendre


Une guildive en bon tat de fonc-
ionnenmnt,avectous ses accessoires,
installee dans la ville de Port-au-
Prince. Conditions exceptionnelle-
nent avantageuses.
S'adresser pour plus samples rensei-
;nements au Bureau du Ma in.


ChapeauxI
Chapeaux i
Chapeaux fIf
s ir .LI 1 PC RTQO-ICS
ACCOUREZ CHEZ
Feliberto Gonzales
EIT

JOSE SAN MILLAN
FABRIOgU DI CHAPEAUX
PLACE LGFFRARD
1.son 4de CefoF duw L rLe*W
Peor toas les Cgotra power I us a
a bearte.


Laboiratoire Sejourne


d'Etat de I'Inst. Publique a 1'd61vt
qui s'est le plus distinguc dans Iv.
ours d'Instruction Civique. Ce prix
est mnrite par l'levve Simuel John de
la classes de 46me.
Prix oflert par Mr Gerson Desro
siers, president de la Chambre der
DbputBs, & I'1lve qui s'est le plu-
distingu6 dans l'6tude de Hllistoirt
d'H4itl. Ge prix est m"ritd par I'i ;v
St Fort Col n clause de second le.
Prix offert par M. le President de il
R4publique A I'lVeve de la divi-ion dt
Grammaire qui s'est le plus distingu(
par son travail, sa conduit, et son
caractre. C' piix, alprs avis deI
maltres, est meiitA par l'tleve Paul,
Augustin classes de 56ne
PHIX DE SATISFACTION (k:NiR;KAI.E. (:
prix, offert par Mr Ie President de
la Repub'ique, est dcern i I'" ;.ve
qui s'est le plus distirguc dans le
course de I'ann0e par son travail, sa
condui'e, et sa rdgularitd. 11 est merited.
ap s avis dts maitres par (i'6'W\e
St Fort Colin, cl:;use de Seconde.


L'eau de mer que nous emnployons a 6td soigneusement captee au large,
au delay de IIle de la Gonave. Nous faisons remarquer au Corps medical
I observation judicieuse quo foot lea laboratoires strangers:
* L'Eau de mer injectable doit etre de fabrication recent pour avoir toutes e pro-
pri6t6s thdrapeutiques. De nombreues attestations nous permetteot de certlfier que
nos products oat; donn6 tous les r6sultats esplr6s. a


Specialit : Serum nevrosth6nique.
Ce Sdrum r6gularise les changes nutritifs, il a 4t6 employee
ces dans la neurasthenie, la tuberculose, etc.


avec suc-


b --I -


Le Disque ASPIRE


C'est la voix


Pour 20 dollars on a
Chez


Humai ne


Epalant !!!

ANDRE FAUBERT


:iRuE H1101\, lO'-UpIC
Utie PUpe. he rIChririO parlau'e avt 20 no ceaux y attj Imodule enregii-
tres par lp, k rezmie.urs mt sites do Pt ( t I1I1) ra 1: 7! jle de Park.
AIiez I'entendre et I'admirer
chei 8 INDIcI- kOUX ERT
38 ttle houx.s


Chz MIadame V1 I. B. Denoux
19, PLACE D)U PANTl'1t)N
Oti trouvera : Kola de Kingston, Crdme Soda

II J l 1 l


la Metlrop)otle


MASON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DF IL.'TAT
Viennent d'arriver par les derniers Vapeurs dr tsitte It'ui taiIia:thour -
A des prix defiant toute concurrence les articles suivants


Asperges de Leognan
Asperges ambricaines
Petits pois lins
Tripes A la Mode de Caen
Olives

Saucissons


Saucis'es It ex (oarnlr Jges
llaff,, de fole ? rrrl:r
Saidirits Awieux 11 i b-.
(:Chanmpigrons blancv4
Arichois iAI Ifuile

tie Lyonl


Fromage de pAte grasse hollandaise

Beurre de Bretel Fr res de Normandie
en flacons de une Livre et demi-Livri
Vermicelle Macaroni et Nouilles
B.6re frangQise, brune Marque Atlantique
Biscuits Olibet Petit Beurre et assortis
Champagne V" A. Devaux--- Epernay
Le champagne le meilleur et le moins cher
Les trois marques :
Cuvee Sp6ecals Grand S llery Grand Cr6ment


a- -~


Docteur R. B. Ewald
Chirurgien Dentist.
Anoonce an public et B sos clients
en particulier qu'il sera de retour de
JMrmie dans lea premiers jours de
Jollet.
Port-a-Prince, le 17 juin 1909.


Paul EWALD
M6decin et Chirurgiea
Sera, vers le 11 AouA, & la disposi.
lion des malades.
116, Grande Rue r6publicaine, 116.
PORT- A U-PRINCE


-


I


----


__


9


A


i
i
[


I


r.


~


PREPARATION DE TOUTES AMPOULES MIlDICAMENTe USES
LISIES ET INJECTABLFS.


I


STIHI-


Ampoules d'Eau de m6r Isoton'ques selon Quinton.


_


I ,


I










Pharmacie W


Place


TERCENTENNIAL


EXPOSITION


Buch


de la Paix


Ex4 titiorn promfpti et 50;Ib des orIrnflances.
AtrIalv -;e Srnntifil iPU 't tt techl iques.


Anualv-se des minerai- t or, argent, cuivre et autres m6tax d'aprbs a
methode am6ricaine ( fire c ay ".
Fab. iat.on d'Eaux gazeuses, sirops et veritable Kola
Champagne A P. 6 la douzaine.
Uroguerie en gros et en d6tail


Propri.itaire :


Buch


Pharmacien dipl6m6 allemand
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives: Madame P. Laraque
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
SPetiL-GroAve : Hermann Reimbold & (o


J. (l saline


JAMESTOWN


Parizot


( 1907 )


HAS CONFERRED A


Gold Medal


upon


I 11 niIe'ie Continentale
D PORT-AU-PRINCE
CHEAUSSURES


CHUVHeA(J GLACG, pouur ihrnines et dames P. 10.


Enfants P. 8


V'RNIS CLIPS t 1 a 1U
(COULIUR LOTU 12 10
Pour la vente en gros 5 oo d'escompte.
.. ._ _. --. .- -. _- "_ .. .

Jodosalina
Cristalii Jodati Italiani deVetor Pisani
PrI.,cute eu mmeo teImps les avantages de I'iode et les alcalins. Elle o t
is utiue dans touted les forces ralenties de l'echange materiel organic.
que,-- ob6sit6, oxalurie, liti-iase, etc- et generalement dans I'arthritismet
dans la constipation habituelle et les infections intestinales.
La lODOSALINA constitute un remade tes efficace, m6me merveilleux, contre
es maladies du foie et des reins. Elle est accepted sans aucun d6goft et ell*
ajoute' A son action laxative celle de rttab!ir les conditions de la circulation
intrapelvique.


D~p6t :


Attention! ...

S-es
* Z- des M~al adies


Rapidement, par le system
oriental
Docteur Seetulsingh,
Gradud de Philadelphie,Ghicago e New-
York (E. U. )
Le Dr Seetulsingh remercie bien
sincerement tons ses clients et amis
pour leur bienveillance et lours fa-
veurs envers lui. II announce en mime
temps & sa nombreuse clientele qu'il
commencera & exercer son art et A
mettre A son service sa science orieon
tale pour la guerison de tootes sortes
de maladies, gu6rison garantie par
son incontestable habilete ddj& ivT
rifiee.
Pour lea conditions s'adreeer & I'H6.
tel Bellevue.


A L'tLEGANCE
OORDONNERIE
4,. Sedes Front-Fo
4s, Roe des Fron-Ports.


CLAUBSURES RN DtP6TPUOUR Lk VTU


Promptitude ot soin aux commaa-
des taut ici qu'en province.
Chaussures de Dame forms et tra-
vail tonjours tout ce qu'il y a de plus
souveaux.
Former amdricaine et franaoase pou
Miessieurs ; l6ganteo ot commodes.
Pour les infants lo plus l'aire.
Travail solid xaout6 aveo
des peaux de prromiremarque.
Assuranrc de grand rabais.
PAte., Ciragres t Liquida


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Diri ; e par

L. HODELIN
,nci w.mmbre d IaScUdu PhUfe.
lhropique es matires failemrs de PriPm
Vient de receroir un grand choix "'4
toffes diagonal., casimir alpaca, eh.oio
to, cheviotepour deuil, etc, Recoaman
de particulireoment i sa elientUlo u&
,*eIf collection do coupes do east ir
to gilets do fantaisie et do piqu6 do
toeae beaut6.
Spt&lalit6 de Costumes de no-
s..- Coopes Frangaise Anglais e t
Armriaine d do I dernireo pew tfea.
La mason confectonno aussi doe Com
tumes militaires, habits brodds
dolmans, tuniques, habits ear-
r4s. eto eto, do tos grades.

JUT.Tr.N FLORUS
Ancien dluve de la o 6" Compagnie
d'ouvriers d'Artillerie (LorJen )
Se tient a la disposition du public
pour tons travaux de FORGe, et d'A-
JUsTAGe de RiPARATION de cofre-
forts etc. etc. A de bonnes conditions.
Rue de la R6volution N* 19
Vis-a-vui de la Chambre des Ddpu*d,

Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ

JAIME TESTAR


Le chapelier remarquable, avan-
tageusement connu,fait savoir au pu-
blic en general et a sa nombreuse
clientele qu'il vient de transfdrero a
FABRIQUE DE CH4PEAUX
(L'ANCIEKNB MAISON DU LOUVRE )
DE LA PLACE GEFFRARD A LA
GRAND RUE OU R1PUBLICAINE
No 1 ,9. En face de la Poste
Le nouvel etablissement est on-
Svert sons le nom de la flour do
l'Am6rique


II promet soin et promptitude
comme toujours


Ie mangez pins ie pailM
S'il n'estfait aveo la 'Pillsbury's
Best.
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus l6ger.
Pour tous renseignements ***a
dreser :
Ernest Castera
repr6sentant de la PinLLsUer' Was-
sURa FtLOR MUns Co Manmntsao
SILu


I


NESTOR FELl
L cellentttailleuravant5iN-
conn de toute la Rdpubliq-
de r vrir son atelier Res
( Rue des Miracles ) No 61, pr&I
LAger Cauvin,
Sa nombreuse clientble tr0
come toujours tonte. N.
pour les travaux qui lui -
fle. j


A. de Matt6is & 0
Maison tonde-ean 180


llerflers arlilp n
P L r f t -n k ia Ef 'r
yal Houbigaiit F Fou0girOY$
tam IdWal; Savo'0 Po,*iS;
Coifrets de pat furmre trip
Parfum rtooum4 4sm6ifl.
L~np~,FouetSi.
poor btggy ut busi.k
AraentO'iS do
Moustiquaires. Broy-f
cigarettes, Cravat@,8
oates quAiitds
La Malsou a tonMOO =
sortimant do Bijsuta*l.
do DisamwvaIa di
on pndral at Ilk ~iib
Attelie d'Wor
Dijouterie: G r.U
Bar commaodo.
MA.dd e riZV d
"-s-rJa gpvvVr -
Acj"T Dv'*CAILIw
Prix "C .10jti.- k


EnI


't'ente


aux Pharmacies Buch et


Grand Rabais


chez A. de Matteis


dlmmmlmmm -, - - -- MINIMINsubm -- mmom


Cordonnerei No*r

G. B. PETOII
t4639 GRAD'NDT tw
PoJ T-A C-Pt Rtdtv
Cua.UoSa. uw NTousg
am D*r6T, ,PoUi LA vmQ
ar e*oB 0NT itAn.M
outuon prom pt 0e
ooalaand, tart to
Prowlnoo.
Forms a omm .; *Ie..
Chausaures de dames( C ui
de do Par ) et s pl us
chaussures pour en ants
*o6* avec des Peaua d tow..S
4*seo election *t du reno
aoes. a des prix avantaxge .
Cirages, pAtes et Uliga d
Few, khaumu ise*# m",S

Francisco DESUS1
Fabricant de cbausga |
La Manufacture a tonjoursn l
no grar d stock, poor ]a t I 'l
gros et on detail, de chabsouwn
tons genres pour
HOMMES, FEMMES, ENAANSI
Los commander des oma"1
do l'int6rieur pouriont tro e-.iew
dans one semaine i pea prs,.
23, Rue des Fioots-Fort, 5
PORT-AU-PRINCe ( nm)

M' C. L.
Talleur-Marohand
Donne avis a sa bienvellaloe
tWle que sa maison No.7,Rue
siere est toujours bien pourve
varidtd d'6toffes de a bhaul
eautd parisienne.
QUALrti SUPkmIVRE CouIs
TRAVAIL SOJGNt. Exicutnon
Prix tris rddisb I